Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aux origines du socialisme français

 | 
Jean-Jacques Goblot

Chapitre II. Après les Trois Glorieuses (juillet-novembre 1830)

Texte intégral

« Notre espoir a été déçu. Attendez, nous dit-on bientôt : les progrès ne peuvent se faire qu’avec une sage lenteur. Que demandez-vous, ajouta-t-on un peu plus tard : il n’y a plus de progrès à faire, nous occupons les emplois » (Le Globe, 23 octobre 1830).

  • 1 Voir à ce sujet le témoignage de Damiron dans sa lettre à Dubois du 30-VIII-1827 (« Le Globe en 182 (...)
  • 2 Voir Ange Guépin, Philosophie du socialisme, Sandre, 1850, p. 580.
  • 3 Rémusat, qui eut au Globe des relations constantes avec Leroux entre avril et juillet 1830, affirme (...)
  • 4 Outre Bertrand, Roulin, Dubois, ses anciens camarades du lycée de Rennes, Leroux était lié avec les (...)

1Depuis 1823, époque du déclin et de la dissolution de la Charbonnerie, Pierre Leroux, autant qu’on sache, n’avait guère eu d’activité proprement politique. S’il prit part en 1827, avec les autres rédacteurs du Globe, à la fondation de la société « Aide-toi, le ciel t’aidera », qui joua un rôle important dans la victoire électorale des libéraux et dans la chute du ministère Villèle, ce fut d’une manière peu active, et semble-t-il sans beaucoup d’enthousiasme1. En revanche, on sait qu’il fut entre 1824 et 1829 l’un des organisateurs des banquets bretons, qui chaque année rassemblaient les bleus de Bretagne habitant Paris, et entretenaient parmi eux la fidélité aux idées de la Révolution2. Certains ont cru à cette époque que Leroux était d’origine bretonne, ce qui est faux3. Mais la méprise est significative : Leroux restait étranger à la société parisienne, et se mêlait volontiers à ces provinciaux déracinés, parmi lesquels il retrouvait les compagnons de son adolescence4.

  • 5 Voir à ce sujet Alan B. Spitzer, Old hatreds and new hopes. The French carbonari against the Bourbo (...)
  • 6 Le beau-père de Bertrand et de Roulin, Joseph Blin, avait dirigé en 1815 la lutte des bleus contre (...)

2Ce provincialisme d’adoption revêt aussi une signification politique. En Bretagne, et plus généralement dans l’Ouest, la Charbonnerie avait recruté des adeptes particulièrement nombreux, non seulement dans la « classe moyenne » mais aussi dans les couches populaires des villes5. D’où un vivace esprit « républicain », qui prolongeait directement la tradition, encore toute récente, des luttes contre la chouannerie6. C’est dire que la Charbonnerie bretonne différait sensiblement du carbonarisme élitaire, bourgeois, précocement tenté par les intrigues orléanistes, qui caractérisait les états-majors parisiens.

  • 7 Ange Guépin, op. cit., p. 580.

3Si l’on en croit le témoignage d’Ange Guépin, Leroux, au temps où il faisait ses études au lycée de Rennes, avait fréquenté la maison du tailleur Leperdit, ancien maire républicain de la ville7. Ainsi, dès son adolescence, il avait été marqué par cette tradition particulière du républicanisme breton, qui maintenait vivant l’esprit des luttes du « peuple » contre l’ancien régime. C’est cette tradition et cet esprit que les banquets bretons de Paris, relayant le carbonarisme, entretinrent jusqu’à la révolution de 1830.

  • 8 Il est probable qu’il avait conservé de nombreuses relations parmi les anciens carbonari (la rédact (...)

4Tel était donc Leroux à la veille des Trois Glorieuses : s’il s’était montré très tôt hostile aux méthodes conspiratives, il n’avait nullement renié l’héritage du carbonarisme sous sa forme la plus vivante et la plus populaire8.

LES TROIS JOURNÉES ET LEURS SUITES : LE GLOBE RÉPUBLICAIN

  • 9 Acte de société du 31 octobre 1828 (Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds Enfantin, ms. 7817, f° 11). A (...)
  • 10 Dubois purgeait une peine de quatre mois de prison pour deux articles intitulés « La France et les (...)

5A la suite de la loi sur la presse du 18 juillet 1828, qui obligeait les journaux à désigner des gérants responsables, Leroux et Dubois avaient été nommés tous deux gérants du Globe9. C’est à ce titre que le 26 juillet 1830, en l’absence de Dubois10, Leroux signa la protestation des journalistes contre les ordonnances de Charles X : le texte de cette protestation, suivi du nom des signataires, fut publié le lendemain dans Le Globe, sorti des presses malgré l’interdiction royale.

  • 11 Le fait est rapporté par Leroux lui-même (Réfutation de l’éclectisme, 2e édition, Gosselin, 1841, p (...)
  • 12 Voir à ce sujet le témoignage de Prosper Enfantin, cité in Jean-Pierre Lacassagne, « Pierre Leroux, (...)
  • 13 Un jeune rédacteur du Globe, Georges Farcy, fut tué les armes à la main le 29 juillet, lors de l’at (...)

6Mais tout indique que dès ce moment-là, la rédaction du journal est profondément divisée : Victor Cousin se déclare fidèle au drapeau blanc, et s’indigne que Leroux ait fait imprimer Le Globe11 ; Dubois, qui reparaît le 28 juillet, semble avant tout préoccupé d’écarter une issue républicaine ; certains des rédacteurs font déjà leur la solution orléaniste ; beaucoup songent surtout aux places à prendre12. D’autres, dont Pierre Leroux, participent avec enthousiasme au mouvement populaire13.

  • 14 Feuille datée de la nuit du 27 au 28 juillet.
  • 15 Feuille datée du 29 juillet.
  • 16 Article reproduit in Rémusat, op. cit., t. II, p. 350-351.

7Le Globe cependant continue à paraître sur de petites feuilles qu’on placarde dans les rues de Paris : il appelle « tous les hommes qui veulent conserver l’ordre constitutionnel » à se rassembler « dans une commune action, à la fois énergique et modératrice »14 ; puis il applaudit à la victoire de l’insurrection populaire, mais insiste sur la nécessité de « mettre de l’ordre où ne fut que l’enthousiasme »15. Enfin, le 30 juillet, par la plume de Rémusat, il se déclare en faveur du duc d’Orléans16.

  • 17 Rémusat l’attribue à Lerminier (op. cit., t. II, p. 353). Mais Leroux, en 1858, dit en être l’auteu (...)

8Deux jours plus tard, Le Globe publie un article d’un tout autre ton, dû vraisemblablement à Leroux17 où l’on peut lire ceci :

« Mais le duc d’Orléans est-il roi ? Non.
Il ne le sera que par nous, par notre volonté, et aux conditions que nous lui imposerons. Il recevra tout du peuple ; il lui devra sa couronne et sa reconnaissance [...]. Nous l’appelons aujourd’hui ; nous le consacrerons en recevant ses serments ; s’il les violait, il disparaîtrait aussitôt.
Il faut le dire, une ère nouvelle commence. Le siècle politique est ouvert. Plus de langueur, plus de criticisme impuissant. Il est des jours où de grands perfectionnements deviennent tout à coup possibles.

Le génie politique consiste alors à comprendre le fait qui vient de s’accomplir, et à savoir aller au-devant des nouveaux besoins qu’il fait naître ».

  • 18 « Nos lecteurs auront compris vite que, comme toute réunion d’hommes, la nôtre ait sa crise » (no 1 (...)
  • 19 Le mot est de Duvergier de Hauranne (lettre à Louis Vitet, 6IX-I830, Archives Aubry-Vitet).
  • 20 Il écrit dans ses souvenirs : « Décidé dès le premier jour à liquider, pendant quatorze jours, je n (...)
  • 21 Voir à ce sujet une lettre de Louis Vitet à ses parents, datée du 10-VIII-1830, citée in Lettres de (...)
  • 22 Voir une lettre-circulaire aux actionnaires du Globe, datée du 23-X-1830 (Bibliothèque de l’Arsenal (...)
  • 23 Dès le début du mois de novembre, la plupart des actionnaires demandèrent à être remboursés (voir F (...)
  • 24 Enfantin à J. Rességuier, lettre du 28-X-I830 (Fonds Enfantin, ms. 7644, f° 342). Rappelons qu’en m (...)
  • 25 Selon le témoignage de Charles Lambert (Fonds Enfantin, ms. 7804), l’affaire fut conclue « en quelq (...)
  • 26 C’est ce jour-là que Leroux cède la place à Michel Chevalier, qu’Enfantin avait rappelé de Limoges (...)
  • 27 Voir H.R. D’Allemagne, op. cit., p. 177.
  • 28 C’est, à partir de cette date, le nouveau sous-titre du Globe. Publiée le même jour, la « Professio (...)

9Cet article provoqua au sein de la rédaction une crise que le journal ne put cacher à ses lecteurs18. Dès le 2 août, Dubois écarte ceux qui voudraient « républicaniser » Le Globe19 ; et pendant deux semaines, il s’y fait le porte-parole d’une opinion sagement progressive, applaudit le roi-citoyen, défend contre ce qu’il nomme les « prétentions républicaines » la cause de la meilleure des républiques. En fait, il songe surtout à rentrer dans l’Université, et se dispose à liquider Le Globe20. Le 15 août, il abandonne son titre de gérant et se retire, suivi par la plupart des rédacteurs, qui comme lui estiment que le temps est venu de se mettre aux affaires21. Restent Leroux, Sainte-Beuve, Lerminier, quelques autres, qui entendent que Le Globe continue à vivre : ils en assurent désormais la rédaction ; mais ils se heurtent à la majorité des actionnaires, que Dubois et ses amis contrôlent. Le 20 septembre, après des discussions orageuses, ceux-ci désignent l’un des leurs pour procéder à la liquidation fictive de la société. Un mois plus tard les comptes sont établis22, et les nouveaux maîtres du Globe sont aux abois : ils sont mis en demeure de rembourser les actionnaires qui ne voudront plus participer à leur entreprise23. C’est alors qu’ils s’adressent à Prosper Enfantin, et lui avouent « l’embarras de leur position »24 : dès le 28 octobre, la cession du journal aux saint-simoniens est acquise25. Mais ce n’est que le 10 novembre que ceux-ci en prennent véritablement la direction26 : Enfantin avait jugé bon de ménager une « transition », afin de ne pas effaroucher le public27. Et cette transition, en fait, ne parvint à son terme que le 18 janvier 1831, lorsque Le Globe devint officiellement le « journal de la doctrine de Saint-Simon »28.

  • 29 Pierre Barbéris in Histoire littéraire de la France, t. IV, première partie, 1972, p. 603.
  • 30 « De la France en 1789 et de la France en 1830 », no 193, 2-IX-I830 (article écrit par Sainte-Beuve (...)
  • 31 Outre Lerminier et Sainte-Beuve, plusieurs membres de l’ancienne rédaction continuent à collaborer (...)

10Les difficultés financières, on le voit, ont joué un rôle déterminant dans cette affaire ; et quoi qu’on en ait dit29, rien n’indique que Leroux ait été subitement touché par la grâce. Il faut souligner d’autre part que le Globe saint-simonien n’a pas succédé directement au Globe « doctrinaire » : celui-ci a vécu le 15 août 1830, celui-là ne naît qu’au début de novembre. Dans l’intervalle, Le Globe est un journal que l’on peut appeler républicain, ou du moins libéral de gauche : contre les « hommes de restauration mitigée », les doctrinaires et les « trembleurs », il réclame « le libre et prompt développement des principes émis en lumière en juillet »30. Leroux, désormais seul gérant du journal, dirige et inspire l’ensemble de sa rédaction31.

  • 32 Les articles signés sont rares dans Le Globe à cette époque. D.O. Evans (Le socialisme romantique. (...)
  • 33 « Ma biographie », Nouveaux Lundis, t. XIII, p. 10.
  • 34 C’est le cas, nous l’avons dit, de la « Profession de foi saint-simonienne » du 18 janvier 1831 (vo (...)
  • 35 Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 53. A partir du 11 novembre et jusqu’à son départ pour la Belgique ( (...)

11Les articles qu’il écrivit lui-même dans cette période sont difficiles à identifier32. Il est probablement l’auteur d’une grande partie des articles politiques qui, en dehors des nouvelles, forment l’essentiel du journal à cette époque. D’autres sont dus à Sainte-Beuve. Mais Sainte-Beuve lui-même a précisé qu’il avait, en ce temps-là, prêté sa plume à Leroux, et qu’il lui servait de « truchement pour la plupart de ses idées »33. Certains articles ont dû être rédigés conjointement par Leroux et par Sainte-Beuve34, de sorte que, comme le notait Jules Troubat dans la préface des Premiers Lundis, on croit y reconnaître « les idées de l’un, le style de l’autre »35. Nous pouvons donc considérer que les commentaires politiques du Globe « républicain » expriment, dans leur ensemble, la pensée de Leroux.

  • 36 Voir Enfantin à Fournel, lettre du 26-X-1830, Fonds Enfantin, ms. 7644, f° 313.

12L’influence saint-simonienne apparaît dès le mois de septembre, surtout dans les articles philosophiques de Lerminier, qui vers la mi-octobre revêt solennellement l’habit bleu de la secte36. Mais Leroux et Sainte-Beuve, s’ils sympathisent avec la doctrine de Saint-Simon, n’y adhèrent pas encore. Et le 23 octobre, alors que la cession du journal aux saint-simoniens est imminente, on y peut lire ceci :

  • 37 No 243.

« Aujourd’hui la société se trouve sur le bord d’un monde nouveau. Les religions et les philosophies s’écroulent à la fois ; on ne peut plus croire ni douter. Les vieux codes provoquent le mépris comme les vieilles théologies, et nul n’a la clef de l’édifice nouveau qui doit s’élever »37.

  • 38 Voir le témoignage d’Arlès-Dufour sur les prédications saint-simoniennes de Pierre Leroux et de Jea (...)
  • 39 Voir Henri Mougin, Pierre Leroux, p. 32 et suivantes.

13Comme on le voit, Leroux en est encore à chercher ce qu’Enfantin et ses disciples déclarent avoir trouvé. Mais cette période « républicaine », à laquelle on a prêté jusqu’ici trop peu d’attention, n’est-elle pas autre chose et plus, dans l’évolution de Leroux, qu’une simple transition vers le saint-simonisme ? On sait qu’en fait son adhésion à l’école saint-simonienne fut de courte durée, puisqu’il rompit avec Enfantin en novembre 1831. Du reste, tout semble indiquer que sa tendance « démocratique et républicaine », à l’époque même où il était Tardent propagateur de la doctrine de Saint-Simon, fut loin d’être étouffée par elle38. Et d’autre part, dans les mois qui suivent la révolution de juillet, Le Globe réalise déjà en partie cet alliage de démocratisme politique et de réformisme social qui caractérise la pensée de Leroux à partir de 183239 : ce point mérite à lui seul une étude attentive, et nous y consacrerons l’essentiel de ce chapitre.

UNE « ÈRE NOUVELLE », UN « PERSONNAGE NOUVEAU »

14Nous avons vu comment Leroux, le 1er août, accueillait la révolution : comme le triomphe du principe de la souveraineté populaire, comme le début d’une « ère nouvelle ». Deux semaines plus tard, aussitôt après le départ de Dubois, Le Globe salue à nouveau les Trois glorieuses en ces termes :

« Tout est fini et tout commence. Les admirables journées des 27, 28 et 29 juillet ont mis au tombeau Tordre ancien et ouvert une ère nouvelle » (no 175, 15 août).

  • 40 No 163. C’était également le point de vue du Journal des Débats, qui dès lors présentait le nouveau (...)

15C’est dire que les Trois journées sont bien autre chose et bien plus qu’une riposte victorieuse à l’attentat commis par Charles X contre Tordre constitutionnel. Depuis la nomination du ministère Polignac (août 1829), cet attentat avait été redouté, attendu, dénoncé d’avance par toute la presse libérale. Mais prévoyait-on la révolution ? Rappelant les mises en garde et les avertissements que les libéraux avaient prodigués à l’adresse des Bourbons, Dubois écrivait le 3 août : « Rien de ce qui arrive n’était imprévu pour personne »40. Le Globe désormais affirme précisément le contraire :

  • 41 No 175, 15 août. L’âpreté de ce lyrisme si direct nous semble très caractéristique de Leroux. On no (...)

« Comme nous nous étions trompés ! Les uns attendaient de l’intrigue et de l’ambition de cour la chute de la Restauration [...]. D’autres croyaient avec douleur et découragement que l’oppression serait longue ; ils ne voyaient pas de terme aux déceptions interminables, aux rapprochements perfides. Sans désespérer de l’avenir, ils désespéraient du présent ; et, se croyant condamnés à un siècle d’impuissance et de langueur, à ne rien voir, à ne rien faire, ils s’enfermaient dans des travaux solitaires, où les poursuivaient toutefois, pendant leurs veilles ardentes, la pensée de l’avenir et l’image de la patrie.
« Nous nous étions trompés, et la révolution nouvelle fait tomber des
yeux les écailles et le bandeau »
41.

16Les journées de juillet furent donc un événement « révélateur » (ibid.). Ce qu’elles ont révélé ? Le peuple, ce « personnage nouveau et imprévu » (no 185, 25 août), que la politique de la Restauration comptait pour rien. Par l’héroïsme dont elle a fait preuve, « la partie la plus humble, la plus dénuée, la plus souffrante du peuple » s’est acquis de nouveaux droits : le droit « d’être appelée à l’instruction, formée au travail et au bien-être », le droit « d’être reconnue et comptée pour quelque chose » (no 179, 19 août). La société devra lui reconnaître sans délai ces droits, et lui en assurer l’exercice : ainsi sera préservée cette « alliance intime des classes laborieuses et des classes moyennes » qui est un des caractères de la révolution de juillet (no 175, 15 août).

17Le Globe ajoute que l’ère nouvelle ainsi ouverte sera une « époque organisatrice » (ibid.). La Restauration avait été « une époque de transition », un compromis bâtard et provisoire « entre l’ancien régime et les principes de la révolution » : ceux-ci ont triomphé, et dès lors la transition a pris fin : le « système de contrepoids » qui caractérisait la politique de la Restauration n’est plus qu’un « fantôme de l’histoire » (ibid.). Plus de Charte octroyée, plus de légitimité de droit divin, plus de « prérogative royale » dans la nouvelle monarchie « républicaine » : la révolution de 1830 a fondé « l’unité de la souveraineté nationale » (no 240, 19 octobre). Il s’agit à présent d’organiser ce mouvement, de le hâter, d’écarter tout ce qui l’entrave ou le retarde : les républicains se sont ralliés à l’ordre actuel, car ils ont compris que « l’infusion de l’élément démocratique dans les lois et les pouvoirs allait se faire par une progression croissante et presque indéfinie » (no 202, 11 septembre).

  • 42 Nous citons ici le passage de la « Profession de foi saint-simonienne » dans lequel Leroux retrace (...)
  • 43 Voir ibid., p. 392. Le Globe réclame en outre la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’abolition d (...)
  • 44 Ibid. Le Globe critique à ce propos la thèse libérale selon laquelle le problème pourrait être réso (...)
  • 45 Voir notamment no 189, 29 août. Le Globe reprend ici l’idée, émise par Leroux dans son article du 2 (...)

18Ainsi « le siècle politique est ouvert », comme l’affirmait Leroux le 1er août ; le temps n’est plus de songer à l’âge d’or de l’humanité, et de « couver au fond de sa pensée un rêve d’organisation à venir » : pour Leroux, l’heure est « à la pratique et à l’action »42. Le Globe esquisse une sorte de programme politique et social, et presse le nouveau pouvoir de le mettre en œuvre. Programme politique : loi électorale d’abord, puis loi municipale, loi de la garde nationale et du jury43. Programme social aussi, ou du moins affirmation de la nécessité d’un programme social ; car les droits politiques, si précieux qu’ils soient pour le peuple, « sont insuffisants pour le sauver de la misère et de la souffrance » (no 206, 15 septembre) : il faut accorder aux travailleurs « toutes les facilités d’associations particulières et d’organisations laborieuses » ; il faut aussi « aviser dès à présent à des moyens directs d’améliorer l’état de la classe laborieuse en elle-même »44. Politique internationale enfin : la France nouvelle, non par les armes mais par son « ascendant » moral, a le devoir d’apporter sans restriction son soutien à la révolution belge, et plus généralement à la cause des peuples européens en lutte pour leur affranchissement45.

  • 46 Voir la lettre de Bazard-Enfantin « A M. le président de la Chambre des députés ». Cette lettre fut (...)
  • 47 On sait qu’il avait eu une entrevue avec Saint-Simon en 1825, et que cette rencontre l’avait vive m (...)
  • 48 Le thème, et l’expression elle-même, sont d’origine saint-simonienne (voir par exemple L’Organisate (...)
  • 49 L’importance de l’œuvre et de l’activité de Jules Leroux (18051888) a été soulignée par Henri Mougi (...)
  • 50 No 208. Après avoir montré ce qui sépare la doctrine de Saint-Simon de la tradition du XVIIIe siècl (...)
  • 51 Voir nos 176 (16 août), 193(1er septembre), 218 (27 septembre). Dès avant la révolution de juillet, (...)
  • 52 On sait qu’Achille Roche et Auguste Blanqui, qui collaboraient au Globe, firent partie de cette soc (...)
  • 53 No 231. On trouve dans le même numéro, jointe à cette déclaration, une lettre adressée au journal p (...)
  • 54 Voir Le Globe, no 206, 15 septembre.
  • 55 Voir Revue encyclopédique, août 1832, t. LV, p. 311. En même temps, Leroux reprochait aux saint-sim (...)
  • 56 Revue encyclopédique, novembre 1832, t. LVI, p. 265.

19A la même époque, Enfantin et ses disciples disent leur mépris de l’action politique au jour le jour, déclarent que « l’inégalité naturelle entre les hommes » est « la condition indispensable de l’ordre social », et en conséquence rejettent le principe démocratique46 : on voit combien Leroux est éloigné de ces idées. Pourtant, il n’est pas douteux qu’il a déjà, à cette époque, des sympathies pour le saint-simonisme. Dès 1827, il avait exprimé — non sans réserve, il est vrai — son admiration pour l’oeuvre et la pensée de Saint-Simon47. Et la dénonciation, dans son article du 1er août, de l’impuissance du criticisme témoigne de l’influence qu’exerçait sur lui, dès cette époque, la propagande saint-simonienne48. Celle-ci a certainement contribué à lui faire découvrir l’ampleur de la « question sociale ». Mais il faut tenir compte aussi de son origine ouvrière, et de l’influence que put exercer sur lui son frère cadet Jules Leroux : ouvrier imprimeur comme l’avait été Pierre, Jules Leroux semble avoir joué un rôle important dans l’éveil du mouvement ouvrier après les Trois glorieuses49. D’autre part, si Le Globe, dès le 17 septembre, consacre à la doctrine de Saint-Simon un article plein de sympathie compréhensive50, il paraît encore bien plus proche des jeunes républicains de la société « Aide-toi, le ciel t’aidera », dont il publie les communiqués51, ou de la société des Amis du peuple, qu’il défend contre l’arbitraire gouvernemental52. Le 10 octobre, il reproduit la « Déclaration de principes » des Amis du peuple : ceux-ci se proposent à la fois « d’obtenir des institutions réellement populaires » et « d’améliorer la condition physique et morale du peuple »53. Conjonction remarquable, et qui semble bien correspondre aux vues de Leroux à cette époque : il répudie le républicanisme pur, et reproche à ceux qu’il nomme les métaphysiciens leur « préoccupation trop exclusive des formes politiques »54 ; mais il n’oppose pas les unes aux autres les réformes démocratiques et les mesures de réorganisation sociale. Par là, le rédacteur du Globe de 1830 annonce le Pierre Leroux de 1832, qui unissait dans un même hommage l’école saint-simonienne et les républicains55, mais insistait sur la nécessité de « parcourir simultanément » les deux voies — celle de la conquête des droits politiques, celle de l’élaboration des réformes sociales — et dénonçait en même temps la superstition des formes politiques et le recours, en dehors de toute « réalité politique », aux « messies » et aux « miracles »56.

ESPOIRS ET DÉCEPTIONS : LA RUPTURE AVEC LE LIBÉRALISME BOURGEOIS

  • 57 Voir notamment no 211 (20 septembre), no 243 (23 octobre), no 260 (9 novembre).
  • 58 No 181 (20 août). Voir aussi Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 392 (« Profession de foi saint-simonien (...)
  • 59 No 181.

20Mais cette entrée dans l’action politique — ou plutôt ce retour, qui rajeunit les souvenirs du vieux carbonarisme57 — est motivée par des espoirs que les événements vont bientôt démentir. En août, lorsque Leroux prend la place de Dubois, il assigne au Globe la mission d’être « un juge, un soutien, un aiguillon » du nouveau pouvoir issu de la révolution58 ; et si Le Globe apparaît vite comme un journal d’opposition, solidaire des députés qui siègent à l’extrême-gauche de la Chambre, il se défend de faire « une opposition systématique »59 : l’opposition, précise-t-il, est « impatiente » et non point « hostile » (no 195, 4 septembre). 11 reconnaît au ministère des « intentions louables », et lui reproche surtout ses timidités, son indécision, sa lenteur (no 190, 30 août) ; le 2 octobre encore (no 223), il déclare que ses fautes sont « des fautes d’inaction pour la plupart », incrimine ses « incertitudes » et ses « retards », veut espérer qu’il se ressaisira.

21Il est vrai que dans le même temps, il dénonce de plus en plus durement la majorité centre-droit de la Chambre et son influence sur le gouvernement : ces « partisans du statu quo » font tout pour combler l’abîme que les Trois journées ont creusé entre le passé et le présent ; « chirurgiens prudents », ils voudraient « fermer la plaie au plus vite, sans s’inquiéter s’il y a des fragments dans la blessure » (no 185, 25 août). Toute idée nouvelle leur fait peur, constate Le Globe ; et il ajoute ceci où il faut voir, nous semble-t-il, bien plus d’ingénuité que d’ironie : « On attendait mieux de gens qui pendant si longtemps ont pris la défense de la pensée contre la matière » (no 221, 30 septembre).

  • 60 Ibid. « Les 221 » étaient les 221 députés qui, en mars 1830, avaient voté une adresse au Roi qui ma (...)

22Cependant le temps passe, et les déceptions deviennent de plus en plus amères. La Chambre élue sous Charles X reste en place ; l’examen d’une loi électorale nouvelle est reporté à une date ultérieure ; aucune réforme sérieuse n’est entreprise, et le gouvernement ne fait rien pour soulager les souffrances des classes laborieuses, que la crise économique accable. Les « doctrinaires » agissent et parlent comme s’il n’y avait pas eu de révolution, et s’installent dans un « statu quo sans fondements, sans résultats et sans consistance » (no 240, 19 octobre) : l’unique fruit des Trois journées sera-t-il cette « continuation misérable de la restauration » (no 243, 23 octobre) ? Le pouvoir a changé de forme et de représentant, mais il n’a pas changé « d’inclination ni de nature » (no 228, 7 octobre). Pourtant, ce n’est point pour l’ordre légal antérieur que les Français ont pris les armes en juillet : « Ce n’est ni en vertu de la Charte octroyée, ni avec la permission des 221, c’est de son autorité souveraine que la nation a repris son sceptre »60. Et la Charte nouvelle solennellement proclamée le 7 août rend caduque toute référence au régime qu’elle a remplacé : « Cette constitution est nouvelle, entendez-vous, et l’ordre légal ancien a péri tout entier » (ibid.).

  • 61 C’est ce que Leroux souligne, un an plus tard, dans son article « Aux philosophes », publié en sept (...)

23Car tel est bien le paradoxe : « l’ordre ancien » a péri, mais le pouvoir n’a pas changé de nature. Si bien qu’il n’y a plus d’ordre à proprement parler : le fait est en opposition avec le droit, et le mouvement « organisateur » qu’on avait espéré d’abord, grâce auquel le fait devait rejoindre progressivement le droit, n’est pas même amorcé61. Il faut bien constater alors qu’il ne s’agit plus d’un simple retard, mais d’un « contraste inouï » (no 256, 5 novembre), d’un divorce entre les principes qui « fondent » le nouveau régime et la réalité de ce même régime. Mais comment un tel divorce est-il pensable ?

  • 62 Ibid. Le ministère Laffitte entra en fonction le 2 novembre.

24A vrai dire, dans le temps même où il découvre ce divorce, Le Globe semble n’y voir encore que l’effet d’un retard. Ce qu’il met en cause le plus volontiers, ce sont les préjugés, les goûts, les chères habitudes d’hommes formés sous le régime précédent, et marqués par ses mœurs politiques : « Leur pensée secrète, écrit-il, ne peut se détacher de la restauration » ; ils aiment « les formes, les combinaisons, les nuances » de cette époque douillette, où quelques mots prononcés dans deux ou trois salons faisaient à peu de frais une réputation d’audace libérale (no 187, 27 août). Les transactions étaient inévitables alors, et le système des « doctrinaires » consistait précisément à faire vertu de cette nécessité. Mais cette politique à présent ne peut que se survivre, et manifester son impuissance : ce n’est qu’un « dernier effort de politique éclectique » (no 244, 24 octobre). Et en cette fin du mois d’octobre, lorsque Guizot, Molé et leurs collègues de la résistance s’apprêtent à quitter le gouvernement pour céder la place au ministère Laffitte, Le Globe oppose à « l’opinion doctrinaire » le libéralisme pur des Manuel et des Lafayette, où il semble placer tous ses espoirs62.

25A ces nouveaux espoirs répond bientôt une déception renouvelée, et plus cruelle encore : elle s’exprime avec une « douloureuse indignation » dans le numéro du 9 novembre (no 260). Le Globe constate que Laffitte et les hommes du mouvement entrent dans les mêmes voies que ceux qu’ils viennent de remplacer, et que — excepté quelques « grands citoyens » demeurés « conséquents avec eux-mêmes » — les députés du côté gauche ont trahi la cause de la liberté, pour laquelle ils avaient prononcé jadis tant de nobles discours :

« Ainsi ces paroles qui faisaient battre nos cœurs d’un ardent patriotisme étaient des paroles d’apparat, des armes de guerre qu’on jette loin de soi après la victoire ! ainsi l’ennemi que nous détestions avait raison contre nos chefs ! Ainsi le fond des choses, les principes, la liberté n’étaient réellement rien pour nos tribuns ; ils voulaient seulement le pouvoir et ils le cherchaient par des luttes de factieux ! [...] Mais qu’ils le sachent bien, nous avons pris au sérieux ces questions de liberté dont ils se faisaient un vain jeu. Tandis qu’ils nous introduisaient à la polémique, qu’ils nous encourageaient aux conspirations, ils pouvaient bien rire de notre innocence, mais nous nous enflammions de sentiments généreux et vrais. Avec des caresses et des menaces on n’aura pas si bon marché de nous. Rentrés dans l’opposition, nous la voulons franche et ferme. Nous connaissons trop bien les nouveaux ventrus pour n’avoir pas à leur donner, quoique jeunes, des leçons aussi utiles que sévères ».

  • 63 Les disciples d’Enfantin n’entrèrent massivement dans la rédaction qu’après le 10 novembre. Mais dè (...)
  • 64 Il en est de même, par exemple, d’un article du 5 novembre (no 256) qui définit ce que doit être l’ (...)
  • 65 Si l’on en croit Sainte-Beuve, les hommes du juste-milieu avaient offert à Leroux des places : celu (...)

26Cet article est d’autant plus remarquable qu’à la date où il fut publié, nous l’avons vu, la « transition » qui devait amener Le Globe à devenir l’organe du saint-simonisme était déjà largement commencée63. Le 10 novembre, Leroux cédait la direction du journal à Michel Chevalier. Le lendemain, celui-ci publiait son premier article : il soulignait la nécessité de « sortir graduellement du négatif, pour arriver à quelque chose de positif », autrement dit de remettre à leur juste place les luttes politiques et de se consacrer désormais à la recherche de nouvelles solutions sociales, philosophiques et religieuses (no 262). Le 13 novembre, Le Globe se félicitait de voir « au premier rang parmi les personnages politiques » de « hautes notabilités industrielles », comme les banquiers Laffitte et Périer (no 264) : qu’était donc devenue l’opposition « franche et ferme » qu’il annonçait quatre jours plus tôt ? Comme on le voit, la transition fut peut-être moins douce qu’Enfantin ne l’avait voulu. En tout cas, l’article du 9 novembre ne semble guère avoir été écrit à la lumière de la « révélation » saint-simonienne64 ; et l’on y sent si bien la ferveur déçue, mais brûlante, de l’ancien carbonaro, qu’il nous paraît très probable qu’il est dû à Leroux65.

27Pourtant, on ne peut douter qu’à cette époque Leroux ne soit acquis, en partie du moins, aux idées saint-simoniennes. Mais seulement en partie : s’il proclame la faillite des libéraux, traîtres à la cause de la liberté, il n’est pas prêt à renoncer à cette cause elle-même. Bien au contraire : en lui le démocrate s’affirme, et se sépare du libéral. Pour un homme qui a connu l’âge héroïque du « libéralisme adolescent », on conçoit que cette séparation soit douloureuse. Sa conscience indignée avoue ingénuement les illusions qu’elle avait nourries, et qu’en un sens elle nourrit encore dans le temps même où le tissu qu’elles formaient se déchire et laisse voir l’amère réalité : les « principes » — qui sont « le fond des choses » — n’étaient pour les tribuns du libéralisme rien d’autre que des « armes de guerre » dans leur lutte pour le pouvoir !

L’« ÈRE NOUVELLE » ET LES « NOUVEAUX VENTRUS »

28Et c’est ainsi que se découvre un autre fond des choses : le triomphe des « nouveaux ventrus » et de leurs intérêts. Le Globe l’avait affirmé dès le mois de septembre, dans un article intitulé « De l’ordre légal et du provisoire » (no 208, 17 septembre) : l’« aristocratie bourgeoise », qui dès la Restauration avait fait sentir sa puissance, « règne aujourd’hui sans partage » ; « c’est pour elle seule que le sang a coulé dans nos rues dépavées ». Elle fait les lois, et elle les fait pour elle : pourquoi voudrait-on qu’elle les change ? Le Globe du 5 novembre (no 256) reprend le même thème, et observe que la domination de cette « nouvelle aristocratie » remonte en fait à 1814 : la Charte « octroyée » n’était en réalité qu’un pacte entre Louis XVIII et « quelques milliers de notables », privilégiés de toutes origines, tant bourgeois que nobles ; à ces notables « de toutes nuances, royalistes, constitutionnels et libéraux », un peuple immense était assujetti sans pouvoir faire entendre sa voix. Tel est le véritable fondement de ce qu’on appelait, dès 1828, « l’ordre légal » : cet ordre-là demeure, il est resté « debout derrière les barricades » (no 208), et le nouveau pouvoir entend le maintenir intact.

  • 66 On retrouve l’expression dans un article de Leroux en 1832 (Revue encyclopédique, août 1832, t. LV, (...)
  • 67 P. Barbéris, Balzac et le mal du siècle, Gallimard, 1970, t. II, p. 1310. Notons que L’Organisateur(...)

29Il serait intéressant d’étudier l’origine, dans le vocabulaire politique de l’époque, de cette notion d’aristocratie bourgeoise66 : Le Globe l’a-t-il empruntée à Enfantin et à ses disciples ? Dans son beau livre sur Balzac et le mal du siècle, Pierre Barbéris cite un article de l’Organisateur (15 août 1830) accusant cette « aristocratie bourgeoise qui s’est élevée, mesquine, mais avide, sur les ruines de l’ancienne féodalité »67. Pourtant, si l’on en croit Le Globe du 17 septembre, l’expression aurait été créée bien avant 1830. Voici ce qu’il écrit à ce sujet :

« On nous disait de même, il y a dix ans, que le peuple avait donné sa démission. A cette époque aussi les raisonneurs d’une certaine école, écartant les classes inférieures du maniement des affaires, prétendaient ouvrir à la bourgeoisie seule les rangs de la noblesse. Point d’aristocratie close, répétaient-ils, mais une aristocratie mobile et accessible à tous, dont, par exemple, le cens électoral serait la base [...]. Ce fut alors qu’une philosophie nouvelle osa élever la voix en faveur du peuple contre les privilégiés de toutes les origines. C’est elle qui, la première, signala la décadence de l’aristocratie féodale, et l’avènement au pouvoir de l’aristocratie bourgeoise. L’épithète fit fortune dans les vieux salons, au grand scandale de ceux dont elle humiliait les prétentions naissantes ».

  • 68 Préface (publiée en 1824) de l’Histoire des ducs de Bourgogne (6e édition, t. I, Furne, 1842, p. XL (...)
  • 69 Enfantin, qui épiait tout ce qui pouvait lui faire espérer un ralliement des libéraux à la secte sa (...)
  • 70 Lorsque Saint-Simon dénonce la « nouvelle aristocratie », ou la « nouvelle féodalité » (« Lettre à (...)

30Les raisonneurs auxquels Le Globe fait allusion sont évidemment les « doctrinaires ». Dès 1824, l’un d’entre eux, Prosper de Barante, parlait précisément de l’aristocratie bourgeoise — non pour la dénoncer, bien entendu, mais au contraire pour la prôner, en l’opposant à la noblesse querelleuse et pillarde d’une part, à la « démocratie turbulente et barbare » d’autre part68 : c’est déjà tout l’esprit du juste milieu ! Quant à la « philosophie nouvelle » qui aurait dénoncé pour la première fois les prétentions aristocratiques de la bourgeoisie, il s’agit très probablement, dans l’esprit du rédacteur du Globe, de la doctrine de Saint-Simon69, bien que nous n’ayons trouvé nulle part dans les écrits de celui-ci le syntagme « aristocratie bourgeoise »70.

  • 71 Chez Stendhal notamment : dans un article de 1824, il évoquait « l’aristocratie de l’argent » repré (...)
  • 72 Le Globe, 4-XII-1826, t. IV, no 49 (article consacré au cours de Charles Dupin au Conservatoire des (...)
  • 73 Il nous semble que Pierre Barbéris, dans l’ouvrage ci-dessus cité, est parfois trop enclin à accord (...)
  • 74 Voir à ce sujet Georges Weill, Histoire du parti républicain en France de 1814 à 1870, Alcan, 1900, (...)
  • 75 On la trouve dans Le Rouge et le Noir (à propos de Valenod devenu préfet), dans un chapitre que Ste (...)
  • 76 Le long article que consacre à cette question le Journal des Débats — grand adversaire du Globe à c (...)

31Mais d’autre part il est certain que dès les années 1820 — en cette époque si riche, où souvent la même idée surgit presque à la fois par plusieurs pores — la défiance à l’égard d’une nouvelle aristocratie fondée sur l’argent s’exprime chez les auteurs les plus divers71 : nous l’avons trouvée chez Leroux lui-même, dans un texte de 1826, et sous une forme particulièrement remarquable72. Enfin, dans la période qui suit la révolution de juillet, la dénonciation de l’aristocratie bourgeoise n’était nullement le fait des seuls saint-simoniens73 : dans une large mesure, elle était devenue un thème commun à tous ceux qui réclamaient l’abolition de l’hérédité de la pairie et une loi électorale démocratique, c’est-à-dire à tous les adversaires de la « restauration mitigée ». C’est ainsi qu’au mois de septembre la société des Amis du peuple avait placardé dans les rues de Paris une affiche qui provoqua l’indignation du Moniteur, la réprobation du Journal des débats, et même le blâme du National : elle dénonçait précisément « l’aristocratie bourgeoise »74. Et tout semble indiquer que la polémique ainsi suscitée contribua beaucoup à répandre l’usage de cette expression75. En tout cas, c’est dans ce contexte que Le Globe, le 17 septembre, reprit l’idée et le mot à son compte76 : ce faisant, tout en se référant à la « philosophie nouvelle » de Saint-Simon, il se rangeait clairement dans le camp des républicains.

  • 77 L’expression est de Leroux, dans un texte de 1847 (cité in Henri Mougin, op. cit., p. 209).
  • 78 Revue encyclopédique, août 1832, t. LV, p. 317.

32Dans l’esprit de républicains — et aussi, pensons-nous, dans l’esprit de Leroux — la dénonciation de la « nouvelle aristocratie » mobilise contre le nouveau régime l’élan démocratique hérité de la lutte contre l’ancien régime. Or, dans cette perspective, le nouveau régime n’est pas véritablement nouveau, sinon par la forme dans laquelle l’ancien s’y perpétue : le présent est assimilé au passé et interprété comme son prolongement. La révolution est donc à refaire, ou plus exactement à faire : elle a aboli les privilèges et proclamé l’égalité, et pourtant la lutte entre privilégiés et non privilégiés se poursuit sous une autre forme. Ainsi la révolution, pour l’heure, n’est qu’une « prophétie » non encore réalisée77. Et de même, « l’ère nouvelle » ouverte en juillet n’existe qu’à l’état de proclamation et de principe : dans le fait, elle n’est rien d’autre que ce que Leroux, en 1832, appellera « l’ancien régime nouveau »78.

  • 79 No 226, 5-X-1830. Voir aussi no 244, 24-X-1830 : « Nous pensions que la révolution de juillet ouvra (...)

33Ce qui paraît ici remis en cause, c’est l’illusion, née en juillet, d’une alliance durable entre la « classe moyenne » et la classe ouvrière. Le Globe rappelle amèrement cet espoir : « Nous nous imaginions qu’une fraternité sincère et profonde venait d’être scellée au prix du sang entre la classe bourgeoise et la classe ouvrière, et que le gouvernement ne négligerait rien pour consolider cette union »79. Est-ce à dire que désormais l’antagonisme entre la bourgeoisie et la classe ouvrière soit clairement conçu ? Il s’en faut : il s’en faut de tant que l’illusion semble survivre à la déception même.

  • 80 C’est ce que Leroux affirme encore en septembre 1831, dans son article « Aux philosophes » : « Homm (...)
  • 81 C’est encore en ces termes que Leroux raisonne en 1832, lorsqu’il décrit « la lutte des privilégiés (...)

34« Tout est fini et tout commence », avait dit Leroux au mois d’août : moins de deux mois plus tard, il découvre que tout continue, et que le passé n’est pas mort. Mais de quoi pouvait-il s’armer contre ce passé vivace, sinon de l’annonce « prophétique » de sa mort ? Car Le Globe, paradoxalement, continue d’affirmer que les principes proclamés en juillet ont ouvert une « ère nouvelle ». Or, de ce point de vue, les hommes qui sont au pouvoir sont des hommes du passé, dont les manœuvres « rétrogrades » sont condamnées à terme80 ; et dès lors les conflits qui opposent le peuple aux nantis apparaissent moins comme des conflits enracinés dans la réalité présente que comme l’expression d’une lutte entre l’avenir, prophétiquement révélé dans les « principes générateurs » du nouveau régime, et le passé, que perpétuent les survivances de l’ancien régime81.

  • 82 No 256, 5 novembre.
  • 83 No 208, 17 septembre.

35Et pourtant, lorsque Le Globe dénonce les « nouveaux ventrus » — cette « nouvelle aristocratie » qui prend le relais des « anciennes puissances sociales » tout en intégrant leurs « débris »82 — c’est bien une force sociale montante qu’il dénonce : sous la Restauration, ses « prétentions naissantes » se heurtaient encore à la vieille aristocratie terrienne ; désormais, elle « règne sans partage »83. Or s’il en est ainsi, les adversaires du peuple et de ses droits nouveaux sont des hommes eux aussi nouveaux : ce sont des hommes du présent, non des hommes du passé. Et qu’en est-il, dès lors, de « l’ère nouvelle » ?

CONCLUSIONS

  • 84 Op. cit., p. 88-91.

36Ainsi, d’une part, cet optimisme idéaliste et prophétique qui ne se lasse pas d’annoncer les temps nouveaux, qui du droit proclamé déduit la réalisation du droit comme fait, qui du présent ne retient que la promesse d’un triomphe à venir sur les « fantômes » du passé ; et d’autre part, une appréhension critique de la réalité présente, et cette lucidité amère qui découvre que les mots ne sont que des mots, que le fait contredit le droit, sans cependant parvenir à penser cette contradiction elle-même : la dualité, la concurrence de ces deux perspectives — mais aussi, en un sens, leur complémentarité — est un des traits caractéristiques du Globe dans cette période ; et comme l’a montré Henri Mougin, on la retrouve constamment, par la suite, dans la pensée de Pierre Leroux84.

  • 85 Dubois, dans ses souvenirs, note que Leroux était sujet à des « désespoirs affreux, voisins du suic (...)
  • 86 Art. cité, p. 61.
  • 87 Dès 1827, Leroux rattachait l’œuvre de Saint-Simon à la tradition de Turgot et de Condorcet (voir L (...)
  • 88 Nous pensons ici aux critiques qu’il adresse, en 1832, à ceux « qui ont pour ainsi dire désespéré d (...)

37D’où peut-être ces alternances d’exaltation et d’amertume, d’enthousiasme et de désespoir qu’on observe si souvent chez lui85. Et n’est-ce pas aussi ce qui aide à comprendre sa brusque adhésion à la secte saint-simonienne ? Stéphane Flachat, dans son « Rapport sur les travaux de la Famille saint-simonienne », publié dans Le Globe du 2 septembre 1831, résumait l’évolution qui avait conduit Le Globe à devenir l’organe du saint-simonisme, et écrivait ceci : « Pierre Leroux parcourut rapidement tout le champ du système républicain, et bientôt s’arrêta devant un abîme ». Comme le remarque Jean-Pierre Lacassagne, qui cite ce texte86, il y a sans doute ici quelque chose de très juste : d’août à novembre 1830, Leroux était passé de l’enthousiasme au désespoir ; et c’est pourquoi, après avoir proclamé que « le siècle politique est ouvert », il se détourne de l’action politique pour se confier au dogme saint-simonien. Conversion précaire et provisoire : Leroux, nous l’avons vu, est déjà l’homme de la synthèse ; déjà sa pensée amalgame les enseignements de Saint-Simon et les idées républicaines87. Enfin, s’il se sépare du vieux libéralisme, Leroux est très profondément un démocrate, et il le restera : il ne pouvait s’écarter longtemps de la « grande route », il ne pouvait demeurer longtemps l’homme d’une secte88.

  • 89 Voir notamment V.P. Volguine, « Pierre Leroux, l’un des épigones du saint-simonisme », Annuaire d’é (...)
  • 90 D.O. Evans, op. cit., p. 93.
  • 91 Karl Marx à Ludwig Feuerbach, lettre du 3-X1843 (Correspondance, t. I, Editions sociales, 1971, p.  (...)
  • 92 Voir L’Espérance, 3e livraison, septembre 1858, p. 168. Dans sa lettre à Rogier du 6-IX-1834, Lerou (...)
  • 93 Et par l’humanité de son temps, ajoutait-il, « tout homme se rattache nécessairement aux progrès de (...)

38Et ceci nous amène à poser la question suivante : Leroux est-il, comme on l’a dit, un « épigone du saint-simonisme »89 ? Il nous paraît plus juste de reconnaître en lui, avec Evans, « un disciple de Rousseau autant et peut-être plus que de Saint-Simon »90. Mais au surplus Leroux —-celui que Marx a pu appeler « le génial Leroux »91 — est-il un épigone ? On semble admettre, ce disant, que sa pensée ne s’est constituée dans son autonomie qu’à la suite de son passage par l’école saint-simonienne, et comme un sous-produit de la dissolution de celle-ci. Or Leroux a constamment affirmé que, dès avant sa rencontre avec la doctrine de Saint-Simon, il « couvait » au fond de sa pensée l’essentiel de ce qu’il avait conçu par la suite, y compris les idées qu’il devait emprunter au saint-simonisme92. Et ses déclarations à ce sujet sont d’autant plus crédibles qu’il n’avait guère le point d’honneur — ou la superstition — de l’originalité individuelle. S’il se reconnaissait en tant que penseur une dette, ce n’était point d’abord envers tel ou tel de ses devanciers : le véritable maître à penser d’un philosophe, écrivait-il, c’est la « vie objective » et les besoins de l’humanité de son temps93. Intuition profonde, et sur laquelle nous reviendrons. Sa vérité s’illustre à merveille dans le cas de Leroux lui-même : il est d’abord un « enfant du siècle », et cette filiation est bien plus essentielle que ce qu’il doit à Enfantin et à ses disciples. De fait, certaines constantes de sa pensée sont déjà nettement perceptibles avant sa conversion au dogme saint-simonien : c’est ce que nous avons vu pour la période qui suit la révolution de juillet ; c’est ce qu’il nous reste à voir pour la période antérieure à 1830.

Notes

1 Voir à ce sujet le témoignage de Damiron dans sa lettre à Dubois du 30-VIII-1827 (« Le Globe en 1827 », art. cité, p. 498).

2 Voir Ange Guépin, Philosophie du socialisme, Sandre, 1850, p. 580.

3 Rémusat, qui eut au Globe des relations constantes avec Leroux entre avril et juillet 1830, affirme que celui-ci était natif de Nantes (Mémoires de ma vie, t. Il, p. 137). En réalité, Leroux, fils d’un limonadier parisien, n’avait aucune attache familiale avec la province (voir P.F. Thomas, Pierre Leroux, p. I).

4 Outre Bertrand, Roulin, Dubois, ses anciens camarades du lycée de Rennes, Leroux était lié avec les imprimeurs Guiraudet et Jouaust, tous deux Bretons, qui imprimèrent Le Globe à partir de 1827 (voir Rémusat, op. cit., t. II, p. 137). C’est également avant 1830 qu’il se lia avec Ange Guépin, de Nantes, qui devint plus tard son disciple (voir Guy Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais, le Docteur Guépin, Rennes, 1964, p. 13).

5 Voir à ce sujet Alan B. Spitzer, Old hatreds and new hopes. The French carbonari against the Bourbon Restoration. Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1971, p. 285-287.

6 Le beau-père de Bertrand et de Roulin, Joseph Blin, avait dirigé en 1815 la lutte des bleus contre la « Petite chouannerie ». Dubois, le directeur du Globe, avait lui aussi pris part à cette lutte, ce qui lui avait valu d’être révoqué après Waterloo.

7 Ange Guépin, op. cit., p. 580.

8 Il est probable qu’il avait conservé de nombreuses relations parmi les anciens carbonari (la rédaction du Globe en comptait plusieurs). On sait d’autre part que Charles Teste, qui allait devenir l’un des plus proches compagnons de Buonarotti, était en rapports avec Leroux vers 1825-1826 (voir Alessandro Galante Garrone, Philippe Buonarotti et les révolutionnaires du XIXe siècle, Editions Champ libre, 1975, p. 23).

9 Acte de société du 31 octobre 1828 (Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds Enfantin, ms. 7817, f° 11). A partir de 1829, comme l’exigeait la loi, le nom de l’un ou de l’autre gérant figure à la fin de chaque numéro du journal.

10 Dubois purgeait une peine de quatre mois de prison pour deux articles intitulés « La France et les Bourbons en 1830 », publiés en février dans Le Globe. C’est Rémusat qui, pendant son absence, avait été le véritable chef de la rédaction (voir Rémusat, op. cit., t. II, p. 294295).

11 Le fait est rapporté par Leroux lui-même (Réfutation de l’éclectisme, 2e édition, Gosselin, 1841, p. 78).

12 Voir à ce sujet le témoignage de Prosper Enfantin, cité in Jean-Pierre Lacassagne, « Pierre Leroux, Saint-Simon et les saint-simoniens », Economies et sociétés. Cahiers de l’I.S.E.A., t. VII, no 1, janvier 1973, p. 61. Sur le rôle de Rémusat, voir Eugène Fournière, Le règne de Louis-Philippe (Histoire socialiste de Jaurès, t. VIII), Paris, Publications Jules Rouff et Cie, s.d., p. 56.

13 Un jeune rédacteur du Globe, Georges Farcy, fut tué les armes à la main le 29 juillet, lors de l’attaque des Tuileries. Quant à Leroux, il aurait fait arrêter à Montrouge le duc de Chartres, fils aîné de Louis-Philippe (voir E. Fournière, op. cit., p. 6) ; sur son état d’esprit à son retour de Montrouge, le 30 juillet, voir l’intéressant témoignage de Rémusat, op. cit., t. II, p. 352-353.

14 Feuille datée de la nuit du 27 au 28 juillet.

15 Feuille datée du 29 juillet.

16 Article reproduit in Rémusat, op. cit., t. II, p. 350-351.

17 Rémusat l’attribue à Lerminier (op. cit., t. II, p. 353). Mais Leroux, en 1858, dit en être l’auteur (L’Espérance, 3e livraison, septembre 1858, p. 171) ; et il y fait allusion dès 1831 lorsque, dans sa « Profession de foi saint-simonienne » (Le Globe, 18-1-1831), il rappelle « ce cri prophétique, bien qu’un peu étrange : Plus de criticisme impuissant » (voir Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 391).

18 « Nos lecteurs auront compris vite que, comme toute réunion d’hommes, la nôtre ait sa crise » (no 162, 2 août).

19 Le mot est de Duvergier de Hauranne (lettre à Louis Vitet, 6IX-I830, Archives Aubry-Vitet).

20 Il écrit dans ses souvenirs : « Décidé dès le premier jour à liquider, pendant quatorze jours, je n’ai laissé écrire personne » (« Le journalisme sous la Restauration. Le Globe », ms. Fonds R. Buffet, f° 28). Dubois se trompe probablement d’un jour : comme gérant du journal, son nom remplace celui de Leroux à partir du 2 août (no 162), puis disparaît définitivement dès le 15 août (no 175).

21 Voir à ce sujet une lettre de Louis Vitet à ses parents, datée du 10-VIII-1830, citée in Lettres de Mérimée à Ludovic Vitet, p. p. Maurice Parturier, Plon, 1934, Introduction, p. XXXIII.

22 Voir une lettre-circulaire aux actionnaires du Globe, datée du 23-X-1830 (Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds Enfantin, ms. 7817, f° 155).

23 Dès le début du mois de novembre, la plupart des actionnaires demandèrent à être remboursés (voir Fonds Enfantin, ms. 7817). Du reste, Le Globe n’avait à cette époque que 1 600 abonnés, et il lui en aurait fallu 2 000 pour couvrir ses frais (voir une lettre d’Enfantin à Jules Rességuier, 29-X-1830, Fonds Enfantin, ms. 7644, f° 343).

24 Enfantin à J. Rességuier, lettre du 28-X-I830 (Fonds Enfantin, ms. 7644, f° 342). Rappelons qu’en mars 1830 les saint-simoniens s’étaient installés au second étage de l’Hôtel de Gesvres, rue Monsigny, dont le troisième étage était occupé depuis 1828 par les bureaux du Globe : ce voisinage aidant, des contacts s’étaient établis dès cette époque entre Enfantin et les rédacteurs du Globe. D’autres rencontres avaient eu lieu pendant les Trois glorieuses. En août et septembre, plus ardents que jamais à convertir les libéraux à leur doctrine, les saint-simoniens avaient suivi avec attention la crise qui divisait la rédaction du Globe ; et dès le 2 septembre, Enfantin espérait que le journal tomberait entre ses mains (sur tout ceci voir Henry-René D’Allemagne, Les saint-simoniens, Gründ, 1939, p. 176-177).

25 Selon le témoignage de Charles Lambert (Fonds Enfantin, ms. 7804), l’affaire fut conclue « en quelques soirées ». Et le 29 octobre, Enfantin pouvait écrire à Rességuier (lettre citée) : « Tout est à peu près terminé entre Leroux et nous ».

26 C’est ce jour-là que Leroux cède la place à Michel Chevalier, qu’Enfantin avait rappelé de Limoges pour lui confier la direction du Globe (voir Fonds Enfantin, ms. 7644, f° 315).

27 Voir H.R. D’Allemagne, op. cit., p. 177.

28 C’est, à partir de cette date, le nouveau sous-titre du Globe. Publiée le même jour, la « Profession de foi saint-simonienne » de Leroux avait précisément pour but d’expliquer aux lecteurs cette transformation.

29 Pierre Barbéris in Histoire littéraire de la France, t. IV, première partie, 1972, p. 603.

30 « De la France en 1789 et de la France en 1830 », no 193, 2-IX-I830 (article écrit par Sainte-Beuve et reproduit dans ses Œuvres, t. 1, p. 347-353).

31 Outre Lerminier et Sainte-Beuve, plusieurs membres de l’ancienne rédaction continuent à collaborer au Globe, notamment Charles Magnin, Alexandre Bertrand, Guillaume Pauthier, Louis Viardot, Achille Roche. Auguste Blanqui, qui était entré au Globe au début de 1830 comme sténographe et rédacteur des séances de la Chambre des députés, y travailla encore après la révolution, comme en témoigne un récépissé de 350 francs, pour solde de ses honoraires du mois de septembre (Fonds Enfantin, ms. 7817, f° 31) ; et sans doute sa collaboration se prolongea-t-elle jusqu’à la fin du mois de novembre, puisqu’un livre de comptes du Globe saint-simonien (Fonds Enfantin, ms. 7818, f 8) porte mention d’un paiement de 700 francs, fait à Blanqui le 15 juin 1831, pour solde de ses honoraires.

32 Les articles signés sont rares dans Le Globe à cette époque. D.O. Evans (Le socialisme romantique. Pierre Leroux et ses contemporains, p. 241) propose d’attribuer à Leroux deux articles signés P., publiés en octobre sous la rubrique « Littérature orientale ». En réalité, ces articles sont dus à Guillaume Pauthier (voir Louis-Xavier de Ricard, « Notice biographique sur M.G. Pauthier », in Bibliothèque chinoise. Catalogue des livres chinois composant la bibliothèque de feu M.G. Pauthier. Paris, Ernest Leroux, 1873, p. V).

33 « Ma biographie », Nouveaux Lundis, t. XIII, p. 10.

34 C’est le cas, nous l’avons dit, de la « Profession de foi saint-simonienne » du 18 janvier 1831 (voir supra, chap. 1, note 16, p. 81).

35 Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 53. A partir du 11 novembre et jusqu’à son départ pour la Belgique (27-I-1831), Leroux a certainement contribué encore à la rédaction du Globe ; mais si l’on met à part sa « Profession de foi saint-simonienne », il est difficile d’identifier les articles qui lui sont dus.

36 Voir Enfantin à Fournel, lettre du 26-X-1830, Fonds Enfantin, ms. 7644, f° 313.

37 No 243.

38 Voir le témoignage d’Arlès-Dufour sur les prédications saint-simoniennes de Pierre Leroux et de Jean Reynaud à Lyon (mai-juin 1831) : leur « tendance démocratique et républicaine », écrit Arlès-Dufour, « n’a pas été sans influence » sur l’insurrection lyonnaise de novembre 1831 (cité in D.A. Griffiths, Jean Reynaud, encyclopédiste de l’époque romantique, p. 50, note 3) ; voir aussi J.P. Lacassagne, art. cité, p. 62.

39 Voir Henri Mougin, Pierre Leroux, p. 32 et suivantes.

40 No 163. C’était également le point de vue du Journal des Débats, qui dès lors présentait le nouveau régime comme le simple rétablissement de « l’ordre légal » violé par les ordonnances de Charles X.

41 No 175, 15 août. L’âpreté de ce lyrisme si direct nous semble très caractéristique de Leroux. On notera du reste qu’il a repris plus tard une formule de cet article (« A chaque moment, tout est fini et tout commence », Réfutation de l’éclectisme, 2e édition, p. 23).

42 Nous citons ici le passage de la « Profession de foi saint-simonienne » dans lequel Leroux retrace l’évolution du Globe après la révolution de juillet (Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 391-392).

43 Voir ibid., p. 392. Le Globe réclame en outre la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’abolition de l’hérédité de la pairie, la « destruction des monopoles commerciaux » et « la plénitude de la liberté de la presse » (n” 181, 20 août). Mais il met constamment l’accent sur l’urgence d’une loi électorale nouvelle qui abaisserait le cens, admettrait les jurés au nombre des électeurs et conférerait l’éligibilité à tous les électeurs : cette question, affirme-t-il, est « la seule question fondamentale pour toute société qui s’organise politiquement » (no 248, 28 octobre).

44 Ibid. Le Globe critique à ce propos la thèse libérale selon laquelle le problème pourrait être résolu grâce à « l’assimilation naturelle de la classe ouvrière par la classe moyenne » : s’il arrive en effet, dit-il, qu’un ouvrier intelligent et laborieux parvienne à devenir bourgeois, « on oublie trop que le nombre assez restreint d’individus qui réussissent à sortir de la foule ouvrière est plus que remplacé incessamment par la population croissante de cette classe ». C’est donc, poursuit Le Globe, la situation de la classe ouvrière elle-même qu’il faut améliorer, afin « qu’elle soit bourgeoise autant que possible, tout en demeurant ouvrière » (ibid.).

45 Voir notamment no 189, 29 août. Le Globe reprend ici l’idée, émise par Leroux dans son article du 24-VI-1829, d’une œuvre civilisatrice commencée par Napoléon au moyen de la conquête militaire, et que la France doit poursuivre à présent par des moyens pacifiques. Les événements de Belgique, de ce point de vue, sont évidemment le principal centre d’intérêt : Leroux les a suivis de près, comme en témoigne la lettre qu’il écrivit à Charles Rogier le 19-XI-1830 (Archives générales du Royaume, Bruxelles, Papiers Charles Rogier, no 203) ; en août et en septembre, il eut des contacts directs avec l’un des chefs de la révolution belge, Tielemans, qui était venu à Paris afin d’obtenir le soutien de l’opinion française (voir A. Galante Garrone, op. cit., p. 68).

46 Voir la lettre de Bazard-Enfantin « A M. le président de la Chambre des députés ». Cette lettre fut reproduite dans Le Globe du 3 octobre (no 224), avec le chapeau suivant : « Nous publions avec plaisir cette réponse d’hommes honorables, auxquels les plus aveugles préventions pourraient seules refuser conscience, talent et avenir ».

47 On sait qu’il avait eu une entrevue avec Saint-Simon en 1825, et que cette rencontre l’avait vive ment impressionné (voir J.P. Lacassagne, art. cité). Dans son article sur l’« Union européenne » (Le Globe, 24-XI-1827), il se réfère aux « beaux travaux de Saint-Simon sur la philosophie de l’histoire, travaux qui sans doute n’ont pas perdu de leur valeur pour avoir été associés à des plans chimériques, à des théories prématurées ou fausses ». Même éloge, accompagné de restrictions analogues, dans l’article du 24-VI-1829 : Leroux cite à nouveau les travaux de Saint-Simon sur la philosophie de l’histoire, lesquels, écrit-il, « feront époque, lors même que ses idées de réforme sociale n’auraient pas autant d’avenir que le pensent ses disciples ». Les réserves de Leroux, on le voit, semblent viser particulièrement l’école saint-simonienne.

48 Le thème, et l’expression elle-même, sont d’origine saint-simonienne (voir par exemple L’Organisateur, 1re année, no 1, 15VIII-1829).

49 L’importance de l’œuvre et de l’activité de Jules Leroux (18051888) a été soulignée par Henri Mougin (voir op. cit., p. 271). Son rôle, il est vrai, n’est bien connu qu’à partir de 1833. Mais si l’on en croit le témoignage d’Auguste Desmoulins, gendre de Pierre Leroux (L’Espérance,3e livraison, septembre 1858, p. 150), Jules Leroux aurait composé lui-même pendant les Trois glorieuses quatre numéros d’un journal intitulé L’Artisan ; et dans la période qui suivit la révolution, il se serait employé à dissuader ses camarades de briser les presses mécaniques, affirmant que le chômage n’était pas imputable aux machines, mais à « l’organisation même de l’industrie » et au « fait de la propriété industrielle ». Quatre numéros d’une feuille intitulée L’Artisan, journal de la classe ouvrière, parurent en effet en 1830 — non pas en juillet, mais en septembre-octobre. Le quatrième numéro (17 octobre) contient un grand article dans lequel est posé, avec une clarté remarquable pour l’époque, le problème de la propriété des instruments de travail : Jules Leroux en est-il l’auteur ? Il n’est pas interdit de le supposer.

50 No 208. Après avoir montré ce qui sépare la doctrine de Saint-Simon de la tradition du XVIIIe siècle et du libéralisme. Le Globe insiste longuement sur le fait que les saint-simoniens, pour le présent, ne sont nullement des adversaires du « principe de liberté ». Et il conclut en formant le vœu que s’établisse, sous le règne de ce principe, « une vaste et pacifique conciliation au sein de laquelle on poursuivrait ensuite, chacun selon sa voie, ses idées, ses illusions, ses travaux ». Tout ceci, on le voit, ne témoigne nullement d’une adhésion à la « révélation » saint-simonienne.

51 Voir nos 176 (16 août), 193(1er septembre), 218 (27 septembre). Dès avant la révolution de juillet, la société « Aide-toi, le ciel t’aidera », que les libéraux du Globe avaient désertée, avait pris une couleur républicaine.

52 On sait qu’Achille Roche et Auguste Blanqui, qui collaboraient au Globe, firent partie de cette société après la révolution de juillet (voir Maurice Dommanget, Auguste Blanqui. Des origines à la révolution de 1848. Mouton, 1969, p. 84). Sur les Amis du peuple, voir notamment Le Globe du 28 septembre (no 219).

53 No 231. On trouve dans le même numéro, jointe à cette déclaration, une lettre adressée au journal par Buchez et par ses amis, en réponse à la lettre de Bazard et d’Enfantin que Le Globe avait publiée quelques jours plus tôt (voir supra, note 46) : Buchez annonce son adhésion à la société des Amis du peuple ; en même temps il revendique le titre de « Saint-Simoniste », tout en se séparant d’Enfantin et de ses amis, qui « considèrent Saint-Simon comme le nouvel Homme-Dieu ». « Pour nous, écrit Buchez, Saint-Simon est un homme qui occupera dans l’histoire à venir la place philosophique que Socrate tint dans l’histoire du passé ». Ce point de vue sera précisément celui de Leroux à partir de 1832, et l’on retrouve sous sa plume, dix ans plus tard, la comparaison de Saint-Simon et de Socrate (Revue indépendante, mai 1842, texte cité in J.P. Lacassagne, art. cité, p. 75).

54 Voir Le Globe, no 206, 15 septembre.

55 Voir Revue encyclopédique, août 1832, t. LV, p. 311. En même temps, Leroux reprochait aux saint-simoniens « de mépriser et de déprécier les institutions de pure liberté », et de méconnaître « leur immense utilité et leur absolue nécessité pour faire triompher les intérêts de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre ». Quant aux républicains, écrivait-il, leur erreur est de « ne voir qu’un combat là où il s’agit du problème de la législation tout entière » (ibid., p. 312).

56 Revue encyclopédique, novembre 1832, t. LVI, p. 265.

57 Voir notamment no 211 (20 septembre), no 243 (23 octobre), no 260 (9 novembre).

58 No 181 (20 août). Voir aussi Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 392 (« Profession de foi saint-simonienne »).

59 No 181.

60 Ibid. « Les 221 » étaient les 221 députés qui, en mars 1830, avaient voté une adresse au Roi qui marquait l’hostilité de la Chambre au ministère Polignac.

61 C’est ce que Leroux souligne, un an plus tard, dans son article « Aux philosophes », publié en septembre 1831 dans la Revue encyclopédique (article reproduit in D.O. Evans, op. cit., p. 212-222) : « Ne voyez-vous pas que le fait est en opposition avec le droit, et que l’ordre ne sera rétabli que lorsque le fait marchera d’accord avec le droit, ou s’acheminera pour le rejoindre ? » (D.O. Evans, op. cit., p. 216).

62 Ibid. Le ministère Laffitte entra en fonction le 2 novembre.

63 Les disciples d’Enfantin n’entrèrent massivement dans la rédaction qu’après le 10 novembre. Mais dès le 5 novembre, Le Globe avait déjà publié deux articles de l’un d’entre eux, Laurent (voir Enfantin à Talabot, lettre du 5-XI-1830, citée in Œuvres de Saint-Simon et d’Enfantin, 3e volume, Dentu, 1865, p. 53).

64 Il en est de même, par exemple, d’un article du 5 novembre (no 256) qui définit ce que doit être l’attitude du « parti national » et des « patriotes » à l’égard du nouveau ministère : dans le voisinage des thèmes saint-simoniens, la persistance de ce vocabulaire détonne.

65 Si l’on en croit Sainte-Beuve, les hommes du juste-milieu avaient offert à Leroux des places : celui-ci refusa de prendre part à la « curée » (Sainte-Beuve, Correspondance générale, t. VII, Privat-Didier, 1957, p. 143). Est-ce à des « caresses » de cette sorte que Le Globe fait allusion ?

66 On retrouve l’expression dans un article de Leroux en 1832 (Revue encyclopédique, août 1832, t. LV, p. 307).

67 P. Barbéris, Balzac et le mal du siècle, Gallimard, 1970, t. II, p. 1310. Notons que L’Organisateur employait déjà le mot un an plus tôt (1re année, no 20, 27-XII-1829).

68 Préface (publiée en 1824) de l’Histoire des ducs de Bourgogne (6e édition, t. I, Furne, 1842, p. XLII). Guizot, de son côté, écrivait en 1820 : « La révolution livrée à elle-même, libre de crainte, produira naturellement et nécessairement sa propre aristocratie qui prendra la tête de la société » (cité in Maxime Leroy, Histoire des idées sociales en France, t. II, Gallimard, 1950, p. 190).

69 Enfantin, qui épiait tout ce qui pouvait lui faire espérer un ralliement des libéraux à la secte saint-simonienne, n’hésita pas à le comprendre ainsi : dans une lettre à son père (21-IX-1830), il relève cet article dans lequel, dit-il, « nous sommes clairement signalés » (lettre citée in Œuvres de Saint Simon et d’Enfantin, 3e volume, p. 24-25).

70 Lorsque Saint-Simon dénonce la « nouvelle aristocratie », ou la « nouvelle féodalité » (« Lettre à Messieurs les jurés », 1820, Œuvres de Saint-Simon, Anthrôpos, 1966, t. VI, p. 415-416), c’est bien à la classe bourgeoise qu’il en a — celle-ci se définissant pour lui comme « la classe des désœuvrés subalternes », qui, associée à l’ancienne noblesse, vit aux dépens de la « classe industrielle » (voir « Du système industriel », 1821, Œuvres de Saint-Simon, Anthrôpos, 1966, t. III, volume 7, p. 93).

71 Chez Stendhal notamment : dans un article de 1824, il évoquait « l’aristocratie de l’argent » représentée par les banquiers Laffitte, Delessert et Périer (Courrier anglais, t. IV, Le Divan, 1936, p. 42-47). On trouve aussi ce thème dans la tradition égalitaire et babouviste : Buonarotti, dans un aperçu historique sur la révolution française qu’il avait songé à publier en tête de sa Conspiration pour l’égalité (1828), dénonçait les hommes qui, en 1791, « tendaient déjà à établir une aristocratie intermédiaire entre l’aristocratie des nobles et la puissance du peuple » (cité in A. Galante Garrone, op. cit. p. 21).

72 Le Globe, 4-XII-1826, t. IV, no 49 (article consacré au cours de Charles Dupin au Conservatoire des Arts et Métiers) : Leroux a en vue les « grands manufacturiers », et il évoque à leur propos (pour l’écarter aussitôt, il est vrai) le risque de voir se développer « une espèce d’aristocratie industrielle » qui se substituerait, comme adversaire de l’émancipation des classes laborieuses, à « l’aristocratie de naissance ». Il entrevoit ainsi ce que Saint-Simon et les saint-simoniens — du moins en 1826 n’apercevaient guère : l’éventualité d’un conflit à l’intérieur de la « classe industrielle » elle-même.

73 Il nous semble que Pierre Barbéris, dans l’ouvrage ci-dessus cité, est parfois trop enclin à accorder aux saint-simoniens — et à Balzac — le monopole de la lucidité critique, et insiste d’une manière quelque peu unilatérale sur les illusions des démocrates.

74 Voir à ce sujet Georges Weill, Histoire du parti républicain en France de 1814 à 1870, Alcan, 1900, p. 42 et 79.

75 On la trouve dans Le Rouge et le Noir (à propos de Valenod devenu préfet), dans un chapitre que Stendhal a probablement rédigé peu avant son départ pour Trieste, le 6 novembre 1830(2e partie, chap. XLIV, Garnier, 1960, p. 495). Henri Heine l’emploie également, en français, dans une lettre datée du 19 novembre (Heinrich Heine, Briefe, Band I. Mainz, Florian Kupferberg Vlg, S. 327).

76 Le long article que consacre à cette question le Journal des Débats — grand adversaire du Globe à cette époque — paraît le 13 septembre, c’est-à-dire trois jours avant la rédaction de l’article du Globe.

77 L’expression est de Leroux, dans un texte de 1847 (cité in Henri Mougin, op. cit., p. 209).

78 Revue encyclopédique, août 1832, t. LV, p. 317.

79 No 226, 5-X-1830. Voir aussi no 244, 24-X-1830 : « Nous pensions que la révolution de juillet ouvrait immédiatement en France une ère d’émancipation et de croissante moralité populaire, qu’on touchait à une époque réelle de fusion entre les classes moyenne et inférieure ».

80 C’est ce que Leroux affirme encore en septembre 1831, dans son article « Aux philosophes » : « Hommes du passé, qui vous croyez hommes du présent, vos efforts rétrogrades sont jugés » (D.O. Evans, op. cit., p. 213).

81 C’est encore en ces termes que Leroux raisonne en 1832, lorsqu’il décrit « la lutte des privilégiés et des non-privilégiés » comme l’expression de ce qui oppose « les intérêts et les sentiments qui s’attachent au présent » et « les intérêts et les sentiments qui vont vers l’avenir » (Revue encyclopédique, août 1832, t. LV, p. 294).

82 No 256, 5 novembre.

83 No 208, 17 septembre.

84 Op. cit., p. 88-91.

85 Dubois, dans ses souvenirs, note que Leroux était sujet à des « désespoirs affreux, voisins du suicide » (Arch, nat., 319 AP3, dossier I, f° 55). Et dans sa lettre à Charles Rogier du 6-IX-1834, Leroux évoque lui-même l’état « de spleen et d’abattement » dans lequel il se trouvait en 1828, à l’époque de son premier voyage en Belgique (Papiers Charles Rogier, dossier no 173).

86 Art. cité, p. 61.

87 Dès 1827, Leroux rattachait l’œuvre de Saint-Simon à la tradition de Turgot et de Condorcet (voir Le Globe, t. VI, no 1, 24-XI-1827). En 1832, il établit expressément un rapport de filiation entre les enseignements de l’école saint-simonienne et « les principes posés par la Convention » (voir Revue encyclopédique, août 1832, t. LV, p. 315), intégrant ainsi le saint-simonisme à ce qu’il appelle « la doctrine de l’association, la doctrine de la révolution française, la doctrine de l’égalité organisée » (Revue encyclopédique, novembre 1832, t. LVI, p. 259).

88 Nous pensons ici aux critiques qu’il adresse, en 1832, à ceux « qui ont pour ainsi dire désespéré de la politique, qui ont abandonné toutes les traditions de l’histoire pour s’égarer dans des rêves de sectaires, et quitté la grande route pour de petits oasis imperceptibles » (Revue encyclopédique, novembre 1832, t. LVI, p. 264).

89 Voir notamment V.P. Volguine, « Pierre Leroux, l’un des épigones du saint-simonisme », Annuaire d’études françaises, Moscou, 1963, p. 150-179.

90 D.O. Evans, op. cit., p. 93.

91 Karl Marx à Ludwig Feuerbach, lettre du 3-X1843 (Correspondance, t. I, Editions sociales, 1971, p. 302).

92 Voir L’Espérance, 3e livraison, septembre 1858, p. 168. Dans sa lettre à Rogier du 6-IX-1834, Leroux évoque le voyage qu’il fit en Belgique comme missionnaire saint-simonien (février-mars 1831), et il écrit ceci : « Il y avait dans les idées à la propagation desquelles je m’attachai alors un mélange de choses que j’adoptais avec une pleine conviction parce que je les avais pour ainsi dire toujours pensées, et de choses qui m’étaient antipathiques, et que je repoussais avec chaleur ».

93 Et par l’humanité de son temps, ajoutait-il, « tout homme se rattache nécessairement aux progrès de l’humanité antérieure. Tout philosophe a ainsi sa cause dans les travaux de ses devanciers, qu’il les connaisse ou non. N’eût-il jamais lu un livre, dès lors qu’il pense, il ne pense pas primordialement par lui-même ; il pense parce que d’autres ont pensé avant lui, parce que cette pensée de ceux qui l’ont précédé dans la vie s’est incarnée dans le monde, et que le monde lui reproduit objectivement cette pensée » (Réfutation de l’éclectisme, 2e édition, p. 5).

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site