Version classiqueVersion mobile

Georges Perec artisan de la langue

 | 
Véronique Montémont
, 
Christelle Reggiani

Présentation : Perec et la langue

Véronique Montémont et Christelle Reggiani

Texte intégral

après tout, faire un livre n’est jamais que réorganiser les vingt-six lettres de l’alphabet d’une certaine façon. (EC1, p. 252)

  • 1 « Je ne connus vraiment la sensation du succès que lorsque je chantais en m’accompagnant au piano (...)

1Dans le remarquable « épanouissement posthume » (pour parler comme Roussel1) que connaît l’œuvre de Georges Perec depuis la mort de son auteur, il est frappant que l’approche linguistique de ces textes soit cependant restée largement négligée par la critique – à quelques exceptions près – malgré son orientation d’abord formaliste. De fait, une telle perspective semble bel et bien interdite par le discours explicite de l’écrivain : Perec, « homme de lettres » au sens où il a affaire aux lettres de l’alphabet (un homme de lettres, « c’est un homme dont le métier c’est les lettres de l’alphabet », disait-il à Catherine Clément en 1978 [EC1, p. 266]) – autrement dit à un matériau infra-sémantique, en deçà donc de l’ordre du style tel qu’il est habituellement compris –, notait en 1965 :

  • 2 Georges Perec, « Pourquoi j’ai écrit le petit vélo », tapuscrit de 1965 cité dans Hans Hartje et J (...)

écrire me passionne et m’ennuie ; je préfère dessiner ou écrire n’importe quoi n’importe comment – je me suis senti un peu ligoté par Les Choses : on m’a un peu trop dit que j’avais une facture classique, un style tenu (alors que je pense que j’écris comme un cochon) je n’ai jamais fait vraiment attention aux formes : je ne me suis jamais demandé pourquoi j’écrivais comme ça et pas autrement2.

2Ce volume voudrait prendre le contrepied d’un tel discours, parfaitement synthétisé par la formule de Christian Prigent : Perec « sujet sans langue » – formule à laquelle son contexte immédiat apporte cependant quelques nuances :

  • 3 Christian Prigent, Ceux qui merdRent, Paris, P.O.L, 1991, p. 144-145.

Bien sûr, une analyse un peu approfondie mettrait certainement en évidence, dans la langue de l’écrivain Perec, des constantes et des particularités traversant tous les textes. Mais tout se passe quand même un peu comme si le sujet Perec était, si l’on caricature un peu, un sujet sans langue. Chez lui, pas de langue spectaculairement travaillée, pas de marque stylistique impartageable et compulsionnellement répétée, qui viendrait silhouetter son « originalité » et faire affleurer son « obsessionnalité ». Tout se passe comme si ce sujet s’éclipsait dans la diversité des formes et la relative neutralité de la langue. Tout se passe comme s’il n’était qu’un trou, un pur regard désaffecté posé sur l’objectivité du monde et la combinatoire des formes ou un point aveugle inexprimé, un générateur désimpliqué de sa génération, une instance manipulatrice absentée des formes nées de cette manipulation. Ce n’est pas que ce sujet ne soit pas identifiable, ni que cette œuvre manque d’originalité. Bien au contraire. Mais cette identité et cette originalité résident sans doute paradoxalement dans le refus de s’affirmer comme marque unique et propre. Cette éclipse, cette absence, on le sait, peuvent s’appeler « formalisme »3.

  • 4 Ibid., p. 145.

3Cette lecture du formalisme comme effacement énonciatif conduit à voir en l’œuvre de Perec « une entreprise qui semble soumise à une sorte de rationalité technique4 » – autant dire une écriture « à l’ère de la reproductibilité technique de l’œuvre d’art », pour reprendre la formule de Benjamin à laquelle celle de Prigent fait à l’évidence écho. Figure de répétition pour désigner au fond une autre « reproductibilité » : celle, biopolitique, du meurtre de masse, pleinement avérée par la Seconde Guerre mondiale.

  • 5 Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.

4Ainsi reçue – et le propos de Prigent est, sur ce point, relativement consensuel –, l’œuvre de Perec semble devoir échapper à toute prise linguistique. De fait, la définition « matérialiste » de l’« homme de lettres », souvent citée, énonce un art poétique pour le moins paradoxal en faisant du graphème – c’est-à-dire d’une unité distinctive, dans la terminologie d’André Martinet – l’objet même du travail de l’écrivain, soustrayant ainsi l’écriture perecquienne à la double articulation qui définit, en principe, l’ordre linguistique. Il y a là, bien sûr, une fiction métapoétique, élaborée conjointement par l’écrivain et ses critiques – et participant donc d’une certaine « posture » d’écrivain, au sens que les travaux de Jérôme Meizoz donnent à ce terme5 –, qui dit, comme toute fiction, quelque chose de la réalité à laquelle elle se rapporte obliquement (donnant, en l’occurrence, une forme frappante à une esthétique du discontinu qui caractérise l’œuvre entier).

5L’approche stylistique se trouve, en tout cas, aussi bien interdite par un tel imaginaire, l’écrivain Perec ayant ainsi délibérément affaire à la lettre beaucoup plus qu’à la phrase, tandis que c’est la phrase – quelle que soit la définition linguistique que l’on choisisse d’en donner – qui constitue, dans la représentation commune de l’écriture, le lieu du style. Pour revenir sur la formule de Prigent, Perec serait peut-être, sinon un « sujet sans langue », du moins, d’une certaine façon, un sujet sans phrases, alors même qu’à le lire, ce support subjectif – dont l’existence fonde l’idée de style d’auteur – semble pour le moins inconsistant. Pour le stylisticien, l’impasse paraît bien réelle : sans phrases à proprement parler (c’est-à-dire, ici, pensées comme telles par l’écrivain), sans même un sujet auquel reconduire cette absence, comment dès lors parler de style ?

6L’obstacle méthodologique est pourtant moins radical qu’il n’y paraît à première vue. En ce qui concerne, d’abord, l’évanescence subjective souvent repérée, on remarquera que l’indirection – J’avance masqué, disait le titre d’un texte de jeunesse, traduisant la devise latine de Descartes – pourrait aussi bien constituer une sollicitation herméneutique positive : de façon très générale, c’est justement l’obliquité qui fonde la possibilité de l’interprétation. Quant à cette phrase apparemment « sans qualités », elle invite bien sûr à convoquer (et à discuter) la notion d’écriture blanche, dont Le Degré zéro de l’écriture a fait une catégorie critique et esthétique reçue.

*

7Prenant au sérieux la métaphore artisanale impliquée par la définition provocante de l’« homme de lettres » que l’on a rappelée, Georges Perec artisan de la langue a cependant pour ambition de relever ce double défi, pour proposer des analyses linguistiques précises d’une « langue » que son auteur faisait ainsi échapper à l’ordre de la signification, et interroger ce faisant la pertinence, quant à cette œuvre, de l’approche stylistique.

8Dans cette optique, une première partie prend directement pour objet « la langue » de l’écrivain, saisie au prisme de quelques grandes catégories linguistiques. Le matériau lexical, d’abord, que la contribution de Véronique Montémont analyse dans une perspective statistique. S’agissant d’une œuvre aussi plastique que celle de Perec, la ponctuation s’imposait comme un objet central : l’article écrit par Jacques Dürrenmatt s’y consacre, pour mettre en évidence les formes d’un investissement poétique de l’infra-linguistique qui rejoint la provocation de l’« homme de lettres » perecquien – un « homme de lettres » qui pouvait énoncer ainsi la matérialité de l’inscription définissant l’exercice de son « métier » : « j’écris lentement, très lentement, le plus lentement possible, je trace, je dessine chaque lettre, chaque accent, je vérifie les signes de ponctuation » (EE, p. 75). C’est l’usage des tiroirs-temps que choisit d’étudier Isabelle Dangy, à partir du grand « romans » qu’est La Vie mode d’emploi, l’article de Marc Parayre prenant ensuite pour objet, de façon plus globale, les conséquences linguistiques de l’adoption par l’écriture de contraintes « dures » (comme le disait Perec) : ainsi du lipogramme (en l’occurrence en e), dont se trouve ici présentée la « grammaire » singulière. La contribution d’Isabelle Parnot impose, quant à elle, de passer au pluriel – « les langues » plutôt que la langue – en examinant les modalités, et les enjeux, de l’inscription de la langue anglaise dans l’œuvre entier – une approche prolongée par l’analyse proprement traductologique d’Hermes Salceda (récent traducteur de Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? en espagnol).

9Ces fondements linguistiques une fois posés, la deuxième partie entend reformuler sur de nouveaux frais l’interrogation méthodologique à laquelle invite la confrontation de l’œuvre et de sa critique : peut-on parler d’un style perecquien ?

10Une telle perspective rencontre immédiatement la question de l’écriture blanche : l’article écrit par Maryline Heck la prend directement pour objet, en la replaçant dans son cadre historique et théorique général. Le caractère problématique communément reconnu à l’idée d’une singularité stylistique perecquienne appelait, en tout cas, la confrontation avec d’autres types d’approches, susceptibles peut-être de résoudre la difficulté en la reformulant sur un autre plan : ce pas de côté méthodologique est ici représenté par l’intervention de la psychologie de la forme, qui fonde théoriquement l’étude de Julien Longhi, puis de l’analyse du discours, dans celle d’Yvonne Goga. Après cette ouverture théorique, on a souhaité retourner in fine à la reconsidération critique de l’idée d’« écriture blanche » perecquienne, avec deux articles dont les objets stylistiques clairement circonscrits – le jeu de mots pour le texte de Marie Bonnot, la dialectique de l’intime et du collectif, notamment saisie au prisme des usages de l’infinitif, pour celui de Dominique Moncond’huy – permettent de mettre efficacement en débat la pertinence de la catégorie. Sont au passage (re)visités quelques textes très peu fréquentés du corpus perecquien : « Douze regards obliques » dans l’article d’Yvonne Goga, et La Boutique obscure dans celui de Marie Bonnot.

  • 6 Selon la formule de Jack Goody (La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage [1977], (...)
  • 7 On renverra sur ce point aux travaux de Jean-Luc Joly, et notamment à sa thèse, Connaissement du m (...)

11Ce cadre général ainsi tracé, toute la dernière partie du livre restreint radicalement le champ de l’interrogation, pour se consacrer à un fait de style précis : l’art de la liste. Les analyses en sont diverses, croisant, dans leur succession, approche proprement stylistique – dans les contributions de Florence de Chalonge, de Catherine Rannoux et de Lucia Manea – et approche sociocritique dans l’article de Matthieu Rémy. Mais elles se rencontrent toutes en un même constat : la liste constitue à l’évidence l’un des phénomènes les plus saillants propres à caractériser l’écriture de Perec – un stylème perecquien, donc ? –, lui offrant au fond le patron discursif capable de donner sa forme la plus simple à la tentation de l’épuisement qui en détermine le mouvement même. C’est dire qu’au-delà du « dispositif spatial de triage de l’information6 » qui définit la fonction cognitive de toute énumération écrite, la liste apparaîtrait davantage, dans l’œuvre de Perec, comme un dispositif d’expansion – un dispositif copieux, auraient dit les humanistes de la Renaissance –, une matrice discursive donnant sa forme esthétique la plus immédiate au désir de totalité qui constitue sans doute l’un des principes les plus actifs de la poétique perecquienne7.

12Dans l’élan qui emporte certaines énumérations, l’« écriture blanche » semble de fait bien loin – sauf à désigner, comme en peinture, une abstraction lyrique dont les « Remarques » inaugurales de Paulette Perec permettent d’emblée de cerner les contours, et offrent d’ailleurs un magnifique exemple, en citant une lettre (jusqu’ici inédite) adressée par le jeune écrivain (en août 1959) à l’un de ses amis.

*

13Si le propos de ce livre n’est pas absolument sans précédents – la bibliographie finale, qui recense l’essentiel des études linguistiques et stylistiques de l’œuvre parues à ce jour, permet de le vérifier –, il est cependant nouveau par beaucoup d’aspects, ce même répertoire en atteste également. Il s’agissait bien d’un pari, collectivement formulé : il ne reste plus à nos lecteurs qu’à juger de sa réussite.

Notes

1 « Je ne connus vraiment la sensation du succès que lorsque je chantais en m’accompagnant au piano et surtout par de nombreuses imitations que je faisais d’acteurs ou de personnes quelconques. Mais là, du moins, le succès était énorme et unanime. / Et je me réfugie, faute de mieux, dans l’espoir que j’aurai peut-être un peu d’épanouissement posthume à l’endroit de mes livres. » (Raymond Roussel, Comment j’ai écrit certains de mes livres [1935], Paris, UGE, coll. « 10/18 », 1985, p. 34-35)

2 Georges Perec, « Pourquoi j’ai écrit le petit vélo », tapuscrit de 1965 cité dans Hans Hartje et Jacques Neefs, Georges Perec. Images, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 91-92.

3 Christian Prigent, Ceux qui merdRent, Paris, P.O.L, 1991, p. 144-145.

4 Ibid., p. 145.

5 Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, 2007.

6 Selon la formule de Jack Goody (La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage [1977], Jean Bazin et Alban Bensa (trad.), Paris, Éditions de Minuit, 1998, p. 155).

7 On renverra sur ce point aux travaux de Jean-Luc Joly, et notamment à sa thèse, Connaissement du monde : multiplicité, exhaustivité, totalité dans l’œuvre de Georges Perec, Université Toulouse II Le Mirail, 2006.

Auteurs

Maître de conférences à l’Université de Lorraine et membre de l’ATILF-CNRS. Spécialiste des récits autobiographiques et de l’œuvre de Jacques Roubaud, elle ne dissimule plus ses sympathies perecquiennes. Elle dirige la base de données Frantext.

Professeur de langue et littérature françaises à l’Université Charles de Gaulle-Lille III. Elle a notamment publié, outre de nombreux articles sur l’œuvre de Georges Perec, Rhétoriques de la contrainte. Georges Perec, l’Oulipo (Éditions InterUniversitaires, 1999), Éloquence du roman. Rhétorique, littérature et politique aux xixe et xxe siècles (Droz, 2008), L’Éternel et l’Éphémère. Temporalités dans l’œuvre de Georges Perec (Rodopi, 2010).

© Presses universitaires de Lyon, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search