Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Explorer la ville contemporaine par les transferts

 | 
Susanna Magri
, 
Sylvie Tissot

II. Formes urbaines et pratiques quotidiennes

Initiatives en migration : circulations transnationales et consommations urbaines

Enquêtes et témoignages1

Alain Tarrius

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été réalisé avec la collaboration de Manon Lask, en master 2 à l’université de Toulou (...)

1La nature des migrations du xixe et de la première moitié du xxe siècle, a suggéré un modèle archétypal (Noiriel, 1988), selon lequel celles-ci recouvreraient une mobilisation internationale de la force de travail appelée par les nations les plus développées industriellement, en contexte colonial. Mais, depuis les années 1980, des formes originales de migration se sont manifestées et généralisées dans un contexte postcolonial et post-fordiste, exprimant l’initiative de populations en migration elles-mêmes, dont l’itinéraire se dirige vers des nations devenues pourtant réticentes à leur accueil (Boubeker, 2003 ; Tarrius 1987 ; 1992). L’attention des chercheurs s’est alors portée sur les passages de frontières péri-européennes (Agier, 2013 ; Streiff-Fénart & Poutignat, 2014), sur les demandes nationales d’asile (Weil, 2005 ; Akoka, 2013), sur les migrations transeuropéennes de travail de populations solidarisées par leur appartenance ethnique et nationale (Arab, 2009 ; Potot, 2003 ; Ma Mung, 1986 ; Waldinger 2006), sur les solidarités familiales transnationales (Qacha, 2013), sur les logiques et les parcours migratoires mondiaux (Simon, 1979 ; 2008 ; Wihtol de Wenden, 2009). Pour ma part, depuis les années 1980, ce sont les initiatives commerciales euroméditerranéennes de populations péri-européennes pauvres, en contexte de mondialisation libérale, qui ont fait l’objet de mes enquêtes (Tarrius, 1987 ; 1992 ; 1995 ; 2002 ; 2007 ; 2015 a). C’est un aspect particulier de ces recherches que je voudrais développer dans cette contribution : l’apparition et la généralisation des interactions sociales entre les migrants des commerces mondialisés pour pauvres et les populations urbaines clientes.

2En effet, chaque année plus nombreux parmi les étrangers de passage, des migrants se mêlent aux habitants des quartiers pauvres de nos villes pour mener à bien leurs commerces internationaux souterrains. Rien ne les distingue, à l’aune des réglementations des séjours de trois à six mois selon la nation dans l’espace Schengen, des dizaines de millions de voyageurs qui font étape en France avec un visa touristique. Indésirables résidents dans les nations riches, les migrants pauvres ont su inventer, depuis les années 1980, de nouvelles formes de présence discrètes sur le mode du transit. Il en est une, dévolue au commerce entre pauvres, dont les finalités et les logistiques sont si proches des aspirations du libéralisme économique des empires financiers – favorables aux libertés de circulation transfrontalière des personnes et des biens défiscalisés – que la probabilité d’une filiation directe entre les unes et les autres m’est apparue comme un enjeu majeur de recherche. Cette modalité de transit réunit, entre autres, des collectifs de marchands de produits électroniques d’entrées de gammes de marques prestigieuses, qui prennent l’initiative, au sein des réseaux de pauvres, de vastes tournées internationales commerciales, circulaires, « de chez eux à chez eux ». Migrations transnationales courtes qui caractérisent ceux que je nomme transmigrants. Ils ne cherchent plus à demeurer dans telle ou telle nation, qui devient désormais une courte étape sur de vastes itinéraires, et bouleversent ainsi nos représentations usuelles des migrants pauvres, héritées des longues dominations coloniales. La mondialisation du poor to poor, pour les pauvres par les pauvres, et son complément le peer to peer, l’expertise entre pairs, concerne, par-delà les frontières nationales, l’immense foule des pauvres partout présente...

3Dès lors, les migrations deviennent mobilités transnationales et se muent en véritables logistiques des commerces souterrains internationaux. Subrepticement, le paradigme classique qui met en rapport « immigration » et « insertion nationale » se double de celui qui fait de la « transmigration » l’autre face de la « mondialisation ». Ces mobilités concernent en particulier ces centaines de milliers d’Afghans, de Kurdes, de Marocains, de Turcs, d’habitants des républiques caucasiennes et balkaniques, devenus colporteurs « saute-frontières » : on estime que deux cent mille migrants passent annuellement les frontières françaises, six cent mille celles de l’Europe de Schengen. Contournant taxes et contingentements, ils charrient des marchandises depuis les nations de production ou de revente à moindre coût, vers les pôles de richesse... où les attendent inévitablement des foules de pauvres devenus clients solvables grâce à la conjonction d’une série de facteurs : les technologies et les stratégies de production low cost des grandes fabriques, les savoir-passer hors contingentements et les savoirs-commercialiser hors taxes de nos nouveaux migrants, et grâce encore aux blanchiments d’argent sale des réseaux criminels.

  • 2 La notion de territoire circulatoire (Tarrius, 1993) autorise une approche anthropologique spatial (...)

4Leurs parcours sont souvent tracés, entre et dans les nations, par les localisations sédentaires de proches, immigrés des années 1945-1980. Leurs initiatives commerciales transnationales produisent des transformations identitaires, partagées avec leurs clients, depuis les solidarités ethniques qui ne nouent lors de leur mobilisation, jusqu’aux cosmopolitismes de route pendant leurs circulations marchandes. De la singularité de leurs différences, de leurs altérités, ils évoluent vers la transversalité de l’identité entre pauvres. En franchissant les frontières, ils découvrent, étape après étape, leurs semblables sédentarisés avant les années 1980 et néanmoins toujours proches. Dans leurs cheminements à travers des « territoires de circulation2 », ils rencontrent donc, dans chaque grande ville européenne, les pauvres des immigrations précédentes, leurs proches. Le capitalisme industriel national les fixait, une fois recrutés au-delà des frontières, dans une immobilité résidentielle, comme force de travail bon marché et disponible. Le capitalisme transnational – en l’occurrence les grandes fabriques du Sud-Est asiatique – et ses logistiques commerciales et financières les déplacent sans fin sur les routes. À l’inverse de la mobilisation-sédentarisation forcenée de l’époque coloniale, les voici en tournées de chez eux à chez eux : au fur et à mesure de leurs pérégrinations, des agrégations cosmopolites, à même de créer de vastes collectifs transnationaux, suggèrent la gestation de peuples transeuropéens sans nation, excédant toute assignation à un territoire national. On assisterait donc à l’apparition de vastes collectifs transfrontaliers, transeuropéens, de nouveaux étrangers formés d’anciens serviteurs des capitalismes nationaux, laissés-pour-compte des quartiers de la ségrégation, et de petits acteurs circulants de la mondialisation ultralibérale. Le passage, pour l’exploitation de l’immense marché mondial des pauvres, de la soumission sédentaire à l’initiative commerciale en mobilité, du salariat prolétaire à l’entrepreneuriat entre pauvres, est un phénomène bien réel mais peu reconnu aujourd’hui. Il exprime le plus grand déploiement d’une nouvelle manifestation de la mondialisation libérale : les pauvres deviennent source de revenus, non plus par l’exploitation directe de leur force de travail mais aussi, désormais, par leur consommation de biens fabriqués pour eux et surtout commercialisés par eux-mêmes – hors taxes, contingentements, assurances, stockages, chaînes commerciales, etc.

5Le rêve de supprimer les frontières pour mieux vendre, caressé par les majors industriels mondiaux mais combattu par les nations jalouses de leur pouvoir territorial et attachées aux hiérarchies entre nations, semble ainsi se réaliser grâce à l’initiative de circulants pauvres s’adressant à des sédentaires pauvres. Ainsi des quartiers de centres urbains en déshérence deviennent des étapes pour ces circulations entre pauvres et se dotent de nombreux points de revente puis, parfois, participent à la redéfinition des fonctionnalités urbaines – comme, dans l’espace méridional européen, à Alicante à l’ouest, ou à Sofia à l’est (Missaoui & Tarrius, 2007 ; Tarrius, 2008) – et parfois à la redéfinition des politiques publiques de villes moyennes françaises, relatives à la population immigrée comme à Perpignan (Tarrius, 1997).

6Ainsi sont mis en relation, d’enclos des ségrégations en ghettos urbains, de villes en villes et de nations en nations, ceux qu’avaient séparés les intérêts des « nations développées ». Les résidents, souvent immigrants, souvent parqués dans des enclos ethniques locaux, se retrouvent partie prenante de vastes réseaux transnationaux, pour l’accès au grand festin de la consommation mondiale et pour le plus grand bénéfice des grandes fabriques modernes. Par leurs passages de communautés immigrées en communautés immigrées, les transmigrants du poor to poor structurent les appartenances ethniques au sein de milieux cosmopolites aux échanges multiples et ouvrent aux habitants des quartiers de nouvelles perspectives d’initiatives et de mobilités conjointes : c’est ce que mon équipe et moi allons illustrer dans cette contribution à partir de témoignages d’acteurs d’initiatives populaires résidant en France. Notre enquête donne à voir des interactions sociales originales, issues de la singularité des territoires des circulations : elles entraînent une inversion des marquages identitaires locaux, au bénéfice de repérages fluides sur les espaces-temps des circulations ; elles produisent ces sociabilités originales, tournées vers l’altérité et l’ailleurs, peu compatibles avec l’enfermement résidentiel. Le « moi d’ici » discriminant pour les nouveaux venus, laisse place au « moi d’ici et de là-bas », au « moi de passage », qui englobent beaucoup plus les diverses singularités, réduisent les différences et fédèrent les altérités.

Initiatives de migration transnationale

7Deux traits, attachés aux territoires de circulation, caractérisent les tournées des transmigrants dans l’espace Schengen.

8D’un côté, quelques étapes de la migration, constitutives des moral areas, instituent des brassages et des collaborations entre migrants ethniques d’origine variée, lesquels organisent dès lors leurs tournées comme transmigrants cosmopolites. Les ports de la mer Noire remplissent cette fonction pour des Baloutches, Afghans et Iraniens, des Kurdes, des Géorgiens, des Polonais et des Ukrainiens. Puis, lorsque la route est prise par ces groupes composites à partir de la Bulgarie, le cosmopolitisme marchand agrège des migrants balkaniques, Serbes et Albanais surtout.

La notion d'espace de mœurs

La moral area ou « espace de mœurs » est, selon Ulf Hannerz, la notion la plus utilisée par les sociologues et les anthropologues de la ville qui se reconnaissent dans les approches de ce qu’on a l’habitude d’appeler l’École de Chicago. Cette notion, proposée par Robert Ezra Park, un des animateurs de cette école vers 1920, désigne une conjonction non reconnue officiellement de temps sociaux (généralement nocturnes), de lieux (fédérés par les mobilités en unité métropolitaine), de mélanges de populations (cosmopolitisme dont les liens sont à la fois affectifs et économiques : prostitution, jeux d’argent, alcools en période de prohibition), susceptible de transformer les rapports sociaux tels qu’ils s’exposent lors des relations normées, officielles, généralement diurnes. Profond moteur des changements urbains, la moral area réunit des populations très contrastées socio-économiquement en un ensemble cosmopolite que les rythmes, les ségrégations, les dominations, diurnes séparent et parfois opposent. Les mobilités des diverses populations participant à la moral area désignent l’espace d’influence de celle-ci (Park, 1928 ; 1955 ; Hannerz, 1980, 1983 ; 1996). Nous redéfinissons l’aspect territorial de cette notion en l’élargissant de ses contours métropolitains d’origine jusqu’aux réseaux des économies souterraines, y compris criminelles, des villes et, au-delà, jusqu’à divers phénomènes transfrontaliers liés aux « effets de la mondialisation ». Ainsi en est-il, par exemple, du bassin de recrutement prostitutionnel de la mer Noire et des étapes internationales de ce commerce qui concentrent, entre autres, les offres de prostitution et de psychotropes à destination de la Catalogne.

  • 3 Économie souterraine mais certainement pas informelle tant, nous le verrons, elle est organisée.

9D’un autre côté, les parcours, qui bénéficient des compétences commerciales des migrants multipliées par la mise en commun des diversités d’origine, empruntent, de la Bulgarie à l’Albanie, les « routes des Sultans », continuités de populations tant musulmanes que chrétiennes étroitement mêlées depuis de longs siècles. Puis, après la mer Adriatique, ces parcours passent par l’espace Schengen et ses « routes en pointillé », d’enclave ethnique urbaine en quartier ségrégé, mêlant pauvres du lieu et immigrants. Le « mano a mano » et le « tombé du camion » qualifient les pratiques souterraines d’une économie marchande3 entre pauvres, condition la plus commune de toutes ces populations. La rencontre avec les transmigrants marocains s’effectue dans la seconde étape-carrefour, celle du périmètre Toulon-Arles-Nîmes-Avignon. Les Marocains partageront désormais ce cosmopolitisme, jusqu’à son élargissement aux transmigrants Turcs en Alsace et en Belgique. Ces mêmes Turcs qui ont charrié, par la voie nord-européenne à partir des mêmes ports de la mer Noire, les mêmes marchandises « free tax, passed by Dubaï ».

À l’est méditerranéen, les transmigrants baloutches

  • 4 Enquêtes menées en 2006 avec l’aide de Katia Vladimirova de l’Université d’État de Sofia, dont les (...)

10Environ soixante mille migrants afghans et iraniens, surtout baloutches, accompagnés de Kurdes, arrivent annuellement dans les ports de la mer Noire – Samson et Trabzon en Turquie et Poti en Géorgie4. Là, ils se chargent de produits électroniques provenant du Sud-Est asiatique, qui ont transité par Dubaï et Koweït City. Ils les livreront ensuite, totalement détaxés, en Bulgarie, c’est-à-dire dans la Communauté européenne, à 45 % de leur prix de vente ouest-européen. Environ six milliards de dollars de marchandises franchissent ainsi cette frontière. Environ vingt mille Afghano-Iraniens, associés à d’autres riverains balkaniques et caucasiens de la mer Noire, rencontrés durant les acquisitions de marchandises à Odessa, Sotchi, Soukhoumi, Zonguldak, Samson et Trabzon, vont former la population des quatre-vingt mille transmigrants « saute-frontières » du poor to poor, prêts à rejoindre les cent vingt mille Marocains, Algériens et Subsahariens, au cours des dernières étapes dans l’espace Schengen. Les effectifs qui circulent par les voies nord-européennes – en particulier des Turcs, Ukrainiens, Polonais – composeront in fine cette population de transmigrants européens d’environ six cent mille personnes, indifféremment comptabilisés parmi les dizaines de millions de touristes (Viard, 2014).

  • 5 Le processus de blanchiment admet usuellement cette perte de 20 à 30 % selon la monnaie de référen (...)
  • 6 Un appareil photographique de grande marque vendu 90 € TTC en entrée de gamme est trop cher pour q (...)
  • 7 Enquêtes menées en 2008-2009 (Tarrius & Bernet, 2010). Les rythmes des transmigrations des Afghans (...)
  • 8 Un ingénieur commercial d’une très grande firme taïwanaise me déclarait, en décembre 2004, à l’uni (...)

11Des réseaux criminels prêtent, pour les achats massifs auprès des importateurs émiratis, des sommes d’argent à blanchir produites par la transformation de l’opium en héroïne et en morphine, en Afghanistan, Turquie, Géorgie et Russie caucasienne où les cultures illégales du pavot se développent. Cette transaction permet au transmigrant-colporteur une souplesse de négociation des prix déjà détaxés et ainsi abaissés d’environ 30 % par la « coulure5 » attachée à ces opérations de blanchiment. Des prix de vente de moins 55-60 %, par rapport à ceux pratiqués pour des marchandises officiellement financées et dédouanées, sont atteints6, ouvrant un marché pour des millions de nouveaux consommateurs. C’est en contrepartie de ces prêts que les milieux criminels exigent des Afghans qu’ils cultivent, pendant leurs migrations, le pavot à opium en Turquie et en Géorgie7. En somme, des dizaines de milliers d’Afghans se trouvent contraints de participer aux activités de réseaux criminels et y associent les grandes firmes de l’électronique asiatique8. Des transmigrants afghans baloutches, les réseaux criminels italo-russes, les grandes entreprises du Sud-Est asiatique, les douaniers, policiers et agents consulaires, sont de fait mobilisés autour de la logistique des marchandises du poor to poor mondialisé.

12La plupart de ces migrants afghans sont très qualifiés : sur 63 relevant de notre enquête à Sofia en 2006, 31 ont un niveau de diplôme correspondant à Bac + 4 et 26 ont l’équivalent d’un Bac + 2 ; ils ont été formés comme ingénieurs agronomes, économistes ou encore vétérinaires (Missaoui & Tarrius, 2007).

  • 9 Récit recueilli auprès d’un transmigrant baloutche de Machhad à l’occasion de plusieurs conversati (...)

13Les récits de leur migration par les Afghans sont très concordants ; celui d’Ahmid peut être considéré comme emblématique9 :

C’est en mai 2010 que j’ai rejoint un groupe de sept amis pour partir faire du commerce en Europe. Notre guide, le chef, originaire de Torbat, au sud de Machad, en Iran, avait déjà fait deux tournées de six mois jusqu’en Italie, en 2008 et en 2009 : il fallait qu’on soit une petite équipe pour se louer de temps en temps en route, pour des travaux de bâtiment et d’agriculture. Moi, j’avais fini une formation de vétérinaire à Machad, à deux cent cinquante kilomètres de notre village, à l’ouest de Hérat, en Afghanistan. [...] Nos familles se connaissaient et accompagnaient ensemble de grands troupeaux ; la frontière n’a jamais existé pour nous, les Baloutches. [...] le chef savait et il nous disait souvent « n’ayez pas peur, on rencontrera des croyants tout le long ; et vous verrez que les autres deviennent vite des frères, notre religion c’est d’être pauvres et commerçants. C’est pas des soldats que nous allons rencontrer. » [...] les passeports que les Iraniens fournissent aux Baloutches nous permettent d’aller jusqu’au fond de la Turquie, sur la mer Noire, à Samson ; pas besoin de visa pour se déplacer en Turquie quand on est iranien. Alors la Bulgarie, ce serait notre premier visa touristique, puis avec l’Italie, ça nous donnerait six mois. [...] mais il fallait attendre qu’on nous fasse signe de Turquie pour partir. [...] parce qu’il fallait travailler deux semaines là-bas dans les pavots – les Turcs s’y étaient mis depuis peu – vu la saison, il s’agissait de saigner le lait ou peut-être, en hauteur, de sélectionner les jeunes plants. [...] C’était la seule façon d’obtenir l’argent pour les 40 % de l’achat du matériel électronique à Koweit. Du black de l’héroïne qu’il fallait blanchir ; intéressant, on ne sortait pas un sou et on gagnait la « marge floue » que nous accordent les trafiquants pour blanchir leur argent, à peu près 30 % des sommes qu’on nous prêtait. Le chef a tout arrangé, et aussi les livraisons du matériel à Samson par avion. [...] À Qazvin, près de Téhéran, le chef a négocié dur ; on voulait nous faire passer par Bakou et par la Géorgie. « Si on s’en sort vivants après Bakou, les Géorgiens nous plumeront » ; bref, on est passés vers Tabriz et puis Van, en prenant avec nous deux Kurdes à Erzurum, quand nous avons travaillé à saigner les têtes de pavots, les bulbes [...] il y avait une police qui nous cachait, surtout lorsqu’on faisait des feux pour chauffer les boules d’opium, et l’armée qui nous cherchait. [...] Nous avons gagné notre premier argent ; les uns sont allés envoyer ça à la maison, et nous, on s’est détendus en ville. Les chefs ont confirmé les commandes, et nous ont demandé exactement combien nous voulions ; pour moi c’était simple, je n’avais que l’argent des saignées, alors, c’était 40 % de la valeur du matériel ; des Turcs avec des Italiens nous voyaient un à un, ils savaient qu’on avait bien travaillé aux pavots mais nous demandaient nos noms, nos adresses ; le chef était là et faisait un signe de tête qui voulait dire « oui, il dit vrai », alors ils prêtaient l’argent. Le soir, il nous a réunis et « maintenant, vous êtes tenus, si vous ne payez pas tout, vous serez obligés de fuir toute votre vie, c’est pas à l’OTAN que vous avez eu affaire ; ceux-là, ils ne vous perdront jamais de vue ». [...] C’est à Trabzon que nous avons embarqué sur un vieux rafiot, avec la marchandise qu’il fallait sortir des cartons pour mettre dans des bâches. [...] Le lendemain soir, on a passé nos gros paquets par-dessus bord à des pêcheurs bulgares, pendant qu’on allait débarquer.

À l’ouest méditerranéen, les transmigrants maghrébins

  • 10 Ceux-là même qui achètent des marchandises aux Afghans à peine débarqués en Bulgarie (enquêtes sur (...)
  • 11 Enquêtes menées à Marseille, dans le quartier Belsunce, en 1985, auprès de commerçants internation (...)

14Le même phénomène, mais à distance des réseaux criminels, se produit à l’initiative de Maghrébins sur l’arc euroméditerranéen occidental, connectant étapes et parcours d’Algésiras à Gênes, avec une forte centralité marseillaise10. Dans ce cas, la plupart des transmigrants, petits entrepreneurs commerciaux, disposent de logements dans le parc immobilier social français où résident des membres de leurs familles, et de papiers autorisant leurs séjours et leurs déplacements dans l’espace communautaire européen. Ils transportent vers le Maghreb des marchandises achetées aux Afghans par des revendeurs polonais et turcs ou produites dans la Communauté européenne. Des Sénégalais prennent le relais pour des distributions subsahariennes. On peut également signaler un axe de circulations turques de Strasbourg à Marseille, via Lyon, parcouru solidairement par des transmigrants turcs et marocains. Des « notaires informels » veillent, d’étape en étape, au respect d’une éthique commerciale basée sur l’honneur, sur la parole donnée11.

D’est en ouest, les « docteurs égyptiens »

15Des transmigrations de médecins syriens, irakiens et bulgares se sont développées le long des mêmes itinéraires. Quelques centaines de ces praticiens formaient, en 2005, une migration d’accompagnement des Afghans et de leurs associés balkaniques. Au fur et à mesure des années et de la progression de leurs itinéraires vers l’Espagne, leur transmigration est devenue autonome, en liaison avec les populations de migrants musulmans sédentarisés, et pour certains d’entre eux, en attente d’une opportunité pour rejoindre un emploi hospitalier.

  • 12 Stéphane de Tapia et Laurent Muller (2005) livrent, depuis quinze années, un bilan de la migration (...)
  • 13 Enquête menée de mars à juillet 2009, pour la DRESS-MIRE (Tarrius, Missaoui & Bernet, 2010).

16Au nombre de mille cinq cents à trois mille dès 2009, selon les saisons, ils parcourent les lieux d’habitat social où se trouvent les populations musulmanes et sont toujours consultés par les divers transmigrants qui œuvrent le long des côtes euroméditerranéennes : Afghans à l’est et Marocains à l’ouest, Turcs en Allemagne et le long d’un itinéraire reliant Strasbourg à Marseille12. Leur notoriété est grande et ils sont surnommés avec le titre prestigieux de « docteurs égyptiens ». Ils pratiquent des diagnostics sans dénudation des femmes et utilisent les sites de l’Internet médical pour leurs prescriptions. Les commandes et distributions de médicaments sont généralement effectuées par des jeunes filles résidant dans les logements sociaux13.

17Enfin, dans les grandes transmigrations marchandes, nous devons signaler les femmes balkano-caucasiennes pour le commerce du sexe (Tarrius & Bernet, 2010 ; Tarrius, 2014 ; 2015 b). Nous ne traiterons pas ici de ces populations. Ces femmes incarnent la marchandisation appliquée à leur propre corps, illustration ultime de l’intuition marxiste du « fétichisme de la marchandise ».

Mobilisation de jeunes locaux de la migration classique

18Les interactions sociales qui s’établissent lors des parcours entre transmigrants s’étendent rapidement aux populations qu’ils côtoient, surtout aux jeunes descendants de l’immigration maghrébine résidant dans les enclaves urbaines situées sur la « route en pointillé ». Dans le périmètre français où l’on trouve le plus grand brassage, de Toulon à Nîmes, Arles et Avignon, les initiatives liées au passage des transmigrants sont nombreuses. Nous en relatons quelques-unes, d’après les propos des jeunes acteurs de résiliences populaires, tout d’abord dans le cas des dispositifs locaux autogérés de santé, puis autour de l’accueil et de l’intermédiation commerciale, enfin à propos de la participation au poor to poor transeuropéen.

Une journée de Karim dans une ville moyenne du Sud de la France14

  • 14 Les récits qui suivent ont été coécrits par le locuteur, Lamia Missaoui, et Alain Tarrius lors de (...)
  • 15 Karim veut dire depuis les années 1945-1955. Ces résidents sont français pour la plupart d’entre e (...)

J’ai été embauché par à-coups. Dans mon quartier, les HLM, il y a une majorité de familles marocaines et, nous les Algériens avons des parents, depuis toujours en France15, qui habitent ce vieux quartier du centre de X. Nous avions bien remarqué, lors de nos visites entre copains, que dans deux maisons, des « étrangers de passage » venaient et repartaient sans cesse. [...]. Aïcha y venait tous les jours quelques heures « à l’informatique », disait-elle : quand un « docteur égyptien » passait là pour les familles musulmanes, elle prévenait les croyants. [...] J’ai fait des études de tourisme, Bac + 2, et je n’ai trouvé aucun travail, ces deux dernières années. Pendant le festival, un mois ; mais ça ne compte pas ; j’essaie, dans la foulée, de trouver des contrats à durée déterminée ; affaire de devenir travailleur saisonnier. Mais c’est impossible.

Métamorphose des intérieurs domestiques

Quand Aïcha m’a proposé quelques heures, dix de file, à 15 euros, au black, pour l’aider, j’ai été intéressé, une fois par semaine et six cents euros par mois, au début. La première fois que je suis venu, j’ai été surpris par la rénovation intérieure de cette maison : dans le « vieux quartier arabe », comme disent les voisins, ce n’était pas évident. En rez-de-chaussée, il comptait quatre pièces dont une de trente mètres carrés ouvrait, par une porte coulissante occupant un mur, sur le garage de l’immeuble voisin : mêmes façades de vieux crépis jaunâtres et de pierres taillées blanches, mêmes portes et fenêtres de bois vermoulu régulièrement repeintes en vert. D’un angle de la grande pièce partait un large escalier de pierre vers six chambres au premier étage, alignées de part et d’autre d’un couloir. Sous l’escalier, se nichait un w.-c., avec douche et lavabo et dans le garage attenant, une grande cuisine-buanderie et un entrepôt. Pour moi, qui venais des HLM, c’était un palais. Nous savions, dans les cités, que ce quartier était habité par un mélange d’anciens propriétaires algériens, depuis les années 1950, enfin, ils n’étaient pas citoyens d’Algérie, ils buvaient du vin dans un café « politique » que leurs femmes fréquentaient aussi, puis d’Arabes d’un peu partout en Méditerranée ; au contraire des HLM, il y avait peu de jeunes, ou on ne les voyait pas au collège et au lycée : plutôt des filles, comme Aïcha.

Commerces invisibles

Quand elle m’a proposé de venir l’aider, je n’ai d’abord pas compris : cette fille, comme les autres de ce quartier, nous avait tant montré qu’elle était différente, que ses « histoires françaises » n’avaient rien à voir avec nos vies d’Arabes... « Tu verras, m’avait-elle dit, tout change maintenant, oublie nos histoires de fransouzes, vrais ou faux Arabes. On a besoin de toi, et d’autres, pour s’en tirer tous. » Toutes les filles que j’ai connues par la suite et qui s’occupaient de la santé étaient taillées sur le même modèle : fortes, sûres d’elles, attentives, intelligentes, assez courageuses pour aller partout et parler aux anciens, aux jeunes, tous pauvres, français ou arabes. Et puis, j’ai vite appris que dans cette maison lépreuse de cette ruelle passait le monde entier : Polonais, Tchèques, Serbes, Turcs, Albanais, Iraniens, Afghans, Syriens, Géorgiens, Ukrainiens, Africains, Espagnols, Italiens, Égyptiens, Kurdes. Tout y est passé, les marchandises, toute l’électronique, pas le plastoc des Chinois, toutes les villes du Sud-Est asiatique avec les prix « importé par Dubaï ». Je suis passé à deux fois par semaine dix heures, de trois heures de l’après-midi à une heure du matin, pour mille trois cents euros nets, quand j’ai tenu un ordi et les téléphones portables pour les filles qui tapinaient sur les routes. Elles étaient des Balkans et venaient des « puticlubs » d’Espagne, puis elles avaient passé deux ou trois mois vers Béziers et Montpellier, restaient quelques mois sur les routes d’Arles, Nîmes et Avignon, avant de remonter vers l’Allemagne. Elles ne venaient jamais au local, mais envoyaient un parent ou un ami qui les accompagnait.

Bon, les filles, il faut que je précise : celles qui restent de quatre à six mois sont accompagnées de parent(e)s ou d’ami(e)s, qui s’installent dans les villages proches de leur lieu de travail. Ces personnes louent l’appartement où réside la jeune prostituée, originaire des Balkans ou du Caucase et passées quelques années par l’Espagne, où elle obtient ses droits de circulation en Europe. Les Géorgiens, les Ukrainiens ou les Serbes et autres Bulgares qui les recrutent travaillent dans les clubs espagnols et y livrent aux Marocains de passage des produits électroniques vendus par les Afghans ou les Iraniens. La boucle est bouclée : elles sont « hébergées » en France par ces Marocains rencontrés lors des livraisons. Attention, quand je dis « hébergées », elles ne se montrent jamais ici, mais on gère leurs rendez-vous : dans une pièce spécialisée, au premier étage, de trois heures de l’après-midi à trois heures du matin, on est cinq sur des ordis, à passer des logiciels avec leurs photos, alimenter les localisations GPS, répondre aux portables pour des rendez-vous et prévenir les filles ; c’est le travail qui paie le plus. Je suis maintenant, depuis peu, à trois fois dix heures semaine pour deux mille euros par mois. Je complète avec deux fois quatre heures pour des veilles « médicaments génériques » et autres marchandises pour cinq cents euros de plus par mois.

Prendre la route à son tour

Je vais passer le boulot à un ou deux copains des HLM et aller aux tournées : je connais les principaux relais des reventes aux quatre coins de l’Europe à force de les contacter par Skype et Google. Tous ceux qui passent aux ordis prennent la route au bout de six à huit mois. J’ai été plus long parce que je devais passer le permis. Bientôt donc, je vais faire deux ou trois accompagnements, avec un Marocain, vers l’Espagne, un Turc, vers la Belgique et l’Allemagne, ou un Albanais, vers l’Italie et les Balkans, et je me lancerai. C’est une formation plus rapide et plus payante que celles de l’IUT. J’ai un gros avantage sur les commerçants qui viennent d’Afrique, du Moyen-Orient, ou d’ailleurs hors de la Communauté européenne : étant français, j’ai une possibilité illimitée de circuler, et, moi, je parle l’arabe, qu’on m’a fait cacher pendant mes études et qui maintenant est une clef.

Consultations médicales

Par contre, les docteurs musulmans, qui sont accueillis dans la grande salle, plus une pièce pour des observations plus discrètes, reçoivent les familles sur place : c’est un honneur pour le proprio. Les clientèles sont devenues importantes, chaque consultation dure une heure pour un maxi de dix personnes de la même famille. De sept heures le matin à dix heures du soir, avec une pause entre une heure et trois heures. Quatre-vingts euros la consultation collective. Ça fait environ mille euros par jour pour le toubib ; il reste six jours ou sept, paie mille euros pour le loyer, trois mille pour les assistantes. Il lui reste deux ou trois mille euros que tu peux multiplier par quatre pour avoir le gain mensuel. Ils sont en « flux tendus » : il n’y en a pas assez. Les « assistantes », comme Aïcha, ont un travail dingue.

Emplois pour jeunes

En tout, sur X, nous sommes une quarantaine de jeunes, moitié filles moitié garçons à travailler en permanence. Nous formons au fur et à mesure ceux qui nous remplaceront quand on passera aux circulations. Alors tu vois, sur une année, ça va chercher plus de cent jeunes casés. Pour les femmes, nous avons notre pièce avec six ordis : elles paient chacune mille euros semaines pour l’ordi, qu’il faut souvent renouveler, à cause des repérages IP, pour le « téléphone portable jetable », même problème, les GPS, nos salaires. [...] Je ne sais pas si elles continuent le trafic de coke : ici, il ne passe jamais de drogue. Ici, elles ne viennent pas mais sont connues par tous les commerçants [transmigrants] qui passent. Les photos et les cartes que nous avons les renseignent et souvent, ils négocient une passe par notre intermédiaire.

Retiens bien : la plupart des commerçants qui se croisent ici sont des diplômés dans leur pays ; les docteurs bien sûr, mais aussi des ingénieurs, des vrais commerciaux qui n’ont aucun espoir de travailler chez eux, ou pour une misère. Alors ils connaissent l’informatique, ils parlent l’anglais, et d’ailleurs même les paysans avec leur « broken » le baragouinent ; et quelques-uns parlent le français comme il est écrit dans les livres, comme on ne sait plus le faire au lycée.

Aïcha, Fatiha, assistantes médicales multitâches

19Les deux jeunes femmes travaillent dans une ville du Vaucluse, dans la même maison que Karim. Aïcha est une « historique », c’est-à-dire qu’elle travaille dans ce lieu depuis qu’il existe, à plein-temps, depuis trois ans. Fatiha, française née au Maroc, réside avec sa famille dans les HLM : elle circule très souvent entre les appartements d’étape des transmigrants à Beaucaire, Arles et Nîmes, Avignon, pour organiser l’accueil des « docteurs égyptiens » et pour distribuer des médicaments. Elle a été recrutée par Aïcha cinq mois avant notre rencontre.

Aïcha : « docteurs égyptiens » en tournées

La nécessité d’organiser les passages des « docteurs égyptiens » est apparue il y a trois ans, à Arles et à Nîmes. Les premiers qui sont arrivés accompagnaient des Irakiens kurdes, des Afghans, ou des Turcs qui passaient par l’Albanie et l’Italie, plutôt des Arabes de la région d’Adana. C’étaient des vrais médecins formés à Damas, à Beyrouth et pour certains à Sofia, en Bulgarie. Ils essayaient de trouver un travail dans les hôpitaux. Ils savaient que s’ils étaient embauchés, c’était pour un travail déqualifié, mais ils espéraient passer des concours et, en quelques années, devenir de vrais docteurs des hôpitaux. Mais ce n’était pas aussi simple : travail de nuit, dans un milieu hostile : ils représentaient la dégringolade des statuts de soignants français, comme cela avait été le cas chez les ouvriers trente ans avant, ils parlaient peu la langue, et étaient surchargés de gardes de nuit, etc. [...] Alors certains ont demandé aux associations proches des mosquées si elles désiraient des « soins musulmans » et surtout des visites sans dénudation des femmes. Comme ils travaillaient à l’hôpital de Marseille, tous les responsables religieux ont eu confiance ; et puis les officiels de la santé et les dispensaires disparaissaient des quartiers pauvres, il fallait réagir. C’est à Nîmes et Arles qu’ils ont commencé. Et puis, ils ont été rapidement appelés partout ; alors ils ont rejoint les appartements qui servent aux Marocains du commerce en fourgons [les transmigrants] à Nîmes, Arles, Beaucaire et Avignon. [...] Alors il a été clair que ce quadrilatère de villes était le centre, la plaque tournante de tous ceux qui prennent la route, docteurs, commerçants ou femmes. Au début, on comptait chaque année le passage d’une centaine de docteurs. Aujourd’hui, avec ceux qui vont en Espagne et ceux qui remontent vers l’Allemagne, ou en descendent, c’est plusieurs milliers de docteurs qu’on croise. Pour la région de Toulon à Montélimar, Montpellier et Béziers, il faut compter environ deux mille passages avec arrêt pour consulter, de deux jours à une semaine. [...] mélangés avec ceux du commerce seulement à Nîmes, Beaucaire, Arles et Avignon, puis dans les locaux des associations, ou des mosquées, ou chez des particuliers, qui gagnent un peu d’argent. En tout, je compte vingt-sept lieux pour les consultations collectives ; Fatiha, elle, qui livre des médicaments dans quelques-unes, dit qu’il y en a plus de quarante dans la même zone. [...] Quand ils s’arrêtent dans les appartements ou les maisons des Marocains, c’est souvent qu’ils s’entendent avec des commerçants pour faire la route avec eux.

Fatiha : les médicaments les plus récents

Quand on en parle comme ça, surtout des diagnostics avec les pouls, on pense à des guérisseurs ou à des charlatans. Pas du tout, ils ont des formations réputées [...] et tous disent combien il est difficile d’entrer en médecine à Damas ; il faut avoir les meilleures mentions au Bac. [...] Alors, ce qui frappe le plus, c’est de les voir comme des guérisseurs et de constater qu’ils utilisent les médicaments les plus récents, qui ne se vendent pas encore en France.

Ça fait partie de notre travail de chercher sur Internet les médicaments qu’ils demandent. Ils lisent tous, en anglais, les revues spécialisées américaines et canadiennes et ils connaissent les médicaments les plus récents, qu’on n’aura en France que dans quatre ou cinq ans. [...]

Aïcha : une distribution médicale en extension

On est débordées parce qu’il y a de plus en plus de clients qui ne voient pas les docteurs et qui veulent les mêmes médicaments que des voisins, parce que, aussi, il faut aller en chercher à Gênes ou à Barcelone où ils arrivent en quantité. [...] Alors, voilà ce qu’on a décidé : certaines parmi nous s’installent en solo et se consacrent aux commandes et redistributions de médicaments. Nous les assurons de notre clientèle, mais nous leur envoyons tous ceux qui veulent les médicaments sans passer par les docteurs. [...] C’est à Nîmes, dans les environs, qu’une de ces filles, installée comme commerciale, a commencé à livrer des toubibs français à la recherche de produits américains récents. [...] Si ça continue, c’est les demeurés qui iront chez le pharmacien. D’autant plus qu’aux ordis, ils cherchent des génériques et en trouvent à quart de prix.

Naissance de dispositifs populaires, résiliences consacrant les liens entre immigrants et transmigrants

Azzedine « sépare le bon grain de l’ivraie »

  • 16 Azzedine a 26 ans. Cadet d’une fratrie de sept enfants, il vit entre le Gard et Fès, ville où la f (...)

À Nîmes, je dors dans notre appartement16, je me lève vers six heures, moment de départ des fourgons, et je me couche aux dernières arrivées vers onze heures du soir ; le temps de manger tous ensemble, et au lit.

Tu veux savoir ce que je fais ? Toujours plus, toujours en désordre. [...] Il y a les dedans et les dehors. Dedans, deux femmes viennent le matin, pour la vaisselle de la veille, la propreté, le linge et la préparation des repas : un chaud à midi, un froid le soir. Et puis c’est difficile, tout change selon les arrivées et les livraisons. Il faut dire qu’on ne fait pas les rendez-vous des femmes de la route, c’est Beaucaire, Arles ou Avignon qui s’en occupent. Par ici et tout autour d’Arles, les maquereaux ukrainiens et géorgiens sont trop mal vus. [...] Par contre, les docteurs et les médicaments, c’est surtout nous et Avignon. Alors là, tu connais puisque tu as parlé à Aïcha et Fatiha. Ce que nous avons en plus, c’est beaucoup de clients qui ne sont pas arabes, qui ne passent pas par les docteurs égyptiens ; ce sont des clients docteurs français qui nous passent des commandes délicates aux USA et au Canada. [...] En clair, les toubibs d’ici, des HLM, s’en vont à cause de nous, les gens font plus confiance aux docteurs égyptiens qu’aux charlatans des cités en blouse blanche ; et les toubibs qui sont pas d’ici, mais des beaux quartiers, spécialistes et compagnie, sont nos clients. Ils veulent tel nouveau médicament qui n’a pas encore de générique. C’est très difficile parce qu’il faut être sûrs des labos, mais attention : pour eux, on ne cherche pas les meilleurs prix, brésiliens ou indiens.

L’habitation comme relais commercial

[...] Alors la fille qui cherche ouvre Merx-Canada [...]. Nous avons six filles et toute une pièce pour le médical. [...] Moi, ce qui m’intéresse, c’est les bonnes marchandises. Aux ordis ou sur Skype – et notre adresse est connue en bien dans toute l’Europe –, on essaie de faire venir tous ceux qui ont du matos de bonne marque sous garantie internationale. Alors, ce matos, on le monte là, dans ces deux pièces ; la troisième, c’est pour roupiller : six places en superposé ; la dernière, c’est pour moi ou la famille. [...]

Une qualité très contrôlée

Bon, je t’ai dit du bon matos connu, des marques et pas d’occasions. Tu comprends, passé direct, sans taxes et frais commerciaux, les prix sont très bas, moins de la moitié, alors les imitations ou les sous-sous marques chinoises, pakistanaises ou serbes, ça vaut pas le coup : les clients connaissent tout, quand ils voient un Olympus à trente euros, ils savent que c’est un ceci ou cela, que l’optique est Zuiko x 4, qu’il y a l’anti-tremblements, etc. Alors si tu mets en face un chintok de plastoc à vingt-cinq euros, ils te demandent pour qui tu les prends. Ou bien des marques chinoises qui passent la rampe, comme Acer, mais alors, leur commercialisation, c’est les mêmes chemins que Samsung, le coréen, c’est-à-dire les grands financiers, et puis, c’est passé par Taïwan, alors tu retrouves vite Hong Kong là-dessous. Les gens, les clients, jeunes ou vieux, français ou arabes, connaissent les marques et les nouveautés à premier prix ; ils voient la pub et ils divisent le prix par plus de deux, et ils ont la valeur « tombé du camion ». Alors ici, on débarque toujours les bons produits, et je contrôle tout, et d’autres prennent ce qui leur convient. C’est moi qui arrange tout ça : et c’est du boulot, oh oui. Comme ils disent, je « sépare le bon grain de l’ivraie » : bons produits et bons commerçants. [...] C’est moi qui montre ma figure, sur Skype, pour demander à un Italien, un Hollandais ou un Bulgare la garantie d’honnêteté du gars qui a fait la route et débarque ça : devant l’écran « tu me reconnais ? — Oui bien sûr ! Il répond le Hollandais ; — Et lui ? Je dis en rapprochant sa tête de l’écran. Il est passé il y a trois jours, je lui ai pris xxx et refilé yyy ; — Bon, ça va, merci, je dis. » Et alors, je prends ou j’échange, prix Fnac moins soixante ou soixante-cinq pour cent. Mais s’il répond : « Jamais vu, qui c’est ? » alors là, je laisse le gars qui veut me fourguer sa marchandise s’expliquer « oui, mais c’était pas toi, c’était un gars comme ci comme ça » et alors, si l’autre répond « tu me prends pour une pipe », je le remercie et je vide le gars et sa marchandise. Et quand des nouveaux de la route, surtout de l’Est, arrivent avec leur fourbi, les copains qui travaillent ici – nous sommes sept pour le commerce – rappliquent, ceux des ordis, celui du parking et l’un ou l’autre des convoyeurs « de proximité ». On n’a jamais eu de problème. [...] Oui, j’ai dit « les convoyeurs de proximité » : c’est ceux qui livrent la marchandise, avec les fourgons, aux commerces qui marchent avec nous, depuis ici jusqu’à Barcelone.

Organisation territoriale de la distribution

  • 17 Nîmes, Avignon, Arles.

C’est fini l’époque des gars qui faisaient mille kilomètres en livrant tous les cinquante kilomètres, maintenant, dans le triangle17, on concentre tout puis on livre la moitié de la France, de Toulon à Vienne et à Toulouse. Il y a des régions où on est inconnus, Bordeaux, Nantes, etc. ; ils sont pas sur la bonne route. [...] Sur Nîmes, en tout, il y a cent quarante à cent soixante jeunes qui bossent avec nous. Et ça roule beaucoup : dans l’année, ça fait facilement deux cents ; ceux qui prennent la route ont appris à se démerder ici. Et ils ont le mot de passe à Amsterdam, Bruxelles, Prague, Milan, Tetovo ou ailleurs : « Salut, j’ai travaillé pour Azzedine, à Nîmes », aussitôt, liaison Google ou Skype et, après quelques mots amicaux entre nous, « — Tu as besoin de quoi ? » et c’est parti pour le jeune.

Apports et conditions d’une approche en termes de transmigration : de l’immigrant à l’étranger de passage

20L’enchaînement de nombreuses étapes nationales et urbaines est l’une des caractéristiques essentielles de la transmigration étudiée. Effectuant des parcours de milliers de kilomètres, souvent de chez soi à chez soi, pendant des périodes de trois à six mois, les individus qui la pratiquent ont pour activité principale la vente de produits de contrebande, ou de services, contournant donc les législations des pays traversés. Comme on l’a vu, ces activités commerciales alternent parfois avec des travaux occasionnels (cueillettes, travaux du bâtiment...).

21Le transmigrant réalise une mise en scène nouvelle de la figure de l’étranger dont parlait Georg Simmel au xixe siècle finissant : alors que les populations sédentaires, anciennes ou récentes, ne savaient s’il prendrait place parmi elles ou s’il poursuivrait plus avant son déplacement, désormais elles savent qu’il ne fait qu’une étape et qu’il entraînera, à son départ, quelques jeunes du lieu (voir Grafmeyer & Joseph, 1979, 1990). Les contextes d’altérité s’en trouvent fortement modifiés. La transmigration n’est qu’un moment de sa mobilité, inscrit généralement dans un itinéraire migratoire plus large, jamais un « état » identitaire stable. On n’est pas transmigrant comme on demeure – parfois pendant plusieurs générations – immigrant. Cette fluidité, redevable des alliances commerciales cosmopolites dans la circulation internationale, tend à reconfigurer les cloisonnements ethniques des étapes. Prendre la route dans le vaste espace transactionnel de l’« entre pauvres », c’est devenir citoyen transeuropéen d’un espace que ni la « race » ni la religion ne singularisent : le partage identitaire premier est celui d’une condition commune de pauvre.

  • 18 Fernand Braudel a souvent insisté sur le rôle des activités commerciales internationales dans la c (...)

22Au départ de sa migration, le transmigrant forme un groupe avec des parents et des voisins – ce qui justifie, pour certains, la désignation de cette migration comme « ethnique ». Puis, durant le temps long du parcours, les étapes urbaines, les collaborations avec de nouveaux compagnons, les cohabitations, il partage sa destinée, affective ou commerciale, avec toutes sortes d’étrangers qui deviennent ses nouveaux proches : l’altérité se substitue progressivement à l’identité pour qualifier le lien social dans son nouveau milieu – de ce fait, la désignation initiale d’ethnique ne se justifie plus pour la migration de celui qui la poursuit18. Inventeur de vastes couloirs territoriaux découpés dans son espace relationnel intense et constant – formant des « territoires circulatoires » dont lui seul connaît les usages –, il crée de nouvelles configurations transfrontalières à partir de ses connivences de parole donnée, d’honneur. Sa mobilité et son savoir-passer les frontières étatiques confèrent de la valeur aux produits ou aux services qu’il commercialise. Il s’agit, pour plusieurs dizaines de milliers d’individus, de passer les frontières entre nations en contournant les exigences « licites » variables, et « négociables », pour les personnes comme pour les marchandises. Les notions de « trajet » et d’« itinéraire » sont insuffisantes à rendre compte de la réalité territoriale des espaces traversés. Sur plusieurs milliers de kilomètres, ces parcours fédèrent, dans des couloirs de plusieurs dizaines de kilomètres de large, toutes sortes de migrants internationaux. Certains s’arrêtent là pour quelques jours ou quelques mois pour exercer des activités transitoires rémunérées et créent de multiples attaches locales, d’autres découvrent des habitats semi-permanents et collectifs, facilitant leurs haltes, leurs circulations et toujours leurs échanges. La problématique du passage frontalier unique et de la voie de circulation la plus directe est inopérante pour rendre compte des interactions en déplacement des transmigrants, qui sont contextualisées par les échanges économiques, incluant rapidement des dimensions affectives avec les habitants sédentaires, et bien sûr entre eux, et donc l’entrée dans la diversité des relations locales.

23Pour cet étranger, ses passages, ses inventions de territoires d’un monde favorable aux rapports d’altérité, son entrée dans les villages, dans la ville – faubourgs et centres – où sont présents les pauvres, ses vis-à-vis « naturels », décrivent des initiatives tout au long de l’espace intermédiaire qui relie origine et destinations. D’objet, il devient sujet de sa migration. Entré généralement dans la ville par les « quartiers immigrés » de celle-ci, il offre aux jeunes générations, souvent enclavées, un modèle de sortie sociale « par le bas » que les États ont été incapables de leur fournir. Il signifie, en même temps qu’il dépasse, la vulnérabilité des limites urbaines cristallisées au cours du dernier demi-siècle. C’est le transmigrant, cet étranger, qui attire actuellement de plus en plus les jeunes prêts à quitter l’insupportable enclavement résidentiel. Ces derniers s’inscrivent désormais dans une histoire nouvelle des migrations (Boubeker, 2003), dont ils attendent leur statut de sujet.

  • 19 Voir Tarrius (2014) pour l’usage, pendant l’enquête, de la notion de « paradigme de la mobilité ».

24Cette approche des transmigrants s’appuie donc avant tout sur la prise en compte des interactions vécues lors des déplacements, sur les observations participantes des situations originales qu’ils créent entre eux et avec les résidents locaux. Elle nécessite de la part du chercheur l’accompagnement, et plus encore le mimétisme, l’observation en situation de mobilité19, là où, précisément, s’exprime la créativité des nouveaux migrants.

Bibliographie

Agier Michel (2013), La Condition cosmopolite, Paris, La Découverte.

Akoka Karen (2013), « Pour une histoire sociale de l’asile politique en France », Pouvoirs, nº 144, p. 67-77.

Arab Chadia (2009), Les Aït Ayad : la circulation migratoire de Marocains entre la France, l’Espagne et l’Italie, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Boubeker Ahmed (2003), Des mondes de l’ethnicité, Paris, Balland.

Grafmeyer Yves & Joseph Isaac (éd. et trad.) (1979, 1990), L’École de Chicago : naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier.

Hannerz Ulf (1996), Transnational Connections, Londres, Routledge.

Hannerz Ulf (1980, 1983), Explorer la ville : éléments d’anthropologie urbaine, Isaac Joseph (éd. & trad.), Paris, Éditions de Minuit.

Lask Manon (2015), Apparition parmi les populations marocaines de Perpignan d’une élite intellectuelle transnationale, mémoire de master 2, Toulouse, Université Toulouse-Jean Jaurès.

Ma Mung Emmanuel (1986), Mobilités et investissements des émigrés, Paris, L’Harmattan.

Missaoui Lamia & Tarrius Alain (2007), La Remontée des Sud : Afghans et Marocains en Europe méridionale, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Noiriel Gérard (1988), Le Creuset français : histoire de l’immigration, xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du Seuil.

Park Robert Ezra (1955), « Collected Works », dans Society: Collective Behavior, News and Opinions, and Sociology, and Modern Society, Everett C. Hughes (éd.), Glencoe, Free Press, p. 345-356.

Park Robert Ezra (1928), « Human Migration and the Marginal Man », American Journal of Sociology, vol. 33, nº 6, p. 881-893.

Potot Swanie (2003), « La place des femmes dans les réseaux migrants roumains », REMI, vol. 19, p. 149-177.

Qacha Fatima (2013), « Transmigration solitaire et recherche de revenus d’une femme marocaine », dans Alain Tarrius, Lamia Missaoui & Fatima Qacha, Transmigrants et nouveaux étrangers : hospitalités croisées entre jeunes des quartiers enclavés et nouveaux migrants, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 147-178.

Simon Gildas (2008), La Planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin.

Simon Gildas (1979), L’Espace des travailleurs tunisiens en France : structure et fonctionnement d’un champ migratoire international, Paris, Martineau.

Streiff-Fenart Jocelyne & Poutignat Philippe (2014), « Vivre sur, vivre de la frontière : l’après transit en Mauritanie et au Mali », Revue européenne des migrations internationales, vol. 30, nº 2, p. 91-112.

Tapia de Stéphane & Muller Laurent (2005), La Création d’entreprises par les immigrés, un dynamisme venu d’ailleurs, Paris, L’Harmattan.

Tarrius Alain (2015 a), Étrangers de passage : « poor to poor », « peer to peer », La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Tarrius Alain (2015 b), La Mondialisation criminelle, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Tarrius Alain (2014), « Quand les territoires circulatoires des transmigrants traversent des quartiers enclavés des villes moyennes françaises », Revue européenne des migrations internationales, vol. 30, nº 2, p. 169-90.

Tarrius Alain (2008), « Migrations et cohabitations urbaines aux bordures de l’Europe », L’Année sociologique, nº 58, p. 71-94.

Tarrius Alain (2007), La Remontée des Sud : Afghans et Marocains en Europe méditerranéenne, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Tarrius Alain (2002), La Mondialisation par le bas, Paris, Balland.

Tarrius Alain (1997), Fin de siècle incertaine à Perpignan : drogues, pauvreté, communautés d’étrangers, jeunes sans emplois, et renouveau des civilités dans une ville moyenne, Perpignan, Éditions Trabucaïre.

Tarrius Alain (1995), Arabes de France dans l’économie mondiale souterraine, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Tarrius Alain (1993), « Territoires circulatoires et espaces urbains », Annales de la recherche urbaine, nº 59, p. 51-60.

Tarrius Alain (1992), Les Fourmis d’Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L’Harmattan.

Tarrius Alain (1987), « L’entrée dans la ville, migrations maghrébines et recomposition des tissus urbains à Marseille et à Tunis », Revue européenne des migrations internationales, vol. 3, nº 1-2, p. 131-147.

Tarrius Alain & Bernet Olivier (2010), Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels, Perpignan, Éditions Trabucaire.

Tarrius Alain, Missaoui Hasnia-Sonia & Bernet Olivier (2010), « Transmigrants entre Maroc et France et recours à l’Internet médical », Réseaux, vol. 28, février-mars, p. 92-111.

Viard Jean (2014), Éloge de la mobilité, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Waldinger Roger (2006), « Tansnationalisme des immigrants et présence du passé », Revue européenne des migrations internationales, vol. 22, nº 2, p. 23-41.

Weil Patrick (2005), La République et ses diversités, Paris, Éditions du Seuil.

Wihtol de Wenden Catherine (2009), Atlas mondial des migrations, Paris, Éditions Autrement.

Notes

1 Ce travail a été réalisé avec la collaboration de Manon Lask, en master 2 à l’université de Toulouse Jean Jaurès. Voir Manon Lask (2015).

2 La notion de territoire circulatoire (Tarrius, 1993) autorise une approche anthropologique spatialisée de la notion de réseau, en identifiant des interactions sociales originales dans l’espace-temps des mobilités. Elle réinterroge les hiérarchies identitaires nées de la légitimité sédentaire, à partir de celles apparues en mobilité.

3 Économie souterraine mais certainement pas informelle tant, nous le verrons, elle est organisée.

4 Enquêtes menées en 2006 avec l’aide de Katia Vladimirova de l’Université d’État de Sofia, dont les résultats ont été rapportés dans Missaoui & Tarrius, 2007.

5 Le processus de blanchiment admet usuellement cette perte de 20 à 30 % selon la monnaie de référence.

6 Un appareil photographique de grande marque vendu 90 € TTC en entrée de gamme est trop cher pour qui gagne 160 € par mois, soit le salaire de base généralisé en Macédoine et Albanie, et 260 € en Bulgarie, Ukraine, Turquie hors Istanbul. Le même appareil vendu à 40 € devient évidemment attractif.

7 Enquêtes menées en 2008-2009 (Tarrius & Bernet, 2010). Les rythmes des transmigrations des Afghans et des Iraniens et Kurdes Irakiens qui leur sont associés, coïncident avec les périodes culturales du pavot somniferum. Évidemment, ces migrants travaillent à bas prix comme ouvriers agricoles, leur bénéfice résidant dans l’accès aux prêts mafieux.

8 Un ingénieur commercial d’une très grande firme taïwanaise me déclarait, en décembre 2004, à l’université de Damas : « Nous ne sommes pas des imbéciles : l’intégration, dans nos stratégies, de l’économie du poor to poor étendue aux populations pauvres des pays riches, est une innovation commerciale majeure. »

9 Récit recueilli auprès d’un transmigrant baloutche de Machhad à l’occasion de plusieurs conversations, en sept journées, lors de rencontres en Avignon, en mars 2011.

10 Ceux-là même qui achètent des marchandises aux Afghans à peine débarqués en Bulgarie (enquêtes sur les Maghrébins, dans Tarrius, 1995).

11 Enquêtes menées à Marseille, dans le quartier Belsunce, en 1985, auprès de commerçants internationaux algériens, et en 2003, auprès de transmigrants marocains (Tarrius, 1987 ; Missaoui & Tarrius, 2007).

12 Stéphane de Tapia et Laurent Muller (2005) livrent, depuis quinze années, un bilan de la migration turque euro-asiatique.

13 Enquête menée de mars à juillet 2009, pour la DRESS-MIRE (Tarrius, Missaoui & Bernet, 2010).

14 Les récits qui suivent ont été coécrits par le locuteur, Lamia Missaoui, et Alain Tarrius lors de rencontres organisées à cet effet. Certains détails concernant les lieux ou les personnes furent modifiés d’un commun accord afin d’éviter leur identification.

15 Karim veut dire depuis les années 1945-1955. Ces résidents sont français pour la plupart d’entre eux (statut conservé après 1962) et souvent propriétaires de leur maison.

16 Azzedine a 26 ans. Cadet d’une fratrie de sept enfants, il vit entre le Gard et Fès, ville où la famille s’est réinstallée en 2008. Le père, Mohamed, a pris sa retraite cette année-là et se consacre depuis à plein-temps à la transmigration commerciale, par l’Espagne, la France et la Belgique. Il a gardé la location de l’appartement familial : « parce que c’est au centre de tous les passages, comme X ». Azzedine et son frère Mourad, 30 ans, assurent la gestion de l’appartement nîmois qui accueille désormais les commerces.

17 Nîmes, Avignon, Arles.

18 Fernand Braudel a souvent insisté sur le rôle des activités commerciales internationales dans la création des cosmopolitismes urbains. Georg Simmel avait signalé le phénomène pour des nouveaux venus dans la métropole, prenant une heureuse distance avec des interprétations du Volksgeist hégélien (voir Grafmeyer & Joseph, 1979, 1990).

19 Voir Tarrius (2014) pour l’usage, pendant l’enquête, de la notion de « paradigme de la mobilité ».

Auteur

Alain Tarrius est sociologue, professeur émérite à l’Université de ­Toulouse 2 Jean-Jaurès, rattaché au Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST, UT2JJ / CNRS / EHESS) et au réseau Migrinter. Ses travaux portent sur les migrations transnationales européennes et la transformation des villes. Ses derniers ouvrages sont Étrangers de passage : « poor to poor », « peer to peer » (Éditions de l’Aube, 2015) et La Mondialisation criminelle (Éditions de l’Aube, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site