Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

Peut-on parler d'un style perecquien ?

Un « autre versant du langage » : la relation fond/forme et figure/fond dans deux œuvres de Perec

Julien Longhi

Texte intégral

1Dans cet article, nous souhaitons montrer comment des analyses linguistiques et textuelles de deux œuvres de Perec, La Disparition et W ou le souvenir d’enfance, permettent de saisir une spécificité de la langue de l’auteur, qui se déploie de différentes manières et selon différents procédés : il s’agit du travail fond/forme, qui se transpose, quand on quitte le niveau du matériau linguistique pour passer à celui du texte, en travail sur la figuralité et le sens. Cette analyse se fonde sur une analogie avec la psychologie de la forme, selon laquelle la perception d’une image nécessite le surgissement d’une figure sur un fond. Nous pensons que la langue et la textualité chez Perec constituent un fond sur lequel peuvent se déployer une forme ou une figure.

LE TRAVAIL FOND/FORME ET FIGURE/FOND

2La théorie de la forme (Gestalttheorie) soutient que le montage perceptif global ne se fait pas par assemblage de pièces détachées : « Bien souvent nous appréhendons les ensembles avant même de discerner leurs parties – si tant est que nous les discernions jamais. » (Rosenthal & Visetti, 2003, p. 64-65) La perception joue alors un rôle essentiel :

La perception est une structuration active du champ, qui se montre parfois progressive et variable. [...] Les perceptions ont d’emblée un sens – elles font sens plutôt, et sont pour ainsi dire la forme de leur sens – mais ce sens n’est pas surajouté par une activité intellectuelle libre, il est immanent à la perception elle-même. Köhler l’affirme catégoriquement : on doit dire d’une perception qu’elle a un sens, comme on dit d’un comportement qu’il en a un. (ibid., p. 80)

3Prenant l’exemple d’un bureau, Rosenthal et Visetti affirment que tout ce qui se trouve englobé par une unité fusionne ou se solidarise jusqu’à un certain point ; tout ce qui s’en trouve exclu intègre le fond, ou une autre unité. Ainsi, le concept de forme se dessine plus concrètement et intègre les enseignements de la phénoménologie de la perception : les formes se manifestent concrètement dans la détermination réciproque de leurs parties et de leur entour ; mais ce sont aussi, en tant que telles, des configurations transposables à travers une pluralité de situations :

Se dégage un concept de forme physique, que Merleau-Ponty devait plus tard résumer ainsi : « [...] Chaque changement local se traduira donc dans une forme par une redistribution des forces qui assure la constance de leur rapport, c’est cette circulation intérieure qui est le système comme réalité physique [...]. » (ibid., p. 169-171)

4Une telle théorie met donc en valeur la richesse intrinsèque de l’organisation perceptive, le primat perceptif étant un sens premier à connaître. Rosenthal et Visetti (1999) reconnaissent néanmoins des limites culturelles, temporelles et contextuelles à cette optique : c’est ici qu’une approche herméneutique peut et doit venir prendre à revers les idées de constitution ou de fondation héritées de la phénoménologie, ce qui a de fortes implications. Émerge alors un volet sémiotique de cette théorie de la forme : percevoir est une activité sémiotique, qui fait surgir un monde de signes et d’emblèmes, là où d’autres psychologies ne voient qu’une mince couche de configurations. La perception n’est pas seulement spectacle, comme le veulent les gestaltistes, mais plan d’expression et activité pratique.

5Merleau-Ponty écrit :

La « polyrésie » des mots est telle qu’on peut dire que dans une phrase donnée ce n’est pas le mot qui a un sens univoque, mais le mot replacé dans le contexte. Mais le contexte lui-même est constitué par d’autres mots, qui ont aussi plusieurs sens. Il se produit donc une interaction entre les mots qui aboutit à attribuer à chacun le sens compatible avec celui des autres. [...] À la vérité, il n’y a pas des mots dans une langue, doués chacun d’un ou plusieurs sens. Chaque mot n’a son sens qu’autant qu’il est soutenu dans cette signification par tous les autres, et comme la même chose est vraie de ces derniers, la seule réalité est la Gestalt de la langue. Pour qu’un mot dure dans son sens il faut qu’il soit étayé par d’autres. (Merleau-Ponty, 2001, p. 77-78)

6Un problème du même ordre se rencontre dans la perception. Ce sont ces notions de fond, de forme et de figure (qui se lie à ce que peut représenter la figuralité d’un texte) que nous souhaitons donc mettre à profit pour l’analyse de deux œuvres de Georges Perec, engageant diversement ces notions.

FOND LUDIQUE, CONTRAT INTERPRÉTATIF ET DÉPLOIEMENT DU SENS DANS LA DISPARITION

7Dans La Disparition, le lecteur est confronté à une œuvre qui véhicule des signifiés en excluant par contrainte un ensemble de signifiants qui semblaient pourtant nécessaires : il « coopère » alors au travail de l’écrivain pour interpréter le sens global. En effet, ce roman ne contient pas la lettre e, et il traite lui-même de cette disparition, de manière plus ou moins métaphorique. Cette contrainte formelle revêt une dimension sémantique, qui constitue donc le fond sémantique de l’ouvrage sur lequel pourra se développer une forme signifiante.

8Selon Philippe Lejeune, les contraintes sémantiques, quand elles sont fortes, ont les mêmes vertus créatrices et inspiratrices que les contraintes formelles. Au lipogramme, Lejeune (1991) fait correspondre le liposème. On sait bien, d’ailleurs, que La Disparition est un texte à la fois lipogrammatique et liposémique (la lettre e y manque comme signifiant, donc aussi comme morphogramme). Le jeu des substitutions entre signifiants (ceux qui seraient utilisés sans la contrainte et ceux qui vont être finalement produits) constitue un fond ludique, fonde un contrat interprétatif pour la lecture, et les indices distillés par l’auteur – Voyl : « voyelle » sans le e ; quête du « rond pas tout à fait clos finissant par un trait plutôt droit », c’est-à-dire le e ; etc. – rendent cette complicité tout autant nécessaire qu’appréciée. Ce contrat, ainsi que l’interdiscours (connaissance du lipogramme et de ses pratiques, qui met en valeur l’entreprise de Perec), participent à l’émergence d’un sens malgré l’illisibilité qui pourrait naître, en ce qu’ils contribuent à la gestion des rapports entre signifiants, signifiés, absence de signifiant et reconstruction du sens.

9Certains procédés sont plutôt énonciatifs et discursifs, comme l’échange suivant :

– Bon, dit-il, illico tutoyant Amaury, on m’a mis à ta disposition. Affranchis-moi grosso modo.
– Voilà, dit Amaury, Anton Voyl a disparu. Trois jours avant sa disparition, il m’a mis un mot m’annonçant qu’il lui fallait partir à son tour. Mais, à mon avis, il s’agit d’un kidnapping. (D, p. 356)

10Ici, le tutoiement permet à Perec de se passer des paradigmes des pronoms et désinences liés à la personne cinq.

11Mais d’autres sont, bien entendu, davantage lexicaux et stylistiques. Pour réussir son projet, l’auteur a en effet recours à de nombreux procédés permettant de produire des formes compréhensibles tout en respectant la contrainte formelle (cette liste n’est pas exhaustive) : synonymes (« narration » pour « histoire » [D, p. 467]) ; néologismes (« homicidal » pour « meurtrier » [p. 455]) ; hyponymes (« un yacht » pour « un bateau » [p. 333]) ; métonymies (« cristallin » pour « œil » [p. 330]) ; périphrases (« un hasard coïncidant » pour « une coïncidence » [p. 349]) ; recours à une langue de spécialité (en l’occurrence maritime : « Tout paraissait calmir. » pour « Tout paraissait se calmer. » [p. 437]) ; transposition dans un autre registre (« mon frangin » pour « mon frère » [p. 439]) ; transposition dans une autre langue (« My God » pour « Mon Dieu » [p. 440]).

12Le travail fond/forme est d’ailleurs synthétisé par Anton Voyl lorsqu’il évoque trois temps de la compréhension : il y a « d’abord un pouvoir du Logos, un “ça” parlant dont nous connaîtrons aussitôt l’accablant poids sans pouvoir approfondir sa signification », puis « quand nous aurons compris la loi qui guida la composition du discours, nous irons admirant qu’usant d’un corpus aussi amoindri, d’un vocabulariat aussi soumis à la scission, à l’omission, à l’imparfait, la scription ait pu s’accomplir jusqu’au bout », et enfin « nous saisirons pourquoi tout fut bâti à partir d’un carcan si dur, d’un canon si tyrannisant » (D, p. 463). Le discours de l’écrivain pourrait donc consister à « sortir du parcours rassurant du mot trop subit, trop confiant, trop commun », en jouant sur le rapport fond/forme pour mettre le lecteur à l’épreuve de l’interprétation.

  • 1 Voir Longhi (2010) pour le lien avec la problématique de la cohérence.

13Le lecteur « coopère » au travail de l’écrivain pour interpréter le sens global, en gérant le rapport complexe entre signifiés, signifiants et sens global. L’illisibilité qui pourrait en résulter ne se produit pas, pas plus que le désintérêt que pourrait provoquer un récit construit autour d’une telle contrainte formelle1. Il y a, en effet, un principe métalinguistique à l’œuvre, servi par le travail lexical et stylistique (comme nous avons tenté de le montrer), grâce à la constitution d’un fond sémantique sur lequel se déploient les formes créées par l’auteur.

W OU LE SOUVENIR D’ENFANCE : FIGURALITÉ DU TEXTE ET SURGISSEMENT D’UNE FIGURE

  • 2 Voir Coutinho (2004) qui met en valeur la figuralité du texte en définissant le discours comme « ob (...)

14À un autre niveau, plus (inter) textuel et interdiscursif, W ou le souvenir d’enfance permet d’enrichir cette hypothèse : au travail fond/forme s’ajoute un travail figure/fond, lorsqu’on passe au niveau textuel2.

15L’activité schématisante, en fonction des contraintes du genre, configure le texte : W ou le souvenir d’enfance peut être décrit comme une autobiographie liposémique. Selon Philippe Lejeune :

Le caractère liposémique du livre est signifié par la présence, en son cœur, d’une page blanche qui porte seulement les signes suivants : (...). L’analogie du liposème et du lipogramme est suggérée par la dédicace du livre, ainsi formulée : « à E ». La différence évidente entre le lipogramme et ce liposème autobiographique est que, dans le cas du lipogramme, on peut nommer ce qui manque. [...] Ce trou au centre de W ou le souvenir d’enfance est simplement, sur le plan sémantique, une ellipse, et sur le plan syntaxique (syntaxe du récit), une anacoluthe. Mais le mot liposème désigne pourtant quelque chose de plus : une stratégie délibérée et générale qui consiste à renoncer à dire directement quelque chose, et à recourir à des séries de moyens indirects, obliques, déviés. (Lejeune, 1991)

16Dans ce roman, le sens final naît du croisement de deux récits : le premier est proprement autobiographique, le second propose le récit de la vie sur l’île de W, inspirée de l’olympisme. La coopération implicite du lecteur est nécessaire puisque le sens global du roman vient de la résonance des deux textes et de leurs progressions respectives. Nous lisons, par exemple, au début du récit fictionnel :

Longtemps j’ai cherché les traces de mon histoire, consulté des cartes et des annuaires, des monceaux d’archives. Je n’ai rien trouvé et il me semblait parfois que j’avais rêvé, qu’il n’y avait eu qu’un inoubliable cauchemar. [...]
Quoi qu’il arrive, quoi que je fasse, j’étais le seul dépositaire, la seule mémoire vivante, le seul vestige de ce monde. (W, p. 14)

17Sans même encore rien savoir de la teneur du récit, les termes de « cartes », d’« archives » pourraient renvoyer au travail de géographes ou d’historiens qu’ont pu mener les familles de déportés, alors qu’« inoubliable cauchemar » désignerait l’horreur des camps. Ce passage éclaire également le début du chapitre suivant (récit autobiographique), qui commence par « Je n’ai pas de souvenirs d’enfance. » (W, p. 17) Ainsi, l’organisation dialogique des deux textes se fonde sur les processus interprétatifs, qui sont eux-mêmes servis par le travail formel (lexique, possibilité de double lecture et de transpositions domaniales).

18Dans une dynamique inverse, ce passage de la partie autobiographique résonne fortement avec le récit de W :

Mon souvenir n’est pas souvenir de la scène, mais souvenir du mot, seul souvenir de cette lettre devenue mot, de ce substantif unique dans la langue à n’avoir qu’une lettre unique, unique aussi en ceci qu’il est le seul à avoir la forme de ce qu’il désigne [...] mais signe aussi du mot rayé nul – la ligne des x sur le mot que l’on n’a pas voulu écrire [...] de la mise en ordre (axe des X) et de l’inconnu mathématique, point de départ enfin d’une géométrie fantasmatique dont le V dédoublé constitue la figure de base et dont les enchevêtrements multiples tracent les symboles majeurs de l’histoire de mon enfance : deux V accolés par leurs pointes dessinent un X ; en prolongeant les branches du X par des segments égaux et perpendiculaires on obtient une croix gammée [...] la superposition de deux V tête-bêche aboutit à une figure dont il suffit de réunir horizontalement les branches pour obtenir une étoile juive. (W, p. 110)

19Cette description relie directement ce récit d’enfance à la fiction de l’île de W, puisque cette lettre est associée à l’étoile juive et à la croix gammée. Ainsi, à l’histoire personnelle de l’auteur, confronté à la déportation de sa mère et à la Shoah, va se mêler une fiction sur l’esprit de compétition qui mène au triomphe des plus forts et à l’humiliation des plus faibles, et aboutit à une impression de totalitarisme justifiable par l’expérience de lecture des deux récits. L’île de W devient au fil de la lecture un lieu atroce et inhumain, où l’arbitraire domine :

L’impartialité des résultats proclamés [...] y est fondée sur une injustice organisée, fondamentale, élémentaire, qui, dès le départ, instaure parmi les participants d’une course ou d’un concours une discrimination qui sera le plus souvent décisive. Cette discrimination est l’expression d’une politique consciente et rigoureuse. (W, p. 149)

20Ici encore, l’ambiguïté du passage tient au fait que l’organisation des camps nazis se laisserait décrire de cette manière – s’il ne contenait les termes « résultats », « participants » et « course ». Un double discours se lit donc en filigrane, configurant le récit biographique selon les perceptions de l’organisation de W.

21Tout comme l’autorité des nazis dominait des individus décrits comme plus faibles, la pratique sportive sur W recrée le souvenir malheureux du jeune Perec transcrit dans l’autre partie du récit. L’utopie de W se transforme finalement en contre-utopie, pour donner une résonance toute particulière aux deux textes. La figure repose donc sur quelque chose qui engage à la fois la textualité et l’intertextualité, en même temps que les ressources lexicales et les dimensions sémantico-pragmatiques : chaque texte progresse vers une fin tragique, et chaque progression donne à celle de l’autre texte une dimension supplémentaire, construisant une forme signifiante perçue.

22De plus, nombre de concepts, de valeurs ou d’événements circulent, sans être identiques, pour se charger d’une signification supplémentaire (organisation de la société, Histoire, domination, idéal, etc.). Par exemple, les noms des athlètes sur W « n’étaient plus désormais que des repères atones, à peine plus humains que des matricules officiels. Dès lors, seuls comptaient les noms donnés par les victoires. » (W, p. 135) Le terme de « matricules » entre en résonance avec le lexique du texte autobiographique, puisque les déportés avaient effectivement un matricule.

23Au-delà de ces rapports, la généricité contribue à la recherche du sens, récit utopique et récit autobiographique convergeant finalement dans une unité thématique qui transcende le cadrage textuel – pour aboutir, bien sûr, à une expérience de lecture, mais également à une expérience sur la textualité et la généricité.

  • 3 Plusieurs catégories génériques signalées par des configurations de marques différentes peuvent se (...)

24L’éclairage mutuel des deux récits reconfigure la textualité et la généricité pour construire une pratique originale et productive qui joue avec le (et se joue du) sens, tant au niveau de l’interprétation qu’à celui des paliers d’analyse. Nous nous plaçons ainsi dans l’optique de la linguistique textuelle, selon laquelle l’interprétation d’un texte ne résulte pas simplement de sa lecture linéaire, ni de la stricte progression de cette lecture, mais s’intègre dans le réseau que constitue le texte3. Elle est corrélée à la convocation d’intertextes « aussi indispensables eux-mêmes à l’interprétation du sens des énoncés que les énoncés co-textuellement liés, co-présents matériellement » (Adam, 2006, p. 15). Le genre serait alors une dynamique (la généricité) qui « relie en effet un texte donné le plus souvent à plusieurs genres de discours présents dans l’interdiscours d’une communauté socio-historique. [...] C’est en référence à un ou des systèmes de genres qu’un texte se place dans un contexte interdiscursif. » (Adam & Heidmann, cités par Baroni, 2006) Tout se passe comme si un troisième texte, brouillé par les points de suspension centraux, se lisait en filigrane, mêlant l’histoire et l’Histoire, la fable et le témoignage, l’utopie et l’horreur – ce qui est d’ailleurs intéressant d’un point de vue génétique, puisque, comme le rappelle Philippe Lejeune, Perec avait d’abord conçu un livre entrelaçant trois textes, le troisième (finalement supprimé) devant expliciter les rapports qu’entretiennent les deux autres :

Il faut les voir, ces Athlètes qui, avec leurs tenues rayées, ressemblent à des caricatures de sportifs 1900, s’élancer coudes au corps, pour un sprint grotesque. Il faut les voir ces lanceurs dont les poids sont des boulets, ces sauteurs aux chevilles entravées, ces sauteurs en longueur qui retombent lourdement dans une fosse emplie de purin. (W, p. 219)

25Le récit de W commence à laisser entrevoir des failles, et celles-ci sont en outre retravaillées par l’interdiscursivité pour convertir l’image des athlètes en celle de prisonniers de camps. De même, peu après :

Celui qui pénétrera un jour dans la Forteresse n’y trouvera d’abord qu’une succession de pièces vides, longues et grises. Le bruit de ses pas résonnant sous les hautes voûtes bétonnées lui fera peur, mais il faudra qu’il poursuive longtemps son chemin avant de découvrir, enfouis dans les profondeurs du sol, les vestiges souterrains d’un monde qu’il croira avoir oublié : des tas de dents d’or, d’alliances, de lunettes, des milliers et des milliers de vêtements en tas, des fichiers poussiéreux, des stocks de savon de mauvaise qualité... (W, p. 220)

26Cette description correspond à de nombreux témoignages des soldats qui ont découvert les différents camps après la défaite allemande.

27Citons encore un exemple, emprunté à la fin de l’avant-dernier chapitre de la partie autobiographique :

Plus tard, je suis allé voir une exposition sur les camps de concentration [...]. Je me souviens des photos montrant les murs des fours lacérés par les ongles des gazés et d’un jeu d’échecs fabriqué avec des boulettes de pain. (W, p. 215)

28À sa suite immédiate, le récit de W reprend ainsi :

L’Athlète W n’a guère de pouvoir sur sa vie. Il n’a rien à attendre du temps qui passe [...]. La vie de l’Athlète W n’est qu’un effort acharné, incessant, la poursuite exténuante et vaine de cet instant illusoire où le triomphe pourra apporter le repos. Combien de centaines, combien de milliers d’heures écrasantes pour une seconde de sérénité, une seconde de calme ? (W, p. 217)

29La fable de l’île de W rejoint l’horreur nazie, et le destin des athlètes converge avec celui des déportés. Quelques lignes plus loin, un rapprochement symbolique est opéré :

Il y a deux mondes, celui des Maîtres et celui des esclaves. Les Maîtres sont inaccessibles, et les esclaves s’entre-déchirent. Mais même cela, l’Athlète W ne le sait pas. Il préfère croire à son Étoile. (W, p. 218)

30Avec le terme d’« étoile », la référence aux Juifs s’explicite, et les athlètes comme les déportés sont rassemblés dans la catégorie des « esclaves ». On rejoint donc, à partir de cette expérience de lecture, les conclusions formulées par Legallois :

L’organisation réticulaire du texte est en parfaite congruence avec l’étymologie du mot texte. C’est bien un tissu de phrases enchevêtrées, une trame, une texture, toute une constitution et une conception d’un objet complexe que met en évidence l’analyse de la répétition lexicale dans les discours. (Legallois, 2006, p. 70)

31Il y a bien une implication très prégnante du travail fond/forme et figure/fond dans ces œuvres de Perec, conférant à l’auteur plus qu’un style ou une langue, un discours explorant un « autre versant du langage », pour reprendre le titre de Michèle Aquien (1997). En effet, en disposant d’une contrainte formelle, ou d’un procédé intertextuel riche, l’écrivain constitue un fond sur lequel surgissent une forme ou une figure, propres au déploiement du sens qui se co-construit dans l’expérience de lecture. Perec, comme artisan de la langue, donne à voir bien plus qu’un jeu sur un système de signes : un travail sur le fonctionnement langagier faisant de la langue une entité dynamique et productive au-delà des intuitions qui peuvent lui être attachées. Ce travail peut d’ailleurs être appréhendé dans le préambule de La Vie mode d’emploi, témoignant sans doute de sa cohérence dans l’œuvre entier :

Au départ, l’art du puzzle semble un art bref, un art mince, tout entier contenu dans un maigre enseignement de la Gestalttheorie : l’objet visé – qu’il s’agisse d’un acte perceptif, d’un apprentissage, d’un système physiologique ou, dans le cas qui nous occupe, d’un puzzle de bois – n’est pas une somme d’éléments qu’il faudrait d’abord isoler et analyser, mais un ensemble, c’est-à-dire une forme, une structure : l’élément ne préexiste pas à l’ensemble, il n’est ni plus immédiat ni plus ancien, ce ne sont pas les éléments qui déterminent l’ensemble, mais l’ensemble qui détermine les éléments : la connaissance du tout et de ses lois, de l’ensemble et de sa structure, ne saurait être déduite de la connaissance séparée des parties qui le composent : cela veut dire qu’on peut regarder une pièce d’un puzzle pendant trois jours et croire tout savoir de sa configuration et de sa couleur sans avoir le moins du monde avancé : seule compte la possibilité de relier cette pièce à d’autres pièces, et en ce sens il y a quelque chose de commun entre l’art du puzzle et l’art du go [...]. On en déduira quelque chose qui est sans doute l’ultime vérité du puzzle : en dépit des apparences, ce n’est pas un jeu solitaire : chaque geste que fait le poseur de puzzle, le faiseur de puzzle l’a fait avant lui ; chaque pièce qu’il prend et reprend, qu’il examine, qu’il caresse, chaque combinaison qu’il essaye et essaye encore, chaque tâtonnement, chaque intuition, chaque espoir, chaque découragement, ont été décidés, étudiés par l’autre. (VME, p. 653-656)

32Les concepts de la Gestalttheorie sont repris par Perec et mis en rapport avec son projet d’écriture. Nous retrouvons également l’idée de coopération, mentionnée au sujet de La Disparition, et celle de structure, avancée avec W et associée à la notion de figuralité textuelle que nous avons défendue.

33Le rapport fond/forme et figure/fond permet ainsi d’envisager ces deux œuvres dans une perspective linguistique et textuelle, et ces deux dimensions semblent se combiner dans La Vie mode d’emploi – ce qui laisse entrevoir un champ de recherche inédit : il s’agirait de faire coexister les saisies des jeux de formes et de figures se déployant sur un même fond dans ce livre qui fait appel à des contraintes aussi bien formelles que textuelles ou narratives.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 2006, « Autour du concept de texte. Pour un dialogue des disciplines de l’analyse des données textuelles », conférence plénière des Journées internationales d’analyse des données textuelles (JADT) de Besançon, 19-21 avril 2006, www.cavi.univ-paris3.fr/lexicometrica/jadt/JADT2006-PLENIERE/JADT2006_JMA.pdf (page consultée en octobre 2012).

Aquien Michèle, 1997, L’Autre Versant du langage, Paris, José Corti.

Baroni Raphaël, 2006, « Entretien avec Ute Heidmann et Jean-Michel Adam, à l’occasion de la sortie de l’ouvrage : Sciences du texte et analyse de discours (Genève, Slatkine, 2005) », www.vox-poetica.org/entretiens/intheidmann.html (page consultée en octobre 2012).

Coutinho Antonia, 2004, « Schématisation (discursive) et disposition (textuelle) », dans Jean-Michel Adam, Jean-Blaise Grize et Magid Ali Bouacha (dir.), Texte et discours : catégories pour l’analyse, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 29-42.

Legallois Dominique, 2006, « Des phrases en elles-mêmes à l’unité réticulaire du texte », Langages, no 163, p. 56-70.

Lejeune Philippe, 1991, « Perec et la règle du je », www.autopacte.org/Perec%20et%20la%20r% E8gle%20du%20je.html (page consultée en octobre 2012).

Longhi Julien, 2010, « La cohérence est-elle un cas particulier de l’incohérence ? Quelques pistes de réflexions oulipiennes, textuelles et indexicales », Cahiers du LRL, no 4, p. 109-126.

Merleau-Ponty Maurice, 2001, Psychologie et pédagogie de l’enfant : cours de Sorbonne, 1949-1952, Lagrasse, Verdier.

Rosenthal Victor & Visetti Yves-Marie, 1999, « Sens et temps de la Gestalt », Intellectica, no 28, p. 147-227.

Rosenthal Victor & Visetti Yves-Marie, 2003, Köhler, Paris, Les Belles Lettres.

Notes

1 Voir Longhi (2010) pour le lien avec la problématique de la cohérence.

2 Voir Coutinho (2004) qui met en valeur la figuralité du texte en définissant le discours comme « objet de dire » et le texte comme « objet de figure ».

3 Plusieurs catégories génériques signalées par des configurations de marques différentes peuvent se lire au sein d’un même texte, et la généricité place en outre un texte donné dans une société de textes qui change avec la culture des lecteurs et dans le temps historique.

Auteur

Maître de conférences en sciences du langage à l’Université de Cergy-Pontoise (IUT de Cergy-Pontoise). Il est spécialisé en analyse du discours et en sémantique et ses recherches portent sur les mécanismes de construction du sens dans les discours, en particulier politiques et médiatiques. Il a publié deux ouvrages sur la sémantique du discours : Objets discursifs et doxa : essai de sémantique discursive (2008) et Visées discursives et dynamiques du sens commun (2011) dans la collection « Sémantiques » de L’Harmattan, ainsi qu’un Dictionnaire de pragmatique, en collaboration avec Georges-Élia Sarfati (Armand Colin, 2012). Ses travaux portent également sur la linguistique de corpus, et il a dirigé avec Nathalie Garric deux volumes consacrés à cette question : « L’analyse linguistique des corpus discursifs : des théories aux pratiques, des pratiques aux théories », Cahiers du LRL, no 3 (2009), et « L’analyse de corpus face à l’hétérogénéité des données », Langages, no 187 (2012). Enfin, il s’intéresse aussi aux théories énonciatives, et a en particulier édité « L’énonciation et les voix du discours », Tranel, no 56 (2012).

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540