Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

V. (Dés)ordre(s) du discours contemporain

Emphase chez Duras : configurations discursives et variations contextuelles

Philippe Wahl

Texte intégral

1Étudier l’emphase chez Duras, c’est faire retour à la rhétorique par le biais linguistique, pour mieux cerner les enjeux d’une posture d’énonciation littéraire. La notion syntaxique d’emphase (de l’anglais emphasis, « insistance, accent ») a été répandue par la grammaire générative et transformationnelle, qui l’a appliquée aux types de phrases. Son lien traditionnel avec la question de l’ordre des mots appelle une triple réserve.

21. Ni la dislocation à gauche du sujet (Pierre, il a triché), ni son extraction par c’est… qui (C’est Pierre qui a triché) ne modifient l’ordre des constituants par rapport à une proposition assertive « non marquée ». C’est moins leur succession qui est en cause que la structuration syntaxique de l’énoncé soumis à une détermination énonciative.

32. La notion même d’emphase syntaxique doit être interrogée, et à travers elle le postulat, intuitif ou théorisé, de dérivation à partir d’une « construction plane » (Damourette et Pichon, § 1 553) : sa restitution peut être syntaxiquement impossible et, plus encore, non pertinente d’un point de vue pragmatique. Principes théoriques et pratiques d’analyse incitent à une définition sui generis des tours emphatiques.

43. Ces tours entretiennent avec la rhétorique un rapport contingent. C’est dans un chapitre sur l’art oratoire qu’Henri Weil les sollicite comme marques d’une « liberté » conquise contre « la tyrannie de l’ordre analytique » (1991, p. 67). Mais ils sont illustrés par la « marche indépendante » de la phrase brève de Voltaire, qui contrarie le modèle d’amplification de la période (ibid., p. 30).

  • 1 L’incipit du roman Émilie L. — « Ça avait commencé par la peur » — est ainsi transposé dans le Vir (...)

5L’écriture de Duras met en jeu, aux niveaux intra- et interphrastiques, une tension entre segmentation et liaison soutenant la représentation de la phrase comme « drame syntaxique » (Weil, 1991, p. 16). Si elle ressortit à l’emphase rhétorique, c’est essentiellement comme moyen de « forger l’énergie du style » (Aquien et Molinié, 1996, p. 149-150). Le champ d’analyse sera restreint au tour d’extraction par c’est… qu-, stylème durassien caractéristique au point de fonctionner comme signal parodique1. Par ce biais syntaxique, le jeu d’imitation confronte le lecteur à la problématique du style comme dialectique entre identité et variation (Molinié, 1994, p. 97 et suiv.). L’enjeu de l’analyse discursive est de mettre au jour les valeurs contextuelles du fait de langage (propriétés positives et différences) dans l’institution d’un univers de discours.

  • 2 M. Duras, « L’inconnue de la rue Catinat », entretien avec H. Le Masson, Le Nouvel Observateur, 28 (...)

6Il faut insister sur la composante énonciative de l’emphase, qui intéresse l’écriture de Duras dans son rapport à la vocalité. Les variations du clivage syntaxique manifestent le rôle du paragraphe (§) comme lieu d’articulation, à la fois unité d’émission et charnière du discours. Elles participent d’effets de parole favorisant l’émergence d’une « voix Duras » caractérisée par son pouvoir d’affirmation. Un balisage linguistique de la notion d’extraction justifiera une première incursion dans le texte de L’Amant (Éditions de Minuit, 1984), œuvre de la maturité dont l’« écriture courante »2 approche une définition du style comme « variation continue » (Deleuze et Guattari, 1980, p. 123). L’analyse cernera ensuite les enjeux du tour syntaxique dans un discours personnel revendiquant le caractère individuel et volontaire que Saussure prêtait à la parole.

Le clivage, entre langue et discours

7Traditionnellement rangé parmi les gallicismes, le tour d’extraction par c’est… qu- se signale par son instabilité théorique. La notion de cleft sentence est due à Otto Jespersen, qui en fait moins un procédé d’« emphase » qu’un moyen d’échapper à la « rigidité de l’ordre des mots » (1971, p. 141 et suiv.). La définition ultérieure de la pseudo-cleft sentence (Peters et Bach, 1971) pose la question de l’homologie entre clivage et pseudo-clivage, mais aussi de la valeur de chaque tour : simple « geste présentant un élément de la phrase à l’attention de l’auditeur » (Jespersen) ou « mise en propos » (Riegel et alii, 1994, p. 430 et 606) ?

Problématiques du clivage

8L’énoncé clivé offre un point de passage entre les deux types de phrase, liée et segmentée, distingués par Bally (1965, p. 74). On peut ramener à deux modèles l’analyse de cette tension syntaxique.

91. Promu par la grammaire générative, le premier est fondé sur la rigidité de l’outil c’est… qu-, systématisé comme opérateur syntaxique. Il peut justifier une analyse syntaxique rapportée à la construction plane de l’énoncé (Jespersen, 1971, p. 144). Mais la construction se prête aussi à une description non-transformationnelle : Claire Blanche-Benveniste propose une définition de c’est subduit comme « verbe de dispositif » à variations restreintes, couplé à une « pseudo-subordonnée » contenant le verbe « constructeur » de l’énoncé (1983, p. 101 et suiv.).

102. Le second modèle privilégie le rôle de la copule être dans une construction attributive de type disloqué. Sandfeld a imposé l’hypothèse d’une « transposition » à partir d’une « proposition relative indépendante » antéposée — Qui fut étonné, ce fut le pasteur — ensuite « confondue avec les propositions relatives adjointes » (1936, p. 119 et suiv.). Notons que selon ses réalisations la séquence en qu-… peut se prêter à des descriptions de type conjonctif (Guillaume, 1982 ; Moreau, 1976) qui invitent à interroger le classement traditionnel des parties du discours.

11Ces postulations théoriques méritent d’être rapportées à une double détermination du discours durassien, mettant en jeu le degré de grammaticalisation du tour ainsi que le rapport entre clivage et pseudo-clivage.

Discours en c’est

12L’écriture de L’Amant mise sur c’est comme ressort narratif, exploitant une continuité entre présentation et clivage qui problématise le statut du pronom c’ : représentant ou non ? selon quel schème de référenciation ? La valeur déictique de certains emplois se justifie par l’artifice de l’album-photo (p. 21), dont la raison d’être est l’évocation d’une image absente : celle de la jeune fille lors de la rencontre. Dès lors, le rôle d’identification du présentatif s’efface derrière celui de représentation littéraire, scellant entre narrateur et lecteur un « pacte de croyance » (Rabatel, 2000, p. 53) fondé sur sa valeur fondamentale de « deixis consensuelle » (Danon-Boileau, 1992).

C’est le passage d’un bac sur le Mékong. / L’image dure pendant toute la traversée du fleuve. (p. 11)

13Pour cerner « l’image absolue » (premier titre envisagé), le texte progresse par étapes présentatives — « C’est la traversée du fleuve », etc. (p. 16) — avant d’inscrire l’effet de sublimation dans un paragraphe surdéterminé par un dispositif de clivage. En ouverture, la construction indirecte du « régime » syntaxique de c’est marque la dépendance des circonstances à l’égard d’un événement développé par paliers : « § C’est au cours de ce voyage que l’image se serait détachée, qu’elle aurait été enlevée à la somme. » En clôture de paragraphe est explicité le pouvoir de cette image : « C’est à ce manque d’avoir été faite qu’elle doit sa vertu, celle de représenter un absolu, d’en être justement l’auteur. § » (p. 17)

14Inversement, le paragraphe suivant se suspend dans un déploiement paradigmatique (temps, espace) qui retarde d’une dizaine de pages la rencontre avec l’Amant :

§ C’est donc pendant la traversée d’un bras du Mékong / sur le bac qui est entre Vinhlong et Sadec / dans la grande plaine de boue et de riz du sud de la Cochinchine, / celle des Oiseaux. (p. 17)

  • 3 L’intuition d’une double saillance de la scène du bac comme scène originaire et du tour syntaxique (...)

15Par l’insistance des marques rectionnelles, l’énoncé s’interprète comme un « tour [clivé] incomplet » (Damourette et Pinchon, § 1 562) inscrivant dans la phrase l’empreinte de l’image absente. L’incomplétude syntaxique est compensée par l’élaboration stylistique : amplification, puissante cohésion sonore, insistance de toponymes exotiques et poétiques3.

16Les liens contextuels entre énoncé présentatif et clivage manifestent l’iconicité syntaxique d’un fait de désignation. Il faut toutefois distinguer le fonctionnement pragmatique des deux tours. Le présentatif oscille entre identification et pure (re)présentation, emploi privilégié dans le discours littéraire qui présuppose l’existence de l’univers de référence auquel renvoie le régime. La forme typique du clivage inscrit le présupposé dans la séquence en qu-…, pour exprimer à travers le régime un « choix paradigmatique » (Nølke, 1994, p. 129). Alors que le présentatif produit un effet de captation immédiate par le point de vue de l’énonciateur, le clivage fonctionne comme un dispositif dialogique potentiellement polémique.

Discours en (c’)est

17À la construction concrète des effets de réel répond la tendance à l’abstraction d’un discours commentatif et réflexif, qui se manifeste dans sa visée définitionnelle (X est Y). Mais deux paramètres interdépendants imposent un modèle de phrase à reprise pronominale « médiate », dont relève le pseudo-clivage : X, c’est Y (Le Goffic, 1993, p. 143).

  • 4 J. Lacan, « Hommage fait à Marguerite Duras, du Ravissement de Lol V. Stein », Cahiers Renaud-Barr (...)

18– La nature grammaticale des constituants, fréquemment de type infinitif ou propositionnel. C’est alors l’absence de reprise qui paraît marquée, comme l’illustre cette préciosité de Lacan à propos de Duras : « Que la pratique de la lettre converge avec l’usage de l’inconscient, est tout ce dont je témoignerai en lui rendant hommage4. »

19– Une relation sémantico-référentielle de type identificationnel ou spécificationnel. Alors que la reprise pronominale est facultative dans une phrase prédicationnelle à support nominal — effet sensible de recatégorisation : « cette affaire de compartiments [ça] ne doit pas être si rentable que ça » (p. 62) —, elle facilite la transition de l’abstrait au concret. De tels énoncés supposent en effet une glose du type « ce que X est, c’est » (Le Goffic, 1993, p. 210 et 141) : « Je lui dis que dans mon enfance le malheur de ma mère a occupé le lieu du rêve. Que le rêve c’était ma mère et jamais les arbres de Noël, toujours elle seulement […]. » (p. 58-59)

20Soumise à ces déterminations, la relation attributive n’empêche donc pas l’appréhension globale de c’est comme « marqueur d’identification » (Le Goffic, 1993, p. 210). S’il n’y a pas emphase au sens de transformation, la construction assure la frappe du discours par la mise en tension de sa composante dialogique (substrat interrogatif du tour) et de l’évidence assertive (non-segmentation graphique) : « Son héroïsme c’est moi, sa servilité c’est l’argent de son père. » (p. 63)

Faiblesse du pseudo-clivage

  • 5 Exemples : Ce qui compte, c’est de participer (cf. ?(de) participer compte) ; « Ce que je sais c’e (...)
  • 6 La prédication adjectivale manifeste pourtant une différence de construction : alors que dans le p (...)

21La relation de spécification sous-tend clairement le pseudo-clivage, sollicité comme modèle explicatif du clivage et des énoncés à reprise pronominale. Certaines analyses transformationnelles dérivent d’ailleurs la phrase clivée d’une structure de type pseudo-clivé (voir Moreau, 1976) — description confortée par des analyses intonatives (Rossi, 1981, p. 215-216). La notion peine pourtant à trouver sa place dans la grammaire française. De fait, sa version transformationnelle est fragile (blocages entre pseudo-clivage et construction plane, entre pseudo-clivage et clivage)5 et le pseudo-clivage paraît immédiatement analysable comme dislocation gauche6, d’où sa proximité avec des constructions à forme nominale peu spécifiée : « la seule personne que craint le frère aîné, […] c’est moi. » (p. 68) La contrainte pesant sur le régime (forme non prépositionnelle) confère par ailleurs une certaine indépendance aux deux séquences, qui répondent au modèle des clauses macro-syntaxiques (Berrendonner, 1997).

22Mais de même qu’on regroupe sous le terme de dislocation deux constructions asymétriques, l’analyse textuelle incite à souligner la parenté et la complémentarité entre clivage et pseudo-clivage. C’est le ressort de cette figure de correction, qui verrouille leur rapport dans un rigoureux dispositif de parallèles et symétries :

§ Ce ne sont pas les chaussures qui font ce qu’il y a d’insolite, // d’inouï, ce jour-là, dans la tenue de la petite. <> Ce qu’ il y a ce jour-là c’est que la petite porte sur la tête un chapeau d’homme aux bords plats, // un feutre souple couleur bois de rose au large ruban noir. § (p. 19)

23Or le pseudo-clivage n’est pas réductible à un énoncé plan ( ?il y a ce jour-là que…) et la forme pronominale indéfinie (« ce qu’il y a [d’insolite]… »), constituée dès la première phrase, est perçue comme autonome. L’effet d’emphase tient donc essentiellement à l’armature formelle de chaque construction et à leur combinaison dans le paragraphe.

  • 7 M. Duras, « L’inconnue de la rue Catinat », article cité.

24La continuité soulignée entre énoncé présentatif et clivage favorise la perception de « tours incomplets » en c’est (prép.) X, qui se prêtent à une lecture en pseudo-clivage ou en clivage selon la prégnance de l’implicite et la dynamique du discours. Justifié à seule fin heuristique, l’exercice de restitution manifeste sous « la crête des mots »7 des ajustements métonymiques où ce fonctionne comme « relais topique » (Cadiot, 1988) :

J’ai mal tout à coup. C’est à peine [*si j’ai mal], c’est très léger [*ce mal]. [*ce qui me fait mal…] C’est le battement du cœur déplacé là, dans la plaie vive et fraîche qu’il m’a faite, lui, celui qui me parle, celui qui a fait la jouissance de l’après-midi. (p. 62)

Régies discursives du clivage

  • 8 Comme le souligne J.-M. Schaeffer, « la variation stylistique ne consiste pas à choisir entre un é (...)
  • 9 Il se trouve que la notion de configuration discursive a servi à décrire certains tours d’emphase (...)

25Les procédés d’emphase engagent la problématique de la variation en syntaxe. Ils interrogent le rapport entre ce que la tradition logique désigne comme « contenu propositionnel » et les opérations énonciatives qui lui sont appliquées. L’attention portée aux déterminations co(n)textuelles empêche de considérer clivage et pseudo-clivage comme des « variantes stylistiques » univoquement marquées par rapport à une norme linéaire ; mais aussi de leur dénier toute valeur interprétative au prétexte qu’ils sont courants, en particulier dans le discours (au sens restreint de Benveniste)8. L’écriture de Duras exploite leur complémentarité dans des variations in præsentia selon une double régie : 1) disposition en réseau textuel relevant du phrasé de « l’écriture courante » ; 2) organisation locale en configurations signalant des lieux de condensation et de relance du discours9. Ce palier mésotextuel d’élaboration stylistique peut correspondre à la notion classique de période, applicable à certaines écritures contemporaines à forte empreinte subjective. Par leurs implications syntaxiques et rythmiques, clivage et pseudo-clivage soutiennent, à travers l’institution d’un ordre langagier, la visée persuasive du discours durassien.

Structuration thématique

26L’analyse discursive impose de corriger une définition courante du clivage comme focalisation, fondée sur l’assimilation au moins partielle du focus au rhème. On sait que l’articulation entre thème et rhème se prête à différents niveaux de description (logique : de qui l’on affirme/que l’on affirme ; sémantique : présupposé/posé ; informationnel : connu/nouveau). Elle échappe à la dichotomie par des degrés de dynamisme communicatif et la relativité du point de vue : information nouvelle ou présentée comme telle. Dans sa réalisation typique de « focalisation syntactisée », le tour circonscrit le rhème de l’énoncé par un processus « d’extraction et d’exclusion » (Morel et Danon-Boileau, 1998, p. 64-65). Il radicalise le paradoxe du présentatif c’est, qui « suppose un consensus sur l’objet de discours » pourtant « identifié de manière égocentrée par une propriété différentielle » (ibid., p. 46). Mais un accent d’emphase peut opérer une sélection interne (« C’est toujours la femme qui décide », Jespersen, 1971, p. 144), et inversement ce constituant peut n’être qu’une partie du rhème.

  • 10 Voir l’infléchissement de la « modulation intonative » entre ces transcriptions d’énoncés oraux de (...)

27Il faut surtout insister sur la capacité du tour à assurer une cohésion thématique10, dont les chevilles circonstancielles du discours romanesque offrent la meilleure illustration. À l’écrit, le tour syntaxique autorise ainsi des interprétations ambivalentes : hésitation ci-dessous entre une lecture faible à valeur d’enchaînement logique et une lecture caractérisante favorisée par l’antéposition de l’attribut :

Je lui dis […] qu’on s’était tous retrouvés en dehors de la maison, à faire chacun ce qu’on voulait faire. Dévergondés on était. C’est comme ça que je suis ici avec toi. (p. 58)

28Le geste syntaxique doit donc être dissocié de l’interprétation. C’est le sens de la distinction proposée par Joëlle Gardes Tamine et Marie-Antoinette Pellizza entre « emphase » et « focalisation » (1998, p. 22 et suiv.). Mais l’usage a maintenu focus au sens syntaxique, en particulier chez des linguistes séparant les deux aspects. Cette hétérogénéité, qui justifierait une description « modulaire » des composantes syntaxique, sémantique, pragmatique de l’énoncé (Nølke, 1994, p. 127 et suiv.), met en jeu des paramètres sur lesquels Blinkenberg déjà attirait l’attention : continuité thématique, fréquence du tour favorisant un « automatisme », elle-même corrélée à la nature grammaticale du constituant extrait.

Clivage : dispositifs en tension

29Le texte présente des exemples canoniques de clivage, caractérisés par de sensibles effets de convergence thématique. Ainsi la fratrie se prête-t-elle à la « mise en relief » d’un choix exclusif, surdéterminé par symétries et parallèles :

Ma mère disait de lui : des trois, c’est lui qui parle le mieux. (p. 66)

Le proviseur lui dit : votre fille, madame, est première en français. Ma mère ne dit rien, rien, pas contente parce que c’est pas ses fils qui sont les premiers en français, la saleté, ma mère, mon amour, elle demande : et en mathématiques ? (p. 31)

30Mais la majorité des occurrences repose sur un conflit entre saillance formelle du focus et valeur discursive de la séquence en qu-…, soutenu par des agencements périodiques :

§ C’est là, [dans la dernière maison, celle de la Loire], / quand elle en aura terminé avec son va-et-vient incessant, [à la fin des choses de cette famille], // c’est que je vois clairement la folie pour la première fois. Je vois que ma mère est clairement folle. Je vois que Dô et mon frère ont toujours eu accès à cette folie. Que moi, non, je ne l’avais jamais encore vue. Que je n’avais jamais vu ma mère dans le cas d’être folle. Elle l’était. De naissance. Dans le sang. […]. § (p. 40-41)

31La situation spatio-temporelle étant acquise, ce passage illustre le cas du « focus charnière » assurant la continuité thématique du discours (Dubois-Charlier et Vautherin, 1997). L’intérêt tient à sa surdétermination formelle — dédoublement interne du clivage et progression par paliers — qui participe d’un effet de dramatisation différant l’information essentielle. L’opposition sémantique /terminatif/ (dernière, aura terminé, fin) vs /inchoatif/ (première fois) prépare une révélation correspondant à la première lexicalisation (folie) d’un état précédemment suggéré (« elle est à enfermer », p. 32). La particularité de la séquence en qu-… est de présenter formellement l’assertion comme un présupposé forçant la connivence du lecteur. D’où l’enjeu de la figure d’amplification, qui apprivoise le tabou sous le double signe de la répétition et de la variation : figure dérivative (folle/folie) et coulissage syntaxique manifestant des degrés d’évidence du constat (« je vois clairement la folie/Je vois que ma mère est clairement folle »). Notons la ductilité référentielle de l’adverbe qui, après avoir soutenu la translation de l’espace au temps (dans quand), s’émancipe de la diégèse pour impliquer l’actualité d’un événement sidérant (aspect sécant du présent).

32Une maison en appelle une autre, celle de Pnom-Penh qui donne lieu à cette variante de clivage en diptyque :

C’est dans cette résidence que ma mère apprendra la mort de mon père. Elle l’apprendra avant l’arrivée du télégramme, dès la veille, à un signe qu’elle était seule à avoir vu et à savoir entendre, à cet oiseau qui en pleine nuit avait appelé, affolé, perdu dans le bureau de la face nord du palais, celui de mon père. // C’est aussi là, à quelques jours de la mort de son mari, en pleine nuit aussi, que ma mère s’est trouvée face à l’image de son père, de son père à elle. Elle allume. Il est là. Il se tient près de la table, debout, dans le grand salon octogonal du palais. […] Les deux étaient morts aux dates et aux heures des oiseaux, des images. De là sans doute l’admiration que nous avions pour le savoir de notre mère, en toutes choses, y compris celles de la mort. § (p. 41-42)

33La situation de la mère et la mort du père ayant déjà été mentionnées, il s’agit de développer le programme narratif inscrit dans le verbe apprendre en dévoilant un aspect saisissant de la personnalité de la mère (lien thématique avec le passage précédent). Le conflit entre agencement syntaxique et hiérarchie discursive est marqué par l’hypotypose dans les tableaux que gouverne la séquence en qu-… et par une tonalité solennelle portée à la grandiloquence.

  • 11 Titre d’un livre d’entretiens avec Michelle Porte (Éditions de Minuit, 1977).

34L’écriture remotive l’emploi codifié du « focus charnière » par une composante introspective et réflexive qui transcende narration et description au profit d’une organisation poétique à pouvoir imageant. Au-delà de leur rôle de cheville, « les lieux de Marguerite Duras »11 se font catalyseurs du discours par les rapports métonymiques ou métaphoriques qu’ils suggèrent : en ce palais désert fusionnent la mère et l’oiseau affolés, la fille et une mère medium, dans le vertige de l’absence.

Pseudo-clivage : surrhématisation

  • 12 L’intertextualité avec le portrait de cet autre « chef-d’œuvre de la nature » est étayée par des i (...)

35Le pseudo-clivage a pour propriété de respecter la progression du présupposé au posé, mais sa visée sous la plume de Duras excède la fonction d’identification. Caractérisé à l’oral par sa brièveté (Morel et Danon-Boileau, 1998, p. 45), le rhème se déploie suivant l’organisation graduelle de l’information. Au-delà d’effets sublimants, comme ce portrait d’Hélène Lagonelle en reflet dévoyé du Duc de Nemours — « Ce qu’il y a de plus beau de toutes les choses données par Dieu, c’est ce corps d’Hélène Lagonelle, incomparable… » (p. 89)12 —, le tour est prédisposé à l’exploration langagière. Ainsi du souvenir de la rencontre avec la folle de Vinhlong :

Le souvenir est celui d’une peur centrale. Dire que cette peur dépasse mon entendement, ma force, c’est peu dire. Ce que l’on peut avancer, c’est le souvenir de cette certitude de l’être tout entier, / à savoir que si la femme me touche, même légèrement, de la main, je passerai à mon tour dans un état bien pire que celui de la mort, / l’état de la folie. (p. 104)

36La composante métadiscursive du pseudo-clivage attire l’attention sur la variante lexicale (dire avancer), qui préfigure la progression par paliers appositifs dans un focus distendu : cette certitude/à savoir que un état/l’état. La radicalisation de l’effet retard inhérent au pseudo-clivage porte à la hantise l’idée de contagion, qui boucle l’épisode sur lui-même dans une logique subjective : folle folie.

37On touche là au projet d’écriture de L’Amant : coup de projecteur sur certaines zones d’ombre de l’histoire personnelle, donc de l’écriture. Ainsi du thème de la haine familiale,

qui échappe encore à tout mon entendement, qui m’est encore inaccessible […]. Elle est le lieu au seuil de quoi le silence commence. Ce qui s’y passe c’est justement le silence, / ce lent travail pour toute ma vie. (p. 34)

38Le pseudo-clivage offre un point de bascule à l’aporie du discours, qui s’inscrit dans une discordance sémantique : propagation par afférence du trait/processif/au silence, préparant la métaphore du travail. Le travail d’introspection met en jeu une phénoménologie du langage aux prises avec sa propre opacité.

Dispositifs énonciatifs

39Le clivage s’impose comme ressort d’une écriture du ressassement, appelant l’attention sur ses variations. Celles-ci font jouer in præsentia un double acte de sélection portant sur le type de construction et le constituant privilégié. À courte portée, elles exploitent la plasticité de la phrase, soumise à un principe de composition harmonique. Les renvois à longue portée confirment la résistance du discours à la convention narrative. On insistera sur deux aspects : l’articulation des niveaux actantiels manifestant leur porosité au profit d’une voix matricielle et l’affinité du tour avec la modalité épistémique, qui problématise la posture d’énonciation par un conflit entre doute et vigueur assertive.

Articulation des niveaux actantiels

40Les variations syntaxiques manifestent la « dialogisation intérieure » (Bakhtine) du discours narratif en le faisant interférer avec le discours représenté.

(i) Ma mère, institutrice, veut le secondaire pour sa petite fille. (ii) Pour toi c’est le secondaire qu’ il faudra. Ce qui était suffisant pour elle ne l’est plus pour la petite. Le secondaire et puis une bonne agrégation de mathématiques. (p. 11)

41L’introduction du clivage paraît liée au mimétisme du discours direct libre exprimant la détermination de la mère (ii). Mais cette différenciation formelle est fragilisée par une contagion narratoriale (parlure maternelle : « sa petite fille » → « la petite ») réduisant le surplomb du commentaire sociologique, avant de consacrer la fusion des voix dans un énoncé averbal en hyperbate (« … et puis une bonne agrégation »). À la faveur du réagencement communicatif, la symétrie des constructions (« pour sa petite fille. Pour toi… ») suggère l’enfermement commun dans un espace discursif voué à la « rengaine » (ibid.).

42Le dispositif se complexifie dans cet enchaînement à moyenne portée (deux pages), qui sape les fondements de la narration (chronologie, cohérence…) :

[image de la narratrice jeune] Tout est là et rien n’est encore joué, je le vois dans les yeux, tout est déjà dans les yeux. (i) Je veux écrire. Déjà je l’ai dit à ma mère : (ii) ce que je veux c’est ça, écrire. Pas de réponse la première fois. Puis elle demande : écrire quoi ? Je dis des livres, des romans. […] (p. 29)

§ Je lui ai répondu que (iii) ce que je voulais avant toute autre chose c’était écrire, rien d’autre que ça, rien. Jalouse elle est. Pas de réponse, un regard bref aussitôt détourné, le petit haussement d’épaules, inoubliable. (p. 31)

43Là encore, la transition de la construction plane au (pseudo-) clivage paraît accompagner celle du discours cadre (i) au discours représenté (ii). Mais l’effet d’attestation est contrarié par une double articulation engageant la relation entre je narrant et je narré : pensée/parole et passé/présent. D’où l’ambivalence énonciative des énoncés (i) et (ii) dans une séquence au présent et à la première personne. Paradoxalement, la gradation de l’emphase culmine dans le discours indirect (sélection absolue de l’acte d’écrire : « rien d’autre que ça, rien »). Cette acmé produit par aimantation une antéposition de l’attribut dans l’apodose, développée en suite averbale soutenant le retrait dédaigneux de la mère.

44La stratification de l’énoncé suggère une corrélation entre montée en puissance de l’emphase et remontée vers l’affront initial. Rétrospectivement doté d’une valeur itérative (« la première fois. Puis… »), le premier énoncé pseudo-clivé (ii) semble trouver une justification formelle dans le paragraphe suivant (« Je lui ai répondu »). Manquerait donc une question du type : que veux-tu faire plus tard ? dans la séquence finale, qui paraît relever de la scène originelle (« Pas de réponse »). La variante la plus catégorique résonne dans un double silence maternel : narratif (question gommée) et diégétique (substitut mimo-gestuel « inoubliable »). Ainsi s’affiche, souligné par la prégnance du pseudo-clivage, le primat de l’organisation discursive sur la cohérence narrative de l’histoire personnelle.

Disjonction des points de vue

45Malgré son pouvoir d’affirmation, l’énonciation matricielle est traversée de lignes de tension. Par sa capacité à dissocier le modus du dictum (Bally), le pseudo-clivage permet au discours de se confronter à ses zones d’ombre :

Ce que j’ignorerai toujours c’est le genre de faits concrets qui la faisaient chaque jour nous quitter de la sorte. Cette fois-là, peut-être est-ce cette bêtise qu’elle vient de faire […]. Ou peut-être vient-elle d’apprendre […]. Ce que j’ignore comme elle devait l’ignorer, c’est la nature des évidences qui la traversaient et qui faisaient ce découragement lui apparaître. Était-ce la mort de mon père déjà présente, ou celle du jour ? [4 questions]

46Dans sa rigueur formelle (parallélismes syntaxiques, répétitions lexicales), le passage scelle dans une commune ignorance le lien entre mère et fille (« elle devait l’ignorer »). La restriction épistémique vaut comme gage pour les autres assertions, explicitement (C’était chaque jour. De cela je suis sûre », p. 22-23) ou non. C’est sur cette posture d’autorité que repose, quelques pages plus loin, l’affirmation inverse d’une disjonction des points de vue :

Reste cette petite-là qui grandit et qui, elle, saura peut-être un jour comment on fait venir l’argent dans cette maison. C’est pour cette raison, elle ne le sait pas, que la mère permet à son enfant de sortir dans cette tenue d’enfant prostituée. Et c’est pour cela aussi que l’enfant sait bien y faire déjà, pour détourner l’attention qu’on lui porte à elle vers celle que, elle, elle porte à l’argent. Ça fait sourire la mère. (p. 33)

47La machine argumentative repose sur l’impact d’un préconstruit non-assumé : « la mère permet à son enfant de sortir… ». Le commentaire incident dédouanant la mère (« elle ne le sait pas ») va à l’encontre du point de vue dominant qui est le sien (indices verbaux : « cette petite-là », « sait bien y faire ») et résiste mal à l’emphase redoublée sur la relation causale : « C’est pour cette raison que/c’est pour cela aussi que… ». Quelques pages plus loin, les périphrases trahissent la honte : « L’enfant sait que ce qu’elle fait, elle, c’est ce que la mère aurait choisi que fasse son enfant, si elle avait osé […]. » (p. 34) À travers les variations sémantiques du savoir (« avoir la connaissance/la compétence de… ») se dit la lucidité d’une enfant composant avec la face obscure de la psyché maternelle.

48Emblème de cette compromission précoce, l’histoire du chapeau illustre la part de jeu dans la construction discursive du savoir. Le premier épisode prend appui sur un trou de mémoire justifiant la reconstitution d’une scène modalisée :

§ L’ambiguïté déterminante de l’image, elle est dans ce chapeau.
§ Comment il était arrivé jusqu’à moi, je l’ai oublié. Je ne vois pas qui me l’aurait donné. Je crois que c’est ma mère qui me l’a acheté et sur ma demande. […] Voilà ce qui a dû arriver, c’est que j’ai essayé ce feutre, pour rire, comme ça, que je me suis regardée dans le miroir du marchand et que j’ai vu : sous le chapeau d’homme, la minceur ingrate de la forme, ce défaut de l’enfance, est devenue autre chose. Elle a cessé d’être une donnée brutale, fatale, de la nature. Elle est devenue, tout à l’opposé, un choix contrariant de celle-ci, un choix de l’esprit. Soudain, voilà qu’on l’a voulue. Soudain je me vois comme une autre […]. (p. 19-20)

  • 13 Au-delà de l’allusion au titre de Ricœur (1990), c’est bien la question de « l’identité narrative  (...)

49Une variante syntaxiquement intégrée de pseudo-clivage permet de déplacer l’accent des circonstances vers l’événement intime : révélation de « soi-même comme un(e) autre »13. Son intensité (présentatif, répétition de soudain, glissement au présent) a raison de la modalisation initiale (« ce qui a dû arriver »). Le deuxième épisode surmonte ce conflit entre vigueur assertive et modalité épistémique par une affirmation univoque :

§ Celle qui a acheté le chapeau rose à bords plats et au large ruban noir c’est elle, cette femme d’une certaine photographie, c’est ma mère. (p. 21)

50Le dédoublement du tour décuple son effet de monstration par retardement de la référence (pronom personnel, périphrase)… jusqu’à un acteur d’emblée identifié : la mère. Les circonlocutions accompagnent la genèse d’une certitude, bientôt consacrée par projection d’une conscience à l’autre :

Elle ne demande pas si c’est elle qui les a achetés, elle sait que c’est elle. (p. 32)

51Cette communion dans un savoir partagé apparaît clairement comme un effet du texte. Inversement, ne pas savoir c’est être en situation de fabuler.

52Concluons sur un exemple qui porte le jeu au plan métanarratif, en exploitant la composante polémique inhérente au clivage.

§ Ce n’est donc pas à la cantine de Réam, vous voyez, comme je l’avais écrit, que je rencontre l’homme riche à la limousine noire, c’est après l’abandon de la concession, deux ou trois ans après, sur le bac, ce jour que je raconte, dans cette lumière de brume et de chaleur. § (p. 36)

53Par référence à des énonciations littéraires antérieures (L’Eden Cinéma ; voir aussi Un barrage contre le Pacifique), la figure d’autocorrection proclame la liberté de l’écrivain. Au-delà du clin d’œil familier (« vous voyez ») s’impose un départ entre le contingent et l’essentiel, qui contamine le récit entier : moins romance, comme le suggère son titre, que roman familial égocentré. Au lieu de relater les faits selon le canon narratif et un rapport incertain à la vérité, le discours les relie dans une forme de cohérence subjective. En cela, le dispositif narratif concorde avec la problématique syntaxique du clivage. Tout est affaire d’éclairage, de mises en relief mutuelles (Bally, 1965, p. 60) engageant « les rôles et les éléments du drame syntaxique » (Weil, 1991, p. 16) dans l’économie générale du récit.

Conclusion

  • 14 « Je crois que ça part des mots. Peut-être. Je les vois, je les place et la phrase vient après, s’ (...)

54Commentant son travail d’écrivain, Marguerite Duras affirme le primat du mot sur la phrase14. Or le mot paraît indissociable des schèmes syntaxiques qui président à son actualisation. Le clivage a cette particularité de fixer dans une armature formelle une tension entre segmentation et liaison résistant à toute description univoque en termes d’emphase linguistique ou stylistique. Mais l’analyse textuelle met au jour une affinité entre variations du (pseudo-) clivage et autres « arrangements de mots » (dislocation, antéposition de l’attribut), qui intègrent la tension syntaxique à un niveau supérieur : entre bouclage de l’énoncé dans un idéal de la période et progression du discours. Conjuguées à l’implication déictique du clivage, ces surdéterminations formelles signalent des lieux où s’affirme, sur fond dialogique, la visée apodictique de l’écriture : cela est puisque/ainsi que je le dis.

55L’articulation entre agencements syntaxiques et déterminations énonciatives manifeste un principe d’art caractéristique de la littérature contemporaine : le projet esthétique semble indissociable de la mise en œuvre d’un discours, d’autant plus justifié qu’il est manifestation d’un « choix contrariant » (p. 20). L’attention portée aux configurations discursives et à leurs variations internes permet d’envisager au palier mésotextuel un « temps opératif » analysé au niveau phrastique par Guillaume. L’objectif de retrouver sous le discours de la « pensée pensée » le dynamisme de la « pensée pensante » (Guillaume, 1982, p. 222) répondrait à une définition phénoménologique de la parole « authentique » comme « geste » renvoyant à son origine (Merleau-Ponty, 1945). Mais L’Amant affirme sa nature de discours de l’après-coup, refondant la contingence d’une vie dans l’affirmation d’un ordre scriptural. L’emphase dépasse les problématiques de l’expressivité dans l’évidence d’une énonciation fondée sur une connivence forcée avec le lecteur. Cette posture fait du clivage syntaxique une structure d’accueil de l’autre en soi, entre dialogue et captation. C’est dans sa manière de (dé) placer l’accent que la parole littéraire cherche le juste ton.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aquien M. et Molinié G., 1996, Dictionnaire de rhétorique et de poétique, Paris, Le Livre de Poche, « La Pochothèque ».

Bally C., 1965 [1932], Linguistique générale et linguistique française, 4e éd., Berne, Éditions Francke.

Berrendonner A., 1997, « Pléonasmes syntaxiques : dédoublement ou hybridation ? », Langue française, no°115, p. 75-87.

Bakhtine M., 1994 [1975 ; trad. Fr. 1978], Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

Blanche-Benveniste C., 1983, « Examen de la notion de subordination », Recherches sur le français parlé, no°4, Publications de l’Université de Provence, p. 71-115.

—, 1997, Approches de la langue parlée en français, Paris, Ophrys.

Blinkenberg A., 1928-1933, L’Ordre des mots en français moderne, Copenhague, Høst & Søn (vol. I), Levin & Munksgaard (vol. II).

Cadiot P., 1988, « Ça à l’oral : un relais topique », LINX, no°18, Analyse grammaticale de corpus oraux, p. 77-93.

Damourette J. et Pichon É., 1911-1940, Des mots à la pensée. Essai de Grammaire de la Langue Française, Paris, Éditions d’Artrey, Bibliothèque du « français moderne », 7 volumes.

Danon-Boileau L., 1992, « Ce que “ça” veut dire : les enseignements de l’observation clinique », dans M.-A. Morel et L. Danon-Boileau (dir.), La Deixis, Paris, Presses universitaires de France, p. 415-425.

Deleuze G. et Guttari F., 1980, Capitalisme et schizophrénie 2. Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Critique ».

Deulofeu J., 1979, « Les énoncés à constituant lexical détaché. Les limites de l’organisation grammaticale et de l’organisation discursive dans les énoncés », Recherches sur le français parlé, no°2, Publications de l’Université de Provence.

Dubois-Charlier F. et Vautherin B., 1997, Syntaxe anglaise, Paris, Vuibert.

Florea L.-S., 1988, « Présentatif et “configuration discursive” en français parlé : le cas de c’est », LINX, no°18, Analyse grammaticale de corpus oraux, p. 95-106.

Gardes Tamine J. et Pellizza M.-A., 1998, La Construction du texte. De la grammaire au style, Paris, Armand Colin.

Guillaume G., 1982 [1973], Leçons de linguistique, t. III, Grammaire particulière du français et grammaire générale (IV), série C, 1948-1949, 2e éd., Québec/Paris, Presses de l’université Laval/Klincksieck.

Jespersen O., 1971 [1937], La Syntaxe analytique, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Arguments ».

Le Goffic P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette supérieur, coll. « Langue française ».

Merleau-Ponty M., 1945, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées ».

Molinié G., 1994 [1989], La Stylistique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Moreau M.-L., 1976, c’ est . Étude de syntaxe transformationnelle, Mons (Belgique), Éditions universitaires de Mons.

Morel M.-A. et Danon-Boileau L., 1998, Grammaire de l’intonation. L’exemple du français oral, Paris, Ophrys, coll. « Bibliothèque de faits de langues ».

Nølke H., 1994, Linguistique modulaire : de la forme au sens, Louvain/Paris, Éditions Peeters, coll. « Bibliothèque de l’Information grammaticale ».

Peters S. et Bach E., 1971 [1968], « Pseudo-clefts Sentences », Report to NSF : On the Theory of Transformational Grammar, GS-2368, Austin, University of Texas at Austin, p. 171-190.

Rabatel A., 2000, « Valeurs représentative et énonciative du “présentatif” c’est et marquage du point de vue », Langue française, no°128, p. 52-73.

Ricœur P., 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Éditions du Seuil.

Riegel M., Pellat J.-C. et Rioul R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Linguistique nouvelle ».

Rossi M. et alii, 1981, L’Intonation. De l’acoustique à la sémantique, Paris, Klincksieck, coll. « Études linguistiques ».

Sandfeld K., 1928-1936, Syntaxe du français contemporain, Paris, Honoré Champion. Nouvelle édition : Genève/Paris, Droz/Minard, 1965.

Schaeffer J.-M., 1997, « La stylistique littéraire et son objet », Littérature, no°105, p. 14-23.

Weil H., 1991 [1844], De l’ordre des mots dans les langues anciennes comparées aux langues modernes. Question de grammaire générale. Rééd. de la 3e éd. (1879), Paris, Didier Érudition.

Notes

1 L’incipit du roman Émilie L. — « Ça avait commencé par la peur » — est ainsi transposé dans le Virginie Q. de P. Rambaud : « C’est comme ça que ça avait l’air d’avoir commencé. » Sous le clin d’œil au Voyage au bout de la nuit, la variante scelle un lien pertinent entre clivage et modalité épistémique (« avait l’air… » ; voir ci-dessous), qui suggère la vanité des errances dans l’obscurité durassienne. Dans cette citation et dans les suivantes, sauf indication contraire, c’est nous qui soulignons.

2 M. Duras, « L’inconnue de la rue Catinat », entretien avec H. Le Masson, Le Nouvel Observateur, 28 septembre/5 octobre 1984, p. 92-94.

3 L’intuition d’une double saillance de la scène du bac comme scène originaire et du tour syntaxique pour la dire a été confirmée par la publication récente des Cahiers de la guerre et autres textes. Le premier cahier s’ouvre sur cette phrase clivée : « Ce fut sur le bac qui se trouve entre Sadec et Sai que je rencontrais [sic] Léo pour la première fois. » (1943) (Paris, POL/Imec, 2006, p. 31)

4 J. Lacan, « Hommage fait à Marguerite Duras, du Ravissement de Lol V. Stein », Cahiers Renaud-Barrault, décembre 1965.

5 Exemples : Ce qui compte, c’est de participer (cf. ?(de) participer compte) ; « Ce que je sais c’est qu’on le retrouve couché dans son automobile » (p. 39) (cf. *C’est qu’on le retrouve couché que je sais).

6 La prédication adjectivale manifeste pourtant une différence de construction : alors que dans le pseudo-clivage l’adjectif relève de la construction du premier verbe (Ce qu’elle est devenue, c’est malheureuse), il dépend du verbe être dans la dislocation (Ce qu’elle est devenue, c’est malheureux). Voir Moreau (1976, p. 133).

7 M. Duras, « L’inconnue de la rue Catinat », article cité.

8 Comme le souligne J.-M. Schaeffer, « la variation stylistique ne consiste pas à choisir entre un énoncé neutre et un énoncé marqué mais plutôt entre plusieurs énoncés toujours différentiellement marqués » (1997, p. 20).

9 Il se trouve que la notion de configuration discursive a servi à décrire certains tours d’emphase comme « moyen de construire des énoncés au-delà des constructions grammaticales » (Deulofeu, 1979 ; Florea, 1988). Elle s’appliquera ici à une séquence discursive marquant son unité formelle par répétition ou combinaison de tours d’emphase, éventuellement appliqués à un même « contenu propositionnel ».

10 Voir l’infléchissement de la « modulation intonative » entre ces transcriptions d’énoncés oraux de Duras : « elle n’avait pas °d’interlocuteurs° donc c’est à nous °qu’elle disait tout ça° » ; « [l’histoire de la concession] c’est avec ça qu’on a gran di » (Morel et Danon-Boileau, 1998, p. 65-66).

11 Titre d’un livre d’entretiens avec Michelle Porte (Éditions de Minuit, 1977).

12 L’intertextualité avec le portrait de cet autre « chef-d’œuvre de la nature » est étayée par des indices syntaxiques et lexicaux : « ce qu’il avait de moins admirable, c’était d’être l’homme du monde le mieux fait et le plus beau. Ce qui le mettait au-dessus des autres était une valeur incomparable […]. » Duras n’affirmait-elle pas : « Je peux dire : c’est moi qui ai écrit La Princesse de Clèves » ? (Libération, 4 septembre 1984)

13 Au-delà de l’allusion au titre de Ricœur (1990), c’est bien la question de « l’identité narrative » qui est posée à travers les faits d’énonciation et de syntaxe.

14 « Je crois que ça part des mots. Peut-être. Je les vois, je les place et la phrase vient après, s’accroche à eux, elle les entoure, elle se fait comme elle peut. » (article cité)

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search