Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

II. Les faubourgs dans l’espace : les différentes relations avec la ville et les espaces environnants

Entre rejet et intégration : panorama des différences de statut entre faubouriens et urbains

Texte intégral

1D’un siècle à l’autre, d’une ville à l’autre, les statuts des habitants des faubourgs ont pu considérablement évoluer. Toutefois, il existe certaines pesanteurs sous l’Ancien Régime, qui rendaient généralement toute évolution lente et progressive, tant du point de vue spatial que social. Ces pesanteurs valident l’intérêt des approches sociologiques rétrospectives pour l’Ancien Régime, bien que celles-ci ne puissent être fondées que sur des sources disparates, lacunaires, et datant de siècles différents. Notamment, l’étude des liens sociaux entre urbains et faubouriens peut reposer sur trois thématiques, pour lesquelles des archives nous fournissent de manière ponctuelle des renseignements précis. La première thématique interroge l’inclusion des habitants des faubourgs à la sociabilité urbaine, lorsque celle-ci se manifeste publiquement. La deuxième thématique repose sur une sociabilité plus intime, révélée par les registres paroissiaux. Enfin, la dernière thématique démontrera l’impossibilité d’un cursus honorum menant aux plus hautes fonctions de la ville pour les habitants des faubourgs.

Une association fréquente des faubouriens à l’organisation et à la sociabilité urbaines

  • 1 Maurice Agulhon, La Sociabilité méridionale : confréries et associations dans la vie collective en (...)
  • 2 Antoine Lilti, Le Monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fay (...)
  • 3 Jean-Pierre Gutton, La Sociabilité villageoise dans l’ancienne France : solidarité et voisinages d (...)

2Popularisé par Maurice Agulhon1, le concept de sociabilité a été adopté depuis plusieurs décennies par les historiens modernistes. Il a inspiré de nombreux travaux, en histoire urbaine2 comme en histoire rurale3. Dans le cas présent, l’intérêt est de savoir si les pratiques que cette notion recouvre, en milieu urbain, étaient à même de passer outre les barrières symboliques des enceintes urbaines, mails, fossés ou promenades, en associant les habitants des villes et ceux de leurs faubourgs. Cette coupure spatiale, autant symbolique que réelle, entre ville et faubourgs, se doublait-elle d’une fracture dans les relations de sociabilité ? Quatre domaines ont été étudiés pour déterminer l’existence d’une éventuelle discrimination à l’égard des habitants des faubourgs, ou, au contraire, leur intégration sociale et culturelle à la vie de la cité : l’association des faubouriens aux grandes fêtes urbaines, leur participation à la défense de la cité, l’accès aux soins et à l’assistance réservée aux démunis, la diffusion progressive, émanant de la ville, des équipements urbains et des règles d’urbanisme et d’hygiène. Si ces quatre thèmes ne peuvent à eux seuls délimiter intégralement les rapports entre les habitants du centre et ceux de la périphérie, ils constituent des révélateurs dont l’historien aurait, ici, tort de se priver.

  • 4 Jean Boutier, Alain Dewerpe & David Nordman, Un tour de France royal : le voyage de Charles IX, 15 (...)
  • 5 À Bordeaux, le 9 avril 1565, le cortège royal arrive par la Garonne et entre par la porte du chape (...)

3Lorsqu’il étudie les relations sociales, l’historien ne peut répondre que de façon nuancée, en tentant de rassembler d’épars fragments de preuves. Certains d’entre eux sont incontestablement à chercher dans l’organisation de fêtes urbaines. Nombre de villes organisaient régulièrement des réjouissances, pour des raisons tant religieuses que profanes. Les processions figuraient généralement en bonne place. Outre la composition des cortèges, il convient aussi d’interroger précisément leurs trajets, qui n’étaient jamais dépourvus de symbolisme. Beaucoup de ces cortèges se formaient dans les faubourgs. Les processions de nature politique peuvent faire l’objet d’une étude singulière, notamment parce que les entrées royales de Charles IX ont été particulièrement bien étudiées par Jean Boutier, Alain Dewerpe et David Nordman, dans un livre devenu référence4. Dans les cas d’entrées évoqués par les auteurs (à Nîmes, Narbonne, Toulouse, Avignon, La Rochelle ou Lyon), les faubourgs étaient presque toujours traversés, uniquement toutefois pour se rendre à une porte de la ville, où la cérémonie commençait réellement5.

4Le franchissement de la porte et le cérémonial qui l’accompagnait (comme des franchissements d’obstacles ou la remise symbolique des clés de la cité) indiquaient clairement, pour le roi comme pour les élites urbaines, que les habitants des faubourgs n’étaient pas associés aux festivités de la ville au xvie siècle. Ceci se comprend d’autant mieux que ces entrées royales avaient aussi pour finalité de renouveler les privilèges urbains, dont ne profitaient généralement pas les espaces faubouriens. Par ailleurs, les espaces suburbains étaient souvent peu développés au xvie siècle ; ils présentaient plus souvent une morphologie de village périurbain que de quartier urbain extra muros. Par conséquent, les habitants des faubourgs n’étaient pas sollicités dans le cérémonial citadin, le nettoyage des rues ou la décoration des habitations. La mise en scène et l’engouement populaire n’étaient visibles qu’à partir du franchissement des fortifications.

  • 6 Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon, 3 vol., Lyon, Masson, 1952, vol. 2, p. 46. Voir également AM (...)
  • 7 AM de Nantes, AA 53, Documents divers sur les entrées du duc et de la duchesse de Penthièvre, 1736 (...)

5Pourtant, la situation ne peut être qualifiée d’immuable. À Lyon, les visites de Louis XIII, comme celle de 1622, commencèrent réellement dans les faubourgs. Cette année-là, le roi fut d’abord reçu dans le château de la Motte, à la Guillotière, où il reçut les hommages du consulat lyonnais et assista au défilé des milices des pennonages, avant d’entrer dans la ville par le pont du Rhône6. À Nantes, au xviiie siècle, les entrées solennelles dans les villes n’excluaient plus les faubourgs. Lorsque la duchesse de Penthièvre se rendit dans la ville à la fin de l’année 1747, le cérémonial prévu associa pleinement les faubourgs. Les notables de la cité, « précédés du hérault et de quatre gardes de ville », partirent au-devant de la duchesse « en habits d’honneur à une lieue », « au-delà du faubourg ». Quant aux festivités proprement dites, elles prévoyaient un tir de canon suivi d’une « illumination générale dans la ville & faubourgs7 ». Lorsque le duc de Penthièvre lui-même vint dans cette ville le 7 janvier 1747, une ordonnance fut publiée et lue le jour précédent ; les consignes étaient claires.

Il est ordonné à tous les habitants de cette ville et faux-bourgs, tenans magasins, boutiques et ouvroirs ouverts sur les rues et places, de les tenir fermés, demain septième jour de ce mois, depuis le matin jusqu’au lendemain [...] & il est ordonné à toutes personnes de quelque condition qu’elles soient de mettre dès six heures du soir de ce même jour des chandelles allumées à leurs fenêtres.

  • 8 ABM, AA 22, Entrées solennelles, passage de souverains et des grands personnages, 1565-1785.

6À Bordeaux, les entrées solennelles dans la ville (d’un roi ou d’autres personnages importants) n’impliquaient pas une participation active des habitants des faubourgs aux xvie et xviie siècles ; ceux-ci ne furent sollicités ni pour « être en armes et habits decens », ni « pour faire netoyer les rües et places chacun en droit soy », comme cela fut demandé aux habitants de la ville pour la venue en 1658 de « son altesse serenissime monseigneur le prince de Conty8 ».

  • 9 ABM, AA 22, archive citée.
  • 10 ABM, AA 22, archive citée.
  • 11 ABM, AA 22, archive citée.
  • 12 ABM, AA 22, archive citée. Cette « relation de ce qui s’est passé à l’arrivée de messeigneurs les (...)

7Au xviiie siècle, la situation, manifestement, évolua. La célébration la plus ancienne à laquelle les habitants des faubourgs semblent avoir été associés est l’arrivée du roi d’Espagne en 1700. Ensuite, systématiquement, habitants de la ville et des faubourgs furent conviés ensemble à participer à ces événements9. Ainsi, en 1739, pour célébrer la venue de Madame de France, des feux de joie durent être allumés devant toutes les portes, et des illuminations durent être placées à toutes les fenêtres, dans la ville et les faubourgs10. En 1750, pour l’arrivée de « Madame la duchesse de Toulouse », une affiche placardée le 15 mai de la même année ordonnait « à tous bourgeois, manans et habitants de la présente ville & fauxbourgs d’être en armes en personne, & le plus lestement que faire se peut11 ». Est-ce le développement démographique des faubourgs qui tendit à matérialiser progressivement, pour tous, l’entrée symbolique de la ville bien au-delà des simples murailles ? On est en droit de le penser, au vu de ces exemples, et de l’accueil réservé au duc de Bourgogne, héritier du trône, ainsi qu’à ses enfants, le 26 février 1701 à Montpellier. Si les sept compagnies de bourgeois, faisant la haie d’honneur sur quelques centaines de mètres, se situaient dans la ville entre la porte du Peyrou et la maison hébergeant les princes, « un peuple infini étoit sorti hors la ville à trois lieues, et faisoit une haye de quatre rangs dans tous cet espace, mille acclamations et cris de joye12 ».

  • 13 Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel de la France..., op. cit., vol. 5, p. 21-22. Voi (...)
  • 14 Henri Julia, Histoire de Béziers, ou Recherches sur la province de Languedoc, Paris, Maillet, 1845 (...)
  • 15 AM d’Angers, GG 442, Célébration du jubilé universel accordé par Clément XIII, 1758-1759.
  • 16 Le trajet habituel reliait la cathédrale à l’église Saint-Aubin. Voir Édouard-Jacques Bougler, « R (...)
  • 17 AM de Grenoble, AA 47, archive citée.
  • 18 Françoise Bayard, Vivre à Lyon, op. cit., p. 318-321. Cette procession parcourt les rues menant d (...)
  • 19 Ibid. Même lors de l’attractif jubilé de 1734, qui voit d’une manière exceptionnelle la Fête-Dieu (...)
  • 20 BM de Lyon, Fonds ancien, 112047, De par les seigneurs doyen, chanoines et chapitre de l’Église, C (...)

8Quant aux processions religieuses, celles qui étaient organisées périodiquement semblaient pour leur part rarement sortir des enceintes de la ville, et ce durant toute la période moderne. À Orléans, une grande fête était organisée chaque année, en mémoire de la délivrance de la ville et de Jeanne d’Arc. Elle se tenait le 8 mai et consistait en une grande prière collective sur le pont d’Orléans (qui menait au faubourg Portereau de Tudelle), puis en un défilé qui se déroulait uniquement dans la cité13. À Béziers, la fête de Caritachs avait lieu chaque année durant l’Ascension. Pendant une semaine, un chameau de bois était déplacé dans toute la ville, mais son parcours ne semblait pas inclure les faubourgs14. À Angers, la célébration d’un jubilé universel, accordée par le pape Clément XIII, se déroula en 1758-175915. La grande procession ne concerna alors que le centre-ville, comme ce fut le cas à l’occasion d’autres jubilés organisés au xviie siècle16. À Grenoble, la procession du grand jubilé de 1727 déambula uniquement à l’intérieur de la ville, comme en attestent des ordonnances adoptées par les consuls de la ville17. À Lyon, les grandes fêtes strictement religieuses ignoraient généralement tous les espaces périphériques. Les processions de pauvres, organisées par l’Aumône générale, le troisième dimanche après Pâques au xviiie siècle18, la fête des feux de la Saint-Jean19 ou la Fête-Dieu20 avaient des parcours exclusivement intra muros, ce qui, même si les habitants des faubourgs pouvaient y assister, est symboliquement révélateur. En fait, les processions ne semblaient avoir un parcours intégrant les faubourgs que lorsqu’un bâtiment, une relique, un tombeau ou tout autre lieu religieux important se situait hors la ville. Dès lors, des citadins pouvaient ponctuellement sortir du mur d’enceinte.

  • 21 AD Gard, LL 55, Délibérations des consuls, 1772-1786 ; document non folioté.

9Par exemple, à Nîmes, les processions auxquelles participait le consulat (essentiellement religieuses) ne traversaient qu’en de rares occasiosn les faubourgs21, si ce n’est expressément pour rendre hommage aux Récollets, lors de la fête de Saint-François (chaque 4 octobre) ou pour assister à la remise des prix au collège (au mois d’août). Il n’était pas dans la tradition de la ville de faire traverser les faubourgs aux cortèges officiels religieux. Par contre, à Angers, la plus grande procession religieuse de la cité, le sacre d’Angers, se déroulait le jour de la Fête-Dieu. Son parcours était original et intéressant, puisqu’il sortait de la ville pour y entrer à nouveau :

  • 22 Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Grand Dictionnaire…, op.cit., vol. 1, p. 272. Cette proc (...)
  • 23 Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Grand Dictionnaire…, op.cit., vol. 1, p. 272.

La proceffion du jour de la Fête-Dieu est une des plus curieufes qui fe faffe dans le monde chrétien : elle attire un grand concours de peuple dans la ville. Cette cérémonie a été principalement inftituée pour être dans tous les fiècles une réparation publique de l’héréfie de Bérenger, archidiacre de l’églife d’Angers, qui a été le premier dogmatifateur de contre la préfence réelle [...]. Outre le clergé, qui eft des plus nombreux, & les ordres religieux, on y voit l’état féculier par ordre de corps, de compagnies et de communautés au nombre d’environ 4 000 personnes, marchant la torche allumée à la main.[...]. La proceffion va d’abord à l’abbaye du Ronceray [...]. Au fortir delà la proceffion dirige fa marche vers le tertre de Saint-Laurent, qui eft une montagne hors la ville, où il y a une chapelle qui porte le nom de ce faint22. Ensuite, la proceffion revient dans le même ordre, qu’en y allant [...] les rues sont tendues de toiles-en-deffus, faifant une espèce de plafond, qui empêche que la proceffion ne foit moüillée quand il pleut, ou que le foleil n’incommode quand il fait beau23.

  • 24 Félix & Thomas Platter, Félix Platter et Thomas Platter à Montpellier, 1552-1559, 1595-1599 : note (...)
  • 25 Gabriel Peignot, Relation des deux missions de Dijon : l’une en 1737, l’autre en 1824, Dijon, Vict (...)

10D’autres témoignages vont dans le même sens. Félix Platter, de passage à Uzès entre avril 1597 et octobre 1598, expliquait qu’ « en dehors du mur d’enceinte, il y a une vieille église de Saint-Firmin où se dit encore la messe. C’est le but de force processions et pèlerinages, et pour exorciser les gens possédés de l’esprit malin24 ». À Dijon, une grande mission, organisée du 16 juin au 22 juillet 1737, s’acheva par une immense procession mêlant habitants de la ville, des faubourgs et des paroisses rurales voisines. Cette procession, partant de la cathédrale de Dijon, déambula jusqu’à un tertre situé hors les murs, après la porte Guillaume, dans le faubourg Saint-Nicolas25.

11À Montpellier, Mathieu-Robert de Hesseln narra également le déroulement d’une procession organisée à chaque nouvelle investiture d’un évêque dans la ville :

  • 26 Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel…, op. cit., vol. 4, p. 550.

Quand un nouvel évêque de Montpellier veut faire fon entrée folennelle dans fa ville épifcopale, il fe rend aux Carmes déchauffés, hors de cette ville, au jour et à l’heure marqués. Il part de là en rochet & en camail, monté sur un cheval, & ayant sur la tête un chapeau verd. Il eft fuivi des officiers de fa maifon, de plufieurs gentilshommes & de la maréchaussée. Arrivé devant la porte de l’églife de Saint Denis, il est harangué par l’affeffeur de la ville [...]. Le chapitre de la cathédrale, avec tout le clergé féculier et régulier de la ville, se trouvent à la porte de la Saunerie pour y recevoir le prélat, qui defcend de cheval, prend les habits pontificaux & marche fous le dais en proceffion jusqu’à la cathédrale26

  • 27 Ibid., vol. 1, p. 373.
  • 28 Annick Pardailhé-Galabrun, « Les déplacements des Parisiens dans la ville aux xviie et xviiie sièc (...)
  • 29 Joseph Vingtrinier, La Peste à Lyon, op. cit., p. 11.
  • 30 Olivier Zeller, « Rites civiques, rythmes et symbolismes municipaux en 1761 : l’agenda consulaire (...)
  • 31 Idem, p. 33-34.
  • 32 Idem, p. 27-29.
  • 33 C’est le cas par exemple de la confrérie des jardiniers. Voir Joseph Vingtrinier, La Peste à Lyon, (...)

12Les faubourgs purent aussi être des lieux de pèlerinage à Bayeux. Mathieu-Robert de Hesseln cita de telles processions27, organisées lors de l’installation d’un évêque. Celui-ci était obligé de se rendre au prieuré de Saint-Vigor, « à un demi-quart de lieu de Baïeux ». Il était ensuite rejoint par l’ensemble des membres du clergé séculier et du clergé régulier, qui l’accompagnaient jusqu’à son palais épiscopal. À Paris, où certaines processions parcouraient les rues aussi bien intra qu’extra muros, des pèlerinages purent exister de manière spécifique au faubourg Saint-Germain (en 1648), ou au faubourg Saint-Antoine (en 1725), soit comme une forme de catharsis collective après le vol d’objets sacrés, soit pour la célébration d’un miracle28. À Lyon, des processions étaient également attestées, à Choulans, dans la chapelle de Saint-Roch, protecteur de la peste, dite « la chapelle Saint-Roch hors les murs », située près du faubourg Saint-Irénée. Cette chapelle, construite en 158129, fut active durant tout l’Ancien Régime30. Elle accueillait autant des processions générales, dites « du vœu public », le premier vendredi après Pâques31, que les cortèges de particuliers32 ou de confréries33, tout au long de l’année.

  • 34 Il s’agit de la fête des Merveilles, qui a disparu au début du xve siècle. Voir Sébastien Charléty (...)
  • 35 AM de Lyon, AA 143 (consultable sous la forme d’un microfilm coté 2 Mi 27), Cérémonies et réjouiss (...)
  • 36 AM de Grenoble, AA 47, Fêtes publiques, 1708-1729 ; AA 48, Fêtes publiques, 1730-1749.
  • 37 AM de Grenoble, AA 48, archive citée.
  • 38 ABM, AA 25, Fêtes, réjouissances, feux de joie, 1661-1781. Il est indiqué que « le lundy 14 août [ (...)

13Notons enfin que lorsqu’une procession religieuse se doublait de festivités populaires, l’intégration des habitants des faubourgs était facilitée. La fête des Rogations à Lyon se caractérisait ainsi par l’organisation de trois processions en trois jours. Le deuxième jour, la deuxième procession parcourait plusieurs quartiers de la rive droite de la Saône pour aller jusqu’au faubourg de Vaise, rappelant ainsi le déroulement d’une autre célébration médiévale34. Toutes ces réjouissances populaires, parfois complètement indépendantes de la religion, étaient l’occasion de réunir massivement, à partir de la fin du xviiie siècle, habitants urbains et suburbains. Toujours à Lyon, après n’avoir concerné que la ville proprement dite, les fêtes exceptionnelles, célébrées pour la naissance d’enfants du roi, pour des mariages royaux ou princiers, ou pour la conclusion de traités de paix, intéressèrent ensuite de manière systématique les faubourgs35, à partir de la seconde moitié du xviie siècle. À Grenoble, toutes les réjouissances officielles n’excluaient pas les habitants des faubourgs, même si les délégations ne sortirent de la ville qu’au xviiie siècle, pour aller au-devant d’hôtes de marque ou d’objets importants (portrait du duc d’Orléans...)36. En revanche, les publications de paix, par exemple entre le roi de France et l’Empire en 1739, ne furent annoncées que sur des places de la ville, à l’issue d’une déambulation du consulat qui ne franchit pas un seul instant les portes de la cité37. Le faible développement faubourien de Grenoble expliquait probablement ce délaissement, même au xviiie siècle. À Bordeaux, dès la fin du xviie siècle, le faubourg des Chartrons fut capable d’organiser ses propres festivités, parallèlement à celles que prévoyait la jurade. Lors de la naissance du duc de Bourgogne en 168238, des banquets furent ainsi organisés par les habitants, surclassant toutes les autres festivités et attirant les habitants du centre de Bordeaux, même les plus prestigieux.

  • 39 AM de Grenoble, GG 213, Affaires ecclésiastiques, paroisses Saint-Louis et Saint-Joseph, 1676-1779
  • 40 AD de l’Hérault, C 1008, Enregistrement des requêtes, 1750-1751 ; C 1014, Enregistrement des requê (...)
  • 41 AM de Toulouse, 20 Fi 324, Plan de la ville et faubourgs de Toulouse, par Joseph Vitry, 1825. Selo (...)

14Un autre révélateur de la sociabilité d’agglomération réside dans le découpage paroissial. Dans beaucoup de villes du royaume de France, les faubourgs étaient souvent rattachés à une paroisse intra muros. Survivance d’une période où les habitants des faubourgs n’étaient pas assez nombreux pour constituer une communauté religieuse disposant de sa propre paroisse, cet état de fait put perdurer jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. À Lyon, le faubourg de la Croix-Rousse dépendait ainsi des paroisses de Saint-Pierre-Saint-Saturnin, de Saint-Vincent et de la Platière, même si la plupart des habitants enterraient leurs morts dans le cimetière des révérends pères augustins, situé près de leur monastère dans le faubourg. A contrario, les faubourgs de Vaise et de la Guillotière avaient leur propre paroisse. À Angers, tous les habitants des faubourgs, excepté ceux de Saint-Laud et ceux de Saint-Samson, étaient rattachés à une paroisse urbaine. À Dijon, le faubourg Saint-Nicolas dépendait lui aussi d’une paroisse citadine. À Grenoble, les habitants du faubourg Très-Cloître étaient rattachés à la paroisse urbaine de Saint-Hugues. Les résidents du faubourg Saint-Joseph dépendirent d’abord de la paroisse Saint-Louis, puis eurent leur propre paroisse Saint-Joseph à partir de 1696, à l’extérieur des fortifications ; leur église se trouvait depuis la fin du xviie siècle près de la place d’Apvril, à l’intérieur des remparts39. Le faubourg du Boutonnet à Montpellier ne se constitua en paroisse indépendante qu’à partir de 175940. À Toulouse, les principaux faubourgs, comme Saint-Cyprien ou Saint-Étienne, dépendaient de paroisses urbaines, même au-delà de la Révolution41.

  • 42 Au sujet du monde rural, le travail de Jean-Pierre Gutton fait toujours référence (voir Jean-Pierr (...)
  • 43 Dans les villes et les villages d’Angers, à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle, l (...)
  • 44 Philippe Lescat, « Le recrutement des maîtrises parisiennes aux xviie et xviiie siècles », dans Be (...)

15Or appartenir à une même paroisse, c’était sans conteste partager certains moments de convivialité dépassant le simple cadre des messes dominicales qui, à elles seules, constituaient le moment privilégié et ritualisé d’un brassage social. Si pendant longtemps, la vie des paroisses urbaines a moins intéressé les historiens modernistes que celle des paroisses rurales42, force est tout de même de constater que les occasions de réunir les habitants fréquentant la même église ne manquaient pas. Malheureusement, il est particulièrement difficile de trouver des sources justifiant certaines hypothèses ou répondant à certaines questions. Outre les réunions de la fabrique (quand celle-ci existait), les fêtes patronales ou les pratiques de dévotion pouvaient sans doute représenter le moment d’une réunion contrainte ou souhaitée de tous, urbains et faubouriens, en particulier au xviie siècle, lorsque la réforme tridentine accrut le contrôle de l’Église sur la société43. Dès l’enfance, l’intégration des plus jeunes aux enfants de chœur était probablement de nature à créer les fondements symboliques d’un sentiment commun d’appartenance. Dans le cas parisien (que l’on imagine répandu par ailleurs), Philippe Lescat a démontré que le recrutement des enfants de chœur répondait de manière générale à deux facteurs (l’appartenance à la paroisse et la qualité vocale, parfois déterminée par un concours) qui, ipso facto, n’excluaient pas des enfants des faubourgs44.

  • 45 AM de Lyon, 1 II 478 1, État des dépenses et recettes de la paroisse Saint-Pierre-Saint-Saturnin, (...)
  • 46 Le nom Mayet est par exemple un nom que l’on retrouve uniquement à la Croix-Rousse. Voir AM de Lyo (...)
  • 47 Isabelle Robin-Romero, Les Orphelins de Paris : enfants et assistance aux xvie-xviiie siècles, Par (...)
  • 48 À Angers, après l’inondation de mars 1751, l’échevinat confia la distribution de pains pour les dé (...)
  • 49 André Blanc (dit La Goutte), « Coupi de la lettra ecrita per Blanc... a un de sou-z-ami, u sujet d (...)
  • 50 Théo Blanchard, « Les inondations de 1733 et 1740 à Grenoble, l’évolution de la résilience dans l’ (...)
  • 51 AD de l’Isère, 2C 816, Mémoires concernant les moyens de garantir la ville de Grenoble d’une inond (...)

16Bien évidemment, le curé était le principal responsable, par ses activités, du ciment unissant urbains et faubouriens de sa paroisse. Menant une assistance de charité, certains prêtres ont même laissé des traces de leurs activités de soutien aux nécessiteux. Ainsi, les archives municipales de Lyon possèdent un registre tenu par le curé de la paroisse Saint-Pierre-Saint-Saturnin, de 1768 à 1788, dans lequel il mentionna l’ensemble de ses recettes et de ses dépenses45. Or celui-ci prodiguait chaque mois (et de plus en plus au fil du temps) une aide financière aux plus démunis « pour le courand ». S’il ne mentionna pas clairement le lieu précis d’habitation des plus pauvres, certains patronymes renvoyaient de manière évidente au faubourg de la Croix-Rousse, dans lesquels ils étaient manifestement présents à la fin du xviiie siècle, alors qu’ils semblaient absents dans la partie de la paroisse située à l’intérieur des murs46. À Paris, les orphelins du faubourg Saint-Germain furent pris en charge, au xvie siècle, par les prêtres et les habitants de la paroisse Saint-Sulpice dont ils dépendaient47. Enfin, l’organisation des secours en cas de calamité (incendies, inondations...) était aussi révélatrice de cette solidarité paroissiale48, même s’il convient de ne pas l’exagérer. L’exemple grenoblois prouve qu’en cas de catastrophe, d’autres formes d’assistance pouvaient être plus actives49, et que l’essentiel de l’aide était assuré par d’autres institutions50 qui, le cas échéant, comme à Angers ou Grenoble, se servaient de la paroisse comme d’un relais pour la récupération d’informations51 nécessaires à la résilience.

17Mentionnons que les habitants d’un faubourg purent également participer, dans certains cas, à la solidarité vis-à-vis des indigents de la ville, autant qu’à celle concernant leurs pauvres. Le curé de Vaise mentionna sur la dernière page du registre paroissial de l’année 1789 les informations suivantes :

  • 52 AM de Lyon, 1 GG 267, Baptêmes, mariages et sépultures dans la paroisse de Saint-Pierre de Vaise, (...)

Dans le mois d’octobre, on a formé dans la ville une société philanthropique à laquelle j’ai fait admettre les pauvres de cette paroisse. Plusieurs paroissiens ont souscrit (la souscription était de 42 livres) pour cette œuvre. Nous avons en outre fait une quette dans la paroisse qui a rendu 104 livres. Chacun s’est empressé de former cette petite somme d’une manière proportionnée à ses facultés. Les nommés veuve Josserand, femme de Guillaudon, Aimé Faure, Guillot, Jean Cumet marchand de bled sont les seuls qui ayent refusé de coopérer en rien à cette bonne œuvre52.

  • 53 Voir Guy Saupin, « La milice bourgeoise, relais politique fondamental dans la ville française d’An (...)
  • 54 Laurent Coste, « Les milices bourgeoises en France », dans Jean-Pierre Poussou (dir.), Les Société (...)

18Au cœur du symbolisme identitaire des villes de l’Ancien Régime figuraient en bonne place les milices urbaines, appelées communément milices bourgeoises, dont le fonctionnement commence à nous être bien connu, grâce à la multiplication ces dernières décennies de travaux de toute nature53. Chargées avant tout de la défense de la ville contre les menaces extérieures, ces milices apparaissaient souvent comme la preuve d’une certaine indépendance des villes mais aussi, paradoxalement, de leur fidélité au pouvoir royal. La base sociale élargie de leur recrutement n’est plus, de surcroît, à démontrer54. Tombant en désuétude à la fin du xviie siècle, ces milices ont souvent été vues comme des forces supplétives de maintien de l’ordre dans beaucoup de villes du royaume de France. Cette place des milices interpelle doublement lorsqu’on travaille sur les faubourgs. D’une part, les habitants des faubourgs étaient-ils associés à l’organisation de la défense de l’espace urbain et de son contrôle policier ? D’autre part, les milices, participant activement aux cérémonies urbaines et organisant parfois des exercices d’entraînement, permettaient-elles d’associer les habitants des faubourgs à la vie festive et à la sociabilité de l’urbs ?

  • 55 AM d’Angers, EE 26, Distribution par quartier des compagnies de la milice bourgeoise, xviiie siècl (...)
  • 56 AM d’Angers, EE 5, Milice bourgeoise, 1652-1789.
  • 57 AM d’Angers, EE 5, archive citée. En 1784, un officier de la milice est mis en prison pour avoir t (...)
  • 58 AM de Romans, EE 48-3, Contentieux concernant la milice, 1757-1788.
  • 59 AM de Romans, EE 48-3, archive citée. La milice bourgeoise étant l’objet d’un contentieux, tout es (...)
  • 60 Autre nom de Bourg-de-Péage.
  • 61 AM de Grenoble, EE 16, Milice bourgeoise, 1692.
  • 62 AD de l’Isère, 2 C 580, Milice bourgeoise de Grenoble, État des seize compagnies qui forment cette (...)
  • 63 AM de Nantes, EE 52, Listes générales des officiers de milice bourgeoise, 1723-1789.
  • 64 AD du Calvados, C 2108, Affaires militaires, Milice bourgeoise de Caen.
  • 65 AM d’Angoulême, EE4, Liste des garçons domiciliés dans la ville et banlieue d’Angoulême appelés à (...)
  • 66 Bernard Gallinato, Les Corporations…, op. cit., p. 304. Voir également ABM, EE 5, troupes bourgeoi (...)
  • 67 Almanach de la province de Bourgogne et particulièrement de la ville de Dijon pour l’année 1772, D (...)
  • 68 Daniel Rosetta, Villefranche, capitale du Beaujolais aux xviie et xviiie siècles, Oingt, Daniel Ro (...)

19Dans la plupart des cas étudiés, il apparaît manifeste que les habitants des faubourgs avaient presque dans toutes les villes des places réservées au sein de la milice urbaine, ou tendirent à les obtenir au fil du temps. Si cette intégration à la milice pouvait être perçue comme une contrainte dont beaucoup se seraient bien passés, la participation à la défense de la cité montrait en tout cas une forme d’égalité entre tous les habitants résidant à l’intérieur ou à l’extérieur des murs. Ainsi, dans la milice de la ville d’Angers étaient présentes 23 compagnies, réparties dans six quartiers, dont certains intégraient les faubourgs55. De ce fait, les habitants de tous les faubourgs étaient représentés au sein de la milice bourgeoise : ils étaient mélangés dans des compagnies où figurent également des habitants de la ville. Durant l’Ancien Régime, cette milice angevine n’avait pas un rôle négligeable et l’intégration des habitants des faubourgs prouve a fortiori une absence de défiance à leur égard. Ainsi, le  mars 1652 pour sanctionner « les cappitaines, lieutenants et enseignes des bourgeois de la ville d’Angers establis avant le siège d’icelle » qui « n’ont pas fait ce qui estoit de leur debvoir pour empescher la rebellion qui s’y est soulevée » durant la Fronde, un arrêt royal nomme de nouveaux officiers, notamment dans le faubourg Saint-Michel56. Soulignons que cette milice resta dynamique jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et qu’elle participa sans aucun doute à annihiler en partie la dichotomie entre ville et faubourgs57. De même, à Romans, la milice bourgeoise comprenait à la fin du xviiie siècle cinq compagnies, rassemblant conjointement des habitants de Romans et de Bourg-de-Péage58, en dépit de la séparation politique entre la ville et son faubourg émancipé, ainsi que des tensions ayant pu exister entre les deux corps de ville59. Cependant, une compagnie était uniquement composée des habitants du faubourg de Pisançon60. Les quatre autres compagnies regroupaient des habitants des quatre quartiers intra muros de la ville de Romans (la Place, Clérieux, Saint-Nicolas et Jacquemard). Grenoble ne dérogea pas à la règle : au milieu du xviie siècle, un document fit précisément état de l’organisation de la milice urbaine. 14 compagnies par quartier existaient alors, sans tenir compte des faubourgs61. Le rôle mentionnait les quartiers concernés, nommés pennonages, comme à Lyon. Un demi-siècle plus tard, la réorganisation de la milice bourgeoise aboutit à la création de seize compagnies, qui englobaient cette fois-ci ville et faubourgs62. À Nantes, la milice associait également, au xviiie siècle, habitants de la ville et des faubourgs ; c’est ce qu’indique « l’estat des noms et demeures des officiers de milice bourgeoise de la ville & fauxbourgs de Nantes en 172363 ». C’était en outre le cas à Caen ; dans cette ville, au xviiie siècle, le fait de résider dans les faubourgs pour être officier ne posait pas de difficultés, au contraire de la confession protestante qui, elle, était source d’inquiétude64. Dans la ville d’Angoulême, les habitants des faubourgs de l’Houmeau, Saint-Cybard, Saint-Martin et Saint-Ausone étaient également inclus dans la milice au milieu du xviiie siècle, sans que l’on puisse toutefois déterminer la date d’origine de leur intégration65. À Bordeaux, à partir de 1675, un arrêt du conseil du roi obligea les habitants des faubourgs Saint-André et Saint-Seurin à participer à la milice, au service du guet et de la patrouille66. À Dijon, la milice comprenait elle aussi des habitants des faubourgs, même si un seul officier résidait hors les murailles67. Dans de plus petites villes comme Villefranche-sur-Saône, les habitants des maigres faubourgs et des paroisses rurales voisines participaient à la milice, mais pouvaient en échange se réfugier à l’intérieur des murailles en cas de guerre68.

  • 69 Il faut toutefois mentionner que les habitants des faubourgs de la Croix-Rousse et de Guillotière, (...)
  • 70 AM de Lyon, BB312, Délibérations consulaires, 1746. Le rôle des capitaines pennons, lieutenants et (...)
  • 71 Martine Delassise et Dominique Dessertine, « Approche historique de la notion de quartier », Bulle (...)
  • 72 Relevons que la pleine intégration des anciens faubourgs lyonnais ne se fait que grâce à une mobil (...)

20Lyon est apparu au cours de nos recherches comme le seul contre-exemple clair : dans cette ville, les habitants des faubourgs se virent refuser durablement l’intégration dans la milice69. La défiance persistante envers la population faubourienne semblait in fine une exception à la règle dans le royaume de France70, même si des cas similaires à l’ancienne capitale des Gaules existent probablement. À Lyon, bien que la Révolution française, précisément en l’année 1790, eût abouti à la dissolution de la milice bourgeoise, rendue obsolète par la création de la garde nationale qui en reprit les principales structures d’organisation, les faubourgs ne furent pas alors pour autant associés à l’organisation de la sécurité urbaine au début du xixe siècle71, pas plus qu’au fonctionnement de la ville72.

  • 73 Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres en Europe : xvie- xviiie siècles, Paris, Presses uni (...)

21N’ayant donné lieu à aucun travail de synthèse sur l’ensemble du royaume de France, sauf sous la plume de Jean-Pierre Gutton73, l’histoire de l’assistance aux démunis reste en partie à écrire, car elle relève d’une immense complexité, inhérente à la grande diversité des politiques d’aide, variant selon les villes et les institutions qui en avaient la charge. La généralisation à partir de deux ou trois exemples dans ce domaine est d’ailleurs illusoire. Pour ce thème précis, il n’a pas été possible, faute de temps, de multiplier les études de cas permettant d’avoir une vue d’ensemble de la situation. Quelques données éparses apportent toutefois des éléments de réponse qui ne sont pas dépourvus d’intérêt, même si, en fonction de la période choisie, les facteurs conditionnant l’assistance aux plus pauvres purent varier de manière considérable. En particulier, le cas lyonnais témoigne d’une évolution des mentalités, allant dans le sens d’une extension progressive du droit de bourgeoisie. Toutefois, Lyon n’est pas un modèle dans le domaine. Les conditions d’assistance semblent y avoir été beaucoup plus limitées que dans d’autres villes, en particulier au xvie siècle.

22L’historiographie des hôpitaux lyonnais a pourtant longtemps considéré que le xvie siècle était libéral (plus que le xviie siècle en tout cas) en matière d’assistance aux indigents : l’humanisme aurait, ici comme ailleurs, influencé la politique d’accueil des villes, fondée sur une vision mixte du pauvre, ancienne (celle de l’époque médiévale, du pauvre souffrant, représentant du Christ sur terre) et nouvelle (le pauvre, danger social). Or l’étude minutieuse des archives hospitalières lyonnaises semble s’opposer à cette idée, car elle révèle la mise en place de critères d’origine stricts dès le xvie siècle, au détriment des habitants des faubourgs.

  • 74 AHCL, AG, E5, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1535-1540, p. 196- (...)
  • 75 AHCL, AG, E5, archive citée, p. 265.
  • 76 AHCL, AG, E10, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1559-1562, p. 567 (...)
  • 77 AHCL, AG, E10, archive citée, p. 367, 398 et 430. En période de tension religieuse, les fidèles de (...)
  • 78 Voir Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon : 1534-1789(...)

23Créée en 1534, après la révolte dite de la Grande Rebeyne en 1529, l’Aumône générale de Lyon se donna pour objectif de venir en aide à la population lyonnaise démunie dans un souci de maintien de l’ordre social. Lors de la rédaction des statuts primitifs de cette Aumône générale, il semble en effet qu’aucun critère d’origine ou d’ancienneté résidentielle ne conditionnait l’accès aux droits, sauf pour le cas de la femme « chargée d’enfants » qui devait « gagner sa vie, pourveu qu’elle soit de la ville ou si elle n’est de la ville, il faut qu’elle s’en aille hors de la ville, et s’en retourne d’ou elle est ». Cependant, en ce qui concerne les adultes, les recteurs restreignirent très tôt les conditions de l’assistance, limitant la distribution de l’aumône aux « natifs de ceste ville », le 22 juillet 153774. Dès lors, les recteurs purent refuser d’aider les pauvres étrangers, parmi lesquels étaient inclus les habitants des faubourgs. Ainsi, le 15 juillet 1543, une aumône fut refusée à un ladre de la léproserie de la Madeleine, située dans le faubourg de la Guillotière, « ung homme estrangier non natif de la ville75 ». Durant tout le xvie siècle, ce critère semble avoir théoriquement prévalu, sauf, semble-t-il, lors de la domination de Lyon par les protestants, durant laquelle l’appartenance religieuse (la confession protestante) était devenue, à un certain moment, l’unique caractéristique déterminant l’accès aux soins76. Dans la période précédant immédiatement les événements de 1562, le critère religieux apparaît aussi avoir eu de l’importance77, au contraire de ce qu’avaient pu avancer les travaux de référence sur le sujet78.

24Une preuve du maintien du critère d’origine fut la volonté permanente des recteurs de limiter l’assistance aux personnes nées à l’intérieur des murailles et de refuser d’aider la population des faubourgs, développant toujours le même triptyque argumentatif : l’Aumône générale a toujours été destinée « aux pauvres dans l’enclos » ; il ne fallait pas créer un appel d’air pour l’immigration, notamment dauphinoise et savoyarde, dans les faubourgs ; les recteurs considéraient que la charge de l’assistance des pauvres de la ville était déjà colossale. Lyon semble de ce fait avoir usé d’une attitude discriminatoire à l’égard des habitants des faubourgs durant une majeure partie du siècle de Rabelais, ceux-ci étant considérés comme de vrais étrangers. Trois exemples tirés des registres de délibérations de l’Aumône générale de Lyon, au xvie siècle, témoignent du manque de considération manifeste à l’égard des plaintes venant des populations faubouriennes.

  • 79 AHCL, AG, E6, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1540-1546, p. 464- (...)

25En 1550, les « consulz et scindicqs de la Guillotière » rendirent visite aux recteurs de l’Aumône générale, car beaucoup d’indigents, venus des villages dauphinois proches de Lyon, s’étaient amassés dans le faubourg. Les représentants de la Guillotière estimèrent qu’ils ne pouvaient secourir ces personnes sans l’aide de la ville de Lyon. Les recteurs de l’Aumône générale refusèrent d’apporter le moindre soutien, expliquant que « lesdictz pouvres sont estrangiers et que ledict bourg de la Guillotière ne contribue en aucune chose à ladicte aulmosne et n’y a oncques voulu contribuer par le passé79 ».

  • 80 AHCL, AG, E1, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon (copie), 1531-1643, (...)

26Une autre anecdote datant de la fin du xvie siècle est tout aussi révélatrice ; en mars 1596, deux notaires habitant le faubourg Saint-Just, Maîtres Brignis et Parisot, vinrent supplier l’Aumône générale d’accepter de secourir les pauvres de leur faubourg80. Le refus du bureau de l’Aumône générale fut catégorique. Les recteurs expliquèrent qu’ils ne portaient secours qu’aux populations pauvres « en cette ville » et non à celles « hors des murs et enclos ». Ils affirmèrent également, de bonne ou mauvaise foi, qu’ils ne pouvaient satisfaire la demande des deux notaires royaux « sans l’autorité de messieurs les échevins ».

  • 81 AHCL, AG, E27, archive citée, folio 176 recto.

27Même lorsqu’un curé se déplaçait pour défendre la cause de son faubourg, le mépris des élites urbaines restait identique. Le 8 décembre 1596, « messire Johan, curé de la Guilhottière », sollicita la bienveillance des recteurs pour que les malades de la léproserie de la Madeleine puissent entrer dans la ville « les jours de bonnes festes et dimanches, attendu qu’ilz n’ont moyen de vivre de l’aulmosne qui leur est faicte81 ». Le bureau de l’Aumône générale resta insensible aux doléances de l’ecclésiastique. Ils mirent même en garde le curé contre les tentatives d’entrée frauduleuse des malades du faubourg dans la ville, précisant que « seront advertys les comys des portes pour empescher l’entrée ausdictz mallades, tant de la Guilhottière que de Veyze ».

  • 82 Voir Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon : 1534-1789(...)
  • 83 AHCL, AG, E1, Copie des délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1531-1643, p. 266-26 (...)

28L’étude de l’évolution des conditions d’accès de certaines catégories précises de population ne semble pas démentir les affirmations précédentes. Notamment, le cas des orphelins apparaît très intéressant, peut-être parce que nos résultats semblent s’opposer, là encore, à l’historiographie des hôpitaux lyonnais82. En effet, après la rédaction de statuts relativement libéraux concernant l’accueil des orphelins dans l’hôpital de la Chana, les recteurs limitèrent brusquement les possibilités d’accès à l’assistance, le 22 juillet 1537, aux enfants « de la ville ». Les registres de délibérations de l’Aumône générale renferment de nombreux exemples d’enfants expulsés de la Chana, ou ne pouvant être secourus par l’institution car n’étant pas originaires de la ville, et ce tout au long du xvie siècle. Nous avons ainsi relevé sept cas d’expulsion d’enfants, et notre travail ne prétend pas être exhaustif, puisqu’il n’a pas été possible, faute de temps, de procéder au dépouillement complet de tous les registres de délibérations. Ces résultats sont donc présentés avec une infinie prudence. Parmi ces enfants expulsés figuraient aussi bien des enfants des campagnes lyonnaises que des orphelins des faubourgs. Ainsi, le 1er février 1573, le bureau de l’institution refusa d’accueillir dans son orphelinat de la Chana un enfant du faubourg de la Guillotière, parce que celui-ci n’était pas né dans la ville83.

  • 84 AHCL, AG, E1, archive citée, p. 384.
  • 85 AHCL, AG, E1, archive citée, p. 496-497.
  • 86 AHCL, AG, G347, Réglementations et législations concernant les mendiants, 1534-1789.

29Au début du xviie siècle, un nouveau critère discriminant pour le droit à l’assistance apparut dans les statuts de l’Aumône générale. Désormais, l’institution n’accepta de secourir que les adultes ayant « demeuré sept ans dans la ville », instaurant cette nouvelle condition lors d’une délibération le 9 septembre 160784. Il semble en outre que le critère d’origine fut maintenu jusqu’au 9 juin 1619, date à laquelle les recteurs décidèrent que nul ne pourrait « etre receus auxdittes distributions et hopital des enfermés qu’il n’aye demeuré sept ans dans la ville et y faisant actuelle résidance lors qu’il se présentera pour sa réception encor bien qu’il fut natif de cette ville ayant délaissé son habitation en icelle85 ». Ce furent encore les remparts et le Rhône qui définirent alors la limite entre la ville et ce qui ne l’était pas. Cependant, le critère d’origine réapparut rapidement, le 29 novembre 1622, se cumulant avec le critère d’ancienneté résidentielle : « Il est enjoinct a tous feneants vagabons et tous de quelle condition qu’ilz soient sans adveu et a tous mendiantz qui ne sont originaires de la ville ou n’y ont faict leur résidence pendant sept ans, a sortir de ladite ville86. » Ce critère d’origine coexista ensuite avec le critère d’ancienneté résidentielle jusqu’à la fin du xviie siècle. Il est donc possible d’affirmer que l’apparition du critère d’ancienneté résidentielle, qui arriva en complément du critère d’origine, ait correspondu à une ouverture de la politique d’assistance de l’Aumône générale, puisque le nombre potentiel de pauvres susceptibles d’être secourus par l’institution augmenta sans aucun doute. Seule la période 1619-1622 vit le critère d’origine totalement supplanté par le critère d’ancienneté résidentielle. Il n’était plus nécessaire d’être né à Lyon pour prétendre à l’assistance générale. Le plus important est qu’à Lyon, en dépit des changements des conditions d’accès aux soins, les habitants des faubourgs cessèrent d’être discriminés à partir de cette période.

  • 87 AHCL, FHD 29, Registre d’entrée des populations secourues par l’Hôtel-Dieu, 1608-1610.
  • 88 AHCL, AG, E1, archive citée, p. 384.
  • 89 AHCL, AG, E1, archive citée, p. 496-497.

30Notons donc que c’est à partir de la première partie du xviie siècle que la politique d’assistance de l’Aumône générale s’assouplit de manière définitive, et que, progressivement, les habitants des faubourgs purent prétendre bénéficier des mêmes aides que les Lyonnais vivant à l’intérieur des murailles, en particulier sous l’effet de la concurrence grandissante de l’Aumône générale, par une autre institution de charité beaucoup plus libérale en matière d’aide aux nécessiteux : l’Hôtel-Dieu de Lyon. Cette autre grande institution lyonnaise aida toujours les plus démunis, quelle que soit leur origine, notamment les habitants des faubourgs. Les faubouriens, comme les misérables ou les femmes enceintes venant de plus loin, y furent reçus durant l’ensemble de la période moderne. Leurs entrées au sein de l’institution étaient consignées dans des registres. Celui de l’année 1609, relativement précis, a été dépouillé87. Sur les 918 personnes bénéficiant de l’assistance de l’Hôtel-Dieu cette année-là, 4 seulement étaient originaires du faubourg de la Guillotière et un du faubourg de Vaise. Cependant, leur présence dans ce registre montre que la solidarité urbaine pouvait s’étendre au-delà des murailles. C’est ce qui poussa l’Aumône générale à mettre en place son critère d’ancienneté résidentielle de sept ans en deux temps (en 160988 puis en 162289), pour tout étranger demandant l’assistance de l’institution. Dans les faits, à partir de ce moment, les habitants des faubourgs lyonnais ne furent plus considérés comme des personnes étrangères à l’agglomération et bénéficièrent des mêmes droits que les habitants de la ville.

  • 90 AM de Rennes, 170, Police, 1572-1686. Archive citée par Alain Croix, La Bretagne..., op. cit., vol (...)
  • 91 AD de Seine-Maritime, A 30, Actes de l’Hospice général de Rouen, 1605-1646.
  • 92 Michel Béziers, Histoire sommaire de la ville de Bayeux, op. cit., p. 37.
  • 93 Voir AM de Dijon, B 261, Délibérations consulaires, 1626 ; archive citée par Gaston Roupnel, dans (...)
  • 94 AM de Dijon, I 140, Mendicité, 1651-1699.
  • 95 AM de Dijon, I 141, Mendicité, 1702-1789.
  • 96 Émile-François Farge, « La peste et la police de la santé, Angers, 1582-1584 », Revue de l’Anjou e (...)
  • 97 AM de Nantes, FF 261, Vagabondage, 1628-1777.
  • 98 Alain Croix, La Bretagne…, op. cit., vol. 2, p. 436.

31Comme cela a été précisé auparavant, le cas lyonnais ne peut servir d’exemple à partir duquel une quelconque généralisation serait possible. Durant toute la période moderne, beaucoup de municipalités semblent avoir procédé de manière différente quant à l’assistance aux plus démunis. Ce fut ainsi le cas de Rennes. En 1597, une ordonnance enjoignit ainsi « à tous les pauvres hommes et femmes de la ville et des fauxbourgs, et leurs enfants, qui sont nourriz à la bource du bureau, et à tous autres pauvres, quels qu’ils soient, aller par les rües de iour ny de nuict, sur peine d’estre rayez du roolle de la distribution, et chastiez de verges90 ». Pauvres de Rennes et des faubourgs bénéficiaient donc des mêmes droits à l’assistance, sous réserve de respecter les mêmes obligations. Ailleurs, toutes les sources étudiées délivrent un message apparemment identique : les habitants des faubourgs ne semblaient plus discriminés par rapport à la population intra muros. À Rouen, le 23 mars 1616, ordre fut donné à tous les gueux de se « sortir de la ville et des fauxbourgs dans les 24 heures, sous peine d’être envoyés aux galères, sans figure de procès91 ». Clairement, la municipalité cherchait à concentrer ses aides aussi bien sur les habitants de la ville que des faubourgs, en les « protégeant » tous des indigents extérieurs et des demandes qu’ils étaient susceptibles d’émettre. La notion d’étranger n’incluait donc pas ici le faubourien. À Bayeux, au xviiie siècle, les curés des faubourgs comme ceux de la ville étaient dotés par le bureau de charité d’une somme d’argent proportionnelle au nombre de pauvres de leur paroisse92. Là encore, l’indigence dans les faubourgs ouvrait les mêmes droits que l’indigence dans la ville. À Dijon, la politique d’assistance et de protection engloba de plus en plus explicitement les quartiers faubouriens. Lorsque la cité bourguignonne se retrouva en grande difficulté en 1626 et vit arriver de nombreux mendiants venant de Franche-Comté, la chambre de ville interdit l’entrée dans l’agglomération à tous les « caymands estrangiers », en postant des hommes de garde à chacune des quatre portes, permettant de faire le tri entre ces étrangers et les habitants suburbains93. Quelques décennies plus tard, des procès-verbaux indiquent que certains mendiants arrêtés furent bannis de « Dijon et sa banlieue94 », preuve que désormais, les faubourgs étaient également protégés de cette mendicité non désirée. En 1711, la chambre de ville décida même que « nulle famille de simple manœuvre et sans profession ne pourra s’établir de nouveau en cette ville et fauxbourgs sans son autorisation95 ». Mais jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, c’est au contrôle des portes que la municipalité concentra ses efforts, car les remparts demeuraient tout de même la véritable barrière symbolique, la plus facilement contrôlable, de l’espace urbain. À Angers, la situation était similaire. Si le contrôle des portes demeurait la mesure d’urgence habituelle en cas d’épidémie de peste ou d’afflux de mendiants, la municipalité put, au xvie siècle, protéger les habitants des faubourgs en en chassant les vagabonds étrangers96. À Nantes, le même souci d’assister et de protéger les faubourgs apparaît. En 1630, par une décision du bureau des Pauvres, il fut « enjoinct et faict commandement à tous pauvres mandians, estrangers, forains, et gens sans adveu non originaires, de vuider cette Ville et Fauxbourgs, dans vingt quatre heures, à peine du foüet97 ». Le même document indique que « pour recognoistre les pauvres originaires, valetudinaires, et nécessiteux de cette Ville et Fauxbourgs, leur est enjoinct de se présenter aux Recteurs et Vicaires des paroisses de leur domicile, et y obtenir d’eux attestation comme ils sont de leur Parroisse ». Dans d’autres communes de Bretagne, Alain Croix a montré que les populations des faubourgs étaient également sous le même régime que les habitants de la ville. Les pauvres mendiants restant plus de vingt-quatre heures dans les faubourgs de Vitré (en 1619) ou de Saint-Malo (en 1588) étaient ainsi pourchassés par les chasse-gueux comme ils l’auraient été à l’intérieur des remparts98.

  • 99 AM de Lyon, BB 180, Délibérations municipales, 1631, folio 114 (recto et verso).

32Plus rarement, en l’absence de protection de la cité, il put arriver que les habitants du faubourg prissent eux-mêmes les dispositions pour se prémunir contre l’arrivée de mendiants étrangers. Le 13 mai 1631, les habitants du faubourg Saint-Irénée obtinrent du consulat lyonnais la permission d’employer quotidiennement deux hommes armés à l’entrée du faubourg « pour empescher l’entrée en icelluy de tous vagabonds et quaymans, et en faire sortir ceux de cette qualité qui s’y trouveront à présent99 ».  

  • 100 AM de Grenoble, GG 249, Hôpital, statuts, règlements, titres et délibérations, 1548-1551 ; GG 245, (...)
  • 101 AM de Grenoble, GG 279, Épidémies, 1628-1631.
  • 102 Paul Gaffarel & Marquis de Duranty, La Peste de 1720 à Marseille et en France, d’après des documen (...)
  • 103 BM d’Avignon, Ms 2394, Journal de la Peste qui a ravagé Avignon en 1721.

33Une dernière remarque doit être faite. Même dans les cas où les faubourgs étaient considérés comme partie intégrante de l’espace urbain, il pouvait arriver qu’une ville se repliât à l’intérieur de ses murailles en temps de crise, au moins jusqu’au xviie siècle. Plusieurs exemples nous prouvent que lorsque survenait une épidémie ou une grave crise frumentaire, les critères d’assistance, tout comme l’accès à la ville, pouvaient être restreints ponctuellement au détriment des habitants des faubourgs. Ainsi, à Grenoble, rien n’indiquait une exclusion des faubouriens de l’assistance en période normale100. Par contre, en période de peste, les habitants des faubourgs se virent interdire l’accès à la ville ; il fut même fait défense aux «  habitants de Grenoble de se promener hors la porte de France, sous peine de ne rentrer avant d’avoir fait quarantaine101 ». À Marseille, lors de la grande peste de 1720, l’entrée en ville devint plus difficile pour les habitants de la périphérie. Seules quelques portes leur étaient ouvertes et les habitants devaient être munis de passeports spéciaux, ainsi que d’un plomb marqué aux armes de la ville et suspendu à leur bras par une ficelle102. Toutefois, cette restriction était présentée par la municipalité marseillaise comme un avantage donné en compensation de l’obligation faite aux habitants des faubourgs de surveiller l’arrivée d’étrangers dans les quartiers suburbains. Considérant que ces mesures d’accès en ville étaient trop coercitives, les habitants des faubourgs, soutenus par les paysans des campagnes environnantes, se révoltèrent d’ailleurs en janvier 1721 pour obtenir un assouplissement des règles d’entrée dans la ville103. Cela signifiait donc dans ces cas précis que les murailles conservaient un rôle de cordon sanitaire symbolique, faisant des faubourgs des espaces contaminés, ou du moins potentiellement et intrinsèquement dangereux.

34La diffusion des équipements urbains, ainsi que des règles de construction et d’entretien de la voirie vers la périphérie peut également renseigner sur les relations d’une ville et de ses faubourgs.

  • 104 Jean-Louis Harouel, L’Embellissement des villes…, op. cit. Voir également Olivier Zeller, « Une no (...)
  • 105 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dan (...)
  • 106 Pierre Gras (dir.), Histoire de Dijon, op. cit., p. 201.
  • 107 Benoît Garnot, Un déclin : Chartres au xviiie siècle, op. cit., p. 29.
  • 108 AM de Rennes, DD 222, Titres concernant les lanternes publiques de la ville de Rennes, 1621-1705.
  • 109 AM de Lyon, BB 128, Délibérations consulaires, 1591, folio 36.
  • 110 AM de Lyon, AA 127 (consultable sous la forme du microfilm coté 2 Mi 27), Correspondance envoyée p (...)
  • 111 AM de Lyon, BB 257, Délibérations consulaires, 1698, folio 103.
  • 112 AM de Lyon, BB 293, Délibérations consulaires, 1729, folio 35.
  • 113 AM de Lyon, 4 WP 83, Voirie urbaine, éclairage public à l’huile, 1794-1853.
  • 114 BM de Lyon, 385856, p. 28. Les habitants du bourg de la Guillotière expliquaient ainsi dans un mém (...)
  • 115 AM d’Angers, CC 234, Établissement de lanternes, rôle de frais, 1699 ; CC 219, Établissement de la (...)
  • 116 AM d’Angers, CC 219, Établissement de lanternes, rôle de frais, 1787. Il ne nous reste malheureuse (...)

35Au fur et à mesure du xviie et du xviiie siècles, les villes du royaume de France s’équipèrent progressivement de quelques éléments de mobilier urbain, au premier rang desquels figuraient les lanternes. Des études récentes ont bien montré la multiplicité des acteurs intervenant dans la diffusion de ces équipements, ainsi que les difficultés permanentes de financement104. Ces équipements furent souvent installés suite à des demandes du pouvoir royal, maintes fois réitérées sous diverses formes du début du xvie siècle à la fin du xviie siècle105. Les faubourgs furent dans de nombreux cas ignorés, ou équipés assez tard. Ainsi, à Dijon, le roi ordonna en 1697 d’installer des lanternes, comme dans toutes les grandes villes de son royaume. Celles-ci arrivèrent réellement dans les faubourgs avec quelques décennies de décalage. En 1738, les faubourgs d’Ouche et Saint-Nicolas furent équipés de manière sommaire à leur tour106. À Chartres, seule la ville était équipée de lanternes en 1780107. À Rennes, leur implantation au cours du xviie siècle ne concerna d’abord que les carrefours des rues de la ville108. À Lyon, la mise en place de l’éclairage ne laissa pas supposer un sort plus enviable aux populations des faubourgs. Les premières lanternes étaient attestées intra muros dès la fin du xvie siècle, étant placées « au coin des rues de la ville109 ». Aux dires des échevins de la ville de Lyon, il aurait fallu 2 500 lanternes pour éclairer le centre de Lyon, dès la fin du xviie siècle110. En 1698, faute de fonds suffisants, fut ordonnée la mise en service effective de 1 000 lanternes, uniquement à l’intérieur de la ville, sous l’impulsion du pouvoir royal et de l’ordonnance de 1697111. Leur entretien reposa rapidement sur un système de concession se fondant sur des baux de six ans112. Par contre, les premières lanternes n’arrivèrent extra muros, dans le faubourg de la Guillotière, qu’au moment de la Révolution. Le 8 brumaire de l’an III de la République (c’est-à-dire le 29 octobre 1794), la municipalité de la Guillotière attribua aux enchères, par le principe de « l’adjudication au rabais à la bougie éteinte », l’illumination et l’entretien de 17 réverbères à un dénommé Antoine Toussieu, serrurier de la commune113, au grand soulagement des habitants114. À Angers, les archives indiquent que la municipalité équipa également dans un premier temps le centre-ville (en particulier le quartier Saint-Maurice) de 400 lanternes, à partir de 1699115. Juste avant la Révolution, nous savons que l’éclairage s’étendait cependant aux faubourgs116, sans connaître la date précise de ces installations.

  • 117 AM de Grenoble, DD 140, Éclairage public, 1696-1733 et DD 168, Éclairage public, 1697-1782.
  • 118 AM de Grenoble, DD 141, Éclairage public, 1740-1747 ; DD 142, Éclairage public, 1753-1771 ; DD 144 (...)
  • 119 AM de Grenoble, DD 144, archive citée.
  • 120 AM de Vienne, non classé, Registre des enregistrements et arrêts et autres commencé le 5 septembre (...)
  • 121 AM de Romans, 1D1, Délibération municipales, 1791-1793, p. 13.
  • 122 Jean-Pierre Bardet, Rouen, op. cit., vol. 1, p. 127 et vol. 2, p. 80-81.
  • 123 Bernard Gauthiez, « Rouen au xviiie siècle », dans Jean-Luc Pinol, (dir.), Atlas historique des vi (...)
  • 124 Odette Hamart, « L’éclairage public à Angoulême (fin du xviiie siècle, début du xxe siècle) », Bul (...)

36À Grenoble, dans un premier temps, l’éclairage des rues délaissa aussi complètement les faubourgs, privilégiant notamment les quartiers centraux les plus huppés du centre-ville. Lancé, à la fin du xviie siècle comme ailleurs, à la suite de l’édit de Marly, son installation reposa au départ sur la désignation de volontaires, chargés d’éclairer eux-mêmes les lanternes, provoquant les moqueries de leurs voisins117. Rapidement, des baux furent ensuite attribués à des professionnels pour l’entretien et l’allumage des réverbères118. Jusqu’à la Révolution, les faubourgs étaient complètement livrés à l’obscurité la nuit tombée, n’étant pas inclus dans le plan d’éclairage de la ville. Les 249 lanternes et réverbères dont l’emplacement nous est connu en 1784 étaient tous situés intra muros119. Toutefois, le sous-équipement des faubourgs grenoblois concernant leur éclairage était manifestement à mettre en relation avec leur caractère rural et leur taille très réduite. Plus généralement, la diffusion d’un équipement collectif devant composer avec son utilité et son coût, il n’est pas étonnant d’imaginer les faubourgs restant plongés dans l’obscurité à la nuit tombée. Les portes des villes étant la plupart du temps fermées, encore au début du xviiie siècle, la circulation dans les rues principales des faubourgs devait sérieusement se réduire la nuit dans beaucoup d’agglomérations, voire devenir quasi inexistante. Dans les petites villes, les investissements en éclairage furent généralement tardifs et très limités à l’intérieur de la ville, délaissant complètement les faubourgs. À Vienne, en 1767, la disposition des points d’éclairage choisit systématiquement les carrefours « de la porte d’Avignon à la porte de Lyon120 ». À Romans, les registres de délibérations municipales indiquent la mise en place tardive d’un éclairage public. Le 5 mars 1791, l’assemblée du conseil général de la commune décide de l’installation de deux réverbères, l’un devant l’une des portes de la maison commune, l’autre devant le logis du corps de garde, sur le pont de pierre traversant l’Isère121. Quant au faubourg de la ville, Bourg-de-Péage, il resta plongé dans l’obscurité pour plusieurs décennies encore. À Rouen, la situation aurait été identique, selon Jean-Pierre Bardet et Bernard Gauthiez. Les premières lanternes mises en place en 1698 oublièrent complètement les faubourgs122. L’installation de réverbères, à partir de 1770, aurait d’abord concerné les quartiers les plus riches de la ville, puis les autres quartiers intra muros. Les faubourgs n’auraient été concernés par cette politique d’éclairage qu’avec un léger décalage123. À Angoulême, la volonté d’éclairer la cité émergea tardivement, en 1776. Mais il fallut attendre le début de la Révolution pour voir la ville s’équiper modestement. Les faubourgs, quant à eux, durent multiplier les pétitions afin d’obtenir des lanternes, pour lesquelles on leur avait demandé une contribution financière ; ce fut seulement à partir de l’an xii que le faubourg de l’Houmeau fut le premier à en être équipé124.

  • 125 Chose surprenante : les archives municipales de Grenoble et de Bordeaux conservent des courriers q (...)
  • 126 AM de Marseille, DD 314, Éclairage, 1746-1789.

37Dans d’autres cas, les faubourgs ne furent ni ignorés des systèmes d’éclairage, ni délaissés par rapport à la ville. Cette situation exista dans certaines très grandes villes du royaume de France. Le premier exemple concerne la ville de Marseille, qui mit très tardivement en place son système d’éclairage par rapport aux autres villes ; celui-ci ne fut vraiment effectif que dans les années 1780125. Le 9 septembre 1785, les échevins marseillais décidèrent de confier à un entrepreneur parisien dénommé Saugrain, déjà en charge de l’éclairage de Paris, la mise en place de 593 lanternes à huile126. Inauguré le 17 décembre de la même année, ce système était ambitieux. Le succès fut complet : dès l’année suivante, étaient comptabilisées 776 lanternes, soit 2 016 becs d’éclairage. Or l’installation préconisée prévit dès le départ d’éclairer des espaces hors la ville (6 lumières dans le faubourg d’Aix, 3 autres hors la porte des Fainéants, 2 rue Notre-Dame dans le faubourg d’Aubagne, 2 dans le faubourg de Rome vis-à-vis de la faïencerie Robert...). Dans le cas présent, le fait d’avoir une seule autorité politique pour la ville et les faubourgs (le maire et les échevins de Marseille), ainsi que le lancement tardif de ces travaux, furent deux facteurs décisifs expliquant la timide intégration des faubourgs au projet d’éclairage.

  • 127 C’est ce qu’indique un imprimé, le Tableau de l’illumination de Paris pour l’année 1780, dont un e (...)

38Le deuxième exemple concerne bien évidemment Paris qui, en raison de sa taille gigantesque et de son statut de capitale politique, fut souvent, sous l’Ancien Régime comme dans les années ultérieures, un laboratoire des politiques publiques d’aménagement urbain. Le système d’éclairage parisien n’avait en effet pas d’équivalent à la fin de l’Ancien Régime. En 1788, la ville de Paris disposait de 3 516 lanternes, abritant 7 934 lumières127. La responsabilité de l’éclairage incombait à une « régie de l’illumination », « composée de deux inspecteurs, de dix commis, de cent soixante-cinq allumeurs & de cinq entrepôts, dans chacun desquels il y a[vait] deux commis, & toujours un de garde ». Ce système d’éclairage concernait autant le centre-ville que les faubourgs (Saint-Honoré, Saint-Antoine, Saint-Germain). Sur le tableau de l’illumination de l’année 1788, il était indiqué sous forme de calendrier annuel les heures d’allumage et d’extinction des lanternes pour chaque jour, témoignant ainsi d’une organisation bien plus solide qu’ailleurs. Surtout, en marge du tableau, une mention précisait que

les blancs marquent les nuits de cessation. Cependant, on éclaire encore pendant l’hiver, même dans les autres saisons, lorsque la lune est obscurcie par des brouillards ou tems fâcheux, une lanterne sur deux dans toutes les rues, à l’exception de celles des fauxbourgs et des places, quai et ponts.

39En d’autres termes, lorsque les conditions météorologiques conduisaient à une nuit particulièrement sombre, tous les lieux isolés en termes d’éclairage par rapport aux rues voisines étaient favorisés par mesure de sécurité, révélant ainsi un plus faible équipement dans les faubourgs.

  • 128 ABM, DD 10, Éclairage public, lanternes, 1697-1789. Les archives mentionnent les premières dégrada (...)
  • 129 À Bordeaux, un incendie a détruit au xixe siècle une bonne partie des fonds des archives municipal (...)

40Le troisième exemple concerne la ville de Bordeaux, qui s’équipa dès que l’ordonnance royale de 1697 l’imposa128. Si les archives ne mentionnent pas précisément la localisation des lanternes129, des imprimés datés du 9 novembre 1706, annonçant l’attribution par « bail à rabais » des concessions d’éclairage de la ville, nous sont parvenus. Or ces imprimés de la jurade de Bordeaux indiquaient que ce bail concernait « les lanternes qui doivent se suspendre dans la ville et faubourg des Chartrons ». Une seule donnée chiffrée ressort des archives, attestant de 2 000 lanternes environ en 1770, sans que leur répartition spatiale ne soit mentionnée.

  • 130 AM de Toulouse, DD 241, Éclairage, 1697-1789 ; DD 242, Éclairage, 1698-1783 ; DD 243, Éclairage, 1 (...)

41Enfin, à Toulouse, la municipalité mit en place 500 lanternes dès la fin du xviie siècle. Leur nombre augmenta autour de 570 dans les années 1780. Là encore, aucun détail précis de la répartition de ces lanternes ne nous est parvenu. Par contre, les archives indiquent dans les années 1770 que l’éclairage concernait la ville et les faubourgs130. Ici comme ailleurs, l’éclairage public répondait à un impératif de sécurité multiforme auquel les faubourgs étaient soumis ou associés.

  • 131 AD du Rhône, 8 C 430, Voirie urbaine, pavé des routes Anse, La Croix-Rousse, La Guillotière, Lyon, (...)
  • 132 La fonction de voyer est occupée à Lyon au xviiie siècle par les trésoriers généraux de France. To (...)
  • 133 Archive citée par John Grand-Carteret, L’Enseigne à Lyon, son histoire, sa philosophie, ses partic (...)
  • 134 ABM, DD 11, Pavage, 1658-1789.
  • 135 Par exemple, une ordonnance de 1785 ordonne que toutes les rues principales des faubourgs soient é (...)
  • 136 AM d’Angoulême, DD2, Documents divers, 1652-1771.
  • 137 AM de Dijon, J79, Entreprise du pavage, 1498-1699. La ville passe un marché, par adjudication au p (...)
  • 138 AM de Dijon, J 78, Pavage et sablement, 1423-1779. La ville se fit traîner en justice en 1737-1739 (...)

42Au contraire, si le pavage des rues a généralement concerné en premier lieu certaines rues du centre-ville, il est rapidement apparu indispensable dans de nombreux faubourgs, du moins pour leurs rues principales, qui avaient autant un rôle de desserte locale que de voie de transit régional, et parfois national. Ce fut en général le pouvoir royal qui se préoccupa de l’entretien de ces voies traversant les faubourgs et irriguant les villes, jouant le rôle d’artères essentielles pour le fonctionnement urbain. En outre, les habitants des faubourgs étaient en général mis massivement et financièrement à contribution. À Lyon, le pavage des principales rues des faubourgs fut achevé dès la fin du xviie siècle. De plus, les archives indiquent la nécessité d’effectuer des réparations fréquentes au xviiie siècle au faubourg de la Guillotière (1707, 1713, 1727...) et dans une moindre mesure dans les faubourgs de Vaise et de Croix-Rousse131. Ces réparations étaient réclamées par les trésoriers de France en leur qualité de grands voyers132, ce qui assurait aux demandes une plus grande efficacité que lorsqu’elles étaient faites par la municipalité lyonnaise ; elles soulignaient ainsi que la grande circulation traversait quotidiennement les faubourgs lyonnais, en particulier celui de la Guillotière. Ces voyers étaient en fait seuls à Lyon à pouvoir réglementer correctement la voirie des espaces faubouriens, par exemple grâce à l’interdiction des enseignes en 1763133. À Bordeaux, assez rapidement, dès la fin du xviie siècle, les faubourgs furent inclus dans la politique urbaine de pavage des rues134. Il faut souligner que les faubourgs bénéficiaient des mêmes contraintes quant aux qualités du pavage et des matériaux utilisés135. Les habitants des faubourgs (notamment des Chartrons et de Saint-Seurin) n’avaient d’ailleurs pas hésité à réclamer à la municipalité bordelaise ou à l’intendant de presser les trésoriers généraux d’entretenir correctement ce pavage, indispensable à la bonne marche des activités commerciales. À Angoulême, les rues des principaux faubourgs (Saint-Cybard, l’Houmeau, Saint-Pierre) étaient pavées au moins depuis le milieu du xviiie siècle, mais les sources attestent qu’il existait probablement bien avant ; les archives témoignent cependant de plaintes d’habitants des faubourgs à l’intendant de Limoges concernant le mauvais entretien de ces pavés136. À Dijon, des plaintes identiques sont conservées aux archives, essentiellement au sujet du développement du pavage des axes secondaires dans les faubourgs. Si des travaux sont attestés dans les faubourgs dès 1668137, des plaintes de faubouriens se vérifient encore soixante-dix ans plus tard138.

  • 139 AM de Grenoble, FF 543, Comptes des deniers communs, 1554-1556.
  • 140 AM de Grenoble, DD 151, Pavage, 1603-1786. Le pavage est attesté dans les faubourgs au début en 17 (...)
  • 141 AM de Grenoble, DD 151, archive citée. Un cahier indique en effet « le toisé général des pavés de (...)
  • 142 Dans sa thèse (Le Pouvoir municipal à Angers..., op. cit., vol. 2, p. 38), Jacques Maillard ne se (...)

43Dans d’autres villes, le pavage put parfois être plus précoce. À Grenoble, des frais pour les pavés du faubourg Très-Cloître furent engagés dès 1554139, même si l’intégration de ce faubourg au sein de nouvelles murailles obligea à construire un nouveau pavage extra muros, probablement à la fin du xviie siècle ou au début du xviiie siècle140. Ce qui est certain, c’est que les faubourgs grenoblois ne furent pas sous-équipés en matière de pavage à la fin du siècle des Lumières, bien au contraire. Une source nous indique d’ailleurs la taille totale des espaces pavés dans la ville et les faubourgs juste avant la Révolution, mettant en évidence le très bon équipement du faubourg Saint-Joseph141. À Angers, le pavage des principales artères des faubourgs fut aussi entamé précocement, s’étendant même parfois assez loin de la ville142, en particulier dans les faubourgs Saint-Michel et de Reculée. Manifestement, plus que la taille du faubourg, c’est surtout le trafic dont il était traversé qui conditionna le pavage des rues dans tous les cas étudiés.

44Enfin, lorsque nombre de municipalités s’intéressèrent à la propreté des rues (curage des rues, ramassage des immondices...), surtout au cours du siècle des Lumières, elles adoptèrent des ordonnances s’appliquant dans tous les cas étudiés aux faubourgs comme à la ville. À Angoulême, dès le xvie siècle, des ordonnances obligèrent

  • 143 AM d’Angoulême, AA 5, Registre memorial, Statuz et ordonnances sur le faict de la police de la vil (...)

tous les manans et habitans de lad. Ville, cité et faulxbourgs, de quelque estat ou condition qu’ils seront, pour une chescune sepmayne auront chescun en droict à soy à nectoyer ou faire nectoyer les ruhes et venelles et en oster ou faire oster toutes immondicitez, eaulx puantes et ordures, sur poyne d’amende arbitraire143.

  • 144 AM de Rennes, DD 220, Titres concernant la répurgation des rues de la ville de Rennes, 1463-1787.
  • 145 AD du Rhône, 8 C 430, Voirie urbaine, archive citée.
  • 146 AM de Grenoble, DD 170, Corvées, 1742-1789, DD 171, Corvées, 1750-1751, DD 172, Corvées, 1750-1751 (...)
  • 147 AM de Grenoble, DD 170, archive citée.

45À Rennes, au xviiie siècle, la municipalité organisa « la répurgation » des rues intra et extra muros144. À Lyon, de nombreux exemples indiquent aussi le souci permanent de la municipalité ou des trésoriers généraux d’empêcher toute forme d’obstruction sur les routes et notamment sur la Grande rue de la Guillotière, où amas de terre, gravats, ateliers d’artisans, dépôts de fumier, ordures ou tuyaux de poêle avaient tendance à entraver la circulation145. Pour autant, alors que le curage des rues reposait en ville à la fois sur les habitants et des professionnels (les « éboueurs »), il n’était souvent assuré que par les habitants eux-mêmes dans les faubourgs. À Grenoble, des corvées d’automne et de printemps étaient organisées au xviiie siècle pour l’entretien des routes de montagne desservant la ville146(en particulier Grenoble-Montmélian, Grenoble-Pontcharra et Grenoble-Briançon). Dans ce cas précis, les habitants de la ville comme des faubourgs étaient sollicités « avec pelles et pioches », ce qui exaspérait notamment les résidents du faubourg agricole des Granges, au sud-ouest de la ville, qui réclamaient l’exemption des corvées en mai pour pouvoir s’occuper de leurs cultures de chanvre147.

  • 148 Jean-Louis Harouel, L’Embellissement des villes…, op. cit., p. 142-143.
  • 149 AD du Rhône, 2 B 222, Tutelles, acceptations d’hoiries, alignements, 1724-1731.

46Enfin, dans plusieurs villes étudiées, l’alignement des constructions semble avoir été géré plus tardivement dans les faubourgs que dans l’espace intra muros Si des plans d’ensemble ont pu exister ici et là148, force est de constater que l’alignement fut souvent géré sans hauteur de vue, ce qui était bien sûr de nature à privilégier les espaces intra muros. Ainsi, ce n’est qu’à partir du milieu du xviiie siècle que la ville de Lyon, qui n’était pas la seule institution en charge de ces missions, réglementa d’une manière bien plus active l’alignement et les constructions dans les faubourgs, surtout dans la Grande rue de la Guillotière et la Grande rue de la Croix-Rousse. Si certains particuliers vinrent d’eux-mêmes réclamer et obtenir des accords pour la réparation ou la construction de murs de clôture auprès du « juge civil criminel et de police de la juridiction de Cuire et Croix-Rousse », leur démarche marginale était avant tout motivée par la peur d’une destruction ultérieure de leurs propriétés149 ; d’ailleurs, ces particuliers résidaient pour la plupart dans Lyon, où le non-respect des règles d’urbanisme avait en général des conséquences fâcheuses pour les propriétaires. En effet, dans l’espace intra urbain, les constructions qui ne respectaient pas les règles d’alignement imposées par le consulat étaient souvent démolies, et ce depuis plus d’un siècle. Quelques données exploitées dans les registres d’alignement permettent de se faire une idée un peu plus précise de cette différence.

  • 150 Pour établir ces statistiques, les faubourgs de Saint-Irénée et de Saint-Just, à ces dates de vérit (...)

Tableau 22. Nombre d’actes d’alignement et de construction dans la ville de Lyon et ses faubourgs (xviie-xviiie siècles)150.

Période Nombre total d’actes d’alignement ou de construction Nombre d’actes traitant uniquement des faubourgs
1646-1659 554 6
1660-1664 195 6
1665 143 2
1666 108 2
1667 93 6
1668-1669 180 1
1670-1671 179 2
1672-1673 156 3
1674-1675 158 1
1676-1677 198 2
1678-1680 181 0
1681-1682 154 0
1683-1685 152 0
1686-1688 174 0
1689-1692 192 0
1693-1696 119 0
1697-1699 137 0
1700-1705 143 0
1706-1711 192 0
1711-1722 178 3
1723-1741 322 4
1741-1753 296 3
1753-1759 190 29
  • 151 Sur les 29 autorisations de construction ou de réfection données par le voyer, 8 furent accordées, (...)
  • 152 AM de Lyon, 1 S 76, Vue cavalière de la Guillotière, par Henri Verdier, 1697.
  • 153 Jusqu’au début du xviiie siècle, le consulat lyonnais ne fut pas en mesure de contrôler les faubou (...)

47La lecture du tableau précédent est assez riche d’enseignements. Ce ne fut qu’à partir du milieu du xviiie siècle, à une période où les faubourgs lyonnais connaissaient leur plus forte croissance, que les autorités (en l’occurrence le consulat) éprouvèrent probablement le besoin de contrôler les constructions hors les murs et d’imposer aux propriétaires, lors de nouvelles constructions, des alignements permettant d’élargir les voies principales des faubourgs151. Il en résulta une homogénéisation des règles de construction, tendant à rendre en partie caduque la coupure de voirie entre la ville et ses faubourgs. Surtout, cette préoccupation d’alignement ne naquit pas avec les faubourgs à Lyon. La majeure partie des actes concernait des alignements de murs déjà existant ou la reconstruction de bâtisses élevées auparavant de manière anarchique, qui plus est dans la Grande rue de la Guillotière, l’axe principal du faubourg. Or, cet axe était déjà un alignement continu de maisons sur plusieurs centaines de mètres depuis la fin du xviie siècle152. Nombre de ces alignements ne relevaient donc pas de la planification urbaine, mais bien d’une rectification de dérives antérieures s’étant développées d’abord par l’absence de contrôle urbain153 sur ce territoire, puis par de multiples négligences.

  • 154 Antonin Soucaille, « Le consulat de Béziers », Bulletin de la société archéologique, scientifique (...)
  • 155 AM de Grenoble, DD 138, Alignements, 1596-1757 ; DD 139, Alignements, 1757-1791. Au regard du faib (...)
  • 156 AD de Maine-et-Loire, 1 Fi 417, Plan d’alignement du faubourg du Fenet, par Bluet, arpenteur, 1767
  • 157 AM de Dijon, J16 bis à J76, Alignements, affaires particulières, 1447-1789. Sans avoir pu mener un (...)

48Dans de nombreuses autres villes, les premiers travaux d’alignement dans les faubourgs intervinrent après 1750, plusieurs décennies après des interventions similaires intra muros. À Béziers, il fallut ainsi attendre la fin du xviiie siècle pour voir la municipalité fixer des règles d’alignement dans les faubourgs (notamment le faubourg Saint-Jean), tant par souci d’esthétique que par nécessité pour la circulation154. À Grenoble, la situation n’était guère différente. Les archives d’alignement, assez réduites, ne semblent concerner quasi exclusivement que des habitations du centre-ville, et ce jusqu’à la Révolution155. À Saumur, la ville demanda en 1767 au sieur Bluet, « géomètre et arpenteur » de prévoir un nouveau plan d’alignement du faubourg Fenet, induisant expropriations de jardins et destructions partielles de bâtisses156. En revanche, à Dijon, un tel décalage chronologique ne se vérifie pas ; la cité bourguignonne manifesta très précocement son désir de gérer l’alignement hors les murs aussi bien qu’à l’intérieur de la ville, car les faubourgs étaient considérés comme faisant partie intégrante de l’agglomération157. La taille de l’agglomération, l’importance démographique et économique des faubourgs, tout comme l’esprit d’initiative des corps de villes, étaient autant de critères pouvant expliquer ces décalages chronologiques dans l’alignement des rues extra muros.

49Au final, toutes ces formes d’association des habitants des faubourgs au fonctionnement des villes revêtaient un caractère officiel, établi grâce à des chartes, des règlements ou des cérémonies. Pour autant, d’autres relations sociales, plus personnelles et indicibles, existaient forcément. En ce sens, une relecture de certains registres paroissiaux nous renseigne de façon étonnante.

Le baptême comme révélateur de liens sociaux

50Étape essentielle de la vie de la quasi-totalité des habitants du royaume de France, le baptême demeura tout au long du xviiie un passage obligé pour tous les nourrissons, quand bien même leurs parents prirent quelque distance avec la pratique religieuse. Surtout étudiés dans une perspective de démographie historique, les registres de baptême n’en sont pas moins intéressants pour l’histoire sociale. En particulier, le choix des parrains et des marraines, lorsque le curé de la paroisse avait la bonne idée et la conscience professionnelle de bien noter leur lieu d’habitation, peut être riche d’enseignements, puisqu’il était un révélateur de certaines solidarités sociales, qu’elles soient de nature professionnelle, familiale ou amicale. Deux faubourgs ont été l’objet d’un dépouillement ciblé : la Guillotière à Lyon et Saint-Samson à Angers. Que nous révèlent ces registres sur les relations sociales entre urbains et faubouriens ?

51Malheureusement, la période de dépouillement est réduite à quelques années du xviiie siècle. Ce n’est en effet qu’au cours du siècle des Lumières que les registres furent suffisamment bien remplis pour être exploités de la sorte, en tout cas pour les faubourgs considérés. En outre, c’est au cours du xviiie siècle que presque toutes les villes du royaume de France connurent leur plus forte croissance et s’étendirent hors les murs. Le choix a été limité à deux faubourgs, dont les registres paroissiaux ont la particularité d’être consultables à distance. L’objectif fut donc de savoir si, parallèlement à cette croissance urbaine, des solidarités purent exister ou se développer entre les citadins et faubouriens.

  • 158 AD de Maine-et-Loire, 5E7/185, Baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint-Samson, 1749- (...)

52Situé au nord d’Angers, Saint-Samson n’était pas, au cours du xviiie siècle, un gros faubourg. D’après le recensement de 1769, ce quartier abritait 431 habitants. Il est par ailleurs l’un des seuls faubourgs d’Angers que l’historien peut facilement étudier, car ses frontières épousaient totalement celles d’une paroisse. En effet, Angers comprenait, sous l’Ancien Régime, 16 paroisses, auxquelles s’ajoutèrent en 1790 les paroisses suburbaines de Saint-Léonard et de Saint-Samson, puis, en 1793, celle de Saint-Augustin. Or la plupart des faubourgs d’Angers (Saint-Lazare, Saint-Jacques, Saint-Michel...) dépendaient en réalité de paroisses intra muros. Les registres de baptême de la paroisse Saint-Samson sont, pour le xviiie siècle, bien tenus158. Les années 1740, 1745, 1750, 1755 et 1760 ont été étudiées par sondage, de façon à déterminer les origines des parrains et marraines des enfants nés dans le faubourg durant les années citées.

Tableau 23. Origine des parrains des enfants baptisés dans le faubourg Saint-Samson en 1740, 1745, 1750, 1755 et 1760.

Zone de résidence des parrains Effectifs absolus Effectifs relatifs
Faubourg Saint-Samson 114 59,4 %
Ville 58 30,2 %
Autres paroisses (rurales) 20 10,4 %
Total 192 10 0%
  • 159 Le vicaire de Saint-Samson, très méticuleux, indique systématiquement, outre le statut du parrain, (...)

53Sans hésitation, la lecture de ce tableau met en évidence que le choix des parrains concernait, pour presque un tiers des actes de baptême dépouillés, des hommes venant de paroisses urbaines d’Angers intra muros. Cela induit l’existence de solidarités multiples entre les habitants des faubourgs et ceux de la ville, pour la période concernée, qu’elles soient de nature professionnelle, familiale159 ou amicale. Quant aux autres paroisses rurales d’origine des parrains, elles concernaient exclusivement des villages situés à proximité d’Angers.

Tableau 24. Origine des marraines des enfants baptisés dans le faubourg Saint-Samson en 1740, 1745, 1750, 1755 et 1760.

Zone de résidence des marraines Effectifs absolus Effectifs relatifs
Indéterminée 2 1 %
Faubourg Saint-Samson 121 63 %
Ville 54 28 %
Autres paroisses (rurales) 15 8 %
Total 192 100 %

54L’origine des marraines des enfants baptisés à Saint-Samson durant les mêmes années, visible dans le tableau précédent, n’offre pas de profondes différences avec ce qui a été observé pour les parrains. 28 % d’entre elles habitaient dans une des paroisses angevines, ce qui correspond à peu près aux résultats obtenus pour les parrains. Une autre similitude entre les deux tableaux concerne le faible poids des marraines originaires de paroisses rurales proches d’Angers.

55Dans le faubourg de la Guillotière, le choix des parrains et des marraines pour les enfants nés en 1740 et 1780 ne conforte pas non dans plus l’idée d’une population recluse et rejetée par les habitants de l’urbs. Ce faubourg a été choisi en raison de sa situation a priori isolée. Séparé de la ville par le Rhône, il se situe dans la province du Dauphiné. Surtout, chaque franchissement du Rhône par le pont engendrait la perception d’une taxe, de nature à limiter les relations ville-faubourgs. Enfin, de fortes tensions purent exister entre ce faubourg et la ville, ce qui pouvait logiquement favoriser une césure sociale. On serait donc en mesure de s’attendre à trouver un faubourg replié sur lui-même, ou plus ouvert sur les plaines de l’Est lyonnais que tourné vers la ville. Bien au contraire, des liens assez importants semblaient exister entre une part importante de la population du faubourg et la ville intra muros.

Tableau 25. Origine des parrains des enfants baptisés à Notre-Dame de la Guillotière en 1740.

Paroisse d’origine des parrains Effectifs absolus Effectifs relatifs
La Guillotière 97 76 %
Lyon 28 22 %
Autres paroisses 3 2 %
Total 128 100 %
  • 160 Quelques exemples clairs peuvent être cités. Antoinette Coponat, née en février 1740 et dont le pè (...)

56Si les résultats sont un peu moins probants que dans le cas du faubourg Saint-Samson à Angers, force est de constater que le choix d’un parrain lyonnais pour les enfants baptisés à la Guillotière en 1740 n’avait rien d’exceptionnel, bien au contraire. 22 % des parrains des enfants nés à la Guillotière étaient ainsi lyonnais en 1740. En 1780, ce taux s’élevait à 26 %. Si des solidarités professionnelles160 sont discernables dans le choix de certains parrains, il est hélas impossible d’établir la réalité de solidarités familiales unissant habitants de la ville et des faubourgs, car le curé de la Guillotière ne fit pas preuve de la même précision que son homologue angevin.

Tableau 26 : Origine des marraines des enfants baptisés à Notre-Dame de la Guillotière en 1740.

Paroisse d’origine des marraines Effectifs absolus Effectifs relatifs
La Guillotière 110 86 %
Lyon 18 14 %
Total 128 100 %

Tableau 27 : Origine des parrains des enfants baptisés à Notre-Dame de la Guillotière en 1780.

Paroisse d’origine des parrains Effectifs absolus Effectifs relatifs
La Guillotière 140 69 %
Lyon 54 26 %
Autres 10 5 %
Total 204 100 %

Tableau 28. Origine des marraines des enfants baptisés à Notre-Dame de la Guillotière en 1780.

Paroisse d’origine des marraines Effectifs absolus Effectifs relatifs
La Guillotière 146 72 %
Lyon 36 18 %
Autres 22 11 %
Total 204 100 %

57La comparaison globale des quatre tableaux ne permet pas d’avancer d’hypothèses véritablement fortes. En 1740 comme en 1780, remarquons tout d’abord que les parents de la Guillotière baptisant leurs enfants choisirent un peu plus facilement des parrains de Lyon que des marraines de la même ville. Le choix d’une marraine lyonnaise resta chose moins fréquente que celui d’un parrain lyonnais, comme dans le cas du faubourg Saint-Samson à Angers. Faut-il y voir une réalité sociale, celle d’une population féminine faubourienne moins mobile et ayant moins de relations, notamment professionnelles, avec les habitants de la ville ? Le curé de la Guillotière étant particulièrement peu soucieux de noter l’état des marraines, mais aussi des mères des enfants baptisés, cette question demeurera pour l’instant en suspens.

58Si, parfois, les parrains originaires de Lyon étaient choisis (par les pères) en raison de liens professionnels, il semble toutefois que dans tous les types de métiers, des relations existaient entre habitants des faubourgs et de la ville. En effet, même pour les métiers agricoles, le choix d’un parrain urbain était possible. En 1780, parmi les 15 laboureurs, pères d’enfants nés à la Guillotière, 8 choisirent un parrain dans le faubourg, 5 dans la ville, un à Villeurbanne et un à Heyrieux (un village situé une quinzaine de kilomètres au sud-est de Lyon). De plus, en 1780, parmi les 38 enfants fils de laboureurs et nés à la Guillotière, 27 eurent un parrain résidant dans le faubourg. 9 avaient un parrain dans la ville de Lyon et seuls deux autres avaient un parrain originaire d’une paroisse rurale. Cela laisse supposer que ce faubourg avait peu de liens avec les espaces ruraux proches de Lyon.

Ill. 13. Plan de Lion, ancienne colonie des romains, par Ferdinand Delamonce & Charles Inselin, vers 1750.

Ill. 13. Plan de Lion, ancienne colonie des romains, par Ferdinand Delamonce & Charles Inselin, vers 1750.

59En outre, au fil du temps, le choix d’un parrain ou d’une marraine extérieur(e) à la paroisse, notamment lyonnais, sembla augmenter. Cet état de fait signifiait-il la fin progressive d’un modèle de faubourg fonctionnant en village, dans lequel les relations de voisinage et de famille constituaient le panorama presque exclusif de la sociabilité de la population ? Pour valider complètement cette hypothèse, travailler sur les registres paroissiaux antérieurs eut été indispensable pour discerner des tendances. Aucune certitude ne peut donc être établie. Mentionnons cependant que la croissance démographique importante du faubourg (on passe de 128 naissances pour l’année 1740 à 204 pour l’année 1780) et son corollaire, un brassage plus important de la population en raison d’une immigration forcément plus massive, sont de nature à conforter cette hypothèse.

60Des relations sociales et familiales par-delà les fortifications sont donc indéniables. Il est bien entendu ardu d’en déterminer l’intensité et la nature exactes. Difficilement visibles, elles ne peuvent être déterminées dans un contexte où les documents écrits étaient avant tout conçus et rédigés par et pour les strates sociales supérieures. De ce fait, s’intéresser à ces catégories sociales dans les faubourgs s’impose comme une évidence.

Élites des villes et des faubourgs : deux mondes qui semblent s’ignorer

  • 161 Le travail de Pierre Bourdieu concernant la reproduction sociale de certaines élites fait évidemme (...)
  • 162 Un des travaux de référence est celui coordonné par Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Histoire des é (...)
  • 163 Anette Smedley-Weill, Les Intendants de Louis XIV, Paris, Fayard, 1995.
  • 164 Françoise Bayard, Le Monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988.
  • 165 Jean Meyer, La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1966. 
  • 166 Étudiant le cas grenoblois, Sylvain Turc a bien démontré que le terme d’élites pouvait renvoyer à (...)
  • 167 Deux travaux font figure de référence. Le premier est celui de Guy Saupin, Nantes au xviie siècle, (...)

61Le terme d’élite, avant tout étudié par les sociologues161, a été au cœur de nombreux travaux historiques ces dernières années162. Cette notion, aux multiples assertions, peut renvoyer aussi bien à des réalités politiques163, économiques164, que sociales165. Bien souvent pourtant, durant l’Ancien Régime, ces réalités s’entrecroisaient, rendant plus délicate une étude spécifique166. Ces dernières années, plusieurs travaux historiques se sont essayés à des études prosopographiques, notamment afin de tenter de démêler les différentes factions s’affrontant pour conquérir le pouvoir dans certaines villes167. Travail particulièrement long et minutieux, il ne peut être mené dans le cadre d’une étude abordant de nombreuses autres problématiques de recherches. Théoriquement menée sur des sources qualifiées de « primaires », une étude prosopographique cible un groupe social particulier. Pour autant, il est tout de même envisageable de s’appuyer sur des données de seconde main, lorsque la provenance des informations semble en partie fiable. Le questionnement qui peut émerger est alors double. Les élites des faubourgs participaient-elles aux instances décisionnelles de la ville ? Pouvaient-elles suivre un cursus honorum les menant jusqu’aux plus hautes fonctions de la cité ?

62Un type de document apparaît très précieux pour répondre à ces interrogations. Au xviiie siècle, la publication d’almanachs devint de plus en plus fréquente, révélant autant un effet de mode qu’une soif croissante de se tenir informé des renseignements pratiques d’une ville ; outre les éphémérides, y figuraient les dates des foires et marchés, les horaires et lieux de départ des courriers, messageries et autres carrosses. Ces almanachs renfermaient surtout le nom de certains notables reconnus comme tels, qu’ils fussent avocats, officiers royaux, ou encore membres des institutions de bienfaisance. Or toute ville un tant soit peu importante disposait de ce type d’ouvrage au cours du xviiie siècle. Des almanachs lyonnais, toulousain, angevin, orléanais et dijonnais ont servi de points d’appui à la réflexion qui va suivre. Tous laissent entrevoir des réalités très différentes d’une ville à l’autre. Celui d’Angoulême trop indigent, s’est avéré rapidement inutile.

  • 168 Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon et des provinces de Lyonnois, Forez et Bea (...)
  • 169 Ibid., p. 135-139.
  • 170 Ibid., p. 139-140.
  • 171 Ibid., p. 163.
  • 172 Ibid., p. 173-174.
  • 173 Ibid., p. 175-176.

63L’almanach historique et astronomique de Lyon pour l’année 1787 délivre des renseignements sur les identités et les lieux de résidence de personnes pouvant être classées sans nul doute parmi les élites. Ainsi, les noms de tous les anciens recteurs de l’Hôtel-Dieu et de l’hôpital de la Charité encore vivants sont publiés. Ces postes étaient extrêmement prestigieux et les occuper nécessitait tout autant un capital d’honneur important qu’une puissance politique indéniable. Les 14 recteurs et 83 anciens recteurs de l’Hôtel-Dieu, tout comme les 18 recteurs et 115 anciens recteurs de la Charité présentaient un point commun168 : aucun n’habitait dans les faubourgs, sauf Jean-Antoine Tavernier, ancien échevin et recteur de la Charité en 1777, 1779 et 1780. En ce qui concerne les officiers du bureau des finances169, de l’élection170, les agents des changes, banques et marchandises171, tout comme les avocats172 ou les procureurs aux cours et juridictions de Lyon173, les faubourgs n’étaient pas non plus représentés.

  • 174 Almanach de la province de Bourgogne, op. cit., p. 1-16. Seul Bontemps, huissier au parlement, hab (...)
  • 175 Ibid., p. 25-34. Seul M. Joly, « contrôleur des Mortes-Paies », réside faubourg Saint-Nicolas.

64L’almanach de Dijon, datant de 1772, donne des informations concordant avec celles de l’almanach lyonnais. Ainsi, tous les membres du parlement, au nombre de 278 (membres de la grand’chambre, de la tournelle, des enquêtes, avocats, consultants et plaidants, huissiers...) étaient, à une exception près, des habitants de la ville174. Les 97 membres actifs de la chambre des comptes, comme 47 des 48 membres du bureau des finances, ne s’étaient pas non plus établis dans les faubourgs175, mais bien à l’intérieur des remparts. Par contre, les élites économiques n’étaient pas citées dans cet almanach, alors que leur prise en compte est attestée dans des ouvrages similaires.

  • 176 Calendrier historique d’Orléans, curieux et nécessaire, avec le détail du commerce de la ville et (...)
  • 177 Ibid., p. 88-90. Seul un négociant en vin nommé Perdoulx-Bercau réside hors la ville, au faubourg (...)
  • 178 Ibid., p. 118-119 et 133-134.
  • 179 Ibid., p. 135-136.

65L’almanach d’Orléans, pour l’année 1792176, ne fait que conforter les situations décrites dans les cas lyonnais et dijonnais, bien que les faubourgs fussent, dans la cité ligérienne, beaucoup plus développés que dans les deux autres agglomérations citées. Toutefois, la date tardive de publication de cet almanach, postérieure à l’Ancien Régime, ne permet plus une comparaison des mêmes élites. Les officiers royaux ayant disparu, les élites étudiées pouvaient être alors les membres des tribunaux orléanais (tribunal criminel, tribunal civil...), les grands négociants, ainsi que les membres de la municipalité orléanaise. Tout d’abord, les personnalités du monde du commerce résidaient tous en ville (ainsi des 45 négociants en épices, dont l’activité demeure très prospère à la Révolution, comme de 15 des 16 négociants en vin)177. Dans les tribunaux178, la situation était à peine différente. Ainsi, dans le tribunal correctionnel, seuls 4 des 28 magistrats habitaient dans les faubourgs (ceux de Bannier, Madeleine et Saint-Marceau). En revanche, aucun des 17 membres du tribunal de commerce n’y vivait. Enfin, au sein de la municipalité179, les 17 officiers municipaux et 18 des 26 habitants qualifiés de notables étaient bien urbains, et non faubouriens. En d’autres termes, ni le processus révolutionnaire, ni le contexte local, dans lequel les faubourgs étaient plus puissants démographiquement et économiquement, n’engendrèrent une répartition des élites reconnues plus équilibrée entre ville et espaces suburbains.

  • 180 Almanach historique ou calendrier d’Anjou, Angers, A. J. Jahyer, 1771, p. 48-50 (AD de Maine-et-Lo (...)
  • 181 Ibid., p. 58-59.

66À Angers, la situation n’était guère différente en 1771. Sur les 35 membres du présidial, 3 seulement habitaient extra muros180 : encore est-il nécessaire de souligner que leurs fonctions (greffier et huissier audiencier) n’étaient pas les plus honorifiques au sein de ce tribunal. De même, parmi les 35 personnes indiquées comme « avocats-procureurs en la sénéchaussée, présidial et autres juridictions royales d’Angers », un seul, le doyen Martineau, résidait dans le faubourg Bressigny, alors que tous ses confrères avaient leur adresse en ville181.

  • 182 Almanach historique de la ville de Toulouse, avec des augmentations et des changemens considérable (...)
  • 183 Ibid., p. 231-232.
  • 184 Ibid., p. 230-231.

67L’almanach de Toulouse étudié, datant de l’année 1782, donne à voir une réalité quelque peu différente des quatre cas précédemment étudiés. Si la répartition des membres du parlement182 (présidents, conseillers, huissiers, procureurs) montre que ceux-ci, pas plus que les officiers royaux, ne choisirent jamais d’habiter en zone suburbaine, la règle ne s’appliquait pas à tous les notables de la ville rose. En revanche, en ce qui concerne les élites économiques, force est de constater que les faubourgs n’étaient pas ici délaissés, bien au contraire ; plusieurs affichaient même une spécialisation dans certains négoces. Ainsi, 12 des 18 marchands de grains de l’agglomération toulousaine habitaient dans le faubourg Saint-Étienne183. Tous les marchands de bois, 16 au total, résidaient dans les faubourgs (en l’occurrence Saint-Michel, Arnaud-Bernard, Saint-Cyprien, Saint-Pierre et Saint-Étienne). Sur les 48 marchands de drogues et épices, 7 avaient choisi de vivre hors les murs184. Non seulement les faubourgs toulousains étaient développés démographiquement, mais ils étaient également placés de manière stratégique le long des deux voies d’eau (la Garonne et le canal du Midi) assurant le ravitaillement de l’agglomération ; voilà probablement la cause de ce particularisme toulousain.

  • 185 AD du Rhône, 106 J, Fonds Ferdinand Frécon.
  • 186 Ces dossiers vides concernent surtout en réalité des conseillers de ville du xve et du xvie siècle (...)
  • 187 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 495-506.
  • 188 On peut considérer cet échantillon comme assez représentatif ; Frécon avait en effet relevé l’exis (...)
  • 189 La fonction d’échevin permet d’obtenir à Lyon la noblesse de « cloche ».

68Une autre piste de recherche peut être explorée à condition de tenir compte de l’extrême lenteur des processus d’ascension sociale sous l’Ancien Régime. En d’autres termes, dans un contexte de promotion sociale lignagère, quel devenir pour leur descendance les élites faubouriennes pouvaient-elles espérer ? Des éléments de réponse peuvent être donnés à l’aide du cas lyonnais. En effet, la ville de Lyon a la chance d’avoir eu, à la fin du xixe siècle, des érudits férus d’histoire et de généalogie qui collectèrent (directement ou indirectement, quand leurs moyens financiers leur permettaient de s’attacher les services de copistes) des milliers d’informations sur les grandes dynasties lyonnaises de l’Ancien Régime. L’un d’eux, Ferdinand Frécon, avocat lyonnais de la fin du xixe et du début du xxe siècle, nous a laissé un fonds éponyme aux archives départementales du Rhône185. En particulier, il s’est attaché à constituer les dossiers des échevins et prévôts des marchands nommés durant l’Ancien Régime à Lyon, connus aux archives départementales du Rhône sous le nom de « dossiers rouges ». Si certains dossiers sont presque vides186, d’autres renferment de précieuses informations généalogiques, permettant de préciser les trajectoires ayant mené à l’anoblissement par les charges consulaires. Maurice Garden avait mentionné l’existence de cette source dans sa thèse187, en l’exploitant très partiellement pour le xviiie siècle. Un travail de saisie, sans contrainte de datation, a donc été mené, à partir des seuls dossiers mentionnant clairement le lieu de naissance de l’échevin (ou du prévôt des marchands) et / ou de son père. Au total, l’échantillon constitué représente 368 échevins ou prévôts des marchands de Lyon sous l’Ancien Régime188. Ces échevins sont les représentants les plus éminents des élites lyonnaises, dans le domaine politique, mais aussi parfois économique ; certains acquirent d’abord une grande richesse et utilisèrent le consulat comme moyen d’accession à la noblesse189. Une grande partie d’entre eux occupèrent également d’autres fonctions politiques importantes de la gouvernance lyonnaise (recteur de l’Hôtel-Dieu ou de l’Aumône générale...).

  • 190 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 504 et 755-756.

69Comme Maurice Garden l’avait révélé pour le xviiie siècle, la présence de nombreux immigrés de fraîche date dans l’échevinage démontre la possibilité d’ascensions sociales relativement rapides pour l’Ancien Régime, en une ou deux générations190, puisque 54,3 % des pères des échevins recensés dans l’échantillon n’étaient pas originaires de Lyon. Quant aux échevins de l’échantillon eux-mêmes, 31 % naquirent hors de la ville intra muros. En revanche, à l’égard des faubourgs, la sentence de ce dépouillement est doublement sans appel. D’une part, aucun des échevins ou prévôts de marchands de la ville de Lyon durant l’Ancien Régime, dont les dossiers sont exploitables, ne vit le jour dans les faubourgs de la ville. D’autre part, aucun d’entre eux n’avait un père originaire des espaces faubouriens. Dans le cursus honorum à la lyonnaise, transiter par les faubourgs n’était donc guère un palier d’ascension sociale nécessaire pour les immigrants. La règle voyait plutôt des familles ayant accumulé un certain capital d’honneur, de dignité et de richesse dans des villes secondaires, parfois très modestes, se fixer directement à Lyon, dans les paroisses les plus fréquentées par les notables déjà installés (Sainte-Croix, Saint-Nizier, Saint-Pierre et Saint-Saturnin, Saint-Paul). Un seul cas emblématique peut être cité ; celui de Charles-Claude Burgelat, marchand. Orphelin de père et originaire de Bélesta dans le Languedoc, il s’installa d’abord au faubourg de la Croix-Rousse pour une dizaine d’années à la fin du xviie siècle, avant d’entrer dans la cité et de gravir les différents échelons jusqu’à l’échevinat en 1707-1708.

  • 191 Sur les 89 échevins dont le père est étranger et a immigré à Lyon, la paroisse de naissance est in (...)

70Le cas de Charles-Claude Burgelat ne fut absolument pas représentatif des trajectoires d’ascension sociale habituelles. En effet, en ce qui concerne les échevins nés à Lyon de parents étrangers à la ville, la répartition des actes de baptême met en exergue certaines paroisses urbaines stratégiques191, où ces élites extérieures venaient directement s’installer, afin de nouer le plus rapidement possible des relations de sociabilité avec les élites locales. L’objectif était ainsi de se constituer son propre réseau de sociabilité, indispensable pour accéder à l’échevinage. Les chiffres, là encore, ne laissent planer aucun doute.

  • 192 AM de Lyon, CC 4285, Réclamations des habitants de la Guillotière au sujet du passage du pont du R (...)
  • 193 AD du Rhône, 2 B 232, Élection des consuls.

71Outre ces « dossiers rouges », le fonds Frécon comprend aussi des « dossiers bleus » concernant d’autres personnalités importantes de Lyon sous l’Ancien Régime, qualifiées de « notables non consulaires ». La constitution de ce fonds est évidemment plus subjective. S’y côtoient entrepreneurs, officiers, responsables d’institutions caritatives ou hospitalière... Ce fonds est surtout un incroyable bric-à-brac de données, fait de coupures de journaux et d’informations parfois douteuses, rendant improbable toute démarche prosopographique. L’utilisation de ces nombreux registres peut ici être menée différemment. Les archives municipales de Lyon et les archives départementales du Rhône renferment ainsi quelques documents épars nous renseignant sur le fonctionnement des faubourgs de Vaise, de Croix-Rousse et de la Guillotière, mentionnant au cas par cas le nom des responsables de ces communautés faubouriennes, en particulier lors de conflits avec la ville de Lyon. Par exemple, dans le cas de la Guillotière, un mémoire de quatorze pages192, résumant le point de vue des habitants de la Guillotière, fut rédigé en 1766. Leurs représentants étaient « Barthélémi Delphiney, Louis Parant, Ennemond Allard, Jacques Bourdin et Antoine Couturier, les syndics, ainsi que le nommé Sollier et autres habitants de la même paroisse ». De même, les archives des justices seigneuriales peuvent aussi indiquer le nom des consuls de la Croix-Rousse193. Leurs noms ont donc été relevés avec l’espoir de retrouver certains d’entre eux comme des élites intra muros.

72Tous ces représentants faubouriens (une vingtaine au total), qui en milieu rural auraient fait figure de « coqs de village », n’ont laissé aucune trace dans l’histoire lyonnaise. Leurs noms ne se retrouvent ni dans les institutions caritatives de la ville, ni dans les hauts postes de la municipalité lyonnaise. C’est à l’évidence un indice supplémentaire du caractère très exceptionnel, voire impossible, de l’ascension sociale depuis les faubourgs.

  • 194 Toutefois, un effet de source demeure ici une limite à ce raisonnement. Avant 1640, les registres (...)

73En définitive, pour intégrer l’élite lyonnaise, il fallait déjà avoir constitué un capital d’honneur suffisant dans une ville secondaire, choisi le bon quartier pour s’installer194, mais certainement pas avoir transité par les faubourgs. De ce fait, soit les micro-élites des faubourgs étaient attachées à leur lieu de vie, et il n’était donc pas question pour elles de le quitter ; soit il leur était impossible de s’insérer dans les réseaux élitaires de la ville de Lyon en raison de leur origine faubourienne. Pour l’instant, les sources ne permettent pas de trancher entre ces deux hypothèses. Cette conclusion ne prétend cependant en rien réaliser de généralisation quant aux migrations entre la ville et les faubourgs, dont la réalité peut être prouvée au moyen de différentes archives.

Notes

1 Maurice Agulhon, La Sociabilité méridionale : confréries et associations dans la vie collective en Provence orientale à la fin du xviiie siècle, 2 vol., Aix-en-Provence, La Pensée universitaire, 1966. Voir également, du même auteur, son célèbre ouvrage, plus tardif, Pénitents et Francs-Maçons de l’ancienne Provence : essai sur la sociabilité méridionale, Paris, Fayard, 1984.

2 Antoine Lilti, Le Monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard, 2005. 

3 Jean-Pierre Gutton, La Sociabilité villageoise dans l’ancienne France : solidarité et voisinages du xvie au xviiie siècle, Paris, Hachette, 1979. 

4 Jean Boutier, Alain Dewerpe & David Nordman, Un tour de France royal : le voyage de Charles IX, 1564-1566, Paris, Aubier / Montaigne, 1984, p. 285-323.

5 À Bordeaux, le 9 avril 1565, le cortège royal arrive par la Garonne et entre par la porte du chapeau rouge. Le cas bordelais semble plutôt l’exception qui confirme la règle.

6 Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon, 3 vol., Lyon, Masson, 1952, vol. 2, p. 46. Voir également AM de Lyon, BB 161, Délibérations consulaires, folio 271.

7 AM de Nantes, AA 53, Documents divers sur les entrées du duc et de la duchesse de Penthièvre, 1736-1749.

8 ABM, AA 22, Entrées solennelles, passage de souverains et des grands personnages, 1565-1785.

9 ABM, AA 22, archive citée.

10 ABM, AA 22, archive citée.

11 ABM, AA 22, archive citée.

12 ABM, AA 22, archive citée. Cette « relation de ce qui s’est passé à l’arrivée de messeigneurs les Princes dans la ville de Montpellier » est un imprimé de 8 pages dont un exemplaire se trouve, par hasard, aux archives de Bordeaux Métropole. Son intérêt ici est bien de montrer la dichotomisation de l’espace de la sociabilité festive : dans la ville se trouvaient les compagnies de milice bourgeoise, derrière lesquelles les élites étaient regroupées, car on avait « pris soin de faire des amphithéâtres pour la commodité de ceux qui vouloient voir cette magnifique entrée. Un grand nombre de belles dames bien parées occupoit toutes les fenêtres des deux côtés qu’on avoit ornées de Tapis & Carreaux de Velours et d’autres étofes de prix ». À l’extérieur de la ville se regroupait par contre tout le reste de la population.

13 Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel de la France..., op. cit., vol. 5, p. 21-22. Voir également Denis Lottin, Recherches historiques sur la ville d’Orléans, 8 vol., Du 8 juillet 1816 au 15 septembre 1830, 2, Orléans, Jean-Baptiste Niel, 1845, p. 15-19.

14 Henri Julia, Histoire de Béziers, ou Recherches sur la province de Languedoc, Paris, Maillet, 1845, p. 356-360.

15 AM d’Angers, GG 442, Célébration du jubilé universel accordé par Clément XIII, 1758-1759.

16 Le trajet habituel reliait la cathédrale à l’église Saint-Aubin. Voir Édouard-Jacques Bougler, « Registre du siège présidial d’Angers, (1649-1782) », Revue de l’Anjou, vol. 4, 2e année, 1862, p. 152-153.

17 AM de Grenoble, AA 47, archive citée.

18 Françoise Bayard, Vivre à Lyon, op. cit., p. 318-321. Cette procession parcourt les rues menant de l’hôpital de la Charité jusqu’à l’église Saint-Bonaventure, puis jusqu’à la cathédrale Saint-Jean.

19 Ibid. Même lors de l’attractif jubilé de 1734, qui voit d’une manière exceptionnelle la Fête-Dieu et la fête de la Saint-Jean se tenir en même temps, les processions empruntent un trajet exclusivement urbain. Voir également BM de Lyon, fonds Coste, 356077, Maurice Pailleu, Relation du Jubilé séculaire de l’église primatiale de Lyon, de l’année 1734, Lyon, Réguillat, 1735. 

20 BM de Lyon, Fonds ancien, 112047, De par les seigneurs doyen, chanoines et chapitre de l’Église, Comtes de Lyon... Ordonnance de police, relativement à la procession de la Fête-Dieu du 9 mai 1788, Lyon, Aimé de la Roche, 1788.

21 AD Gard, LL 55, Délibérations des consuls, 1772-1786 ; document non folioté.

22 Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Grand Dictionnaire…, op.cit., vol. 1, p. 272. Cette procession est également évoquée par Jean-Aymar Piganiol de la Force, Nouveau Voyage en France, op. cit., vol. 1, p. 170-172. Cependant, les mots et les tournures de phrases sont si proches du dictionnaire de la Martinière que l’on peut affirmer que Piganiol s’est contenté de recopier certaines informations.

23 Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Grand Dictionnaire…, op.cit., vol. 1, p. 272.

24 Félix & Thomas Platter, Félix Platter et Thomas Platter à Montpellier, 1552-1559, 1595-1599 : notes de voyages de deux étudiants bâlois…, op. cit., p. 330.

25 Gabriel Peignot, Relation des deux missions de Dijon : l’une en 1737, l’autre en 1824, Dijon, Victor Lagier, 1824, p. 11-21.

26 Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel…, op. cit., vol. 4, p. 550.

27 Ibid., vol. 1, p. 373.

28 Annick Pardailhé-Galabrun, « Les déplacements des Parisiens dans la ville aux xviie et xviiie siècles, un essai de problématique », Histoire, économie et société, vol. 2, nº 2, 1983, p. 205-253. Voir en particulier p. 212-123.

29 Joseph Vingtrinier, La Peste à Lyon, op. cit., p. 11.

30 Olivier Zeller, « Rites civiques, rythmes et symbolismes municipaux en 1761 : l’agenda consulaire du lyonnais François Valesque », Città e Storia, vol. 3, 2008, p. 391-414.

31 Idem, p. 33-34.

32 Idem, p. 27-29.

33 C’est le cas par exemple de la confrérie des jardiniers. Voir Joseph Vingtrinier, La Peste à Lyon, op. cit., p. 49.

34 Il s’agit de la fête des Merveilles, qui a disparu au début du xve siècle. Voir Sébastien Charléty, Histoire de Lyon depuis les origines jusqu’à nos jours, Lyon, Rey & Cie, 1903, p. 40-41. Durant cette fête, les habitants des faubourgs de Vaise rejoignaient par bateau le cœur de la ville, après l’arrivée de la procession dans leur quartier.

35 AM de Lyon, AA 143 (consultable sous la forme d’un microfilm coté 2 Mi 27), Cérémonies et réjouissances publiques pour les deuils, mariages de diverses autorités et publications de paix, 1547-1774 ; BB 386 (consultable sous la forme d’un microfilm coté 2 Mi 5), Cérémonial du consulat pour tous les actes publics de la ville de Lyon, 1680. Les affiches appelant la population à participer à ces cérémonies s’adressaient de plus en plus fréquemment aux « habitants de la ville de Lyon et des fauxbourgs ».

36 AM de Grenoble, AA 47, Fêtes publiques, 1708-1729 ; AA 48, Fêtes publiques, 1730-1749.

37 AM de Grenoble, AA 48, archive citée.

38 ABM, AA 25, Fêtes, réjouissances, feux de joie, 1661-1781. Il est indiqué que « le lundy 14 août [1682], la joye publique fut renouvellée par des feux de joye & par des Illuminations ; mais ce qui se paffa le même foir dans le Faux-Bourg des Chartreux, mériteroit une relation toute particulière. Car comme ce Faux-Bourg eft fitué fur le port & havre de Bordeaux, & habité par de très bons négotians, ils eftoient portez très avantageusement pour donner des marques de leur joye. Tous les Bourgeois & habitans dudit Faux-Bourg firent dresser des tables publiques au devant de leurs maifons, ou pour mieux dire, une table de demy lieuë de long, jufqu’au lieu de Bacalan, qui eft vis à vis de Lormont. Ces tables eftoient couvertes de mets très bons & très délicieux, des vins & des liqueurs excellentes & en profufion, chacun y régaloit ses amis ; il y avoit une fontaine de vin, qui en verfoit inceffamment au menu peuple, les maifons étoient illuminées depuis le haut jufqu’en bas, les Vaiffeaux eftoient tous garnis de lumière [...]. On fit tirer plus de mille coups de canons, on fit des danses publiques au fon de divers inftruments. Monfieur de Ris, intendant, fut témoin de cette réjouiffance, s’eftant allé promené en carroffe fur ledit Faux-bourg des Chartreux, en compagnie de Monfieur de Foucaut, Intendant de la Généralité de Montauban, avec un cortège de grand nombre d’autres carroffes, remplis de perfonnes de qualité ».

39 AM de Grenoble, GG 213, Affaires ecclésiastiques, paroisses Saint-Louis et Saint-Joseph, 1676-1779.

40 AD de l’Hérault, C 1008, Enregistrement des requêtes, 1750-1751 ; C 1014, Enregistrement des requêtes, 1759-1760.

41 AM de Toulouse, 20 Fi 324, Plan de la ville et faubourgs de Toulouse, par Joseph Vitry, 1825. Selon le voyer de la ville, à cette date, les faubourgs n’ont pas leur propre paroisse, mais des églises récentes qualifiées de « succursales ».

42 Au sujet du monde rural, le travail de Jean-Pierre Gutton fait toujours référence (voir Jean-Pierre Gutton, La Sociabilité villageoise dans la France d’Ancien Régime, op. cit., en particulier les pages 185-254). Un colloque a été organisé à Lille en septembre 2009 (La Paroisse urbaine, du Moyen Âge à l’époque contemporaine), étendant les problématiques de Jean-Pierre Gutton au monde urbain.

43 Dans les villes et les villages d’Angers, à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle, l’épiscopat exigea ainsi des curés une pratique assidue de tous les membres de la paroisse aux moments communs de célébration de la foi, jetant l’opprobre social sur ceux qui restaient à la marge du mouvement. Voir François Lebrun (dir.), Le Diocèse d’Angers, dans Jean-Rémy Palanque & Bernard Plongeron, Histoire des diocèses de France, Paris, Beauchesne, vol. 13, 1981, p. 138-141.

44 Philippe Lescat, « Le recrutement des maîtrises parisiennes aux xviie et xviiie siècles », dans Bernard Dompnier (dir.), Maîtrises et chapelles aux xviie et xviiie siècle : des institutions musicales au service de Dieu, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2003, p. 97-116.

45 AM de Lyon, 1 II 478 1, État des dépenses et recettes de la paroisse Saint-Pierre-Saint-Saturnin, 1768-1788.

46 Le nom Mayet est par exemple un nom que l’on retrouve uniquement à la Croix-Rousse. Voir AM de Lyon, série G, Minute de la contribution mobilière de la Croix-Rousse, 3e section, 1791. Par contre, ce nom n’apparaît pas, par exemple, dans les tables décennales d’état civil de la « division du nord » de Lyon de 1792 à l’an X, à laquelle la partie urbaine de la paroisse Saint-Pierre-Saint-Saturnin a été rattachée pendant la Révolution.

47 Isabelle Robin-Romero, Les Orphelins de Paris : enfants et assistance aux xvie-xviiie siècles, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2007, p. 23.

48 À Angers, après l’inondation de mars 1751, l’échevinat confia la distribution de pains pour les démunis aux curés et aux fidèles des 5 paroisses les plus touchées, dont certaines (Saint-Michel-du-Tertre, la Trinité) étaient à cheval sur la ville et les espaces faubouriens. Ainsi, les fidèles de la Trinité distribuent aux victimes 900 pains et ceux de Saint-Michel-du-Tertre 300. L’inondation se poursuivant, une nouvelle distribution voit les habitants de la Trinité distribuer 1 000 pains le 19 mars (AM d’Angers, BB114, Délibérations du conseil de ville, 1er mai 1747-30 avril 1751, registre consultable sous la forme d’un microfilm coté 7 Mi 42, folio 216 recto et folio 217 recto).

49 André Blanc (dit La Goutte), « Coupi de la lettra ecrita per Blanc... a un de sou-z-ami, u sujet de l’inondation arriva a Garnoblo la veille de S. Thomas, 20 décembre 1740 », dans Poésies en patois du Dauphiné, François-Alexandre Michal-Ladichère (éd.), Grenoble, Rahoult & Dardelet, 1874, p. 12-14. L’auteur mit en évidence, dans son poème en franco-provençal relatant la grande inondation de 1740, le désarroi des habitants du faubourg Très-Cloître, les solidarités de voisinage (les gens habitant dans les étages élevés des immeubles du centre accueillirent ceux habitant dans les niveaux inondés) ainsi que les gestes de charité de certains notables grenoblois.

50 Théo Blanchard, « Les inondations de 1733 et 1740 à Grenoble, l’évolution de la résilience dans l’après-catastrophe », Environnement urbain, vol. 2, 2008, p. 73-89. L’auteur met notamment en évidence le rôle prépondérant de l’échevinage et de l’Hôpital général de Grenoble, qui aident les habitants des faubourgs Très-Cloître et Saint-Joseph, particulièrement affectés ; voir également Denis Cœur, La Plaine de Grenoble face aux inondations : genèse d’une politique publique du xviie au xxe siècle, Grenoble, Versailles, Quae, 2008, p. 49-50. L’auteur évoque en effet le rôle prépondérant de la troupe dans la distribution des secours et les déblaiements.

51 AD de l’Isère, 2C 816, Mémoires concernant les moyens de garantir la ville de Grenoble d’une inondation, 1741, folio 1 : Voir notamment les « Observations sur le dénombrement des habitants de la Paroisse de Saint-Joseph qui ont été inondez et sur les pertes qu’ils ont faites. »

52 AM de Lyon, 1 GG 267, Baptêmes, mariages et sépultures dans la paroisse de Saint-Pierre de Vaise, 1789.

53 Voir Guy Saupin, « La milice bourgeoise, relais politique fondamental dans la ville française d’Ancien Régime, réflexions à partir de l’exemple de Nantes » dans Bruno Dumons & Olivier Zeller (dir.), Gouverner la ville en Europe du Moyen Âge au xxe siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 73-74 ; Robert Descimon, « Solidarité communautaire et solidarité armée : les compagnies de la milice bourgeoise à Paris (xvie-xviie siècles) », dans Françoise Thélamon (dir.), Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, Presses universitaires de Rouen, 1985, p. 599-609 ; Robert Descimon, « Milice bourgeoise et identité citadine à Paris au temps de la Ligue », Annales ESC, nº 4, 1993, juillet-août, p. 885-906 ; Olivier Zeller, « La ville moderne », dans Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, op. cit., vol. 1, p. 711-721 ; André Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie siècle », Villes de l’Europe méditerranéenne et de l’Europe occidentale du Moyen Âge au xixe siècle, Maurice Bordes (dir.), Nice, Annales de la faculté des lettres et sciences humaines de Nice, nº 9-10, 1969, décembre, p. 241-277.

54 Laurent Coste, « Les milices bourgeoises en France », dans Jean-Pierre Poussou (dir.), Les Sociétés urbaines au xviie siècle : Angleterre, France, Espagne, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2007, p. 181.

55 AM d’Angers, EE 26, Distribution par quartier des compagnies de la milice bourgeoise, xviiie siècle. À partir des années 1770 se produisit une réforme aboutissant à un redécoupage des quartiers et compagnies, contribuant à mélanger davantage habitants des faubourgs et de la ville au sein de la milice.

56 AM d’Angers, EE 5, Milice bourgeoise, 1652-1789.

57 AM d’Angers, EE 5, archive citée. En 1784, un officier de la milice est mis en prison pour avoir trop vite relâché quatre individus coupables de tapage nocturne. Cet exemple comme d’autres à Angers prouve que la milice conserve une fonction importante dans la sécurisation de l’espace public et qu’elle n’est pas uniquement une organisation d’apparat. Par ailleurs, Jacques Maillard mentionne également son rôle important, autant lors des patrouilles de nuit qu’en pleine journée, notamment pour la surveillance des foires et marchés. Voir Jacques Maillard, Le Pouvoir municipal…, op. cit., vol. 2, p. 85-87.

58 AM de Romans, EE 48-3, Contentieux concernant la milice, 1757-1788.

59 AM de Romans, EE 48-3, archive citée. La milice bourgeoise étant l’objet d’un contentieux, tout est fait pour ménager les susceptibilités des édiles municipales de Romans et de son faubourg. Dans les « Observations et règlements pour donner à la milice bourgeoise de Romans et de Bourg-de-Péage de Piançon une forme meilleure et plus solide », il est indiqué : « Quoique la milice du Péage ne fasse qu’un seul corps avec celle de Romans, cependant la municipalité du péage est indépendante de la municipalité de Romans, en conséquence, les brevets des officiers de la bourgeoisie du péage doivent être enregistrés à l’hôtel de ville de Romans, où est l’état major dudit bataillon, mais ils doivent aussi l’être à l’hôtel de ville du Péage comme ayant un service particulier à faire au Péage dans certaines occasions. »

60 Autre nom de Bourg-de-Péage.

61 AM de Grenoble, EE 16, Milice bourgeoise, 1692.

62 AD de l’Isère, 2 C 580, Milice bourgeoise de Grenoble, État des seize compagnies qui forment cette milice, 1757-1758. Consultée au début des années 2000, cette archive semble aujourd’hui perdue...

63 AM de Nantes, EE 52, Listes générales des officiers de milice bourgeoise, 1723-1789.

64 AD du Calvados, C 2108, Affaires militaires, Milice bourgeoise de Caen.

65 AM d’Angoulême, EE4, Liste des garçons domiciliés dans la ville et banlieue d’Angoulême appelés à faire partie de la milice, xviiie siècle.

66 Bernard Gallinato, Les Corporations…, op. cit., p. 304. Voir également ABM, EE 5, troupes bourgeoises, compagnies bourgeoises, garde bourgeoise, milice ; EE 12, Rolle des six régimens qui composent les milices bourgeoises de la ville de Bordeaux, 1722.

67 Almanach de la province de Bourgogne et particulièrement de la ville de Dijon pour l’année 1772, Dijon, L. N. Frantin, 1772, p. 51. M. Labaume, lieutenant, habite le faubourg Saint-Nicolas.

68 Daniel Rosetta, Villefranche, capitale du Beaujolais aux xviie et xviiie siècles, Oingt, Daniel Rosetta, 2006, p. 19.

69 Il faut toutefois mentionner que les habitants des faubourgs de la Croix-Rousse et de Guillotière, prétextant de leur appartenance au Franc-Lyonnais et au Dauphiné, ont souhaité eux-mêmes être exemptés de la milice urbaine, ce qui leur permettait ainsi d’échapper à certaines contraintes, comme le tour de guet.

70 AM de Lyon, BB312, Délibérations consulaires, 1746. Le rôle des capitaines pennons, lieutenants et enseignes choisis et nommés par le consulat en 1746 est consultable aux folios 70-72. Les 28 quartiers (ou pennons) de la ville n’intégraient pas les faubourgs. De même, voir AM de Lyon, EE 015, Garde de la ville : milice bourgeoise, Rôle des pennonages et des officiers de pennonage, 1620-1785. Cette archive renferme notamment plusieurs exemplaires du Calendrier de la milice bourgeoise, datant du xviiisiècle. Ainsi, celui de l’année 1785 ne mentionne pour le quartier XXII (celui du Gourguillon) qu’un sergent sur 16 et trois caporaux sur 15 résidant « au faubourg ». Or, il est question dans cette archive du quartier Saint-Just, un ancien faubourg devenu un véritable quartier intra muros (Calendrier de la milice bourgeoise pour l’année MVCCLXXXV, Lyon, Aimé de la Roche, 1785).

71 Martine Delassise et Dominique Dessertine, « Approche historique de la notion de quartier », Bulletin du centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, nº 1, 1979, p. 50-67. Le faubourg de la Croix-Rousse constitue sa propre milice bourgeoise, de sa propre autonomie, le 9 août 1789. Voir Antoine Grand, La Croix-Rousse…, op. cit., p. 17.

72 Relevons que la pleine intégration des anciens faubourgs lyonnais ne se fait que grâce à une mobilisation d’une partie des habitants, notamment par le biais de pétitions. Voir Pierre-Yves Saunier, « La ville en quartiers : découpages de la ville en histoire urbaine », dans Genèses, nº 15, 1994, mars, p. 104-107.

73 Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres en Europe : xvie- xviiie siècles, Paris, Presses universitaires de France, 1974 ; du même auteur, L’État et la mendicité dans la première moitié du xviiie siècle : Auvergne, Beaujolais, Forez, Lyonnais..., Roanne, Horvath, 1973. 

74 AHCL, AG, E5, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1535-1540, p. 196-197.

75 AHCL, AG, E5, archive citée, p. 265.

76 AHCL, AG, E10, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1559-1562, p. 567, 569 et 584.

77 AHCL, AG, E10, archive citée, p. 367, 398 et 430. En période de tension religieuse, les fidèles de la « religion prétendue réformée » semblent bien avoir été exclus de l’assistance.

78 Voir Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon : 1534-1789, op. cit., 1971, p. 275 : « Lorsque Lyon passe aux mains des protestants en 1562, l’Aumône générale subit fort peu de changements. Des recteurs sont peu à peu cooptés [...]. L’organisation des secours reste tout à fait ce qu’elle était avant ». L’auteur souligne en note de bas de page : « Ajoutons qu’avant comme après 1562, l’Aumône générale secourt à peu près indistinctement protestants et catholiques. »

79 AHCL, AG, E6, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1540-1546, p. 464-465.

80 AHCL, AG, E1, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon (copie), 1531-1643, p. 352.

81 AHCL, AG, E27, archive citée, folio 176 recto.

82 Voir Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres. L’exemple de la généralité de Lyon : 1534-1789, op. cit., p. 277 : « Pendant le premier siècle de son existence, l’Aumône générale pratique l’adoption à l’égard de tous les enfants pauvres : orphelins ou enfants abandonnés, légitimes ou illégitimes, de Lyon ou des faubourgs. Plus tard, l’adoption sera réservée aux enfants légitimes nés à Lyon. » Au regard de nos recherches, cette assertion semble non fondée.

83 AHCL, AG, E1, Copie des délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1531-1643, p. 266-267.

84 AHCL, AG, E1, archive citée, p. 384.

85 AHCL, AG, E1, archive citée, p. 496-497.

86 AHCL, AG, G347, Réglementations et législations concernant les mendiants, 1534-1789.

87 AHCL, FHD 29, Registre d’entrée des populations secourues par l’Hôtel-Dieu, 1608-1610.

88 AHCL, AG, E1, archive citée, p. 384.

89 AHCL, AG, E1, archive citée, p. 496-497.

90 AM de Rennes, 170, Police, 1572-1686. Archive citée par Alain Croix, La Bretagne..., op. cit., vol. 2, p. 1272-1273.

91 AD de Seine-Maritime, A 30, Actes de l’Hospice général de Rouen, 1605-1646.

92 Michel Béziers, Histoire sommaire de la ville de Bayeux, op. cit., p. 37.

93 Voir AM de Dijon, B 261, Délibérations consulaires, 1626 ; archive citée par Gaston Roupnel, dans La Ville et la campagne au xviie siècle : étude sur les populations du pays dijonnais, Paris, SEVPEN / Armand Colin, 1955, p. 96.

94 AM de Dijon, I 140, Mendicité, 1651-1699.

95 AM de Dijon, I 141, Mendicité, 1702-1789.

96 Émile-François Farge, « La peste et la police de la santé, Angers, 1582-1584 », Revue de l’Anjou et du Maine, 1858, vol. 4, p. 129-132.

97 AM de Nantes, FF 261, Vagabondage, 1628-1777.

98 Alain Croix, La Bretagne…, op. cit., vol. 2, p. 436.

99 AM de Lyon, BB 180, Délibérations municipales, 1631, folio 114 (recto et verso).

100 AM de Grenoble, GG 249, Hôpital, statuts, règlements, titres et délibérations, 1548-1551 ; GG 245, Assistance publique, 1614-1788.

101 AM de Grenoble, GG 279, Épidémies, 1628-1631.

102 Paul Gaffarel & Marquis de Duranty, La Peste de 1720 à Marseille et en France, d’après des documents inédits, Paris, Perrin & cie, 1911, p. 592.

103 BM d’Avignon, Ms 2394, Journal de la Peste qui a ravagé Avignon en 1721.

104 Jean-Louis Harouel, L’Embellissement des villes…, op. cit. Voir également Olivier Zeller, « Une nouvelle gestion édilitaire au xviiie siècle : les entrepreneurs de services publics à Lyon », dans René Favier et al. (éd.), Tisser l’histoire : l’industrie et ses patrons, xvie-xxe siècles : mélanges offerts à Serge Chassagne, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2008, p. 195-208.

105 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, op. cit., vol. 3, p. 154-155. Après plusieurs atermoiements, l’ordonnance de 1697 impose de manière décisive aux villes de province de s’équiper suivant le modèle parisien de lanternes, moyennant la levée d’une nouvelle taxe. Cette date est le déclencheur, dans de nombreuses villes, de plans d’éclairage plus ou moins ambitieux.

106 Pierre Gras (dir.), Histoire de Dijon, op. cit., p. 201.

107 Benoît Garnot, Un déclin : Chartres au xviiie siècle, op. cit., p. 29.

108 AM de Rennes, DD 222, Titres concernant les lanternes publiques de la ville de Rennes, 1621-1705.

109 AM de Lyon, BB 128, Délibérations consulaires, 1591, folio 36.

110 AM de Lyon, AA 127 (consultable sous la forme du microfilm coté 2 Mi 27), Correspondance envoyée par la commune, registre de copies de lettres adressées par le consulat à diverses autorités, 1692-1702. Ce chiffre de 2 500 est en fait volontairement gonflé pour réclamer au pouvoir royal une aide financière.

111 AM de Lyon, BB 257, Délibérations consulaires, 1698, folio 103.

112 AM de Lyon, BB 293, Délibérations consulaires, 1729, folio 35.

113 AM de Lyon, 4 WP 83, Voirie urbaine, éclairage public à l’huile, 1794-1853.

114 BM de Lyon, 385856, p. 28. Les habitants du bourg de la Guillotière expliquaient ainsi dans un mémoire à l’assemblée nationale : « La ville est très bien éclairée pendant la nuit par une multitude de réverbères. Nous en sommes privés. Aussi, la nuit la plus obscure règne à la Guillotière. »

115 AM d’Angers, CC 234, Établissement de lanternes, rôle de frais, 1699 ; CC 219, Établissement de lanternes, rôle de frais, 1787 ; CC 235, Entretien de réverbères, 1730-1789. Sous l’impulsion du pouvoir royal est levée une taxe de 120 000 livres destinée à l’installation et au fonctionnement de ces réverbères en 1697 (AM d’Angers, BB 101, folio 40 recto).

116 AM d’Angers, CC 219, Établissement de lanternes, rôle de frais, 1787. Il ne nous reste malheureusement qu’une partie du « rolle pour l’illumination » de 1787, indiquant toutes les maisons de la ville bénéficiant de l’éclairage public et donc soumises à une « contribution de l’illumination ». Dans cette bribe d’archives, le faubourg Saint-Jacques possède 55 maisons bénéficiant de l’éclairage, tandis que 11 sont décrites comme « non éclairées ». De ce fait, il est difficile de savoir quand a eu lieu l’équipement des faubourgs en lanternes, sauf à dépouiller l’intégralité des registres de délibérations municipales du xviiie siècle.

117 AM de Grenoble, DD 140, Éclairage public, 1696-1733 et DD 168, Éclairage public, 1697-1782.

118 AM de Grenoble, DD 141, Éclairage public, 1740-1747 ; DD 142, Éclairage public, 1753-1771 ; DD 144, Éclairage public, 1782-1790.

119 AM de Grenoble, DD 144, archive citée.

120 AM de Vienne, non classé, Registre des enregistrements et arrêts et autres commencé le 5 septembre 1767 et fini le (sic.), cité dans Cécile Manneveau, La Vie municipale à Vienne au xviiie siècle, mémoire de master sous la direction d’Olivier Zeller, Lyon, Université Lumière-Lyon 2, 2008.

121 AM de Romans, 1D1, Délibération municipales, 1791-1793, p. 13.

122 Jean-Pierre Bardet, Rouen, op. cit., vol. 1, p. 127 et vol. 2, p. 80-81.

123 Bernard Gauthiez, « Rouen au xviiie siècle », dans Jean-Luc Pinol, (dir.), Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 81.

124 Odette Hamart, « L’éclairage public à Angoulême (fin du xviiie siècle, début du xxe siècle) », Bulletin de la société historique et archéologique de la Charente, supplément nº 9, 1972, p. 323-331.

125 Chose surprenante : les archives municipales de Grenoble et de Bordeaux conservent des courriers quasi identiques envoyés par l’échevinat marseillais aux autres villes, leur demandant le moyen qu’ils « ont employé pour donner une forme stable et un fonds assuré à cette commodité publique ». 

126 AM de Marseille, DD 314, Éclairage, 1746-1789.

127 C’est ce qu’indique un imprimé, le Tableau de l’illumination de Paris pour l’année 1780, dont un exemplaire peut être consulté aux archives municipales de Marseille : DD 314, archive citée.

128 ABM, DD 10, Éclairage public, lanternes, 1697-1789. Les archives mentionnent les premières dégradations de 20 lanternes dès 1697.

129 À Bordeaux, un incendie a détruit au xixe siècle une bonne partie des fonds des archives municipales.

130 AM de Toulouse, DD 241, Éclairage, 1697-1789 ; DD 242, Éclairage, 1698-1783 ; DD 243, Éclairage, 1698-1705.

131 AD du Rhône, 8 C 430, Voirie urbaine, pavé des routes Anse, La Croix-Rousse, La Guillotière, Lyon, 1633-1789 ; 8 C 432, Voirie urbaine, Roanne, Saint-Chamond, Saint-Étienne, Saint-Symphorien de Lay, Vaise, 1693-1787.

132 La fonction de voyer est occupée à Lyon au xviiie siècle par les trésoriers généraux de France. Toutefois, cela ne constitue pas une spécificité locale. Voir Lucien Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, op. cit., p. 186-187.

133 Archive citée par John Grand-Carteret, L’Enseigne à Lyon, son histoire, sa philosophie, ses particularités, ses boutiques, les maisons, la rue, la réclame commerciale, 1902, p. 13. Cette ordonnance indique : « Tous particuliers, marchands et artisans, ou autres généralement quelconques, de la ville et faubourgs de Lyon, ayant sur rues, cul-de-sac, lieux, places ou passages publics, des enseignes en saillie, suspendues au bout d’une potence de fer ou autres matières, seront tenus dans le délai de deux mois, à compter du jour de la publication de notre présente ordonnance, de retirer lesdites enseignes, sauf à eux de les faire appliquer contre les murs et façades de leurs maisons. »

134 ABM, DD 11, Pavage, 1658-1789.

135 Par exemple, une ordonnance de 1785 ordonne que toutes les rues principales des faubourgs soient équipées de grès blanc. Voir DD 11, archive citée.

136 AM d’Angoulême, DD2, Documents divers, 1652-1771.

137 AM de Dijon, J79, Entreprise du pavage, 1498-1699. La ville passe un marché, par adjudication au prix de 3 000 livres, pour tous les travaux de pavage à effectuer dans la ville et les faubourgs, en 1668.

138 AM de Dijon, J 78, Pavage et sablement, 1423-1779. La ville se fit traîner en justice en 1737-1739 par un dénommé Gondran, qui réclamait l’abaissement et la réparation d’une ruelle dans le faubourg d’Ouche où étaient situées ses écuries, car celles-ci étaient souvent inondées. L’intendant obligea la ville à creuser un puits dans la rue de Gondran, mais celui-ci dut en contrepartie l’entretenir à ses frais.

139 AM de Grenoble, FF 543, Comptes des deniers communs, 1554-1556.

140 AM de Grenoble, DD 151, Pavage, 1603-1786. Le pavage est attesté dans les faubourgs au début en 1714.

141 AM de Grenoble, DD 151, archive citée. Un cahier indique en effet « le toisé général des pavés de la ville de Grenoble » en 1785. Le faubourg Saint-Joseph comprend ainsi un peu plus de 318 toises carrées de surfaces pavées, prolongées par 517 toises carrées sur le chemin de Saint-Joseph, et 199 toises carrées sur le chemin neuf, donc un total de 1 134 toises carrées (soit environ 4 307 m²) ; le faubourg Très-Cloître ne comprend, lui, que 36 toises carrées de surfaces pavées (soit environ 136 m²), c’est-à-dire bien moins que le squelettique faubourg situé près de la porte de Graille ; ce dernier possède 145 toises carrées de pavés (soit 550 m² environ), car il est situé sur l’axe plus actif menant au Vercors et au Diois. La principale artère du faubourg Très-Cloître n’était pas en effet un axe majeur de circulation, puisqu’elle reliait Grenoble au massif de Belledonne, qui prenait alors l’apparence d’un cul-de-sac presque désertique. Le pavage n’était donc pas ici indispensable en raison du faible trafic fréquentant cette route.

142 Dans sa thèse (Le Pouvoir municipal à Angers..., op. cit., vol. 2, p. 38), Jacques Maillard ne se fonda là encore que sur les registres de délibérations municipales. Les informations qu’il donne dans sa thèse sur le pavage sont donc très réduites (moins d’une page). Les archives nous indiquent quant à elles, sans précision, un intérêt précoce (au moins à partir du milieu du xviie siècle) pour le pavage des routes faubouriennes. Voir AM d’Angers, DD 18, Pavage, 1565-1780 ; DD 33, Pavage des rues, 1732-1789 ; DD 34, Pavage de la route d’Angers à Paris, 1736-1738 ; DD 35, Achèvement de la route d’Angers au Mans (embranchement faubourg Saint-Michel), 1769.

143 AM d’Angoulême, AA 5, Registre memorial, Statuz et ordonnances sur le faict de la police de la ville, cité, fauxbourgs et banlieues d’Angoulême, 27 mars 1529.

144 AM de Rennes, DD 220, Titres concernant la répurgation des rues de la ville de Rennes, 1463-1787.

145 AD du Rhône, 8 C 430, Voirie urbaine, archive citée.

146 AM de Grenoble, DD 170, Corvées, 1742-1789, DD 171, Corvées, 1750-1751, DD 172, Corvées, 1750-1751.

147 AM de Grenoble, DD 170, archive citée.

148 Jean-Louis Harouel, L’Embellissement des villes…, op. cit., p. 142-143.

149 AD du Rhône, 2 B 222, Tutelles, acceptations d’hoiries, alignements, 1724-1731.

150 Pour établir ces statistiques, les faubourgs de Saint-Irénée et de Saint-Just, à ces dates de véritables quartiers urbains ceints de murailles, ont été considérés comme faisant partie de l’espace intra muros. Les sources utilisées furent les suivantes : AM de Lyon, DD 45, Registres d’alignements, 1644-1659 ; DD 26, Registres d’alignements, 1660-1664 ; DD 27, Registres d’alignements, 1665 ; DD 28, Registres d’alignements, 1666 ; DD 29, Registres d’alignements, 1667 ; DD 30, Registres d’alignements, 1668-1669 ; DD 31, Registres d’alignements, 1670-1671 ; DD 32, Registres d’alignements, 1672-1673 ; DD 33, Registres d’alignements, 1674-1675 ; DD 34, Registres d’alignements, 1676-1677 ; DD 35, Registres d’alignements, 1678-1680 ; DD 36, Registres d’alignements, 1681-1682 ; DD 37, Registres d’alignements, 1683-1685 ; DD 38, Registres d’alignements, 1686-1688 ; DD 39, Registres d’alignements, 1689-1692 ; DD 40, Registres d’alignements, 1693-1696 ; DD 41, Registres d’alignements, 1697-1699 ; DD 42, Registres d’alignements, 1700-1705 ; DD 43, Registres d’alignements, 1706-1711 ; DD 49, Registres d’alignements, 1711-1722 ; DD 52, Registres d’alignements, 1723-1741 ; DD 53, Registres d’alignements, 1741-1753 ; DD 54, Registres d’alignements, 1753-1759.

151 Sur les 29 autorisations de construction ou de réfection données par le voyer, 8 furent accordées, moyennant un alignement aboutissant à une diminution de l’espace possédé par les propriétaires.

152 AM de Lyon, 1 S 76, Vue cavalière de la Guillotière, par Henri Verdier, 1697.

153 Jusqu’au début du xviiie siècle, le consulat lyonnais ne fut pas en mesure de contrôler les faubourgs de la Croix-Rousse et de la Guillotière, à son grand désespoir. En effet, les habitants de ce faubourg surent jouer de la complexité et de l’incongruité du maillage administratif de l’Ancien Régime pour échapper jusqu’à cette période aux directives des échevins lyonnais.

154 Antonin Soucaille, « Le consulat de Béziers », Bulletin de la société archéologique, scientifique et littéraire de Béziers, vol. 1, 3e série, 1895, p. 217-504 (en particulier p. 458). Selon l’auteur, le 24 juin 1781, les registres de délibérations municipales mentionnent, concernant le faubourg Saint-Jean, qu’ « il est de l’intérêt d’une ville ne pas laisser chacun faire selon son goût ou son caprice ».

155 AM de Grenoble, DD 138, Alignements, 1596-1757 ; DD 139, Alignements, 1757-1791. Au regard du faible nombre d’archives conservées dans ce domaine dans la capitale dauphinoise, il convient d’être beaucoup moins catégorique concernant le cas grenoblois, car de façon presque certaine, une grande partie des actes d’alignement ont été perdus.

156 AD de Maine-et-Loire, 1 Fi 417, Plan d’alignement du faubourg du Fenet, par Bluet, arpenteur, 1767.

157 AM de Dijon, J16 bis à J76, Alignements, affaires particulières, 1447-1789. Sans avoir pu mener un travail de décompte précis, nous avons pu déterminer que des autorisations d’alignement sont accordées tout autant au xvie et au xviie siècles qu’au xviiie siècle, prouvant un souci permanent de la ville de Dijon de contrôler les constructions dans les faubourgs, en particulier ceux d’Ouche et de Saint-Nicolas.

158 AD de Maine-et-Loire, 5E7/185, Baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint-Samson, 1749-1756 ; archives municipales d’Angers, GG 193-195, Baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse Saint-Samson, 1712-1772. Ces registres sont disponibles en ligne sur le site des archives municipales de Maine-et-Loire.

159 Le vicaire de Saint-Samson, très méticuleux, indique systématiquement, outre le statut du parrain, le lien de parenté éventuel avec l’enfant baptisé (grand-père, cousin, frère et plus souvent oncle).

160 Quelques exemples clairs peuvent être cités. Antoinette Coponat, née en février 1740 et dont le père est « marchand et maître tailleur d’habits » a pour parrain François Chapeau, « maître tailleur d’habits » à Lyon. Antoine Darsson, né en mai 1740 et dont le père est « marchand et maître chandelier », a pour parrain Antoine Pellion, « marchand et maître chandelier » de Lyon. Jean-Baptiste Gigand, né en décembre 1740 et dont le père est « maître serrurier », a pour parrain le Lyonnais Jean-Baptiste Platton, également « maître serrurier ».

161 Le travail de Pierre Bourdieu concernant la reproduction sociale de certaines élites fait évidemment référence : Pierre Bourdieu & Jean-Claude Passeron, Les Héritiers, les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

162 Un des travaux de référence est celui coordonné par Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Histoire des élites en France, du xvie au xxe siècle : l’honneur, le mérite, l’argent, Paris, Tallandier, 1991.

163 Anette Smedley-Weill, Les Intendants de Louis XIV, Paris, Fayard, 1995.

164 Françoise Bayard, Le Monde des financiers au xviie siècle, Paris, Flammarion, 1988.

165 Jean Meyer, La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, SEVPEN, 1966. 

166 Étudiant le cas grenoblois, Sylvain Turc a bien démontré que le terme d’élites pouvait renvoyer à des réalités fort différentes au fil du temps, les métamorphoses les plus importantes intervenant cependant après la Révolution. Voir Sylvain Turc, Les Élites grenobloises, des Lumières à la monarchie de Juillet : noblesses, notabilités et bourgeoisies (1760-1848), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009.

167 Deux travaux font figure de référence. Le premier est celui de Guy Saupin, Nantes au xviie siècle, vie politique et société urbaine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996. Le second est celui de Wolfgang Kaiser, Marseille au temps des troubles, 1559-1596 : morphologie sociale et luttes de factions, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992. 

168 Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon et des provinces de Lyonnois, Forez et Beaujolois, pour l’année 1787, Lyon, Aimé de la Roche, 1787, p. 54-71.

169 Ibid., p. 135-139.

170 Ibid., p. 139-140.

171 Ibid., p. 163.

172 Ibid., p. 173-174.

173 Ibid., p. 175-176.

174 Almanach de la province de Bourgogne, op. cit., p. 1-16. Seul Bontemps, huissier au parlement, habite faubourg Saint-Nicolas.

175 Ibid., p. 25-34. Seul M. Joly, « contrôleur des Mortes-Paies », réside faubourg Saint-Nicolas.

176 Calendrier historique d’Orléans, curieux et nécessaire, avec le détail du commerce de la ville et du département du Loiret, corrigé et considérablement augmenté, Orléans, Darnault & Maurant, 1792.

177 Ibid., p. 88-90. Seul un négociant en vin nommé Perdoulx-Bercau réside hors la ville, au faubourg Madeleine.

178 Ibid., p. 118-119 et 133-134.

179 Ibid., p. 135-136.

180 Almanach historique ou calendrier d’Anjou, Angers, A. J. Jahyer, 1771, p. 48-50 (AD de Maine-et-Loire, PER 7 / 1771).

181 Ibid., p. 58-59.

182 Almanach historique de la ville de Toulouse, avec des augmentations et des changemens considérables pour l’année 1782, Toulouse, Jean-Florent Baour, 1782, p. 117-137.

183 Ibid., p. 231-232.

184 Ibid., p. 230-231.

185 AD du Rhône, 106 J, Fonds Ferdinand Frécon.

186 Ces dossiers vides concernent surtout en réalité des conseillers de ville du xve et du xvie siècles (et, pour une moindre part, du xviie siècle), pour lesquels l’absence de registres paroissiaux et l’incapacité de trouver d’autres sources (fonds privés, archives notariales...) ont empêché Frécon de trouver la moindre information.

187 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 495-506.

188 On peut considérer cet échantillon comme assez représentatif ; Frécon avait en effet relevé l’existence de 488 familles consulaires, dont une partie des dossiers sont vides, faute d’archives.

189 La fonction d’échevin permet d’obtenir à Lyon la noblesse de « cloche ».

190 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 504 et 755-756.

191 Sur les 89 échevins dont le père est étranger et a immigré à Lyon, la paroisse de naissance est inconnue pour 28 d’entre eux. Les paroisses de naissance les plus fréquentes de ces échevins (et donc d’installation de leur père) sont Saint-Nizier (22 occurrences), Saint-Paul (14 occurrences) et Sainte-Croix (13 occurrences).

192 AM de Lyon, CC 4285, Réclamations des habitants de la Guillotière au sujet du passage du pont du Rhône, 1524-1768.

193 AD du Rhône, 2 B 232, Élection des consuls.

194 Toutefois, un effet de source demeure ici une limite à ce raisonnement. Avant 1640, les registres paroissiaux de certaines paroisses lyonnaises sont mal tenus, tandis que certains ont disparu, ce qui peut fausser les résultats présentés à partir du fonds Frécon.

Table des illustrations

Titre Ill. 13. Plan de Lion, ancienne colonie des romains, par Ferdinand Delamonce & Charles Inselin, vers 1750.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/25318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search