Version classiqueVersion mobile

Explorer la ville contemporaine par les transferts

 | 
Susanna Magri
, 
Sylvie Tissot

Introduction

Susanna Magri et Sylvie Tissot

Texte intégral

  • 1 « La dimension spatiale des ressources sociales » (2011-2012) : « Politiques urbaines : constructi (...)

1Ce livre est issu des échanges et réflexions développés lors d’un séminaire interdisciplinaire animé par Susanna Magri, Fabrice Ripoll et Sylvie Tissot de 2011 à 20141. Les contributions au débat ouvert par ce séminaire n’ont pas toutes été réunies ici. L’ouvrage est plutôt le fruit de l’élaboration d’une problématique fondée sur des travaux qui, tout en partageant un certain nombre de présupposés méthodologiques, démontraient chacun à leur manière l’intérêt d’étudier les transferts pour comprendre la ville contemporaine. Par « transferts », nous désignons la circulation de personnes, de mots et de choses, saisie à travers ses motivations, ses modalités, ses implications. Des individus font craquer les frontières, sous toutes leurs formes. D’un côté, ce sont des migrants, dont les mouvements suivent les logiques de l’échange de marchandises, de l’amélioration de leur sort ou de la simple survie, et sont traditionnellement appréhendés par les études sur les migrations. De l’autre, ce sont des administrateurs, des universitaires, des experts, qui réalisent des déplacements virtuels ou réels dont la carte sans frontières est dessinée par les réseaux de spécialistes. Or, dans tous les cas, avec ces personnes ou par leur entremise, circulent aussi des mots, des catégories de pensée et d’action, des manières de faire, de voir et d’être. Se diffusant dans les pratiques des citadins, tout cela finit par avoir une incidence sur la ville, en changer le paysage, en transformer lentement l’usage, s’incarner dans des discours ou des modèles d’intervention. C’est de cette approche de la ville que traite notre ouvrage.

De la comparaison à l’étude des transferts

  • 2 Historiens et géographes ont ouvert cette voie en France en opérant une importante rupture épistém (...)

2Pour saisir les traits constitutifs des villes de notre époque, on a souvent vanté le recours à la méthode comparative. Non sans raison car la comparaison dans le temps et dans l’espace, au-delà de ses vertus heuristiques, est le moyen le plus adapté pour apprécier ce qui fait l’unité et la continuité, ou au contraire la disparité et la discontinuité, des faits urbains contemporains. Cependant, et bien au-delà du domaine de la ville, de multiples critiques ont été adressées à cette méthode, la première et la plus grave visant ses résultats, quand ils se résument, au pire, à un catalogue d’analogies et de différences, au mieux, à l’élaboration de typologies descriptives. Ce comparatisme terme à terme, menacé de stérilité, a été dépassé par des approches explicatives, attachées à analyser les processus qui produisent les configurations urbaines à différents moments historiques et à mettre au jour les mécanismes qui en favorisent tantôt les continuités, tantôt les changements, qu’il s’agisse des formes urbaines et de leurs usages, des représentations ou de l’action publique ayant l’espace pour objet2. La remise en cause de la comparaison comme méthode a toutefois été plus profonde à partir des années 1990, quand les dynamiques transnationales ont été regardées comme décisives dans le processus de construction des faits nationaux, de leurs convergences et de leurs divergences, et sont ainsi passées au premier plan des investigations – que cette nouvelle voie d’étude ait été opposée à la comparaison internationale, ou tenue pour son indispensable complément.

  • 3 L’« histoire croisée » a été opposée à la comparaison entre nations par Werner et Zimmermann (2003 (...)
  • 4 Sur les travaux pionniers dans ce domaine, voir l’article de Daniel T. Rodgers (2004), et son ouvr (...)
  • 5 Une synthèse des travaux centrés sur les politiques publiques aux États-Unis est proposée par Marc (...)
  • 6 Citons par exemple celles d’Edmond Préteceille sur la ségrégation sociale en Île-de-France, qui se (...)
  • 7 Comme le montrent les travaux déjà cités : Delpeuch, 2008 ; Hassenteufel, 2005 ; Kaluszynski & Pay (...)
  • 8 On peut citer, par exemple, les conférences de l’European Network for Housing Research (ENHR), don (...)

3Cet important déplacement de l’objet et de la méthode de recherche ne s’est pas manifesté d’abord dans les sciences sociales appliquées à la ville, tant s’en faut. Né quasi simultanément en Europe et aux États-Unis, le courant d’études qui lui correspond a été ouvert, en France, par les historiens travaillant dans les domaines de la culture et des savoirs (Schöttler & Werner, 1994 ; Espagne, 1999 ; Saunier, 2004)3, aux États-Unis, par les chercheurs ayant reconsidéré l’histoire de leur pays à la lumière des échanges transnationaux, sur la base de la remise en cause de l’historiographie qui avait chaussé elle-même les lunettes de l’État-nation où elle avait pris naissance (Rodgers, 2004). Les politiques publiques, et en particulier les politiques sociales4, ont occupé une place importante dans ce nouveau courant d’études. Cette place a encore grandi avec la poussée de la mondialisation contemporaine, celle-ci ayant puissamment contribué à la constitution du domaine des Policy Transfer Studies, en histoire, en sociologie et en science politique, aux États-Unis et en Europe – en France, c’est la science politique qui a fortement développé l’étude des transferts à partir des années 20005. Dans le domaine urbain, en revanche, l’intérêt porté aux circulations comme entrée et objet pertinents pour rendre compte de la ville contemporaine, a été faible et relativement tardif. Alors que la « globalisation » est rapidement devenue en France, à partir des années 1990, une notion à la mode en sociologie et géographie urbaines, peu d’études critiques, fondées sur des enquêtes localisées, en ont démenti les constats6, et rares sont les travaux qui ont cherché à en montrer les ressorts et les obstacles, face à une progression généralement tenue pour inéluctable. Quant à l’Union européenne, si son affirmation a, elle aussi, fortement impulsé, surtout en science politique, les études des transferts en matière d’action publique7, elle n’a guère provoqué, elle non plus, un regain d’intérêt pour cet objet du côté des recherches sur la ville, sans doute en raison de la faiblesse de politiques communautaires dans le domaine urbain. Pourtant, les agents des transferts, les instances d’échange d’idées et de savoirs, les tentatives d’élaboration d’actions, sinon de normes, communes, ne manquent pas en Europe, comme le montre dans ce livre la contribution de Clément Barbier qui traite de ce qu’on appelle en France la « politique de la ville ». On pourrait en particulier souligner, à ce propos, la tendance à négliger l’étude des rencontres, ou « forums », ayant une forte composante scientifique : le logement, par exemple, a été au centre de maints colloques ayant pour objet les conditions d’habitation et les actions publiques les concernant dans les différents pays européens, et appelant parfois de leurs vœux des actions coordonnées au sein de l’Europe ; pourtant, ces rencontres, par ailleurs souvent objets de publication8, ne deviennent pas objets de recherche.

4Les travaux sur les circulations dans le processus de façonnement de la ville contemporaine ne sont cependant pas inexistants en France. Des « espaces de conversation » – pour reprendre l’expression de Pierre-Yves Saunier (2008, 10) –, matérialisés par des échanges entre savants de différents pays, ont été étudiés dans la perspective d’une histoire des sciences sociales de la ville. Il en est ainsi du cas de la rencontre de Maurice Halbwachs avec les sociologues de Chicago (Topalov, 2006), ou encore du dialogue à distance entre les sociologues français, anglais et américains sur les ensembles d’habitation apparus dans les années 1960 (Magri, 2008). L’étude de l’urbanisme de plan n’a pas manqué de souligner la dimension internationale de l’élaboration de cette discipline au tournant du xxe siècle (Sutcliffe, 1981 ; Calabi, 2000) et des initiateurs de premier plan, tel l’américain John Nolen, ont fourni l’occasion de reconstituer le réseau international où elle a pris naissance et s’est déployée (Saunier, 1998). Plus récemment, des thèses de sociologie ont cerné le rôle des circulations dans le processus de réalisation des formes les plus contemporaines de la ville. Ainsi, Eleonora Elguezabal (2011) nourrit l’étude du transfert international entre savants et praticiens de l’architecture et l’urbanisme, en considérant la conversation qui s’établit entre universitaires argentins et nord-américains à propos des « ensembles résidentiels fermés » de la fin du xxe siècle. L’enjeu de tels travaux est loin d’être négligeable. Car, a contrario de ce « concept écran » (Hassenteufel, 2005, p. 131) qu’est la globalisation, ils cherchent à comprendre comment se forment ce qu’on pourrait appeler, en suivant à nouveau Saunier (2008, p. 6), des « communautés » de notions pour penser les faits urbains contemporains et ainsi les homogénéiser, alors que les faits concernés et les différentes manières de les regarder et de les vivre sont loin d’être uniformes – comme dans le cas des torres country de Buenos Aires dont traite Eleonora Elguezabal.

  • 9 Jean-Yves Authier et al. (coord.), « D’où viennent les “bobos” ? Genèse, circulation et usages d’u (...)
  • 10 En France, mais pas seulement : en Italie, par exemple, le quotidien turinois La Stampa a publié e (...)
  • 11 Voir, par exemple, l’article de Didier Desponds sur son blog : « “Bobo”, le retour d’un concept id (...)

5L’étude de la circulation des mots est une autre entrée efficace dans l’analyse de ces processus contemporains d’uniformisation urbaine. La diffusion du terme « bobos », à laquelle un colloque a été récemment consacré9, en est une bonne illustration. Titre du livre d’un journaliste états-unien publié en 2000 (Brooks, 2000), l’expression s’est rapidement répandue en France via la presse10, diverses productions culturelles et des controverses politiciennes11. Une telle propagation tend à gommer les différences dans la morphologie sociale des villes, d’autant plus que le mot pénètre les débats sur la gentrification des anciens quartiers populaires et devient, pour les acteurs de ce processus de mutation urbaine, le support de l’identification au groupe social qu’il désigne, supposé être partout le même. Étudier les transferts, dans ce cas, c’est analyser à la fois la production d’une figure sociale, les modalités de la circulation de celle-ci d’une sphère sociale à l’autre et d’un pays à l’autre et, enfin, les indifférences, rejets ou appropriations dont elle fait l’objet chez les citadins. Ces dernières permettent plus particulièrement de saisir le pouvoir performatif des mots et des représentations qui leur sont associées et, à travers les pratiques sociales ainsi orientées, les changements urbains qui peuvent en résulter, dans ce qu’ils ont de semblable ou dissemblable.

  • 12 En orientant leur analyse sur les « situations de migration », plutôt que sur les « immigrés », ce (...)
  • 13 À leur propos et pour la bibliographie des travaux d’Alain Tarrius, on se reportera à sa contribut (...)
  • 14 Voir la contribution de Jennifer Bidet, qui donne un aperçu plus large et critique de cette littér (...)

6Mais, au-delà des mots dont elles peuvent être porteuses, les populations urbaines agissent sur la ville par leurs activités quotidiennes, telles le commerce, le loisir, l’alimentation. Or porter attention aux transferts est de rigueur pour qui étudie ces pratiques en envisageant les « situations de migration » (Crenn, Hassoun & Medina, 2010, p. 112). De même que l’étude transnationale a amené, aux États-Unis, les historiens des migrations à reconsidérer les schémas assimilationnistes à travers lesquels avait été jusque-là analysée l’insertion des migrants venus du continent européen (Rodgers, 2004), la sociologie et l’anthropologie urbaines qui ont analysé les transferts opérés par les migrants, ont introduit en France une rupture salutaire avec les travaux postulant l’immobilité des immigrés et s’enfermant dans la problématique de leur intégration à la société d’accueil, forgée dans le cadre de l’action publique à leur égard. Pionnier de ce changement de regard, Alain Tarrius a mis au jour les réseaux et les échanges commerciaux tissés par les migrants dans la France du sud avec le Maghreb, et souligné les transformations des tissus urbains qu’ils ont entraînées, à Marseille et à Tunis en particulier (Tarrius, 1987), avant de s’intéresser aux périples migratoires commerçants que favorise la mondialisation13. Dans une même optique attentive aux mouvements, un ensemble de recherches s’est intéressé à la construction des secondes maisons dans le pays d’origine par des immigrés pourtant établis dans le pays d’arrivée. Philippe Bonnin et Roselyne de Villanova (1999) ont ouvert cette voie d’investigation sur les formes architecturales et urbaines issues de mobilités de loisir, tout en proposant une grille d’analyse interculturelle qui prête à discussion, comme on le verra plus loin dans ce livre14.

  • 15 Plusieurs travaux se sont récemment penchés sur le rôle des commerces et restaurants dans le proce (...)
  • 16 La contribution de Marcia Ardila propose une analyse en ce sens.

7Envisagés, eux aussi, en relation avec les migrations, les transferts ayant pour objet l’alimentation ne sont pas sans rapport avec le changement urbain. L’impact sur la ville des pratiques alimentaires, à première vue moins incisif que celui de la construction immobilière, est important : ces pratiques peuvent en effet accompagner ou renforcer, sinon initier, la transformation de la physionomie des quartiers, en s’inscrivant dans les processus d’évolution vers le haut ou vers le bas de la morphologie sociale de ces derniers et du style de vie qui y domine15. À cet égard, la rupture méthodologique introduite par le dossier « Migrations, pratiques alimentaires et rapports sociaux » de la revue Anthropology of food est particulièrement bienvenue pour l’étude du changement urbain. Abandonnant le « nationalisme alimentaire » qui enferme les migrants dans une altérité unique et figée, écartant une grille d’analyse qui postule la « continuité » ou la « discontinuité » culturelles comme termes de la seule alternative qui s’offrirait au migrant (Crenn, Hassoun & Medina, 2010, p. 8 et 13), le dossier ouvre la voie à la compréhension des modalités sous lesquelles les transferts matérialisés dans les pratiques alimentaires, en particulier commerciales, contribuent à façonner la ville. Ainsi, l’étude des différenciations des trajectoires sociales et spatiales des migrants avant leur départ du pays d’origine et après leur arrivée dans le pays d’accueil, à laquelle le dossier invite, est susceptible de rendre compte des contenus et des formes du commerce et de la consommation alimentaires des migrants déployés dans l’espace urbain : ils seront, par exemple, plus ou moins durablement communautaires et groupés dans un quartier, ou au contraire individualisés et spatialement dispersés. Un tel angle d’analyse permet également de mettre en évidence les ressorts de l’évolution de ces pratiques, dont les moments de rupture ne coïncident pas nécessairement avec ceux du déplacement d’un pays à l’autre. Enfin, cette voie de recherche conduit à envisager la diversité des itinéraires socioprofessionnels qui accompagnent les parcours migratoires, et en particulier à prendre en considération le migrant entrepreneur ou devenu tel – ici, épicier, traiteur ou restaurateur. Si l’observation ethnographique restitue alors avec bonheur les « déconstructions » et « reconstructions » opérées par l’offre culinaire (Hassoun, 2010), l’étude urbaine peut s’en saisir pour mettre en rapport l’exotisme ainsi créé avec la mutation sociologique en cours dans l’espace urbain concerné, les effets en retour de l’un sur l’autre et, au-delà, leurs conséquences sur l’avenir de l’entreprise et le parcours du migrant16.

8Envisageons, pour finir, l’apport de l’étude des transferts lorsque l’espace urbain est objet de l’action publique. Les recherches partagent ici les mêmes questionnements que celles qui portent sur les politiques publiques. Ainsi, la formation de catégories communes pour penser les problèmes urbains et formuler des solutions novatrices résulte souvent de la connexion entre savoirs universitaires et initiatives réformatrices, et de l’émergence de nouvelles expertises, connexion qui peut combiner plusieurs échelles – locale, nationale, transnationale, comme on l’a vu plus haut. Par ailleurs, les catégories de l’action publique s’appliquent aussi aux populations visées par les politiques urbaines, donnant lieu à des classements discriminatoires de ces populations. Analyser les transferts peut alors permettre de comprendre comment des critères renvoyant à l’origine étrangère ou ethnoraciaux interviennent dans l’élaboration des programmes de rénovation urbaine et de logement social, dès lors que l’on s’intéresse aux itinéraires des agents qui les promeuvent, souvent anciens administrateurs des colonies, en Algérie (de Barros, 2005) ou en Guyane dans le cas de Saint-Laurent- du-Maroni étudié par Clémence Leobal dans sa thèse en cours. La mise en actes de ces élaborations se réalise à travers des processus à la fois politiques et sociaux. Explorer l’aboutissement d’une entreprise réformatrice conduit à suivre un long itinéraire d’analyse. Au-delà de l’interaction entre porteurs de projet et agents politiques puis entre différentes instances de gouvernement, les études qui se sont intéressées aux transferts, loin de se cantonner à l’inscription sur l’agenda politique des projets réformateurs, sont allées avec profit jusqu’à examiner la réception de ces derniers. Les travaux de doctorat de Cécile Cuny (2009 ; 2014), Éric Cheynis (2008) et Eleonora Elguezabal (2011), en partie repris dans les contributions de ce livre, le montrent bien.

9Mais on voit aussi tout l’intérêt de pousser jusqu’à la réception l’étude des transferts inscrits dans l’action publique quand ces derniers relèvent d’une imposition. Ainsi, les travaux de Nabila Oulebsir portant sur l’Algérie coloniale (2003 ; 2004) illustrent la coexistence de postures nettement contrastées face à un même objet urbain. Au tournant du xxe siècle, un nouveau style architectural est inauguré dans les villes algériennes, qui tranche avec celui qui avait été de règle au siècle précédent. Alors que l’architecture des grands bâtiments urbains édifiés depuis 1830 dans la colonie n’avait été que la transposition des modèles dominants en métropole, le style néomauresque nouvellement introduit est un hybride, issu d’une réinterprétation de l’architecture arabe dont il reprend les motifs en les greffant sur un bâtiment de facture occidentale d’abord classique puis, dans les années 1930, rationaliste. Le style néomauresque marque ainsi une rupture qui n’est pas seulement formelle. Il émerge en effet comme symbole d’une identité nouvelle, celle de Français d’Algérie qui ont revendiqué et obtenu en 1900 l’autonomie financière – une autonomie qu’ils s’emploient désormais à faire exister dans d’autres domaines, notamment les sciences et les arts. En effet, dans le sillon de la politique du patrimoine de la métropole, les savoirs sur l’art mauresque se développent dans la colonie, au confluent des travaux des architectes des monuments historiques, des archéologues et des historiens de l’art de la nouvelle université de lettres d’Alger. De leur côté, le Comité du vieil Alger, dominé par la haute administration du pays dès sa création en 1905, et le nouveau gouverneur d’Algérie, nommé en 1900, défendent à la fois, avec le style néomauresque, un pittoresque susceptible d’attirer les touristes et un style architectural érigé en style d’État. Les édifices publics vont donc, désormais, en porter la marque. Cependant, ils font l’objet d’une appropriation très diverse de la part des autochtones. Pour tous, ils deviennent les nouveaux repères de la ville, à Alger en premier lieu. Ils resteront tels pour les Algériens longtemps après l’indépendance. Mais certains d’entre eux connaîtront un tout autre sort : quand ils symbolisent de la manière la plus éclatante la soumission à la France, ils seront radicalement rejetés après 1962 – tel le monument aux morts dédié aux musulmans ayant combattu pour la France en 1914-1918, édifié par l’autorité française pour célébrer en 1930 le centenaire de la conquête, et dérobé à la vue par une chape de ciment commandée par l’autorité algérienne dès son accession au pouvoir (Oulebsir, 2003).

10Les recherches que l’on vient d’évoquer témoignent assez de l’intérêt d’une étude des transferts pour comprendre comment se façonne la ville contemporaine. Mais on doit y insister, en montrant au passage que la ville est aussi un cas fécond pour l’étude des transferts.

  • 17 Selon l’expression de Marcel Roncayolo reprise par Bernard Lepetit (1993, 293).
  • 18 Sur la « réinterprétation des lieux » dont résulte le présent des villes, on lira avec profit Bern (...)

11Considérée non comme un simple cadre, mais comme une « catégorie de la pratique sociale17 », la ville invite à explorer les dynamiques qui relient entre elles ses formes matérielles et immatérielles. Les premières, même quand elles semblent immobiles, sont l’objet d’usages ou le lieu de pratiques en mouvement constant, dont les changements transforment, selon des temporalités différentes, l’espace dans son aspect physique, sa valeur ou sa signification – en le recréant, le réactualisant, ou en l’effaçant18. Étudier ce mouvement, son sens et ses rythmes, implique de comprendre les logiques sociales des pratiques individuelles, tout en prenant en compte ce qu’elles doivent à l’espace où elles se déploient et sur lequel elles ont une incidence. Une telle analyse met alors en évidence que l’étude des transferts doit être prolongée par celle des emprunts et des appropriations, des rejets et des contestations dont ce qui est transféré peut faire l’objet – dans le cas d’espèce, les règles ou modèles relatifs aux éléments physiques de la ville et à leur usage. Dans le même temps, l’étude du devenir de ce qui est transféré contribue à la compréhension des usages de l’espace et partant à celle de l’évolution de l’espace lui-même. Ainsi, un bâtiment dont la forme extérieure change peu ou pas du tout peut être l’objet de multiples transformations internes, résultant d’utilisations socialement et temporellement différenciées des locaux publics et privés qu’il abrite. Ainsi encore, une politique de patrimonialisation peut fixer l’aspect extérieur du bâtiment, tout en changeant la valeur économique et sociale de celui-ci. Modèle d’un urbanisme et d’une architecture particulière, comme dans le cas de l’« unité d’habitation » de Rezé étudié par Sabrina Bresson (2010), un tel édifice est donc loin d’être figé, et les mutations qu’il connaît résultent de multiples appropriations. Mais les transformations invisibles peuvent aussi résulter des changements de forme de l’habitat, à la suite d’une réhabilitation par exemple, comme dans le cas des appropriations des dispositifs de gestion du grand ensemble Marzahn à Berlin (Cuny, 2014). Ces appropriations renversent les règles imposées par les politiques publiques et, ce faisant, génèrent un changement de position des résidents dans une sphère connexe, celle du politique. Étudier les transformations urbaines, ce n’est donc pas seulement s’intéresser à ce qui change dans l’espace physique, c’est aussi prendre en considération les chemins souvent dérobés des rejets ou des appropriations – ceux qu’une ethnographie permet de découvrir et une microsociologie de comprendre, et au long desquels, selon des rythmes dans chaque cas différents, l’espace lui-même est, à terme, réactualisé dans sa matérialité, sa valeur ou sa signification.

12Du fait de sa complexité, la ville est par ailleurs un terrain propice à une enquête qui, en s’interrogeant sur ce que la production et la transformation de l’espace doivent aux transferts, est amenée à explorer la manière dont s’articulent plusieurs champs de la pratique sociale. Certes, placer la focale sur une partie seulement de cette chaîne de connexions est tout à fait justifié quand il faut approfondir, par exemple, l’étude d’une interaction entre monde savant et monde politique, comme on le voit dans le cas étudié plus loin par Clément Barbier. Mais, rendre compte jusqu’au bout du devenir d’un emprunt qui accompagne ou oriente, s’il n’entraîne pas, une transformation urbaine, nécessite généralement une enquête prenant en considération un ensemble diversifié de mondes sociaux. On l’a vu plus haut à propos des « bobos » : étudier le devenir d’un mot dans un processus qui met en relation écrivains, médias, agents politiques et citadins, est à l’évidence décisif pour comprendre le succès ou l’échec d’un transfert qui traverse les frontières à la fois sociales et nationales. On peut en outre noter qu’explorer les transferts dans le cas de l’action publique sur la ville implique l’analyse de l’intrication de différentes politiques publiques, comme le montre à nouveau le travail de Nabila Oulebsir sur l’émergence de l’architecture néomauresque dans l’Algérie française : politique scientifique – dans le domaine de l’archéologie et de l’histoire de l’art –, politique culturelle et du tourisme se rejoignent ici pour aboutir à une rupture dans la politique urbaine que traduit l’adoption du nouveau style architectural.

13Ces réflexions sont autant d’invitations à développer l’analyse des transferts dans l’étude de la ville. Elles ont aussi une portée méthodologique sur laquelle on voudrait s’arrêter maintenant, en insistant sur des exigences dont la mise en œuvre est susceptible, à nos yeux, de conférer à un programme de recherche centré sur les transferts sa pleine efficacité.

Questions de méthode

14Plusieurs travaux cités ci-dessus portent sur la construction de la ville « par le haut » : lieux internationaux d’élaboration des projets réformateurs, circulations géographiques des catégories et des modèles d’intervention, mobilités des professionnels de la ville, etc. Ces travaux, ainsi que les articles rassemblés dans ce livre, permettent de repérer un ensemble de mots d’ordre en circulation aujourd’hui. Ces derniers semblent dessiner un véritable programme d’intervention sur l’espace urbain et sa gestion : « développement social des quartiers », promotion de la « mixité sociale » ou de la « diversité » (Launay, 2011), invitation à la « participation des habitants » inscrite dans la « proximité » (Lefebvre & Le Bart, 2005), et d’autres encore. Plus récemment, l’injonction au « développement durable » (Hamman, 2012) a pénétré les politiques urbaines, à travers les projets d’« écoquartiers », tandis que de nouvelles pratiques émergent chez des citadins en quête de liens avec le monde agricole – association pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), « agriculture urbaine », etc. (Ripoll, 2011 ; 2013). C’est également à un niveau international que l’on a vu émerger, forgé par les élites sociales, un certain modèle de vie urbaine, dont les centres-villes rénovés seraient la nouvelle figure de proue (Tissot, 2012). Ce modèle, en partie institutionnalisé, structure désormais les hiérarchies marchandes de ces espaces. Le « quartier village », riche de ses rues et de ses commerces de proximité, riche de son histoire et de l’ancienneté de son architecture à taille humaine, signerait la disqualification d’un symbole de l’urbanisme dit « moderne » (« grands ensembles » ou housing estates), mais aussi, dans une moindre mesure, des banlieues résidentielles états-uniennes.

15Dans ce contexte effectivement mondialisé, un modèle d’analyse a émergé pour rendre compte de ce qui peut apparaître comme des convergences fortes dans le gouvernement des villes : plusieurs auteurs regroupent les phénomènes que recouvrent celles-ci sous le label de la « ville néolibérale » (Smith, 2013 ; Hackworth, 2007). Selon cette perspective, les pouvoirs publics de différents pays poursuivraient un objectif commun d’intervention sur la ville : attirer les investisseurs, les touristes et les « classes créatives ». Les édiles municipaux auraient délaissé tout objectif redistributif pour se soumettre aux logiques du marché, en commercialisant, privatisant, sécurisant et en « gentrifiant » les espaces urbains. Connaissant un succès certain au sein des urban studies elles-mêmes internationalisées, ce modèle a pourtant le défaut, à l’instar de celui de la « ville globale » (Sassen, 1991), de plaquer une interprétation sur des réalités disparates : non seulement les gouvernements locaux restent inégalement dotés en ressources économiques, politiques ou encore symboliques, mais les acteurs eux-mêmes de l’élaboration des réformes urbaines ne se réduisent pas aux municipalités, comme l’ont montré maints travaux empiriques portant sur la réhabilitation urbaine et la gentrification. Surtout, comme cela a déjà été pointé, la chronologie des phénomènes observables ne répond qu’imparfaitement au schéma d’une substitution mécanique du modèle dit keynésien et fordiste à un autre, néolibéral (Pinson, 2016).

16L’approche par les transferts repose sur une démarche empirique exigeante, susceptible d’apporter un autre éclairage sur une mondialisation des mutations urbaines dont il faut relativiser la « nouveauté » (Dutour, 2004), et qui ne se déploie pas de façon uniforme dans toutes les villes de la planète. Comme l’illustrent, chacun à sa manière, les articles de ce livre, plusieurs principes méthodologiques doivent être adoptés pour expliquer les logiques réformatrices, plutôt que de les présupposer.

17La première exigence est de cerner les espaces et les échelles où se construisent ces logiques. Les auteurs de cet ouvrage découpent ainsi de façon précise leurs sites d’investigation : acteurs de l’aménagement urbain de la municipalité-État de Hambourg (Clément Barbier), champ argentin de l’architecture (Eleonora Elguezabal), espaces politique, administratif et associatif à la fois national et local au Maroc (Éric Cheynis)... La délimitation de ces espaces et la compréhension des logiques les structurant sont nécessaires pour saisir les phénomènes de transfert qui les dépassent : alliances avec des experts européens pour les acteurs innovants, mais dominés, de la municipalité de Hambourg ; reprise par les professionnels argentins de grilles d’analyse savantes inventées aux États-Unis ; importation d’un programme des Nations unies au Maroc. En effet, les concurrences qui marquent ces univers génèrent des intérêts incitant à jouer, avec un succès inégal, de l’import-export de modes d’intervention et d’analyse des problèmes urbains. Ce travail empirique attentif aux processus confirme la justesse des études montrant que les catégories d’intervention sur la ville ne résultent pas d’une situation « objective », à laquelle les pouvoirs publics répondraient de façon soit « rationnelle », soit « idéologique », selon le schéma d’analyse adopté. Ces réponses sont bel et bien construites à la faveur de transferts dont les logiques sont à saisir au sein de ces univers réformateurs. Les enquêtes menées sur la transformation par les réformateurs des catégories de l’action en évidences, et leur exportation comme telles, sont riches d’un potentiel critique non moins puissant que certaines grilles d’analyse en apparence plus politiques.

18Toutefois – et c’est une deuxième exigence méthodologique déjà évoquée plus haut, mais sur laquelle nous voulons insister –, l’étude des transferts à l’œuvre dans la transformation de l’espace urbain gagne à explorer toute la chaîne des articulations entre champs pertinents de la pratique sociale. Ces derniers ne se réduisent pas aux gouvernements locaux et aux États centraux, les uns comme les autres étant d’ailleurs structurés par des hiérarchies, des concurrences, voire des combats internes (Bourdieu, 2012). Comme cela a déjà été souligné, l’action publique se construit et se réalise à travers la relation entre plusieurs « scènes » ou « champs » sociaux, souvent bien au-delà de ceux qui sont concernés par le domaine spécifique de cette action (Zimmermann, 2003 ; Dubois, 2014). Deux contributions à ce livre insistent sur l’implication du monde savant, mais aussi sur le devenir des catégories de l’action issues de celui-ci. Ainsi, Clément Barbier analyse la manière dont les experts européens procurent à la fois matière et légitimité à un projet qui émerge du monde politique hambourgeois, sans pour autant en assurer le succès, dont les conditions ne sont par ailleurs pas réunies. Elenora Elguezabal, de son côté, démontre que les catégories savantes sont des ressources pour des acteurs variés de la fabrication des villes. Pour ce faire, elle analyse la réception dont ces catégories sont l’objet, depuis les architectes de la capitale argentine qui s’emparent de la notion critique de « dualisation urbaine » formulée aux États-Unis, pour s’opposer aux logiques des bâtisseurs d’immeubles fermés – les torres country –, jusqu’à une partie des habitants de ces tours qui se réapproprient la catégorie critique pour contrer la fermeture de leur propre habitat. Revenir sur les transferts des catégories savantes d’interprétation du monde permet donc, on le voit, de les réintégrer dans le processus d’interventions multiples sur la ville auquel elles participent.

19Enfin, la prise en compte d’une pluralité de champs est rendue pertinente par les appartenances multiples, contemporaines ou successives, des individus ou réseaux d’individus qui se trouvent à l’initiative d’un emprunt, ou occupent des positions clé dans la circulation de l’objet de celui-ci.

20Un troisième principe méthodologique majeur se dégage alors des différentes contributions : les dynamiques des transferts ne sont pas intelligibles sans la prise en compte des agents sociaux qui portent les propositions ou les réalisent. Quelles trajectoires les ont conduits dans ce champ de débat ? Quelles ressources leur permettent d’agir ? Dans quels univers ces dernières sont-elles efficientes ou inefficientes ? À quelles conditions certaines ressources, démonétisées, peuvent-elles être réinvesties dans de nouveaux contextes ? Placer la focale sur deux habitants de Marzahn à Berlin permet, par exemple, de comprendre comment des injonctions en vigueur, et parfois assumées, dans l’Allemagne socialiste, sont réactivées dans le contexte d’un programme politique de « management de quartier » après la réunification. On voit ainsi que le mot d’ordre de la « participation » s’enracine dans l’habitat d’une grande agglomération européenne en raison de son histoire politique singulière, et non du fait de logiques uniformes que l’on suppose inchangées à l’échelle mondiale.

21La globalisation dont témoignerait la récurrence de certains « mots d’ordre » dans différentes villes du monde est ainsi historicisée. Ce faisant, on insiste autant sur le caractère incertain plutôt qu’inéluctable du phénomène, que sur la grande diversité de ses traductions locales. Encore faut-il expliquer ces dernières. Travailler sur les trajectoires, celles des migrants en particulier, pour expliquer les transferts qu’ils opèrent et leurs modalités de matérialisation dans la ville, comporte plusieurs avantages analytiques. On le voit dans la contribution de Jennifer Bidet, qui cherche à comprendre la diversité des formes hybrides que les migrants algériens, femmes et hommes, et leurs enfants, donnent à leurs « maisons du bled » quand ils reviennent de France pour leurs vacances. À travers l’étude des trajectoires, elle met au jour la variété des combinaisons d’éléments « à la française » et « à l’algérienne » dans l’architecture, le décor, l’aménagement intérieur et extérieur de ces maisons, tout en éclairant leur sens, lié à des histoires et contextes de vie différents, selon la génération, le sexe, la position dans la fratrie. Elle peut, ainsi, sortir de la problématique réductrice de l’« influence » culturelle, attachée à une aire géographique tenue pour homogène, souvent mobilisée pour rendre raison des formes hétéroclites de ces espaces d’habitation. Marcia Ardila, en travaillant sur le cas de la migration colombienne à Paris, fait elle aussi la démonstration de l’intérêt de l’analyse des trajectoires. L’étude du parcours social et migratoire d’une Colombienne devenue patronne de restaurant à Paris permet de saisir, y compris par défaut, les ressources nécessaires à la réussite d’une entreprise commerciale, dont l’une des conditions est la reconstruction de l’offre culinaire que cette héritière d’un savoir-faire régional et familial peaufine au fil du temps : présentée dès lors comme « exotique », mais non moins comestible, à une clientèle passionnée de curiosités « ethniques », cette offre est susceptible d’inscrire son auteur dans la gentrification, encore incertaine, d’un quartier excentré et resté populaire du nord-est parisien.

22En somme, la démarche que proposent les contributions de cet ouvrage repose sur une sociologie des agents des processus de circulation et sur une analyse des conditions historiquement et géographiquement situées de leur action, en mesure d’expliquer le succès ou l’échec de la mise en œuvre des catégories, formes ou modèles urbains considérés. Ainsi, seule l’attention portée par Éric Cheynis aux propriétés sociales des agents du secteur associatif marocain et à leur histoire militante lui permet de comprendre pourquoi un programme de lutte contre la pauvreté édicté par une grande organisation internationale est finalement mis en œuvre sur le terrain. Là encore, il ne s’agit pas de mettre en avant l’influence d’une doctrine, mais plutôt d’établir que certains acteurs locaux sont disposés à traduire en actes l’invitation au partenariat transnational, et finalement disponibles pour ce faire. Si, dans ce contexte, les alliances internationales sont des ressources, elles ne s’avèrent décisives pour les acteurs nationaux que sous certaines conditions, qui doivent être remplies sous peine de disparaître du champ associatif concerné. Des conditions bien différentes, dans la ville de Hambourg étudiée par Clément Barbier, sont la clé du succès ou de l’échec des promoteurs de la « réforme intégrée des quartiers », qui ne visait rien moins que la « modernisation » des institutions de cette ville-Land. Ils finiront par échouer, malgré leurs emprunts à la littérature des experts européens, faute, pour ces modernisateurs, d’occuper des positions clés dans le champ politico-administratif local.

23On voit ainsi se dessiner une dernière exigence méthodologique : étudier avec profit les transferts implique de ne pas en présupposer l’issue et d’accorder autant d’attention aux réussites qu’aux échecs, les uns n’étant pas moins probables que les autres (Payre, 2002). Plusieurs cas présentés dans ce livre s’apparentent ainsi à des rejets. Mais l’issue de la réception d’un projet ou d’une catégorie forgés dans un processus de transfert peut ne pas être univoque. Eleonora Elguezabal le montre bien, dans le cas des torres country de Buenos Aires. Si l’analyse critique de ce type d’habitat, comme indice de la « dualisation urbaine » dénoncée par les architectes universitaires, fait l’objet d’une réappropriation positive par une partie des habitants mêmes de ces immeubles, il n’en va pas de même pour d’autres résidents de la capitale. Ainsi, le mouvement des « voisins » de ces torres se focalise, lui, sur un autre danger, la densification du bâti qu’elles introduisent et qui altère la physionomie de leur quartier, tandis que, de leur côté, les pouvoirs publics restent inertes, aucune réglementation ne venant s’attaquer à la fragmentation urbaine que ce type d’habitat est censé signaler.

24En définitive, la démarche que nous encourageons introduit de la complexité à l’encontre des simplifications et des montées trop rapides en généralité. Même si son résultat peut apparaître moins séduisant que celui que proposent certains schémas d’analyse, elle a comme vertu, outre son important potentiel explicatif, d’insister sur la construction sociale, toujours en cours, des mondes urbains.

Sociologie des appropriations : des transferts dans le temps et dans l’espace

25La construction des catégories de l’action à laquelle les transferts participent n’obéit pas à un mouvement linéaire. C’est d’autant moins le cas lorsqu’on considère, comme le font plusieurs auteurs de ce livre, la réappropriation par les habitants. Les transformations des villes s’analysent en effet sous un angle qui, redisons-le, ne se limite pas à l’espace institutionnel des politiques urbaines. Celles-ci, d’ailleurs, ne sont véritablement expliquées que si la recherche circonscrit, là encore, des aires d’investigation au croisement des champs réformateurs et des espaces habités, cibles des projets de réforme. Plusieurs contributions présentées ici suivent de ce point de vue les enseignements de travaux de science politique qui considèrent qu’il convient d’abandonner « la distinction simplificatrice entre décision et mise en œuvre » pour prendre en compte « le caractère diffus et dilué dans le temps de la “décision” et la dimension négociée de la “mise en œuvre”, celle-ci jouant parfois un rôle décisif dans la définition du contenu des politiques » (Dubois, 2009, p. 7).

26L’éclairage apporté par Cécile Cuny sur les habitants berlinois de Marzahn illustre ce parti pris. L’étude, à l’aide de leurs trajectoires, de la manière dont ils se réapproprient l’impératif de « participation des habitants » dans ce grand ensemble, apporte des éléments de compréhension décisifs de ce dispositif de politique urbaine : s’il trouve un écho, c’est parce qu’il s’inscrit à la fois dans une continuité (par rapport à un certain registre de justification politique) et dans une rupture (la réunification et le besoin de reconstruction identitaire qu’il crée). Comme on a pu le montrer dans d’autres contextes à propos de politiques semblables, les logiques locales de réappropriation de mots d’ordre nationaux font partie intégrante de l’enquête permettant de saisir une réforme. Le travail empirique peut ainsi s’étendre, au fur et à mesure qu’on passe du « national » au « local », des agents administratifs et des élus d’une municipalité jusqu’aux notables de quartier et aux habitants, érigés en exemples de la politique de participation ou, au contraire, délaissés par elle. C’est à ces différents niveaux locaux, en effet, que les réformes de quartier se construisent, notamment à travers les questions que les diverses catégories d’acteurs, pour des raisons qui leur sont propres, sont amenées soit à mettre en avant, soit, à l’inverse, à délaisser (Tissot, 2007).

27Ce cadrage attentif aux réappropriations, essentiel pour comprendre la manière dont les catégories de l’action publique façonnent la ville, vaut aussi pour les modèles architecturaux et urbanistiques et leur traduction dans l’espace. Sabrina Bresson en donne un bel exemple dans sa contribution en attirant l’attention, à propos de l’« unité d’habitation » de Le Corbusier à Rezé, sur la manière dont certains usages récents de l’espace résidentiel par une partie des habitants sont confortés, sinon encouragés, par la politique de valorisation patrimoniale du bâtiment menée par les pouvoirs locaux. D’autres contributions présentées ici insistent, de leur côté, sur les appropriations qui façonnent le paysage urbain en dehors du cadre des politiques publiques. C’est le cas des « maisons du bled » étudiées par Jennifer Bidet. La ferme volonté de matérialiser dans la pierre sa propre réussite sociale peut se traduire, dans le cas d’une famille d’émigrés algériens qui revient au pays pour ses vacances, par l’importation ostentatoire d’éléments de décoration de type « français » dans une maison neuve, et dans une autre, par la priorité donnée au quartier (dont la famille est originaire) sur la maison, quand celui-ci s’est élevé au fil du temps dans la hiérarchie sociale et spatiale de la ville algérienne étudiée.

28Soulignons, à ce propos, le caractère fructueux de l’observation ethnographique – comme nous l’avons fait plus haut pour l’historicisation – mise en œuvre par plusieurs contributions qui analysent des processus au long cours ou considèrent plusieurs temporalités. Le travail de Jennifer Bidet sur l’espace d’habitation, comme bien d’autres travaux présentés dans ce livre, témoigne de l’intérêt de l’observation in situ. La matérialité et le sens des transferts apparaissent ici grâce à ce que seule l’ethnographie permet de voir : le détail des décors et des aménagements, mais aussi des usages des espaces considérés ; la particularité des combinaisons d’éléments d’origine hétéroclite qui les caractérisent ; les pratiques, enfin, qui expriment les sociabilités dont les maisons de vacances et les quartiers sont le théâtre. C’est sur la base d’une telle observation que les éléments biographiques, recueillis lors des entretiens, peuvent ensuite donner sens aux différentes formes des transferts accomplis par des migrants constamment pris entre aspirations et contraintes. Notons, cependant, que ces dernières peuvent être telles que l’observation directe des pratiques est impossible. L’entretien restitue alors, comme le montre la contribution d’Alain Tarrius, les réalités du voyage et de l’échange commercial, en même temps que leurs effets sur une partie de la société urbaine encore sédentaire – mais peut-être en passe de cesser de l’être – et composée d’enfants d’anciens migrants.

29La dimension temporelle des transferts peut également être introduite dans l’analyse des modèles urbains. La construction comme la réalisation, dynamique et négociée, de ces modèles peuvent être considérées de plusieurs façons et à plusieurs niveaux. En amont, d’abord, par l’étude de la genèse des catégories qui les fondent dans divers contextes de débat – discordants ou concordants, mais généralement concurrentiels, comme quelques contributions à ce livre le montrent. Être attentif à des modèles qui, un temps passés de mode, ressurgissent, permet de montrer que les circulations participant au façonnement d’une forme urbaine n’opèrent pas seulement dans l’espace mais aussi dans le temps. C’est en particulier le cas des modèles qui proposent une alternative au type d’habitat devenu prépondérant aux États-Unis à partir des années 1950 et qui se concrétisent aujourd’hui dans de nouvelles figures urbaines, où la résidence dans les quartiers anciens des villes est valorisée (Tissot, 2011). Le modèle du « Village » de Manhattan, tant vanté par Jane Jacobs (1961) à l’encontre des banlieues résidentielles, a ainsi été repris trente ans plus tard par un nouveau courant urbanistique, le New Urbanism, dont un certain nombre de principes fondent la reconquête par des élites sociales – artistiques en particulier – d’espaces centraux déqualifiés, comme à Nashville, dans le sud des États-Unis, au cours des années 1990 (Lloyd, 2001).

30Le façonnement des modèles urbains doit être aussi analysé, en aval, par la prise en considération de la réception, celle en particulier des destinataires des réalisations dans lesquelles ils se matérialisent. Or cette analyse gagne à mobiliser la dimension temporelle des transferts. La contribution de Sabrina Bresson illustre l’intérêt de cette démarche. Elle montre comment les principes architecturaux et urbanistiques que Le Corbusier met en œuvre dans la Maison radieuse de Rezé sont l’objet de réappropriations, plusieurs décennies après la construction et l’installation des premiers habitants, en 1955. Après leur désaffection par les résidents de la seconde vague de peuplement de l’immeuble, dans un contexte de paupérisation et de stigmatisation des « grands ensembles », les espaces et équipements collectifs prévus par Le Corbusier sont aujourd’hui réinvestis par des ménages de classe moyenne devenus prépondérants dans l’immeuble. Ces ménages trouvent dans l’habitat collectif un lieu où créer du lien social, leur mode de vie résidentielle faisant écho aux valeurs qui structurent le rapport à l’espace de leur groupe. Cette réappropriation n’est pas sans enjeux, dans la mesure où les usages renouvelés auxquels ces équipements donnent lieu peuvent signaler un rapport de force silencieux entre ce groupe et celui des corésidents moins dotés de ressources économiques et culturelles. Suivre les acteurs qui initient, portent, accompagnent, puis redécouvrent les modèles urbains permet donc de restituer la logique des voyages de ces modèles dans le temps comme dans l’espace.

Des catégories aux pratiques : huit exemples d’analyse des transferts

31Nous avons insisté sur l’intérêt d’une investigation qui parcourt d’un bout à l’autre un processus de transfert dans le but de comprendre comment la ville se façonne, ce qui est le cas de plusieurs des travaux présentés ici. Néanmoins, considérés sous l’angle de la focale adoptée, ces travaux peuvent se regrouper sous deux pôles, relevant de deux séquences de ce processus : la construction de catégories de l’action publique, d’un côté, l’intervention des populations urbaines sur l’espace, de l’autre. Ils seront donc présentés en deux parties correspondant à ces séquences.

32La première partie, intitulée « Catégories et dispositifs de l’action », met l’accent sur les processus d’échange entre les univers sociaux qui sont mobilisés pour élaborer ces catégories de l’action publique : des savants, des professionnels de la ville, des experts européens, des gestionnaires locaux, des militants associatifs... Ces échanges s’appuient souvent sur des réseaux internationaux, qui leur préexistent ou en sont le résultat. Les contributions concernées partagent, à ce propos, plusieurs principes d’analyse, qui consistent à dresser une cartographie précise des institutions en relation au cours de l’élaboration d’une réforme urbaine et à considérer les temporalités des échanges et de leurs effets. Sont ainsi repérés, à différentes échelles, les lieux où s’inscrit l’initiative et ceux auxquels les dialogues s’étendent, à travers la mise en relation d’organismes internationaux et nationaux, européens ou extra-européens, et la formation de réseaux professionnels incluant les nouvelles professions locales créées par les entreprises de réforme. Bref, ces contributions s’efforcent tout particulièrement de montrer comment se constituent des espaces de débat et comment circulent, jusqu’aux populations cibles, des manières de penser incarnées dans des mots d’ordre, des projets ou des dispositifs de l’action.

33Clément Barbier analyse la formation et le devenir, à Hambourg entre 1990 et 2010, du projet de réforme intitulé « Programme cadre de développement intégré des quartiers », qui vise à promouvoir une politique nouvelle de traitement spatial des problèmes sociaux. Le fil conducteur de sa contribution est la mise au jour d’un espace de circulation de catégories et d’instruments de réforme urbaine à l’échelle de la communauté européenne. L’étude porte plus précisément sur le recours des réformateurs hambourgeois à des réseaux d’experts européens, ce qui amène ces réformateurs à traduire le problème des quartiers défavorisés en un projet de modernisation de l’administration locale et de son action sur la ville. L’étude des implications de cet échange sur le sort du projet lui-même montre que la légitimité conférée par l’expertise transnationale peut s’avérer insuffisante pour l’aboutissement d’une réforme, en particulier quand les porteurs de celle-ci sont dans une position marginale et cloisonnée au sein de l’appareil de gouvernement d’une ville.

34Éric Cheynis prend en considération le transfert au Maroc de nouvelles catégories et modalités de l’action publique relative à la pauvreté en milieu urbain. Le passage de l’« aide au développement » à la « lutte contre la pauvreté » impulsé par des organismes internationaux, sous l’égide des Nations unies à partir des années 1990, entraîne dans ce pays l’émergence de nouveaux acteurs pivots de cette politique, dans le cadre d’une profonde transformation du paysage associatif dont les membres étaient jusque-là chargés des populations en difficulté. Dans le même temps, s’imposent des catégories et des modalités de l’action inédites. C’est à travers l’analyse de la manière dont les acteurs locaux se saisissent des opportunités offertes par le programme international d’action, que sont mis au jour les particularités et les effets du transfert examiné. L’attention est portée en particulier sur la formation d’un nouvel espace professionnel et sur la sélectivité sociale engendrées par le nouveau principe de mise en œuvre de l’action publique dans le cadre urbain.

35Eleonora Elguezabal étudie quant à elle les transferts de modèles d’organisation urbaine, en considérant la phase de développement, dans les années 1990, d’une nouvelle forme d’habitation dans la ville de Buenos Aires : les torres country, grands immeubles d’habitation avec des équipements de loisir et de sécurité. Autour de ces nouveaux produits de la promotion privée émerge une production savante et critique provenant d’architectes et d’urbanistes qui voient dans ces constructions des « enclaves fortifiées » des classes aisées et l’avènement de la « ville duale ». Cette production savante résulte d’un double dialogue noué par ces professionnels : d’une part, avec leurs homologues nord-américains, dont ils importent le modèle d’analyse de la nouvelle forme urbaine ; d’autre part, avec les architectes promoteurs et responsables des politiques urbaines locales, dont la participation au développement des torres country est critiquée. C’est l’inscription dans ce second dialogue qui explique la traduction en espagnol de la référence aux gated communities. La contribution insiste sur la confrontation de ce modèle critique et importé à d’autres regards et pratiques dont les torres sont l’objet : ceux des gérants des immeubles qui les érigent en symboles de la distinction sociale ; ceux des associations de voisins qui les dénigrent comme portant atteinte au patrimoine architectural de leur quartier ; ceux des résidents eux-mêmes qui tantôt acceptent, tantôt contestent la dénomination savante de leur habitat et les dispositifs de clôture que celui-ci comporte. C’est ce processus de confrontation entre classements d’un objet urbain qui contribue à expliquer l’obsolescence du modèle savant de « ville duale » au bout d’une décennie.

36Cécile Cuny, enfin, analyse les transferts et les changements de sens dont font l’objet les dispositifs de participation à la gestion de l’habitat lors du passage d’une politique urbaine à l’autre, comme c’est le cas à Marzahn, grand ensemble berlinois édifié par le gouvernement de la RDA, puis réhabilité par les pouvoirs publics locaux après la réunification. Elle insiste sur le processus d’appropriation par les habitants de la nouvelle modalité de gestion fondée sur le principe d’une participation individualisée. L’analyse est conduite au plus près du parcours de deux habitants qui ont connu à Marzahn l’avant et l’après-réunification, et avaient donc déjà vécu l’expérience de la participation dans le contexte socialiste. Elle peut mettre ainsi en évidence le retournement, dans la pratique, des principes de gestion qui accompagnent la réhabilitation du grand ensemble : la participation offre, à des anciens Allemands de l’Est, l’opportunité de construire de nouveaux collectifs de résidents, et leur permet ainsi de réaliser une nouvelle affiliation politique.

37La seconde partie, « Formes urbaines et pratiques quotidiennes », met l’accent sur les populations impliquées dans le processus de remodelage de la ville. Cet intitulé, bien sûr, fait référence à la ville comme unité indissociable de vie collective et cadre matériel (Grafmeyer, 1994, p. 8), à la morphologie sociale durkheimienne, entendue comme ce « rapport formes / société [où] le mot “formes” trouve une définition assez large, puisqu’il s’étend de la répartition de fait de la population et des activités aux formes intentionnellement construites et situées, celles qui fixent en particulier la mémoire du groupe » (Roncayolo, 2002, p. 165-166). Ces formes ne sont pas toujours l’objet premier des études présentées ici, car les contributeurs s’intéressent principalement aux mouvements et aux activités marchandes des populations. Néanmoins, les formes physiques de la ville sont toujours envisagées sous un angle particulier. Non pas, comme c’est généralement le cas, telles qu’elles se donnent à voir au promeneur – dont l’œil est d’abord attiré par l’allure d’un bâtiment, la physionomie d’une rue, l’irrégularité d’une skyline –, mais bien plutôt par ce qui se situe au-delà du regard immédiat : le détail, le dérobé, l’invisible. En pénétrant dans les cours et les jardins, le hall d’un immeuble, les intérieurs domestiques ou les salles d’un restaurant, les analyses dévoilent des usages – manières de faire, d’habiter, d’échanger – qui, sans avoir d’effets importants, directs ou immédiats sur les formes extérieures, participent à terme à leur évolution. C’est cette « activité fourmilière » qui justifie le second mot de notre intitulé : « pratiques quotidiennes » (de Certeau, 1990, p. xxxix).

38Approches par le bas de la transformation urbaine, ces travaux insistent tantôt sur la construction, l’aménagement et l’appropriation d’espaces privés ou publics, tantôt sur des activités de commerce et de consommation. Leur premier mérite est de confirmer que la ville n’est pas façonnée seulement par des professionnels, fussent-ils « globaux » (McNeil, 2005), et par des pouvoirs publics plus ou moins interventionnistes. Les populations autochtones, comme celles venues d’ailleurs qui s’y installent ou ne font que passer, occupent une place de premier plan dans les processus de création ou de réactualisation de l’espace urbain. Les actes de transfert ne sont pas toujours au centre de l’analyse. Celle-ci s’efforce alors d’éclairer les mécanismes de l’appropriation, qui méritent une place privilégiée, tant leur dévoilement est important pour analyser jusqu’au bout un processus de transfert. Toutefois, la prise en considération des situations migratoires remet les transferts au centre de l’étude. Des maisons sont construites, des marchandises ou des services sont offerts, qui inscrivent dans les quartiers des façons de faire venant d’ailleurs, qui se transforment elles-mêmes au cours et au bout du voyage et modifient finalement le paysage urbain. Décrire ces métamorphoses, analyser les conditions qui les rendent possibles et les expliquent, est alors ce vers quoi tendent les contributions réunies dans la seconde partie de ce livre.

39Sabrina Bresson analyse les modalités d’appropriation du modèle architectural et urbain que Le Corbusier a réalisé en 1955 dans l’« unité d’habitation » de Rezé, commune située au sud de Nantes. Par une étude ethnographique qui associe aux discours les modalités d’usage des espaces collectifs de cet immeuble, l’auteur montre que ces usages varient dans le temps avec la morphologie sociale et les évolutions de la vie collective dans la Maison radieuse, mais aussi avec le regard porté sur cet ensemble architectural et la politique dont il fait l’objet – la valorisation patrimoniale des années 2000 succédant à la stigmatisation des années 1980. L’analyse s’arrête plus particulièrement sur les formes de réappropriation des équipements de l’immeuble par une nouvelle génération de propriétaires et de locataires arrivés dans les années 2000. Ces ménages, jeunes et souvent issus des métiers de la culture, de l’éducation ou du travail social, dotés d’un capital culturel élevé mais de revenus modestes, réinvestissent et revalorisent les espaces collectifs prévus par Le Corbusier et un temps tombés en disgrâce, leur conférant un aspect et un sens nouveaux.

40Jennifer Bidet considère pour sa part les maisons construites à Sétif, en Algérie, par des familles émigrées en France dans la région lyonnaise. Elle en étudie moins la forme architecturale que les aménagements et les décors, réalisés tant par les parents bâtisseurs que par leurs enfants. Grâce à l’enquête ethnographique réalisée sur place lors des vacances d’été, la contribution propose une analyse de la variété des combinaisons d’éléments empruntés aux modes de vie français et algérien de ces familles, sur le temps long de deux générations. Ces combinaisons, matérialisées dans la pierre, les agencements et les décors domestiques, mais exprimées aussi par les pratiques quotidiennes aussi bien dans l’espace privé que public, prennent tout leur sens à la lumière des trajectoires, individuelles et familiales, que l’auteure étudie. Celles-ci sont d’autant plus éclairantes que leur analyse distingue les parcours disjoints, et parfois divergents, des parents et des membres la fratrie.

41La contribution de Marcia Ardila s’intéresse à de tout autres formes hybrides. Ici aussi les transferts se gravent dans la pierre et les décors muraux, mais ils se matérialisent également dans les menus et surtout dans les mets proposés dans des restaurants ou des lieux de rassemblement festif, sportif ou politique. Les migrants sont colombiens et leur lieu d’arrivée est Paris. Les temporalités de l’analyse sont à la fois celles des trajectoires et de vagues migratoires sociologiquement discriminantes. Parmi les intellectuels, artistes et exilés politiques arrivés au cours des années 1970, se comptent tant les épiciers et restaurateurs qui offrent leurs produits aux émigrés économiques des années 1990-2000, que les clients de restaurateurs colombiens d’un nouveau genre, récemment arrivés et inscrits dans le processus de gentrification de l’Est parisien. Les transferts opérés aboutissent ainsi à deux formes d’offre culinaire, correspondant à deux types d’emplacement et de configuration des lieux de consommation. D’un côté, l’auteur observe la faiblesse, sinon l’absence, des modifications apportées aux préparations issues du pays d’origine et proposées dans des espaces où se rassemble la population colombienne la plus récemment arrivée. De l’autre, des reconstructions plus élaborées et variées sont susceptibles de séduire les amateurs d’exotisme autochtones. Dans ce dernier cas, l’étude du parcours social de la restauratrice concernée, avant comme après son arrivée à Paris, met en évidence les ressources dont le défaut ou la possession déterminent l’échec ou les chances de réussite de l’entreprise.

42Alain Tarrius, dont la contribution clôture cet ouvrage, offre un panorama de transferts liés à des migrations d’un nouveau genre : ceux précisément que le cœur, marchand, de la mondialisation a provoqués et développés aujourd’hui. Les migrants sans port d’attache dont il est question sont les agents d’un échange commercial qui, loin de l’exclure, inscrit pleinement la pauvreté dans la mondialisation. L’auteur suit le périple des porteurs de toutes sortes de marchandises et de services, en même temps qu’il enregistre, par le biais d’entretiens, leurs échanges discrets avec une population d’immigrés et d’enfants d’immigrés résidant dans le sud de la France. Il résulte de ces contacts une série de changements dont l’impact sur la ville n’est ni toujours visible, ni toujours immédiat : des opportunités d’emploi pour des jeunes filles et des garçons voués au chômage ; l’accès à des soins selon des normes non admises dans les services publics français, à des prix compatibles avec les revenus de personnes démunies ; des gains monétaires permettant la restauration des intérieurs domestiques et le réaménagement des bâtiments... C’est, pour finir, l’ouverture d’horizons de vie rompant avec la sédentarité, via un probable enrôlement dans les rangs de ces éternels voyageurs.

Bibliographie

Bergeron Louis & Roncayolo Marcel (1974), « De la ville préindustrielle à la ville industrielle : essai sur l’historiographie française », Quaderni storici, nº 27, p. 826-876.

Bonnin Philippe & Villanova Roselyne de (dir.) (1999), D’une maison l’autre : parcours et mobilités résidentielles, Grâne, Creaphis.

Bourdieu Pierre (2012), Sur l’État : cours au Collège de France (1989-1992), Patrick Champagne et al. (éd.), Paris, Éditions du Seuil.

Bresson Sabrina (2010), Du plan au vécu : analyse sociologique des expérimentations de Le Corbusier et de Jean Renaudie pour l’habitat social, thèse de sociologie, Tours, Université François-Rabelais.

Brooks David Richard (2000), Bobos in Paradise: The New Upper Class and How They Got There, Londres, Simon & Schuster (trad. fr. : 2000, Les Bobos, Marianne Thirioux & Agathe Nabet, Paris, Florent Massot).

Calabi Donatella (2000), Storia dell’urbanistica europea: questioni, strumenti, casi esemplari, Turin, Bruno Mondadori.

Certeau Michel de (1980, 1990), L’Invention du quotidien. 1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

Cheynis Éric (2008), L’Espace des transformations de l’action associative au Maroc : réforme de l’action publique, investissements militants et légitimation internationale, thèse de sciences sociales, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Crenn Chantal, Hassoun Jean-Pierre & Medina F. Xavier (2010), « Introduction : repenser et réimaginer l’acte alimentaire en situations de migration », Anthropology of food, nº 7, en ligne : https://aof.revues.org/6672 (mars 2017).

Cuny Cécile (2014), Changement urbain et démocratie participative à Berlin : ethnographie du grand ensemble de Marzahn, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Cuny Cécile (2009), Appropriation de l’espace et prise de parole : enquête socio-ethnographique sur la participation des habitants dans un quartier de grand ensemble à Berlin-Est, thèse de sociologie, Paris, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Delpeuch Thierry (2008), « L’analyse des transferts internationaux de politiques publiques : un état de l’art », Questions de recherche / Research in Question, nº 27, en ligne : http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/qdr27.pdf (mars 2017).

Dubois Vincent (2014), « L’action de l’État, produit et enjeu des rapports entre espaces sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 201-202, p. 13-25.

Dubois Vincent (2009), « L’action publique », dans Antonin Cohen, Bernard Lacroix & Philippe Riutort (dir.), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, p. 311-325.

Dutour Thierry (2004), « La mondialisation, une aventure urbaine : du Moyen Âge au “globlablabla” », Vingtième siècle, vol. 81, nº 1, p. 107-117.

Elguezabal Eleonora (2011), La Production des frontières urbaines : les mondes sociaux des « copropriétés fermées » à Buenos Aires, thèse de sociologie, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Espagne Michel (1999), Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses universitaires de France.

Giraud Colin (2014), Quartiers gays, Paris, Presses universitaires de France.

Giraud Colin (2009), « Les commerces gays et le processus de gentrification », Métropoles, nº 5, en ligne : http://metropoles.revues.org/3858 (mars 2017).

Grafmeyer Yves (1994), Sociologie urbaine, Paris, Nathan.

Hackworth Jason (2007), The Neoliberal City: Governance, Ideology and Developement in American Urbanism, Ithaca, Cornell University Press.

Hackworth Jason & Rekers Josephine (2005), « Ethnic Packaging and Gentrification: The Case of Four Neighborhoods in Toronto », Urban Affairs Review, vol. 41, nº 2, p. 211-236.

Hamman Philippe (2012), Sociologie urbaine et développement durable, Bruxelles, De Boeck.

Hassenteufel Patrick (2005), « De la comparaison internationale à la comparaison transnationale », Revue française de science politique, vol. 55, nº 1, p. 113-132.

Hassoun Jean-Pierre (2010), « Deux restaurants à New York : l’un franco-maghrébin, l’autre africain », Anthropology of food, nº 7, en ligne : http://aof.revues.org/6730 (mars 2017).

Jacobs Jane (1961), The Death and Life of Great American Cities, New York, Random House.

Kaluszynski Martine & Payre Renaud (dir.) (2013), Savoirs de gouvernement : circulation(s), traduction(s), réception(s), Paris, Économica.

Launay Lydie (2011), Les Politiques de mixité par l’habitat à l’épreuve des rapports résidentiels : quartiers populaires et beaux quartiers à Paris et à Londres (2006-2011), thèse de sociologie, Nanterre, Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense.

Lefebvre Rémi & Le Bart Christian (dir.) (2005), La Proximité en politique : usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lepetit Bernard (1995), « La ville moderne en France : essai d’histoire immédiate », dans Jean-Louis Biget & Jean-Claude Hervé (coord.), Panoramas urbains : situation de l’histoire des villes, Fontenay / Saint-Cloud, ENS éditions, p. 173-207.

Lepetit Bernard (1993), « Une herméneutique urbaine est-elle possible ? », dans Bernard Lepetit & Denise Pumain (coord.), Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, p. 287-299.

Lévy-Vroelant Claire & Tutin Christian (dir.) (2010), Le Logement social en Europe au début du xxie siècle : la révision générale, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lloyd Richard (2001), « East Nashville Skyline », Ethnography, vol. 12, nº 1, p. 114-145.

Magri Susanna (2008), « Le pavillon stigmatisé : grands ensembles et maisons individuelles dans la sociologie des années 1950 à 1970 », L’Année sociologique, vol. 58, nº 1 p. 171-202.

Mcneill Donald (2005), « In Search of the Global Architect: The Case of Norma Foster (and Partners) », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 29, nº 3, p. 501-515.

Oulebsir Nabila (2004), Les Usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Oulebsir Nabila (2003), « Les ambiguïtés du régionalisme : le style néomauresque », dans Jean-Louis Cohen, Nabila Oulebsir & Youcef Kanoun (dir.), Alger : paysage urbain et architectures, 1800-2000, Besançon, Les Éditions de l’Imprimeur, p. 104-125.

Payre Renaud (2002), « Un possible non institutionnalisé : socio-histoire de la “science communale” (1900-1950) », dans Yves Déloye & Bernard Voutat (dir.), Faire de la science politique : pour une analyse socio-historique du politique, Paris, Belin, chap. 10.

Perrot Jean-Claude (1975), Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, 2 vol., Paris / La Haye, Mouton.

Pinson Gilles (2016), « Beyond Neoliberal Imposition: State-local Cooperation and the Blending of Social and Economic Objectives in French Urban Development Corporations », Territory, Politics, Governance, vol. 4, nº 2, « Special Issue: The Neoliberal City: Theory, Evidence, Debates », p. 173-195.

Préteceille Edmond (1995), « Division sociale de l’espace et globalisation : le cas de la métropole parisienne », Sociétés contemporaines, nº 22-23, p. 33-67.

Ripoll Fabrice (2013), « Forces et faiblesses des AMAP et autres dispositifs apparentés », dans Bruno Frère & Marc Jacquemain (dir.), Résister au quotidien ?, Paris, Presses de Sciences Po, p. 161-187.

Ripoll Fabrice (2011), « Les AMAP : une diversité de pratiques et de significations », dans Geoffrey Pleyers (dir.), La Consommation critique : mouvements pour une alimentation responsable et solidaire, Paris, Desclée de Brouwer, p. 69-90.

Rodgers T. Daniel (2004), « Dallo spazio al movimento », Contemporanea, vol. 7, nº 1, rubrique « Sguardi transnazionali », p. 97-122.

Rodgers T. Daniel (1998), Atlantic Crossing: Social Politics in a Progressive Age, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press.

Roncayolo Marcel (2002), Lectures de villes : formes et temps, Marseille, Éditions Parenthèses.

Roncayolo Marcel (1990), La Ville et ses territoires, Paris, Gallimard.

Sassen Saskia (1991), The Global City: New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press.

Saunier Pierre-Yves (2008), « Les régimes circulatoires du domaine social 1880-1940 : projets et ingénierie de la convergence et de la divergence », Genèses, nº 71, p. 4-25.

Saunier Pierre-Yves (2004), « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, n° 57, p. 110-126.

Saunier Pierre-Yves (1998), « Atlantic Crosser: John Nolen and the Urban Internationale », Planning History, nº 1, p. 23-31.

Schöttler Peter & Werner Michael (1994), « Dossier : France-Allemagne. Transferts, voyages, transactions », Genèses, nº 14, p. 2-82.

Smith Neil (2003), « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la “régénération” urbaine comme stratégie urbaine locale », dans Catherine Bidou (dir.), Retours en ville, Paris, Descartes & Cie.

Smyrl Marc (2002), « Politics et Policy dans les approches américaines des politiques publiques : effets institutionnels et dynamiques de changement », Revue française de science politique, vol. 52, nº 1, p. 37-51.

Sutcliffe Anthony (1981), Towards the Planned City: Germany, Britain, the United States, and France 1780-1914, Londres, Blackwell.

Tarrius Alain (1987), « L’entrée dans la ville : migrations maghrébines et recomposition des tissus urbains à Marseille et à Tunis », Revue européenne des migrations internationales, vol. 3, nº 1-2, p. 131-147.

Tissot Sylvie (2012), « Centres-villes : modèles, luttes, pratiques », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 195, p. 4-11.

Tissot Sylvie (2011), De bons voisins : enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’agir.

Tissot Sylvie (2007), L’État et les quartiers : genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Éditions du Seuil.

Topalov Christian (dir) (2010), L’Aventure des mots de la ville, Paris, Robert Laffont.

Topalov Christian (2006), « Maurice Halbwachs et les sociologues de Chicago », Revue française de sociologie, vol. 47, nº 3 , p. 561-590.

Werner Michael & Zimmermann Bénédicte (2003), « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 58, nº 1, p. 7-36.

Werner Michael & Zimmermann Bénédicte (dir.) (2004), De la comparaison à l’histoire croisée, Paris, Éditions du Seuil.

Zimmermann Bénédicte (2003), « Socio-histoire des catégories de l’action publique », dans Pascale Laborier & Danny Trom (dir.), Historicités de l’action publique, Paris, Presses universitaires de France, p. 241-258.

Notes

1 « La dimension spatiale des ressources sociales » (2011-2012) : « Politiques urbaines : construction et circulation des catégories et des ressources de l’action publique » (2012-2013) ; « Réappropriations sociales dans le processus de transformation de la ville contemporaine » (2012-2014). La tenue de ce séminaire a été rendue possible par le soutien de la MSH Paris-Nord et du CSU-CRESPPA (Université Paris 8 / CNRS).

2 Historiens et géographes ont ouvert cette voie en France en opérant une importante rupture épistémologique. On se reportera tout particulièrement à Jean-Claude Perrot (1975), Bernard Lepetit (1993, 1995) et Marcel Roncayolo (1974, 1990).

3 L’« histoire croisée » a été opposée à la comparaison entre nations par Werner et Zimmermann (2003 ; 2004). Pierre-Yves Saunier plaide, de son côté, à propos de « l’histoire du domaine social », pour une « perspective transnationale, complémentaire et non substitutive aux travaux comparatifs ou aux travaux monographiques » (Saunier, 2008, p. 4).

4 Sur les travaux pionniers dans ce domaine, voir l’article de Daniel T. Rodgers (2004), et son ouvrage paru en 1998.

5 Une synthèse des travaux centrés sur les politiques publiques aux États-Unis est proposée par Marc Smyrl (2002) et Thierry Delpeuch (2008). Dans le même domaine, un bilan critique et des propositions méthodologiques sont formulés par Patrick Hassenteufel (2005) ; sur la circulation des « savoirs de gouvernement », voir Kaluszynski & Payre, 2013.

6 Citons par exemple celles d’Edmond Préteceille sur la ségrégation sociale en Île-de-France, qui se sont inscrites explicitement en faux contre les thèses de Saskia Sassen (Préteceille, 1995).

7 Comme le montrent les travaux déjà cités : Delpeuch, 2008 ; Hassenteufel, 2005 ; Kaluszynski & Payre, 2013.

8 On peut citer, par exemple, les conférences de l’European Network for Housing Research (ENHR), dont les textes ont été publiés en anglais par la London School of Economics et en français par Lévy-Vroelant et Tutin, 2010.

9 Jean-Yves Authier et al. (coord.), « D’où viennent les “bobos” ? Genèse, circulation et usages d’une catégorie de description et d’analyse des espaces urbains », colloque organisé les 6-7 septembre 2012 à Paris, CSU / CNRS, à paraître prochainement aux Presses universitaires de Lyon. Voir aussi L’Aventure des mots de la ville (Topalov, 2010).

10 En France, mais pas seulement : en Italie, par exemple, le quotidien turinois La Stampa a publié en ligne, le 31 octobre 2000, un article de Maria Novella De Luca consacré aux « bobos », sous le titre « Veste Armani, gira in bici. Arriva l’esercito dei Bobos » (« Ils s’habillent Armani, se déplacent à vélo. Voici l’armée des Bobos ») : www.repubblica.it/online/societa/bobos/bobos/bobos.html (avril 2017).

11 Voir, par exemple, l’article de Didier Desponds sur son blog : « “Bobo”, le retour d’un concept idiot », Mediapart, 21 février 2011, en ligne : https://blogs.mediapart.fr/didier-desponds/blog/210211/bobo-le-retour-dun-concept-idiot (avril 2017).

12 En orientant leur analyse sur les « situations de migration », plutôt que sur les « immigrés », ces auteurs invitent à concevoir les populations concernées comme des « chaînes d’individus interdépendants [...] dont une des caractéristiques contemporaines est de se développer quasiment sans limite au-delà des frontières établies par les États-nations ». Ils insistent sur l’impératif méthodologique consistant à « [saisir empiriquement] ces configurations mobiles et étendues, sans a priori sur leurs limites spatiales, ni sur les trajets que ces individus, marchandises, capitaux et valeurs empruntent » (ibid.).

13 À leur propos et pour la bibliographie des travaux d’Alain Tarrius, on se reportera à sa contribution dans cet ouvrage.

14 Voir la contribution de Jennifer Bidet, qui donne un aperçu plus large et critique de cette littérature.

15 Plusieurs travaux se sont récemment penchés sur le rôle des commerces et restaurants dans le processus de gentrification. Voir entre autres : Giraud, 2009 ; 2014 ; Tissot, 2011 ; Hackworth & Reckers, 2005.

16 La contribution de Marcia Ardila propose une analyse en ce sens.

17 Selon l’expression de Marcel Roncayolo reprise par Bernard Lepetit (1993, 293).

18 Sur la « réinterprétation des lieux » dont résulte le présent des villes, on lira avec profit Bernard Lepetit (1995).

Auteurs

Susanna Magri est directrice de recherche émérite au CNRS. Ses travaux de sociologie portent principalement sur l’habitat populaire et les politiques urbaines au xxe siècle. Elle a participé à de nombreuses études d’histoire urbaine et aux réflexions sur la méthodologie de recherche dans ce domaine. Elle a longtemps animé la revue Genèses, sciences sociales et ­histoire.

Sylvie Tissot est sociologue, professeure à l’Université Paris 8, ­rattachée à l’équipe Cultures et sociétés urbaines au laboratoire du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CSU-CRESPPA, Université de Paris 8 / CNRS). Ses recherches ont pour objet les politiques urbaines et la gentrification, en France et aux États-Unis. Elle a notamment publié De bons voisins : enquête sur la bourgeoisie progressiste (Raisons d’Agir, 2011), traduit en anglais (Good Neighbors: Gentrifying Diversity in Boston’s South End, Verso, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search