Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

IV. Points de vue et polyphonie

Détachements syntaxiques, déchaînements romanesques : aspects du portrait dans Belle du Seigneur d’Albert Cohen

Stéphanie Thonnerieux

Texte intégral

  • 1 Toutes nos citations renvoient à l’édition suivante : Albert Cohen, Belle du Seigneur, Paris, Gall (...)

1« Enturbanné d’or, les mains de cendre et les yeux sanguinolents, un radjah rêvait » (p. 135)1. Si ce type de phrase retient l’attention à la lecture de Belle du Seigneur d’Albert Cohen, c’est évidemment par son sens qui nous plonge immédiatement dans un univers des Mille et une nuits, mais c’est également par sa construction : la formulation initiale, et d’abord énigmatique, du portrait du personnage. L’énigme du référent est particulièrement bien portée par la présence réitérée de ce qu’on appelle couramment en grammaire les « constructions absolues », ici « les mains de cendre et les yeux sanguinolents ». Constituants détachés du sujet, flottant presque dans l’espace de la phrase et dans l’espace diplomatique d’un cocktail à la Société des Nations, ces mains et ces yeux semblent comme détachés du personnage, l’anticipant en quelque sorte.

2La fréquence, relative dans l’absolu mais somme toute significative, de ce type de construction dans le roman de Cohen, s’inscrit dans la fréquence, particulièrement remarquable cette fois, de l’emploi de ce que Bernard Combettes appelle les « constructions détachées » : adjectifs, participes, noms et groupes nominaux… forment des séries de type appositif et circonstanciel dont la position très nettement initiale, en début de proposition, ne passe pas inaperçue et s’apparente même à un tic ou un truc d’écriture dans le roman tout entier. À défaut de pouvoir étudier ici l’ensemble de ces constructions, je m’intéresserai plus précisément aux constructions absolues (désormais CA). Dans une approche à la fois morphologique, syntaxique et communicationnelle, et en croisant différents niveaux d’analyse (le groupe et la phrase, mais aussi le paragraphe et le chapitre), je voudrais montrer pourquoi ce type de construction fait sens, et surtout comment il est un lieu de constitution du sens dans Belle du Seigneur.

Les constructions absolues dans Belle du Seigneur : définitions et enjeux

3Les CA touchent de très près à la question de l’ordre de mots, par leur nature même et dans leur emploi au sein de la phrase. Une définition théorique et leur description dans le corpus le mettront rapidement en évidence.

Définition

4Suzanne Hanon a étudié les CA il y a une quinzaine d’années. Elle a redéfini la construction et l’a replacée dans la tradition grammaticale. Présentées comme des « constructions nominales dépendantes à deux termes […] solidaires, qui sont en rapport de sujet et de prédicat logiques » (Hanon, 1989, p. 9), elles sont plus précisément (Hanon, 1990, p. 37) :

nominales parce qu’elles excluent la présence d’un verbe conjugué dans leur prédicat. Elles sont dépendantes parce qu’elles remplissent toujours une fonction à l’intérieur d’une proposition (niveau phrastique, essentiel ou non-essentiel, ou à l’intérieur d’un autre syntagme). Leurs deux termes constitutifs sont en rapport de solidarité car ils se présupposent l’un l’autre et excluent de ce fait un rapport de dépendance (ou subordination) et un rapport d’égalité (ou coordination). Au contraire, le premier terme ne peut se passer du deuxième et le deuxième du premier.

5Suzanne Hanon distingue plusieurs constructions : un type A, mobile à valeur attributive (Marie est assise les yeux fermés) ; un type B, également mobile à valeur circonstancielle (La porte fermée, Marie s’en alla) ; des types C et D non mobiles (Pierre est tête nue ; Un jeune homme torse nu se promène dans le jardin).

6Elle rappelle en outre que le traitement qui est fait des CA dans la tradition grammaticale est souvent sommaire jusque dans les années quatre-vingt-dix. Appelée « complément absolu » dans la douzième édition du Bon usage qui, précise Suzanne Hanon, fait un tour correct de la question, cette construction a fréquemment été étudiée dans l’héritage de l’ablatif absolu latin et traitée au chapitre des participes (Wagner et Pinchon, Béchade, la grammaire Larousse de Chevalier et alii), des phrases nominales (Damourette et Pichon), des compléments non-prépositionnels (Brunot), quand elle n’a pas été tout simplement… passée sous silence. Elle réapparaît plus récemment dans le champ des modificateurs du nom, « modificateurs en position détachée » au même titre que l’apposition (la Grammaire méthodique du français de Riegel, Pellat et Rioul), ou dans celui des « compléments accessoires », comme « sous-phrase sans connecteur » et « non-verbale », où son étude succède à celle des circonstants (Le Goffic) mais, dans un cas comme dans l’autre, les auteurs soulignent ses emplois syntaxiques variés.

7En définissant les constructions détachées dont elles font partie, Bernard Combettes propose la définition suivante des CA, très proche de celle de Suzanne Hanon (Combettes, 1998, p. 19-20) :

Sous sa forme la plus fréquente, [la construction absolue] est constituée, à la différence des syntagmes adjectivaux et participiaux, de deux termes qui apparaissent dans une relation prédicative ; l’un est un groupe nominal, l’autre peut être un adjectif, un participe, un groupe prépositionnel : c’est ce deuxième groupe qui assure l’apport prédicatif.

8Leurs conceptions divergent cependant sur l’extension à donner aux CA : Bernard Combettes rejette les constructions avec un participe que la tradition grammaticale appelle « subordonnées participiales » et que Suzanne Hanon intègre comme CA à valeur circonstancielle. Je suivrai Bernard Combettes dans cette restriction.

  • 2 La topologie de l’énoncé, théorisée par J.-C. Milner (1989), et reprise notamment par J. Gardes Ta (...)

9La question de l’ordre de mots croise ainsi doublement celle des CA. Elle se pose en effet au niveau de la construction elle-même, dans sa forme, entre le sujet et son prédicat. Elle se pose évidemment au niveau de l’insertion de la construction dans la phrase. Sont ainsi en jeu sa position mais également sa place textuelle, sur le plan topologique des relations de disposition des termes dans la linéarité du discours2. Enfin, elle se pose même au niveau du texte, dans sa structuration en paragraphes et en chapitres, et dans sa progression thématique et narrative.

Morpho-syntaxe : unité et diversité dans Belle du Seigneur

10Sur le plan morphologique, les CA n’ont pas de marqueur spécifique. Les seuls indices, toutefois non univoques, sont la place (variable), le sentiment d’un ajout sémantique et, sur le plan mélodique, une pause (traduite graphiquement par la présence aléatoire d’une virgule) suivie d’une intonation spéciale.

  • 3 Suzanne Hanon relève la possibilité d’un nom propre et d’un pronom (1989, p. 146).

11Quels constituants intègrent les CA et dans quel ordre ? C’est le sujet logique qui apparaît le premier. Il prend la forme d’un groupe nominal : on rencontre très souvent un nom3 actualisé par un déterminant défini, article défini ou déterminant possessif.

Le regard vague et l’ esprit absorbé par des méditations stratégiques, feignant d’écouter le raseur qui, tout ravi de sa capture, faisait le charmant et le sympathique, ils n’en supportaient l’improductive compagnie que provisoirement et en attendant mieux, c’est-à-dire la fructueuse prise de quelque supérieur. (p. 302)

Interminable et osseuse, étendue sur son lit, ses mains aux brunes verrues croisées sur sa poitrine, Mme Deume faisait sa sieste tardive […]. (p. 182)

12Mais le nom n’est pas nécessairement actualisé. Cet emploi lui confère une valeur intensionnelle très nette :

Sourcils jupitériens, il [Saulnier] passa son mécontentement sur Octave, son subordonné et souffre-douleur, un grêle et long garçon anémique aux gestes mous. (p. 182)

Boulotte, lèvres poupines, nez de perruche et yeux morts, la vieille Ventradour, introduite dans le salon par Ariane qui était allée ouvrir la porte, se précipita vers chère Antoinette, l’embrassa, puis serra mollement la main de M. Deume et fortement celle du jeune Adrien auquel elle trouvait de la prestance. (p. 348)

13L’absence d’article concerne surtout des noms fréquents de parties du corps (mains, bouche…) dont certains entrent dans des expressions semi-lexicalisées (bouche bée, tête baissée…), des structures particulières comme les constructions symétriques (main dans la main) et les séries énumératives (bouche ouverte, yeux fermés).

  • 4 Pour une vision exhaustive des types de prédicats possibles, voir Hanon (1989, p. 152-153).

14Quant au prédicat, il prend couramment la forme d’un adjectif qualificatif (« sourcils jupitériens », « le visage déjà passionnément tendre et modeste »…), d’un adjectif verbal (« la tête tournoyante », « mamelles roulantes », « lèvres tremblantes », « dents éclatantes »…), ou encore d’un groupe prépositionnel (« l’esprit délicieusement en déroute », « verres givrés en main », « un sang de velours dans leurs veines »…)4.

  • 5 « Un matin, deux inconnus firent irruption dans ma chambre : blouse blanche, calot blanc, au front (...)

15La question de l’ordre des mots se pose donc bien dans la construction elle-même, entre le sujet logique et le prédicat : ils apparaissent précisément dans cet ordre et, si on peut relever des inversions, elles restent marginales. Soit elles sont lexicalisées comme les expressions nu-tête, nu-pieds (d’ailleurs en concurrence avec tête nue et pieds nus). Soit elles correspondent à une visée stylistique marquée5.

  • 6 F. Neveu (2004, p. 8), qui a beaucoup travaillé sur l’apposition et le détachement, est quant à lu (...)

16Sur le plan de leur intégration syntaxique, les CA peuvent avoir des positions différentes : elles constituent une prédication secondaire qui correspond à des fonctions essentielles et non-essentielles clairement répertoriées, aussi bien dans la Grammaire du français moderne de Martin Riegel, Jean-Christophe Pellat et René Rioul que dans la Grammaire de la phrase française de Pierre Le Goffic. Les CA peuvent occuper une fonction à l’intérieur du groupe nominal : si elles sont fréquemment complément du nom (type D de Suzanne Hanon : « Un jeune homme torse nu se promène dans le jardin »), on retiendra également la possibilité pour une CA de fonctionner comme épithète, dans une structure indirecte liée au nom, de type prépositionnel (« l’homme aux mains jointes », Combettes, 1998, p. 20). Au niveau verbal, c’est la fonction attribut qui apparaît, en liaison avec le sujet ou l’objet (« Il est reparti les mains vides » ; « On l’a renvoyé les mains vides », Riegel et al., 1994, p. 192). Mais dans le cas le plus fréquent, la CA occupe une fonction de constituant détaché : l’association avec des adjectifs apposés « montre la parenté syntaxique entre les deux constructions » (ibid.) D’autres, comme Pierre Le Goffic, tout en relevant des « emplois de type adjectival, comme épithète […] détachée », soulignent le fait qu’elles sont « à la frontière du constituant de phrase » et les rapprochent des emplois circonstanciel (Le Goffic, 1993, p. 490)6.

17C’est la position détachée qui apparaît avec une grande régularité dans Belle du Seigneur, les CA se trouvant très fréquemment juxtaposées avec des appositions adjectivales, participiales ou encore prépositionnelles.

Inconscient, la tête tournoyante, passionné d’esclavage, Adrien Deume accéléra son allure, plein de foi en la coopération internationale mais également prêt à se passionner sur-le-champ à tels autres sujets divins ou humains, frivoles ou tragiques […]. (p. 114)

Grandes oreilles élégamment dégénérées, souriant et frileux, dos voûté, long vautour bossu et acteur romantique à haut faux col rabattu, Lord Robert Cecil expliquait un coup extraordinaire de golf à un petit président du conseil français, radical et ventru, qui ne pigeait que dalle mais appréciait électoralement. (p. 134)

Sémantique et référence des constructions absolues

18Détachées sur le plan syntaxique, les constructions absolues sont rattachées à la prédication principale du point de vue référentiel et sémantique.

  • 7 Combettes (1998, p. 20 passim). Il souligne tout particulièrement la relation sémantique qui exist (...)

19Les CA ne sont pas des expressions référentielles. C’est par sa relation, d’ordre sémantique, avec un constituant de la prédication principale, que le GN sujet logique prend une valeur référentielle. De même qu’il y a un rattachement syntaxique à effectuer dans le cas de ces prédications secondaires, il y a un rattachement référentiel à opérer. Une relation de type anaphorique mais partiel s’établit avec un terme de la prédication principale qui, lui, est référentiel. Ce rapport est généralement défini comme une relation de partie à tout. La prédication seconde ne qualifie pas l’intégralité du référent de la prédication principale, mais l’une de ses parties. Cette relation de partie à tout appelle deux remarques. D’une part, la partie qu’exprime le nom est une partie au sens large : partie du corps, mais aussi « caractéristiques spirituelles ou intellectuelles », « facultés ou fonctions du corps », « objets intimement associés au corps (vêtements, lunettes, armes, ustensiles divers). Ces objets sont en quelque sorte le prolongement de la personnalité ou de la profession de quelqu’un » (Hanon, 1989, p. 102). D’autre part, cette relation de partie à tout est une contrainte dans le type considéré de construction absolue. Elle recouvre la notion dite de possession inaliénable qui peut apparaître soit dans le sujet, soit dans le prédicat, soit dans les deux. Ce rapport de possession inaliénable qui existe entre le sujet de la construction absolue et le sujet du verbe principal peut être formalisé par une construction attributive qui est sous-jacente à la construction absolue (attribut du COD, et dans une forme dérivée plus simple encore, attribut du sujet) : les mains jointes, il priait ; il avait les mains jointes ; les mains étaient jointes7.

20Prédication seconde, expression non référentielle, la CA est qualifiante et non identifiante. Elle prédomine dans les constructions détachées descriptives plus que circonstancielles. Une nuance circonstancielle peut être parfois perceptible (La tête lourde, je trébuchais, cité par Suzanne Hanon), mais cette valeur des CA est faible dans Belle du Seigneur. Le rapport temporel de la CA à la prédication principale reste un rapport de simultanéité : perçues comme un ajout sémantique, les CA constituent une qualification temporaire. Suzanne Hanon a bien évidemment relevé l’affinité des CA avec la description des attitudes humaines, ainsi que leur présence dans la prose des romans et nouvelles et, dans tout type de texte, à l’occasion de descriptions d’êtres humains. La description peut être d’ordre physique, moral ou souvent les deux :

Ainsi, par lui-même bercé dans la grandeur et la puissance, mains jointes derrière la nuque à la manière de van Vries, ce futur cadavre trouva un joint pour raconter comme quoi, au cours d’une récente discussion avec son chef, il avait été audacieux, d’une indépendance farouche et fécond en reparties mordantes. (p. 77)

21Une attitude physique en elle-même évocatrice, démarquée de celle d’un supérieur hiérarchique, confère au personnage un peu de cette supériorité, vanité que vient balayer la cinglante dénomination métonymique de ce même personnage (« ce futur cadavre »).

Les yeux déjà humides d’obéissance, le visage déjà passionnément modeste et tendre, il se disposait à son tour à harponner dès que possible mais dignement, non par fierté d’âme mais parce qu’il est préjudiciable de se déprécier. (p. 304)

22Sur le même modèle, les deux CA associent un sujet logique physique avec un prédicat directement (« modeste et tendre ») ou symptomatiquement (« humides d’obéissance ») moral.

23Avec les CA, dans Belle du Seigneur, on a indéniablement affaire à un exemple intéressant de détachement syntaxique et référentiel : les deux derniers exemples nous font assez sentir que cette construction apparaît comme un lieu privilégié de déchaînement du sens.

Poétique du portrait : construction textuelle et destruction romanesque du personnage

Une tendance à l’autonomie syntaxique et référentielle

24Dans l’emploi des CA de Belle du Seigneur, on observe une tendance au relâchement de la relation syntaxique qui unit la prédication seconde à la prédication première. Plusieurs facteurs jouent un rôle dans ce relâchement.

25On s’arrêtera tout d’abord sur le nombre et l’hétérogénéité des constructions détachées dans une même phrase : deux, trois, quatre… constructions détachées, de natures parfois très différentes, peuvent s’enchaîner, souvent par juxtaposition. Elles forment assez fréquemment une série en début de phrase.

Interminable et osseuse, étendue sur son lit, ses mains aux brunes verrues croisées sur sa poitrine, Mme Deume faisait sa sieste tardive, ronflant avec certitude et légitimité, ses dents obliques couchées sur le pâle traversin de la lèvre inférieure. (p. 182)

Idiotes, lasses et sexuelles, la démarche impériale, le ventre en avant, l’œil perdu dans les grandeurs, les filles mannequins défilèrent une dernière fois sous l’œil sévère du petit grand couturier qui fit gracieusement demi-tour, sourit à la cliente. (p. 593)

26La dimension linéaire de la lecture implique un facteur temporel qui favorise la perte du référent ou du moins du prédicat principal, sa dilution dans l’abondante diversité des constructions détachées. Dans le portrait de Mme Deume, il est remarquable que le prédicat principal soit réduit en taille par rapport aux constructions détachées, et que son sens soit particulièrement insignifiant : la sieste est l’image même de la suspension de toute activité, dénonçant par là même son absence totale d’intérêt narratif.

27La taille des CA est également un facteur signifiant : elles sont généralement plus longues que dans les exemples types. Elles font l’objet d’un allongement syntaxique, d’une amplification qui passe par le développement de compléments divers : on peut citer l’adjonction d’adverbes (l’esprit délicieusement en déroute, le visage déjà passionnément modeste et tendre), la construction verbale de participes en emploi adjectival (ses mains aux brunes verrues croisées sur sa poitrine, ses dents obliques couchées sur le pâle traversin de la lèvre inférieure).

28Enfin la place des CA dans la phrase est remarquable : leur situation très souvent initiale fait qu’elles devancent la mention du support référentiel du sujet logique et de la prédication principale. Le lecteur est placé face à une description de personnage avant même d’identifier ou de reconnaître le personnage. Cette position frontale est nette dans les portraits de groupe qui font se succéder les personnages assez rapidement :

Nez piqué d’insolation, la belle secrétaire du secrétaire général laissait derrière elle des senteurs de poirier en fleur. […] Hygiénique et savonnée, son lorgnon agrafé au corsage, la déléguée du Danemark écoutait, vierge et morale, un premier ministre qui répondait tardivement à des saluts empressés […]. Assis et bossu, le mégot éteint sur la lippe pendante, Aristide Briand informait un rédacteur en chef ébloui de gratitude que cette année serait cruciale et marquerait un tournant dans la politique internationale […]. (p. 134-135)

29Suzanne Hanon a donné une vision statistique de la place des CA dans un corpus donné. Les trois quart des CA de type appositif dont le support est le sujet sont postverbales (15 % seulement sont dans la zone préverbale, 11 % en intraposition, c’est-à-dire entre le sujet et le verbe). La postposition est encore plus nette dans les cas où le support du sujet logique est l’objet de la prédication principale. Dans une perspective diachronique, celle de l’histoire de l’emploi des CA, les exemples que Suzanne Hanon donne des constructions absolues en ancien français montrent qu’elles apparaissent également plutôt en fin de phrase.

30Notre corpus laisse donc apparaître une autonomisation croissante des CA dans la phrase et dans le roman : les degrés de détachement syntaxique, référentiel et narratif se conjuguent pour faire de ces CA un lieu romanesque particulier. C’est celui de la représentation des personnages, qui se fait ainsi de façon caractéristique en dehors de la prédication principale.

La progression thématique : une tension signifiante

31L’intérêt de ces constructions dans Belle du Seigneur réside d’ailleurs avant tout dans leur présence fréquente voire dominante non seulement en début de phrase, mais également souvent en début de paragraphe voire en début de chapitre. Cette antériorité absolue pose alors le problème de la progression de l’information sur le plan narratif.

  • 8 Bernard Combettes rappelle la valeur traditionnellement thématique des constructions détachées, av (...)

32Sur le plan de la dynamique communicationnelle, les constructions détachées peuvent certes obéir à un fonctionnement traditionnel8. Leur position initiale leur donne une valeur nettement thématique quand cette place en tête de phrase trouve une justification dans le contexte de gauche, en amont, par exemple dans la phrase précédente. Les constructions détachées prennent alors une valeur de liaison thématique, elles prolongent un thème vers la droite.

Interminable et osseuse, étendue sur son lit, ses mains aux brunes verrues croisées sur sa poitrine, Mme Deume faisait sa sieste tardive, ronflant avec certitude et légitimité, ses dents obliques couchées sur le pâle traversin de la lèvre inférieure. (p. 182)

Dents projetées en avant, elle sortit en pompe et majesté de possédante, corsetée de dignité et la tête haut levée, passant trois fois sa main sur son arrière-train comme pour le caresser […]. (p. 195)

33Dans le premier extrait, les « dents » de Mme Deume apparaissent d’abord sous la forme d’une CA postverbale et rhématique, mais quelques pages plus loin, tandis que l’évocation précédente a permis de camper le personnage, les « dents » passent en zone initiale, préverbale et thématique. Au chapitre xxvi, le premier paragraphe annonce, sous forme d’un hyperthème, un « cocktail », puis le paragraphe suivant commence sur une CA lexicalement attendue après un terme comme cocktail : « [v]erres givrés en main et y contemplant les glaçons flottants, les invités […] » (p. 302).

34Mais, et cet emploi est plus original, la place frontale des CA dans Belle du Seigneur est souvent occupée par une prédication nouvelle, non-accessible dans le contexte précédent. Sur le plan de la progression de l’information, la CA initiale peut-elle avoir une valeur rhématique ? Cette position frontale systématique ou presque paraît plutôt inattendue par rapport à la progression de l’information.

Sourcils jupitériens, il [Saulnier] passa son mécontentement sur Octave, son subordonné et souffre-douleur, un grêle et long garçon anémique aux gestes mous. (p. 182)

Mains jointes, et un sang de velours dans leurs veines, ils contemplaient le ciel sublime et leur amour dans les palpitantes étoiles, bénissantes là-haut. (p. 453)

35C’est le sujet, pronominal d’ailleurs avec une valeur anaphorique, qui est thématique. La CA entretient, elle, une correspondance sémantique avec le groupe verbal qui représente l’élément rhématique. Elle en constitue ainsi linéairement une anticipation. Dans le second exemple, la correspondance sémantique entre la CA initiale et le groupe verbal est renforcée par une double redistribution des éléments de la première sur ceux du second, avec un effet de chiasme final. Les « mains jointes » anticipent religieusement en effet à la fois sur le « ciel sublime » et les étoiles « bénissantes ». Quant à l’expression « un sang de velours dans leurs veines », lié par une allitération en [v], la métamorphose est plus complexe : « velours » rime avec « amour » tandis que les termes « sang » et « veines » appellent l’adjectif verbal « palpitantes ». Le terme « bénissantes » fait d’ailleurs écho à ce dernier sous forme d’homéotéleute. La poétisation de la forme, si elle est ici en quelque sorte mimétique de celle du sens, en renforce également les liens par delà le verbe.

  • 9 B. Combettes (1992, p. 11-14) nous invite à dépasser l’opposition trop tranchée entre « connu » et (...)
  • 10 La présence de stéréotypes se manifeste à différents niveaux narratologiques. En ce qui concerne l (...)

36Il faut pourtant reconnaître que, le plus souvent, la valeur rhématique des CA initiales se justifie mal en contexte. La valeur informative forte de ces constructions entre en tension avec cette place plus naturellement thématique. Se noue sans doute ici l’ambiguïté fondamentale de la place occupée par ce type de construction dans le roman : si linéairement, sa valeur informationnelle est forte (le référent est nouveau, il n’est pas encore actuel), sur le plan cognitif il est partiellement accessible ou disponible (le référent est en partie identifiable, reconnu)9. On comprend alors mieux comment la construction détachée initiale, même peu accessible en contexte, peut apparaître dans la zone thématique de la phrase : cette thématisation joue moins au niveau de la progression textuelle linéaire de l’information, que de la disponibilité dans le savoir global du lecteur, de la saillance de l’information dans ce qu’on appelle la connaissance partagée (encyclopédique, culturelle…) selon une perspective cognitive. Les CA font appel à une représentation plus ou moins connue de certains référents, une représentation qui n’est plus ni contextuelle, ni même situationnelle. Elles empruntent, semble-t-il assez souvent, à des représentations codées, de l’ordre du stéréotype10. À réception, la CA active une représentation disponible pour le lecteur car elle lui est déjà connue. On rencontre, comme mode d’accès au référent, un fonctionnement de type déictique mais non situationnel, en somme une forme d’exophore mémorielle.

Grandes oreilles élégamment dégénérées, souriant et frileux, dos voûté, long vautour bossu et acteur romantique à haut faux col rabattu, Lord Robert Cecil expliquait un coup extraordinaire de golf à un petit président du conseil français, radical et ventru, qui ne pigeait que dalle mais appréciait électoralement. […] Enturbanné d’or, les mains de cendre et les yeux sanguinolents, un radjah rêvait. […] (p. 134-135)

  • 11 C. Stolz (1998, p. 310) rappelle à juste titre que la scène qui est l’occasion de cette célèbre ga (...)

37Dans ces deux exemples, les constructions détachées et notamment les CA font appel à la reconnaissance d’un type de personnage : l’Anglais grand, élégant mais un peu disgracieux, ou l’inverse, bref l’incarnation de ce qu’on appellerait le charme aristocratique anglais ; l’Hindou physiquement oriental et mystérieux voire inquiétant comme un fakir… On peut relever même un jeu de reconnaissance dans le cas de l’emploi d’un nom propre de personne ayant existé comme Aristide Briand, dont la désignation est précédée d’une apposition et d’une CA qui en esquissent la silhouette historique : « assis et bossu, le mégot éteint sur la lippe pendante »11. La CA fait ainsi appel à des stéréotypes en visant, au-delà d’une connaissance textuelle, une connivence avec le lecteur, qui est en quelque sorte pris à témoin, voire en otage, d’une représentation qu’il est contraint de retrouver. Pour évoquer l’effet produit par ces CA initiales, on pourrait parler d’un véritable coup de force thématique. C’est avant tout celui du narrateur, dont l’éthos autoritaire (Stolz, 1998, p. 267-268) se manifeste de façon souvent ironique dans ce lieu du texte.

Déchaînements du sens

38Pour préciser encore ce qui se joue dans ce lieu du texte et de quelle façon, il reste à interroger la hiérarchie des plans du roman, indexée sur le rang de la prédication : le premier plan, celui de la prédication première, est normalement le cadre romanesque privilégié ou s’enchaînent les séquences narratives ou descriptives. Or on observe un fréquent déplacement de l’intérêt narratif vers le second plan, celui de la prédication seconde. On a déjà cité l’indigence romanesque de la sieste de Mme Deume. Dans nombre de phrases, la prédication principale est le lieu d’une action vaine, sans intérêt, machinale, transitoire… Elle est d’ailleurs parfois présentée à l’imparfait, devenant le cadre temporel… de la prédication seconde.

Chaste et timide, bouleversé par ce sublime attouchement et par tant de bonté, l’esprit délicieusement en déroute, Adrien Deume allait immatériellement aux côtés du chef […]. (p. 115)

39Hiérarchiquement, sur le plan de la syntaxe, les CA sont des prédications dites secondes, mais elles prennent parfois le pas sur la prédication principale en terme de valeur dans l’économie narrative. Quel est alors l’effet produit par ce déplacement de perspective ? Quelle dimension romanesque vient-il souligner ?

40Dans Belle du Seigneur, les CA sont principalement associées aux portraits de personnages. Initiales, détachées, foisonnantes dans leur association à d’autres constructions détachées, elles sont des éléments de description du référent avant la mention de celui-ci, avant sa (re)connaissance ou son identification. La représentation s’établissant par anticipation à la mention du référent à travers une construction en partie stéréotypique, les CA tendent donc à représenter une classe d’êtres, à constituer un type sans support référentiel préalable. Un caractère est décrit avant d’être affecté à un personnage précis. La CA est une étape d’individualisation avant l’identification, avant la « personnalisation ». Le portrait est ainsi « flottant », il propose une manière d’être avant l’être : on a bien, comme première approche d’un personnage, une typification de l’individu et non une singularisation.

  • 12 La caricature est évoquée par Claire Stolz (1998, p. 294-295) qui donne précisément comme exemple (...)

41Ce sont d’ailleurs les gestes et attitudes des personnages qui font sens, plus que les personnages eux-mêmes. Les CA, isolant surtout des détails du portrait, empruntent à l’esthétique de la caricature12, qui associe schématisation et exagération dans une intention généralement critique. Le portrait est caricatural car la description s’y fait mécanique dans l’enchaînement et le développement jusqu’à l’excès des constructions détachées. Il est aussi caricatural parce que la description s’avère incongrue, souvent déformée, exagérée. Il l’est enfin parce que la CA correspond à une sélection d’attitudes qui paraissent représentatives, marquantes, mais forcément partielles. Le portrait ne porte pas sur un caractère mais sur un trait de caractère qui, de plus, est souligné, accusé, ce qui garantit sa valeur comique et critique. La CA silhouette le personnage, dessine à gros traits des types ou sous-types qui font apparaître le fonctionnaire de la Société des Nations, le diplomate, la mère parvenue, le fils vaniteux, la maîtresse éplorée, énamourée, agacée… Le choix du contenu des CA, leur excès en nombre et en intensité donnent une dimension nettement burlesque à certains portraits comme les portraits de groupe.

42Les CA sont ainsi un lieu narratif de description mais également un lieu romanesque où s’exprime le point de vue du narrateur et où, en l’occurrence, le portrait se fait charge. Certains indices comme des adverbes à valeur énonciative manifestent la présence d’une subjectivité :

l’esprit délicieusement en déroute

les yeux déjà humides d’obéissance, le visage déjà passionnément modeste et tendre

  • 13 Si Belle du Seigneur est bien le récit de l’évolution d’une passion, on aurait tort de l’orienter (...)

43Mais, on le voit bien dans ces deux exemples, ils viennent, dans le même mouvement, donner une valeur appréciative à la construction en l’orientant négativement. Les CA sont le lieu d’une prise de distance du narrateur : ces énoncés se chargent axiologiquement, allant de l’ironie, par exemple face à des comportements triviaux ou désuets, à la satire sociale féroce, comme dans l’évocation des milieux bourgeois et diplomatiques. L’ironie cohénienne trouve, dans l’espace de ces constructions, un point d’ancrage efficace où concentrer son expression13.

Conclusion

44Si l’hyperbate est une tendance de la langue écrite du xxe siècle (Stolz, p. 335-353), que dire de son symétrique dans la phrase auquel la rhétorique n’a pas donné la même faveur ? Figure d’annonce, d’antéposition, d’anticipation… Autre lieu d’élection de la voix cohénienne, le début de la phrase fonctionne moins comme un ajout que comme une véritable attaque aux deux sens du terme : à l’initial, la charge, brutale, n’en est que plus forte. Elle donne le ton de l’énoncé, elle en oriente l’interprétation axiologique, généralement dans un sens critique et ironique. Le fait que cette attaque prenne souvent la forme d’une CA n’est pas neutre : c’est elle qui croque le mieux, croquis et crocs mêlés.

45Si souvent pointue et assassine, la CA tient sans doute son efficacité pragmatique du fait qu’elle résonne comme une formule dans le texte. Penchant parfois du côté de la lexicalisation même si son expression est généralement revivifiée, elle fait figure de structure bouclée sur elle-même qui, à l’initiale de la phrase, gagne en autonomie par son net détachement syntaxique et référentiel. Lieu de tension, elle est certes grammaticalement intégrée à la phrase, mais elle paraît souvent assez libre, proposant une représentation comme suspendue, qui dialogue hors du texte avec nos représentations et cherche un écho dans nos mémoires individuelles et collectives. Ancrée dans la linéarité de la phrase mais s’en affranchissant sur les plans syntaxique, référentiel et sémantique, elle fait signe vers un ailleurs du texte, loin de l’ordre de ses mots.

Bibliographie

Références bibliographiques

Combettes B., 1992, « Hiérarchie des référents et connaissance partagée : les degrés dans l’opposition connu/nouveau », L’Information grammaticale, no°54.

—, 1998, Les Constructions détachées en français, Paris, Ophrys, coll. « L’essentiel français ».

Gardes Tamine J., 2004, Pour une grammaire de l’écrit, Paris, Belin, coll. « Sup. Lettres ».

Hanon S., 1989, Les Constructions absolues en français moderne, Louvain/Paris, Peeters/Bibliothèque de l’information grammaticale

—, 1990, « Présentation de thèse. Les constructions absolues en français moderne », L’Information grammaticale, no°47.

Le Goffic P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette, coll. « Langue française ».

Milner J.-C., 1989, Introduction à une science du langage, Paris, Seuil.

Neveu F., 2004, Dictionnaire des sciences du langage, Paris, Armand Colin.

Paillet-Guth A.-M., 1998, Ironie et paradoxe, le discours amoureux romanesque, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque de grammaire et de linguistique ».

Riegel M., Pellat J.-C. et Rioul R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Linguistique nouvelle ».

Stolz C., 1998, La Polyphonie dans Belle du Seigneur d’Albert Cohen. Pour une approche sémiostylistique, Paris, Honoré Champion, coll. « Littérature de notre siècle ».

Notes

1 Toutes nos citations renvoient à l’édition suivante : Albert Cohen, Belle du Seigneur, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1968. Les italiques, identifiant les constructions absolues dans les exemples qui suivent, sont de nous.

2 La topologie de l’énoncé, théorisée par J.-C. Milner (1989), et reprise notamment par J. Gardes Tamine (2004) permet de distinguer ce qui relève du niveau grammatical le plus strict (relation de constituance) de ce qui ressortit à des déterminations plus textuelles, par exemple rhétoriques, génériques ou encore informationnelles (relations de disposition).

3 Suzanne Hanon relève la possibilité d’un nom propre et d’un pronom (1989, p. 146).

4 Pour une vision exhaustive des types de prédicats possibles, voir Hanon (1989, p. 152-153).

5 « Un matin, deux inconnus firent irruption dans ma chambre : blouse blanche, calot blanc, au front le laryngoscope flamboyant. Une apparition de science-fiction ou de film d’épouvante. » (M. Tournier, Le Vent paraclet, cité par Hanon, 1989, p. 158)

6 F. Neveu (2004, p. 8), qui a beaucoup travaillé sur l’apposition et le détachement, est quant à lui, très clair dans un ouvrage didactique : « Traditionnellement mais de manière erronée, la grammaire à visée pédagogique intègre les constructions absolues à la typologie des compléments circonstanciels. Les procédures de commutation et d’insertion font cependant apparaître une nette équivalence fonctionnelle entre ces segments et les adjectifs en apposition. »

7 Combettes (1998, p. 20 passim). Il souligne tout particulièrement la relation sémantique qui existe entre le constituant nominal sujet de la CA et un constituant à valeur référentielle dans la phrase dont elle dépend. C’est cette relation qui rapproche la CA des adjectifs et participes en apposition et explique qu’on rencontre ces constructions dans un même énoncé, en relation avec le même référent. À une différence près : les CA entretiennent un rapport partie/tout avec le référent, elles ne le représentent pas intégralement mais elles concernent l’une de ses parties, l’un de ses aspects, voire un de ses éléments proches.

8 Bernard Combettes rappelle la valeur traditionnellement thématique des constructions détachées, avec un fonctionnement plus textuel : ces constructions ont longtemps fonctionné comme une passerelle entre deux énoncés, comme un élément intermédiaire. Elles ont pu être même historiquement complètement détachées de la phrase à laquelle elles se sont progressivement intégrées. Avec un éclairage diachronique, Bernard Combettes montre que l’histoire des constructions détachées est moins celle de leur détachement que celle de leur intégration dans la phrase, de leur « grammaticalisation » (1998, p. 40).

9 B. Combettes (1992, p. 11-14) nous invite à dépasser l’opposition trop tranchée entre « connu » et « nouveau » dans la hiérarchie de l’information. Nous aurions plutôt affaire à des degrés informatifs, « de l’unité “la plus familière” au locuteur à l’unité “la moins familière” » (p. 12). Deux paramètres, celui de l’actualisation et celui de l’identification permettent de distinguer ces degrés. La référence des CA correspondrait au degré défini comme « nouveau non-utilisé » ou encore « − actif, + identificable ».

10 La présence de stéréotypes se manifeste à différents niveaux narratologiques. En ce qui concerne la parole des personnages, A.-M. Paillet-Guth (1998) a parfaitement démonté l’emploi des clichés dans le discours amoureux du roman de Cohen.

11 C. Stolz (1998, p. 310) rappelle à juste titre que la scène qui est l’occasion de cette célèbre galerie de portraits est censée se dérouler en 1935 alors qu’Aristide Briand est mort en 1932 (de même Anna de Noailles, en 1933…). Le recours à des croquis et des stéréotypes prend alors tout son sens dans une scène anachronique, faisant fi du réalisme historique.

12 La caricature est évoquée par Claire Stolz (1998, p. 294-295) qui donne précisément comme exemple une phrase présentant une CA.

13 Si Belle du Seigneur est bien le récit de l’évolution d’une passion, on aurait tort de l’orienter uniquement dans le sens de la représentation d’une dégradation. A.-M. Paillet-Guth rappelle qu’il y a à la fois célébration et dégradation de la passion. Elle montre bien la « réversibilité argumentative de l’écriture cohénienne » (1998, p. 422) dont l’ironie est un lieu de paradoxe puisqu’elle allie représentation sublime et ridicule de l’amour, lyrisme et cynisme.

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search