Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

L'art de la liste

Stylistique de l’indifférence : Un homme qui dort

Florence de Chalonge

Texte intégral

1Dans la célèbre conférence de Warwick (1967), intitulée « Pouvoirs et limites du romancier français contemporain », Georges Perec ramenait la formation du diptyque des Choses et d’Un homme qui dort à un principe d’invention :

Les Choses sont les lieux rhétoriques de la fascination, c’est tout ce que l’on peut dire à propos de la fascination qu’exercent sur nous les objets. Un homme qui dort, c’est les lieux rhétoriques de l’indifférence, c’est tout ce que l’on peut dire à propos de l’indifférence. (EC1, p. 84)

2Comme l’indifférence est l’envers de la fascination, Un homme qui dort est devenu le pendant des Choses.

  • 1 « La première exigence du réalisme, le premier clivage qui permette de l’opposer au reste de la lit (...)

3« Trouver quoi dire », rappelle Barthes dans un séminaire qu’avait suivi Perec à l’École pratique des hautes études en 1964-1965 (EC2, p. 148), conduit l’orateur à puiser dans un réservoir de « lieux » conçus comme autant de ressources argumentatives qui s’offrent à son sujet (Barthes, 1970). On entend ici que Perec se propose de dire « tout ce que l’on peut dire », c’est-à-dire d’épuiser l’indifférence, affirmant sa bien connue « volonté de totalité1 » comme « exigence » de « réalisme ». La méthode choisie appartient à la rhétorique ; pour l’auteur, elle permet de transformer ce « pas grand-chose » qu’on a « dans la tête », « devant une feuille de papier », en un « quelque chose », « une espèce de modèle » pour « avancer » (EC1, p. 79). On le sait, Perec ne se confie pas à l’inspiration, mais à l’« écriture », conçue comme un acte « culturel », telle l’affirmation d’une « recherche sur le pouvoir du langage » (p. 81). Quand on est écrivain, la démarche consiste alors à se tourner d’abord vers ses semblables, et pour Les Choses, Perec dit s’être « servi » des « quatre écrivains » Flaubert, Nizan, Antelme et Barthes (p. 82).

4Modèle des Choses, L’Éducation sentimentale a fourni à l’auteur non seulement des « scènes » (la « vente aux enchères », le « voyage en bateau » ou la « manifestation politique »), mais aussi des phrases : c’est « en piquant une trentaine de phrases sans mettre de guillemets » ou en construisant celles-ci à la manière de Flaubert, selon un « rythme ternaire », que Georges Perec décrète avoir écrit son roman (EC1, p. 83). À son tour, Un homme qui dort a bénéficié de la lecture « à outrance » (ibid.) de Kafka et Melville. On voit donc qu’en matière de rhétorique, Perec convoque aussi, et spécifiquement, ce qu’on peut appeler avec Genette une stylistique, au sens d’une « rhétorique restreinte » (Genette, 1970), préoccupée au titre de l’elocutio de « “mettre en mots” » (Barthes, 1970, p. 952) ce qu’il y a à dire.

  • 2 Dont la présence implique nécessairement un je, disparu du texte à cette exception près : « Comme s (...)
  • 3 Selon une autre formule de Perec, la deuxième personne correspond au « regard d’un je devenant tu » (...)

5À propos de mots, Perec aimait plutôt à se définir comme un « homme de lettres », celui dont, disait-il avec malice, « le métier c’est les lettres de l’alphabet » (EC1, p. 266). Il reste que le Perec préoulipien nous rappelle qu’il est aussi un écrivain de phrases, ne serait-ce qu’en raison du fait que son réalisme, conçu en 1965 comme un « art citationnel » (p. 49), opère principalement à cette échelle. Ainsi, une stylistique de l’indifférence nous conduit à examiner la phrase perecquienne, quoique nous gardions à l’esprit que, comme l’avance Barthes dans sa « Rhétorique », au-delà de la phrase, l’élocution est aussi énonciation (Barthes, 1970, p. 952). Dans Un homme qui dort, l’écriture de l’indifférence est bien évidemment redevable de la position énonciative très spécifique du tu2 qui donne au roman un caractère vocal et l’apparente au monologue intérieur. La deuxième personne procède ici d’une division du sujet, ou du moins d’une sorte de « recul » (EC1, p. 243), celui, dit l’auteur, qu’on prend avec soi-même « quand on se regarde dans un miroir3 » (EC2, p. 327).

  • 4 Voir Rosienski-Pellerin, 1995, chap. V, p. 151-181 ; Bertharion, 1998, chap. I, p. 21-50 ; et Van M (...)

6Déjà bien étudiée4, cette question de la voix sera ici laissée de côté ; notre analyse stylistique partira des occurrences mêmes du mot introduit par le roman pour se consacrer aux formes et figures de l’indifférence, avant de se confronter au trait de style majeur qu’est chez Perec l’écriture de la liste, elle-même représentative d’une tension entre le mot et la phrase, entre la phrase et le récit. Comment laisser au langage le soin de faire le vide en soi pour devenir indifférent ?

LE MOT « INDIFFÉRENCE »

7L’indifférence n’est pas seulement le « thème » d’où est « parti » (EC1, p. 84) Georges Perec pour Un homme qui dort, elle est aussi un mot du texte. En effet, le mot « indifférence » côtoie (par huit fois) celui d’« indifférent », une fois substantif, une autre fois adjectif (« un chat indifférent se chauffe près du poêle de fonte » [HQD, p. 241]). L’indifférence y est rapportée au sujet (ici, le tu) ou, thématisée, elle se trouve définie en soi et pour soi dans le cadre d’énoncés formulaires dont le caractère d’aphorisme est à l’image de l’épigraphe du livre renvoyant aux Méditations de Kafka. Qu’elle soit liée à l’homme qui dort, ou vue comme entité, l’indifférence présente des caractères communs.

8Par un usage substantif, et à l’aide d’un article défini, l’indifférent devient un caractère, un type, dont les attributs ne dessinent en réalité qu’une caractérisation négative : l’indifférent est celui qui, « en face du monde », n’est « ni ignorant ni hostile » (HQD, p. 253). De fait, dans Un homme qui dort, l’indifférence s’apparente à un savoir ou plutôt à une faculté que le sujet doit acquérir, parce qu’elle est sans apprentissage : « Tu as tout à apprendre, tout ce qui ne s’apprend pas, la solitude, l’indifférence, la patience, le silence. » (p. 248) L’énumération fait ici de la solitude un préalable, ou le moyen, de l’indifférence ; la patience et le silence en deviennent les corollaires. Pour le sujet défini par l’indifférence, celle-ci prend la figure du « dur noyau » : « Tu n’es qu’une ombre trouble, un dur noyau d’indifférence, un regard neutre fuyant les regards. » (p. 230) Ce qui en soi-même doit demeurer tel un cœur irréductible s’accompagne par contraste du halo du flou et du fugace : si le sujet se dématérialise pour devenir impalpable comme l’ombre, insaisissable par le regard, l’indifférence, quant à elle, garde consistance. Quand pour l’homme qui dort l’indifférence porte qualité, c’est dans la redondance : « Ton indifférence est étale : homme gris pour qui le gris n’évoque aucune grisaille. » (p. 272) Par la métaphore, le suspens devient un trait permanent, un entre-deux sans fin : en proie à l’indifférence, l’« homme gris » est celui qui recherche le ton sur ton, quoique le gris ne soit pour lui ni le terne ni le morne mais, sans nostalgie, ce qui a perdu l’éclat du blanc ou la profondeur du noir.

  • 5 Lettre de Georges à Paulette Perec, citée par Hartje, 1997, p. 81.

9Directement thématisée, l’indifférence renvoie à un « état » : « L’indifférence n’a ni commencement ni fin : c’est un état immuable, un poids, une inertie que rien ne saurait ébranler. » (HQD, p. 269) Inaltérable, atemporelle – un état n’est pas un processus –, l’indifférence n’est pas immatérielle cependant, puisqu’elle possède un caractère pesant, à l’image de ce « dur noyau » qui prévient la totale évanescence du personnage. Cet attribut lui donne qualité de résistance, mais d’une résistance à l’image de celle, passive, que manifeste Bartleby, le héros éponyme de la nouvelle de Melville choisi pour modèle. Le « ni hiérarchie, ni préférence » que professe le tu fait écho au lancinant « I would prefer not to » de Bartleby. Toutefois l’indifférence n’est pas seulement un état, elle est aussi une fonction. Agissante, elle se comporte comme une menace pour l’intelligibilité : « L’indifférence dissout le langage, brouille les signes. » (p. 270). Elle prend pour cible le langage verbal, mais aussi le non-verbal, c’est-à-dire qu’elle s’attaque au monde comme langage. Sous son égide, l’univers devient indéchiffrable : comme le dit Perec, « cet homme qui ne veut plus parler au monde, le monde ne lui parle plus », l’« Asymbolie5 » le guette.

  • 6 Entrée « fasciner », TLFi, http://atilf.atilf.fr(page consultée en octobre 2012).

10Comme telle, et relativement à soi, l’indifférence sera évaluée. À l’issue de sa quête, le tu retrouve des facultés de jugement – jamais tout à fait suspendues en vérité – pour faire le bilan de son expérience. Entièrement négative, l’indifférence est évaluée relativement à ce que le personnage a pu en retenir. Pour commencer, « tu n’as rien appris, sinon que la solitude n’apprend rien, que l’indifférence n’apprend rien : c’était un leurre, une illusion fascinante et piégée » (HQD, p. 302). « Leurre » ou « illusion », métaphorisée, l’indifférence fait intervenir de nouveau la question du regard : le leurre est un trompe-l’œil, le bout de cuir rouge qui attire le faucon en cours de dressage ; de même l’illusion est ici fascination, c’est-à-dire un hypnotisme ou encore, comme le dit le Trésor de la langue française, la capacité de soumettre « par la puissance du regard6 ». Ainsi le regard est partout : l’indifférence supposait de trouver en soi une disposition perceptive, celle du « regard neutre », tandis qu’en son principe même, elle repose sur une tromperie dont la manifestation est sensorielle.

11Finalement, « l’indifférence est inutile » (HQD, p. 303) : le terme est intéressant car l’utilité renvoie depuis toujours la littérature, et particulièrement le roman dans sa légitimation tardive, à sa capacité à édifier son lecteur. Si l’homme a mené une entreprise inutile, pourquoi l’avoir suivi dans sa quête et qu’en apprendre ? On se souvient qu’à la sortie du livre, Perec se défend d’être un moraliste qui, à l’issue de ses œuvres, juge la conduite de ses personnages (EC1, p. 81). De fait, la toute dernière mention de l’indifférence dans le texte, celle qui peut se lire comme une sentence, fait intervenir une double négation qui s’arrête au seuil de la caractérisation positive : « L’indifférence ne t’a pas rendu différent. » (HQD, p. 303) Le texte ne tranche pas : n’être pas devenu différent consiste-t-il à être resté le même ? Ce n’est qu’avec le recul, commentant son film de 1972, que Perec donne une version de l’indifférence comme l’« expérience radicale » qui a transformé son personnage en ne lui laissant « qu’une issue : reprendre pied, douloureusement, sur la terre des vivants » (EC1, p. 154). Le film aurait eu ainsi pour le personnage la portée d’un apprentissage que ne revendique pas le livre.

12Pour résumer, si l’on relie le thème au mot même d’« indifférence », on voit que c’est à travers les figures de la négativité, de la neutralité et de l’inertie qu’il a pris sens. Celles-ci sont d’ailleurs elles-mêmes en butte à une évaluation défavorable : « ton refus est inutile. Ta neutralité ne veut rien dire. Ton inertie est aussi vaine que ta colère. » (HQD, p. 303) : l’attraction pour le vide est confirmée.

PHRASES DE L’INDIFFÉRENCE

13Dans le champ stylistique de l’indifférence poussent les fleurs ingrates de la négativité, de la neutralité et de l’inertie. Cette manière de « faire parler l’indifférence », pour le dire comme Bernard Pingaud (1967, p. 3), relève également de la compositio, responsable de l’« arrangement des mots à l’intérieur de la phrase » (Barthes, 1970, p. 946).

14Dans Un homme qui dort, souvent la phrase est négative (« ne... pas », « ne... plus », « ne... jamais » : « ton habillement, ta nourriture, tes lectures ne parleront plus à ta place » [HQD, p. 254]) ; elle prend pour thème le pronom indéfini (« rien », « nul ») ou affecte cet indéfini au nom (« Mais rien ne s’est passé : nul miracle, nulle explosion » [p. 303]) ; elle multiplie les conjonctions (« ni... ni... ») et les prépositions négatives (« sans ») ou encore se construit avec un infinitif, annulant le sujet (« Être sans désir, sans dépit, sans révolte. » [p. 245]).

15Les phrases de la neutralité empruntent elles aussi les formes de la négativité ; toutefois, elles n’opèrent pas par simple annulation, car elles mettent en regard des antonymes pour se situer à l’intérieur de logiques d’opposition (avec contradictoires, contraires et réciproques [voir Martin, 1976, p. 59-75]). Elles s’appliquent aux activités essentielles à l’existence pour lesquelles elles mobilisent le principe du tiers exclu, au moyen du « ou » (« Tu marches ou tu ne marches pas. Tu dors ou tu ne dors pas. [...] Tu manges ou tu ne manges pas. » [HQD, p. 269]), comme avec la conjonction « ni » (« rien [...] ne te plaît ni ne te déplaît. » [p. 262]). Ainsi l’homme s’applique-t-il à refuser que la confrontation entre contradictoires fonde une vraie alternative. Relativement à une situation donnée, marcher, dormir ou manger, il montre que peu lui importe que l’une ou l’autre des attitudes soit (vraie). Tout aussi bien la neutralité mobilise pour lui les ressources de la comparaison (« L’eau t’attire comme la pierre, l’obscurité comme la lumière, le chaud comme le froid. » [p. 272]) pour dénier à ces réalités leur valeur d’incompatibilité. Être neutre, c’est alors subir l’attraction des contraires, quand une autre voie consisterait à valoriser un intermédiaire, ici la pénombre ou le tiède. Enfin, l’eau et la pierre s’opposent ici tels des complémentaires, ou des inverses, ceux qu’on retrouve dans la phrase : « Tu ne demandes rien, tu n’exiges rien, tu n’imposes rien. » (p. 270) De demander à exiger, par gradation, puis d’exiger à imposer, utilisant la réciprocité, dans la relation à l’autre et autour d’une transaction, tu n’est ni du côté de celui qui exige, ni du côté de celui qui impose ; de ce fait, il annule le principe relationnel lui-même.

16On le sait, l’inertie s’appuie quant à elle sur l’idée d’une résistance (passive) et utilise les ressources grammaticales de la restriction. Conjonctions et locutions sont ainsi mises à contribution : « Tu n’as rien appris, sinon que la solitude n’apprend rien. » (HQD, p. 302) ; « Ton propos n’est pas de te laisser mourir de faim, mais seulement de te nourrir. » (p. 253) ; l’adjectif « seul » est lui aussi mobilisé : « seuls demeurent des réflexes élémentaires » (p. 270), « seule existe ta marche, et ton regard » (p. 272). Une sorte de gradation déceptive supporte ce projet où le sujet chemine vers le vide : « Tu es patient, et tu n’attends pas, tu es libre et tu ne choisis pas, tu es disponible et rien ne te mobilise. » (p. 270) La loi de causalité est bafouée : celui qui est patient est d’ordinaire celui qui attend quelque chose tout comme l’homme libre fait usage de sa liberté par les choix qu’il opère. Dans ce dernier exemple, la répétition du « et » au lieu du « mais » et de sa valeur corrective attendue tente d’effacer l’idée d’une conduite paradoxale du sujet.

  • 7 « On a tellement parlé de mon écriture limpide, classique, gelée, glacée... » (EC1, p. 65)

17Comme pour Les Choses, ces phrases de l’indifférence sont le plus souvent des phrases ternaires à cadence majeure, c’est-à-dire non marquée : c’est la dimension « classique7 » du style de Perec. Dans les phrases liées, le plus frappant est la construction identique des propositions où les membres sont isocolons. Cette construction provoque non seulement un effet de parallélisme, mais aussi une sorte de simultanéité, un figement. Celui-ci contribue à annuler la dimension temporelle propre aux configurations narratives pour remplacer la continuité par des états isolés les uns des autres ou par un art formulaire, une écriture de l’aphorisme qui s’émancipe du récit.

L’INDIFFÉRENCE EN SÉRIE

18Cette indifférence qui se manifeste par l’annulation, le retrait, voire la tentation du vide est confrontée à la pléthore du monde perecquien. « Sature l’incomplet », ce premier vers du neuvième poème de La Clôture (LC, p. 19) est aussi pour Perec « une manière d’art poétique » rappelle Bernard Magné (2001, p. 205). Ainsi, paradoxalement, l’accumulation, l’amplification sont partie prenante de l’écriture de l’indifférence et, dans le cadre de la phrase, prennent la forme de la série énumérative (Damamme-Gilbert, 1989).

19Alors qu’au point de départ de son insolite expérience, le personnage fait le « bilan précis » de son « premier quart de siècle » (HQD, p. 227), c’est-à-dire en réalité l’état de ses maigres possessions d’étudiant désargenté, confiné dans sa chambre de bonne, il précise en l’art souriant du zeugme, rare dans la tonalité plutôt triste du livre : « Tu as vingt-cinq ans et vingt-neuf dents, trois chemises et huit chaussettes, quelques livres que tu ne lis plus, quelques disques que tu n’écoutes plus. » (p. 227) Puis il enchaîne et complète : « Tu n’as pas envie de te souvenir d’autre chose, ni de ta famille, ni de tes études, ni de tes amours, ni de tes amis, ni de tes vacances, ni de tes projets. » (p. 227) D’une manière tout à fait caractéristique, la totalité perecquienne, celle ici d’une « autre chose » que le personnage dit vouloir s’interdire d’explorer, s’écrit tout de même en une sorte de prétérition. En son for intérieur, tu se souvient en réalité de ce dont il n’a « pas envie » de se souvenir et l’on voit que l’amplification s’accommode mal des ambitions d’un indifférent à qui incombe la tâche de désencombrer, débarrasser, balayer choses et mots. Comment ce vertige descriptif au cœur de l’esthétique perecquienne peut-il tout de même rendre compte de l’indifférence comme expérience du vide ?

  • 8 Dans « Penser/Classer » (1982), Perec relève les deux « tentations contradictoires » de l’énumérati (...)
  • 9 Cette phrase est l’écho d’une autre phrase située au début du texte : « Un autre [...] fait, peut-ê (...)

20Une première manière consiste à fabriquer des séries fermées8, celles dont la clôture peut en quelque sorte être anticipée. Parce qu’il décrit les épisodes ordinaires de l’existence, ce qui est fait sans y penser, telle une suite d’opérations jusqu’en sa fin programmée, le script (Schank & Abelson, 1977) est l’une des expressions, à caractère narratif, de cette clôture. Ainsi, pour l’homme qui dort, énoncer des scripts de vie traduit la volonté d’oubli de soi, une sorte d’idéal de l’indifférence en action. « Gestes d’automate : te lever, te laver, te raser, te vêtir9. » (HQD, p. 270) : les attitudes s’enchaînent ici comme les séquences a minima de la scène banale et convenue du réveil. On y reconnaît la stéréotypie du lever, celle dont l’efficace exige de se raser après s’être levé, et de se vêtir après s’être lavé, pour finalement considérer qu’on est prêt. Mais ce qui est remarquable est que le déroulement des actions obéit ici à une double contrainte, sémantique et formelle. En effet, toutes les propositions, infinitives, et donc privées de sujet, se succèdent selon un schéma identique ; à l’appui des phonèmes [tǝ] et [ve], les formes pronominales de deuxième personne mettent chaque fois en jeu un verbe de deux syllabes. La brièveté, l’allitération et la juxtaposition renforcent ainsi le caractère d’« automate » du personnage au lever, quand les phonèmes isolés [iR] donnent une chute à la séquence, qu’ils ferment et arrêtent.

  • 10 L’une des consignes de l’épigraphe empruntée aux Méditations de Kakfa est « Reste à ta table et éco (...)
  • 11 Béatrice Damamme-Gilbert (1989, p. 221) souligne que similarité et différence sont les deux grands (...)

21Insérer la liste dans une structure en boucle est pour notre homme qui dort un autre procédé qui conduit à annuler ce qu’il vient pourtant de développer. C’est l’indifférence, ou tourner en rond10. « Tu glisses, tu te laisses couler, flancher : chercher le vide, le fuir, marcher, t’arrêter, t’asseoir, t’attabler, t’accouder, t’étendre. » (HQD, p. 270) : plusieurs logiques concourent à la formation de la phrase11. D’abord, le propos se développe en mobilisant les ressources d’équivalences synonymiques (du littéral au figuré) dont le choix des lexèmes est soutenu par l’allitération en [s], déformée en [∫] : dès ce moment, [∫e] devient une homéotéleute, qu’on retrouve aussi dans « marcher », alors que démarre une nouvelle série menée par la répétition du [t]. Tandis qu’entre « chercher » et « fuir », l’opposition explore la voie de la neutralité, puisqu’aucune des deux attitudes ne satisfait le personnage, entre « marcher » et « t’arrêter », la relation est différente : être arrêté entraîne de nouvelles dispositions. Une fois encore, Perec associe très étroitement contraintes de sens et de forme. Isolés dans une séquence d’actions, à l’intérieur d’un faux alexandrin, les quatre syntagmes verbaux commencent tous par [ta] et comprennent graphiquement une double consonne (r, s, t, puis c) : s’étant arrêté, le personnage s’assoit, s’attable, puis s’accoude. Va-t-il jusqu’à s’étendre sur la table ? Le texte est elliptique, mais en proposant cette dernière forme, à peine différente des précédentes, puisque le [ta] fait place au [te], la phrase nous ramène à son point de départ pour suggérer que glisser, c’est s’étendre. La densité stylistique est comme on le voit ici exceptionnelle : elle vient à l’appui de la remarque de Jacques Roubaud qui relie chez Perec liste et poésie (Roubaud, 1999, p. 202).

22D’une autre manière, la liste témoigne du fait que l’indifférence impose d’en passer par une sorte de divorce d’avec son univers propre. Le monde de l’homme qui dort est un petit monde, il est le quotidien dont est faite l’étoffe d’une vie simple, et que Georges Perec appellera en 1973 l’« infra-ordinaire ». C’est cet « habituel » (IO, p. 11) qui ici s’effondre et devient le support d’un regard où l’attention témoigne du dérèglement. Alors qu’une « espèce de lassitude, de fatigue » se fait sentir, l’homme remarque : « En face de toi, à la hauteur de tes yeux, sur une étagère de bois blanc, il y a un bol de Nescafé à moitié vide, un peu sale, un paquet de sucre tirant sur sa fin, une cigarette qui se consume dans un cendrier publicitaire en fausse opaline blanchâtre. » (HQD, p. 223, je souligne) Les locutions et adverbes de quantité viennent exprimer ici l’insatisfaction du juste pas comme il faut : le peu est trop ou trop peu ; dans cet univers d’ersatz (le suffixe péjoratif-âtre redouble l’adjectif « faux »), la demi-mesure reste insatisfaisante, tandis que l’épuisement (« tirant sur sa fin », « se consume ») guette. Finalement, « tu tends la main, tu écrases la cigarette qui fume dans le cendrier, tu achèves le bol de Nescafé : il est à peine tiède, trop sucré, un peu amer » (p. 223, je souligne) : tous ces petits ajustements, ces infimes nuances représentent la subtile quantification d’un désastre minuscule qui laisse en bouche le goût de l’amertume.

23Dans le cours sur le neutre donné au Collège de France durant l’année 1977-1978, Barthes introduit au nombre des « images dépréciatives » du neutre, aux côtés de « l’ingrat », du « fuyant », du « feutré », du « flasque » et du « vil », « l’indifférent » (Barthes, 2002, p. 103-105). Il ne fait aucunement référence à Perec, mais se tourne vers Fichte dont la pensée critique du scepticisme renvoie l’indifférence à un manque, « le manque de l’amour, même de l’amour le plus vulgaire, de l’amour de soi-même » (ibid., p. 104). De son côté, Perec assure que « l’indifférence n’est pas une drogue » mais que son héros « le regrette car le degré zéro est beaucoup plus grisant que l’état second », cet état « marqué » d’une existence où il faut à chaque instant s’impliquer.

24Dix ans avant l’entreprise de Barthes, cet homme qui dort nous aura donné une grande figure du neutre : « L’indifférence nous appartient au même titre que la fascination », peut-on conclure avec le romancier (cité par Hartje, 1997, p. 83-84).

Bibliographie

Références bibliographiques

Barthes Roland, [1970] 1994, « L’ancienne rhétorique : aide-mémoire », Œuvres complètes, Éric Marty (éd.), 3 vol., Paris, Éditions du Seuil, vol. 2, p. 901-960.

Barthes Roland, 2002, Le Neutre. Cours au Collège de France (1977-1978), Thomas Clerc (éd.), Paris, Éditions du Seuil/IMEC.

Bellos David, 1994, Georges Perec. Une vie dans les mots, Paris, Éditions du Seuil.

Bertharion Jacques-Denis, 1998, Poétique de Georges Perec : “une trace, une marque ou quelques signes”, Saint-Genouph, Nizet.

Damamme-Gilbert Béatrice, 1989, La Série énumérative, Genève, Droz.

Genette Gérard, [1970] 1972, « La rhétorique restreinte », Figures III, Paris, Éditions du Seuil, p. 21-40.

Hartje Hans, 1997, « Un homme qui dort : le lu et le tu », dans Yvonne Goga (dir.), Actes du colloque international Georges Perec (17-19 octobre 1996), Cluj-Napoca, Dacia, p. 77-88.

Magné Bernard, 2001, « Quelques pièces pour un blason ou les sept gestes de Perec », dans Paulette Perec (dir.), Portrait(s) de Georges Perec, Paris, Bibliothèque nationale de France, p. 188-233.

Martin Robert, 1976, Inférence, antonymie et paraphrase, Paris, Klincksieck.

Pingaud Bernard, 1967, « L’indifférence, passion méconnue », La Quinzaine littéraire, no 27 (1-15 mai), p. 3-4.

Rosienski-Pellerin Sylvie, 1995, PERECgrinations ludiques. Étude de quelques mécanismes du jeu dans l’œuvre romanesque de Georges Perec, Toronto, Gref.

Roubaud Jacques, 1999, « Notes sur la poétique des listes chez Georges Perec », dans Béatrice Didier et Jacques Neefs (dir.), Penser, classer, écrire : de Pascal à Perec, Saint-Denis, Presses universitaires deVincennes, p. 201-208.

Schank Robert & Abelson Robert, 1977, Scripts, Plans, Goals and Understanding, Hillsdale, Erlbaum.

Van Montfrans Manet, 1999, Georges Perec. La contrainte du réel, Amsterdam/Atlanta, Rodopi.

Notes

1 « La première exigence du réalisme, le premier clivage qui permette de l’opposer au reste de la littérature, est [...] la volonté de totalité. » (LG, p. 54)

2 Dont la présence implique nécessairement un je, disparu du texte à cette exception près : « Comme si, à tout instant, tu avais besoin de te dire : c’est ainsi parce que je l’ai voulu ainsi, je l’ai voulu ainsi ou sinon je suis mort. » (HQD, p. 288)

3 Selon une autre formule de Perec, la deuxième personne correspond au « regard d’un je devenant tu » (cité par Bellos, 1994, p. 367).

4 Voir Rosienski-Pellerin, 1995, chap. V, p. 151-181 ; Bertharion, 1998, chap. I, p. 21-50 ; et Van Montfrans, 1999, chap. III, p. 73-121.

5 Lettre de Georges à Paulette Perec, citée par Hartje, 1997, p. 81.

6 Entrée « fasciner », TLFi, http://atilf.atilf.fr(page consultée en octobre 2012).

7 « On a tellement parlé de mon écriture limpide, classique, gelée, glacée... » (EC1, p. 65)

8 Dans « Penser/Classer » (1982), Perec relève les deux « tentations contradictoires » de l’énumération, celle de « l’exhaustif » et celle de « l’inachevé » (PC, p. 167).

9 Cette phrase est l’écho d’une autre phrase située au début du texte : « Un autre [...] fait, peut-être, à ta place, un à un, les gestes que tu ne fais plus : il se lève, il se lave, se rase, se vêt, s’en va. » (HQD, p. 224)

10 L’une des consignes de l’épigraphe empruntée aux Méditations de Kakfa est « Reste à ta table et écoute. » (HQD, p. 217)

11 Béatrice Damamme-Gilbert (1989, p. 221) souligne que similarité et différence sont les deux grands modes de confrontation entre termes d’une série énumérative.

Auteur

Maître de conférences en littérature française à l’Université Charles de Gaulle-Lille III et spécialiste de l’œuvre de Marguerite Duras. Elle a publié en 2005 Espace et récit de fiction : le cycle indien de Marguerite Duras aux Presses du Septentrion et a dirigé plusieurs volumes collectifs et numéros de revue consacrés à cet auteur (Roman 20-50, La Revue des lettres modernes). Elle collabore actuellement à l’édition des Œuvres complètes de Marguerite Duras chez Gallimard, dans la collection de la Pléiade (2011-2014). En ce qui concerne l’œuvre de Georges Perec, elle a codirigé avec Christelle Reggiani le numéro 51 de juin 2011 de la revue Roman 20-50 consacré aux Choses et à Un homme qui dort. Ses recherches portent par ailleurs sur des questions de théorie littéraire et de poétique du récit.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540