Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

IV. Points de vue et polyphonie

Ordre des mots et polyphonie : l’hyperbate chez Albert Cohen et Marguerite Duras

Claire Stolz

Texte intégral

  • 1 Voici les principales références concernant les définitions de l’hyperbate depuis l’Antiquité : Rh (...)
  • 2 Les références renvoient à l’édition « Folio » (Gallimard) pour Duras et à celle de la « Bibliothè (...)

1Je voudrais étudier ici l’hyperbate dite « par rallonge » et non « par inversion »1 ; autrement dit, paraphrasant la seconde définition du Dictionnaire de Rhétorique de Georges Molinié, je la définirai comme un ajout placé à droite d’une phrase qui paraissait achevée du point de vue grammatical ou thématico-logique ; la ponctuation, qu’elle soit faible ou forte, accompagnée ou non d’une conjonction de coordination (comme dans l’exemple canonique « Albe le veut, et Rome ») en est donc une marque importante. En revanche, la violence qui est généralement associée dans la tradition à l’effet produit par l’hyperbate ne nous a pas paru un critère rigoureux de sélection, du fait du caractère extrêmement graduel de ce marquage, particulièrement peut-être dans notre corpus, composé de deux romans très différents mais publiés à la même époque : Le Ravissement de Lol V. Stein en 1964 et Belle du Seigneur2 en 1968.

  • 3 Pour la mise en évidence de l’importance des phénomènes d’hyperbate dans l’écriture cohénienne, je (...)
  • 4 Alain Rabatel définit le PDV comme « l’expression d’une perception, dont le procès, ainsi que les (...)

2L’hyperbate est un lieu privilégié de formes très diverses de polyphonie : elle est particulièrement délicate à analyser chez Duras, du fait d’une narration tantôt homodiégétique, tantôt autodiégétique, tantôt même hétérodiégétique, dans un roman où la circulation des discours est intense et tout à fait singulière ; le corpus cohénien, extrêmement polyphonique, est aussi moins labile, plus facile à cerner, avec des déterminations ironiques assez massives, et il a servi de repère, de point de départ à l’analyse3. Cette polyphonie se joue entre plusieurs acteurs, les personnages et le narrateur, chacun spécifiable en un locuteur et un ou plusieurs énonciateurs (le même locuteur peut jouer plusieurs rôles) ; on voit donc ici la pertinence de l’analyse de la polyphonie telle qu’elle a été définie par Oswald Ducrot (1984) et élargie par la théorie du point de vue (PDV) élaborée par Alain Rabatel (1998)4. Si l’on reprend le cadre théorique de celui-ci :

Le locuteur (L) est l’instance qui profère un énoncé, et à partir de laquelle opère le repérage énonciatif. L’énonciateur (E) est l’instance qui assume l’énoncé, à partir de laquelle opèrent les phénomènes de qualification et de modalisation. (Rabatel, 2003a, p. 37)

3Dans un cadre dialogal ou dialogique, on opposera L1 et E1, instances enchâssantes, et l2 et e2,

locuteurs et énonciateurs enchâssés (ou cités) dans l’énoncé du locuteur citant, et dans le point de vue originel à partir duquel se marquent les positions énonciatives divergentes. (Ibid.)

  • 5 Opposition empruntée par A. Rabatel à D. Cohn, La Transparence intérieure, Seuil, 1981, « qui a l’ (...)

4En conséquence, si la domination linguistique et pragmatique de L1 sur l2 est patente (L1 commande le repérage déictique et le choix des termes utilisés pour rendre les paroles ou pensées de l2), en revanche, sur le plan sémantique, L1/E1 peut ou non prendre la responsabilité des propos de l2/e2, peut ou non s’en dissocier (phénomènes de consonance/dissonance)5.

5À partir de cette modélisation, on peut regrouper les phénomènes de polyphonie associés à l’hyperbate sous quatre rubriques :

  • L’hyperbate marque un décrochage énonciatif qui signifie un changement de locuteur ou d’énonciateur.
  • L’hyperbate marque un décrochage énonciatif qui signifie une superposition polyphonique du personnage-énonciateur et du narrateur-locuteur (on entend à travers le discours du narrateur la voix du personnage : phénomène de connotation autonymique, discours indirect libre — désormais DIL —…).
  • L’hyperbate marque une superposition des PDV du narrateur et du personnage, qui signifie une superposition polyphonique du narrateur-énonciateur et du personnage-énonciateur.
  • L’hyperbate marque un dédoublement énonciatif L1/E1 : passage de l’objectif au subjectif, du constatif à l’analytique, de l’effacement énonciatif à la subjectivité du PDV.

Décrochage énonciatif : hyperbate et changement de locuteur ou d’énonciateur

6Ce type de décrochage apparaît de manière flagrante dans les incises et les incidentes en forme d’hyperbate. L’ajout de l’incise ou de l’incidente à droite est une procédure qui, rejetant en fin de phrase un segment censé être secondaire du point de vue informationnel, lui donne un statut différent, en le rhématisant.

Les incises

7Chez Cohen :

  • 6 Sauf indication contraire, c’est nous qui soulignons.

(1) Nom d’un chien, ils étaient forts, ces cocktails, la tête lui tournait. Mais ce n’était pas désagréable, pas désagréable du tout, sourit-il amoureusement. (p. 92)6

(2) C’était trop chou ! sourit-elle avec sentiment. Et puis, c’était démocratique, déclara M. Deume. (p. 205)

8Et chez Duras :

(3) Elle ne comprenait pas pourquoi, disait-elle. […] Pensait-elle à quelque chose, à elle ? lui demandait-on. (p. 24)

(4) Elle était devenue ainsi depuis qu’elle avait tant souffert, disait-on. (p. 32)

(5) Le contentement de Lol, toujours plus grand, ne prouvait-il pas qu’elle ne trouvait rien d’amer ni de triste à la ville de sa jeunesse ? Le principal était là, devait penser Jean Bedford. (p. 44)

(6) Elle ne pouvait pas retrouver une deuxième fois un homme fait sur les mesures de celui de T. Beach, ou alors il fallait qu’elle l’inventât, or elle n’inventait rien, croyait Jean Bedford. (p. 66)

  • 7 Rosier (1999, p. 130-131, p. 205, et surtout p. 257-265). Il existe bien entendu des incises à dro (...)
  • 8 Par opposition, l’incise de DD marque un changement de locuteur : narrateur/personnage. Chez Duras (...)

9Ces incises en hyperbate relèvent de ce que Laurence Rosier a appelé « incise de DIL »7. L’intrusion de l’incise au sein d’un discours indirect libre, donc a priori fondamentalement hybride, mêlant inextricablement l’énonciation citante et l’énonciation citée, « permet justement de lever l’ambiguïté du statut de la phrase où elle apparaît : par sa mise en évidence, on reconnaît que le DIL se marque » (ibid., p. 261) ; elle donne un « effet de discours direct » et « est un facteur entrant dans le jeu de l’actualisation progressive du discours » (ibid., p. 262 et 265). Autrement dit, l’incise de DIL marque bien le changement d’énonciateur (le personnage, puis le narrateur), le locuteur restant le même8.

Les incidentes

  • 9 Riegel, Pellat, Rioul (1994, p. 461).

10Comme les incises, les incidentes marquent un décrochage énonciatif ; « elles ajoutent des commentaires à un discours premier »9 ; dans notre corpus cohénien, l’incidente prend soit la forme d’un commentaire à l’imparfait,

(7) Et aussi pour manifester une volonté inébranlable de le quitter pour toujours, attestée surtout par l’énergique boutonnement de la veste, sur les pans de laquelle elle tirait ensuite à diverses reprises, jamais satisfaite du résultat, semblait-il. (p. 465)

11soit la forme de ce qu’on appelle traditionnellement une intrusion d’auteur :

(8) Parfois, c’était les dégringolades, on va expliquer ça. Pour avoir justification de rester et d’attendre le miracle que soudain tout serait bien […], elle prenait mal, tombait à terre et se relevait et délirait qu’il ne l’aimait plus […], et elle retombait à terre, désemparée, faible, pauvre enfant. (p. 466)

12L’occurrence (7) se présente dans un passage où se pratiquent d’incessants changements de point de vue : point de vue d’Ariane (« pour manifester une volonté inébranlable de le quitter pour toujours »), point de vue de Solal qui est le spectateur et le destinataire désigné de la mise en scène ; l’incidente permet de rattacher la dernière notation « jamais satisfaite du résultat », qui relève de l’intériorité d’Ariane, non au point de vue de celle-ci, mais au point de vue de Solal : le « semblait-il » indique qu’il s’agit d’une interprétation de sa part, d’une projection imaginaire dans la conscience d’Ariane. L’imparfait et la modalisation subjective du verbe permettent au narrateur de se distancier du point de vue de Solal. L’ironie s’exprime ici par cet empilement des points de vue qui sont dénoncés comme faux les uns par les autres, l’énonciation du narrateur conservant seule son autorité.

  • 10 Voir aussi Fontanier (1977, p. 128).
  • 11 Molinié (1986, p. 34-36).

13L’occurrence (8) présente ce que Gérard Genette (2004, p. 10) appelle une métalepse de l’auteur10 : le poète « prétend intervenir dans l’histoire qu’il ne fait réellement que représenter » (ibid., p. 13) ; il s’agit donc d’une transgression des niveaux narratifs : ici, le narrateur (de niveau I dans le schéma actantiel de Georges Molinié)11 se hisse au niveau des personnages (de niveau II dans le même schéma), le narrant intervient dans le narré, pour une remarque « métadiégétique », de régie de la narration. Le passage d’une énonciation de récit à une énonciation de discours dans l’incidente fonctionne comme un changement — fictif — de locuteur, ce qui explique que l’on parle parfois pour ce genre d’occurrence d’« intrusion d’auteur » et non « de narrateur ».

14Chez Duras, les incidentes placées en hyperbate se répartissent en deux catégories, de part et d’autre de la rupture narratologique (p. 74), où l’on découvre l’identité du narrateur. Avant cette page, les incidentes sont à l’imparfait :

(9) Sa mère n’avait remarqué ni son départ, ni son absence, semblait-il. (p. 20)

(10) Il regarda sa montre, vit que ce n’était pas tout à fait l’heure, attendit, Lol trouvait qu’il avait les yeux partout autour de lui. (p 57)

15En (9) il s’agit d’un commentaire du narrateur qui refuse d’entrer dans l’intériorité d’Anne-Marie Stretter, le couple fatal qu’elle forme avec Michael Richardson étant constamment décrit de l’extérieur, vu par Lol et par Tatiana. Comme dans l’occurrence (7) de Cohen, l’incidente marque donc la mise à distance par le narrateur-locuteur de l’énonciation du personnage. En (10), le décrochement du commentaire indique une confrontation dialogique entre le point de vue du narrateur marqué comme objectif par son effacement énonciatif total (utilisation du passé simple et de la troisième personne) et celui du personnage, marqué comme subjectif par le sémantisme du verbe « trouver » et par l’imparfait. Dans les deux cas (9) et (10), le narrateur présente le procès commenté ou le commentaire de celui-ci comme non avéré, incertain.

16Avec l’occurrence (11),

(11) Tatiana présente à Lol Pierre Beugner, son mari, et Jacques Hold, un de leurs amis, la distance est couverte, moi. (p. 74)

  • 12 Généralement, puisque la suite du roman comporte des passages en narration hétéro-diégétique où Ja (...)

17le décrochement énonciatif opéré par « moi » est très violent car Jacques Hold, présenté comme délocuté jusqu’alors, se révèle par ce commentaire être le locuteur de la narration depuis le début : on a donc une rupture énonciative et discursive qui affecte les niveaux microtextuel et macrotextuel, imposant un nouveau contrat de lecture : on bascule d’une narration homodiégétique avec un Jacques Hold délocuté à un récit généralement12 autodiégétique avec un Jacques Hold locuteur. Les incidentes suivantes relèvent toutes de ce discours autodiégétique :

(12) J’ai cru qu’elle devait s’être aperçue que j’avais découvert sa présence.
Nous nous sommes donc regardés, je l’ai cru. (p. 122)

(13) Mais lorsqu’elle a levé les yeux j’ai vu une joie barbare, folle, dont tout son être devait être enfiévré : la joie d’être là, face à lui, à un secret qu’il implique, que jamais elle ne lui dévoilera, il le sait. (p. 129-130)

(14) Lol a mis toutes ses connaissances ensemble, c’est clair. (p. 142)

(15) Elle s’immobilise sous le coup d’un passage en elle, de quoi ? de versions inconnues, sauvages, des oiseaux sauvages de sa vie, qu’en savons-nous ? qui la traversent de part en part, s’engouffrent ? puis le vent de ce vol s’apaise ? (p. 145-146)

(16) Elle est coiffée comme d’habitude, un chignon serré au-dessus de la nuque, depuis dix ans peut-être l’est-elle ainsi. (p. 147)

(17) Par vagues successives, sans répit, ses yeux se remplissent de larmes, elle rit au travers, je ne connais pas ce rire. (p. 185)

18Elles ne sont pas, comme dans le roman classique, commentaire du narrateur, mais commentaires de Jacques Hold, à sa place de personnage, d’où l’emploi du présent (sauf dans l’exemple 12) où on a le passé composé, autre temps du discours) : c’est particulièrement net en (15) où l’accumulation des questionnements traduit la subjectivité et l’émotion du personnage. Les incidentes (11) à (17) correspondent donc à des changements de locuteur, le personnage prenant la parole dans l’hyperbate.

19Les incidentes en hyperbate ont ainsi deux grands rôles :

  • Elles permettent une correction du point de vue dominant le passage, lui refusant l’autorité et la valeur de vérité qui pourraient s’attacher à ses énoncés, dans une confrontation dialogique entre point de vue du personnage et point de vue du narrateur ; ces incidentes distancient le narrateur locuteur et le personnage énonciateur : l’hyperbate correspond à un changement d’énonciateur. La connotation ironique chez Cohen provient de l’ethos assez autoritaire du narrateur locuteur ; au contraire, chez Duras, le narrateur sape son autorité, son ethos, par des modalisations épistémiques, par la mise en cause de l’illusion référentielle, enfin par la multiplication et souvent le caractère mal défini de témoins (ce qui empêche de leur construire un ethos de compétence, de référence), dont il fait circuler les discours ; ainsi les discours sont distanciés, mais ne peuvent être l’objet de jugements incontestés.
  • Elles expriment des décrochements énonciatifs qui créent des ruptures d’ordre narratologique : le narrateur transgresse la frontière qui le sépare des personnages, ou inversement le personnage se prend à réguler ou à commenter la narration ; on peut parler alors de changement de locuteur indiqué par ces constructions hyperbatiques. Chez Cohen, c’est l’occasion de créer une connivence avec le lecteur, et donc de renforcer la portée idéologique du roman ; chez Duras, c’est au contraire l’occasion d’un effacement énonciatif du narrateur au profit du personnage, pour créer ce qu’Alain Rabatel appelle une sous-énonciation du narrateur13, dominé par la « parole oraculaire » de ses personnages, selon la belle formule de Philippe Wahl (2000).

Autres cas d’hyperbates marquant un changement de locuteur ou d’énonciateur

20D’autres emplois de l’incise combinée à l’hyperbate marquent le changement de locuteur :

(18) Rien ne pouvait plus arriver à cette femme, pensa Tatiana, plus rien, rien. Que sa fin, pensait-elle. (p. 16)

  • 14 La parembole est une variété de parenthèse qui interrompt la continuité syntaxique de la phrase.

21Ce système complexe combine deux incises, l’une au passé simple, l’autre à l’imparfait, deux hyperbates à l’intérieur du discours rapporté, et une épanorthose : le passage du passé simple à l’imparfait pour les incises marque sans doute le caractère de plus en plus réflexif, intériorisé du discours intérieur de Tatiana, et un changement de point de vue, le « pensa » relevant du PDV objectif du narrateur, tandis que le « pensait » relève du PDV subjectif du personnage ; la première hyperbate avec la réduplication « plus rien, rien » redouble l’indication de changement d’énonciateur qui avait déjà été donnée par l’incise de DIL : le discours rapporté bascule de plus en plus vers du DD, mouvement confirmé par la seconde hyperbate. Ailleurs, l’usage de l’hyperbate associée à la parembole14 permet le changement de PDV, d’un personnage à un autre :

(19) Il lui dit qu’il travaillait dans une usine d’aviation, qu’il était musicien, qu’il venait de passer des vacances en France. Elle écoutait. Qu’il était heureux de la connaître. (p. 29)

22La première phrase confronte L1 (le narrateur) et l2 (J. Bedford) dans le discours indirect (DI) ; la seconde phrase embraye le PDV de Lol et l’effacement énonciatif du narrateur, et la troisième phrase — fin du DI — est toujours syntaxiquement sous la dépendance de L1, mais énonciativement sous la dépendance du PDV de Lol.

23En (20), on a d’abord avec le DI un système L1/l2 ; l’hyperbate provoque un effacement énonciatif de L1 au profit de l2 :

(20) […] si on la questionnait, elle dirait qu’elle s’y repose. De la fatigue d’être arrivée là. De celle qui va suivre. D’avoir à en repartir. (p. 62)

24L’occurrence (21) enfin est aussi intéressante, car l’hyperbate intervient ici après une parenthèse, et contient un DI régi par l’indéfini on :

(21) Elle a un frère plus âgé qu’elle de neuf ans — je ne l’ai jamais vu — on dit qu’il vit à Paris. (p. 11)

25Le locuteur change : le narrateur refuse la responsabilité de l’énoncé qui revient à un on indéfini, dont l’ethos faible est mis en relief par l’hyperbate.

26On peut étendre finalement cette remarque à tous les cas que nous avons vus : lorsque l’hyperbate indique un changement de locuteur ou d’énonciateur, elle marque une prise de distance importante de l’un par rapport à l’autre, que ce soit par une prise de position axiologique (cas de l’ironie cohénienne), ou par une mise à distance épistémique (cas de l’enquête durassienne).

Décrochage énonciatif : l’hyperbate comme superposition polyphonique de l’énonciateur et du locuteur (modalisation autonymique, dil…)

  • 15 Voir Rabatel (2003b, p. 273) : il développe la thèse d’une « connotation autonymique montrée par o (...)

27L’isolement provoqué par l’hyperbate peut jouer un rôle similaire à celui de guillemets et indiquer un phénomène autonymique, ce qu’Alain Rabatel appelle une « connotation autonymique montrée »15 ; le corpus cohénien présente ainsi des cas d’épithète détachée, de compléments circonstanciels détachés, de construction absolue, d’épithète détachée en épanode, de phrase nominale ajoutée après un point. L’hyperbate s’intègre dans un faisceau d’éléments conduisant à percevoir une modalisation autonymique, qui superpose polyphoniquement la voix du narrateur et celle du personnage énonciateur :

(22) Elle se disposait à ouvrir le paquet de bougies, pour garnir le chandelier, lorsqu’il entra, merveilleux dans cette robe de chambre en soie écrue. (p. 951)

28C’est le démonstratif « cette » et le contexte, par lequel on sait qu’Ariane appelle Solal « mon merveilleux » qui montre que l’hyperbate est en modalisation autonymique ; de même, en (23), le caractère de cliché stéréotype d’expression recouvrant un stéréotype proxémique révèle la voix d’Ariane et sa mise à distance par le narrateur :

(23) Ils venaient de rentrer à l’hôtel après un après-midi de flâneries, la main dans la main. (p. 951)

29L’occurrence (24) se révèle contenir une modalisation autonymique seulement après lecture de la phrase qui suit, et qui justifie le choix du lieu :

(24) Ils passaient parfois leurs soirées au Ritz, chez lui. Elle aimait aller le voir, être l’attendue, n’avoir pas à craindre les retards de son méchant. (p. 454)

  • 16 Ces deux cas correspondent à la « surcharge stéréotypique » analysée par A. Rabatel comme une des (...)

30L’espèce d’allotopie entre les deux compléments de lieu « au Ritz » — lieu public — et « chez lui » — espace intime — fait comprendre que « chez lui » est une expression d’Ariane : « chez lui » correspond à un stéréotype de l’intimité liée à l’amour, alors que l’une des caractéristiques essentielles de Solal est de ne jamais avoir de véritable « chez soi », de même qu’il n’a pas de véritable patrie16.

31La modalisation autonymique peut ne concerner qu’un élément particulier de l’hyperbate : en (25), le vocabulaire de la biologie (« toxines » et « digestion ») porte la modalisation autonymique, Adrien étant féru de littérature médicale, tandis que l’hyperbolique et ampoulé « charmé » relève à coup sûr de l’énonciation ironique du narrateur :

(25) Armé de sa lourde canne à corbin d’ivoire, conscient de ses guêtres claires et de ses gants jaunes, satisfait du délicieux déjeuner qu’il venait de faire à La Perle du Lac, il allait à grands pas importants, charmé de ses toxines brûlées par cette longue promenade de digestion. (p. 45)

32Le DIL à connotation autonymique se montre par les démonstratifs et surtout par le vous marqueur de discours, même en emploi éthique comme ici :

(26) Décidément elle avait peur des fournisseurs, ces gens vulgaires qui ne vous aimaient pas et vous jugeaient. (p. 534)

33Enfin l’hyperbate peut se charger de pathétique :

(27) Avec le faible sourire du malheur, elle considérait la valise qu’elle venait de remplir au hasard, comme en rêve, la même avec laquelle elle était partie le rejoindre à Paris, trois ans auparavant, au début de leur liaison, partie avec tant de joie. (p. 467)

34Ici, c’est la focalisation interne sur Isolde (embrayée par le verbe de perception « considérait », associée à la répétition sous forme d’épanode qui confère une valeur fortement caractérisante à l’hyperbate, chargée d’affectivité : la virgule détache alors l’expression comme fragment du discours intérieur pathétique d’Isolde en DIL.

35L’ironie, mais aussi la pathétisation cohéniennes, dans tous ces cas d’hyperbates avec modalisation autonymique, relèvent :

  • de figures d’inadéquation, (non-coïncidence entre les mots et les choses, du type « pour ainsi dire ») ;
  • et/ou de figures d’emprunt (non-coïncidence du discours à lui-même, du type « comme dit X »)17.

36Le phénomène autonymique signalant l’écart entre ce que disent les mots et leur référence (comme l’exemple 24) ou bien entre le langage et donc les valeurs du locuteur-narrateur et ceux de l’énonciateur-personnage (comme l’exemple 26). Souvent, les phénomènes autonymiques cohéniens relèvent des deux types de figures à la fois, par exemple « merveilleux » (22).

37Chez Duras, on trouve plusieurs cas d’autonymie qui sont parfois même à la limite du discours direct libre (DDL) ou marqueurs de DIL (le discordanciel de Laurence Rosier). Ce passage du Ravissement propose le cas d’une hyperbate purement citationnelle (« comme dit X »), et signalée comme telle :

(28) Il est vrai que Tatiana était ainsi que Lol vient de la décrire, nue sous ses cheveux noirs. (p. 116)

  • 18 Pour un commentaire de ce passage, voir Stolz (2005b, p. 163-164).

38L’hyperbate sert de marqueur d’intensité à cette expression de Lol qui est le leitmotiv de la page et qui va devenir une véritable allégorie de l’évidement de la signification par le signe18. De même, en (29), l’hyperbate est en écho de la phrase qui précède et est aussi citation (imaginée certes par le narrateur) de Lol :

(29) Michael Richardson avait été aimé en son temps, d’un amour trop grand, rien de plus. (p. 50)

39L’hyperbate superpose nettement l’énonciation de Lol et le point de vue du narrateur locuteur qui voit dans ce commentaire un euphémisme.

40De nombreuses occurrences associent modalisation autonymique et DIL ou hésitent entre les deux, ainsi dans la phrase suivante :

(30) Lol était retournée derrière le bar et les plantes vertes, Tatiana, avec elle. (p. 19)

41La virgule après Tatiana paraît totalement injustifiée, sauf si on se situe dans le contexte, dominé par le PDV de Tatiana : l’hyperbate, avec cette virgule qui en fait un peut-être un dirhème, est alors à interpréter au moins en modalisation autonymique, — presque en DIL. L’hyperbate peut faire évoluer le DI en DIL, du fait de la modalisation autonymique qu’elle isole et qu’elle montre :

(31) […] si on la questionnait, elle dirait qu’elle s’y repose. De la fatigue d’être arrivée là. De celle qui va suivre. D’avoir à en repartir. (p. 62)

42Enfin, l’hyperbate signalant la modalisation autonymique peut faire passer du discours narrativisé au DIL au présent :

(32) Elle part dans une longue digression sur une crainte qu’elle a : autour d’elle, on croit qu’il n’est pas impossible qu’elle rechute, surtout son mari. (p. 137)

43On note donc des différences importantes dans l’usage que fait Duras de l’hyperbate autonymique, par rapport à l’usage cohénien : d’une part, la modalisation autonymique est souvent moins nette : si on définit la modalisation autonymique comme « usage + mention », chez Cohen la part de la mention est majoritaire, alors que ce n’est pas toujours le cas chez Duras, de telle sorte que dans certaines occurrences, on peut hésiter sur une interprétation en modalisation. Il en est ainsi, car les hyperbates autonymiques durassiennes relèvent plus de figures d’emprunt (non-coïncidence du discours à lui-même, du type « comme dit X »), tandis que les modalisations autonymiques cohéniennes relèvent, on l’a vu, souvent à la fois de la figure d’inadéquation mots/choses et de la figure d’emprunt, cette double appartenance contribuant fortement à les signaler. En effet, en l’absence de tout métadiscours et de tout signe typographique (guillemets, italiques…), l’hyperbate n’est qu’un signal non seulement implicite, mais polysémique : compte tenu de l’absence d’idiolecte des personnages, du désengagement axiologique du narrateur durassien et de la mise en cause permanente de la référence par la modalisation épistémique, le lecteur manque de repères pour détecter la modalisation autonymique, perceptible seulement par certains signaux ténus, comme une réduplication :

(33) C’est l’instant précis de sa fin, quand l’aurore arrive avec une brutalité inouïe et la sépare du couple que formaient Michael Richardson et Anne-Marie Stretter, pour toujours, pour toujours. (p. 46)

44Pour autant l’hyperbate autonymique joue un rôle important chez Duras dans ce qu’on peut appeler l’ajustement des points de vue, comme dans cet exemple :

(34) Il était devenu différent. Tout le monde pouvait le voir. Voir qu’il n’était plus celui qu’on croyait. (p. 17)

45Le passage est en focalisation interne sur Lol, mais le point de vue surplombe le point de vue plus général du on (Lol pense que tout le monde perçoit la même chose qu’elle) ; l’hyperbate, par son détachement, prend une connotation autonymique et resserre le foyer de vision sur la seule Lol.

Superposition de points de vue : énonciation du narrateur et énonciation du personnage

  • 19 Je prends la notion de point de vue au sens que lui donne Alain Rabatel, qui, en opposition avec l (...)

46L’hyperbate est une structure qui favorise particulièrement la superposition de PDV19, par sa particularité syntaxique qui implique à la fois une rupture et une continuité avec ce qui précède, du fait de son double caractère de détachement et d’ajout à droite. Dans la superposition de points de vue par la superposition des énonciations, l’effet citationnel de l’autonymie disparaît ; c’est uniquement le contenu et le plus souvent les connotations accompagnant celui-ci qui révèlent la polyphonie.

47Ainsi, l’occurrence suivante de Belle du Seigneur superpose le PDV subjectif de victime du personnage, exprimé par la tension oxymorique de l’hyperbate et le PDV ironique du narrateur, grâce à la forme hyperbolique et emphatique :

(35) Contre son mur, solitaire et chétif, il souffrait de ne connaître aucun de ces hauts personnages à portée de main, offerts et interdits. (p. 118)

48Même jeu en (38) qui juxtapose l’énonciation d’Ariane (e2) et celle du narrateur (L1/E1), en les hiérarchisant par un rapport causal :

(38) S’il gardait le silence, elle lui disait gravement adieu, pour le faire souffrir et déclencher une supplication ; ou même, plus solennellement : « Adieu, Solal, Solal ! », ce qui faisait plus frappant, tous les effets s’usant vite. (p. 465)

49La relative relève d’un schéma L1/e2 et la participiale ironique d’un schéma E1/e2 : E1 met en perspective e2.

50Mais la superposition des PDV n’est pas seulement réservée à l’ironie, même si c’est là qu’elle est la plus voyante parce qu’il y a distanciation et même critique de l’énonciation du personnage par l’énonciation du narrateur ; on la trouve aussi pour le suicide d’Ariane :

(39) Elle remua avec le manche de la brosse à dents, ferma les yeux, but une moitié, s’arrêta avec un sourire effrayé, entendit des abeilles dans la grosse chaleur, vit des coquelicots dans les blés agités, remua encore, avala d’un trait le reste, toute la beauté du monde. (p. 996)

51C’est la perception d’Ariane (e2) qui est reformulée par une métonymie abstraite dans une hyperbate où le locuteur-narrateur fait sien le PDV du personnage, avec un mouvement d’empathie ; la superposition (et non la confusion) des PDV demeure du fait du passage de la perception brute (elle voit un coquelicot) à sa reformulation abstraite et généralisante par le narrateur, ce qui crée une sorte de mise en abyme de la subjectivité du personnage et de ce fait, une surcharge émotionnelle.

52Chez Duras, les superpositions du point de vue du narrateur et du point de vue du personnage (E1/e2) sont très difficiles à démêler, du fait de l’instabilité des instances énonciatives et du fait de l’application que met le narrateur à épouser le point de vue de Lol, à le recouvrir en quelque sorte, tout en s’en distanciant :

(40) Lol rêve d’un autre temps où la même chose qui va se produire se produirait différemment. Autrement. Mille fois. Partout. Ailleurs. Entre d’autres, des milliers, qui, de même que nous, rêvent de ce temps, obligatoirement. (p. 187)

53Le début de la phrase fonctionne selon un schéma qui superpose le PDV surplombant du narrateur et celui de Lol, embrayé par le verbe « rêver » ; mais l’hyperbate provoque l’effacement du PDV surplombant, au profit de celui de Lol qui devient incroyablement invasif, par l’accumulation des hyperbates, surchargées de sa subjectivité.

54Un autre cas particulièrement intéressant montre une hyperbate multiple et qui désarticule violemment la syntaxe de la phrase, par l’utilisation du point-virgule à la place de la virgule, dans une construction en anacoluthe :

(41) Michael Richardson […] commence à dévêtir une autre femme que Lol et lorsque d’autres seins apparaissent, blancs sous le fourreau noir, il en reste là ; ébloui, un Dieu lassé par cette mise à nu, sa tâche unique, et Lol attend vainement […]. (p. 50-51)

  • 20 Voir note 12 supra. Ici, il s’agit de pensées représentées et donc le rapport se fait entre les én (...)

55Il s’agit d’une vision obsédante de Lol, dont le PDV a été embrayé par l’expression « dans l’univers de Lol » qui précède : dans cette hyperbate, c’est le PDV de Lol qui fait exploser, semble-t-il, l’énonciation narratoriale, sans que pour autant on puisse parler de discours rapporté (il s’agit d’une vision) ; mais la superposition de E1 et e2 se fait ici à l’avantage de e2, et l’on a un effacement de l’énonciateur premier, en sous-énonciation20. Inversement, dans la même page et pour une autre évocation de la même scène :

(42) […] à mesure que le corps de la femme apparaît à cet homme, le sien s’efface, s’efface, volupté, du monde. (p. 50)

56La réduplication « s’efface, s’efface » fait affleurer nettement la subjectivité de e2, tandis que le complément « du monde » en hyperbate apparaît comme une sorte d’intellectualisation du processus, qui traduit au contraire la domination de E1, en sur-énonciation.

57Dans l’exemple suivant,

(43) Le crépuscule arrive, rougissant, sans doute triste. (p. 62)

58la phrase fait partie d’un ensemble dominé nettement par le PDV de Lol ; la modalisation de l’adjectif « triste » est ici le fait de l’énonciation narratoriale, qui se superpose au PDV de Lol pour une esquisse de paysage-état d’âme. Cette modalisation du PDV de Lol par le PDV du narrateur participe à une opacification du PDV du personnage, et contribue à son mystère : Duras crée un PDV du narrateur en quelque sorte « exocentrique », « centrifuge », c’est-à-dire nous éloignant du centre et de l’intériorité du personnage alors même qu’il nous y a installés ; c’est pourquoi, dans ce roman, où le verbe « savoir » est abondamment utilisé, où le narrateur est parfois assez péremptoire, c’est l’ignorance qui est posée comme un savoir.

  • 21 Par exemple quand l’hyperbate construit une métaphore in praesentia qui superpose le PDV du narrat (...)

59C’est donc l’ethos du narrateur qui est modelé par ces positionnements de E1 par rapport à e2, particulièrement sensibles dans les hyperbates. Chez Cohen, cet ethos narratorial se situe sur un axe axiologique et appréciatif, chez Duras plutôt sur un axe aléthique21 et épistémique (voir exemple 43). De plus, ce dispositif énonciatif, encore plus que les autres, montre que, si chez Cohen l’hyperbate favorise un ethos narratorial envahissant, chez Duras, elle conduit à une réception plus impliquée, faisant appel à la coopération du lecteur du fait de la forte tension du pacte de lecture imposée par l’instabilité énonciative et aléthique.

Non-coïncidence L1/E1

60Dans ce dernier dispositif, l’hyperbate permet de dédoubler polyphoniquement le même actant : L1 et E1 fonctionnent de façon polyphonique lorsque le contenu porté par l’énonciation narratoriale est retravaillé par reformulation ou par interprétation par le locuteur narrateur. Ainsi de cette métaphore in praesentia du grelot chez Cohen :

(44) […] l’osseuse dame à tête de dromadaire sentencieux, au cou de laquelle pendait un court ligament de peau, terminé par une petite boule charnue, insonore grelot sans cesse balancé. (p. 134)

61De même, ce raccourci hyperbatique relève aussi d’une mise en scène ironique :

(45) À deux heures de l’après-midi, Mme Deume et son fils adoptif s’installèrent au salon, elle en cache-corset saumon et lui en pantalon de golf. (p. 135)

62Dans ces cas, plus encore que dans les autres, il est fait appel à la coénonciation du lecteur implicitement pris à témoin de l’esprit du narrateur ou, plus généralement, de la subjectivité de sa vision, comme on le remarque facilement chez Duras, où la notation objective est reformulée par une notation subjective, souvent métaphorique, du locuteur-narrateur :

(46) Elle qui ne se voit pas, on la voit ainsi, dans les autres. C’est là la toute-puissance de cette matière dont elle est faite, sans port d’attache singulier. (p. 54)

63Ces emplois de l’hyperbate mettent donc en scène encore plus que les autres l’instance narratoriale comme PDV subjectif.

Conclusion : enjeux et spécificités de l’hyperbate

64Lieu privilégié du jeu des PDV, l’hyperbate a donc clairement un enjeu majeur dans la construction de l’ethos narratorial et dans son positionnement par rapport aux PDV et à l’énonciation des personnages. Par rapport aux autres types de segmentation au début ou à l’intérieur de la phrase, la place finale de l’hyperbate lui confère un rôle de clôture, qui informe rétrospectivement l’ensemble phrastique concerné : ni point de départ, ni pause à l’intérieur de la phrase, elle se révèle en être la solution qu’on n’attendait pas. À ce jeu, elle apparaît comme une balise : chez Cohen, et davantage encore chez Duras, les nombreuses successions de phrases hyperbatiques déplacent sans cesse le réglage polyphonique des PDV et construisent l’ethos du narrateur et la nécessaire coénonciation empathique ou pathétique du lecteur.

65Au terme de cette étude, on relève l’extrême diversité morphosyntaxique et figurale de l’hyperbate chez nos deux auteurs, sans qu’on puisse dégager des corrélations entre telle configuration morphosyntaxique ou figurale et tel dispositif polyphonique ; elle se situe dans un système d’infinie gradualité, et du point de vue de son marquage, et du point de vue de sa polyphonie, allant d’un fort décrochage énonciatif avec changement de locuteur ou d’énonciateur, à un discret dédoublement du narrateur locuteur et énonciateur, en passant par toutes les formes de superposition polyphonique entre locuteurs et énonciateurs. Sa variété se marque aussi d’un auteur à l’autre, orientée vers l’axiologique chez Cohen, vers l’aléthique et l’épistémique chez Duras, mais finalement ayant toujours pour enjeu de participer à la construction polyphonique de l’ethos narratorial et plus largement à la signification complexe du roman.

66Plus largement, l’étude contribue à montrer :

  • que l’hyperbate est une tendance de la langue écrite du xxe siècle, confirmant ainsi le travail de Michèle Noailly (2002) sur « l’ajout après un point »22 ;
  • qu’elle constitue une structure de phrase fondamentalement polyphonique.

67L’hyperbate « par rallonge » fait partie des déterminations stylistiques les plus fortes du roman de notre temps, déterminations stylistiques que Georges Molinié a appelées significativement :

  • 23 Molinié (2002, p. 52).

un style post-Albert Cohen, avec un usage généralisé, maximalisé et banalisé des imbrications de tous types de niveaux actantiels, du point de vue de la structuration énonciativo-discursive23.

Bibliographie

Références bibliographiques

Authier-Revuz J., 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi : boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse.

Ducrot O., 1984, « Esquisse d’une théorie polyphonique de l’énonciation », Le Dire et le dit, chapitre viii, Paris, Minuit.

Dupriez B., 1984, Gradus. Les Procédés littéraires, Paris, 10/18, 1984.

Fontanier P., 1977 [1830], Les Figures du discours, Paris, Flammarion.

Fromilhague C., 1995, Les Figures de style, Paris, Nathan.

Genette G., 1972, Figures III, Paris, Seuil.

—, 2004, Métalepse, de la figure à la fiction, Paris, Seuil.

Lamy B., 2000, La Rhétorique ou l’art de parler, C. Noille-Clauzade (éd.), Paris, Honoré Champion.

Longin, 1995, Traité du sublime, trad. de Boileau (1701), Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de Poche ».

Molinié G., 1986, Éléments de stylistique française, Paris, Presses universitaires de France.

—, 1992, Dictionnaire de rhétorique, Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de Poche ».

—, 2002, « La prose romanesque : un avatar de la phrase ? », L’Information grammaticale, no°94 (« La langue française au xxe siècle »), p. 51-53.

Morier H., 1981, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, Presses universitaires de France.

Noailly M., 2002, « L’ajout après un point n’est-il qu’un simple artifice graphique ? », dans J. Authier-Revuz et M.-C. Lala (dir.), Figures d’ajout, phrase, texte, écriture, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne Nouvelle, p. 133-145.

Quintilien, 1978, Institution Oratoire, VIII, 6, 65-66, traduction de Jean Cousin, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Universités de France », tome V.

Rabatel A., 1998, La Construction textuelle du point de vue, Lausanne/Paris, Delachaux et Nietslé.

—, 2003a, « L’effacement énonciatif dans les discours représentés et ses effets pragmatiques de sous- et de sur-énonciation », Formes et stratégies du discours rapporté : approche linguistique et littéraires des genres de discours, J. M. Lopez Muñoz, S. Marnette et L. Rosier (dir.), revue Estudios de Lengua y Literatura francesas, no°14, Université de Cadix, p. 33-61.

—, 2003b, « Un paradoxe énonciatif : la connotation autonymique représentée dans les “phrases sans parole” stéréotypées du récit », dans J. Authier-Revuz, M. Doury et S. Reboul-Touré (dir.), Parler des mots. Le fait autonymique en discours, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne Nouvelle, p. 271-280.

—, 2004, « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », Langages, no°56, p. 3-17.

Rhétorique à Herennius, 1997, livre IV, chap. 44, trad. de Guy Achard, Paris, Les Belles Lettres, coll. des Universités de France.

Riegel M., Pellat J.-C. et Rioul R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, Presses universitaires de France.

Rosier L., 1999, Le Discours rapporté : histoire, théories, pratiques, Bruxelles, Duculot.

Salvan G., 2005, « L’incise de discours rapporté », dans A. Jaubert (dir.), Cohésion et cohérence, études de linguistique textuelle, Paris, ENS éditions, p. 113-144.

Stolz C., 1998, « Esthétique de la phrase dans Belle du Seigneur : la phrase de récit », Cahiers Albert Cohen, no°8, p. 271-299.

—, 2005a, « Structures polyphoniques dans Le Ravissement de Lol V. Stein », dans C. Badiou, F. Calas, J. Piat et C. Reggiani (dir.), La Langue, le style, le sens, Paris, L’Improviste, coll. « Les aéronautes de l’esprit », p. 263-271.

—, 2005b, « Lol V. Stein, une écriture de l’énigmatique », dans V.-D. Le Flanchec et J.-D. Beaudin (dir.), Styles, genres, auteurs, vol. V, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, p. 151-165.

Wahl P., 2000, « Duras : la parole oraculaire », dans C. Burgelin et P. de Gaulmyn (dir.), Lire Duras, Presses universitaires de Lyon, p. 173-198.

Notes

1 Voici les principales références concernant les définitions de l’hyperbate depuis l’Antiquité : Rhétorique à Herennius (1997, p. 184) ; Quintilien (1978, p. 122) ; Longin (1995, p. 108-109) ; Lamy (2000, p. 132) ; Fontanier (1977, P 482). Le xxe siècle distingue nettement l’hyperbate par rallonge : voir Morier (1981) ; Dupriez (1984, p. 236-237) ; Molinié (1992, p. 165-166) ; Fromilhague (1995, p. 36).

2 Les références renvoient à l’édition « Folio » (Gallimard) pour Duras et à celle de la « Bibliothèque de la Pléiade » (Gallimard) pour Cohen.

3 Pour la mise en évidence de l’importance des phénomènes d’hyperbate dans l’écriture cohénienne, je me permets de renvoyer à mon article (Stolz, 1998).

4 Alain Rabatel définit le PDV comme « l’expression d’une perception, dont le procès, ainsi que les qualifications et modalisations, coréfèrent au sujet percevant et expriment d’une certaine manière la subjectivité de cette perception » (1998, p. 13) ; c’est donc « une perception représentée », « des pensées à peine verbalisées » (ibid., p. 14). Pour le positionnement par rapport à Ducrot, voir aussi Rabatel (2004, p. 4-7).

5 Opposition empruntée par A. Rabatel à D. Cohn, La Transparence intérieure, Seuil, 1981, « qui a l’avantage de pointer la part (selon nous essentielle) du non-dit, ou de l’implicite dans la scénographie énonciative en général, et dans les relations L1/E1 et l2/e2 en particulier » (Rabatel, 2003a, p. 38).

6 Sauf indication contraire, c’est nous qui soulignons.

7 Rosier (1999, p. 130-131, p. 205, et surtout p. 257-265). Il existe bien entendu des incises à droite de discours direct (DD) chez Cohen et chez Duras ; nous ne les considérons pas comme des hyperbates, car elles font partie du marquage normé du DD, indiquant à qui attribuer le dit ; pour ces cas, voir Salvan (2005, p. 129-140).

8 Par opposition, l’incise de DD marque un changement de locuteur : narrateur/personnage. Chez Duras, elle est en général purement informative, de la forme « dit X », indiquant seulement le changement de locuteur ; chez Cohen, on retrouve les mêmes incises qu’en DIL, descriptives et caractérisantes, qui, en plus du changement de locuteur, indiquent un jugement, souvent ironique, du narrateur : « “Cabinet du sous-secrétaire général français”, souffla Adrien Deume en désignant d’un coup d’œil craintif une haute porte. » (chap. v, p. 62)

9 Riegel, Pellat, Rioul (1994, p. 461).

10 Voir aussi Fontanier (1977, p. 128).

11 Molinié (1986, p. 34-36).

12 Généralement, puisque la suite du roman comporte des passages en narration hétéro-diégétique où Jacques Hold est à nouveau délocuté.

13 Il y a « sous-énonciation quand le point de vue du locuteur citant est sur-déterminé par le point de vue de l2 [le locuteur cité], s’effaçant derrière ce dernier » (Rabatel, 2003a, p. 46). Sur cette question dans Le Ravissement de Lol V. Stein, voir aussi Stolz (2005, p. 267-270).

14 La parembole est une variété de parenthèse qui interrompt la continuité syntaxique de la phrase.

15 Voir Rabatel (2003b, p. 273) : il développe la thèse d’une « connotation autonymique montrée par opposition à la connotation autonymique classique qui indique l’usage et la mention distanciée par des marques conventionnelles telles que guillemets, verbum dicendi, italiques, ou phénomènes prosodiques ».

16 Ces deux cas correspondent à la « surcharge stéréotypique » analysée par A. Rabatel comme une des marques de la modalisation autonymique (Rabatel, 2003b, p. 271-280).

17 J’utilise ici les analyses bien connues de Jacqueline Authier-Revuz, qui distingue quatre grands types de modalisations autonymiques : outre les deux citées ici, elle relève la non-coïncidence des mots à eux-mêmes (type « au sens p ») et la non-coïncidence interlocutive (figures d’ajustement énonciatif, du type « disons X », « comme vous dites », « passez-moi l’expression ») ; voir Authier-Revuz (1995), en particulier chapitres vi (p. 269-422) « Images de la non-coïncidence du discours à lui-même », et vii (p. 507-712) « La non-coïncidence entre les mots et les choses — rencontre et représentation dans l’énonciation ».

18 Pour un commentaire de ce passage, voir Stolz (2005b, p. 163-164).

19 Je prends la notion de point de vue au sens que lui donne Alain Rabatel, qui, en opposition avec les notions de focalisation zéro et de focalisation étendue, montre bien l’existence d’un point de vue du narrateur, à égalité avec celui du personnage ; voir Rabatel (1998), chapitre iii, « Les embrayeurs du point de vue du narrateur ».

20 Voir note 12 supra. Ici, il s’agit de pensées représentées et donc le rapport se fait entre les énonciateurs E1 et e2 et non entre les locuteurs L1 et l2.

21 Par exemple quand l’hyperbate construit une métaphore in praesentia qui superpose le PDV du narrateur à celui du personnage, en imposant son interprétation : « Alors Lol demande avec une curiosité brisée, émigrée centenaire de sa jeunesse. » (p. 99) On peut rapprocher cette prégnance de l’axe aléthique du nombre impressionnant d’hypotyposes, qui finalement sont, sur le plan figural, la réalisation la plus forte de l’aléthique.

22 Elle s’appuie sur un corpus composé d’une part du roman Les Cloches de Bâle d’Aragon, et d’autre part de la chronique de Pierre Georges dans Le Monde, 1999.

23 Molinié (2002, p. 52).

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search