Version classiqueVersion mobile

Campagnes anti-genre en Europe

 | 
Roman Kuhar
, 
David Paternotte

L’« anti-genderisme » : une angoisse allemande ?

Paula-Irene Villa

Texte intégral

1Dans le contexte allemand, les prises de parole polémiques contre le « genre » sont apparues au milieu des années 2000 et sont restées très peu visibles jusqu’en 2013 environ. Aujourd’hui, l’« anti-genderisme » (Anti-Genderismus) est devenu un dénominateur commun, une « colle symbolique » (Kováts & Põim, 2015) entre des acteurs hétérogènes dans les secteurs conservateurs, de droite (en partie extrême) et populistes. Ce discours est aussi de plus en plus présent dans le débat public, mais il est pour l’instant resté marginal dans le domaine de l’action publique.

2Alors même que des acteur.rice.s ou des réseaux ouvertement catholiques font partie de cette constellation de l’« anti-genderisme », et bien que ces groupes soient assez bien organisés entre eux aux niveaux tant national qu’international, le catholicisme en tant que tel n’est pas particulièrement visible ni même constitutif du champ discursif et pratique de l’« anti-genderisme ». Ce dernier constitue plutôt un signifiant qui relie un ensemble de constellations anti-État, anti-Union européenne, pour la plupart ethnonationalistes, racistes et / ou xénophobes, violemment hétéronormatives et antipluralistes, qui forment le cœur du populisme de droite et néoconservateur en Allemagne. De plus, le concept d’Anti-Genderismus insinue que le genre est une idéologie totalitaire et dangereuse. Cependant, la dénonciation du genre est rarement formulée en termes d’idéologie ou de théorie en Allemagne, mais passe le plus souvent par l’usage du suffixe « -ismus » comme dans faschismus, kommunismus, etc.

3Ce chapitre soutient que, dans le contexte allemand, l’« anti-genderisme » exprime un rejet diffus mais assez large et croissant des dynamiques sociales et des politiques post-essentialistes / post-naturalistes. Ce discours suscite et exprime des affects puissants et largement répandus contre les modes pluralistes et post-essentialistes d’inclusion sociale, par exemple, contre une citoyenneté fondée sur des droits et des devoirs plutôt que sur une définition essentialiste des citoyens (Hark & Genschel, 2005 ; Stychin, 2001 ; Villa, 2015 ; Weeks, 1998). Dans cet exemple, les formes de citoyenneté et d’inclusion post-essentialistes passent de la prise en compte des caractéristiques présumées essentielles et naturelles des sujets en tant que citoyen.ne.s (femme, étranger.ère, hétérosexuel.le, etc.) à celle de pratiques spécifiques et / ou de rôles ou de positions comme le soin, le travail rémunéré, le niveau d’instruction, etc.

4C’est ainsi que le discours caractéristique des « citoyen.ne.s inquiet.e.s » (Besorgte Bürger)1 s’est popularisé dans les constellations de droite actuelles. La source d’inquiétude principale concerne la perte de privilèges de certains groupes et témoigne également d’une réaction de défense, qu’on peut considérer comme irrationnelle, contre une impression générale (ou peut-être contre des expériences concrètes) de précarité en Allemagne (Wimbauer, Motakef & Teschlade, 2015) et contre la perte d’une certaine normalité (c’est-à-dire d’anciennes stabilités naturalisées qui se fondaient sur des exclusions spécifiques). Pour le dire simplement, la disparition progressive des sujets et des identités « naturelles » – femme, enfant, sexualité, corps, etc. – qui constituaient jusqu’à présent le socle implicite de l’espace politique, apparaît comme la cause principale de la montée en puissance d’un discours populiste au sens large, qui inclut l’« anti-genderisme », mais ne s’y réduit pas. L’« anti-genderisme » évoque l’idée d’une certitude, de l’absence d’ambigüité sociale, que certains groupes ont le sentiment d’avoir perdue.

5Ce chapitre explore les expressions actuelles de l’« anti-genderisme » en Allemagne à la lumière de ce constat. Il replace ces discours au sein de dynamiques politiques plus larges (en particulier le populisme de droite) et interprète l’attrait de l’« anti-genderisme » à la lumière de la notion de condition sociale « post-essentialiste ». Dans ce cadre, il soutient que le discours anti-genre a correctement compris ce que signifie la notion de genre, soit une conception du genre qui n’est pas déterminé naïvement par une « nature » ontologique et anhistorique échappant à la pratique humaine, mais comme différence intersectionnelle complexe, constituée socialement, tout à la fois une identité individuelle précaire et négociée culturellement, une structure sociale et un signifiant symbolique. Cette notion de « genre », complexe au premier abord, ne constitue pas une simple théorie universitaire. Elle est profondément enracinée dans les expériences quotidiennes et dans l’histoire des luttes politiques et / ou subculturelles des personnes minorisées. Plus encore, la visibilité et la portée politique croissantes des personnes au genre non hégémonique, pluriel et complexe ainsi que leur parole culturelle et politique sont « correctement » comprises par leurs adversaires. Ces dernier.ère.s utilisent la rhétorique populiste pour les tourner en ridicule comme « universitaires », inutiles, artificiel.le.s, idéologisé.e.s, pervers.e.s / malades, dangereux.ses, élitistes, etc.

6Ce chapitre est organisé comme suit. Il présente tout d’abord le contexte général des débats politiques sur la famille, la sexualité et la migration en Allemagne depuis la réunification. Il aborde ensuite les discours médiatiques et religieux qui ont introduit la notion d’« idéologie du genre » dans le contexte allemand. Enfin, il analyse la situation actuelle et avance l’idée que l’« idéologie du genre » doit être considérée comme un pont permettant de construire une coalition entre des acteurs et des actrices qui divergent sur d’autres questions.

Contexte général : la situation en Allemagne

7Après la réunification en 1989, les politiques familiales allemandes ont été dégenrées de manière significative et sont passées de la traditionnelle « politique des mamans » (« mommy politics », Ferree, 1996 ; 2012) d’Allemagne de l’Ouest à une aide aux fonctions de soin qui va au-delà des prédéfinitions biologiques. Ce processus a été précipité par l’augmentation du taux d’emploi et des choix de carrières pour les femmes et les mères, qu’il a à son tour favorisée, et a donné lieu à des débats intenses dans l’espace public. Ceux-ci se sont concentrés sur les mécanismes discriminatoires à l’œuvre sur le marché du travail tels que les inégalités salariales et les discriminations liées à l’emploi, sur les mesures nécessaires comme la mise en place de quotas et sur les questions normatives et les préoccupations morales liées à la maternité et à l’éducation. Ces débats ont pris une dimension particulière en Allemagne parce qu’ils impliquent nécessairement de redéfinir la division est / ouest et de réexaminer le passé récent.

  • 2  Environ 65 % des mères avec des enfants de moins de 18 ans occupent un emploi rémunéré. Parmi elle (...)

8Le stéréotype négatif de la mère active comme « mauvaise mère », qui néglige ses enfants et met en danger l’intégrité morale de l’avenir tout entier de la nation est toujours très présent, surtout en Allemagne de l’Ouest. Dans ce contexte, la délégation de la garde d’enfant et des autres tâches de soin à l’extérieur de la famille (biologique) tend à être diabolisée comme découlant de l’« idéologie socialiste » et à être jugée néfaste pour les enfants et leurs besoins. L’idéal normatif de la mère-comme-féminité-naturelle est encore fort, même s’il est aujourd’hui empiriquement obsolète. Les mères actives2 (comme tous les parents) doivent encore faire face à une pénurie systématique d’infrastructures de soin professionnalisées, accessibles et flexibles. Elles sont aussi confrontées à une forte méfiance, à la stigmatisation de leur situation et à des discriminations concrètes. Cette dynamique normative complexe est au cœur des énoncés anti-genre.

  • 3  Cet article du Code pénal allemand criminalisait, depuis l’unification de l’Allemagne en 1871, les (...)

9L’égalité juridique des citoyen.ne.s gay et lesbiennes s’est aussi progressivement développée en Allemagne. Après presque un siècle de mobilisations et de militantisme politique contre la pénalisation de l’homosexualité masculine (paragraphe 175 du Code pénal3), l’Allemagne a aboli les lois discriminatoires et signé les traités internationaux sur le sujet. Le mariage entre personnes de même sexe est de plus possible depuis 2017. Au-delà des avancées juridiques en matière d’inclusion et de droits gay, l’Allemagne a vu croître la visibilité et l’importance culturelle des personnes LGBTTI* et s’élever leurs revendications d’accès aux droits et à la reconnaissance. Comme ce chapitre le montre, des modifications apportées en conséquence dans certains programmes scolaires tels que l’éducation sexuelle pour les lycéens qui reflètent directement ces transformations ont provoqué de grandes controverses et servi de thème central de mobilisation dans les discours contre le genre.

10Enfin, il est important de remarquer le passage de décennies de discours de déni de l’immigration et du multiculturalisme à la reconnaissance de l’Allemagne comme société diverse et multiethnique. Ce discours et ce changement pour partie symboliques ont déclenché des controverses au cours des dernières années, en particulier au sujet des migrations en provenance de Turquie, ainsi que sur la place de l’islam dans la société allemande. Des hommes et des femmes politiques très en vue, dont la chancelière Angela Merkel, ont affirmé que « le multiculturalisme [avait] complètement échoué » (Weaver, 2010) et plusieurs débats publics extrêmement vifs ont porté sur l’existence d’une « culture allemande » et la nécessité de sa réaffirmation. Ces débats ont été attisés par des interventions polémiques, en particulier les livres à succès d’auteur.e.s eurosceptiques et xénophobes.

11Toutefois, même si l’on prend au sérieux de telles positions partiellement ethnonationalistes et qu’on reconnaît leur importance politique, il est étonnant de constater l’émergence très tardive d’un parti politique d’extrême droite, antimigrant, raciste et xénophobe à même d’être visible et d’acquérir un poids politique (l’Alternative für Deutschland, AfD, fondé officiellement en 2013, mais beaucoup plus modéré à ses débuts). De nouveau, en comparaison avec le reste de l’Europe, ce décalage paraît logique au regard de l’histoire fasciste, raciste et antisémite de l’Allemagne. De plus, sans entrer dans les détails, il est important de souligner qu’une sensibilité politique post-essentialiste et post-ethnique sur l’Allemagne elle-même, c’est-à-dire sur le demos (peuple), s’est progressivement développée. La notion de « germanité » et sa reconnaissance formelle ne sont plus nécessairement synonymes de « sang allemand » ou d’une notion d’homogénéité ethnique, raciale, biologique ou autre. Ce chapitre porte précisément sur des groupes qui s’opposent violemment à de telles notions post-essentialistes de la germanité (et / ou du genre, de la sexualité, etc.).

12Ces changements et ces dynamiques assez spectaculaires dans la culture et la politique allemandes ont mis en avant, et en partie traduit en pratique, l’idée politiquement importante selon laquelle les catégories sociales sont construites socialement et en constante évolution. Plus spécifiquement, l’idée que le genre est socialement variable, qu’il n’est pas simplement déterminé par la nature, qu’il est complexe mais omniprésent, s’est popularisée. Cela constitue d’une part un écho à long terme du mouvement féministe et d’autres mouvements sociaux émancipatoires. D’autre part, cette nouvelle conscience de la construction sociale du genre et de son importance transversale requiert une capacité constante de réflexivité et de négociation de la part des acteur.rice.s, des citoyen.ne.s et des institutions (sur la modernisation comme réflexivité, voir Beck, Giddens & Lash 1994).

Premières articulations : le journalisme néoconservateur et les discours des laïc.que.s catholiques / chrétien.ne.s

Le journalisme

13En 2006 et 2007, plusieurs publications d’auteur.e.s et de journalistes explicitement conservateur.rice.s comme Volker Zastrow (du Frankfurter Allgemeine Zeitung/Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung), René Pfister (du Spiegel ; Pfister, 2006) et Bettina Röhl (du Cicero Magazine ; Röhl, 2005) ont commencé à prendre le genre pour cible. Il s’agissait soit de livres (Zastrow, 2006), soit d’articles récurrents sur les politiques de gender maintreaming de l’Union européenne. Ces textes étaient publiés dans le cadre culturel bourgeois-conservateur grand public de journaux tels que Die Zeit, FAZ, Cicero, Die Welt ou de médias dédiés au style de vie et à la consommation (Siri, 2015), comme les catalogues de décoration et d’alimentation Manufactum4.

14Ces publications systématiquement conservatrices se caractérisent par une posture fortement libertarienne et une attitude très anti-Union européenne. Elles présentent le gender mainstreaming comme une idéologie totalitaire, le comparant au communisme, au fascisme ou au socialisme d’État. Ce dernier argument a bien entendu une résonance particulièrement forte en Allemagne en raison du passé récent (RDA). Ces textes insinuent aussi que le « genre » tel qu’utilisé dans l’expression gender mainstreaming désigne une conception antinaturelle et donc aberrante des hommes et des femmes et provient en réalité du féminisme radical, raison pour laquelle il serait nécessairement sexiste (c’est-à-dire contre les hommes). Le genre est aussi dénoncé comme hautement particulariste et non démocratique, c’est-à-dire comme une idéologie radicale déguisée en politique de l’Union européenne. Cette dernière, souvent désignée sous le terme de « Bruxelles », apparaît dans ces écrits comme un « monstre » bureaucratique, profondément antidémocratique et dirigé d’en haut par des lobbyistes radicaux qui imposeraient un lavage de cerveau aux « gens normaux » défenseurs du bon sens (ou du moins les forceraient à accepter sans rien dire les mesures qu’ils imposent). Selon ces propos de Bettina Röhl, une journaliste conservatrice reconnue, dans le magazine politique mensuel Cicero :

Le gender mainstreaming suppose en réalité de réorganiser complètement la société. Le gender mainstreaming est une sorte de communisme totalitaire appliqué à la sexualité et aux relations de genre. Dans le gender mainstreaming, le monde réel est implicitement assimilé au patriarcat (qui doit être éliminé) et tant les femmes que la société doivent être contraintes d’accepter les bienfaits du matriarcat. Les femmes doivent travailler et occuper des positions de pouvoir, c’est-à-dire devenir des dirigeantes en politique ou dans les domaines de l’économie ou de la culture. Les hommes sont envoyés à la cuisine ou doivent sinon rester cantonnés aux secteurs déjà 100 % masculins comme les mines, la plongée militaire ou les casernes de pompiers. Les enfants sont placés en garde de jour précoce, les filles dans des programmes d’empowerment subventionnés par le gender mainstreaming et les garçons dans des écoles de rééducation du gender mainstreaming, où ils sont forcés d’étudier les crimes historiquement commis par les hommes sur les femmes. Et qu’en est-il de la famille ? Abolie ! En définitive, voilà l’image concrète représentée par les principes au cœur du gender mainstreaming. […] Mais au fond, par qui ces questions ont-elles vraiment été réfléchies et débattues ? Combien de femmes ont soutenu d’autres femmes et voté pour elles, ne sachant pas du tout que leur but ultime (mais bien caché) était de genderiser et donc réorganiser le monde entier ? La majorité des femmes souhaite-t-elle vraiment abandonner l’éducation de ses enfants ? Toutes les femmes veulent-elles faire carrière, avoir un travail rémunéré ? La majorité des femmes veulent-elles que leurs fils soient systématiquement discriminés en punition d’injustices historiques réelles ou supposées ? En attendant, le mot d’ordre du gender budgeting permet de manipuler des flux monétaires pour financer d’obscures stratégies (Röhl, 2005).

15Cette citation présente les principaux éléments contenus dans la quasi-totalité des écrits anti-genre jusqu’au milieu des années 2000 : la thèse d’un complot idéologique – radical, particulier – contre le sens commun, financée massivement par une Union européenne antidémocratique et hyperbureaucratique, mettant l’argent de « nos » impôts au service d’idées et de lobbys douteux. Bien que ces motifs soient communs à de nombreux contextes européens, la référence négative à la garde d’enfants et au travail obligatoire pour les femmes semble spécifique à certains pays, dont l’Allemagne.

16Historiquement, ces deux thèmes sont fortement associés aux anciennes politiques socialistes de la RDA et évoquent un régime fondé sur une idéologie anti-humaniste, répressif et autoritaire. En outre, la notion de « travail forcé » pour les femmes a toujours une consonance négative et étrangère, qui s’explique par la prédominance de la « politique des mamans » (Ferree, 1996) en Allemagne (de l’Ouest) depuis l’époque de Bismarck. Cette politique a été intensifiée par le régime nazi et, en Allemagne de l’Ouest, elle a été fortement promue et encouragée juridiquement et économiquement jusqu’à une période récente. Comme je l’ai exposé dans la première partie de ce chapitre, pour beaucoup d’Allemand.e.s, les mères actives n’incarnent pas un modèle social souhaitable.

  • 5  Les enquêtes d’opinion montrent des attitudes complexes, ambivalentes et partiellement contradicto (...)

17Tout ceci n’est pas sans conséquence pour l’analyse sociologique de l’« anti-genderisme ». L’idée que le « genre » forcerait les femmes (et les hommes) à sortir de leurs rôles traditionnels et détruirait la famille « naturelle » ne constitue pas tant un argument religieux qu’une croyance profane communément partagée par une grande partie de la société allemande5. Ce modèle traditionnel du genre et de la famille est hégémonique et s’applique en pratique en Allemagne (de l’Ouest) depuis la fin du xixe siècle. Comme dans beaucoup d’autres contextes régionaux et nationaux, les mouvements féministes de la deuxième vague ont lutté pour l’inclusion économique, politique et culturelle en remettant en cause ce modèle et en exigeant le droit au travail salarié et à une rémunération égale, des lois contre les discriminations, une réforme du mariage, etc. Les nouveaux mouvements sociaux des années 1970 et 1980 ont joué un rôle central dans la réforme de ce modèle et, en définitive, dans la transformation des conceptions et de la réalité empirique pour les femmes, les hommes et les familles en Allemagne.

18Ce n’est pas une coïncidence si, dans le contexte allemand, les projets anti-autoritaires ont constitué un héritage important des mouvements sociaux d’émancipation. En effet, la psychanalyse, l’« amour libre », les formes de vie communautaire, la pédagogie anti-autoritaire, etc. ont été développés et expérimentés pour chasser les démons de l’autoritarisme et du nazisme. Beaucoup considèrent d’ailleurs les « soixante-huitard.e.s » (étudiant.e.s de gauche, féministes, écologistes, anti-autoritaires, pacifistes) comme responsables de la remise en cause du modèle familial et de genre hégémonique, ainsi que de ses importantes racines nazies. Pour revenir aux auteur.e.s de la première moitié des années 2000 évoqués plus haut, j’émets l’idée que la diabolisation du gender mainstreaming doit également être inscrite dans la rhétorique « anti-68 », soit le discours plus large de diabolisation de « 68 » comme menace à l’ordre social, aux valeurs communes et à l’intégrité morale de la société allemande. Cette panique morale spécifique – le terme adéquat serait peut-être « angoisse » allemande – n’est pas portée principalement par la religion ou par une autre institution, mais révèle un scepticisme plutôt diffus bien que largement répandu vis-à-vis d’une société contemporaine post-essentialiste, clairement libérale et fondée sur des choix pluralistes et des identités fluides.

19À cet égard, il est intéressant de souligner que Bettina Röhl est l’une des filles d’Ulrike Meinhof. Une des journalistes les plus célèbres de la gauche radicale, Meinhof fut une terroriste d’extrême gauche dans les années 1970 et devint plus tard une figure presque mythique, encore idolâtrée en partie par des secteurs de la gauche radicale allemande. Bettina Röhl s’est souvent exprimée contre les « soixante-huitard.e.s » et leur influence néfaste sur la société allemande. Comme cet exemple biographique le laisse présumer, les discours anti-genre actuels et plus généralement néoconservateurs et populistes doivent être compris comme des tentatives d’éliminer les mouvements de gauche – réflexifs, pluralistes, post-essentialistes, émancipateurs – issus de l’histoire allemande récente.

Les acteurs religieux

  • 6  Comme l’Alliance pour des familles et des communautés fortes, ou le World Congress of Families.

20Gabriele Kuby est une sociologue de formation qui, après s’être convertie au catholicisme à la fin des années 1990, a beaucoup publié sur les questions de genre et de sexualité : d’après son site internet personnel, treize livres et de nombreux articles de journaux et textes en ligne sur des blogs, etc. Elle est célèbre pour ses interventions dans des rassemblements et congrès catholiques conservateurs, en particulier au sein des réseaux internationaux du mouvement qui se désigne lui-même comme pro-vie6.

21De façon intéressante, Kuby est beaucoup moins connue en Allemagne que dans d’autres pays européens. Très peu d’Allemand.e.s connaissent son nom, car elle n’intervient ni à la télévision ni dans les autres médias de masse et ses contributions à la blogosphère allemande sont moins accessibles que celles d’autres auteur.e.s sur l’« anti-genderisme ». On peut interpréter cette observation surprenante par le fait que les énoncés clairement catholiques ou religieux ne sont pas intelligibles dans le débat public allemand, à moins qu’ils n’émanent de membres officiels de l’Église, c’est-à-dire qu’ils soient explicitement présentés comme des déclarations des institutions ecclésiastiques. En outre, comme ce sera évoqué plus loin, les positions antireligieuses sont un élément de plus en plus important des dynamiques anti-genre en Allemagne.

  • 7  Présentation de l’ouvrage de Kuby, The Global Sexual Revolution, sur le site Angelico Press, en li (...)

22Les écrits de Kuby sont en adéquation avec beaucoup de positions (ultra-)catholiques ou chrétiennes fondamentalistes contre la supposée idéologie totalitaire des « exigences du genre et des LGBTTI*7 », qui chercherait à détruire l’ordre digne, naturel et divin (des choses et des êtres). Dans ce contexte, « le genre » est compris comme un relativisme radical à l’égard de toutes les normes en lien avec les individus, la sexualité et / ou toutes les formes de relations interpersonnelles comme le couple, la famille, l’amitié, etc. À travers une interprétation délibérément déformée, il est dépeint comme un choix individuel, conjoncturel et volontariste de mode de vie, c’est-à-dire comme une sorte de « maquillage chic pour la journée ». La possibilité de faire des choix sexuels et reproductifs est présentée comme antinaturelle, comme une menace contre l’ordre social le plus minimal. En somme, le genre est un mot de code pour la « dégénérescence morale » (Kuby, 2015, p. 10). En outre, comme Kuby l’a affirmé dans plusieurs écrits et présentations orales, cette conception du genre ultra-libertarienne est ensuite – paradoxalement – imposée à tout le monde, en particulier aux « enfants innocents ». L’objectif serait, pour le « lobbying » pro-choix, du genre ou LGBTQI de créer de « nouveaux tabous » :

Ils [les nouveaux tabous] trouvent leur légitimité dans l’exclusion sociale et la criminalisation progressive, particulièrement dans le domaine que toutes les cultures protègent grâce à des normes strictes : le domaine de la sexualité. Un renversement a eu lieu. Aujourd’hui, la dissolution des normes morales est imposée et ceux qui s’y opposent sont punis par l’exclusion et les sanctions légales (Kuby, 2015, p. 10).

  • 8  Pour une analyse plus poussée de l’héroïsme comme nouvelle rhétorique populiste dans le contexte a (...)

23Cet argument ne fait pas seulement partie du répertoire classique des attaques catholiques / chrétiennes contre le genre et les discours LGBTQI, mais il est aussi très important dans le contexte allemand. La rhétorique des « nouveaux tabous » et de la « nouvelle exclusion sociale » provoque une peur diffuse, et relativement répandue, du (trop grand) politiquement correct (Spaemann, 2015, p. 13). Beaucoup de commentateur.rice.s, d’auteur.e.s, de journalistes et même d’universitaires ont en effet donné voix à cette panique morale à l’égard d’une répression totalitaire supposée omniprésente contre les normes, les opinions ou les choix paraissant traditionnels. La dénonciation de la censure et de la marginalisation normative en lien avec l’Union européenne (« Bruxelles ») rapproche des voix diverses et hétérogènes de l’« anti-genderisme » allemand, tout en contribuant à sa résonance dans le débat public. Quand des auteures comme Gabriele Kuby ou Birgit Kelle utilisent ce genre de parler-vrai-héroïque-depuis-les-marges, elles peuvent se fondre facilement dans un ensemble de discours plus large8.

  • 9  Eva Herman, Das Eva-Prinzip, Munich, Goldmann TB, 2007.

24Ces deux courants, distincts, bien que partiellement semblables – les journalistes et auteur.e.s néoconservateur.rice.s d’une part et les laïc.que.s catholiques de l’autre –, se sont rejoints et sont devenus très visibles en 2007, quand Eva Herman, à l’époque une présentatrice célèbre de la télévision publique, a publié son livre Das Prinzip Arche Noah. Warum wir die Familie retten müssen (Le Principe de l’arche de Noé. Pourquoi nous devons sauver la famille). Le livre se présente sous la forme d’une riposte catholique violente contre les politiques familiales pluralistes. Dans un entretien, Eva Herman a formulé une appréciation partiellement positive du régime nazi (en louant la politique familiale nazie et sa vision de la maternité), ce qui a causé un scandale national. Elle a perdu son emploi et est devenue une figure héroïque de l’antiféminisme, des approches anti-genre et du conservatisme catholique. Elle avait auparavant déjà écrit plusieurs articles et un livre qui avait rencontré un assez grand succès, où elle prenait des positions résolument anti-genre et antiféministes9.

25Pour comprendre la situation allemande, il est également important de s’intéresser à l’Église protestante. Bien que l’influence du catholicisme et du protestantisme varie selon les régions, les deux Églises sont aussi importantes l’une que l’autre au niveau national et jouent un rôle équivalent dans le débat public. Cependant, les acteur.rice.s protestant.e.s – qu’il s’agisse des représentant.e.s officiel.le.s de l’Église ou de groupes de laïc.que.s – interviennent depuis plus longtemps et de façon plus marquée dans le débat public, comme le montrent les débats sur des questions éthiques telles que les droits liés au handicap, à l’euthanasie, à la biomédecine et à la procréation. Malgré les positions généralement libérales et mêmes progressistes de l’Église protestante officielle, il existe des organisations et des courants fondamentalistes et conservateurs au sein du protestantisme allemand (Thiessen, 2015). Ces groupes, en partie liés aux groupes évangéliques en Europe et aux États-Unis, luttent contre la liberté sexuelle et reproductive et s’opposent avant tout au fait que l’État allemand encourage cette liberté. Ils défendent la scolarisation à domicile pour réduire les interférences publiques (déterminées par l’État) dans ce qu’ils considèrent comme des affaires « privées ».

26C’est toutefois la famille qui constitue l’enjeu le plus important pour le fondamentalisme protestant. Depuis que l’Église protestante officielle a adopté une position progressiste sur la famille (Rat der Evangelische Kirche Deutschland, 2013 ; Thiessen, 2015) – en adoptant clairement la conception constructiviste, post-essentialiste, fondée ni sur la biologie ni sur l’identité, de familles plurielles méritant toutes le même respect, le même soutien et l’acceptation religieuse pourvu qu’elles reposent sur le respect mutuel, la non-violence et l’engagement mutuel et durable –, le mécontentement a grandi au sein des sphères protestantes conservatrices. Comme au sein du catholicisme, le genre est vu comme l’une des causes principales du déclin normatif et moral, de la marginalisation du sens commun, de la perte des normes morales en matière de sexualité et du relativisme illégitime concernant le mariage et les formes familiales. Cela dit, il faut souligner que les discours protestants anti-genre reconnaissent nettement l’égalité de genre, définie comme égalité entre les sexes. À l’exception de quelques cas peu significatifs, ces discours contestent clairement l’idée que la Bible elle-même établisse la subordination des femmes (Thiessen, 2015, p. 157). Dans ce cadre, la notion même de genre est discréditée comme une « exagération » purement idéologique, contraire au sens commun et à la nature. Elle est comprise comme une conception post-naturelle et post-essentialiste d’une réalité construite historiquement et socialement – c’est-à-dire autodéfinie socialement –, ce qui permet des rapprochements avec d’autres constellations anti-genre.

  • 10  Pour plus de détails sur Beatrix von Storch dans les contextes allemand et européen, voir Kemper, (...)
  • 11  Zivile Koalition für Deutschland est un groupe fondé en 2010 et dirigé par la famille de von Storc (...)

27Beatrix von Storch10 est une autre actrice de cette galaxie. Vice-présidente du parti de droite, nationaliste, anti-migration, partiellement raciste, revanchard et anti-Union européenne nommé Alternative für Deutschland (AfD) et députée au Parlement européen depuis 2012 (où elle a récemment rejoint le groupe parlementaire Europe of Freedom and Direct Democracy après avoir été exclue du groupe conservateur European Conservatives and Reformists), von Storch a créé et dirigé plusieurs réseaux, tels que la Zivile Koalition e.V.11, qui milite entre autres contre le mariage des personnes de même sexe. Bien que le programme officiel de ce groupe se concentre sur des questions anti-Union européenne et de réduction fiscale, cette politicienne a organisé ou s’est exprimée à plusieurs reprises lors de manifestations contre une éducation sexuelle pluraliste et libérale dans les écoles, ainsi que contre les droits reproductifs (des femmes). Elle joue aussi un rôle crucial dans le lien entre certains groupes anti-genre religieux (protestants) et l’AfD.

La situation actuelle : l’« anti-genderisme » comme chaînon manquant entre des constellations hétérogènes

  • 12  Pour une analyse plus détaillée et une présentation de l’approche méthodologique, voir Hark & Vill (...)

28Les mobilisations contre le genre, la diversité sexuelle et les formes plurielles de parenté et de famille se sont récemment intensifiées et ont réuni une foule conséquente dans les rues. En outre, depuis 2014, l’Allemagne a connu la montée en puissance et le succès électoral soudain d’AfD, un nouveau parti populiste, de droite, nationaliste, anti-migratoire et anti-Union européenne. L’« anti-genderisme » est ainsi entré dans la politique partisane et a été mis à l’agenda de certains parlements régionaux. Comme l’ont analysé Eszter Kováts et Maari Põim (2015), il fonctionne comme un filet ou un pont – une « colle symbolique » – entre un ensemble de personnes, de groupes et de réseaux séparés, différents, mais reliés les uns aux autres. Pour comprendre la situation empirique en Allemagne, cette partie présente les principaux arguments qui sous-tendent les discours anti-genre12.

Le genre comme idéologie totalitaire

29Comme dans les premiers discours anti-genre, tout ce qui est lié au genre est présenté comme automatiquement idéologique et coercitif. Pratiquement n’importe quel document pris dans n’importe quel cadre – religieux, universitaire, issu du champ politique partisan ou de blogs et commentaires individuels – affirme explicitement ou part implicitement du principe que la notion de genre conduit ou renvoie nécessairement au totalitarisme. Comme l’affirme Hans Peter Klein :

les études de genre repoussent les limites de leur concept autodéfini comme multidisciplinaire pour lui donner une prétention semi-théologique. Par conséquent, toutes les disciplines universitaires, et en particulier celles qui sont importantes dans les enseignements de lycée, sont censées intégrer et enseigner les études de genre (Klein, 2016).

Dans cette citation d’un court article du quotidien en ligne Neue Zürcher Zeitung (conservateur libéral basé en Suisse), ce chercheur reconnu en biologie de l’évolution, président de l’Association allemande de didactique de la biologie, s’insurge contre « les études de genre » et appelle à les exclure du monde académique et à leur refuser l’accès à tout financement public. À côté de nombreux arguments de mauvaise foi, les études de genre sont typiquement présentées comme une « idéologie quasi théologique ».

30Ce thème apparaît dans de nombreux usages du terme « genre ». Presque tous les réseaux et programmes de mobilisation contre une éducation sexuelle plus pluraliste et non hétéronormative (et moins « biologisant ») dans les écoles réduisent systématiquement le genre au « genderisme », c’est-à-dire à l’« idéologie du genre ». Ce virage discursif à propos du genre est aussi observable dans des médias intellectuels reconnus. Sans autre formalité, le genre est de plus en plus assimilé à une idéologie totalitaire et irrationnelle.

31L’idée que le genre serait nécessairement idéologique est renforcée par l’allégation selon laquelle le genre serait une forme totalitaire de politique, qui « nous » serait imposée par « eux » et « elles » : nous les Allemand.e.s, nous les contribuables, nous les électeur.rice.s, nous le sens commun et les gens normaux, eux et elles les lobbyistes universitaires aberrant.e.s et irrationnel.le.s, eux et elles là-haut, déconnectés de la réalité, eux et elles les élites. Cette rhétorique dichotomique constitue un trait caractéristique du discours de l’« anti-genderisme », en particulier au sein des mouvements et partis politiques populistes et / ou nationalistes et anti-pluralistes. C’est dans la rhétorique anti-Union européenne de groupes comme PEGIDA ou l’AfD qu’elle est la plus forte. Dans ces cas, l’« anti-genderisme » centralise toutes sortes d’affects contre l’Union européenne, qui est décrite comme non ou même antidémocratique, exagérément bureaucratique et comme une source de gaspillage d’argent.

32La cible principale de cette rhétorique est l’Union européenne, considérée comme dirigée en définitive par des lobbyistes qui font de la politique pour servir leur intérêt propre et qui censurent les voix dissidentes. Le gender mainstreaming est perçu comme un signifiant magique rassemblant tous les maux associés à l’Union européenne. Pour cette raison, l’AfD « exige une transparence totale au sujet de tous les fonds de l’Union européenne qui ont été alloués jusqu’ici pour mettre en application des prétendues mesures d’égalité » et d’« arrêter le gender mainstreaming non démocratique » dans l’Union européenne et en Allemagne. Il plaide également pour la suppression des « interventions publiques motivées par l’idéologie sur le rôle des sexes, telles qu’elles ont été mises en œuvre par les (partis) “rouges-verts” » (AfD, 2016).

33Comme évoqué précédemment, la situation allemande et le discours politique restent fortement imprégnés par la division Est / Ouest. De façon paradoxale, la présentation du genre comme une idéologie totalitaire fonctionne dans les deux sens, comme l’a remarqué Kathleen Heft (2015). D’une part, le genre – en particulier tel que défini par le gender mainstreaming – est souvent assimilé à la RDA et à la Stasi, ainsi qu’au communisme et / ou au socialisme : « Le gender mainstreaming est à la “théorie du genre” ce que l’État-Parti de gauche (socialiste) était ou est au Manifeste du Parti communiste. Ainsi, le genre aspire à plus, il cherche à créer l’homme nouveau » (Michael Klonovsky, cité par Heft, 2015, p. 183). Quand il est associé aux inquiétudes par rapport à « l’Est », le genre devient synonyme de l’idéologie d’un régime dictatorial, en particulier de la colonisation du privé (la famille, l’intimité et la sexualité) par le public et par l’État. De nombreux documents mentionnent les violentes doctrines de rééducation stalinistes et / ou maoïstes – le cauchemardesque « homme nouveau soviétique ». De plus, ce genre de formulation évoque le fascisme, du moins pour certain.e.s. Des expressions telles que « féminazies » ou « gender faschismus » ne sont pas rares dans certains contextes, en particulier sur les réseaux sociaux.

34Par ailleurs, les versions est-allemandes de l’« anti-genderisme » soutiennent que la notion de genre est une construction occidentale ou américaine, c’est-à-dire non allemande. Bien qu’elle n’y soit pas hégémonique, cette rhétorique existe également dans l’ancienne Allemagne de l’Ouest. Cette forme d’anti-américanisme est un élément central de l’idéologie relative aux organisations, aux réseaux et aux partis de droite populiste, et ce, partout, y compris en Allemagne, et constitue un lien important entre des contextes et des éléments a priori assez éloignés (Diner, 1996 ; Knappertsbusch, 2016).

« Protéger les enfants » : le genre comme idéologie de la sexualisation et de la pédophilie

35La panique morale allemande autour du genre se condense dans le discours alarmiste sur l’incitation à la pédophilie et à la sexualisation des enfants. Le genre est systématiquement confondu par les militant.e.s anti-genre avec des atrocités comme les agressions sexuelles sur des enfants, l’absence de tout principe moral ou normatif et la suppression des tabous. Les implications post-essentialistes et post-naturalistes du genre sont interprétées à tort comme une destruction intentionnelle de toute moralité. Plus généralement, les postures critiques et libérales sur le genre et la sexualité sont assimilées à la désintégration complète de tout ordre social et culturel fondé sur une moralité minimale.

36Ces amalgames sont particulièrement présents dans les cercles chrétiens, qui entretiennent traditionnellement un rapport distant et inhibé à la sexualité. Dans ce contexte, la sexualité hétérosexuelle dans le cadre du mariage à des fins reproductives est la seule « bonne » forme de sexualité, la seule qui soit authentique, acceptable, légitime – alors que toutes les autres formes sont des aberrations à différents degrés et représentent des pratiques non naturelles, illégitimes, pathologiques ou idéologiques / artificielles.

37Au-delà des cercles explicitement chrétiens ou catholiques, les militant.e.s anti-genre utilisent abondamment le thème de la pédophilie pour toucher un large public. Par exemple, les hooligans d’extrême droite et les groupes néonazis réclament régulièrement la restauration de la « peine de mort pour les violeurs d’enfants ». Comme l’ont relevé Imke Schmincke (2015) et Katrin M. Kämpf (2015), les références aux enfants et à la mission autoproclamée de les protéger sont extrêmement puissantes. Elles trouvent un écho chez tout un chacun et portent des revendications auxquelles personne ne peut s’opposer : la protection de l’innocence, de la pureté et de la vulnérabilité. L’enfant concentre ces revendications, comme on peut le voir dans les représentations et les expressions utilisées par des organisations telles que « Parents inquiets13 ».

  • 14  Voir Dagmar Herzog (2005) à propos des politiques sexuelles en Allemagne, et Sven Reichardt (2014) (...)

38Comme on l’a vu précédemment, ce motif spécifique – la peur de la pédophilie et de la perversion – ne doit pas seulement être compris comme une panique morale portant sur les dynamiques libérales et réflexives inévitables dans les processus de modernisation, mais aussi, et plus particulièrement dans le contexte allemand, comme une tentative (subconsciente) d’effacer le passé récent. En effet, ces références sont systématiquement mises en lien avec l’histoire des politiques de libéralisation, la libération sexuelle et les mouvements anti-autoritaires des années 1970 et 1980, ainsi qu’au parti des Verts (Die Grünen). Avec plus ou moins d’exactitude historique, les expériences et les pratiques sociales de cette période (garde d’enfants alternative, vie en communauté, éducation libre, amour libre, etc.)14 sont présentées comme des déviations violentes de la part de « pervers.e.s » animé.e.s par une idéologie dogmatique. Le parti des Verts allemand est particulièrement visé par ces récits médiatiques diffamatoires, renforcés par la mauvaise gestion de documents qui ont fait surface récemment et qui prouvent l’existence d’une certaine minimisation et banalisation de la pédophilie prêtant à confusion dans les premiers temps de ce parti. En définitive, la protection de l’innocence des enfants permet de présenter les discours anti-genre comme une défense nécessaire du sens commun et de la restauration d’un ordre naturel menacé.

Les études de genre comme nouveau créationnisme : le genre n’est pas un savoir scientifique

39Les attaques contre les études de genre comme domaine de recherche universitaire constituent un autre enjeu fondamental. Cette thématique est de plus en plus mise en avant dans les médias et résonne largement en Allemagne : au cours des deux à trois dernières années, des articles importants sont parus dans des journaux reconnus et largement diffusés, libéraux comme conservateurs. Ces articles soutiennent que les études de genre ne sont pas scientifiques, mais qu’elles relèvent d’une sorte de croyance idéologique ou religieuse, puisque la notion même de genre s’opposerait à toute preuve scientifique (à l’inverse de la biologie, la médecine, la chimie ou la théorie de l’évolution). Sur cette base, les études de genre sont accusées d’être une nouvelle forme de créationnisme. C’est le discours que tient Ulrich Kutschera, un professeur de biologie en poste dans une université allemande, qui accuse le domaine d’études dans son entièreté non seulement de développer une nouvelle forme de créationnisme, mais aussi d’être, littéralement, une « tumeur cancéreuse » dans un organisme universitaire sain (Himmelrath, 2015).

40Cet argument repose sur une conception ouvertement étroite, positiviste et exclusivement expérimentale du savoir scientifique. En regardant d’un peu plus près, l’accusation de non-scientificité faite aux études de genre repose sur une conception assez hégémonique, naïve et proche du sens commun de la biologie comme ontologie. La notion d’une « nature » aisément dissociable de la pratique sociale et de l’interprétation culturelle ou des conditions historiques s’appuie sur l’idée répandue selon laquelle les entités naturelles (telles que les gènes, les hormones ou les neurones) déterminent toutes les dynamiques sociales (Martenstein, 2013 ; Weber, 2016).

41Cette accusation reprend des simplifications et un primitivisme épistémologique bien connus et qui relèvent de l’idéologie, qui ont été réfutés par des études scientifiques depuis plusieurs décennies et qui ne valent pas que pour les études de genre. Il est intéressant, mais pas surprenant, de remarquer que la dichotomie entre l’inné et l’acquis, scientifiquement dépassée (Ainsworth, 2015 ; Baron Cohen, 2013), est réactivée. La fonction de cette formulation dichotomique est évidente : elle suggère qu’il existe une orientation normative stable au-delà des contingences, des incertitudes et des pluralismes de la société contemporaine. La naturalisation de certaines différences qui revêtent une grande importance sociale telle que le genre, la race ou la sexualité est invoquée une fois de plus comme un antidote à la « modernité liquide » (Zygmunt Bauman) et au malaise lié à la pluralisation et au post-essentialisme (Max Weber). Cette fonction spécifique rejoint parfaitement celle des thématiques communes aux actuelles dynamiques de la droite populiste, nationaliste et en partie ouvertement raciste.

42Les attaques contre les études de genre comportent d’autres éléments, qui ressemblent à ceux décrits précédemment : le supposé gaspillage énorme d’argent public (« nos impôts ») au profit de la production d’un non-sens idéologique alors que les universités souffrent de problèmes de financement chroniques, l’influence sous-estimée que les études de genre exerceraient sur le monde académique allemand et les jeunes étudiant.e.s, l’explosion des études de genre grâce à un lobbying politique efficace et l’éviction de disciplines universitaires petites mais importantes qui en résulterait. En résumé, les études de genre sont dépeintes comme un danger idéologique omniprésent et omnipotent pour le monde académique allemand, alimenté par la politique, gaspillant d’immenses sommes d’argent et menaçant la qualité de l’enseignement supérieur.

43Un élément supplémentaire joue un rôle crucial : le spectre de la censure imputable au politiquement correct (Ginsburg, 2014 ; Grau, 2016 ; Meyer, 2015). Selon ces auteur.e.s, il existerait un véritable système de contrôle et de censure, une sorte de surveillance centralisée de tous les aspects de la vie académique : le contenu des projets de recherche, le recrutement du personnel et les décisions de titularisation, ou la micropolitique de la vie universitaire en général. Soit cette rhétorique du complot fait référence au passé nazi de l’Allemagne, soit elle accuse explicitement « les États-Unis / l’Amérique » d’être responsable(s) de l’importation du politiquement correct dans le monde politique et universitaire allemand. Il est significatif que certains termes reprennent exactement la rhétorique nazie. Gleichschaltung, par exemple, est le concept utilisé par le régime nazi pour mettre au pas toutes les institutions derrière la même idéologie raciste, antisémite et ethnonationaliste.

*

44Les discours anti-genre en Allemagne sont issus de contextes hétérogènes. En comparaison avec d’autres pays européens, l’empreinte catholique / chrétienne est moins importante. Les différentes thématiques et la rhétorique au cœur du discours de l’« anti-genderisme » fonctionnent plutôt comme une « colle » (Kováts & Põim, 2015) entre un ensemble d’acteurs et d’actrices, de réseaux, de mouvements et de partis politiques différents. Ces thématiques ont toutes en commun le rejet de ce qui constitue les bases post-essentielles et post-naturelles des identités, des groupes et des droits. Ainsi, l’« anti-genderisme » en Allemagne s’oppose-t-il aux preuves empiriques et à la formulation conceptuelle du genre (et de la sexualité, de la famille, de la reproduction) comme construit socialement, défini historiquement, négocié culturellement et vécu individuellement de manière variable.

45Que ce rejet soit considéré ou non comme un backlash, il est certain qu’il s’agit d’une réaction à des transformations importantes et à des changements de paradigme dans les fondements normatifs des politiques publiques allemandes qui concernent l’égalité (de genre), la famille, l’inclusion et la citoyenneté. Ces changements sont le reflet de la libéralisation de la société allemande et en particulier ouest-allemande, à la suite des mouvements sociaux émancipatoires des années 1970 et 1980. Dans ce cadre, il n’est pas surprenant que de nombreuses voix issues de l’« anti-genderisme » formulent des accusations plus ou moins malveillantes à l’encontre des « soixante-huitard.e.s », vu.e.s comme la source de la plupart des maux libéraux contemporains.

46Le discours de l’« anti-genderisme » actuel dans la politique allemande peut également être lu comme la tentative de la part de certains secteurs de défaire ou d’effacer une partie de l’histoire récente. L’« anti-genderisme » est aussi fortement lié à des affects anti-État (anti-public) et anti-Union européenne : ces affects l’alimentent et sont renforcés à leur tour par celui-ci. Le genre tel qu’il est défini dans le gender mainstreaming est utilisé systématiquement comme nom de code pour désigner « Bruxelles » et comme une façon de dénoncer des choses problématiques à propos de l’Union européenne (comme le défaut de procédures démocratiques, la bureaucratie, etc.).

47Enfin, la forme des discours anti-genre en Allemagne est particulièrement intéressante. On note en effet un style général d’« autohéroïsation ». J’entends par là une discursivité performative qui se pose elle-même comme parole marginalisée – réduite au silence par les lobbys, par un puissant complot transnational, par une censure idéologique dans les médias et l’espace public, par la « mafia » toute-puissante du politiquement correct – qui prétend s’exprimer au nom de la « majorité silencieuse ou réduite au silence ». Comme le genre (et de la même façon le militantisme queer et / ou LGBTTI*) est défini comme complètement déconnecté du sens commun, comme étranger à la raison, à la rationalité et aux « évidences » de la normalité, comme idéologique, l’« anti-genderisme » prétend représenter non seulement la majorité, mais aussi le bon sens des gens « normaux ».

Bibliographie

Alternative für Deutschland (AfD) (2016), « Programm der AfD », en ligne : www.afdbayern.de/politik/deutschland-programm (septembre 2018).

Ainsworth Claire (2015), « Sex Redefined: The Idea of Two Sexes is Simplistic. Biologists Now Think There is a Wider Spectrum Than That », Nature, nº 518, p. 288-291.

Baron Cohen Simon (2012), « Gender Stereotypes Under the Microscope », University of Cambridge News, 5 octobre, en ligne : www.cam.ac.uk/news/gender-stereotypes-under-the-microscope (septembre 2018).

Beck Ulrich, Giddens Antony & Lash Scott (1994), Reflexive Modernization: Politics, Tradition and Aesthetics in the Modern Social Order, Standford, Stanford University Press.

Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung (BiB) (2013), « Familienleitbilder. Vorstellungen, Meinungen, Erwartungen. Wiesbaden », Sabine Gründler (coord.), en ligne : www.demografie-portal.de/SharedDocs/Downloads/DE/Studien/Familienleitbilder_Vorstellungen_Meinungen_Erwartungen.pdf?__blob=publicationFile&v=2 (septembre 2018).

Diner Dan (1996), America in the Eyes of the Germans: An Essay on Anti-Americanism, Princeton, Markus Wiener Publishers.

Ferree Myra Marx (2012), Varieties of Feminism: German Gender Politics in Global Perspective, Stanford, Stanford University Press.

Ferree Myra Marx (1996), « Grandeur et décadence de la “politique des mamans” : féminisme et réunification en Allemagne de l’Est », Nouvelles Questions féministes, vol. 17, nº 4, p. 9-43.

Ginsburg Michael (2014), « Wie der Genderwahn deutsche Studenten tyrannisiert », Die Welt, 19 novembre, en ligne : www.welt.de/debatte/kommentare/article134493430/Wie-der-Genderwahn-deutsche-Studenten-tyrannisiert.html (septembre 2018).

Grau Alexander (2016), « Resultat einer Weltfluchtpropaganda. Eine Kritik der Political Correctness », Forschung & Lehre Online, 4 avril, en ligne : www.forschung-und-lehre.de/wordpress/?p=20741 (15 juin 2016 ; la page n’est plus accessible).

Hark Sabine & Genschel Corinna (2003), « Die ambivalente Politik von Citizenship und ihre sexualpolitische Herausforderung », dans Gudrun-Axeli Knapp & Angelika Wetterer (dir.), Achsen der Differenz. Gesellschaftstheorie und feministische Kritik II, Münster, Westfälisches Dampfboot, p. 134-169.

Hark Sabine & Villa Paula-Irene (2015), « “Anti-Genderismus” – Warum dieses Buch? », dans Sabine Hark & Paula-Irene Villa (dir.), Anti-Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen, Bielefeld, Transcript, p. 7-15.

Heft Kathleen (2015), « Der Osten Deutschlands als (negative) Avantgarde. Vom Kommunismus im Anti-Genderismus », dans Sabine Hark & Paula-Irene Villa (dir.), Anti-Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen, Bielefeld, Transcript, p. 183-200.

Herman Eva (2007), Das Prinzip Arche Noah. Warum wir die Familie retten müssen, Munich, Pendo.

Herzog Dagmar (2005), Sex after Fascism: Memory and Morality in Twentieth-Century Germany, Princeton, Princeton University Press.

Himmelrath Armin (2015), « Professor gegen Genderforschung: “Jung, attraktiv, muss gut kochen können” », Spiegel Online, 4 septembre, en ligne : www.spiegel.de/unispiegel/wunderbar/universitaet-kassel-professor-ulrich-kutschera-zieht-ueber-genderforschung-her-a-1050888.html (septembre 2018).

Jurczyk Karin & Klinkhardt Josefine (2014), Vater, Mutter, Kind? Acht Trends in Familien, die Politik heute kennen sollte, Gütersloh, Bertelsmann Stiftung.

Kämpf Katrin M. (2015), « Eine “Büchse der Pandora”? Die Anrufung der Kategorie Pädophilie in aktuellen antifeministischen und antiqueeren Krisen-Diskursen », dans Sabine Hark & Paula-Irene Villa (dir.), Anti-Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen, Bielefeld, Transcript, p. 109-128.

Kemper Andreas (2014), Keimzelle der Nation, 2. Wie sich in Europa Parteien und Bewegungen für konservative Familienwerte, gegen Toleranz und Vielfalt und gegen eine progressive Geschlechterpolitik radikalisieren, Berlin, Friedrich Ebert Stiftung, en ligne : http://library.fes.de/pdf-files/dialog/11163.pdf (septembre 2018).

Klein Hans Peter (2016), « Die Wissenschaft leidet unter dem Diktat der Gender-Studies », Neue Zürcher Zeitung, 17 juin, en ligne : https://nzzas.nzz.ch/meinungen/externe-standpunkt-wissenschaft-leidet-unter-diktat-gender-studies-ld.149714?reduced=true (septembre 2018).

Knappertsbusch Felix (2016), Antiamerikanismus in Deutschland. Über die Funktion von Amerikabildern in nationalistischer und ethnozentrischer Rhetorik, Bielefeld, Transcript.

Kováts Eszter & Põim Maari (dir.) (2015), Gender as Symbolic Glue: The Position and Role of Conservative and Far Right Parties in the Anti-Gender Mobilization in Europe, Bruxelles / Budapest, Foundation for European Progressive Studies / Friedrich-Ebert-Stiftung.

Kuby Gabriele (2015), The Global Sexual Revolution: Destruction of Freedom in the Name of Freedom, Kattering, Angelico Press.

Martenstein Harald (2013), « Schlecht, schlechter, Geschlecht », Zeit-Online, 6 juin, en ligne : www.zeit.de/2013/24/genderforschung-kulturelle-unterschiede (septembre 2018).

Meyer Axel (2015), « Gefahren der Meinungsfreiheit », Forschung und Lehre, 11 novembre, en ligne : www.forschung-und-lehre.de/wordpress/?p=19709 (15 juin 2016 ; la page n’est plus accessible).

Pfister René (2006), « Regierung: Der neue Mensch », Der Spiegel online, 30 décembre, en ligne : www.spiegel.de/spiegel/a-457053.html (septembre 2018).

Rat der Evangelische Kirche Deutschland (2013), Zwischen Autonomie und Angewiesenheit: Familie als verlässliche Gemeinschaft stärken. Eine Orientierungshilfe des Rates der Evangelischen Kirche in Deutschland, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus.

Reichardt Sven (2014), Authentizität und Gemeinschaft. Linksalternatives Leben in den siebziger und frühen achtziger Jahren, Berlin, Suhrkamp.

Röhl Bettina (2005), « Die Gender Mainstreaming Strategie », Cicero online, 31 mars, en ligne : http://bettinaroehl.blogs.com/mainstream/2005/03/cicero_online_s.html (septembre 2018).

Schmincke Imke (2015), « Das Kind als Chiffre politischer Auseinandersetzung am Beispiel neuer konservativer Protestbewegungen in Frankreich und Deutschland », dans Sabine Hark & Paula-Irene Villa (dir.), Anti-Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen, Bielefeld, Transcript, p. 93-108.

Siri Jasmin (2015), « Paradoxien konservativen Protests. Das Beispiel der Bewegungen gegen Gleichstellung in der BRD », dans Sabine Hark & Paula-Irene Villa (dir.), Anti-Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen, Bielefeld, Transcript, p. 239-257.

Spaemann Robert (2015), « Foreword », dans Gabriele Kuby, The Global Sexual Revolution: Destruction of Freedom in the Name of Freedom, Kattering, Angelico Press, p. 13-16.

Stychin Carl F. (2001), « Sexual Citizenship in the European Union », Citizenship Studies, vol. 5, nº 1, p. 285-301.

Thiessen Barbara (2015), « Gender Trouble evangelisch. Analyse und Standortbestimmung », dans Sabine Hark & Paula-Irene Villa (dir.), Anti-Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen, Bielefeld, Transcript, p. 149-167.

Villa Paula-Irene (2016), « Na logisch! Selbst-Heroisierung: Die zweite Hauptrolle im Immunisierungsdrama », Hohe Luft, Philosophie Zeitschrift, 15 juin, en ligne : www.hoheluft-magazin.de/2016/06/na-logisch-selbst-heroisierung-die-zweite-hauptrolle-im-immunisierungs-drama/ (septembre 2018).

Villa Paula-Irene (2015), « The Nature in Citizenship. An Intersectional Perspective on Gender and Sexuality », communication présentée à la conférence « The Shifting Nature of Citizenship », Université de Potsdam, 4-6 juin.

Weaver Matthew (2010), « Angela Merkel : German Multiculturalism Has “Utterly Failed” », The Guardian, 17 octobre, en ligne : www.theguardian.com/world/2010/oct/17/angela-merkel-german-multiculturalism-failed (septembre 2018).

Weber Christian (2016), « Mann und Frau und der kleine Unterschied », Süddeutsche Zeitung, 16 avril, en ligne : www.sueddeutsche.de/wissen/gesellschaft-und-forschung-mann-und-frau-und-der-kleine-unterschied-1.2952490 (septembre 2018).

Weeks Jeffrey (1998), « The Sexual Citizen », Theory, Culture and Society, vol. 15, nº 3-4, p. 35-52.

Wimbauer Christine, Motakef Mona & Teschlade Julia (2015), « Prekäre Selbstverständlichkeiten. Neun prekarisierungestheoretische Thesen zu Diskursen gegen Geleichtstellungspolitik und Geschlechterforschung », dans Sabine Hark & Paula-Irene Villa (dir.), Anti-Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen, Bielefeld, Transcript, p. 41-59.

Zastrow Volker (2006), Gender. Die politische Geschlechtsumwandlung, Waltrop, Manuscriptum.

Notes

1  Besorgte Buerger, en ligne : http://besorgtebuerger.tumblr.com/ (septembre 2018).

2  Environ 65 % des mères avec des enfants de moins de 18 ans occupent un emploi rémunéré. Parmi elles, environ 75 % travaillent à temps partiel, souvent à cause de l’absence de solution fiable et abordable pour la garde des enfants (Jurczyk & Klinkhardt, 2014).

3  Cet article du Code pénal allemand criminalisait, depuis l’unification de l’Allemagne en 1871, les actes sexuels entre hommes (ainsi qu’avec des animaux). Ces dispositions ont été aggravées en 1935, sous le régime nazi, et ont servi de base juridique à l’internement des homosexuel.le.s. Conservé après 1945, cet article n’a été aboli qu’en 1994.

4Manufactum, en ligne : www.manufactum.de (septembre 2018).

5  Les enquêtes d’opinion montrent des attitudes complexes, ambivalentes et partiellement contradictoires par rapport à la conciliation entre le travail salarié et le rôle de parent, en particulier la maternité. La plupart des Allemand.e.s affirment qu’une « bonne mère » doit travailler, mais soutiennent aussi fortement l’idée que les mères doivent passer les après-midis à la maison pour pouvoir aider leurs enfants à faire leurs devoirs ou autre (Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, 2013).

6  Comme l’Alliance pour des familles et des communautés fortes, ou le World Congress of Families.

7  Présentation de l’ouvrage de Kuby, The Global Sexual Revolution, sur le site Angelico Press, en ligne : https://angelicopress.org/product/the-global-sexual-revolution/ (septembre 2018).

8  Pour une analyse plus poussée de l’héroïsme comme nouvelle rhétorique populiste dans le contexte allemand, voir Villa, 2016.

9  Eva Herman, Das Eva-Prinzip, Munich, Goldmann TB, 2007.

10  Pour plus de détails sur Beatrix von Storch dans les contextes allemand et européen, voir Kemper, 2014.

11  Zivile Koalition für Deutschland est un groupe fondé en 2010 et dirigé par la famille de von Storch. Voir en ligne : www.zivilekoalition.de (septembre 2018).

12  Pour une analyse plus détaillée et une présentation de l’approche méthodologique, voir Hark & Villa, 2015.

13Besorgte Eltern, voir en ligne : www.besorgte-eltern.net (septembre 2018).

14  Voir Dagmar Herzog (2005) à propos des politiques sexuelles en Allemagne, et Sven Reichardt (2014) pour une description et une analyse plus générales des nouveaux mouvements sociaux en Allemagne.

Auteur

Paula-Irene Villa a été formée aux sciences sociales à l’Universidad de ­Buenos Aires et à la Ruhr-Universität de Bochum. Elle a obtenu son habilitation en sociologie à la Leibniz Universität Hannover. Après avoir occupé plusieurs postes universitaires en Autriche, en Allemagne et en Suisse, elle a été nommée titulaire de la chaire de sociologie et d’études de genre du département de sociologie à la Ludwig-Maximilians-Universität München en 2008. Ses recherches portent sur la théorie sociale et sur le genre, l’incarnation (embodiment), la biopolitique, le care et les études culturelles. Actuellement, elle est porte-parole du réseau de recherche multidisciplinaire sur le genre et le care « ForGenderCare », membre élue du bureau de l’Association allemande de sociologie (DGS) et membre fondatrice et ancienne membre du bureau de l’Association allemande d’études de genre. Elle a écrit ou dirigé dix ouvrages, dont (Anti)Genderismus. Sexualität und Geschlecht als Schauplätze aktueller politischer Auseinandersetzungen (transcript, 2015, codirigé avec Sabine Hark) et publié de très nombreux articles et chapitres de livres.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search