Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Explorer la ville contemporaine par les transferts

 | 
Susanna Magri
, 
Sylvie Tissot

II. Formes urbaines et pratiques quotidiennes

Habiter « à la française » ou « à l’algérienne » ?
Aménagement et appropriation des maisons construites en Algérie par des migrants et leurs enfants

Jennifer Bidet

Texte intégral

1Dans le roman Au pays de Tahar Ben Jelloun (Gallimard, 2009), Mohamed est un vieil émigré marocain s’approchant de la retraite. Après une vie passée en France sans nostalgie pour son pays natal, craignant la perspective de la maison de retraite au fur et à mesure que ses enfants prennent leurs distances, il préfère retourner au pays où il fait construire une maison pharaonique, pour y accueillir tous ses enfants – maison condamnée à être vide puisque ses enfants n’y viendront pas, leur vie s’est construite ailleurs. Rendue possible par son émigration et l’accumulation d’un pécule suffisant pour entreprendre sa construction dans un format disproportionné, la maison construite au bled, au pays, est ici surtout le symbole de l’illusion de l’émigré à propos d’un improbable retour.

  • 1 Sur les maisons au Portugal, voir Villanova, Leite & Raposo, 1994 ; sur les maisons au Mexique, vo (...)
  • 2 Voir par exemple Erdal, 2012, sur des maisons construites au Pakistan.
  • 3 Notamment dans les travaux d’économie sur les transferts d’argent. Pour une approche synthétique, (...)

2La littérature scientifique existante appréhende de deux manières les maisons construites dans leur pays natal par des émigrés : d’abord, comme un investissement économique et un potentiel facteur de développement urbain dans le pays d’origine ; ensuite, comme l’introduction d’innovations dans les styles architecturaux et les modes d’habiter qui les accompagnent. Le deuxième type de littérature, le seul qui sera considéré ici, se centre sur les phénomènes d’hybridation des formes architecturales et des modes d’aménagement intérieur – ni importation exclusive d’un modèle d’habiter étranger, ni copie conforme des modèles locaux d’habiter dominants1. L’introduction d’innovations architecturales, qui viennent individualiser la maison du migrant et par là le migrant lui-même dans une société locale conçue comme fortement communautaire, est alors analysée comme l’expression de la réussite sociale. Ces innovations ne sont pas forcément en phase avec le contexte où elles prennent place. Ainsi, Sara Lynn Lopez montre que les maisons construites au pays par des Mexicains émigrés aux États-Unis, laissent apparaître le transfert d’éléments qui perdent leur fonctionnalité dans l’espace mexicain : par exemple, le gazon devant la maison, censé mettre en scène la vie de la famille aux yeux de tous, mais qui est sans utilité dans des rues très peu passantes ; ou encore la boîte aux lettres, transposée elle aussi des banlieues pavillonnaires états-uniennes, mais qui n’a de fonction que symbolique, car au Mexique, le courrier n’est pas distribué aux lieux de résidence (Lopez, 2015). Ces importations produisent alors l’effet inverse de celui qui était recherché : supposées symboliser la réussite sociale, elles sont au contraire jugées de « mauvais goût » (Klaufus, 2006). Dans ces études, les maisons sont donc généralement analysées comme symboles plutôt que comme sièges de pratiques et de relations sociales. La marque de la condition paradoxale du migrant est alors vue dans une maison qui n’est jamais aussi grande que quand elle est vide, car pour l’agrandir et l’embellir, les propriétaires doivent continuer à travailler hors du pays (Lopez, 2015). Cette interprétation est souvent adossée à une interrogation sur les motifs de la construction de ces maisons2. Investissement d’argent, assurance d’être logé lors des vieux jours ou matérialisation de la réussite économique de la migration, ces différentes raisons, tirées de la bouche des principaux intéressés, se mêlent pour expliquer un comportement économique jugé dans certains travaux3 peu rationnel, aussi bien au niveau individuel (le bien est rarement mis en location, ou l’est à un prix ne permettant pas réellement de rentabiliser l’investissement) que collectif (ces constructions sont jugées improductives pour l’économie locale).

  • 4 En particulier, l’influence du dessinateur municipal, du maçon pris sous contrat pour le gros œuvr (...)

3En décalage avec cette littérature, mon travail sur les maisons construites en Algérie par des familles qui ont émigré dans les années 1950-1970 propose de réorienter l’analyse dans trois directions. D’abord, il complexifie le modèle binaire opposant architecture importée et architecture locale. Le cas considéré, celui d’une ancienne colonie où les villes sont soumises à des influences architecturales et urbanistiques diverses, et en premier lieu celles du pays colonisateur, empêche de penser de manière trop simpliste l’hybridation, dans les maisons bâties par les émigrés, des formes architecturales « algériennes » et des formes architecturales « françaises » importées par les migrants. Ensuite, alors que les travaux existants se focalisent sur le processus de construction et les discours des migrants bâtisseurs, mon attention se porte plutôt sur la manière dont ces maisons évoluent dans le temps. On connaît désormais les modes concrets de réalisation des maisons, et notamment le rôle des intermédiaires locaux dans le façonnement de leur morphologie4. En revanche, l’appropriation de ces maisons à plus long terme a été laissée dans l’ombre. En déplaçant le regard des parents bâtisseurs aux enfants nés à l’étranger (ici en France), on peut s’intéresser aux modes d’investissement de la maison par les enfants, devenus adultes, à l’occasion de leurs séjours de vacances, et accéder ainsi aux usages et appropriations de ces maisons sur le temps long. Enfin, je propose de réinscrire les formes architecturales des maisons dans les trajectoires sociales et dans les sociabilités locales des migrants et de leurs descendants. J’étudierai les innovations techniques et morphologiques non en architecte mais en sociologue, afin de montrer ce que les formes et les modes d’appropriation des maisons doivent aux trajectoires individuelles et familiales. L’enjeu est ici de mettre en question l’association mécanique entre morphologie (externe et interne) des maisons et statut social revendiqué par les migrants.

  • 5 Dans le cadre de mon doctorat de sociologie, soutenu en 2013, sur Les Vacances au bled de descenda (...)

4Mon enquête a porté sur la ville de Sétif, où j’ai pu visiter plusieurs maisons construites par des familles émigrées et où j’ai rencontré et partagé des moments de « vacances » avec des descendants d’émigrés originaires de la région lyonnaise5. Je reviendrai dans un premier temps sur l’histoire particulière de cette ville moyenne d’Algérie, sur les traces que cette histoire y a laissées, telles qu’au-delà de la forme des maisons, c’est aussi leur emplacement qui peut être un marqueur du statut social. Je décrirai ensuite les influences croisées, françaises et algériennes, qui s’exercent sur la morphologie extérieure et intérieure des maisons. Enfin, à partir de deux cas détaillés, j’analyserai le rapport entre la morphologie physique des maisons et le statut social revendiqué de leurs propriétaires, ainsi que le destin de « maisons vides » qui leur est assigné.

Genèse des maisons du bled

5Les maisons construites en Algérie par des migrants s’inscrivent dans un contexte où les couches successives d’urbanisation ont été marquées par l’importation de modèles ou d’imaginaires extérieurs au territoire algérien. Sétif, huitième ville d’Algérie avec ses 300 000 habitants, est située en retrait du littoral (à 80 km au sud), sur la route principale reliant Alger à Constantine, troisième ville du pays. Sa situation de carrefour lui garantit un haut niveau de développement économique. Implantée dans une région limitrophe avec la Petite Kabylie, sur des hauts plateaux fertiles, la ville se situe dans une importante zone de production agricole, en particulier céréalière. L’organisation sociale de la région a été profondément modifiée par la colonisation, notamment par le découpage des terres imposé par les colons et l’État colonial, qui a abouti à l’expropriation de nombreux petits paysans. Alors que l’émigration issue de Grande Kabylie prend d’abord sa source chez des petits paysans qui partent pour amasser un pécule destiné à faire fonctionner l’exploitation familiale (Sayad, 1977), les émigrés des hauts plateaux partent plus souvent sans rien laisser derrière eux et se sont installés de préférence dans la région lyonnaise pour y trouver du travail (Montagne, 1954 ; Massard-Guilbaud, 1995). C’est en partant d’un terrain d’enquête situé en région lyonnaise, portant sur les familles algériennes qui passent leurs vacances en Algérie, que j’ai été amenée à poursuivre l’investigation sur la ville de Sétif.

Des maisons inscrites dans une histoire urbaine sous influence

  • 6 Développement du pays sur le modèle socialiste jusque dans les années 1980, libéralisation progres (...)

6Si la période coloniale a profondément marqué l’urbanisme et l’architecture de Sétif, en particulier en son centre, l’Algérie indépendante a vu se succéder des orientations politiques contrastées6 qui se reflètent dans les modes d’aménagement urbain. Ces couches historiques, encore visibles dans le bâti aujourd’hui, représentent pour les habitants des marqueurs de leur ancienneté d’installation dans la ville et de leur inégal prestige social.

  • 7 Pour reprendre le vocabulaire colonial de l’époque. L’appellation « musulmans » désignait globalem (...)

7Colonisation de peuplement, l’occupation de l’Algérie s’est faite à travers une appropriation poussée du territoire, tant agricole qu’urbain. Si l’empreinte coloniale sur des grandes villes comme Alger et Constantine est prégnante (Pagand, 1994), elle est encore plus nette sur une ville moyenne comme Sétif qui n’existait (quasiment) pas avant l’arrivée des troupes françaises (Chaïbi, 2010). Bien que son site abrite des vestiges de l’époque romaine, lors de la conquête au xixe siècle, Sétif n’était alors qu’un petit regroupement d’habitations rurales. La ville s’est développée d’abord par l’implantation d’une garnison militaire française puis, à partir de la fin du xixe siècle, elle s’est peuplée peu à peu de civils « musulmans » et « européens »7. Le centre de la ville, qui est aussi son cœur historique, suit un plan en damier, où les bâtiments de deux niveaux sont ornés de balcons en fer forgé et de toits pentus recouverts de tuiles (figure 1). L’artère centrale traversant le centre d’est en ouest est bordée d’arcades commerçantes. Le paysage est bien différent de celui des vieilles villes de l’époque arabe, que l’on trouve encore au Maroc ou en Tunisie, et dans une moindre mesure en Algérie, avec les médinas aux bâtisses à toits plats tournées vers l’intérieur autour d’un patio central. Autour de ce centre entièrement modelé par la colonisation se sont développés des faubourgs, en particulier en direction de la gare, installée à la fin du xixe siècle pour relier la ville à Constantine, capitale régionale. Les quartiers construits autour de la gare ont gardé l’empreinte coloniale par leurs noms, Langar et Chiminou, référence arabisée à la gare et à la présence des cheminots.

Figure 1. Une histoire urbaine sous influence visible dans l’architecture.

Figure 1. Une histoire urbaine sous influence visible dans l’architecture.

Photographie : Jennifer Bidet, 2010.

8Une lecture des plans actuels de la ville de Sétif vient aussi rappeler la ségrégation spatiale entre Européens et indigènes. Ainsi, contrairement aux apparences, la cité excentrée de Bel Air a été édifiée dans les années 1920-1930. Destinée à reloger des familles venues des zones rurales et vivant au sud de la ville dans un habitat précaire surnommé à l’époque le « village nègre », cette cité aux maisons mitoyennes de très modestes dimensions plaçait cette population indigène à bonne distance des quartiers dits « européens ». En effet, à l’emplacement du « village nègre » démantelé, fut construite dans les années 1930 une cité-jardin d’habitations bon marché (HBM) pour la population européenne, dont le plan en damier aux larges artères bordées de maisons individuelles avec jardin rappelle l’ambition hygiéniste de l’urbanisme français de l’époque (Goerg & Huetz de Lemps, 2012). Ce quartier, appelé « cité Lévy » (du nom du propriétaire des terrains) ou « cité Bonmarché », situé à proximité du centre-ville mais séparé de celui-ci par les rails de chemin de fer, a été rebaptisé officiellement « cité Tlidjene » après l’indépendance. Mais il est aujourd’hui encore connu comme le quartier « Boumarchi ». Les vestiges de la ségrégation spatiale au sein même de cet espace sont conservés par la toponymie (on distingue couramment le « Boumarchi francis » du « Boumarchi arab ») et l’architecture (restes des maisons de la cité-jardin d’un côté, et vestiges de bâtisses plus modestes, aux toits plats, souvent mitoyennes, de l’autre). Enfin, entre le centre-ville et les faubourgs visiblement planifiés, certains espaces vides ont progressivement été urbanisés sans contrôle. Tandja est ainsi un quartier emblématique de l’exode rural des années 1940-1950, provoqué par la mécanisation de la production agricole coloniale (Prenant, 1953). Les migrants de l’époque y étaient venus bâtir ou occuper de petites maisons construites sur des parcelles maladroitement découpées, sans réelle maîtrise du foncier par l’autorité municipale. Lors de la guerre d’indépendance, Sétif a continué à voir arriver des migrants ruraux, déplacés des zones déclarées « interdites » par l’armée française ou fuyant spontanément les affrontements et la crise agricole provoquée par le conflit (Bourdieu & Sayad, 1963) – c’est en particulier le cas de Tandja qui se densifie à cette époque de façon informelle.

  • 8 Pour paraphraser Catherine Coquery-Vidrovitch (1988) sur les villes africaines.
  • 9 Les travaux d’histoire urbaine relatifs à cette époque soulignent que la circulation des modèles a (...)
  • 10 Sur la voie algérienne du socialisme après 1962, voir Stora, 1994.

9Ville algérienne ou ville en Algérie8, Sétif aujourd’hui est donc imprégnée d’influences héritées de l’époque coloniale9, ce qui rend délicate une opposition frontale entre maisons des émigrés et maisons locales, à supposer que celles-ci soient de purs modèles de constructions « à l’algérienne ». On peut en douter au vu de l’évolution postérieure à l’indépendance. Au cours des années 1970, l’État algérien présidé par Houari Boumediene (1965-1978)10 affirme son parti pris dirigiste au niveau local en collectivisant une grande partie des terres non occupées, les transformant en réserves foncières municipales (découpées en zones d’habitat urbain nouvelles, ZHUN, à partir de 1976), et surtout en pilotant de grands projets de construction d’habitats collectifs ayant vocation à répondre au manque de logements (Chorfi, 2007). C’est entre 1976 et 1986 que sont ainsi construits les quartiers aujourd’hui désignés par le nombre de logements prévus dans les programmes : « les 750 », « les 1 014 », ou encore « les 500 », sont autant de points de repères dans la ville, pour les habitants comme pour les vacanciers. Attribués en priorité à des Algériens résidents, ces quartiers d’habitat collectif en location sont rarement des lieux d’implantation des résidences secondaires des émigrés. En net contraste avec les cités-jardins des années 1930, ils le sont aussi avec les nouveaux lotissements de maisons individuelles qui se construisent à partir des années 1980. Depuis lors, en effet, le tour plus libéral pris par la politique économique (Chorfi, 2007) se lit dans l’évolution des formes urbaines : la construction de logements individuels est de plus en plus encouragée, tandis qu’une partie des réserves foncières municipales est transformée en lotissements pour une clientèle solvable. Les surnoms de ces quartiers excentrés contrastent avec ceux des anciens, plus proches du centre. Ils sont empruntés à un tout autre imaginaire : la ZHUN située en deuxième couronne par rapport au centre est communément appelée « Dallas », ce qui est une allusion au luxe et à la taille des maisons construites à une époque où la série américaine homonyme est retransmise en Algérie grâce à la diffusion des paraboles ; dans la ville voisine de M’Sila, un quartier de maisons individuelles de la fin des années 1990 est surnommé « Sha’r Dubaï » (« rue Dubaï ») – indice d’un nouveau déplacement des imaginaires du luxe et de la réussite. Dans ces quartiers, formes et tailles des maisons peuvent être impressionnantes, signes clairs de la richesse du propriétaire. Mais les plus spectaculaires, apanages des riches entrepreneurs locaux, sont rarement le fait d’émigrés.

Des maisons au bled

10Ce détour par l’histoire urbaine de Sétif permet de situer localement la genèse des résidences secondaires acquises en Algérie. Celles-ci s’inscrivent dans une géographie plus large de la parenté, celle des résidences de différents membres de la famille algérienne, mais aussi des différentes résidences occupées successivement par les parents pendant les séjours de vacances. Paraphrasant Sayad, Ali Mekki a analysé les différents « âges » des maisons construites dans un contexte plutôt rural, au cœur de la Kabylie, par les émigrés kabyles (Mekki, 2012).

  • 11 Village en arabe.
  • 12 Montagne en arabe, désignant par métonymie un village de montagne.
  • 13 Cette expression renvoie aux biens (surtout immobiliers) possédés en Algérie par la population dit (...)

11Quand ils évoquent les espaces fréquentés à l’occasion des vacances en Algérie, les émigrés mentionnent généralement – de manière plus ou moins assurée selon le degré de familiarité avec ces lieux – un douar11, un djebel12, une campagne ou un petit patelin, auxquels se rattache plus ou moins directement une branche de leur famille. Pour une partie d’entre eux, d’origine rurale, l’émigration vers la France n’est pas passée par l’étape intermédiaire du séjour dans une ville algérienne. Aussi, les premiers retours de vacances s’inscrivent-ils principalement dans ces espaces ruraux, à l’habitat plutôt dispersé et au confort très sommaire, dans des maisons parfois encore faites d’un mélange de terre et de paille. Pour une autre partie des personnes enquêtées, la relation au douar ou à la campagne est plus indirecte : leurs parents – parfois même leurs grands-parents – avaient déjà émigré en ville avant même d’émigrer vers la France, chassés par la guerre d’indépendance. Aux lendemains de celle-ci, le départ des « Européens » a suscité un appel d’air sur le marché du logement sétifien – l’appropriation des biens vacants13 avait été alors un enjeu important (Zitoun-Madani, 2012). Certaines familles interrogées lors de mon enquête ont ainsi acheté des appartements modestes qu’elles occupaient auparavant comme locataires, des résidences ou des terrains dans les cités-jardins, telle « Boumarchi ». La localisation des résidences de la famille dans la ville est donc un marqueur à la fois de l’ancienneté et du prestige de l’implantation urbaine : être de Tandja ou de Langar est un signe distinctif pour les Sétifiens résidents, mais aussi en partie pour les descendants d’émigrés qui ont intériorisé ces hiérarchies symboliques. Même les plus jeunes personnes interrogées lors de l’enquête continuent à se dire de Tandja ou de Boumarchi, y compris après que leurs parents ont fini par construire leur propre maison dans des quartiers plus périphériques. La construction d’une maison en Algérie vient ainsi encore modifier la géographie familiale et la morphologie des maisons. L’édification d’une maison distincte de celles de la famille vivant sur place impose dans la plupart des cas un déplacement vers les quartiers périphériques où des terrains sont mis à disposition par la collectivité locale – à l’image de la cité Dallas. La maison « traditionnelle » (figure 2) laisse ainsi la place à la maison neuve, « moderne » (Basagana & Sayad, 1974), construite en brique et dotée d’une cuisine et de toilettes (figures 3 et 4).

Figure 2. La maison « traditionnelle » d’une famille immigrée, aujourd’hui à l’abandon.

Figure 2. La maison « traditionnelle » d’une famille immigrée, aujourd’hui à l’abandon.

Photographie : Jennifer Bidet, 2009.

Figure 3. La maison d’un riche commerçant sétifien qui n’a pas émigré dans le quartier Dallas.

Figure 3. La maison d’un riche commerçant sétifien qui n’a pas émigré dans le quartier Dallas.

Photographie : Jennifer Bidet, 2009.

12L’acquisition de terrains et la construction de maisons par des émigrés sont accompagnées par l’État algérien, qui met progressivement en place à partir de la seconde moitié des années 1970 des mesures incitatives censées permettre aux émigrés de préparer leur réinstallation en Algérie (Scagnetti, 2004 ; Bidet, 2013). Une partie des logements neufs et des terrains lotis est réservée aux Algériens émigrés et, sur ce quota, la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (CNEP) propose des taux d’intérêt bonifiés ouvrant des droits à l’accession à la propriété.

13Partis régulièrement ou non en vacances en Algérie, tous nos enquêtés partagent ce souvenir de la construction de la maison et des dépenses associées. Dans tous les cas, malgré la modestie des prix d’achat du foncier, la construction d’une maison a pesé fortement sur les budgets familiaux, et ce pendant les nombreuses années, souvent nécessaires, pour l’achever. L’estimation du coût de cette construction – puis de la rénovation ou du réaménagement – est très difficile : les enfants n’en ont généralement aucune idée, et les parents rencontrés ont eux-mêmes des difficultés à estimer la somme investie au compte-goutte, en fonction des moyens disponibles.

Maisons à la française, maisons à l’algérienne : des formes d’aménagement spécifiques ?

14Analysant les modes d’aménagement des maisons des émigrés marocains, les comparant aux logements de ces mêmes familles en France, Daniel Pinson a mis en lumière la circulation d’objets entre la France et le Maroc, et la proximité des aménagements du logement français et du logement marocain. Si des objets (comme les baignoires) sont importés de France et viennent moderniser certaines pièces, en particulier celles destinées aux installations sanitaires, le salon, lui, est marocain plus qu’européen (Pinson, 1999, p. 78). Dans cette perspective, l’hybridation est observée davantage dans la forme des maisons qu’à travers l’usage qu’en font les habitants. Je ferai de même, tout d’abord en montrant comment l’architecture des maisons des émigrés algériens est tributaire des modèles en vigueur dans leur pays d’origine. Mais j’irai ensuite plus loin, en insistant sur les modifications apportées à ces modèles en conformité avec les manières d’habiter auxquelles les parents, et surtout leurs enfants, se sont habitués en France.

Des maisons inscrites dans leur contexte : à l’algérienne ?

15Les premiers éléments de différenciation entre la maison bâtie en Algérie et le logement occupé en France, tiennent au statut paradoxal de la première : c’est une résidence secondaire qui présente les attributs d’une résidence principale. Le logement de vacances est en effet grand, neuf et possédé plutôt que loué – a contrario du logement dans lequel ont grandi en France les personnes rencontrées, très souvent social, et loué dans les deux tiers des cas. Les propriétaires en France (un tiers) ont généralement accédé à la propriété d’une maison sur le marché de l’ancien, plus accessible financièrement, après avoir acheté ou fait construire en Algérie. Les maisons d’Algérie se distinguent des logements en France à deux autres égards. D’une part, les formes architecturales et les décors intérieurs adoptés sont tributaires des conditions matérielles de réalisation et surtout des enjeux de prestige local. D’autre part, les modes d’appropriation des espaces intérieurs font une large place à la polyvalence des fonctions, répondant à la contrainte, ou au désir, de la cohabitation avec la famille algérienne.

16Les maisons construites ou achetées en Algérie, on l’a dit, sont bien plus grandes que les logements français : les lots dans les quartiers d’habitat individuel de Sétif tournent généralement autour de 250-300 m2. L’absence de contraintes strictes sur les règles de construction permet en outre de réaliser plusieurs étages et ainsi augmenter encore la surface de la maison. De plus, dans les zones urbaines, les constructions optimisent généralement la taille de la parcelle : le bâti occupe l’intégralité de la surface au sol (pas de retrait par rapport à la rue, pas de jardin extérieur) et n’aménage d’espaces ouverts qu’à l’intérieur de la maison, sous la forme de cour intérieure ou de terrasse sur le toit. Leur allure de petits immeubles va parfois à l’encontre des représentations classiques de la maison forgées en France, sur le modèle du pavillon situé en centre de parcelle, détaché des pavillons voisins.

17Une partie de ces maisons de ville consacre une fraction du rez-de-chaussée à des « garages », terme générique désignant des espaces pouvant effectivement servir de garage mais aussi de local commercial. Cela peut être une manière de valoriser économiquement et de financer la construction de la maison, en touchant des loyers. Mais ces garages s’inscrivent aussi dans un système de solidarité familiale, où le garage est proposé à la location à bas prix à un membre de la famille vivant en Algérie qui, en retour, garantit une surveillance de la maison pendant l’année. Ce mode de construction intégrant des locaux à vocation économique (local commercial, atelier d’artisan) s’inscrit dans la continuité des habitudes de construction algériennes (Sidi Boumedine, 1994).

18Les descriptions des maisons d’Algérie sont souvent émaillées de superlatifs pour qualifier la grande taille des pièces – gigantisme parfois évoqué sur un ton critique, les enfants soulignant la démesure des choix opérés par leurs parents en décalage avec l’utilisation effective de la maison. La visite de certaines de ces maisons confirme l’impression de grand espace : plus que le nombre de pièces, la taille de certaines d’entre elles est particulièrement notable. C’est le cas des salons, fréquemment dédoublés. Le dédoublement des pièces de réception permet une séparation des hommes et des femmes lors de grandes réceptions mais il distingue surtout l’espace de convivialité entre proches de la famille et l’espace de réception de personnes extérieures au cercle qu’ils forment. La maison est par ailleurs conçue d’après des modes d’habiter destinés, à l’origine, à permettre la cohabitation, sous le même toit, de plusieurs unités conjugales formées par les fils de la maison. L’optimisation de l’occupation de la parcelle, le nombre d’étages, l’intégration de locaux commerciaux au rez-de-chaussée sont autant de choix architecturaux et d’aménagement qui rendent possible cette cohabitation (Sidi Boumedine, 1994).

19L’emprise des formes locales sur les maisons d’émigrés est liée aux conditions matérielles de réalisation de ces maisons : elles sont bâties par les entreprises de la ville, avec des matériaux locaux, souvent sous la supervision des membres de la famille résidant sur place. Ainsi, quand j’ai été amenée à visiter la maison que la mère d’une jeune fille participant à l’enquête était en train d’achever, j’ai été frappée par la ressemblance entre celle-ci et la maison de l’oncle maternel résidant dans le même village. Certes, on trouve davantage de moulures dans la maison de l’émigrée, et un espace ouvert à l’arrière de la maison pour servir de terrasse, quand la totalité de la maison de l’oncle est fermée pour abriter l’ensemble de sa famille. Mais la cuisine est décorée et meublée de façon rigoureusement identique, jusqu’à arborer les mêmes faïences aux murs. Cela tient au fait que l’émigrée a confié une grande partie de la réalisation à sa famille restée sur place, et a choisi avec celle-ci les matériaux et les meubles dans des magasins locaux.

  • 14 Cette rupture avec le quotidien peut se retrouver dans les modes d’appropriation de résidences sec (...)

20Cette maison est généralement associée, dans les discours des enquêtés, à des modes d’appropriation spécifiques de l’intérieur : si les pièces sont généralement nombreuses, elles ne sont pas nécessairement utilisées conformément à leur fonction officielle. À de rares exceptions près, les chambres ne sont pas mono-fonctionnelles : certaines pièces vont servir de lieu de stockage des bagages et des affaires personnelles, d’autres vont être destinées à la vie collective, tant au couchage qu’aux repas. Il n’y a donc pas une forte séparation entre les espaces consacrés aux activités diurnes et aux activités nocturnes. Quand elle décrit la première maison achetée par ses parents en ville, Loubna (femme célibataire de 28 ans, préparant un doctorat de sociologie) rend compte d’un mode de vie collectif laissant peu de place à l’intimité. Elle distingue cette promiscuité de celle vécue en France dans la maison de ses parents, où elle se limite au partage de sa chambre avec une de ses sœurs. Pour la jeune fille, cette étroite cohabitation est la marque de fabrique des vacances algériennes, une sorte de madeleine de Proust qu’elle aime retrouver14.

21Cette absence d’une claire spécialisation fonctionnelle des pièces, qui caractérise les modes d’habiter décrits comme « maghrébins » (Sidi Boumedine, 1994), tient moins aujourd’hui à la à la spécificité d’un système culturel qu’aux contraintes liées à la taille des logements, qui font obstacle à une large diffusion au Maghreb de cette séparation des fonctions (Navez-Bouchanine, 1994). Ces contraintes de place jouent aussi pour les maisons d’émigrés en dépit de leur taille imposante, du fait de la présence presque systématique dans celles-ci d’occupants autochtones. Souvent justifiée, par mes interlocuteurs, comme une garantie contre les cambriolages, la sous-location d’une partie de ces maisons à des membres algériens de la famille s’inscrit dans des formes de solidarités familiales. Or cette cohabitation n’implique pas toujours une nette séparation des espaces entre les deux familles : les affaires de la famille propriétaire vivant en France sont consignées dans une seule pièce ou dans une partie de la maison, fermées à clé pendant son absence. Par conséquent, comme dans la maison de la famille Ayadi sur laquelle on reviendra en détail plus loin, la cohabitation avec le ménage locataire peut être littéralement étroite, trop aux yeux des enfants qui ont du mal alors à se sentir chez eux.

Des maisons modelées par leurs habitants : à la française ?

  • 15 Il ne s’agit pas là du mode de vie moyen des Français mais du mode de vie en France de ces famille (...)

22Si, par une série d’éléments, la maison d’Algérie s’inscrit en rupture avec le logement français des parents, par d’autres, elle traduit la continuité avec le mode de vie dit « français »15, les parents ayant cherché à respecter les habitudes acquises par leurs enfants en France. Ici encore, les différences avec les maisons autochtones sont moins d’ordre culturel que matériel, renvoyant aux conditions de vie et aux accommodements pratiques.

23On retrouve, pour la population d’origine algérienne, la circulation de meubles ou d’objets entre le logement principal et la maison de vacances observée ailleurs (Pinson 1999). Elle a été facilitée, dans les années 1970-1980, par les exonérations douanières introduites par l’État algérien pour encourager la réinstallation des émigrés dans le pays (Bidet 2013) – opportunité largement saisie à une époque où régnait la pénurie des biens de consommations en Algérie. Mais aujourd’hui, le mobilier et l’électroménager ne manquent pas sur le marché algérien, ce qui permet aux familles de vacanciers de se fournir directement sur place pour garnir leur maison algérienne, mais souvent aussi leur logement en France. Quant aux équipements, l’approvisionnement en eau courante (dont la régularité est garantie au moyen de citernes) et en eau chaude, la climatisation, les toilettes « à l’occidentale », font partie des éléments de confort ajoutés progressivement à la maison bâtie au bled, à l’image des aménagements qui se diffusent dans les classes moyennes autochtones – tels les climatiseurs d’appoint devenus courants dans le salon de réception, les ménages plus aisés les installant aussi dans d’autres pièces de la maison. Malgré ce rapprochement, les décalages sont fréquents et particulièrement ressentis au sein des groupes familiaux quand les maisons des uns et des autres ne sont pas trop distantes dans l’espace urbain. Ainsi, le contraste est grand entre la modeste bâtisse de deux niveaux de 40 m2 chacun, dotée d’un un équipement rudimentaire, de l’oncle maternel de la fratrie Ayadi et la maison de vacances des parents de cette même fratrie dans le quartier Dallas, vaste demeure de trois niveaux de 300 m2, dotée d’une citerne, de toilettes modernes et de deux cuisines.

24L’application des règles culturelles locales dans la conception de la maison au pays s’accompagne d’accommodements notables. Il en va ainsi de la manière dont est pensée l’attribution des pièces aux filles et aux garçons et dont est envisagé l’héritage de la maison. L’orientation traditionnellement virilocale de la résidence en Algérie amène certains chefs de famille à concevoir leur maison non pas en fonction du nombre d’enfants, mais en fonction du nombre de garçons parmi ces derniers. Ainsi, le nombre d’étages est souvent défini par le nombre d’héritiers hommes (Sidi Boumedine, 1994). C’est selon cette logique que Dounia, jeune femme de 35 ans sans activité et mariée avec un immigré algérien, évoque son projet d’élever encore d’un étage la maison construite en Algérie, afin de pouvoir offrir un appartement à chacun de leurs deux fils, âgés de 13 et 11 ans. Elle a d’ailleurs tenu à garder, dans la définition de l’acte de propriété, sa part de la maison pour la mettre sous le nom de ses deux garçons. Quand, en visitant la maison, je m’enquiers de la part d’héritage destinée à Sarah, la plus jeune de leurs trois enfants, Dounia me répond qu’une fois mariée, sa fille suivra plutôt son mari et n’aura donc pas besoin d’avoir son appartement dans la maison.

25Dans le même sens, le père de l’une de mes enquêtées, Samira, ne s’est décidé à acheter une maison en Algérie, selon ses dires, qu’après la naissance d’un fils, le cadet de ses quatre filles.

Au début, je me suis dit : « j’ai que des filles, elles vont se marier, je vais rester avec ma femme, pourquoi j’achète la maison, moi ? » Mais du moment que j’ai eu un gamin, j’ai dit : « Hop, on va acheter la maison, comme ça au moins, le gamin il sera pas “dehors” ! » C’est pour ça que j’ai acheté la maison ! C’est le garçon qui m’a changé l’idée !

  • 16 Samira a alors 34 ans. Titulaire d’un BTS, elle est assistante de direction.

26Quand j’ai rencontré cet homme, à l’été 2011, il venait d’arriver à l’aéroport accompagné de trois de ses filles, dont Samira. Bien que mariée et mère d’un nouveau-né16, elle était venue passer deux semaines pour accompagner ses parents en Algérie, avec ses sœurs. Le frère de Samira (qui a aujourd’hui 22 ans), ne les avait pas suivies. En réalité, il ne vient pas très souvent. Finalement, au fil du temps, le père a changé sa vision de la finalité de la maison. Au moment de l’enquête, il la présente désormais comme un point de chute, un pied-à-terre autant pour son fils que pour ses filles, prenant acte des pratiques de soutien familial dont il bénéficie désormais, qui sont davantage le fait des secondes que du premier.

27Imene, jeune célibataire de 22 ans, souligne à son tour l’adoption de la règle virilocale par sa famille, mais aussi l’entorse qui lui est faite, attribuée au fait que « nous, on est de France » : si son frère et son épouse ont droit à une chambre particulière – « une assez grande chambre parce que nous, les Algériens, on accueille la femme de mon frère, c’est comme une sœur » –, ses cinq sœurs et elle, même mariées, ont aussi leur place dans la maison, aménagée à cet effet par leur père.

28On voit bien comment Dounia, du fait du jeune âge de ses enfants, prétend appliquer à la lettre la règle virilocale, alors que les pères plus âgés de Samira et d’Imene ont été amenés à faire évoluer leurs représentations et leurs pratiques, à l’épreuve des relations nouées avec leurs enfants, filles et garçons, une fois devenus adultes. Cette évolution incite à considérer avec précaution les normes culturelles qui ordonnent les relations familiales, suivant en cela Bourdieu (1972), qui invitait à analyser les décalages entre les règles et les usages qui en sont faits dans le fonctionnement de la parenté.

Des maisons vides ? Comprendre les modes d’appropriation différenciés à l’aune des trajectoires sociales et des sociabilités locales

29Réinscrire, à partir de deux configurations familiales, la forme des maisons dans les trajectoires et les sociabilités de leurs habitants, et en particulier dans celles des descendants des bâtisseurs, permet d’interroger le rôle joué par ces maisons comme indicateurs de statut social dans la société locale, et de mettre en cause l’idée que ces maisons d’émigrés sont fatalement des maisons vides. Selon le sexe du parent constructeur et selon ses origines sociales en Algérie, la maison ne prendra pas la même forme et ne sera pas nécessairement investie d’une fonction de revanche sociale par les enfants.

Vide et pleine : deux maisons aux formes d’appropriation contrastées

30La maison de la famille Bouzidi a été construite en 2000 dans un quartier résidentiel édifié à partir des années 1990. Maison urbaine selon le modèle décrit plus haut, elle s’élève sur trois niveaux (rez-de-chaussée et deux étages) surmontés d’un toit-terrasse, et partage ses murs latéraux avec les maisons voisines. Au rez-de-chaussée, un salon de coiffure donne sur la rue, à côté de la porte donnant accès à la résidence secondaire de la famille Bouzidi. Une cour intérieure s’ouvre à l’arrière de la maison, puits de lumière en raison de la hauteur des murs qui l’entourent (figure 4).

Figure 4. La maison de la famille Bouzidi : façade.

Figure 4. La maison de la famille Bouzidi : façade.

Photographie : Jennifer Bidet, 2011.

31Quand on pénètre dans la maison, on est rapidement frappé par la richesse de la décoration intérieure. Des bouquets de fleurs en plastique sont accrochés autour du grand miroir surplombant les banquettes, des photographies des membres de la famille sont accrochées au mur, un meuble haut de deux mètres abrite des poupées de collection. Dans le salon adjacent, même abondance de la décoration : un vaisselier massif en bois trône au fond de la pièce, entouré de deux lourds canapés (figure 5). Les toilettes sont elles aussi aménagées avec un soin particulier, garnies d’une faïence aux nombreux motifs. À l’étage, la décoration – toute aussi abondante – est plus éclectique : la chambre de la mère (figure 6) ne ressemble pas à celle de ses filles, dont l’une a fait poser (à ses frais) une vasque plate au design moderne en verre transparent, tandis que l’autre a choisi (et payé) la peinture de sa propre chambre.

Figure 5. La maison de la famille Bouzidi : le salon de réception.

Figure 5. La maison de la famille Bouzidi : le salon de réception.

Photographie : Jennifer Bidet, 2011.

Figure 6. La maison de la famille Bouzidi : la chambre de la mère.

Figure 6. La maison de la famille Bouzidi : la chambre de la mère.

Photographie : Jennifer Bidet, 2011.

  • 17 En référence à l’interprétation du Coran selon laquelle les représentations humaines seraient inte (...)

32Ce décor se veut explicitement évocateur d’un aménagement « à la française », les propriétaires insistant sur le fait que tout a été importé et sur la rupture assumée avec les normes locales. Lors de ma visite, en été 2011, les sœurs évoquent la réprobation de la famille algérienne et des voisins provoquée par les poupées de collection17 et les cigales en céramique posées sur le mur extérieur de la maison. Les trois sœurs que je rencontre ont la trentaine, elles sont venues avec leur mère pour une dizaine de jours. Elles se réjouissent de mon étonnement devant cette profusion décorative. La maison est le centre de leurs séjours algériens, occupe une grande partie de leur temps, à distance de la famille algérienne. Quand elles en sortent, c’est souvent pour des achats destinés à en parfaire l’aménagement.

  • 18 Elle est titulaire d’un BTS de gestion et directrice d’une résidence sociale.
  • 19 C’est en effet dans cette modeste demeure que j’ai rencontré une dizaine de membres de la famille (...)

33De son côté, la maison de la famille Ayadi se situe dans la première tranche de construction du quartier Dallas, qui a débuté au tout début des années 1980. C’est une grande bâtisse de trois niveaux (deux étages, plus la terrasse), occupant un lot de 300 m2 et située sur la rue principale qui traverse le quartier. Le rez-de-chaussée ne déroge d’ailleurs pas à la vocation commerciale de l’artère puisque trois boutiques y ont pignon sur rue (figure 7). Ce n’est pas dans la maison que j’ai réalisé l’entretien avec l’une des sœurs de la fratrie Ayadi, mais dans un salon de thé du centre-ville. Warda, jeune femme de 33 ans, mariée et mère de deux enfants18, m’a ensuite amenée dans la maison de son oncle, à Boumarchi, modeste maison de deux étages, mais centre des retrouvailles familiales19 (figure 8). En m’amenant visiter sa maison à Dallas, Warda trouve son père assis à l’ombre, dehors, devant une épicerie, en train de discuter avec le commerçant.

Figure 7. La maison de la famille Ayadi : une façade imposante de trois niveaux et trois boutiques en rez-de-chaussée.

Figure 7. La maison de la famille Ayadi : une façade imposante de trois niveaux et trois boutiques en rez-de-chaussée.

Photographie : Jennifer Bidet, 2010.

Figure 8. La maison d’enfance de la famille Ayadi dans le quartier Boumarchi.

Figure 8. La maison d’enfance de la famille Ayadi dans le quartier Boumarchi.

Photographie : Jennifer Bidet, 2010.

34À l’intérieur, je suis frappée par la grande taille des pièces mais aussi par l’absence presque totale d’aménagement et de signes d’appropriation. L’immense salon (40 à 50 m2) est presque entièrement vide, à part deux canapés et un tapis d’apparence assez usée, contrastant avec la surface imposante de la pièce et de la maison en général. Les chambres sont elles aussi très peu meublées et pas du tout décorées (figure 9). Bien que le terrain ait été acheté en 1982, M. Ayadi est aujourd’hui encore en train de superviser des travaux pour refaire la cuisine, la salle de bains et ajouter des moulures au salon. Il est par ailleurs très fier de sa petite cour, plantée de quelques arbres fruitiers. Il passe ses journées dans son nouveau quartier de Dallas, où il est connu des commerçants voisins par le surnom que lui donnent ses enfants, quand sa femme et ses filles passent l’essentiel de leur temps dans le quartier de Boumarchi, plus central. Warda me montre la chambre où elle et ses sœurs ont déposé leurs valises, éventrées, avant d’aller rejoindre leur quartier général à Boumarchi.

Figure 9. La maison de la famille Ayadi : des chambres peu meublées, servant de dépôt aux bagages.

Figure 9. La maison de la famille Ayadi : des chambres peu meublées, servant de dépôt aux bagages.

Photographie : Jennifer Bidet, 2010.

35Au cours de la visite guidée par son père, Warda semble découvrir les derniers travaux, les derniers équipements, signe qu’elle n’a pas passé beaucoup de temps dans cette maison cet été. Elle m’avait expliqué préalablement qu’elle ne l’aimait pas trop, la jugeant sans vie, et qu’elle ne s’en servait que pour y poser ses valises. La maison est en effet immense, et vide (figure 10).

Figure 10. La maison de la famille Ayadi : un éternel chantier. M. Ayadi présente ses nouveaux projets pour la terrasse, sa fille découvre les travaux réalisés par son père.

Figure 10. La maison de la famille Ayadi : un éternel chantier. M. Ayadi présente ses nouveaux projets pour la terrasse, sa fille découvre les travaux réalisés par son père.

Photographie : Jennifer Bidet, 2010.

Mère bâtisseuse ou père bâtisseur : deux manières différenciées de marquer la réussite sociale par la maison

  • 20 Dans les pays s’inspirant du droit musulman, les règles de l’héritage peuvent répondre à des règle (...)

36Dans mon enquête, je n’ai rencontré que peu de femmes qui portaient seules un projet de construction ou d’acquisition d’une résidence secondaire en Algérie. La division traditionnelle des rôles, ancrée notamment dans les règles juridiques de l’héritage qui privilégient les hommes20, explique cela en grande partie. Mme Bouzidi est à cet égard une exception, dans la mesure où c’est elle qui est présentée par ses filles comme la véritable propriétaire de la maison. Si d’autres mères ont pu porter ce genre de projet, c’était souvent suite au décès de leur mari, quand elles ont décidé de poursuivre seules le projet formulé avant cette disparition. Le mari de Mme Bouzidi est quant à lui encore vivant, mais il est mis à l’écart par sa femme et ses filles.

L'histoire de Mme Bouzidi

Mme Bouzidi est née en 1951 dans une commune rurale du département de Sétif, dans une famille déjà fortement marquée par la migration vers la France, qui a concerné ses oncles et plusieurs de ses frères et beaux-frères. Elle vient vivre en France en 1971, à Paris, pour rejoindre son mari, épousé par l’intermédiaire de leurs familles respectives originaires du même village. Elle a alors 20 ans, ne parle pas beaucoup le français, et sait encore moins le lire ou l’écrire. Entre 1973 et 1984, elle a sept enfants, quatre filles et trois garçons. Son mari est chauffeur routier international, souvent absent. Mme Bouzidi part ainsi rapidement s’installer à proximité de son frère dans la Loire, puis au sud de Lyon, dans un quartier de logement social. L’année 1988 est présentée par ses filles comme une charnière dans l’histoire de Mme Bouzidi : sa mère, dont elle était très proche, qui vivait en Algérie mais venait régulièrement la voir sur Lyon, décède. Profondément affectée, Mme Bouzidi décide de commencer à travailler et obtient un poste d’employée dans une administration publique de son quartier, ce qui l’amène à développer son expression en langue française – même si elle refusera d’apprendre à lire et à écrire, renonçant aux promotions proposées par son employeur. Cette entrée dans le travail salarié, qui lui permet une autonomie financière par rapport au mari, apparaît comme le véritable déclencheur de la décision d’achat en Algérie, même si cette décision n’a pu être concrétisée qu’en 2000, une fois l’argent nécessaire rassemblé. De plus, le décès de la mère en 1988 (et le remariage de son père) va la priver, elle et ses enfants, de la maison des grands-parents où ils avaient l’habitude de passer leurs vacances. Hébergées chez leur tante maternelle, les filles de Mme Bouzidi, incitées par leur mère à « profiter de la vie », vivent mal cette cohabitation et tout spécialement les règles imposées par leur oncle et leur tante pour contenir leurs sorties et modifier leur habillement.

37Pour Mme Bouzidi, la construction de la maison est clairement prise dans l’enjeu de prouver aux membres de sa famille la réussite de sa migration. La fratrie de Mme Bouzidi est constituée de migrants bâtisseurs auxquels elle a voulu prouver sa capacité, elle aussi, à entreprendre un projet de construction et exprimer ainsi sa réussite sociale. C’est du moins ce dont témoigne l’une de ses filles, Myriam (jeune femme célibataire de 33 ans, fonctionnaire de catégorie C) :

Ma mère, elle a toujours dit que c’était la dernière à avoir fait sa maison, la dernière de ses frères et sœurs, ils vont dire « ouais, t’es la dernière, t’as rien fait, ni ici ni là-bas ». Je pense que c’était un peu la honte. Et du coup, elle s’est dit : j’vais la faire mais comme PERSONNE ne l’a fait ! Et quand ils rentrent ici, les gens, ils disent : putain, on s’croirait en France ! Même ça, le carrelage, c’est d’Espagne, c’est pas algérien !

38Cette réussite sociale se matérialise plus que dans l’aspect monumental de la maison, dans un goût ostentatoire pour des objets décoratifs marquant la rupture avec l’Algérie et la valorisation du pays d’immigration. La décoration, à l’image des poupées de collection ou des cigales sur le mur extérieur, vient explicitement (voire volontairement) heurter les goûts et les convenances locales.

39Si Mme Bouzidi a soigné la façade de sa maison (d’un blanc éclatant quand je la visite, et ses fameuses cigales affichées aux yeux de tous), les moyens mis dans la décoration intérieure s’expliquent par l’appropriation sexuée de l’espace : la maison, d’abord investie par les femmes, l’est davantage selon le mode de la décoration que de la multiplication des petits travaux d’aménagement extérieur (monter une nouvelle terrasse) ou intérieur (refaire une salle de bains) – quand les maisons construites par les hommes privilégient d’abord l’extérieur.

40La maison des sœurs Ayadi est plus classiquement un projet porté, au moins en apparence, par leur père, dont la position sociale en France, modeste, contraste avec le statut social dont il se réclame localement en Algérie.

M. et Mme Ayadi

M. Ayadi est né à Sétif, d’un père commerçant dans le marché de la datte à Sétif, et d’une mère issue d’une famille de propriétaires terriens à M’Sila, une ville du Sud. Avant de partir travailler en France, M. Ayadi a toujours vécu à Sétif, avec ses neuf frères et sœurs, plus précisément dans la partie dite « arabe » du secteur de Boumarchi. M. Ayadi et ses enfants s’enorgueillissent de ces origines familiales citadines, et du prestige de la famille paternelle. Scolarisé à l’école française, maîtrisant parfaitement la langue, M. Ayadi est parti en 1957, à 20 ans, en France, où après plusieurs « petits boulots », il a travaillé comme magasinier dans une grande entreprise au sud de Lyon – emploi qui lui permet d’accéder à un logement social assez grand pour accueillir son épouse et ses deux enfants aînés nés en Algérie, dans une commune du sud-est de l’agglomération lyonnaise. Ce statut social modeste contraste avec celui dont il se réclame en Algérie. Pour arrondir ses fins de mois, mais aussi pour contrebalancer la modestie de son statut professionnel, il consacre une partie de son temps libre en France à jouer du luth dans un groupe de musique traditionnelle et se produit dans les mariages et baptêmes des familles algériennes de la région lyonnaise.

Son épouse, Mme Ayadi est aussi native de Sétif, mais d’une famille plus modeste, originaire d’un petit hameau à la sortie de la ville. En 1962, les parents de Mme Ayadi ont pu accéder à une parcelle de terrain aux abords directs de la partie française du quartier Boumarchi, où ils ont fait édifier une modeste demeure de deux niveaux, aujourd’hui occupée par un frère de Mme Ayadi et une partie de ses enfants adultes – c’est la fameuse maison pleine de vie visitée en 2010 avec les filles de M. et Mme Ayadi Née en 1945, Mme Ayadi a pu bénéficier d’une scolarisation à l’école française – fait rare à l’époque – et épouse à Sétif, à 16 ans, M. Ayadi alors émigré en France. Elle n’occupera jamais un emploi salarié, aura neuf enfants, se rendra fréquemment en Algérie, parfois jusqu’à deux fois par an, logeant généralement dans la maison de ses parents quand son mari n’est pas là.

  • 21 Les habitants riches de Sétif achèvent leur maison par la réalisation de toits en pente, alors que (...)
  • 22 À la manière des ouvriers occupant leur « temps libre » à travailler dans leur jardin ou à bricole (...)

41C’est en 1982 que M. Ayadi se lance dans un projet immobilier en Algérie. Il achète alors une parcelle de terrain dans la première tranche de la cité « Dallas » en profitant des aides de l’État à destination des émigrés. La construction prend du temps, M. Ayadi la finance petit à petit, au gré de ses séjours annuels sur place. Au moment de l’enquête, en 2010, M. Ayadi continue à superviser les travaux, à rêver sa maison plus moderne et plus grande, en élevant un étage supplémentaire pour réaliser un pan de toit incliné, marque ultime de la réussite sociale – sur le modèle des maisons des riches entrepreneurs locaux21. M. Ayadi est très fier de l’évolution du quartier dans lequel il a construit, qui, selon lui, permettrait de réaliser une large plus-value sur sa maison. Il insiste sur les commodités, en particulier commerciales, qu’il estime désormais plus grandes qu’au centre-ville. Comme d’autres pères, les travaux continuels dans la maison lui assurent une activité, un « travail à côté22 » qui lui permet de ne pas tomber dans l’oisiveté.

Investir la maison ou investir le quartier : deux modes contrastés d’affirmation d’un statut social

42Les maisons de Mme Bouzidi et de M. Ayadi ne sont pas seulement à rapporter à leur passé, il faut aussi les rattacher au temps présent, et analyser la manière dont les enfants, devenus adultes, s’approprient les lieux lorsqu’ils reviennent séjourner, pour les vacances, à Sétif. Quand certains de ces vacanciers mettent l’accent sur leur volonté de s’immerger dans les rythmes et les modes de vie de la famille algérienne, d’autres les mettent explicitement à distance et revendiquent un quant à soi rendu possible par la maison de leurs propres parents. Ces différentes postures sont rapportées ici aux sociabilités déployées sur place et aux enjeux de classement social qui dépassent la seule forme de la maison.

Mettre à distance la famille algérienne : la maison comme principal indicateur du statut social

43Pour les sœurs Bouzidi, la maison construite par leur mère est un sas, et plus encore un abri pour maintenir en Algérie le mode de vie auquel elles ont été habituées en France. Elles apprécient leur chez-elles algérien, pour pouvoir s’habiller comme elles le souhaitent, manger ce qui leur plaît, se lever et se coucher selon leur désir, aller au restaurant. Elles font volontiers la grasse matinée, sont plutôt légèrement habillées, en débardeur et minijupe, bravent les interdits en fumant à l’intérieur de la maison, y faisant entrer leur chien (alors que les chiens sont généralement bannis de l’espace domestique en Algérie), recevant un garçon « ami » sans caution masculine familiale. Elles sortent en robe longue, à dos nu, sans prendre trop de précautions pour se couvrir.

44Les sœurs Bouzidi, toutes les trois dans la trentaine, n’ont pas connu une forte ascension sociale, mais, avec des titres scolaires allant du CAP au DEUST, elles occupent une situation stable dans la petite fonction publique française. Leurs deux frères ont moins bien réussi à l’école, mais ne sont pas privés d’emploi. Aucun membre de la fratrie n’est marié, mais plusieurs vivent en couple, et ils sont encore nombreux à cohabiter dans le logement social de leurs parents au sud de Lyon. Aussi, la maison de Sétif représente, surtout pour les deux sœurs cadettes, une bouffée d’air : chacune d’entre elles a sa propre chambre (ce n’est pas le cas dans leur appartement à Lyon), librement aménagée. Inscrites dans un réseau d’interconnaissance local très réduit, elles se préoccupent moins que d’autres de leur tenue vestimentaire dans l’espace public et de leur réputation. Les séjours en Algérie sont même vécus, par celles qui sont en couple, comme une échappée au contrôle strict exercé sur elles par leur compagnon en France.

45C’est précisément parce que leur mère, encourageant leur indépendance, leur offre sa protection vis-à-vis de la famille algérienne, que ces jeunes femmes reviennent à Sétif passer leurs vacances. Par la richesse décorative de leur maison, par l’achat de bijoux en or, par leurs relations avec des commerçants locaux dotés des atours de la réussite économique, telle la voiture 4 x 4, elles cherchent à exprimer, tout d’abord, la réussite sociale de leur mère. Mais il s’agit aussi d’afficher un statut social plus élevé que celui que leur statut professionnel leur permet d’atteindre en France. Enfin, par un style de vie vacancier accordé au décor de leur maison, elles ne sont pas sans revendiquer une émancipation féminine issue de l’éducation libérale de leur mère.

Le quartier comme indicateur du statut social

46Si la maison de M. Ayadi est pour lui un objet de fierté et un marqueur de la réussite de son émigration, elle ne joue pas le même rôle pour ses enfants, en particulier pour ses filles. Pourtant, les enfants de la famille Ayadi ont tous été habitués à partir chaque année, pour une longue période (deux mois), en Algérie, et ils continuent dans leur ensemble à apprécier ces séjours. Quand ils ne partent pas eux-mêmes, ils envoient leurs propres enfants en compagnie de leur mère qui continue de se rendre sur place plusieurs fois par an.

47Les filles Ayadi ont une conscience claire de leur statut social en Algérie, mais aussi en France, tenant à se distinguer d’autres familles algériennes émigrées : elles sont issues d’un milieu citadin, ont reçu ce qu’elles considèrent comme une « bonne éducation », contrairement aux émigrés originaires de la campagne, qui n’ont pas été scolarisés et qui, selon elles, arrivent en France sans avoir les moyens de transmettre leur culture d’origine à leurs enfants, de leur « donner des valeurs », disent-elles. Leur statut socioprofessionnel ne reflète pourtant pas une forte mobilité sociale par rapport à leur père. Une bonne partie de la fratrie s’inscrit dans les limites des classes populaires, plus ou moins stables, leurs diplômes ne dépassant pas le BTS – un seul, obtenu par une fille. C’est en fait en Algérie que s’affirme leur inscription dans des couches plus élevées de la stratification sociale. Mais ce statut social, loin d’être exprimé par la morphologie de la maison de leur père à Dallas, s’inscrit davantage dans les liens et les lieux de sociabilité sur place.

48C’est d’abord le quartier Boumarchi qui, pour les sœurs, constitue un indicateur de leur statut local : présenté par elles, et par les habitants algériens du quartier, comme un quartier de « vrais citadins », anciennement installés dans la ville, un quartier de « bonnes familles », il représente un repère de leur place dans la hiérarchie sociale. Ce rôle classant des quartiers de Sétif n’est pas exprimé directement, mais apparaît dans les discours des jeunes femmes à travers la valorisation de l’interconnaissance, fruit d’un ancrage ancien à Boumarchi, opposé au caractère impersonnel des relations de voisinage à Dallas. Cette place dans la hiérarchie associée au quartier a été confirmée, entretenue, voire amplifiée, à travers les unions conjugales nouées entre des sœurs de la fratrie et des hommes d’Algérie issus eux-mêmes de Boumarchi.

Karima Ayadi

Karima, la sœur aînée de 41 ans, a épousé le fils d’un commerçant du quartier, lui-même devenu gérant d’un des magasins de son père (une boulangerie). Avec lui, elle s’installe en 1990 en Algérie, dans un appartement acheté en centre-ville de Sétif par son beau-père, dans un immeuble construit dans les années 1930 pour la population européenne. Elle y côtoie là aussi des « bonnes familles » de Sétif et noue des relations d’amitié avec des femmes diplômées occupant des postes professionnels élevés (médecins, architectes, universitaires). Elle fait également profiter ses frères et sœurs de ses bonnes relations. Lors de son retour en France dix ans plus tard, Karima a imité ces amies en suivant de très près la scolarité de ses enfants – elle s’est investie dans les associations de parents d’élève et dans une association locale d’insertion, espérant donner à ses enfants toutes leurs chances de réussite.

49Les sœurs Ayadi sont beaucoup plus préoccupées que les sœurs Bouzidi par les enjeux de réputation locale tournant autour de la mixité des relations. Ainsi, alors que je leur propose de sortir un soir dans Sétif, pour aller à un concert organisé sur la place principale de la ville, les sœurs refusent d’y aller entre femmes. Si Warda, 33 ans, mariée avec deux enfants, accepte le principe, sa sœur Nadia, 29 ans, est réticente : « elle dit qu’elle s’en fout, mais moi je m’en fous pas ». Nadia est une jeune femme divorcée, qui tient à préserver sa réputation.

50En termes de statut social, la notabilité des habitants de Boumarchi s’appuie davantage sur une ancienneté dans la ville, une éducation marquée par le passage à l’école française, la préservation d’un entre-soi construit de longue date au sein duquel on se connaît et on se reconnaît. Cette interconnaissance impose davantage un contrôle de soi, pour neutraliser les risques de mauvaise réputation. Associé aux villas pharaoniques élevées par de riches entrepreneurs locaux, Dallas, de son côté, revêt une connotation « nouveau riche ».

51Alors que les travaux sur les maisons des migrants ont souvent associé innovations architecturales et revendication de réussite sociale, ils ont généralement été moins prompts à réinscrire ces bâtisses dans leur contexte spatial et social. Pourtant, les formes d’appropriation de la maison du bled par les sœurs Ayadi incitent à élargir la focale : il s’agit, d’un côté, de ne pas se concentrer uniquement sur la maison isolée de son contexte urbain et des sociabilités développées à l’échelle locale ; de l’autre, de tenir compte de différences plus fines – parfois ténues, mais significatives – entre les trajectoires sociales des émigrés et celles de leurs descendants.

*

52Les maisons des émigrés à Sétif n’importent pas, à elles seules, une altérité radicale dans les manières de construire et d’habiter dans la ville. Produit de l’urbanisme colonial d’abord, héritière des différentes phases de politique économique et urbaine de l’Algérie indépendante, la ville de Sétif s’est construite – comme d’autres villes d’anciens pays colonisés – à la jonction de multiples courants, la géographie matérielle et symbolique de la ville, les lieux valorisés et les lieux repoussoirs étant le résultat de cette histoire urbaine sous influence. C’est d’abord au sein de cette géographie, prise dans des enjeux de classement révélés notamment par la toponymie, que se situent les maisons des émigrés qui ont construit à Sétif. Ces maisons sont donc largement façonnées par le contexte local, par le poids symbolique de leur localisation et par l’inertie des modes locaux de construction. De plus, à l’encontre de l’image d’une hiérarchie sociale internationale binaire et simpliste, qui placerait le migrant au-dessus des autochtones ne serait-ce que par la différence du niveau de vie moyen entre les deux pays, les maisons des émigrés reflètent aussi les modèles algériens de réussite incarnés dans les maisons les plus spectaculaires de la ville, généralement construites par les commerçants et industriels locaux, ceux qui ont réussi économiquement à l’époque de la libéralisation de l’économie algérienne, souvent grâce à leur inscription dans les réseaux politiques et économiques influents.

53Malgré tout, ces maisons présentent des particularités qui tiennent à leur aménagement et surtout à leur mode d’occupation et d’appropriation. Si à l’origine, pour les parents bâtisseurs, elles représentent une manière de prouver la réussite de leur projet migratoire, elles ont aussi pour fonction d’accueillir leurs enfants loin des pressions normatives de la famille algérienne. Elles offrent l’opportunité d’une activité, plus peut-être encore qu’un simple lieu d’hébergement, nombre de parents bâtisseurs continuant à les reconstruire ou à les aménager. Pour les descendants de ces émigrés bâtisseurs, la fonction de la maison et l’attachement éprouvé à son endroit sont beaucoup plus variés et complexes. Si certains se présentent comme les continuateurs du projet familial, aidant leurs parents à l’aménager, voire érigeant un étage supplémentaire, d’autres mettent la maison à distance, lui préférant des lieux familiaux plus anciens et, selon eux, davantage chargés d’histoire.

54Actrices de la mondialisation des échanges marchands « par le bas » (Portes, 1999 ; Tarrius, 2002), les populations migrantes sont également des agents de la circulation des modèles architecturaux et des manières d’habiter d’un contexte national à l’autre, à travers les projets immobiliers réalisés dans leur pays d’origine. Mais bien plus qu’un simple résultat de l’hybridation de modèles culturels contrastés, les maisons construites au pays expriment à leur manière la diversité des trajectoires sociales qu’occasionnent les migrations internationales, réaffirmant dans le pays d’origine un statut social perdu dans le pays d’arrivée ou concrétisant une trajectoire d’émancipation féminine.

Bibliographie

Addi Lahouari (1999), Les Mutations de la société algérienne : famille et lien social dans l’Algérie contemporaine, Paris, La Découverte.

Basagana Ramón & Sayad Ali (1974), Habitat traditionnel et structures familiales en Kabylie, Alger, Société nationale d’édition et de diffusion.

Bidet Jennifer (2013), Vacances au bled de descendants d’immigrés algériens : trajectoires, pratiques, appartenances, thèse en sociologie et anthropologie, Lyon, Université Lumière Lyon 2.

Bonnin Philippe & Villanova Roselyne de (dir.) (1999), D’une maison l’autre : parcours et mobilités résidentielles, Grâne, Creaphis.

Bourdieu Pierre (1972), Esquisse d’une théorie de la pratique : précédé de trois études d’ethnologie kabyle, Genève / Paris, Droz.

Bourdieu Pierre & Sayad Abdelmalek (1964), Le Déracinement : la crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Éditions de Minuit.

Chaïbi Karim (2010), De Sitifis à Sétif : essai historique, Alger, Éditions Dalimen.

Chorfi Khaled (2007), « Sétif, de la ville étalée à la ville dense », dans Sid-Ahmed Souiah (dir.), Villes intermédiaires dans le monde arabe, Paris, L’Harmattan, p. 181-194.

Chort Isabelle & Lambert Sylvie (2010), Remises migratoires et redistributivité, Paris, La Découverte.

Coquery-Vidrovitch Catherine (1988), « Villes coloniales et histoire des Africains », Vingtième siècle, vol. 20, nº 1, p. 49-73.

Erdal Marta Bivand (2012), « “A Place to Stay in Pakistan”: Why Migrants Build Houses in their Country of Origin », Population, Space and Place, vol. 18, nº 5, p. 629-641.

Goerg Odile & Huetz de Lemps Xavier (2012), La Ville coloniale : xve-xxe siècle, dans Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, 5 vol., Paris, Éditions du Seuil, vol. 5.

Klaufus Christien (2006), Bad Taste in Architecture: Discussion of the Popular in Residential Architecture in Southern Ecuador, Delft, OTB Research Institute for Housing, Urban and Mobility studies.

Lopez Sarah Lynn (2015), The Remittance Landscape: Spaces of Migration in Rural Mexico and Urban USA, Chicago, University of Chicago Press.

Massard-Guilbaud Geneviève (1995), Des Algériens à Lyon : de la Grande guerre au Front populaire, Paris, L’Harmattan.

Mekki Ali (2012), « Les maisons des migrants kabyles au cours des “trois âges l’émigration” », Hommes et migrations, nº 4, p. 42-53.

Montagne Robert (1954), Étude sociologique de la migration des travailleurs musulmans d’Algérie en métropole, rapport provisoire sur l’émigration des musulmans d’Algérie en France, s. l. n. d.

Navez-Bouchanine Françoise (1994), « Que faire des modèles d’habiter ? », Architecture et comportement, vol. 10, nº 3, p. 295-316.

Pagand Bernard (1994), « De la ville arabe à la ville européenne : architecture et formation urbaine à Constantine au xixe siècle », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, vol. 73, nº 1, p. 281-294.

Pinson Daniel (1999), « Les maisons du Marocain », dans Philippe Bonnin & Rosa de Villanova (dir.), D’une maison l’autre : parcours et mobilités résidentielles, Grâne, Creaphis, p. 69-88.

Portes Alejandro (1999), « La mondialisation par le bas », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129, n° 1, p. 15-25.

Prenant André (1953), « Facteurs du peuplement d’une ville de l’Algérie intérieure : Sétif », Annales de géographie, nº 334, p. 434-451.

Sayad Abdelmalek (1977), « Les trois “âges” de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 15, p. 59-79.

Scagnetti Jean-Charles (2004), « Une marginalité singulière : les migrants algériens lors des retours au pays (1973-1983) », Cahiers de la Méditerranée, nº 69, p. 103-115.

Sidi Boumedine Rachid (1994), « L’architecture familiale en Algérie », Architecture et comportement, vol. 10, nº 3, p. 247-257.

Stora Benjamin (1994), Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte.

Stora Benjamin (1991), Histoire de l’Algérie coloniale : 1830-1954, Paris, La Découverte.

Tarrius Alain (2002), La Mondialisation par le bas : les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland.

Vacher Hélène (dir.) (2005), Villes coloniales aux xixe-xxe siècles, Paris, Maisonneuve et Larose.

Villanova Roselyne de (2003), « Cultures et architectures de l’entre-deux », Espaces et sociétés, nº 113-114, « Architecture et habitat dans le champ interculturel », Roselyne de Villanova & Jean-Pierre Garnier (dir.), p. 163-182.

Villanova Roselyne de & Garnier Jean-Pierre (dir.) (2003), Espaces et sociétés, nº 113-114, « Architecture et habitat dans le champ interculturel ».

Villanova Roselyne de, Leite Caroline & Raposo Isabel (1994), Maisons de rêve au Portugal, Paris, Créaphis.

Weber Florence (1989), Le Travail à-côté : étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Éd. de l’EHESS.

Zitoun Madani Safar (2012), « Le logement en Algérie : programmes, enjeux et tensions », Confluences Méditerranée, vol. 81, nº 2, p. 133-152.

Notes

1 Sur les maisons au Portugal, voir Villanova, Leite & Raposo, 1994 ; sur les maisons au Mexique, voir Lopez, 2015 ; pour une réflexion plus générale sur les liens entre architecture et analyse dite interculturelle, voir Villanova & Garnier, 2003.

2 Voir par exemple Erdal, 2012, sur des maisons construites au Pakistan.

3 Notamment dans les travaux d’économie sur les transferts d’argent. Pour une approche synthétique, voir Chort & Lambert, 2010.

4 En particulier, l’influence du dessinateur municipal, du maçon pris sous contrat pour le gros œuvre, de l’oncle qui surveille le chantier (Villanova, 2003) ; ou encore le profil social des intermédiaires choisis par les migrants.

5 Dans le cadre de mon doctorat de sociologie, soutenu en 2013, sur Les Vacances au bled de descendants d’immigrés algériens : trajectoires, pratiques, appartenances, à l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction de Jean-Yves Authier.

6 Développement du pays sur le modèle socialiste jusque dans les années 1980, libéralisation progressive de l’économie par la suite.

7 Pour reprendre le vocabulaire colonial de l’époque. L’appellation « musulmans » désignait globalement la population considérée comme indigène, composée de sujets français mais dénués du statut de citoyen ; par « Européens », on entendait les populations venues de France mais aussi d’Europe du Sud (Stora, 1991).

8 Pour paraphraser Catherine Coquery-Vidrovitch (1988) sur les villes africaines.

9 Les travaux d’histoire urbaine relatifs à cette époque soulignent que la circulation des modèles architecturaux et urbains ne s’est pas faite dans une seule direction, les colonies ayant pu être le lieu d’expérimentations urbaines et architecturales pour la métropole. Sur ce point, voir notamment Vacher, 2005.

10 Sur la voie algérienne du socialisme après 1962, voir Stora, 1994.

11 Village en arabe.

12 Montagne en arabe, désignant par métonymie un village de montagne.

13 Cette expression renvoie aux biens (surtout immobiliers) possédés en Algérie par la population dite « pied-noir » et laissés vacants au moment de l’indépendance de l’Algérie et du départ de cette population vers la France.

14 Cette rupture avec le quotidien peut se retrouver dans les modes d’appropriation de résidences secondaires en France (Bonnin & Villanova, 1999).

15 Il ne s’agit pas là du mode de vie moyen des Français mais du mode de vie en France de ces familles.

16 Samira a alors 34 ans. Titulaire d’un BTS, elle est assistante de direction.

17 En référence à l’interprétation du Coran selon laquelle les représentations humaines seraient interdites.

18 Elle est titulaire d’un BTS de gestion et directrice d’une résidence sociale.

19 C’est en effet dans cette modeste demeure que j’ai rencontré une dizaine de membres de la famille de Warda.

20 Dans les pays s’inspirant du droit musulman, les règles de l’héritage peuvent répondre à des règles différentes de celles ayant cours en France. Ainsi, le code de la famille promulgué en Algérie en 1984 établit par exemple que les descendants directs hommes doivent recevoir une part double de celle des descendantes directes femmes (Addi, 1999).

21 Les habitants riches de Sétif achèvent leur maison par la réalisation de toits en pente, alors que le toit plat indique la possibilité de surélever encore la maison.

22 À la manière des ouvriers occupant leur « temps libre » à travailler dans leur jardin ou à bricoler (Weber, 1989).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une histoire urbaine sous influence visible dans l’architecture.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2010.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Figure 2. La maison « traditionnelle » d’une famille immigrée, aujourd’hui à l’abandon.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2009.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 749k
Titre Figure 3. La maison d’un riche commerçant sétifien qui n’a pas émigré dans le quartier Dallas.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2009.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 977k
Titre Figure 4. La maison de la famille Bouzidi : façade.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2011.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5. La maison de la famille Bouzidi : le salon de réception.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2011.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre Figure 6. La maison de la famille Bouzidi : la chambre de la mère.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2011.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 7. La maison de la famille Ayadi : une façade imposante de trois niveaux et trois boutiques en rez-de-chaussée.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2010.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 874k
Titre Figure 8. La maison d’enfance de la famille Ayadi dans le quartier Boumarchi.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2010.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 9. La maison de la famille Ayadi : des chambres peu meublées, servant de dépôt aux bagages.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2010.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Figure 10. La maison de la famille Ayadi : un éternel chantier. M. Ayadi présente ses nouveaux projets pour la terrasse, sa fille découvre les travaux réalisés par son père.
Crédits Photographie : Jennifer Bidet, 2010.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25491/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

Jennifer Bidet est sociologue, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Descartes, rattachée au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ses recherches concernent les dynamiques familiales en migration, principalement les migrations algériennes et, par comparaison, les migrations en provenance des départements d’outre-mer. Elle a publié « Les vacances au bled des descendants d’immigrés algériens, tourisme domestique ou tourisme international ? », dans Isabelle Sacareau, Benjamin Taunay et Emmanuelle Peyvel (dir.), La Mondialisation du tourisme : les nouvelles frontières d’une pratique (Presses universitaires de Rennes, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site