Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Explorer la ville contemporaine par les transferts

 | 
Susanna Magri
, 
Sylvie Tissot

Vers un programme de recherche

Susanna Magri et Sylvie Tissot

Texte intégral

  • 1 Jean-Yves Authier, Alain Bourdin & Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), La Jeune Sociologie urbaine franc (...)

1Il peut paraître paradoxal d’inviter, comme le fait ce livre, à une nouvelle approche de la ville, alors que la sociologie urbaine n’est pas aujourd’hui dans une phase ascendante. Qu’il en soit ainsi, les domaines d’investigation des auteurs mêmes de ce recueil l’attestent – autant, d’ailleurs, que ceux de La Jeune Sociologie urbaine francophone, publié dans cette même collection en 20141. Ils ne sont guère nombreux, en effet, à s’intéresser d’abord ou exclusivement à la ville, et ils ne relèvent pas tous de la discipline sociologique. Faut-il le déplorer ? Certes non. Car ce livre n’entend pas s’inscrire dans la défense d’une spécialité académique, mais soutenir à sa manière et avec force que la ville mérite un regain d’intérêt de la part des sciences sociales et de l’histoire, parce qu’il faut l’étudier pour comprendre nos sociétés : elle est, répétons-le, non seulement un bon analyseur de la société, elle n’en spécifie pas seulement les traits, mais concourt dans une mesure grandissante à en produire les configurations. C’est dans cette perspective que ce recueil nous semble pouvoir constituer une invitation, sinon une prémisse, à un programme de recherche urbaine centré sur les transferts.

2Certes nous ne prétendons pas que l’approche proposée soit toujours pertinente. Beaucoup de faits urbains trouvent leurs déterminations au sein d’idiosyncrasies locales, à l’écart des mouvements qui relèvent de l’analyse des transferts – que l’on pense à la persistance de styles et de techniques de construction immobilière propres à un lieu, aux modes de vie se détachant difficilement des traditions locales et, plus généralement, aux traces gravées dans l’espace d’une histoire qui ne veut ou ne peut s’effacer. Par d’autres côtés encore, la ville contemporaine se prête mal à une étude des circulations. Cela semble être le cas des politiques urbaines, qui, en comparaison de celles, par exemple, de l’enseignement supérieur, de la gestion de l’économie ou de l’environnement, sont peu exposées aux sollicitations d’outillages forgés ailleurs que dans le pays où elles sont mises en œuvre, ne serait-ce qu’en raison de l’inexistence dans le domaine urbain d’organismes internationaux dédiés ou très actifs. À cet égard, force est de constater, à rebours des représentations convenues sur la globalisation, que la ville ne connaît pas aujourd’hui les grands moments d’échange international qui ont accompagné, au xxe siècle, l’émergence puis l’essor de l’urbanisme de plan et, au xixe, l’avènement de l’hygiène urbaine et la réforme de l’habitation populaire. Ces éclipses, pourtant, ne sauraient nous conduire à abandonner. Car, d’une part, il faut considérer que des politiques n’ayant pas pour cible directe la ville peuvent néanmoins avoir des effets sur elle, comme c’est le cas, examiné ici, des programmes internationaux contre la pauvreté. D’autre part, nous sommes loin de penser que la faiblesse ou le recul des concordances dans les politiques publiques, en particulier en Europe, empêche la ville, ou telle ou telle de ses composantes, d’être l’objet d’échanges transnationaux. Tant il est vrai, comme le prouve encore ici l’étude du cas de Hambourg, que l’échec dans l’adoption de catégories et procédures d’intervention issues de ces échanges, n’est pas indigne d’intérêt. Bien au contraire, de telles défaites permettent de mieux analyser les processus d’élaboration des politiques publiques appliquées à la ville, en éclairant par défaut les conditions de formation et d’aboutissement de projets convergents. Sous cet aspect, nous l’avons dit, les forums de débat européen – sur le logement social par exemple – mériteraient d’être analysés dans la perspective de recherche défendue ici.

3Nous ne prétendons pas non plus avoir couvert l’ensemble des objets qui auraient toute leur place dans un programme de recherche. Ainsi, l’analyse des formes physiques de l’espace urbain, bien qu’évoquée en introduction, n’a été que partiellement traitée – par la prise en considération, dans le cas de Buenos Aires, des conversations transnationales entre architectes universitaires à propos d’une nouvelle forme d’habitat collectif, en lien avec la mutation de la structure de la promotion immobilière dans cette capitale ; ou encore à travers les transformations introduites dans une unité d’habitation de Le Corbusier par les usages des différentes générations de résidents qui s’y sont succédé. Or ce domaine d’investigation pourrait reprendre vigueur en prêtant attention, en particulier, à la diffusion de formes bâties analogues et, dans cette perspective, en embrassant une série de sujets. Citons-en quelques-uns : l’internationalisation des technologies et systèmes de production des bâtiments et équipement urbains ; l’émergence de nouvelles compétences et organisations du travail des professionnels de l’espace ; les formes contemporaines de la circulation des modèles urbanistiques et architecturaux (universités et écoles, revues...) ; la formation d’un marché international de l’architecture et l’apparition concomitante d’un système hiérarchique transnational propre à cette discipline ; la perméabilité des administrations locales aux modèles architecturaux cosmopolites et aux marchés internationaux de l’urbanisme et de l’architecture. Bref, nous invitons à porter sur le champ de production de la matérialité de la ville un regard attentif aux phénomènes transnationaux, sans pour autant ignorer les processus qui en limitent l’ampleur et la portée, à rebours d’une sociologie de l’architecture par trop cantonnée, en France pour le moins, aux périmètres nationaux.

  • 2 Donatella Calabi & Paola Lanaro (dir.), La città italiana e i luoghi degli stranieri, xive-xviiie  (...)

4Loin des univers professionnels, du côté des populations migrantes, cet ouvrage nous semble ouvrir plusieurs pistes de recherche. Nos contributions signalent, en effet, l’existence de circulations que la glose bavarde sur la mondialisation par le haut ne laisse pas soupçonner. Ainsi, des mouvements transnationaux de grande ampleur sont à l’origine, à la base de la société, de figures cosmopolites où s’hybrident activités économiques, statuts sociaux et nationalités. Ce recueil propose aussi d’être davantage attentif à ce que produisent dans le paysage urbain, mais également dans les usages et les divisions sociales de la ville, les va-et-vient rythmés de populations entre pays d’immigration et pays d’origine. Rappelons le cas de ces femmes et de ces hommes qui, cherchant une réussite sociale dans la restauration à Paris, réinterprètent les mets de leur Colombie natale à l’intention des conquérants de quartiers populaires voués à la gentrification. Ou encore celui des migrants d’origine algérienne qui, revenant de leur banlieue française au « bled » le temps des vacances, inscrivent dans la pierre et le décor de leurs maisons une hybridation ne correspondant en rien à l’idée galvaudée des emboîtements identitaires. Car ces formes métissées traduisent tout à la fois les contraintes matérielles qui encadrent la construction locale, les logiques d’ostentation du statut propres à la première génération d’émigrés et la rupture de codes de comportement figés tentée par la seconde génération. Ce sont là, à l’évidence, autant d’exemples de travaux sur les migrations contemporaines qui ne tiennent pas les immigrés pour immobiles ou enfermés dans un cadre national et, du coup, cessent de les envisager uniquement sous l’angle de leur distribution spatiale et de leurs modalités d’implantation dans le pays d’accueil. Mais la recherche pourrait s’étendre du côté des migrants plus dotés, et introduire, en particulier, la question des circulations dans l’étude du phénomène de la gentrification alors qu’il est généralement pensé à l’échelle nationale. Ainsi, l’étude des cas de Berlin et Bruxelles montrerait sans doute que les agents de cette mutation urbaine sont souvent des étrangers qui confèrent aux quartiers où ils s’installent une dimension européenne. Tout en haut dans l’échelle sociale, les migrants à fort statut socio-économique, généralement appelés « expatriés », sont aussi des exportateurs de façons de vivre dont l’incidence sur les quartiers où ils viennent s’installer devrait être étudiée autant que celle liée à leur rôle d’importateurs une fois revenus au pays d’origine. En somme, les sciences sociales – mieux armées que l’histoire moderne, confrontée à la limite des sources lorsqu’elle s’attache à étudier les étrangers dans la ville2 – peuvent s’employer à faire surgir de leurs enquêtes de riches résultats en prenant pour objet les mutations urbaines engagées par les migrants. Parmi les voies à emprunter dans cette direction, celle de l’étude des transferts de représentations, de choses et de pratiques se concrétisant dans l’espace tant social que physique des villes, nous paraît particulièrement efficace, à condition d’en renouveler les méthodes.

5En effet, ce livre a voulu aussi illustrer des démarches qui nous semblent fertiles. Nous y avons insisté en introduction. Mais il faut y revenir, ne serait-ce que pour anticiper les réserves que ce recueil pourrait susciter. L’analyse des transferts, croyons-nous, peut avoir pour cadre non seulement l’espace, mais aussi le temps : c’est là une exhortation à introduire la temporalité dans l’analyse sociologique et à développer la collaboration entre histoire et sociologie. Nous faisons nôtre, à cet égard, l’invitation de Bernard Lepetit à étudier la « mise au présent » de composantes de l’espace physique appartenant au passé, car elle se confronte à l’inertie des formes héritées – dont certains éléments peuvent dès lors faire l’objet de transfert – et se déploie selon un processus d’appropriation. Ainsi, la longévité d’une unité d’habitation ouvre la voie à une série d’usages – abandons, altérations ou transformations – par les populations successives qui viennent y résider. L’analyse de ces pratiques est d’autant plus stimulante que l’immeuble a été conçu pour orienter fermement les modes d’habiter. L’enquête réalisée à ce propos sur le cas de la Maison radieuse de Rezé avait précisément pour but de saisir les mutations d’usage des lieux et équipements réalisés dans le bâtiment de Le Corbusier, à mesure des changements sociodémographiques intervenus dans le peuplement de celui-ci. L’insistance sur l’actualisation de cette forme d’habitation par les derniers arrivants, aux dépens d’une comparaison des différentes réceptions au fil du temps, a été voulue dans le cadre de cet ouvrage. Ce parti pris visait à souligner les modalités de l’appropriation de l’espace résidentiel et leurs conditions – en particulier le poids des politiques locales du patrimoine architectural. La prise en considération des traits sociodémographiques de la population concernée, l’évocation des trajectoires sociales et spatiales des ménages qui la composent, de leurs styles de vie, aident à comprendre les formes d’emprise de cette population sur un espace marqué par le modèle d’origine, mais aussi par les mutations advenues dans le passé. C’est donc le moment de l’appropriation, décisif dans les processus de transfert, que la contribution a cherché à approfondir. Elle contraste, sous cet angle, avec l’analyse du cas de Buenos Aires qui, lui, parcourt tout le voyage d’une catégorie de l’espace, depuis le monde savant dont elle est issue jusqu’aux modalités de sa réception chez les résidents. Faut-il alors considérer que nous défendons deux démarches opposées ? Certes non. Car si l’examen d’une seule facette du processus de transfert est légitime, il n’en reste pas moins que pour prendre toute la mesure du transfert d’une figure spatiale, il faut aller jusqu’à l’étude de son devenir dans les usages.

6Au-delà de cette indication de méthode, il est une autre démarche que cet ouvrage soutient avec force à travers l’ensemble de ses contributions, fussent-elles partielles ou insuffisamment vigoureuses : c’est l’analyse sociologique des acteurs impliqués dans la circulation, l’importation et la traduction des catégories et des objets ayant affaire à l’espace. Cette analyse est pratiquée ici de diverses manières et à diverses échelles, mais elle ne fait jamais l’impasse sur les espaces et les réseaux dans lesquels ces acteurs sont inscrits. Elle s’attarde, il est vrai, sur les importateurs plus que sur les exportateurs, visant à mettre au jour ce que produit chez les premiers l’interrelation avec les seconds. Dans le cas des migrants, ces deux figures n’en font souvent qu’une, et c’est alors la manière dont ils réinterprètent ce qu’ils emportent avec eux qui est au centre de l’étude. Dans tous les cas, c’est un groupe social qui est analysé, y compris quand les acteurs de l’importation sont des institutions. Celles-ci peuvent être plus ou moins malléables aux injonctions extérieures, comme au Maroc et à Berlin, et c’est la sociologie de leurs composantes qui rend compte de la variété de leurs réceptions. Cette sociologie, cependant, ne suffit pas : les conditions de la pratique des importateurs ne sont pas moins décisives, car elles dessinent de proche en proche le champ des possibles qui s’ouvre à eux. Ce sont, dans un contexte large, les changements politiques, comme au Maroc et en Allemagne, ou l’émergence d’une nouvelle promotion immobilière, comme à Buenos Aires ; les mutations sociodémographiques des vagues d’émigration, comme pour la Colombie. Ce sont, au plus près des acteurs, les opportunités d’emploi et la structure des compétences, comme dans les villes du Maroc ; l’inactivité forcée jusqu’à l’exil social, comme celle imposée aux anciens communistes de la RDA après la réunification ; ou encore l’ancienneté de la présence des migrants dans le pays d’accueil et les rythmes de leurs va-et-vient, comme dans le cas des Colombiens et des originaires d’Algérie. En somme, on le voit, l’investigation doit changer d’échelle si elle veut saisir ce qui concourt à l’explication des transferts et de leurs résultats.

7Mais c’est à d’autres égards aussi que la focale doit varier pour assurer l’efficacité de l’analyse. Car, au-delà de la morphologie du groupe auquel ils appartiennent et des conditions propres aux champs dans lesquels ils sont insérés, les individus impliqués dans un processus de transfert orientent leur action dans telle direction plutôt que telle autre, selon des dispositions issues de leur être social au moment présent autant que dans le passé et selon le devenir dans lequel ils se projettent. À cet égard, l’analyse des transferts ne fait pas exception : elle suit un chemin bien balisé en sociologie. Aussi, dans ce domaine de la pratique comme dans bien d’autres, c’est en examinant les trajectoires sociales et spatiales, et parfois les déplacements générationnels des dispositions, que l’investigation peut mieux mettre au jour les phénomènes de rejet ou d’indifférence, d’acceptation, d’adhésion ou de réinterprétation de ce qui voyage dans l’espace et le temps.

Notes

1 Jean-Yves Authier, Alain Bourdin & Marie-Pierre Lefeuvre (dir.), La Jeune Sociologie urbaine francophone : retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014.

2 Donatella Calabi & Paola Lanaro (dir.), La città italiana e i luoghi degli stranieri, xive-xviiie secolo, Bari, Laterza, 1998 ; et Jacques Bottin & Donatella Calabi (dir.), Les Étrangers dans la ville : minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999.

Auteurs

Susanna Magri est directrice de recherche émérite au CNRS. Ses travaux de sociologie portent principalement sur l’habitat populaire et les politiques urbaines au xxe siècle. Elle a participé à de nombreuses études d’histoire urbaine et aux réflexions sur la méthodologie de recherche dans ce domaine. Elle a longtemps animé la revue Genèses, sciences sociales et ­histoire.

Sylvie Tissot est sociologue, professeure à l’Université Paris 8, ­rattachée à l’équipe Cultures et sociétés urbaines au laboratoire du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CSU-CRESPPA, Université de Paris 8 / CNRS). Ses recherches ont pour objet les politiques urbaines et la gentrification, en France et aux États-Unis. Elle a notamment publié De bons voisins : enquête sur la bourgeoisie progressiste (Raisons d’Agir, 2011), traduit en anglais (Good Neighbors: Gentrifying Diversity in Boston’s South End, Verso, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site