Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

L'art de la liste

Les effets de liste dans Espèces d’espaces et Les Choses

Catherine Rannoux

Texte intégral

Si je tente de définir ce que j’ai cherché à faire depuis que j’ai commencé à écrire, la première idée qui me vient à l’esprit est que je n’ai jamais écrit deux livres semblables, que je n’ai jamais eu envie de répéter dans un livre une formule, un système ou une manière élaborés dans un livre précédent. (« Notes sur ce que je cherche », PC, p. 9)

1Lorsqu’il tient ces propos en 1978, Georges Perec constate, au risque d’entretenir l’image d’un écrivain « sans style », ce que son écriture peut avoir de déroutant pour des critiques « soucieux de retrouver d’un livre à l’autre la “patte” de l’écrivain » (PC, p. 9). Si la diversité générique et formelle de ses écrits est incontestable, elle n’empêche cependant pas que s’avère reconnaissable cette « patte » d’écrivain par quoi se signe une écriture et qui peut répondre au nom de style. Sans doute convient-il alors de préciser que les textes de Perec relèvent moins d’un style qu’ils ne témoignent d’une « variation des styles », comme Jean-Pierre Seguin l’écrivait à propos de Voltaire (Seguin, 1996), variation des styles liée entre autres aux contraintes du genre et aux projets d’écriture. Mais au-delà de cette variation, il est un trait d’écriture qui semble revenir d’un texte à l’autre, manifestant une plasticité remarquable par son adaptation aux différents contextes : il s’agit de la liste, que l’on rencontre aussi bien dans les romans, à contrainte (La Vie mode d’emploi) ou non (Les Choses), que dans les essais (Espèces d’espaces) ou les articles (Penser/Classer) pour ne citer que quelques exemples. Dans les « Notes concernant les objets qui sont sur ma table de travail » (1976), Perec commente ainsi cette pratique :

(rien ne semble plus simple que de dresser une liste, en fait c’est beaucoup plus compliqué que ça n’en a l’air : on oublie toujours quelque chose, on est tenté d’écrire etc., mais justement, un inventaire, c’est quand on n’écrit pas etc. L’écriture contemporaine, à de rares exceptions près (Butor), a oublié l’art d’énumérer : les listes de Rabelais, l’énumération linnéenne des poissons dans Vingt Mille Lieues sous les mers, l’énumération des géographes ayant exploré l’Australie dans Les Enfants du capitaine Grant...) (PC, p. 22)

2Commentaire exemplaire en cela qu’il livre déjà trois éléments caractéristiques de la pratique perecquienne : d’une part, l’aptitude de la liste à s’ouvrir à une nouvelle énumération, autrement dit sa capacité à engendrer des segments textuels par étagements successifs ou par nouveau déploiement ; d’autre part, la contradiction ironique qui définit sa mise en œuvre, prise entre désir d’exhaustivité (« on n’écrit pas etc. ») et inachèvement (dont témoigne le recours aux points de suspension à la fin de la parenthèse) ; et enfin l’inscription d’une telle pratique dans un intertexte littéraire.

3Au-delà de la simple énumération (juxtaposition coordonnante de constituants), qui correspond à la liste à proprement parler, je me propose d’observer ce que j’appellerai un « effet de liste » engendré par le déploiement de séries. En relèvent, d’une part, les configurations textuelles de reformulation, que celles-ci procèdent par retouches successives (paraphrasables par « ou plutôt ») ou par empilement (paraphrasables par « ou encore ») ; et d’autre part, à un niveau qui déborde celui de la phrase, les configurations descriptives, que Philippe Hamon définit ainsi :

Le système descriptif est alors explication (ex-plicare), dépli d’une liste en attente dans la mémoire du lecteur, exhaustion plus ou moins saturée d’une somme plutôt que mise en corrélation de contenus binaires complémentaires. (Hamon, 1993, p. 41)

4Autrement dit, par « effet de liste », j’entends ici les procédures mises en place par l’écriture qui visent au dépli de paradigmes, à l’échelle du syntagme, de la phrase ou de la séquence, procédures qui s’inscrivent bien évidemment dans le travail de l’amplification entendu au sens aussi bien rhétorique que syntaxique. L’effet de liste sera donc également considéré quelle que soit la catégorie grammaticale des segments en jeu, au-delà de la simple suite de syntagmes nominaux. Ainsi envisagée, la liste apparaît comme une forme matricielle qui informe dans ses multiples variations la progression textuelle et l’inscrit dans la tension entre le manque et le plein. C’est ce que je me propose d’observer dans deux textes relevant de genres différents, Les Choses et Espèces d’espaces qui, chacun à leur façon, font jouer ces effets de liste.

5À la source des configurations qui créent les effets de liste, se trouvent donc les nombreuses juxtapositions coordonnantes permettant d’énumérer des séries référentielles : chaque élément est placé sur le même plan que les autres de la série dont l’addition constitue un ensemble plus large. Il n’est pas étonnant que ces séries énumératives fassent appel de façon privilégiée aux syntagmes nominaux :

Ils revenaient de la rue Mouffetard, tous ensemble, les bras chargés de victuailles, avec des cageots entiers de melons et de pêches, des paniers remplis de fromages, des gigots, des volailles, des bourriches d’huîtres en saison, des terrines, des œufs de poisson, des bouteilles enfin, par casiers entiers, de vin, de porto, d’eau minérale, de Coca-Cola. (C, p. 77)

6Ou à des formes verbales infinitives qui permettent de recenser les différentes étapes d’un scénario préconstruit ; la séquence « Déménager » du chapitre « L’appartement » d’Espèces d’espaces en donne un exemple parfait, comme son corollaire « Emménager », exclusivement construits d’une série d’infinitifs organisés selon un dispositif typographique poétique.

  • 1 Le terme de « nomination » est donc pris ici au sens large de « façon de dire », sans limitation à (...)

7Mais, à côté de cette abondance de séries dont les différents constituants énumèrent les éléments d’un ensemble, apparaissent, par un effet de systématisation et de prolifération engendrant l’effet de liste, d’autres configurations qui relèvent moins de l’énumération que de la reformulation. Il s’agit alors non pas de passer en revue les différents éléments d’un ensemble défini, mais de mettre en œuvre un travail de la nomination1 pour cerner un objet de discours dont apparaît la complexité. L’effet de liste est produit par des constructions qui débordent la seule catégorie nominale et font appel à deux types principaux d’opérations du point de vue sémantique : d’une part l’empilement, l’accumulation, d’autre part la substitution ou la retouche, opérations ainsi décrites par Michèle Noailly, qui limite cependant son propos, dans l’article cité, aux seuls cas des syntagmes nominaux :

Ou bien on comprend le second GN comme mieux coïncidant à la chose que le premier, et on est alors dans le processus d’écriture par retouches et rectifications successives (c’est ce à quoi correspondent les paraphrases en « ou plutôt ») ; ou bien on considère que ces dénominations successives s’ajoutent, s’empilent, et constituent une approche certes toujours indirecte de l’objet de discours, mais meilleure qu’une nomination simple, parce que l’oscillation évite une vision unilatérale (cela correspondant plutôt à la paraphrase par « ou en d’autres termes », « ou si l’on préfère », « ou encore »). (Noailly, 2000, p. 54)

  • 2 « La première nomination étant jugée trop vague, trop générale, une seconde vient la préciser (et p (...)

8Michèle Noailly envisage encore une troisième possibilité, celle où la reformulation relève de la « simple caractérisation2 », dont on pourra considérer qu’elle constitue souvent ici un cas particulier de la rectification. Qu’il s’agisse d’empilement, de rectification et/ou de caractérisation, dans tous les cas, la nomination nécessite le déploiement de plusieurs façons de dire.

  • 3 On reconnaît au passage le rythme ternaire emprunté par Perec à Flaubert pour Les Choses (EC1, p. 8 (...)
  • 4 Dans cet exemple et par la suite, je souligne.

9Lorsque la reformulation relève de l’empilement, il s’agit de construire progressivement la représentation par accumulation de nominations, quelles que soient les classes grammaticales en jeu3 : « Ils aimaient les images, pour peu qu’elles soient belles, qu’elles les entraînent, les ravissent, les fascinent. » (C, p. 794) ; « L’espace ressuscité de la chambre suffit à ranimer, à ramener, à raviver les souvenirs les plus fugaces, les plus anodins comme les plus essentiels. » (EE, p. 46) ; « ils pouvaient oublier non pas le groupe lui-même, la maffia, l’équipe » (C, p. 76).

  • 5 On constate aisément dans cet exemple combien le travail de la reformulation se combine au jeu des (...)
  • 6 On pense bien sûr à celles de Nathalie Sarraute ou de Claude Simon.
  • 7 Un accord fait sur le modèle de la syntaxe classique n’est pas à exclure, l’énumération entraînant (...)

10La relation qui s’instaure entre les différents éléments ainsi associés relève de la synonymie partielle, à des degrés variables (EE, p. 465), permettant de faire jouer les différentes facettes de la représentation et de suggérer des points de vue (p. 76), ou de construire des gradations (C, p. 79). Que l’énonciation s’y prenne à plusieurs reprises pour formuler suggère la complexité de ce qui est visé, et requiert ainsi une forme d’insistance du dire. Mais, à la différence d’autres écritures6 où la reformulation met en scène une quête référentielle donnée comme difficile, il semble que la reformulation, dans la trajectoire que dessine l’empilement, fasse valoir moins l’hésitation quant à l’objet du discours que la nécessité d’aller au bout de sa saisie, selon une visée que l’on pourrait qualifier d’épuisement des possibles référentiels. En ce sens, elle apparaît comme une variation de la liste à proprement parler, laquelle recense les constituants d’un ensemble plus grand ; mais alors que les référents de l’énumération sont distincts les uns des autres (leur liste peut se fermer par la conjonction « et »), la reformulation par empilement recense les équivalences possibles que l’on peut établir pour saisir l’objet de discours (le lien entre les unités pouvant s’expliciter alors par les marqueurs « c’est-à-dire », « autrement dit »). Il est parfois des cas où la distinction est difficile, la lecture hésitant entre reformulation et énumération, comme dans cet extrait d’Espèces d’espaces où l’accord au singulier du verbe invite à une lecture par empilement là où le jeu du sens suggère plutôt l’addition des référents des syntagmes nominaux sujets7 :

La seule certitude cœnesthésique de mon corps dans le lit, la seule certitude topographique du lit dans la chambre, réactive ma mémoire, lui donne une acuité, une précision qu’elle n’a presque jamais autrement. (EE, p. 46)

11Il n’en demeure pas moins que la reformulation par empilement, comme l’énumération, relève d’une opération de recensement, ce qui diffère étant l’objet du recensement : objets multiples distincts pour l’énumération, différents aspects possibles d’un même objet pour l’empilement. Les reformulations par rectification (C, p. 124) et/ou caractérisation (p. 57) entrent dans cette même logique d’insistance du dire et d’épuisement référentiel, en permettant aussi le passage d’un point de vue à un autre : « ils finissaient toujours pas se retrouver dans ce qui était leur lot, leur seul lot : trente-cinq mètres carrés. » (p. 57) ; « et Jérôme, déambulant dans les rues, pouvait donner l’impression qu’il avait emmené sa patrie, ou plutôt son quartier, son ghetto, sa zone, à la semelle de ses souliers anglais » (p. 124).

12On le constate avec l’exemple précédent, les catégories de reformulation peuvent se combiner, la retouche, explicitée ici par le marqueur de glose « ou plutôt », s’ouvre à l’empilement de nouvelles façons de dire qui entretiennent entre elles un rapport de synonymie partielle. La combinaison des reformulations, leur construction en séries successives sont de fait assez fréquentes, une reformulation en engendrant de nouvelles, ce qui donne lieu à une amplification syntaxique proliférante. Ainsi dans l’exemple suivant se combinent les différents types de reformulation, empilement (E), rectification (R), caractérisation (C) avec ou sans reprise d’un mot, selon un mouvement de systématisation puisque chaque nouveau constituant introduit semble devoir subir une ou plusieurs opérations de reformulation :

13La généralisation de la reformulation et sa proximité avec l’énumération rendent possibles toutes les configurations : succession dans l’énoncé de l’une puis de l’autre (C, p. 82), construction par parallélisme (C, p. 94), etc. :

la moindre fausse note, un simple moment d’hésitation, un signe un peu trop grossier [E], leur bonheur se disloquait ; il redevenait ce qu’il n’avait jamais cessé d’être, une sorte de contrat, quelque chose de fragile et de pitoyable, un simple instant de répit [R ?] qui les renvoyait avec violence à ce qu’il y avait de plus dangereux, de plus incertain [R], dans leur existence, dans leur histoire [R]. (C, p. 82)

Ils auraient aimé que quelque chose leur prouve que ce qu’ils faisaient était important, nécessaire, irremplaçable, que leurs efforts peureux avaient un sens pour eux, étaient quelque chose dont ils avaient besoin, quelque chose qui pouvait les aider à se connaître, à se transformer, à vivre. (C, p. 94)

14Dans ce dernier exemple, il semble que l’énumération des trois adjectifs déclenche une nouvelle énumération (bien que les constituants de celle-ci soient placés sur des plans différents) dont chacun des éléments peut se comprendre comme la reformulation d’un des adjectifs. Ainsi apparaît de façon manifeste l’aptitude de l’écriture à s’engendrer à partir d’éléments premiers qui déclenchent des procédures de duplication : le texte n’énonce que rarement en une fois, qu’il s’agisse de rendre compte de séries de référents multiples ou d’inventorier les façons de voir un même objet. L’« Avant-propos » d’Espèces d’espaces offre un exemple caractéristique de ce principe de création :

Mais enfin au départ, il n’y a pas grand-chose : du rien, de l’impalpable, du pratiquement immatériel : de l’étendue, de l’extérieur, ce qui est à l’extérieur de nous, ce au milieu de quoi nous nous déplaçons, le milieu ambiant, l’espace alentour. (EE, p. 13)

15La première suite de trois syntagmes nominaux se lit de façon interne comme la reformulation de ses constituants, mais aussi, à un niveau supérieur, comme l’explicitation du « pas grand-chose » initial ; à son tour, cette série qui cumule, selon les niveaux de lecture, fonction de reformulation et fonction d’explicitation, déclenche une nouvelle suite de six constituants qui reformulent soit le dernier syntagme nominal, soit la série dans son ensemble, selon un processus d’engendrement quasi mécanique permettant de passer de « pas grand-chose » à un développement textuel ample. Que ce premier jeu d’amplification se produise à partir d’une réflexion sur le « vide », le « pas grand-chose », n’est évidemment pas anodin. Discourant sur le rien, sur ce qu’il y a « autour » ou « dans » le vide, le texte réfléchit pour ainsi dire sa propre naissance, son aptitude à se produire à partir de « rien », mettant en œuvre dès l’incipit la tension d’une écriture prise entre « le manque et l’abondance » : on retrouve là le principe de copia, que Christelle Reggiani évoque en recourant à l’image oulipienne de la « boule de neige », dont elle fait « l’emblème visuel de cette fécondité, de cette vitalité heureuses du texte » (Reggiani, 1999, p. 322).

16Or cette dynamique textuelle, produite ici par l’insistance du regard systématique porté sur les « espèces d’espaces », est liée à la conscience d’un manque qui s’explicite à la fin du livre à l’aide d’énumérations et de reformulations :

J’aimerais qu’il existe des lieux stables, immobiles, intangibles, intouchés et presque intouchables, immuables, enracinés ; des lieux qui seraient des références, des points de départ, des sources :
Mon pays natal, le berceau de ma famille, la maison où je serais né, l’arbre que j’aurais vu grandir (que mon père aurait planté le jour de ma naissance), le grenier de mon enfance empli de souvenirs intacts...
De tels lieux n’existent pas, et c’est parce qu’ils n’existent pas que l’espace devient question, cesse d’être évidence, cesse d’être incorporé, cesse d’être approprié. L’espace est un doute : il me faut sans cesse le marquer, le désigner ; il n’est jamais à moi, il ne m’est jamais donné, il faut que j’en fasse la conquête. (EE, p. 179)

17Au vide qui menace, à la mélancolie du sujet dans le monde, répondent ainsi le plein de l’écriture, sa prolifération qu’encourage la systématisation de l’observation de ce vide organisé en « espèces d’espaces ». Par son aptitude à décliner les possibles référentiels d’un objet du monde, réel ou illusoire, la reformulation s’apparente alors à une tentative pour « lester » la représentation, lui donner une assise qui peut faire défaut au monde. L’écriture tient d’une forme de compensation, comme le suggèrent les dernières lignes d’Espèces d’espaces :

Écrire : essayer méticuleusement de retenir quelque chose, de faire survivre quelque chose : arracher quelques bribes précises au vide qui se creuse, laisser, quelque part, un sillon, une trace, une marque ou quelques signes. (EE, p. 180)

18La reformulation et les effets de liste qu’elle engendre participent de cette « méticulosité » revendiquée par l’écriture, dont on verra plus loin qu’elle peut aussi créer une forme d’étrangeté de la représentation, dans la confrontation entre la façon de dire et le monde. Dans Les Choses, c’est encore le vide qui est au fondement des effets de liste : multipliant listes et reformulations, l’écriture crée un effet de saturation et de trop plein référentiel contre quoi vient buter le vide existentiel des jeunes héros hantés par des images préconstruites, dont l’ironie du discours met à nu la vacuité et le caractère convenu.

19Au-delà de l’amplification à l’échelle de la phrase, les jeux de reformulation interviennent au niveau transphrastique, lorsque les différents types de reformulations se combinent et jouent d’une phrase à l’autre à des niveaux distincts, et permettent ainsi l’avancée de l’énoncé : « L’ennemi était invisible. Ou, plutôt, il était en eux, il les avait pourris, gangrénés, ravagés. » (C, p. 96) Au-delà encore, par une forme d’élargissement de la reformulation au sens strict, c’est un rapport de traduction qui permet le passage d’une phrase à une autre, souvent encore par le recours aux deux-points :

Leurs appartements, studios, greniers, deux-pièces de maisons vétustes, dans des quartiers choisis – le Palais-Royal, la Contrescarpe, Saint-Germain, le Luxembourg, Montparnasse –, se ressemblaient : on y retrouvait les mêmes canapés crasseux, les mêmes tables dites rustiques, les mêmes amoncellements de livres et de disques, vieux verres, vieux bocaux, indifféremment remplis de fleurs, de crayons, de menue monnaie, de cigarettes, de bonbons, de trombones. (C, p. 70)

20Cette dynamique textuelle fondée sur une aptitude à la dilatation est vérifiée a contrario par le mouvement inverse de condensation marqué par la glose « en un mot » :

en face de ces hommes d’affaires qui comprenaient les vrais problèmes, de ces techniciens qui savaient de quoi ils parlaient et qui le faisaient bien sentir, de ces penseurs audacieux qui, la pipe à la bouche, mettaient enfin au monde le vingtième siècle, en face, en un mot, de cette assemblée de responsables, réunis chaque semaine en forum ou en table ronde, dont le sourire béat donnait à penser qu’ils tenaient encore dans leur main droite les clés d’or des lavabos directoriaux [...]. (C, p. 71)

21La greffe de la reformulation sur l’énumération souligne le mouvement de prolifération auquel elle paraît mettre fin par la glose et qu’elle prolonge simultanément, montrant une fois de plus l’étroite solidarité de ces configurations dans le travail d’amplification textuelle. Il s’agit là de l’opération symétrique de celle qui est réalisée par les énumérations apposées lorsque celles-ci déploient le contenu référentiel d’un support :

Cela va, en ce qui me concerne [...], d’une adresse prise au vol, d’un rendez-vous noté à la hâte, du libellé d’un chèque, d’une enveloppe ou d’un paquet, à la rédaction laborieuse d’une lettre administrative, du remplissage fastidieux d’un formulaire (déclaration-d’impôts, feuille-de-maladie, demande-de-prélèvement-automatique-des-quittances-de-gaz-et-d’électricité, bulletin-d’abonnement, contrat, bail, avenant, récépissé, etc.) à la liste des emplettes à faire de toute urgence (café, sucre, sciure à chat, livre Baudrillard, ampoule 75 watts, piles, linge, etc.) [...]. (EE, p. 24-25)

22Comme on le constate dans la première parenthèse qui modalise la façon de dire par le recours au tiret – signal d’emprunt et de stéréotypie langagière –, l’énumération ne se limite pas nécessairement au seul passage en revue des référents multiples : la façon de dire y est aussi prise en compte et s’avère autant inventoriée que les objets du monde auxquels elle réfère. Elle rejoint là encore la reformulation, laquelle peut pareillement jouer de l’emprunt ironique à des façons de dire convenues : « Ils ne se sentaient pas écrasés par leur travail, leur vie était assurée, vaille que vaille, bon an mal an, tant bien que mal, sans qu’un métier l’épuise à lui seul. » (C, p. 83)

23C’est alors non seulement un épuisement référentiel (des référents ou des équivalences possibles) que suggèrent énumération et reformulation, mais aussi l’épuisement des façons de dire dont les possibilités sont passées en revue. S’ils ne le sont pas systématiquement, les deux versants sont souvent liés : de l’inventaire des possibilités d’équivalence référentielle, il est aisé de glisser à la présupposition d’existence d’un paradigme construit par les représentations héritées dont la langue ou les discours sont dépositaires, de la même façon que les énumérations présupposent l’existence d’un ensemble aux éléments préétablis, réels (« grand salon, petit salon, bureau de Monsieur, boudoir de Madame, fumoir, bibliothèque, billard, etc. » [EE, p. 64]) ou simplement possibles (« le lundoir, le mardoir, le mercredoir, le jeudoir, le vendredoir, le samedoir et le dimanchoir » [p. 64]). On rejoint là le principe au cœur de la description telle que la définit Philippe Hamon, constituée par le dépli de « taxinomies, grilles, listes et classifications additionnelles diverses » et qui fait du descripteur aussi bien un « arpenteur d’espace » qu’un « arpenteur de bibliothèques » (Hamon, 1993, p. 53 et 61). Ces glissements du langage au monde sont mis en scène dans Espèces d’espaces par les façons de dire : « espace inventaire, espace inventé » (EE, p. 26), « déchiffrer un morceau de ville », « lire l’espace » (p. 102). Plus qu’à la recherche d’une coïncidence des deux, c’est alors à la création d’étrangeté que travaille l’écriture. Ultime (mais abondante) variation de l’effet de liste, la description prend le relais, que ce soit pour casser la série d’un clinamen ironique :

Une chambre, c’est une pièce dans laquelle il y a un lit ; [...] une chambre d’enfant, c’est une pièce dans laquelle on met un enfant ; un placard à balais, c’est une pièce dans laquelle on met les balais et l’aspirateur ; une chambre de bonne, c’est une pièce qu’on loue à un étudiant. (EE, p. 58)

24Ou, par sa « méticulosité » même, pour rendre étranges les façons de dire usuelles :

À l’inverse des immeubles qui appartiennent presque toujours à quelqu’un, les rues n’appartiennent en principe à personne. Elles sont partagées, assez équitablement, entre une zone réservée aux véhicules automobiles, et que l’on appelle la chaussée, et deux zones, évidemment plus étroites, réservées aux piétons, que l’on nomme les trottoirs. (EE, p. 94-95)

25Exhibant ici un savoir encyclopédique et un savoir langagier, la description renoue bien avec un discours de classification du monde ; en cela, elle marque d’étrangeté le quotidien, le donnant à lire comme un espace dont une écriture mélancolique s’attacherait à dresser l’inventaire avant sa disparition.

Bibliographie

Références bibliographiques

Hamon Philippe, 1993, Du descriptif, Paris, Hachette.

Noailly Michèle, 2000, « Apposition, coordination, reformulation dans les suites de deux GN juxtaposés », Langue française, no 125, p. 46-59.

Reggiani Christelle, 1999, Rhétoriques de la contrainte. Georges Perec, l’Oulipo, Saint-Pierre-du-Mont, Éditions InterUniversitaires.

Seguin Jean-Pierre, 1996, « Voltaire et la variation des styles », L’Information grammaticale, no 70, p. 5-10.

Notes

1 Le terme de « nomination » est donc pris ici au sens large de « façon de dire », sans limitation à l’emploi de syntagmes nominaux.

2 « La première nomination étant jugée trop vague, trop générale, une seconde vient la préciser (et pourrait être reliée à la première par “plus précisément”, soit avec d’autres mots [...], soit avec le même mot, mais pourvu d’une expansion restrictive ou descriptive. » (Noailly, 2000, p. 54)

3 On reconnaît au passage le rythme ternaire emprunté par Perec à Flaubert pour Les Choses (EC1, p. 83).

4 Dans cet exemple et par la suite, je souligne.

5 On constate aisément dans cet exemple combien le travail de la reformulation se combine au jeu des signifiants et des échos phoniques.

6 On pense bien sûr à celles de Nathalie Sarraute ou de Claude Simon.

7 Un accord fait sur le modèle de la syntaxe classique n’est pas à exclure, l’énumération entraînant le singulier du verbe du fait de la proximité sémantique des deux syntagmes nominaux.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

Auteur

Professeur de langue française et stylistique à l’Université de Poitiers. Ses travaux portent notamment sur le dialogisme et la polyphonie, les phénomènes de représentation de discours autre (dans la filiation des travaux de Jacqueline Authier-Revuz), les rapports entre style et genèse, et la question de l’imaginaire de la langue chez les écrivains français des xxe et xxie siècles (Annie Ernaux, Laurent Mauvignier, Claude Simon, Jacques Roubaud, Sylvie Germain, etc.).

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540