Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

IV. Points de vue et polyphonie

Effets sémantico-pragmatiques de l’antéposition ou de la postposition des énoncés statifs dans les suites passé simple + imparfait ou imparfait + passé simple

Alain Rabatel

Texte intégral

1Il est habituel de prétendre que Pierre voit une étoile et une étoile est vue par Pierre ont le même contenu propositionnel. Mais cette opinion est discutée depuis fort longtemps. De Libera (1987, p. 11) rappelle que, selon les modistes, « Sortes vidit album » (Socrate a vu quelque chose de blanc) diffère de « Album videbatur a Sorte » (Quelque chose de blanc a été vu par Socrate). Dans le premier cas « album » est dans le champ de « vidit » (paraphrase : « Sortes vidit id, quod fuit album »), mais pas avec la diathèse (paraphrase : « Id, quod est vel fit album, videbatur a Sorte. ») En sorte que Pascal, en moniste conséquent, a raison de dire que : « Les mots diversement rangés font un divers sens et les sens diversement rangés font différents effets. » (Pascal, Pensées, I, 23)

Cadre théorique et hypothèses

  • 1 Entre la structure cognitive abstraite du PDV représenté et ses manifestations linguistico-discurs (...)
  • 2 Ou représentent, d’où l’expression de PDV représenté.

2Je voudrais éprouver l’hypothèse de l’influence énonciativo-pragmatique de l’ordre des mots (désormais ODM), interprété ici comme ordre des propositions, en la confrontant au point de vue représenté (désormais PDV), qui repose sur une structure cognitive abstraite de type [X (procès de Perception) P]1 dans lequel X représente le sujet percevant, et P, la ou les propositions qui développent2 dans le second plan diverses parties de la perception prédiquée comme un tout dans le premier plan. Ainsi, en (1), Zénon correspond à X, et P renvoie au fragment en italiques, X et P étant répartis autour du pivot du procès de perception exprimé par le verbe « examina » :

(1) Zénon administra un réconfortant et examina la jambe ; les os en deux endroits sortaient de la jambe qui elle-même pendait en lambeaux. (M. Yourcenar, L’Œuvre au noir, Gallimard, coll. « Folio », 1976, p. 257)

  • 3 Cette analyse, en appui sur Ducrot (1984), repose sur la disjonction locuteur (actualisation déict (...)

3Compte tenu du discordanciel énonciatif entre le premier plan (temps prototypique : passé simple) et le second plan (temps prototypique : imparfait), la perception est attribuée à l’énonciateur intratextuel3 Zénon, source énonciative, épistémique, axiologique… de la référenciation de cet énoncé délocuté, qui relève d’un fort effacement énonciatif, vu le contexte de la narration à la troisième personne. Mais, même dans ce cadre hétérodiégétique, il est possible d’exprimer plus ou moins fortement la subjectivité d’un énonciateur intratextuel, par les choix lexicaux, la présence de marqueurs temporels ou de connecteurs, de présentatifs, de structures clivées, de négations… bref, par d’innombrables marques de subjectivité (Kerbrat-Orecchioni, 1980) et de dialogisme (Rabatel, 2003b). Quel que soit le degré d’effacement ou d’actualisation de la subjectivité, nous sommes là face à un énoncé qui est rapporté par le locuteur énonciateur premier, le narrateur, mais qui n’est pas nécessairement assumé par lui, sauf par défaut, en l’absence d’énonciateur intratextuel saillant, sauf encore par défaut, mais en un autre sens, en l’absence de prise de distance envers l’énonciateur intratextuel. Mais dans ce dernier cas, le narrateur ne supprime pas la prise en charge énonciative de l’énonciateur intradiégétique, il confirme — au-delà de la validation de l’existence de l’acte de perception et du sujet percevant —, la validité de la réalité des référents discursifs présentés à travers la médiation du personnage. C’est exactement ce qui se passe en (1).

4Cette structure cognitive peut, sur le plan linguistique, adopter l’ordre précédent ou un ordre inverse ([P (procès de perception) X]), comme en (2), ou encore élider un (voire deux) de ses composants, le sujet X ou le procès de perception, à la condition de conserver P, comme en (3) :

  • 4 Il est possible que hors contexte, le passé simple passe moins bien que l’imparfait « examinait ». (...)

(2) Les os en deux endroits sortaient de la jambe qui elle-même pendait en lambeaux. Zénon administra un réconfortant et examina la jambe4.

(3) Zénon administra un réconfortant ; les os en deux endroits sortaient de la jambe qui elle-même pendait en lambeaux.

5Or si les perceptions représentées en italiques de (1) renvoient à Zénon, en va-t-il de même pour (2) et (3) ? En première analyse, on peut dire que, le discordanciel énonciatif étant identique, ces perceptions sont toujours celles de l’énonciateur. En (3), le caractère routinier de la situation et la saillance du personnage permettent de combler l’ellipse du procès de perception pour l’attribuer à Zénon. En revanche, en (2) l’attribution du PDV à Zénon est cognitivement plus coûteuse, car la postposition de l’examen de la jambe atténue la saillance du sujet percevant. Nous faisons néanmoins l’hypothèse que Zénon reste l’énonciateur des perceptions antéposées, au prix d’un changement de valeur sémantique de l’énoncé statif. Son antéposition indique que Zénon, après avoir embrassé du regard une situation grave, conclut à la nécessité d’un examen plus approfondi. C’est d’ailleurs ce que confirme la suite des énoncés à l’imparfait, que nous avions omise dans la première citation :

(4) Zénon administra un réconfortant et examina la jambe ; les os en deux endroits sortaient de la jambe qui elle-même pendait en lambeaux. Rien dans cet accident ne ressemblait à l’effet de ruades ; les marques de sabots n’étaient nulle part visibles. (M. Yourcenar, idem)

6Il semble donc qu’avec cet ODM inverse, l’énonciateur intratextuel ne change pas, même si sa saillance est affectée ; en revanche, sont modifiées la nature de la perception, plus ou moins lestée sur le plan épistémique, ainsi que l’allure du récit, qui paraît s’écrire plus ou moins sous les motivations du personnage. Telles sont les hypothèses que nous voulons vérifier dans la suite de ce travail. Autrement dit, il s’agit d’examiner les relations entre ODM et PDV en s’intéressant à l’influence éventuelle de l’antéposition ou de la postposition de l’énoncé statif sur la source énonciative du PDV ; sur sa nature épistémique et donc sur les valeurs sémantiques des énoncés affectés par les variations d’ODM ; sur l’interprétation des textes, notamment des embryons de textes narratifs, en fonction de la logique rhétorique narrative post hoc ergo propter hoc.

7La réflexion se limitera au cadre des relations entre énoncés au passé simple et à l’imparfait, dans lesquels la description d’action est au passé simple et l’état observé est à l’imparfait.

La place de la description d’état, avant ou après, la description d’événement

8Martin (2005) appelle respectivement Arrière-Plan 1 et 2 les énoncés de fond de décor à l’imparfait, qui sont soit postposés à la description d’action au passé simple (5), soit antéposés (6) :

(5) Pierre entra. La lumière était allumée.

(6) La lumière était allumée. Pierre entra.

9Certes, la dénomination est contre-intuitive, dans la mesure où Arrière-Plan 1 vient après l’énoncé au passé simple, et non avant, comme le chiffre 1 pourrait le laisser penser. Mais ce chiffre 1 indique que la postposition est plus fréquente que l’antéposition ; c’est d’ailleurs pourquoi l’antéposition est souvent (et significativement) pensée comme un « ordre inverse » qui reconnaît la prédominance de la postposition… jusque dans la littérature consacrée aux relations entre énoncés au passé simple et à l’imparfait (Mœschler, 1998).

10D’un point de vue cognitif, la phrase stative sert d’Arrière-Plan (background) à la phrase dynamique qui précède (foreground). On peut, en première analyse, considérer que la place de l’énoncé statif par rapport à celle de l’énoncé comportant la description d’événement est peu significative, dans la mesure où la prédication verbale est première et la prédication adjectivale seconde, sur les plans cognitif et logico-grammatical, et ce, quel que soit l’ordre des énoncés à l’imparfait et au passé simple. Mais la relation sémantique entre énoncé statif et description d’action prend des significations différentes selon la place de l’énoncé statif, comme on l’a vu pour les exemples (1) à (3).

11Pour les raisons évoquées supra, l’énoncé statif de (5) et de (6) est attribué à Pierre, source épistémique de la perception. Mais le récit n’empathise pas de la même manière sur Pierre : en (5), le lecteur est avec Pierre, dont il partage la vision ; en (6), le lecteur est également avec Pierre, mais il partage ses motivations. Autrement dit, l’énoncé statif n’est plus seulement un énoncé descriptif rétrospectif d’Arrière-Plan ; il conserve ces valeurs sémantiques en leur adjoignant une valeur explicative qui ne relève pas du commentaire a posteriori, mais d’une élaboration projective de l’action ultérieure.

12C’est pourquoi des paraphrases acceptables de (6) peuvent inclure une conjonction exprimant la cause comme en (7) ou indiquer d’une manière ou d’une autre l’existence d’une intentionnalité, comme en (8), fût-ce sur un mode négatif, comme en (9) et (10) :

(7) Comme la lumière était allumée/la lumière étant allumée/puisque la lumière était allumée, Pierre entra.

(8) Pierre espérait que la pièce serait éclairée. Il entra. La lumière était bien allumée.

(9) La lumière était allumée. Mais Pierre ne le savait pas, sinon, il aurait rebroussé chemin. Il entra.

(10) Pierre croyait que la pièce était dans l’obscurité. Il entra. Mais la lumière était allumée.

13Ces changements de valeur sémantique de l’énoncé statif selon sa postposition ou son antéposition se vérifient aussi dans un exemple que nous avions (après d’autres) analysé à propos de la problématique de l’ordre temporel (Rabatel, 2003a, p. 371) :

(11) Pierre entra dans la cuisine. Marie faisait la vaisselle.

(12) Marie faisait la vaisselle. Pierre entra dans la cuisine.

14En (11), l’énoncé statif est une perception de Pierre, au moment où il entre dans la cuisine, consécutive à son entrée, d’où la paraphrase avec un adverbe de temps en (13) :

(13) Pierre entra dans la cuisine et alors/à ce moment-là il vit que Marie faisait la vaisselle.

15Avec un ordre inverse, en (12), l’énoncé statif ne correspond plus à une perception de Pierre consécutive à son entrée dans la cuisine : il est en l’état difficile à Pierre de voir que Marie faisait la vaisselle dans la cuisine. L’énoncé statif antéposé, référé à Pierre, indique un savoir antérieur, ce qui est encore plus net en (14) et en (15) :

(14) C’était la bonne heure et le bon endroit pour discuter. Marie faisait la vaisselle. Pierre entra dans la cuisine.

(15) Marie faisait la vaisselle. Pierre entra dans la cuisine. C’était la bonne heure et le bon endroit pour discuter.

16Pierre reste dans les deux cas la source épistémique de l’énoncé statif à l’imparfait : en (14) et en (15), comme auparavant en (12), il ne s’agit pas d’une perception occurrentielle, hic et nunc, mais d’un savoir de nature itérative, possiblement de nature perceptuelle ; une autre hypothèse, congruente avec la précédente, et allant dans le même sens d’un savoir plus important, est que le savoir ne repose pas sur une perception, mais sur un ouï-dire.

  • 5 Cet effet repose également, il faut le souligner, sur l’aptitude du passé simple à exprimer des ét (...)

17L’antéposition entraîne une deuxième différence, relative à la valeur narrative du rapport entre énoncé statif et description d’action : en effet, le récit, en raison de l’antéposition de l’énoncé statif, paraît en première analyse moins subjectivant qu’avec la postposition. En fait, le récit reste subjectivant, puisqu’il est toujours référé à la subjectivité du personnage, mais il l’est autrement, comme si, avec l’antéposition, le cadre orientait l’action du personnage, comme si le récit s’écrivait sous la visée du personnage, d’une manière si discrète qu’elle pourrait passer pour « objectivante », tant la motivation des actions s’y présente sous une forme préréflexive, de nature inférentielle (Rabatel, 2003b, p. 148)5. Autrement dit, parce que Pierre sait que Marie fait la vaisselle, il décide d’aller dans la cuisine, ce qui laisse penser par inférence que Pierre souhaite voir Marie et que son entrée dans la cuisine est intentionnelle. En ce sens, l’énoncé statif joue le rôle d’un énoncé causatif (cause nécessaire, mais non suffisante), expliquant les motivations de l’action, ainsi que l’indiquent les paraphrases (16) et (17) :

(16) Parce que Marie faisait la vaisselle, Pierre entra dans la cuisine.

(17) Pierre vit/entendit/savait que Marie faisait la vaisselle. Il entra dans la cuisine/il décida d’entrer dans la cuisine.

18Bref, de la postposition à l’antéposition, le savoir véhiculé par l’énoncé statif n’a pas la même taille, il augmente de volume avec l’antéposition, voire change de nature. Il en résulte que sur le plan sémantique, l’énoncé statif n’a pas le même rôle : postposé, il s’agit d’une description d’Arrière-Plan, antéposé, il est proche d’une explication préludant à une action. Les différences se retrouvent au plan du dynamisme communicationnel : l’énoncé statif de (11) focalise sur un savoir perceptuel important en lui-même tandis que l’énoncé statif de (12) sert de cadre à la prédication verbale, c’est un « savoir-pour », orienté vers une action donnée, il n’a pas sa fin en lui-même.

19La différence épistémique entre les énoncés statifs d’Arrière-Plan postposés ou antéposés est importante, parce qu’elle influe sur la relation entre l’énoncé statif et la description d’action, dans la mesure où les données épistémiques sont susceptibles soit de formater l’action, soit d’en préciser certains résultats, ce qui n’est pas sans effet sur la mise en narration et sur l’interprétation.

Antéposition et logique narrative

20Selon la typologie et les conventions de Martin (2005), les énoncés statifs ont, en général, pour fonction de décrire le cadre de l’action (F cadre), d’annoncer le cadre de l’action (F →), d’exposer un facteur qui a (dé) favorisé l’action précédente (F ←), ou encore de mettre l’accent sur les aspects du décor qui intéressent le personnage (F zoom).

21Il est certain que l’ODM exerce une influence sur F zoom, cette fonction n’ayant pas la même valeur épistémique selon que le zoom résulte d’une action antérieure ou provoque une action ultérieure. Mais F zoom n’est pas la seule fonction concernée par la problématique du PDV du personnage, même si, comme Martin le signale, elle se prête particulièrement bien à l’expression des états de conscience. Il semble tout aussi juste de considérer que les trois autres fonctions, F →, F ← et F cadre, sont concernées par les problématiques conjointes de l’ODM et du PDV. Selon la place des énoncés statifs, et selon que la référenciation renvoie au PDV d’un énonciateur saillant centre de perspective, l’ensemble des fonctions des statifs sont envisageables par rapport à ce dernier.

  • 6 Il y a toutefois lieu de maintenir la distinction entre Explication et Arrière-Plan à dimension ex (...)
  • 7 Cette logique rejoint partiellement la question de la dimension mimologique de l’ODM : voir Genett (...)

22Cela permet de rendre compte de ce que, dans la grande majorité des descriptions d’Arrière-Plan, la phrase stative joue le rôle explicatif d’une éventualité causante nécessaire, mais non suffisante, qui lui confère une dimension explicative6. Ce cumul des fonctions d’Arrière-Plan et de commentaire invite à examiner leurs relations, sous l’angle de l’ODM. Nous n’avons pas la place d’ouvrir ce chantier (ce sera l’objet d’une investigation complémentaire), mais nous voudrions au minimum justifier notre hypothèse en faisant référence à certains énoncés commentatifs auxquels l’antéposition confère un rôle explicatif… d’Arrière-Plan influant sur l’action, en congruence avec la logique narrative du post hoc ergo propter hoc7.

23L’opposition entre une donnée épistémique réduite au hic et nunc (perceptuel) et un savoir plus vaste se retrouve également à propos des commentaires qui affectent ce que Martin appelle les prédicats d’état endo-actionnels, c’est-à-dire caractérisant l’état d’un individu alors qu’il agit, comme en (18) :

(18) Pierre donna des bonbons à Jean. Il était généreux.

24« Généreux » s’oppose à « beau » parce que la générosité a besoin d’action pour se manifester, à la différence de la beauté, d’où sa caractérisation comme endo-actionnel. En fonction de cette distinction, l’imparfait peut difficilement être interprété comme un Arrière-Plan, car une telle analyse exigerait que l’état de générosité ait commencé avant l’action à travers laquelle elle s’est manifestée, ce qui est précisément impossible du fait de la définition de « généreux » comme prédicat endo-actionnel : telle est la première interprétation (par défaut) que Martin propose de (18).

25Mais cette interprétation est discutable (à tous les sens du terme). Car il semble en effet possible de considérer « il était généreux » comme un Arrière-Plan 1 : mais cela implique d’une part que l’état de générosité est à la fois antérieur à l’éventualité, d’autre part que l’action correspond à une illustration occurrentielle d’un trait de caractère permanent de l’individu en question.

26Ces deux analyses reposent sur une interprétation très différente du savoir véhiculé par l’énoncé statif : dans une première lecture, l’énoncé statif de (18) équivaut à une description factuelle qui porte sur un geste, et sur ce geste-là seulement. Dans une seconde lecture, l’énoncé statif renvoie à des caractéristiques permanentes de Pierre, qui trouvent une occasion de plus à s’exprimer. Les deux interprétations sont très différentes, car l’hypothèse alternative repose sur de tout autres conditions de vérité, pouvant être accompagnée d’énoncés commentatifs du type : Et je pourrais donner bien d’autres exemples / Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

27Pierre est généreux en donnant, ou en décidant de donner. La générosité n’a pas la même valeur dans les deux lectures : la première renvoie à une générosité limitée à l’action, la deuxième considère la générosité comme un trait de caractère plus ou moins durable. (18) est passible des deux lectures : Pierre est généreux en décidant de donner des bonbons et en réalisant le geste de donner. Qu’en est-il avec l’ODM inverse, en (19) ?

(19) Pierre était généreux. Il donna des bonbons à Jean.

28L’exemple (19) exclut la première lecture. La générosité est une caractéristique permanente : cette différence confirme donc que l’antéposition de l’énoncé statif commentatif dote ce dernier d’une dimension épistémique supérieure à celle qu’il a en étant postposé. C’est pourquoi en (19) la lecture occurrentielle du prédicat statif est difficile, sinon impossible : le geste de donner manifeste à tout le moins une caractéristique antérieure de l’individu, voire une caractéristique durable ou permanente, ainsi que le confirment les paraphrases (20) et (21).

(20) Comme Pierre est généreux, il donna des bonbons à Jean.

(21) Pierre est généreux, il donna donc des bonbons à Jean.

29Autrement dit, dans les exemples (18) à (21), F ← et F cadre sont rapportées à l’énonciateur centre de perspective. Il est certain que cet exemple ne saurait valoir pour l’ensemble des énoncés commentatifs. Néanmoins, la permanence des problématiques devrait inciter à creuser l’examen de leurs relations avec les autres énoncés d’Arrière-Plan.

30Ce qui est remarquable, c’est le fait que les données explicatives sont rapportées à l’énonciateur intratextuel saillant et que ce mécanisme est si prégnant qu’il paraît influer sur l’interprétation de la narration, comme si cette dernière s’écrivait en fonction des motivations et des analyses des personnages. Cette dimension explicative alimente la logique narrative du post hoc ergo propter hoc. La force de ces phénomènes convergents est telle qu’elle joue y compris dans des contextes qui, a priori, ne sont pas favorables, au point de réviser nos connaissances du monde de manière à « sauver » l’énoncé en l’expliquant par des comportements et des pensées qui affectent l’énonciateur centre de perspective, comme dans (22) et (23), empruntés à Martin (2005) :

(22) Marie se réveilla. Les oiseaux avaient faim.

(23) Les oiseaux avaient faim. Marie se réveilla.

31Martin souligne que dans les deux cas, le lecteur pense qu’il est naturel que Marie s’est réveillée parce que les oiseaux avaient faim, même si ce n’est pas une explication fréquente. En (22), trois fonctions sont actives, parfois cumulées : F zoom (Marie observe que les oiseaux ont faim en se réveillant), F zoom et F ← (Marie se réveille parce que les oiseaux ont faim et elle se dit que les oiseaux ont faim), F ← (Marie se réveille parce que les oiseaux ont faim, sans qu’elle se le dise intérieurement). Ces trois possibilités, qui impliquent le même centre de perspective, mettent en avant, dans cette implication, la plasticité de ses états de conscience, plus ou moins (pré-) réflexifs.

32Ce phénomène joue aussi avec (23), contrairement à ce qu’en dit Martin : toutefois, la F zoom de l’énoncé statif de (23) n’a plus seulement à voir avec un zoom sur une information concernant l’histoire (la diégèse), elle procède en sus à un zoom sur la narration, construisant un univers (merveilleux) où il est naturel que l’on se réveille quand les autres ont faim… (ce qui est une autre manière de dire qu’avec l’antéposition, le blocage de la valeur causale implique qu’on recourre à la fonction explicative).

33En définitive, les exemples précédents montrent que l’antéposition ou la postposition de l’énoncé statif entraînent des effets moins sur l’origine énonciative que sur la nature épistémique de l’énoncé statif, sur la nature de la relation entre énoncé statif et description d’action et sur la mise en narration et donc son interprétation.

34En effet, les variations de place de l’énoncé statif ne modifient pas, en règle générale, l’instance énonciative en charge du PDV, dans la mesure où la saillance repose rarement sur un seul critère, mais plutôt sur un faisceau de marques congruentes : cette règle, active dans de courts énoncés décontextualisés, l’est davantage encore dans des textes. On comprend que, dans ces conditions, le seul critère de l’ODM ne soit pas suffisant pour modifier l’origine énonciative du centre de perspective. En revanche, il affecte sa plus ou moins grande saillance, ce qui rejaillit sur les autres paramètres.

  • 8 Relations sémantiques intraphrastiques et relations discursives, ces deux niveaux affectant la mis (...)

35Antéposition et postposition influent sur la valeur sémantique de l’énoncé statique, en limitant les contenus propositionnels des énoncés statifs à des données limitées au hic et nunc, avec la postposition, ou, au contraire, en augmentant le volume et la nature épistémique des contenus propositionnels, avec l’antéposition, ce qui explique par contrecoup l’augmentation de leur rôle pragmatique, pour l’interprétation de l’action, comme pour celle du récit. L’ODM influe donc sur le niveau d’interprétation des énoncés statifs8, dans la mesure où l’antéposition de l’énoncé statif donne à ce dernier un rôle de cadre « explicatif », en ce qu’il motive d’une façon ou d’une autre l’action prédiquée dans la description d’action au passé simple, conférant à la narration un réel dynamisme, comme si l’action se produisait sous la visée du personnage, indépendamment du locuteur/énonciateur premier.

L’ordre des propositions dans le texte

36Nous terminerons par une remarque prospective. Nous mesurons bien les limites d’une réflexion portant sur des exemples fabriqués ou attestés réduits à deux propositions. Or, si l’on réfléchit sur des textes longs, les choses se compliquent. On en donnera juste une illustration saisissante : comment interpréter l’énoncé commentatif « Cosette avait raison » de (24) ? S’agit-il d’un commentaire de Valjean, du narrateur ou des deux ? Et selon les réponses, quelle valeur sémantique accorder au statif ?

(24) Tout à coup, Cosette s’écria : Père, on dirait qu’on vient là-bas. Jean Valjean leva les yeux.
Cosette avait raison.
La chaussée qui mène à l’ancienne barrière du Maine prolonge, comme on sait, la rue de Sèvres, et est coupée à angle droit par le boulevard intérieur. Au coude de la chaussée et du boulevard, à l’endroit où se fait l’embranchement, on entendait un bruit difficile à expliquer à pareille heure, et une sorte d’encombrement confus apparaissait. On ne sait quoi d’informe, qui venait du boulevard, entrait dans la chaussée.
Cela grandissait, cela semblait se mouvoir avec ordre, pourtant c’était hérissé et frémissant ; cela semblait une voiture, mais on n’en pouvait distinguer le chargement. Il y avait des chevaux, des roues, des cris ; des fouets claquaient. Par degrés les linéaments se fixèrent, quoique noyés de ténèbres. C’était une voiture en effet, qui venait de tourner du boulevard sur la route et qui se dirigeait vers la barrière près de laquelle était Jean Valjean ; une deuxième, du même aspect, la suivit, puis une troisième, puis une quatrième ; sept chariots débouchèrent successivement, la tête des chevaux touchant l’arrière des voitures. Des silhouettes s’agitaient sur ces chariots, on voyait des étincelles dans le crépuscule comme s’il y avait des sabres nus, on entendait un cliquetis qui ressemblait à des chaînes remuées, cela avançait, les voix grossissaient, et c’était une chose formidable comme il en sort de la caverne des songes.
En approchant, cela prit forme, et s’ébaucha derrière les arbres avec le blêmissement de l’apparition ; la masse blanchit : le jour qui se levait peu à peu plaquait une lueur blafarde sur ce fourmillement à la fois sépulcral et vivant, les têtes de silhouettes devinrent des faces de cadavres, et voici ce que c’était :
Sept voitures marchaient à la file sur la route. Les six premières avaient une structure singulière. Elles ressemblaient à des haquets de tonneliers ; c’étaient des espèces de longues échelles posées sur deux roues et formant brancard à leur extrémité antérieure. Chaque haquet, disons mieux, chaque échelle était attelée de quatre chevaux bout à bout. Sur ces échelles étaient traînées d’étranges grappes d’hommes. Dans le peu de jour qu’il faisait, on ne voyait pas ces hommes, on les devinait. Vingt-quatre sur chaque voiture, douze de chaque côté, adossés les uns aux autres, faisant face aux passants, les jambes dans le vide, ces hommes cheminaient ainsi ; et ils avaient derrière le dos quelque chose qui sonnait et qui était une chaîne et au cou quelque chose qui brillait et qui était un carcan. (V. Hugo, Les Misérables, t. II, Gallimard, coll. « Folio », 1973, p. 504 et suiv.)

37L’énoncé statif « Cosette avait raison » est postposé à la description d’action (« Jean Valjean leva les yeux »), Jean Valjean confirmant par ce commentaire en forme de discours indirect libre (d’embryon de monologue intérieur) le discours direct précédent. On privilégie ici la saillance du personnage précédent, ainsi que la lecture au fil du texte, et l’on attribue dès lors le commentaire au personnage.

38Mais compte tenu de la mise en valeur de l’énoncé commentatif, formant un paragraphe à lui tout seul, compte tenu de son rôle dans la planification du texte, son rôle de transition l’amène à être antéposé par rapport au récit suivant : et là, l’énonciateur saillant paraît moins être Jean Valjean que le narrateur lui-même, par-dessus ses personnages, ce qui est caractéristique du style hugolien. Le texte focalise moins sur l’action que sur son mode narratif, moins sur l’événement, dramatique en lui-même, que sur son dévoilement, dramatisé au centuple.

39Ce n’est que par rapport à l’installation de Valjean comme centre du PDV qu’il est impossible de permuter « Jean Valjean leva les yeux. Cosette avait raison », dans la mesure où l’énoncé commentatif est la résultante de l’observation précédente. C’est le regard qui fonde la pertinence du commentaire. Mais l’ordre inverse est néanmoins acceptable :

(25) Cosette avait raison. Jean Valjean leva les yeux.

40L’antéposition de (25) fait passer dans l’Arrière-Plan du texte la saillance antérieure sur Jean Valjean, et concomitamment fait passer au premier plan celle du narrateur, qui prend en charge ce qui se revendique comme un morceau de bravoure focalisant d’abord sur les étapes d’un dévoilement progressif sur lequel se greffe, comme en pensée off, l’horreur de Cosette, et, surtout, l’effroi de Jean Valjean, qui ne sait que trop de quoi il est question.

41Ainsi la question de la place de l’énoncé statif vient-elle s’insérer dans la grande querelle de l’ODM : mais il ne s’agit pas de revenir à Lamy, à Condillac, à l’abbé Girard ou à l’abbé Batteux, pour donner la primeur aux sentiments et aux sensations par rapport aux pensées que défendaient Port-Royal, les encyclopédistes et Beauzée (Delesalle et Chevalier, 1986, p. 37-77 ; Pellerey, 1993). Il s’agit plutôt de prendre en considération le fait que les « lois du discours » règlent l’ODM selon des considérations énonciativo-pragmatiques.

  • 9 Ce précurseur de Bréal — qui décida de republier en 1869 la thèse de Weil, qui datait de 1844 — (v (...)
  • 10 Et qui ouvre aussi des pistes fructueuses pour penser le singulier dans le langage à partir de la (...)

42En d’autres termes, si ordre il y a, il ne vise pas à mimer le réel, de façon ontologique, mais à rendre sensibles et intelligibles les mécanismes foncièrement dialogiques de coconstruction des discours et à orienter, optimiser leur interprétation, dans et par l’organisation des discours, et selon un monisme qui refuse de considérer « l’arrangement des mots comme un travail accessoire qui ne se ferait qu’en dernier lieu, la pensée étant déjà tout à fait transformée en paroles » (Weil, 1879, p. 27). C’est pourquoi il nous plaît de terminer en faisant écho à l’approche de Weil9 qui — à partir de la conception de la phrase comme « drame syntaxique » organisé autour du verbe, en fonction de considérations communicatives qui préfigurent la problématique des relations entre thème et rhème —, met en relief de façon aussi prémonitoire que saisissante la dimension énonciative de l’ODM10, avant que Blinkenberg n’insiste sur les négociations entre « ordre grammatical » et « ordre psychologique » :

  • 11 Dans cette citation, les italiques sont de nous.

Il y a dans la proposition deux mouvements différents : un mouvement objectif, qui est exprimé par les rapports syntaxiques ; un mouvement subjectif, qui est exprimé par l’ordre des mots. On pourrait dire que la syntaxe est la chose principale, puisqu’elle réside dans les objets mêmes et qu’elle ne varie pas avec les points de vue du moment. Mais c’est précisément une raison pour attribuer la plus grande importance à la succession des mots. Car dans la parole, ce qu’il y a de plus essentiel, c’est le moment, le moment de la conception et de l’énonciation11. […] Ce moment fait l’individualité de la pensée et de la parole, et le cachet de l’individualité c’est l’ordre dans lequel les idées et les signes sont amenés. (Weil, 1879, p. 27)

Bibliographie

Références bibliographiques

Blinkenberg A., 1928-1933, L’Ordre des mots en français moderne, Copenhague, Høst & Søn (vol. I), Levin & Munksgaard (vol. II).

Delesalle S. et Chevalier J.-C., 1986, La Linguistique, la grammaire et l’école : 1750-1914, Paris, Armand Colin.

De Libera A., 1987, « Suppositio et inclusio dans les théories médiévales de la référence », dans L. Danon-Boileau et A. de Libera (dir.), La Référence, Paris, Ophrys, p. 9-34.

Détrie C. et Neveu F. (dir.), 2005, L’Idiolecte : du singulier dans le langage, Cahiers de praxématique, no°45.

Ducrot O., 1984, Le Dire et le dit, Paris, éditions de Minuit.

Genette G., 1976, Mimologiques, Paris, Seuil.

Kerbrat-Orecchioni C., 1980, L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

Martin F., 2005, Les Prédicats d’état et d’achèvement en discours. Sémantique des prédicats évaluatifs et psychologiques, thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles.

Mœschler J. (dir.), 1998, Le Temps des événements : pragmatique de la référence temporelle, Paris, Kimé.

Pellerey R., 1993, La Théorie de la construction directe de la phrase. Analyse de la formation d’une idéologie linguistique, Paris, Larousse.

Rabatel A., 1998, La Construction textuelle du point de vue, Lausanne/Paris, Delachaux et Niestlé.

—, 2000, « Valeurs représentative et énonciative du “présentatif” c’est et marquage du point de vue », Langue française, no°128, p. 52-73.

—, 2003a, « Une lecture énonciative des hypothèses aspectuo-temporelles et commentatives dans les suites PS + IMP : point de vue du locuteur ou de l’énonciateur ? », Journal of French Language Studies, no°13, fasc. 3, p. 363-379.

—, 2003b, « Le dialogisme du point de vue dans les comptes rendus de perception », Cahiers de praxématique, no°41, p. 131-156.

—, 2005b « Idiolecte et représentation du discours de l’autre dans le discours d’ego », Cahiers de praxématique, no°44, p. 96-113.

—, 2005a, « La part de l’énonciateur dans la construction interactionnelle des points de vue », Marges linguistiques, no°9, p. 115-136, en ligne sur : <http://www.revue-texto.net>.

Seguin J.-P., 1993, L’Invention de la phrase au xviiie siècle, Louvain-la-Neuve, Peeters.

Weil H., 1879 [1844], De l’ordre des mots dans les langues anciennes comparées aux langues modernes : questions de grammaire générale, Paris, Vieweg.

Notes

1 Entre la structure cognitive abstraite du PDV représenté et ses manifestations linguistico-discursives, il existe un lien avec la problématique de l’ODM, que je n’ai abordé en 1998 que sur le plan cognitif/interprétatif, en insistant sur le fait que le repérage du PDV était facilité ou compliqué selon l’ordre et/ou l’ellipse des constituants, à l’instar de ce qui se passe avec les descriptions par ancrage initial du thème-titre, plus aisées à décoder que celles qui reportent l’expression du thème-titre après l’aspectualisation des parties (c’est typiquement le cas de la devinette), Rabatel (1998, p. 78). Pour le reste, il m’est arrivé dans des publications antérieures d’évoquer cursivement la problématique de l’ODM, notamment à propos de l’ordre temporel (Rabatel, 2003a).

2 Ou représentent, d’où l’expression de PDV représenté.

3 Cette analyse, en appui sur Ducrot (1984), repose sur la disjonction locuteur (actualisation déictique/repérages anaphoriques) et énonciateur (actualisation modale). Voir Rabatel (2005a).

4 Il est possible que hors contexte, le passé simple passe moins bien que l’imparfait « examinait ». L’imparfait confirme que l’auscultation, déjà amorcée dans les énoncés statifs antéposés, se poursuit. Le passé simple marque cette signification, tout en soulignant que l’auscultation passe à une nouvelle étape, en se faisant plus attentive pour interpréter les signes au-delà des signes apparents.

5 Cet effet repose également, il faut le souligner, sur l’aptitude du passé simple à exprimer des états de conscience, qui ne sont donc pas réservés aux seules formes de second plan (même si ces dernières les expriment plus nettement).

6 Il y a toutefois lieu de maintenir la distinction entre Explication et Arrière-Plan à dimension explicative, en fonction des différences temporelles entre Explication et Arrière-Plan : en effet, selon la Segmented Discourse Representation Theory, l’Explication relève d’une éventualité qui existe avant l’éventualité résultative (et pas pendant son déroulement) tandis que l’éventualité d’Arrière-Plan existe avant et pendant l’éventualité résultative, comme dans : Pierre a la tuberculose. Il avait mal au poumon (Arrière-Plan) : Pierre a mal au poumon avant le diagnostic, et après vs Pierre a la peau brûlée. Il s’était longtemps exposé au soleil (Explication) : l’exposition au soleil est antérieure au coup de soleil, mais ne dure pas.

7 Cette logique rejoint partiellement la question de la dimension mimologique de l’ODM : voir Genette (1976, p. 183-226).

8 Relations sémantiques intraphrastiques et relations discursives, ces deux niveaux affectant la mise en narration et rejaillissant sur l’interprétation du texte.

9 Ce précurseur de Bréal — qui décida de republier en 1869 la thèse de Weil, qui datait de 1844 — (voir Delesalle et Chevalier, 1986, p. 70-73 et 179-193), et, plus encore, de Bally, de Benveniste et de l’ensemble du paradigme énonciatif (ibid., p. 181 et 192).

10 Et qui ouvre aussi des pistes fructueuses pour penser le singulier dans le langage à partir de la problématique de l’ODM, qui correspond à un des niveaux susceptibles de rendre compte des processus d’idiolectalisation (Détrie et Neveu, 2005 ; Rabatel, 2005b).

11 Dans cette citation, les italiques sont de nous.

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search