Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

III. La population dans les faubourgs

L’immigration dans les faubourgs, ou l’étude d’un critère d’urbanité dans les espaces suburbains

Texte intégral

1Deux écueils menacent lorsqu’un historien spécialiste de la modernité s’interroge sur les mécanismes de l’immigration. Le premier tient au vocabulaire employé. Le mot « immigré », polysémique et porteur de multiples représentations, n’était quasiment pas usité sous l’Ancien Régime. La confusion fréquente de ce terme avec celui d’« étranger », beaucoup plus fréquent dans la France moderne, nécessite une clarification immédiate. En effet, l’appartenance aux provinces ou aux villes était le principal facteur d’identité collective. De ce fait, être étranger pouvait, dans de nombreux cas, désigner toute personne n’étant pas reconnue comme membre à part entière de la communauté qui l’accueillait. Le terme d’immigré, extrêmement rare dans les sources, renvoie finalement à une définition actualisée, plus claire et plus simple d’une réalité ancienne, désignant toute personne ayant quitté sa paroisse de naissance pour s’installer dans le faubourg.

2Le second écueil est d’ordre méthodologique. En effet, la recherche en histoire est propice aux lamentations. Les documents trouvés, parfois exploités, ne présentent jamais de complètes garanties de fiabilité. Surtout, trop souvent, les archives viennent à manquer pour explorer certaines pistes, ne fût-ce qu’en raison des différentes mobilités. Chemin faisant, les historiens ont pris l’habitude de croiser les sources et de multiplier les études pour essayer d’approcher le plus possible la vérité historique. Tous les travaux sur l’immigration durant l’Ancien Régime ont été confrontés à ce type de difficultés.

Des faubourgs parfois autant ouverts à l’immigration que les villes

  • 1 Olivier Zeller, « La ville moderne », dans Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, op. cit., (...)

3Nombreux sont les historiens à avoir déjà tenté de mieux comprendre les mécanismes de l’immigration dans les villes de la modernité. Richard Gascon, Olivier Zeller et Maurice Garden pour Lyon, tout comme Jean-Pierre Poussou pour Bordeaux, sont tous parvenus à des conclusions quasiment identiques, tout en utilisant des archives très différentes. La démographie des villes modernes connaissait régulièrement des soldes naturels négatifs, ce qui générait l’appel régulier à une immigration d’origine rurale, venant des campagnes proches et comblant les déficits humains. C’est cet apport de jeunes immigrants ruraux qui, seul, permettait le maintien ou la croissance de la population urbaine, et ce au-delà du simple cadre français1.

4La question des sources de l’immigration en milieu urbain n’a jamais trouvé de réponse complètement définie. Certaines d’entre elles, comme les actes paroissiaux et contrats notariaux de mariage, ne permettent d’appréhender qu’une classe d’âge de migrants, car elles ne prennent pas en compte les célibataires ou les couples déjà mariés s’installant dans le lieu d’étude. Elles sont donc un miroir déformant ne mettant en exergue qu’une partie de la société. D’autres sources, les recensements, rôles fiscaux ou dénombrements, présentent régulièrement un sous-enregistrement et / ou des lacunes liées au peu de culture statistique, de vigilance ou de conscience professionnelle des recenseurs. Enfin, un dernier type de documents, comme les registres d’hôtel des passants, de mendiants ou les cahiers d’entrée aux portes des villes, ne permet de connaître que certaines catégories sociales, riches ou pauvres, entrant dans la ville, sans parfois distinguer ceux qui étaient de passage de ceux qui s’y fixaient définitivement.

  • 2 Autre point important : pour un chercheur devant travailler souvent tard et loin des centres d’arc (...)

5Faute d’archives suffisamment précises, le choix a été fait de se concentrer sur des registres paroissiaux de mariage, étant entendu que ces sources présentent plusieurs lacunes, notamment celle d’ignorer de trop nombreux migrants (familles, isolés, gens de passage...). Bien évidemment, la période choisie a été la seconde partie du xviiie siècle, durant laquelle les mentions des curés concernant l’origine des mariés sont suffisamment précises et régulières pour être étudiées statistiquement. Les faubourgs de l’Houmeau à Angoulême et de la Guillotière à Lyon ont été choisis pour cette étude, faite ici par sondage pour les périodes 1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780. Leurs registres sont bien tenus sur cette période, complets, lisibles et en bon état relatif 2.

6La paroisse Saint-Jacques de l’Houmeau a donc été la première à être étudiée. L’apport d’immigrants y était primordial dans la seconde moitié du xviiie siècle, qu’ils fussent de la ville et des autres faubourgs d’Angoulême, de la Charente ou de régions extérieures. Au total, près de 40 % des mariés à Saint-Jacques de l’Houmeau n’étaient pas nés dans ce faubourg. Un net déséquilibre s’observe cependant en fonction du sexe. En effet, il semble bien (mais est-ce une surprise ?) que l’immigration de jeunes adultes dans le faubourg concernait avant tout les hommes. 61,8 % des mariés de Saint-Jacques de l’Houmeau n’avaient pas été baptisés dans cette même paroisse, alors que le taux de femmes dans la même situation ne s’élevait qu’à 17,8 %.

Tableau 63. Les jeunes mariés dans le faubourg de l’Houmeau a Angoulême (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

Origines des jeunes mariés Effectifs des hommes Effectifs relatifs des hommes Effectifs des femmes Effectifs relatifs des femmes Total Effectifs totaux relatifs
Nés dans le faubourg de l’Houmeau 58 38,2 % 125 82,2 % 183 60,2 %
Nés dans une paroisse extérieure 94 61,8 % 27 17,8 % 121 39,8 %

7Ce qui apparaît également à Angoulême est une forme de jeu de chaises musicales, au regard de la situation observée dans les paroisses intra muros de la ville d’Angoulême. Une poignée de jeunes adultes (surtout des hommes) ayant grandi dans le faubourg de l’Houmeau décidaient chaque année de s’installer et de se marier en ville. Ils étaient alors « remplacés » par un nombre beaucoup plus important de jeunes adultes immigrants, qui s’unissaient généralement par le mariage avec un jeune adulte originaire du faubourg et resté, quant à lui, sur place.

Figure 36. Hétérogamie géographique parmi les jeunes mariés dans le faubourg de l’Houmeau à Angoulême (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

Figure 36. Hétérogamie géographique parmi les jeunes mariés dans le faubourg de l’Houmeau à Angoulême (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

8D’ailleurs, l’étude de l’endogamie géographique chez les jeunes mariés est source d’intérêt. Celle-ci, par sa faiblesse, révèle dans le cas de Saint-Jacques de l’Houmeau la bonne et rapide insertion des nouveaux arrivants. En effet, près de deux tiers des mariages voyaient un jeune adulte du faubourg convoler avec un étranger. Inversement, les mariages endogamiques étaient relativement peu nombreux (environ 29 %), d’autant plus qu’une partie d’entre eux concernaient de jeunes adultes du village de Pontouvre, situé à environ 5 km d’Angoulême et de l’Houmeau proprement dit, mais dépendant de la paroisse Saint-Jacques. Poids de l’immigration et rapide intégration sociale sont deux facteurs manifestes permettant de rapprocher les processus migratoires présents dans le faubourg de l’Houmeau avec ceux qu’on observait généralement dans le milieu urbain. Cette rapidité de l’intégration sociale est en outre vérifiée par les indications du curé concernant de nombreux mariés, pour lesquels il précisait l’ancienneté de résidence dans la paroisse.

9Quelques exemples nous le prouvent aisément, indiquant le plus souvent deux ou trois ans de présence dans le faubourg avant un mariage. Ainsi, Pierre Barbudeau, originaire d’Oléron et marié le 27 février 1759, résidait « depuis trois ans dans la paroisse ». Catherine Biget, originaire de Viville et mariée le 20 janvier 1768, justifiait de deux ans de résidence dans la paroisse.

10Autre faubourg, à la fois plus peuplé à la même période et situé aux portes d’une ville de taille bien plus considérable, la Guillotière présentait encore tout au long du xviiie siècle, selon Maurice Garden, un profil rural marqué. Est-ce à dire que ce faubourg fonctionnait comme un village et qu’il ne captait pas la moindre partie de l’immigration à destination de Lyon ? Les résultats présentés dans le tableau suivant ne laissent aucun doute sur la réponse possible.

Tableau 64. Les jeunes mariés dans le faubourg de la Guillotière à Lyon (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

Origines des jeunes mariés Effectifs des hommes Effectifs relatifs des hommes Effectifs des femmes Effectifs relatifs des femmes Total Effectifs totaux relatifs
Nés dans le faubourg de la Guillotière 124 43,5 % 177 62,1 % 301 52,8 %
Nés dans une paroisse extérieure 161 56,5 % 108 37,9 % 269 47,2 %
  • 3 Le curé de la Guillotière indique par exemple que plusieurs de ces jeunes mariées sont « dévideuses (...)

11Comme dans le faubourg de l’Houmeau à la même période, l’immigration était un phénomène massif à la Guillotière, du moins concernant les jeunes adultes. En effet, presque un jeune marié sur deux était ici, pour la période étudiée, un immigré. Notons toutefois des différences majeures avec la situation de l’Houmeau, qui méritent d’être soulignées. D’une part, les jeunes femmes immigrant dans le faubourg et se mariant étaient, à la Guillotière, en proportion bien plus nombreuses que dans le faubourg angoumoisin, témoignant probablement de mentalités plus ouvertes aux migrations féminines dans la région lyonnaise et / ou de la présence d’emplois plus spécifiquement réservés aux femmes3. Le déséquilibre en faveur des hommes se confirme toutefois. D’autre part, l’immigration masculine semble ici proportionnellement un peu moins importante que dans le faubourg de l’Houmeau, peut-être en raison de la différence de profils socioéconomiques des deux faubourgs. Beaucoup d’immigrants à la Guillotière devenaient domestiques, voituriers, voire affaneurs (portefaix). À Angoulême, la présence de nombreux artisans et de plusieurs papeteries offrait de nombreux emplois probablement plus intéressants et mieux rémunérés que dans le cas de la Guillotière.

Figure 37. Hétérogamie géographique parmi les jeunes mariés dans le faubourg de la Guillotière à Lyon (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

Figure 37. Hétérogamie géographique parmi les jeunes mariés dans le faubourg de la Guillotière à Lyon (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

12L’étude de l’endogamie géographique des mariés dans le faubourg de la Guillotière ne présente que peu de différences par rapport à ce qui a été observé dans le cas angoumoisin. Comme à l’Houmeau, les mariages unissant uniquement deux jeunes des faubourgs n’étaient pas majoritaires, loin de là. De nombreux mariages (44 %) voyaient même un jeune adulte étranger s’unir à une personne née à la Guillotière, preuve une fois encore des possibilités réelles d’intégration sociale dans le faubourg, en quelques années. En effet, le curé de la Guillotière eut la même inspiration que son homologue de Charente, mentionnant lui aussi des renseignements quant à l’ancienneté de résidence de certains mariés dans sa paroisse. Or, selon les cas, les mariages pouvaient intervenir plus ou moins rapidement après l’installation dans le faubourg.

13Ainsi, Antoine Pegaz, originaire de Chambéry, se maria seulement neuf mois après son arrivée à la Guillotière le 1er juillet 1760. Catherine Odoz, de Corps, en Dauphiné, dut résider deux années dans le faubourg, avant ses noces le 7 octobre 1768. D’autres, souvent domestiques, eurent à patienter beaucoup plus longtemps. Tel fut le cas d’Antoine Joux, né à Genas, qui résida sept ans dans le faubourg avant de se marier le 14 juillet 1778. Louis Chenu, originaire de Jarcieu, dut habiter douze ans à la Guillotière avant de s’unir à Laurence Saunier le 29 août 1758.

14Au-delà de ces constats, c’est bien l’image de faubourg fonctionnant comme un village qui est malmenée. La Guillotière, pourtant encore très rurale avec ses nombreux jardiniers, était un faubourg largement ouvert à l’immigration, captant une partie des flux migratoires en direction de la ville de Lyon. Bien évidemment, les résultats obtenus ne concernent que deux faubourgs, dans deux agglomérations particulières et à une période bien déterminée. Ils n’ont probablement pas valeur de règle dans tous les espaces faubouriens de la modernité au sein du royaume de France.

Des immigrés de proximité dans les faubourgs

  • 4 Bertrand Gautier & Peter Voss, « Les communautés marchandes étrangères dans l’espace urbain bordel (...)
  • 5 Ibid., p. 335.
  • 6 Jacques Bottin, « La présence flamande à Rouen, l’hôte, l’auberge, la maison », dans Jacques Botti (...)
  • 7 Voir Alain Thillay, « Les artisans étrangers au faubourg Saint-Antoine à Paris (1650-1793) », dans (...)
  • 8 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais…, op. cit., p. 207-212 et 375-380. Les chefs de feu savo (...)
  • 9 Guy Saupin, « Un mouvement de xénophobie anti-portugaise à Nantes dans les années 1630 », dans Jea (...)

15S’intéresser à l’origine des immigrants dans une ville, c’est bien entendu révéler quelles étaient les relations entre différents espaces, mais aussi les mobilités différentielles des territoires. Dans les cas étudiés ici (la Guillotière et l’Houmeau), la situation est foncièrement différente de ce que pouvaient connaître les grands ports de la façade atlantique ou la capitale. En effet, dans certains cas, le faubourg s’apparentait à un véritable comptoir, à l’image de ce que les funduqs pouvaient être dans les grandes villes arabes du Moyen Âge. Bertrand Gautier et Peter Voss ont ainsi mis en évidence le regroupement des marchands étrangers dans le faubourg des Chartrons, près de Bordeaux, qu’ils soient néerlandais ou flamands4, hanséates ou scandinaves5. Ces communautés dynamiques de marchands participèrent activement à l’essor du port bordelais au xviie siècle. À Rouen, au xviie siècle, les marchands flamands et anglais se regroupaient quant à eux massivement dans le faubourg Saint-Sever, à proximité du temple de Quevilly6. À Paris, le faubourg Saint-Antoine rassemblait de nombreux artisans étrangers, qui constituaient avec leurs familles probablement autour de 12 % de la population présente7. Ces multiples constatations ne font toutefois pas force de loi. À Lyon, Olivier Zeller a quant à lui prouvé la présence d’un nombre relativement réduit de Savoyards dans les faubourgs de la Guillotière et de la Croix-Rousse à la fin du xvie siècle ; ces Savoyards se regroupaient avant tout intra muros, dans les pennonages proches du Rhône8. Le rôle de l’entraide est ici évident pour expliquer ces localisations ; de facto les faubourgs étaient peu attractifs pour les Savoyards. À Nantes également, les témoignages de contemporains laissent penser que les marchands portugais présents dans la première moitié du xviie siècle résidaient aussi bien dans la ville qu’extra muros, notamment dans le faubourg de la Fosse9.

Carte 1. Répartition géographique des personnes immigrées et mariées dans le faubourg de l’Houmeau à Angoulême (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

Carte 1. Répartition géographique des personnes immigrées et mariées dans le faubourg de l’Houmeau à Angoulême (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

16La carte de l’immigration des jeunes mariés dans le faubourg de l’Houmeau à Angoulême ne comporte pas vraiment de source d’étonnement. Trois constations peuvent être faites à l’issue d’une analyse succincte.

  • 10 Un adulte est originaire du Piedmont, un autre de Tournai en Flandres ; on relève également la pré (...)

17Tout d’abord, le bassin d’immigration des mariés étrangers était évidemment la région de Charente. Certes, quelques immigrants venant de régions plus éloignées purent s’installer dans le faubourg, mais leur faible nombre rend leur présence relativement marginale. Dans la plupart des cas, leur origine très éloignée d’Angoulême n’a pas permis de les représenter sur le fond de carte utilisé10. La très grande majorité des immigrants étudiés était originaire de paroisses situées dans un cercle de moins de 40 km autour du faubourg de l’Houmeau. Plus encore, il faut mentionner le rôle absolument primordial d’une immigration de proximité immédiate, provenant des autres faubourgs, de la ville d’Angoulême et des petits villages limitrophes de l’Houmeau, comme Champniers. Cette faible distance des trajets migratoires s’explique en partie par le faible rayonnement de l’agglomération d’Angoulême, dont le statut était celui d’une petite capitale provinciale, et dont l’Houmeau était le principal port. À l’ouest, le bassin de la Saintonge était stérilisé par la Rochelle, tandis que le nord de la Charente était en partie sous l’influence de Poitiers.

18En outre, la Charente jouait un rôle essentiel dans le drainage du bassin d’immigration de l’Houmeau. Force est de constater que de nombreuses localités d’origine des jeunes étrangers mariés à l’Houmeau se situaient sur la Charente ou à proximité de ce fleuve, comme à Ruffec, ou dans toutes les petites villes situées en aval entre Angoulême et Cognac.

19Enfin, mentionnons la faible immigration en provenance du sud de la Charente, révélant les faibles relations, de quelque nature qu’elles soient, du faubourg avec cette zone. Ces relations étaient probablement entravées par l’escarpement rocheux qui séparait l’Houmeau du centre-ville d’Angoulême et du sud de l’agglomération.

Carte 2. Répartition géographique des personnes immigrées et mariées dans le faubourg de la Guillotière à Lyon (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

Carte 2. Répartition géographique des personnes immigrées et mariées dans le faubourg de la Guillotière à Lyon (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).

20Le faubourg de la Guillotière confirme certaines constatations faites pour l’Houmeau, avec toutefois quelques nuances, liées tout autant à la topographie qu’à l’importance de la ville de Lyon.

  • 11 Citons notamment l’apport de communes comme Villeurbanne, Vénissieux, Toussieu ou Saint-Pierre-de- (...)

21Porte d’entrée orientale de la cité, le faubourg de la Guillotière avait logiquement un bassin migratoire orienté en majorité vers l’est. L’ouest, le nord et le sud de Lyon (Beaujolais, Forez, Vivarais, Monts du Lyonnais, Bresse) fournissaient relativement peu d’immigrants au sein de notre échantillon d’étude. La Guillotière était sans conteste tournée vers le Dauphiné. Une partie de la Savoie, grosso modo la marge occidentale, incluant la région de Chambéry, participait dans une moindre mesure aux courants migratoires. Soulignons en revanche que la Guillotière avait une capacité d’attraction plus importante que l’Houmeau, très probablement en raison de l’envergure importante de Lyon. En effet, le faubourg de la Guillotière recrutait massivement jusqu’à 100 km de distance de ses terres, même si les localités situées à moins de 15 km de Lyon fournissaient les plus gros contingents d’immigrants11.

22Le rôle essentiel des routes terrestres doit être ici relevé, en particulier celui d’un axe majeur, traversant le faubourg de la Guillotière, qui reliait Lyon au Dauphiné et à la Savoie. Cette route se scindait en deux près de la Tour-du-Pin, conduisant soit à Chambéry, soit à Grenoble. Or la répartition de nombreuses localités d’origine des jeunes étrangers mariés à la Guillotière suit parfaitement cet axe et sa division au niveau de la Tour-du-Pin.

23En définitive, les deux cas étudiés laissent imaginer deux caractéristiques de l’immigration dans les faubourgs, potentiellement présentes dans d’autres agglomérations du royaume de France. D’une part, le faubourg attirait surtout les populations rurales ou issues de petites villes, pour lesquelles il était la porte naturelle d’entrée dans l’agglomération. D’autre part, l’aire d’attraction d’un faubourg dépendait de celle de la ville à laquelle il était rattaché. En d’autres termes, plus le bassin migratoire d’une ville était étendu, plus celui de ses faubourgs l’était également. Enfin, le bassin migratoire des faubourgs se conformait au modèle établi par Jean-Pierre Poussou pour celui des villes. Les mêmes facteurs intervenaient manifestement : rôle des cours d’eau, des routes, des chapelets d’urbanisation ou encore des effets de versant. Mais les faubourgs étudiés n’avaient pas un bassin concentrique comme la ville. L’axe imaginaire que l’on peut tracer depuis la porte de la ville, qui passe par la voie majeure du faubourg, est aussi, hormis les corrections résultant de la géographie régionale, qu’il faut en excepter, la ligne de symétrie d’un secteur circulaire spécifique, au point qu’il est possible de formuler l’hypothèse d’un partage objectif des flux migratoires entre faubourgs, chacun constituant un pôle pour son secteur.

En quête d’une géographie de l’immigration dans les faubourgs…

24Plus l’historien remonte le temps, plus il est indéniablement confronté à un problème de sources, aussi bien quantitatif que qualitatif, réduisant le champ des possibles et des interrogations. De toute évidence, ce n’est que par le croisement des archives, facilité aujourd’hui par l’usage de l’informatique, que certains obstacles peuvent être levés.

  • 12 Quelques exemples : Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest…, op. cit. ; Maurice Garden, Lyo (...)
  • 13 Les échantillons transversaux étant trop minces, force est de les étoffer en levant des statistiqu (...)

25Bien souvent, les historiens ont limité leurs études de géographie sociale urbaine à la répartition de certains métiers, d’activités, de troubles à l’ordre public ou de catégories d’individus au sein des villes, notamment les immigrants12. Les faubourgs posent quant à eux une difficulté supplémentaire, celle de la taille démographique. Beaucoup ne constituent que des entités de quelques centaines d’habitants, à l’intérieur desquelles la répartition des immigrants perd de son sens, étant donné le caractère réduit de la population13. En outre, ces habitants sont assez souvent massés le long d’une voie principale ; quant aux rues adjacentes, généralement des chemins, elles ne sont pas mentionnées dans la plupart des recensements.

  • 14 Anne Zink, « Communautés et corps social, les Juifs à Saint-Esprit-lès-Bayonne… », art. cité, p. 31 (...)
  • 15 Cette répartition homogène se vérifiait autant horizontalement que verticalement, avec la cohabita (...)
  • 16 Anne Zink, « Communautés et corps social, les Juifs à Saint-Esprit-lès-Bayonne… », art.cité, p. 32 (...)
  • 17 Voir Alain Thillay, « Les artisans étrangers au faubourg Saint-Antoine à Paris (1650-1793) », art. (...)

26Cependant, dans très peu de cas, certains historiens, se fondant sur des sources rares et de qualité, ont pu avoir la chance de travailler sur certaines communautés et leur répartition au sein des espaces faubouriens. La première, Anne Zink, a étudié la répartition des descendants de Juifs portugais habitant dans le faubourg de Saint-Esprit-lès-Bayonne14, à partir d’un recensement de 1806. Elle démontra que les Juifs étaient plutôt bien répartis dans le faubourg15, mais releva toutefois une concentration de cette communauté autour de « La Place16 ». Dans un article sur les faux-ouvriers du faubourg Saint-Antoine, Alain Thillay a également mis en évidence la géographie sociale de certains marchands étrangers, à savoir les ébénistes17. Or ceux-ci ne se répartissaient pas dans le faubourg Saint-Antoine en fonction de leur origine, mais plutôt selon leurs préoccupations professionnelles.

27À Angoulême, le rôle de taille de 1766, précédemment cité et exploité, mentionne pour chaque chef de feu le lieu d’habitation, à savoir des « isles », que l’on pourrait transcrire par « îlots ». Ces chefs de feu étaient au nombre de 319. Malheureusement, aucune indication n’était donnée au sujet de leur âge ou leur origine. Les tables décennales des baptêmes ont été dépouillées (de 1690 à 1750) pour essayer de retrouver qui, parmi ces chefs de feu, était né dans le faubourg. Sur les 319 chefs de feu, 47 ont été ignorés, étant soit des veuves dont le nom de jeune fille était inconnu, soit des femmes appartenant à des feux collectifs. Ont été définis comme étrangers tous ceux qui n’avaient pas été repérés comme étant natifs de la paroisse, ce qui oblige à classer dans cette catégorie des adultes arrivés en bas âge dans le faubourg. Enfin, les indications d’îlots sont difficiles à définir précisément. Si la plate-forme du Palet ou l’isle du Grand-Port étaient sur la rive gauche de la Charente, si la « prairie de Gond » était excentrée à plusieurs centaines de mètres de l’agglomération, il apparaît beaucoup plus difficile de localiser l’ « isle de la Messagerie » ou l’ « isle des Carmes ». En d’autres termes, les résultats présentés ici n’ont qu’une valeur exploratoire.

28Le tableau 65, présenté ci-après, délivre peu d’enseignements, si ce n’est que les chefs de feu immigrés étaient présents dans tous les îlots. Davantage représentés dans la zone portuaire et probablement au cœur du faubourg (isle de la Messagerie), les immigrés étaient aussi présents dans les parties les plus rurales du faubourg, comme à Gond. Toutefois, rien n’indique un rassemblement particulièrement fort de ces chefs de feu dans un de ces îlots.

Tableau 65. Répartition des jeunes adultes étrangers repérés comme tels dans le faubourg de l’Houmeau (en 1766).

Lieu Chefs de feu immigrés Chefs de feu natifs Chefs de feu indéterminés Total des chefs de feu
Chemin neuf 3 3 1 7
Isle auberge Notre-Dame 5 12 2 19
Isle Château Gaillard 4 11 3 18
Isle de la fontaine du Disier 1 2 0 3
Isle de la fontaine du Palet 2 1 1 4
Isle de la Magdelaine 4 17 4 25
Isle de la Messagerie 12 9 6 27
Isle de la prairie de Gond 3 10 0 13
Isle de la Tiblerie 11 21 5 37
Isle des Carmes 17 39 7 63
Isle des Grands Jardins 2 5 2 9
Isle du Grand Port 9 13 6 28
Isle du presbytère de l’Houmeau 8 19 4 31
Plate-forme du Palet 7 13 3 23
Rue des Juifs 2 7 3 12

29Plus globalement, au-delà du simple cas angoumoisin, les faubourgs étaient probablement, dans de nombreux cas, bien trop petits pour voir naître une géographie sociale reposant sur l’origine géographique.

Notes

1 Olivier Zeller, « La ville moderne », dans Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, op. cit., p. 753-754.

2 Autre point important : pour un chercheur devant travailler souvent tard et loin des centres d’archives, la consultation de ces registres par internet était une facilité à ne pas négliger.

3 Le curé de la Guillotière indique par exemple que plusieurs de ces jeunes mariées sont « dévideuses en soye ».

4 Bertrand Gautier & Peter Voss, « Les communautés marchandes étrangères dans l’espace urbain bordelais (1620-1715) », dans Jacques Bottin & Donatella Calabi (dir.), Les Étrangers dans la ville..., op. cit., p. 332.

5 Ibid., p. 335.

6 Jacques Bottin, « La présence flamande à Rouen, l’hôte, l’auberge, la maison », dans Jacques Bottin & Donatella Calabi (dir.), Les Étrangers dans la ville..., op. cit., p. 293.

7 Voir Alain Thillay, « Les artisans étrangers au faubourg Saint-Antoine à Paris (1650-1793) », dans Jacques Bottin & Donatella Calabi (éd.), Les Étrangers dans la ville..., op. cit., p. 261-269 ; du même auteur, Le Faubourg Saint-Antoine…, op. cit., p. 167-168.

8 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais…, op. cit., p. 207-212 et 375-380. Les chefs de feu savoyards étaient 35 dans les faubourgs et 1527 dans la ville en 1597.

9 Guy Saupin, « Un mouvement de xénophobie anti-portugaise à Nantes dans les années 1630 », dans Jean-Pierre Poussou, Roger Baury & Marie-Catherine Vignal-Souleyrou (éd.), Monarchies, noblesses et diplomaties européennes : mélanges en l’honneur de Jean-François Labourdette, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2005, p. 49-60.

10 Un adulte est originaire du Piedmont, un autre de Tournai en Flandres ; on relève également la présence d’individus originaires de Bresse, d’Auvergne, du Gers et d’Agen. Il ne s’agit, statistiquement, que de cas d’espèce.

11 Citons notamment l’apport de communes comme Villeurbanne, Vénissieux, Toussieu ou Saint-Pierre-de-Chandieu.

12 Quelques exemples : Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest…, op. cit. ; Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit. ; Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais…, op. cit.

13 Les échantillons transversaux étant trop minces, force est de les étoffer en levant des statistiques cumulées sur des périodes couvrant une ou plusieurs décennies.

14 Anne Zink, « Communautés et corps social, les Juifs à Saint-Esprit-lès-Bayonne… », art. cité, p. 313-328.

15 Cette répartition homogène se vérifiait autant horizontalement que verticalement, avec la cohabitation dans de grandes habitations de familles chrétiennes et juives.

16 Anne Zink, « Communautés et corps social, les Juifs à Saint-Esprit-lès-Bayonne… », art.cité, p. 323.

17 Voir Alain Thillay, « Les artisans étrangers au faubourg Saint-Antoine à Paris (1650-1793) », art. cité, p. 264-265.

Table des illustrations

Titre Figure 36. Hétérogamie géographique parmi les jeunes mariés dans le faubourg de l’Houmeau à Angoulême (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 37. Hétérogamie géographique parmi les jeunes mariés dans le faubourg de la Guillotière à Lyon (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Carte 1. Répartition géographique des personnes immigrées et mariées dans le faubourg de l’Houmeau à Angoulême (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Carte 2. Répartition géographique des personnes immigrées et mariées dans le faubourg de la Guillotière à Lyon (1758-1760, 1768-1770 et 1778-1780).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25324/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 450k

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search