Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

Peut-on parler d'un style perecquien ?

Écriture du rêve et jeux de mots dans La Boutique obscure

Marie Bonnot

Texte intégral

Votre occupation préférée ?
— Dormir.
[...] Le trait principal de mon caractère ?
— Le trait d’esprit.
(EC2, p. 196)

1Dans La Boutique obscure, cette « pratique commencée sans idée de livre, récupérée en cours de route » (Lejeune, 1991, p. 18) et finalement publiée, à qui la critique a pu reprocher son absence de travail stylistique, Perec fait montre de son talent pour le mot d’esprit. Il s’appuie pour cela sur les libertés permises par le récit de rêve, les concepts et la pratique psychanalytiques. Parue en 1973, cette œuvre est directement issue de l’analyse que Perec a menée sur le divan de Jean-Bertrand Pontalis de 1971 à 1975. Elle contient cent vingt-quatre récits de rêves qui se veulent, dès la première page du recueil, la transcription exacte des expériences oniriques de l’écrivain. « Je croyais noter les rêves que je faisais, écrit-il, je me suis rendu compte que, très vite, je ne rêvais déjà plus que pour écrire mes rêves. » (BO, prière d’insérer) Le recueil témoignerait donc de la recherche d’une expression onirique ; comme si, à la manière des surréalistes, ces textes avaient été écrits sous la dictée des rêves. Mais le rêve, ici, fait avant tout figure de contrainte.

2Je ne reviendrai pas sur la place que Pontalis assigne au récit de rêves dans sa pratique de la cure ; je me contenterai de souligner la méfiance qu’il nourrit face à ce discours. Écrivant sur le « cas Perec », il dénonce la « recherche fébrile de techniques de manipulation de signes » (Pontalis, 1977, p. 265) de cet « insomniaque du jour » (ibid., p. 235) qui, semble-t-il, s’obstinait à ne jamais laisser sommeiller sa conscience classificatrice, « décortiquant à loisir » (« Les lieux d’une ruse », PC, p. 67) les moindres détails de ses rêves pour mieux les rattraper dans les filets de l’écriture. La publication de ce recueil relève ainsi du défi et de la gageure : comment créer une « rhétorique précisément onirique » (JSN, p. 78), comme le souhaitait Perec, alors que, selon Pontalis, « la psychanalyse tord le cou à l’éloquence » (Pontalis, 1977, p. 32) ?

3Discours onirique, psychanalytique et humoristique se retrouvent sur un dénominateur commun : le décalage, l’attention prêtée à l’écart entre le signifiant et le signifié, la manipulation de la matérialité plastique du mot. Le Witz désigne à la fois les mots d’esprit et la capacité d’en faire, et témoigne chez le locuteur d’une habileté langagière parfois proche de la prouesse verbale. Il s’agit de passer outre les entraves de l’expression ou de la bienséance pour créer, par des procédés de morcellement et de recombinaison, de condensation, de figuration et de déplacement, des formes originales qui provoqueront sinon le rire, du moins le sourire de celui qui aura saisi leur amphibologie. Autant de traits communs entre les procédés d’élaboration du rêve et du jeu de mots.

4Si, dès ses premiers écrits, Freud érige le jeu de mots au rang d’attribut du récit de rêve, il distingue nettement les deux pratiques. Alors que le rêve serait asocial, égoïste et devrait se garder d’être compréhensible pour ne pas disparaître, le mot d’esprit, lui, se caractériserait par sa dimension éminemment social, sa destination et sa capacité à être compris : « Le rêve sert surtout à épargner le déplaisir, l’esprit à acquérir le plaisir. » (Freud, 1905, p. 299) Mêmes procédés, on le voit, mais au service de deux desseins opposés. Pour le dire autrement, le mot d’esprit aurait la valeur phatique d’une apostrophe : il ne serait qu’un appel à l’attention de l’autre, une recherche du jeu et de l’interaction complice.

  • 1 « Mais de ce que les rêves sont offerts à tous dans La Boutique obscure, il nous importe peut-être (...)

5Le rêve perecquien, on s’en doute, ne fait pas exception à la règle ; mais en se laissant traverser de façon manifeste par de nombreux jeux de mots, il nous laisse dubitatifs quant à la nature du texte et à la posture de l’auteur. Car c’est un véritable renversement des mécanismes en jeu dans la théorie freudienne du rêve que La Boutique obscure voudrait nous présenter : non plus se laisser travailler par le rêve mais travailler « avec le rêve » (nous soulignons), pour reprendre l’expression de Jacques Roubaud1, et même travailler sur le rêve, voire contre lui.

6À la suite de Roger Bastide, ne pourrait-on parler de « trouvailles expressives » (BO, postface) pour qualifier les inventions et détournements poétiques que Perec s’ingénie à mettre en place dans la Boutique ? Si les rêves y sont des prétextes d’écriture – puisqu’ils en fournissent l’occasion et les sujets –, n’en deviendraient-ils pas aussi des pré-textes dans la mesure où ils n’apportent finalement qu’une matière qui, elle, sera largement réélaborée, aux dépens de la psychanalyse et à la faveur du texte, de sa littérarité et de son humour ? Pour tenter de comprendre les motivations des jeux de mots dans La Boutique obscure, nous adopterons un itinéraire allant, dans l’étude du jeu de mots, de l’explicite à l’implicite, puis de l’implicite au tacite.

Le jeu de mots explicite : rire et surenchérir

  • 2 L’œuvre n’étant pas paginée, les références seront données par les numéros des rêves.

7Suivant le rapprochement fait entre rêve et mot d’esprit, Perec n’hésite pas à outrer le trait d’une pensée « oniricomique » en introduisant dans ses récits des jeux de mots qu’il attribue le plus souvent à la pensée du rêve lui-même. On trouvera ainsi dans « La tombe » : « le jeu de mots : c’est pour me donner une contenance, une demie contenance : un bock ! » (BO, 1032), ou, dans « La résistance », cette antithèse comique finale : « ce qui, je ne sais pourquoi, évoque en moi ce jeu de mots : — Qu’est-ce que vous avez, Victoire ? Vous êtes toute défaite ! » (99) Par ailleurs, cet emploi explicite du jeu de mot au sein du rêve participe parfois de la parodie : quand Perec rêve de psychanalyse, il ne se prive pas d’en tourner les discours en dérision. C’est par exemple le cas dans le fragment intitulé « L’œdipe-express » de « La coupure » :

Plusieurs mois auparavant, j’ai « en effet » trouvé un entrefilet de l’Express consacré à Œdipe – ou, plus précisément, à l’œdipe – et j’ai décidé d’écrire un article en me servant de cette coupure comme point de départ. D’une part, j’ai aussitôt expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un véritable article sur la psychanalyse, mais davantage de la « prise de position d’un écrivain contemporain » parlant en son nom personnel. D’autre part, j’ai trouvé plusieurs titres plaisants, généralement des jeux de mots que j’ai trouvés très subtils et dont je me suis étonné que personne ne les ait jamais faits.
Il semble qu’il soit très compliqué de publier un article dans l’Express, ou même ailleurs. J’en parle à un ami de François Maspéro qui, un peu plus tard, me dit, ou me fait dire que François Maspéro est intéressé, mais qu’il veut soumettre cet article à un spécialiste (ce qui, évidemment, me fait bien marrer). (BO, 83)

8Perec se fait ici auteur de psychanalyse à la place des psychanalystes. En réduisant la « coupure », aboutissement théorique du « complexe d’œdipe », à un simple extrait de journal, « l’œdipe », avec son article défini, devient l’objet d’une création littéraire. La prise de position dont il est question n’est plus alors que discursive : elle permet à l’écrivain de se distinguer des discours sérieux de la psychanalyse en faisant de cette matière le pré-texte de « jeux de mots [...] très subtils » et lui donne un prétexte pour « bien [se] marrer ».

9Cependant, les objets insolites qui peuvent se présenter à la conscience du dormeur dépassent bien souvent le cadre d’un lexique fixe qui ne sert à désigner que la réalité connue. La co-présence, la simultanéité et la polysémie oniriques semblent incompatibles avec la fixité, la linéarité et la détermination exigées par le récit. Il faut donc, pour nommer ces nouveaux objets, faire œuvre de création verbale afin de transcrire, comme le disait Roger Caillois, « l’incertitude qui vient des rêves » (Caillois, 1956). La « rhétorique précisément onirique » de notre recueil s’appuie ainsi en grande partie sur des procédés bien connus du discours freudien : les créations verbales et ce que nous appellerons les « superscriptions », cet usage d’une écriture sur plusieurs lignes, y sont monnaie courante.

10La Boutique propose divers types de créations verbales : mots composés et néologismes font partie de ses stocks. Perec peut simplement rapprocher deux mots comme dans le cas de la « terrasse-salon » (BO, 12), de la « falaise-tank » (45) ou encore de la « coquille-obus » (98). En créant ainsi des objets sans référents, il joue du contraste des signifiés. Pour autant, il n’en vient pas à la condensation verbale du mot-valise si chère au discours psychanalytique mais pratique plutôt l’expansion maximale du substantif et joue de cette possibilité infinie en enchaînant jusqu’à quatre noms comme dans le cas du « grand hall-café-dortoir-cantine » du rêve 25. Nous sommes là dans un jeu de surenchère, non celui du « qui dit mieux ? » mais celui du « qui dit plus ? » Autre mode de création verbale, le néologisme est défini par Freud comme l’invention d’un substitut lexical qui allierait à la condensation le déplacement de sens. Nous en relèverons deux exemples dans La Boutique obscure. La description dermatologique du rêve « Au grand magasin » nous propose une belle illustration de ce « lapsus qui a réussi », pour le dire comme Pontalis :

L’un d’eux a le dos couvert de petites plaques rondes et sèches qui se recouvrent les unes les autres comme des ardoises. Je pense (ou je dis) « sclérose en plaques », puis je corrige : « dermosclérose ». (BO, 36)

11La description avance en fait selon un principe d’associations d’idées ludiques. Le signifiant « plaques » amène le diagnostic « sclérose en plaques » (qui n’a strictement rien à voir avec la dermatologie puisqu’il s’agit d’une maladie neurologique) ; mais cette première proposition est aussitôt corrigée pour n’en retenir que le fragment « sclérose », repris immédiatement dans « dermosclérose ». Précisons encore que ce terme n’existe pas dans le lexique médical. Perec veut certainement parler de « sclérodermie » mais le jeu de kyrielle l’emporte là sur la rigueur onomastique. De la même façon, « Fragment d’une histoire générale des transports » nous présente un cas intéressant de fausse substantivation : « l’un des points les plus importants de cette histoire : l’hispanisation (ou plus précisément la castillation, ou castillification, ou castillanisation) de la Gascogne » (BO, 115).

12Dans ce jeu d’épanorthoses, chaque nouvelle proposition de substantif est plus complexe ; comme si le rêve, pour être transcrit, ne pouvait en passer que par un lexique obscur et singulier, n’appartenant qu’à un seul locuteur. C’est toute la résistance de l’esprit à se laisser transcrire par la lettre qui est ici caricaturée, au risque d’une communication grotesque et finalement du non-sens.

  • 3 Jacques Lecarme (1990) a déjà montré que Perec, sans avoir nécessairement lu L’Interprétation des r (...)

13Enfin, la stylistique onirique perecquienne trouve dans le procédé freudien de la superscription une dernière « trouvaille expressive ». Dans L’Interprétation des rêves, Freud illustre la multiplicité sémantique du rêve et le doute qui l’accompagne immanquablement en rompant avec l’unicité de la ligne d’écriture et la lecture linéaire3. La Boutique est ainsi émaillée de six superscriptions qui se présentent au lecteur comme des énoncés polysémiques en faisant apparaître graphiquement deux versions d’une même phrase, de façon synchronique. Phrases disséquées et signifiants décousus, le rêve trouve ici une expression à mots ouverts.

14On ne saurait étudier la « trouvaille » de la superscription et ses enjeux poétiques sans évoquer la dimension éminemment grivoise des images et des termes qu’elle permet de faire surgir. On la retrouve dans « La noce » qui joue ainsi à modifier le titre du film de Dusan Makavejev, W. R, les mystères de l’organisme, en recourant à la figure rhétorique de la syncope pour en faire les « Mystères de l’Orgasme » (BO, 122). Mais le métagramme le plus frappant du recueil est sans aucun doute celui qui nous est proposé par le rêve intitulé « La neige » :

15La métaphore érotique est remarquablement enrichie par une contrepèterie qui, grâce à cette présentation, ne dévoile que davantage son chiasme phonétique. En outre, les deux diagonales formées par les couples croisés de « f » et de « p » illustrent on ne peut mieux la notion de pente. La fente, quant à elle, est déjà intrinsèquement présente dans la superscription. C’est ainsi toute la richesse suggestive du procédé qui trouve son illustration : le calembour s’inscrit dans le rêve, dans le langage et sur la page.

16Si la charge sexuelle du langage est un des topoï de la psychanalyse, on ne peut s’empêcher de voir dans l’usage que fait Perec du procédé scriptural freudien une certaine caricature de son discours. Ainsi, la paronomase qui superpose « ça » et « chat » dans le rêve 24 n’est pas sans connotation ironique :

17L’effet de chuintement qui dégrade le signifiant « ça » n’épargne pas, de façon connotative, l’une des instances de l’inconscient dans la topique freudienne. Dans cette perspective, le jeu de métathèse aurait valeur de critique dépréciative.

  • 4 « L’écriture des rêves », entretien avec Germaine Rouvre, radiodiffusé le 20 avril 1976 sur France (...)

18Perec a beau dire, carnet à l’appui, que « tout a été écrit dans la nuit4 » et que ce procédé n’est que la marque d’une imprécision ressentie au réveil ou la trace d’un défaut de mémoire, le potentiel de suggestion latente que renferme cette disposition ne fait que trahir un travail qui s’est fait bien au-delà de l’obscurité onirique. Ainsi, l’ambiguïté notée noir sur blanc dans la version publiée du rêve « Dans le métro » ne figure aucunement dans le manuscrit. Dans le recueil, on peut lire :

  • 5 Fonds privé Georges Perec, fo 63 bis, 2.

19Tandis que la version manuscrite, elle, n’envisage qu’une seule possibilité : « la femme [...] a l’air encore plus éveillée que moi5. » Force est d’en déduire que la rédaction n’est pas totalement fidèle à la transcription. La métathèse relève à coup sûr d’un travail de stylisation consciente. C’est bien sûr les yeux grand ouverts que cette manipulation langagière a pu être effectuée, et l’ajout d’un signifiant alternatif, qui mène très subtilement la fin du récit vers le réveil, pourrait bien en être l’indice métatextuel.

L’IMPLICITE ET LE TACITE : RIRE À MOTS COUVERTS

20Toutefois, la palette des jeux de mots perecquiens s’étend bien au-delà des calembours désignés par le texte. Dans la Boutique, le jeu de mots reste souvent caché et tout le plaisir réside dans sa découverte.

21Dans Le Mot d’esprit, Freud insiste sur le plaisir inhérent à cette pratique. Selon lui, celui-ci tient à sa capacité à exprimer un sens supérieur à la signification première de chacun des signifiants convoqués. Le rire serait provoqué par cette rencontre heureuse et décalée qui met du sens dans ce qui, au premier abord, n’en aurait pas. Ainsi, comprendre un jeu de mots, c’est toujours voir l’à-côté du sens – l’autre sens – qui permet de retrouver du connu dans l’incongru grâce à la polysémie. Loin de ruiner le langage, le « joueur de mots » l’investit.

22Il est indéniable que la pratique du jeu de mots dans l’écriture perecquienne recèle elle aussi sa charge de plaisir, tant pour l’auteur que pour son lecteur complice. Le rêve intitulé « Ma taille » prend toute sa valeur dans le tour amphibologique qu’il contient : « C’est un carnet à fenêtre, mais ce n’est pas un carnet à jour. » (BO, 90) Le parallélisme de construction est ici fondé sur une fausse analogie grammaticale. Si le « carnet à fenêtre » n’est pas « à jour », c’est aussi parce que le complément du nom et la structure attributive ne peuvent se recouvrir sans provoquer sur le lecteur une impression d’anacoluthe.

23Mais, une fois encore, la complicité avec le lecteur est d’autant plus grande qu’elle n’est pas sans comporter un rapport ambigu aux discours psychanalytiques. « Les mots croisés » et « Le réveil à piles », en reprenant sur le mode de la plaisanterie le thème, cher à la psychanalyse, de la paternité, en sont deux exemples. Dans le premier, on lira cette définition de mots croisés :

Je crois trouver une excellente définition de « GRANT » : Ses enfants les plus célèbres ne portent pas son nom. Mais non, suis-je bête, ce n’est pas pour « GRANT », mais évidemment, pour « VERNE ». Je trouve, non une autre définition pour « GRANT », mais une autre définition pour « VERNE » : Un Jules qui ne l’était pas. (BO, 89)

24La fulgurance surprenante du génie verbicruciste dans un moment où la conscience triturante est censée sommeiller suppose, pour être comprise, d’inférer la référence au roman de Jules Verne Les Enfants du capitaine Grant. La paternité biologique se trouve évincée à la faveur du jeu : elle n’est plus que fictionnelle ou auctoriale, comme « la parenté enfin retrouvée » de W ou le souvenir d’enfance (W, p. 195).

25Mais le jeu sur le signifiant « père », dont la psychanalyse ne cesse de ressasser la valeur symbolique, est encore plus flagrant dans « Le réveil à piles ». Relevons donc la syllepse de sens ménagée sur ce mot dans la saynète qu’elle met en place :

Je cherche le prêtre, qui n’y est pas, mais je le vois soudain, il se cache en
haut de sa chaire. Il vient vers moi et me dit :
— Je veux être père
— Mais vous ne pouvez pas vous êtes curé (BO, 48)

26En effet, tout le ressort comique tient dans la polysémie du nom « père », dont la dimension respectueuse et spirituelle est dégradée par l’emploi du synonyme « curé », aux connotations familières. Ici, le père n’est pas celui auquel on pense ; et dans le glissement de sens, le jeu de mots neutralise les représentations affectives.

27Les récits de rêves perecquiens recyclent donc de façon « oblique » un trait essentiel de l’expression onirique, le jeu de mots, largement commenté par les psychanalystes. Ils font de cette manipulation extrême du signifiant un outil de dégradation d’un rapport au langage qui traquerait dans le moindre glissement de sens, dans le plus petit lapsus, « la rengaine usée des papa-maman, zizi-panpan » (PC, p. 68), comme la nommait Perec lui-même. Le jeu de mots se fait ainsi la marque d’un travail de déconstruction et de reconstruction, et le témoignage d’une écriture en train de se faire, sans pour autant être naïve quant à ses enjeux.

28Wilfrid Mazzorato (1998) et Françoise Rouffiat (2003) ont déjà relevé la valeur métatextuelle des nombreux tours amphibologiques implicites de La Boutique obscure. Je n’en ferai pas le relevé exhaustif, je me contenterai de m’appuyer sur leurs analyses pour montrer de quelle manière le lecteur est appelé à passer d’une collaboration interprétative à une collaboration énonciative avec l’auteur.

29Que ce soit dans « Le go » où l’on peut lire : « L’endroit est en réfection, bien que l’on y donne une réception » (BO, 12), ou dans « Les livres », avec cette remarque : « (pas tellement peur que le mégot enflamme le paquet de livres, mais sentiment gênant de laisser un indice de mon indiscrétion) » (112), l’écriture de Perec se révèle, par des effets de paronomase ou des métathèses subtilement introduits, totalement consciente de son ouvrage, de ses objets et de ses mécanismes. De la même façon, la permutation en chiasme des groupes nominaux dans « Au grand magasin » – « Elle veut acheter des draps à blancs ou des blancs à draps. [...] J’échange quelques mots avec deux hommes » (36) –, ingénieusement rappelée dans le paragraphe suivant, ce qui n’est pas sans évoquer les procédés de Raymond Roussel, n’est qu’une perche tendue au lecteur pour apprendre à lire entre les lignes du rêve la trace de l’écrivain. On pourrait encore relever la façon dont est décrite la « lampe sculptée » du rêve « L’hôtel » :

Dans la petite entrée se trouve une lampe sculptée dont le support représente une femme nue, sans tête, étreignant un serpent boa qui se love autour d’elle. La femme et le serpent sont en bois, mais l’imitation est si parfaite que l’on peut un instant croire qu’il s’agit d’êtres vivants. (BO, 13)

30Le métagramme par diérèse qui rapproche les termes « boa » et « bois » illustre, dans le choix des signifiants eux-mêmes, « l’imitation [...] parfaite » qui qualifie la lampe. « Laisser une trace », un « indice » de son passage, tel est le véritable enjeu de ces rêves, et celui-ci trouve son expression dans la stylisation de la rédaction. Au lecteur de le déceler pour pouvoir entrer dans le jeu de l’auteur.

31Toutefois, il n’est pas toujours aisé de saisir les doubles sens de cette écriture qui cultive aussi la private joke. Ainsi, le rêve « Couvert d’honneurs » ne peut se comprendre entièrement sans une étude des manuscrits. On y apprend d’une part que c’est Jean-Bertrand Pontalis qui se cache derrière l’initiale « L. », personnage ici mis en scène, et d’autre part que Perec avait l’habitude d’abréger le nom de son psychanalyste en « Pon » ou « Pont ». Une fois ces éléments connus, le rêve prend une tonalité comique, voire moqueuse :

Mais voici un pont de planches. La femme le franchit aisément et atterrit dans les bras de L. qui l’accueille en lui disant « Vous restez dîner » comme si notre visite impromptue ne le dérangeait pas et qu’il était même prévu que nous restions. Il me tend alors la main pour m’aider à traverser le pont ; il fait d’ailleurs bien, car le pont est pourri et se brise au moment même où je m’engage dessus, mais grâce à son aide, je ne tombe pas à l’eau.
— Ô, le joli symbole ! M’écrié-je. (BO, 86)

32Plusieurs jeux de mots, bien loin des simples mais toutefois heureuses coïncidences oniriques, peuvent en effet être décelés. L’association des mots « pont » et « planches » peut être considérée comme un rapprochement comique des noms des deux auteurs du Vocabulaire de la psychanalyse : Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis. Par ailleurs, la transformation finale du « pont » en passerelle et de l’analyste en sauveur est soulignée ironiquement par la remarque « Ô, le joli symbole ! », écho appuyé et amusé d’une lucidité qui n’ignore rien de la charge symbolique de ses propos.

33Mais la force spirituelle de l’expression onirique de Perec se révèle encore bien plus dans les jeux de mots tacites, in absentia, de La Boutique obscure. On en trouve un dans le dernier rêve du recueil, « La dénonciation », et cette position n’est certainement pas due au hasard ; comme si, au moment de se réveiller, il fallait encore pouvoir rire in extremis, et sur un sujet pourtant grave puisque ce rêve prend pour thème l’univers concentrationnaire.

Nos gardes-chiourme, des tortionnaires aux gueules dégénérées, des blafards, des rougeauds, des cruels, des stupides, nantis de fonctions aux noms ridicules : « Préposés à la désinfection des ? (des vers ?) », « Attachés à la Conversation ? (à la mise en conserve ?) ». (BO, 124)

34La « mise en conserve » appelle implicitement le substantif « conservation » qui lui-même formerait un calembour une fois associé à la « Conversation » qui précède. Mais l’objet de cette conversation reste entre parenthèses, dans la marge énonciative du texte, conservé par lui. Le mot d’esprit n’est pas formulé ; il est suggéré, livré à demi-mot, laissé au soin de la collaboration énonciative du lecteur. Il ne peut être décelé que par un esprit entraîné qui aura traqué dans les rêves précédents tous les glissements de sens comiques. Ainsi faudrait-il réévaluer la motivation de tous ceux qui ont précédé ; ils n’ont servi qu’à préparer le lecteur à lire ce dernier mot, ce mot de la fin, certainement trop douloureux à écrire.

*

35Ainsi, Perec nous livre dans La Boutique obscure un ouvroir de jeux de mots potentiels dans lequel la stylistique onirique va de la grivoiserie assez lourde au trait d’esprit d’une finesse saisissante. Tous les degrés du mot d’esprit y sont explorés : de l’explicite appuyé à l’implicite évoqué pour terminer sur le tacite suggéré. Finalement, dira Perec, tout ce « travail d’écriture [s’est fait] complètement en porte-à-faux », puisque « dans La Boutique obscure il n’y a plus de travail du rêve, au sens psychanalytique du terme, il y a une écriture qui empêche le rêve d’être ce qu’on appelle “la voie royale”, freudienne » (EC2, p. 66-67). Et pourtant, force est de reconnaître qu’il reste quelque chose de son expérience de la cure avec Pontalis, ne serait-ce qu’une jouissance d’emprise sur ses dires. Le jeu de mots, même lorsqu’il prend la psychanalyse comme cible, se fait toujours signe de maîtrise, au service d’une écriture qui parie sur le plaisir du texte.

Bibliographie

Références bibliographiques

Caillois Roger, 1956, L’Incertitude qui vient des rêves, Paris, Gallimard.

Freud Sigmund, [1905] 1979, Le Mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient, Marie Bonaparte et Dr. M. Nathan (trad.), Paris, Gallimard, coll. « Idées ».

Lecarme Jacques, 1990, « Perec et Freud ou le mode du réemploi », Cahiers Georges Perec, no 4 (« Mélanges »), p. 121-124.

Lejeune Philippe, 1991, La Mémoire et l’Oblique. Georges Perec autobiographe, Paris, P.O.L.

Mazzorato Wilfrid, 1998, Écrire des traces, l’écriture autobiographique de Georges Perec, thèse de doctorat, Université Toulouse II Le Mirail.

Pontalis Jean-Bertrand, [1977] 2006, Entre le rêve et la douleur, Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

Roubaud Jacques, 1973, « Les rêves écrivent », La Quinzaine littéraire, no 166, p. 19-20.

Rouffiat Françoise, 2003, « Le rêve et le texte dans La Boutique obscure de Georges Perec », Recherches & travaux, no 63, p. 91-118.

Notes

1 « Mais de ce que les rêves sont offerts à tous dans La Boutique obscure, il nous importe peut-être moins de déduire ce qu’ils proposent, que le comment : comment le travail du rêve se change en travail avec le rêve et quel est le jeu de ce travail. » (Roubaud, 1973, p. 19-20)

2 L’œuvre n’étant pas paginée, les références seront données par les numéros des rêves.

3 Jacques Lecarme (1990) a déjà montré que Perec, sans avoir nécessairement lu L’Interprétation des rêves, connaissait cette trouvaille typographique au moins par l’intermédiaire de Marthe Robert.

4 « L’écriture des rêves », entretien avec Germaine Rouvre, radiodiffusé le 20 avril 1976 sur France Culture sous le titre original « Le rêve et le langage », réédité par Bernard Noël, Georges Perec, coffret de 4 CD, Paris/Marseille, INA/André Dimanche, 1997.

5 Fonds privé Georges Perec, fo 63 bis, 2.

Auteur

Agrégée de lettres modernes et membre associé de l’équipe d’accueil « Écritures de la modernité » dirigée par Alain Schaffner (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3). Elle consacre principalement ses recherches à l’écriture du rêve au xxe siècle et prépare actuellement une thèse sur ce sujet. Membre du conseil d’administration de l’Association Georges Perec, elle a écrit plusieurs articles et communications sur cet auteur, mais travaille également sur les œuvres de Marcel Proust et sur l’Oulipo. Elle a rédigé sous la direction d’Alain Schaffner deux mémoires portant sur l’œuvre de Georges Perec : L’Écrivain, la psychanalyse et le rêve : « La Boutique obscure » de Georges Perec, une écriture du déplacement et D’une chambre l’autre. Le thème de la chambre chez Marcel Proust et Georges Perec. Elle a récemment publié un article intitulé « Reprendre, citer et ne pas dire : enquête sur l’intertextualité proustienne dans l’œuvre de Perec », dans Le Cabinet d’amateur : revue d’études perecquiennes.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540