Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

IV. Points de vue et polyphonie

Adjectif et ordre des mots dans l’ironie littéraire

Anne-Marie Paillet-Guth

Texte intégral

1L’ironie, paradoxe énonciatif qui se distancie d’un énoncé par une feinte adhésion (Berrendonner, 1982), n’a pas de marques propres. Mais il arrive que la syntaxe, l’ordre des mots en fournissent certains indices, comme la place de l’adjectif, et notamment l’antéposition des épithètes. Bien entendu, ce n’est pas la position de l’épithète qui crée l’ironie. Au contraire, on accorde à l’antéposition une valeur affective, bien présente dans les textes lyriques et poétiques. Dans l’ironie, cette valeur affective serait alors à mettre au compte d’un énonciateur dont le locuteur se distancie : une analyse spécifique de l’antéposition ironique ne se justifierait donc que comme vérification particulière du fonctionnement polyphonique de l’ironie — encore faut-il montrer comment, effectivement, l’antéposition signale la trace d’un énonciateur. Mais d’autres critères permettent de rendre compte des faits d’ironie liés à l’antéposition : ils tiennent au fonctionnement présuppositionnel de l’épithète antéposée, qui a nécessairement un impact sur la logique discursive et sur la dynamique textuelle. Enfin, la littérarité de ces antépositions, plus ou moins atypiques, invite à prendre en compte leur dimension parodique ou autoparodique, et un effet de mise en scène de l’énonciation ironique elle-même.

La mise à distance du trait pertinent

  • 1 On définit l’extension comme la quantité d’objets auxquels peut s’appliquer la notion ou la qualit (...)
  • 2 Laclos, Les Liaisons dangereuses (désormais noté Liaisons), Lettre LXXXV et LXXX.
  • 3 Corblin (1995) montre que le défini correspond à une cohésion forte, le démonstratif à une cohésio (...)

2La plupart des adjectifs épithètes sont postposés en français, sauf quelques adjectifs très courants, de grande extension, comme petit/grand et bon/mauvais1. Selon Larsson (1994, p. 217), « plus l’adjectif comporte de sèmes spécifiques, plus il est postposé ». Ce qui expliquerait entre autres l’affaiblissement sémantique d’épithètes comme mortel prenant en antéposition une valeur intensive : « On y passerait ainsi tout un jour ; nous y passâmes une mortelle heure2. » L’ironie de la Marquise de Merteuil souligne ainsi l’ennui provoqué par une galanterie stéréotypée. Quant aux deux valeurs que prend l’adjectif nouveau, La Fontaine en tire une subtile ironie dans « Le Rat qui s’est retiré du monde ». À l’initiale de l’anecdote, la postposition marque l’originalité de l’ermite qu’il vient de créer, retiré dans son fromage de Hollande : « Notre ermite nouveau subsistait là-dedans » ; antéposé, il désigne plutôt l’occurrence supplémentaire d’un type d’individu, dont la caractéristique déjà validée vient s’opposer ironiquement, en fin d’anecdote, au comportement attendu : « Ayant parlé de cette sorte, / Le nouveau saint ferma sa porte. » Il n’est pas indifférent que l’anaphore « le nouveau saint » soit ici définie, et non démonstrative, puisque le défini isole le personnage comme exemplaire de toute une classe, dans un fort effet de continuité narrative3, qui stigmatise une « nouvelle » occurrence du manque de charité des dévots.

  • 4 « […] sorte de déduction implicite, qui fait appel soit à un lien lexical, soit à une thèse factue (...)

3Même si la position de l’adjectif n’introduit pas toujours de changement sémantique nettement perceptible, sa postposition privilégie la valeur restrictive de l’épithète, qui restreint l’extension du substantif, tandis que l’antéposition privilégie la lecture d’un trait inhérent au substantif, qu’il sélectionne ou amplifie : l’intersection des contenus notionnels dans la postposition s’oppose à leur fusion dans l’antéposition. L’éventuelle antéposition d’un adjectif de couleur ne sert alors plus la détermination du référent, mais s’ouvre à des associations métaphoriques (Larsson, 1994, p. 215), sensibles dans un cliché comme « vertes prairies ». De l’opposition entre restriction et description découle donc une opposition entre dénotation et connotation. De plus, l’antéposition, présentant le trait comme appartenant à la compréhension du substantif, s’avère de faible valeur informative, tandis que la postposition correspond à l’apport d’une information nouvelle et se prête à l’accentuation focale (Nølke, 1996). L’antéposition comporte donc plutôt une valeur présuppositionnelle ou implicative, considérant le trait sélectionné comme déjà validé : d’où l’affinité avec le fonctionnement mémoriel des expressions référentielles définies, anaphoriques ou déictiques. Ce qu’on appelle « épithète de nature » relève souvent d’une déixis qui présente la caractéristique comme une donnée communément admise. L’antéposition peut en effet chercher à rappeler la validité d’un topos sous-jacent4. L’ironie s’empare alors de cet effet de connivence créé par la présupposition, pour mettre à distance un stéréotype galant, telles ces étapes obligées d’un parcours amoureux évoqué par les libertins de Laclos : « le doux espoir a remplacé la cruelle inquiétude » ; « il se rabattit sur la délicate amitié » (Liaisons, Lettres VI et LXXXV).

4Cette rapide mise au point permet de dégager deux enjeux essentiels dans l’ironie : d’abord, dans l’antéposition, qui sélectionne un trait inhérent au substantif, se loge forcément l’interprétation d’un énonciateur qui le valide (Cahné, 1972, p. 122). Cette interprétation explique l’affinité de l’antéposition avec l’effet de mention ironique qu’elle signale ; tout dépend alors de savoir quelle instance énonciative assume le choix de la caractéristique. D’autre part, c’est précisément la « pertinence » du trait pertinent sélectionné qui peut être plus ou moins mise en cause dans l’antéposition ironique : s’y joint alors un véritable acte énonciatif d’évaluation, qui invalide la caractérisation donnée comme pertinente, ou qui, au contraire, valide une caractérisation inattendue.

5En ce qui concerne la mention ironique, l’antéposition rappelle parfois une caractéristique déjà attribuée, comme dans cette reprise par la marquise de Merteuil du langage de Valmont : « j’exigerais donc, voyez la cruauté ! que cette rare, cette étonnante Mme de Tourvel ne fût pour vous qu’une femme ordinaire » (Liaisons, Lettre CXXXIV) : l’antéposition ironique a comme symétrique la postposition d’une prédication oppositive, et restrictive — ô combien — « une femme ordinaire ».

  • 5 Balzac, La Comédie humaine, t. XII, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1976-1 (...)

6Lorsqu’il s’agit d’une caractéristique en première mention, l’antéposition peut être l’unique indice d’ironie. Balzac met ainsi à distance le point de vue féminin dans Petites misères de la vie conjugale : « car elles ne pensent jamais au dédain de leurs inestimables valeurs »5 ; l’antéposition, qui souligne l’hyperbole, autre indice d’ironie, renforce le glissement insidieux de l’axiologique au financier, noté par le pluriel. L’antéposition de l’épithète peut aussi mentionner, conjointement à son attribution à un énonciateur donné, un discours stéréotypé plus diffus, relevant du « comme on dit » : « Vous saurez donc que le Président est en Bourgogne […]. Son inconsolable moitié doit passer ici tout le temps de cet affligeant veuvage » (Liaisons, Lettre IV) : la mention ironique de l’affliction s’inverse dans l’énonciation du séducteur, se félicitant de trouver en permanence la Présidente à sa portée.

  • 6 Pagnol, Le Temps des amours, Paris, Éditions de Fallois, 1988, p. 29.

7Quant à l’effet polyphonique de ces antépositions, il peut être plus ambigu, comme dans cet énoncé de Pagnol, à la fois distant et complice de l’enfant songeant à la réprimande paternelle : « Il allait me reprocher mon ingratitude envers la généreuse république, qui m’avait donné une bourse »6 ; le trait idéologique de générosité républicaine, en principe inhérent et permanent, ainsi reversé au compte des propos paternels, est réinterprété comme purement occasionnel à la faveur de la relative appositive.

8Cette mise en cause de la caractérisation par l’antéposition est particulièrement bien exploitée dans cette phrase de Pagnol évoquant les signes d’intelligence des camarades qui ont fondé la société du trèfle rouge :

Ces manigances — répétées en classe et en étude — excitèrent bientôt la curiosité de tous nos condisciples. Nous en fûmes ravis, car quel eût été l’intérêt d’une société secrète, dont personne n’eût connu la secrète existence ? (Le Temps des amours, p. 11)

9Les deux positions de l’épithète secrète figurent, en un effet de chiasme, dans la même phrase : la caractéristique qui vient d’être validée comme sous-catégorisation, est rappelée ironiquement, et opposée au verbe connaître.

  • 7 Balzac, Le Cabinet des Antiques, ouvrage cité, t. IV, p. 1 017.

10L’antéposition peut souligner alors une contre-vérité, comme c’est le cas pour Mme de Merteuil jouant la comédie de la vertu : « ils s’indignaient qu’on eût osé manquer à leur vertueuse maîtresse. » Ici, l’italique signale la mention ironique. L’antéposition se fait parfois l’indice d’une réinterprétation du discours de l’autre : « Je viens de recevoir un second billet, toujours bien rigoureux, et qui confirme l’éternelle rupture. » (Liaisons, Lettres LXXXV et CXXXVIII) Le discours narrativisé met en lumière la contradiction entre le caractère irrévocable de la rupture et l’existence d’un second billet de la Présidente. Cette réinterprétation peut être explicitée par une caractérisation postposée, qui démystifie un point de vue illusoire : « L’enfant déjà si corrompu crut à ce fatras de virginités en mousseline, à cette suave expression délibérée comme une loi des deux chambres7. » Mais l’opposition situationnelle peut reposer sur un mécanisme d’implicitation plus subtil. Ainsi l’élève Lagneau, qui, selon un stratagème inventé par Marcel, feint de s’être laissé coller à sa place, trouve en récompense à son réveil « une étincelante bicyclette » (Le Temps des amours, p. 75) : l’antéposition souligne l’aspect illégitime de cette récompense, inversion prodigieuse des représailles paternelles qu’il encourait.

Présupposition et anaphore ironique dans la dynamique textuelle

11L’ironie s’enrichit d’un autre facteur, celui de l’affinité de l’antéposition avec l’anaphore. La faible valeur informative de l’épithète antéposée lui permet de souligner un élément déjà connu et de « faciliter le calcul anaphorique » (Noailly, 1999, p. 103). L’ironie s’appuie alors sur le rôle de l’antéposition dans la dynamique textuelle pour créer des effets de connivence : le trait sélectionné par l’antéposition, préalablement mentionné, ou du moins considéré comme déjà validé, sollicite en effet du lecteur sa reconnaissance. Le fait anaphorique renforce donc la dimension présuppositionnelle de l’épithète antéposée, la met en mouvement.

12On le vérifie fréquemment dans le récit de Pagnol, par exemple à propos de la fondation d’une société secrète dont l’insigne est une agrafe rouge, servant à fermer les paquets de café : « elle avait la forme d’un trèfle à quatre feuilles, revêtu d’un émail rouge merveilleusement brillant. » Par la suite, l’épithète est reprise en antéposition : « Nous implantâmes ensuite les rouges agrafes dans l’étoffe de nos chemises. » (Le Temps des amours, p. 10) L’antéposition de rouges connote le mystère et l’effet de connivence du signe distinctif dont la « brillance » renvoie son reflet magique sur l’existence du groupe, mais se lit aussi en fonction de la suite, qui tourne en dérision toute l’opération, puisque le fils Berlaudier en met une trentaine en circulation chez les non-initiés : « les mystérieux insignes » (Le Temps des amours, p. 12) perdent alors justement tout mystère, comme le note la nouvelle antéposition anaphorique. Ainsi la position de l’épithète dans la chaîne référentielle est-elle intimement liée à la dynamique humoristique du récit, et à la connivence qui lie Pagnol à son lecteur, fondée elle-même sur la distante complicité que l’adulte entretient avec son enfance.

13Au rappel anaphorique se joint parfois un glissement de sens, surtout s’il se fonde sur une synonymie, comme en témoigne ce passage de Proust à propos d’Odette Swann :

  • 8 M. Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Plé (...)

Nous étions salués par telle ou telle grande dame amie de Swann […] elle nous présentait avec tant d’aisance, Gilberte et moi, gardait tant de liberté et de calme dans son amabilité, qu’il eût été difficile de dire, de la femme de Swann ou de l’aristocratique passante, laquelle des deux était la grande dame8.

14L’antéposition d’aristocratique ne correspond pas seulement à un effet anaphorique de bouclage de paragraphe, fréquent chez Proust ; elle ajoute au rappel de la qualité (aux deux sens du terme), un léger infléchissement du sens de l’épithète aristocratique, qui n’est plus tout à fait un synonyme de « grande dame » : la qualification intrinsèque, donnée comme évidente dans l’anaphore, est implicitement interrogée dans son évidence même. Le phénomène d’anaphore distanciée est d’autant plus marqué qu’il s’agit dans ces exemples d’une épithète de couleur ou d’un adjectif relationnel, de valeur restrictive et en principe postposés.

15Quant à la requalification par un hyperonyme, elle sollicite le calcul complice du lecteur, appelé à reconnaître la notion :

  • 9 Pagnol, Le Temps des secrets, Paris, éditions de Fallois, 1988, p. 276.

J’avais réussi, par des frictions nocturnes, à annuler l’effet curatif des compresses de ma mère, qui — dans sa naïveté — eût effacé la glorieuse meurtrissure dont elle ignorait la valeur9.

16Cette requalification héroï-comique de l’œil poché souligne le décalage entre deux univers, en feignant de valider la « bonne » interprétation du référent, contre l’ignorance maternelle.

17La requalification ironique fonctionne particulièrement bien dans les expressions démonstratives, en raison de leur caractère reclassifiant, qui donne une nouvelle saisie de l’objet et crée un léger effet de rupture dans la cohésion textuelle (Corblin, 1995, p. 53). L’antéposition anaphorique permet alors de qualifier les objets de référence selon certains codes stéréotypés, comme le cliché « cet heureux séjour » (Liaisons, Lettre X) désignant la petite maison où la Marquise a rendez-vous avec Belleroche. L’anaphore démonstrative constitue donc pour l’ironie un lieu idéal où loger l’effet présuppositionnel de la caractéristique : « des gens bien informés disaient qu’elle finirait par avoir la Légion d’honneur, et nous attendions chaque année ce glorieux événement. » (Le Temps des secrets, p. 26) La notion présupposée de gloire requiert doublement la complicité du lecteur, d’abord parce que le calcul anaphorique est fondé sur un topos reconnu (« recevoir la légion d’honneur est glorieux »), ensuite parce que la désignation entre en contradiction avec l’attente régulièrement renouvelée de l’événement qui s’exprime dans le circonstant « chaque année ». La requalification anaphorique crée donc la complicité ironique, spécialement lorsqu’elle met en jeu une contradiction avec la situation. Ainsi Pagnol souligne-t-il avec jubilation le mensonge de « ces hygiéniques promenades » et de « ces bienfaisantes sorties » (Le Temps des amours, p. 39) inventées par la mère et la tante de Lagneau pour cacher à son père les retenues du jeudi. De même, l’antéposition rappelle ironiquement l’inadéquation référentielle de cette hyperbole censée désigner la maîtresse inavouée du grand-père, qui affirme qu’elle était énorme, puis invente sa mort : « Alors, il fit venir un ami dévoué, ferronnier et faux témoin, qui confirma la triste nouvelle, et raconta même longuement les obsèques de la gigantesque nordique. » (Le Temps des secrets, p. 37) En revanche, l’antéposition peut venir souligner l’existence d’une vérité incontournable, comme le mauvais bulletin de Lagneau : « Elles allèrent ensuite se réfugier dans la chambre, pour examiner longuement le trop véridique bulletin. » (Le Temps des amours, p. 52) L’antéposition se prête beaucoup mieux que la postposition à la gradation affective d’un adjectif non gradable, véridique, épithète que l’humour de Pagnol oppose ensuite à la falsification du fameux bulletin.

18Lorsque se trouve qualifiée toute une séquence narrative, l’antéposition obéit à une valorisation de l’énonciation ironique elle-même, qui vient ainsi se distancier de sa propre narration : « je ne vis pas la suite de cet intéressant épisode. » (Le Temps des amours, p. 48) Pour la marquise de Merteuil commentant l’épisode du viol qu’elle a elle-même monté et simulé, les antépositions anaphoriques « ce fâcheux incident » puis « cette horrible aventure » (Liaisons, Lettre LXXXV) évoquent la mise en scène non seulement de l’épisode, mais des discours qu’elle veut faire circuler, notamment chez sa « dévote voisine » (autre antéposition ironique), si curieuse d’apprendre tous les détails de l’aventure.

  • 10 A. Cohen, Belle du Seigneur, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, p. 251.

19Cette requalification complice peut concerner la dénomination des personnages, en intégrant dans leur caractérisation une circonstance narrative : le caractère occasionnel et afférent d’un trait est présenté comme inhérent, et ce décalage plaisant est d’autant plus marqué qu’il s’agit parfois de participes recatégorisés : « la pianotante princesse »10 n’est autre qu’une sténographe aux yeux ahuris de Mangeclous. Le trait comportemental anecdotique du participe peut devenir récurrent et caricatural dans le récit voltairien de L’Ingénu, avec le personnage de « l’interrogant Bailly », dégradation de qualifications épiques telles « le bouillant Achille ». Trait systématique dans les Liaisons, la plupart des personnages apparaissent dotés d’une caractéristique liée à la narration, comme « la secourable Émilie » (Lettre XLVII) qui, en l’occurrence, se résout à saouler et à tromper le bourgmestre avec Valmont : la qualité morale est ainsi détournée au profit d’une circonstance bien particulière. Cette antéposition s’accompagne souvent d’une substantivation de l’adjectif en anaphore nominale ; ce sont alors deux caractéristiques, et non une seule, qui sont validées en sollicitant la complicité du lecteur : « mon aimable Curieuse », « la jolie Prêcheuse », ou « la malicieuse malade » (Lettre XXIII) sont autant de désignations de la Présidente de Tourvel en fonction des péripéties racontées par le récit distancié de Valmont. L’antéposition est donc l’indice d’une distance continuelle dans le récit libertin, reposant parfois sur de cruelles oppositions, avec « l’austère dévote » dont le carrosse vient se ranger aux côtés de Valmont et d’Émilie ou « l’amoureux messager » envoyé par la Présidente confrontée aux frasques de Valmont : « il crut tout simple de lui dire que je ne rentrerais pas de la nuit. » (Lettre CXXXVIII)

  • 11 Voltaire, Zadig, Romans et Contes, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1972, p. 47.

20Outre ces effets cohésifs ponctuels, l’ironie d’une caractérisation peut venir refléter toute la dynamique romanesque. La cohésion du récit libertin tient souvent au système de l’efficacité dont il se réclame contre les lenteurs romanesques. Ainsi, « l’assidu Prévan » s’oppose au « scrupuleux Danceny » (Lettres LXXIX et LXVI) — devant les noms propres se vérifie tout particulièrement la valeur non restrictive de l’épithète (Noailly, 1999, p. 94). L’ironie locale passe à l’échelle de l’œuvre, notamment lorsque la description définie dégage les traits paradoxaux du récit : alors que l’oxymore de Zadig, « cet illustre fugitif », se lit ponctuellement comme parodie du roman héroïque11, l’oxymore ironique des Liaisons, « la sensible Dévote », qui justifie d’abord le pari de Valmont, s’inverse dans la qualification postposée et contrastive d’« une femme sensible et belle », assumée cette fois par un Valmont véritablement amoureux (Paillet, 1999, p. 49).

21Enfin, l’antéposition anaphorique, comme vecteur de la présupposition d’une caractéristique, peut justement fournir l’occasion d’insérer une nouvelle caractérisation, présentée sur le mode de l’évidence ou du déjà connu. Cette caractérisation peut feindre d’imposer la légitimité d’un point de vue, comme pour les annotations du bulletin de Lagneau : « Quant aux injustes commentaires, ils furent remplacés par d’autres » (Le Temps des amours, p. 53). Bien plus, l’antéposition ironique peut consister à apporter une information nouvelle sous la forme d’une présupposition, par exemple dans ce billet rédigé par un camarade de Marcel, prétextant une maladie de sa mère : « il affirmait que cette robuste dame, dont la maladie empirait, avait besoin de son fils chaque soir » (Le Temps des amours, p. 226). Les deux plans énonciatifs et contradictoires de ce rapport indirect sont distingués justement par l’antéposition : la relative « dont la maladie empirait » est à mettre au compte du menteur, tandis que l’expression robuste dame, apportant l’information essentielle, est ici assumée par le narrateur, contrairement à ce qui se passe dans l’analyse polyphonique. L’horizon mémoriel de l’anaphore, qui se fonde sur l’aspect connu d’un élément textuel, est donc parfois le support d’un coup de force présuppositionnel. Cette surprise peut jouer aussi sur un effet de cataphore : « Enfin, toujours par honnêteté, et pour compenser en quelque sorte ces améliorations, l’impitoyable tante réduisit de deux points la bonne note de gymnastique. » (Le Temps des amours, p. 53) La caractérisation inattendue, et encore purement occasionnelle, « l’impitoyable tante », se trouve rétroactivement légitimée par l’explicitation subséquente. Ainsi l’antéposition met-elle en mouvement l’ironie de la présupposition.

La mise en avant d’une diction ironique

22L’antéposition anaphorique, fortement liée à une dynamique phrastique et textuelle, jouant sur un effet de connivence narrative, met en avant la diction du narrateur ironique au sein de la fiction. La forte cohésion narrative et l’antéposition adjectivale ne constituent-elles pas toutes deux de forts indices de littérarité ? Plus généralement, l’antéposition met en scène l’énonciation ironique elle-même, qu’il s’agisse de jouer sur une caractéristique reconnue ou, au contraire, de valider comme évidente une caractérisation inattendue, de revendiquer son impertinence. L’antéposition peut obliger le destinataire « à catalyser rétroactivement un topos qui ne figurait pas jusqu’alors au nombre des vérités acquises » (Berrendonner, 1995, p. 30). Il est en effet un autre type d’ironie, qui met en cause non pas le discours littéral, mais une opinion contraire sous-jacente, conforme, elle, à la doxa (Martin, 1992, p. 273). La caractérisation paradoxale, coup de force présuppositionnel, vient alors contrecarrer une attente, en validant un contre-cliché, ou en inversant un topos argumentatif.

23Ainsi, l’antéposition de l’épithète mortelle ne se limite pas sous la plume de la Marquise de Merteuil à l’exhibition d’un intensif à la mode : « nous y passâmes une mortelle heure », elle insiste implicitement sur l’inversion paradoxale d’un code romanesque du discours amoureux, au profit d’un langage de l’efficacité galante qui le dote d’une valeur négative. Il en va de même de l’oxymore « heureux contretemps » qui désigne alors l’arrivée d’un carrosse. C’est encore un coup de force présuppositionnel qui souligne chez Pagnol l’irrévérence burlesque du point de vue potache sur la mythologie romaine :

Il essaya de nous intéresser à cet absurde Romulus, qui après avoir tété une louve aux crasseuses mamelles, assassina son frère pour fonder l’Empire romain, et encombrer les programmes de l’enseignement secondaire. (Le Temps des amours, p. 19)

24Si le démonstratif a une valeur de déictique de notoriété, l’épithète absurde crée en revanche un effet de surprise et d’attente, explicité ensuite par la relative, dont le mouvement périodique et la cadence majeure épousent l’emphase héroïque pour ménager la chute inattendue sur un anachronisme. Quant à l’antéposition burlesque de crasseuses, elle parodie la préciosité de l’épithète de nature dans le récit héroïque.

  • 12 A. Cohen, ouvrage cité, p. 720.
  • 13 A. Cohen, Solal, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1993.

25Ce principe d’antéposition présuppositionnelle fonde la mise en valeur des figures de caractérisation impertinente, où la surprise provient conjointement du substantif et de l’épithète. Pour Nølke en effet (1996, p. 48), contrairement à la postposition qui permet l’accentuation focale du seul adjectif, l’antéposition ne permet la focalisation que sur l’ensemble [adjectif + substantif], ce qui provoque un effet de mariage sémantique. L’antéposition ironique accuse l’impertinence prédicative tout en présentant sur le mode de l’évidence le rapport entre nom et adjectif. Ainsi Cohen choisit-il souvent de reporter par métonymie une caractéristique physique (la voix) sur l’ensemble de la personne : le médecin évoqué dans Le Livre de ma mère est « un sonore niais »12, tandis que Belle du Seigneur évoque au passage de « cacophoniques gosses américains », « nasillards maîtres du monde » (Belle du Seigneur, p. 947) : la longueur de l’adjectif antéposé cacophoniques, inhabituelle par rapport au substantif monosyllabique, accentue la diction ironique de la figure. Quant à la métonymie d’abstraction « ce rutilant désastre », qui désigne chez Pagnol le nez meurtri d’un camarade, la trouvaille ironique de la requalification réside aussi dans l’hyperbole exprimant l’aspect voyant de la blessure, qui met moins en avant les dégâts qu’elle implique que leurs conséquences redoutables pour Marcel : « mais la comparaison de nos meurtrissures à ce rutilant désastre n’aurait pu qu’aggraver mon cas. » (Le Temps des secrets, p. 279) Les antépositions métonymiques récurrentes chez Pagnol, marque de littérarité, trouvent leur écho autoparodique dans le discours du fou des collines, désignant les pièges comme « meurtrière imposture » ou les vaches comme « mugissants intermédiaires » dont on pourrait se passer dans la production du lait (Le Temps des amours, p. 141 et 146). Le pointage de l’impertinence se vérifie également pour l’hypallage, avec l’antéposition de catholique caractérisant l’appareil photographique du curé : « Par une diablerie inexplicable, le catholique appareil n’avait pas fonctionné. » (Le Temps des secrets, p. 182) Le curé devait en effet immortaliser Marcel en vainqueur du serpent des collines — ce dernier comptant sur « l’irrécusable photographie » pour prouver ses exploits. Le statut non antéposable de l’épithète catholique, indiquant une classe d’appartenance, attire bien l’attention sur l’hypallage, alors qu’une postposition « l’appareil catholique » ne serait compatible ni avec l’anaphore, ni avec l’intention humoristique — et l’inférence sournoise que rien de ce qui est catholique ne fonctionne ! Quant à l’hypallage in absentia « ces flacons d’une pétillante impeccabilité »13 (il s’agit de champagne), elle exprime la distance de Solal au monde des nantis. Moins appétissant, l’échange entre abstrait et concret : « la visqueuse abondance de son écumante salive » (Le Temps des amours, p. 20), évoque pompeusement chez Pagnol la salive du spécialiste en fabrication de boules collantes, permettant de fixer au plafond les caricatures des professeurs. La prolifération des épithètes antéposées rend plus efficace l’amplification héroïcomique, la préciosité de l’expression créant un contraste avec le référent très prosaïque ; ce trait obéit au principe généralisé du choc entre deux mondes, celui d’un certain pédantisme adulte, et celui de l’enfance lycéenne, que l’ironie du narrateur tient à égale distance. Ce télescopage de deux mondes étrangers se rencontre aussi chez Pagnol dans le décalage héroïcomique du niveau de langue, telle la « vespérale bastonnade » infligée à Lagneau par son père, entre l’aspect prosaïque peu nuancé de l’un et la connotation poétique et savante de l’autre, parodiquement assumée par le narrateur (Le Temps des amours, p. 38).

  • 14 Balzac, Autre étude de femme, ouvrage cité, t. III, p. 690.

26Le coup de force présuppositionnel de la caractérisation impertinente peut jouer différemment. Par exemple, dans l’expression « volantes anémies » (Belle du Seigneur, p. 888) par laquelle Cohen désigne les âmes de l’au-delà, les traits d’inconsistance et de légèreté dégagés d’abord dans l’antéposition trouvent leur prolongement dans la charge négative qu’apporte à l’ensemble la notion médicale d’anémies : l’ensemble oppose donc l’idée négative d’immatérialité à l’épaisseur charnelle de la vie terrestre, implicitement valorisée. Au contraire, dans cet exemple de Balzac, où Lord Dudley évalue la condition de la femme, l’orientation de l’adjectif est contrariée par le substantif : « vos femmes les plus nobles sont devenues d’estimables couveuses »14 : le mouvement présuppositionnel amorcé par l’adjectif estimables feint de propager le trait positif de noblesse, mais crée un effet de chute sur le substantif dégradant.

  • 15 La lecture ironique et paradoxale serait plus difficile avec la postposition « constance scandaleu (...)

27L’antéposition peut en effet ménager une contradiction interne au sein du groupe nominal, cet « effet de mariage sémantique » dont parle Nølke étant manifeste dans l’oxymore, où l’antéposition permet de donner un caractère endoxal d’évidence à ce qui est d’abord paradoxal. L’effet d’oxymore peut rejoindre un phénomène de mention, dans cet exemple des Liaisons, où se reflète sous forme paradoxale la jalousie d’un public face à la constance de l’amitié des « inséparables » : « La foule des prétendants malheureux se joignit alors à celle des femmes jalouses, et la scandaleuse constance fut soumise à la censure publique » (Lettre LXXIX)15 ; le point de vue à partir duquel se dénonce le paradoxe est spécifié dans le début de la phrase. Mais le plus souvent, ces désignations paradoxales et polémiques sont bien revendiquées par le locuteur ironique lui-même : ainsi du plaisir passager d’« affable mépris » (Belle du Seigneur, p. 266) que procure aux invités importants la conversation avec un moins important. Avec les « sincères faux témoins » de Marcel (Le Temps des secrets, p. 281), qui ont proposé de mentir pour le défendre devant le censeur, c’est une expression lexicalisée qui est caractérisée, l’antéposition permettant l’opposition directe des épithètes tout en préservant une hiérarchie entre l’adjectif sincères et l’ensemble figé faux témoins.

28Enfin, c’est également l’antéposition qui peut souligner une antiphrase, comme pour ce « flot montant d’odorantes vapeurs » qui désigne chez Pagnol les cinq boules puantes placées sous la chaise du professeur, dont la comparaison à la Pythie ou à un jambon fumé oppose encore deux univers de référence. À l’ironie de l’antiphrase s’ajoute celle, en acte, du professeur qui feint d’apprécier lesdites odeurs :

On vit paraître sur son visage le sourire émerveillé de la Pythie, car il était comme elle (ou comme un jambon fumé) juste au-dessus de la source d’un flot montant d’odorantes vapeurs. (Le Temps des amours, p. 42)

  • 16 Notons encore chez Pagnol « la craquante lustrine » de la blouse qui dénonce la nouveauté de l’élè (...)
  • 17 A. Cohen, Les Valeureux, Œuvres, édition citée, p. 981.

29Certaines antépositions sont donc plus inattendues que d’autres, par l’effet de « mariage sémantique » qu’elles créent. De plus, l’antéposition est plus visible lorsqu’elle est atypique, c’est-à-dire qu’elle concerne un adjectif non prototypique, qui en principe ne s’antépose pas. En effet, la possible antéposition fait partie, pour Jean Goes, des critères de l’adjectif prototypique, au même titre que les marques de degré et la fonction attribut (1999). Aussi l’antéposition des adjectifs verbaux est-elle un indice un peu plus voyant d’énonciation ironique, par exemple dans l’expression « le régnant Chevalier » qui désigne le favori du moment (Liaisons, Lettre II), ou dans l’évocation ironique de « ces massacrantes légions » à l’œuvre dans la guerre des Gaules, que protégent « des escouades de participes futurs » (Le Temps des amours, p. 105)16. Cohen a très souvent recours à ce type d’antéposition : dans l’expression « volantes anémies », un tel adjectif se prête d’autant moins à l’antéposition qu’il a une extension minimale, liée à sa base verbale (Goes, 1999, p. 188). L’antéposition est encore plus marquée si le participe n’a pas d’emploi normal en adjectif verbal, comme bougeant (contrairement à remuant) : devant la tombe de Napoléon, Salomon affirme qu’il préfère être « tiède vendeur d’eau d’abricot et bougeant cireur de souliers plutôt qu’empereur immobile et froid »17. L’épithète tiède antéposée est également l’un de ces adjectifs toujours postposés en valeur concrète. Dans ces exemples, l’ironie vient justement inverser le fonctionnement de l’antéposition observé par les linguistes, qui confère une valeur plus figurée, connotative, à l’adjectif antéposé : tiède n’est pas pris dans sa valeur figurée, mais avec son sème spécifique, concret, dénotant la température d’un corps vivant. Antéposition et postposition servent bien la double antithèse qui oppose en chiasme les sèmes concrets de vie et de mort.

  • 18 Balzac, La Vieille fille, ouvrage cité, t. IV, p. 871.
  • 19 Balzac, « Apologie de la coquetterie », ouvrage cité, t. II, p. 280.
  • 20 A. Cohen, ouvrage cité, p. 762.

30Quant à l’antéposition d’adjectifs relationnels, normalement postposés, puisque proches de leur base nominale, elle est encore un indice renforcé d’énonciation ironique, comme dans cette syllepse de Balzac : « Le chevalier de Valois servait une ingrate, car jamais Mlle Cormon ne comprit un seul de ses chevaleresques services18. » La dérivation permet de jouer sur le double emploi évaluatif et relationnel de l’épithète. Quant à l’adjectif diplomatique antéposé, d’extension beaucoup plus restreinte, il peut aussi jouer sur le défigement lexical de l’expression d’agent diplomatique : Balzac clôt son évocation des dames de Catherine de Médicis sur « la complaisante coquetterie de ses diplomatiques agents »19 ; au mot d’esprit se joint le jeu sur le contexte, puisqu’il s’agit de retenir auprès de la « politique Catherine » des seigneurs « étrangers ou nationaux » pour leur extirper des secrets. Chez Cohen, pour « cette spiritualité qui est un additionnel chauffage, une supplémentaire bouillotte » (Belle du Seigneur, p. 889), l’antéposition souligne une idée qui lui tient à cœur, celle de la contradiction entre spiritualité et confort matériel. Ces antépositions plus voyantes que d’autres deviennent véritablement la marque de la diction d’un écrivain, créant ses propres topoï, suscitant un nouvel univers de connivence ; ainsi l’antéposition de l’adjectif relationnel occidental dans Le Livre de ma mère, évoquant les « occidentales passions » de l’« occidental chéri », marque le clivage entre le monde juif oriental de la mère et celui des passions païennes du fils20.

  • 21 Cohen cumule en fait les deux traits.

31La conjonction de divers critères, comme ceux de la présupposition ou de la fusion notionnelle avec le substantif, fait de l’antéposition de l’adjectif un indice privilégié de l’ironie, qu’il s’agisse de la dérision d’un cliché, du jeu référentiel narratif, de la mise en scène d’une réussite rhétorique, ou de la parodie d’une certaine préciosité littéraire. Le léger décalage syntaxique et phonique provoqué par l’antéposition, la violation plus ou moins sensible de la place dévolue à l’adjectif pourraient bien engendrer un « effet voix » de l’ironie. Liée à une littérarité forte, qui entre en concurrence avec l’oralisation dominant chez certaines familles d’écrivains21, l’antéposition systématique de l’épithète reflète presque un ethos d’auteur ironique : trait caractéristique de l’écriture libertine, ou de la satire balzacienne, cette mise en scène de l’énonciation auctoriale définit aussi la posture humoristique d’un Pagnol, dans une forme d’académisme autoparodique, ou au contraire l’irrévérence d’un Cohen.

Bibliographie

Références bibliographiques

Berrendonner A., 1982, « De l’ironie », Éléments de pragmatique linguistique, Paris, Minuit, p. 173-239.

—, 1995, « Quelques notions utiles à la sémantique des descripteurs nominaux », Tranel, no°23, p. 9-39.

Bonnard H., 1971-1978, Grand Larousse de la langue française, article « Épithète », Paris, Larousse.

Cahné P., 1972, « Place, valeur et adverbialisation de l’adjectif », Revue des langues romanes, no°80, p. 118-127.

Corblin F., 1995, Les Formes de reprise dans le discours : anaphores et chaînes de référence, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Delomier D., 1980, « La place de l’adjectif en français. Bilan des points de vue et théories du xxe siècle », Cahiers de lexicologie, no°37, p. 5-24.

Forsgren M., 1978, La Place de l’adjectif épithète en français contemporain, étude quantitative et sémantique, Uppsala (Suède), Université d’Uppsala.

Goes J., 1999, L’Adjectif entre nom et verbe, Bruxelles, Duculot, coll. « Champs linguistiques ».

Larsson B., 1994, La Place et le sens des adjectifs épithètes de valorisation positive, Lund, Lund University Press.

Martin R., 1992, Pour une logique du sens, Paris, Presses universitaires de France.

Noailly M., 1999, L’Adjectif en français, Paris, Ophrys, coll. « L’essentiel ».

Nølke H., 1996, « Où placer l’adjectif épithète ? Focalisation et modularité », Langue française, no°111, p. 38-58.

Paillet A.-M., 1999, Les Liaisons dangereuses de Laclos, chapitres « Épithète » et « Récit », Paris, Ellipses.

—, 2005, « L’adjectif chez Cohen », dans A. Schaffner et P. Zard (dir.), Albert Cohen en son siècle, actes du Colloque de Cerisy-la-Salle, Paris, Le Manuscrit, p. 433-458.

Reiner E., 1968, La Place de l’adjectif épithète en français, Vienne/Stuttgart, W. Braumüller.

Riegel M., 1993, « Grammaire et référence : à propos du statut sémantique de l’adjectif qualificatif », L’Information grammaticale, no°58, p. 5-10.

Wilmet M., 1986, La Détermination nominale, Paris, Presses universitaires de France.

Notes

1 On définit l’extension comme la quantité d’objets auxquels peut s’appliquer la notion ou la qualité. D’après H. Bonnard, leur antéposition fréquente s’explique « par la dépendance de leur dénotation relativement à l’espèce ou à l’objet que définit la propriété » (Grand Larousse de la langue française).

2 Laclos, Les Liaisons dangereuses (désormais noté Liaisons), Lettre LXXXV et LXXX.

3 Corblin (1995) montre que le défini correspond à une cohésion forte, le démonstratif à une cohésion plus faible.

4 « […] sorte de déduction implicite, qui fait appel soit à un lien lexical, soit à une thèse factuelle dont la validité est censée avoir été préalablement établie » (Berrendonner, 1995, p. 29).

5 Balzac, La Comédie humaine, t. XII, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1976-1981, p. 57.

6 Pagnol, Le Temps des amours, Paris, Éditions de Fallois, 1988, p. 29.

7 Balzac, Le Cabinet des Antiques, ouvrage cité, t. IV, p. 1 017.

8 M. Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987, p. 532.

9 Pagnol, Le Temps des secrets, Paris, éditions de Fallois, 1988, p. 276.

10 A. Cohen, Belle du Seigneur, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, p. 251.

11 Voltaire, Zadig, Romans et Contes, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1972, p. 47.

12 A. Cohen, ouvrage cité, p. 720.

13 A. Cohen, Solal, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1993.

14 Balzac, Autre étude de femme, ouvrage cité, t. III, p. 690.

15 La lecture ironique et paradoxale serait plus difficile avec la postposition « constance scandaleuse ».

16 Notons encore chez Pagnol « la craquante lustrine » de la blouse qui dénonce la nouveauté de l’élève, à laquelle s’opposera « la silencieuse mollesse » de celle-ci lors de la rentrée suivante (Le Temps des secrets, p. 44).

17 A. Cohen, Les Valeureux, Œuvres, édition citée, p. 981.

18 Balzac, La Vieille fille, ouvrage cité, t. IV, p. 871.

19 Balzac, « Apologie de la coquetterie », ouvrage cité, t. II, p. 280.

20 A. Cohen, ouvrage cité, p. 762.

21 Cohen cumule en fait les deux traits.

Auteur

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search