Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

III. Genèse textuelle : variantes et variations

Textualité et linéarisation du sens1

Régis Missire et Christophe Gérard

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend des éléments d’analyse que chacun des auteurs a mis différemment en perspective (...)

1Nous nous sommes demandés si le libellé de la problématique qui nous occupe comportait une ellipse : faut-il surtout entendre « L’ordre des mots (dans la phrase) à la lecture des textes » ? On peut en convenir, conformément à l’usage, et ainsi adopter un point de vue qui, par rapport à un ordre normé, cherchera à éclairer divers gestes énonciatifs éventuellement révélateurs d’un style, voire d’un genre, quand l’étude opère sur un corpus défini. Au sein d’une sémantique des textes, l’ordre des mots jouit cependant d’une compréhension élargie au-delà de la phrase. Situé sur le plan du signifiant et au même titre que l’accentuation prosodique ou la ponctuation, il se conçoit comme une condition de l’organisation séquentielle du sens et de sa perception linéaire. La textualité des arts du langage, envisagée sous cet angle, se révèle alors constituée de phénomènes caractéristiques (effets de chiasme, de rythme, de diffusion ou encore d’intensification), auxquels donne accès une conception morphosémantique du texte.

La description morphosémantique

  • 2 Citons J.-M. Adam (1999, p. 38-39, nous soulignons) : « La linguistique textuelle a pour objet la t (...)

2D’inspiration gestaltiste et mise en œuvre par une sémantique interprétative (Rastier, 2001 et 2003), cette conception du texte pose que la constitution du sens est avant tout affaire de perception de formes (décrites comme des groupements structurés de traits sémantiques) et de fonds (décrits comme des isotopies génériques ou spécifiques) immédiatement sémantiques. Dès lors, le texte ne se définit plus seulement comme le produit d’une composition d’unités élémentaires (propositions) nécessairement localisables et identifiables par des procédures d’analyse grammaticale (segmentation, commutation)2. À la différence en effet de la manifestation discrète des unités compositionnelles, la localisation spatio-temporelle des formes sémantiques doit être problématisée car elles n’ont pas de manifestation lexicale privilégiée. Plus généralement, une forme varie dans le temps de l’énonciation et de l’interprétation et ses façons d’évoluer sont fonction des déterminations contextuelles (les variations d’un thème en sont un exemple connu).

  • 3 Dans ce vers, le troupeau des ponts bêle ce matin (Apollinaire, « Zone »), « troupeau » est compris (...)

3La description morphosémantique a pour tâche de rendre compte des liens entre formes, entre fonds ainsi que des rapports formes/fonds. L’étude de ces rapports permet de reconsidérer divers phénomènes textuels et intertextuels. Définitoires, le caractère transposable des formes, ou transposabilité, et la fonction d’unification (contextualisante) des fonds invitent notamment à revisiter le problème de la traduction ou encore les sortes d’hypertextualité (la parodie, le pastiche, etc.). Au palier de la phrase ou de la période, en régime métaphorique, la restitution d’un terme in absentia réalise la transposition d’une forme d’un fond sur un autre3. À l’inverse, la rareté et/ou le jeu des fonds peut contrarier la stabilisation locale des formes (et constituer ainsi un ressort de l’obscurité poétique ; Gérard, 2005). Au palier du texte, le caractère esthétique peut faire l’objet d’une explicitation, comme pour ce haïku de Bashô (1644-1694),

Un éclair
Dans l’obscurité éclate
Le cri d’un héron

4où la perception sémantique reconnaît une même forme {/processus/, /intensité/, /ponctuel/, /dissipatif/} dans sa lexicalisation par chacun des sémèmes ‘éclair’, ‘éclate’ et ‘cri’.

  • 4 Gracq, Lettrine 2, Paris, Corti, 1974.

5Appliquée à la linéarité du texte, la description morphosémantique s’affronte au problème particulier de la structuration du successif au plan du signifié. Concept clé en la matière, la forme tactique fonde notamment l’analyse de rythmes sémantiques. On peut la définir, en première approximation, comme une structure linéaire ordonnée de grandeurs sémantiques. Par exemple, dans cette alternative de Gracq : « Écrivain ou plumitif, percheron ou pur sang »4, on identifiera deux formes tactiques, en fonction des isotopies : [aabb], pour /humain/ et /animal/, [abba] pour la catégorie de l’évaluation articulée en /mélioratif/ et /péjoratif/. Les études de cas proposées, dont nous ressaisissons en conclusion les principes et la portée, élargissent ce propos. Elles suivent une présentation qui procède du palier de la phrase (Char, Racine) à celui du texte (Proust, Macé).

Saillance relative de formes tactiques

  • 5 En psychologie de la perception, on appelle multistabilité perceptive le fait qu’un stimulus puisse (...)

6Avant même d’envisager une significativité propre de ces formes tactiques, on doit s’interroger sur les conditions de leur reconnaissance : toute forme tactique ne s’impose en effet pas de manière égale dans la perception sémantique. Le découpage en constituants, les opérations de thématisation, de focalisation, apparaissent comme autant de modulations sur la saillance d’une forme tactique dans le champ perceptif. Cette modulation s’apprécie tout particulièrement dans les cas où une ordination d’unités sémantiques peut donner lieu à des découpages alternatifs de formes tactiques, à l’image des stimuli multistables dans la perception visuelle5. Pour illustrer ce point, considérons la première proposition de « Lutteurs » (René Char) :

  • 6 Nous soulignons.

Dans le ciel des hommes, le pain des étoiles me sembla ténébreux et durci6, mais dans leurs mains étroites je lus la joute de ces étoiles en invitant d’autres : émigrantes du pont encore rêveuses ; j’en recueillis la sueur dorée et par moi la terre cessa de mourir.

7Par rapport aux dimensions // céleste // (a) et // terrestre // (b), et si l’on s’en tient à la simple linéarisation des unités sémantiques sur l’axe syntagmatique, on obtient la suite [abbaab], dans laquelle il est possible d’identifier deux chiasmes imbriqués : [ab(ba]ab). Si l’on convient de distinguer ici trois zones actancielles : locative, nominative et attributive, c’est à la faveur de leur mise en relation deux à deux (c’est-à-dire nominatif/attributif ou locatif/nominatif) que l’un des deux chiasmes acquerra éventuellement une prégnance supérieure. Si l’on privilégie la solidarité (logique) de la relation nominatif/attributif on décidera alors de favoriser [baab] :

Figure 1a : Premier chiasme.

  • 7 Il faudrait ajouter que « ténébreux » et « durci » ne sont pas marqués par la catégorie // céleste (...)

8Mais d’autres facteurs contribuent à l’inverse au soulignement de la relation locatif/nominatif : notamment, la répétition d’une même structure linguistique le N1 de N2 crée un effet d’écho sur le fond duquel l’inégalité [abba] sera favorisée ; de plus, l’interprétation étant un processus orienté, on peut raisonnablement poser que la reconnaissance de cette forme, identifiée en premier, inhibe à un certain degré la perception de [baab], la section [ba] étant prioritairement perçue comme fermante plutôt qu’ouvrante7 :

Figure 1b : Second chiasme.

9Pour les raisons avancées, on privilégiera cette dernière possibilité en considérant que la forme tactique [abba] revêt une prégnance supérieure à [baab].

  • 8 Il importe de distinguer dans les métaphores au génitif celles où la connexion se fait entre N1 et (...)

10Indépendamment, l’étude de l’activité sémantique au sein des deux premiers syntagmes confirme ce diagnostic. S’agissant des relations de dominance entre les valeurs // céleste // et // terrestre //, on remarque en effet que la structure le N1 de N2 fonctionne de manière inverse dans S1 (« le ciel des hommes ») et S2 (« le pain des étoiles ») : dans S1, on a affaire à une structure génitive classique, ‘des hommes’ venant déterminer ‘ ciel’, ce dernier étant le thème du syntagme. On dira alors que N1 (// céleste //) domine N2 (// terrestre //). S2 fonctionne en revanche comme une métaphore au génitif, et plus précisément comme ce que Hugo Friedrich appelle une « métaphore du génitif prédicatif », où N1 et N2 sont en connexion métaphorique8. /doré/ paraît un sème spécifique commun à ‘étoile’ et ‘pain’, ce que confirme indirectement ‘ ténébreux’, et directement la suite du texte (« j’en recueillis la sueur dorée et par moi la terre cessa de mourir »). Il apparaît alors que, contrairement à S1, c’est ici le sème dimensionnel de N2 (// céleste //) qui est dominant, car dans ce type de structure N2 est comparé et N1 comparant. Si l’on convient de représenter par une majuscule la valeur dominante et une minuscule la valeur dominée, on aurait pour la séquence étudiée : [AbbA-AB], où se confirme la prégnance supérieure du premier chiasme par rapport au second.

  • 9 Ici, l’allotopie des sèmes inhérents /lumière/ vs /obscurité/ sert d’interprétant pour l’afférence (...)

11Quant à la relation entre les zones nominative et attributive, elle repose davantage sur les relations entre sèmes spécifiques, qui se disposent également selon une forme remarquable : /tendre/ /lumière/ /obscurité/ /dur/9. On a ici une forme de contrepoint sémantique puisqu’à la disposition en chiasme des deux catégories /lumière-obscurité/ et /tendre-dur/ correspond une ordination « plate » [aabb] sur la catégorie thymique. Au total pour les catégories envisagées :

Signifiant textuel

le ciel des hommes

le pain des étoiles

ténébreux et durci

Zones actancielles

locatif

nominatif

attributif

/céleste/ vs /terrestre/

[a b

b a]

[b a

a b]

tendre/ vs /dur/(a)
/lumière/ vs /obscurité/(b)

[a b

b a]

/euphorie/ vs /dysphorie/

[a a

b b]

12Pour les dimensions /céleste/ vs /terrestre/, la répartition est donc de la forme [abba]-[ab], la deuxième forme faisant écho à la première. Peut-être serait-il possible d’appliquer sur le plan du signifié le concept stylistique de cadence pour rendre compte de certaines relations entre formes au sein d’une même période. Dans le cas présent, on aurait alors une cadence mineure.

13Si un enjeu narratif majeur de « Lutteurs » est la liquidation du « manque » initial par l’énonciateur représenté qui assure la transformation de la forme {/dur/, /obscur/, /dysphorique/} en {/fluide/, /lumineux/, /euphorique/}, on remarquera que l’ensemble des valeurs prises par chaque catégorie est présent dès la première proposition du texte, la centralité du syntagme « pain des étoiles » étant redoublée par sa position à l’intersection de deux formes chiasmatiques, section fermante pour les dimensions « cosmologiques », ouvrante pour les sèmes spécifiques.

14Ainsi, pour ne pas nécessairement coïncider avec les frontières actancielles, les formes tactiques en restent dépendantes à proportion de ce que leur perception au palier phrastique est partiellement conditionnée par celles-là.

Forme tactique et scansion sémiotique

  • 10 Ces phénomènes syntagmatiques sont du reste à corréler à l’ordre paradigmatique et à la question de (...)

15Précisons pourquoi les conditions de perception d’une forme tactique ne se limitent pas à des paramètres relevant du seul plan du signifié. Il semble en effet que l’on ne puisse trouver le principe de leur formation qu’en élargissant la perspective du plan sémantique au plan sémiotique en reconnaissant le caractère déterminant de facteurs relevant du plan du signifiant, notamment accentuels. S’agissant de la forme [abba], les exemples que nous avons pu rencontrer se signalent en effet tous par le fait que (i) l’étendue syllabique des zones [ab] et [ba] est identique ou similaire et (ii) la zone centrale [bb] se distribue systématiquement sur des groupes accentuels distincts, qu’ils soient intrasyntagmatiques (« Implacable ennemi des amoureuses lois » (Racine, infra) ; « l’immobile piétinement des mortelles statues » (Tardieu, Le Témoin invisible) ou intersyntagmatiques (« Ô fangeuse grandeur ! sublime ignominie ! » (Baudelaire, Spleen et Idéal, XXIII) ; supra « Lutteurs » ; l’exemple de Gracq analysé par Rastier). Sans procéder à une tentante mais sans doute hâtive assimilation sème/accent, on soulignera cependant ce parallèle important que la fonction démarcative de l’accent en français, qu’il soit de durée ou d’intensité, correspond à une discrétisation de la chaîne linguistique quand le sème renvoie à une discrétisation de la substance du contenu10.

16Conditions linguistiques sur la perception de formes tactiques, ces corrélations peuvent faire l’objet d’élaboration à des fins esthétiques. Prenons-en pour exemple le vers 59 de Phèdre (c’est Théramène qui parle) :

58 Pourriez-vous n’être plus ce superbe Hippolyte,

59 Implacable ennemi des amoureuses lois,

60 Et d’un joug que Thésée a subi tant de fois ?

61 Vénus par votre orgueil si longtemps méprisée […]

  • 11 Cet exemple diffère cependant en complexité par rapport aux chiasmes déjà évoqués dans la mesure où (...)

17Les vers 58 et 60 sont des tétramètres réguliers (3-3-3-3), et le premier hémistiche du vers 59 fonctionne selon la même cellule de base (3-3). D’un point de vue accentuel, la singularité se situe sur le deuxième hémistiche du vers 59, où cette régularité est rompue. Or on observe sur ce vers la forme chiasmatique [abba] (avec a : /inexorable/ et b : /haine/ vs /amour/ articulant la catégorie des /passions concupiscibles/11). Comme la forme tactique n’est identifiée qu’avec l’apparition du dernier terme du vers, on constate une synchronisation d’un événement sémiotique localisé sur le deuxième hémistiche (nous marquons par une barre verticale le point singulier, ici l’absence de l’accent attendu) :

  • 12 « Superbe » signifie « orgueilleux » dans la langue classique.

18On sait que l’une des transformations thématiques opérées par Racine par rapport au texte d’Euripide est d’avoir mis Hippolyte sous le joug de la passion amoureuse. Or nous sommes à ce moment de la pièce dans la scène d’exposition. À notre avis, l’effet de cet événement sur les deux plans du texte est de souligner cette inversion thématique, et, de ce point de vue, le « superbe Hippolyte » du vers 58 renvoie à l’Hippolyte euripidien. Cette référence intertextuelle est en outre renforcée par la synonymie contextuelle entre « superbe »12, « implacable », et « orgueil » (v. 61) qui lexicalisent le thème de l’hybris.

Diffusion et sommation de formes

19Une forme sémantique peut recevoir une lexicalisation compacte ou diffuse, voire les deux dans un même passage. Dans ce dernier cas on parlera, en fonction de l’ordre de manifestation, de diffusion ou de sommation de la forme, cette dernière possibilité étant régulièrement associée à des effets de clausule. Considérons par exemple ce passage d’Albertine disparue :

  • 13 Proust, Albertine disparue, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », p. 225.

Après le déjeuner, quand je n’allais pas errer seul dans Venise, je montais me préparer dans ma chambre pour sortir avec ma mère et pour prendre des cahiers où je prendrais des notes, relatives à un travail que je faisais sur Ruskin. Au coup brusque des coudes du mur qui lui faisaient rentrer ses angles, je sentais les restrictions édictées par la mer, la parcimonie du sol. Et en descendant pour rejoindre ma mère qui m’attendait, à cette heure où à Combray il faisait si bon goûter le soleil tout proche dans l’obscurité conservée par les volets clos, ici du haut en bas de l’escalier de marbre dont on ne savait pas plus que dans une peinture de la Renaissance s’il était dressé dans un palais ou sur une galère, la même fraîcheur et le même sentiment de la splendeur du dehors étaient donnés grâce au velum qui se mouvait devant les fenêtres perpétuellement ouvertes, et par lesquelles, dans un incessant courant d’air, l’ombre tiède et le soleil verdâtre filaient comme sur une surface flottante et évoquaient le voisinage mobile, l’illumination, la miroitante instabilité du flot13.

  • 14 /lumineux/ : « soleil » (x 2), « splendeur », « illumination » ; /fluctuant/ : alternance « soleil  (...)

20Le constituant final « miroitante instabilité du flot » lexicalise de façon compacte et structurée les sèmes /lumineux/, /fluctuant/ et /liquide/, présents de manière diffuse dans le passage précédent14. Cette lexicalisation compacte est progressive puisque « voisinage mobile » et « illumination » densifient les isotopies et amorcent la sommation de la forme. Mais, à l’image de ce que nous avons essayé de montrer pour la perception des formes tactiques dans leur relation avec la discontinuation accentuelle du plan du signifiant, les phénomènes de diffusion/sommation sont d’autant plus saillants qu’ils sont appariés sur les deux plans du langage : dans le cas du passage de Proust, le rapport d’équivalence sémantique entre « le voisinage mobile » (a) et « l’illumination » (b) d’une part et « la miroitante instabilité du flot » (c) d’autre part se double en effet d’une équivalence temporelle due à l’identité syllabique (11 syllabes pour (a) et (b) et pour (c)) ; mais sur le fond de cette isochronie s’observe également une intensification prosodique liée à la présence massive de [i] dans (a) et (b) et de l’alvéo-dentale dans (c) : En convenant de neutraliser l’opposition sourd/sonore, on relève en effet une répétition de [t/d] sur les positions 4, 5, 6, 9, 10 de (c).

21On pourrait représenter ainsi cet appariement de formes sémantiques et expressives, en soulignant que la sommation de formes sur le plan du signifié est tout autant une condition de perception de l’intensification prosodique :

Figure 2 : Appariement formes sémantiques / formes expressives.

22Ce passage de Proust nous a permis d’illustrer une linéarisation de forme. Envisageons maintenant un cas remarquable de linéarisation de fond sémantique.

Une intensification périodique

23Défini comme l’effet d’une récurrence d’au moins deux sèmes (Rastier, 2001, p. 299), le concept d’isotopie comprend un mode de la répétition qui n’implique aucune périodicité, qui, elle, repose en l’espèce : 1) sur une récurrence suffisante de sèmes ; 2) sur une force extérieure qui détermine des intervalles réguliers entre les sémèmes par lesquels passe l’isotopie. Le problème n’est alors pas de mesurer l’intervalle mais de reconnaître ce qui en donne(rait) la mesure. Par leur régularité et/ou leur symétrie, l’énumération, les parallélismes ou encore l’isosyllabisme sont à compter au nombre des facteurs de périodicité sémantique forte. Sur ces bases, plusieurs configurations sont imaginables :

Cas 1 – Périodicité

Cas 2 – Crescendo

Cas 3 – Decrescendo

  • 15 À l’écrit, la dimension médiatique du texte est à la fois informée par sa bidimensionnalité et dyna (...)
  • 16 G. Macé, La Mémoire aime chasser dans le noir, Paris, Gallimard, 1993.

24Nous proposons d’étudier un quatrième cas qui engage la disposition médiatique15. Soit une description des isotopies génériques dans le poème « Le vent est à la prose » de Gérard Macé16 (pour l’isotopie de la poésie, nous marquons en gras le lieu des sèmes inhérents et en italiques celui des afférences) :

Esprits frappeurs habitués aux mauvais rêves, de quel peuple élu sommes-nous les mauvais anges ou les singes, avec nos horoscopes et nos blasphèmes, et nos déménagements dans l’au-delà pour échapper à la peur ?
La vérité au fond du puits nous vaticinons dans le vide et dansons autour des voyelles, jusqu’à tomber comme des mouches qui se prenaient pour des derviches. Culbutés du même coup les saints qui lévitaient en rêvant de marcher sur les eaux, et l’angelot qui se présentait à la porte accompagné de son faux frère.
Des siècles d’arrogance pour finir comme des porcs, avec des oreilles absolument modernes et sourdes absolument : plus besoin de chanter le ricanement suffit, car le vent est à la prose et nous sommes guéris de l’Orient. Dans un dernier effort nous chasserons l’été comme on chassait les mouches, et le serpent qui s’enroule dans le nom de la poésie aura l’éternité pour digérer ses proies : la grenouille aussi grosse que le bœuf, l’albatros et le coq de combat, le dragon ailé que poussent les nuages…
Quel nord retrouver sans l’aiguille aimantée de la rime, sans le chant blessé de la colombe et l’amble du cheval ? Des onomatopées, des cavalcades plein la tête à la place du mètre régulier qui nous semble aujourd’hui un travail de galérien, nous commençons à regretter le chant des sirènes, et même celui des esclaves qui avaient plus de sens que des mots sans mémoire.
Pour conjurer la grande peur de l’an mil dont c’est bientôt l’anniversaire, nous réciterons des vers afin de voir Ulysse encore une fois se lever de son lit, et de la rive où nous sommes nous regarderons passer l’infirme qui volait, quand la poésie descendait les fleuves à coups de nevermore, avant de se jeter dans la mer comme on s’épanche dans la prose.

  • 17 Les réécritures sont parfois indécidables. Le Robert définit ainsi « amble » : « Allure d’un quadru (...)
  • 18 Si l’établissement non détaillé des isotopies génériques peut parfaitement convenir à certaines tâc (...)
  • 19 Notons que le mode interprétatif est corrélé avec la densité des fonds sémantiques, leur rareté cor (...)

25Deux isotopies correspondent aux dimensions // mort // et // animal //, quatre renvoient à des domaines sémantiques, à savoir // religion //, // navigation //, // sciences occultes // et // poésie // qui, en tant qu’isotopie comparée, identifie la nature métapoétique de ce texte. D’autres inégalités qualitatives discriminent encore ces isotopies selon l’activité sémantique qui les affecte (notamment le statut inhérent/afférent des sèmes et les réécritures qu’elles accueillent)17 mais aussi par sa distribution dans le texte. L’analyse, que nous ne détaillons pas davantage ici, permet de comparer la densité des fonds sémantiques18 et, corrélativement, d’objectiver les qualités thématiques du texte19 :

Isotopie

Poésie

Religion

Navigation

Occulte

Densité du fond

Forte

forte

moyenne

Très faible

Qualité du thème

Explicite

Explicite

Implicite

+ implicite

26Au titre de sa seule densité, un fond sémantique n’est bien évidemment affecté d’aucune temporalité. La densité d’un fond est toutefois une qualité susceptible d’être projetée sur la linéarité du texte. La description prend alors pour objet la dynamique de raréfaction/de densification du fond étudié. Mais un fond sémantique rare et sans dynamique remarquable, s’il est par exemple localisé au sein d’une période (au sens rhétorique), peut très bien se présenter d’une façon régulière (cas 1), ou selon une progression régulière (cas 2 ou 3). Enfin, à certaines conditions, une densification de fond peut se produire selon une certaine périodicité. C’est le cas dans ce poème.

  • 20 Dans le premier alinéa « nous » se réécrit par « poète » sur l’isotopie de l’écriture, par « impies (...)

27Un parcours linéaire du texte montre comment la génération de l’isotopie de la poésie conditionne un parcours de lecture. Le titre amorce une présomption d’isotopie (‘prose’) qui n’est pas immédiatement relayée par le texte où les deux premiers aliénas entretiennent une relative confusion thématique. Ce n’est qu’au troisième paragraphe que cette isotopie commence à se manifester par des traits afférents et surtout inhérents. On relève ainsi sur l’ensemble du texte sept actualisations par inhérence du trait /poésie/ : « prose » (x 2), « poésie » (x 2), « rime », « mètre régulier », « vers ». Cette présence de la poésie correspond, à un autre niveau d’analyse, à une explicitation thématique croissante (ou une énigmatisation décroissante…), qui convainc de restituer la cohérence thématique des premiers alinéas au moyen de réécritures et d’afférences contextuelles20. La distribution des sémèmes est la suivante :

Alinéa

Sémèmes

1

––

2

––

3

‘prose’

4

‘poésie’

5

‘rime’, ‘mètre régulier’

6

‘vers’, ‘poésie’, ‘prose’

Distribution des sémèmes actualisant le trait /poésie/ par inhérence.

28Caractéristique des poèmes en prose de Macé, l’alinéa donne ici la mesure périodique d’une densification de fond qui, en tant que telle, connaît un mouvement — en l’occurrence une intensification — qui ne confond pas avec la modification du tempo, à la différence des cas 2 et 3. Le tissu esthétique du texte apparaît ainsi traversé par un type de rythme sémantique.

Sémantique des textes et arts du langage

29Mettons nos analyses en perspective et soulignons leur inscription au sein d’une linguistique du texte, littéraire en particulier.

Principes de la description linéaire du sens

  • 21 On conçoit que le sens résulte de parcours entre signifiés médiés par des interprétants qui, par dé (...)

30Lors de la lecture, l’ordre des mots intervient comme une contrainte de structuration au palier phrastique. Interrogé en permanence par les parcours interprétatifs, pour lesquels il est un point d’entrée, il a ainsi valeur d’interprétant21. La portée illustrative de nos exemples se situe à un autre niveau, là où il ne serait finalement question que d’ordination textuelle de lexies si les phénomènes décrits ne devaient leur identité à des facteurs supplémentaires. L’exemple de « Lutteurs » est très éclairant à cet égard : alors que l’ordination des lexies autorise seulement à retenir la suite [abbaab], d’autres facteurs interagissent (relation locatif/nominatif, structure le N1 de N2, caractère fermant de la section [ba]) pour favoriser une saillance de la forme tactique [abba] contre un groupement du type [baab].

31Plus généralement, chaque description assume deux principes de nature distincte :

  1. Alors que le sens textuel se constitue entre les mots, ces derniers demeurent porteurs du sens qu’ils contextualisent.

  2. La succession des signifiés accueille une structuration que conditionnent d’une part leurs relations de proche en proche, d’autre part l’interaction entre leur succession, prise dans sa globalité, et d’autres facteurs non sémantiques.

32Le premier principe est nécessaire pour légitimer une description de l’organisation séquentielle du sens. Quant au second, il prévoit tant une singularité propre du phénomène décrit en une localité du texte, que la possibilité de reconnaître des types de configurations sémantiques linéaires (si dans « Lutteurs » on retient une sorte de chiasme, un effet de contrepoint, voire un effet de cadence, tous sont observables ailleurs dans d’autres textes).

Multilinéarité du texte et appariements sémiotiques

33Ce second principe signale la nature sémiotique de toute description linéaire du sens. En particulier, parmi les textes étudiés, trois se distinguent par des interactions remarquables entre le plan du signifié et celui du signifiant : dans « Le vent est à la prose » la disposition médiatique (alinéas) temporalise l’isotopie de la poésie, dans le passage de Phèdre ce sont une irrégularité accentuelle et une inégalité sémantique qui font événement, dans Albertine disparue la sommation de forme paraît cadencée par la syllabation. Conçus comme des moments textuels pris dans un cours d’action, ces sortes d’appariements imprévisibles entre les plans du signifiant et du signifié ont souvent une valeur singularisante pour le texte lu ; leur description sert ainsi la caractérisation linguistique des textes.

  • 22 De même que les effets rythmiques débordent le canon métrique (Dessons et Meschonnic, 1998), ils in (...)
  • 23 Ce qui signifie que la constitution des relations entre signifiants d’une part, entre signifiés d’a (...)

34L’observation d’interactions locales entre plans est motivée par la reconnaissance théorique et pratique d’une multilinéarité du texte, c’est-à-dire par la prise en compte du fait que tout texte, à sa façon et de différentes manières à la fois, ponctue et module (au sens musical) sa dimension linéaire. Dans la description, tout spécialement, la reconnaissance d’une activité plurielle sur la linéarité du texte anticipe une complexité dont doivent rendre compte de manière conjointe sémantique des textes et théories du signifiant22. Parce qu’elle est gagée sur le principe d’une détermination réciproque entre les deux plans du texte (cf. l’exemple proustien sur la perception de l’intensification prosodique), ce genre de coordination méthodologique se soumet à l’épreuve de l’interprétation critique23, dont elle dépend en dernière analyse (en particulier pour la question de la significativité des structures et relations dégagées).

La piste de l’expérience esthétique

  • 24 Développé dans la seconde moitié du xixe siècle, le concept d’expérience poétique (W. Dilthey, Das (...)

35Tout ce qui précède indique des moyens et des objectifs pour une tâche de caractérisation linguistique des textes susceptible de s’affronter aux spécificités des arts du langage. Quand elle s’y applique, la description morphosémantique rencontre la question esthétique, évoquée ici à plusieurs reprises. Alors qu’elle n’entend pas revivifier les thèmes du « vécu poétique » et de la « tonalité »24, elle peut prétendre restituer les conditions d’une réception esthétique des textes par la médiation d’une analyse qui traduit les impressions convergentes d’une pluralité de lecteurs. Le concept de forme tactique, avec ses conditions de saillance, mais aussi ceux de forme (ainsi dans le haïku de Bashô) et de fond sémantiques paraissent à même de servir ce propos esthétique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam J.-M., 1999, Linguistique textuelle : des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

Dessons G. et Meschonnic H., 1998, Traité du rythme : des vers et des proses, Paris, Dunod.

Favriaud M., 2004, « Quelques éléments d’une théorie de la ponctuation blanche par la poésie contemporaine », L’Information grammaticale, no°102, p. 18-23.

Friedrich H., 1999, Structure de la poésie moderne, Paris, Hachette, coll. « Le Livre de poche ».

Gardes Tamine J., 2004, Pour une grammaire de l’écrit, Paris, Belin, coll. « Belin Sup-Lettres ».

Gérard C., 2005, Contribution à une sémantique interprétative des styles. Étude de deux œuvres de la modernité poétique : Jacques Dupin et Gérard Macé, Texto !, mars 2005 [en ligne]. Disponible sur <http://www.revue-texto.net/1996-2007/Inedits.html>.

—, 2007, « Sémantique et linéarité du texte. La place du rythme en sémantique des textes », dans M. Ballabriga, P. Mpondo-Dicka (dir.), Rythme, sens et textualité, Éditions universitaires du Sud, coll. « Champ du signe ». Texto ! [en ligne], mars 2006, vol. XI, no°1. Disponible sur <http://www.revue-texto.net/1996-2007/Inedits/Inedits.html>.

Missire R., 2007, « Rythmes sémantiques et temporalité des parcours interprétatifs », dans M. Ballabriga, P. Mpondo-Dicka (dir.), Rythme, sens et textualité, Éditions universitaires du Sud, coll. « Champ du signe ». Texto ! [en ligne], mars 2005, vol. X, no°1. Disponible sur <http://www.revue-texto.net/1996-2007/Inedits/Inedits.html>.

Rastier F., 1989, Sens et textualité, Paris, Hachette.

—, 2001, Arts et sciences du texte, Paris, Presses universitaires de France.

—, 2006, « Formes sémantiques et textualité », Langages, no°163, p. 99-114.

Stierle W., 2003, « L’interprétation comme troisième stade de la lecture », Versants, 44-45, p. 63-77.

Notes

1 Cet article reprend des éléments d’analyse que chacun des auteurs a mis différemment en perspective (Gérard, 2007, Missire, 2007).

2 Citons J.-M. Adam (1999, p. 38-39, nous soulignons) : « La linguistique textuelle a pour objet la théorisation des agencements de propositions et de paquets de propositions au sein de l’unité de haute complexité que constitue un texte. […] Au niveau 1, les opérations de segmentation de la (des) propositions(s) aboutissent à une unité typographique ou à une unité orale de composition textuelle qui correspond rarement à ce que nous appelons une phrase. Au niveau 2, des paquets de propositions (périodes et séquences) sont soulignés par la segmentation. Au niveau 3, enfin, la segmentation met en évidence des plans de textes et elle aboutit à l’unité langagière d’un tout verbal souvent pluri-sémiotique […] possédant un début et une fin péritextuellement déterminés. »

3 Dans ce vers, le troupeau des ponts bêle ce matin (Apollinaire, « Zone »), « troupeau » est compris comme « circulation automobile » qui réalise la transposition du groupement de traits /mobilité/, /lenteur/, /groupement/ et /péjoratif/ sur le fond // urbain //.

4 Gracq, Lettrine 2, Paris, Corti, 1974.

5 En psychologie de la perception, on appelle multistabilité perceptive le fait qu’un stimulus puisse faire l’objet de plusieurs percepts qui ne peuvent coïncider temporellement. Dans le domaine visuel, les illusions de la duègne-ingénue et du canard-lapin en sont des exemples connus. Nombre des expériences visuelles menées par les gestaltistes reposent sur de tels types de stimuli.

6 Nous soulignons.

7 Il faudrait ajouter que « ténébreux » et « durci » ne sont pas marqués par la catégorie // céleste // vs // terrestre // : ces sèmes y sont donc contextuellement afférents, alors qu’ils sont inhérents pour « ciel », « homme », « étoiles » et « pain ».

8 Il importe de distinguer dans les métaphores au génitif celles où la connexion se fait entre N1 et un terme non lexicalisé : par exemple « la ronde des étoiles » où « ronde » entre en connexion symbolique avec « mouvement » et celles où la relation s’établit entre N1 et N2 : par exemple « la cendre des étoiles » (Montale), « la paille de l’eau » (Éluard, exemples repris de Friedrich, 1999, p. 306).

9 Ici, l’allotopie des sèmes inhérents /lumière/ vs /obscurité/ sert d’interprétant pour l’afférence du sème /tendre/ dans « pain ».

10 Ces phénomènes syntagmatiques sont du reste à corréler à l’ordre paradigmatique et à la question de la discrétisation des unités linguistiques et de leurs classes de définition (par exemple la différence que font les grammairiens entre fonctions déterminative et discriminative de l’adjectif : un discours présidentiel vs un discours incompréhensible).

11 Cet exemple diffère cependant en complexité par rapport aux chiasmes déjà évoqués dans la mesure où la zone centrale de la forme tactique articule des valeurs opposées d’une même catégorie.

12 « Superbe » signifie « orgueilleux » dans la langue classique.

13 Proust, Albertine disparue, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », p. 225.

14 /lumineux/ : « soleil » (x 2), « splendeur », « illumination » ; /fluctuant/ : alternance « soleil » / « obscurité » et « soleil » / « ombre », « mouvait », « mobile » ; /liquide/ : « Venise », « mer », « galère », « courant », « verdâtre », « flottante », « flot ».

15 À l’écrit, la dimension médiatique du texte est à la fois informée par sa bidimensionnalité et dynamisée par la linéarité de la parole. Elle est le lieu de la mise en page et de la typographie en général.

16 G. Macé, La Mémoire aime chasser dans le noir, Paris, Gallimard, 1993.

17 Les réécritures sont parfois indécidables. Le Robert définit ainsi « amble » : « Allure d’un quadrupède […] qui se déplace en levant en même temps les deux jambes du même côté ». Dès lors plusieurs lectures sont recevables qui concernent des termes de versification, soit « rime », « mètre » et « vers ». Dans ce contexte, on préférera laisser ouverte la lecture de la métaphore en suspendant la réécriture de « allure » sur l’isotopie de la poésie.

18 Si l’établissement non détaillé des isotopies génériques peut parfaitement convenir à certaines tâches descriptives, d’autres tâches plus précises requièrent des critères spécifiques. Ainsi, « une isotopie est dite dense ou rare selon le nombre de ses sémèmes-occurrences dans une étendue de texte donnée, rapporté au nombre total de sémèmes qui constituent cette étendue » (Rastier, 1989, p. 178). Pour comparer entre elles des isotopies, il vaut mieux toutefois ressaisir l’opposition dense/rare comme une catégorie scalaire, selon un axe gradué à seuils, la densité se mesurant dès lors de très faible jusqu’à très forte. D’où une disparition du pôle « rare » au profit du seuil « faible/très faible ».

19 Notons que le mode interprétatif est corrélé avec la densité des fonds sémantiques, leur rareté correspondant, selon les passages, avec une augmentation de la difficulté interprétative.

20 Dans le premier alinéa « nous » se réécrit par « poète » sur l’isotopie de l’écriture, par « impies » sur celle de la religion et par « voyants » sur celle de l’occulte.

21 On conçoit que le sens résulte de parcours entre signifiés médiés par des interprétants qui, par définition, sont des entités transitoires. Le profil de l’interprétant syntaxique d’une sémantique des textes pourrait correspondre aux paramètres d’organisation de ce que J. Gardes Tamine (2004) appelle unité textuelle. Responsables de l’unité grammaticale des textes, ces paramètres intéressent le thème de l’ordre des mots qui apparaît soumis à des conditions syntaxiques, lexicales et textuelles bien précises.

22 De même que les effets rythmiques débordent le canon métrique (Dessons et Meschonnic, 1998), ils intéressent la ponctuation (Favriaud, 2004) comme les tensions ménagées par certaines mises en page.

23 Ce qui signifie que la constitution des relations entre signifiants d’une part, entre signifiés d’autre part, n’est libre qu’à la limite du contrôle d’un plan par l’autre. Ce pourquoi toute interprétation critique est fermante plutôt qu’accueillante (sur la place de la description linguistique dans la pratique interprétative, cf. Stierle, 2003).

24 Développé dans la seconde moitié du xixe siècle, le concept d’expérience poétique (W. Dilthey, Das Erlebnis und die Dichtung, 1905) s’applique alors spécialement à la poésie lyrique « vécue » selon un processus sans médiation, élaboré dans le souvenir. Emil Staiger (Grundbegriffe der Poetik, 1946) lui opposa le concept de Stimmung (encore nommé « tonalités affectives » (Heidegger), « atmosphère » (Baudelaire), etc.) tout aussi critiquable du point de vue de l’interprétation poétique.

Table des illustrations

Légende Figure 1a : Premier chiasme.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2565/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 1b : Second chiasme.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2565/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2565/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Figure 2 : Appariement formes sémantiques / formes expressives.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2565/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2565/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2565/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2565/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search