Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

Préface1

Peter Clark
Traduction de Olivier Zeller

Texte intégral

  • 1  Traduit par Olivier Zeller.

1De l’abondante littérature consacrée aux marges urbaines des périodes moderne et contemporaine se dégage l’image de faubourgs qui ne seraient en rien une invention des xixe et xxe siècles. En réalité, leur présence constituait un trait commun aux villes européennes, dès les premiers temps de l’urbanisation. Au Moyen Âge, les créations de villes furent parfois précédées par des noyaux de peuplement situés autour de leur site et, aux xiiie et xive siècles, les paroisses de banlieue pouvaient souvent être étendues et peuplées, en concurrence avec la ville entourée de murailles. Si beaucoup d’entre elles déclinèrent à la fin de l’ère médiévale, un regain d’expansion survint au xvie et au début du xviie siècle, vraisemblablement lorsque de pauvres migrants furent rejetés vers la ville hors des campagnes surpeuplées, en proie à la crise qui accablait l’économie locale, ce qui entraîna beaucoup de ces nouveaux arrivants à venir occuper un habitat bon marché à l’extérieur des remparts. Une nouvelle vague d’expansion des faubourgs se produisit au xviiie siècle, lorsqu’à nouveau, la pression rurale se fit plus forte, tandis que l’essor des industries et des services amplifiait l’offre de travail dans certaines villes. Des capitales telles que Paris ou Londres virent se développer de grandes paroisses suburbaines, à l’exemple du faubourg Saint-Antoine, de Saint-James ou de Westminster, dont la population dépassait celle de bien des villes de province.

2Les problématiques soulevées par un tel sujet sont multiples. Les faubourgs de l’époque moderne se caractérisaient-ils par des structures démographiques et économiques spécifiques ? Quelles étaient leurs formes d’organisation sociale et en quoi différaient-elles de celles de la ville qui les accueillait ? Comment étaient-elles administrées, et quelle était leur influence sur l’ordre public ? Les faubourgs étaient-ils véritablement voués à cette espèce de désordre chaotique que les édiles leur attribuaient souvent ? Ce n’est pas manifester une curiosité mineure que de se pencher sur les relations entre campagnes et faubourgs. Ces derniers constituaient-ils des sortes d’avant-postes de la ruralité établis à l’extérieur de la cité, ou devons-nous voir en eux une ligne de défense de la ville dans ses rapports avec son plat pays ? Ou encore, le faubourg était-il une sorte de relais, mi-urbain, mi-rural ?

3Ces questionnements ne présentent pas un intérêt majeur pour les seuls historiens de l’urbanité, ils sont également très importants pour la recherche historique dans les domaines de l’économie, de la société et de la politique. Pourtant, à la différence de son équivalent contemporain, le faubourg de l’époque moderne n’a que très peu suscité d’intérêt jusqu’à présent. Mis à part quelques excellentes études de cas dédiées aux faubourgs parisiens, et un travail important réalisé sur les communautés suburbaines anglaises (mais aujourd’hui vieux de plusieurs décennies), le sujet est resté étonnamment négligé. Dans certains pays, il est à peine évoqué par les universitaires.

4Voilà pourquoi l’œuvre de premier plan qu’a réalisée Yannick Jambon est particulièrement importante et précieuse. Fondant son étude sur l’analyse des faubourgs de neuf villes provinciales françaises (tout en utilisant des exemples complémentaires), il offre la première étude comparative de grande ampleur, abordant nombre des problématiques énumérées précédemment. Il doit donc être félicité pour son ambition scientifique et pour l’énorme travail de recherche qu’il a mené à bien. Il déploie ici une somme extraordinaire de sources fiscales, municipales, paroissiales, cartographiques et culturelles. Il utilise ces données avec rigueur et minutie. Sans l’ombre d’un doute, il a produit ici un ouvrage pionnier, fondamental, qui prend position parmi les meilleures études scientifiques françaises consacrées à la ville moderne durant ces dernières années.

5La richesse de la fine approche comparative de Yannick Jambon est absolument frappante. L’auteur prouve qu’il n’existe pas d’éléments capables de répondre en termes simplistes aux questionnements centraux portant sur la suburbanité de l’époque moderne. La croissance démographique des faubourgs était liée à de plus amples variations de la population dans le long terme. Sur le plan économique, une analogie structurelle pouvait exister entre le faubourg et la ville, mais cela n’excluait pas l’existence de spécialisations – les secteurs des transports, des manufactures et des loisirs prenant une importance accrue dans le faubourg. Socialement, l’échelle des pauvretés variait significativement d’un endroit à l’autre, les indigents pouvant être moins nombreux dans certains faubourgs que dans la ville. En revanche, les taux d’alphabétisation étaient en général plus faibles dans les faubourgs qu’en milieu urbain, probablement en raison d’une mobilité géographique plus intense. D’un point de vue politique, les volontés hégémoniques de la ville se trouvaient fréquemment contestées, souvent avec succès, et des transactions d’accommodement apparaissaient.

6Sur le plan de la morphologie, le faubourg connaissait des évolutions mêlées. Le bâti autour des routes principales, près des portes et des ponts, présentait des caractères marqués d’urbanité, mais les faubourgs pouvaient également comporter des paysages bucoliques et des hameaux d’apparence rurale. Même au xixe siècle, les équipements urbains ne se propagèrent que lentement au-delà des murs. À nouveau, les suburbains pouvaient partager les rituels civiques et les formes de sociabilités, tandis que les parrainages créaient un lien entre des familles urbaines et d’autres, faubouriennes ; en revanche, les habitants des faubourgs éprouvaient çà et là des difficultés pour accéder à l’assistance, tandis que les plus ambitieux d’entre eux luttaient pour intégrer les élites urbaines. En même temps, les flux migratoires du faubourg vers la ville restaient relativement limités. Ici, comme tout au long de son analyse, Yannick Jambon a attiré l’attention sur les différences opposant non seulement la ville à ses faubourgs, mais également les faubourgs d’une même ville entre eux.

7Beaucoup d’autres points importants ont été identifiés et analysés au fil de cet ouvrage, mais j’espère que ces quelques éléments ont mis en évidence toute l’importance de cette étude magistrale et novatrice du monde complexe des faubourgs français de l’Ancien Régime. Il importe maintenant de réaliser des approches du même ordre à propos d’autres pays européens, afin que nous puissions commencer à appréhender le sujet dans une véritable perspective européenne continentale.

Notes

1  Traduit par Olivier Zeller.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search