Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Explorer la ville contemporaine par les transferts

 | 
Susanna Magri
, 
Sylvie Tissot

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Marcia Ardila Sierra est doctorante en anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales, rattachée à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS). Sa thèse porte sur les processus d’appropriation et de représentation de la ville par les migrants colombiens et colombiennes en France. Elle a publié « Circulaciones, esperas y retornos: a medio camino, de colombianos y colombianas que no llegaron al destino propuesto » (Maguaré, 2015).

2Clément Barbier est chercheur post-doctoral au sein de l’ANR WORKLOG, rattaché au Lab’URBA, associé au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (Ceraps) et à l’équipe Cultures et sociétés urbaines du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CSU-CRESPPA, Université de Paris 8 / CNRS). Sa thèse de science politique examine les transformations récentes des politiques de traitement spatial des problèmes sociaux en France et en Allemagne à partir du cas de deux grands projets de renouvellement urbain dans les agglomérations de Lille et Hambourg. Dernièrement, il a publié « Des études urbaines comparatistes à une sociologie croisée des politiques urbaines » (Espaces et sociétés, 2015).

3Jennifer Bidet est sociologue, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Descartes, rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ses recherches concernent les dynamiques familiales en migration, principalement les migrations algériennes et, par comparaison, les migrations en provenance des départements d’outre-mer. Elle a publié « Les vacances au bled des descendants d’immigrés algériens, tourisme domestique ou tourisme international ? », dans Isabelle Sacareau, Benjamin Taunay et Emmanuelle Peyvel (dir.), La Mondialisation du tourisme : les nouvelles frontières d’une pratique (Presses universitaires de Rennes, 2015).

4Sabrina Bresson est sociologue, maître-assistante à l’ENSA Paris-Val-de-Seine, rattachée au Laboratoire architecture ville urbanisme et environnement (LAVUE-Centre de recherche sur l’habitat). Ses travaux portent sur la réception sociale de l’architecture et les évolutions des pratiques habitantes. Ses recherches récentes s’intéressent plus particulièrement aux expériences d’habitat participatif en France et en Europe. Elle a notamment publié sur ce sujet : « L’habitat participatif en France : une alternative sociale à la “crise” ? » (Cahiers de CoST, 2016) et « L’habitat participatif en Europe : vers des politiques alternatives de développement urbain » (Métropoles, 2014).

5Éric Cheynis est sociologue, maître de conférences à l’Université de Haute-Alsace (Mulhouse), rattaché au laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE). Dans ses travaux, il traite notamment de la place des associations dans les transformations de l’action publique à partir d’un terrain d’enquête marocain. Il a récemment publié « Les pionniers de la participation au Maroc. Espace de reclassement et constitution d’un savoir autonome » (Participations, 2016).

6Cécile Cuny est sociologue et photographe, maîtresse de conférences en urbanisme à l’Université de Paris-Est Marne-La Vallée, rattachée au Lab’URBA. Ses principaux sujets de recherche sont la démocratie participative, les politiques urbaines allemandes, les transformations sociospatiales de la métropole berlinoise, les recompositions territoriales du groupe ouvrier en France et en Allemagne ainsi que les méthodes visuelles. Elle a publié Changement urbain et démocratie participative à Berlin (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014).

7Eleonora Elguezabal est sociologue, chargée de recherche à l’INRA, rattachée au Centre d’économie et sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER) et associée au Centre Maurice Halbwachs (CMH). Ses travaux portent sur la différenciation sociale des territoires et la sécurisation résidentielle. Elle a récemment publié Frontières urbaines : les mondes sociaux des copropriétés fermées (Presses universitaires de Rennes, 2015).

8Susanna Magri est directrice de recherche émérite au CNRS. Ses travaux de sociologie portent principalement sur l’habitat populaire et les politiques urbaines au xxe siècle. Elle a participé à de nombreuses études d’histoire urbaine et aux réflexions sur la méthodologie de recherche dans ce domaine. Elle a longtemps animé la revue Genèses, sciences sociales et histoire.

9Alain Tarrius est sociologue, professeur émérite à l’Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès, rattaché au Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST, UT2JJ / CNRS / EHESS) et au réseau Migrinter. Ses travaux portent sur les migrations transnationales européennes et la transformation des villes. Ses derniers ouvrages sont Étrangers de passage : « poor to poor », « peer to peer » (Éditions de l’Aube, 2015) et La Mondialisation criminelle (Éditions de l’Aube, 2015).

10Sylvie Tissot est sociologue, professeure à l’Université Paris 8, rattachée à l’équipe Cultures et sociétés urbaines au laboratoire du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CSU-CRESPPA, Université de Paris 8 / CNRS). Ses recherches ont pour objet les politiques urbaines et la gentrification, en France et aux États-Unis. Elle a notamment publié De bons voisins : enquête sur la bourgeoisie progressiste (Raisons d’Agir, 2011), traduit en anglais (Good Neighbors: Gentrifying Diversity in Boston’s South End, Verso, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site