Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

III. Genèse textuelle : variantes et variations

L’ordre des mots dans la genèse des Maximes de La Rochefoucauld. Y a-t-il une téléologie possible des variations du corpus ?

Catherine Costentin

Texte intégral

Les mots diversement rangés font un divers sens. Et les sens diversement rangés font différents effets. (Pascal, Pensées, Br 23, Lafond 784)
Entre toutes les différentes expressions qui peuvent rendre une seule de nos pensées, il n’y en a qu’une qui soit la bonne. On ne la trouve pas toujours en parlant et en écrivant ; il est vrai néanmoins qu’elle existe, que tout ce qui ne l’est point est faible et ne satisfait point un homme d’esprit qui veut se faire entendre. Un bon auteur, et qui écrit avec soin, éprouve souvent que l’expression qu’il cherchait, et qu’il a enfin trouvée, est celle qui était la plus simple, la plus naturelle, qui semblait devoir se présenter d’abord sans effort. (La Bruyère, Caractères, « Des ouvrages de l’esprit », remarque no°17)

1Malgré « la gêne technique » (Quignard, 1986) que génère un corpus complexe et centrifuge, peu d’œuvres se prêtent mieux que les Maximes de La Rochefoucauld à une interrogation sur la tension entre les contraintes de la norme syntaxique et l’ordre singulier du discours littéraire — ou, pour le dire en termes moins anachroniques, entre l’ordre logique qualifié de « naturel » par les théoriciens du xviie siècle, et l’ordre expressif concédé à « la prose d’art » par ces mêmes théoriciens. Énonciation recherchant l’alliance paradoxale entre la « forme simple » de la phrase assertive gnomique et les artifices aiguisés de l’éloquence polémique, la maxime — telle que La Rochefoucauld en porte l’art à son incandescence — mérite une place de choix dans un ouvrage tel que celui-ci. Toutefois, on m’accordera qu’il est difficile de satisfaire au double impératif de brièveté et d’exemplification quand il faut dépouiller les cinq cents quatre fragments retenus par La Rochefoucauld dans son ultime recueil (5e édition, 1678), multipliés par zéro à cinq variantes en moyenne, selon l’ancienneté des énoncés ! Parler de l’ordre des mots dans les Maximes, en y ajoutant le piment d’une approche génétique, c’est donc confronter la formulation définitive — structure de surface souvent reçue par le lecteur, en raison de sa perfection formelle, comme une évidence incontestable — à d’autres paraphrases, qu’elles soient attestées dans les variantes, ou virtuellement reconstituables d’après les prescriptions des théoriciens de la langue au xviie siècle (ordo naturalis). À cette première difficulté s’ajoute l’expérience, pour le lecteur non-naïf, que l’allure de prototype phrastique empruntée par de nombreuses maximes n’est souvent qu’un trompe-l’œil, et qu’une fois plongé dans la dissection, on découvre que beaucoup d’entre elles, surtout replacées dans leur histoire génétique, s’érigent en cas particulier, voire en véritable microcosme. C’est notamment le cas de la maxime liminaire de la dernière édition, dont on résumera plus loin la longue élaboration. Comment alors parler court d’un corpus aussi vertigineux ?

Méthode

2Il y a d’abord l’aide accélérante d’une édition synoptique et objective des différents « états » du recueil (Plazenet, 2002, « Histoire des maximes », p. 697-904). Rapprochant sur le même plan graphique tous les stades d’élaboration de chaque fragment (classés dans l’ordre de 1678), elle permet de distinguer rapidement les maximes sans variantes — qui reçoivent dès le premier jet leur facture définitive — des maximes variationnelles dont l’archéologie peut remonter aux manuscrits fondateurs (« Liancourt » et « Barthélémy ») ; passer par un manuscrit contemporain de tout le work in progress (« Gilbert ») ; par les copies de circulation mondaine antérieures à la publication ; par l’édition pirate de Hollande (très déformée) ; enfin par les quatre éditions officielles qui ont précédé la dernière à faire autorité ! Se dégagent alors des familles de versions, avec tantôt de subtiles évolutions, tantôt de véritables sauts rédactionnels venant rompre le rapport de stricte paraphrase. À partir de la première édition, on peut encore observer comment La Rochefoucauld a corrigé ses maximes — tout en restant dans l’ombre de l’anonymat — jusque dans les détails de ponctuation.

  • 1 Toute référence allusivement donnée dans le texte est complétée dans la bibliographie attenante à (...)

3Des chercheurs ont déjà ouvert la voie à une étude des articulations syntaxe/style dans les Maximes. En 1981, Jean-Maurice Martin et Jean Molino1 ont présenté une radiographie descriptive des patrons phrastiques les plus caractéristiques du recueil, en les classant hiérarchiquement par familles, cadres, schémas, microtypes. Ce travail taxinomique nous offre une double anatomie grammaticale et stylométrique du corpus de la dernière édition, mais présente l’inconvénient de réduire les maximes à des schèmes tendant vers l’idéal du prototype. Les restaurer dans leur dimension énonciativo-littéraire ainsi que dans leur histoire génétique fera dès lors réapparaître une complexité partiellement abolie par le scalpel des auteurs. Enfin, en 1999, Claire Badiou-Monferran a publié un article que son titre situe d’emblée dans la perspective de notre colloque : « Syntaxe d’expressivité et ordre des mots dans les Maximes ». Elle y interroge, sur un double plan historique et linguistique, les renversements syntaxiques les plus visibles du corpus : les structures topicalisantes et rhématisantes qu’on versait au xviie siècle dans la catégorie des hyperbates, figures de constructions faisant l’objet d’une tolérance surveillée mais dont la fréquence, égale à celle du français moderne, est soulignée par Nathalie Fournier (1998, p. 132). La réflexion de Mme Badiou-Monferran lance un débat épistémologique stimulant : établissant un parallèle audacieux entre les théoriciens classiques et les générativistes — parce qu’ils ont en commun de postuler l’antériorité d’un « canon » de la phrase française sur toute variation de discours — elle s’autorise d’une théorie comme celle de Pierre Le Goffic qui, touchant les structures clivées, contourne la logique étapiste de la grammaire transformationnelle, pour justifier l’enargeia des maximes, c’est-à-dire l’immédiateté lumineuse de leur facture stylistique. Le détour par le xxe siècle peut choquer d’un point de vue méthodologique, mais il encourage Mme Monferran à proposer qu’on fasse l’économie de l’ordo naturalis, qui préjugerait trop de la syntaxe idéale des maximes en négligeant que la pensée de La Rochefoucauld puisse d’emblée trouver son adéquation dans l’hyperbate. Cette hypothèse questionne donc à nouveau la représentation « classique » d’une langue copiste du monde en revendiquant la légitimité de choix langagiers qui seraient créateurs de leurs propres représentations, et anticipe ainsi sur les réflexions du présent ouvrage qui concernent non seulement le rapport entre normes syntaxiques et libertés esthétiques, mais entre langue littéraire et pensée.

4C’est pourquoi j’ai sélectionné mes exemples de manière à compléter le travail de mes prédécesseurs, dont la perspective n’était pas génétique, en essayant de surprendre La Rochefoucauld au travail, soit dans la genèse des « maximes simples » repérées par Martin et Molino ; soit dans la genèse des « hyperbates » dont Claire Monferran n’a étudié qu’une sous-catégorie : les dislocations et clivages, et que moi-même, pour l’examen génétique, j’ai encore dû réduire aux seules dislocations (structures détachées).

  • 2 J’insiste sur « le plus souvent », car on verra plus loin que cette tension vers la perfection for (...)

5Mon questionnement génétique a été le suivant. Pour les « maximes simples » : par quels paliers est atteinte l’épure à la fois syntaxique et stylistique que nous constatons le plus souvent2 dans la version finale ? Et pour les « maximes à structure détachée » : à quelle étape La Rochefoucauld choisit-il ces constructions marquées par rapport à l’ordre « naturel » de la syntaxe française, et pour quel gain ?

6Enfin, question ultime pour tout l’ensemble : peut-on dégager, dans les choix syntaxiques spontanés ou corrigés de La Rochefoucauld, des constantes qui prouveraient l’existence d’une téléologie génétique dans l’élaboration des maximes ?

Maximes « simples » : evidentia spontanée, evidentia construite

  • 3 Voir Arnauld et Lancelot (1993, p. 157-164) et Lamy (1998, p. 101-113).
  • 4 On sait, depuis les travaux de J.-P. Seguin, que le terme est anachronique pour le xviie siècle. J (...)

7Les théoriciens du xviie siècle fondent l’ordo naturalis sur des considérations logiques et un raisonnement de type présuppositionnel3 : pas de prédicat sans sujet logique, ce qui gouverne la loi d’accord entre le verbe et son sujet grammatical, facilement assimilé au sujet logique ; pas d’adjectif sans support substantival, ce qui règle corollairement l’accord ; pas de complément déterminatif sans le préalable d’un substantif déterminé ; planification plus aléatoire, en revanche, de la place des régimes verbaux selon les langues. Celles qui sont casuelles comme le grec et le latin sont moins tenues à des impératifs logico-syntaxiques que le français qui, dépourvu de désinences, doit se plier à des « normes », ordonnant non seulement sa syntaxe, mais la pensée des locuteurs. Bernard Lamy (1998, chap. xiii) est même plus explicite que Lancelot, et j’ai retenu chez lui deux règles principales de la phrase4 française idéale : elle doit être synoptique (« Ce qui est donc essentiel pour ranger les termes d’un discours, c’est qu’ils soient liés de manière qu’ils ramassent et expriment tout d’un coup la pensée que nous voulons signifier », ibid., p. 101) et concaténante : « un discours français ne peut être beau si chaque mot ne réveille toutes les idées l’une après l’autre selon qu’elles se suivent. » (Ibid., p. 103)

8Or les maximes semblent majoritairement suivre ces règles — et c’est tout le mérite de Martin et Molino d’avoir statistiquement prouvé le fait, en intégrant de surcroît les « maximes à parallélisme » dans la « famille » des maximes simples, ce qui souligne combien les symétries formulaires ne remettent pas en cause le respect de l’ordo naturalis dans le recueil. Au contraire, on va juger sur de petits dossiers génétiques que le travail de correction renforce le plus souvent l’effet d’épure grâce auquel La Rochefoucauld acquiert son rang d’auteur classique, réalisant la conjonction de la clarté syntaxique et de la simplicitas stylistique tant louée par La Bruyère (voir exergue).

9Ci-dessous, j’ai donc sélectionné, selon les termes de Martin et Molino, des maximes « simples » (points 1 à 3), des maximes à « parallélisme » qui ne font que dédoubler une structure simple tout en jouant sur des effets de construction (point 4), et même une maxime « complexe » qui me semble respecter la loi de concaténation que j’ai déduite de ma lecture de Bernard Lamy (M 182, point 5). Le but est de montrer qu’un bon nombre de maximes respectent l’ordre dit « naturel », d’abord en le prouvant sur des états invariants ou définitifs, avant de nous pencher plus loin sur la distinction entre maximes non-variationnelles et maximes étapistes.

101. Structure S V O (Sujet + Verbe + COD) :

M 86 [dernier état] : Notre défiance justifie la tromperie des autres.

M 23 [début invariant d’une maxime complexe] : Peu de gens connaissent la mort […].

M 248 [dernier état] : La magnanimité méprise tout pour avoir tout.

M 40 [dernier état] : L’intérêt qui aveugle les uns fait la lumière des autres.

112. Structure S V A (Sujet + Verbe copule + Attribut adjectival ou substantival) :

Début de M 62 [dernier état, à partir de la 2e éd.] : La sincérité est une ouverture de cœur […].

M 102 [version universelle, à l’exception d’une des copies de 1663 qui a dû enregistrer une erreur] : L’esprit est toujours la dupe du cœur.

M 149 [invariante] : Le refus des louanges est un désir d’être loué deux fois.

M 218 [dernier état] : L’hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu.

M 289 [invariante] : La simplicité affectée est une imposture délicate.

M 2 [invariante] : L’amour-propre est le plus grand de tous les flatteurs.

123. Structure S V (O) CC (Sujet + Verbe [+ Objet] + complément circonstanciel) :

M 19 [invariante] : Nous avons tous assez de force pour supporter les maux d’autrui.

M 387 [dernier état] : Un sot n’a pas assez d’étoffe pour être bon.

M 487 [invariante] : Nous avons plus de paresse dans l’esprit que dans le corps.

134. Exemples de « parallélismes » redoublant une structure de maxime « simple » :

M 38 [invariante] : Nous promettons selon nos espérances, et nous tenons selon nos craintes.

M 304 [invariante] : Nous pardonnons souvent à ceux qui nous ennuient, mais nous ne pouvons pardonner à ceux que nous ennuyons.

M 384 [invariante] : On ne devrait s’étonner que de pouvoir encore s’étonner.

M 497 [dernier état] : Il ne sert de rien d’être jeune sans être belle, ni d’être belle sans être jeune.

145. Exemple de concaténation « naturelle » dans les « maximes complexes » :

M 182 [dernier état] : Les vices entrent dans la composition des vertus comme les poisons entrent dans la composition des remèdes. La prudence les assemble et les tempère, et elle s’en sert utilement contre les maux de la vie.

15Quelques mots des grammairiens de Port-Royal pour définir « l’ordre naturel » suffiraient à commenter la syntaxe des maximes ci-dessus reportées : « les parties du discours sont simplement exprimées […] il n’y a aucun mot de trop ni de trop peu. » (Arnauld et Lancelot, 1993, p. 160) Mais La Rochefoucauld est écrivain, non grammairien, et le génie de ses énoncés, dont beaucoup trouvent leur facture définitive, selon les termes de La Bruyère, « d’abord » et « sans effort » (ex. M 2, M 19, M 38, M 102, M 149, M 289, M 304, M 384, M 487), c’est que la clarté syntaxique s’y double d’une densité stylistique à données variables : frappes rythmiques, jeux de figure, échos phoniques. Citons à nouveau M 19 et M 38 :

M 19 : Nous avons tous (4) // assez de force (4) // pour supporter (4) // les maux d’autrui (4).

M 38 : Nous promettons (4) selon nos espérances (6) //, et nous tenons (4) selon nos craintes (4).

16Nous noterons toutefois que la perfection isométrique de M 19 est confrontable à M 42, proche syntaxiquement mais plus banale stylistiquement :

M 42 : Nous n’avons pas assez de force pour suivre toute notre raison. [aucun écho phonique ni rythme suggérés]

17Cette dernière comparaison atteste que La Rochefoucauld ne recherche pas systématiquement la perfection formelle, et que son objectif dépasse les exigences du « beau discours » — aspect essentiel sur lequel je reviendrai en conclusion.

18Dans la liste qui suit, je regroupe maintenant des cas de figure pour lesquels la conjonction entre naturel grammatical et simplicité esthétique a supposé des tâtonnements, travail d’élaboration dont seule l’étude génétique peut rendre témoignage.

19Par exemple, M 40 s’allège au niveau de son système relatif et se stylise par la transformation de sa structure S V A en structure S V O, entraînant un gain de frappe rythmique au moyen du renforcement de la figure de personnification :

[Variantes archaïques (ms Liancourt, Barthélémy, Gilbert)] : L’intérêt à qui on reproche d’aveugler les uns est ce qui fait toute la lumière des autres.
[Variante intermédiaire (1re éd.)] : L’intérêt, à qui on reproche d’aveugler les uns, est tout ce qui fait la lumière des autres.
[Variante définitive à partir de la 2e éd.] : L’intérêt (3) qui aveugle les uns (6), fait la lumière des autres (6).

20M 218 s’allège également, et gagne en régularité prosodique entre le manuscrit Gilbert et les versions publiées. La figure de personnification, acquise dès le départ, reste stable.

[Ms Gilbert] : L’hypocrisie est un hommage que le vice se croit forcé de rendre à la vertu.
[Variante publiée, 2e éd.] : L’hypocrisie (4) // est un hommage (4) // que le vic[e] rend (4 approximatif) // à la vertu (4).

21Même tendance dans l’amélioration de M 248 : allègement syntaxique et symétrisation croissante, au prix d’un artifice renforcé de personnification.

[Ms Gilbert] : La magnanimité méprise tout, pour qu’on lui donne tout.
[Variante publiée] : La magnanimité (6) // méprise tout (4) // pour avoir tout (4).

22M 387 se simplifie par suppression du membre de phrase le moins porteur argumentativement :

[Ms Gilbert] : Un sot n’a pas assez de force, ni pour être méchant, ni pour être bon.
[4e et 5e éd.] : Un sot n’a pas assez d’étoffe pour être bon.

23Dans M 182, citée plus haut comme un cas de maxime complexe et pourtant naturelle, les progrès réalisés de variante en variante touchent quelques suppressions, et surtout une plus grande netteté dans la ponctuation.

[Éd. de Hollande, 1re éd.] : Les vices entrent dans la composition des vertus [,] comme les poisons entrent dans la composition des remèdes [de la médecine] ; la prudence les assemble et les tempère, et elle s’en sert utilement contre les maux de la vie.
[De la 2e à la 5e éd.] : Les vices entrent dans la composition des vertus comme les poisons entrent dans la composition des remèdes. La prudence les assemble et les tempère, et elle s’en sert utilement contre les maux de la vie.

24En effet, entre le parallélisme comparatif du début — où La Rochefoucauld supprime une virgule — et le segment déductif final, le point simple remplace, dans l’état définitif, le point-virgule des versions antérieures : les unités phrastiques s’en trouvent mieux délimitées, tandis que le maintien de la virgule dans la dernière partie transforme un rythme initialement quaternaire en rythme ternaire imitant la démarche syllogistique. Le tout entraîne un gain d’efficacité argumentative autant qu’une meilleure finition prosodique.

25Mais il faut aussi accorder leur place à quelques contre-exemples significatifs, comme M 86 :

[Variante des éd. 2 et 4] : Notre Défiance justifie (8) // la tromperie (4) // d’autrui (2).
[Dernier état (éd. 5), mais déjà « essayé » dans l’éd. 3] : Notre défiance justifie la tromperie des autres.

  • 5 Soutenue le 15 décembre 2003 à Paris IV sous le titre : « Genèse et formes d’une écriture paradoxa (...)

26L’écrivain a finalement renoncé, non sans hésitation (voir le va-et-vient entre les éditions 3, 4 et 5), à la numération poétique et aux rimes internes, optant pour le retour à un effet de « prose ». Ce cas de figure n’est pas isolé. J’ai en effet constaté dans ma thèse5 que La Rochefoucauld progresse majoritairement vers le mieux frappé, le mieux rythmé. Mais il existe des contre-exemples qui semblent intentionnels, comme le prouve M 86 ainsi que le rapprochement ci-dessus réalisé entre la facture métrique de M 19 et la banalité stylistique de M 42. Je reviendrai en conclusion sur les hypothèses qu’on peut formuler concernant ce refus de la systématisation du « beau » dans le travail du moraliste.

27Enfin, je compliquerai l’analyse de la simplicité des maximes en notant que l’épure s’obtient parfois au prix de figures plus proches de l’esthétique de l’obscur que de la clarté, comme l’ellipse ; ou présupposent une chaîne d’opérations linguistiques préalables à leur structuration de surface, comme les nombreuses figures de personnification grâce auxquelles le moraliste réalise de grandes économies de moyens syntaxiques. Mais une personnification est-elle un procédé « naturel » ? La grammaire générative ne nous apprend-elle pas que cette figure est l’aboutissement de plusieurs « transformations » ? On n’a donc pas tout résolu quand on a constaté la simplicité syntaxique d’une maxime, et celle-ci n’est souvent qu’un trompe-l’œil relançant plus loin l’analyse de fonctionnements plus complexes. Dès lors, les maximes à hyperbate, qui avouent davantage la stratégie rhétorique de leur auteur, pourraient apparaître comme moins sournoises.

Dislocation à droite et à gauche : la leçon de l’examen génétique

28Le relevé et l’examen génétique font apparaître que la majorité de ces maximes disloquées sont invariantes, autrement dit choisies spontanément et sans repentance par La Rochefoucauld. On constate aussi qu’elles se multiplient (comme toutes les autres formes d’hyperbates) dans les dernières éditions qui sont en même temps les moins variationnelles : cela prouve que La Rochefoucauld prend stylistiquement confiance en lui, et craint de moins en moins le contournement de l’ordo naturalis, ce qui paraît donner raison aux hypothèses de Claire Monferran. Nous indiquons ci-dessous une liste non exhaustive de maximes disloquées qui, soit ne subissent aucune variante, soit en subissent qui ne portent pas sur la structure étudiée :

  • pour les dislocations à gauche : M 131, 349, 408, 410, 433 ;
  • pour les dislocations à droite : M 107, 159, 206, 282, 317.

29Il y a toutefois des cas où la dislocation disparaît, surtout en détachement à gauche et dans des maximes très anciennes. J’en cite ici quatre exemples de même type (M 16, 62, 204 et 246).

30M 62 fait l’objet d’une épure croissante qui dépasse le plan de la dislocation :

[Ms Liancourt et Barthélémy] : La sincérité c’est une naturelle ouverture du cœur […].
[Variante intermédiaire (1re éd.)] : La sincérité est une naturelle ouverture de cœur […].
[État définitif (suppression de l’adjectif)] : La sincérité est une ouverture de cœur […].

31Dans M 16, 204 et 246, la correction se fait entre deux variantes archaïques et semble procéder du même souci que dans M 62 : quand l’équivalence définitoire relie des lexèmes nominaux abstraits (sincérité/ouverture ; clémence/mélange de… ; sévérité/ajustement ; générosité/désir de…), La Rochefoucauld renonce à la reprise démonstrative qu’il juge sûrement trop lourde :

M 16 [Ms Liancourt] : La clémence c’est un mélange de gloire de paresse et de crainte dont nous faisons une vertu. / [Ms Barthélémy, Gilbert, copie Smith-Lesouëf] : La clémence est un mélange de gloire, de paresse et de crainte, dont nous faisons une vertu.
M 204 : La sévérité des femmes [, c’] est un ajustement […].
M 246 : La générosité [, c’] est un désir de briller […].

32Mais inversement, La Rochefoucauld ajoute une dislocation, avec un réel gain esthétique, dans M 320 :

[Ms Gilbert] : Louer les rois des qualités qu’ils n’ont pas n’est que leur dire des injures.
[Version publiée, à partir de la 3e éd.] : Louer les princes des vertus qu’ils n’ont pas, c’est leur dire impunément des injures.

33C’est qu’ici la reprise anaphorique par « c’ », jugée trop lourde entre deux lexèmes, a dû paraître raffermissante pour la structure phrastique lorsque l’équivalence rapprochait deux lourds syntagmes infinitifs avec leur expansion.

34Ce souci de la frappe formulaire par raffermissement des contours syntaxiques se retrouve du coup dans deux exemples d’ajout de dislocations à droite : M 231 et M 245. Dans M 231, la mise en place de la tournure disloquée s’accompagne d’un renforcement de l’expression générique, de l’abstraction et de la « frappe » formulaire :

[Ms Gilbert] : On est fou de vouloir être sage seul.
[Version publiée (depuis la 2e éd.)] : C’est une grande folie de vouloir être sage seul.

35Dans M 245, la dislocation à droite, acquise dès la seconde version, représente un gain stylistique en s’accompagnant d’une abstraction et d’une concision accrues, d’une répétition symétrisante du nom « habileté », enfin d’un marquage renforcé de l’inversion du rapport thème/prédicat, pourtant déjà attestée dans la structure attributive antérieure :

[1re éd.] : Le plus grand art d’un habile homme est celui de savoir cacher son habileté.
[Éd. ultérieures] : C’est une grande habileté que de savoir cacher son habileté.

36Mais c’est sur un cas plus subtil de variantes libres que je terminerai cet examen de constructions détachées, avec l’étude de M 127 :

[Ms Liancourt] : Chacun pense être plus fin que les autres.
[1re éd.] : On est fort sujet à être trompé, quand on croit être plus fin que les autres.
[Éd. ultérieures] : Le vrai moyen d’être trompé, c’est de se croire plus fin que les autres.

37La différence entre les trois versions n’est pas qualitative : la version primitive du manuscrit Liancourt (décasyllabe) est loin d’être inhabile dans sa brachylogie, mais elle répartit uniformément l’information sur toute la maxime. Les deux versions suivantes établissent des strates informatives inverses l’une de l’autre : celle de la première édition met l’accent sur le risque (conséquence) ; celle des éditions ultérieures sur le défaut (cause). Toutes trois sont des admonitions, la seconde l’étant plus explicitement. Le gain de la version finale me paraît du côté de l’ironie : le moraliste semble livrer d’abord, comme un cadeau moqueur, une recette d’infaillible défaite (paradoxe) à un lecteur encore dénégatif de sa propre responsabilité : le processus de déroulement informatif se charge alors de le désaveugler.

38On peut donc faire confiance à La Rochefoucauld pour savoir motiver ses manquements à l’ordre syntaxique dit « normal ». Et je propose de conclure cet article par une courte étude génétique de la maxime 1 (4e et 5e éditions) qui, par les méandres particulièrement complexes de son élaboration, et par sa place stratégique dans le recueil, constitue un microcosme emblématique du work in progress dans tout le recueil.

La maxime liminaire de l’édition définitive : un étapisme particulièrement complexe

  • 6 Je superpose cette métaphore de la « famille », organisatrice des occurrences et de ma démonstrati (...)

39– Première « famille »6 de versions : les états « primitifs » (incluant la première édition) :

[Ms Liancourt, portefeuilles Vallant et lettre 12 de La Rochefoucauld à Mme de Sablé] : De plusieurs actions diverses que la fortune arrange comme il lui plaît il s’en fait plusieurs vertus.
[Ms Barthélemy et Gilbert] : De plusieurs actions diverses que la fortune arrange comme il lui plaît, il se fait plusieurs vertus.
[1re édition, M CCXIII] : De plusieurs actions différentes que la Fortune arrange comme il lui plaît, il s’en fait plusieurs vertus.

40– Deuxième « famille » de versions : un véritable « saut » rédactionnel, récupérant une formule tirée des variantes primitives de la maxime mise en épigraphe dans la 5e et dernière édition :

Nos vertus ne sont le plus souvent que des vices déguisés. (dans les manuscrits : « Nous sommes préoccupés de telle sorte en notre faveur que ce que nous prenons le plus souvent pour des vertus ne sont que des vices qui leur ressemblent et que l’orgueil et l’amour-propre nous ont déguisés » ; puis de la 2e à la 4e éd. : « Nous sommes si préoccupés en notre faveur que souvent ce que nous prenons pour des vertus n’est que des vices qui leur ressemblent, et que l’amour-propre nous déguise. »)
[2e et 3e éditions, M 1] : Ce que nous prenons pour des vertus n’est souvent qu’un assemblage de diverses actions que la fortune arrange comme il lui plaît.
[4e et 5e édition, M 1] : Ce que nous prenons pour des vertus, n’est souvent qu’un assemblage de diverses actions et de divers intérêts, que la fortune et notre industrie savent arranger ; et ce n’est pas toujours par valeur et par chasteté que les hommes sont vaillants et que les femmes sont chastes.

41La Rochefoucauld intègre au niveau de la 2e édition, comme on le voit, une tournure de distanciation dénominative (« ce que nous prenons pour des vertus ») qu’il récupère de la sentence qui deviendra l’épigraphe du recueil en 1678. En caractères gras, j’ai mis en relief la portée des variantes (comme ailleurs dans ma démonstration). Cela révèle que, par-delà les adjonctions, c’est surtout le point de vue de La Rochefoucauld qui change entre les deux familles de versions : dans la première, où l’on note au passage la correction aléatoire d’une dislocation à gauche trahie par le pronom de reprise « en », le moraliste saisit le processus de sophistication par lequel des hasards sont transformés en actes héroïques ; alors que dans la seconde famille, ce qui constituait le rhème des versions primitives devient le thème (« ce que nous prenons pour des vertus »), et le déroulement de la maxime consiste cette fois à restaurer la vérité, quand auparavant, on assistait à la formation du mensonge.

42Or qui dira laquelle des deux versions est « la meilleure » ? Ne sont-elles pas toutes deux plausibles, du point de vue du référent qu’elles dénoncent ? La syntaxe nous dictera-t-elle jamais une pensée plus « juste » qu’une autre ? Il faut donc peut-être, comme Claire Monferran, laisser aux formules de La Rochefoucauld le droit de créer leurs propres effets de sens. Chaque famille de variante nous dévoile des pans différents du réel protéen de notre mauvaise foi, sans qu’on ait à préjuger d’une tournure syntaxique qui en « copierait » la pensée préxistante, selon les normes de l’ordo naturalis…

43Je conclus en essayant de répondre à mon questionnement initial : y a-t-il une téléologie possible des variations du corpus ?

44D’un point de vue esthétique, La Rochefoucauld est un auteur volontariste qui recherche aussi bien ses effets que ses absences d’effets. Il semble la plupart du temps viser la conjonction entre clarté syntaxique et simplicité stylistique, qu’il réalise cette alliance « sans effort », ou qu’il la recherche en tâtonnant. Il y a toutefois des contre-exemples, comme dans M 86 — refus volontaire d’un excès de polissage prosodique — dont j’ai proposé une interprétation dans ma thèse : je pense en effet que si d’un certain côté, le corpus tend vers une stylistique du prototype (expression déjà oxymorique !), La Rochefoucauld a aussi souhaité introduire des marges de non-prédictibilité dans son travail d’écriture. C’est d’ailleurs un trait paradoxal constant des maximes qu’elles renvoient une image de systématisation syntaxique, tout en démentant ce schématisme par leur unicité énonciative et leur miniaturisme stylistique. Mais j’ai aussi cru lire dans le prosaïsme choisi de certains fragments — à côté d’autres très proches d’une numération métrique — le souci pédagogique de ne pas endormir la conscience du lecteur par abus d’euphonie ou d’eurythmie. N’oublions pas que la visée rhétorique du recueil est morale : déjouer l’attente syntaxique ou esthétique du lecteur, c’est rappeler le nécessaire inconfort que la maxime doit produire dans l’esprit de son récepteur.

45On en vient dès lors au dernier aspect de cette téléologie : la visée de La Rochefoucauld est argumentative et la forme de ses énoncés, qu’elle soit simple ou complexe, « naturelle » ou « renversée », immédiate ou étapiste, illustre toujours, plus ou moins explicitement, la figure rhétorique de l’antéisagoge, sorte d’antithèse macrostructurale qui consiste à mettre en cause polémiquement un énoncé présupposé, éventuellement inconscient, qui est le discours de l’amour-propre. En ce sens, toute maxime est dialogique, ce qui place l’étude de son fonctionnement sous l’égide de l’énonciation, non de la grammaire pure ; du côté de la communication vivante, non de l’abstraction prototypale ; et du côté de « la surprise » littéraire, non de la prévisibilité logicienne.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arnauld A. et Lancelot C., 1993 [1660], Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, Genève, Slatkine Reprints.

Arnauld A. et Nicole P., 1978 [1664], La Logique ou l’art de penser, Paris, Flammarion, coll. « Champs ».

Badiou-Monferran C., 1998, « Syntaxe d’expressivité et ordre des mots dans les Maximes de La Rochefoucauld », dans F. Neveu (dir.), Faits de langue et sens des textes, Paris, SEDES, p. 131-152.

Costentin C., 1998, « Le statut problématique de l’injonction dans les Maximes et les Réflexions diverses », dans F. Neveu (dir.), Faits de langue et sens des textes, Paris, p. 153-178.

—, 1999, « Le style pointu dans les Maximes : questions d’esthétique historique, de réception et de méthodologie classificatoire », Champs du Signe, no°9, p. 53-87.

—, 2001, « Les Maximes de La Rochefoucauld sont-elles des “fragments” ? Mise en débat historique et formel du bien-fondé d’une appellation », dans A. Joly et M. Erman (dir.), Modèles Linguistiques, t. XXII, fascicule 2, p. 43-68.

—, 2003, « Genèse et formes d’une écriture paradoxale dans l’œuvre complète de La Rochefoucauld », doctorat soutenu à Paris IV, à paraître chez Champion, coll. « Moralia », sous le titre : Le Paradoxe dans l’œuvre complète de La Rochefoucauld : un « étymon spirituel » ?

—, 2005, « Un corpus propice à la problématisation de la polysémie : les Maximes de La Rochefoucauld », dans M. Huchon et O. Soutet (dir.), La Polysémie, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, p. 415-437.

Fournier N., 1998, Grammaire du français classique, Paris, Belin.

Jolles A., 1972, Formes simples, chap. « La Locution », Paris, Seuil, coll. « Poétique ».

Lamy B., 1998 [1675], La Rhétorique ou l’art de parler, édition critique de B. Timmermans, Paris, Presses universitaires de France.

La Rochefoucault, 2002, Réflexions ou Sentences et maximes morales et réflexions diverses, éd. de L. Plazenet, Paris, Honoré Champion.

Le Goffic P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette Supérieur.

Marchello-Nizia C., 1999, Le Français en diachronie : douze siècles d’évolution, Paris, Ophrys.

Martin J.-M. et Molino J., 1981, « Introduction à l’analyse sémiologique des Maximes de La Rochefoucauld », dans J. -C. Gardin (dir.), Logique du plausible, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, p. 147-238.

Quignard P., 1986, Une gêne technique à l’égard des fragments, Paris, Fata Morgana.

Notes

1 Toute référence allusivement donnée dans le texte est complétée dans la bibliographie attenante à l’article.

2 J’insiste sur « le plus souvent », car on verra plus loin que cette tension vers la perfection formelle souffre des contre-exemples auxquels nous avons tenté de donner une explication dans notre thèse, mentionnée ici en conclusion.

3 Voir Arnauld et Lancelot (1993, p. 157-164) et Lamy (1998, p. 101-113).

4 On sait, depuis les travaux de J.-P. Seguin, que le terme est anachronique pour le xviie siècle. Je l’utilise ici pour les commodités de l’analyse.

5 Soutenue le 15 décembre 2003 à Paris IV sous le titre : « Genèse et formes d’une écriture paradoxale dans l’œuvre complète de La Rochefoucauld ». À paraître chez Champion, dans la collection « Moralia ».

6 Je superpose cette métaphore de la « famille », organisatrice des occurrences et de ma démonstration comparativo-génétique, sur la présentation objective des « états » de la maxime 1 et de l’épigraphe dans l’édition Plazenet (2002, p. 700-701).

Auteur

Lycée Chaptal, Paris

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search