Versione classicaVersione mobile

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

La langue/les langues

Grammaire du lipogramme : La Disparition

Marc Parayre

Testo integrale

Joyce a montré qu’il est facile de détruire l’écriture : le problème me paraît être maintenant de la réinventer. C’est pour ça que je suis à l’Oulipo.
Je le répète, nous sommes des artisans.
(EC1, p. 188)

  • 1 Selon Littré : « ARTISAN, OUVRIER. L’étymologie est au fond de la distinction qui existe entre ces (...)

1Si artisan est un emprunt à l’italien artigiano (« celui qui exerce un métier »), ce dernier a pour étymon le latin artem, qui désigne un travail manuel ou mécanique1 (artiste et artisan ont d’ailleurs été longtemps synonymes). Une telle définition coïncide très certainement avec l’idée que se fait Perec du métier d’écrivain, image qu’il revendique volontiers, comme en témoignent les propos que nous citons en épigraphe. Il s’agira de montrer ici que son roman La Disparition se révèle particulièrement exemplaire du travail opéré sur le matériau linguistique.

UN OUTIL CONSIDÉRABLEMENT DIMINUÉ : DIVERS INTERDITS ET ENTRAVES AVEC LEURS INCIDENCES

2C’est par un néologisme significatif que Perec fait comprendre à son lecteur que les voyelles souffrent dans son roman d’une maladie particulière, susceptible d’entraîner leur mort : « Aignan donc, qui assistait à un symposium sur la pathovocalisation qu’organisait la fondation Martial Cantaral qui, voilà qui m’a fort surpris, avait choisi pour chairman mon patron lord Gadsby V. Wright, avait disparu. » (D, p. 534)

  • 2 Ce concept proposé par Bernard Magné recouvre « l’ensemble des dispositifs par lesquels un texte dé (...)

3Tout ce passage se caractérise d’ailleurs par une désignation méta-textuelle2 massive de la contrainte, puisque le nom de la fondation organisatrice cache à peine celui du personnage de Raymond Roussel Martial Canterel – plaçant de la sorte l’épisode sous le signe du travail du signifiant – et que le deuxième patronyme, « lord Gadsby V. Wright », est constitué par l’association du titre d’un ouvrage lipogrammatique, Gadsby, et d’une partie du nom de son auteur, Ernest Vincent Wright. Notons enfin qu’il n’est guère surprenant, dans ce contexte, de voir disparaître Aignan, représentant symbolique, par le phonème vocalique initial du prénom, de la lettre e.

  • 3 « Écrire un roman sans employer la lettre e est un déficolossal. Dans un dictionnaire usuel d’envir (...)

4Le lipogramme en e est incontestablement le plus difficile à réaliser en français : cette lettre étant de loin la plus fréquente, sa perte affecte de très nombreux aspects de la langue3. Perec commente ainsi cette prépondérance du e :

la plupart des problèmes cryptographiques se résolvent en utilisant les lois de fréquence des lettres. C’est d’ailleurs une des choses qui m’ont donné l’idée d’écrire La Disparition. Le e étant la lettre la plus fréquente, on la supprime, et l’on obtient un texte qui, si on le codait, serait probablement très difficile à déchiffrer par les méthodes habituelles. (EC1, p. 116)

  • 4 Pour plus de précisions sur cette question, et en dehors de quelques-uns de nos travaux auxquels no (...)

5S’interdire d’utiliser le e signifie qu’on se prive non seulement d’une grande partie du lexique mais encore de bon nombre de constructions syntaxiques4. Nous énumérerons, sans prétendre à l’exhaustivité, les principaux et les plus astreignants de ces empêchements :

6– impossibilité d’utiliser les verbes du premier groupe (de loin les plus nombreux) aux présents de l’indicatif et du subjonctif (à l’exception toutefois, dans les deux cas, de la première personne du pluriel), au conditionnel, à tous les temps composés ainsi qu’à certaines personnes pour les autres temps ;

7– suppression

  • de toute coordination par et ;

  • des pronoms les plus courants : je, que, lequel, auquel..., ainsi que de nombreuses conjonctions : parce que, lorsque, quoique... ;

  • de la négation ne ;

  • des articles définis : le, les ; indéfinis : une, des ; partitifs : de la, des ;

  • des déterminants et pronoms démonstratifs : ce, cet, cette, celle(s), celui, ceux ; des déterminants et pronoms possessifs : mes, tes, ses, le mien, le tien, le sien... ;

  • de multiples prépositions : après, avec, chez, contre, de, dès, en, entre, malgré, outre, pendant, selon, vers... ;

  • de tous les adverbes en-ment ;

8– bannissement de la plupart des marques du féminin puisqu’aucun accord d’adjectif ou de participe passé n’est possible, pas plus que le recours au pronom personnel elle.

9À la lecture de cet inventaire, on comprend aisément que la fiction doive s’infléchir en fonction de ces directives formelles.

10L’une des illustrations les plus probantes de l’influence de la contrainte sur la diégèse réside dans la nécessaire mise à l’écart des traces du féminin. De fait, seuls deux des personnages principaux, Olga et la Squaw, sont des femmes. Certes, elles prennent chacune en charge une longue narration, mais leur présence est indéniablement plus limitée. Aucun qualificatif ne leur est évidemment attribué directement, même si certains participes présents jouent quelquefois un rôle de substitution – « Si, parfois, m’assombrissant » (D, p. 470) – ou si, à d’autres moments, un subtil transfert permet de détourner l’épithète souhaitée vers un substantif masculin : « Puis son corps tout raidi s’avachit soudain. » (p. 477)

11Pour ne prendre que deux autres exemples des répercussions de la contrainte sur la facture du récit, remarquons qu’un narrateur homodiégétique est pratiquement exclu en raison de l’interdiction du je, et que les temps verbaux majoritairement sollicités sont ceux du passé.

12Nous assistons donc ici à un renversement du processus littéraire tel qu’on le conçoit habituellement, puisque la langue n’est plus considérée comme un simple moyen d’exprimer des idées, mais se situe désormais à l’origine du projet d’écriture. C’est à partir du travail opéré sur ce matériau que s’élabore la fiction. Cette démarche correspond au principe défendu par Jean Ricardou : « Ce n’est pas tant le quelque chose à dire qui détermine l’écrit que l’écrit qui détermine le quelque chose à dire. » (Ricardou, 1980, p. 76)

LA MISE À PROFIT DE TOUTES LES RESSOURCES OFFERTES PAR LA LANGUE : STRATÉGIES DE CONTOURNEMENT ET TIRAILLEMENTS

  • 5 Nous nous permettons ici de renvoyer à notre mémoire de maîtrise (Parayre, 1985), en particulier au (...)

13Même si, à la manière de Perec, nous pourrions imaginer quelque « tentative d’épuisement » des différents procédés utilisés pour surmonter les obstacles inhérents au lipogramme en e5, nous ne comptons pas mener une étude exhaustive dans ce domaine. Si l’on en croit d’ailleurs les auteurs d’un volume consacré aux ateliers d’écriture, il serait « impossible de répertorier tous les effets de la contrainte créée par l’absence d’e » (Roche, Guiguet & Voltz, 1989, p. 13).

14Nous nous contenterons donc de l’analyse de certains cas parmi ceux que nous considérons comme les plus significatifs, et laisserons de côté les divers recours à l’asyndète ou à la parataxe comme remèdes à d’impossibles coordinations, les suppressions d’articles interdits, ainsi qu’une grande partie des cas variés de métaplasmes. En effet, le respect du lipogramme, comme le souligne Jean-François Jeandillou, « implique un recours exacerbé à des termes rares, à des collocations peu ordinaires, à des pérégrinismes voire à des hapax qui viennent compenser le déficit chronique du matériau retenu » (Jeandillou, à paraître). Remarquons seulement que le foisonnement offert par La Disparition fait de ce roman une machine susceptible tout à la fois de pervertir le langage et de le régénérer.

15En effet, dans l’optique de Perec et des membres de l’Oulipo, c’est bien moins la démonstration d’une habileté qui est recherchée que la mise à profit des potentialités de la langue, ainsi que le souligne Marcel Bénabou : « Tous ces obstacles [...] n’ont pas pour fin une quelconque exhibition de virtuosité, mais une exploration de virtualités. » (Bénabou, 1983, p. 102) Chez Perec, le démembrement du langage n’a jamais pour finalité sa destruction, bien au contraire. De ce point de vue, l’écriture lipogrammatique est sans nul doute exemplaire : réduire dans une très forte proportion la langue commune en exigeant cependant une qualité de production au moins égale revient nécessairement à exalter des aspects habituellement oubliés, occultés ou en sommeil.

16Examinons donc quelques-uns des procédés mis en œuvre par Perec pour résoudre les problèmes de la censure lipogrammatique.

17Lorsque la construction syntaxique l’autorise, l’élision permet de récupérer des mots comme le (pronom et déterminant) ; que (pronom et conjonction) ; me, te, se ; de, des ; je ; ne. L’extrait suivant en fournit plusieurs exemples (c’est nous qui soulignons) :

Il m’a fallu vingt ans, vingt ans au moins, pour, n’ayant qu’un brin d’intuition, sachant tout au plus qu’il y avait, planant sur moi, un fait qu’on disait obscur, un fait dont nul n’osait discourir, un fait qu’au vrai tout un chacun ignorait, il m’a fallu vingt ans pour approfondir mon savoir, bâtissant suppositions sur suppositions, chafaudant d’idiots synopsis, proposant d’instinctifs aboutissants, supputant, imaginant, comblant poco à poco l’oubli profond, l’intimidant tabou qui nous masquait la divulgation. Vingt ans durant, j’allai multipliant d’intrigants contacts, payai d’oisifs indics [...]. (D, p. 502)

18En outre, lorsque le je ne peut être convoqué sous sa forme élidée, Perec lui substitue parfois un nous dit de « politesse », les deux formes coexistant d’ailleurs dans certains passages pour désigner le même locuteur : « — Nous goûtons fort ton subtil distinguo, dit, glacial, Aloysius Swann. Mais j’ai sur moi un outil qui vaudra tout ça ! » (D, p. 550)

19L’éviction du et interdit se fait généralement par le biais de constructions particulières, mais on trouve cependant deux occurrences de l’expression latine hic et nunc, et est remplacé par le signe &.Toutefois, comme si la substitution paraissait trop facile, Perec n’abuse pas de cette forme et semble même suggérer qu’elle est superflue puisque dans le second cas, la formule apparaît comme parfaitement redondante avec l’expression qui la précède : « tu pourrais, ici, à l’instant, hic & nunc » (D, p. 550) ; mais c’est aussi une façon d’insister sur la double absence de la conjonction, que le lecteur rétablira inévitablement avec la lecture de l’esperluette.

20Grâce à l’usage de certains acronymes lexicalisés, quelques termes proscrits retrouvent droit de cité, comme « SNCF » (D, p. 382), « P. D. G. » (p. 333), « S.O.S. » (p. 330), « P. J. » (p. 355)... Remarquons cependant que si ces derniers s’épellent spontanément, d’autres abréviations, en revanche, posent quelques problèmes : comment doit-on lire « op. cit. » et quelques signes mathématiques (p. 351) ? Signalons en outre un cas plus problématique :

– Un assassinat ?
– Non, nous croyons plutôt à un infarctus.
– N. d. D. ! jura Ottaviani, nous accourons. (D, p. 414)

21Pour insolite qu’elle soit, cette forme d’inscription peut ne pas surprendre outre mesure puisqu’il est courant d’éviter de la sorte certaines expressions jugées inconvenantes. Certes le lecteur n’éprouve aucune difficulté à retrouver à partir de ces trois lettres le juron courant « Nom de Dieu ! », mais il semble totalement improbable qu’il le déchiffre en l’état, lettre à lettre, avec ce que l’on nomme une prononciation disjointe : en optant pour une restitution, c’est donc lui qui finalement déroge à la contrainte.

22Perec s’autorise aussi quelques fautes d’orthographe ou de syntaxe, mais il en limite le nombre et fait généralement en sorte qu’elles soient interprétées comme le signe d’une langue certes relâchée, mais néanmoins acceptable. Par exemple, il fait mine d’oublier l’accord pour un participe passé féminin – « M. [...] qui aurait tant voulu Faustina pour lui, l’avait pris » (D, p. 335) – ou bien omet le premier élément de la négation : « Quoi ! scandalisa Aloysius, n’as-tu pas vu qu’il y avait ici un l’on sait quoi tout à fait fascinant ? » (p. 544) ; « j’ai pas dit non » (p. 438). Ailleurs, calquée sur d’autres formes d’élision totalement licites, il va en inventer une, certes similaire, mais guère conforme à la norme : « On aurait dit qu’à chaqu’instant il comptait » (p. 439). Dans le même esprit, il se permet des découpages inédits de termes qui semblent naturellement s’y prêter afin d’éviter l’emploi de l’article défini masculin : « J’allai dans l’iving-room où Augustus finissait sur un fruit sa collation du soir. » (p. 419) Notons cependant que lorsque la construction de la phrase le permet, le mot retrouve sa forme initiale : « Il y avait un salon rabougri, living-room à l’abandon où un sofa moisi qui montrait son crin jouxtait un bahut puant l’oignon pourri. » (p. 350) ; « L’on fut introduit dans un living-room d’un goût ultra-innovant » (p. 391-392).

  • 6 On peut découvrir, dans une œuvre de littérature de jeunesse, un curieux prolongement de ce type de (...)

23La préférence obligée pour le masculin provoque d’autres contrecoups inattendus puisqu’on assiste à la naissance de néologismes issus d’insolites changements de genre6. Le terme migraine, subissant l’ablation du e indésirable, devient, de la sorte, masculin : « Arthur Wilburg Savorgnan souffrait d’un fort migrain. » (D, p. 482)

  • 7 Alain Rey fait justement remarquer à ce propos : « Un lexique ne se définit pas seulement par des é (...)

24L’un des procédés les plus courants pour éviter telle ou telle expression prohibée consiste à faire appel à la synonymie, avec son arsenal de ressources : termes équivalents, locutions voisines, périphrases. Si l’on perd parfois en exactitude ou en brièveté, on préserve cependant, sinon l’intégralité, du moins l’essentiel du contenu sémantique. Ce qui importe précisément, c’est de mesurer le décalage qui se produit entre les deux formules et d’observer, d’une part, s’il y a perte de sens par rapport à l’expression remplacée, avec les répercussions que cela entraîne, d’autre part s’il y a maîtrise des sens seconds que, par connotation, l’expression remplaçante génère7.

25Ainsi une locution figée, qui serait lue et comprise sans retenir outre mesure l’attention, peut, dans le cas d’une remotivation donnant lieu à une traduction intralinguistique mot à mot, surprendre le lecteur. Par exemple, la transposition humoristique de l’expression ne faire ni une ni deux – qui évoque l’absence d’hésitation liée à la rapidité d’une décision – ne passe certainement pas inaperçue : « Faisant ni six moins cinq ni cinq moins trois » (D, p. 508). Elle concourt, en fait, à créer un effet inverse : la formule s’allonge et semble, de plus, inviter à la résolution d’une opération aux vertus évidemment retardatrices. Au-delà de l’aspect plaisant de tels syntagmes, c’est tout le problème de leur pouvoir de subversion par rapport à l’effet représentatif qui se trouve posé. Le signifié – en théorie du moins – ne devrait pas subir de changement notable puisque la périphrase se veut synonymique, or le sens n’advient pas de manière directe, comme lorsque l’on substitue à une expression connue l’idée qu’elle évoque. Avec la transformation opérée en pareils cas, une médiation se révèle nécessaire : il faut d’abord reconstituer l’expression de départ afin de comprendre l’énoncé. La production de sens s’en trouve inévitablement altérée, les deux formules ne se superposant pas : la seconde, qui paraissait se calquer sur la première en étant censée lui correspondre exactement, génère en fait un surcroît de signification qui perturbe – voire annule – le sens premier. Il semble donc – et c’est là sans doute un nouveau paradoxe de l’écriture lipogrammatique – qu’à vouloir réduire l’écart entre une locution et son correspondant lipogrammatique, on rende plus sensible encore la distance qui les sépare.

LE DÉPASSEMENT DE SIMPLES PROCÉDÉS VERS UNE NOUVELLE LANGUE : UN IDIOLECTE CONTAGIEUX

  • 8 Voir le tableau comparatif proposé par Véronique Montémont dans le présent volume.

26Bien qu’issu d’un vocabulaire restreint, La Disparition se classe au deuxième rang des œuvres de Perec pour le nombre de mots utilisés8, et cela sans jamais donner au lecteur l’impression de répétitions outrancières. C’est dire si l’éventail du lexique disponible est mis à contribution bien au-delà des sollicitations habituelles.

  • 9 Raymond Queneau, « La Fourmi et la Cigale », dans Battre la campagne, Œuvres complètes, t. I, Paris (...)

27Nous avons noté plus haut que le lipogramme encourageait la création lexicale et que des néologismes venaient pallier certains manques. On comprend, par exemple, que « la patatration du ballon » (D, p. 508) renvoie à l’idée de chute, d’effondrement. Or, une création voisine existait déjà chez Queneau : « elle choit patatratement9 », et tout pousse à penser que Perec s’y est référé. De ce fait, et en dehors de l’aspect amusant qu’il confère au passage, un tel néologisme présente au moins un triple intérêt : il permet de remplacer le mot chute interdit par le lipogramme, il enrichit le lexique en amorçant la famille dérivationnelle de l’onomatopée patatras, et il place le texte sous l’égide de Queneau en montrant que son écriture se réclame des procédés employés par cet écrivain.

28Il convient en outre de remarquer que ces forgeries ne sont pas toujours commandées par une substitution nécessaire. Ainsi lorsque Perec, s’appuyant sur le signifiant (et l’étymologie) du mot parturiente, l’utilise comme un adjectif verbal et l’emploie alors au masculin – « tant approchait l’instant parturiant » (D, p. 528) – on note sans peine que la périphrase ne s’imposait nullement puisque le mot parturition convenait tout autant. En dehors du jeu sur et avec la langue, cette distorsion pourrait donc apparaître comme parfaitement gratuite, mais elle contribue, en fait, à jeter une suspicion généralisée sur les formes utilisées, dont le lecteur ne sait plus très bien si elles appartiennent à la langue normée ou non.

29La meilleure façon de dissimuler le faux consiste à le multiplier afin de le banaliser. Une anomalie n’est attestée comme telle que si elle rompt avec l’ensemble par son caractère peu ordinaire ; dans le cas contraire, il y a toutes les chances pour qu’elle passe inaperçue. L’expérience prouve que les personnes à qui on lit pour la première fois certaines pages de La Disparition sont d’abord sensibles aux sonorités quelque peu surprenantes, puis à des constructions syntaxiques peu courantes, enfin à un mélange des registres de langue auquel elles ne sont guère accoutumées. Toutefois, l’ensemble de ces particularités peut tendre à passer pour la marque d’une spécificité d’écriture, induisant ce que l’on nomme communément des effets de style. Jouant sur cette appréciation afin de donner le change, Perec trouve là un moyen de dissimuler certains procédés en se livrant donc à plus de tiraillements qu’il n’est nécessaire.

30Ainsi l’antéposition de l’adjectif, minoritaire en français mais pratique dans le lipogramme en e pour élider un article défini masculin, est-elle utilisée de nombreuses fois sans autre justification que celle de banaliser les occurrences obligatoires. Si « l’indistinct motif » (D, p. 319) ou « l’ovoïdal plastron » (p. 467) s’imposent évidemment, « un malfaisant pouvoir » (p. 467) ou « un apaisant loisir » (p. 471) pourraient se construire autrement. Parfois, un voisinage proche contribue à renforcer l’effet de banalisation : « on substitua l’islandais mazout au salissant charbon » (p. 385).

31Il en va de même pour l’utilisation récurrente de certains rapprochements étonnants. Divers dictionnaires de synonymes tendent à considérer les termes moment et instant comme potentiellement interchangeables, or le remplacement de l’un par l’autre dans La Disparition pose problème : comment peut-on concevoir, en effet, l’association entre l’idée de brièveté immanquablement attachée à la notion d’instant et l’indication d’une certaine durée ? C’est pourtant ce que doit tenter de faire le lecteur confronté à l’expression paradoxale « un long instant ». Toutefois, si la première occurrence crée un indéniable effet de surprise, les dix-sept répétitions de cette formule contribuent à la faire admettre, en tendant, dans une certaine mesure, à banaliser son emploi.

32En maints endroits du livre, lorsque le lecteur est confronté à des incongruités ou au développement de situations perçues comme peu ordinaires, le narrateur propose une série d’explications justificatrices. Il s’agit en somme de gommer l’insolite – stratagème comparable à celui adopté par Roussel quand il s’ingénie à rendre certaines constructions acceptables du point de vue de la vraisemblance. Nous prendrons trois exemples pour illustrer ce type de stratégie. Tout d’abord, deux passages où le recours subit à des pérégrinismes s’accompagne d’une justification plausible : « Voix du barman (qui jadis apprit l’anglais dans un cours du soir) : What can I do for you ? » (D, p. 328) ; « How was it ? marmonna-t-il (il parlait toujours anglais dans son for). » (p. 412) Ensuite, une explication pour un passage inopiné au vouvoiement après tout un dialogue où l’emploi du pronom tu – conformément d’ailleurs à une certaine logique situationnelle – était exclusif : « Si jamais un bambin vous naissait (il la vouvoya car il s’agissait d’un instant crucial) » (p. 456).

33Le lecteur de La Disparition relève régulièrement la trace de distorsions, mais il rencontre également de très nombreuses occurrences de formules stéréotypées, de lieux communs, d’idiotismes, d’expressions figées, qui parsèment et encadrent le texte, tendant ainsi à gommer son étrangeté, lui conférant de la sorte un aspect connu, rassurant. Toutefois, le projet de Perec n’est pas tant de vouloir à toute force faire ressembler la langue sans e à la langue standard que, sans doute, de suggérer insidieusement que nous sommes tous, quotidiennement, des « Monsieur Jourdain » du lipogramme puisque « n’importe quelle phrase, de n’importe quel auteur, en n’importe quelle langue a toutes les chances d’être lipogrammatique » (Perec, 1973, p. 81). Andrée Chauvin souligne cet aspect de La Disparition :

Ce phénomène de large conservation, d’utilisation tels quels des stéréotypes verbaux ne relève pas essentiellement d’une soumission conventionnelle à l’usage commun, mais apparaît comme un moyen de prendre une revanche sur la langue, dans la surprise de la trouver toute prête au projet déviant. La soumission à la pratique usuelle n’est qu’apparente et donc ironique. (Chauvin, 1991, p. 633)

34En créant une incertitude autour de la notion d’écart ou de faux, l’écrivain déstabilise les critères d’appréciation de son lecteur qui finit par ne plus très bien savoir ce qui appartient au recevable et ce qui relève de l’inacceptable. Ce jeu de basculement pourrait s’illustrer par la référence à un détail de mobilier dont l’importance diégétique semble purement accessoire mais qui néanmoins, en reproduisant à un niveau microtextuel le mécanisme général, permet d’en comprendre le fonctionnement : « un sous-main qui imitait l’or jauni du similicuir » (D, p. 355). La redondance entre « imiter » et « simili » engendre une bizarrerie. Celle-ci, cependant, n’entrave guère la compréhension, même si l’objet décrit équivaut littéralement à un faux faux cuir. Nous avons affaire ici à un renversement de même type que celui provoqué par le redoublement inutile d’une négation. Mais si l’on prend le mot cuir dans le sens de défaut de langage, on saisit que ce qui advient très souvent dans La Disparition, c’est une situation inédite : on découvre certes des écarts par rapport aux normes de la langue, qu’on ne saurait, pourtant, considérer comme des erreurs.

35De plus, il n’est pas improbable que le lecteur, parfois, n’en corrige certaines à son insu. Il est, en effet, une sorte d’inattention particulière qui conduit à lire quelquefois ce qui ne se trouve en aucune manière dans l’écrit. Le lecteur, souvent soucieux d’anticiper sur le sens prévisible de la phrase, invente plus qu’il ne déchiffre et déforme tel ou tel mot par l’ajout de lettres ou de syllabes inexistantes. Jean Ricardou a proposé de nommer « recouverte » cette altération, parfois difficile à percevoir par le lecteur lui-même puisqu’elle est l’émanation de son propre inconscient : « Il y a [...] une “recouverte” caractéristique du lecteur. [...] ce qu’il distingue, selon une manière de mirage, au lieu des véritables traces alignées noir sur blanc, c’est plutôt ce que, pour réussir à lire, il s’attendait à lire. » (Ricardou, 1986, p. 99) Dans La Disparition, en raison précisément de l’utilisation d’une langue inhabituelle, il n’est pas rare que le texte tende un piège à son lecteur en le poussant à la « recouverte ». C’est le cas, selon nous, lorsqu’on rencontre cette forme verbale inédite : « — Disons qu’il y fait plus clair, qu’il y fait plus chaud, qu’il... Il m’avisaga sans finir. » (D, p. 501) Du fait du sens présumé de l’expression et de sa parenté probable avec les verbes dévisager ou envisager, on peut fort bien être tenté de la lire avisagea, cédant une fois de plus au réflexe qui nous pousse à lire non ce qui est effectivement écrit mais ce qui devrait logiquement se trouver sur la page.

36La Disparition présente des situations paradoxales puisqu’à certains moments Perec s’efforce de justifier des tournures singulières alors qu’en d’autres endroits il n’hésite pas à surprendre son lecteur avec des bouleversements insolites, parfois de manière apparemment gratuite lorsque la violence faite à la langue n’est en rien dictée par la contrainte. L’un des cas les plus flagrants de cette dernière situation pourrait être illustré par cette proposition : « ayant mis bas un instant plus tôt six bambins d’un coup, Yolanda gonisait » (D, p. 529). Le texte se démarque ici ostensiblement d’une langue usuelle, mais au-delà de la note humoristique, c’est sans doute pour mieux dissimuler ailleurs les véritables raisons du décalage. Une sorte d’idiolecte s’installe ainsi au fil des pages.

  • 10 François Rabelais, Le Cinquiesme et Dernier Livre des faicts et dicts héroïques du bon Pantagruel, (...)

37S’il oublie le rôle de la contrainte, un lecteur pourra donc fort bien conclure à l’utilisation d’un style plus ou moins archaïsant, avec des nuances de préciosité, comme dans ce passage : « ça faisait, pour finir, tant d’ayants-droit qu’on craignait, non sans raison, qu’allât s’amincissant jusqu’à la consomption l’initial magot, nonobstant la fructification qu’apportait la Capitalisation » (D, p. 503). Le doute survient à chaque rencontre de tournures peu courantes ou de vocables inhabituels. Est-ce que le verbe conflagrer, dont on trouve deux occurrences dans La Disparition (« Ottavio Ottaviani conflagra, dans un fracas plus assourdissant », p. 547 ; « il n’y a ici ni ananas conflagrant », p. 550), existe par ailleurs ? Beaucoup sans doute ignorent qu’on le rencontre chez Rabelais : « voyant voz villes conflagrées et arses par fouldre et feu éther10 ». De même, en découvrant cette phrase : « Tout paraissait calmir. » (p. 437), le lecteur peut croire à une déformation facile du verbe calmer alors qu’il s’agit d’un terme de marine dûment attesté, signifiant « devenir calme ».

38Nous pouvons affirmer que cette stratégie de Perec s’est avérée payante puisqu’un lecteur au moins, resté aveugle au lipogramme, n’a pas hésité à s’épancher généreusement sur ce « style » particulier :

Je crains, hélas, que [...] Georges Pérec [sic], justement encouragé mais trop vite félicité et adulé, n’ait un peu forcé son inspiration, son talent, et surtout sa spontanéité et sa sincérité. [...] pour prendre ses distances et assurer son style, il emploie, non pas le maniérisme trop facile du Nouveau Roman, mais une écriture heurtée et subtile de reportage psychologique mêlé à des notations psychologiques hachées. (Albérès, 1969)

39Face aux difficultés engendrées par la contrainte lipogrammatique et ne disposant que d’un matériau considérablement réduit, Perec ne néglige aucun des recours que lui dispense la langue, poussant ces derniers jusqu’à leurs limites, parfois même extrapolant certaines des variations permises. Force est de constater que, sur l’ensemble du roman, il ne s’autorise proportionnellement que peu de licences (une comparaison avec Les Revenentes suffirait pour s’en convaincre), ces dernières s’intégrant généralement sans véritable heurt dans le système linguistique ainsi créé. Mieux encore, il exploite souvent bien au-delà du nécessaire les quelques possibilités qui lui sont offertes afin de proposer à son lecteur un texte « poli tout à loisir par un artisan hors pair » (D, p. 332), comportant des énoncés inédits producteurs d’un surcroît de sens.

40En guise d’hommage à certaines créations lexicales de Perec induites par la perte du e, nous proposons de clore cette réflexion par un néologisme – qui constituerait par ailleurs un écho au début de notre propos, ainsi qu’un clin d’œil au titre de ce volume –, ce pourrait être la masculinisation d’un synonyme d’infusion, bref quelque chose comme tisan.

Bibliografia

Références bibliographiques

Albérès René-Marill, 1969, « Drôles de drames », Les Nouvelles littéraires, no 2174 (22 mai), p. 5.

Bénabou Marcel, 1983, « La règle et la contrainte », Pratiques, no 39, p. 101-106.

Chauvin Andrée, 1991, Ironie et intertextualité dans certains récits de Georges Perec, thèse de doctorat, Université de Franche-Comté.

Hunphe Dave, 2004, « Petit manuel d’e-lipographie », http://marcautret.free.fr/sigma/pratik/script/elipo.php (page consultée en octobre 2012).

Jeandillou Jean-François, à paraître, « L’absolu tabou, ab ovo, obscurcit tous nos propos. Paradoxe et productivité de l’autocensure », dans La Peur des mots : mots censurés et autocensurés (actes du colloque de l’Université de Brest, avril 2010), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Magné Bernard, 1989, « Le puzzle mode d’emploi. Petite propédeutique à une lecture métatextuelle de La Vie mode d’emploi de Georges Perec », dans Perecollages 1981-1988, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 33-59.

Parayre Marc, 1985, Comment fait un homme de lettres sans caser d’E, mémoire de maîtrise, Université Toulouse II Le Mirail.

Parayre Marc, 1990, « Lipogrammaville », Le Français dans le monde, no 231, p. VII-VIII.

Parayre Marc, 1992, Lire « La Disparition », thèse de doctorat, Université Toulouse II Le Mirail.

Perec Georges, 1973, « Histoire du lipogramme », dans Oulipo, La Littérature potentielle : créations, re-créations, récréations, Paris, Gallimard, coll. « Idées », p. 73-89.

Rey Alain, 1987, Dictionnaire des expressions et locutions, Paris, Le Robert.

Ribière Mireille, 1985a, Bridging the Gap : a Study of ThreeWorks by Georges Perec, PhD, Birbeck College (Londres).

Ribière Mireille, 1985b, « Contrainte et effervescence dans La Disparition de Perec », Cahiers de narratologie, no 1 (« Texte et antitexte »), p. 185-196.

Ricardou Jean, 1980, « L’ordre des choses ou une expérience de description méthodique », Pratiques, no spécial (« Pour un nouvel enseignement du français »), p. 75-84.

Ricardou Jean, 1986, « Méfaits de la diagonale », T.E.M., no 6 (« L’atelier du texte »), p. 99-103.

Roche Anne, Guiguet Andrée & Voltz Nicole, 1989, L’Atelier d’écriture. Éléments pour la rédaction du texte littéraire, Paris, Bordas.

Salceda Hermes, 2006, « La Disparition : roman de l’écriture et de la lecture », dans Mireille Ribière et Yvonne Goga (dir.), Georges Perec. Inventivité, postérité, Cluj-Napoca, Casa Cărţii de Ştiinţă, p. 240-258.

Yaguello Marina, 1990, Histoires de lettres : des lettres et des sons, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Point virgule ».

Note

1 Selon Littré : « ARTISAN, OUVRIER. L’étymologie est au fond de la distinction qui existe entre ces deux mots. L’ouvrier, de opera, œuvre, fait un ouvrage ; l’artisan, de ars, exerce un art mécanique. L’artisan est un ouvrier ; mais l’ouvrier n’est pas un artisan. On dit les ouvriers d’une fabrique, et non les artisans. [...] Bref, artisan, retenant toujours son étymologie, indique l’homme exerçant un métier considéré comme art mécanique » [i. e. « qui s’opère par la main »].

2 Ce concept proposé par Bernard Magné recouvre « l’ensemble des dispositifs par lesquels un texte désigne, soit par dénotation, soit par connotation, les mécanismes qui le produisent » (Magné, 1989, p. 33).

3 « Écrire un roman sans employer la lettre e est un déficolossal. Dans un dictionnaire usuel d’environ 54 000 mots français, on dénombre près de 45 000 entrées comportant la lettre e, soit 83 % des termes. Le même calcul sur les formes fléchies révèle que 84 % des mots accordés ou conjugués dans notre langue utilisent au moins un e. Ainsi, quelle que soit l’ampleur de votre vocabulaire personnel, pour réaliser un e-lipogramme vous devrez vous appuyer sur 16 % de votre capital. » (Humphe, 2004)

4 Pour plus de précisions sur cette question, et en dehors de quelques-uns de nos travaux auxquels nous nous permettons de renvoyer (Parayre, 1990 et 1992), voir notamment Ribière, 1985 a et Yaguello, 1990 : « La lettre E est omniprésente. Le E sous toutes ses formes est de loin la lettre la plus fréquente dans n’importe quel texte français. C’est pourquoi le jeu de Scrabble en contient quinze exemplaires. [...] Écrire sans E, c’est se priver d’un grand nombre de “mots outils” indispensables [...], c’est limiter l’emploi du féminin, des verbes du premier groupe, etc. Car plus qu’une simple lettre, E est aussi un signal grammatical. » (p. 26-27)

5 Nous nous permettons ici de renvoyer à notre mémoire de maîtrise (Parayre, 1985), en particulier aux chapitres 6 et 8. On consultera aussi avec profit Ribière, 1985 b ; Chauvin, 1991 (plus spécialement le chapitre 2, p. 621-692) ; Salceda, 2006 ; Jeandillou, à paraître.

6 On peut découvrir, dans une œuvre de littérature de jeunesse, un curieux prolongement de ce type de création : « Le masculin de reine est rein. Le masculin de mère est mer. Le masculin de loupe est loup. » (Pef, L’Ivre de français, Paris, Gallimard, coll. « Folio cadet », 2002, n. p.)

7 Alain Rey fait justement remarquer à ce propos : « Un lexique ne se définit pas seulement par des éléments minimaux, ni par des mots, simples et complexes, mais aussi par des suites de mots convenues, fixées, dont le sens n’est guère prévisible : donner le feu vert à qqn n’est pas lui “offrir une source lumineuse ayant la couleur de l’herbe”. » (Rey, 1987, p. V)

8 Voir le tableau comparatif proposé par Véronique Montémont dans le présent volume.

9 Raymond Queneau, « La Fourmi et la Cigale », dans Battre la campagne, Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, p. 439.

10 François Rabelais, Le Cinquiesme et Dernier Livre des faicts et dicts héroïques du bon Pantagruel, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1955, p. 888.

Autore

Docteur en littérature, maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Montpellier 2 et membre du LIDERF-ALFA (Laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique, éducation & formation/Équipe activité, langage, formation). Outre que La Disparition n’a plus de secrets pour lui, celui qui se définit comme un « obsédé textuel » s’intéresse également à la littérature jeunesse, aux problèmes de traduction littéraire et aux procédures linguistiques complexes mobilisées, entre autres, par les chansons de Boby Lapointe.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search