Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Explorer la ville contemporaine par les transferts

 | 
Susanna Magri
, 
Sylvie Tissot

I. Catégories et dispositifs de l’action

Les avatars d’une catégorie de la dualisation urbaine : les torres country à Buenos Aires au tournant du xxie siècle

Eleonora Elguezabal

Texte intégral

  • 1 Les indices macrosociaux montrent qu’il y a eu effectivement un accroissement des inégalités au co (...)

1Entre le milieu des années 1990 et le milieu des années 2000, les études de sciences sociales portant sur les transformations de la ville de Buenos Aires en Argentine ont fait état de nouvelles frontières urbaines. À l’instar des « lotissements fermés » de la banlieue (les countries et barrios privados), les immeubles récents construits par les promoteurs au sein même de la ville (les torres ou complejos) constitueraient des enclaves de richesse. Avec leurs dispositifs de sécurité (murs, grilles, caméras de télésurveillance, vigiles aux entrées) et leurs équipements collectifs de loisir (salle de sport, sauna, laverie, piscine...), ces « copropriétés fermées » participeraient à la dualisation de la ville : leurs frontières physiques viendraient matérialiser dans l’espace les nouvelles frontières sociales issues du processus de polarisation économique1.

  • 2 Nous avons repris le terme « avatar » d’Andrew Abbott (2005), dans l’idée que la circulation de la (...)
  • 3 Ces analyses reposent sur ma thèse de doctorat en sociologie réalisée à l’École des hautes études (...)

2Plutôt que sur la justesse de cette interprétation savante, ma contribution s’interroge sur le classement qu’elle implique de certains immeubles dans une catégorie d’enclave. Comment et dans quelles conditions ce classement a-t-il été formulé ? Comment les divers acteurs qu’il concerne se sont-ils réappropriés ce classement ? À quels autres systèmes de classement s’est-il opposé ? En analysant, au cours de sa circulation, les péripéties de la catégorie savante d’enclave sur laquelle ce classement repose, ses avatars2 et les oppositions qu’elle a suscitées, cette contribution se propose de montrer comment les classifications savantes participent de la fabrique de nouvelles frontières urbaines. Il s’agira ainsi de contribuer à la connaissance des processus classificatoires de l’espace urbain et des « choses de la ville » (Topalov, 2002 ; Topalov et al., 2010)3.

La torre country, entre recherche et réforme

3Torres amuralladas, torres cerradas, torres jardín, torres country, countries en altura, countries verticales, countries urbanos : voici les différents noms que les chercheurs ont donnés à ce que l’on pourrait traduire en français par « copropriété fermée ». Deux mots leur ont servi de support : torre, un mot que les promoteurs immobiliers avaient emprunté au langage de l’architecture (désignant la forme de tour) afin de nommer leurs nouveaux produits, et qui a ensuite circulé parmi les habitants et d’autres acteurs ayant affaire à ces espaces ; et country, le terme couramment utilisé pour identifier les grands lotissements privés et fermés réalisés par les promoteurs en banlieue. Alors que le mot torre ne comporte pas de connotation sociale particulière, exceptée une certaine distinction, il n’en va pas de même pour country ni pour les autres mots que les chercheurs ont utilisés pour le qualifier : ces désignations font passer le mot torre dans la catégorie d’enclave, en lui associant une configuration sociale de polarisation et d’exclusion. Comme les countries, les torres seraient ainsi des enclaves réservées aux classes aisées, socialement homogènes, voire autonomes par rapport au reste de la ville.

  • 4 Toutes les traductions sont de mon fait.

4Comprendre le sens que les chercheurs ont donné à ces actes de classement suppose de situer leurs écrits dans leur contexte (Skinner, 1978, 2001). Tous ont participé à un débat scientifique qui traverse les frontières, dans l’espace ou dans le temps, et ont contribué ainsi à nourrir une certaine « communauté de catégories » en circulation (Saunier, 2008, p. 6). Les modes d’inscription dans ce débat scientifique permettent de distinguer quatre groupes d’auteurs. Pour Guillermo Tella – un architecte, docteur en aménagement urbain et du territoire –, les torres jardín exprimeraient une évidence : Buenos Aires serait l’objet, comme d’autres grandes villes du monde, d’un processus de restructuration urbaine issu des transformations récentes du capitalisme. Comme l’avait fait Horacio Torres dans ses analyses sur les countries (Torres, 1993 ; 2001), Tella s’inscrit dans une production scientifique transnationale sur cette thématique et cite amplement les travaux de Manuel Castells, David Harvey et Saskia Sassen ainsi que des auteurs appartenant au courant dit de l’« école de Los Angeles » (comme Mike Davis, Michael Dear, John Friedmann, Allen Scott et Edward Soja). En identifiant les torres à des enclaves à travers la catégorie torre jardín, il s’agit pour lui de montrer que la fragmentation et la privatisation de l’espace concernent non seulement la banlieue mais aussi le centre même de la ville (Tella & Welch Guerra, 2002 ; Tella, 2005 ; 2007). Pour le deuxième groupe d’auteurs, en revanche, c’est plus spécifiquement dans le sillage des travaux de Saskia Sassen sur la ville globale, dont ils sont les traducteurs en espagnol (Ciccolella & Mignaqui, 1999), que les torres sont abordées. En effet, pour le géographe Pablo Ciccolella et l’architecte spécialisée en planification Iliana Mignaqui (Ciccolella, 1999 ; Ciccolella & Mignaqui, 2003 ; Mignaqui, 1998), ainsi que pour Daniela Szajnberg, disciple de cette dernière (2004 ; 2010 ; Szajnberg & Cordara, 2005), les countries en altura (« en hauteur »), countries verticales ou torres amuralladas (« fortifiées ») seraient des « artefacts de la globalisation4 ».

5C’est dans le souci de proposer une périodisation des politiques urbaines mises en place dans la ville de Buenos Aires que la catégorie torre country est formulée par le troisième groupe d’auteurs – Adrián Gorelik et Graciela Silvestri, deux architectes devenus historiens de la ville et des politiques urbaines. Dans la continuité des analyses d’Adrián Gorelik sur la construction d’un « espace public métropolitain » au tournant du xxe siècle (1998, 2004 b), la période récente est décrite comme celle d’une « ville du néolibéralisme » ou « ville des affaires », marquée par une forte rupture par rapport aux cycles « réformiste » et de « modernisation sans réforme » qui l’ont précédée. Dans l’approche de ces chercheurs, les torres country seraient les produits d’une politique urbaine favorisant le profit des capitaux immobiliers privés (Gorelik & Silvestri, 2004). Les deux architectes sont davantage intéressés par les politiques urbaines que par les effets territoriaux des transformations économiques à grande échelle, leurs interlocuteurs privilégiés ne sont pas les auteurs qui traitent de la restructuration urbaine ; ils ont d’ailleurs pris explicitement leurs distances par rapport aux approches « globales », notamment celles de Saskia Sassen, pour s’interroger plutôt sur les dynamiques locales dans lesquelles les politiques urbaines sont situées (Gorelik & Silvestri, 2000).

  • 5 Dans un premier temps, cependant, il avait présenté une communication sur les torres jardín avec G (...)

6Enfin, pour Max Welch Guerra, la torre jardín est pensée comme un type d’enclave qu’il s’attache à étudier à l’échelle nationale et locale, plutôt que globale. Il privilégie ainsi une accumulation de connaissances sur Buenos Aires et des échanges avec des chercheurs travaillant spécifiquement sur cette ville (Welch Guerra & Valentini, 2005)5. Sociologue d’origine chilienne, professeur à la Bauhaus (Allemagne), Max Welch Guerra a étudié les torres jardín entre 2001 et 2002, quand il était professeur invité à la Faculté d’architecture, de design et d’urbanisme de l’Université de Buenos Aires, où il a dirigé une enquête collective sur les transformations de Buenos Aires et la crise de l’urbanisme public (Welch Guerra, 2005).

7Ces auteurs se distinguent donc entre eux par la position qu’ils occupent dans l’espace de la recherche et les relations qu’ils y établissent. Mais la démarche qui consiste à qualifier les torres comme des enclaves les rassemble : c’est la raison pour laquelle nous considérons les torres amuralladas, torres cerradas, torres jardín, torres country, countries en altura, countries verticales et countries urbanos comme des noms différents donnés à une même catégorie – que nous appellerons par la suite torre country. À travers la formulation de cette catégorie, tous ces auteurs visent d’une part, à identifier certains espaces comme la matérialisation des problèmes de la polarisation sociale et de l’exclusion et d’autre part, à participer à une même « conversation » (Topalov, 2008), dont les enjeux ne sont pas uniquement scientifiques.

  • 6 En plus des travaux d’Horacio Torres, de Guillermo Tella, de Pablo Ciccolella et d’Iliana Mignaqui (...)

8L’assimilation des torres aux countries est donc une première évidence. Certes, elle s’inscrit dans la continuité des études sur les countries, qui ont été nombreuses et qui ont précédé les études sur les torres – des travaux aussi bien d’aménagement et de géographie sur les effets de la fragmentation et de la privatisation de l’espace métropolitain (Vidal-Kopmann, 2001 ; Clichevsky, 2002 a ; 2002 b ; Thuillier, 2005 ; Roitman & Phelps, 20116), que des études de sociologie et d’anthropologie sur l’autoségrégation, la mentalité et le style de vie « clôturé » des classes moyennes en ascension sociale (Svampa, 2001 ; Dourlens & Vidal-Naquet, 2001 ; Lacarrieu & Thuillier, 2001 ; 2004 ; Arizaga, 2005 ; Capron, 2006 ; Prévôt-Schapira, 2009). Mais, suivant un processus décrit par Sylvie Tissot (2007), les réseaux promoteurs de « réforme » (Topalov, 1999) se sont également réapproprié ces études sur les countries : plusieurs auteurs sont même personnellement intervenus à côté de responsables politiques et de militants dans les débats publics sur la nécessité d’encadrement et restriction des countries (voir l’encadré suivant) ; pour certains, comme pour la sociologue Maristella Svampa (auteure d’un ouvrage de référence sur les countries en 2001), ces débats représentaient des opportunités pour contribuer à construire leur figure d’intellectuel engagé.

Les countries comme objet de débat public

Les countries, autant que les barrios privados de la banlieue n’ont pas uniquement fait l’objet d’études d’aménagement et de sciences sociales : ils ont aussi fait l’objet de débats publics sur la nécessité de leur encadrement et de leur restriction. En témoigne une série de rencontres au cours desquelles les countries et leurs effets de fragmentation, de privatisation et d’exclusion ont été abordés et pendant lesquelles les chercheurs ont échangé avec des responsables des politiques urbaines et des militants associatifs. C’était spécifiquement le cas des journées organisées par la mairie de Malvinas Argentinas au cours des années 1990 et au début des années 2000, autour de la thématique de la fragmentation urbaine, destinées aux maires et responsables des politiques urbaines des municipalités de la banlieue de Buenos Aires. Lors de ces journées, sont intervenus aussi bien des hommes politiques (le maire de Malvinas, le gouverneur de la province de Buenos Aires) que des urbanistes (Alfredo Garay), des architectes universitaires (Guillermo Tella, Iliana Mignaqui) et des chercheurs en sciences sociales (Maristella Svampa, Guy Thuillier), les conférenciers de renom invités étant le catalan Jordi Borja et l’italien Giandomenico Amendolaa. Cela a aussi été le cas des Journées internationales de la pensée urbaine, organisées à Buenos Aires entre 2005 et 2007. Destinées à un public large, y sont intervenus, entre autres, Jordi Borja, Teresa Caldeira, Jorge Francisco Liernur, Saskia Sassen et Maristella Svampa. Les countries, aussi bien que les torres country cette fois-ci, ont également été l’objet de questionnements lors des journées organisées en 2007 à l’Institut de la banlieue de l’Université nationale de General Sarmiento intitulées « Comment la ville doit-elle croître ? », auxquelles ont participé des architectes et des urbanistes du monde universitaire (de l’UNGS en particulier, dont Guillermo Tella), des urbanistes et responsables des politiques urbaines (Andrés Borthagaray, Alfredo Garay, Norberto Iglesias) et le représentant d’une association de voisinage mobilisée contre la construction de torres.

a. Ces journées ont donné lieu à deux publications éditées par la municipalité de Malvinas Argentinas (Iglesias, 2000 a ; 2000 b).

  • 7 Depuis la seconde moitié des années 1990, l’opposition aux politiques néolibérales mises en œuvre (...)

9L’enjeu politique ou « réformateur » de la catégorie torre country est d’ailleurs rendu explicite par Max Welch Guerra : il explique, dans l’introduction à son ouvrage, Buenos Aires a la deriva : transformaciones urbanas recientes, dont un chapitre traite des torres jardín, que le choix des échelles nationale et locale pour l’analyse des transformations de Buenos Aires répond à l’objectif de « trouver les facteurs de production de la ville et du territoire et les instruments les plus propices d’une transformation visant un développement différent » (Welch Guerra, 2005, p. 11). Le choix du titre de cet ouvrage qui, par le mot « dérive », fait référence à la crise sociale au sens large, et le choix d’une grande maison d’ouvrages de vulgarisation pour l’éditer sont cohérents avec cette visée politique. Quant au public, on peut imaginer que le livre s’adresse à ceux qui pourraient être interpellés, à cette double échelle nationale et locale, par ce souhait d’un « développement différent » : à l’échelle nationale, les tenants de la critique du néolibéralisme très développée à l’époque7 ; à l’échelle locale, les spécialistes en aménagement et les défenseurs de la décentralisation administrative et de la démocratie participative, qui avaient épousé la « cause » de l’autonomisation de la ville de Buenos Aires, capitale fédérale jusqu’en 1994.

  • 8 Ces articles sont nombreux ; plusieurs ont été repris dans Gorelik, 2004 a.

10Les autres auteurs qui ont écrit sur les torres country ont également participé à la circulation extra-académique de cette catégorie. Ainsi, Guillermo Tella est-il intervenu auprès des mouvements sociaux de voisins des torres qui ont manifesté contre celles-ci en 2006, mais sa collaboration a été interrompue car, alors qu’il cherchait à souligner la fragmentation et l’exclusion sociales que ces immeubles pouvaient représenter, les plaintes des associations de voisins visaient bien plutôt la densification de leurs quartiers qu’ils provoquaient. Quant à Adrián Gorelik et Graciela Silvestri, ils ont fait usage de la catégorie torre country dans plusieurs de leurs articles publiés dans la revue de critique culturelle Punto de vista, la faisant ainsi circuler dans les milieux intellectuels auxquels elle s’adresse8. En outre, plusieurs de ces auteurs exercent d’autres activités que celle d’enseignant-chercheur à temps plein : ils ont ainsi pu faire circuler la catégorie torre country dans le monde de l’aménagement et des politiques urbaines en réalisant des diagnostics d’aménagement (comme c’est le cas de Guillermo Tella) ou en exerçant des fonctions de direction dans la mise en œuvre des politiques d’aménagement (comme Iliana Mignaqui qui, de 2000 à 2004, fut vice-présidente de la Corporación Buenos Aires Sur, une institution créée pour réaménager le sud de la ville, qui est la zone la plus ségrégée).

11Issue d’une démarche de « spatialisation des problèmes sociaux » (Tissot & Poupeau, 2005) – ces problèmes sont représentés ici par la fragmentation et l’exclusion sociales –, la torre country est donc une catégorie située à cheval entre les mondes de la recherche et de la réforme, mais aussi, comme nous allons le voir, celui de l’aménagement urbain.

Un appel à l’intervention publique sur l’aménagement urbain : torres country versus Real Estate

12La catégorie torre country n’a pas circulé seulement entre les milieux de la recherche et de la réforme. C’est à l’adresse des professionnels de l’architecture – compétents, en Argentine, dans le domaine de l’aménagement urbain – qu’elle a d’abord été formulée.

  • 9 C’est en participant à ce programme qu’Adrián Gorelik et Graciela Silvestri, par la suite doctoran (...)

13Ainsi les revues professionnelles d’architecture ont-elles été les premières à mentionner la catégorie de torre country. Il s’agit de deux articles publiés en 1994 dans un dossier de la revue Arquis (la revue de la Faculté d’architecture de l’Université de Palermo, à Buenos Aires) dédié aux « grands immeubles en hauteur ». La même année, une autre importante revue argentine d’architecture, Summa +, avait elle aussi publié un numéro consacré aux torres. Mais alors que cette dernière s’était limitée à l’exposition de nouveaux projets, le numéro de la revue Arquis incluait un dossier les problématisant. L’un des articles du dossier est écrit par Jorge Francisco « Pancho » Liernur. Architecte tourné vers l’histoire de l’architecture, celui-ci avait fondé en 1977, à son retour d’Italie (où il avait étudié à Venise avec Manfredo Tafuri), le « Programme d’études historiques de la construction de l’habiter » à La Escuelita, une institution privée d’enseignement alternatif de l’architecture9. Dans son article, il qualifie les nouveaux immeubles en hauteur de « produits de la spéculation » qu’il appelle edificios de iluminación total (« immeubles entièrement éclairés »), reprenant un ancien terme administratif, mais il adoptera par la suite le terme torres (Liernur, 2004). Il les distingue ainsi des anciens rascacielos (« gratte-ciels »), qu’il considère, au contraire, comme un « phénomène d’ordre culturel » (Liernur, 1994). L’autre article du dossier de la revue Arquis est signé par Alfredo « Freddy » Garay. Cet architecte, professeur à la Faculté d’architecture, de design et d’urbanisme de l’Université de Buenos Aires, a été l’un des principaux promoteurs de la planification urbaine stratégique en Argentine. C’est dans cet esprit qu’il mit en œuvre les politiques d’aménagement dont il a été responsable pour les gouvernements de la ville de Buenos Aires et de la province de Buenos Aires, et ce depuis la fin des années 1980. Dans son article, il critique le « mauvais usage » qui aurait été fait des torres en tant que typologie formelle : à la différence de l’edificio de propiedad horizontal (« immeuble en copropriété »), la torre, qu’il qualifie aussi de country vertical, chercherait à se départager de la « ville existante », à devenir indépendante, à échapper à la « conflictualité urbaine », et serait donc devenue l’« image de l’anti-ville » (Garay, 1994). En tant que représentants à la fois du monde universitaire et de l’aménagement, Jorge Francisco Liernur et Alfredo Garay, dans ce dossier de revue, considèrent donc les nouveaux produits des promoteurs immobiliers comme des problèmes issus de la spéculation et provoquant la fragmentation urbaine, qui nécessiteraient, pour être résolus, une politique publique d’aménagement de la ville.

14Un article de Graciela Silvestri publié en 1999 dans la revue Punto de Vista rend encore plus explicites les enjeux de la catégorie torre country pour les professionnels de l’architecture. L’objet de cet article, intitulé « La ciudad de los arquitectos » (« La ville des architectes »), est de dénoncer l’existence, derrière la mise en œuvre de grands projets de rénovation urbaine à Buenos Aires, d’une alliance entre les grands investisseurs, le bureau de planification de la ville et les grands cabinets d’architecture, visant à augmenter le profit économique des acteurs privés (Silvestri, 1999). La référence aux torres cerradas (fermées) occupe une place importante dans son argumentation : les torres (au sens architectural du terme) seraient devenues, dans le cadre de ces nouveaux projets, des torres cerradas représentant la « privatisation absolue de l’espace libre autour des bâtiments, avec des grilles et guérites de sécurité ». Elles seraient la concrétisation de l’abandon de la vocation sociale de l’architecture, que l’auteure revendique comme sienne, et dont elle dénonce la contamination par le marché.

15Ces écrits évoquent les mutations observables au cours des années 1990 dans le monde de la production du bâti. De fait, la formulation de la catégorie torre country est à replacer dans le contexte de ces changements, qui ont touché aux pratiques des architectes et des spécialistes en aménagement. La planification urbaine avait fait l’objet de fortes critiques dans les années 1970 et était sortie affaiblie de la transition démocratique des années 1980, entraînant l’essor de la planification stratégique, participative et gestionnaire (Jajamovich, 2012). En parallèle, la promotion immobilière privée s’était fortement développée et restructurée. Les années 1990 ont vu la taille des investissements immobiliers s’accroître, de nouveaux acteurs entrer en jeu et les relations, critères et références de l’activité changer, si bien qu’au tournant du millénaire, la promotion immobilière s’est même vue attribuer un nom spécifique : Real Estate – certains acteurs préférant l’espagnol desarrollo inmobiliario. La profusion de nouveaux termes a accompagné la restructuration de l’activité, témoignant d’un changement des catégories de pensée et d’action : les promoteurs se sont donné le nom de developers (ou desarrolladores, en espagnol), appelant amenities les services qu’ils incluent dans les immeubles pour augmenter leur valeur ajoutée (la piscine, le sauna, les courts de tennis, la salle de sport, etc.). Pour les bâtiments, c’est d’abord le terme torre, emprunté au vocabulaire de l’architecture, qui a été utilisé, mais il a été ensuite remplacé par une métonymie, les termes désignant l’activité : emprendimiento (entreprise), desarrollo (développement).

16Au cours de cette restructuration, les rapports de forces entre les différents acteurs participant à la production immobilière ont changé. Si l’importance de la composante foncière – et donc des propriétaires fonciers – s’est maintenue, les entreprises du bâtiment ont cédé leur place aux developers. En témoigne l’évolution des annonces publicitaires : alors que la localisation est toujours évoquée, on est passé, au début des années 1990, de petites annonces mettant en avant la taille des appartements et la qualité du bâtiment (des qualités relevant du savoir-faire des entreprises de bâtiment) (figure 1), à des annonces de grande taille désignant les immeubles par un nom propre et mettant en avant la qualité des amenities plutôt que celle des appartements (ces nouvelles qualités étant attachées aux ensembles réalisés par les developers) (figure 2). Certes, le capital de promotion (Topalov, 1974 ; 1987) était engagé dans la réalisation d’immeubles depuis les années 1960 (Liernur, 1999). Cependant, les investisseurs étaient surtout auparavant des entreprises du bâtiment ou des individus : il n’y avait pas d’acteurs spécialisés dans l’investissement du capital immobilier, propre ou appartenant à des tiers. Ce n’est qu’au cours des années 1990 – d’abord avec l’investissement de capitaux de la banque et ensuite, au tournant de millénaire, après la crise bancaire, avec l’injection directe de capitaux privés – que les developers sont apparus comme des figures à part entière dominant la production de logements, en charge de la collecte des fonds pour les investissements et de la coordination de la réalisation des projets.

Figure 1. Une annonce avant l’avènement du Real Estate.

Figure 1. Une annonce avant l’avènement du Real Estate.

Source : La Nación, section « Clasificados », le dimanche 7 juillet 1991.

Figure 2. Un emprendimiento du Real Estate.

Figure 2. Un emprendimiento du Real Estate.

Source : La Nación, section « Propiedades », le samedi 4 mars 2006.

17La restructuration de la promotion immobilière qui a donné naissance au Real Estate s’est aussi accompagnée d’un changement des composantes organisées du secteur et de leur rapport de force. Dans les années 1970 et 1980, ce secteur était structuré autour d’un clivage entre les entreprises construisant pour le marché, regroupées dans l’Association des entrepreneurs du logement (AEV), et celles construisant des logements sociaux autour de la Chambre argentine du logement économique (CAVERA). Au cours des années 1990, à la suite de la réduction de la production de logements sociaux et donc de l’activité de la CAVERA, l’AEV s’est vue renforcée, mais elle a ensuite été concurrencée, à partir de 2001, par la chambre entrepreneuriale des desarrolladores urbanos (CEDU), qui regroupe les developers dominants dans le secteur, si bien que la différenciation entre les promoteurs repose désormais sur une distinction au sein de l’activité de promotion pour le marché.

18Cette restructuration a entraîné de nouvelles pratiques, de nouveaux lieux de rencontre et de nouveaux dispositifs de consécration symbolique, comme le salon du marché immobilier de Buenos Aires, organisé depuis 2005 à l’image du salon immobilier de Madrid, et les prix à la créativité immobilière organisés depuis 2006 par la publication électronique Reporte inmobiliario. De nouvelles publications spécialisées dans le desarrollo inmobiliario sont aussi apparues depuis les années 1990 : des sections spécialisées dans les nouveaux desarrollos (différentes des sections des annonces classées) dans les deux plus grands journaux argentins, La Nación et Clarín, des maisons d’édition spécialisées (comme Ediciones Bienes Raíces) et, dans les années 2000, des sites Web et des revues électroniques.

  • 10 Au sens de jurisdiction, dans l’approche d’Andrew Abbott (1988).

19Mais surtout, cette restructuration a engagé des transformations dans l’espace des professions. C’est l’architecture qui a été la plus mobilisée pour inclure le Real Estate dans son domaine de compétence10. Une grande partie des directeurs des formations de troisième cycle en desarrollo inmobiliario sont des architectes, ainsi que la majorité de leurs étudiants. L’Ordre des architectes et urbanistes (CPAU) s’est lui-même impliqué dans la formation de ses membres au Real Estate, créant en 2007 un Institut de desarrollo inmobiliario. L’ouvrage De arquitecto a desarrollista de Damián Tabakman (un penseur du Real Estate, lui-même architecte de formation, qui s’est spécialisé ensuite dans la finance) se propose justement d’accompagner la conversion des architectes en developers :

Dans notre approche [celle des architectes] parfois un peu idyllique, issue de notre formation remplie d’enseignements sur l’esthétique et l’histoire de l’architecture, nous avons l’habitude d’aborder le processus de desarrollo de façon peu pragmatique. Nous aimons construire, projeter, transformer le néant en bâtiment. Nous aimons notre travail, et c’est bien. Mais parfois nous oublions que nous sommes face à un négoce, dans lequel priment les intérêts économiques. (Tabakman, 2009, p. 22.)

20Avec le Real Estate, l’activité de promotion prime sur l’aménagement public et les intérêts économiques l’emportent sur les visées réformatrices. Les tentatives de disqualification des produits du Real Estate, regardés comme des artefacts destructeurs de la ville, apparaissent alors comme des actes de résistance d’acteurs qui, au croisement de différents mondes – l’architecture et l’aménagement urbain, la recherche, la réforme – se trouvent dominés, voire écartés, par la nouvelle configuration.

Une catégorie en échec ?

  • 11 Une exception étant certainement l’article de Sandra Sánchez (2009). Quant à l’ouvrage de Daniela (...)

21Alors que les emprendimientos continuaient de se développer, les torres country cessaient de faire l’objet d’études critiques dans la seconde moitié des années 200011. Comment expliquer cet effacement ? Puisque la recherche sur la restructuration urbaine et l’enclavement continuait à nourrir les débats internationaux, la raison ne peut pas en être la perte d’intérêt scientifique de la question. C’est plutôt dans l’inscription de la torre country dans des débats extra-scientifiques qu’il faudrait chercher la réponse.

  • 12 La récente victoire, en 2015, du parti PRO non seulement aux élections nationales, mais aussi prov (...)
  • 13 C’est le cas de la loi nº 14 449 de la province de Buenos Aires, publiée en 2013, qui oblige les o (...)

22La critique réformatrice a connu son apogée lors de la crise économique de 2001 et 2002, qui a débouché sur un changement de gouvernement et conduit au remplacement des politiques néolibérales des années 1990 par un agenda politique où la réduction des inégalités et de l’exclusion sociales occupait une place centrale12. Si ces changements peuvent être considérés comme une réussite des réseaux réformateurs, ils n’ont pourtant pas empêché la destructuration de ces derniers, ni un certain échec quant à leurs objectifs. Alors que de nombreux opposants aux politiques néolibérales ont soutenu les gouvernements de Néstor Kirchner (2003-2007) et de Cristina Fernández de Kirchner (2007-2015), d’autres ont gardé leurs distances ou s’y sont opposés. L’aménagement urbain et du territoire n’a pas été repris comme une priorité dans l’agenda politique national ; et si les countries ont certes pu faire l’objet de quelques projets de restriction justifiés en termes de lutte contre l’exclusion13, cela n’a nullement été le cas des torres. Enfin, à l’échelle du gouvernement de la ville, les possibilités d’un encadrement public des nouveaux desarrollos se sont beaucoup réduites depuis l’élection de Mauricio Macri (homme d’affaires, fils d’un grand entrepreneur du bâtiment) comme chef du gouvernement : alors que Buenos Aires avait connu des gouvernements proches des réseaux réformateurs depuis son autonomisation en 1994, c’est au contraire un parti « de nouvelle droite pragmatique » (selon l’expression de Vommaro, Morresi & Bellotti, 2015), le PRO, qui l’administre depuis 2007.

  • 14 Comme la publication de Guillermo Tella dans l’un de leurs blogs et leur participation commune aux (...)

23La promotion immobilière a néanmoins connu un certain revers en 2006, à la suite des manifestations des mouvements d’habitants s’étant rassemblés, en tant que « voisins », contre les torres : soutenus par des élus de partis politiques progressistes et des élus préoccupés par la sauvegarde du patrimoine, ces mouvements sociaux ont d’abord réussi à arrêter pendant plusieurs mois l’ensemble des chantiers prévus et en cours dans plusieurs quartiers de la ville et ils sont ensuite parvenus à limiter de manière durable la hauteur des nouvelles constructions dans des zones spécifiques. Mais l’argumentaire de ces mouvements n’a pas suivi l’approche critique des torres country : la définition des torres que les mouvements de voisins ont mobilisée concerne la hauteur des immeubles et ce sont leurs effets de densification du bâti qui ont été mis en avant, plutôt que les risques d’enclavement, de fragmentation et de privatisation de l’espace soulignés par les réformateurs. Ainsi, les rares rapprochements amorcés entre ces mouvements sociaux et les chercheurs ayant promu la catégorie critique de torre country14, n’ont pas eu de suite.

24Vingt ans après les premières occurrences critiques de la torre country, on constate donc que celle-ci ne parvient pas à devenir une catégorie de l’action publique : les immeubles ne font l’objet d’aucune législation ou mesure spécifique pour limiter les effets de fragmentation, de dualisation et de privatisation dénoncés. Est-ce à dire que l’élaboration de la catégorie conceptuelle n’a eu aucun effet au-delà de la production de connaissances ? Oui et non. D’un côté, les effets sur l’ampleur et la taille des ensembles immobiliers ne sont pas perceptibles, et l’impact sur les desseins architecturaux existe peut-être mais reste difficile à évaluer. De l’autre, pourtant, la catégorie de torre country a circulé parmi les architectes et la critique qu’elle a portée semble avoir eu une incidence sur l’appréciation morale des parties prenantes des projets immobiliers – comme on le voit dans les réponses virulentes des chefs des grands cabinets d’architecture à la critique de la torre country (Diez, 2006), ou dans le cynisme exprimé quant à leur production par certains architectes-promoteurs que j’ai pu interviewer. Force est de constater, cependant, qu’aucun changement de pratique n’a pu être observé. À l’inverse, c’est à l’échelle plus petite des copropriétés que la circulation de la catégorie de torre country semble avoir eu le plus d’effets, certains habitants de nouveaux emprendimientos se l’étant réappropriée.

25La plupart des études qui se sont intéressées aux habitants des espaces résidentiels fermés, ont eu tendance à donner d’eux une représentation très uniforme, car leur argumentaire construisait le choix résidentiel d’un espace fermé comme un phénomène unique et uniforme, et mettait en avant une mentalité de clôture, un désir de vivre entre soi (Davis, 1990, 2000 ; McKenzie, 1994 ; Blakely & Snyder, 1997, 1999 ; Caldeira, 2000 ; Svampa, 2001 ; Low, 2003 ; Arizaga, 2005 ; Glasze, Webster & Frantz, 2006 ; Capron, 2006 ; Paquot, 2009). Dans une démarche ethnographique qui ne repose pas sur la représentativité des cas, mais sur leur analyse située et relationnelle, nous avons de notre côté repéré des positions divergentes des habitants à l’égard de la clôture. Tout d’abord, il est apparu que d’autres critères que la sécurisation étaient retenus par les habitants pour le classement de leur copropriété, notamment la localisation dans la ville et le standing de celle-ci. Cependant, même parmi ceux qui classaient leurs copropriétés avant tout comme des « copropriétés fermées », le rapport à leur immeuble et à son caractère clôturé variait et faisait l’objet de conflits. Alors que certains – notamment ceux qui recherchaient une adresse conforme à leurs aspirations sociales – valorisaient le fait de vivre dans une torre fermée assimilable aux countries de la banlieue et se mobilisaient pour s’assurer du bon fonctionnement du service de sécurité, d’autres, moins sensibles à cet aspect de leur habitation, exprimaient au cours des entretiens un certain regret de vivre « enfermés » dans des « enclaves », allant jusqu’à approuver les arguments critiques à l’encontre des fragmentations sociales et territoriales. Ces conflits de classement et d’appréciation du caractère fermé des immeubles parmi leurs propres habitants se traduisaient dans leurs discours, mais aussi dans leurs pratiques, c’est-à-dire dans les usages de la copropriété et de ses services qu’ils en avaient, et dans les décisions qu’ils prenaient à l’égard de la gestion de la copropriété. Certes, il n’était pas question pour eux d’ouvrir les portes des immeubles pour laisser entrer quiconque le voudrait. Mais des débats avaient lieu par rapport à l’usage du service de sécurité, dont l’enjeu portait sur le sens donné à la fermeture et donc sur le marquage spatial des frontières sociales.

26C’est ce conflit de classement qui a opposé, par exemple, Miguel et Mónica, deux des personnes interrogées à Torres del Plata, une copropriété sécurisée comprenant quelques amenities, bâtie entre le milieu des années 1990 et le milieu des années 2000 dans un quartier de classe moyenne (Boedo). Il s’agit d’une grande copropriété de plus de quatre cents appartements, où habitaient, au moment de mon enquête, en 2005-2010, de nombreux employés des catégories intermédiaires, des commerçants et des professionnels salariés. Nombre d’habitants avaient dû quitter cette copropriété lors de la crise de 2001-2002, ne pouvant plus honorer leurs dettes immobilières ; les impayés des charges de copropriété avaient en outre beaucoup augmenté lors de la crise, si bien que le budget pour l’entretien et la maintenance de la copropriété avait été fortement réduit.

27La quarantaine, fils d’un architecte et d’une avocate, Miguel travaille, de même que sa femme et la mère de ses deux jeunes enfants, comme professeur de sport dans un country de la banlieue. Quant à Mónica, elle est diplômée des beaux-arts comme son mari, qui est cadre dirigeant de l’entreprise familiale de liqueurs où Mónica travaille comme dessinatrice. La cinquantaine, mère de deux enfants adolescents, elle a des origines populaires (son père « faisait un peu de tout » : chauffeur routier, magasinier dans un hangar, tourneur ; sa mère était femme au foyer). Mónica s’est insurgée contre l’une des initiatives de Miguel au conseil syndical de la copropriété : l’achat d’« énormes » bureaux noirs pour les agents de sécurité qui sont dans les entrées ; leur présence ferait de son immeuble une « prison » et matérialiserait la mentalité « autoritaire » et « répressive » de certains de ses voisins. Mónica regrette le fait d’habiter dans un espace fermé, tout en valorisant le jardin collectif, la qualité des vues et de luminosité et les conditions de financement qui lui ont permis d’y emménager avec sa famille. Miguel, de son côté, a pris d’autres initiatives que l’achat d’équipements pour les agents de sécurité : il a aussi proposé des activités de loisir et s’est occupé d’encadrer l’usage des services collectifs. Comme il aimerait vivre dans un country semblable à celui où il travaille, mais que ses revenus ne le lui permettent pas, il est devenu membre du conseil syndical pour essayer de transposer dans son immeuble des formes de fonctionnement qu’il observe sur son lieu de travail – considérant sa copropriété, en pratique, comme une variante du country.

28Les conflits entre habitants quant à l’appréciation de leurs copropriétés – torres ou complejos –, soit comme modèle désiré, soit comme mode d’habitat malgré soi, se traduisent aussi dans l’encadrement des employés, autre aspect de la gouvernance des copropriétés. La présence d’employés de service – les employés personnels des habitants, les femmes de ménage, les baby-sitters ou les employés d’entretien et de maintenance de la copropriété – pose problème à ceux qui désirent vivre dans un espace d’entre-soi où le style de vie des classes dominantes serait exclusif et où les conflits de classe ne risqueraient pas d’apparaître. Dans cette perspective, le service de sécurité est utilisé pour ségréguer les employés au sein des immeubles et les rendre aussi invisibles que possible (Elguezabal, 2014). L’encadrement des employés devient alors l’une des arènes de conflit entre les défenseurs du modèle de la copropriété fermée et ceux qui s’en distancient en se réappropriant l’approche critique de la torre country. Ainsi, par exemple, à Jardín de Núñez, il existe un conflit ouvert entre deux groupes d’habitants : d’un côté, le groupe qui contrôle le conseil syndical, composé surtout d’hommes dotés de capital économique et inscrits dans des trajectoires sociales ascendantes ; du côté opposé, de jeunes familles ne connaissant pas une mobilité sociale ascendante, n’ayant pas pu déménager dans des logements plus grands de standing équivalent lors de la naissance des enfants, et qui sont donc restées sur place et ont transformé (illégalement) leurs lofts en appartements de trois pièces. Ce sont des membres de ces familles qui, lors des entretiens, ont exprimé le regret de vivre « enfermés », les hésitations et questionnements quant au « modèle » des countries et à la « séparation brutale des classes », et qui m’ont recommandé de lire un roman critique sur la vie dans les countries (Piñeiro, 2005), à laquelle ils ont identifié la leur. Les premiers, au contraire, les accusent de dégrader et de dénaturer la copropriété et travaillent au classement de celle-ci comme complejo à travers leur engagement dans le conseil syndical. Dans cet esprit, ils demandent aux vigiles d’encadrer les employés de façon impersonnelle et préfèrent recourir à la sous-traitance pour les recruter, alors que l’autre groupe s’y oppose, ayant établi des rapports personnels avec eux. Certains ont porté plainte contre la restriction de la liberté de circulation imposée aux femmes de ménage, ont organisé la distribution des cadeaux de fin d’année au personnel et ont favorisé l’attribution gratuite du logement prévu pour le gardien de la copropriété, alors que le conseil syndical avait prévu de le louer.

*

29Au terme de cette analyse, la torre country apparaît sans conteste comme une catégorie de l’action. D’abord dans le monde de la recherche urbaine, où elle prend part à la production de connaissances sur des thématiques diverses – la restructuration urbaine, la globalisation, l’historicité des politiques urbaines, les transformations de Buenos Aires – et s’inscrit, avec les notions d’enclave et de dualisation urbaine, dans une « communauté » transnationale de catégories (Saunier, 2008, p. 6). Mais elle est aussi une catégorie de l’action dans la mesure où elle s’intègre, chez les universitaires argentins, dans la formulation de programmes de réforme, à l’échelle locale et nationale. Ceci pose la question de l’existence d’une dimension réformatrice de cette communauté de catégories chez d’autres savants dans d’autres contextes – nord-américain par exemple. La torre country est aussi, à Buenos Aires, une catégorie de l’action dans plusieurs autres mondes sociaux : chez les réformateurs, les architectes, les aménageurs urbains, et même chez les copropriétaires des immeubles concernés lorsqu’ils classent à leur tour leur propre habitation. Sur ces différentes « scènes » (Zimmermann, 2003, p. 245), la catégorie n’a pas la même signification. Elle y est réinterprétée, voire reformulée, selon les enjeux propres à chaque monde, concernant tantôt la forme architecturale, tantôt la critique des politiques économiques et sociales, tantôt l’encadrement du marché immobilier, ou encore la distinction sociale à travers l’habitat.

30Ce flottement des significations témoigne des transformations qui s’opèrent au cours des transferts. Certes il est sans doute lié, ici, à l’échec des entreprises qui ont visé à institutionnaliser cette catégorie à travers une politique publique d’encadrement du marché immobilier. Mais ces désaccords montrent qu’une catégorie change en étant réappropriée, acceptée ou rejetée. Elle s’inscrit dans les rapports sociaux, mais différemment. Ainsi, au cours de sa circulation, la catégorie de torre country contribue à donner forme aux relations sociales, marquer des frontières, alimenter les interprétations et significations allouées aux espaces qu’elle désigne. Elle reste, par ailleurs, disponible pour de nouveaux usages, sur les mêmes scènes ou sur d’autres, dès lors que les acteurs l’ayant déjà empruntée y trouvent les conditions d’un réemploi.

Bibliographie

Abbott Andrew (2005), « Linked Ecologies: States and Universities as Environments for Professions », Sociological Theory, vol. 23, nº 3, p. 245-274.

Abbott Andrew (1988), The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, The University of Chicago Press.

Arizaga Cecilia (2005), El mito de comunidad en la ciudad mundializada: estilos de vida y nuevas clases medias en urbanizaciones cerradas, Buenos Aires, El Cielo por Asalto.

Blakely Edward J. & Snyder Mary Gail (1997, 1999), Fortress America: Gated Communities in the Unites States, Washington D.C. / Cambridge, Brookings Institution Press / Lincoln Institute of Land Policy.

Caldeira Teresa Pires do Rio (2000), City of Walls: Crime, Segregation, and Citizenship in São Paulo, Berkeley / Los Angeles, University of California Press.

Capron Guénola (dir.) (2006), Quand la ville se ferme : quartiers résidentiels sécurisés, Rosny-sous-Bois, Bréal.

Ciccolella Pablo (1999), « Globalización y dualización en la Región Metropolitana de Buenos Aires: grandes inversiones y reestructuración socioterritorial en los años noventa », Eure, vol. 25, nº 76, p. 5-28.

Ciccolella Pablo & Mignaqui Iliana (2003), « De las metrópolis productivas a las mega ciudades de consumo y comando », dans Silvia Gorenstein & Ricardo Bustos Cara Ciccolella Pablo & Mignaqui Iliana (dir.), Nuevas dinámicas territoriales en Argentina, Bahía Blanca, Editorial de la Universidad Nacional del Sur, p. 13-56.

(1999), « Prólogo », dans Saskia Sassen, La Ciudad global : Nueva York, Londres, Tokio, Buenos Aires, Eudeba, p. 9-21.

Clichevsky Nora (2002 a), « ’Urbanizaciones exclusivas’en Buenos Aires », Ciudad y territorios, vol. 34, nº 133-134, p. 503-527.

Clichevsky Nora (2002 b), « Tierra vacante en Buenos Aires: entre los loteos “populares” y las áreas “exclusivas” », dans Nora Clichevsky (dir.), Tierra vacante en ciudades latinoamericanas, Cambridge, Lincoln Institue of Land Policy, p. 47-79.

Davis Mike (1990, 2000), City of Quartz : Los Angeles, capitale du futur, Michel Dartevelle & Marc Saint-Upéry (trad.), Paris, La Découverte.

Diez Fernando (2006), « Los arquitectos tras las grandes torres », Summa +, nº 77, p. 220-225.

Dourlens Christine & Vidal-Naquet Pierre (2001), « Des Quartiers “hors sol” : quartiers fermés et rapports de proximité dans la banlieue de Buenos Aires », Annales de la recherche urbaine, nº 90, p. 109-116.

Elguezabal Eleonora (2015), Frontières urbaines : les mondes sociaux des copropriétés fermées, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Elguezabal Eleonora (2014), « Que nul n’entre si... Les usages sociaux de la sécurité dans les “copropriétés fermées” à Buenos Aires », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 204, p. 10-23.

Garay Alfredo (1994), « Repensando las torres: una aproximación desde el urbanismo », Arquis, nº 3, p. 80-86.

Glasze Georg, Webster Chris & Frantz Klaus (dir.) (2006), Private Cities: Global and Local Perspectives, Londres / New York, Routledge.

Gorelik Adrián (2004 a), Miradas sobre Buenos Aires: historia cultural y crítica urbana, Buenos Aires, Siglo Veintiuno Editores Argentina.

Gorelik Adrián (1998, 2004 b), La grilla y el parque: espacio público y cultura urbana en Buenos Aires, 1887-1936, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes.

Gorelik Adrián & Silvestri Graciela (2004), « Fin de siglo urbano: ciudades, arquitecturas y cultura urbana en las transformaciones de la Argentina reciente », dans Juan Suriano (dir.), Nueva historia argentina, 10. 1976-2000, Buenos Aires, Sudamericana, p. 443-506.

Gorelik Adrián & Silvestri Graciela (2000), « Ciudad y cultura urbana, 1976-1999: el fin de la expansión », dans José Luis Romero & Luis Alberto Romero (dir.), Buenos Aires, historia de cuatro siglos, Buenos Aires, Altamira, p. 461-499.

Iglesias Norberto (dir.) (2000 a), Barrios cerrados: nuevas formas de fragmentación espacial en el Gran Buenos Aires, Malvinas Argentinas, Dirección General de Planeamiento / Municipalidad de Malvinas Argentinas.

Iglesias Norberto (dir.) (2000 b), La fragmentación física de nuestras ciudades: memoria del III Seminario de la Unidad Temática de Desarrollo Urbano, Malvinas Argentinas, Municipalidad de Malvinas Argentinas.

Jajamovich Guillermo (2012), La ciudad en cuestión: pugnas y reconfiguraciones de redes de técnicos y profesionales que intervienen sobre la ciudad de Buenos Aires (1983-1992), thèse de doctorat en sciences sociales, Buenos Aires, Université de Buenos Aires.

Lacarrieu Mónica & Thuillier Guy (2004), « Une utopie de l’ordre et de la fermeture : “quartiers privées” et “countries” à Buenos Aires », L’Espace géographique, vol. 33, nº 2, p. 149-164.

Lacarrieu Mónica & Thuillier Guy (2001), « Las urbanizaciones privadas en Buenos Aires y su significación », Perfiles latinoamericanos, nº 19, p. 83-113.

Liernur Jorge Francisco (2004), « Torres », dans Jorge Francisco Liernur & Fernando Aliata (dir.), Diccionario de Arquitectura en la Argentina: estilos, obras, biografías, instituciones, ciudades, Buenos Aires, Agea, p. 119-121.

Liernur Jorge Francisco (1999), « Consideraciones sobre la formacion y transformacion de la vivienda moderna », dans Carlos Altamirano (dir.), La Argentina en el siglo xx, Buenos Aires, Ariel, p. 238-250.

Liernur Jorge Francisco (1994), « Nuevos rascacielos en Buenos Aires: vivir en las nubes », Arquis, nº 3, p. 92-95.

López Artemio & Romeo Martín (2005), La declinación de la clase media: transformaciones en la estructura social (1974-2004), Buenos Aires, Aurelia Rivera / Libros de Equis.

Low Setha M. (2003), Behind the Gates: Life, Security, and the Pursuit of Happiness in Fortress America, New York, Routledge.

Mckenzie Robert (1994), Privatopia: Homeowner Associations and the Rise of Residential Private Government, New Haven, Yale University Press.

Mignaqui Iliana (1998), « Dinámica inmobiliaria y transformaciones metropolitanas: la producción del espacio residencial en la Región Metropolitana de Buenos Aires en los ‘90: una aproximación a la geografía de la riqueza », dans Ricardo Bustos Cara & Silvia Gorenstein (dir.), Ciudades y regiones frente al avance de la globalización, Bahía Blanca, Ediciones de la Universidad Nacional del Sur, p. 255-284.

Paquot Thierry (dir.) (2009), Ghettos de riches : tour du monde des enclaves résidentielles sécurisées, Paris, Perrin.

Piñeiro Claudia (2005), Las viudas de los jueves, Buenos Aires, Alfaguara.

Prévôt-Schapira Marie-France (2009), « Quartiers fermés et condominios fechados », dans Thierry Paquot (dir.), Ghettos de riches : tour du monde des enclaves résidentielles sécurisées, Paris, Perrin, p. 56-76.

Roitman Sonia & Phelps Nicholas (2011), « Do Gates Negate the City? Gated Communities’ Contribution to the Urbanisation of Suburbia in Pilar, Argentina », Urban Studies, vol. 48, nº 16, p. 3487-3509.

Sánchez Sandra (2009), « Las torres en el mercado inmobiliario de Buenos Aires de los últimos veinte años: indicios de una cultura urbana en proceso de transformación », Revista THEOMAI : estudios sobre sociedad y desarrollo, nº 20, p. 81-104.

Saunier Pierre-Yves (2008), « Les régimes circulatoires du domaine social 1880-1940 : projets et ingénierie de la convergence et de la divergence », Genèses, nº 71, p. 4-25.

Silvestri Graciela (1999), « La ciudad de los arquitectos », Punto de Vista, nº 63, p. 1-9.

Skinner Quentin (1978, 2001), Les Fondements de la pensée politique moderne, Jerome Grossman & Jean-Yves Pouilloux (trad.), Paris, Albin Michel.

Svampa Maristella (2001), Los que ganaron: la vida en los countries y barrios privados, Buenos Aires, Biblos.

Szanjberg Daniela (2010), Torres amuralladas: su protagonismo en la densificación residencial de Buenos Aires desde los años ’90, Buenos Aires, Nobuko.

Szanjberg Daniela (2004), « Ghettos de ricos en Buenos Aires: de la producción de la ciudad de masas al consumo de la ciudad carcelaria », Mundo urbano, nº 13, en ligne : http://mundourbano.unq.edu.ar/index.php?option=com_content&view=article&id=101&catid=88 (mars 2017).

Szajnberg Daniela & Cordara Christian (2005), « La transformación de Palermo Nuevo, Pacífico y el eje de Juan B. Justo – Int. Bullrich: Desarrollo inmobiliario selectivo en la ciudad de Buenos Aires », Café de las Ciudades, année 4, nº 35, en ligne : www.cafedelasciudades.com.ar/economia_35_2.htm (mars 2017).

Tabakman Damián (dir.) (2009), De arquitecto a desarrollista, de profesional a empresario, Buenos Aires, Bienes Raíces Ediciones.

Tella Guillermo (2007), Un crack en la ciudad: rupturas y continuidades en la trama urbana de Buenos Aires, Buenos Aires, Nobuko.

Tella Guillermo (2005), « Insulas de riqueza en océanos de pobreza... O el proceso de fragmentación territorial de Buenos Aires », Scripta Nova, vol. 9, nº 194, en ligne : http://revistes.ub.edu/index.php/ScriptaNova/article/view/966 (mars 2017).

Tella Guillermo & Welch Guerra Max (2002), « Importando la periferia a Buenos Aires: urbanizaciones cerradas en la ciudad consolidada », dans Luis Felipe Cabrales Barajas (dir.), Latinoamérica: países abiertos, ciudades cerradas, Guadalajara (Mexique) / Paris, Universidad de Guadalajara / Unesco, p. 319-350.

Thuiller Guy (2005), « El impacto socio-espacial de las urbanizaciones cerradas: el caso de la región metropolitana de Buenos Aires », Eure, vol. 21, nº 93, p. 5-20.

Tissot Sylvie (2007), L’État et les quartiers : genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Éditions du Seuil.

Tissot Sylvie & Poupeau Franck (2005), « La spatialisation des problèmes sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 159, p. 4-9.

Topalov Christian (2008), « Sociologie d’un étiquetage scientifique: “urban sociology” (Chicago, 1925) », L’année sociologique, vol. 58, nº 11, p. 203-234.

Topalov Christian (2002), « Langage, société et divisions urbaines », dans Christian Topalov (dir.), Divisions de la ville, Paris, Éditions Unesco / Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 373-449.

Topalov Christian (1999), « Les “réformateurs” et leurs réseaux : enjeux d’un objet de recherche », dans Christian Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle : la nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 11-58.

Topalov Christian (1987), Le Logement en France : histoire d’une marchandise impossible, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Topalov Christian (1974), Les Promoteurs immobiliers : contribution à l’analyse de la production capitaliste du logement en France, Paris / La Haye, Mouton.

Topalov Christian et al. (dir.) (2010), L’Aventure des mots de la ville : à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Lafont.

Torres Horacio (2001), « Cambios socioterritoriales en Buenos Aires durante la década de 1990 », Eure, vol. 27, nº 80, p. 33-56.

Torres Horacio (1993), El mapa social de Buenos Aires (1940-1990), Buenos Aires, Secretaria de Investigacion, Ciencia y Técnica-FADU-UBA.

Vidal-Koppmann Sonia (2001), « Segregación espacial y apropiación del espaciola migración hacia las urbanizaciones cerradas del área metropolitana de Buenos Aires », Scripta Nova, vol. 70, nº 94, en ligne : www.ub.edu/geocrit/sn-94-70.htm (mars 2017).

Vommaro Gabriel, Morresi Sergio & Bellotti Alejandro (2015), Mundo PRO: anatomía de un partido fabricado para ganar, Buenos Aires, Planeta.

Welch Guerra Max (2005), « Introducción: las recientes transformaciones urbanas y su studio », dans Max Welch Guerra (dir.), Buenos Aires a la deriva: transformaciones urbanas recientes, Buenos Aires, Biblos, p. 9-25.

Welch Guerra Max & Valentini Paola (2005), « Torres jardín en Buenos Aires: proyecciones de una tipología habitacional », dans Max Welch Guerra (dir.), Buenos Aires a la deriva: transformaciones urbanas recientes, Buenos Aires, Biblos, p. 74-95.

Zimmermann Bénédicte (2003), « Socio-histoire des catégories de l’action publique », dans Pascale Laborier & Danny Trom (dir.), Historicités de l’action publique, Paris, Presses universitaires de France, p. 241-258.

Notes

1 Les indices macrosociaux montrent qu’il y a eu effectivement un accroissement des inégalités au cours des années 1990 (López & Romeo, 2005).

2 Nous avons repris le terme « avatar » d’Andrew Abbott (2005), dans l’idée que la circulation de la catégorie renseigne sur les liens qui existent entre différents espaces et mondes sociaux.

3 Ces analyses reposent sur ma thèse de doctorat en sociologie réalisée à l’École des hautes études en sciences sociales (Elguezabal, 2015).

4 Toutes les traductions sont de mon fait.

5 Dans un premier temps, cependant, il avait présenté une communication sur les torres jardín avec Guillermo Tella dans un colloque international sur la fragmentation et l’enclavement à l’échelle latino-américaine (Tella & Welch Guerra, 2002).

6 En plus des travaux d’Horacio Torres, de Guillermo Tella, de Pablo Ciccolella et d’Iliana Mignaqui déjà cités, qui traitent également des countries et des barrios privados.

7 Depuis la seconde moitié des années 1990, l’opposition aux politiques néolibérales mises en œuvre par l’ancien président Carlos Menem (1989-1999) a pris de l’ampleur non seulement au niveau des partis politiques mais aussi au niveau des syndicats et des mouvements sociaux de divers types (mouvements de chômeurs, assemblées de quartier, occupations d’usines, etc.).

8 Ces articles sont nombreux ; plusieurs ont été repris dans Gorelik, 2004 a.

9 C’est en participant à ce programme qu’Adrián Gorelik et Graciela Silvestri, par la suite doctorants de Liernur, se sont dirigés vers l’histoire de l’architecture comme discipline de recherche.

10 Au sens de jurisdiction, dans l’approche d’Andrew Abbott (1988).

11 Une exception étant certainement l’article de Sandra Sánchez (2009). Quant à l’ouvrage de Daniela Szajnberg (2010), il arrive tardivement parce qu’il s’agit de la publication de son mémoire de master (dont le projet a été formulé entre la fin des années 1990 et le début des années 2000).

12 La récente victoire, en 2015, du parti PRO non seulement aux élections nationales, mais aussi provinciales et locales, a pourtant mis fin à cette orientation plus sociale des politiques publiques, pour remettre sur la table des programmes néolibéraux.

13 C’est le cas de la loi nº 14 449 de la province de Buenos Aires, publiée en 2013, qui oblige les opérateurs de tous les desarrollos urbanos de plus de 5 000 m2, dont les countries, à céder des espaces, ou leur équivalent monétaire, pour la construction de logements sociaux.

14 Comme la publication de Guillermo Tella dans l’un de leurs blogs et leur participation commune aux journées organisées à l’Université nationale General Sarmiento en 2007.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Une annonce avant l’avènement du Real Estate.
Crédits Source : La Nación, section « Clasificados », le dimanche 7 juillet 1991.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25473/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Figure 2. Un emprendimiento du Real Estate.
Crédits Source : La Nación, section « Propiedades », le samedi 4 mars 2006.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25473/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1006k

Auteur

Eleonora Elguezabal est sociologue, chargée de recherche à l’INRA, rattachée au Centre d’économie et sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (CESAER) et associée au Centre Maurice Halb­wachs (CMH). Ses travaux portent sur la différenciation sociale des territoires et la sécurisation résidentielle. Elle a récemment publié Frontières urbaines : les mondes sociaux des copropriétés fermées (Presses universitaires de Rennes, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site