Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

L'art de la liste

Essai de contextualisation des usages énumératifs dans Les Choses

Matthieu Rémy

Texte intégral

1Puisqu’il est question de décrire l’artisan de la langue qui opère dans l’œuvre perecquien, il convient de s’interroger sur les règles choisies pour ordonner un savoir-faire, et sur le sens que l’écrivain leur donne. Car, si Perec est un artisan de la langue, il est cet artisan conscient des pouvoirs de son travail, soucieux d’éthique en ce domaine et ce, dès son entrée en écriture, dès ses années de jeunesse.

2Perec est un écrivain décidément très approprié à la recherche universitaire : il a laissé un grand nombre de textes permettant de redécouvrir très précisément les contextes dans lesquels il a élaboré cette praxis de l’écriture. Ainsi, dans le cas qui nous intéresse – la fonction de l’énumération dans Les Choses –, les articles sur la littérature écrits pour la revue Partisans en 1962 et 1963, ainsi que la conférence prononcée à l’Université de Warwick en 1967 (« Pouvoirs et limites du romancier français contemporain »), nous sont d’une inestimable valeur.

3Dans ces textes se lit l’élaboration des vues esthétiques et politiques qui vont habiter la première partie de l’œuvre perecquien. Les articles pour Partisans permettent ainsi à l’auteur de définir ce qu’est pour lui une littérature « réaliste », dans la lignée des positions lukácsiennes sur le « réalisme critique » – définition qui sera maintenue lorsque Perec reviendra plus précisément, à Warwick, sur les influences qui l’ont traversé lors de la composition des Choses. Se trace dans ces textes une version perecquienne du réalisme critique lukácsien, dont Perec fera découler une rhétorique et une poétique où l’énumération va jouer un rôle majeur, comme outil d’appréhension du réel et de transfiguration de ce réel en littérature. Nous verrons ainsi que l’emploi insistant de l’énumération dans Les Choses n’a pas qu’un rôle symbolique – transcrire l’abondance des marchandises et le caractère insatiable du désir de s’inventer par la marchandise –, il est aussi un choix d’écriture répondant aux besoins d’un réalisme critique qui s’oppose à la fois à l’art pour l’art, au dogme de l’inexprimable et au réalisme socialiste, et se réclame de la littérature engagée tout en en nuançant l’approche.

4Mais pour déterminer les valeurs et les vertus de l’énumération dans un roman comme Les Choses, il paraît essentiel d’aller voir ce que les modèles d’écriture utilisés pour le concevoir faisaient, eux, de l’énumération, et s’ils n’offraient pas déjà dans leur usage de cette structure rhétorique une ébauche de celui qu’en fera Perec. Il s’agira ensuite d’observer de plus près comment l’énumération permet de dire le rapport des personnages aux signes émis par les choses et les pratiques associées au standing qu’ils se rêvent, pour déterminer enfin le rôle que joue cette figure dans le réalisme critique perecquien.

L’ÉNUMÉRATION DANS LES MODÈLES LITTÉRAIRES DES CHOSES

5Dans sa conférence donnée à Warwick le 5 mai 1967, deux ans après la publication de son premier livre, Perec présente les quatre ouvrages qui ont servi, selon lui, de support à la confection des Choses : La Conspiration de Paul Nizan, L’Espèce humaine de Robert Antelme, L’Éducation sentimentale de Gustave Flaubert et Mythologies de Roland Barthes. Il explique notamment qu’il y a eu une « relation nécessaire entre Flaubert, Barthes, Nizan et Antelme », et qu’au « centre de ce groupement, il y avait ce livre qui s’appelle Les Choses, qui n’existait pas encore, mais qui s’est mis à exister à partir du moment où il a été décrit par les quatre autres » (EC1, p. 83). Dans cette conférence, Perec explique à quel niveau de l’artisanat littéraire ces quatre livres lui ont servi et revendique cet usage en soutenant que « tout écrivain se forme en répétant les autres écrivains » (p. 81). Il présente ces modèles comme les tuteurs de l’écriture des Choses, non pas seulement au plan de l’inspiration – Perec rejette le caractère romantique, voire mystique, de cette notion – mais aussi au plan du savoir-faire.

6Comme Perec l’explique, ces quatre livres lui ont servi de modèles à différents niveaux. C’est « l’esprit » de La Conspiration qui lui a selon lui servi à élaborer Les Choses, tout comme l’analyse de l’époque faite dans Mythologies, qu’il relie à Madame Express – expliquant que c’est une pile de Madame Express qui lui a servi de « corpus », « corpus » dont il pouvait se délasser en lisant Barthes (EC1, p. 83). À propos d’Antelme, Perec ne parvient pas à expliciter le lien qui associe L’Espèce humaine aux Choses, mais précise cependant qu’il est fondamental. Il insiste, en revanche, sur l’influence de L’Éducation sentimentale, et la désigne comme agissant à trois niveaux : dans l’existence de certaines images et scènes réutilisées comme motifs, dans le détournement pur et simple d’une trentaine de phrases, et dans l’usage du rythme ternaire de Flaubert (p. 83). L’Éducation sentimentale opère ainsi davantage comme structure stylistique et romanesque que comme inspiration idéologique ou comme modèle de l’ethos romanesque. Et c’est un fait que le rythme ternaire est omniprésent dans Les Choses, où il alterne avec l’énumération, comme un signe ostensible d’adhésion au système flaubertien.

  • 1 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale [1879], Paris, Garnier-Flammarion, 1969, p. 154.

7En revanche, si l’énumération est régulièrement présente dans L’Éducation sentimentale, elle n’y abonde pas. Elle n’est pas pour Flaubert un procédé systématique et remplit son usage habituel d’inventaire maniaque d’un décor – boutique d’Arnoux, scène de théâtre, décoration d’une chambre, etc. – ou de figuration du multiple, comme dans cette scène de repas : « Toutes sortes de propos s’ensuivirent : calembours, anecdotes, vantardises, gageures, mensonges tenus pour vrais, assertions improbables, un tumulte de paroles qui bientôt s’éparpilla en conversations particulières1. » L’énumération déplie ici une variété de termes qui s’adjoignent les uns aux autres et sont finalement synthétiquement désignés comme « tumulte » après avoir joué leur rôle de preuves égrenées.

8Si Perec avoue avoir imité le rythme ternaire de Flaubert, l’usage marqué de l’énumération dans Les Choses semble bien lui être venu d’ailleurs. Du reste, notons tout de suite que Perec ne mentionne jamais la figure dans sa conférence de Warwick, alors qu’il aborde la question stylistique de manière consciente, en évoquant aussi sa découverte de la rhétorique et de son histoire. Peut-être ne l’identifie-t-il pas comme une figure de rhétorique à part entière, mais davantage comme un procédé syntaxique. Or, force est de constater qu’elle fonde, sans contestation possible, le style des Choses.

9Il faudra donc aller chercher le « mimétisme » énumératif dans le dernier des quatre livres cités par Perec, La Conspiration. D’ailleurs, malgré le refus de Perec de voir La Conspiration et L’Espèce humaine jouer un rôle « au niveau des phrases », comme il le dit à Warwick (EC1, p. 82), il est évident que La Conspiration reste le livre le plus proche, quant aux dispositifs énonciatif et narratif, quant à l’esprit stylistique, des Choses – plus encore, me semble-t-il, que L’Éducation sentimentale, malgré l’insistance de Perec.

  • 2 Cette première mouture s’intitulait La Bande magnétique.

10La Conspiration raconte comment des camarades d’études, intellectuels marxistes affichés, fondent une revue susceptible de servir la révolution puis, souhaitant radicaliser leur action militante, tentent de se lancer dans l’espionnage militaire et industriel afin de servir les intérêts de la classe ouvrière. On n’est pas si loin de la question de l’illégalité présente dans la première mouture des Choses2, et La Conspiration, par son attachement à la description d’un collectif et d’une génération dans une époque bien située historiquement, apparaît comme fondamentale dans la structuration stylistique du premier roman perecquien.

  • 3 Paul Nizan, La Conspiration [1938], Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1973, p. 12.
  • 4 Ibid., p. 57.

11Sans être omniprésente, l’énumération est très souvent utilisée dans La Conspiration : pour désigner le chaos du décor urbain moderne, déjà envahi par la publicité (« Des airs de musique, des discours, des leçons, des réclames sortaient de la gueule des hauts parleurs dans un rabâchage confus3 »), ou tout simplement l’époque et ses faux possibles (« Les examens, la paresse, la littérature, la curiosité des femmes, toutes les fausses manœuvres où se disperse la vie difficile des adolescents empêchèrent longtemps Laforgue et ses amis de tirer de ces violents souvenirs du 24 et du 25 novembre toutes les suites pratiques qu’ils devaient comporter4 »). Ou bien, dans une proximité encore plus évidente avec Les Choses, dans des descriptions de lieux :

  • 5 Ibid., p. 21.

On suivait d’abord un grand couloir de pierre blanche coupée par de longues glaces et de sanglantes banquettes de velours grenat et on arrivait au rez-de-chaussée des Rosenthal. C’était un grand appartement qui donnait par des portes-fenêtres sur un jardin humide entouré de grilles et obscurci par les hauts immeubles blancs. Le grand et le petit salon étaient envahis de statues, de livres reliés, de tableaux sombres et de consoles à pieds dorés ; il y avait un piano à queue, un gros saurien luisant protégé par un châle de Séville, une harpe, des toiles de Fantin-Latour et de Dagnan-Bouveret, qui dataient de ce temps où les peintres avaient tout à gagner à adopter de doubles noms qui leur conféraient une noblesse roturière5.

12Voilà qui ne va pas sans rappeler certaines descriptions des Choses, notamment celles des premières pages du livre qui commence, je le rappelle, par cette phrase : « L’œil, d’abord, glisserait sur la moquette grise d’un long corridor, haut et étroit. » (C, p. 51) Plus généralement, et comme l’indique Perec lui-même, c’est « l’esprit » de La Conspiration qui plane sur Les Choses, et plus particulièrement sur l’ethos du narrateur. Or, comme nous allons le voir, c’est bien cet ethos qui agit dans l’énumération, décidant de la découpe et de la sélection des éléments que l’on souhaite placer dans une juxtaposition apparemment innocente d’un réel présenté pêle-mêle grâce aux accumulations de termes.

TYPOLOGIE DE L’ÉNUMÉRATION DANS LES CHOSES

13Dans Les Choses, l’énumération est sans conteste d’un emploi massif, et c’est peu dire qu’elle offre une structure d’ensemble au livre. C’est évidemment la formulation rhétorique idéale pour appuyer le sujet de l’œuvre : frustration d’une certaine génération devant l’abondance de biens de consommation, perplexité devant le classement social qui découle de la possession de ces biens de consommation et sur lequel les personnages n’ont pas réellement prise.

14L’énumération est ainsi la figure de l’invasion, de la prolifération, de la succession censément infinie. Comme l’explique Béatrice Damamme-Gilbert dans son ouvrage sur La Série énumérative :

d’une manière générale, il est clair que la SE pourra servir à exprimer toute notion de multiplicité [...]. Des valeurs plus précises pourront encore venir se greffer sur elle, telles que étouffement par la masse, regroupement totalitaire, pulvérisation-recomposition, élargissement cosmique, pour ne citer que quelques cas éventuels. (Damamme-Gilbert, 1989, p. 278)

15Impliquant des effets de parallélisme entre des termes ayant un dénominateur commun, jouant dialectiquement de l’identité et de la différence en donnant au rassemblement qu’elle ordonne une allure unitaire, l’énumération permet de montrer comment se créent des effets de cohérence pour le consommateur d’objets et d’images de soi, et convient ainsi parfaitement à la présentation d’un monde social où le « standing » d’une certaine petite bourgeoisie se dit par le choix prétendument raisonné d’attributs qualifiants déterminant une esthétique de vie au beau milieu des Trente Glorieuses.

16Mais qu’en est-il de cet emploi pour le moins abondant ? Perec lui ménage-t-il un rythme dans le déroulement de son texte ? À première vue, non. Constamment et régulièrement employée dans la première partie du livre pour décrire les activités, les goûts et les espoirs de Jérôme, Sylvie et leurs homologues, l’énumération servira tout autant pour dire le quotidien que l’époque, le politique que les relations humaines, prouvant par là que cette société égalise tout, au regard d’abord de la quantité, puis d’une qualité mythologique. L’emploi de l’énumération culmine dans le chapitre X, avec un effet de sens évident : c’est tout de suite après cet épisode de rêverie fantasmagorique dans la campagne française que les deux héros du livre tenteront de rompre avec leur mode de vie et partiront pour Sfax. Mais même lorsqu’il sera question d’évoquer la Tunisie et la pauvreté du monde postcolonial, l’énumération restera mise à profit. Elle ne sera plus guère employée, dans cette deuxième partie, pour décrire les rêveries des personnages principaux ou la panoplie de leurs us et coutumes en société de consommation : elle inclinera plus, dans ce moment du livre, à faire l’inventaire d’un réel subi et contingent.

17Dans Les Choses, il semble que l’énumération permette de mêler deux saisies du réel : l’inventaire de ce qui est autour des personnages – même s’il ne s’agit que d’une sélection d’éléments dont l’assemblage donne un panorama représentatif – et la plongée dans le fantasme, dans leurs aspirations. L’énumération sert donc le désir de réalisme de Perec qui, comme il l’indique dans la conférence de Warwick, assume un projet esthétique « proche de la littérature engagée en ce sens » qu’il désire et veut « être un écrivain réaliste » (EC1, p. 78). Ainsi l’énumération, par la juxtaposition possiblement infinie mais méticuleuse d’éléments pouvant servir à une description, à un inventaire fermé, s’avère un excellent moyen de rythmer la recension d’un réel qu’on souhaite faire surgir comme témoignage d’une époque, des moindres détails qui ont fait le décorum d’un moment sociologique. Mais l’énumération est également un outil rhétorique permettant non seulement la description exhaustive de ce qui est, mais aussi la saisie d’une intériorité et des panoplies d’objets et de coutumes sociales que cette intériorité estime à son goût.

18Une attention toute particulière semble avoir été apportée par Perec à ces énumérations où se lisent le goût et les espoirs de ses personnages, et elles paraissent former un ensemble cohérent. Dans ce rassemblement, peut se lire la liste presque exhaustive non seulement des catégories d’objets qu’affectionnent ou rejettent les personnages, mais aussi des activités attachées à cette consommation d’objets, qui complètent leur vision du confort et du bon goût. S’y lit aussi la caractérisation des éléments participant à cette vision d’un standing idéalisé, fondée tantôt sur la valorisation du passé, tantôt sur les valeurs modernistes. Peu de noms de marques apparaissent dans cette gigantesque liste, comme si ces personnages semi-conscients de leur aliénation prouvaient ainsi qu’ils s’attachent avant tout au qualitatif pur, plutôt qu’à sa mise en série commerciale. Cette liste permet aussi de voir à quel point leurs désirs peuvent être contradictoires par moments, oscillant entre éloge de la mobilité et aspiration à la sédentarité.

19C’est dans ces énumérations que se dit le rapport à la consommation de Jérôme et Sylvie et de leurs amis, et où se décrypte ce qui semble apparaître comme le bon goût d’une époque. Mais l’énumération, si elle sert massivement à traduire la rêverie des personnages en matière de standing et leurs stratégies de distinction dans le choix des objets à posséder, servira aussi plus généralement à plonger le lecteur dans un bain de réel.

20Et c’est, en définitive, la vertu cardinale de l’énumération dans Les Choses : l’énumération convoque, et la simplicité de cette convocation met tout simplement sous les yeux du lecteur le vrac des éléments qu’on estime primordiaux pour définir un espace social, pour en témoigner. Le procédé énumératif, par sa brutalité, permettrait ainsi de confronter le lecteur à des mots renvoyant nécessairement aux choses qu’ils désignent, sans ambiguïté. Comme l’explique Béatrice Damamme-Gilbert :

Dans un récit « objectif », les éléments ainsi rassemblés sont conçus comme extérieurs au narrateur, appréhendables dans leur identité qui n’est pas remise en question. Est affirmée ainsi la foi que les mots ont le pouvoir de représenter les choses. (Damamme-Gilbert, 1989, p. 325)

21Attaché à dire non pas seulement la psyché de personnages agrippés aux mirages de la société d’abondance, mais aussi, plus largement, la séquence historique et sociale dans laquelle elle s’inscrit, Perec use de l’énumération pour répondre subjectivement aux principes d’un réalisme critique soucieux de donner une consistance formelle à la conscience politique de l’écrivain.

L’ÉNUMÉRATION ET LA QUESTION DU RÉALISME CRITIQUE

22Perec fait donc un usage constant et conscient de l’énumération, s’inspirant de « l’esprit » nizanien de La Conspiration pour asseoir un réalisme qu’il construit, selon ses propres dires à Warwick, à partir de La Signification présente du réalisme critique de Georg Lukács. Ce réalisme critique lukácsien, dont Perec s’inspire dans ses articles pour Partisans (voir Rémy, 2011) et qu’il cite dans « Pour une littérature réaliste » (LG, p. 47-66), n’est pas, à l’évidence, une nouvelle version du réalisme socialiste, mais reste cependant d’inspiration marxiste, portant une « vision du monde » nécessaire pour faire parler les faits et interroger le réel sans pour autant en travestir les manifestations.

23L’article où Perec semble traduire au mieux sa version du réalisme critique est celui qu’il consacre à L’Espèce humaine de Robert Antelme : « Robert Antelme ou la vérité de la littérature » (1963). Refusant une fois de plus la dépolitisation du roman défendue par Robbe-Grillet et le « droit au silence » de la littérature porté par Maurice Blanchot, Perec insiste sur la « confiance illimitée dans le langage » (LG, p. 114), et suggère le pouvoir d’explicitation d’une littérature réaliste et critique vis-à-vis de ses moyens de transcription du réel :

Nous pouvons dominer le monde. Robert Antelme nous en fournit l’irréfutable exemple. Cet homme qui raconte et qui interroge, qui combat avec les moyens qu’on lui laisse, qui extirpe aux événements leurs secrets, qui refuse leur silence, qui définit et oppose, qui restitue et qui compense, redonne à la littérature un sens qu’elle avait perdu. (LG, p. 113)

24Quand il écrit ces lignes, Perec travaille à la rédaction des Choses, et c’est dans ce livre qu’il faudra lire l’application de ce principe d’une « littérature vraie » où, pour paraphraser la citation de Marx qui clôt le premier roman publié de l’auteur, « le moyen fait partie de la vérité » (C, p. 138). L’énumération sera l’un de ces moyens, assurément.

25Car, dans son utilisation de l’énumération, Perec joue sur l’illusion d’une convocation de l’exhaustif pour faire entendre que sa découpe est arbitraire et laisser filtrer une ironie subtile, livrée à l’interprétation du lecteur. On voit par exemple éclore cette ironie lorsque pointe le détournement d’une phrase de Térence en conclusion d’une longue énumération liée à l’activité professionnelle des personnages :

Il y eut la lessive, le linge qui sèche, le repassage. Le gaz, l’électricité, le téléphone. Les enfants. Les vêtements et les sous-vêtements. La moutarde. Les soupes en sachets, les soupes en boîtes. Les cheveux : comment les laver, comment les teindre, comment les faire tenir, comment les faire briller. Les étudiants, les ongles, les sirops pour la toux, les machines à écrire, les engrais, les tracteurs, les loisirs, les cadeaux, la papeterie, le blanc, la politique, les autoroutes, les boissons alcoolisées, les eaux minérales, les fromages et les conserves, les lampes et les rideaux, les assurances, le jardinage.
Rien de ce qui était humain ne leur fut étranger. (C, p. 65)

26Ce que Perec recherche dans la mise en pratique d’une écriture réaliste critique où l’énumération joue le rôle de tête chercheuse dans l’archivage du réel, c’est une certaine appréhension du monde qui ne servirait pas la doxa militante et qui, démocratiquement mais non sans malice, ferait cohabiter la mauvaise foi du sujet aliéné et la critique politique du narrateur. On distingue très nettement, dans certaines des énumérations s’attachant à saisir la panoplie du bon goût selon les personnages des Choses, le regard critique du narrateur, qui stigmatise « ces objets que le seul goût du jour disait beaux » (C, p. 61) avant d’en présenter certains spécimens révérés par Jérôme et Sylvie, régulièrement accusés de versatilité. Dans ces énumérations cohabitent souvent, avec une force égale, l’enthousiasme des personnages et la déploration de leur incapacité à faire le tri entre les choses à forte valeur d’usage et celles qui en sont dépourvues et n’obéissent qu’à un système de mythification condamnant régulièrement ce qu’il a taxé d’obsolescence. Du reste, le narrateur ne déplore pas que les personnages soient des consommateurs, mais plutôt qu’ils soient de mauvais lecteurs de signes, incapables de décrypter à l’avance, et en profondeur, le système qui érige certains mythes du quotidien en une esthétique de vie à respecter à la lettre.

27L’énumération a ainsi pour vertu de proposer une saisie du réel portée par l’élan de la conscience du sujet, où peut néanmoins se nicher l’esprit critique du narrateur : elle ménage empathiquement un accès à la conscience réifiée, mais offre aussi le diagnostic du mal qui la ronge, par l’ironie qu’elle autorise. Elle permet également, dans cette utilisation massive, une présentation quantitative d’éléments de réel, et constitue donc une manière de ne pas nier l’existence de ces objets qui font le réel et doivent par conséquent entrer dans le texte littéraire au même titre que les sentiments amoureux et les questionnements sur l’existence. Mais Perec ne souhaite surtout pas en revenir, comme il l’écrit dans son texte sur L’Espèce humaine, à un entassement de faits qui parleraient d’eux-mêmes. Bien au contraire, il maintient la coexistence entre présence des choses, discours aliéné sur celles-ci et parole critique – qui, en adjuvant de l’ironie, vient aider à lire les clichés transportés par les personnages.

28Avec une certaine volonté de précision et de désignation, l’usage perecquien de l’énumération dans Les Choses se veut un outil de témoignage et de mise à distance, laissant entrevoir la complexité fatale du rapport aux marchandises, à la fois signaux d’une aisance possible et d’une aliénation. Dans cette double portée de l’énumération, on perçoit l’un des possibles du réalisme critique : être à la fois vision du monde et outil dialectique, décrire le réel tout en laissant percer une ironie permettant la prise de conscience de l’aliénation.

29Cette dernière réflexion sur la pratique perecquienne du réalisme critique – dont l’énumération serait un marqueur – permet de rappeler une fois encore qu’avant la conférence de Warwick (où il rend hommage à Lukács), et pendant la conception des Choses, Perec a déjà patiemment construit sa propre éthique de l’artisanat littéraire.

30En ce sens, les articles écrits pour Partisans entre 1962 et 1963 ne sont pas que des articles de jeunesse, comme on les présente parfois. Ils énoncent un programme esthétique dont les éléments se complètent et se répondent et où se dit, avec une grande culture et une excellente connaissance du champ littéraire de l’époque, ce que devrait être la « vérité de la littérature ». C’est là, en particulier, que le jeune Perec réfléchit à l’élaboration d’un style qui soit en rupture avec les conceptions du Nouveau Roman, mais aussi bien avec le réalisme socialiste, ou encore les zélateurs de « l’inexprimable ».

31Fondamentaux pour comprendre le travail perecquien du style dans son ensemble – et ils ne sont après tout écrits que quinze ou seize ans avant la parution de La Vie mode d’emploi –, ces articles insistent sur la nécessité de dire, de trouver les moyens de dire sans accepter de verser dans l’ineffable. Dans L’Espèce humaine, Perec a lu une décision politique de témoigner coûte que coûte d’une situation défiant l’entendement : « Car cette expression de l’inexprimable qui en est le dépassement même, c’est le langage qui, jetant un pont entre le monde et nous, instaure cette relation fondamentale entre l’individu et l’Histoire, d’où naît notre liberté. » (LG, p. 114) Il semble fondamental, pour comprendre les soubassements éthiques de l’artisanat littéraire de Perec, d’en retourner à L’Espèce humaine, et à ce texte de 1963 où le jeune écrivain plaide déjà pour le dire contre le culte de l’indicible et prend rendez-vous pour prouver qu’un certain réalisme peut encore s’offrir le luxe d’oser espérer dire le réel.

Bibliographie

Références bibliographiques

Damamme-Gilbert Béatrice, 1989, La Série énumérative, Genève, Droz.

Rémy Matthieu, 2011, « Penser et représenter la société des années 1960 : Les Choses et Un homme qui dort comme tentatives de littérature réaliste critique », Roman 20-50, no 51, p. 27-38.

Notes

1 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale [1879], Paris, Garnier-Flammarion, 1969, p. 154.

2 Cette première mouture s’intitulait La Bande magnétique.

3 Paul Nizan, La Conspiration [1938], Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1973, p. 12.

4 Ibid., p. 57.

5 Ibid., p. 21.

Auteur

Maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Lorraine. Il a consacré sa thèse de doctorat à une comparaison entre les parcours d’écrivains de Georges Perec et Guy Debord. Ses recherches se concentrent aujourd’hui sur la représentation de la société de consommation dans le roman contemporain, des Choses aux récits de l’extrême-contemporain.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site