Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

V. (Dés)ordre(s) du discours contemporain

Les inversions des invertis ?

Éric Bordas

Texte intégral

  • 1 Cité par J.-M. Adam (2005, p. 53).

1Il n’est sans doute pas exagéré de penser que la « stylistique de l’écart », cette base, irritante mais indépassable, de notre discipline, naît avec le sentiment d’une modification dans un ordre attendu des syntagmes. Il s’agit là d’un véritable enjeu définitoire (Gardes Tamine, 2005). On peut penser à Tesnière, dans sa Syntaxe structurale (1988, p. 23), nommant « ordre stylistique » un ordre inhabituel des mots d’une phrase, et l’expliquant comme « une infraction intentionnelle à la norme ». Le mot est lâché, « norme », et l’adjectif stylistique, avec sa confusion étymologique linguistico-littéraire, permettra d’étiqueter tous les emplois langagiers gênants, à mettre sur le compte d’anecdotiques fantaisies. Bernard Combettes (1977, p. 93) n’a eu aucun mal à dénoncer les approximations de ces mentions ambiguës : l’ordre des groupes, l’enchaînement des syntagmes, sont rattachés à des questions — des « problèmes », presque toujours — d’« équilibre », de « longueur », ou encore de « mise en valeur » et d’« expressivité », que le linguiste fustige pour leur labilité conceptuelle, mais que Bally, le père fondateur de la stylistique moderne, renvoyait, déjà, à des manifestations d’une « syntaxe affective »1.

  • 2 Désarroi dont témoignent Jeandillou et Magné (2005).

2La sévérité de la critique est à la hauteur du sentiment d’impuissance qui est celui de n’importe quel analyste quand il s’agit, non plus de décrire objectivement la réalisation du phénomène, mais d’expliquer sa motivation2, soit quand on passe de la question comment ? à la question pourquoi ? Or la réunion absolue de ces deux questions nous semble la véritable motivation de la démarche stylistique, celle qui permet d’étudier le passage de l’exemplification à la valorisation, objet même de la discipline.

  • 3 Voir la somme d’A. Blinkenberg (1928-1933).

3S’imposant par la non-reconnaissance d’un prétendu modèle syntaxique français, sujet-verbe-complément, dont le respect serait de nature fonctionnelle3, toutes les infractions à cette référence simpliste n’ont pas la même efficacité stylistique, la même performativité poétique.

  • 4 Édition utilisée : F. Carco, Jésus-la-Caille, Paris, Albin-Michel, 1932 [1914].

(1) Aux carrefours où stationnent les chanteurs populaires le petit voyou s’était bien des fois arrêté. (Jésus-la-Caille, p. 136)4

  • 5 Pour une présentation aussi claire que possible de l’approche textuelle de l’énonciation, et en pa (...)

4Francis Carco refuse la linéarité thématique gauche-droite attendue (*Le petit voyou s’était bien des fois arrêté aux carrefours où stationnent les chanteurs populaires) et antépose le complément par une inversion locative, créant une ambiguïté entre la fonction complément de verbe (s’arrêter quelque part) et la fonction complément de phrase ; le déplacement crée une rhématisation de ce complément de lieu (Combettes, 1992), en faisant l’élément nouveau et important de l’information, à la suite duquel les unités ne seront que les précisions actantielles du thème5. On remarque, en outre, que l’auteur semble privilégier une sorte de poétique du déplacement, car le syntagme adverbial « bien des fois », également possible avant ou après le verbe, est soigneusement placé entre le semi-auxiliaire et le prédicat : le fait est banal, et, ailleurs, n’appellerait aucun commentaire, mais semble ici participer à et de cette exemplification des déplacements posée à l’initiale de la séquence : le niveau de langue s’en ressent. Plus loin, c’est par une inversion sujet-verbe que Carco renforce sa poétique des déplacements syntagmatiques, avec un thème localisant à l’initiale :

(2) Des bars de nuit, descendaient des fêtards et des femmes qui cherchaient une auto. (Jésus-la-Caille, p. 214)

  • 6 Cf. infra, analyse des exemples 13 à 19.

5Dans les deux cas, la valeur du tour peut sembler de nature strictement poétique, relevant d’une certaine littérarité de l’énonciation, selon quelques tics volontiers maniéristes, mais reste tout de même soumise à certains conditionnements linguistiques stricts6.

6Il n’en va pas de même avec l’exemple suivant :

(3) Du premier, elle avait tout à craindre. (Jésus-la-Caille, p. 165)

  • 7 « Des autres ? Elle les avait vus dehors » (Jésus-la-Caille, p. 165).

7L’antéposition du complément d’objet indirect réalise une rhématisation identique aux précédentes, mais, ici, le contexte fortement dramatisé — voir le sens du verbe − fait de cette énonciation une forme de modalisation tirant le texte du côté d’un style indirect libre ambigu, confirmé par la suite7 : l’analyse syntaxique ne peut faire l’économie de la sémantique et de l’explication de texte si l’on veut comprendre la pragmatique de la communication proposée.

  • 8 Voir Schehr (2004, p. 132) : « To emphasize the natural, popular, and nonliterary nature of the su (...)

8En somme, on le voit avec ces deux commentaires différents mais complémentaires, le lecteur a deux principales ressources pour « expliquer », sinon comprendre, ce genre d’infraction à la prétendue transparence énonciative attendue : rattacher l’unité à une analyse de situation, et faire de la tournure un marqueur dramatisant au service de l’action et de la vérité des émotions représentées ; se contenter de conclure, plus généralement, à la nature « poétique » de la prose, dont les libertés linéaires seraient des rappels des contraintes prosodiques des mètres versifiés. Il y a, en outre, dans le cas précis, une explication « stylistique » idéale pour ce genre d’énoncé, qui consiste à invoquer la « couleur locale », le « pittoresque » populaire dont un romancier comme Francis Carco est un spécialiste : le fait de langue est ainsi lisible comme procédé, ou comme marqueur, prêt à devenir, par sa récurrence, un trait de style louable, dans une idiosyncrasie heureuse des formes et des sujets, du contenu et de la substance8.

  • 9 Le Chant de l’équipage (1923).
  • 10 L’Hôtel du Nord (1929).
  • 11 C.-L. Philippe, Bubu-de-Montparnasse, Paris, Grasset, 1986, p. 27.

9Pourtant, les premiers écrivains populistes français n’abusèrent pas des sollicitations originales de la syntaxe, faisant porter l’essentiel de leurs efforts sur les innovations lexicales argotiques, et sur les valeurs dramatiques du discours indirect libre. On ne relève aucune perturbation notable dans l’ordre des mots chez les amis de Carco, comme Mac Orlan9 ou Dabit10, et une unique et bien banale occurrence dans Bubu-de-Montparnasse (1901) de Charles-Louis Philippe, celle-ci précisément pour dramatiser une énonciation, et suggérer un embrayage en discours librement rapporté : « Et Pierre Hardy se les rappela, les courses aux femmes »11 — effet, d’ailleurs, tout autant obtenu par le et de relance rythmique que par la dislocation pronominale cataphorique. Par tel ou tel moyen, donc, plus ou moins individuel, il s’agirait pour ces romanciers, de « faire vivant » et de « faire peuple », par un négligé oralisant de bon aloi, fort fréquentable, en somme.

  • 12 Voir Bordas (2003).

10Telle est l’explication « stylistique » sociolectale la plus simple de cette mobilité de certains syntagmes dans ce type de littérature, stylistique prétendument objective dans sa continuation de l’histoire littéraire dont elle est la caution formaliste et grammairienne12 : le discours est un phénomène de société, sa reproduction est plus ou moins fidèle au référent, mais elle procède d’une intention de vérité poétique, dans un réalisme mimétique. Mais il y a aussi une autre approche bien connue de la stylistique, l’approche « psychologique » individuelle, puisque, après tout, le style, c’est l’homme, une approche illustrée par le travail d’Henri Morier.

  • 13 Il s’agit de M. Dullaert, L’Affaire Verlaine, Paris, Messein, 1930.

11Dans la première édition de son Dictionnaire de poétique et de rhétorique (1998, p. 394), ce dernier avait qualifié de « sonnet d’inverti » le texte d’ouverture des Poèmes saturniens de Verlaine, « Résignation », dont le schéma est [abb acc deed deed], parlant également de « sonnet à rebours ». Son commentaire mérite d’être cité : « Il s’agit là […] d’un sonnet à rebours, d’un sonnet d’inverti, et qui, pour que personne n’en ignore, fait allusion à la perversion de l’auteur ; les deux derniers vers nous le disent clairement : Verlaine hait “la femme jolie” (il aime celle qui a du chien comme on dit aujourd’hui), il abhorre “l’ami prudent” (il aime l’ami audacieux, genre Rimbaud). Aussi conviendrait-il plutôt d’attribuer à ce sonnet le schéma suivant, qui mettrait en évidence le caractère absolu de son inversion : [dee dcc abba abba]. » Remarquant, en outre, l’opposition stylistique évidente entre les tercets et les quatrains, Morier explique que « Verlaine a profité de cette inversion pour loger un sens dynamique dans les tercets initiaux et freiner le mouvement dès le début du premier quatrain ». « Tels sont, à notre avis, les points extrêmes auxquels nous pouvons nous hasarder, et non sans quelque précaution, dans l’exégèse psychologique du sonnet », conclut ainsi l’éminent spécialiste. Exégèse psychologique ou psychopathologisante ? a-t-on envie de demander. Dans l’édition de 1998 de ce qui est resté un ouvrage de référence, Morier reprend son analyse, mais celle-ci est placée sous l’intertitre : « Le sonnet renversé », revenant aux « goûts d’inverti » de Verlaine pour expliquer cette structure étonnante. Ayant élargi ses lectures, Morier ajoute que « le même schème inversé nous décrit, dans “Le Bon Disciple”, les ébats de son vice », renvoyant à une étude biographique pour renforcer son idée (ibid., p. 1 091-1 092)13.

  • 14 Une démarche qui est celle de F. Rastier (1987, 1989). Le propos s’est aujourd’hui banalisé ; voir (...)
  • 15 Signalons que le meilleur éditeur de Verlaine et Rimbaud aujourd’hui, S. Murphy, reprend mot pour (...)
  • 16 Inverti fut un mot à succès à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, dénomination indisp (...)

12À chacun ses tendances : celles d’Henri Morier nous conduisent à une stylistique anecdotique, pleine de préjugés — esthétiques, encore plus que sexuels, en l’occurrence — et proche du tour de passepasse transformationiste. Mais est-on bien sûr que cette approche soit absolument obsolète, et, surtout, qu’elle ne soit pas qu’une caricature, ou une radicalisation, d’une démarche analytique générale qui fait de la stylistique une herméneutique, inévitablement normative14 ? Le scandale poétique des inversions, et le désordre déstabilisant que celles-ci introduisent dans la langue, se doivent de pouvoir être ramenés à la logique rationnelle des causes, quelles qu’elles soient, proposition d’un sens immanent, d’une logique, d’une vérité. Verlaine inverse son sonnet, parce qu’il est lui-même inverti : la forme s’explique et le sens surgit, comme une lumière dans l’obscurité, assurant la lisibilité de l’énoncé15 — approche qui néglige, en revanche, la pensée de l’énonciation et de la signification, du style, en somme. Et l’on en vient, par association d’idées, à se rappeler que, contrairement à ses amis, Francis Carco, lui, eut une vie privée moins univoque, et, surtout, que Jésus-la-Caille est l’histoire de ce que l’on appelle une tarlouze, une gâcheuse, en somme « un inverti », selon le mot d’époque16.

  • 17 Voir, ici même, l’étude d’A. Fontvieille qui fait, à juste titre, de l’inversion un trope pour Gen (...)

13Il y a, en effet, un détail troublant : si les exemples d’inversion syntagmatique sont proliférants dans Jésus-la-Caille, premier roman de Carco, et seul roman à aborder pleinement ce sujet, ils sont quasi inexistants, ou alors sous des formes encore plus banales que celles qui viennent d’être citées, dans les romans suivants, L’Équipe (1919) ou L’Homme traqué (1922), par exemple. Pourquoi, alors, ces inversions dans ce seul roman de l’inverti ? La question irrite, ambiguë, faisant revenir, sournoisement, les démons du déterminisme que nous refusons. Comme, de surcroît, ce fait de langue est une des caractéristiques stylistiques les plus évidentes de Jean Genet17, continuateur de génie de l’originalité sociolectale de Carco, on ne peut s’empêcher de rêver un peu aux inversions des invertis, en se détestant de le faire, bien sûr… Le stylème serait-il un sexème ?

14L’histoire littéraire entretient la confusion : s’agirait-il d’un héritage de l’écriture artiste ? Les affinités des maniérismes stylistiques fin de siècle avec l’inversion sexuelle ont toujours été commentées, réunies sous l’étiquette de « style décadent » (Mitterand, 1999), en une efficace affirmation d’une forme-sens qui réunit le dire et le vivre. On a quelques exemples d’inversions étranges chez Rachilde, par exemple, ou, surtout, chez Jean Lorrain, organisés en périodes, selon un art qui se souvient de la classe de rhétorique :

  • 18 Monsieur de Phocas, Paris, Flammarion, coll. « GF », 2001, p. 60-61.

(4) L’obscénité des narines et des bouches, l’ignominieuse cupidité des sourires des femmes rencontrées dans la rue, la bassesse sournoise et tout le côté hyène et bêtes fauves, prêtes à mordre, des commerçants dans leurs boutiques et des promeneurs sur les trottoirs, comme il y a longtemps que j’en souffre ! (Monsieur de Phocas, p. 60-61)18

15La tournure disloquée par thématisation pronominale anaphorique semble un modèle, qui revient à la même page :

(5) Cette hostilité de toute la race, cette haine sourde d’une humanité de loups-cerviers, je devais la retrouver plus tard. (Ibid., p. 61)

16Parfois, plus rarement, sous forme d’une dislocation cataphorique :

(6) « […] la charriait-il encore assez dans ses veines, la pesante ivresse du chanvre ? ». (Ibid., p. 58)

  • 19 « On la sentait proche et angoissante, cette saison des nuages et des longues pluies », Ramuntcho (...)

17Sous des formes moins expansées, on rencontre également beaucoup d’inversions par dislocation chez Pierre Loti, grand écrivain de l’homosocialité et de l’homoérotisme19. Enfin, en version plus ou moins développée, plus ou moins périodique, cette piste énonciative revient, insistante, intrigante, chez Carco, Cocteau, Proust, Genet et quelques autres.

18Dans ce corpus thématico-biographique, on relève, tout d’abord, quelques exemples très simples, peu représentatifs de quelque écrivain que ce soit, mais récurrents, sur le modèle des exemples 1 à 3. Par exemple la simple antéposition d’un complément d’objet indirect :

  • 20 Édition utilisée : Genet, Journal du voleur, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1982 [1949].

(7) Au policier, on enseigne à tuer. (Genet, Journal du voleur, p. 223)20

19Ou l’antéposition d’une épithète que l’on imaginerait plutôt postposée, pour des raisons de prosodie syllabique :

(8) Ce point définitif […] me devait apparaître comme l’idéal endroit du plus pur accord amoureux. (Ibid., p. 10)

20(« idéal », trisyllabique, et « pur », monosyllabique, sont traités de la même façon) ;

  • 21 Édition utilisée : Genet, Miracle de la rose, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1977 [1946].

(9) […] je me découvre de si exacts liens. (Genet, Miracle de la rose, p. 44)21

21Les deux phénomènes ne sont pas du tout comparables, bien sûr : la mobilité de l’épithète ne remet pas en cause la fonction du syntagme dont elle fait partie ; en revanche, le déplacement de l’objet indirect suggère une rhématisation qui dramatise inévitablement l’énonciation : qui assume cette caractérisation cognitive ambiguë, et quelle est sa finalité ?

22De façon très proche, mais d’emploi plus rare, parce que moins choquant, sans doute, l’antéposition d’un complément de manière entre dans le même paradigme :

(10) Une « épaulette jaune », avec mépris, les dévisagea. (Jésus-la-Caille, p. 29)

23Le tour risque fort de passer inaperçu, mais, comme un adjectif épithète, il est pourtant bien évident que l’antéposition ou la postposition du groupe prépositionnel (*les dévisagea avec mépris) relève d’une distinction sémantique : la construction détachée du groupe, qui accroît la valeur adverbiale, modalise fortement l’énonciation. Même chose pour un complément de lieu :

(11) Rue de la Gaîté, où son père tenait un bar achalandé de petits cabotins, d’ouvriers et de cochers, Fernande avait grandi. (Jésus-la-Caille, p. 32)

24Le verbe n’est suivi lui-même d’aucun complément, suggérant ainsi un emploi absolu, ce qui n’est pourtant pas vraiment le cas, et l’opposition entre la protase, gonflée par la relative en cadence ternaire, et la laconique apodose, réduite au thème et au prédicat, de façon minimale, est immanquable.

25Un degré de complication est franchi avec le non-respect de la postposition du complément dans les périphrases factitives :

(12) […] la ferveur de notre admiration avec la charge de sainteté […] firent cette chaîne se transformer sous nos yeux à peine surpris. (Miracle de la rose, p. 25)

26La phrase de Genet ne peut qu’arrêter le lecteur : Genet place le « sujet » actant à sa place fonctionnelle de tradition, soit avant le verbe, mais celui-ci étant l’infinitif prédicatif de la périphrase, il manque alors, après lui, le complément d’objet attendu, qui n’est autre que le même mot. Le rapport actif/passif de l’agent/patient est, bien sûr, ainsi totalement troublé et réinventé : la « traduction » linguistique qui remet les syntagmes à leur place de convention (*firent se transformer cette chaîne sous nos yeux) est, non seulement un contresens poétique, mais même une infraction à la liberté énonciative développée par l’auteur pour illustrer son geste d’appropriation des mots et des choses, dans l’imaginaire. Le maniérisme langagier dramatise ainsi, par l’émergence d’un style, la représentation d’un sujet qui s’invente, dans la langue.

27Dans ce corpus narratif, il s’avère donc que la perturbation de la linéarité syntagmatique est réalisée, le plus souvent par une antéposition des compléments de verbes, indirects (voir l’exemple 7), traités en compléments de phrase, ou/et par une postposition des sujets qui vient corroborer ce principe poétique d’inversion :

(13) De cette heure, la Caille tirait une sensualité fervente. […] (Jésus-la-Caille, p. 24)

(14) De l’impasse où se trouvait l’entrée de l’hôtel, montait un chant d’accordéon. (Ibid., p. 24)

  • 22 Édition utilisée : M. Jouhandeau, Chronique d’une passion, Paris, Gallimard, coll. « L’imaginaire  (...)

(15) À une première lettre, je n’ai pas répondu. (Jouhandeau, Chronique…, p. 15)22

(16) De Bambou, dont l’infortune lui déchirait le cœur, il ne savait rien. (Jésus-la-Caille, p. 25)

  • 23 Édition utilisée : J. Cocteau, Le Livre blanc [1928], dans J. Cocteau, Romans, poésies, œuvres div (...)

(17) Peut-être à tant d’aveuglement dois-je d’être de ce monde23.

(18) […] à mon âme assoiffée et à mon corps, il propose le dévouement. (Journal du voleur, p. 10)

(19) Fontevrault brille encore […] des lumières qu’en son cœur le plus noir, les cachots, émit Harcamone. (Miracle de la rose, p. 10)

  • 24 On a reconnu le vocabulaire d’A. Berrendonner : voir Berrendonner et Reichler-Béguelin (1989).
  • 25 Pour nuancer, bien sûr, cette équivoque déclaration, voir Charolles et alii (2002).

28Encore une fois, la tentation qui consiste à replacer les actants dans le bon ordre, fût-ce pour le commentaire linguistique, est un contresens qui s’appuie sur la mythologie d’une référence normée incontestable sujet-verbe-complément. On se contentera, plus prudemment, de constater que l’antéposition du complément prépositionnel ou la postposition du sujet nominal simple (en phrase assertive, toujours) n’affectent pas la modalité d’énonciation, mais traduisent un certain mode de présentation de l’information (thématisation). On remarque, en outre, et ce n’est pas une nouveauté (Fournier, 1997), que la postposition du sujet est grandement favorisée dans les phrases à complément prépositionnel initial, ce qui limite, sur ce point, la liberté d’invention des auteurs : de toute évidence, il existe des gradients d’affinité entre la place des actants, conduisant à des convergences ou à des conflits, comme ceux qui nous occupent. L’exemple (14) est à part, puisque le SP antéposé ne peut pas être un complément d’objet, mais marque une origine circonstancielle : on revient à un exemple comme (2), avec un cas de thème localisant (anaphorique ou cadre) constitué par ce complément initial. Les cinq autres exemples jouent de la rhématisation prédicative réalisée par leur déplacement. La tournure semble suggérer que « le groupe verbal, du fait de son poids sémantique, est plus important sémantiquement que le sujet et est naturellement en position de rhème » (ibid., p. 127). Ces citations de phrases simples invitent, plus que d’autres, à une analyse macrosyntaxique pragmatique des énoncés textuels, qui remplacerait utilement une tâtonnante grammaire de phrase. Le complément antéposé, acte langagier élémentaire, ressemble fort à une clause, accomplissant, par son énonciation, une prédication quelconque, déterminant la période qui la suit, qui lui est dépendante, et non l’inverse24. Toutefois, l’identification sémantique de la valeur, par exemple circonstancielle, de ces clauses suscite quelques réserves, et Alain Berrendonner a revu récemment (2002) sa définition fondatrice ; Georges Kleiber, quant à lui (2003, p. 21), estime que « si la dislocation comporte un élément marquant une dépendance rectionnelle avec le verbe, l’ensemble (comme dans les exemples 13 à 19) ne forme qu’une seule clause », le mot clause ne servant plus, alors, qu’à remplacer le mot phrase, historiquement problématique depuis le xviiie siècle25.

  • 26 Sur la thématisation des énoncés disloqués, voir Le Goffic (1993, p. 377-383) ; plus largement, su (...)

29À ces déplacements de syntagmes (sujet et complément), s’ajoutent, dans le cadre de cette poétique des inversions, de très fréquentes dislocations thématisantes avec une anaphore pronominale26 :

(20) Ce besoin qu’elles ont toutes de protéger un être faible et charmant, de se confier sans détour et de se retrouver en lui, Fernande le connaissait. (Jésus-la-Caille, p. 36)

(21) Cette palpitation hâtive et assourdissante que je n’avais plus éprouvée depuis des siècles, je la reconnais. (Chronique d’une passion, p. 12)

  • 27 Édition utilisée : J. Genet, Notre-Dame-des-Fleurs, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976 [1946]

(22) Cette merveilleuse éclosion de belles et sombres fleurs, je ne l’appris que par fragments. (Genet, Notre-Dame-des-Fleurs, p. 10)27

(23) Leur mort, aurai-je besoin de vous la dire ? (Ibid., p. 16)

(24) Le même mouvement […], je le fis. (Miracle de la rose, p. 25)

(25) Ces existences ridicules et chétives, peut-être sont-elles les avatars nombreux conduisant vers une forme plus achevée. (Journal du voleur, p. 233)

(26) […] ces alternances, M. de Vaugoubert les présentait pourtant. (Sodome et Gomorrhe, p. 43)

  • 28 Pour la difficulté de la distinction entre anaphore textuelle et anaphore mémorielle, voir Kleiber (...)

30On reconnaît les exemples 4 à 6, le modèle est le même : SN + SN + SV (Pr. + V). Le rôle des déterminants démonstratifs à l’initiale, ou des articles définis, est considérable : le geste de désignation hésite entre l’anaphore qui renvoie à ce qui précède et la cataphore qui se résoudra dans les expansions, pour être, de toute façon, repris et conclu par l’anaphore pronominale du SV28. La prolepse renforce la cohésion textuelle, paradoxalement, car elle introduit tout de même une rupture syntagmatique, mais qui est au service de l’homogénéité isotopique de l’énonciation.

  • 29 Voir Kesik (1989).

31Plus rarement, la dislocation est à droite, avec annonce cataphorique par un pronom clitique d’appel29, mais le système reste le même :

(27) C’était une affreuse désolation, cette romance. (Jésus-la-Caille, p. 25)

32À cet égard, l’ambiguïté de la forme figée du présentatif permet bien des renforts de cette poétique de la désignation emphatique, en version anaphorique ou cataphorique :

(28) Ma solitude, c’est lui. (Chronique d’une passion, p. 45)

(29) Mme de Vaugoubert, c’était un homme. (Sodome et Gomorrhe, p. 46)

(30) C’est une assez agréable femme, la Pomme ! (Ibid., p. 59)

33avec possible renfort par une construction en phrase clivée :

(31) C’est donc rue Benjamin-Godard, que tu voulais pas dire ? (Jésus-la-Caille, p. 57)

  • 30 Sur anaphore et point de vue, en particulier dans les cas de distorsion textuelle, voir Reboul (19 (...)

34Le déplacement pronominalisant participe d’une dramatisation énonciative, par un niveau de réalisation stylistique, pour concrétiser la représentation d’un point de vue30. Mais quelle est, ici, la pertinence des repères d’une quelconque norme de l’écrit ? La diversité stylistique des réalisations, fortement conditionnée par les niveaux de langue, et leur recherche littéraire, rendent tout classement très insatisfaisant.

  • 31 Voir l’analyse de S. Carter-Thomas (2000, p. 81) : « Si les dislocations à gauche et les dislocati (...)

35On voit bien les affinités homologiques entre les antépositions de compléments et la dislocation proleptique : la rhématisation du complément est la version plus soutenue (perçue comme telle, surtout avec l’appui d’une inversion sujet-verbe) de la thématisation dislocative, de facture plus familière, sans doute parce qu’elle est d’usage banalisé à l’oral spontané31. Les exemples (20) à (27) ne sont que des formes développées, expansées de structures minimales, récurrentes dans le discours quotidien (« Ce type, je l’aime pas »), proches des exemples (28) à (30). Individualisant l’énonciation, renforçant sa modalisation discursive, le stylème prend une valeur populaire évidente, de (20) à (31), qui exemplifie le contexte, par exemple avec sollicitation de certaine locution verbale :

(32) Vous en avez un gros pétard. (Sodomme et Gomorrhe, p. 12)

36En somme, cette individualisation de l’énonciation, sa caractérisation, travaille à concrétiser l’effet-voix qui devrait être un premier niveau de réalisation stylistique de l’énoncé. Mais on revient alors à l’idée de pittoresque et de couleur locale pour expliquer cette énonciation.

37On y revient d’autant plus que ces effets fondateurs sont eux-mêmes amplifiés par des réalisations annexes, complémentaires, simples variations, en fait, de ces deux principes, rhématisation et thématisation. Par exemple, en passant à la phrase complexe, on peut penser à la subordination par parataxe, qui repose sur une comparable hiérarchisation des niveaux d’information et de prédication :

(33) […] m’apporterait-on le chasseur comme un simple gibier de chasse sur un plat d’argent, je le repousserais avec un vomissement. (Sodome et Gomorrhe, p. 14)

  • 32 Comme autres configurations fécondes dans la structuration thématique, on peut penser à la diathès (...)

(34) […] à peine l’ai-je perdu de vue, je l’aperçois qui surnage à tout. (Chronique d’une passion, p. 52)32

38Il ne s’agit plus là du même fait de langue, bien sûr, mais de l’amplification paradigmatique d’un principe énonciatif qui devient trait de style : le style de l’inversion.

39Du fait de certaines sophistications, le trait de style entraîne, parfois, quelques anacoluthes, inévitables :

(35) Et l’évocation de Bulkaen, si elle me ramène à une vue plus nue des événements, dès qu’elle cesse, en réaction à cette nudité, je sais que mon chant sera plus exalté. (Miracle de la rose, p. 26)

40Le thème, placé à l’initiale, subit une dislocation pronominale en deux clauses : dans l’hypothétique (« si elle me ramène ») et la circonstancielle de temps (« dès qu’elle cesse ») ; puis il reste sans la prédication d’un groupe verbal. L’explication de l’anacoluthe par référence à une maladresse populaire serait une naïveté, d’autant plus que le trait de style, tout au contraire, d’une grande sophistication, tourne facilement à la démonstration narcissique, en particulier chez Genet, en passe de devenir l’indice d’un pastiche d’écriture néobaroque, preuve de la concrétisation du stylème en référence, et même en autoréférence — voir le chiasme suivant, quasi autoparodique avec ses deux heptasyllabes :

  • 33 Les maniérismes de Genet sont bien connus, ainsi que leur valeur baroque : voir Fredette (2001). V (...)

(36) […] nos visages se tournèrent et pivotèrent nos corps. (Ibid., p. 24)33

  • 34 Mais on en rencontre plusieurs chez Julien Green, par exemple dans un roman comme Le Malfaiteur, d (...)
  • 35 Voir Bordas (2007).
  • 36 « La hargne fielleuse des plumitifs de sa propre turne il l’avait sentie passer » (Céline, Romans,(...)

41On reviendra, pour conclure, au double problème constitué par le corpus choisi et par la démarche stylistique motivant ce corpus. Une lecture un tant soit peu attentive de Jésus-la-Caille de Carco, de quelques textes de Cocteau, de Proust, de Jouhandeau, avant eux de certains décadents comme Lorrain, et après eux de Genet, bien sûr, ne peut pas ne pas remarquer l’importance stylistique des tournures d’inversion, rhématisantes et thématisantes, dans ces textes. Affinités de l’écriture et du sujet ? Aucun exemple n’a pu être relevé dans le sulfureux Sabbat de Maurice Sachs (1946)34 : tous les écrivains homosexuels ne sauraient avoir le même style35 … En revanche, on trouve par centaines des structures comparables dans Mort à crédit de Céline (1936)36 : la sophistication d’une langue populaire inventée par la littérature la plus ambitieuse pourrait être la raison de ces formes qui sacrifient souvent la simplicité linéaire à l’expressivité modalisatrice.

  • 37 « La linéarité des constituants reproduit l’ordre de déroulement des phénomènes ou celui de leur p (...)

42Les déplacements syntagmatiques sont, presque toujours, expliqués d’un point de vue stylistique par des effets rythmiques, des effets d’attente — expression d’une dramatisation énonciative certaine −, ou des « effets mimétiques », postulat d’un isomorphisme absolu entre la perception et la représentation37. On imagine à quoi conduirait une stylistique à la Morier, glosant sur les inversions des invertis. Dans sa seule pensée, la marginalité langagière ne relève pas d’un idiolecte singulier et singularisant, d’un style, mais d’un sociolecte politisable, d’une parole, qui ramène l’énonciation de la différence dans une catégorie générale aisément identifiable. Politique et psychologique, plus ou moins sociologique et médical, se retrouveraient aisément pour neutraliser l’écriture de la différence, et surtout pour ramener, dans le scandale, l’ordre (et la norme) identitaire de la raison explicative : tout ce que, précisément, refusent l’homosexualité et la littérature.

43La stylistique n’est pas une herméneutique : elle est travail d’analyse du « style ». Le style n’est que (mais c’est considérable) le régulateur d’un statut posé par la forme : en cela, la stylistique est évaluation, mesure, d’une performance, d’une valeur, d’une réussite ou d’un échec, et n’a rien à voir avec le sens, comme assignation identitaire et ontologique.

  • 38 On rejoint la définition du « style » proposée par J. Gardes Tamine (2005, p. 80) « comme l’utilis (...)

44Loin d’être expression d’un sens immanent qui serait à retrouver, à dégager de la langue matricielle pour comprendre (quoi ?), la liberté rythmique — toute relative, du reste — qu’illustrent les inversions syntagmatiques, chez les invertis comme chez les autres, est proposition d’une signification sensible inachevée, appel à une phénoménologie (stylistique) de la lecture, qui écoute la sortie de la langue hors d’elle-même, dans le destin du discours — phénomène plus net pour un sujet qui doit s’inventer, comme le sujet homosexuel. Cet exemple, en somme, qui n’est absurde que dans une explication qui n’est en rien un commentaire, ne relève pas tant de l’écart insolite que de la sollicitation maximale et concertée de certaines virtualités langagières38. Il nous invite, à sa façon, à « arracher la stylistique à son fétichisme du mot, du signe et du sens à comprendre » (Hamon, 1994, p. 158) : la manifestation et la reconnaissance d’un être-au-monde, quel qu’il soit, n’ont pas à être évaluées en termes de causalités sémantisables, mais appréciées selon leur valeur d’exemplification symbolique. Le style est présence. Et tout le reste est littérature.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam J.-M., 2005, La Linguistique textuelle, Paris, Armand Colin.

Berrendonner A., 2002, « Morpho-syntaxe, pragma-syntaxe et ambivalences sémantiques », dans H.-L. Andersen et H. Nølke (dir.), Macro-syntaxe et macro-sémantique, Berne, Peter-Lang, p. 23-41.

Berrendonner A. et Reichler-Béguelin M.-J., 1989, « Décalages : les niveaux de l’analyse linguistique », Langue française, no°81, p. 99-125.

Blinkenberg A., 1928-1933, L’Ordre des mots en français moderne, Copenhague, Høst & Søn (vol. I), Levin & Munksgaard (vol. II).

Bordas É., 2003, « Stylistique et histoire littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France, no°3, p. 579-589.

—, 2007, « Style gay ? », Littérature, no°147, p. 115-129.

Carter-Thomas S., 2000, La Cohérence textuelle. Pour une nouvelle pédagogie de l’écrit, Paris, L’Harmattan.

Charolles M., Le Goffic P. et Morel M.-A. (dir.), 2002, Verbum, t. XXIV (no°1-2), « Y a-t-il une syntaxe au-delà de la phrase ? ».

Combettes B., 1977, « Ordre des éléments de la phrase et linguistique du texte », Pratiques, no°13, p. 91-101.

—, 1992, L’Organisation du texte, Metz, Publications de l’Université.

Fournier N., 1997, « La place du sujet nominal dans les phrases à complément prépositionnel initial », dans C. Fuchs (dir.), La Place du sujet en français contemporain, Bruxelles, Duculot, p. 97-132.

Frédéric M., 2003, « La stylistique et l’analyse du discours », dans R. Amossy et D. Maingueneau (dir.), L’Analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 325-332.

Fredette N., 2001, Figures baroques de Jean Genet, Montréal/Saint-Denis, XYZ éditeur/Presses universitaires de Vincennes.

Gardes Tamine J., 2005, « De la grammaire à la stylistique. À propos de l’ordre des mots », dans J.-M. Gouvard (dir.), De la langue au style, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 79-97.

Hamon P., 1994, « Stylistique de l’ironie », dans G. Molinié et P. Cahne (dir.), Qu’est-ce que le style ?, Paris, Presses universitaires de France, p. 149-158.

Jeandillou J.-F. et Magné B. (dir.), 2005, « L’ordre des mots », SEMEN, no°19, Besançon.

Kesik M., 1989, La Cataphore, Paris, Presses universitaires de France.

Kleiber G., 1994, Anaphores et pronoms, Bruxelles, Duculot.

—, 2003, « Faut-il dire adieu à la phrase ? », L’Information grammaticale, no°98, p. 17-22.

Larsson E., 1979, La Dislocation en français, Lund, CWK Gleerup.

Le Goffic P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette.

Mitterand H., 1999, « De l’écriture artiste au style décadent », dans G. Antoine et R. Martin (dir.), Histoire de la langue française. 1880-1914, Paris, CNRS Éditions, p. 467-477.

Morier H., 1998 [1961], Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, Presses universitaires de France.

Murphy S., 2005, édition de Verlaine, Hombres, Béziers, H&O éditions.

Noille-Clauzade C. (dir.), 2004, Le Style, Paris, Flammarion, coll. « GF corpus ».

Rastier F., 1987, Sémantique interprétative, Paris, Presses universitaires de France.

—, 1989, Sens et textualité, Paris, Hachette.

Reboul A., 1990, « Rhétorique de l’anaphore », dans G. Kleiber et J.-E. Tyvaert (dir.), L’Anaphore et ses domaines, Paris, Klincksieck, p. 279-300.

Schehr L. R., 2004, French Gay Modernism, Urbana-Chicago, University of Illinois Press.

Tesnière L., 1988 [1959], Éléments de syntaxe structurale, Paris, Klincksieck.

Notes

1 Cité par J.-M. Adam (2005, p. 53).

2 Désarroi dont témoignent Jeandillou et Magné (2005).

3 Voir la somme d’A. Blinkenberg (1928-1933).

4 Édition utilisée : F. Carco, Jésus-la-Caille, Paris, Albin-Michel, 1932 [1914].

5 Pour une présentation aussi claire que possible de l’approche textuelle de l’énonciation, et en particulier de la complémentarité thème/rhème, voir Adam (2005, p. 45), qui ajoute : « Ces notions ont souvent été critiquées par ceux qui leur demandaient plus que ce qu’elles peuvent apporter, à savoir non pas une description fine de la structure des phrases, mais une grammaire très générale des mouvements textuels de reprise et de progression de l’information. »

6 Cf. infra, analyse des exemples 13 à 19.

7 « Des autres ? Elle les avait vus dehors » (Jésus-la-Caille, p. 165).

8 Voir Schehr (2004, p. 132) : « To emphasize the natural, popular, and nonliterary nature of the subject and to give local color and flavor while maintaining the privileged position of a literate narrator, Carco presents dialogue in often ungrammatical slang, marked by the argot of the streets and a decided lack of interest in points of grammar. »

9 Le Chant de l’équipage (1923).

10 L’Hôtel du Nord (1929).

11 C.-L. Philippe, Bubu-de-Montparnasse, Paris, Grasset, 1986, p. 27.

12 Voir Bordas (2003).

13 Il s’agit de M. Dullaert, L’Affaire Verlaine, Paris, Messein, 1930.

14 Une démarche qui est celle de F. Rastier (1987, 1989). Le propos s’est aujourd’hui banalisé ; voir l’affirmation de C. Noille-Clauzade (2004, p. 27), par exemple : « la conceptualisation herméneutique […] est susceptible de formaliser la pensée du style littéraire. » De son côté, la stylisticienne M. Frédéric (2003, p. 326) définit sa démarche, en se réclamant du philosophe Paul Ricœur, comme une « herméneutique littéraire ».

15 Signalons que le meilleur éditeur de Verlaine et Rimbaud aujourd’hui, S. Murphy, reprend mot pour mot ce type d’analyse pour « expliquer » une forme. À propos de deux sonnets datant de la fin des années 1860, « César Borgia » et « Henri III », il écrit (2005, p. 45) : « Le caractère homosexuel de ce diptyque était reconnaissable non seulement par son contenu sémantique, mais aussi par ses rimes exclusivement masculines (le fait que le second était un sonnet renversé était moins immédiatement “décodé”, mais dans l’œuvre du premier Verlaine cette disposition est hautement symbolique). »

16 Inverti fut un mot à succès à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, dénomination indispensable après le bruit des affaires Oscar Wilde et Eulenburg. Quelques livres paraissent, comme l’anonyme Roman d’un inverti-né, en 1896 (avec une préface de Zola, et une introduction médicale du « docteur Laupts »), ou, la même année, Les Invertis. Le Vice allemand d’Armand Dubarry. Quelques années plus tard, Proust, travaillant à Sodome et Gomorrhe, dit son regret de ne pas pouvoir utiliser le mot tante : « Ce terme conviendrait particulièrement dans tout mon ouvrage […]. “Mais le lecteur français veut être respecté” et n’étant pas Balzac je suis obligé de me contenter d’inverti. Homosexuel est trop germanique et pédant, n’ayant guère paru en France — sauf erreur — et traduit sans doute des journaux berlinois. » (cité par A. Compagnon, dans Proust, Sodome et Gomorrhe, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1989, p. xv)

17 Voir, ici même, l’étude d’A. Fontvieille qui fait, à juste titre, de l’inversion un trope pour Genet.

18 Monsieur de Phocas, Paris, Flammarion, coll. « GF », 2001, p. 60-61.

19 « On la sentait proche et angoissante, cette saison des nuages et des longues pluies », Ramuntcho (1897), dans P. Loti, Romans, Paris, Presses de la Cité, coll. « Omnibus », 1989, p. 755 ; « Elle reconnaissait de loin le pas de son fils, la sérieuse Franchita » (ibid., p. 758) ; « Et ils s’amusèrent, les contrebandiers, à ce jeu des ancêtres » (ibid., p. 790).

20 Édition utilisée : Genet, Journal du voleur, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1982 [1949].

21 Édition utilisée : Genet, Miracle de la rose, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1977 [1946].

22 Édition utilisée : M. Jouhandeau, Chronique d’une passion, Paris, Gallimard, coll. « L’imaginaire », 1985 [1938].

23 Édition utilisée : J. Cocteau, Le Livre blanc [1928], dans J. Cocteau, Romans, poésies, œuvres diverses, Paris, Librairie générale française, coll. « Pochothèque », 1995, p. 197.

24 On a reconnu le vocabulaire d’A. Berrendonner : voir Berrendonner et Reichler-Béguelin (1989).

25 Pour nuancer, bien sûr, cette équivoque déclaration, voir Charolles et alii (2002).

26 Sur la thématisation des énoncés disloqués, voir Le Goffic (1993, p. 377-383) ; plus largement, sur la dislocation, voir Larsson (1979).

27 Édition utilisée : J. Genet, Notre-Dame-des-Fleurs, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976 [1946].

28 Pour la difficulté de la distinction entre anaphore textuelle et anaphore mémorielle, voir Kleiber (1994, p. 21-40).

29 Voir Kesik (1989).

30 Sur anaphore et point de vue, en particulier dans les cas de distorsion textuelle, voir Reboul (1990). Sur point de vue et ordre des mots, voir, ici même, l’étude d’A. Rabatel.

31 Voir l’analyse de S. Carter-Thomas (2000, p. 81) : « Si les dislocations à gauche et les dislocations à droite sont rares à l’écrit, ces structures sont très courantes dans l’oral spontané. Elles ont un rôle important à jouer dans la structuration thématique, dans la mesure où elles permettent de promouvoir un référent connu au rôle de thème, en le nommant hors de la proposition elle-même. Les dislocations à droite semblent avoir plutôt un rôle de confirmation tandis que les dislocations à gauche permettent une identification anticipée du référent. On peut considérer que les deux constructions contribuent à la clarification du message. »

32 Comme autres configurations fécondes dans la structuration thématique, on peut penser à la diathèse passive et à l’extraposition.

33 Les maniérismes de Genet sont bien connus, ainsi que leur valeur baroque : voir Fredette (2001). Voir aussi, dans la même perspective de déplacement des syntagmes, le faux latinisme suivant : « Si, commandé par mon cœur l’univers où je me complais, je l’élus, ai-je le pouvoir […] » (Journal du voleur, p. 9) ; ou la construction classique du pronom personnel complément : « Les désirant chanter, j’utilise ce que m’offre la forme de la plus exquise sensibilité naturelle […]. » (Ibid., p. 10)

34 Mais on en rencontre plusieurs chez Julien Green, par exemple dans un roman comme Le Malfaiteur, de rédaction plus tardive que les textes de ce corpus, toutefois (1955) : « Sur la barbe de Boron, il y aurait une infinité de choses à dire » (Paris, Fayard, 1995, p. 127) ; « De cette vocation manquée lui restait quelque chose d’indéfinissable » (ibid., p. 134), etc.

35 Voir Bordas (2007).

36 « La hargne fielleuse des plumitifs de sa propre turne il l’avait sentie passer » (Céline, Romans, vol. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1981, p. 529) ; « Le Capital et ses lois, elle les avait compris, Mireille… […] Les petits marles, du Musette qu’elle fréquentait, ils se rendaient pas compte » (ibid., p. 531) ; « De la Vitruve et de sa nièce je pouvais m’attendre à bien des choses » (ibid., p. 532), etc.

37 « La linéarité des constituants reproduit l’ordre de déroulement des phénomènes ou celui de leur perception. C’est un effet expressif très fréquent ; la phrase imite ainsi le mouvement, lent ou rapide, du sujet, ou l’émergence d’un phénomène. La phrase peut aussi imiter non plus le déroulement d’un processus, mais la succession des perceptions qu’on en a. » (Fournier, 1997, p. 130)

38 On rejoint la définition du « style » proposée par J. Gardes Tamine (2005, p. 80) « comme l’utilisation optimale et concertée des virtualités qu’offre la langue, des faits de langue possibles, et non comme un écart fait d’emplois insolites ».

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search