Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

Prologue. Remarques

Paulette Perec

Texte intégral

1Lorsque, il y a quelques mois, Véronique Montémont et Christelle Reggiani m’ont parlé pour la première fois de leur projet intitulé Georges Perec artisan de la langue, je me suis exclamée : « Quelle bonne idée ! » En effet, si l’œuvre de Georges Perec a suscité un grand nombre d’études (je ne prétends pas les connaître toutes), celles portant sur la langue sont plutôt rares. On a parlé, certes, de l’homme de lettres ou des lettres, les vingt-six de l’alphabet, dont Georges Perec affirmait qu’elles sont le matériau sur lequel travaille l’écrivain (je pense évidemment aux textes lipogrammatiques – La Disparition, Les Revenentes – à Ulcérations, à Alphabets, aux épithalames, à quantité d’exercices oulipiens, et dans une certaine mesure aux Mots croisés). On a vu dans ces écrits, et aussi d’ailleurs dans la construction de La Vie mode d’emploi, l’œuvre d’un « bricoleur de génie ». D’autres aspects de ce qui touche à la langue, les listes, les inventaires, que sais-je encore, ont été étudiés. Je ne vais pas en faire ici le catalogue.

2Je voudrais juste rappeler que les temps et les modes des verbes, l’usage des pronoms personnels, la place des mots dans la phrase (ce sont des notions scolaires, je sais), ont fait l’objet pour Georges Perec d’une réflexion et d’un travail d’écriture assidus, surtout lors de la composition des Choses – comme en témoignent les notations du carnet qu’il tenait à cette époque :

  • 1 La Grande Aventure est le titre d’un premier état des Choses.

[je] cherche une issue, un moyen de poser les rapports narrateur/J et S (17 novembre 1963)
G. A. à la première personne1 (26 décembre 1963
) un passage au présent [de l’indicatif], assez difficile sera sans doute à revoir (1er janvier 1964)
je remets au conditionnel le passage au présent (2 janvier 1964) je recommence à la troisième personne (5 février 1964)

3Je rappelle que Les Choses commence par la description au conditionnel d’un appartement rêvé où tout n’est qu’ordre et beauté, que les personnages sont désignés par le pronom ils et que rien n’y est écrit au présent de l’indicatif (conditionnel, imparfait, passé simple puis futur se succèdent).

4À la suite de la publication du livre, quand on le pressait de questions sur le sens à lui donner ou sur ce qu’il pensait de la société contemporaine, Georges Perec en est venu à revendiquer son statut d’écrivain (et non de moraliste ou de sociologue) en rappelant que le travail de l’écriture porte sur les mots, les phrases, la langue.

5Mais, bien sûr, dès qu’il s’est voulu écrivain il s’est intéressé à la langue. Je me souviens qu’en 1961 (?), alors que je préparais un certificat de philologie en Sorbonne, j’avais en ma possession les ouvrages de Ferdinand Brunot, et qu’il s’était approprié La Pensée et la Langue, qu’il lisait avec grand plaisir et qu’il a toujours conservé dans sa bibliothèque. Je n’avais gardé qu’un souvenir très vague de l’ouvrage et je l’ai consulté en vue de ces quelques remarques, espérant y trouver la preuve d’une influence directe sur l’écriture de Georges Perec en ses débuts. Hélas, je n’ai rien relevé de tel, mais c’est un livre passionnant, et qui stimule l’imagination.

6Une autre remarque que je voudrais faire porte sur la prétendue écriture blanche de Georges Perec.

  • 2 Jean-Luc Joly, « Une leçon des Choses : approche de la poétique perecquienne de la totalité », dan (...)

7Il y a dans Les Choses, dans le dernier chapitre de la première partie, un long passage décrivant un univers onirique d’abondance : accumulation de richesses, entassement alimentaire, vision d’une cité « radieuse » et luxueuse, dont le ton, qui devient lyrique et s’enfle progressivement, rompt avec l’écriture posée et un peu monotone du reste du livre (Jean-Luc Joly parle justement « d’emportement onirique2 » et y voit, malgré l’ironie sous-jacente de cet « inventaire », que l’on peut considérer comme une dénonciation de la fascination des choses, l’expression de l’ambition poétique de totalité de Georges Perec).

8Ce qui est remarquable, c’est que l’on retrouve cet emportement onirique dans La Vie mode d’emploi, au chapitre LXXIV : « Machineries de l’ascenseur, 2 ». Ici, ce n’est plus l’abondance heureuse qui est évoquée, mais un monde métallique, inhumain, pourrissant, en destruction. Le ton est le même, et on y retrouve, avec des connotations tout à fait différentes, des lambeaux de phrases du rêve des Choses : brebis bêlantes, vaches grasses, demi-bêtes aux yeux vitreux pendues à des crocs de boucher... (Évidemment, ces auto-citations peuvent avoir été et ont probablement été programmées, ce qui n’explique pas la similitude globale de ces deux chapitres.) Il existe un autre passage où cet emportement « lyrique » est perceptible, dans Un homme qui dort. Il s’agit du chapitre où apparaissent les monstres. Là, il ne s’agit pas d’objets mais d’humains, et l’inventaire n’est ni celui de la richesse, ni celui de l’horreur mais celui d’une abjection humaine généralisée (« la foule monstrueuse »).

9Mais la même dynamique est en marche dans ces trois passages « paroxystiques ».

10Ce qui me semble notable, c’est que ces passages que l’on peut considérer comme des listes, des inventaires, l’épuisement d’un sujet ou d’un domaine, sont chargés (comment ? pourquoi ?) d’un élan, d’une dynamique qui tient à la langue et qui les signale à notre attention. Écriture blanche ?

11Mon propos est décousu et, n’étant pas linguiste, je ne suis pas sûre que les présentes remarques soient pertinentes. Mais le programme me semble alléchant.

12Pour terminer, je laisserai la parole à Georges Perec, au jeune Georges Perec alors au service militaire près de Pau (dans le 18e régiment de parachutistes). C’est un écrit que nous avons inventorié récemment à l’Association Georges Perec, et qui rejoint un peu la première partie de mon propos. Il écrit à un ami en août 1959 :

Terrible d’écrire. D’abord il y a les mots, puis les phrases, puis le rythme, puis le temps, puis le ton, puis le sens, puis le contenu. Il y a toujours quelque chose qui cloche, pas une imperfection de style (d’abord parce que ça ne veut rien dire), mais un moment faible, lourd, qui n’adhère pas, qui patauge, ou qui plane, loin de ce que l’on veut dire, ou bien trop subtil (ésotérisme) ou bien bête, plat, naïf, ou bien quotidien c’est-à-dire sans importance. Une faute de goût. On en dit trop, ou pas assez, on domine mal, on est submergé [...] (terrible d’avoir à dominer toute cette masse inerte que l’on a pris à cœur d’animer, de rendre vie, de faire souffle – ma parole je parle comme la bible – et ce langage que l’on veut transfigurer, pour qu’il témoigne, sous les mots, sous les gestes, sous les détails, sous les aventures, les péripéties, les contingences... de quelque chose dont nous sommes à peine conscients lorsque nous vivons ?

Notes

1 La Grande Aventure est le titre d’un premier état des Choses.

2 Jean-Luc Joly, « Une leçon des Choses : approche de la poétique perecquienne de la totalité », dans Éric Beaumatin et Mireille Ribière (dir.), De Perec etc., derechef. Textes, lettres, règles & sens. Mélanges offerts à Bernard Magné, Nantes, Joseph K., 2005, p. 242.

Auteur

Conservateur en chef honoraire à la Bibliothèque nationale de France, a réalisé, avec la collaboration d’Ela Bienenfeld et de Bianca Lamblin, un inventaire des papiers de Georges Perec (manuscrits, correspondance reçue, photographies) en dépôt à la Bibliothèque de l’Arsenal. Elle est l’auteur d’une « Chronique de la vie de Georges Perec » publiée dans l’ouvrage Portrait(s) de Georges Perec (Paris, Bibliothèque nationale de France, 2001), qu’elle a dirigé.

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540