Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

L'art de la liste

Pratiques de la liste de lieux et effets de style perecquiens

Lucia Manea

Texte intégral

1Dans l’œuvre romanesque et essayistique de Georges Perec, le rôle assigné à l’index, qui est loin d’être « un supplément, mais une véritable et même essentielle partie du livre » (« Lettre à Maurice Nadeau », 1969, citée par Lejeune, 1991, p. 20), de même que la tentation récurrente de l’incorporer tel quel dans le récit ou de l’y rattacher d’une façon ou d’une autre, éclairent la pratique stylistique de Perec, sa conception particulière du renouveau du matériau langagier et littéraire. Dans cet article, je voudrais examiner plus généralement quelques usages de la liste et des inventaires que propose l’écrivain, en interrogeant tout particulièrement les listes de lieux.

Lieux rhétoriques

2L’énumération, cette possibilité de retrouver la description dans la répétition, représente sans doute chez Perec la figure la plus ostensible, volontiers évoquée dans les entretiens ou, de manière plus inattendue, dans l’œuvre de fiction. L’accumulation et l’énumération apparaissent d’ailleurs, parmi bien d’autres procédés classiques ou inventés, dans l’« Index des fleurs et ornements rhétoriques » qui termine Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?

3En considérant le rapport de l’œuvre de Perec au lieu, je m’attacherai à l’étude des représentations des lieux, de leurs désignations (par des toponymes, mais aussi des substantifs désignant des parties de l’espace : chambre, immeuble, rue, pays, etc.), en posant la question de leur lien aux lieux de la rhétorique. Un jeu de mots étymologique permettra ainsi de passer des lieux aux topoï – pour ne considérer que les topoï consacrés aux différents espaces que Perec nous invite tour à tour à habiter, à découvrir, à dénombrer, à occulter. J’essaierai ensuite de montrer que le rapport entre l’espace et la rhétorique est consubstantiel à l’écriture de Perec, l’inventaire des types d’espace puis leur description constituant un réel moteur de la fiction. En effet, l’énumération de lieux permet de construire un espace diégétique, les toponymes représentant autant de repères placés sur une carte du monde. Un espace fictif peut dès lors se déployer à partir de l’inventaire, du geste énumératif.

4Dans la littérature aussi bien que dans le monde réel, l’espace représente le cadre ou le décor qui entoure, et présuppose un déploiement horizontal ou vertical ; il demande à la fois une intellection et une perception. Le plus souvent, on distingue entre espace et lieu : le premier serait plutôt abstrait, le second davantage concret ; le premier inclurait la mobilité, le déplacement, le second serait clos et humanisé, un repère qui arrête le regard (Westphal, 2007, p. 14-15), l’espace étant in fine constitué d’un ensemble de lieux reliés en réseau. Dans sa théorie de la géocritique, Bertrand Westphal dégage trois caractéristiques de l’espace contemporain : la mobilité, la transgressivité et la référentialité (2007, p. 17) – traits que l’œuvre de Perec illustre bien.

5J’aborderai ici l’œuvre à partir d’Espèces d’espaces, le texte qui a suscité le plus d’intérêt parmi les géographes et les sociologues, succès auquel ont sans doute contribué la tentative de taxinomie et de totalisation du monde que propose cet essai, ainsi que la définition des espaces de vie réels. Le titre désigne d’entrée de jeu un projet de classification, de typologie, qui commence par poser un espace de la page, et déploie ensuite plusieurs types d’espaces réels, allant de l’extérieur vers l’intérieur, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, de l’enfermement à l’ouverture – ou supposée telle. Texte charnière pour la problématique de la spatialité, encadré chronologiquement par La Boutique obscure (1973) et W ou le souvenir d’enfance (1975), Espèces d’espaces (1974) évoque des projets et travaux en cours dont certains aboutiront à des publications.

6Cet essai permet – aspect essentiel – d’éclairer la technique d’écriture des textes fictionnels, de dégager les quatre préoccupations (pour le sociologique ou le quotidien, l’autobiographique ou l’histoire personnelle, le ludique ou les contraintes du langage, le romanesque ou le fictionnel [voir PC, p. 10]) qui caractérisent le travail de Perec. La classification des espaces (index topographique, énumération d’endroits où l’on a vécu, où l’on vit, où l’on pourrait vivre) permet de réunir points de vue géographique, sociologique, historique et littéraire. Englobant le quotidien et le passé, le rapport à l’espace et aux lieux interroge le lien entre mémoire (souvenirs) et trace (notamment spatiale). La page qui précède l’« Avant-propos » d’Espèces d’espaces peut ainsi être vue comme une synthèse de la pensée spatiale qui sous-tend l’œuvre entier de Perec : on y retrouve l’usage taxinomique du catalogue, l’énumération, le jeu de mots, le glissement entre axes syntagmatique et paradigmatique, les distinctions entre espaces public et privé, physique et rêvé (ou imaginaire), les différences de sens que l’espace revêt en géographie et en astronomie, en anthropologie et dans le domaine de l’intertextualité, le jeu entre syntagmes inventés et clichés...

7On constate une progression dans l’énumération des espaces (ou plutôt des lieux), du lit vers la chambre, puis vers l’appartement avec ses pièces, portes, escaliers, murs ; suivent l’immeuble, la rue, le quartier, la ville, gradation allant de l’espace intime, intérieur, privé, vers un espace public, extérieur, partagé. Les descriptions d’espaces sont ponctuées d’évocations d’actions possibles à travers l’espace : se déplacer, déménager, emménager, voyager, s’enraciner, vaincre la distance, etc. L’inventaire des espaces géographiques (désert, ruisseau, mer, îles, lagune, dunes, plage, plaine, etc.) n’est pas un « simple prétexte à nomenclature » (EE, p. 22) : en animant ces divers espaces, en les peuplant de personnages, en leur imprimant des mouvements, un début de description est amorcé. Un début de narration suivra.

8Également révélateur de la manière qu’a Perec de joindre un commentaire métaréflexif à un long inventaire toponymique, le texte sur Ellis Island, porte d’entrée aux États-Unis pour plusieurs générations d’émigrants, semble rechercher un effet d’exhaustivité dans son enquête sociologique et historique. Une très longue énumération de toponymes fait de cet îlot le point concentrique vers lequel convergent les trajets de foules innombrables de déplacés, partis de tous les coins de l’Europe :

cinq millions d’émigrants en provenance d’ Italie
quatre millions d’émigrants en provenance d’ Irlande
un million d’émigrants en provenance de Suède
six millions d’émigrants en provenance d’ Allemagne
trois millions d’émigrants en provenance d’Autriche et de Hongrie
trois millions cinq cent mille émigrants en provenance de Russie et d’ Ukraine
[...]
pendant toutes ces années, les navires à vapeur de la Cunard Line, de la Red Star Line, de l’Anchor Line, de l’Italian Line, de la Hamburg-Amerika Line, de la Holland-America Line, sillonnèrent l’Atlantique nord
ils partaient de Rotterdam, de Brême, de Göteborg, de Palerme, d’Istanbul, de Naples, d’Anvers, de Liverpool, de Lübeck, de Salonique, de Bristol, de Riga, de Cork, de Dunkerque, de Stettin, de Hambourg, de Marseille, de Gênes, de Danzig, de Cherbourg, du Pirée, de Trieste, de Londres, de Fiume, du Havre, d’Odessa, de Tallin, de Southampton. (EI, p. 21 et 27)

9Dans cette litanie, l’effet de totalisation et de mélancolie est créé par la reprise de la même formule, où le changement du nombre et du lieu opère les variations. Pour une rare fois, Perec laisse de côté sa discrétion et son impartialité, apparemment envahi par la nostalgie de cette mémoire possible – mémoire par procuration des familles immigrées –, d’un chemin que ses parents auraient pu emprunter. Tout son projet d’écriture, la détermination des finalités stylistiques et esthétiques de l’œuvre entier se disent ensuite dans cette série de questions :

comment décrire ?
comment raconter ?
comment regarder ?
[...]
comment reconnaître ce lieu ?
restituer ce qu’il fut ?
comment lire ces traces ?

comment

aller au-delà,

aller derrière

ne pas nous arrêter à ce qui nous est donné à

voir

ne pas voir seulement ce que l’on savait d’avance

que l’on verrait ?

Comment saisir ce qui n’est pas montré, ce qui n’a pas
été photographié, archivé, restauré, mis en scène ?

Comment retrouver ce qui était plat, banal, quotidien,
ce qui était ordinaire, ce qui se passait tous les jours ? (EI, p. 37)

10L’accent est clairement mis sur la recherche du quotidien, de l’itératif. Retrouver l’invisible, l’illisible, l’indicible donne consistance au programme esthétique de Perec. La réponse qui suit énonce synthétiquement l’intérêt affiché pour une écriture descriptive fondée sur l’énumération, le dénombrement, dont témoigne le souhait (programmé) de ne rien négliger, et surtout pas l’anodin, l’ordinaire, le plus menacé d’être frappé d’amnésie :

Au début, on ne peut qu’essayer
de nommer les choses, une
à une, platement,
les énumérer, les dénombrer,
de la manière la plus
banale possible,
de la manière la plus précise
possible,
en essayant de ne rien
oublier. (EI, p. 41)

11L’objectif est donc celui d’un inventaire totalisant, visant notamment ce qui est le plus susceptible de sombrer dans l’oubli. L’énumération s’inscrit de la sorte au cœur du projet d’écriture : elle modèle l’espace fictif en étalant des substantifs, communs et propres, en faisant intervenir des verbes de mouvement et de perception ; les espaces perceptibles (et perceptifs) sont saisis à travers les déplacements des personnages.

12Œuvre joignant le fictionnel et le sociologique, Les Choses dévoilent l’une des manières perecquiennes de placer l’inventaire des lieux au cœur d’une narration, d’articuler, grâce au catalogue, le descriptif et le narratif. Dans le premier roman perecquien, les parties de l’espace physique sont ordonnées par association, par progression, en sorte que les éléments juxtaposés s’enchaînent et s’imbriquent les uns dans les autres. Une telle énumération finit par constituer la description d’un paysage – qu’on pourrait qualifier de total dans la mesure où il comporte un très grand nombre de détails –, comme dans le fragment suivant, où impressionne la variété lexicale (toponymes, noms communs, verbes) :

Une enquête agricole les mena dans la France entière. Ils allèrent en Lorraine, en Saintonge, en Picardie, en Beauce, en Limagne.
[...]
Ils se voyaient aller et venir dans la maison désertée. Ils montaient des escaliers cirés, pénétraient dans des chambres aux volets clos qui sentaient le remugle. Sous des housses de toile bise reposaient des meubles vénérables. Ils ouvraient des placards hauts de trois mètres, pleins de draps parfumés à la lavande, de bocaux, d’argenterie.
[...]
Ils traversaient des étables, des écuries, des ateliers, des forges, des hangars, des fours où cuisaient d’énormes miches, des silos gonflés de sacs, des garages.
Du sommet du château d’eau, ils voyaient la ferme tout entière, enserrant sur ses quatre côtés la grande cour pavée, avec ses deux portails en ogive, la basse-cour, la porcherie, le potager, le verger, la route bordée de platanes qui menait à la Nationale et, tout autour, à l’infini, les grandes stries jaunes des champs de blé, les futaies, les taillis, les pacages, les traces noires, rectilignes, des routes, sur lesquelles, parfois, filait le scintillement d’une voiture, et la ligne sinueuse des peupliers longeant une rivière encaissée, presque invisible, se perdant à l’horizon vers des collines brumeuses. (C, p. 103-105)

13Le lecteur comprend de la sorte que c’est toute la France qui est parcourue. Une sorte de paysage typique, au-delà des singularités régionales, se trouve ainsi esquissé. On passe d’une liste de toponymes à l’enchaînement d’actions associées à des lieux concrets. Une phénoménologie des espaces est patiemment élaborée et exhibée, partant des espaces clos (les chambres, les escaliers, etc.) vers un espace ouvert (l’horizon infini). Cette ouverture reste néanmoins ambivalente, renfermant toujours la possibilité de son contraire. Dans la deuxième partie, l’évocation de la ville de Sfax sera l’occasion d’un exercice similaire d’épuisement d’un type d’espace particulier – aboutissant également à la désignation d’un sentiment d’inquiétante étrangeté : « Cette sensation d’étrangeté s’accentuait, devenait presque oppressante. » (C, p. 119) À côté d’autres éléments discursifs, la liste des lieux que parcourent les personnages (ou le narrateur) préside à la construction de la spatialité. Son exhaustivité affichée renvoie à la tentative de saisir l’ensemble du savoir géographique et par là même de faire concurrence aux ouvrages lexicographiques (Magné, 1995). Il s’agit d’épuiser, par l’ordre du discours, l’incommensurabilité de l’espace physique, d’opposer un désir de précision, d’ordonnancement et de totalisation à un sentiment d’absence et de segmentation, de proposer une mémoire englobante du réel qui supplée à la fragilité identitaire par l’assurance linguistique. En dépit du fait que cette tentative d’épuisement du réel ne peut passer que par la fragmentation et la juxtaposition, les gestes énumératif et accumulatif (les « images [...] en foule ») restituent quand même une représentation totalisante du monde, un « paysage achevé », organisé, cohérent et, qui plus est, déchiffrable :

Mais ces images scintillantes, toutes ces images qui arrivaient en foule, qui se précipitaient au-devant d’eux, qui coulaient en un flot saccadé, intarissable, ces images de vertige, de vitesse, de lumière, de triomphe, il leur semblait d’abord qu’elles s’enchaînaient avec une nécessité surprenante, selon une harmonie sans limites, comme si, devant leurs yeux émerveillés, s’étaient dressés tout à coup un paysage achevé, une totalité spectaculaire et triomphale, une complète image du monde, une organisation cohérente qu’ils pouvaient enfin comprendre, déchiffrer. (C, p. 108)

14La liste de lieux, qu’ils soient noms propres ou noms communs, construit un monde total (une « métatopique » [archives inédites de Perec, citées par Lejeune, 1990, p. 56]), un monde du sensible et du visible, dont les jeux sont transposables des fiches et des brouillons au texte publié. De fait, la liste perecquienne jouit d’un statut ambivalent, régissant autant l’avant-texte que le texte.

AVANT-TEXTE OU TEXTE ? STATUTS GÉNÉTIQUE ET PARATEXTUEL DE LA LISTE

15Bien souvent chez Perec, la liste et l’inventaire sont incorporés tels quels à l’écriture, laissant apparaître les pièces du puzzle, les morceaux, les cassures, les collages. Cette pratique marque le basculement des annexes, des carnets d’écriture et des archives dans l’œuvre finale. L’indistinction qui advient ainsi entre pratiques et finalités de l’écriture de l’avant-texte, du texte, du paratexte et du métatexte rend problématique la définition de l’œuvre, qui oscille entre pré-textuel, textuel et métatextuel.

16En ce sens, une remarque de Philippe Lejeune est riche de conclusions implicites, indiquant que les gestes que Perec accomplit dans son écriture – pratique de la liste interminable, de la juxtaposition, de l’éparpillement, de l’inachevé – ressortissent en principe à la phase préparatoire de l’écriture : Perec « reste volontairement bloqué dans cette phase que les manuels [d’écriture de l’autobiographie] demandent de dépasser vers l’organisation, l’expressivité, la synthèse, l’ordre » (Lejeune, 1991, p. 42-43). Ce mélange, voire cette indifférenciation, des étapes de l’écriture signale un véritable renouvellement de la conception du littéraire, l’avant-texte et le paratexte concurrençant le texte et arrivant même à le supplanter : avant-texte, index et autres brouillons quittent les cahiers de composition pour intégrer l’œuvre, ou même pour devenir œuvre.

17Ainsi en est-il d’Espèces d’espaces, symptomatique des textes perecquiens qui facilitent les glissements entre avant-texte, texte et métatexte : l’essai englobe des notations de nature variée, des souvenirs, de l’« infra-ordinaire », des réflexions d’ordre sociologique, géographique ou herméneutique, des anecdotes, des travaux pratiques, des projets en cours... Le projet de roman qui deviendra La Vie mode d’emploi est exposé dans le chapitre « L’immeuble » (EE, p. 57-58), celui des Lieux où j’ai dormi dans « La chambre » (EE, p. 34). Certains de ces projets ne seront pas menés à terme, comme Lieux – désigné sous le titre Les Lieux (EE, p. 76) – abandonné en 1975 ; quelques-unes des notes prises en vue de Lieux verront cependant le jour dans Tentative d’épuisement d’un lieu parisien (voir Lejeune, 1991, p. 26 et 166) qui illustre ainsi un cas particulier d’avant-texte devenu texte.

18Si Perec a renoncé au troisième volet de W, métadiscursif, il introduit en revanche volontiers des éléments métacritiques, non seulement dans ses essais et ses entretiens (où le lecteur ne sera pas étonné de les trouver), mais également, de façon plus surprenante, dans son œuvre romanesque. Il n’est pas rare de rencontrer, à la suite de l’occurrence de tel procédé stylistique, un commentaire dévoilant la quête d’un personnage tout autant que celle de son auteur, le procédé d’inventaire utilisé par le personnage tout autant que le principe d’écriture mis en œuvre par l’auteur. Ainsi, à propos de principes de classement, se succèdent dans La Vie mode d’emploi le procédé rhétorique (dans ce cas de figure, l’énumération de noms d’hôtel) et une réflexion sur les règles qui pourraient en régir le fonctionnement :

[Valène] trouvait [Winckler] assis à sa table en train de regarder les étiquettes d’hôtel que Smautf avait ajoutées pour lui à chacun de ses envois d’aquarelles : Hôtel Hilo Honolulu, Villa Carmona Granada, Hôtel Theba Algésiras, Hôtel Peninsula Gibraltar, Hôtel Nazareth Galilée, Hôtel Cosmo Londres, Paquebot Île-de-France, Hôtel Régis, Hôtel Canada Mexico DF, Hôtel Astor New York, Town House Los Angeles, Paquebot Pennsylvania, Hôtel Mirador Acapulco, La Compaña Mejicana Aviación, etc. Il avait envie, expliquait-il, de classer ces étiquettes, mais c’était très difficile : évidemment, il y avait l’ordre chronologique, mais il le trouvait pauvre, plus pauvre encore que l’ordre alphabétique. Il avait essayé par continents, puis par pays, mais cela ne le satisfaisait pas. Ce qu’il aurait voulu, c’est que chaque étiquette soit reliée à la suivante, mais chaque fois pour une raison différente : par exemple, elles pourraient posséder un détail commun, [...] ou bien avoir le même format, une même graphie, deux slogans proches [...], ou bien une relation fondée, non sur une ressemblance, mais sur une opposition, ou sur une association fragile, presque arbitraire [...]. Ce n’est pas seulement difficile, ajoutait Winckler, c’est surtout inutile : en laissant les étiquettes en vrac et en en choisissant deux au hasard, on peut être sûr qu’elles auront toujours au moins trois points communs. (VME, p. 693-694)

19S’agirait-il d’un « piège de l’écriture » fondé sur « un mécanisme d’associations métonymiques », comme le note Régine Robin (1993, p. 161), ou plutôt d’un bonheur du ludique, d’un épanouissement dans la quête de formules complexes, où la trace est à la fois exhibée et dérobée ?

L’ESPACE INVENTAIRE

20Chez Perec, l’invention naît de l’inventaire. La visée hyperbolique et l’exhaustivité sont contrôlées par le classement, la mise en ordre, la progression logique, la structuration. Les effets plus proprement spatiaux produits par ces lieux rhétoriques sont multiples, du déploiement, du déplacement, de la fragmentation, à la fermeture (en relation dialectique avec l’ouverture), à l’ancrage (relié à l’enracinement) – qu’il s’agisse de l’auteur ou d’un personnage.

21Le glissement entre l’ouvert et le fermé est pour le moins paradoxal. Dans Les Choses, l’énumération des lieux parisiens les plus convoités finit toujours par une fermeture de l’horizon, à la fois physique, spirituel et affectif. La prise de conscience de cette clôture des possibles ne permet pas de s’évader : « Mais l’horizon de leurs désirs était impitoyablement bouché ; leurs grandes rêveries impossibles n’appartenaient qu’à l’utopie. » (C, p. 56) Ce constat d’une évasion irréalisable est récurrent et accompagne tout déplacement et tout positionnement dans l’espace.

22Le manque de redondance dans l’énumération crée des effets de totalisation et de multiplication. Le poétique naît de la liste, de l’articulation infinie du langage autour des réalités du monde. On note une tension entre la linéarité du style – due à l’agencement d’histoires, de chapitres, de citations, d’énumérations – d’un côté, et l’effet d’ensemble de déconstruction spatiale qui en découle de l’autre. L’assertion qui ouvre Espèces d’espaces (« Bref, les espaces se sont multipliés, morcelés et diversifiés. » [EE, p. 14]) est fondamentale pour la compréhension de l’image totale du monde selon Perec, et permet de dégager des traits désignant à la fois la perception de l’espace et l’écriture de cet espace : la multiplication, la fragmentation, la diversification (proches de la mobilité et de la transgressivité relevées par Westphal [2007]). On reconnaît l’intérêt de Perec pour les brisures, les courbes, les points de déconnexion et de reconnexion.

23En abordant le traitement de l’espace dans l’œuvre sous deux angles différents, la spatialisation du texte et la mise en texte de l’espace, on a modestement tenté d’énumérer des lieux perecquiens (lieux communs, lieux spécifiques, topoï rhétoriques). Il a pu s’agir autant de lieux que de non-lieux au sens de Marc Augé (1992), de lieux surpeuplés où les individus se croisent sans vraiment se rencontrer et sans chercher à donner un sens à ces rencontres fugaces : voies rapides, paquebots, aéroports, hôtels, c’est-à-dire des lieux que caractérisent l’excès, la « surabondance » et l’uniformisation spatiales que connaît le monde contemporain.

MULTIPLICITÉ DE LA LISTE VS MULTIPLICITÉ DU MONDE

24L’œuvre de Perec renferme la majorité des types usuels de liste – alphabet, catalogue, inventaire, répertoire, annuaire, agenda, recensement – ainsi que la plupart des pratiques rhétoriques qui y sont associées : accumulation, dénombrement, description, énumération. Elle témoigne aussi d’une vraie passion pour les objets comportant des listes : dictionnaire, glossaire, encyclopédie, bibliographie, généalogie, guide touristique...

25Pourquoi ce goût pour la liste et ses variations rhétoriques, constamment éprouvé et mis en pratique ? On donnera à cette question générale une réponse particulière : sans doute parce qu’elle représente un moyen de « quadriller le monde, [d’]en épuiser la diversité » (Sève, 2010, p. 8), la liste de lieux (en l’occurrence) est l’occasion de donner un nouveau sens à l’écriture de l’espace (la topographie de l’ancienne rhétorique) afin de comprendre le monde, de pallier la fragilité des espaces, de proposer des identités mobiles. Occasion d’opposer à l’absence de trace, de repères, d’enracinement, la recherche d’un ancrage : à défaut d’ancrage dans l’espace, un encrage dans le texte (voir W, p. 59).

26De nouveau, un fragment d’Espèces d’espaces éclaire le double objectif poursuivi de recherche d’un sens du monde et d’écriture de ce même monde, que le procédé accumulatif laisse affleurer, et que l’angoisse ou l’illusion conquérante ne sauraient dissimuler :

Parcourir le monde, le sillonner en tous sens, ce ne sera jamais qu’en connaître quelques ares, quelques arpents : minuscules incursions dans des vestiges désincarnés, frissons d’aventure, quêtes improbables figées dans un brouillard doucereux dont quelques détails nous resteront en mémoire [...]. Et avec eux, irréductible, immédiat et tangible, le sentiment de la concrétude du monde : quelque chose de clair, de plus proche de nous : le monde, non plus comme un parcours sans cesse à refaire, non pas comme une course sans fin, un défi sans cesse à relever, non pas comme le seul prétexte d’une accumulation désespérante, ni comme illusion d’une conquête, mais comme retrouvaille d’un sens, perception d’une écriture terrestre, d’une géographie dont nous avons oublié que nous sommes les auteurs. (EE, p. 105)

  • 1 Marthe Robert, Kafka, Paris, Gallimard, coll. « Pour une bibliothèque idéale », 1960.

27Cette vision du monde, qui passe par une géographie retrouvée dans l’accumulation de composants et qui se traduit par une pratique scripturale, un style particuliers, Perec l’avait déjà énoncée dans sa conférence de Warwick (1967). La Weltanschauung s’exprime de la sorte à travers un matériau linguistique, est inséparable de la technique littéraire mise en œuvre, comme Marthe Robert, dans un livre qui avait touché Perec1, l’avait montré pour Kafka (EC1, p. 81-85). L’écriture du monde ressemble à un parcours, à un itinéraire qui se poursuit de morceau en morceau pour reconfigurer, au bout du compte, la carte tout entière :

[J]e peux définir mon écriture comme une espèce de parcours – il y a une très, très belle phrase de Michaux qui dit « J’écris pour me parcourir » –, comme une espèce de parcours, une espèce d’itinéraire que j’essaie de décrire [...] en me servant [...] de tout un acquis culturel qui existe déjà. À partir de là, j’essaie [...] de dire tout ce que l’on peut dire sur le thème d’où je suis parti. C’est ce que les rhétoriciens appelaient des lieux rhétoriques. (EC1, p. 84)

28L’idée d’une spatialisation de l’écriture conduit, en fin de compte, à entrevoir un réseau : l’œuvre est écrite en réseau et s’inscrit dans un réseau. Les projets de l’écrivain, en dépit de la grande diversité des formules pratiquées, se répondent et communiquent par quelques traits communs, dont la manière de se rapporter à l’espace, de le domestiquer, de le contrôler, de le maîtriser n’est pas le moindre. Ainsi le projet Lieux, « entam[é], non modifi[é], et abandonn[é] » (Lejeune, 1991, p. 18), survivra cependant par bribes disséminées dans Espèces d’espaces, Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, W ou le souvenir d’enfance (l’évocation de la rue Vilin) ou encore dans le film Un homme qui dort... L’intérêt pour la description de l’espace, pour la consignation de traces, correspond à une œuvre construite en un réseau spatial dont relève aussi l’« intertextualité généralisée » dont parle Régine Robin (1993, p. 178). Ce réseau intertextuel est en effet décelable aussi bien au sein de l’œuvre elle-même que de la famille d’écrivains que Perec s’est choisie (Flaubert, Verne, Roussel, Kafka, Leiris, Queneau...), en tissant ainsi des parentés imaginaires, des filiations électives (W, p. 193). Dans l’œuvre de Perec, la construction de l’espace prend décidément place entre l’« espace inventaire » et l’« espace inventé » (EE, p. 21) – une idée que conforte un passage tiré de « Notes sur ce que je cherche » (1978) :

De la succession de mes livres naît pour moi le sentiment, parfois réconfortant, parfois inconfortable [...] qu’ils parcourent un chemin, balisent un espace, jalonnent un itinéraire tâtonnant, décrivent point par point les étapes d’une recherche dont je ne saurais dire le « pourquoi » mais seulement le « comment ». (PC, p. 11-12)

Bibliographie

Références bibliographiques

Augé Marc, 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la sur-modernité, Paris, Éditions du Seuil.

Lejeune Philippe, 1990, « Les projets autobiographiques de Georges Perec », dans Mireille Ribière (dir.), Parcours Perec, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 49-74.

Lejeune Philippe, 1991, La Mémoire et l’Oblique. Georges Perec autobiographe, Paris, P. O. L.

Magné Bernard, 1995, « Georges Perec : faire concurrence au dictionnaire », Lexique, no 12-13, p. 331-341.

Robin Régine, [1993] 2003, Le Deuil de l’origine. Une langue en trop, la langue en moins, Paris, Kimé.

Sève Bernard, 2010, De haut en bas. Philosophie des listes, Paris, Éditions du Seuil.

Westphal Bertrand, 2007, La Géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Éditions de Minuit.

Notes

1 Marthe Robert, Kafka, Paris, Gallimard, coll. « Pour une bibliothèque idéale », 1960.

Auteur

Entrepris de s’orienter dans les multiples espèces d’espaces, littéraires ou autres, avant d’étudier les liens entre les listes de lieux et les styles chez Perec. Pour ce faire convenablement, elle s’est d’abord attelée à une thèse, au Québec, sur les espaces de Yourcenar, ensuite à des recherches postdoctorales, en France, sur la spatialité dans le roman contemporain de langue française. Pour arriver à articuler la représentation des lieux et leur écriture, elle a poursuivi son parcours en préparant en collaboration un collectif transdisciplinaire sur les Mémoires de l’espace et les actes du colloque international La Poétique de l’espace dans l’œuvre de Marguerite Yourcenar. Ses recherches actuelles portent sur les rapports entre espaces, esthétiques et genres littéraires. À l’ATILF (Nancy) elle contribue à la transformation de la base de données Frantext où Perec est bien représenté.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540