Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

III. Genèse textuelle : variantes et variations

Ponctuation et ordre des mots

Isabelle Serça

Texte intégral

Questions de cadrage

1Avant d’en venir au titre de cet article, quelques mots sont nécessaires sur les réglages à opérer pour appréhender cette question de l’ordre des mots : elle peut être en effet abordée à différents niveaux d’analyse, dans des cadrages plus ou moins larges.

2Nous ferons quant à nous la mise au point sur la phrase — objet de la syntaxe, voire de la stylistique. Un élargissement du champ mettrait l’accent, dans une perspective littéraire, sur l’ordre des séquences ou des scènes d’une œuvre. Un gros plan se focaliserait au contraire sur l’ordre des lettres — ou plus exactement des phonèmes — à l’intérieur d’un mot : la phonologie s’intéresse en effet non pas à l’ordre des mots, mais à l’ordre dans les mots, si l’on peut dire.

3Nous resterons dans ce plan moyen de la phrase pour mener nos analyses, mais nous reviendrons in fine sur le gros plan du phonologue et le plan d’ensemble du littéraire, comme nous y invite le titre du présent ouvrage : « L’ordre des mots à la lecture des textes ».

Ponctuation, ordre des mots et tradition rhétorique

4Le titre désigne clairement le biais choisi pour aborder cette question de l’ordre des mots : la ponctuation est en effet liée de façon nécessaire à l’ordre des mots dans le cadre de la phrase.

  • 1 La ponctuation intervient d’ailleurs dans la définition graphique de la phrase que donnent les gra (...)

5L’ordre des mots est un des deux critères que rencontre toute tentative de définition de cette entité finalement assez floue qu’est la phrase, à la frontière de la linguistique et de la rhétorique, le second étant la longueur de la phrase1. Or la ponctuation est liée de façon nécessaire à ces deux critères : comment ajouter un élément au sein du cadre phrastique, comment bouleverser l’ordre des mots, si ce n’est par la ponctuation ? De la simple virgule — si l’élément ajouté est court ou le déplacement anodin — aux signes de « ponctuation forte » comme les parenthèses ou le tiret double s’il s’agit d’ajouter un long fragment ou de l’insérer à un endroit où il n’est pas attendu, la ponctuation est le ciseau dont use l’écrivain pour modeler la phrase à son usage.

  • 2 L’expression est apparue au xviiie siècle, en 1746 selon le Dictionnaire historique de la langue f (...)

6Les mises en garde de la tradition rhétorique ont trait à ces deux critères — et tout particulièrement à celui qui nous intéresse ici. Cette question de l’« ordre des mots »2 est en effet un problème vieux comme le monde, qui a sans doute trait à rien de moins que les rapports entre langage et pensée ; elle fait l’objet de nombreuses recommandations aux auteurs. En témoigne ce conseil de Quintilien dans ce bréviaire incontournable qu’est l’Institution oratoire :

  • 3 « Quare nec sit tam longus ut eum prosequi non possit intentio, nec transiectione ultra modum hype (...)

Une phrase ne doit pas être si longue que l’attention ne puisse en suivre le cours, ni qu’une transposition par hyperbate n’en diffère outre mesure la conclusion3.

  • 4 « Alors qu’une phrase paraît finie, on y ajoute un mot ou un syntagme qui se trouve ainsi fortemen (...)
  • 5 Dumarsais (1988).

7Dans cette sorte de définition par la négative de ce que doit être une phrase, le terme d’« hyperbate » est à entendre dans son acception classique de « confusion, mélange de mots » et non dans son acception moderne4 : « c’est lorsque l’on s’écarte de l’ordre successif des mots, selon la construction simple », dit Dumarsais5.

  • 6 Les principales figures de construction (qui relèvent des figures de mots, par opposition aux trop (...)

8Cinq figures se rattachent à cette « figure de construction » qu’est l’hyperbate dans le traité de Dumarsais6 : ce sont la tmèse (un mot coupé en deux), l’anastrophe (renversement des mots), la synchyse (lorsque tout l’ordre de la construction est confondu), l’anacoluthe (quand ce qui suit n’est pas lié avec ce qui précède) et la parenthèse, définie comme suit : « un sens à part, inséré dans un autre dont il interrompt la suite. »

9Nicolas Beauzée reviendra sur ces définitions dans l’Encyclopédie. Distinguant l’inversion et l’hyperbate, il définit celle-ci comme « une interruption légère d’un sens total » ; il rejette alors la tmèse et l’anacoluthe pour ne retenir que trois espèces d’hyperbate : celle où l’interruption légère d’un sens total est causée par une petite inversion qui déroge à l’usage commun (c’est l’anastrophe) ; celle où cette interruption est causée par l’insertion de quelques mots entre deux corrélatifs (c’est la synchyse) et celle où l’interruption est causée par « l’insertion d’un petit sens détaché entre les parties d’un sens principal » — c’est la parenthèse.

  • 7 C’est ce que Nicolas Beauzée dit de l’« espèce d’hyperbate » qu’est la synchyse.
  • 8 Fontanier (1977, p. 386).

10Autant de figures à utiliser avec circonspection, car elles sont « plus proches du vice qu’une figure », comme il est dit dans l’Encyclopédie7. La tradition rhétorique fera ainsi toujours preuve de méfiance envers ces figures qui portent sur l’ordre des mots. Pour Pierre Fontanier, par exemple, les bonnes parenthèses seront celles qui sont « courtes, vives, rapides, […] passant en quelque sorte aussi vite que l’ombre d’un oiseau qui fuit dans l’espace entre le soleil et nos yeux »8.

11La norme est en effet cet « ordre successif », cette « construction simple » qu’évoque Dumarsais, autrement dit le fameux « ordre canonique » des mots. Chacun a sans doute en tête les préceptes d’Aristote dans la Rhétorique :

  • 9 Les phrases de Proust offrent maints exemples de ce type de construction.
  • 10 Aristote, Rhétorique, III, 5, 21 (1407b), Paris, Les Belles Lettres, 1973, p. 52-53. Ce terme de « (...)

Ce que l’on a écrit doit être facile à lire et à dire : c’est là une seule et même qualité ; elle ne se trouve pas dans les phrases ayant de nombreuses propositions conjointes9, ni dans celles qu’il n’est pas aisé de ponctuer, comme celles d’Héraclite. [Par suite] la phrase est obscure si, avant d’achever ce qu’on avait commencé, on veut intercaler dans la phrase plusieurs autres choses ; par exemple, « car j’avais le dessein, après lui avoir parlé, quand arriva ceci et cela et de telle façon, de partir », au lieu de : « car j’avais le dessein de partir après lui avoir parlé ; mais ensuite, il arriva ceci et cela et de telle façon10. »

12Le terme de « parenthèse » ou de « digression » n’apparaît pas dans la Rhétorique, mais on reconnaît bien la figure, même si elle n’est pas nommée, dans cette phrase « obscure » où l’on a « intercalé » des choses, bref, où l’on a bousculé l’ordre naturel des mots.

13Ce sont ces « transpositions par hyperbate », pour reprendre l’expression de Quintilien, que nous allons examiner dans les phrases proustiennes, tout particulièrement celles qui sont marquées par une ponctuation forte comme les parenthèses, sans négliger celles qui s’appuient sur une simple virgule ; même s’il est plus manifeste avec une ponctuation forte, il s’agit bien du même phénomène. Proust eût en effet fait figure de cancre au regard de la norme rhétorique et ses périodes sont de bons contre-exemples de la définition de Quintilien, tant elles présentent de nombreuses parenthèses.

  • 11 Pour reprendre l’expression de Sabine Pétillon (2003), qui englobe sous un même terme les parenthè (...)

14D’un point de vue linguistique en effet, la figure de la parenthèse est une sorte d’« ajout après coup » qu’insèrent au sein du cadre phrastique les « signes de décrochement typographique »11. Cet « ajoutage », pour reprendre un terme proustien, allonge la phrase et vient bousculer l’ordre des mots. Il peut prendre place au milieu de la phrase, à la fin ou au début.

Quelques transpositions par hyperbate chez Proust

« Ajoutage » au milieu

15Avec un « ajoutage » au milieu, on a le cas le plus courant, qui répond à la définition de la parenthèse. On aura alors « intercalé » un élément dans le cours de la phrase, retardant la clôture de celle-ci et contrevenant au principe d’Aristote comme dans la citation suivante :

  • 12 Les références à « Combray » renvoient à l’édition Flammarion dans la collection « GF », menée sou (...)

Le curé (excellent homme avec qui je regrette de ne pas avoir causé davantage, car s’il n’entendait rien aux arts, il connaissait beaucoup d’étymologies), habitué à donner aux visiteurs de marque des renseignements sur l’église (il avait même l’intention d’écrire un livre sur la paroisse de Combray), la fatiguait par des explications infinies et d’ailleurs toujours les mêmes12. (« Combray », p. 207)

16Les deux parenthèses, et tout particulièrement la seconde, qui est une phrase incidente, viennent « s’intercaler », pour reprendre le terme d’Aristote, dans la phrase d’accueil, au beau milieu de la triade S O V — plus précisément entre le sujet et le groupe verbal — et « en diffèrent [ainsi] outre mesure la conclusion », pour reprendre l’expression de Quintilien.

17Remarquons cependant que ces parenthèses ne font que s’insérer dans une suite d’éléments détachés qui ont tous trait à un seul thème, l’érudition du curé : SN apposé au sujet « le curé » (« excellent homme »), participe passé apposé au même terme (« habitué à ») et enfin la phrase incidente qui s’ouvre sur un anaphorique (« il avait même l’intention »).

18L’examen génétique montre que d’une version à l’autre, s’ajoutent les expansions, d’abord intégrées à la phrase initiale jusqu’à ce qu’elles prennent une telle ampleur que Proust se résout à les donner dans une nouvelle phrase, ajoutant encore une expansion au passage. Le texte est en effet différent sur la dactylographie :

En réalité les visites du curé ne faisaient pas à ma tante un aussi grand plaisir que le supposait Françoise et l’air de jubilation dont celle-ci croyait devoir pavoiser son visage chaque fois qu’elle avait à l’annoncer, ne répondait pas entièrement au sentiment de ma tante que le curé fatiguait un peu par les explications infinies qu’il lui donnait à propos de la moindre chose. Mais arrivant ainsi juste en même temps que celle d’Eulalie, la visite du curé lui devenait franchement désagréable. (Deuxième dactylographie, N.a.fr. 16 733)

19Proust a tout d’abord ajouté deux expansions au syntagme nominal « le curé » — un participe passé et une relative coordonnés par « et » :

[…] au sentiment de la malade que le curé habitué à donner aux visiteurs de marque des renseignements sur l’église et qui avait même l’intention d’écrire une histoire sur la paroisse de Combray fatiguait par des explications infinies […]. (Premières épreuves corrigées, collection Martin Bodmer, Fondation Bodmer, Genève)

  • 13 J’adopte un système de transcription très simplifié, comme suit :
    - les mots en italique désignent (...)

20Enfin, sur les secondes épreuves corrigées, Proust choisit de réunir ces expansions sur le curé dans une nouvelle phrase : il supprime la seconde relative (« et qui avait même »), qui devient une phrase incidente encadrée par des parenthèses typographiques, garde l’expansion du participe passé (« habitué à ») mais rajoute, immédiatement avant, une nouvelle expansion sous la forme d’un syntagme nominal (« excellent homme »), qui est apposé au même terme (« le curé »)13 :

[…] ne répondait pas entièrement au sentiment de la malade que le curé habitué | md Le curé (excellent homme avec qui je regrette de ne pas avoir causé davantage car s’il était dénué du sentiment des n’entendait rien aux arts, il connaissait beaucoup d’étymologies) habitué d’ailleurs || à donner aux visiteurs de marque des renseignements sur l’église et qui | mg (il || avait même l’intention d’écrire une histoire sur | md de || la paroisse de Combray | mg) la || fatiguait | mg ma tante || toujours par des explications infinies et d’ailleurs toujours les mêmes. Mais quand elle arrivait ainsi juste en même temps que celle d’Eulalie, la | mg sa || visite du curé devenait franchement désagréable à ma tante. (N.a.fr. 16 755)

21Les parenthèses typographiques délimitent — « endiguent » pourrait-on dire — le flot de ces trois fragments textuels détachés se rapportant au même syntagme nominal.

  • 14 Georges Molinié (1992) définit la période comme une « unité de développement thématique, pourvue d (...)

22Ainsi, si elle peut à bon droit recevoir l’appellation de « période », la phrase de Proust ne saurait correspondre au modèle de l’âge classique dont Bossuet serait le parangon. Le bel équilibre de la période classique offre un mouvement circulaire, fondé sur un schéma musical14. Au rebours de cette boucle que dessine la période, c’est la juxtaposition qui est la construction la plus fréquente chez Proust : les parenthèses ne sont qu’un des éléments, mais le plus manifeste, de ce mouvement d’accumulation parataxique. La phrase « procède », au sens étymologique du terme « avancer », selon son bourgeonnement intime, dirait Gracq.

23Cependant, si l’ajoutage au milieu de la phrase recule d’autant le point final, il ne contrevient pas tant au critère de l’ordre des mots qu’à celui de la longueur de la phrase. C’est le même effet que crée l’ajout par la fin, l’hyperbate au sens moderne.

« Ajoutage » à la fin et au début

24En effet, outre ce mouvement de prolifération qui tend à faire éclater son cadre, la structure linéaire de la phrase est menacée par deux mouvements contraires, les ajouts se faisant tantôt par la fin, tantôt par le début, créant une tension sur l’axe syntagmatique. Le rajout — ou l’ajout après coup — se rapproche de l’hyperbate, entendue ici dans le sens moderne de « perturbation [de l’ordre banal des mots] par rallonge ». L’ajout par l’amont — ou par l’avant — suit au contraire un mouvement d’anticipation, pour lequel nous proposons le néologisme de « probate », par symétrie avec l’« hyperbate » : la « probate » serait ainsi une « perturbation par anticipation ».

  • 15 Probaton, du verbe probaïno, existe bien en grec, mais au sens de « troupeau ». Probaton, c’est en (...)

25Il y aurait beaucoup à redire à ce néologisme : si l’on voulait forger un antonyme par symétrie, c’est le terme d’« hypobate » qui aurait été approprié. Mais le sens de « sous », « au-dessous » qu’a hypo- n’est pas indiqué ici. Hyper- dans « hyperbate » signifie plus « au-delà de » qu’« au-dessus ». L’hyperbate « va au-delà », d’où le sens de « transposer » et le terme de « transposition » qu’emploie Quintilien. « Catabate » aurait été possible, mais il aurait alors fallu créer un second néologisme — « anabate », sur le modèle de cataphore/anaphore15.

Hyperbate

  • 16 La parenthèse fermante peut coexister à côté du point final, contrairement au tiret fermant ; les (...)

26L’hyperbate ne fait qu’allonger la phrase, en repoussant sa fin. Elle peut être marquée par des parenthèses ou un tiret simple. La règle d’absorption qui régit les signes de ponctuation s’applique en effet au tiret double, mais non aux parenthèses16. L’hyperbate peut être aussi marquée par une virgule, comme dans la citation suivante où elle se fonde sur un mouvement de relance typiquement proustien :

Et après avoir repris quelque force, je revenais vers l’hôtel, vers l’hôtel où je savais qu’il était désormais impossible que, si longtemps dussé-je attendre, je retrouvasse ma grand-mère, ma grand-mère que j’avais retrouvée autrefois, le premier soir d’arrivée. (Sodome et Gomorrhe II, t. III, p. 169)

27L’examen génétique montre que Proust a repris la phrase pour l’allonger en ajoutant le dernier membre. La seconde reprise est due en effet à une correction autographe sur la dactylographie de Sodome et Gomorrhe : Proust a barré la fin de la phrase (donnée ici en italiques) et l’a remplacée par un ajout marginal — l’hyperbate qui figure sur le texte imprimé :

[…] je retrouvasse ma grand-mère, comme ce premier soir d’arrivée. (Dactylographie de Sodome et Gomorrhe, N.a.fr. 16 739)

  • 17 La Prisonnière, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, p. 577.

28La phrase se développe ainsi par scissiparité, si l’on peut dire ou, pour reprendre des termes proustiens, par « germination » et « efflorescence »17.

29Mais si l’hyperbate (au sens moderne) bouscule le cadre phrastique, elle n’introduit pas à proprement parler une perturbation de l’ordre banal des mots ; on n’a pas cette « interruption » du sens qu’évoque Beauzée pour définir l’hyperbate au sens classique. Il en va tout autrement pour la probate, perturbation de l’ordre banal des mots par l’avant, par anticipation.

Probate

30De façon générale, ce mouvement d’anticipation est très fréquent dans la phrase proustienne où l’on note de nombreux détachements, comme on peut le voir avec ces passages pris dans une page de Sodome et Gomorrhe :

Ces douleurs, si cruelles qu’elles fussent, je m’y attachais de toutes mes forces car je sentais bien que […]. Cette impression douloureuse et actuellement incompréhensible, je savais, non certes pas si j’en dégagerais un peu de vérité un jour, mais que si ce peu de vérité je pouvais jamais l’extraire, ce ne pourrait être que d’elle, si particulière, si spontanée […]. (Sodome et Gomorrhe II, t. III, p. 156)

31On voit bien comment le bouleversement de l’ordre habituel des mots se fait ici par l’amont, par le début, suivant l’appellation en usage pour ce type de détachement : « dislocation à gauche ».

32Cette perturbation de l’ordre des mots « par l’avant » peut aussi se lire dans les comparaisons et les appositions auxquelles on pourrait donner le nom d’« anticipées » : les deux termes se succèdent en effet dans l’ordre inverse de l’ordre habituel, le comparant précédant le comparé et l’apposition prenant place avant le terme recteur. Ainsi, dans la citation suivante, où le mouvement d’anticipation qui amène le comparant avant le comparé se retrouve dans la parenthèse elle-même, avec le pronom cataphorique « la » qui désigne « la purée » :

Je ne doute pas qu’alors — comme le désir de la remplacer par des pommes de terre béchamel finissait au bout de quelque temps par naître du plaisir même que lui causait le retour quotidien de la purée dont elle ne se « fatiguait » pas — elle ne tirât de l’accumulation des ces jours monotones auxquels elle tenait tant, l’attente d’un cataclysme domestique limité à la durée d’un moment mais qui la forcerait d’accomplir une fois pour toutes un de ces changements dont elle reconnaissait qu’ils lui seraient salutaires et auxquels elle ne pouvait d’elle-même se décider. (« Combray », p. 222)

33Dans la citation suivante, la place du participe passé apposé (« située »), lui-même suivi d’une parenthèse venant retarder l’apparition du terme recteur (« piscine »), rend la lecture malaisée :

Le cabinet de toilette de maman, festonné par le soleil, d’une blancheur éclatante et mauresque, avait l’air plongé au fond d’un puits, à cause des quatre murs en plâtras sur lesquels il donnait, tandis que tout en haut, dans le carré laissé vide, le ciel dont on voyait glisser, les uns par-dessus les autres, les flots moelleux et superposés, semblait (à cause du désir qu’on avait), située sur une terrasse (ou vue à l’envers dans quelque glace accrochée à la fenêtre), une piscine pleine d’une eau bleue, réservée aux ablutions. (Sodome et Gomorrhe II, t. III, p. 383)

34Ce phénomène est encore plus net dans la citation suivante, où l’on a à la fois une apposition « anticipée » et un détachement :

Rendues ridicules par une chasteté, un « platonisme » (auxquels en grand ambitieux il avait, dès l’âge du concours, sacrifié tout plaisir), par sa nullité intellectuelle surtout, ces alternances, M. de Vaugoubert les présentait pourtant. (Sodome et Gomorrhe I, t. III, p. 43)

  • 18 « [Les adverbes] sont toujours placés de la façon à la fois la plus laide, la plus inattendue, la (...)

35Il faut en effet attendre quasiment la fin de la phrase pour savoir sur quoi porte le participe passé apposé qui ouvre la phrase (« rendues »), dans la mesure où il est développé par trois compléments — le second étant de surcroît lui-même développé par une relative entre parenthèses. Le terme recteur de l’apposition, qui est ici l’objet du verbe, fait en outre l’objet d’un détachement, suivi d’une reprise anaphorique (« ces alternances, M. de Vaugoubert les présentait »). L’adverbe rejeté tout à la fin évoque irrésistiblement ces adverbes flaubertiens, toujours placés, selon Proust, « ailleurs qu’où ils l’eussent été par quelqu’un d’autre que Flaubert »18.

36De fait, la phrase a l’air d’être écrite « à l’envers ». Si l’on suit les conseils d’Aristote, on la remettra à l’endroit en suivant la construction simple, c’est-à-dire la construction linéaire :

[Sodome et Gomorrhe II, t. III, p. 43 « modifiée »] : *M. de Vaugoubert présentait pourtant ces alternances [mais elles étaient] rendues ridicules par une chasteté, un « platonisme » (auxquels en grand ambitieux il avait, dès l’âge du concours, sacrifié tout plaisir), par sa nullité intellectuelle surtout.

37Dans ce cas, il faut ajouter un fragment textuel, noté entre crochets ; ailleurs, il faudra faire deux phrases. Parfois, un simple déplacement suffira, comme dans la citation suivante :

Disons simplement pour l’instant, tandis qu’Albertine m’attend à Saint-Jean-de-la-Haise, que s’il y avait une chose que Morel mît au-dessus de la noblesse (et cela était en son principe assez noble, surtout de quelqu’un dont le plaisir était d’aller chercher des petites filles — « ni vu ni connu » — avec le chauffeur), c’était sa réputation artistique […]. (Sodome et Gomorrhe II, t. III, p. 399)

[Sodome et Gomorrhe II, p. 399 « modifiée »] : *Disons simplement pour l’instant, tandis qu’Albertine m’attend à Saint-Jean-de-la-Haise, que s’il y avait une chose que Morel mît au-dessus de la noblesse […], c’était sa réputation artistique […], et cela était en son principe assez noble, surtout de quelqu’un dont le plaisir était d’aller chercher des petites filles — « ni vu ni connu » — avec le chauffeur.

  • 19 Spitzer (1970, p. 407).

38Ainsi, si la période proustienne diffère notablement de la période classique, elle n’est pas pour autant semblable à d’autres phrases longues, voire plus longues comme la période simonienne ; celle-ci se déroule sans à-coups, sans que le mouvement d’expansion ne vienne butter sur un point final et sans que de quelconques perturbations s’y ressentent en tant que telles. Chez Claude Simon en effet, on navigue de proche en proche : le point final n’est plus un point de repère, il est définitivement perdu. Chez Proust au contraire, même si le cadre syntaxique est mis à mal, il résiste vaille que vaille ; les perturbations de l’ordre des mots s’y font d’autant plus sentir que ce cadre est toujours là : la phrase, qui ne cesse de différer le point final, est dans le même temps douloureusement tendue vers sa fin, vers ce point final qui ne cesse de se dérober avant de surgir enfin, « comme une délivrance », dit Leo Spitzer19.

39D’un point de vue linguistique, on voit bien avec ces citations « modifiées » comment la ponctuation permet de bouleverser cette « construction naturelle » que la tradition rhétorique pose en modèle. Dans sa grammaire, Pierre Le Goffic attire judicieusement l’attention du lecteur sur ce point en lui proposant de comparer deux versions présentant les mêmes mots, mais non la même phrase — l’une avec une parenthèse venant s’insérer dans une phrase qui devient de ce fait complexe, l’autre déplaçant l’élément entre parenthèses après cette phrase et créant ainsi deux phrases simples prenant place à la suite l’une de l’autre… et ne présentant donc plus les parenthèses typographiques :

  • 20 Le Goffic (1993, p. 69).

Comparez « Un jour (tu te rappelles ?), on en avait déjà parlé » et « Un jour, on en avait déjà parlé. Tu te rappelles ? »20.

  • 21 Bally (1965, p. 211).

40Du point de vue normatif d’Aristote au point de vue descriptif du grammairien, la ponctuation est le moyen de passer d’un ordre des mots virtuel canonique à un ordre des mots actualisé, autrement dit, de passer de la langue à la parole ou au discours : elle touche donc au style. Cette fonction, qui est déjà celle de la simple virgule, s’applique tout particulièrement à une ponctuation forte, permettant une transgression encore plus nette. Toute infraction à la règle doit être « excusée » pour reprendre le terme de Charles Bally21, et la ponctuation est un des moyens qu’offre la langue écrite pour excuser cette infraction à la « règle de l’ordre des mots ».

Ordre des mots, linéarité et littérature

41Il est temps de se demander pour conclure en quoi consiste exactement cette fameuse « règle de l’ordre des mots » : quel est en effet ce fameux ordre naturel que préconisent les rhéteurs si ce n’est l’ordre linéaire ? Ordo, ordinis a tout d’abord désigné comme terme technique l’ordre des fils dans la trame et, dans la langue commune, le rang, la rangée, l’alignement d’où, abstraitement, le bon arrangement, ou — ce qui nous intéresse ici — la succession, chronologique ou pas, des éléments d’un tout.

42« Succession » : l’un après l’autre ; on retrouve ici l’« ordre successif » des mots de Dumarsais. Nous sommes bien dans le domaine de la syntaxe, de la succession des éléments sur l’axe syntagmatique, à l’image de la succession des moments sur l’axe du temps. Bref, il s’agit d’une suite linéaire, et les signes de ponctuation sont alors dans cette perspective une tentative pour déjouer cette linéarité. Les parenthèses, par exemple, qui permettent des allées et venues sur l’axe syntagmatique, voire qui articulent ces allées et venues sur l’axe paradigmatique en permettant, si l’on peut dire, d’écrire sur plusieurs lignes, en sont un bon exemple. On citera ici quelques propos significatifs de Claude Simon, autre « auteur à parenthèses », qui partage avec Proust cette visée de « travailler sur plusieurs plans » :

  • 22 Entretien de Claude Simon avec Claude Sarraute lors de la sortie de La Route des Flandres (Le Mond (...)

Quand j’écris, je suis forcé de plier ce magma de sensations, de souvenirs, de pensées […] qu’il y a en moi simultanément […] il faut bien que je les aligne dans un ordre puisque l’écriture est linéaire : les peintres ont bien de la chance22 !

43L’aporie à laquelle se heurte toute expérience d’écriture, obligée d’emprunter une expression linéaire pour dire une réalité qui ne l’est pas, est un des points sur lesquels revient constamment Claude Simon :

  • 23 France culture, Les Mardis littéraires, Pascale Casanova, le mardi 12 juillet 2005 : rediffusion d (...)

Que nous le voulions ou non, étant donné que l’écriture est linéaire, nous sommes forcés de mettre une chose avant l’autre, de dire les choses les unes après les autres, par conséquent de donner une priorité à certaines choses par rapport à d’autres, alors que la photographie ou la peinture donnent tout en même temps23.

44« L’écriture est [en effet] linéaire » : nous retrouvons là l’autre bout de la chaîne que nous avons évoqué au tout début sur cette question de linéarité, ou d’ordre, comme on voudra ; en deçà de l’ordre des mots, il y a l’ordre dans les mots, le caractère linéaire du signe saussurien.

  • 24 Voir Sauzet (1999).
  • 25 « Fondamentalement la linéarité consiste dans l’utilisation du temps. On fait se suivre des caract (...)

45Sans entrer dans une analyse trop technique, il est intéressant de convoquer ici les études de phonologie sur cette question de la linéarité24. Du point de vue du phonologue, la linéarité est en effet une des caractéristiques fondamentales de la langue, mais il n’est pas sûr qu’il faille la présupposer en amont de la production25. En d’autres termes, si cette contrainte de la linéarité s’impose à la production du langage, elle n’est pas pour autant une « propriété nécessaire » du « savoir du locuteur ». Ainsi, l’enfant qui apprend à lire et à écrire n’apprend pas seulement à former des lettres, mais aussi la règle qui veut que ces lettres soient placées dans un ordre successif. « À gauche » veut dire « avant », « à droite » veut dire « après », voilà ce que l’enfant apprend aussi et en même temps. D’où l’image que propose Patrick Sauzet du papier blanc qui n’est jamais vraiment blanc, mais déjà ligné :

  • 26 Sauzet (1999, p. 7, Introduction).

[…] tous les systèmes d’écriture ont su impliciter [la linéarité], au point qu’il n’est plus de page blanche pour qui sait lire : toute page est réglée de lignes implicites qui portent ou attendent les signes26.

  • 27 Grésillon, Lebrave, Viollet (1990, p. 65).

46Il faudrait en effet affiner l’analyse en faisant une différence entre l’oral et l’écrit. Pour faire vite, si la langue est linéaire, elle l’est un peu moins, si l’on peut dire, à l’écrit qu’à l’oral : quand l’écrit se déploie dans les deux dimensions de l’espace de la page, l’oral se déroule sur une seule dimension — celle du temps. Comme le rappellent les généticiens, « l’écriture est inséparable de la notion d’espace graphique, et à ce titre elle est bi-dimensionnelle, ce qui l’oppose à la linéarité constitutive de l’oral »27. C’est d’ailleurs de ce caractère visuel de l’écrit que s’emparent les signes de ponctuation, quels qu’ils soient.

47L’ordre — au sens de l’alignement successif des éléments — est inéluctable. C’est ce sur quoi insiste Claude Simon :

  • 28 Entretien de Claude Simon avec Philippe Sollers à l’occasion de la sortie de son avant-dernier rom (...)

Vous savez, il y a cette réflexion de Tolstoï que j’ai citée dans mon discours de Stockholm : un homme […] perçoit couramment, sent et pense un nombre incalculable de choses à la fois. Là est le problème. Vous devez le connaître puisque vous écrivez. L’écriture ne peut présenter les choses que successivement et dans un certain ordre. Partant d’un même spectacle, selon que j’écris « le pont franchit la rivière » ou « la rivière passe le pont », mon lecteur ne verra pas la même image28.

48Au-delà de tel phénomène d’antéposition, d’hyperbate ou autre probate, l’ordre est un donné de la langue, c’est même ce qui constitue la syntaxe (son objet étant la disposition des mots sur l’axe syntagmatique), voire la morpho-phonologie (avec la disposition des morphèmes ou des phonèmes sur le même axe horizontal). Même si l’écrivain tente de bousculer ce fameux ordre naturel, le « désordre » ainsi créé sera toujours un « désordre ordonné », pour reprendre une expression de Rachid Boudjedra à propos de l’œuvre de Claude Simon. On est ainsi fondé à se demander pour finir si l’on ne pourrait pas définir le littéraire par l’instauration d’un ordre.

  • 29 Goux (1999).

49Ce qui nous est propre, comme le dit et le répète Claude Simon, c’est le simultané — la simultanéité de la perception, de la vision, des sensations ou des sentiments — autrement dit le non-linéaire. Loin d’être un donné de notre vie, l’ordre advient seulement dans le langage, et, à un autre niveau, dans la littérature. Sans doute faudrait-il alors relier cette construction d’un ordre à la fabrique du continu qu’évoque Jean-Paul Goux dans son bel essai : le discontinu est un donné, quand le continu est une œuvre29. L’ordre ne peut en effet advenir qu’avec la continuité, d’un point de vue littéraire comme d’un point de vue phonologique : le savoir linguistique du locuteur est discret, avant d’être convoqué dans la production qui crée du continu en roulant les phonèmes les uns sur les autres dans la chaîne parlée. Discret et non-linéaire en amont de la production, ce savoir linguistique devient continu et linéaire dans la mise en œuvre de la parole. De même, suivant le titre de l’essai de Jean-Paul Goux, La Fabrique du continu, la prose romanesque fabrique, tisse, crée du continu là où il n’y en avait pas — qu’elle met en forme dans un ordre.

  • 30 « D’un seul tenant, et sans solution de continuité — contrairement à la formule du monde réel — es (...)

50Telle est sans doute, pour paraphraser Gracq, la « secrète formule du monde romanesque », au rebours de « la formule du monde réel » : un ordre « d’un seul tenant, et sans solution de continuité »30 Écrire ou comment fabriquer du continu et instaurer un ordre.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bally C., 1965 [1932], Linguistique générale et linguistique française, Tübingen (Allemagne), Franck.

Benveniste É., 1969, « Probaton et l’économie homérique », Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Minuit.

Du Marsais C., 1988 [1730], Des Tropes ou des différents sens, F. Douay-Soublin (éd.), Paris, Flammarion.

Dupriez B., 1984, Gradus, les procédés littéraires, Paris, Union générale des éditeurs, coll. « 10/18 ».

Fontanier P., 1977 [1821-1830], Les Figures du discours, Paris, Flammarion.

Goux J.-P., 1999, La Fabrique du continu : essai sur la prose, Seyssel, Champ Vallon.

Grésillon A., Lebrave J.-L., Viollet C., 1990, « On achève bien… les textes », Proust à la lettre : les intermittences de l’écriture, Tusson, Éditions du Lérot.

Le Goffic P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette.

Molinié G., 1992, Dictionnaire de Rhétorique, Paris, Le Livre de Poche.

Pétillon-Boucheron S., 2003, Les Détours de la langue, étude sur la parenthèse et le tiret double, Louvain-la-Neuve, éditions Peeters.

Sauzet P., 1999, « La linéarité », Recherches linguistiques de Vincennes, no°28, Presses universitaires de Vincennes.

Spitzer L., 1970 [1928], « Le style de Marcel Proust », Études de style, Paris, Gallimard.

Notes

1 La ponctuation intervient d’ailleurs dans la définition graphique de la phrase que donnent les grammaires, à côté des définitions sémantiques ou syntaxiques : la majuscule et le point final en sont les deux termes.

2 L’expression est apparue au xviiie siècle, en 1746 selon le Dictionnaire historique de la langue française.

3 « Quare nec sit tam longus ut eum prosequi non possit intentio, nec transiectione ultra modum hyperbati finis eius differatur. » (Quintilien, Institution oratoire, VIII, 2, 15)

4 « Alors qu’une phrase paraît finie, on y ajoute un mot ou un syntagme qui se trouve ainsi fortement mis en évidence. » (Dupriez, 1984)

5 Dumarsais (1988).

6 Les principales figures de construction (qui relèvent des figures de mots, par opposition aux tropes et aux figures de diction) sont l’ellipse, le pléonasme, la syllepse (ou la synthèse), l’hyperbate, l’imitation et l’attraction.

7 C’est ce que Nicolas Beauzée dit de l’« espèce d’hyperbate » qu’est la synchyse.

8 Fontanier (1977, p. 386).

9 Les phrases de Proust offrent maints exemples de ce type de construction.

10 Aristote, Rhétorique, III, 5, 21 (1407b), Paris, Les Belles Lettres, 1973, p. 52-53. Ce terme de « ponctuer » qui apparaît dans la Rhétorique n’est pas sans intérêt ; la citation est d’ailleurs située à la fin du paragraphe intitulé « Ponctuation » dans l’édition Budé et clôture une série de remarques ayant trait à la « Correction ».

11 Pour reprendre l’expression de Sabine Pétillon (2003), qui englobe sous un même terme les parenthèses — au pluriel, cette fois-ci — et le tiret double.

12 Les références à « Combray » renvoient à l’édition Flammarion dans la collection « GF », menée sous la direction de Jean Milly (1984-1987). Les autres références à la Recherche renvoient à l’édition de la Pléiade, établie sous la direction de Jean-Yves Tadié (1987-1989).

13 J’adopte un système de transcription très simplifié, comme suit :
- les mots en italique désignent ceux qui sont barrés dans le texte ;
- un trait vertical (|) signale que l’on quitte le texte (manuscrit ou imprimé) pour une correction autographe ;
- deux traits verticaux (||) signalent le retour au texte (manuscrit ou imprimé) ;
- les mentions « md » ou « mg » (en gras) indiquent l’endroit où sont portées ces corrections, respectivement marge droite et marge gauche.

14 Georges Molinié (1992) définit la période comme une « unité de développement thématique, pourvue d’une certaine cohésion grammaticale et tendant à un englobement sous une unique architecture mélodique ».

15 Probaton, du verbe probaïno, existe bien en grec, mais au sens de « troupeau ». Probaton, c’est en effet « ce qui marche, ce qui avance », d’où les richesses mobiles (c’est-à-dire le troupeau), par opposition aux richesses immobiles, qui « reposent dans les coffres ». Voir à ce sujet Benveniste (t. I, p. 37-45).

16 La parenthèse fermante peut coexister à côté du point final, contrairement au tiret fermant ; les parenthèses dans ce cas-là se rapprochent du tiret simple : « [...] dans un autre [vitrail] une montagne de neige rose, au pied de laquelle se livrait un combat, semblait avoir givré à même la verrière qu’elle boursouflait de son trouble grésil comme une vitre à laquelle il serait resté des flocons, mais des flocons éclairés par quelque aurore (par la même sans doute qui empourprait le retable de l’autel de tons si frais qu’ils semblaient plutôt posés là momentanément par une lueur du dehors prête à s’évanouir que par des couleurs attachées à jamais à la pierre) […]. » (« Combray », p. 159)

17 La Prisonnière, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, p. 577.

18 « [Les adverbes] sont toujours placés de la façon à la fois la plus laide, la plus inattendue, la plus lourde, comme pour maçonner ces phrases compactes, boucher les moindres trous. » (« À propos du “style” de Flaubert », Essais et articles, dans Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1971 [1re publication : Nouvelle revue française, janvier 1920], p. 593)

19 Spitzer (1970, p. 407).

20 Le Goffic (1993, p. 69).

21 Bally (1965, p. 211).

22 Entretien de Claude Simon avec Claude Sarraute lors de la sortie de La Route des Flandres (Le Monde, 8 octobre 1960). C’est Claude Simon qui souligne.

23 France culture, Les Mardis littéraires, Pascale Casanova, le mardi 12 juillet 2005 : rediffusion d’une émission sur Claude Simon et la photographie, à l’occasion de la parution de son livre Photographies, 1937-1970 (Éditions Maeght, 1992).

24 Voir Sauzet (1999).

25 « Fondamentalement la linéarité consiste dans l’utilisation du temps. On fait se suivre des caractérisations qui ne peuvent être simultanées à cause des limitations de production et de perception du canal vocal-auditif qu’utilisent les langues naturelles […]. Autant ces contraintes s’imposent à la production du langage, autant elles ne sont pas des propriétés nécessaires du savoir instantané du locuteur, considéré hors de sa mise en œuvre. » (Sauzet, 1999, p. 61)

26 Sauzet (1999, p. 7, Introduction).

27 Grésillon, Lebrave, Viollet (1990, p. 65).

28 Entretien de Claude Simon avec Philippe Sollers à l’occasion de la sortie de son avant-dernier roman, Le Jardin des plantes, Le Monde des livres, 19 septembre 1997.

29 Goux (1999).

30 « D’un seul tenant, et sans solution de continuité — contrairement à la formule du monde réel — est la secrète formule du monde romanesque. » (Carnets du grand chemin, Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 1 097)

Auteur

Université Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search