Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Chaires et l’esprit

 | 
Boris Klein

Conclusion

Texte intégral

1Depuis 2003, l’université de Shanghai publie chaque année un classement mondial des universités en fonction de six critères, essentiellement liés à la réputation et à l’écho reçu par les chercheurs de chaque établissement. S’il a fait naître de nombreuses critiques, ce classement annuel n’a pourtant pas été fondamentalement remis en cause ; bien au contraire, il a fait naître plusieurs autres initiatives fondées sur des méthodes semblables, et il sert même de justification à certaines politiques de réforme du monde universitaire en France. Au-delà des débats que suscitent légitimement de telles démarches, l’initiative des chercheurs chinois nous renseigne sur un fait : le modèle occidental de l’université avec ses enseignants-chercheurs, ses laboratoires, ses revues et son partage précis des disciplines est désormais universellement admis comme une norme. À l’heure de cette universalisation et des évolutions auxquelles les universités contemporaines sont contraintes, la compréhension du contexte et des conditions particulières qui ont présidé à la naissance de ce modèle est un enjeu non négligeable. Cette étude espère y avoir contribué par le biais de son approche particulière.

2Que l’Allemagne protestante ait fourni le terrain aux premiers grands changements qui ont déterminé le fonctionnement de nos universités est une vérité depuis longtemps admise. Mais ce qui est trop souvent négligé, ce sont les racines profondes de ces réformes, et plus encore le fait qu’elles ont constitué une étape au sein d’une histoire spécifique : bien avant le xixe siècle, les universités allemandes protestantes ont en effet pris un virage et suivi une voie – une forme de Sonderweg –, différente de celles empruntées par la majorité des universités européennes. Partant de ce constat, la présente étude a ainsi souligné l’ampleur de cette spécificité de l’Université allemande protestante, mais elle a surtout montré que le premier tournant décisif se situait à l’époque troublée de la confessionnalisation et de la territorialisation, avant celle des Lumières. En effet, c’est bien entre le milieu du xvie siècle et la période suivant immédiatement la guerre de Trente Ans que les mutations majeures ont eu lieu. Grâce au regard minutieux posé sur l’université sans doute la plus représentative au sein du monde luthérien à cette époque, l’Academia Julia des princes welfes, le détail des évolutions et des forces à l’œuvre a pu être précisé.

3Ce que laisse d’abord voir l’université de Helmstedt, si l’on observe sa naissance et les règles qu’elle s’est donné à la fin du xvie siècle, c’est l’influence de Melanchthon. Le constat n’est certes pas neuf en ce qui concerne un homme qualifié souvent de « précepteur de l’Allemagne » ; cependant, c’est sur la nature profonde du projet, de l’idéal dessiné par le professeur de Wittenberg qu’il faut insister. Appuyée sur les grands renversements effectués par la théologie luthérienne, réconciliée avec une forme d’esprit humaniste, Melanchthon a donné une nouvelle valeur, un nouvel objectif à la transmission des savoirs. Au cœur du xviie siècle, au moment de faire renaître l’université après les secousses de la guerre, cette pensée demeure une puissante ligne directrice, de même qu’elle garantit la transmission de traits caractéristiques : le goût pour la philologie et pour l’histoire, la réhabilitation d’Aristote, mais surtout l’idée que la faculté de philosophie joue un rôle déterminant, qu’elle est la charnière entre l’enseignement pré-universitaire, qu’elle contrôle étroitement, et les études dans les trois facultés supérieures, auxquelles elle prépare. Rendue plus forte, attirant de grandes figures du corps professoral à côté des jeunes enseignants débutants, l’ancienne faculté des arts parvient à un degré de considération et d’importance qu’elle n’avait pas dans les premiers siècles d’existence des universités. Plus encore que les autres facultés, elle est marquée par l’idée que son enseignement doit aboutir à un usage concret. Évitant de n’être que le prolongement de l’enseignement secondaire, elle se transforme sans difficulté pour offrir des formations répondant aux besoins contemporains : au moment où les écoles techniques et autres académies fleurissent ailleurs en Europe face à l’inertie des universités, alors que l’enseignement de la philosophie devient bien souvent synonyme d’apprentissage des seules humanités, l’Université allemande protestante est la seule à réussir à s’adapter, diversifiant son offre de cours et conservant à sa faculté inférieure une importance déterminante.

4Mais ce n’est pas là le seul apport de cette étude. Grâce aux comptes rendus manuscrits des professeurs, l’histoire particulière des chaires a pu être reconstituée, laissant voir l’activité réelle de tous les enseignants de Helmstedt pendant presque toute la seconde moitié du xviie siècle. Déplaçant le regard habituellement concentré sur une discipline, considérée à partir de nos conceptions contemporaines, ou bien sur le destin de quelques grands hommes, isolés à partir de leur production écrite, l’histoire des chaires dans leur totalité a permis de nouvelles observations. Territoires aux frontières fixées par les statuts, les chaires sont travaillées en leur sein et à leurs limites par de nombreuses forces. Leur hiérarchie au sein de chaque faculté, ainsi que l’autorité de leur titulaire commandent l’influence qu’elles peuvent exercer sur leurs voisines. Surtout, les demandes et besoins des étudiants, et plus encore celles de l’État bureaucratique, s’ajoutent à la pression du contexte, marqué par les conflits théologiques et la recherche d’un équilibre politique et juridique au sein de l’Empire, après le règlement de la guerre de Trente Ans.

5Jamais abrogés, les statuts officiels constituent ainsi un traité toujours renégociable, du moment qu’il s’agit de maintenir l’équilibre entre les hommes au sein de l’institution ou de servir les intérêts nouveaux. En quelques décennies, des révolutions silencieuses ont bouleversé l’organisation interne de certaines chaires, tandis que les rapports de forces entre elles commandaient des annexions, des modifications de frontières, voire l’instauration de tutelles et protectorats – sans parler de l’émergence des « pays neufs », d’abord fragiles puis débordant de vitalité, comme la politique, la métaphysique ou l’histoire ecclésiastique. Dans ce grand jeu, les rééquilibrages tiennent parfois à peu de chose : la personnalité et le caractère d’un professeur, la nécessité de satisfaire un jeune talent impatient ou bien un simple coup du sort, comme un décès ou un départ précipité. Pesant parfois d’un poids démesuré par rapport aux grands enjeux, de banales circonstances suffisent à décider du destin d’une chaire et, partant, de celui d’une ou plusieurs disciplines. Si de grandes évolutions sont visibles, comme celle qui donne une place centrale à la controverse en théologie, ou bien celle qui entraîne la satellisation de nombreuses chaires de philosophie dans l’orbite du droit, l’impact et la responsabilité individuelle des professeurs doivent être soulignés. Derrière les grandes figures à l’influence évidente comme Georges Calixte, Hermann Conring et Henri Meibom, le rôle de personnages moins connus comme Heigel, Hildebrand, Eberhart ou Meier apparaît comme ayant été déterminant. Souvent oubliés par l’historiographie en raison de la faiblesse de leur production imprimée, ces hommes ont tiré profit de la liberté dont ils jouissaient à l’intérieur de l’espace de leur chaire pour innover et combiner les savoirs, ouvrant de nouvelles voies et montrant au passage qu’ils ne se situaient pas totalement en marge des questionnements scientifiques de leur époque.

6Moins figée qu’on ne le croit, surtout plus disposée à laisser entrer des savoirs nouveaux que ne le disent les dissertations imprimées ou les catalogues de cours, l’université apparaît également comme un lieu de forte concurrence entre les enseignants. L’analyse du champ de forces structuré autour du système des chaires permet en effet de mieux saisir les règles qui régissent les carrières des professeurs. Pour s’ouvrir des portes et parvenir à s’emparer des chaires les plus prestigieuses et les mieux rémunérées, diplômes et capacités intellectuelles ne constituent pas les seules clefs. Certaines chaires apparaissent comme des tremplins pouvant accélérer, du moins faciliter l’accès vers le sommet d’une échelle par ailleurs complexe. Ainsi, une carrière réussie n’est pas toujours celle qui aboutit en haut de la hiérarchie officielle des chaires et des facultés. Plusieurs positions s’avèrent tout aussi rémunératrices et même prestigieuses, ce qui nuance certaines idées trop souvent reçues. La position de doyen de la faculté de philosophie, associée à celle d’inspecteur scolaire, ou bien encore le cumul réalisé par Conring, à cheval entre médecine et politique, constituent des exemples de réussite qui montrent que l’ascension verticale suggérée par la hiérarchie traditionnelle n’est pas l’unique voie. Cette multiplicité des parcours possibles et cette complexité du fonctionnement de l’institution ouvrent le chemin, dans certains domaines, à une spécialisation, comme dans le cas de la politique, de l’histoire ou des mathématiques, même si ce mouvement demeure fragile et presque toujours lié à des individus.

7Reste que l’examen des comptes rendus des professeurs ne conduit pas uniquement à une réflexion sur les contenus et les méthodes de l’enseignement. Comme l’ont souligné d’autres études plus anciennes, la confessionnalisation au sein de l’espace germanique a transformé les universités en institutions locales, soumises à l’étroite surveillance de princes désormais à la tête d’États bureaucratiques toujours plus développés. Dans le cas de Helmstedt, l’instauration de la procédure des comptes rendus trimestriels illustre cette volonté de contrôle de la part de l’État, en même temps qu’elle souligne la complexité et l’ambivalence des liens entre université et pouvoir princier. Si les membres de la corporation universitaire se soumettent, ils conservent une grande part d’autonomie grâce au développement du modèle de la famille universitaire. Ce phénomène, observé dans d’autres cas que celui de Helmstedt, doit en effet être considéré comme une réaction de défense, voire une stratégie de reconquête de son pouvoir par le groupe des professeurs. L’endogamie n’est pas seulement un réflexe de repli ou l’effet d’un penchant naturel, mais répond à la pression à laquelle sont soumis les professeurs : tandis que l’ancienne corporation médiévale se transforme sous l’effet du contrôle étatique en groupe de professionnels contraints individuellement à une vérification permanente du service qu’ils fournissent, ses membres tissent entre eux de puissants liens familiaux. Par ce biais, ils conservent pour eux une grande partie de la gestion interne de l’institution, ainsi que l’accès aux chaires et leur organisation. Devenue un élément du service public relevant de l’État, la charge de transmettre les savoirs au sein de l’université demeure liée à la possession d’une chaire ordinaire – or cette dernière se transmet toujours plus comme un patrimoine, à l’intérieur d’un groupe fermé qui cultive sa distinction en s’appuyant notamment sur les valeurs qu’il attribue à l’institution et à son histoire.

8Cette dernière remarque donne la mesure de l’importance qu’il y a à considérer la période précédant les Lumières pour saisir les changements qui ont fait des universités protestantes allemandes des institutions profondément originales au xixe siècle. Mais bien entendu, la présente étude en appelle d’autres, à la fois pour la mettre à l’épreuve et la prolonger. Par nature, une monographie réclame des comparaisons pour appuyer les généralisations qu’elle a avancées. Si les autres universités luthériennes ne disposent pas, pour les xvie et xviie siècles, de la même richesse de fonds documentaires que Helmstedt, la confrontation avec cette dernière sur les points évoqués ici est nécessaire pour faire réellement la part de ce qui relève de la spécificité locale et d’un modèle luthérien englobant. Le profil particulier de l’Academia Julia, refuge d’une forme d’« humanisme réformé » et de l’irénisme, par ailleurs rejetés dans les grands centres de l’orthodoxie comme Wittenberg, pose la question de l’impact réel de cette originalité dans les changements survenus au cours du xviie siècle – et des similitudes et différences observables ailleurs par rapport au portrait dressé ici.

9Une autre question, à peine effleurée ici, est celle des rapports du système universitaire au xviie siècle avec les grands bouleversements regroupés sous l’appellation de « révolution scientifique ». Car si les universités de l’époque de la confessionnalisation ont souvent fait l’objet de jugements sévères et d’un désintérêt évident, c’est en grande partie en raison de leur incapacité à accueillir en leur sein les profondes transformations qui, portées par le premier mouvement de la Renaissance, ont abouti à la constitution de la science moderne. Nombreux sont ainsi les scientifiques et historiens qui ont insisté sur l’importance et la portée de la révolution scientifique. Malheureusement, la question du rôle qu’ont joué les universités est trop souvent traitée de façon marginale, et volontiers à la manière d’une déploration : les universités auraient fait preuve d’un conservatisme totalement incurable, poursuivant sur la voie de la scolastique et de l’aristotélisme, alors même que tout le monde savant à l’époque moderne récusait cet héritage médiéval et en démontrait l’inconsistance et l’inefficacité. Plus précisément, les universités n’auraient pas su tenir compte des progrès en mathématiques, ce qui expliquerait en grande partie leur incapacité à comprendre et à intégrer les grandes innovations du temps. En somme, les universités auraient été des freins au progrès, en tout cas des refuges pour l’archaïsme, et n’auraient d’ailleurs abrité presque aucun des grands esprits de l’époque. Or l’étude précise des cours publics délivrés à Helmstedt a suggéré à plusieurs reprises que cette affirmation méritait d’être amendée. La médecine, la chimie, mais aussi les mathématiques et l’astronomie sont enseignées pendant de longues années par des esprits conscients des changements contemporains et capables d’aller même contre certaines habitudes ou prescriptions des statuts pour mettre à jour leur enseignement. Dans le détail, une rupture entre générations est même décelable et a été évoquée à propos de l’arrivée d’Henri Meibom ou de Paul Heigel au sein de l’université. Reste néanmoins que, si elle ne peut être qualifiée d’entièrement conservatrice, l’université de Helmstedt témoigne d’une difficulté, si ce n’est d’une réticence à tenir compte de toutes les évolutions contemporaines : tandis que Leibniz vit et travaille dans les États welfes sans songer un instant à enseigner à Helmstedt, les comptes rendus de cours n’évoquent jamais Descartes ou Spinoza, et l’idée d’expérimentation au sens scientifique ne s’impose pas clairement. Avant de saisir comment ce retard a été comblé aux xviiie et xixe siècles, une réflexion encore plus approfondie sur le xviie siècle, appuyée sur les constats effectués ici et tournée peut-être davantage vers les méthodes d’enseignement, notamment la place de la dispute, pourrait amener des éléments de réponse.

10Enfin, si cette étude a tenu à défendre l’idée du rôle déterminant de la période précédant les Lumières, elle n’a pu faire le lien entre tous les constats qu’elle a dressés et les développements survenus par la suite. À l’échelle locale, la question de la transmission du modèle développé à Helmstedt vers Göttingen, phare des réformes au siècle suivant, n’est pas entièrement éclaircie. Dans un autre domaine, la construction d’une nouvelle figure de l’enseignant au xixe siècle, structurée autour de sa capacité à innover et à attirer vers lui des étudiants soutenant ses recherches, pourrait être reconsidérée en tenant compte des observations faites sur les rôles d’hôte, de précepteur et de patron joués simultanément par les professeurs à Helmstedt au xviie siècle.

11Nécessairement centrée sur un seul objet, structurée autour de la volonté de mêler différentes approches tout en tirant parti d’un fonds d’archives extraordinaire, la présente étude ne prétend pas à l’exhaustivité, mais espère éclairer d’un jour nouveau l’histoire complexe et finalement encore mal connue de l’émergence du modèle spécifique de l’Université luthérienne allemande. Susciter plus de questions encore qu’elle ne s’en était posées, voici le souhait sur lequel elle espère s’achever.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site