Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

Conclusion

Texte intégral

  • 1 C’est un fait aujourd’hui souvent oublié, mais la thèse de Pierre Goubert avait subi à sa parution, (...)

1Plus qu’un exercice de style, la conclusion est l’opportunité pour un historien de faire le point sur des années de recherche, en jetant le regard le plus lucide possible sur les apports et les lacunes de son travail. Le sentiment d’inachèvement qui accompagne toute production de recherche ne doit pourtant pas conduire à considérer celle-ci uniquement comme une « aiguille dans une meule de paille1 ». En effet, dans le cas présent, ce livre propose quelques éléments de réponses, certes incomplets et partiels, aux nombreuses questions qu’il avait soulevées.

L’émergence de quelques certitudes

  • 2 Le travail de François Moriconi-Ébrard fait figure de référence. Il fut un des premiers à essayer (...)

2Tout d’abord, la définition habituelle de la ville moderne, perçue au sens large du terme comme un ensemble d’habitants vivant regroupés à l’intérieur de murs et bénéficiant de privilèges communs, mérite d’être revue. Objectivement, le territoire urbain ne se limitait pas aux fortifications, pas plus que les frontières des grandes villes actuelles ne se superposent aux délimitations administratives communales2. Beaucoup de villes modernes peuvent en effet être définies comme des concentrations d’individus, vivant dans des habitations formant un continuum bâti, situées de part et d’autre des remparts : en outre, ces habitants étaient unis par des privilèges communs et par des liens économiques, culturels et de sociabilité. Par ailleurs, les exemples lyonnais, marseillais, dijonnais ou grenoblois ne doivent pas masquer que les faubourgs pesaient parfois autant, voire plus, que l’espace intra muros au point de vue démographique (Vannes, Issoudun, Angoulême, Villeneuve-de-Berg, Bayeux, Pontoise, Caen, Nîmes et Arbois sont quelques exemples le rappelant sans doute possible). Relevons par ailleurs que les faubourgs étaient, tout comme les villes, largement ouverts à l’immigration, ce qui conforte l’idée que le territoire urbain ne se confinait pas à l’intérieur des murailles. Comme en géographie, la distinction entre ville et agglomération apparaît pour la période moderne de plus en plus évidente, nécessaire et pertinente.

  • 3 Rémy Allain, Morphologie urbaine, géographie, aménagement et architecture de la ville, Paris, Arma (...)

3De surcroît, les faubourgs de la modernité ne constituaient que l’illustration ponctuelle dans l’histoire d’une nécessité intemporelle pour les villes de développer leurs marges, en dépit d’impératifs militaires, fiscaux, juridiques ou architecturaux plaidant pour une limite stricte de l’urbs définie initialement. Quelles que fussent les civilisations, les espaces suburbains présentaient forcément des avantages par rapport aux espaces intra muros, justifiant par là leur existence, quitte à ce qu’elle fût souvent précaire, plus menacée que celle de la ville en cas de siège. Cette omniprésence des espaces suburbains, tout comme les nuances caractérisant l’étalement de chacun d’eux, explique probablement en partie le foisonnement lexical servant à les désigner, comme le rappelle Rémy Allain3. Sous l’Ancien Régime, les municipalités tardèrent à intégrer cette réalité. Ce ne fut qu’au xviiie siècle que des projets de planification faubourienne, plus ou moins aboutis, furent souhaités par les municipalités des grandes villes. En l’absence de financements suffisants, nombre de ces projets ne furent jamais réalisés pleinement.

4En outre, les faubourgs n’étaient pas systématiquement des espaces imprégnés de ruralité qui auraient possédé, pour reprendre les termes de Pierre Goubert, une couleur semi-campagnarde. Certes, de nombreux faubourgs, tant par leurs activités que par leurs paysages, correspondaient totalement à cette description. Deux observations rappellent toutefois le danger encouru par quiconque généraliserait ce type de discours, qui ne peut s’appliquer que dans des cas bien déterminés. D’une part, les activités agricoles pouvaient être complètement absentes de certains faubourgs. Dans le faubourg Très-Cloître à Grenoble ou dans le faubourg Saint-Michel à Angers, elles n’occupaient qu’une petite minorité de chefs de feu. En outre, certaines villes de la France moderne possédaient des quartiers qui avaient une couleur nettement plus rurale que des faubourgs d’autres agglomérations. Par exemple, le faubourg des Chartrons à Bordeaux avait indéniablement un profil socioprofessionnel bien plus « urbain » que le quartier Saint-Nicolas à Dijon.

5Manifestement, d’autres présupposés au sujet des faubourgs de la modernité ne devraient plus désormais apparaître dans les travaux d’histoire moderne. Le plus fréquent d’entre eux, propageant une vision misérabiliste des faubourgs, est entièrement à rejeter. À l’instar des quartiers spécifiquement urbains, situés à l’intérieur des murailles, les faubourgs pouvaient présenter des niveaux d’indigence extrêmement variables. Dresser une géographie sociale comparative entre une ville et ses faubourgs n’aurait d’ailleurs que peu de sens. C’est à une échelle plus fine que l’historien doit probablement œuvrer, lorsque les sources lui en offrent la possibilité, en s’intéressant aux quartiers dont les faubourgs étaient en fait les transpositions extra muros.

6La cinquième leçon essentielle de ce travail a trait aux temporalités très complexes de la croissance de ces faubourgs. Le présupposé selon lequel les faubourgs auraient connu une forte croissance démographique au xviiie siècle ne se vérifie nullement de façon systématique. D’une part, il fut des faubourgs qui connurent une forte croissance dès le début de l’époque moderne, au xvie ou au xviie siècle, avant de montrer une stagnation démographique par la suite. D’autre part, les faubourgs étaient affectés par des microcrises spécifiques, du moins dans les grandes agglomérations. En général, ces accidents démographiques n’affectaient ni les autres faubourgs de la même agglomération, ni la ville. Inversement, tout épisode de crise démographique en ville n’avait pas forcément de répercussions extra muros, ce qui souligne la singularité des faubourgs dans ce domaine. Il semblait surtout exister un lien étroit entre l’évolution démographique d’une ville et celle que connaissaient ses faubourgs, même si des décalages en termes d’intensité et de rythme devaient probablement se produire.

7Toutefois, l’originalité démographique des faubourgs des villes modernes ne se résumait pas à celle de leurs rythmes. Au fil des recherches est souvent apparue la difficulté, voire l’impossibilité de définir un profil démographique singulier, spécifique aux faubourgs, qui aurait permis de les distinguer aisément des villes de la modernité. Tant en ce qui concernait la proportion de chefs de feu féminins que le taux de féminité ou la taille des feux, les faubourgs présentaient de profondes différences. Alors que certains offraient des similitudes avec leur ville, d’autres s’en démarquaient nettement. Dans ce domaine, le plus important reste à faire. En effet, seule la multiplication des études de cas permettra de déterminer s’il existait un lien systématique entre le profil socioprofessionnel d’un faubourg et son profil démographique. En revanche, d’autres critères semblaient s’appliquer assez généralement aux espaces faubouriens. La domesticité y était la plupart du temps plus mince, la fécondité a priori plus forte et les naissances illégitimes plutôt rares.

8Surtout, maintes fois a été démontrée la diversité que les faubourgs des villes modernes pouvaient présenter. D’une agglomération à l’autre ou autour d’une même ville, les profils faubouriens étaient d’une grande hétérogénéité, tant en termes de morphologie, de fonctions, de démographie que de dynamisme économique. De là à considérer que chaque faubourg avait un profil unique, il n’y a qu’un pas qui peut quand même être franchi malgré l’absence d’études complémentaires sur le sujet. Entre le véritable quartier urbain développé hors les murs et le bourg rural périurbain, peu influencé par la proximité de la ville, existait un grand nombre de situations faubouriennes s’expliquant par une multiplicité de facteurs, tant naturels (hydrographie, topographie...) qu’économiques ou sociaux.

Sept raisons qui conditionnaient le développement des faubourgs

9En prenant quelque hauteur, on peut également s’interroger sur ce qui générait la croissance suburbaine. De tous les facteurs susceptibles d’expliquer le développement faubourien, le premier concerne évidemment les conditions naturelles du site de l’agglomération. Il ne s’agit pas ici d’adopter une posture déterministe, mais de rappeler simplement que dans certaines conditions, le développement des espaces suburbains était entravé. Relevons que les villes établies dans des sites répulsifs ou enclavés pouvaient souvent avoir des faubourgs maigres, ou, dans certains cas, en être complètement dépourvus. Les risques d’inondation (Avignon, Arles) ou la proximité de marécages (Châtillon-sur-Chalaronne) entravaient incontestablement la croissance suburbaine. Toutefois, les contraintes naturelles ne pouvaient être en permanence invoquées pour justifier du faible développement de certains quartiers périurbains : Aigues-Mortes et Briançon ont des faubourgs malgré un environnement peu favorable.

10En effet, les particularités d’un site ne suffisent pas à tout expliquer. La situation d’une ville, au sens géographique, pouvait être un obstacle clair à l’étalement suburbain. Force est de constater que de nombreuses villes voyaient leur croissance stérilisée par la proximité d’un grand centre urbain. Villefranche-sur-Saône ou Vienne, dont les bassins migratoires étaient vidés par Lyon, tout comme Senlis en raison de la proximité parisienne, n’ont pu développer de grands faubourgs durant l’ensemble de la période moderne. Dans le même ordre d’idées, le rôle des pénétrantes menant à la ville doit être évoqué. Dans presque toutes les agglomérations, les faubourgs se développent autour de ces axes, qui constituent leur véritable colonne vertébrale. Presque partout, les faubourgs les plus maigres se situaient généralement le long des pénétrantes les moins fréquentées.

11Un troisième facteur est constitué par le profil socio-économique des agglomérations. Les villes qui conservaient d’importantes fonctions agricoles avaient souvent des faubourgs de petite taille. En Bourgogne, Dijon, Auxerre et Avallon présentent toutes la double particularité d’avoir des faubourgs peu étendus et des emplois agricoles en grand nombre. La composition des structures sociales de ces villes en faisait même de gros bourgs agricoles. Dans les villes-champignons connaissant les prémices de l’industrialisation au cours de la période moderne, et notamment dès le xviie siècle, la croissance démographique reposa en grande partie sur les faubourgs. Ainsi, les villes papetières développèrent souvent leur spécialité hors les murs, y fixant une population nombreuse (Angoulême, Annonay) à l’instar de Thiers ou de Saint-Étienne, dont la prospérité reposait sur la coutellerie et l’armurerie.

12L’existence d’une fiscalité spécifique aux faubourgs pouvait également assurer leur prospérité ou leur atonie. Il a été démontré comment le seul cas lyonnais suffisait à prouver les particularismes juridiques propres à chaque faubourg. En ce sens, la situation de Paris (notamment du faubourg Saint-Antoine) est éloquente.

13La proximité de campagnes peuplées dans l’environnement urbain proche était aussi indispensable pour assurer la croissance démographique des faubourgs. Ces derniers, comme les villes, se nourrissaient d’une immigration importante. La surfécondité faubourienne n’était pas suffisante pour permettre une croissance de ces espaces, notamment au xviiie siècle.

14D’autres faubourgs pouvaient être particulièrement réduits, lorsqu’ils étaient rattachés à des villes connaissant une grande atonie économique. Valence, Richelieu ou encore Montferrand figurent dans ce travail parmi les cas les plus manifestes de ce dépérissement. A contrario, la croissance d’une cité et surtout de ses faubourgs pouvait être galvanisée par sa promotion politique ou économique, comme ce fut le cas à Rochefort.

15Tout au long de l’Ancien Régime, des circonstances exceptionnelles ont pu, souvent d’une manière brutale, affaiblir, voire détruire, des espaces suburbains : la démographie d’un faubourg pouvait en effet fluctuer énormément, en particulier en période de guerre, où la grande fragilité des espaces suburbains apparaissait. Durant l’ensemble de la période moderne, de nombreux sièges militaires de villes ont abouti inexorablement à la destruction de faubourgs, soit du fait des assaillants, soit de la volonté des autorités municipales qui préféraient dégager les alentours des remparts pour optimiser les capacités de défense de leur cité et réaménager leur place forte.

16En définitive, la croissance suburbaine d’une ville moderne était conditionnée par des facteurs divers et entremêlés. Espaces fragiles, capables d’une croissance brutale ou régulière , les faubourgs pouvaient rassembler une population marginale, ou être de véritables quartiers extra muros, dépassant démographiquement la ville-centre et participant à une polynucléarisation de l’espace urbain, par un double processus de périurbanisation et de rurbanisation. En faisant écho aux modalités de l’urban sprawl bien connu des géographes, la situation des faubourgs modernes interroge finalement la validité et l’uniformité de facteurs de croissance suburbaine, supposés applicables à toutes les formes urbaines, de l’Antiquité à nos jours.

Des perspectives de recherches largement ouvertes

17Parmi les points restant à développer figurent en bonne place tous ceux qui traitent de la gouvernance et des statuts juridiques des faubourgs. Incontestablement, la complexité du maillage administratif de l’Ancien Régime et la diversité des situations observées rendent improbable une synthèse qui serait construite autour d’une typologie simple. Dans la majorité des cas, un pouvoir local plus ou moins autonome par rapport à la ville semblait toutefois exister. Relevant tantôt de la communauté d’habitants, en ce qui concernait le domaine politique, ou de la justice seigneuriale urbaine pour la gestion des délits, cette gouvernance faubourienne pouvait s’affirmer de manière ponctuelle face au pouvoir urbain, lorsque l’enchevêtrement des maillages administratifs permettait aux espaces périphériques de revendiquer des privilèges particuliers. La plupart du temps cependant, ces pouvoirs locaux étaient faibles et restaient sous la tutelle de la ville.

18D’autres travaux s’intéresseront probablement dans le futur à l’onomastique faubourienne, à peine esquissée dans cette étude. Le choix des noms pour les faubourgs est évidemment révélateur de leur historicité ou de leur fonction principale. Comme dans de nombreux quartiers urbains, des patronymes religieux liés aux dédicaces paroissiales furent fréquemment choisis pour désigner les faubourgs, tant parmi les saints principaux de l’Église (Saint-Michel, Saint-Jean, Saint-Marc...) que parmi des saints très locaux. Plus rarement, ce furent des édifices publics (blancherie, quarantaine, maladrerie...), autour desquels les faubourgs s’étaient développés, qui laissèrent leurs noms à ces espaces, et ce parfois jusqu’à nos jours. La géographie des relations interurbaines pouvait également être à l’origine du nom du faubourg par la direction de la route qui le traversait : on trouve ainsi de nombreux faubourgs « de Paris », « d’Orléans », « de Lyon ».

19Dans le même ordre d’idées, beaucoup reste à dire sur l’odonymie dans les faubourgs. La rémanence des trames viaires, comme des noms des principales artères, témoigne des pesanteurs de l’aménagement urbain. Rares furent finalement les faubourgs de l’Ancien Régime à connaître une modification de leur morphologie urbaine qui ne reposait pas sur un simple « mitage » des parcelles vides, situées entre les grandes pénétrantes menant à la ville, d’où certaines évolutions du statut de « chemin » vers celui de « rue ».

20D’autres pistes se sont ouvertes au fil de ce travail. En effet, l’étude des faubourgs dans le temps long (au sens braudélien du terme) reste à réaliser. Elle permettrait de mieux appréhender et comprendre l’évolution de leur structure sociale, de leur morphologie ou de leurs fonctions. Des ruptures historiques d’ensemble pourraient alors être recherchées, en lien avec ce qui a pu être observé dans les villes de la France moderne.

  • 4 Cette expression d’ « espace vécu », forgée par Armand Frémont, est finalement assez proche de cell (...)

21Ainsi, in fine, les faubourgs ne devront plus désormais être ignorés des travaux d’histoire urbaine, sauf à projeter sur la ville moderne les visions erronées et idéalisées de l’urbs que les dictionnaires et les récits de voyage délivraient sous l’Ancien Régime. Le mépris des citadins pour les faubouriens n’était pas une règle permanente et universelle dans les villes de la modernité, loin de là. En cela, les faubourgs appartenaient bien au même « espace vécu4 » que la ville.

Notes

1 C’est un fait aujourd’hui souvent oublié, mais la thèse de Pierre Goubert avait subi à sa parution, de la part de Fernand Braudel, une critique sévère et ironique dans un compte rendu de lecture publié dans les Annales. Défenseur du « mouvement historique » et du « temps long », initiateur de la « géo-histoire », Fernand Braudel laissa supposer dans son compte rendu que le travail de Pierre Goubert était une « aiguille dans une meule de paille ». Il ajouta que cette thèse ne le satisfaisait pas et qu’il « ne faudrait pas trop demander » à ce travail. Il jugea l’espace de recherche trop restreint, la limitation de l’étude au seul xviie siècle, phase de récession, délivrant selon lui une vision statique de l’économie. D’après Braudel, Pierre Goubert aurait plutôt dû se pencher sur les phénomènes de croissance : « pour le troisième volet », dit-il, « j’aurais cherché à dégager une croissance du Beauvaisis. » Enfin, la limitation du travail de Pierre Goubert à 200 paroisses du Beauvaisis relevait d’un manque d’ambition. (Voir Fernand Braudel, « Notes critiques, Beauvais et le Beauvaisis au xviie siècle », Annales ESC, vol. 18, nº 4, 1963, juillet-août, p. 767-778.)

2 Le travail de François Moriconi-Ébrard fait figure de référence. Il fut un des premiers à essayer de déterminer la population des grandes villes dans le monde en définissant à l’aide d’images satellitaires les limites morphologiques des agglomérations. Voir François Moriconi-Ébrard, Geopolis : pour comparer les villes du monde, Paris, Économica-Anthropos, 1994, ainsi que les réflexions de Jean-Pierre Paulet, Géographie urbaine [2000], Paris, Armand Colin, 2009, p. 181-184.

3 Rémy Allain, Morphologie urbaine, géographie, aménagement et architecture de la ville, Paris, Armand Colin, 2004, p. 189-192. Le vocabulaire désignant les espaces périphériques urbains est particulièrement riche : espace suburbain, périurbain ou rurbain, suburbia, exurbia, ville diffuse, ville éparpillée, ville émergente, exopolis, edge-city, boomburb, new burb, superburb sont autant de néologismes, utilisés en particulier en géographie, pour désigner l’étalement urbain hors des limites consensuelles et administratives d’une ville.

4 Cette expression d’ « espace vécu », forgée par Armand Frémont, est finalement assez proche de celle de « territoire ». Elle intègre toutefois le poids des représentations collectives des habitants autour d’un espace qu’ils partagent. (Voir Armand Frémont, La Région, espace vécu, Paris, Presses universitaires de France, 1976.) 

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search