Version classiqueVersion mobile

Campagnes anti-genre en Europe

 | 
Roman Kuhar
, 
David Paternotte

Préface

Un « mouvement anti-genre » en cours d’identification

Florence Rochefort

Texte intégral

1Des défilés massifs, colorés, festifs ; des formes inédites de mobilisation comme Les Veilleurs ; une portée médiatique et communicationnelle hors pair ; des arguments idéologiques déroutants semblant jouer sur le bon sens de l’empathie pour la famille... La Manif pour tous et ses avatars et plus généralement ce que David Paternotte et Roman Kuhar proposent de nommer « le mouvement anti-genre » a pris de court les analystes de nos sociétés du spectacle.

2N’étions-nous pas en train de nous acheminer sans trop de heurts vers une mutation profonde due à l’érosion de l’héritage judéo-chrétien sur la « question homosexuelle », mettant fin à une approche diabolisée en Amérique du Nord, en Europe, en Australie et dans quelques pays d’Amérique du Sud ?

3Plusieurs indices semblaient fiables, tant paraissait se confirmer la disparition d’interdits sexuels séculaires de relations consenties dans le sillage des « révolutions sexuelles » des années 1960 et des mobilisations féministes et LGBTQI : la dépénalisation de la sodomie, la dépathologisation de l’homosexualité (OMS en 1990), l’inscription de l’orientation sexuelle au sein des critères de discrimination par la Cour européenne des droits de l’homme. Et, dans certains pays, l’équivalence de l’âge du consentement sexuel pour les relations hétérosexuelles et homosexuelles, l’instauration de l’union civile puis du mariage pour les couples de même sexe et la reconnaissance de l’homoparentalité, le développement de la lutte contre l’homophobie et l’acceptation de la transsexualité ou d’un sexe neutre (Allemagne). Ces mutations en cours s’ajoutent à celles touchant la liberté des femmes, à leur accession à plus d’égalité dans tous les domaines, aux transformations familiales : augmentation des unions libres ou des unions civiles et des naissances hors mariage, des familles monoparentales, de l’homoparentalité, effacement des inégalités concernant les enfants dits « naturels ». Même certains mondes religieux ont été touchés par cette libéralisation des mœurs : l’archevêque de l’église luthérienne de Suède vit ouvertement en couple lesbien et en famille homoparentale. Ces acquis sont loin d’être partagés par tous les pays européens, mais il ne semblait pas insurmontable de les inscrire à plus ou moins long terme dans les législations comme des droits fondamentaux.

4Le développement notable et mondial des études de genre et l’adoption par les instances internationales de cette notion pour tenter d’intégrer dans chaque politique sectorielle la prise en charge des dimensions sexuées et genrées laissaient croire, malgré bien des entraves et des limites, que certains apports intellectuels étaient en voie d’être diffusés plus largement.

5Ce que pouvait laisser penser également le nombre de fictions, de romans, de films, de séries télévisées, d’œuvres artistiques nourries par l’extension dans nombre de pays libéraux des libertés individuelles en matière d’orientation sexuelle, d’outing, de visibilité, d’acquis législatifs. Certaines formes de banalisation de l’homosexualité devenaient perceptibles même dans l’idéologie droitière, xénophobe et nationaliste, dénoncées comme un « homonationalisme » par Jasbir Puar, visant principalement à stigmatiser les pays musulmans, l’immigration et les minorités musulmanes européennes ou nord-américaines.

6Pourtant, ce que nous montre magistralement cet ouvrage, c’est une recomposition disparate et complexe de l’opposition aux libertés fondamentales de choix et de libre disposition de son corps. Le refus de l’institutionnalisation de couples de même sexe et des familles homoparentales ou encore, comme en France, de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes et les femmes seules a permis l’amalgame et le renouveau de nombres de forces religieuses et politiques, jusqu’alors éparses et engagées parfois de longue date dans l’opposition à l’éducation sexuelle et au droit à l’avortement à côté de nouveaux groupes militants aux allures déroutantes.

7Ce renouvellement est indissociable des crispations identitaires catholiques notamment – mais plus généralement des offensives religieuses fondamentalistes contre les libertés sexuelles –, du repli nationaliste et des nouvelles formes de populisme opposées aux élites libérales nationales et internationales au sein de l’Union européenne ou de l’Organisation des Nations unies. Il s’agit pourtant bien, dans ce mouvement anti-genre, de certaines élites qui tentent de reconquérir ce qu’elles considèrent comme une hégémonie légitime et font montre de leur puissante capacité d’action transnationale.

8La politisation des questions de genre n’est pas nouvelle si on l’entend comme une gestion des populations par le biopolitique, le contrôle du corps des femmes, des relations entre les sexes au sein des règles familiales et de filiation et au sein de cadres normatifs hétérosexuels et de domination masculine. La mise en place de politiques répressives plus efficaces contre la contraception, l’avortement, l’homosexualité fin xixe, début xxe siècle s’articule à la diffusion de savoirs médicaux et juridiques contribuant à naturaliser les identités sexuées et sexuelles. Ces politiques faisaient assez largement consensus, y compris dans les rangs de la gauche ou des féminismes modérés jusque dans les années 1960. Dès lors, le concept de genre tel qu’il a été redéfini au sein des mobilisations féministes et LBGTQI, puis au sein de la recherche et des universités, a visé à dénaturaliser les catégories des savoirs pour saisir les processus de différenciation des sexes, de hiérarchisation et d’interactions entre les différents types de domination et de discrimination.

9Ironie de l’Histoire, le soutien apportée à la publication de cet ouvrage par l’Institut Émilie du Châtelet pour la promotion et le développement des études sur les femmes, le sexe et le genre qui, avec des fonds régionaux et universitaires, a pu pendant plus de dix ans aider la jeune recherche, la diffusion grand public et l’action éditoriale, est son ultime action d’aide à la traduction, les changements politiques et les campagnes anti-genre l’ayant contraint à mettre fin à ces programmes.

10Le concept de genre tel qu’il est perçu par ses adversaires, comme une « théorie totalitaire », serait porteur d’une destruction des valeurs fondatrices, de la famille, de l’ordre social et naturel. Aux utopies de liberté, d’épanouissement, de respect des différences, ils répondent par un appel à la répression, à l’interdit, à la contrainte. Cet ouvrage nous invite à découvrir à la fois les similitudes et les disparités de ce mouvement national et transnational, ses continuités et ses singularités. Il nous offre maints outils indispensables pour éviter les polarisations simplificatrices et mieux comprendre les fondements, les formes et les acteurs et actrices de cette résistance. Les projets politiques globaux dont ils relèvent ne concernent pas seulement la « citoyenneté sexuelle », mais bien l’avenir de l’Europe et de la démocratie elle-même.

Auteur

Historienne, chargée de recherche au CNRS, Florence Rochefort est spécialiste de l’histoire des féminismes, des femmes et du genre. Elle codirige la revue CLIO. Femmes, genre, histoire. Elle a codirigé notamment Qu’est ce que le genre ? (Payot, 2014).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search