Version classiqueVersion mobile

Aux origines du socialisme français

 | 
Jean-Jacques Goblot

Chapitre I. Pierre Leroux, Rédacteur du globe (1824-1830)

Texte intégral

« Ma personnalité ! Je ris de ce mot ; car je ne pense pas, à ce sujet, et je n’ai jamais pensé comme tout le monde me paraît penser aujourd’hui »
(Pierre Leroux, L’Espérance, 3e livraison, septembre 1858, p. 175).

  • 1 Le mot est de Leroux lui-même (La Grève de Samarez, Dentu, 1863, t. I, p. 363).

1Né en 1797, Pierre Leroux était entré en 1821 dans la Charbonnerie, « cette grande conspiration du libéralisme adolescent »1. Puis il prit part à la rédaction du Globe, qu’il avait fondé en 1824 et qu’il céda aux saint-simoniens après la révolution de 1830. Mais ce n’est qu’à partir de 1832, après sa rupture avec les saint-simoniens, qu’il acquit aux yeux de ses contemporains une stature intellectuelle originale et prit rang parmi les grands apôtres du progrès démocratique et social : dès lors, de la Revue encyclopédique à l’Encyclopédie nouvelle, puis à la Revue indépendante et à la Revue sociale, il est aisé de suivre dans sa continuité le développement de sa pensée.

  • 2 La plupart des travaux que l’histoire littéraire a consacrés au Globe se bornent à reproduire, sur (...)

2On connaît beaucoup moins bien les premières étapes de sa biographie intellectuelle. Il faudrait, pour en savoir plus, déterminer avec précision la part qui fut la sienne, pendant plus de six ans, dans la rédaction du Globe. La tâche n’est pas facile, car les articles du Globe sont souvent dépourvus de toute signature ; et lorsqu’ils sont signés, c’est seulement d’initiales qui sont autant d’énigmes, dont beaucoup restent indéchiffrées2.

  • 3 Paul Janet, « Le Globe de la Restauration », Revue des Deux Mondes, IVIII-1879, vol. XXXIV, p. 485
  • 4 Voir P. Félix Thomas, Pierre Leroux, Alcan, 1904, p. 21-22.
  • 5 C’est ce que note Henri Mougin dans le livre qu’il a consacré à Leroux : « On a trop coutume, écri (...)

3Mais cet obstacle matériel n’est pas le seul : c’est ici le cas d’observer, après Hegel, que « ce qui est connu n’est pas connu, précisément parce qu’il est bien connu ». Le Globe, qui fut l’un des périodiques les plus en vue de la Restauration, est encore célèbre aujourd’hui pour avoir défendu, en littérature, la cause du romantisme, vulgarisé en philosophie l’éclectisme de Victor Cousin, soutenu en politique les principes du libéralisme. Des fidèles de l’orléanisme et des membres de l’Institut au siècle dernier, des spécialistes de l’histoire littéraire par la suite ont entretenu cette célébrité, à laquelle sont attachés les noms de Sainte-Beuve et de Duvergier de Hauranne, de Jouffroy et de Damiron, de Dubois, de Vitet, de Rémusat. En telle compagnie, qu’elle pouvait être la place de Pierre Leroux ? Beaucoup la disent subalterne. On a identifié de lui quelques articles : peu de choses. On est allé jusqu’à dire que dans la rédaction du Globe, il ne fut guère qu’une « utilité »3. D’autres ont jugé cette assertion injuste et excessive4. Mais la chose mérite un examen attentif, qui pour l’essentiel reste à faire5 : nous y consacrerons ce premier chapitre.

DE LA CHARBONNERIE AU JOURNALISME

  • 6 Pierre Leroux, « D’une nouvelle typographie », Revue indépendante, 25-I-1843, t. VI, p. 274.
  • 7 Ibid.
  • 8 Entré à l’Ecole polytechnique en 1814, Bertrand en fut chassé après les Cent Jours, et se fit méde (...)

4C’est Pierre Leroux, tous les témoignages en font foi, qui conçut le premier l’idée du Globe. On sait qu’après de brillantes études au lycée de Rennes il avait eu l’ambition d’entrer à l’Ecole polytechnique : la pauvreté de sa famille le contraignit à y renoncer, et il se fit ouvrier typographe. Dès 1817, il avait conçu un procédé typographique nouveau dont il attendait, pour le bien de l’humanité, des progrès décisifs dans la diffusion des connaissances et des idées. C’est peu de temps après, si l’on en croit son propre témoignage, qu’il forma un autre projet : fonder un journal « qui tiendrait ses lecteurs au courant de toutes les découvertes faites dans les sciences et dans toutes les branches de l’activité humaine, chez les principales nations »6. Il en arrêta dans son esprit le titre — Le Globe — et, jugeant que l’Angleterre était « le pays qu’il fallait étudier avant de créer un tel journal », il fit un voyage en Angleterre7. A son retour, en 1821, il entra dans une vente de carbonari où il retrouva d’anciens condisciples du lycée de Rennes : Paul-François Dubois, le docteur Roulin, et le beau-frère de celui-ci, Alexandre Bertrand, qui devint son ami intime8.

  • 9 Voir à ce sujet François-André Isambert, De la Charbonnerie au Saint-simonisme. Etude sur la jeune (...)
  • 10 D’où l’étonnant voisinage au sein de la Charbonnerie d’un Bazard, d’un Buchez, d’un Cabet, d’un Le (...)

5Mais l’adhésion au carbonarisme, loin de détourner Leroux des grands projets qu’il avait conçus, allait l’y ramener. Dès 1822, l’échec des complots militaires provoquait chez un grand nombre de jeunes carbonari une crise de conscience au terme de laquelle, renonçant à la perspective d’un bouleversement politique immédiat et aux méthodes des sociétés secrètes, ils reportèrent leurs espérances sur un autre terrain : celui de la lutte d’idées, du lent et patient effort pour éclairer les esprits, enfin de la recherche spéculative d’une solution future aux problèmes posés par la crise politique et sociale9. Autrement dit, puisqu’on ne pouvait changer le présent, on allait préparer l’avenir. Conversion féconde et ambiguë : elle contenait en germe à la fois le plat « juste milieu », qui préconise une évolution raisonnable, et les ferveurs de l’utopie, qui proclame que les temps viendront10.

  • 11 « D’une nouvelle typographie », art. cité, p. 276.
  • 12 Ibid., p. 277.
  • 13 Lachevardière obtint son brevet d’imprimeur en décembre 1823 (Archives nationales, Dossier Lacheva (...)
  • 14 C’est du moins ce qu’affirme Paul-François Dubois dans les souvenirs qu’il a consacrés à la rédact (...)
  • 15 Il fut l’un des premiers à utiliser en France les presses mécaniques anglaises, et il semble avoir (...)
  • 16 Voir « Le Globe, journal de la doctrine de Saint-Simon », Le Globe, VIIe année, no 18, 18-I1831. S (...)
  • 17 Outre le ms. Ci-dessus cité, que M. Rémy Buffet nous a aimablement communiqué, il faut mentionner (...)
  • 18 « Le journalisme... », Fds Buffet, f° 4 ; voir aussi Arch, nat., 319 AP3, dossier 3, f° 54. Selon (...)
  • 19 Dubois précise qu’il n’avait pas revu Leroux depuis 1821. L’entrevue eut lieu non point à la fin d (...)

6Leroux fut l’un des premiers à amorcer cette évolution. Tôt convaincu de la vanité des méthodes conspiratives et violentes, il rêva de transformer la conjuration militaire en une « conspiration pacifique » vouée à la propagation des idées libérales11 La machine à imprimer dont il était l’inventeur serait l’instrument de cette association nouvelle : en rendant considérablement moins onéreuses et plus rapides la composition et l’impression, elle permettrait « d’affranchir à jamais la presse, en la mettant à l’abri de toutes les censures imaginables »12. Leroux demanda une entrevue à Lafayette, lui exposa ses vues et sollicita son soutien : il fut courtoisement éconduit. Un an plus tard (1823), son esprit travaillant toujours, il était prote chez l’imprimeur Cellot lorsque celui-ci prit comme associé Alexandre Lachevardière, puis lui céda son fonds13. Lachevardière était un ancien camarade d’apprentissage de Leroux14 : jeune, riche, entreprenant, très attentif aux nouveautés lancées par les éditeurs anglais, il accepta d’engager ses capitaux dans la fondation du Globe15 Sur ce qu’il advint alors on dispose de divers témoignages, dont celui de Leroux lui-même16. Mais les récits les plus détaillés se trouvent dans les Souvenirs de Paul-François Dubois, qui restent en grande partie inédits17. « Avec sa promptitude hasardeuse », écrit Dubois, Leroux passa aussitôt à l’exécution : il s’assura la collaboration de deux traducteurs — l’un pour l’anglais, l’autre pour l’allemand — et leur fit faire « un nombre considérable d’extraits et de nouvelles » tirés des publications étrangères18. Puis, ne sachant trop comment mettre en œuvre ces matériaux, il alla trouver Paul-François Dubois et lui demanda son concours19.

  • 20 « J’ai la direction suprême et absolue du journal [...]. Je me charge de composer la rédaction, et (...)

7Professeur de rhétorique, ancien élève de l’Ecole normale, Dubois avait été chassé de l’Université trois ans plus tôt ; il avait quelque expérience du journalisme, et, en attendant mieux, vivait de divers travaux de plume : il accepta, et se chargea de constituer la rédaction du nouveau journal ; mais il s’en réserva expressément le contrôle et la direction20. Il fit aussitôt appel à ses amis de l’Université et à quelques jeunes publicistes de sa connaissance, qui acceptèrent de collaborer à son entreprise. Leroux, de son côté, fit entrer dans la rédaction son ami Alexandre Bertrand. Le premier numéro du Globe parut le 15 septembre 1824.

PIERRE LEROUX ET LES HOMMES DE LETTRES

  • 21 Loi du 10 mars 1822. Depuis cette date, l’autorisation nécessaire à la fondation d’un journal poli (...)

8Le Globe se présentait comme un journal « littéraire ». Mais dans le langage du temps, cette épithète n’annonçait pas nécessairement un journal consacré à la seule littérature : un journal littéraire était un journal qui n’était pas habilité à se consacrer, fût-ce en partie, aux « nouvelles et matières politiques », et qui comme tel n’était soumis ni au cautionnement, ni à l’autorisation préalable21. En ce sens, Le Globe était en effet un journal « littéraire », car il ne pouvait être question à cette époque, pour deux anciens carbonari, de fonder un journal politique.

9Mais pour ce qui est du contenu du journal, il y a tout lieu de penser que Leroux le concevait tout autrement que ne faisaient Dubois et ses amis.

  • 22 « Profession de foi saint-simonienne », art. cité (Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 387-388).

« La première idée, la conception du Globe [...], écrivait-il en 183122, consistait à recueillir et à présenter au public français tous les travaux scientifiques, littéraires et philosophiques de quelque importance dans le grand mouvement pacifique qui commençait à emporter de concert les nations civilisées du monde. Le titre même du journal avait été choisi en rapport avec ce caractère d’investigation encyclopédique. Par des extraits de voyage, par des traductions et des analyses d’ouvrages étrangers, par des études de toute espèce sur le passé, Le Globe cherchait à mettre sous la main de ses lecteurs les principaux éléments des questions ; à leur représenter les travaux antérieurs et l’état de la science contemporaine sur chaque point de la controverse ; à leur apporter et à leur distribuer en ordre les matériaux les plus complets pour les solutions les plus larges et les plus conciliantes. Une telle pensée tendait évidemment à l’association générale des peuples dans le domaine de la science, de la philosophie et de l’art ».

  • 23 Leroux écrivait ceci en 1835 : « La fonction de nouvellistes, comme on disait au XVIIe siècle, nou (...)

10On voit que le projet de Leroux était à la fois modeste et ambitieux. Modeste, puisque dans son esprit Le Globe était bien moins le lieu d’élaboration d’une « doctrine » originale qu’un organe de vulgarisation, qui porterait à la connaissance du public des résultats déjà élaborés, voire de simples matériaux : c’est dire que Leroux, « nouvelliste » plutôt que « jugeur », voyait dans le journalisme un instrument d’information et de communication bien plus qu’un magistère critique23. Mais cette tâche d’information, Le Globe l’assumerait dans toute son ampleur : encyclopédique et cosmopolite, il franchirait les barrières nationales et les cloisons séparant les différentes parties du savoir ; il embrasserait tous les domaines de la connaissance et de l’activité humaine, et verserait au trésor commun de la civilisation les acquisitions de tous les peuples.

  • 24 Voir à ce sujet David Albert Griffiths, Jean Reynaud, encyclopédiste de l’époque romantique, Riviè (...)

11On songe ici à Saint-Simon, et à son opuscule de 1825 « Sur la nécessité de faire une nouvelle Encyclopédie pour préparer la réorganisation sociale » : Leroux lui-même, en 1833, reprendra cette idée en fondant avec Jean Reynaud l’Encyclopédie nouvelle24. Mais il serait tout à fait gratuit de supposer, en 1824, une inspiration saint-simonienne chez Leroux : ce qu’on retrouve bien plutôt dans sa conception du Globe, c’est l’expérience du typographe, témoin de l’expansion rapide de la librairie et de la presse depuis 1815, témoin et acteur manqué, si l’on peut dire, de l’entrée de l’imprimerie dans l’ère industrielle. Cette expansion sans précédent avait de quoi frapper les imaginations : en multipliant la circulation des richesses intellectuelles, elle élargissait l’horizon de la pensée. Une ère nouvelle s’ouvrait ainsi, que l’optimisme libéral saluait avec enthousiasme. De fait, l’inspiration encyclopédique de Leroux se retrouve dans plus d’un périodique de la Restauration ; on lit par exemple ceci dans le prospectus des Archives philosophiques (1817) :

« De même que maintenant les peuples ne sont plus étrangers les uns aux autres, de même les connaissances humaines ne sont plus des études isolées et sans connexion entre elles ; elles se sont unies par leurs progrès ».

12Et la revue définissait en ces termes son but :

  • 25 Cité in Ch. M. Des Granges, La presse littéraire sous la Restauration, Mercure de France, 1907, p. (...)

« Etendre et fortifier l’union des peuples, en faisant connaître en France les productions importantes publiées chez les nations étrangères, quel qu’en soit l’objet ; réunir en un même faisceau toutes les connaissances humaines, n’en exclure aucune, accorder à chacune sa place, et faire sentir par leur rapprochement qu’elles tendent toutes au même but »25.

13On voit que les ambitions de Leroux correspondaient à des aspirations largement ressenties à l’époque. Les particularités du projet qu’il avait conçu tenaient à sa formation intellectuelle et à son expérience sociale : avide de s’initier aux domaines les plus divers du savoir et d’en rassembler les matériaux épars, attentif aux techniques de reproduction, de communication et de diffusion de la pensée, rêvant d’unir toute l’humanité pensante et espérant atteindre ce vaste public virtuel plutôt que les élites constituées des salons, des écoles ou des académies, il ne songeait point, comme d’autres, à une revue mensuelle sur le modèle de la review anglaise, mais bien à un journal ; et peu soucieux, semble-t-il, d’originalité personnelle, il voulait donner à ce journal un caractère essentiellement documentaire : nouvelles et comptes rendus, résumés, « analyses », extraits et traductions, voilà ce qui devait former le contenu du Globe.

  • 26 « Profession de foi saint-simonienne » (Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 389).
  • 27 Par la suite, Leroux dénoncera vigoureusement chez les éclectiques issus du « séminaire » de l’Eco (...)

14Tout autres étaient les préoccupations des universitaires que Dubois avait rassemblés, et de Dubois lui-même. Amoureux des belles-lettres et de la philosophie, ils englobaient volontiers l’industrie et les sciences dans leur dédain spiritualiste de futile. Ils rêvaient de réformer la critique littéraire selon les besoins nouveaux du temps, et de reprendre ainsi le sceptre des La Harpe et des Geoffroy : pour eux, un journal était d’abord une chaire ou une tribune, où les opinions et les doctrines étaient discutées et jugées, où toutes les productions de l’esprit étaient soumises à la juridiction de la critique. Leur désir de connaître et de faire connaître les littératures étrangères, l’étendue et la diversité de leurs curiosités, leur éclectisme « compréhensif » n’étaient pas tels qu’ils pussent partager cette sorte de foi — le mot est de Leroux lui-même26 — qui animait le projet encyclopédique du premier fondateur du Globe27.

15Dans ses souvenirs, Dubois affirme que lorsque Leroux vint le trouver et lui exposa ses vues, il les repoussa catégoriquement et imposa sa propre conception du journal :

  • 28 Arch. nat. 319 AP3, dossier 3, f° 54.

« Mon premier mouvement bien décidé, écrit-il, fut de refuser toute participation à une pareille entreprise dont je n’eus pas de peine à lui démontrer l’insignifiance et la chute inévitable. Je lui exposai en regard ma conception, créée sur l’heure même, celle de fonder un véritable journal littéraire rayonnant dans tout le mouvement de la philosophie, des lettres et de l’art en Europe »28.

16Mais tout indique qu’en réalité les choses se passèrent d’une manière différente, et passablement plus compliquée. Dans la lettre qu’il écrivit à son ami Jouffroy quelques jours après son entrevue avec Leroux, Dubois n’évoque aucune divergence au sujet du contenu du journal, qu’il définit ainsi :

  • 29 Dubois à Jouffroy, 4-VIII-1824 (Arch. nat. 319 AP3, dossier 3, f° 70).

« Ce sera un recueil extrait de tous les journaux étrangers, sur les mœurs, les sciences, les arts, la littérature de chaque peuple, jugements des étrangers sur les mœurs et la littérature nationale, approbation ou contrôle de ces jugements, enfin critique littéraire, mais faite comme nous l’entendons »29.

  • 30 Œuvres, t. I, p. 932.

17On reconnaît ici les idées chères à Dubois (jugement, critique, « contrôle ») ; mais elles ne se substituent pas au projet de Leroux (extraits des journaux étrangers) : elles s’y ajoutent et l’enrichissent. C’est du reste ce que Sainte-Beuve confirme lorsqu’il écrit en 1833 : « Des deux idées combinées de Μ. M. Leroux et Dubois, naquit Le Globe »30. Sainte-Beuve ajoute que les conceptions de Dubois prévalurent, et imprimèrent au Globe leur marque ; mais il note que Leroux « maintint sur le second plan l’exécution de son projet ».

18Cette dualité est visible en effet dans la collection du Globe, à tout le moins dans les deux premiers tomes (1824-1825). On peut même dire qu’à cette époque Le Globe semble hésiter entre deux formules rédactionnelles différentes.

  • 31 P.F. Dubois à Camille Mellinet, lettre du I-V-1833, Arch, nat., 319 AP1, dossier 2, f° 50.
  • 32 Dubois à Charles Weiss, lettre s.d. [juillet-août 1825], Bibliothèque de Besançon, coll. Estignard (...)
  • 33 Le 2 septembre, Dubois écrit à son ami Jouffroy qu’il s’est résolu à s’« opposer, après bien des i (...)

19L’hésitation se marque notamment dans le choix de la périodicité du journal. Si l’on en croit ce qu’affirme Dubois31, Leroux avait proposé d’abord une parution quotidienne, et cette proposition avait été repoussée. Le fait est qu’à ses débuts Le Globe parut tous les deux jours, puis trois fois par semaine. Mais divers témoignages nous apprennent qu’il fut à nouveau question, au cours de l’été 1825, d’en faire un journal quotidien, qui donnerait la Bourse et les spectacles et attirerait ainsi, pour l’élever jusqu’à la philosophie et à la science, un public plus populaire : sous cette forme renouvelée, Le Globe, écrivait Dubois, deviendra une « véritable gazette conforme à son titre », et donnera toutes sortes de nouvelles « scientifiques, littéraires et industrielles »32. Ce projet fut abandonné à la fin du mois d’août 1825 : il se heurtait sans doute à des difficultés matérielles, et tout semble indiquer que certains rédacteurs y étaient peu favorables33. Mais il est vraisemblable que Leroux, pour sa part, avait été l’un de ses plus chauds partisans.

  • 34 Citons encore dans le même passage ceci, qui semble faire écho aux idées de Leroux : « Les peuples (...)
  • 35 « C’est notre mission, lit-on dans le numéro du 20 octobre, d’extraire des grands recueils nationa (...)
  • 36 Le Globe, t. I, no 13, 10-X-1824.
  • 37 Tome I, no 16.
  • 38 C’est la mention qui figure sur le premier papier à en-tête utilisé par l’administration du Globe.(...)

20Pour ce qui est du contenu du journal, le prospectus, rédigé par Dubois et reproduit dans le premier numéro, insiste surtout sur la critique littéraire et sur la nécessité de son renouvellement. Mais il annonce aussi que Le Globe donnera « toutes les nouvelles étrangères, littéraires, industrielles ou morales », et vante l’utilité qu’il y a à « propager dans un pays la connaissance de tous les autres »34. En fait, jusque vers le mois de novembre 1824, les grands articles littéraires restent assez rares : les nouvelles scientifiques, géographiques et industrielles, principalement empruntées aux journaux anglais, les extraits d’ouvrages étrangers occupent la plus grande place35. Alexandre Bertrand publie de nombreux articles scientifiques où il s’efforce, dit-il, de rendre « populaires » les résultats des sciences36 ; et dès le 16 octobre 1824, il donne son premier compte rendu des séances de l’Académie des Sciences37. Le Globe se présente alors comme un journal « littéraire et scientifique »38 ; et dans son numéro du 30 octobre, il s’explique à nouveau sur son but en ces termes :

  • 39 « Angleterre. Assemblée pour l’érection d’un monument en l’honneur de James Watt ». Le Globe, t. I (...)

« En fondant ce recueil, nous n’avons pas eu seulement pour but d’entretenir nos lecteurs de poésie, de beaux-arts et de compositions littéraires ; par le petit nombre de numéros que nous avons déjà publiés, il est facile de juger qu’une plus haute pensée nous dirige, nous l’avons exprimée dans notre prospectus, nous l’avons traduite chaque jour dans le choix de nos nouvelles. Un grand mouvement entraîne le monde ; la vie paisible et industrielle a commencé pour les nations [...]. Une civilisation commune et égale, le prix de la richesse, de la puissance et de la paix mis au concours de toutes les activités, voilà le but vers lequel marche le monde ; voilà le but vers lequel il faut hâter le pas de la France »39.

  • 40 Vitet, Duchâtel, Magnin, Duvergier de Hauranne, Rémusat — pour ne citer que les plus importants — (...)
  • 41 Le 1er novembre 1824, dans un entrefilet consacré au Globe, le Journal du commerce faisait l’éloge (...)

21On est tenté de reconnaître ici la marque de Leroux. Et il semble en effet que dans ces premiers temps le rôle de Leroux et de Bertrand ait été particulièrement important. Cependant, dès la fin de 1824, l’équilibre interne du journal se modifie sensiblement. Dans le même temps, une pléiade d’amis et d’anciens élèves des normaliens du Globe entre dans la rédaction40 : ces jeunes gens de famille n’étaient guère disposés à faire leur la « haute pensée » de Leroux ; et sans doute en était-il de même de la plupart des lecteurs du Globe41. Quoi qu’il en soit, les articles de « critique » et de « doctrine » deviennent désormais bien plus nombreux : distribués en quelques rubriques — Histoire, Philosophie, Littérature, etc. — ils constituent pour ainsi dire la partie noble du journal. Les nouvelles se raréfient, et sont cantonnées dans la rubrique Variétés. Plus généralement, la partie documentaire et scientifique est reléguée au « second plan », pour reprendre le mot de Sainte-Beuve.

  • 42 Le Globe fut le premier à publier de tels comptes rendus, et cette nouveauté ne s’imposa pas sans (...)
  • 43 Alexandre Moreau de Jonnès (1778-1880) fut en France l’un des pionniers de la statistique, discipl (...)
  • 44 Voir Le Globe, t. I, nos 37 (2-XII-1824) et 40 (9XII-1824).
  • 45 Tome II, nos 113 (28-V-1825) et 116 (4-VI-1825).
  • 46 Outre ses comptes rendus académiques, Bertrand donna au Globe de nombreux articles, et notamment u (...)

22Elle subsiste pourtant, et il s’en faut qu’elle soit négligeable. Bertrand publie chaque semaine ses comptes rendus de l’Académie des Sciences, dont on ne trouve encore nulle part ailleurs l’équivalent42 ; il y ajoute un peu plus tard, mais moins régulièrement, des comptes rendus de l’Académie de Médecine et de la Société philomathique. De 1825 à 1828, Moreau de Jonnès, membre correspondant de l’Académie des Sciences, donne au Globe divers articles consacrés à l’histoire naturelle, à la géographie et à la statistique43. Villermé, membre de l’Académie de Médecine, dont Bertrand avait présenté les travaux sur la mortalité des indigents44, expose lui-même dans Le Globe les résultats d’une enquête statistique sur les enfants trouvés45. Les extraits — traduits de l’anglais le plus souvent — restent nombreux, surtout pendant les mois d’été où l’actualité littéraire s’assoupit, et où maints rédacteurs sont aux champs. L’impulsion et l’inspiration de Leroux, intimement mêlées à celles de son ami Bertrand46, jouent certainement un grand rôle dans tout cela. C’est ce que confirme encore le témoignage de Sainte-Beuve :

  • 47 Œuvres, t. I, p· 932.

« Toute cette matière de voyages, de faits étrangers, de particularités scientifiques, qui occupa longtemps les premières pages du Globe avant l’invasion de la politique quotidienne, était ménagée par lui [Leroux] »47.

23Vint alors, en effet, le temps de la « politique » : Le Globe s’engagea sur ce terrain dès 1827, lors de la discussion de la loi « de justice et d’amour », et plus nettement encore après les élections de novembre 1827 et la chute du ministère Villèle. En août 1828, la nouvelle loi sur la presse lui permit de devenir un journal « philosophique, politique et littéraire ». Dès lors la partie documentaire, sans tout à fait disparaître, s’amenuisa encore ; les discussions parlementaires, les combinaisons ministérielles examinées et commentées dans l’esprit d’un sage libéralisme, donnèrent au Globe sa couleur et rétrécirent son horizon à leur mesure : les vastes espérances de Leroux paraissaient définitivement oubliées.

LES ARTICLES DE LEROUX AU GLOBE

  • 48 Rémusat, Mémoires de ma vie, t. II, Plon, 1959, p. 138-139.
  • 49 Ibid.
  • 50 Œuvres, t. I, p. 932.

24Quelle fut donc, en définitive, la place de Pierre Leroux au Globe ? En un sens, elle fut considérable. Hommes d’étude ou gens de salons, les autres rédacteurs étaient presque tous étrangers au journalisme professionnel. C’était donc le typographe Leroux qui veillait « à la composition matérielle et typographique du journal »48 ; quant au reste, « il s’occupait surtout de recueillir des documents, de faire des extraits »49 : tâche matérielle encore. « Mais en fait d’idées, précise Sainte-Beuve, il passa toujours plus ou moins pour un rêveur »50.

  • 51 Le mot est de Sainte-Beuve (Nouveaux Lundis, t. XIII, Michel Lévy, 1870, p. 210).
  • 52 Voir par exemple la lettre de Damiron à Dubois du 28 août 1827, que nous avons publiée dans la Rev (...)
  • 53 Leroux habitait hors barrière, et vivait en concubinage avec une femme du peuple. « Il ne connaiss (...)
  • 54 Leroux avait connu Damiron et Victor Cousin dès l’enfance, alors qu’ils étaient tous trois élèves (...)
  • 55 Sur les rapports de Leroux et de Guizot, voir P.F. Thomas, op. cit. p. 26-27.
  • 56 Le 9 juin 1827, en l’absence de Dubois, Leroux prit sur lui de publier dans Le Globe un article de (...)
  • 57 « Leroux était en général facile, patient, inattentif et sans prétention. Mais il lui prenait par (...)

25Ainsi cet homme qui agitait en lui tant de pensées, et qui aurait pu être l’âme du journal, n’en était que la « cheville ouvrière »51 : rôle sans doute indispensable mais évidemment subalterne, surtout du point de vue de la philosophie spiritualiste dont les Globistes étaient les adeptes. D’où cette condescendance qu’on sent parfois chez eux à l’égard de ce « bon Leroux », si modeste et si dévoué52. Sa pauvreté, son genre de vie et son caractère l’isolaient des autres rédacteurs53 ; il n’avait de relations d’amitié qu’avec certains d’entre eux : Bertrand d’abord, puis à un moindre degré Damiron et Dubois54, plus tard Sainte-Beuve et Roulin ; en revanche, il ne sympathisait guère avec les doctrinaires — Guizot, Rémusat et leurs amis — qui dominèrent la rédaction politique du Globe à partir de 182855. Sa présence quotidienne dans les bureaux du journal et à l’imprimerie lui donnait sur la rédaction un contrôle de fait, dont il profita parfois pour publier des articles que Dubois n’eût pas acceptés56 : d’où quelques différends, vite effacés en apparence, que Leroux cependant n’oublia point57.

  • 58 Œuvres, t. I, p. 932.

26Telle était donc la position de Pierre Leroux au Globe : « bien inférieure, écrit Sainte-Beuve, à ses rares mérites et à sa portée d’esprit »58. Sainte-Beuve ajoute que Leroux, modeste et fier, « cachant ses convictions entières sous une bonhomie qu’on aurait dû forcer », se décida pourtant à écrire « quatre ou cinq morceaux de fonds », qui « frappèrent beaucoup », mais qui ne réussirent pas à l’asseoir « au rang qu’il aurait fallu ».

27Ici se pose le problème de la part prise par Leroux, avant la révolution de juillet, à la rédaction proprement dite du Globe. Nous examinerons cette question en détail, et proposerons quelques éléments de réponse nouveaux.

28Les « morceaux » auxquels Sainte-Beuve fait allusion sont vraisemblablement les huit articles de Leroux qu’on a pu jusqu’à présent identifier avec certitude. Quatre d’entre eux — les plus importants — ont été réédités en 1850 dans le premier volume des Œuvres de Pierre Leroux, à savoir :

Le Globe, t. VI, no 1, 24-XI-I827 : Philosophie de l’histoire. De l’Union européenne [article signé Z.].
Tome VII, no 25, 28-III-1829 : Littérature. Pensées de Jean-Paul [signé L-x.].

Tome VII, no 28, 8-IV-1829 : Littérature. Du style symbolique [signé Lx.].
Tome VII, no 50, 24-VI-I829 : Philosophie de l’histoire. De la politique extérieure et du perfectionnement du droit international.1er article : Système de Napoléon [signé L-x. La suite n’a jamais paru],

29La signature L-x. permet encore d’attribuer à Leroux quatre articles qui n’ont pas été réédités :

Tome VI, no 115, 29-XI-1828 : Pays-Bas. Liberté individuelle. Liberté de la presse [non signé].
Tome VI, no 117, 6-X1I-1828 : Pays-Bas. De la crise actuelle [signé L-x., cet article se présente comme la suite de l’article précédent ; l’auteur annonce un troisième article qui n’a jamais paru].
Tome VI, no 120, 17-XII-1828 : Liberté religieuse. Affaire Dumonteil [signé L-x],
Tome VII, no 101, 19-XII-1829 : Littérature. Ismael Ben Kaisar, ou la Découverte du Nouveau-Monde, roman historique, par M. Ferdinand Denis [signé L-x.].

  • 59 Attribution proposée par Gustave Michaut (Sainte-Beuve avant les « Lundis », Fribourg, 1903, p. 37 (...)

30Enfin, divers auteurs ont relevé dans Le Globe d’autres articles qu’ils proposent, par simple conjecture, d’attribuer à Leroux. Mais la plupart de ces attributions sont fausses : il faut renoncer, notamment, à voir en Leroux l’auteur des articles publiés en 1825 sous la signature L xx.59.

  • 60 Arch, nat., 319 AP3, dossier I, f° 27.
  • 61 Leroux venait de dénoncer les falsifications que Cousin et Damiron avaient fait subir à un manuscr (...)

31Comme on le voit, ce bilan est mince : faut-il en rester là ? Oui, si l’on en croit le témoignage de Dubois : dans une note datée du 15 février 1843, il attribuait à Leroux « quinze pages au plus » dans toute la collection du Globe60. Mais l’hostilité que Dubois et ses amis nourrissaient à cette époque envers Leroux61, et, plus généralement, le peu de cas qu’ils faisaient de ses capacités intellectuelles, rend ce témoignage suspect. Celui de Damiron est évidemment bien plus digne de foi, qui écrivait le 28 août 1827, dans une lettre à Dubois :

  • 62 « Le Globe en 1827... », art. cité, p. 502.

« Il [Leroux] a maintenant plus d’un volume d’articles, ce dont il se délecte. Je crois qu’on commence à l’apprécier. On le lui dit et on le lui écrit »62.

  • 63 Comme l’observe Henri Mougin (op. cit., p. 64), Leroux « reproduisait souvent le même article dans (...)

32Ainsi il paraît clair que dès cette date, quoi qu’on en ait dit par la suite, Leroux avait donné au Globe de nombreux articles originaux. Certains d’entre eux peuvent être identifiés avec certitude, d’une part grâce à la signature Z. (utilisée par Leroux, on l’a vu, dans son article du 29 novembre 1827), d’autre part grâce à divers témoignages que nous avons trouvés dans les œuvres ultérieures de Leroux63, et que nous citerons chemin faisant :

Tome I, no 100, 28-IV-1825 : Asie. Religion de Bouddha [article non signé ; Leroux en a repris peu à près textuellement deux passages dans l’Encyclopédie nouvelle, t. III, Gosselin, 1837, article « Brahmanisme et Bouddhisme ». p. 72].
Tome IV, no 5, 24-VIII-1826 : Le Coran, traduit de l’arabe, par Savary... [article signé Z. ; Leroux y fait allusion in Job, drame en cinq actes, Dentu, 1866, p. 430].
Tome IV, no 6, 26-VIII-l826 : Asie. Des progrès de nos connaissances sur l’orient [article signé Z. ; Leroux en a repris textuellement un passage in Encyclopédie nouvelle, t. III, article « Castes », p. 308-309].
Tome IV, no 25, 10-X-1826 : Voyage dans la Russie méridionale, par le chevalier Gamba. 1er article [signé Z., repris en partie in Encyclopédie nouvelle, t. III, article « Castes », p. 305-306, cet article n’a pas eu de suite].

Tome IV, no 37, 7-XI-1826 : Histoire. Lettres de Saint Pie V sur les affaires religieuses de son temps, traduites du latin par De Potter [signé Z.].
Tome IV, no 76, 6-II-1827 : De l’esclavage et de la situation de nos colonies. Abolition de la traite et de l’esclavage dans les colonies françaises, par A. Billiard [signé Z. L’auteur annonce un second article, qui n’a jamais paru].
Tome V, no 87, 23-X-1827 : Histoire. Tableau historique, géographique, ethnographique et politique du Caucase, par M. Klaproth. 1er article [signé Z. ; la suite annoncée n’a jamais paru].
Tome VI, no 55, 3-V-1828 : Institut royal de France. Séance annuelle des quatre académies [signé Z.].

  • 64 « Mes collaborateurs au Globe. Leurs articles les plus distingués », Arch, nat., 319 AP3, dossier (...)

33Nous voici bien au-delà des quinze pages dont parlait Dubois, mais bien en deçà de ce « volume d’articles » que Leroux, selon Damiron, avait publié dès le mois d’août 1827. Il faut donc supposer que Leroux est l’auteur d’un assez grand nombre d’articles, très probablement non signés, qui auraient chance de se trouver principalement dans les trois premiers tomes du Globe, avant la série des articles signés Z. A ce sujet, nous ne pourrions proposer que des conjectures si Dubois, dans l’un de ses manuscrits, n’avait noté quelques-uns des articles dus à chacun des rédacteurs dans le tome I du Globe64 ; les articles attribués à Leroux, dont aucun n’est signé, sont les suivants :

No 3, 19IX1824 : Relations sur l’empire birman.
Nos 6 et 15, 26-IX et 14-X-1824 : Afrique. Les Ashantees.
Nos 52, 53, 55 (6, 8 et 13-I-1825) : Asie. Empire Birman.
N ° 53 : Russie. Relation du voyage fait à pied en Sibérie par le capitaine Cochrane.
Nos 57 et 58, 18 et 20-I-1825 : Chine. Extraits des journaux chinois publiés à Pékin et à Canton.
No 78, 8-III-1825 : Chine. Voyage à la Chine, par M. Timkowski.

34Ces articles sont formés pour l’essentiel d’extraits traduits de l’anglais, accompagnés de quelques commentaires : c’est ce que nous appelions la partie documentaire du Globe ; certains d’entre eux pourtant (no 53, no 78) donnent une place plus grande aux réflexions personnelles de l’auteur.

  • 65 Sur ce point, nous avons eu recours plus d’une fois à la compétence de M. Jean-Pierre Lacassagne ( (...)

35Dubois ne poursuit pas ce relevé, et pour aller plus loin nous n’avons plus de preuves. Les attributions hypothétiques, on l’a vu, sont souvent fragiles. Mais une étude d’ensemble de la rédaction du Globe d’une part, de l’œuvre et de la pensée de Leroux d’autre part65, et enfin les résultats que nous venons d’exposer, permettent d’étayer sur un faisceau d’indices quelques hypothèses probables.

  • 66 Voir notamment « De l’influence philosophique des études orientales », Revue encyclopédique, avril (...)

36En premier lieu, tout semble indiquer que Leroux, dans la partie documentaire du Globe, se chargeait des chroniques consacrées au monde extra-européen, au monde asiatique surtout : il nourrissait ainsi son intérêt pour les « études orientales », qui s’exprimera par la suite dans ses premiers articles signés Z., et qu’on retrouve après 1830 dans ses contributions à la Revue encyclopédique et à l’Encyclopédie nouvelle66. Les articles dont il s’agit ont certes encore un caractère « documentaire », et c’est sans doute pourquoi ils sont dépourvus de toute signature. Mais beaucoup sont déjà bien autre chose que de simples extraits, et l’on y reconnaît certaines des préoccupations religieuses, politiques et philosophiques de Leroux.

37Nous citerons d’abord une série d’études consacrées au régime politique et social de la Turquie, sur laquelle l’insurrection grecque appelait alors l’attention (t. I, nos 69, 70, 72, 84, t. Il, no 102 ; février-mai 1825) : ces articles sont manifestement du même auteur, et leurs conclusions sont reprises dans les articles, signés Z., du 26 août et du 10 octobre 1826. Enfin, nous pensons que Leroux est probablement l’auteur des articles suivants :

Tome I, no 81, 15-III-1825 : Russie. Voyage du docteur Lyall [à rapprocher de
l’article, signé Z., du 10-X-1826],
Tome I, no 87, 29-III-1825 : Asie. L’île de Ceylan [Leroux se réfère à cet article dans son étude, parue un mois plus tard, sur la « religion de Bouddha »].
Tome I, no 89, 2-IV-1825 : Voyage à l’Ile de France..., par P. Brunet de Nantes.
[L’allusion aux théories de Bertrand sur « l’extase » se retrouve dans de nombreux articles de Leroux : voir notamment t. I, no 53, t. IV, nos 5, 6, 37].
Tome I, no 89 : Angleterre. Formation d’une société pour encourager la culture et la fabrication du sucre par le moyen du travail libre [à rapprocher de l’article, signé Z du 6-11-1827],
Tome II, nos 147 et 148, 20 et 23-VIII-1825 : Voyages. Voyage de Benjamin Bergmann chez les Kalmucks [à rapprocher des articles du 29-III et du 28-IV-1825. L’idée d une nouvelle « renaissance » liée au progrès des études orientales, exprimée par Leroux dans son article du 26-VIII-1826, apparaît déjà ici].
Tome II, no 194, 8-XII-1825 : Etats-Unis. Antiquités américaines.
Tome III, no 11, 17-I-1826 : Inde. Introduction du jury dans l’île de Ceylan.
Tome III, no 20, 7-II-1826 : Asie. L’île de Singapore.
Tome III, no 77, 20-VI1826 : Inde britannique. Littérature périodique. Chronique
de Singapore [Leroux se réfère à ces trois derniers articles dans son article du 26-VIII-1826],
Tome VI, no 106, 29-X-1828 : Voyages. La Russie, ou coup d’œil sur la situation de cet empire, par M. Niellon Gilbert [sur la vanité des craintes concernant une invasion des « peuples du Nord », cf. les articles du 10-X1826 et du 24-VI-1829].
Tome VII, no 5, 17-1-1829 : Histoire naturelle. Cours de l’histoire naturelle des mammifères, professé au Jardin du Roi, par M. Geoffroy Saint-Hilaire [cf. l’article, signé Z., du 3-V-1828, et supra, note 42].

  • 67 Le 6 octobre 1825, dans son Journal des idées, Michelet note quelques réflexions sur « l’étude rel (...)
  • 68 Voir Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 391.
  • 69 Ibid. Leroux fait sans doute allusion à la rubrique « Economie politique » du Globe : elle était t (...)
  • 70 Op. cit., p. 23 et 130.
  • 71 Leroux fut en effet l’un des premiers à employer le mot socialisme, mais seulement en 1833 : il pr (...)
  • 72 Voir la « Profession de foi saint-simonienne » (Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 391).

38Il paraît certain, d’autre part, que Leroux accorda une large place, dans la partie documentaire du Globe, aux questions de l’instruction populaire et de la vulgarisation des résultats des sciences, conçues comme un instrument essentiel de l’amélioration du sort des classes laborieuses : nous avons sur ce point un témoignage de Michelet67, et celui de Leroux lui-même, qui, dans sa « profession de foi saint-simonienne », évoque les documents qu’il publiait sur « l’instruction primaire aux frais de l’état » et sur « l’émancipation des artisans »68. Leroux fait allusion également à des études « sur les essais divers de système coopératif et sur une foule d’autres sujets » : par ces études et par ces documents, précise-t-il, il avait « sourdement lutté contre les doctrines économiques d’indifférence et de laisser faire professées dans des colonnes plus officielles »69. Mais peut-être a-t-on exagéré parfois la portée de ce témoignage. Henri Mougin allait jusqu’à affirmer que Leroux avait employé dès 1826, dans Le Globe, le mot « socialisme »70 : nous ne l’y avons pas trouvé, et l’on serait, croyons-nous, bien en peine de l’y trouver71. On notera du reste que Leroux, en 1831, est avant tout soucieux d’illustrer la « logique » qui l’a conduit à adhérer au saint-simonisme : il insiste donc sur les « pressentiments » qui l’y avaient secrètement poussé. Mais il a toujours affirmé que la question sociale, pour lui, ne s’était posée dans toute son ampleur et dans son « invincible clarté » qu’après la révolution de juillet72.

39Tout bien considéré, nous ne nous hasarderons pas à citer dans Le Globe des études économiques et sociales que l’on pût attribuer à Leroux. En revanche, il nous paraît probable qu’il est l’auteur de divers articles consacrés au problème de l’instruction des classes laborieuses, et notamment d’une série de comptes rendus des cours de Charles Dupin au Conservatoire des Arts et Métiers (t. II, no 191, I-XII-1825 ; t. IV, no 49, 4-XII-1826 ; t. VI, no 14, 25-XII-1827, et no 17, I-I-1828) ; à quoi l’on peut ajouter :

  • 73 Nous avons cité plus haut le début de cet article. On y trouve un extrait d’un discours évoquant d (...)

Tome I, no 10, 4-X-1824 : Angleterre. Instruction des artisans.
Tome I, no 23, 30-X-1824 : Angleterre. Assemblée pour l’érection d’un monument en l’honneur de James Watt73.
Tome I, no 35, 27-XI-1824 : Instruction des artisans.
Tome I, no 77, 5-III-1825 : Etats-Unis. Ecoles libres de la Nouvelle Angleterre.
Tome II, no 196, 13-XII-1825 : Angleterre. Instruction des artisans. Pratical observations upon the education of the people, by H. Brougham.
Tome II, no 199, 20-XII-l825 : Angleterre. Instruction des classes moyennes.
Tome IV, no 2, 17-VIII-1826 : Suisse. Sociétés patriotiques. Société nationale de musique [sur l’idée qu’il faut des fêtes pour le peuple, cf. t. I, no 23 ; Leroux reprendra ce thème après la révolution de juillet : voir notamment Le Globe, VIe année, nos 188 et 226 (28-VIII-l830, 5-X-1830) ; voir aussi Revue encyclopédique, septembre 1831, « Aux Philosophes »].

  • 74 Voir E. Vacherot, « Notice sur Paul-François Dubois », in Fragments littéraires de Paul-François D (...)
  • 75 Revue sociale, 3e année, p. 68. Cet article, qui n’est pas signé, a été reproduit dans les Fragmen (...)

40A partir de 1827, nous l’avons dit, la partie documentaire du journal perd de son importance ; au surplus, il semble que vers 1828 ou 1829 Leroux s’en soit déchargé, et qu’elle ait été placée alors sous la responsabilité de Barthélemy Saint-Hilaire74. C’est dire que pour ces dernières années de la Restauration, où Le Globe s’éloigne de plus en plus de l’inspiration de son premier fondateur, il est difficile de hasarder des hypothèses sur la collaboration de Leroux. A-t-il donné au Globe, avant la révolution de juillet, des articles politiques ? Ce n’est pas. impossible. En janvier 1848, dans la Revue sociale, Leroux cite un article du Globe, dont il se dit l’auteur, sur le retrait de la loi de « justice et d’amour » (t. V, no 7, 19-IV-1827)75 ; et l’on sait d’autre part qu’il a participé, dans certains de ses articles signés L-x., aux grandes campagnes du Globe sur la « liberté religieuse ».

  • 76 Voir Damiron à Dubois, lettre du 4-VII-1827, in « Le Globe en 1827... », art. cité, p. 495.
  • 77 Voir à ce sujet une lettre de Charles Magnin à Paul Devaux, s. d., Bibliothèque de Salins, Fds. Ma (...)
  • 78 Leroux, écrivait Magnin à son correspondant belge, désire « étudier votre pays dans l’intention de (...)
  • 79 C’est ce qu’indique l’émigré italien Filippo Ugoni dans une lettre à Louis de Potter, datée du 11 (...)
  • 80 Il se réfère expressément aux conclusions des articles de 1828.

41On sait enfin que dès 1827 Leroux était en relations avec des libéraux belges, notamment avec Auguste Baron, correspondant du Globe à Bruxelles76. Il fit un peu plus tard un voyage en Belgique, où il se lia avec Charles Rogier, l’un des futurs chefs de la révolution belge de 1830, et avec d’autres collaborateurs du Politique, journal libéral de Liège77. La date de ce voyage reste incertaine, mais on peut supposer qu’elle précède de peu la publication, dans Le Globe, des deux articles de Leroux sur la « crise » des Pays-Bas (novembre-décembre 1828)78. Par la suite, Leroux apparaît au Globe comme le spécialiste des affaires belges : en 1829, il promet d’écrire un article sur le procès fait à Louis De Potter, l’un des chefs de l’opposition libérale en Belgique, ainsi qu’un compte rendu de deux brochures politiques dues à ce publiciste79. Cette promesse ne semble pas avoir été tenue. Mais en 1830 Le Globe, devenu journal quotidien, donne de nombreuses informations sur le conflit qui oppose les libéraux et les catholiques belges au roi Guillaume ; il publie notamment, le 23 avril, un article intitulé « De la situation des Pays-Bas » (VIe année, no 67) : cet article n’est pas signé, mais il nous paraît probable qu’il est dû à Leroux80.

***

42Ainsi s’achève notre recensement, du moins pour la période qui précède la révolution de juillet. Que le lecteur excuse ce fastidieux inventaire : bien qu’il soit sans doute très incomplet, il nous fournit une matière assez riche pour que nous puissions tenter de caractériser la physionomie intellectuelle de Pierre Leroux à cette époque, et c’est à quoi nous consacrerons la dernière partie de cette étude.

  • 81 Voir Arch, nat., 319 AP3, dossier 1, f° 55, et 319 AP3, dossier 3, f° 6.
  • 82 Voir Rémusat, op. cit., t. II, p. 139.

43On retiendra dès à présent qu’en ces années d’apprentissage Leroux a beaucoup écrit et beaucoup lu ; que loin de s’enfermer dans une spécialité, il s’est intéressé à une foule de problèmes. Dubois, dans ses souvenirs, parle de son « érudition superficielle », de la curiosité « inquiète » et « insatiable » qu’avait nourrie en lui son métier de prote81. Et en effet, la diversité des domaines qu’il aborde et le caractère documentaire de la plupart de ses articles témoignent apparemment d’une certaine dispersion d’esprit. Point de ces séries d’articles prêtes à former un livre, comme il y en a tant dans Le Globe : les articles de Leroux, nous l’avons vu, sont souvent des commencements qui n’ont pas eu de suite. Manque de temps sans doute, pour cet homme harcelé de soucis matériels et de besognes : tandis que d’autres jouissaient des nobles loisirs de l’esprit, il corrigeait des épreuves, ou cultivait des champignons dans les carrières de Montrouge pour nourrir sa nombreuse famille82. Mais peut-être aussi manque de continuité dans les desseins et dans les vues, tendance à éparpiller l’effort intellectuel ? Voire. Si Leroux ne s’enferme pas dans une spécialité, c’est d’abord parce qu’il se refuse à être un « homme spécial » : l’apparente dispersion de ses curiosités recouvre le pressentiment et la recherche, déjà, d’une synthèse.

  • 83 « De l’influence philosophique des études orientales », Revue encyclopédique, avril 1832, t. LIV, (...)

44Quant à son érudition, il est bien vrai qu’elle est hâtive et souvent peu sûre, mais non point superficielle : elle enveloppe un monde de pensées naissantes. Dans un article de 1832, Leroux rappelle que la Renaissance, au XVe siècle « commença par l’érudition », pour se manifester ensuite dans l’art, puis dans la philosophie et enfin dans la politique ; elle reproduisait ainsi, ajoute-t-il, les phases successives de « tout développement humain : s’instruire, sentir, concevoir, réaliser »83. Et il décrit ainsi la première phase :

  • 84 Ibid.

« D’abord, au quinzième siècle, des savants pleins d’espérance et ne sachant pas le but de leur espérance, cultivant l’érudition pour l’érudition même, tout entiers au plaisir de déblayer, d’amasser des matériaux comme des maçons pour bâtir une maison qu’ils ne doivent pas habiter et qui s’élèvera d’après un plan qu’ils ne connaissent pas »84.

  • 85 Voir à ce sujet Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, t. XIII, p. 205.

45Ce texte peut nous aider, croyons-nous, à nous représenter le Pierre Leroux de 1825. Il n’est pas encore sorti de son adolescence intellectuelle, et il cherche sa voie : rien en lui qui témoigne de cette maturité précoce si frappante chez les autres rédacteurs du Globe, jeunes gens que Goethe, à les lire, avait pris pour des barbes grises85. Pourtant, de cette jeune pléiade, Leroux est loin d’être le plus jeune ; mais tandis que les autres, installés avec assurance dans leur rôle de « jugeurs », l’ignorent ou le dédaignent, cet homme modeste, laborieux, riche d’inquiétudes et d’élans, amasse des matériaux et suit solitairement le fil de ses pensées. Il cherche, et cette recherche est déjà orientée dans des directions très originales : c’est ce que nous montrerons par la suite. Mais nous examinerons auparavant le rôle — de premier plan cette fois — joué par Leroux au Globe après les Trois glorieuses.

Notes

1 Le mot est de Leroux lui-même (La Grève de Samarez, Dentu, 1863, t. I, p. 363).

2 La plupart des travaux que l’histoire littéraire a consacrés au Globe se bornent à reproduire, sur ce point, les indications que donne la « notice historique » placée en tête des Fragments littéraires de Paul-François Dubois, Paris, E. Thorin, 1879 (« M. Dubois au Globe », t. I, p. LXXXI-CXXVIII) : si précieuse qu’elle soit, cette notice laisse subsister bien des inconnues ; pour ce qui est de la collaboration de Leroux, elle est très insuffisante.

3 Paul Janet, « Le Globe de la Restauration », Revue des Deux Mondes, IVIII-1879, vol. XXXIV, p. 485.

4 Voir P. Félix Thomas, Pierre Leroux, Alcan, 1904, p. 21-22.

5 C’est ce que note Henri Mougin dans le livre qu’il a consacré à Leroux : « On a trop coutume, écrit Mougin, de négliger l’importance d’une revue comme Le Globe : l’éclat traditionnel du romantisme littéraire qui mûrit au cours de ces années aveugle et empêche de voir l’importance d’autres révolutions des idées, plus profondes que la révolution poétique ou théâtrale » (Pierre Leroux, Éditions sociales internationales, 1938, p. 21-22).

6 Pierre Leroux, « D’une nouvelle typographie », Revue indépendante, 25-I-1843, t. VI, p. 274.

7 Ibid.

8 Entré à l’Ecole polytechnique en 1814, Bertrand en fut chassé après les Cent Jours, et se fit médecin. Leroux lui a consacré un article dans l’Encyclopédie nouvelle, t. II, Gosselin, 1836, p. 641-644.

9 Voir à ce sujet François-André Isambert, De la Charbonnerie au Saint-simonisme. Etude sur la jeunesse de Buchez. Editions de Minuit, 1966.

10 D’où l’étonnant voisinage au sein de la Charbonnerie d’un Bazard, d’un Buchez, d’un Cabet, d’un Leroux, et d’hommes tels que Barthe, Mérilhou, les frères Scheffer, futures gloires de la Monarchie de juillet.

11 « D’une nouvelle typographie », art. cité, p. 276.

12 Ibid., p. 277.

13 Lachevardière obtint son brevet d’imprimeur en décembre 1823 (Archives nationales, Dossier Lachevardière, F18-1784)

14 C’est du moins ce qu’affirme Paul-François Dubois dans les souvenirs qu’il a consacrés à la rédaction du Globe (« Le journalisme sous la Restauration — Le Globe », ms. inédit, Fonds Rémy Buf fet, f° 3). Leroux, pour sa part, présente Lachevardière comme l’un de ses amis d’enfance (« D’une nouvelle typographie », p. 290).

15 Il fut l’un des premiers à utiliser en France les presses mécaniques anglaises, et il semble avoir eu une grande confiance dans l’avenir du journalisme : imprimeur et bailleur de fonds du Globe, il fut aussi l’imprimeur du Mémorial catholique (fondé en janvier 1824 par Lamennais et ses amis) et l’un des actionnaires-fondateurs du Producteur, le premier journal saint-simonien, qui était également imprimé sur ses presses ; son père, ancien robespierriste, avait collaboré en 1819 au Politique de Saint-Simon (voir Henri Gouhier, La jeunesse d’Auguste Comte, t. II, Vrin, 1936, p. 200, note 5).

16 Voir « Le Globe, journal de la doctrine de Saint-Simon », Le Globe, VIIe année, no 18, 18-I1831. Signée P. Leroux, écrite en collaboration avec Sainte-Beuve, cette « Profession de foi saint-simonienne » a été reproduite à la fois dans les Œuvres de Pierre Leroux, t. I, Sandré, 1850, p. 339-345, et dans les Premiers Lundis de Sainte-Beuve (voir Sainte-Beuve, Œuvres, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, Gallimard, 1956, p. 387-394). Pour l’historique de la fondation du Globe, voir aussi l’article de Sainte-Beuve sur Jouffroy (1833) in Œuvres, t. I, p. 915-940.

17 Outre le ms. Ci-dessus cité, que M. Rémy Buffet nous a aimablement communiqué, il faut mentionner les Papiers de Paul-François Dubois déposés en 1971 aux Archives nationales (319 AP) ; un dossier (319 AP3, dossier 3) est spécialement consacré à divers documents et souvenirs concernant Le Globe.

18 « Le journalisme... », Fds Buffet, f° 4 ; voir aussi Arch, nat., 319 AP3, dossier 3, f° 54. Selon Dubois, les deux traducteurs étaient Thomas Glashin, professeur d’humanités à la fondation irlandaise, et Pierre-Philibert Leuchsenring (1791-1855), qui avait connu Leroux au Lycée de Rennes, où il avait été maître d’études à la fin de l’Empire (voir Arch, nat., Dossier du Lycée de Rennes, F17-7981). Malgré ce qu’affirme F. Hirth dans son édition de la correspondance de Heine (Heinrich Heine, Briefe, Band IV, Mainz, Florian Kupferberg Vlg, 1951, S. 208), ce Leuchsenring n’a rien de commun avec l’illuminé allemand Franz Michael Leuchsenring.

19 Dubois précise qu’il n’avait pas revu Leroux depuis 1821. L’entrevue eut lieu non point à la fin du mois d’août 1824, comme Dubois l’affirme dans ses souvenirs (« Le Journalisme... », Fds. Buffet, f° 3), mais à la fin du mois de juillet (voir une lettre inédite de Dubois à Jouffroy, datée du 4VIII 1824, Arch, nat., 319 AP3, dossier 3, f° 70-71).

20 « J’ai la direction suprême et absolue du journal [...]. Je me charge de composer la rédaction, et pour cela j’ai compté sur mes amis, qui tous me promettent coopération » (Dubois à Jouffroy, lettre citée, 4-VIII-1824).

21 Loi du 10 mars 1822. Depuis cette date, l’autorisation nécessaire à la fondation d’un journal politique était de plus en plus systématiquement refusée, et les journaux « littéraires » s’étaient multipliés.

22 « Profession de foi saint-simonienne », art. cité (Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 387-388).

23 Leroux écrivait ceci en 1835 : « La fonction de nouvellistes, comme on disait au XVIIe siècle, nous irait mieux que celle de jugeurs par métier et par nature, sorte de Perrin Dandin du monde littéraire » (« Histoire littéraire, Revue trimestrielle », Revue des Deux Mondes. I-XI11835, t. IV, 4e série, p. 571).

24 Voir à ce sujet David Albert Griffiths, Jean Reynaud, encyclopédiste de l’époque romantique, Rivière, 1965, p. 122-123.

25 Cité in Ch. M. Des Granges, La presse littéraire sous la Restauration, Mercure de France, 1907, p. 139. On trouve dans le prospectus de la Revue encyclopédique (1819) des idées analogues.

26 « Profession de foi saint-simonienne » (Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 389).

27 Par la suite, Leroux dénoncera vigoureusement chez les éclectiques issus du « séminaire » de l’Ecole normale leur tendance à « cultiver les langues, la littérature et les matières philosophiques pour elles-mêmes, et indépendamment de la vie politique et sociale », et à considérer « toutes les sciences et tous les arts comme autant de sphères distinctes entre lesquelles il n’existait aucun lien » (« De la philosophie éclectique enseignée par M. Jouffroy », Revue encyclopédique, juin 1833 ; texte repris in Pierre Leroux, Réfutation de l’éclectisme, 2e édition, Gosselin, 1841 : voir p. 62 et 65).

28 Arch. nat. 319 AP3, dossier 3, f° 54.

29 Dubois à Jouffroy, 4-VIII-1824 (Arch. nat. 319 AP3, dossier 3, f° 70).

30 Œuvres, t. I, p. 932.

31 P.F. Dubois à Camille Mellinet, lettre du I-V-1833, Arch, nat., 319 AP1, dossier 2, f° 50.

32 Dubois à Charles Weiss, lettre s.d. [juillet-août 1825], Bibliothèque de Besançon, coll. Estignard, ms. 1904, f° 286.

33 Le 2 septembre, Dubois écrit à son ami Jouffroy qu’il s’est résolu à s’« opposer, après bien des incertitudes, à l’apparition quotidienne » (Arch, nat., 319 AP3, dossier 3, f° 72). Jouffroy, absent de Paris, avait écrit quelque temps plus tôt à Charles Weiss : « Je ne sais plus comment va le Globe [...]. On me dit que Dubois va le rendre quotidien. J’ai bien peur qu’il ne l’amoindrisse en le multipliant » (lettre du 8-VIII-1825, Bibliothèque de Besançon, Fonds Charles Weiss, ms. 633, f° 59). Réticence significative : tentés par le modèle de la review anglaise, beaucoup de rédacteurs répugnaient à la quotidienneté du journal. Et tout montre qu’après 1825 cette tendance prévalut : à partir du tome V (avril 1827), le sous-titre du Globe indique qu’il s’agit d’un « recueil », et non plus d’un « journal » ; quelque temps plus tard (janvier 1828), Le Globe ne paraît plus que deux fois par semaine, chaque numéro comportant deux feuilles.

34 Citons encore dans le même passage ceci, qui semble faire écho aux idées de Leroux : « Les peuples sont aujourd’hui unis par les intérêts ; la civilisation entretient entre eux un utile échange de connaissances comme de produits ; avec les nuances qui les distinguent, tous marchent, à l’ombre de la paix, vers un but commun, le perfectionnement de leur état social et les jouissances du travail » (Le Globe, t. I, no 1, 15-IX-1824).

35 « C’est notre mission, lit-on dans le numéro du 20 octobre, d’extraire des grands recueils nationaux et étrangers tout ce qu’ils contiennent d’utile, pour le répandre et pour le propager » (t. I, no 18).

36 Le Globe, t. I, no 13, 10-X-1824.

37 Tome I, no 16.

38 C’est la mention qui figure sur le premier papier à en-tête utilisé par l’administration du Globe. Le 8 octobre, les bureaux du journal, sis d’abord rue des Petits-Augustins, furent installés rue Saint-Benoît, et le nouvel en-tête qui fut imprimé à la suite de ce changement d’adresse porte simplement la mention : « journal littéraire », comme le titre même du Globe (voir notamment les lettres de Dubois à Charles Magnin, Bibliothèque de Salins, Fds Magnin, ms. 7933).

39 « Angleterre. Assemblée pour l’érection d’un monument en l’honneur de James Watt ». Le Globe, t. I, no 23, 30-X1824.

40 Vitet, Duchâtel, Magnin, Duvergier de Hauranne, Rémusat — pour ne citer que les plus importants — donnent au Globe leurs premiers articles entre le début de novembre 1824 et la fin de janvier 1825.

41 Le 1er novembre 1824, dans un entrefilet consacré au Globe, le Journal du commerce faisait l’éloge du nouveau journal, et vantait les « excellents morceaux de critique » qui y avaient été publiés : mais il regrettait leur rareté, et déplorait que Le Globe fût rempli trop souvent « de petits détails statistiques et de petits faits qui n’offrent pas toujours assez d’intérêt ». Le Globe protesta que de telles informations avaient « une intention et un but d’utilité » (t. I, no 24, 2-X1-I824) ; mais dès lors les nouvelles commencèrent à être moins nombreuses, et laissèrent plus de place aux articles originaux. Au même moment (30 octobre), Le Globe annonçait que désormais sa feuille du samedi serait double, afin de permettre des articles plus étendus (voir t. I, no 23).

42 Le Globe fut le premier à publier de tels comptes rendus, et cette nouveauté ne s’imposa pas sans résistance : Bertrand dut braver l’hostilité de nombreux académiciens, notamment celle de Cuvier, qui prétendit lui interdire d’assister aux séances de l’académie (voir à ce sujet le témoignage de Pierre Leroux in Encyclopédie nouvelle, t. II, article « Bertrand », p. 643). D’autres académiciens soutinrent l’initiative de Bertrand, notamment Fourier et Geoffroy Saint-Hilaire. On sait du reste que Leroux lui-même suivait à cette époque les cours de Geoffroy Saint-Hilaire au Jardin des Plantes, et qu’il devint l’ami du naturaliste (voir P.F. Thomas, op. cit., p. 21).

43 Alexandre Moreau de Jonnès (1778-1880) fut en France l’un des pionniers de la statistique, discipline toute nouvelle à l’époque.

44 Voir Le Globe, t. I, nos 37 (2-XII-1824) et 40 (9XII-1824).

45 Tome II, nos 113 (28-V-1825) et 116 (4-VI-1825).

46 Outre ses comptes rendus académiques, Bertrand donna au Globe de nombreux articles, et notamment une série d’études consacrées à divers cas de possession, d’hystérie et d’extase : il préparait un grand ouvrage sur cette question, où il entreprenait de réfuter la thèse, héritée du XVIIIe siècle, selon laquelle les fondateurs de religions ne sont que des imposteurs. Selon Dubois (« Le journalisme... », Fds Buffet, f° 4), Pierre Leroux s’intéressa de très près à ces travaux ; dans son article sur Bertrand, il en expose longuement les résultats et insiste sur leur importance philosophique.

47 Œuvres, t. I, p· 932.

48 Rémusat, Mémoires de ma vie, t. II, Plon, 1959, p. 138-139.

49 Ibid.

50 Œuvres, t. I, p. 932.

51 Le mot est de Sainte-Beuve (Nouveaux Lundis, t. XIII, Michel Lévy, 1870, p. 210).

52 Voir par exemple la lettre de Damiron à Dubois du 28 août 1827, que nous avons publiée dans la Revue d’Histoire littéraire de la France (« Le Globe en 1827. Lettres inédites de Damiron et de Dubois », mai-juin 1972 ; voir p. 500). Dans une autre lettre (12-VI-1827, voir ibid., p. 490), Damiron parle de ce « pauvre diable » de Leroux.

53 Leroux habitait hors barrière, et vivait en concubinage avec une femme du peuple. « Il ne connaissait personne, écrit Rémusat, était un peu sauvage, avait les formes et la vie d’un ouvrier aisé et intelligent, familier et négligé » (op. cit., t. II, p. 139). Sainte-Beuve, de son côté, évoque dans ses Cahiers le Leroux « pataud et crotté » qu’il avait connu au temps du Globe (Cahiers, t. I, Gallimard, 1973, p. 215).

54 Leroux avait connu Damiron et Victor Cousin dès l’enfance, alors qu’ils étaient tous trois élèves d’une pension rattachée au Lycée Charlemagne (voir P.F. Dubois, Cousin, Jouffroy, Damiron. Souvenirs inédits p.p. Adolphe Lair, Perrin, 1902, p. 27-28 et p. 164). Sur Damiron à l’époque du Globe, voir le témoignage élogieux de Leroux in Revue indépendante, 25XII-1842, t. V, p. 664-665. Quant à Dubois, ses fonctions au Globe le mettaient en rapports constants avec Leroux ; les nombreux différends qui opposèrent les deux hommes n’excluaient pas, semble-t-il, une certaine sympathie, qui s’exprime notamment dans la « Profession de foi saint-simonienne » de Leroux (voir Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 390).

55 Sur les rapports de Leroux et de Guizot, voir P.F. Thomas, op. cit. p. 26-27.

56 Le 9 juin 1827, en l’absence de Dubois, Leroux prit sur lui de publier dans Le Globe un article de Bertrand sur le sommeil (t. V, n° 29), qui critiquait longuement les thèses que Jouffroy avait exposées quelque temps auparavant sur le même sujet : les autres rédacteurs, qui tenaient Jouffroy pour leur maître en philosophie, en furent mécontents. Damiron, qui rapporte le fait dans une lettre à Dubois (12 juin 1827), laisse entendre que de semblables incidents s’étaient déjà produits (voir « Le Globe en 1827... », art. cité, p. 490). Leroux, de son côté, évoque en 1842 l’accueil désapprobateur que les rédacteurs du Globe avaient réservé, en 1829, à son article sur Napoléon : « Ils sourirent de dédain », écrit-il ; et il précise : « Si j’avais été forcé de les consulter pour publier cet article, il n’aurait point paru » (Revue indépendante, IIII1842, t. II, p. 583).

57 « Leroux était en général facile, patient, inattentif et sans prétention. Mais il lui prenait par instants des ombrages démocratiques ; sa fierté d’ouvrier se révoltait [...], il supposait quelquefois qu’on le prenait pour un manoeuvre et se plaignait de l’insolence des gens de lettres » (Rémusat, op. cit., t. II, p. 139).

58 Œuvres, t. I, p. 932.

59 Attribution proposée par Gustave Michaut (Sainte-Beuve avant les « Lundis », Fribourg, 1903, p. 377-378), puis par David Owen Evans (Le socialisme romantique, Pierre Leroux et ses contemporains. Rivière, 1948, p. 240), et admise par Jean-Pierre Lacassagne (« De la charbonnerie au saint-simonisme : l’itinéraire politique de Pierre Leroux », Revue des travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques, 1971, 2e semestre, p. 191). Selon le témoignage de Duvergier de Hauranne (lettre à Salvandy, 7-IV1825, Arch, nat., Papiers Salvandy, 152 AP1, dossier 4), confirmé par Dubois (Arch, nat., 319 AP3, dossier 3, f° 29), les articles signés Lxx. sont dus à Louis de Guizard. Il en est probablement de même de deux articles signés Lx. (t. II, no 168, 8-X-1825 ; t. III, no 13, 21-I-1826). Quant à l’article non signé consacré aux Religions de l’antiquité, de Creuzer (trad. Guigniaut) dans Le Globe du 27 août 1825 (t. II, no 150), c’est également à tort qu’on a cru pouvoir l’attribuer à Leroux (voir Brian Juden, Traditions orphiques et tendances mystiques dans le romantisme français. Klincksieck, 1971, p. 320) : il est de Dubois (voir une lettre de Gustave Planche, datée du 5-IX-1825, in Maurice Regard, Gustave Planche, Correspondance, bibliographie, iconographie. Nouvelles éditions latines, 1955, p. 17).

60 Arch, nat., 319 AP3, dossier I, f° 27.

61 Leroux venait de dénoncer les falsifications que Cousin et Damiron avaient fait subir à un manuscrit de Jouffroy (« M. Cousin, auteur de la mutilation d’un écrit posthume de Th. Jouffroy », Revue indépendante, 25 décembre 1842).

62 « Le Globe en 1827... », art. cité, p. 502.

63 Comme l’observe Henri Mougin (op. cit., p. 64), Leroux « reproduisait souvent le même article dans plusieurs ouvrages différents » : peut-être cela permettrait-il d’identifier d’autres contributions de Leroux à la rédaction du Globe.

64 « Mes collaborateurs au Globe. Leurs articles les plus distingués », Arch, nat., 319 AP3, dossier 3, f° 21-33. Dans la note consacrée à Leroux (f° 23), Dubois semble ignorer une fois de plus les articles que nous venons de citer, et il écrit ceci : « Aucun article original avant 1827, jusque-là des traductions et des nouvelles ».

65 Sur ce point, nous avons eu recours plus d’une fois à la compétence de M. Jean-Pierre Lacassagne (Université de Strasbourg), qui est aujourd’hui le meilleur connaisseur de l’œuvre de Pierre Leroux : qu’il trouve ici l’expression de notre reconnaissance pour l’aide qu’il nous a libéralement accordée.

66 Voir notamment « De l’influence philosophique des études orientales », Revue encyclopédique, avril 1832, t. LIV, p. 69-82.

67 Le 6 octobre 1825, dans son Journal des idées, Michelet note quelques réflexions sur « l’étude religieuse des sciences naturelles dans leurs notions les plus populaires », et fait allusion à ce propos à un « discours de Leroux » (Ecrits de jeunesse, Gallimard, 1959, p. 235) : comme le note Paul Viallaneix (ibid., p. 418), il s’agit très probablement d’un discours traduit ou commenté par Leroux dans Le Globe.

68 Voir Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 391.

69 Ibid. Leroux fait sans doute allusion à la rubrique « Economie politique » du Globe : elle était tenue par Duchâtel, qui s’y montrait un partisan décidé des doctrines de Malthus.

70 Op. cit., p. 23 et 130.

71 Leroux fut en effet l’un des premiers à employer le mot socialisme, mais seulement en 1833 : il précise lui-même qu’il ne l’avait pas encore employé lors de la révolution de 1830 (voir L’Espérance, 3e livraison, septembre 1858, p. 171).

72 Voir la « Profession de foi saint-simonienne » (Sainte-Beuve, Œuvres, t. I, p. 391).

73 Nous avons cité plus haut le début de cet article. On y trouve un extrait d’un discours évoquant des « artisans » anglais écoutant religieusement une leçon sur le système de Newton : est-ce le discours auquel songeait Michelet ? Notons que cet article est signé *** (les autres articles que nous citons ici ne sont pas signés). Cette signature apparaît assez souvent dans Le Globe avant 1826, à une époque où ni Dubois, ni Leroux n’utilisent d’initiales. Il paraît certain que la plupart des articles ainsi signés sont dus à Dubois, mais non point tous : Duvergier de Hauranne, en 1825, précisait que cette signature était utilisée par plusieurs rédacteurs (lettre à Salvandy, 7-IV-1825).

74 Voir E. Vacherot, « Notice sur Paul-François Dubois », in Fragments littéraires de Paul-François Dubois, t. I, p. XX, et Rémusat, op. cit., t. II, p. 294.

75 Revue sociale, 3e année, p. 68. Cet article, qui n’est pas signé, a été reproduit dans les Fragments littéraires de Paul-François Dubois, t. I, p. 372-373 ; mais ce recueil posthume contient plusieurs articles qui ont été attribués à Dubois par erreur ; et l’on sait d’autre part que Dubois, malade, écrivait peu au Globe à cette époque.

76 Voir Damiron à Dubois, lettre du 4-VII-1827, in « Le Globe en 1827... », art. cité, p. 495.

77 Voir à ce sujet une lettre de Charles Magnin à Paul Devaux, s. d., Bibliothèque de Salins, Fds. Magnin, ms. 7843, f° 2. Leroux lui-même fait allusion à ce voyage dans une lettre à Charles Rogier du 19-XI-1830 (Archives générales du Royaume, Bruxelles, Papiers Charles Rogier, dossier no 203 ; voir aussi ibid., dossier no 173, une lettre de Leroux à Rogier datée du 6-IX-1834).

78 Leroux, écrivait Magnin à son correspondant belge, désire « étudier votre pays dans l’intention de nous le faire mieux connaître ».

79 C’est ce qu’indique l’émigré italien Filippo Ugoni dans une lettre à Louis de Potter, datée du 11 juillet 1829 (voir « Lettere di Camillo e Filippo Ugoni a Luigi de Potter. Communicazione del Prof. Mario Battistini ». Commentari dell’Ateneo di Brescia per il 1931. Brescia, 1932, p. 407). Voir aussi ibid., p. 425, lettre de Camillo Ugoni à Louis de Potter, 18-IX-1829.

80 Il se réfère expressément aux conclusions des articles de 1828.

81 Voir Arch, nat., 319 AP3, dossier 1, f° 55, et 319 AP3, dossier 3, f° 6.

82 Voir Rémusat, op. cit., t. II, p. 139.

83 « De l’influence philosophique des études orientales », Revue encyclopédique, avril 1832, t. LIV, p. 71.

84 Ibid.

85 Voir à ce sujet Sainte-Beuve, Nouveaux Lundis, t. XIII, p. 205.

© Presses universitaires de Lyon, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search