Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les Chaires et l’esprit

 | 
Boris Klein

Chapitre 4 
La philosophie : accueillir, initier et s’adapter

Full text

  • 1 Die Statuten, ici p. 43.
  • 2 Sur tous ces aspects, voir une fois encore Jens Bruning, Innovation in Forschung und Lehre..., op. (...)

1Reléguée au dernier rang dans la hiérarchie, l’ancienne faculté des arts constitue le socle de l’organisation universitaire et pédagogique : chaque nouvel étudiant est évalué et conseillé par un enseignant de la faculté de philosophie au moment de son inscription, et la poursuite des études dans l’une des trois facultés supérieures exige d’avoir d’abord suivi longuement un enseignement en son sein – un parcours sanctionné à Helmstedt par l’obtention de la maîtrise ès arts1. Porte d’entrée et point de départ pour les étudiants, la faculté inférieure est aussi très souvent le lieu où les enseignants ambitieux débutent leur carrière, parfois même où ils commencent à enseigner tout en étudiant la théologie, le droit ou la médecine. Mais si le système universitaire luthérien a entériné la position subalterne de la quatrième faculté, son organisateur, Melanchthon, a également donné une valeur forte et inédite au fait d’enseigner et de faire carrière dans cette dernière faculté : plus qu’un nouveau nom, la faculté de philosophie a aussi hérité des bouleversements de la réformation une nouvelle dignité et un rôle clef, qui transparaissent à l’étude de son organisation et de son personnel2. Tout l’intérêt d’observer la pédagogie et le fonctionnement concret de la faculté de philosophie de Helmstedt dans la seconde moitié du xviie siècle peut donc se résumer en quelques interrogations simples : dans quelle mesure la pensée et l’exemple melanchthoniens conservent-ils une influence plus d’un siècle après le décès du réformateur ? Quelle place occupe réellement la faculté inférieure dans le fonctionnement global de l’institution ? À l’aube du siècle des Lumières, la faculté de philosophie n’est-elle toujours que la « servante de la théologie » ou bien a-t-elle subi des évolutions marquantes ?

L’incontournable porte d’entrée

Melanchthon et l’émergence de la faculté de philosophie

  • 3 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 33-35. Voir également Walter Friedensburg,(...)
  • 4 Le rôle décisif de Melanchthon est souligné par Friedrich Paulsen, dans Geschichte des gelehrten U (...)
  • 5 Entre les deux dates, la fondation de l’université de Marbourg en 1527-1529 fournit aussi à Melanc (...)
  • 6 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 54-56.
  • 7 Sur la transversalité de l’enseignement de Melanchthon, voir F. Paulsen, Geschichte des gelehrten (...)
  • 8 F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit., vol. 1, p. 223.
  • 9 Ibid., vol. 1, p. 233.

2Pour mieux comprendre l’héritage qu’assume la faculté de philosophie de Helmstedt dans la seconde moitié du xviie siècle, il convient d’abord d’effectuer un bref rappel, et de replonger dans les premières décennies de la réformation luthérienne. Avant même d’embraser l’Empire, le discours luthérien, au début des années 1520, déstabilise profondément l’université de Wittenberg, son foyer originel3. Au-delà de la fuite d’une partie du personnel, l’application des premiers préceptes de Luther met directement en péril le bon fonctionnement de la faculté des arts. S’il est possible de repenser l’enseignement de la théologie, comment, en effet, réformer des enseignements que le réformateur a sapés d’emblée, en prenant violemment à partie la pensée aristotélicienne ? Sans développer davantage, il importe de garder à l’esprit qu’un véritable séisme a touché la faculté inférieure de Wittenberg, vidée de la plupart de ses étudiants au moment même où affluaient en ville des foules avides d’écouter le père de la réformation. Dans la tourmente, un homme, Melanchthon, joue un rôle décisif pour réhabiliter l’enseignement des humanités4 : en 1523, puis surtout en 1536, il impose sa marque sur les réformes qui touchent les structures et les pratiques au sein de la faculté inférieure de Wittenberg5. Avec dix chaires après 1536, celle-ci voit son poids relatif augmenter considérablement : la grammaire, la dialectique, l’éthique, la rhétorique, la physique, mais aussi les mathématiques et l’astronomie conservent leur place, ancienne ou récente – les mathématiques reçoivent cependant deux chaires, confiées à des coperniciens, et la grammaire s’appuie sur les textes classiques comme ceux de Térence ou Cicéron. La poésie, le grec et surtout l’hébreu complètent la liste6. Quant à Melanchthon, il demeure jusqu’à sa mort au sein de la faculté inférieure, intervenant dans tous les domaines et redoublant certains enseignements. Il partage sa semaine entre des cours de grec, de dialectique, d’éthique et d’histoire, permettant à cette dernière discipline de s’installer dans le cursus alors qu’elle ne possède pas de chaire propre7. Fin négociateur, il obtient que le dimanche soit consacré aux exercices, avec alternance entre dispute et déclamation : une semaine sur deux, les professeurs de grec, de rhétorique et de grammaire doivent organiser des séries de discours, tandis que chaque professeur de la faculté est contraint de faire au moins une déclamation publique par an8. Plusieurs modifications se succèdent ensuite dans la seconde partie du siècle et au début du xviie siècle, mais le socle défini en 1536 reste la base. En 1614, la liste des chaires est la suivante : hébreu, grec, poésie, rhétorique, logique (associée à la philosophie pratique), physique, mathématiques, une seconde chaire de mathématiques partagée avec le grec et enfin l’histoire, qui est devenue une discipline ordinaire depuis 15889.

  • 10 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 43-45. Plus largement, sur le développemen (...)
  • 11 F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit., p. 274-275 et surtout p. 344. Pour (...)

3Cette réorganisation suppose qu’une grande part de l’enseignement de base autrefois à la charge de la faculté des arts soit confiée aux établissements d’enseignement pré-universitaires, Gymnasien ou Paedagogien. Dans le projet de Melanchthon, ces derniers doivent nécessairement évoluer et insister sur l’apprentissage des anciens artes liberales, notamment du latin10. C’est à cette condition que l’université peut développer l’étude des classiques et des autres langues, mais aussi l’enseignement de la cosmographie et de la géographie à partir des mathématiques. Tout au long du xvie siècle, la faculté des arts rénovée fait donc pression sur les écoles afin de se délester d’un enseignement de base qu’elle estime ne plus être de son ressort11. Avec Melanchthon, les professeurs de la faculté inférieure prennent ainsi l’habitude d’examiner les capacités des nouveaux entrants à l’université et exigent de plus en plus une maîtrise du latin classique, au minimum. Selon eux, les enseignants de la faculté inférieure ne peuvent servir les facultés supérieures s’ils ne disposent pas des moyens d’aborder directement des auteurs complexes et des disciplines nouvelles inspirées par l’humanisme. Devenus plus nombreux, se sentant investis d’une mission lourde et capitale, ces professeurs de la faculté des arts affichent leurs ambitions et leur soif de reconnaissance : ils prennent ainsi l’habitude de renommer leur faculté et, pour mieux marquer le tournant, s’appellent professeurs de philosophie.

  • 12 Sur les cours de théologie de Melanchthon et la rédaction des Loci Communes, voir H. Scheible, Mel (...)
  • 13 C’est l’hypothèse avancée par Heinz Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 143-144.

4Cette évolution a une dernière conséquence : si elle demeure inféodée aux facultés supérieures et rassemble pour la plupart de jeunes professeurs qui rêvent de poursuivre leur ascension vers d’autres disciplines, la faculté de philosophie luthérienne compte désormais aussi un ou plusieurs spécialistes ès humanités qui se consacrent entièrement à la défense de ses nouvelles prétentions. D’un côté se trouvent à présent ceux qui enseignent les matières philosophiques par défaut, en attendant ou bien en étant conscients de leurs limites et de l’autre, ceux, plus rares, qui assument leur spécialisation et leur ancrage dans ce qu’ils ne veulent plus voir considéré comme une faculté subalterne. Melanchthon, là encore, a donné l’exemple : contre la logique de carrière habituelle, il a refusé toute sa vie de quitter la faculté de philosophie de Wittenberg et de se fixer dans une des facultés supérieures. Paradoxe étrange, le plus grand théologien luthérien, l’auteur des Loci communes, a bien été professeur d’université, mais pas de théologie – ou bien seulement épisodiquement, en remplacement de Luther ou en marge des cours publics12. Melanchthon souhaitait-il éviter d’être sous la coupe directe de Luther13 ? Il y a peu de raisons de le supposer, pas plus que d’imaginer des raisons de goût personnel. L’explication est plutôt à rechercher du côté du nouveau rôle et du nouveau rang que Melanchthon attribue à la faculté de philosophie : celle-ci a besoin à son sommet d’un spécialiste réputé qui veille à son organisation interne, au recrutement des nouveaux inscrits, et qui tisse des liens avec les écoles pré-universitaires. La faculté de philosophie conserve sa vocation propédeutique et sa position subalterne, mais il y a désormais la place en son sein pour un ou plusieurs spécialistes qui tournent ostensiblement le dos au traditionnel parcours ascendant vers les facultés de médecine, de droit ou de théologie.

  • 14 Le premier titulaire de la chaire d’histoire et de poésie à Helmstedt, Henri Meibom, fut ainsi cou (...)
  • 15 Il semble qu’il ait perçu à partir de 1536 la somme de 200 gulden par an de salaire fixe, soit le (...)
  • 16 Pour la grille des salaires en 1620, voir NSA, 37 Alt. Nr. 1084 f°54-57.

5Cette nouvelle figure du professeur de philosophie, qui voue toute sa carrière à une faculté qu’il devrait chercher à quitter, se construit autour d’un discours spécifique. D’une part, il y a l’idée que la propédeutique est devenue en soi une vocation noble, et non plus une tâche subalterne. D’autre part, cette idée de noblesse se rattache à la prétention des humanistes à constituer une élite, une nobilitas literaria, qui vaut en soi et peut se passer de la reconnaissance tirée des diplômes et d’une position dans les facultés supérieures. Au sein de la faculté inférieure, un noyau se forme ainsi autour de quelques professeurs qui dressent contre les normes universitaires habituelles un nouveau système de valeurs et de reconnaissance : le renoncement à la carrière traditionnelle, la pratique des humanités, le titre éventuellement de « prince des poètes » attribué par l’empereur14, constituent ce nouveau système de signes de reconnaissance, parallèle mais intégré au fonctionnement universitaire global. Conquises par l’humanisme et / ou conscientes de l’importance concrète du bon fonctionnement des facultés de philosophie, les autorités politiques consacrent l’existence de cette nouvelle posture qui devient presque une position officielle. Ainsi, Melanchthon obtient très tôt d’être, avec Luther, le professeur ordinaire le mieux rémunéré de l’université15 – une façon d’accepter et d’accompagner son choix de ne pas quitter la faculté inférieure. Plusieurs décennies plus tard, l’exemple de Helmstedt montre que Melanchthon a donné naissance à un type de comportement, voire à une véritable fonction au sein de la faculté de philosophie : au début du xviie siècle, Caselius puis Martini contrebalancent par leur réputation les principaux juristes et théologiens, et leur rémunération est de très peu inférieure à celle de ces derniers16.

La diffusion du modèle et les statuts de Helmstedt

  • 17 L. Koch, Philipp Melanchthon’s schola privata, op. cit., p. 126-127 ; Werner Schultheiß, « Ebner, (...)
  • 18 Ebner est notamment présent en janvier 1576 à Riddagshausen lorsque débute le travail de rédaction (...)
  • 19 Sur David Chytraeus (1531-1600), voir notamment Peter Baumgart, « David Chyträus und die Gründung (...)

6Très vite, à partir du milieu du xvie siècle, le modèle développé à Wittenberg devient une référence incontournable pour tous les établissements luthériens. Dans les anciennes universités qui basculent dans la Réforme comme dans les nouvelles fondations, Melanchthon assoit l’influence de ses préceptes grâce à un réseau d’hommes qu’il a formés. Dans le cas de Helmstedt, le rôle d’Erasmus Ebner peut être souligné : arrivé en 1522 à Wittenberg, à l’âge de 11 ans, Ebner a logé chez Melanchthon, dont il a suivi l’enseignement pendant des années17. Devenu conseiller privé du duc de Brunswick-Wolfenbüttel au soir de sa vie, il assiste à l’inauguration de la nouvelle université à Helmstedt en 1576, après avoir guidé de près sa mise en place18. Plus directement encore, le rédacteur des statuts, Chytraeus, est également un ancien élève de Melanchthon19.

  • 20 Voir l’introduction de P. Baumgart et E. Pitz, dans Die Statuten, p. 39-43. Sur 530 articles, pres (...)
  • 21 Die Statuten, p. 39-40.
  • 22 Ibid. Les auteurs rapprochent fort justement certains passages des grands textes de Melanchthon su (...)

7Preuve que son rang hiérarchique ne reflète pas l’importance que lui accordent les pédagogues luthériens à la suite de Melanchthon, la faculté de philosophie de Helmstedt fait l’objet d’une ultime mais longue partie dans les statuts de 157620. Un préambule, suivi d’un passage détaillant l’utilité des études philosophiques et la bonne manière de les mener, précède une dernière série d’articles plus pratiques sur le fonctionnement de la faculté21. Rédacteur principal, peut-être même unique, des statuts de la faculté de philosophie, Chytraeus développe amplement les idées de son maître Melanchthon et aboutit à un discours précis et sûr, loin des contorsions porteuses de contradictions qui débutent les parties consacrées au droit ou à la médecine : le théologien empreint d’humanisme est ici sur son terrain, et il précise sans ambiguïté le rôle et les buts assignés à la faculté22.

  • 23 Die Statuten, p. 116 (§ 173) ; voir aussi les analyses de F. Koldewey, Geschichte der klassischen (...)
  • 24 Die Statuten, p. 39-40 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 9.

8Les humanités et les disciplines artistiques dans leur intégralité sont présentées comme formant le socle des savoirs indispensables à la compréhension profonde de l’enseignement chrétien. Chaque discipline a une utilité spécifique, mais c’est agencées et liées les unes avec les autres comme les anneaux d’une chaîne qu’elles constituent un ensemble de connaissances indispensables à la vie comme à l’Église23. En effet, l’homme ne disposant face au monde que de sa raison et du langage, ce sont ces deux aptitudes qu’il convient de développer en premier, pour soi, pour répondre aux plans divins – et pour éventuellement se préparer à une spécialisation, plus tard. Si les trois facultés supérieures ont donc vocation à ne proposer que des cours d’approfondissement à des étudiants déjà confirmés, une telle vision conduit également à scinder les études philosophiques. La parole étant, selon l’évangéliste, au commencement de tout, c’est par l’étude des artes dicendi, l’art oratoire, que tout apprentissage doit débuter. Autrement dit, le parcours au sein de la faculté de philosophie s’organise autour de deux étapes successives : en premier lieu, les jeunes étudiants doivent se consacrer à l’apprentissage des langues classiques, à la dialectique, la rhétorique, mais aussi s’initier aux bases de l’histoire et même de l’arithmétique et de l’astronomie. Puis, dans un second temps, il leur est permis de se lancer à l’assaut de l’éthique, de la géométrie, de la physique et de l’ensemble de l’astronomie24.

  • 25 Die Statuten, p. 121 (§ 198 et suiv.) et p. 41-42.

9Sur le plan de la méthode, les statuts recommandent bien évidemment le recours aux loci, c’est-à-dire au choix raisonné par le professeur de passages ou d’auteurs qui lui permettent de faire mémoriser l’essentiel25. Il ne faut pas lire beaucoup, mais densément ; ne pas se disperser, sombrer dans l’autodidaxie ou la recherche d’exhaustivité, mais digérer le nécessaire amené par le professeur et présenté en fonction de son utilité. Écouter, puis répéter, mémoriser inlassablement ; imiter jusqu’à s’approprier le style et la manière qui conviennent – réfléchir avec Aristote, écrire comme Cicéron. En bref, Melanchthon parle par le biais de Chytraeus, et l’humanisme relu par la pensée luthérienne imprègne tout, de l’organisation à la méthode d’enseignement ou d’apprentissage.

Ordre et répartition des enseignements

  • 26 Ibid., p. 162-164 (§ 370-380).
  • 27 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 13.
  • 28 Pour les articles sur l’utilité de la géographie, dont l’enseignement est confié au titulaire de l (...)
  • 29 Pour ce qui concerne l’hébreu, voir M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 13 (...)
  • 30 Ces cas précis sont évoqués plus loin dans ce chapitre. La métaphysique, appuyée sur l’ouvrage du (...)

10Dans leur version première, les statuts de 1576 envisagent la création de dix chaires au sein de la faculté de philosophie, avec la répartition suivante : latin, poésie, grec, dialectique, rhétorique, mathématiques et astronomie, histoire, éthique, physique et philosophie aristotélicienne26. Outre l’intitulé étrange de la dernière chaire, on note dans ce projet l’absence de l’hébreu, considéré comme attaché à la théologie – mais n’apparaissant pas non plus clairement dans les statuts de la première faculté27. En outre, la géographie et la musique, considérées comme des disciplines artistiques, ne possèdent pas de chaire propre, alors que de longs développements sur leur utilité sont effectués dans les statuts28. Mais ce qui compte davantage que ce schéma initial, c’est la réalité de la mise en place des chaires : dès la fin du xvie siècle, une chaire d’hébreu apparaît à l’intérieur de la faculté, tandis que poésie et histoire sont liées avec la nomination d’Henri Meibom l’Ancien29. Enfin, une chaire de politique est créée pour Conring en 1650, tandis qu’une chaire de métaphysique se détache de celle de physique en 166130. Dans la seconde partie du xviie siècle, la faculté de philosophie compte ainsi entre neuf et dix chaires, soit une pour chaque domaine suivant : éthique (ou philosophie morale), rhétorique (ou éloquence), logique (ou dialectique), grec, politique, mathématiques et astronomie, physique, histoire et poésie, hébreu, métaphysique.

  • 31 Die Statuten, p. 164 (§ 381).

11Contrairement aux statuts des autres facultés, ceux de la faculté de philosophie ne fixent pas d’ordre hiérarchique entre ces chaires. La règle qui prévaut est, en effet, celle de l’ancienneté, y compris pour la désignation du doyen de la faculté – et c’est l’ancienneté qui détermine donc aussi la grille des salaires31. Autrement dit, la faculté de philosophie se distingue par une certaine souplesse vis-à-vis des statuts : à la différence des autres facultés, elle peut connaître des modifications des domaines de compétences attachés aux chaires, et celles-ci sont considérées comme étant toutes de valeur équivalente. Cette flexibilité est la conséquence d’une conception qui n’existe pas dans les autres facultés : ici, les disciplines sont présentées et délimitées clairement, avant que les chaires ne le soient – les deux ne se recouvrant pas, ce qui oblige à des mariages à l’intérieur des chaires, et permet aussi des évolutions. Plus encore que dans le cas des autres facultés, l’histoire des chaires de la faculté de philosophie revêt un intérêt particulier et peut permettre de discerner des choix et des changements significatifs.

  • 32 Die Statuten, p. 121 (§ 197).
  • 33 Friedrich Koldewey, dans Geschichte der klassischen Philologie... (op. cit., p. 16), évoque la ten (...)
  • 34 Die Statuten, p. 166 (§ 398).

12Mais pour considérer correctement ces chaires, il faut se pencher sur le partage en deux étapes qui est imposé aux étudiants, lequel scinde en réalité la faculté et le corps professoral en deux. En effet, les statuts insistent sur le fait que les étudiants ne doivent pas assister à plus de quatre heures de cours par jour, rythme considéré comme raisonnable pour correctement digérer les savoirs et disposer du temps nécessaire pour lire et pratiquer des exercices32. Avec neuf ou dix professeurs ordinaires délivrant chacun une heure de cours public par jour, la conclusion s’impose : il y a de fait deux niveaux, presque deux facultés en une. Entre les deux, la frontière reste pourtant souple : les cours de mathématiques et d’astronomie accueillent par définition des étudiants de tous niveaux – ce qui est peut-être aussi le cas des cours de grec33 ; l’hébreu et, sans doute, la métaphysique et les cours de politique n’attirent probablement que des étudiants avancés. Pourtant, en définitive, ce sont les conseils du professeur qui examine chaque nouveau venu qui doivent peser34 : en fonction des points forts et faibles de chacun, le choix des quatre ou cinq cours à suivre peut varier.

  • 35 Pour les rapports manuscrits, il s’agit toujours des fonds des archives de Basse-Saxe à Wolfenbütt (...)

13Pour mieux entrer dans le fonctionnement de cette faculté et montrer les évolutions qu’elle a connues dans la seconde partie du xviie siècle, l’étude se propose, à partir des archives manuscrites laissées par les professeurs, de reconstituer le destin de chacune des chaires35. Plutôt que de s’inspirer du mouvement voulu par les statuts – des artes dicendi de l’ancien trivium, au quadrivium et aux disciplines plus spécifiques –, il semble plus pertinent d’opérer une première remise en ordre : après les chaires les plus importantes – la rhétorique, la logique –, celles qui passent sous la domination implicite d’autres facultés seront évoquées, puis enfin celles qui sont attachées à des enseignements originaux.

Les premiers maillons de la chaîne des études

Les chaires de rhétorique et de logique

La rhétorique, pierre angulaire de la faculté

  • 36 Die Statuten, p. 117 (§ 177), 125-127 (§ 213-220) et 162 (§ 370). Voir aussi F. Koldewey, Geschich (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid., p. 22-23. La chaire de grammaire disparaît avec le décès de son dernier titulaire, Simon Me (...)

14Dans les statuts de 1576, David Chytraeus présente la grammaire comme la discipline la plus indispensable à maîtriser. Logiquement, les mêmes statuts entendent réserver la première des dix chaires prévues à un grammairien : celui-ci, officiellement désigné comme « latinae linguae professor grammaticus », doit s’assurer que tous les étudiants possèdent les bases du latin et qu’ils sont en mesure de comprendre tous les cours de l’université, mais aussi de lire et de penser dans cette langue36. Le modèle qui est fourni à ce pédagogue est celui de Melanchthon : il lui faut s’appuyer sur quelques textes de Cicéron, Térence, Plaute ou Salluste, pour transmettre le vocabulaire et les tournures essentielles, mais aussi pour pousser les étudiants à rédiger et à déclamer eux-mêmes, en progressant grâce à divers exercices37. En tant que tels, le titre et la chaire de grammaire n’existent plus après 1606, la qualité des nouveaux arrivants s’étant élevée, évacuant la nécessité d’un tel enseignement de mise à niveau38. Confirmée lors de la réorganisation de 1650, cette disparition de la chaire de grammaire confère en grande partie à la seule chaire de rhétorique le soin de contrôler et d’approfondir l’apprentissage du latin.

  • 39 Die Statuten, p. 139-141 (§ 263-271). Les statuts de 1576 précisent même que deux des quatre heure (...)
  • 40 Die Statuten, p. 163 (§ 374).
  • 41 J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., vol. 1, p. 146-147.

15Dès le début en effet, une chaire de rhétorique – ou d’éloquence –, devait prolonger le travail effectué par le grammairien. Recréée au moment du redémarrage de l’institution après la guerre de Trente Ans, la chaire d’éloquence se pose donc comme la pierre angulaire des études philologiques. D’après les longs développements des statuts de 1576, le titulaire de cette chaire, avant même de récupérer les attributions du grammairien, a déjà une mission précise. Après avoir exposé les règles permettant d’ordonner les différents types de discours, le rhéteur doit entraîner ses élèves à élaborer eux-mêmes des textes écrits ou bien à faire des déclamations publiques (« declamationes ») à partir d’un sujet donné. Strictement encadré par les statuts, il doit s’appuyer sur Cicéron et son ouvrage sur l’art oratoire, mais également sur les manuels conçus par Melanchthon, ou encore sur Quintilien39. Plus loin dans les statuts, l’article qui évoque la chaire de rhétorique elle-même rappelle également l’utilité des principes développés dans l’ouvrage d’Aristote sur la rhétorique40. Si le professeur de logique travaille lui aussi d’une certaine manière à l’approfondissement des connaissances en latin des étudiants, c’est cependant bien le rhéteur qui se trouve, dans la seconde partie du xviie siècle, dans la position du véritable enseignant de latin de la faculté. Première marche de la faculté de philosophie, la chaire de rhétorique garantit la bonne intégration au sein de l’université des jeunes provenant des écoles de latin ou autres Gymnasien41.

  • 42 En français, voir bien sûr la longue monographie que lui a consacré J.-L. Le Cam, Politique, contr (...)
  • 43 Sur la stabilité de Schrader au sein de la faculté inférieure, voir les remarques de J.-L. Le Cam, (...)

16Dès 1635, Christophe Schrader occupe cette chaire de rhétorique. Appartenant à la même génération que Conring ou Tappen, très fortement marqué par l’enseignement de Georges Calixte, Schrader fait partie du groupe de ces jeunes professeurs qui permet à l’université de se relever à partir des années 1630 et de reconquérir sa réputation. Sans surprise, cette figure essentielle de l’institution et du duché a déjà attiré l’attention des historiens, sensibles à l’ampleur des tâches assumées par ce serviteur zélé42. Professeur ordinaire jusqu’à sa mort en 1680, mais aussi bibliothécaire de l’université, abbé de Marienberg et surtout inspecteur général des écoles du duché en 1648, Schrader a en effet collectionné les charges et les honneurs durant sa longue carrière. Cette accumulation dresse d’ailleurs un parallèle saisissant avec la destinée de Melanchthon un siècle auparavant. Au moment où l’université renaît et se réorganise après les troubles de la guerre, ce brillant linguiste et pédagogue s’empare ainsi de la direction de la faculté inférieure et restaure un enseignement de qualité dans le domaine des humanités, en même temps qu’il exerce une tutelle et un contrôle sur tout l’enseignement pré-universitaire dans les territoires welfes. Parallèlement, il examine et oriente les nouveaux inscrits, tout en veillant à ce qu’ils puissent avoir à disposition l’outil que constitue une bibliothèque bien ordonnée. Alors qu’il est un des plus brillants professeurs et un des premiers à être revenu participer à la renaissance de l’université, Schrader accepte, sans se sentir brimé, d’occuper la seule chaire d’éloquence, derrière laquelle se dessinent une responsabilité immense et une mission précise : celles d’être une double charnière, entre les écoles et l’université d’une part, et entre le premier stade des études et les facultés supérieures d’autre part. Avec Calixte au sommet de la faculté de théologie, Tappen en haut de celle de médecine et Schrader au poste clef de professeur d’éloquence, les conditions du redémarrage de l’université entière sont assurées, les trois hommes assurant enfin le verrouillage de l’institution, désormais entre les seules mains des tenants de l’irénisme43.

  • 44 Voir ...ibid., vol. 1, p. 158-184 ; et F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. (...)
  • 45 J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., vol. 1, p. 163-165 ; F. Koldew (...)
  • 46 J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., vol. 1, p. 175 ; F. Koldewey, (...)
  • 47 Voir les rapports manuscrits pour les semestres d’été 1670 et d’hiver 1670-1671 : NSA, 37 Alt Nr. (...)
  • 48 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 212-213.

17En ce qui concerne le contenu de ses cours et les méthodes employées, connaissables à partir des nombreuses sources disponibles, un bilan précis a déjà été effectué par des chercheurs44. Pour aller à l’essentiel, qu’il soit permis d’insister sur deux constats. En premier lieu, Schrader n’hésite pas à s’écarter légèrement des recommandations des statuts, notamment lorsqu’il s’agit de choisir les auteurs soumis à l’étude en cours. Dans le détail, la place réservée à Aristote, et particulièrement à l’analyse de sa Rhétorique, est remarquable et en augmentation au fil du temps, aux dépens de Cicéron45 – à la pureté du latin chéri par les humanistes, Schrader préfère avec pragmatisme les écrits offrant un exposé des techniques oratoires. Autre aspect frappant, Schrader accepte, sans doute à la demande pressante de certains étudiants, d’organiser des cours privés où les règles de la rhétorique sont appliquées à la construction de discours en allemand46. Il n’hésite pas à consacrer une année à l’analyse de la Germanie de Tacite, présentant la construction de l’ouvrage et de ses parties, la façon dont le style de l’auteur est élaboré, mais aussi le vocabulaire ; et bien entendu, les lectures débouchent également sur des commentaires touchant au contenu, précisément là où Tacite évoque les mœurs propres aux Germains47. Sans déroger à la pratique qui consiste à présenter de grands auteurs antiques après avoir envisagé l’aspect théorique de la rhétorique, Schrader répond sans doute ici aussi au goût et à la demande de ses auditeurs : une nouvelle fois, la rhétorique est en partie tirée hors de la lointaine Antiquité afin de trouver un écho plus concret. Particulièrement consciencieux et soucieux de la continuité de son enseignement malgré ses nombreuses charges annexes, Schrader maintient son inlassable activité durant quarante-cinq ans. Atteint de paralysie, il s’éteint en avril 1680, laissant un immense vide48.

  • 49 Ibid., p. 125-126 ; voir également F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit.(...)
  • 50 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 53 ; F. Koldewey, Geschichte d (...)
  • 51 Pour les rapports concernant la période jusqu’à la fin du semestre d’hiver 1689-1690, voir, dans l (...)
  • 52 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 82.

18Bien que son décès ait été la conséquence d’une longue agonie, Schrader n’est pas immédiatement remplacé, et la chaire de rhétorique demeure inoccupée pendant quatre années après sa disparition. En juillet 1684, enfin, Henri-Christophe Jani est officiellement nommé professeur ordinaire d’éloquence49. Malheureusement, cet ancien élève de Schrader et de Conring décède brusquement avant même d’avoir pu débuter réellement son enseignement. Pour pallier cette nouvelle vacance, les souverains welfes font alors appel à Caspar Cörber (ou Körber) : ancien étudiant à l’université d’Iéna, ce dernier n’est ni un produit de l’institution ni un spécialiste reconnu de la rhétorique50. C’est à lui pourtant qu’il revient de faire renaître la chaire de rhétorique en mai 1686, six ans après le décès de Schrader. Scrupuleusement, Cörber remplit des rapports présentant le détail de ses activités au jour près, dont la série est entièrement conservée51. Ces comptes rendus permettent de constater assez clairement que Cörber n’innove pas et reprend, dans les grandes lignes, la pratique éprouvée par Schrader. Ainsi, Aristote lui sert de point de départ afin de présenter les règles essentielles de l’art oratoire, et il consacre d’ailleurs ses trois premiers semestres d’enseignement au commentaire de la Rhétorique. Il insiste sur les différentes formes de discours et pousse ses étudiants à composer des déclamations, mais aussi des lettres, et il organise des disputes pour les éprouver. Comme Schrader également, Cörber entraîne les étudiants qui le souhaitent à transposer en allemand les règles de la rhétorique52. Une fois l’étude d’Aristote achevée, les grands auteurs latins sont naturellement convoqués : quelques discours de Cicéron, Tite-Live et surtout Salluste sont ainsi lus et commentés en cours. Le goût de Cörber pour l’histoire, sa véritable spécialité, transparaît donc, et il est probable qu’il ait profité de l’évocation de ces œuvres pour traiter brièvement d’histoire romaine, au moins sur le plan de l’histoire littéraire.

  • 53 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 53.
  • 54 Ibid.

19Cependant, de Schrader à Cörber, la position du rhéteur évolue dans le sens d’un déclin relatif. Dernier dans l’ordre de préséance de la faculté, Cörber n’examine que très rarement les nouveaux inscrits et il n’est évidemment pas inspecteur des écoles du duché. Marié en 1687 à la fille du secrétaire de l’université, il reste en marge de la famille universitaire53. Quant à ses cours privés, ils tournent assez explicitement le dos à la rhétorique pour s’occuper d’histoire et de géographie, ce qui prive les jeunes étudiants d’autant de possibilités de revenir sur les points essentiels du cours et de se perfectionner. En d’autres termes, Cörber n’est plus le pivot de la faculté assurant la transition entre l’enseignement des écoles de latin et celui de l’université et influençant le fonctionnement de toute l’institution ; avec lui, la rhétorique devient une matière comme une autre, le lieu où est commenté un des ouvrages d’Aristote. Pour compléter le tableau, le sérieux de Cörber n’équilibre pas son absence de charisme et de talent pédagogique, qui conduisent une partie des étudiants à déserter ses cours. Lui-même conscient de sa faible aptitude et ennuyé par l’enseignement, Cörber demande d’ailleurs à être déchargé d’une partie de ses cours afin de s’occuper de la bibliothèque. Devenu officiellement directeur de la bibliothèque universitaire en 1698, il consacre ses dernières années à dresser un premier catalogue exhaustif, rédigeant à la main le descriptif des 80 000 titres disponibles54. Il s’éteint en avril 1700, sans avoir fait oublier son brillant prédécesseur.

20Au moment où elle renaît et se réorganise après les troubles de la guerre, l’université a ainsi trouvé en Christophe Schrader une de ses figures essentielles et providentielles. Entre ses mains, la chaire de rhétorique devient, comme un siècle plus tôt à Wittenberg, le lieu d’un apprentissage fondamental : pris individuellement en main, les plus jeunes étudiants doivent apprendre les rudiments de l’éloquence latine, comme des outils indispensables à la pensée et à la poursuite des études. Au-delà de la difficulté de remplacer un homme d’une telle stature, une évolution se fait jour après son décès. Toujours plus loin des rêves de Melanchthon, l’éloquence passe dans les années 1680 entre les mains d’un homme, Cörber, qui n’est ni un spécialiste ni un homme de l’épaisseur de Schrader. Mais au-delà de l’individu, la discipline elle-même apparaît victime d’une certaine déconsidération : elle cesse d’être attachée à la mission essentielle d’inspecter les écoles ou bien de conseiller les nouveaux inscrits. Pour les étudiants, elle n’est plus la place forte incontournable où ils s’imprègnent de l’esprit humaniste, mais constitue simplement un lieu de passage, où ils apprennent les règles de base pour correspondre et s’exprimer correctement, afin de tenir un certain rang social et envisager une carrière dans l’administration ou à la cour.

La chaire de logique

  • 55 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 88-90.
  • 56 Die Statuten, p. 133-137 (§ 245-262).
  • 57 Ibid., p. 163 (§ 373).
  • 58 Ibid., p. 134 (§ 247-248). La collection des œuvres d’Aristote se rapportant à la logique – terme (...)
  • 59 Die Statuten, p. 134 (§ 248). Jodocus Willich, (1501-1552) fut professeur de rhétorique à l’univer (...)

21Dans l’esprit de Melanchthon, la dialectique était intimement liée à la rhétorique et formait comme son prolongement : après avoir appris à maîtriser les mots grâce à la grammaire et à l’éloquence, l’esprit devait apprendre à les disposer, à établir les liens justes et clairs entre eux55. La compréhension du message divin, mais aussi l’entente et l’union entre les hommes, n’étaient pas envisageables sans connaissance de la dialectique. Sans surprise, les mêmes accents se retrouvent dans les statuts de 1576 rédigés par David Chytraeus. Objet d’une assez longue série d’articles, la dialectique est présentée comme la science permettant de former le jugement, dans la mesure où elle ouvre la possibilité de distinguer le vrai du faux ; mais davantage encore, elle est aussi le passage obligé pour qui veut apprendre à présenter et surtout à défendre ses idées56. Connaître et savoir utiliser l’arme formidable du syllogisme forment le complément naturel de l’enseignement de la rhétorique. Dès l’origine, les statuts de Helmstedt prévoient donc la création d’une chaire de dialectique – ou logique57. Au professeur titulaire de cette charge, il est recommandé explicitement de s’appuyer sur l’œuvre d’Aristote – les Premiers et Seconds Analytiques, les Topiques et les Réfutations sophistiques –, et sur celle de Melanchthon, auteur d’un ouvrage plusieurs fois repris et réédité58. Enfin, preuve du lien établi, à la manière de Melanchthon et des humanistes, entre rhétorique et dialectique, les statuts citent également l’œuvre d’un enseignant et ami du réformateur de Wittenberg, Jodocus Willich59. Créée en même temps que l’université, la chaire de logique renaît naturellement avec elle dans les années 1630 et se trouve confortée par la réorganisation de 1650.

  • 60 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 129.
  • 61 Ibid., p. 120.
  • 62 Pour l’ensemble des comptes rendus disponibles, voir, dans l’ordre chronologique : HA, Cal. Bri. 4 (...)
  • 63 Notons au passage que son prédécesseur Kinderling avait, lui aussi, présidé plusieurs disputes sur (...)

22Sur la recommandation de Conring, c’est Andreas Kinderling qui est nommé professeur ordinaire de logique dès 163760. Seuls deux rapports manuscrits témoignent de son activité pendant plus d’une décennie, ce qui rend toute analyse illusoire. Pour des raisons qui ne sont pas claires, Kinderling échange en 1652 sa chaire avec celle de son collègue Johannes Homburg, professeur ordinaire de physique depuis 164061. De décembre 1652 au début de 1656, ce dernier se consacre donc à son tour à la logique – mais là encore, les sources disponibles sont incomplètes et assez laconiques62. Seule certitude, Homburg traite de l’énonciation et de la notion de prédicat, avant de s’attacher longuement à présenter le syllogisme ; parallèlement, il organise plusieurs disputes sur la métaphysique, sans doute pour vérifier que les étudiants sont capables de mettre concrètement en œuvre son enseignement63. Malade, Homburg décède en mai 1656. Comme son prédécesseur, son passage sur la chaire de logique n’a pas laissé de traces suffisamment détaillées pour permettre de tirer davantage de conclusions. En revanche, l’homme qui lui succède, et qui a déjà été évoqué plus haut, se laisse mieux saisir.

  • 64 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 84 ; voir ce qui a été dit plus haut à propos de son en (...)
  • 65 Pour les rapports concernant cette période, voir, dans l’ordre chronologique : NSA, 37 Alt Nr. 249 (...)
  • 66 Andreas Fröling, De Natura, Divisione, Origine, Et Progressu Philosophiae, Cumprimis Aristotelicae (...)
  • 67 Cornelius Martini, De Analysi Logica Tractatus, In quo Multis illustribus exemplis ostenditur quid (...)
  • 68 C. Martini, De Analysi Logica Tractatus...., op. cit.
  • 69 Bartholomeo Viotti, mort en 1568, fut médecin et professeur à Turin. À propos de son ouvrage datan (...)
  • 70 NSA, 37 Alt Nr. 2492 f°47.

23De mai 1657 jusqu’à sa nomination comme professeur de théologie en 1674, Andreas Fröling assume la charge de professeur ordinaire de logique64. Installé à Helmstedt depuis 1648 afin de poursuivre des études de philosophie et de théologie auprès notamment de Balthasar Cellarius, il saisit l’opportunité de remplacer le défunt Homburg en attendant de pouvoir pénétrer dans la faculté de théologie. Pendant dix-sept ans, il rédige des rapports sur son activité, lesquels ne sont la plupart du temps que des bilans d’assiduité65. En s’appuyant sur les œuvres qu’il cite, quelques observations peuvent cependant être faites. À deux reprises, lorsqu’il semble débuter un nouveau cycle, Fröling renvoie au titre d’une dispute qu’il a présidée et fait imprimer : De Natura, Divisione, Origine. Selon toute vraisemblance, il se sert de ce texte comme d’une introduction, ce qui signifie qu’il commence par une brève histoire de la pensée philosophique, sans doute pour mieux présenter la naissance de la logique et justifier son importance – en même temps que celle d’Aristote66. Par ailleurs, Fröling cite très fréquemment deux ouvrages de deux anciens professeurs à Helmstedt : le Tractatus de Analysi logica de Cornelius Martini et le Compendium dialecticae de Conrad Hornejus67. Datant de 1619, le premier ouvrage a été rédigé par le brillant ami de Caselius et défenseur d’Aristote, Martini, à destination des étudiants. Il présente les termes de la logique et les mécanismes permettant de bâtir une démonstration, mais il se donne surtout pour objectif de fournir de nombreuses illustrations concrètes : Martini s’appuie ainsi sur Platon et les dialogues socratiques comme le Phédon ; plus encore, il montre comment distinguer et démonter une fausse démonstration, en partant d’exemples tirés des débats théologiques anciens ou présents – il mentionne notamment l’arianisme et les disputes sur la double nature du corps du Christ68. Quant à l’ouvrage de Conrad Hornejus, il s’agit d’un manuel datant de 1623 et réédité plusieurs fois par la suite, qui présente les savoirs et définitions essentielles, et dans lequel Fröling semble surtout puiser des thèmes de disputes à soumettre à ses étudiants. Enfin, notons que Fröling dirige la réédition en 1661 d’un dernier ouvrage, le Libri de demonstratione de Bartholomeo Viotti, qu’il utilise essentiellement dans ses cours privés : vieux alors d’un siècle, le traité de Viotti appartient à la suite des ouvrages de la fin du xvie siècle qui attaquent La Ramée et même Melanchthon, en leur opposant les principes logiques défendus par Aristote69. Par ailleurs, Fröling mentionne très régulièrement le fait qu’il organise de nombreuses disputes pour ses étudiants, dont plusieurs portent sur la métaphysique, comme d’ailleurs beaucoup de ses cours privés70.

  • 71 U. Zeuch, « Aristotelismus an der Universität Helmstedt », art. cité, p. 237.
  • 72 Andreas Fröling, Disputatio Metaphysica De Principio Et Principiato, Quam... Praeside Andrea Fröli (...)
  • 73 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 84. Précisons qu’en raison des coûts liés à l’obtention (...)

24Usant presque uniquement de manuels produits par ses prédécesseurs, Fröling s’inscrit donc dans une double perspective. D’abord, il se pose en strict défenseur d’Aristote, considéré comme la référence absolue – et appréhendé à la manière de Martini71. Surtout, son enseignement a pour objectif de parvenir à ce que les étudiants maîtrisent les techniques de démonstration dans le seul but de pouvoir briller dans l’art de la disputatio. Ici d’ailleurs, une remarque essentielle s’impose : dès les premiers exemples donnés, dès les premiers exercices, Fröling se tourne clairement vers les problèmes métaphysiques, voire théologiques. Alors que la métaphysique, jusqu’en 1673, ne possède pas de chaire à part entière, Fröling, au moins en privé, prend en charge cette discipline. La logique est enseignée pour être immédiatement mise en pratique, en premier lieu dans le débat théologique : on note ainsi qu’une dispute présidée en 1658 par Fröling est imprimée quelques mois plus tard sur les presses personnelles du défunt Calixte – le signe, sans doute, que les professeurs de théologie comme Frédéric-Ulrich Calixte ou Titius suivent son activité, et même qu’il existe des liens entre ses cours et ceux de la faculté supérieure72. Finalement, Fröling obtient en 1674 ce qu’il espérait, et même sans doute davantage : par le biais d’une promotion sans précédent, il est nommé premier professeur de théologie, superintendant général de l’Église et pasteur de l’église Saint-Stéphane, alors même qu’il ne possède pas encore le titre de docteur en théologie73. Il quitte évidemment sans délai son poste au sein de la faculté de philosophie, où il est remplacé au printemps 1675 par Henri Wiedeburg.

  • 74 Ibid., p. 253.
  • 75 Ibid.
  • 76 Pour les rapports couvrant la période 1675-1681, voir NSA, 37 Alt Nr. 2507 f°188 ; Nr. 2508 f°131, (...)
  • 77 Voir notamment les mentions des cours privés où Wiedeburg entraîne ses étudiants à la dispute à pa (...)

25Né en 1641, ce dernier a accompli toutes ses études à Helmstedt, où il obtient le titre de professeur de métaphysique à la fin de l’année 1673, lorsqu’une chaire distincte de celle de physique est instituée pour cette discipline74. À peine un an et demi plus tard, la promotion de Fröling lui permet de changer de poste et de récupérer la chaire ordinaire de logique. Marié en 1677 à Anna Margarete Hornejus, fille et petite-fille de professeurs célèbres, installé dans le domicile de sa belle famille – et ancienne maison de Caselius et Martini –, Wiedeburg parvient à se faire une place au sein de la famille universitaire. Il semble par-dessus tout avide de réussir un jour à entrer dans la faculté de théologie75. Tout en poursuivant sa formation dans ce domaine, il occupe pendant seize années la charge de professeur de logique. Les sources, une fois encore imprécises, suggèrent qu’il a suivi dans les premières années la manière de procéder de Fröling76 : outre Aristote dont il commente les Analytiques et les Topiques, Wiedeburg s’appuie sur les deux ouvrages précédemment évoqués de Martini et de Hornejus – le grand-père de son épouse. Son enseignement semble très orienté vers la formation à la dispute, et il mentionne à de très nombreuses reprises qu’il a organisé des disputes, en privé ou en public, dont les thèmes, bien souvent, avaient trait à la métaphysique77.

  • 78 NSA, 37 Alt Nr. 2514 f°45, 88, 117 ; Nr. 2515 f°27, 38, 71 ; Nr. 207 H1 f°123 ; Nr. 2516 f°114.
  • 79 NSA, 37 Alt Nr. 2516 f°119, 122, 5 ; Nr. 2517 f°139.
  • 80 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°142, 148.
  • 81 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 167. Niemeier cumule la logique et la métaphysique dès (...)

26Grâce à l’obligation faite aux professeurs en 1680 de rédiger des comptes rendus plus précis, il est possible de se faire une idée encore plus claire de la manière très organisée dont Wiedeburg procède. Entre avril 1684 et juin 1687, il propose ainsi à ses étudiants un cycle complet, qu’il répète ensuite dans les trois années qui suivent. La mécanique et les rouages sont bien huilés, et il enchaîne les différentes parties de son cycle en respectant le début de chaque semestre. Après une introduction générale et historique, il traite très méthodiquement des catégories, de l’énonciation et du syllogisme, ce qui lui permet ensuite de présenter dans le détail l’exercice de la dispute78. Passant ensuite selon ses termes par la « doctrina analytica », puis par la « doctrina dialectica », il approfondit son propos initial et montre en particulier de quelle façon concrète les règles complexes attachées à la logique aristotélicienne peuvent être utilisées79. Les trois derniers mois du cycle servent de conclusion, mais disent aussi le but ultime que se fixe Wiedeburg dès lors qu’il commence à initier ses étudiants à la logique : l’objectif est certes d’utiliser les armes de la logique pour pouvoir ensuite progresser dans toutes les autres disciplines, mais aussi de se persuader toujours de la justesse des doctrines luthériennes et fortifier sa foi – et il va de soi que la maîtrise de la dispute et la capacité à transposer cet exercice dans le domaine de la théologie ont pour vocation de préparer les futurs théologiens à l’art de la controverse80. Professeur de logique, Wiedeburg conçoit sa discipline comme un arsenal, dont les multiples armes doivent permettre de soutenir le combat en cette période où les « théologiens combattants » dominent. Conformément à ses attentes, Wiedeburg ne tarde pas d’ailleurs à rejoindre les rangs des théologiens : au mois de janvier 1691, il est officiellement nommé professeur ordinaire au sein de la faculté supérieure et il abandonne sa chaire à son collègue Niemeier : déjà professeur ordinaire de métaphysique, celui-ci rassemble les deux disciplines en une, avant, à son tour, de devenir professeur ordinaire de théologie en 169881.

  • 82 U. Zeuch, « Aristotelismus an der Universität Helmstedt », art. cité, p. 237.

27En revendiquant leur filiation avec l’enseignement philosophique du premier « âge d’or » de l’institution par l’utilisation des manuels de Martini et de Hornejus, les professeurs de logique de la seconde partie du xviie siècle ne s’en éloignent pas moins de l’esprit melanchthonien transmis par Chytraeus. Martini concevait Aristote comme le « prince des philosophes », mais déjà, il avait réduit sa logique à une manière de parvenir à des démonstrations dans le domaine de la vraisemblance82. Plusieurs décennies plus tard, ses successeurs suivent cette voie et la prolongent : la logique devient le lieu d’un enseignement très technique, lié à la maîtrise de l’art de la dispute. L’apprentissage par cœur des catégories aristotéliciennes et des mécanismes tournant autour du syllogisme n’ont pas d’autre but que de faire des jeunes étudiants de parfaits controversistes – il n’y a qu’à voir, pour s’en convaincre, le temps que consacre Wiedeburg à décrire dans les moindres détails les règles de la disputatio. Simultanément, la métaphysique, puis même la théologie sont évoquées et fournissent la matière des entraînements : de manière très explicite, le professeur de logique se met ainsi au service de la faculté supérieure et fournit aux jeunes étudiants le bagage, y compris historique, dont ils auront besoin au moment d’entamer des études plus poussées.

28À propos de ce lien avec la théologie, un point mérite d’être souligné : Kinderling a poursuivi jusqu’à sa mort sa carrière au sein de la faculté de philosophie, sans jamais prétendre devenir théologien. En revanche, Fröling, puis Wiedeburg et Niemeier, s’emparent de la chaire de logique en attendant de pouvoir achever leurs études de théologie et d’obtenir une place dans la faculté supérieure. Avec les deux derniers, un schéma semble même se dessiner : après la chaire de métaphysique, celle de logique constitue la meilleure position dans l’attente d’une nomination en théologie. Un homme qui a préparé plusieurs vagues d’étudiants à l’art de la dispute et qui a pris l’habitude de manier des thèmes propres à la métaphysique et à la théologie, peut faire valoir de forts arguments au cas où une chaire de théologie serait vacante. Aussi, une hypothèse peut même être avancée pour expliquer l’étrange échange de chaire entre Kinderling et Homburg dans les années 1650 : pour le premier, le passage de la logique à la physique ne représentait ni un changement de salaire ni un bouleversement dans sa pratique – d’un ouvrage d’Aristote, il passait à un autre... Homburg, en revanche, prétendait peut-être poursuivre sa carrière et atteindre la faculté de théologie, et la chaire de logique lui apparaissait dans cette perspective comme une place stratégique qu’il fallait occuper – son brusque décès l’ayant empêché de réaliser ses fins.

29Ce qui est sûr, c’est que la logique, au cours du xviie siècle, s’éloigne toujours plus de la place que Melanchthon et les humanistes avaient envisagée pour elle : loin de compléter la rhétorique et de former l’esprit à penser de manière droite, en élaborant des démonstrations aboutissant à la vérité, elle est devenue l’antichambre d’une théologie combattante. Entre les mains de jeunes professeurs dans l’attente de devenir théologiens, elle n’est plus là que pour fournir les outils à la polémique religieuse, voire à l’argutie. La dispute et le maniement du vraisemblable, pour soutenir une vérité confessionnelle, supplantent toujours plus le raisonnement et la recherche de la vérité philosophique.

Les chaires satellisées

30Le fait que la théologie pèse lourdement sur la définition et l’enseignement de certaines disciplines n’a en soi rien de surprenant : de longue date, et bien avant l’irruption de la Réforme, la faculté des arts (ou de philosophie) fait figure de « servante de la théologie », voire du droit et de la médecine – et le fait qu’elle rassemble en majorité de jeunes enseignants débutants avides de poursuivre leur carrière dans les facultés supérieures amplifie encore cet assujettissement. D’ailleurs, plusieurs constats soulignant l’emprise et la domination des trois principales facultés ont déjà été effectués dans les chapitres précédents. Mais il convient d’insister plus précisément sur ces rapports complexes, qui contiennent une part de paradoxe et de contradiction : si la faculté de philosophie est une première étape, tant pour les étudiants que pour les enseignants, si elle n’a pas vocation à constituer un ensemble cohérent du fait du grand nombre de chaires très différentes qu’elle rassemble, elle affiche en revanche des prétentions. Répétons-le, les professeurs de philosophie n’entendent pas tous s’incliner devant leurs autres collègues, ni se laisser imposer des missions particulières – et en cela, la précision des statuts leur offre des garanties. Pourtant, il y a bien une évolution au xviie siècle, qui conduit certaines chaires de philosophie, en tant d’abord que charges officielles et rémunérées, à faire l’objet de tentatives de récupération de la part des facultés supérieures. Ce phénomène, avec ses implications humaines, financières et savantes, mérite donc d’être appréhendé à travers les cas des chaires les plus directement concernées.

Les langues anciennes et la métaphysique face à l’emprise de la théologie

  • 83 Voir la section consacrée au déclin de l’exégèse dans le chapitre sur la théologie.

31Tout d’abord, plusieurs chaires officiellement attachées à la faculté de philosophie semblent glisser progressivement dans l’orbite des théologiens, lesquels décident en fin de compte des nominations, mais aussi des contenus et des méthodes de l’enseignement. Le cas des langues anciennes a déjà été évoqué lors de la présentation de la faculté de théologie83, et les remarques qui suivent n’ont d’autre but que de resituer ces constats dans le contexte du fonctionnement de la faculté de philosophie et de ses statuts.

La chaire de grec

  • 84 Die Statuten, p. 127-130 (§ 221-233). L’article 372 (p. 122) institue quant à lui une chaire ordin (...)
  • 85 Die Statuten, p. 128 (§ 224).
  • 86 Ibid., p. 129 (§ 227) ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 16.
  • 87 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 46-47.
  • 88 Rudolf Diephold (1572-1626) a suivi Caselius à Helmstedt. Christophe Heidmann (1582-1627) a été no (...)
  • 89 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 34 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie (...)

32Dans les statuts de 1576, plusieurs articles rappellent que le grec – langue chérie et spécialité de Melanchthon – donne accès aux plus importantes sources de la philosophie, de l’histoire, des mathématiques, de la médecine, du droit et surtout de la théologie : si de bonnes traductions de la Bible existent en latin, il n’est possible de pénétrer le sens profond des textes sacrés qu’en allant directement les lire en grec, dont la maîtrise est donc essentielle pour éviter les erreurs commises par les théologiens catholiques84. Explicitement, Chytraeus inscrit l’enseignement du grec dans une perspective historique, remontant un siècle et demi en arrière pour rappeler la renaissance de l’apprentissage de cette langue en Occident et soulignant bien sûr les rôles importants de Reuchlin et Melanchthon dans son renouveau en Allemagne85. Sur un plan plus concret, le rédacteur des statuts est conscient qu’il ne faut pas attendre des nouveaux inscrits à l’université qu’ils aient déjà des prérequis dans ce domaine – la maîtrise du latin étant déjà, en soi, une gageure. Aussi, est-il recommandé au professeur ordinaire chargé exclusivement du grec de s’appuyer sur des ouvrages de base, comme la grammaire du néerlandais Clenardus, et de toujours débuter en enseignant les déclinaisons et les conjugaisons86. Il lui est même permis, en cas de besoin, de passer par le latin pour expliquer certains textes. Très vite néanmoins, les étudiants doivent entrer en contact avec les ouvrages des grands auteurs antiques : Hérodote, Platon, Homère et Hésiode bien sûr, mais également les discours d’Isocrate et ceux de Démosthène, afin que l’enseignement du grec touche aussi à celui de rhétorique. L’enseignant doit tout particulièrement veiller, lors de ses commentaires, à transmettre aux étudiants le vocabulaire et les tournures que l’on retrouve le plus souvent dans l’Ancien et le Nouveau Testament, pour les préparer à ces lectures essentielles. Comme pour le latin, l’enseignement du grec est considéré comme ayant abouti lorsque les étudiants sont capables de tenir des discours sur un thème donné, mais aussi de rédiger des lettres ou quelques vers, en imitant les modèles classiques. Signe de l’importance attribuée à cette discipline, la chaire de grec est celle dont s’empare Caselius, lui aussi ancien élève et pensionnaire de Melanchthon, lorsqu’il arrive à Helmstedt en 158987. Un cercle d’humanistes se forme alors autour de la plus illustre recrue de la jeune université, avec d’abord Diephold et Martini, puis Heidmann, Calixte et enfin Conrad Hornejus88. Après la disparition de Caselius en 1613, Diephold lui succède tout naturellement sur la chaire de grec, jusqu’à ce que les troubles de la guerre condamnent l’université à clore ses portes. Lorsqu’elle renaît à la fin des années 1630, c’est le disciple favori de Heidmann et élève de Diephold, Brenneccius, qui devient l’helléniste en titre de l’institution89.

  • 90 Voir, dans l’ordre chronologique : HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°615-618 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f° (...)
  • 91 Programma In Funere Clarissimi Excellentissimique Viri..., Helmestadi, Muller, 1655, in-4°, 4f°.
  • 92 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 120-121 ; F. Koldewey, Geschic (...)
  • 93 NSA, 37 Alt Nr. 376 f°263r/v°. De la main de Hornejus, la lettre est datée du 24 octobre 1650 à Ri (...)
  • 94 NSA, 37 Alt Nr. 376 f°285-288 ; il s’agit d’une lettre officielle en date du 30 novembre 1650.

33Entre sa nomination en 1638 et son décès en 1655, ce dernier n’a laissé que peu de traces permettant de reconstituer son activité. Ses brefs comptes rendus évoquent surtout ses maux de tête et de dents, parfois subrepticement le fait qu’il a passé un an à lire et commenter un livre de l’Iliade90. D’après son éloge funèbre, il semble avoir toujours insisté dans ses cours sur l’apprentissage de la vertu, que permettaient selon lui les textes grecs antiques91. Son successeur, Johannes Hornejus, présente en revanche un profil et un parcours remarquables. D’abord, il faut noter qu’il porte un nom illustre92 : fils du professeur de philosophie puis de théologie Conrad Hornejus, Johannes est né en 1625 à Helmstedt et a grandi dans l’ancienne maison de Caselius, légué par le maître à son disciple. Après un bref passage à Altdorf, il revient à Helmstedt en 1649 pour obtenir sa maîtrise et assister au décès de son père. Installé en héritier dans la demeure familiale, il semble vouloir lancer sa carrière en donnant des cours privés de métaphysique, peut-être en espérant qu’une chaire soit créée dans la discipline ; finalement déçu, il répond à l’appel de l’université de Rinteln qui le nomme professeur de physique en cette même année 1649. Sur place, il ne perd pourtant pas de vue son objectif initial et tente par tous les moyens de se signaler et de s’attirer de bonnes grâces pour revenir à Helmstedt : le 24 octobre 1650, il écrit ainsi au chancelier du duc Auguste, Schwartzkopf, pour lui rappeler les services rendus par son père93. Derrière les louanges de rigueur, Hornejus fait également allusion à une promesse de soutien effectuée par le vieux chancelier et insiste sur le fait que toute chaire de philosophie lui conviendrait – bien qu’il ait une préférence pour l’histoire, voire l’hébreu. Enfin, il évoque la douleur de sa mère, veuve depuis peu, et demande ingénument si les arriérés de salaires de son père pourraient lui être versés. Au nom sans doute de l’amitié qu’il vouait au père, éventuellement aussi pour ne pas être accusé d’être un ingrat et un mauvais payeur, le chancelier tient compte de la missive : à peine cinq semaines plus tard, Hornejus reçoit une lettre officielle du duc de Wolfenbüttel le nommant professeur ordinaire d’histoire et de poésie94.

  • 95 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 121.
  • 96 D’après la grille des salaires de 1650, le professeur d’histoire reçoit 200 thalers de salaire par (...)
  • 97 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 121.

34Quittant immédiatement Rinteln, Hornejus revient savourer sa victoire à Helmstedt. À nouveau installé dans la demeure familiale, il épouse trois ans plus tard la fille du doyen de la faculté de médecine, Tappen95. Mais l’ambitieux professeur qui n’a pas encore 30 ans paraît insatisfait. Lorsque Brenneccius décède en 1655, il s’active à nouveau et parvient une nouvelle fois à ses fins : délaissant sa chaire d’histoire et de poésie, il se fait nommer officiellement professeur de grec. Ses motivations n’apparaissent pas clairement : a-t-il voulu s’emparer d’un titre jugé plus prestigieux, lui qui habitait désormais l’ancienne maison de Caselius ? Ou bien était-il désireux d’augmenter son salaire96 ? Jadis élève attentif de Brenneccius, Hornejus a peut-être plus simplement choisi de poursuivre sa carrière dans une discipline qu’il appréciait plus particulièrement. Quoi qu’il en soit, le jeune helléniste prend possession de sa nouvelle chaire le 16 mai 1655, moins d’un mois après le décès de son prédécesseur97.

  • 98 Voir, dans l’ordre chronologique : NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°82-83 ; Nr. 2491 f°60-62, 65-66, 63-64 (...)
  • 99 Basile de Césarée ou Basile le Grand (329-379), un des Pères de l’Église et l’auteur de lettres et (...)

35Jusqu’à son décès précoce en 1668, Hornejus s’affirme comme un enseignant assidu, dont la pratique se laisse deviner à travers des rapports assez laconiques98. Ses cours correspondent apparemment tous à des séances de lecture et de commentaire d’œuvres célèbres. D’après les titres qu’il donne, il est possible de discerner trois directions, chacune l’occupant de manière presque équivalente : d’abord, Hornejus s’intéresse aux grands discours d’Isocrate et de Basile, dont il se sert notamment pour effectuer des commentaires sur la rhétorique99. Il évoque aussi à plusieurs reprises Euripide et plus particulièrement Aristophane, dont il semble apprécier les comédies. Enfin et surtout, il lit et commente longuement des passages choisis dans l’Iliade, mais aussi dans Plutarque et Xénophon.

  • 100 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 105.

36De façon assez surprenante, Hornejus ne paraît pas contraint de fournir les rudiments de la langue à ses étudiants, sans doute grâce à la bonne formation initiale qu’ils ont reçue, et / ou également grâce aux cours privés délivrés dans ce domaine. Plus que le niveau de ses auditeurs, ce sont les problèmes de disponibilité des œuvres qu’il souhaite commenter qui le touchent et orientent parfois ses choix – la preuve, indirectement, qu’il commente en cours des textes que les étudiants possèdent ou sont censés posséder pour les lire et travailler individuellement100. Par ailleurs, il ne traite pas une seule fois en cours d’un passage de la Bible, dont la lecture en grec par ses étudiants ne semble pas faire partie de ses préoccupations. Finalement très proche de Brenneccius dont il reproduit les habitudes essentielles, Hornejus apparaît très marqué par la vision humaniste : les classiques grecs fournissent selon lui les exemples les plus aboutis de la littérature, mais aussi des occasions de méditer sur les principales vertus et sur l’éthique. Avec sa mort, c’est une grande partie de cette approche qui disparaît.

  • 101 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 209 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologi (...)
  • 102 Voir NSA, 37 Alt Nr. 2503 f°92-96 ; Nr. 2504 f°94 ; Nr. 204 H5 f°175-176, 154 ; Nr. 2504 f°89-91, (...)

37De son successeur, Melchior Schmid, il a déjà été amplement question au moment de traiter de la chaire consacrée au Nouveau Testament au sein de la faculté de théologie101. S’il paraît reprendre, à partir de 1669, une partie de l’approche de son prédécesseur et ancien maître, notamment en traitant des mêmes auteurs, Schmid se distingue cependant assez rapidement d’Hornejus par sa volonté d’évoquer, dans la version originale grecque, des textes utiles à d’autres disciplines102. Ainsi, il commente des extraits d’Aristote, de Pythagore, d’Hippocrate ou encore de l’historien Aelianus. Mais bien entendu, son passage sur la chaire d’enseignement du grec est surtout marqué par un bouleversement majeur : progressivement au cours des années 1670, Schmid ne traite plus en effet que des textes bibliques du Nouveau Testament. Tout en poursuivant pour lui-même des études de théologie avec l’espoir de pouvoir peut-être un jour pénétrer au sein de la faculté supérieure, Schmid soumet concrètement sa chaire aux besoins des théologiens. Devenue une annexe de la faculté supérieure, la chaire de grec coupe les ponts avec une tradition vieille de près d’un siècle au sein de l’Academia Julia, celle d’un enseignement avant tout empreint de l’approche humaniste des grands auteurs de l’Antiquité.

38De Melanchthon à Johannes Hornejus, une longue chaîne ininterrompue de maîtres à disciples a forgé une manière particulière d’enseigner le grec : sans contredire véritablement les statuts, les différents hellénistes jusqu’en 1668 ont eu d’abord à cœur de faire découvrir et aimer les grands textes de l’Antiquité grecque à leurs jeunes auditeurs. Comme leur maître et le premier de cette lignée, les Caselius, Diephold, Brenneccius et Hornejus sont fondamentalement des philologues, et ils ne cherchent pas à sortir de la faculté de philosophie pour faire carrière en théologie. Avec eux, le grec est une affaire de spécialistes, férus de littérature, qui attendent de leurs étudiants qu’ils soient capables d’imiter à l’écrit et à l’oral les modèles puisés dans tous les domaines de la littérature antique. D’abord en partie héritier de cette approche, Schmid ne tarde pas à s’en éloigner, sans doute contraint par la pression des théologiens qui cherchent à se débarrasser de l’approche philologique des textes bibliques. Si la maîtrise du grec a toujours été envisagée chez les disciples et descendants de Melanchthon comme une porte ouverte sur les Écritures, jamais pourtant il n’avait été question de faire de cette chaire une simple annexe de la théologie. De façon progressive et silencieuse, c’est tout un pan de l’héritage humaniste et melanchthonien, dont Helmstedt a su être le conservatoire pendant un siècle, qui s’éclipse au cours des années 1670.

La chaire d’hébreu

  • 103 Die Statuten, p. 130-133 (§ 234-244). Voir également A. Ben-Tov, « Helmstedter Hebraisten », op. c (...)
  • 104 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 14. Voir ce qui a été dit plus haut dans le chapitre co (...)

39Dès l’origine, les statuts de 1576 présentent l’enseignement de l’hébreu d’une manière paradoxale : évoqué dans plusieurs articles au début de la partie concernant la faculté de philosophie, l’apprentissage de cette langue est défini comme étant d’une grande importance103. Langue sacrée, l’hébreu doit permettre en effet le contact direct avec la parole divine. Pourtant, aucune chaire n’est prévue spécifiquement par les statuts, ni au sein de la faculté de philosophie, ni au sein de celle de théologie. Il faut sans doute comprendre que, pour les rédacteurs comme Chytraeus, il va de soi que l’enseignement de cette langue si particulière ne peut qu’échoir à un théologien, en lien avec l’exégèse. Au cours du xviie siècle, la situation évolue pourtant, sans que la place de l’hébreu ne soit pour autant fixée clairement, comme l’illustre le cas, déjà évoqué, du professeur Baldovius104 : nommé au sein de la faculté de philosophie en 1639 sur une chaire attachée aux langues orientales, il édite un programme de cours qui ne s’adresse qu’aux étudiants de théologie. Selon les périodes, le professeur d’hébreu dispose parfois d’une chaire ordinaire au sein de la faculté de philosophie, comme c’est le cas pour Baldovius ; à d’autres moments, c’est un professeur extraordinaire, souvent un étudiant achevant ses études de théologie, qui assume la charge, comme c’est le cas entre 1646 et 1652 avec le jeune Titius. Outre le flou des textes officiels, il faut tenir compte également de la rareté des hébraïstes capables de délivrer un enseignement, et sans doute aussi du faible nombre des étudiants aptes à l’assimiler ou volontaires pour le recevoir.

  • 105 Ibid. Voir supra.
  • 106 Voir supra,

40Bien davantage encore que celui du grec, l’enseignement de l’hébreu est donc d’emblée fortement lié à la faculté de théologie, au point qu’il n’a pas toujours de place assurée au sein de la faculté inférieure. La façon dont il a fini, à partir des années 1660, par être annexé et intégré aux études théologiques a déjà fait l’objet de longs développements, dans la partie consacrée à la chaire d’enseignement de l’Ancien Testament105. Les deux principaux enseignants d’hébreu dans la seconde moitié du xviie siècle, Saubertus et Busmann, ayant été évoqués106, il ne s’agit donc ici que de revenir très vite sur la trajectoire de leur prédécesseur immédiat, afin de souligner la manière dont s’est effectué le basculement définitif.

  • 107 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 117.
  • 108 Pour ses rapports, voir, dans l’ordre chronologique : HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°635-639 ; NSA, 3 (...)
  • 109 Sur l’ouvrage évoqué et la méthode décrite, voir ce qui a été dit plus haut dans le chapitre sur l (...)
  • 110 Sylvester Tappe, Grab- und Ehren-Seule, Zum ewigen Ehren-Gedächtniss des Gerechten... Johannis Hil (...)

41Lorsque le jeune Titius, qui détenait une chaire extraordinaire d’hébreu depuis 1646, obtient sa nomination comme professeur de théologie en 1650, la question de son remplacement est posée. Dès 1652, Johannes Hilpert prend sa succession, mais un changement notable a lieu : le nouvel hébraïsant, qui poursuit parallèlement sa formation de théologien, possède désormais le titre de professeur ordinaire au sein de la faculté de philosophie107. Dès lors, il doit se soumettre à l’obligation de rédiger des rapports sur son activité, ce qui permet de jeter pour la première fois un regard sur cet enseignement particulier108. Malgré le peu d’indices, ce qui émerge rappelle la manière qui sera celle de ses successeurs : avec les débutants, Hilpert s’appuie d’abord sur le manuel de grammaire de Schickard, puis il passe dès que possible à l’exégèse biblique, en laissant libre cours sans doute à son goût d’étudiant avancé en théologie pour les commentaires et les liens avec des thèmes touchant à la doctrine et à la controverse109. À partir de la fin du semestre d’été 1656, il cesse de rédiger des rapports manuscrits et disparaît des catalogues imprimés. Son oraison funèbre mentionne cependant qu’il s’est marié en 1656 et qu’il est décédé en 1680 à Hildesheim, après vingt-quatre années de bons et loyaux services en tant que superintendant de l’Église et responsable des écoles de la ville110. Pour des raisons personnelles et / ou de carrière, Hilpert a donc abandonné son poste de professeur à Helmstedt à l’automne 1656 pour s’établir à Hildesheim. Il est vrai qu’à cette date, quelques mois après le décès de Georges Calixte, toutes les chaires de la faculté de théologie étaient pourvues par des hommes jeunes ou dans la force de l’âge : Hilpert a dû raisonnablement considérer que son rêve d’entrer comme professeur dans la faculté supérieure n’avait que peu de chances d’aboutir à court terme, et il a fait le choix d’un changement de carrière.

42Après le départ de Hilpert, la chaire d’hébreu demeure inoccupée pendant plusieurs années, avant que Saubertus ne s’en empare. Dès lors, le lien direct, voire la confusion avec l’enseignement de la théologie, ne cesse plus : si elle continue officiellement d’exister au sein de la faculté de philosophie, la chaire d’hébreu est entièrement entre les mains des théologiens – qu’elle soit donnée en complément à un théologien disposant déjà d’une chaire ou bien qu’elle soit confiée à un jeune professeur, dans l’attente de sa nomination dans la faculté de théologie. Si l’enseignement de l’hébreu a été considéré dès l’origine comme une propriété des théologiens, la création d’une chaire au sein de la faculté de philosophie aurait pu faire croire à une émancipation. Une telle vision serait de fait illusoire, la chaire d’hébreu étant, dans la pratique, attachée et gérée directement par les théologiens, et son enseignement presque sans aucun doute destiné à des étudiants de théologie.

La métaphysique

  • 111 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 90-92.
  • 112 M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 157-159.
  • 113 Ibid. ; voir aussi Die Statuten, p. 164 (§ 379).

43Le cas particulier posé par l’enseignement de la métaphysique diffère de celui des deux langues anciennes, grec et hébreu. À sa façon, il illustre pourtant une autre manière pour les théologiens d’étendre leur influence, en s’éloignant de l’esprit, voire de la lettre des statuts. Il faut dire qu’officiellement, les statuts de 1576 ne prévoient pas la création d’une chaire consacrée à la métaphysique, ce qui ne surprend guère dans le contexte de la fin du xvie siècle : plus que tous les autres, les écrits d’Aristote regroupés sous le titre de Métaphysique ont fait l’objet d’une condamnation sans appel de la part de Luther111. Pourtant, la jeune Academia Julia se distingue d’emblée en accueillant de nombreux professeurs défenseurs d’Aristote et hostiles à l’influence ramiste, le duc Julius semblant même épouser personnellement ce goût pour la défense du philosophe antique112. C’est ce qui explique sans doute que les statuts commandent d’instituer une dixième chaire, entièrement dédiée à Aristote, l’idée sous-jacente étant d’affirmer que les écrits et la pensée du philosophe fournissent le moyen de coordonner l’ensemble des disciplines philosophiques113.

  • 114 M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 159. Pour la biographie de Günther (15 (...)
  • 115 Pour ce qui concerne ce conflit entre professeurs de philosophie et théologiens, voir le chapitre (...)
  • 116 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 150-151. Voir, entre autres, Cornelius Martini, Metaphy (...)

44Chose intéressante, le premier titulaire de cette dixième chaire au moment de l’ouverture de l’université est Oven Günther, un ancien élève de Melanchthon qui affirme immédiatement sa volonté de faire de la faculté inférieure une école vouée entièrement à Aristote. Premier doyen de la faculté, il mêle dans ses cours des références aux écrits ayant trait à la physique, mais aussi à la métaphysique114. Soutenant la vision de Günther, les membres du cercle humaniste de Caselius comme Georges Calixte et Cornelius Martini sont fortement influencés par son enseignement. D’ailleurs, un des motifs du conflit déclenché par le théologien Hofmann dans les années 1590 tient aux prétentions des professeurs de philosophie, lesquels affirment que l’enseignement du Stagyrite permet d’accéder à la connaissance de la vérité, en parallèle à l’enseignement de la théologie115. C’est dans ce contexte que, après s’être vu refuser une chaire ordinaire de théologie, Cornelius Martini débute en novembre 1597 la première série de cours destinés entièrement à la lecture commentée de la Métaphysique au sein d’une université luthérienne ; alors officiellement professeur de logique, Martini récidive dans les années suivantes et publie plusieurs ouvrages consacrés à la métaphysique, apparaissant ainsi comme le refondateur de cette discipline dans le monde luthérien116.

  • 117 Les grilles des salaires pour 1637 et 1650 montrent qu’il n’existe pas, à ces dates, de chaire ord (...)
  • 118 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 194.

45Au redémarrage de l’université, à partir de 1637, puis surtout en 1650, le nombre de chaires, oscillant désormais entre huit et neuf, exclut de fait l’existence de cette dixième chaire à la fonction originale117. Pourtant, ce sont bien les héritiers de Günther et de Martini, en l’occurrence Georges Calixte et Conrad Hornejus notamment, qui dominent désormais la faculté de théologie et l’institution tout entière. Même s’il n’en reste aujourd’hui aucune trace, il n’est pas impossible que la métaphysique ait servi de contenu à des cours privés en marge des cours publics. Mais surtout, le passé de l’institution et l’influence de la pensée de Calixte au milieu du xviie siècle expliquent sans doute qu’une chaire de métaphysique ait fini par naître. Dans un premier temps, en mai 1661, les souverains welfes acceptent en effet la création d’une chaire extraordinaire de physique et métaphysique, un intitulé qui rappelle la façon de faire cours de Günther ; finalement, en juin 1663, la chaire extraordinaire est transformée en chaire ordinaire, uniquement vouée à la métaphysique118.

  • 119 Voir supra, le chapitre consacré à cette faculté. Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräf (...)
  • 120 Sur les vingt-sept semestres pendant lesquels Rixner a été en charge de la métaphysique, les archi (...)
  • 121 NSA, 37 Alt Nr. 204 H3 f°2-3 (SS 1665) ; Nr. 2500 f°116-117 ; Nr. 2501 f°111-113 (WS 1666-67).
  • 122 La métaphysique est ici considérée dans son sens aristotélicien ; voir D. Ross, Aristote, op. cit.(...)

46Celui qui hérite dès 1661 de la chaire extraordinaire de métaphysique a déjà fait l’objet de plusieurs mentions dans cette étude : né à Helmstedt en 1634, Henri Rixner a en effet poursuivi sa carrière au sein de la faculté de théologie119. Mais avant cela, le jeune homme, qui a étudié à Iéna, Wittenberg et Leipzig, a débuté sa carrière au sein de la faculté de philosophie. Chose peu courante, il a rédigé des rapports avant même que sa chaire ne devienne ordinaire, laissant ainsi entrevoir ce qu’a été son activité dès 1661. Malheureusement, ceux-ci ne contiennent que quelques lignes de description pour chaque mois et les archives s’avèrent particulièrement lacunaires, ce qui rend le suivi précis de l’activité de Rixner difficile120. Enfin, notons que, dès 1664, l’enseignement de la physique s’ajoute à sa première mission après le décès de son collègue Kinderling. Dans ce domaine, il faut cependant préciser qu’il ne traite que certains aspects : les rapports n’évoquent que deux fois des cours sur les éléments comme les minéraux et les métaux, ou bien la météorologie121. En revanche, il est question à plusieurs reprises de l’âme, du principe de génération, des sens et du problème de la vie et de la mort. Ces derniers thèmes, attachés à la chaire de physique, alors provisoirement supprimée, correspondent, il est vrai, à ce qui est habituellement qualifié de métaphysique – en somme, la disparition de la chaire de physique a été l’occasion de réintégrer dans le giron de la métaphysique l’explication de notions qui lui appartenaient au départ122.

  • 123 Voir notamment NSA, 37 Alt Nr. 2497 f°123-125 ; Nr. 2498 f°129-131, 138-140.
  • 124 Daniel Stahl (1589-1654) a enseigné la logique et la métaphysique de 1623 à sa mort à Iéna, où Rix (...)
  • 125 Rixner fait ainsi plusieurs fois référence à ce qui doit être l’ouvrage consacré par Hornejus à la (...)

47Pour le reste, les comptes rendus conservés laissent entendre que Rixner organise ses cours autour de questions précises qu’il pose à son auditoire, puis auxquelles il répond méthodiquement pendant plusieurs heures. Il s’interroge ainsi sur la distinction entre l’être et le non-être, sur les divers types de causes, sur l’identité et la différence, ou encore sur la notion de puissance. Assez clairement, les questions posées comme point de départ servent deux objectifs. D’une part, il s’agit d’évoquer les concepts aristotéliciens que les étudiants n’ont pas encore pu aborder – et la Métaphysique d’Aristote est citée très souvent comme référence, Rixner lisant et commentant probablement certains passages pour avancer dans ses démonstrations123. D’autre part, cette pratique vise à fournir des modèles d’argumentation aux étudiants déjà avancés et fonctionne certainement comme un rappel ou un approfondissement des cours de logique. Lorsqu’il ne disserte pas lui-même en cours, Rixner organise très régulièrement des disputes impliquant les étudiants. Au rythme d’une dizaine de disputes publiques par trimestre, il fait ainsi de sa chaire le lieu d’un apprentissage méthodologique intense. Enfin, si Aristote est souvent cité directement, Rixner fait encore davantage appel à d’autres ouvrages qui servent de manuels aux étudiants et de supports aux explications qu’il donne en cours. Deux ouvrages sont cités plusieurs fois : celui de Daniel Stahl, professeur à l’université d’Iéna, et celui d’Andreas Prückner, publié dans cette même ville, où Rixner a obtenu sa maîtrise de philosophie124. Par ailleurs, Rixner affirme puiser un grand nombre des sujets de disputes qu’il donne à ses étudiants dans un manuel publié par Conrad Hornejus125.

  • 126 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 194.
  • 127 Pour ses rapports en tant que professeur de métaphysique, voir NSA, 37 Alt Nr. 2507 f°103-105, 97- (...)

48Nommé professeur ordinaire de théologie au début du mois d’octobre 1673, Rixner abandonne la chaire dont il est le premier à avoir tracé les contours126. En même temps qu’il quitte la faculté de philosophie et que son successeur, Henri Wiedeburg, est désigné, la chaire de physique renaît pour être confiée à Justus Cellarius. S’il débute ses cours en janvier 1674, Wiedeburg s’interrompt moins de deux ans plus tard, préférant occuper la chaire de logique où il débute une longue carrière. Les rares archives concernant cet intermède suggèrent qu’il s’est appuyé, comme son prédécesseur, sur Aristote, et plus particulièrement sur l’ouvrage de Stahl, l’organisation de disputes concentrant une grande partie de son temps et de son énergie127.

  • 128 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 167-168 ; G. Frank, « Niemeier (...)
  • 129 Pour les premières années, de 1675 à 1682, voir NSA, 37 Alt Nr. 2507 f°162 ; Nr. 2508 f°109, 108, (...)
  • 130 Ces remarques et celles qui suivent s’appuient sur l’examen de la période 1682-1686 : NSA, 37 Alt (...)

49Jeune trentenaire formé à Helmstedt, Johann Barthold Niemeier est immédiatement nommé en 1675 pour succéder à Wiedeburg. Une fois encore, il s’agit d’un jeune maître en philosophie qui donne des cours particuliers depuis plusieurs années, tout en poursuivant des études de théologie128. Comme son prédécesseur, il accepte sa nomination afin de lancer sa carrière, qu’il entend prolonger au sein de la faculté supérieure. Ce dernier vœu sera exaucé, mais seulement après vingt-trois ans d’attente, une période suffisamment longue pour que Niemeier laisse son empreinte sur la chaire de métaphysique. Rédigés sur de grandes feuilles de papier, ses rapports manuscrits sont bien plus précis que ceux de ses devanciers. Ils permettent de constater que, dans les premières années de son activité, Niemeier s’inscrit dans la droite ligne de la pratique initiée par Rixner avant lui129. En poussant l’analyse plus en détail, on s’aperçoit qu’il utilise la méthode des loci pour présenter les points importants de la doctrine aristotélicienne ; traitant assez longuement des concepts de puissance, de matière, de forme ou de substance, il insiste également sur la notion de causalité en général et les différentes formes de causes130. De plus, il débute régulièrement par des questions sur ce qu’est la vérité, le bien, l’infini ou la théologie naturelle, et va jusqu’à s’interroger sur l’athéisme et ses liens avec l’Antiquité et le paganisme. Enfin, enchaînant les exposés et les démonstrations, il veille bien sûr aussi à la tenue de disputes sur les thèmes qu’il a évoqués.

50En prenant du recul, il est intéressant de voir comment l’histoire particulière de l’université de Helmstedt a permis la naissance au début des années 1660 d’une chaire ordinaire de métaphysique. Inspirée de la dixième chaire prévue par les statuts de 1576 et dédiée à Aristote, cette chaire apparaît dès sa naissance comme liée de manière presque consanguine avec la chaire voisine de physique, qu’elle recouvre un temps avant de retrouver son autonomie. Si l’on considère ses différents titulaires, force est de constater qu’ils ont tous le même profil : indéniablement, la métaphysique est le domaine réservé des jeunes théologiens dans l’attente d’un doctorat et d’une chaire dans la reine des disciplines et des facultés. La façon même dont Rixner et Niemeier organisent leurs cours, en débutant par des questions qu’ils résolvent ensuite en s’appuyant sur des concepts et des citations, montre assez combien ils sont pénétrés par les méthodes pédagogiques répandues dans la faculté de théologie. Mais sans doute leur façon de procéder répond-elle aussi à une volonté assumée : très clairement, la métaphysique se pose en effet comme une discipline réservée aux étudiants très avancés pour qu’ils révisent et approfondissent les notions et les méthodes acquises dans les cours de logique, avant de débuter l’étude de la théologie. Professeurs et étudiants attendent ainsi ensemble, chacun à leur niveau, de pouvoir pénétrer dans la faculté supérieure – et ils miment respectivement ce que seront pour eux les cours et les disputes sur la controverse ou l’histoire ecclésiastique. Quant au contenu enseigné, il s’inscrit dans la même perspective. Si l’incorporation d’une partie de la physique jette un léger trouble durant les années 1664-1673, celui-ci est vite effacé lorsque Niemeier s’installe durablement ; dès lors, la métaphysique montre son vrai visage, celui d’une discipline qui repose sur l’analyse poussée des concepts aristotéliciens, afin d’illustrer leur utilité dans la réflexion théologique. Mieux qu’une préparation aux cours de théologie, l’enseignement de Niemeier en constitue déjà une partie, certes originale. Pour lui en effet, il ne s’agit pas de faire référence aux Écritures, mais de démontrer que la terminologie et la théologie aristotéliciennes confirment les grands principes du christianisme – ce qui explique d’ailleurs le recours à l’histoire, qui est moins une méthode de présentation des contenus qu’une manière de souligner encore l’éternité, l’universalité et la justesse du message chrétien. Dernière née des chaires de philosophie, la chaire de métaphysique se situe dans l’orbite de la théologie et représente une tentative originale de transition entre un enseignement de philosophie que l’on pourrait qualifier de scolastique renouvelée et l’apprentissage d’une théologie où la controverse occupe une place essentielle.

Médecine et chaire de physique

  • 131 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 90-94.
  • 132 Ibid., p. 94-100.
  • 133 Ibid.
  • 134 Philipp Melanchthon, Initia Doctrinae Physicae dictata in Academia Witebergensi, Wittenberg, Lufft (...)
  • 135 Voir Martin Roebel, Humanistische Medizin und Kryptocalvinismus: Leben und medizinisches Werk des (...)

51Très proche de celle de métaphysique, au point parfois d’être confondue avec elle, une chaire de physique a existé à certaines périodes. Son histoire est révélatrice, non seulement des forces qui pèsent sur l’existence et le contrôle d’une chaire, mais aussi de l’évolution de la place de certains savoirs, à l’heure des bouleversements de la « révolution scientifique ». Commençons par rappeler que Luther avait souhaité que les ouvrages d’Aristote portant sur la physique et la psychologie soient supprimés de l’enseignement, accusant le philosophe antique de défendre l’idée que l’âme était mortelle131. Ressentant la nécessité de proposer un enseignement touchant aux phénomènes naturels, plusieurs professeurs de Wittenberg ont cependant repris peu à peu les œuvres d’Aristote et reconstitué un enseignement de physique132. Pour Melanchthon qui les soutenait, la nature devait être observée comme un modèle de l’ordre voulu par Dieu ; plus encore, la compréhension de cette même nature pouvait être une chose utile à la vie – et Dieu souhaitait certainement que les hommes explorent sa création133. Devenu professeur de physique à Wittenberg en 1544, le protégé de Melanchthon, Paul Eber, délivre des cours qui s’inscrivent dans cette perspective en s’appuyant sur Aristote ; publiés en 1549, après avoir été revus par Melanchthon, ses cours constituent par la suite un manuel très usité, dont le découpage en trois grandes parties influence profondément les professeurs de physique pendant les décennies suivantes134. Ainsi, Eber traite d’abord de la façon dont Dieu est à l’origine de toute chose, puis il évoque les concepts de matière et de forme, de temps et d’espace, avant de parler des différents éléments et de leur mélange. Son manuel constitue – avec le Liber de anima, ouvrage de Melanchthon et de Peucer sur l’âme – un corpus servant de référence dans le monde luthérien135. Ne traitant quasiment pas d’astrologie, évoquant Copernic avec respect tout en rejetant l’héliocentrisme pour des raisons bibliques, ces manuels sont également marqués par leur volonté de préparer à l’apprentissage de la médecine.

  • 136 Die Statuten, p. 164 (§ 378).
  • 137 Ibid., p. 153-156 (§ 333-346).
  • 138 Ibid., p. 154 (§ 338) et p. 164 (§ 379).

52Très explicitement, ces ouvrages et leur approche servent de base, à Helmstedt, à la partie des statuts de 1576 qui traite de la physique. La contemplation attentive de l’ensemble de la création, de la nature jusqu’aux astres, doit nourrir l’admiration pour Dieu et sa création. C’est pourquoi une chaire entièrement dédiée à la physique est prévue dès 1576, son titulaire devant se charger de lire les deux ouvrages élaborés à Wittenberg mentionnés plus haut136. Si la description de la chaire, très laconique, n’indique pas davantage de prescriptions, la longue série d’articles qui précèdent et traitent de l’intérêt de la physique apporte d’autres précisions137. Il est recommandé que les huit livres d’Aristote consacrés à la physique – c’est-à-dire les écrits du philosophe dans lesquels il traite de météorologie, de l’âme, de la mémoire, du sommeil, des rêves, des âges de la vie, de la mort et des animaux – soient examinés par un professeur. Mais cette mention soulève une ambiguïté : à côté de la chaire de physique, une chaire entièrement dédiée à l’enseignement d’Aristote, on l’a vu, est en effet prévue par les statuts dont une première interprétation conduit à penser que les écrits du philosophe sur la physique sont considérés comme faisant partie des attributions de cette chaire et non de celles du professeur de physique138. La structure du texte des statuts, qui évoquent longuement différentes disciplines avant de donner la liste des chaires, montre ici ses limites. Mais puisque l’étrange chaire consacrée à Aristote n’apparaît plus officiellement après 1620, la question du partage ne semble plus se poser au xviie siècle, et le professeur de physique peut étendre son domaine en direction des ouvrages du Stagyrite sans risque de confusion.

  • 139 HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°625-626.
  • 140 Voir ce qui a été dit plus haut à propos de la chaire de logique.
  • 141 Pour les rapports concernant les années 1652-1656, voir HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°607, 608, 610  (...)
  • 142 Ses derniers rapports pour les mois de janvier à mars 1664 se limitent à quelques lignes seulement (...)
  • 143 Les rapports couvrant la période allant de mai 1658 à la fin du mois d’août 1659 constituent un bo (...)

53De 1640 à 1652, la chaire de physique est détenue par Johann Homburg, dont il a déjà été question plus haut dans ce chapitre. Deux rapports manuscrits, rédigés de sa main alors qu’il était professeur de physique, sont demeurés : ils concernent les mois d’août et de septembre 1652 et précisent que Homburg a traité de l’âme et des sens139. Dès les mois suivants, un échange de chaire avec Kinderling fait de ce dernier le nouveau professeur de physique, ses cours débutant réellement en décembre 1652, après qu’il a achevé sa série de cours de logique140. Très peu précis dans ses premiers rapports manuscrits, Kinderling se montre plus loquace après 1657141. Jusqu’à la fin de l’année 1663, lorsque la maladie qui l’emportera peu après l’oblige à cesser ses cours, il semble reproduire toujours le même mode de fonctionnement142. Il répète inlassablement la même série de cours, concentrée sur un seul semestre ou sur un peu plus de deux, selon qu’il étire sa progression pour insister davantage sur un point précis143. Débutant par une présentation de ce qu’est la physique, appuyée sur la définition de Martini, il évoque ensuite la plupart du temps la causalité à l’œuvre dans la nature, le temps, le mouvement – toujours bien sûr au prisme des définitions aristotéliciennes. Les phénomènes naturels – pluies, comètes, marées, etc. – sont présentés dans le même esprit, de même que la doctrine des tempéraments ou bien les différents métaux et les opérations qu’on peut leur faire subir. Enfin, l’examen de l’âme et de ses différentes formes, végétative et rationnelle, achève chaque cycle. En d’autres termes, et sans qu’il s’y réfère explicitement, Kinderling est particulièrement marqué par les ouvrages de Melanchthon. En tout cas, son approche est entièrement aristotélicienne : détaillant les concepts les plus importants de la physique aristotélicienne, il évite soigneusement les écueils comme le débat sur la vision copernicienne de l’astronomie, se contentant dans ce domaine de consacrer quelques heures à l’énumération des constellations. Kinderling se plie en tout point aux statuts et permet à des étudiants sans doute déjà avancés de s’initier aux concepts et aux idées importantes pour la poursuite des études, notamment en médecine.

  • 144 Voir sur ce point la notice le concernant dans le catalogue imprimé pour le semestre d’hiver 1664- (...)
  • 145 Voir ce qui est dit plus loin dans ce chapitre, dans le passage consacré à la chaire de mathématiq (...)

54Après le décès de Kinderling, aucun successeur n’est nommé, et la chaire semble disparaître. Ou plutôt, ses attributions sont partagées : professeur ordinaire de métaphysique depuis juin 1663, Henri Rixner reçoit en plus, en 1664, la charge de traiter de physique144 ; mais parallèlement, Heigel, lorsqu’il est nommé professeur ordinaire de mathématiques en 1666, est également désigné comme professeur de physique145. Chose étonnante, la chaire prévue dès l’origine par les statuts et dont l’existence n’avait jamais été remise en cause est supprimée, et ses attributions partagées entre deux autres chaires. La première motivation des souverains a peut-être été économique : en 1663, la nomination de Rixner avait en effet porté le nombre des ordinaires en philosophie à dix, ce qui constituait un maximum. Autrement dit, la création de la chaire de métaphysique, matière auparavant confiée uniquement à des professeurs extraordinaires, a posé un problème de surnombre – autant dire de finances. En toute logique, c’est donc le dernier nommé et titulaire de cette nouvelle chaire qui a dû accepter de récupérer, en plus de son enseignement, celui de la physique, sans pour autant cumuler deux chaires. Mais, comme nous l’avons déjà souligné, Rixner n’a incorporé à son propre enseignement qu’une partie du contenu enseigné autrefois par Kinderling. S’appuyant déjà sur Aristote et sa Métaphysique, il a accepté de dispenser des cours sur les autres ouvrages du philosophe, dans lesquels ce dernier expose sa théorie de la causalité, les notions de matière et de forme, ou encore tout ce qui concerne l’âme. En revanche, la partie attachée à la chaire de physique que nous qualifierions aujourd’hui de plus « scientifique », au sens où elle a trait aux sciences naturelles, n’intéresse pas le métaphysicien Rixner. C’est sans doute la raison pour laquelle, deux ans plus tard, Heigel est prié d’ajouter officiellement la physique à son enseignement de mathématiques. Ce n’est d’ailleurs pas un lourd sacrifice pour lui, puisque le terme même de « physique » recouvre une partie de ses centres d’intérêt et justifie qu’il fasse évoluer sa chaire en s’intéressant à la mécanique générale.

55Après quasiment dix ans de ce fonctionnement, l’équilibre est pourtant rompu en 1673 : Heigel est nommé professeur extraordinaire de théologie, tout en conservant sa chaire en philosophie, tandis que Rixner obtient une chaire ordinaire de théologie, abandonnant son enseignement dans la faculté inférieure. Surtout, de jeunes maîtres doués et déjà bien avancés dans leurs études de théologie attendent impatiemment de débuter leur carrière : pour les retenir à Helmstedt et satisfaire provisoirement leur ambition, une place leur est faite dans la faculté inférieure. La chaire de métaphysique est donc maintenue, tandis que la chaire de physique est recréée : quelques semaines seulement après la nomination de Rixner en théologie, elle échoit au jeune Justus Cellarius.

  • 146 Voir ce qui a été dit plus haut à son sujet, dans le chapitre consacré à la théologie
  • 147 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 49.
  • 148 Il est possible de distinguer deux périodes, avant et après le début du semestre d’hiver 1676-1677 (...)
  • 149 À titre d’exemple, il s’absente plus de trois mois durant l’été 1676 pour se rendre dans la statio (...)
  • 150 NSA, 37 Alt Nr. 2508 f°86.
  • 151 NSA, 37 Alt Nr. 205 H7 f°32.

56Fils du théologien Balthasar Cellarius, l’une des plus grandes figures de l’université dans la seconde partie du siècle, Justus est né en 1649 et a reçu une éducation solide146. Lorsqu’il est nommé professeur ordinaire de physique en décembre 1673, il possède déjà sa maîtrise de philosophie depuis plus de deux ans et donne des cours particuliers tout en poursuivant ses études de théologie147. La lecture attentive de ses rapports montre que le jeune Cellarius reprend en grande partie la manière de procéder et les contenus enseignés dix ans auparavant par Kinderling. Simplement, ses cycles sont plus longs : il parcourt les différents sujets – l’âme, la météorologie, etc. – en leur consacrant parfois un an à chacun, et il préfère ranger ses cours sous l’appellation de « philosophie naturelle » plutôt que de physique148. Si sa démarche reste très marquée par la vision aristotélicienne et les prescriptions des statuts, il ne mentionne pourtant pas explicitement les ouvrages du philosophe antique, à une exception, en 1681, lorsqu’il aborde le sujet des phénomènes météorologiques. Contrairement à Kinderling, il n’entre pas dans l’explication des notions aristotéliciennes comme celles de forme et de matière, ni dans la définition des différents types de causes. Surtout, ses nombreuses absences créent une discontinuité dans sa progression qui ne paraît pas toujours cohérente149. À plusieurs reprises, il revient longuement sur les questions et définitions en lien avec l’âme ou l’intellect ; dans son rapport pour l’été 1676, une seule mention est faite de sa proposition aux étudiants d’observer quelques expériences, mais il ne donne aucune précision150. En d’autres termes, l’impression dominante est que Cellarius ne se passionne guère pour sa discipline et qu’il insiste autant que possible sur les rares thèmes le ramenant quelque peu vers la théologie, la question de l’âme occupant une part énorme de ses cours. De façon significative, une mention dans son rapport pour l’été 1679 fait état de cours privés, durant lesquels Cellarius affirme avoir effectué des observations avec ses étudiants, mais il laisse entendre qu’il a en fait seulement parlé de diverses curiosités produites par la nature151. Lorsqu’il ne parle pas de la différence entre âme végétative et âme rationnelle, Cellarius s’émerveille devant l’existence des hermaphrodites, des êtres difformes ou des comètes. Assurément, dans ce dernier quart du siècle, la physique telle que les savants contemporains sont en train de la redéfinir n’habite pas la chaire de physique ; la question se pose même de savoir à qui Cellarius s’adresse, si ce n’est à quelques futurs étudiants en théologie.

  • 152 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 49.
  • 153 NSA, 37 Alt Nr. 2513 f°124-125 : Schrader mentionne dans son premier rapport en tant que professeu (...)
  • 154 Il est possible de distinguer deux cycles d’environ trois ans, avant et après janvier 1677. Pour l (...)
  • 155 Friedrich Schrader, De Admiranda Naturae In Operibus Suis Subtilitate Oratio..., Helmestadi, Hamm, (...)
  • 156 NSA, 37 Alt Nr. 2515 f°120-122.
  • 157 NSA, 37 Alt Nr. 2518 f°113-116 (physique) et f°111-112, 117-118 (médecine).

57En mars 1683, Cellarius obtient enfin une chaire ordinaire au sein de la faculté de théologie et quitte vraisemblablement sans regret sa charge de physicien152. Sa promotion est l’occasion pour un de ses collègues de réclamer sa succession, d’une manière qui constitue un tournant. Déjà professeur ordinaire de médecine, Frédéric Schrader obtient en effet le cumul des deux chaires de physiologie et de physique, et débute ses cours dans cette seconde matière dès le début du semestre d’hiver 1683-1684153. Pour la première fois depuis longtemps, la chaire de physique n’est pas confiée à un jeune ambitieux dans le but de l’aider à patienter avant une promotion, mais elle n’échoit pas non plus à un homme qui s’y consacre exclusivement. Cependant, Schrader maintient concrètement une stricte séparation entre ses deux activités : aucune innovation, ni presque aucun rapprochement direct avec ses cours de physiologie ne transparaissent à la lecture de ses rapports traitant de ses cours de physique154. Débutant son enseignement en novembre 1683, il commence par une série de cours dédiés à la nature en général et à ses œuvres, qui fournit certainement la matière de l’ouvrage qu’il publie dès 1684155. Au cours des semestres suivants, il s’attache à présenter rapidement le corps humain, puis traite de météorologie, ainsi que des glaciers et des volcans. Durant l’été 1685, il enchaîne avec des cours sur le mouvement, le temps, les astres, puis continue par l’évocation des principaux éléments. De façon intéressante, il décrit, pendant le semestre d’hiver 1685-1686, le phénomène de la condensation, puis les mélanges qu’il est possible de faire entre les éléments ; ces considérations l’amènent à présenter les grands principes de la chimie, sans que l’on sache s’il s’est livré simultanément à des expériences156. Pendant l’été 1686, il traite longuement de l’âme, en prenant la défense de la vision aristotélicienne, puis il parle du rire. Le semestre d’été 1688 retient davantage l’attention car il fournit l’exemple unique d’un lien entre ses cours de médecine et ceux de physique : partant visiblement d’Aristote, Schrader traite du principe de la génération (« Doctrina de generatione ») en physique, faisant notamment référence aux ovipares ; en parallèle, il propose à ses étudiants en médecine des cours sur l’anatomie du thorax, puis surtout de l’utérus157. Dès les mois suivants, il reprend cependant les grands thèmes déjà évoqués, sans plus se soucier de faire entrer ses deux disciplines en résonance.

58Ainsi, si elle était appelée à se fonder sur la relecture d’Aristote par Melanchthon, la physique avait au départ pour but de s’adresser à des étudiants déjà avancés et de leur proposer de se familiariser avec les notions d’âme, de forme et de matière, mais aussi avec les éléments constitutifs de la doctrine hippocratique, comme la doctrine des tempéraments ou les parties de la nature. Au moment où de grands bouleversements touchent la conception et l’approche des sciences, notamment en Angleterre, la chaire de physique disparaît assez soudainement au milieu des années 1660. La réorganisation qui suit ne semble pourtant pas répondre à une volonté réfléchie de faire évoluer l’enseignement de la physique et des sciences de la nature, mais est davantage motivée par des considérations tenant à l’équilibre financier et à la gestion des carrières des jeunes enseignants. Quand elle renaît finalement, la chaire paraît un instant servir d’antichambre aux théologiens comme Cellarius, ainsi qu’aux étudiants aspirant à poursuivre leur parcours dans la faculté supérieure. Avec la nomination de Schrader, la physique sort pourtant de l’orbite de la théologie : sans doute a-t-on alors considéré que l’existence d’une chaire de métaphysique suffisait à satisfaire l’appétit et les besoins des théologiens, et la faculté de médecine a pu ainsi capter la chaire de physique dans sa sphère d’influence. Mais de façon presque surprenante, Schrader n’a pas joué sur le cumul de ses deux chaires pour faire évoluer l’enseignement des sciences naturelles : procédant à un simple nettoyage superficiel, il débarrasse la physique des références à Hippocrate ou Galien, déjà absents depuis des années ; pour le reste, il s’en tient aux traditions et s’appuie fermement sur Aristote, ne touchant qu’exceptionnellement à la chimie et tournant le dos à l’expérimentation. En passant des mains d’un théologien à celles d’un médecin, l’enseignement de la physique ne subit finalement que de très minces changements.

L’éthique, entre droit et théologie

  • 158 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 90-94.
  • 159 Philipp Melanchthon, In Ethica Aristotelis Commentarius, Witebergae, Clug, 1529, in-8°, 39 f° ; et (...)
  • 160 Die Statuten, p. 148-150 (§ 310-319) et 164 (§ 377).

59Comme d’autres disciplines, l’éthique a fait les frais des violentes attaques de Luther contre Aristote158, avant que Melanchthon, une fois encore, n’impose un sauvetage et une restauration progressive à Wittenberg, sous la forme d’une réhabilitation de l’enseignement de l’Éthique à Nicomaque – ouvrage qu’il commente et dont il révise la traduction en latin159. À côté du décalogue et des leçons des Évangiles, il convient en effet pour Melanchthon de s’appuyer aussi sur les ouvrages antiques susceptibles d’éveiller la conscience morale des jeunes étudiants : ceux-ci doivent saisir l’importance du choix qu’ils font d’une conduite morale, et la connaissance des vertus et des vices doit les guider sur ce chemin. Un demi-siècle plus tard, les statuts de Helmstedt s’inscrivent, sans surprise, dans la droite ligne de ce discours melanchthonien160. Une chaire d’éthique est ainsi instituée, dont la vocation est d’enseigner la philosophie morale en s’appuyant sur l’édition de l’Éthique à Nicomaque de Melanchthon et sur des passages du De Officiis de Cicéron. Prétexte à des analyses philologiques, l’enseignement de l’éthique apparaît cependant surtout tourné vers la réflexion sur des notions précises et il s’adresse en priorité aux étudiants déjà avancés dans leur cursus. Loin des vicissitudes qui touchent les chaires de physique et de métaphysique, cette chaire affiche une stabilité remarquable tout au long de la seconde partie du xviie siècle. Au gré des enseignants, elle oscille cependant entre la soumission aux intérêts de la faculté de droit ou à ceux de la théologie.

  • 161 Pour tout ce qui concerne Eichel et la faculté de droit, voir le chapitre consacré à ce domaine. P (...)
  • 162 Ibid.
  • 163 Sur l’ouvrage d’Aristote, voir David Ross, Aristote, op. cit., p. 263-328. Pour les rapports d’Eic (...)
  • 164 NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°31-32.

60Dans un premier temps, ce sont deux jeunes juristes qui se succèdent, avec des profils et des manières de procéder très semblables. Au début de l’année 1652, c’est ainsi le jeune Johann Eichel, tout juste auréolé du titre de docteur ès philosophie, qui hérite du poste quelques mois après le décès du précédent titulaire, Henri-Julius (Heinrich Julius) Scheurl161. Déjà bien avancé dans ses études de droit, Eichel s’est fait remarquer pour ses qualités, et sa désignation est vraisemblablement motivée par la volonté de le garder à Helmstedt : à peine nommé, Eichel se voit proposer une chaire à Iéna, qu’il refuse. Dès l’année suivante, il obtient l’autorisation de cumuler son enseignement au sein de la faculté de philosophie avec une chaire extraordinaire de droit162. Si l’on se réfère aux rares et laconiques archives de ses comptes rendus, il semble qu’il ait consacré presque deux années, entre l’été 1652 et l’été 1654, à une lecture suivie et commentée de l’intégralité de l’Éthique à Nicomaque163. Fidèle aux statuts, le jeune professeur oriente visiblement l’analyse vers des considérations intéressant le droit. Par ailleurs, Eichel insiste sur le fait qu’il a organisé régulièrement un grand nombre de disputes. Par la suite, il semble s’être intéressé à la philosophie stoïcienne en s’appuyant sur le Manuel d’Épictète et les passages de Plutarque concernant les philosophes de cette école164. Avant même d’avoir le temps de revenir à l’étude d’Aristote, il obtient au début de 1656 une chaire ordinaire au sein de la faculté de droit et abandonne immédiatement sa position dans la faculté de philosophie.

  • 165 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 183-184.
  • 166 NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°87 ; Nr. 2492 f°85-87 ; Nr. 2493 f°85-87 ; Nr. 2494 f°91 ; HA, Cal. Bri. 21 (...)
  • 167 Pour le reste des rapports manuscrits de Rachelius, voir, dans l’ordre chronologique : NSA, 37 Alt (...)
  • 168 Notons que Rachelius fait publier un ouvrage de commentaires sur l’œuvre de Cicéron quelques année (...)
  • 169 NSA, 37 Alt Nr. 2497 f°111-113.

61C’est seulement en 1658 qu’un nouveau professeur ordinaire est nommé, en la personne de Samuel Rachelius, ancien étudiant à Rostock, Leipzig et Iéna165. Réputé bon connaisseur d’Aristote et du droit romain, il possède un profil proche de celui de son prédécesseur et semble promis, comme lui, à un avenir au sein de la faculté de droit. D’emblée, le nouveau professeur d’éthique instaure une routine monotone : lisant et commentant méthodiquement l’Éthique à Nicomaque, il organise chaque mois des disputes portant sur les parties de l’ouvrage vues le mois précédent166. À partir du semestre d’été 1661, il s’aventure sur d’autres terrains, tout en continuant à pratiquer régulièrement des disputes167 : après avoir achevé la lecture de l’ouvrage d’Aristote, il commence celle du traité de Cicéron, De Officiis, puis évoque les Satyres de Juvénal. Dès le semestre d’été 1662, il alterne régulièrement un semestre consacré à l’Éthique à Nicomaque avec un semestre dédié au traité de Cicéron168. À une seule reprise, il s’autorise une entorse à ce mouvement régulier : durant l’été 1663, il évoque ainsi le traité de Grotius, De Jure belli et pacis, démontrant qu’il entend orienter l’éthique vers les problèmes de droit, sa matière de prédilection169. En clair, Rachelius, comme Eichel, demeure fidèle aux prescriptions des statuts, tout en assumant sa fonction de juriste, qui inspire ses commentaires et explique l’importance qu’il accorde à l’exercice de la dispute. Sans doute lassé d’attendre, Rachelius saisit l’offre qui lui est faite en 1665 de rejoindre la nouvelle université de Kiel en tant que professeur de droit, laissant sa chaire à nouveau vacante à Helmstedt.

  • 170 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 238.
  • 171 NSA, 37 Alt Nr. 2499 f°97-100 ; Nr. 2500 f°164-171, 173-175 ; Nr. 2501 f°162, 165-173 ; Nr. 2502 f (...)
  • 172 NSA, 37 Alt Nr. 2504 f°124.
  • 173 NSA, 37 Alt Nr. 2500 f°175. Balthasar Cellarius, Politica Succincta, Ex Aristotele potissimum erut (...)

62Avec le successeur de Rachelius, un changement se produit. Contrairement à ses deux prédécesseurs, Henri Uffelmann n’est pas un étudiant en droit, mais plutôt un jeune homme qui poursuit sa formation en théologie170. Présent à Helmstedt depuis 1661 après avoir obtenu une maîtrise de philosophie à Gieen, il finance la suite de ses études en donnant des cours privés. Ayant fait ses preuves par ce biais, peut-être aussi grâce au soutien d’un professeur de théologie, il apparaît comme un candidat crédible pour remplir le vide laissé par le départ assez précipité de Rachelius. Concrètement, et dans la mesure où il est possible d’établir des comparaisons avec Eichel et Rachelius, ses rapports relativement détaillés montrent que le jeune professeur ordinaire n’a guère innové. De l’été 1665 jusqu’au début de l’année 1671, il se consacre à la lecture commentée de l’Éthique à Nicomaque, puis à celle du traité De Officiis171. Il insiste également sur l’exercice de la dispute, les nombreux sujets qu’il propose aux étudiants portant sur les passages d’Aristote commentés en cours – presque toujours, il s’agit de disserter sur les motifs des actions humaines et la responsabilité, les vertus et la justice. Ses commentaires l’entraînent aussi sur le terrain de la politique, par le biais de l’analyse de l’intérêt de la justice pour le bon fonctionnement de l’État, l’ouvrage d’Aristote sur la Politique constituant le support de certains de ses cours privés172. Enfin, une phrase contenue dans un rapport pour l’hiver 1666-1667 mentionne l’utilisation en cours des Tabelae Ethicae de son collègue Balthasar Cellarius : aucun ouvrage portant un tel titre n’est connu, mais peut-être s’agit-il des tableaux publiés par Cellarius qui présentent sur plusieurs colonnes les notions essentielles tirées de la Politique d’Aristote173. Dans ce cas, le lien effectué par Uffelmann entre les deux ouvrages, ainsi qu’entre politique et éthique, serait confirmé.

  • 174 NSA, 37 Alt Nr. 2505 f°122-128 ; Nr. 2506 f°75-84, 172-183 ; Nr. 2507 f°87-89.
  • 175 NSA, 37 Alt Nr. 2507 f°81-86, 80 ; Nr. 205 H5 f°5-7 ; Nr. 2507 f°178-183, 175-177 ; Nr. 2508 f°126 (...)
  • 176 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 238.

63Entre le semestre d’été 1671 et la fin du semestre d’hiver 1673-1674, Uffelmann s’absente de plus en plus souvent et cesse d’évoquer précisément les ouvrages d’Aristote ou de Cicéron, sans doute parce qu’il ne les lit plus de manière suivie174. De façon symptomatique, ses rapports commencent à imiter ceux du théologien Titius : très laconique, Uffelmann indique la liste des jours où il a fait cours, puis il dresse une rapide liste de questions et problèmes évoqués lors de ces cours. À travers ces listes, on perçoit qu’il a continué de réfléchir aux concepts aristotéliciens : les quatre vertus, les principes des actions humaines, la justice particulière et la justice universelle. Sa discipline, qu’il désigne sous le nom de « science morale », le conduit donc visiblement à disserter dans ses cours sur des problèmes généraux qui fournissent ensuite des sujets de disputes aux étudiants. Il est fort probable que, à l’image de ses rapports, ses cours imitent dans les faits ceux du controversiste Titius, dont il suit certainement l’enseignement parallèlement à son activité de professeur – Uffelmann élaborant des séries de controverses sur des problèmes éthiques. Durant les trois dernières années de son activité, de l’été 1674 au début de 1677, il consacre une année au commentaire de chacun des trois ouvrages : le Manuel d’Épictète, le traité De Officiis et l’Éthique à Nicomaque, en organisant toujours un grand nombre de disputes175. Devenu docteur ès théologie et nommé professeur extraordinaire de théologie à la fin de 1676, il met cependant un terme brutal à sa carrière, en acceptant une charge de pasteur et d’inspecteur scolaire dans le Lunebourg176. À la fin du semestre d’hiver 1676-1677, la chaire d’éthique se trouve donc vacante.

  • 177 NSA, 37 Alt Nr. 205 H6 f°80.
  • 178 Voir supra ce qui a été dit sur ces deux personnages dans le chapitre consacré au droit.
  • 179 NSA, 37 Alt Nr. 2509 f°74 ; Nr. 205 H7 f°35 ; Nr. 2509 f°73 ; Nr. 205 H7 f°63 ; Nr. 2510 f°64-65 ; (...)
  • 180 NSA, 37 Alt Nr. 2512 f°35, 45, 61, 70, 97 ; Nr. 206 H4 f°6 ; Nr. 2513 f°25, 54, 119 ; Nr. 2514 f°6 (...)
  • 181 NSA, 37 Alt Nr. 2512 f°35, 45, 61, 70.
  • 182 NSA, 37 Alt Nr. 2513 f°119 ; Nr. 2514 f°6.
  • 183 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°58 ; Nr. 2518 f°49.

64Moins d’un an plus tard, en janvier 1677, un successeur est nommé : jeune juriste, von Böckellen débute ses cours en proposant aux étudiants, sans surprise, une lecture commentée de l’Éthique à Nicomaque177. Son passage est pourtant extrêmement bref, puisqu’une nomination à une chaire de droit lui fait presque immédiatement abandonner l’enseignement de l’éthique. Dès le mois de janvier 1678, c’est un autre juriste, Johann Eisenhart, qui lui succède et s’installe sur la chaire d’éthique, dans l’attente de pouvoir, lui aussi, obtenir un poste ordinaire dans la faculté de droit, où il enseigne déjà comme professeur extraordinaire178. Jusqu’au début de 1682, les rapports manuscrits d’Eisenhart sont très laconiques, de rares indications permettent de saisir qu’il poursuit une lecture commentée de l’Éthique à Nicomaque, accompagnée de disputes régulières179. À partir des semestres suivants, ses comptes rendus se font plus précis, si bien qu’il devient possible de reconstituer son activité180. Celle-ci dévoile une pratique qui mélange l’éthique et le droit. Durant le semestre d’été 1682 notamment, Eisenhart commente l’Éthique à Nicomaque, mais fait également référence aux Novelles ; parallèlement, il affirme avec fierté avoir réussi à organiser dix-huit disputes en deux mois au cours de ce même semestre181. Par la suite, presque tous ses cours s’appuient sur l’ouvrage d’Aristote, qui sert de point de départ à une présentation des concepts essentiels – les vertus, la justice, les finalités des actions humaines, le bien et le mal. Mais très clairement, ces notions sont le prétexte à des digressions qui conduisent à des réflexions de juriste. Durant l’hiver 1683-1684, il évoque ainsi la façon dont les juges peuvent pécher, puis explique la différence entre ce qui est moral et ce qui est légitime, ce qui l’amène à introduire la distinction entre droit positif et droit naturel182. De façon tout aussi significative, il étudie pendant l’hiver 1687-1688 les vertus et la justice distributive, aboutissant à une réflexion sur la souveraineté, ainsi que sur le pouvoir de Dieu sur la société183.

65En définitive, la chaire d’éthique est caractérisée tout au long de la seconde partie du xviie siècle par une stabilité exceptionnelle. Bien que cinq titulaires se succèdent, tous ont un profil comparable et, surtout, les méthodes et contenus ne varient pratiquement pas. Hormis Uffelmann, qui est tourné vers la théologie, tous les enseignants sont de jeunes juristes dans l’attente d’obtenir une chaire ordinaire au sein de leur faculté, où ils sont parfois déjà employés parallèlement comme professeurs extraordinaires. Mais si on sent chez Uffelmann la volonté d’imiter dans ses cours l’approche des professeurs de théologie morale ou de controverse, il ne se distingue finalement presque pas des autres titulaires qui le précèdent ou lui succèdent. Les rapports d’Eisenhart mettent en évidence une pratique sans doute généralisée avant lui ; autrement dit, la lecture commentée de l’Éthique à Nicomaque n’a aucune prétention philologique, mais vise à nourrir une réflexion sur des notions qui sont appelées à structurer les cours au sein des deux plus hautes facultés. Antichambre et tremplin vers la faculté de droit pour les enseignants, la chaire d’éthique constitue pour les étudiants la première étape vers les études de théologie et surtout de droit. En outre, son enseignement vise des étudiants déjà bien avancés, qui maîtrisent le latin et les règles de la dispute. En compagnie du professeur qui, parfois, sera plus tard leur premier enseignant au sein de la faculté de droit, les futurs juristes se familiarisent une dernière fois, avant de quitter la faculté de philosophie, avec certaines notions essentielles de la philosophie antique ; surtout, ils sont poussés à pratiquer un grand nombre de disputes, là encore afin de se préparer aux exigences des professeurs de droit. La vitalité de la chaire voisine de politique explique sans doute que la chaire d’éthique n’ait pas eu à évoluer, les tentations des professeurs d’établir des liens avec la Politique d’Aristote, à partir de l’Éthique à Nicomaque, étant rendues inutiles.

Politique, histoire et poésie

Histoire et poésie, une combinaison étonnante

Au service du Prince

  • 184 Pour ce qui concerne l’histoire, voir Die Statuten, p. 150-153 (§ 320-332) et 163 (§ 376). La poés (...)
  • 185 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 19-20.
  • 186 Eoban Koch ou Helius Eobanus Hessus (1488-1540) fut sans doute le poète allemand de langue latine (...)

66À côté de ces chaires plus ou moins fortement attachées aux facultés supérieures, d’autres attirent le regard par l’originalité des disciplines et des évolutions qu’elles recouvrent. Ainsi, de la fin du xvie siècle au début du xviiie siècle, la faculté de philosophie de Helmstedt abrite une chaire rassemblant deux disciplines qui paraissent, à nos yeux contemporains, théoriquement sans lien évident. À l’origine, les statuts de 1576 n’envisagent d’ailleurs aucunement ce mariage entre histoire et poésie : chacune des deux disciplines se voit consacrer un ensemble d’articles séparés, et deux chaires distinctes sont prévues184. Toutes deux, néanmoins, sont rattachées à l’enseignement plus général de la philologie, qu’elles ont pour mission de compléter et d’enrichir185. L’enseignant chargé de la poésie ne doit pas se concentrer sur un domaine précis du savoir, mais envisager toutes sortes d’œuvres sur les plans de la forme et du style, pour montrer comment ils facilitent la mémorisation et réjouissent l’oreille et l’esprit en usant du rythme et des images. Il ne se préoccupe que de textes en latin ou en grec, mais un large domaine est ouvert à son choix : il peut se pencher sur Thalès, Pythagore, Hésiode, ou bien Ovide, Juvénal, Grégoire de Naziance et d’autres, voire même s’intéresser aux œuvres contemporaines d’Eobanus Hessus186. Quel que soit le texte qu’il utilise, il doit en tout cas le présenter dans son contexte, parler de son auteur, des mythes ou légendes auxquels il se rattache éventuellement, puis évidemment commenter soigneusement la forme, sur le plan de la construction et des figures de style employées. De son côté, le professeur d’histoire se doit de lire et de commenter les grands historiens de l’Antiquité, non seulement pour enrichir les connaissances des étudiants, mais surtout pour parfaire leur intérêt et leur maîtrise des langues anciennes. César, Salluste, Thucydide et Xénophon sont cités, mais une place particulière est réservée à Tite-Live et à Hérodote, les statuts précisant que l’enseignement de ces deux auteurs ne doit jamais disparaître des programmes.

  • 187 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 251-255.
  • 188 Ibid.
  • 189 Die Statuten, p. 152 (§ 330). L’article suivant (§ 331) se réfère implicitement à la vision de l’h (...)
  • 190 Pour Heinz Scheible, dans Melanchthon, eine Biographie (op. cit., p. 252), c’est Melanchthon qui q (...)

67Avant d’aller plus loin, notons combien le projet et la description de ces deux chaires renvoient, une fois encore, à une vision très influencée par Melanchthon. À Wittenberg, dans la première moitié du xvie siècle, le réformateur a toujours insisté pour que l’apprentissage de la prosodie grecque et latine, ainsi que la fréquentation des grands poètes de l’Antiquité, viennent asseoir la maîtrise indispensable des langues. Il a surtout tenu tout au long de sa carrière à défendre l’histoire, une discipline qui lui était chère depuis ses jeunes années passées au sein du cercle humaniste de Reuchlin187. Ainsi, Melanchthon soutient en 1532 la parution des Chroniques de Carion dont il rédige la préface, dans laquelle il insiste sur le fait que la connaissance de l’histoire sert aux gouvernants et fournit d’utiles exemples de vertu, propres à améliorer les individus ; par ailleurs, la confrontation avec le passé rappelle en permanence que Dieu est à l’origine de tout et ne peut que renforcer la foi188. L’ouvrage de Carion, retravaillé par Melanchthon, puis parachevé par son gendre Peucer en 1566, est d’ailleurs explicitement recommandé comme manuel par les statuts de Helmstedt à peine dix ans plus tard189. Mais ces mêmes statuts mettent surtout en application une des idées chères à Melanchthon : la séparation entre l’enseignement de l’histoire et celui de l’histoire ecclésiastique. Ce point a déjà été évoqué au moment de traiter de la faculté de théologie, mais son importance mérite d’être rappelée : si la plupart des universités de l’Empire se sont dotées de chaires d’histoire sous l’influence de l’humanisme, celles-ci se voient bien souvent confier un enseignement qui mêle de façon indifférenciée l’histoire de l’Antiquité et celle de l’Église. L’existence d’une chaire spécialisée dans ce dernier domaine au sein de la faculté supérieure à Helmstedt réduit et clarifie le domaine de compétence du professeur d’histoire dans la faculté de philosophie – philologue toujours prêt à orienter le regard et la pensée de ses étudiants vers l’éthique, il traite de l’histoire comme « maîtresse de vie », s’inscrivant pleinement dans la perspective humaniste190.

  • 191 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 153-154.
  • 192 Reiner (ou Reinhard) Reineccius (ou Reineke) (1541-1595) a suivi très jeune les cours de Martin Me (...)

68Quelques années seulement après la fondation de l’université, histoire et poésie se retrouvent pourtant étrangement mêlées au sein d’une même chaire : le premier, Henri Meibom l’Ancien reçoit, en 1583, le titre de professeur ordinaire d’histoire et de poésie191. Un an auparavant, le célèbre Reineccius avait accepté la chaire d’histoire, mais avait obtenu du duc la permission de ne pas faire cours et de se consacrer à ses recherches192. Considérant que sa discipline devait exister par et pour elle-même, Reineccius refusait ainsi que l’histoire soit considérée comme une annexe de la théologie ou de la philologie. Entouré de jeunes disciples et d’étudiants boursiers que le duc oblige à travailler pour lui, il dirige des recherches sur les dynasties de l’Antiquité et officie comme précepteur du prince héritier Henri-Julius. Si son nom prestigieux attire sans doute de nombreux étudiants à l’université, son refus de faire cours publiquement, accepté par le duc, crée une situation problématique. La nomination de Meibom, avec le rattachement de l’enseignement de l’histoire à la chaire de poésie, constitue sans doute ici une réponse.

  • 193 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 21 et 151.
  • 194 M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 147-149 ; Gottfried Zimmermann, « Die (...)

69Mais le mariage entre histoire et poésie survit à la disparition de Reineccius en 1595 et n’est plus rompu ensuite pendant plus d’un siècle. Si les deux disciplines parviennent ainsi à coexister, c’est qu’une autre force rend leur lien cohérent. Le poète attitré de l’institution, comme son historien, ont en commun d’entretenir un rapport particulier avec le pouvoir princier : outre son enseignement, le professeur de poésie est chargé de composer régulièrement des œuvres de circonstances pour célébrer les événements marquants – et bien entendu la gloire du souverain193. Quant à l’historien, ses qualités de généalogiste et de chercheur sont également mises au service direct du prince : il est à noter qu’Henri Meibom l’Ancien a effectué pendant toute sa carrière des recherches pour rédiger l’histoire des couvents et monastères du duché de Brunswick, à partir des sources les plus anciennes. Bien au-delà de la recherche érudite et désintéressée, les ouvrages qu’il publie sur le sujet visent à justifier, en s’appuyant sur les sources remontant à la fondation de ces institutions, la politique ducale de fermeture des établissements réguliers et leur transformation en écoles194. Poète et historien, tous deux sont par essence missionnés par le prince, et leur savoir directement mis à son service. Que les deux hommes de lettres et de cour n’en fassent plus qu’un, voilà qui n’avait finalement rien d’incohérent.

  • 195 Dans l’ordre chronologique (1652-1655) : HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°630-634 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 (...)
  • 196 NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°136-138.
  • 197 CL 1653A, f°3r°.

70Le mariage entre histoire et poésie à Helmstedt fut donc précoce et durable, puisqu’il a survécu aux vicissitudes de la première moitié du xviie siècle et que le couple renaît en 1650 au moment de la nomination de Johannes Hornejus. La personnalité du jeune professeur et les circonstances de sa nomination ont déjà été évoquées. Quant aux traces qu’il a laissées sur son activité durant son bref passage, elles sont rares et lacunaires195. Ses maigres archives permettent néanmoins de supposer deux choses : d’abord, la perspective adoptée, celle d’une histoire universelle, et la mention de l’étude d’une « seconde monarchie196 », font songer à l’ouvrage de Carion, d’ailleurs cité par les statuts de 1576. Il semble que Hornejus s’appuie sur l’ouvrage repris par Melanchthon et Peucer, du moins qu’il adopte une même vision de l’histoire séparée en quatre grandes monarchies – celles des Assyriens, des Perses, des Grecs et des Romains. Enfin, la poésie ne semble pas faire l’objet d’un traitement séparé, mais plutôt simultané, comme le confirme la notice du catalogue imprimé pour le semestre d’été 1653197 : au moment d’aborder une période, Hornejus signale et lit à ses étudiants des poèmes contemporains, ou bien entrecoupe ses séries de cours d’histoire par des moments consacrés à la poésie, mais il ne paraît pas s’étendre beaucoup sur l’étude de la prosodie. Le jeune professeur n’était d’ailleurs pas lui-même un poète, du moins n’a-t-il laissé aucune œuvre dans ce domaine. Quant à son goût pour ces deux disciplines, son changement de chaire voulu et précipité en 1655 témoigne assez de sa faiblesse. Hornejus voulait, en 1650, revenir à Helmstedt pour y faire carrière, à la suite de son père. La chaire d’histoire et de poésie ne fut qu’un point de chute provisoire, où il œuvra en s’appuyant sur l’ouvrage recommandé par les statuts, et en usant de sa connaissance des auteurs latins et grecs. Son successeur présente un profil fort différent.

De l’histoire « maîtresse de vie » à la compréhension du monde contemporain

  • 198 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 64 ; F. Koldewey, Geschichte d (...)
  • 199 Ibid.
  • 200 À propos de Lorenz Scheurl (1558-1613) et de son fils Henri-Julius (Heinrich Julius) (1600-1651) q (...)

71Né en 1619 en Thuringe, Christian Eberhart a connu une jeunesse agitée par les troubles de la guerre de Trente Ans : après avoir fui le foyer familial ravagé par la soldatesque en 1634, il perd une grande partie de sa famille lors d’une épidémie de peste198. Errant ensuite pendant des années de désolation généralisée, il tente épisodiquement d’entreprendre des études, quand le manque d’argent ne le contraint pas à s’employer comme précepteur. Son opiniâtreté lui permet tout de même d’obtenir une maîtrise de philosophie à Helmstedt en 1651, où il survit en donnant des cours privés, surtout de géographie199. Finalement, il obtient une double récompense en 1655 : nommé officiellement professeur ordinaire d’histoire et de poésie, il épouse Anna Maria Grosse, veuve du professeur d’éthique Henri-Julius Scheurl, lui-même fils d’un ancien professeur de théologie de l’Academia Julia. À 36 ans et après de nombreuses péripéties, Eberhart entre simultanément dans la faculté inférieure et dans la famille universitaire. Confortablement installé dans le domicile de sa nouvelle épouse, autrefois celui des professeurs Scheurl, il entame une carrière de près d’un quart de siècle consacrée à l’histoire et à la poésie200. Discret et publiant très peu, Eberhart est presque tombé dans l’oubli après son décès en 1678 ; son enseignement pourtant se révèle original et riche en innovations.

  • 201 HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°229, 234, 236 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°79-81.
  • 202 Historien du iiie ou ive siècle apr. J.-C., Justin (ou Junianus Justinus) a compilé des passages d (...)
  • 203 NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°81. Il est probable que les cartes soient tirées d’un ouvrage néerlandais (...)
  • 204 Il s’appuie, dans certains cours privés de géographie, sur un ouvrage de Cluver, sans doute son in (...)
  • 205 NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°29, 22, 24, 26-29, 19-21 ; Nr. 2492 f°29-34 ; Nr. 2493 f°32-33.
  • 206 La première édition du premier volume date de 1642, celle du second de 1645 : Christoph Schrader, (...)
  • 207 NSA, 37 Alt Nr. 2493 f°37-39 ; Christianus Eberhart, De Electione Caroli V. Imperatoris Historia : (...)

72Dès ses premiers rapports manuscrits en 1656, Eberhart laisse transparaître la manière dont il procède en cours201. Suivant le fil de l’œuvre de Justin pour présenter les faits essentiels de l’Antiquité grecque et romaine202, il s’appuie sur des tables chronologiques et sur des cartes, comme le souligne une annotation intéressante : le 4 décembre 1656, puis à nouveau le 15, le ciel trop couvert empêche de voir les cartes de géographie qu’il a amenées dans l’auditorium, et il est donc contraint d’annuler ces deux cours ; une légère amélioration du temps lui permet tout de même de présenter les grandes parties du monde et de l’Europe grâce à ces mêmes cartes avant Noël203. Dans les années qui suivent, il s’arrête régulièrement dans sa progression pour effectuer des descriptions géographiques, cartes à l’appui – et la géographie est très souvent au cœur de ses cours privés204. Par ailleurs, il affiche aussi d’emblée un goût pour l’histoire récente : dès l’été 1658, il se lance dans une longue série de cours sur les événements importants du xvie siècle, en suivant la chronologie205. S’attardant en particulier sur toutes les guerres entre Français et Impériaux, puis sur les débuts de la réformation luthérienne et le concile de Trente, il passe en revue tous les moments forts survenus dans l’Empire, en Italie, en Espagne et dans les îles Britanniques – et il évoque même les guerres plus locales menées par les Welfs autour de l’évêché de Hildesheim. Très événementiel et surtout très exhaustif et méthodique, son long récit s’arrête précisément là où s’achèvent également les tableaux chronologiques élaborés et publiés par Schrader – ce qui pourrait indiquer qu’il utilise la dernière partie de l’ouvrage de son collègue comme base de sa narration206. Pendant le dernier trimestre de 1660 en revanche, il s’appuie probablement sur le travail qu’il a fourni pour constituer son dernier ouvrage, voire même directement sur celui-ci, lorsqu’il traite à nouveau de l’histoire du xvie et qu’il insiste sur le déroulement et les enjeux liés à l’élection de Charles Quint207.

  • 208 Les rapports d’Eberhart permettent de suivre précisément son activité ; voir notamment : NSA, 37 A (...)
  • 209 Sous la colonne « varia », ce sont pour l’essentiel les faits marquants de l’histoire musulmane qu (...)
  • 210 NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°25, 27-29 ; Nr. 2496 f°25-27. Pendant plus d’un semestre en 1661-1662, Eber (...)
  • 211 Voir notamment les passages des rapports où Eberhart évoque sa méthode : NSA, 37 Alt Nr. 2496 f°34 (...)
  • 212 NSA, 37 Alt Nr. 2493 f°32-34.
  • 213 NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°25-26, HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°350 et NSA, 37 Alt Nr. 2496 f°28-33.
  • 214 NSA, 37 Alt Nr. 204 H3 f°13-15 ; Nr. 2499 f°11.

73Durant toute la décennie 1660, l’ouvrage de son collègue Christophe Schrader s’impose cependant assez clairement comme le point de départ permanent de ses cours et le socle de sa progression208. Composées de deux volumes, les Tabulae chronologicae présentent des séries de tableaux chronologiques : le premier volume traite de la période commençant par la création du monde et s’achevant avec Jules César, tandis que le second examine la période allant de la naissance du Christ jusqu’à l’année 1600. Édités sur de grands formats, les tableaux sont divisés en colonnes dont la ventilation varie selon les périodes : dans le premier volume, ce sont les grands royaumes, toujours d’après la représentation de Carion, avec aussi les hommes illustres et les événements divers (« varia »), qui forment les colonnes ; dans le second, l’Empire, l’Église, les hommes illustres et de nouveau les événements divers constituent cette fois les divisions verticales209. Conçus pour servir de support au cours, avec notamment les pages de gauche laissées libres pour permettre les ajouts de commentaires à la main, ces deux volumes connaissent de nombreuses rééditions et un immense succès à Helmstedt jusqu’à la fin du xviiie siècle. Ainsi, ces tables permettent à Eberhart de présenter assez rapidement les grandes périodes de l’histoire dans une perspective qui est celle de Carion et de Sleidan – l’ouvrage de ce dernier pouvant même faire l’objet d’une étude spécifique210. La méthode consiste à dicter des commentaires qui permettent aux étudiants de comprendre et de compléter les mentions lapidaires des tableaux chronologiques, avant d’indiquer précisément ce qu’il faut absolument mémoriser211. Ponctuellement, Eberhart étudie l’œuvre d’un historien antique, dans la mesure où elle s’insère dans la période qu’il évoque et permet d’effectuer des commentaires et des rapprochements avec les Tabulae. Un trimestre est ainsi consacré à l’ouvrage de Salluste sur Catilina en 1660212, tandis que Florus ou Velleius Paterculus sont eux aussi étudiés dans les années suivantes213. À une seule reprise, en 1665, il se lance dans un commentaire plus littéraire en évoquant l’Énéide de Virgile : s’il montre comment le style et la rhétorique permettent d’émouvoir, son étude sert surtout de prétexte à des digressions sur les mœurs antiques214.

  • 215 NSA, 37 Alt Nr. 2498 f°36-38 ; Nr. 204 H3 f°13-15.
  • 216 NSA, 37 Alt Nr. 204 H3 f°100 ; Nr. 2500 f°20-22 ; Nr. 2500 f°23-28.
  • 217 NSA, 37 Alt Nr. 2500 f°29-31 ; Nr. 2501 f°13-24 ; Nr. 2502 f°24-33 ; Nr. 2503 f°27-30 ; Nr. 2504 f (...)

74Toujours durant cette décennie 1660, Eberhart porte un intérêt marqué à Tacite, qui le conduit à délivrer des cours explicitement consacrés à l’histoire allemande. Dans un premier temps, il traite en 1665 de la Germanie comme il a traité de l’Énéide, et se sert de l’ouvrage comme point de départ à des commentaires sur les mœurs des anciens Germains, avant de présenter longuement la géographie des régions germaniques215. Mais de janvier à septembre 1666, il se lance dans une véritable série de cours sur l’histoire allemande : s’écartant des tables chronologiques et des ouvrages traditionnels, il effectue un retournement de point de vue, cherchant à présenter et à périodiser l’histoire germanique d’après les sources romaines, mais en abandonnant la vision de ces dernières pour adopter celle des barbares – un terme d’ailleurs remplacé dans ses comptes rendus par celui de « Germains »216. Estimant que les cinq cent vingt années allant de la guerre de Rome contre les Cimbres jusqu’au début du royaume des Francs après le sac de Rome constituent un ensemble cohérent formant la première phase de cette histoire, il arrête son exposé à l’année 420. Visiblement satisfait, il revient une seconde fois dans les années suivantes sur ce qu’il nomme l’« Historia Germanica », tout en continuant à parcourir la chronologie jusqu’à la fin du xvie siècle217.

  • 218 Voir les mentions dans les archives pour les années 1670-1672 : NSA, 37 Alt Nr. 2504 f°20, 36 ; Nr (...)
  • 219 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 120.
  • 220 A. Grafton, What was History ?..., op. cit., p. 147-163.

75Par la suite, dans la première moitié des années 1670, Eberhart innove en se penchant longuement sur l’histoire contemporaine : franchissant la barrière de 1600, il s’intéresse aux familles régnantes au sein de l’Empire à son époque et aux principaux événements récents à l’échelle européenne. Ce changement semble avoir été préparé dès 1670 : à cette date en effet, Eberhart commence à proposer des cours privés portant sur la généalogie de la famille impériale, puis sur celle des princes allemands218. Il semble même qu’il ait projeté la publication d’un ouvrage sur le sujet qui aurait été le fruit de ses recherches, mais celui-ci n’a jamais vu le jour219. Cet intérêt dont il n’existe aucune trace avant 1670 peut surprendre au premier abord. Pourtant, Eberhart ne fait ici que reprendre une tradition forgée par son lointain prédécesseur Reineccius. Comme le souligne Anthony Grafton dans les pages qu’il consacre au premier titulaire officiel de la chaire d’histoire de l’Academia Julia, Reineccius a en effet défendu l’idée que l’histoire devait reposer essentiellement sur la reconstitution et l’étude des généalogies220. Si la première justification de cette approche consistait dans le rappel de l’importance des grands hommes dans l’histoire, le véritable objectif poursuivi par Reineccius et de nombreux historiens après lui était de disqualifier les généalogies fantaisistes et de légitimer les souverains en place. Pour ces chercheurs, l’ordre politique ne peut s’établir que sur les bases solides de la légitimité, assise sur la filiation – et la situation d’instabilité chronique de l’espace welfe, liée aux nombreux partages successoraux, faisait ressentir cette affirmation comme une évidence aux étudiants et aux enseignants de Helmstedt.

  • 221 NSA, 37 Alt Nr. 2506 f°20-21.
  • 222 NSA, 37 Alt Nr. 2506 f°22, 107-110 ; Nr. 2507 f°32-35, 137-140 ; Nr. 2508 f°94-95.

76En reprenant les travaux de son prédécesseur et en se penchant sur le xviie siècle, Eberhart poursuit donc une tradition qui n’a rien de mondaine : il a certainement consulté des documents originaux, qu’il a soumis à une critique sévère, pour justifier et construire ses tableaux généalogiques. Mais le plus intéressant est sans doute la façon dont ces études généalogiques ont basculé des cours privés vers les cours publics, jusqu’à en devenir le centre et à se mêler à l’exposé de l’histoire très contemporaine. Après quatre semestres, entre 1670 et 1672, pendant lesquels la généalogie des grandes familles allemandes occupe ses cours privés, le début du semestre d’été 1672 est ainsi marqué par un changement important : pour la première fois, Eberhart traite du xviie siècle dans ses cours publics, présentant le règne de l’empereur Rudolphe II (1576-1612) jusqu’à son terme et évoquant ensuite les origines et les débuts de la guerre en Bohême221. Jusqu’à la fin du semestre d’été 1676, il poursuit sa description chronologique de l’époque contemporaine jusqu’à la date de 1660, évoquant la guerre de Trente Ans, la paix de Westphalie et la situation politique des États welfes, mais aussi la guerre civile en Angleterre et les principaux conflits européens, notamment l’opposition entre la France et l’Espagne et les guerres contre les Turcs ; parfois, il interrompt son récit pour évoquer la généalogie des principales familles allemandes, en suivant un ordre géographique222.

  • 223 A. Grafton, What was History ?..., op. cit., p. 163. L’auteur évoque la façon dont Chytraeus et Co (...)

77Eberhart mêle donc l’étude des dynasties régnantes dans l’Empire et son histoire, avant de traiter plus largement d’histoire européenne. L’analyse de ses cours confirme et renforce les remarques d’Anthony Grafton : l’attention pour la généalogie a marqué un grand nombre d’historiens du xviie siècle et s’est inscrite dans les efforts pour développer les nouvelles sciences camérales223. Les présentations généalogiques d’Eberhart ne sont en effet pas de simples produits de l’érudition, mais servent clairement d’outils d’explication des conflits et traités récents au sein de l’Empire, en même temps qu’elles légitiment les souverains contemporains. Il est évident qu’Eberhart vise et forme ici les futurs serviteurs de l’État, pour qui la maîtrise du paysage géopolitique complexe de l’Empire au milieu du xviie siècle est indispensable. Il est même possible d’aller plus loin et d’émettre une hypothèse : l’intérêt presque soudain d’Eberhart pour la généalogie et l’histoire contemporaine pourrait être un produit de l’influence de Conring, lequel se penche en cours, dans ces mêmes années, sur l’histoire du droit allemand et le fonctionnement de l’Empire. Dans cette perspective, les cours d’histoire auraient été amenés à se transformer, d’autant plus facilement qu’il s’agissait de retrouver une approche forgée à Helmstedt par Reineccius, afin de transmettre aux étudiants un socle de connaissances facilitant leur compréhension des cours de politique de Conring.

  • 224 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 69 ; voir aussi supra, le chap (...)

78Parvenu à un âge avancé en 1676, Eberhart semble affaibli et multiplie les absences. Par facilité sans doute, il revient à une approche plus classique dans ses derniers cours jusqu’en 1678, s’appuyant sur les Tabulae pour présenter les grandes périodes de l’Antiquité. Lorsqu’il décède en avril 1678, le jeune juriste Johann Eisenhart est désigné pour lui succéder. Le choix paraît à première vue curieux, puisqu’Eisenhart, qui est docteur en droit et professeur extraordinaire dans la seconde faculté depuis 1675, a un profil déjà affirmé et ne semble pas spécialement porté vers les deux disciplines dont il hérite224. L’explication de cette étrange nomination est probablement à chercher du côté des savants calculs auxquels sont poussés les souverains welfes pour garantir la présence de bons juristes au sein de l’institution et auprès d’eux. Le jeune et brillant Eisenhart s’impatiente certainement, au milieu des années 1670, de n’être que professeur extraordinaire au sein de la faculté de droit, et les princes, qui ne souhaitent pas prendre le risque éventuel de le voir céder à la tentation d’un appel de l’extérieur, réagissent comme ils le font souvent : pour mieux attacher le jeune homme à l’institution, ils lui offrent une chaire ordinaire dans la faculté inférieure, avec évidemment les revenus et le statut afférents. L’habitude, pourtant, était de faire patienter les juristes en attente d’une chaire ordinaire dans leur faculté en leur offrant la chaire d’éthique, considérée à de nombreuses périodes comme liée au droit. Au printemps 1678 malheureusement, c’est un autre juriste, von Böckellen, qui occupe déjà la chaire d’éthique, lui aussi dans l’attente qu’une chaire ordinaire se libère dans la faculté de droit. La mort d’Eberhart, plus que les penchants d’Eisenhart ou la volonté d’attacher la chaire d’histoire et de poésie à la faculté de droit, offre donc la seule occasion à court terme de satisfaire le jeune professeur extraordinaire, situé derrière von Böckellen dans l’ordre de préséance des juristes. La suite de la carrière d’Eisenhart constitue d’ailleurs la preuve que sa nomination est le fruit d’une machination complexe : moins d’un semestre plus tard, en octobre 1678, Eisenhart abandonne la chaire d’histoire et de poésie pour s’emparer de celle d’éthique, laissée libre par la nomination de von Böckellen comme ordinaire en droit.

  • 225 CL 1678A f°3v°.
  • 226 CL 1678B f°4r°.
  • 227 Ibid.

79Les manœuvres sont d’ailleurs tellement rapides qu’Eisenhart n’a laissé aucun compte rendu manuscrit en tant que professeur d’histoire et de poésie. Pour le semestre d’été 1678, le seul au cours duquel il a enseigné ces disciplines, le catalogue imprimé indique encore le nom d’Eberhart à la place du sien225. Décalage oblige, il se trouve en revanche paré du titre de professeur d’histoire et de poésie au semestre suivant, alors même qu’il débute ses cours d’éthique226. Si on ne sait donc rien de l’activité réelle d’Eisenhart pendant l’été 1678, cette dernière notice annonçant des cours qu’il n’a jamais faits donne néanmoins le ton : le jeune juriste affirme vouloir traiter de l’histoire du Saint Empire depuis Charlemagne, et plus spécialement de la naissance et de la constitution des grandes institutions comme la Chambre impériale de justice227. En toute logique et sans doute par facilité, Eisenhart entend transformer la chaire d’histoire en annexe de la faculté de droit ; de cette évolution possible, la chaire, toujours officiellement qualifiée d’histoire et de poésie, a pourtant été préservée par le hasard des circonstances et l’effet indirect d’une vacance de chaire en droit.

Henri Meibom le Jeune et la légitimation de l’ordre politique

  • 228 Voir la section qui lui est consacrée dans le chapitre sur la faculté de médecine.
  • 229 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 120-121.
  • 230 CL 1679A f°4v°.

80Après avoir servi de salle d’attente à un juriste ambitieux, la chaire d’histoire et de poésie se retrouve donc de nouveau sans titulaire en octobre 1678, pour la seconde fois cette année. Au professeur de droit impatient succède alors celui qui se pose en héritier légitime : Henri Meibom le Jeune, déjà professeur ordinaire de médecine, se manifeste en effet et demande le droit de cumuler deux chaires, en obtenant celle d’histoire et de poésie228. Au début de l’année 1679, il est exaucé et succède officiellement à Eisenhart – ou plutôt, à Eberhart. Ses arguments tiennent en deux mots, son nom et son prénom : petit-fils d’Henri Meibom l’Ancien, premier professeur à avoir réuni les deux disciplines et rendu célèbre leur enseignement, Henri le Jeune réclame la chaire vacante comme on réclame un dû ou un héritage. Pour être juste, il convient d’ajouter qu’Henri le Jeune possède de grandes qualités, et pas seulement en tant que médecin. Très bon latiniste, il excelle dans la composition de vers dans cette langue, et son père lui a légué un goût certain pour l’histoire229. Héritier et cumulard, Meibom n’est donc pas le moins apte, en définitive, à occuper la place ; en outre, il offre l’avantage d’être connu et immédiatement disponible. À partir du début du semestre d’été 1679, il enseigne donc en parallèle dans les deux facultés de médecine et de philosophie230.

  • 231 Dans l’ordre chronologique : NSA, 37 Alt Nr. 205 H7 f°36, 59, 67, 82, 109 ; Nr. 2510 f°2 ; Nr. 251 (...)
  • 232 NSA, 37 Alt Nr. 2514 f°120-121 ; Nr. 2515 f°31, 66-67, Nr. 2515 f°118-119 ; Nr. 2516 f°67-68 ; Nr. (...)
  • 233 S’il ne donne pas d’indications précises, Meibom s’appuie certainement sur les travaux de son gran (...)

81Assidu et parfaitement organisé, Meibom bâtit des cycles de cinq ans, à l’intérieur desquels les enchaînements entre les grands thèmes correspondent à des changements de semestres. Si quelques différences sont observables d’un cycle à l’autre, la trame demeure identique. Au début de l’été 1679, il entame ainsi son premier cycle en présentant l’histoire romaine à partir de Jules César231 ; après deux ans, il poursuit avec l’histoire de Charlemagne, puis expose tous les détails de l’histoire du Saint Empire. Parvenu au règne de Charles Quint, il évoque autant les événements politiques que l’histoire religieuse avec l’avènement de la Réforme et la Saint-Barthélémy. Une année entière est ensuite consacrée au xviie siècle, notamment à la guerre de Trente Ans, à la paix de Westphalie et aux affrontements récents entre Français et Hollandais. À la fin de 1684, il débute un nouveau cycle232, en partant à nouveau de Jules César et en s’appuyant sur l’Histoire Auguste. Cette fois-ci, il se penche davantage sur l’histoire de l’Empire d’Orient, avant de consacrer une année entière à l’étude de la Germanie de Tacite, prétexte à traiter des mœurs des anciens Germains et surtout de la géographie de l’espace germanique. Il s’attarde enfin longuement sur l’histoire de la Saxe et des régions entourant le duché de Brunswick, des origines à la réformation luthérienne. L’histoire contemporaine est quant à elle traitée essentiellement à travers l’étude de la dynastie welfe – la supériorité des ducs de Brunswick sur les autres familles régnantes dans l’Empire étant implacablement démontrée233.

  • 234 La référence à l’Histoire Auguste lorsqu’il traite de l’Antiquité au cours du second cycle suggère (...)

82Parfaitement maîtrisée, la progression de Meibom démontre qu’il assume des choix clairs. D’abord, il convient de le souligner, la poésie est totalement abandonnée : si Eberhart avait de fait écarté lui aussi cette matière, il avait veillé à quelques reprises à incorporer des textes tels que l’Énéide, comme pour signifier qu’il perpétuait la tradition du lien entre histoire et poésie – mais avec Meibom, le lien est rompu sans ménagement. Par ailleurs, il ne semble plus se servir des Tabulae devant les étudiants, à moins qu’il ne le fasse sans le mentionner au cours des premières années, avant de s’en passer lorsqu’il traite de l’histoire des évêchés ou des événements contemporains234. Cet abandon n’est pas innocent et reflète la façon dont Meibom tourne le dos à la vision de l’histoire héritée de Sleidan, Carion et Melanchthon. Il n’est plus question chez lui de la prophétie de Daniel ni de la théorie des quatre monarchies, car ses centres d’intérêt sont ailleurs. Le passage par l’Antiquité ne sert qu’à évoquer la naissance de l’Empire, son partage et son passage entre les mains des Germains, le Saint Empire continuant et perpétuant la grandeur de Rome. Cette légitimation de l’Empire par l’histoire s’accompagne aussi d’une affirmation de l’existence du peuple germain. Ainsi Tacite n’est-il plus étudié pour son style ou pour disserter sur les vertus antiques, mais bien parce que ses écrits constituent la source permettant de distinguer un peuple précis – celui qui a justement recueilli légitimement l’héritage impérial. Pour finir, l’histoire de l’Empire du Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine sert une double entreprise de légitimation : celle de la réformation luthérienne, abordée par le biais de l’histoire du xvie siècle, incluant celle, à plus longue perspective, des évêchés locaux ; la légitimation aussi des dynasties régnantes, en premier lieu celle des ducs de Brunswick, exaltée grâce à l’étude généalogique. En dehors de ce cadre étroit, le reste de l’histoire n’est qu’à peine effleuré : les persécutions infligées en France aux protestants, ou bien les événements récents et dramatiques survenus aux Pays-Bas et en Angleterre, les deux grands voisins vers qui les regards sont tournés, retiennent seuls l’attention.

83En bref, l’évolution de la chaire d’histoire et de poésie durant la période 1650-1690 souligne, une fois encore, la rapidité et la radicalité des changements derrière le calme apparent des notices des catalogues imprimés. Un regard sur l’activité de Meibom suffit en effet à mesurer le chemin parcouru en quelques années seulement. La renaissance d’une chaire liant histoire et poésie, dans une démarche très melanchthonienne et humaniste, a fait long feu en 1690. Traitée en alternance avec l’histoire, ou bien simultanément, la poésie a disparu de fait de l’enseignement avec Eberhart. Demeurée seule, l’histoire a d’abord été abordée dans un esprit épousant les prescriptions des statuts : la vision d’une histoire universelle structurée autour de la succession de quatre grandes monarchies a longtemps servi de fondement théorique et d’objet à l’enseignement. La grande qualité et l’utilisation aisée des Tabulae dressées par Schrader, doyen et figure tutélaire de la faculté jusqu’en 1680, ont joué pour beaucoup dans l’établissement d’une forme de routine, où le professeur d’histoire balayait à intervalles presque réguliers toute l’histoire du monde, en s’arrêtant à la fin du xvie siècle.

84Un profond tournant a pourtant eu lieu dès les années 1670, avec les nouveaux choix de thèmes et d’approches effectués par Eberhart. S’appuyant sur l’étude des généalogies des familles princières allemandes qui reposait sur une ancienne tradition à Helmstedt, ce dernier a changé la manière de présenter le passé. Surtout, il s’est lancé dans l’histoire contemporaine, ouvrant un nouveau champ à l’enseignement. Reineccius le généalogiste avait côtoyé à la fin du xvie siècle le poète et humaniste Meibom l’Ancien : à partir des années 1670, l’approche du premier s’impose et supplante l’idéal d’une double chaire attachée à la philologie, que le second avait symbolisé. Avec Eberhart, puis surtout avec Meibom le Jeune, l’histoire cesse d’être une « maîtresse de vie » ou le prétexte à un approfondissement de la culture humaniste ; elle quitte la sphère de la philologie et des humanités pour se mettre au service des sciences camérales en plein essor. Désormais, son objectif est de fournir les connaissances nécessaires à la compréhension du monde contemporain, mais plus que tout de légitimer l’existence de l’Empire et des dynasties régnantes. Derrière cette œuvre de légitimation de l’ordre politique se dessine également la volonté d’asseoir l’idée qu’un lien fort existe entre un peuple, les Germains, et la construction politique de l’Empire. Les étudiants sont priés de puiser dans l’histoire de quoi renforcer leur conviction que le Saint Empire, la dynastie locale et le protestantisme sont parfaitement légitimes, et qu’ils sont attachés à la culture allemande.

85Qu’une telle évolution ait pu avoir lieu à Helmstedt n’est d’ailleurs pas un hasard. Derrière Eberhart et Meibom le Jeune, c’est-à-dire derrière la transformation de l’enseignement de l’histoire, l’influence d’un homme se fait clairement sentir : dans sa réflexion d’historien du droit, Hermann Conring défend en effet une vision similaire à celle qui vient d’être décrite. Indirectement, il a poussé de façon certaine à ce que l’histoire se rapproche et entre dans l’orbite de sa propre chaire, celle de politique.

Parachever l’histoire et débuter le droit

Une chaire sur mesure pour Conring

  • 235 Sur Johann Lüders ou Lüder (1592-1633), voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 148-149. V (...)
  • 236 Pour la grille de 1650, voir NSA, 37 Alt. Nr. 13 f°96-106. Le catalogue imprimé annonçant les cour (...)
  • 237 CL 1653A f°3v°.
  • 238 Voir son rapport manuscrit, non daté mais classé avec les rapports concernant l’été 1653, où Conri (...)

86Aucun passage des statuts de 1576 n’évoque la nécessité d’un enseignement de politique ni la création d’une chaire du même nom. Une mention du terme apparaît néanmoins dans la grille des salaires de 1620, où Johann Lüders est cité avec le titre qu’il porte depuis 1618, celui de professeur d’éthique et de politique235. À cette date, la politique semble être considérée comme un enseignement complémentaire de celui d’éthique et confié à un futur juriste. Au moment de la réorganisation de 1650, une chaire de politique est prévue, comme le montre la grille des salaires de cette même année ; cependant, aucun professeur n’apparaît comme détenteur d’un tel titre avant 1655236. Il semble qu’entre ces deux dates, la chaire théoriquement prévue pour être consacrée à la politique ait été confiée au professeur d’hébreu, dont la place et le statut étaient mal définis dans les textes. La volonté d’empêcher un départ toujours possible de Conring a sans doute poussé les princes à pourvoir finalement cette chaire de politique, en finançant un neuvième poste d’ordinaire au sein de la faculté. Peut-être avait-il d’ailleurs été promis de longue date à Conring qu’il occuperait cette chaire, ou bien les souverains ont-ils dû céder à sa pression : de manière étonnante en effet, Conring se sert de sa notice dans le catalogue imprimé pour le semestre d’été 1653, où il apparaît uniquement dans la liste des professeurs de médecine, pour annoncer qu’il enseignera la médecine seulement si ses cours de politique lui en laissent le temps237. Les rapports manuscrits de Conring confirment d’ailleurs qu’il a effectivement fait cours publiquement entre 1653 et 1655, mais que son enseignement n’avait rien à voir avec la médecine238.

  • 239 Voir supra. De nombreux travaux ont été consacrés à Conring, dont ceux de M. Stolleis (dir.), Herm (...)
  • 240 Voir les travaux mentionnés dans la note précédente.

87Rien n’est donc aussi étrange à l’origine que cette chaire de politique, dont aucun texte officiel ne justifie l’existence, qui apparaît explicitement sans être réellement pourvue, tandis qu’un professeur de médecine en dispense l’enseignement, avant finalement de pouvoir la détenir. Bien entendu, cette originalité et cette spécificité épousent la dimension et le caractère d’un homme, Hermann Conring, dont le prestige intellectuel justifie, au milieu du xviie siècle, tous les arrangements de la part des souverains. De Conring, il a déjà été fait plusieurs fois mention dans cette étude, notamment au moment de traiter de la faculté de médecine et il n’est donc pas question de revenir en détail sur sa personnalité et sa carrière239. Quant à son activité, elle a fait l’objet de plusieurs études approfondies de la part de ceux que le pionnier de l’histoire du droit allemand intéresse depuis longtemps : personnage de premier plan, Conring fait partie des rares enseignants de la période dont les rapports manuscrits ont été sondés et analysés, et son activité pédagogique a déjà en grande partie été mise en rapport avec sa production littéraire240. Ses cours en tant que professeur de politique à partir de 1655 seront donc présentés ici de façon succincte, afin notamment de mieux comprendre le rôle et la place du plus célèbre enseignant de l’Academia Julia dans le fonctionnement plus global de la faculté.

  • 241 Hermann Conring, De Origine Iuris Germanici Commentarius Historicus..., Helmestadi, Muller, 1643, (...)

88Mais avant cela, deux remarques s’imposent. D’abord, les rapports laissés par Conring sont extrêmement laconiques et les archives très lacunaires ; de plus, ses charges annexes l’ayant conduit à être très souvent absent, la discontinuité de son enseignement ne s’ajoute à celle des archives. Toutefois, Conring fait passer son enseignement de politique explicitement avant celui de médecine : autant et dès qu’il a pu, il a donc fait cours dans cette première matière. Par ailleurs, il convient de rappeler que Conring a déjà un long passé d’enseignant et d’auteur en 1655. Deux de ses principaux ouvrages qui concernent la politique sont déjà parus : le fameux De Origine Juris Germanici et l’étude davantage historique : De Finibus Imperii Germanici241. Dans le premier ouvrage, Conring fonde l’histoire du droit allemand en démontrant que l’introduction du droit romain dans l’Empire relève de l’influence au xve siècle de juristes formés en Italie, et n’a pas de fondement ancien et officiel. Le second livre mentionné s’inscrit dans une démarche mêlant histoire et politique et fait le point sur les documents permettant de fixer les limites de l’Empire et de fonder les relations entre l’empereur et les princes allemands. Le rappel est d’importance, car Conring appuie ses cours de politique sur ses propres travaux d’écriture ou de réédition, et c’est d’ailleurs par ce biais que son activité sur près de trente ans peut être ordonnée.

  • 242 HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°597 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°146 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°598, (...)
  • 243 NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°18, 17 ; Nr. 2492 f°22-29 ; Nr. 2493 f°28-31 ; Nr. 2494 f°22.
  • 244 Ibid. Conring fait d’abord paraître une réédition en 1660, suivie d’un ouvrage de commentaire l’an (...)
  • 245 NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°22. Jacob Lampe ou Lampadius (1593-1649) appartient au groupe des principau (...)
  • 246 NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°23. Conring était un opposant aux théories mercantilistes aboutissant à la (...)
  • 247 NSA, 37 Alt Nr. 1496 f°22-24 ; Nr. 2497 f°36-38.
  • 248 Ibid. Il traite notamment à son domicile du fonctionnement des pays fédérés.
  • 249 Hermann Conring, De Origine Iuris Germanici Liber Unus Adiecta sunt opuscula eiusdem argumenti var (...)

89Autant qu’il est possible d’en rendre compte au vu des nombreuses lacunes dans les sources, l’activité pédagogique de Conring s’organise en effet largement autour de l’étude successive d’ouvrages qu’il commente, parfois en même temps qu’il en prépare la réédition. Jusqu’en 1658, le contenu de ses cours est assez difficile à reconstituer, même s’il semble au milieu des années 1650 traiter de son ouvrage sur les limites de l’Empire et des différentes formes de gouvernement – sans doute à partir d’Aristote242. Du début de l’été 1658 jusqu’à la fin de l’hiver 1660-1661, son attention se concentre essentiellement sur le Prince de Machiavel243. Au début de l’année 1659, il parvient au chapitre 7 de l’ouvrage qu’il lit et commente de façon linéaire. Très souvent absent, notamment en raison de missions diverses et de voyages en Frise orientale, il s’interrompt de nombreuses fois. Il achève finalement la lecture de l’ouvrage au milieu de l’été 1659, puis il se lance dans la préparation d’une réédition et d’un commentaire de l’œuvre244. Tout au long de l’année 1660, il se consacre à cette tâche, entre ses nombreux voyages, tout en commençant à donner des cours dans lesquels il commente l’ouvrage de Lampadius, De Republica Romano-Germanica245. De façon intéressante, il présente les thèses de l’auteur qui défend l’idée d’un Empire fédéral où la souveraineté serait partagée entre l’empereur et les princes, tout en organisant des disputes sur les différentes formes de gouvernement, comme l’oligarchie. Durant l’été 1661, il présente ses propres théories en matière de politique monétaire246. Jusqu’à la fin de l’été 1664, tous ses cours sont ensuite liés à l’ouvrage de Lampadius, soit qu’il commente l’œuvre, soit qu’il effectue des digressions de nature historique – comme lorsqu’il traite d’histoire romaine pour rappeler les origines de l’Empire247 –, tandis que ses cours privés lui servent à approfondir certaines notions248. En parallèle, il se consacre à la préparation d’une nouvelle édition de son ouvrage sur l’origine du droit allemand, qui paraît finalement en 1665249.

  • 250 Aristoteles, Politicorum Libri Octo, Oberto Gifanio ICto interprete, Cum proemio H. Conringii & in (...)
  • 251 NSA, 37 Alt Nr. 2500 f°13-14, 18 ; Nr. 2501 f°12, 20 ; HA, Cal. Br. 21 Nr. 4169 (I) f°178, 198, 20 (...)
  • 252 HA, Cal. Br. 21 Nr. 4169 (I) f°178, 198, 208.
  • 253 NSA, 37 Alt Nr. 2505 f°16-18 ; Nr. 2506 f°15-17.
  • 254 NSA, 37 Alt Nr. 2506 f°18, 103-104, 106, 105 ; Nr. 2507 f°31, 30, 136, 134-135, 133 ; Nr. 2508 f°9 (...)
  • 255 NSA, 37 Alt Nr. 2508 f°18-19 ; Nr. 2509 f°16-18 (datation incertaine), f°71-72 ; Nr. 205 H7 f°11, (...)

90Dans les derniers mois de 1664, il abandonne Lampadius pour se consacrer à la Politique d’Aristote pendant trois semestres. Il s’attarde notamment sur les livres VII et VIII, dont il a contesté la place dans l’ouvrage dès 1637 – une position reprise et développée en 1656 lorsqu’il réédite la Politique, dans une version comprenant le texte grec original et la traduction latine de l’Italien Pietro Vettori, amendée par ses soins250. Il y a tout lieu de supposer qu’il présente et défend auprès des étudiants les thèses qu’il a avancées plusieurs années auparavant, tout en explicitant la vision d’Aristote sur les différentes formes de gouvernement. Dès le début de l’année 1666 et jusqu’à l’été 1670, il retourne à l’étude de l’ouvrage déjà cité de Lampadius251. Commentant méthodiquement chaque chapitre, il semble se lancer dans de vastes digressions : lorsqu’il aborde le chapitre 6 durant les mois d’octobre à décembre 1667, il en profite pour exposer longuement la place des prélats et de l’épiscopat au sein de l’Empire, développant ce qu’il nomme sa « doctrina de episcopis, monachis et equestri »252. Dans ses rapports suivants pour l’été 1671 et l’hiver 1671-1672, il cite Bodin, sans donner de précision253. Jusqu’en 1677, ses cours semblent toujours reposer sur l’étude de Lampadius, mais les rapports ne permettent pas d’en juger plus précisément254 ; au-delà, le septuagénaire Conring paraît de plus en plus souvent absent, sans doute même se cantonne-t-il dans un rôle de professeur délivrant des conseils à des étudiants avancés venus le voir chez lui255. Il décède le 12 décembre 1681.

  • 256 NSA, 37 Alt Nr. 2505 f°18. En décembre 1672, il consacre plusieurs cours à la circulation de l’or (...)
  • 257 De nombreuses disputes sont organisées sur la question de la guerre, notamment dans les derniers m (...)

91Ainsi, la chaire de politique apparaît comme extraordinairement vivante : esprit vif et travailleur infatigable, Conring entraîne les étudiants sur la piste de ses réflexions, leur fait vivre l’émergence de ses idées et le processus de publication ou de réédition de ses très nombreux ouvrages. L’influence de son défunt maître et ami Lampadius apparaît par ailleurs déterminante, la grande majorité des cours s’appuyant sur l’œuvre principale de l’ancien chancelier du Calenberg. Cependant, en dépit du manque de précision des sources, on devine qu’il ne s’agit pas ici d’une simple lecture suivie. Conring défend les idées principales de Lampadius sur la réorganisation nécessaire de l’Empire après la fin de la guerre de Trente Ans, mais il se sert de l’ouvrage comme d’un tremplin vers le développement de ses propres idées. Il disserte ainsi à plusieurs reprises sur l’économie et la circulation monétaire256, réfléchit à la bonne façon d’élaborer des lois ou bien encore à la place de l’armée et de la guerre dans la gestion et la politique de l’État257. En bref, le professeur Conring se montre, entre deux absences, comme les lecteurs de ses œuvres peuvent se le figurer : un pionnier dans les domaines de l’histoire du droit, de la statistique et de la science politique en général, dont la chaire, taillée sur mesure, lui a fourni les moyens de former les futurs juristes et serviteurs de l’État aux sciences camérales en plein essor. Pour être complet, une dernière remarque s’impose : les cours de Conring suggèrent sans surprise qu’il a plusieurs fois traité des origines historiques et des limites géographiques de l’Empire, avant de se préoccuper de contester la légitimité du droit romain en son sein, au nom de l’existence d’un droit germanique. Par ailleurs, ses réflexions sur l’organisation et l’équilibre au sein de l’Empire l’ont amené à disserter sur le droit de guerre et sur la place des principautés ecclésiastiques. À nouveau, le parallèle avec l’évolution de la chaire d’histoire mérite donc d’être fait : lorsqu’Eberhart dans les années 1670, et Meibom ensuite, s’intéressent à l’histoire des guerres récentes et à celle des évêchés allemands, ils sont bien, comme cela a été évoqué, influencés, voire soumis aux intérêts de la chaire de politique.

Johann Werlhoff

92Alors que l’enseignement de la politique souffre après 1677 du retrait progressif de Conring, il faut attendre plus de cinq années après son décès pour que la chaire soit à nouveau pourvue. Cette longue vacance, qui plus est pour une chaire de philosophie, indique assez le caractère particulier que lui a conféré Conring. Profondément marqué par le passage de ce dernier, l’enseignement de la politique est sans doute aussi considéré par le pouvoir comme relevant d’un intérêt particulier : comme dans le cas des chaires de droit qui lui fournissent ses principaux serviteurs, le pouvoir princier semble être extrêmement exigeant sur le profil du futur détenteur de la chaire de politique. Autrement dit : si elle appartient bien officiellement à la faculté de philosophie, cette dernière chaire n’entre pas véritablement dans son économie traditionnelle, ne s’inscrit pas dans le fonctionnement habituel – vacante, elle ne paraît pas pouvoir échoir à un jeune maître ambitieux ni à un professeur prêt à cumuler deux chaires ou bien à échanger la sienne.

  • 258 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 248 ; August Ritter von Eisenh (...)
  • 259 Johann Werlhof, Dissertatio Politica De Maritimis Commerciis, Quam Praeside... Hermanno Conringio. (...)
  • 260 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 248.

93Il n’y a pas que la durée de la vacance de la chaire de politique après le décès de Conring qui suggère de telles remarques : la personnalité même de celui qui lui succède confirme tout à la fois la dimension particulière de cette chaire et consacre une évolution. S’il n’a que 26 ans lorsqu’il est officiellement nommé professeur ordinaire de politique en 1686, Johann Werlhoff présente un profil qui semble satisfaire toutes les attentes. Son nom dissimule en effet son appartenance à la famille universitaire : né à Lübeck en 1660, Werlhoff est le fils de Dorothea Elisabeth Meibom, fille de Jean-Henri Meibom, médecin et ancien professeur de l’Academia Julia. Dès l’âge de 15 ans, il est envoyé faire ses études à Helmstedt où il est vraisemblablement hébergé et protégé par son oncle, Henri Meibom le Jeune258. Formé par ce dernier à l’histoire, Werlhoff est fasciné très jeune par Conring et suit les derniers cours délivrés par le professeur de politique : en 1680, le jeune étudiant publie le texte d’une dispute présidée par son maître et qui porte sur la politique en matière de commerce maritime259. Dès cette époque, Werlhoff s’oriente pourtant vers l’étude du droit. En 1681, il débute une longue pérégrination qui l’entraîne à Marbourg, Gieen, Tübingen, mais aussi à Francfort-sur-le-Main et à Spire où il observe le fonctionnement de la Chambre impériale de justice. Il poursuit son périple qui le mène à Strasbourg où il demeure plusieurs mois, puis à Bâle, Genève, Toulouse, Bordeaux et Nantes. En 1682, il s’arrête un peu plus longuement à Orléans où il obtient sa licence en droit après avoir disputé sur des thèses d’Hugo Grotius. Parvenu à Paris en février 1683, il projette un voyage aux Pays-Bas et en Angleterre lorsqu’il est surpris par la nouvelle de la mort de sa mère260. Il rentre alors à Helmstedt où il poursuit vraisemblablement ses études de droit. Esprit brillant, doué notamment d’un talent pour la poésie, le jeune juriste, déjà expérimenté, peut surtout faire valoir son appartenance à la famille universitaire ; nul doute que son parcours et le soutien appuyé de son oncle Henri Meibom ont été les éléments décisifs qui ont abouti à sa nomination en 1686.

  • 261 NSA, 37 Alt Nr. 2516 f°112-113 ; Nr. 2517 f°134.
  • 262 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°135-136.
  • 263 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°137 ; Nr. 2518 f°127.
  • 264 NSA, 37 Alt Nr. 2518 f°128-130 ; Nr. 208 H1 f°16, 105 ; Nr. 208 H2 f°5, 39.

94Comme son oncle d’ailleurs, Werlhoff est assidu et paraît très organisé et méthodique dans son approche. Dès ses débuts, durant l’été 1686, il propose aux étudiants un cycle de trois ans et demi très bien structuré. Se référant d’abord à la Politique d’Aristote, il passe en revue les définitions des notions essentielles, comme la société, la cité ou la souveraineté, puis il présente les différentes formes d’organisation sociale et les différents types de régimes politiques261. Lentement, il approfondit alors les analyses, traitant des fondements du droit ou du principe des élections, tandis que l’ouvrage de Grotius sur le droit de guerre lui fournit la matière de cours privés262. Parvenu à mi-parcours, il adopte alors une perspective historique, comparant les lois des anciens Germains avec celles des Romains, pour mieux parvenir à une réflexion sur le droit au sein de l’Empire, illustré par une longue série de cours sur les traités de Westphalie ou encore sur les problèmes contemporains en Pologne et aux Pays-Bas espagnols263. Deux semestres peuvent être consacrés aux détails du fonctionnement de l’Empire, depuis l’élection impériale jusqu’aux questions de compétences et de juridictions – parfois avec des comparaisons entre les comices antiques et les collèges électoraux. Pour finir, le fonctionnement politique des cités est à nouveau évoqué, cette fois en pratiquant la comparaison historique entre Rome, les cités des Germains et les villes de la Hanse264.

  • 265 Les réflexions qui suivent s’appuient sur le parallèle entre les cours décrits et l’analyse de la (...)

95De manière très intéressante, Werlhoff montre qu’il se situe au point d’aboutissement d’une série d’évolutions pratiques et de réflexions qui se sont précipitées au cours de la période ayant précédé ses débuts d’enseignant. Très clairement, le point de départ ici demeure Aristote. S’il s’agit de reprendre les concepts forgés par le Stagyrite, l’influence de ce dernier est en fait plus profonde265. Ainsi, l’État est présenté comme une chose naturelle et non comme le fruit d’une convention entre les hommes ; par ailleurs, la différence entre société et État, de même que l’analogie entre la partie et le tout – la famille et la société, la communauté et l’État, communauté de communautés – constituent une série d’idées héritées d’Aristote et profondément ancrées dans la pensée de Werlhoff. Mais ce dernier greffe sur ce tronc d’autres réflexions et il se fixe surtout d’autres objectifs que la seule réflexion théorique et conceptuelle. Son véritable objet est en effet l’Empire au sein duquel il vit, dont il cherche à légitimer l’existence et à expliciter le fonctionnement. C’est ce qui justifie qu’il multiplie les approches, passant de l’exposé de droit public à la présentation géopolitique. Mais surtout, il emploie l’histoire comparée et la généalogie pour légitimer aussi bien les procédures comme l’élection impériale que la souveraineté des cités et le pouvoir des dynasties régnantes. Combinées entre elles, ces considérations et ces approches aboutissent à une implacable démonstration, facilitant par ailleurs la mémorisation des points essentiels par les étudiants : l’Empire, héritier de Rome mais marqué par le droit germanique, assis sur un fonctionnement fédéral où l’empereur élu partage sa souveraineté avec les villes libres et les princes, constitue la forme d’organisation politique et institutionnelle la plus équilibrée. Plus qu’une description des institutions, du droit et de la géopolitique, Werlhoff transmet à ses étudiants une série de notions, qui sont présentées indirectement comme autant de valeurs appelées à structurer la pensée et l’action des futurs serviteurs de l’État : fédéralisme, patriotisme germanique, conservatisme monarchique et protestantisme – moins encore que les autres, la chaire de politique ne constitue décidément pas, à la fin du xviie siècle, un lieu où sont cultivées la philologie et les valeurs humanistes.

96En somme, Werlhoff marie dans son enseignement plusieurs traditions ancrées à Helmstedt, mêlant l’héritage de Conring à celui de Reineccius et de son oncle Meibom – il est bien un fils issu de la famille universitaire, génétiquement et intellectuellement. Si l’on considère encore une fois son enseignement, une dernière remarque peut être faite. La façon dont Werlhoff débute sa série de cours par des considérations abstraites et complexes, de même que la manière qu’il a d’utiliser l’histoire sans avertissement ni précaution pédagogique, suggèrent une hypothèse. Il est fort probable que les cours de politique aient été concrètement destinés à des étudiants déjà avancés dans leur parcours au sein de la faculté de philosophie et qui souhaitaient pour la plupart poursuivre des études juridiques. L’auditoire de Werlhoff ne semble en effet avoir aucune difficulté à saisir les explications théoriques en latin, voire en grec, qui lui sont proposées. De la même façon, les étudiants paraissent parfaitement capables de se repérer dans la chronologie et de comprendre immédiatement les comparaisons entre Antiquité, Moyen Âge et période contemporaine, ou bien encore la référence aux traités de Westphalie, sans avoir besoin d’une contextualisation. Tout indique que les étudiants de Werlhoff ont donc déjà suivi l’enseignement de rhétorique et de logique de la faculté, mais surtout celui de la chaire d’histoire, détenue par son oncle. L’enseignement de ce dernier peut ainsi être relu comme une préparation directe au cours de son jeune neveu : appuyé sur cette base solide, Werlhoff hausse le niveau de réflexion et introduit les concepts et les questionnements de la science juridique, mais en gardant l’approche historique et le vocabulaire aristotélicien comme points d’ancrage. Parvenus au bout du cycle de trois ans d’étude politique, les étudiants sont parfaitement préparés à faire leur entrée dans la faculté de droit – ou même à trouver déjà un emploi dans l’administration. Pour Werlhoff lui-même d’ailleurs, l’enseignement de politique a été une transition vers celui du droit : dix ans après sa nomination, le juriste de formation rejoint en 1696 la faculté de droit où il devient professeur ordinaire chargé des Institutiones.

97À côté des chaires de logique, de physique ou de métaphysique, la chaire de politique fait naître l’idée au premier abord qu’elle est, elle aussi, le fruit d’un découpage inspiré de la liste des ouvrages d’Aristote. Si le philosophe antique est effectivement une des références et des sources d’inspiration des enseignants de politique, le rapport s’arrête pourtant là, tandis que la profonde originalité de cette chaire mérite d’être soulignée. Non prévue par les statuts, elle s’est imposée progressivement, grâce à l’action d’un personnage hors normes, Hermann Conring. Mais en modelant cette chaire et en donnant à son enseignement la richesse et la modernité de sa propre pensée, Conring ne s’est pas lancé dans une entreprise purement individuelle. Avant lui, puis derrière lui, les souverains et l’élite bureaucratique de l’État ont poussé à ce qu’un enseignement destiné à former concrètement les futurs serviteurs de l’État s’enracine dans la faculté inférieure : sans cette demande et cette caution, même un Conring n’aurait certainement pas pu délaisser presque totalement son enseignement de médecine au profit d’une chaire théoriquement inférieure. Cheval de Troie des sciences camérales au sein de l’enseignement universitaire, la chaire de politique a contribué à enrichir profondément l’offre de cours de la faculté de philosophie, tout en répondant aux besoins et aux attentes de son temps.

  • 266 De manière symptomatique, August Ritter von Eisenhart commet une erreur de terminologie dans sa bi (...)

98Le plus intéressant pourtant est sans doute la façon dont cette chaire de politique, nourrie par les réflexions contemporaines sur le droit public, l’existence d’une « nation allemande » et la recherche d’un équilibre politique et religieux, a capté dans son orbite la chaire d’histoire et de poésie, devenue progressivement son antichambre. Quant à la succession de Conring, elle dit suffisamment ce que cet enseignement signifiait pour le pouvoir, et comment il a fini par être considéré de fait par tout le monde : traité avec le soin prêté habituellement aux chaires de droit, le remplacement de Conring a finalement débouché sur la nomination d’un de ses anciens et proches disciples, également neveu du professeur d’histoire et de médecine Meibom, figure centrale de l’institution tout entière. Mais surtout, le profil de Werlhoff, juriste dans l’attente d’une chaire ordinaire au sein de la faculté de droit, a rendu explicite une situation que la figure originale de Conring, esprit universel, avait longtemps dissimulée : dans les faits, la chaire de politique est moins une chaire de philosophie que la première des chaires de droit, celle où les futurs serviteurs de l’État font leur premier apprentissage du droit public266.

Observer, expérimenter et mettre en application les mathématiques

  • 267 Die Statuten, p. 139-141 (§ 272-279).
  • 268 Ibid.
  • 269 Ibid., p. 144-148 (§ 292-309).
  • 270 Pour la géographie en particulier, voir ibid., p. 141-144 (§ 280-291).

99Une dernière chaire, aux contours assez mal dessinés, a été le théâtre de ce qui est peut-être l’évolution la plus profonde au cours de la deuxième moitié du xviie siècle. Pour s’en rendre compte, il faut rappeler d’abord qu’en plus de l’apprentissage indispensable des artes dicendi, les statuts de 1576 exigent que les plus jeunes étudiants reçoivent une formation dans le domaine des mathématiques267. La nécessité de cet enseignement est justifiée par l’importance de l’arithmétique dans la formation du jugement, cette science permettant d’ancrer dans les esprits les notions d’ordre et de proportion. Mais les mathématiques sont surtout considérées comme indispensables pour pouvoir permettre le repérage dans les chronologies historiques et comprendre la manière de décompter le temps268. Pour cette raison, le lien avec l’astronomie est établi d’emblée, bien que cette seconde science fasse l’objet d’un traitement séparé des mathématiques dans le texte des statuts269. En d’autres termes, la capacité à mesurer et à observer le ciel forme le socle de ce qui permet l’établissement du comput ecclésiastique et donc l’élaboration des calendriers, tandis que la géométrie rend possible le repérage sur terre et permet l’étude de la géographie. Aussi, les mathématiques sont-elles rangées dans les sciences indispensables à l’Église et à l’État. De manière significative, la série d’articles justifiant l’utilité des mathématiques est suivie par une autre série, consacrée à l’intérêt représenté par la géographie, avant que ne soit abordée l’astronomie270.

  • 271 Ibid., p. 140 (§ 276). Voir le commentaire des éditeurs : ibid., p. 140, n. 161. À propos des déba (...)
  • 272 Après la réorganisation de 1536, la faculté de philosophie de Wittenberg possède deux chaires dist (...)

100Ce qui trouble quelque peu la lecture, c’est cependant l’entremêlement des arguments en faveur des mathématiques, le rédacteur faisant preuve de beaucoup moins de clarté qu’à son habitude. D’abord, l’importance de la discipline pour l’État et l’Église est soulignée en même temps qu’est développée une image tirée du Phèdre de Platon : arithmétique et géométrie sont ainsi décrites comme les deux ailes qui permettent à l’esprit de s’élever vers le ciel – une image déjà reprise en son temps par Melanchthon271. Par ailleurs, arithmétique, géométrie, astronomie et géographie sont évoquées comme étant des disciplines distinctes, dont on comprend finalement qu’elles sont appelées à fusionner au sein d’une chaire. Dès lors, la place réelle de cet enseignement complexe n’est pas claire : considéré comme basique au même titre que les disciplines philologiques, il peut aussi être classé avec les enseignements réservés aux étudiants plus avancés. En somme, l’impression est que les rédacteurs des statuts ont à l’esprit le modèle de Wittenberg, où il existait une chaire de mathématiques inférieure dévouée à l’arithmétique et une chaire de mathématiques supérieure tournée presque exclusivement vers l’astronomie272 – mais dans la liste des chaires de la faculté de philosophie de Helmstedt en 1576, l’existence d’une seconde chaire n’est pas envisagée. Si l’enseignement des mathématiques est donc pensé comme un des fondements de la faculté inférieure, son intégration au sein de l’idéal melanchthonien et sa place réelle dans le schéma des études sont quelque peu problématiques.

  • 273 Le programme d’étude décrit peut être comparé à celui développé au milieu du xvie siècle par des j (...)
  • 274 Die Statuten, p. 141 (§ 277). Pour les trois premiers auteurs cités, il s’agit de mathématiciens d (...)
  • 275 Erasmus Reinhold (1511-1553) obtient la chaire de mathématiques supérieure à Wittenberg en 1536. S (...)
  • 276 Die Statuten, p. 163 (§ 375).

101En ce qui concerne les ouvrages de référence qui doivent être utilisés, les statuts sont en revanche plus explicites273. Pour l’arithmétique et la géométrie, les manuels de Cuthbert Tunstal, de Michaël Stifels et de Boethius sont cités, tandis que les livres VII à IX des Éléments d’Euclide doivent servir de repères essentiels274. Plus intéressant, les statuts font l’éloge de Ptolémée, présenté comme l’autorité suprême en matière d’astronomie. Néanmoins, une brèche est ouverte, puisque simultanément les statuts recommandent l’usage en cours des Tabulae Prutenicae, des tableaux élaborés par le mathématicien de Wittenberg Erasmus Reinhold, qui reposent sur la vision copernicienne275. Plus loin dans le texte des mêmes statuts, la liste des chaires envisagées reprend les grandes lignes des textes plus généraux qui viennent d’être évoqués. Ainsi, une chaire est prévue pour assurer l’enseignement de l’arithmétique, de la géométrie, de l’astronomie, de l’optique et de la mécanique – ce dernier enseignement plus technique apparaît soudain en lien avec l’évocation de Vitruve, lui-même appelé à servir ici d’auteur de référence276. On trouve bien évidemment la trace de l’existence de cette chaire de mathématiques dès les premières années du fonctionnement de l’Academia Julia et la réorganisation de 1650 confirme sans débat son maintien, avec les textes officiels de 1576 comme cadre légal.

Des enseignants formés à Wittenberg

  • 277 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 76-77.
  • 278 Ibid.
  • 279 Voir, dans l’ordre chronologique : HA, Cal. Br. 21 Nr. 4168 f°620-621, 619, 627-628 ; NSA, 37 Alt (...)
  • 280 Pour sa dernière notice, voir CL 1655A f°4r°.
  • 281 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 76. Jusqu’à son décès en 1692, von Felde vit retiré dan (...)
  • 282 HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°252. Notons que son ouvrage a été imprimé à Amsterdam, et non à Helmst (...)

102En 1650, l’homme qui détient la chaire de mathématiques à Helmstedt a déjà un long passé d’enseignant au sein de l’institution. Né en 1614, Johann von Felde a étudié les mathématiques à Wittenberg avant de se rendre à Helmstedt dès 1637, au moment où l’université se relevait progressivement après plusieurs années difficiles277. Quelques mois à peine après son arrivée, un de ses anciens condisciples de Wittenberg est appelé pour occuper la chaire de mathématiques – mais comme il ne se décide pas à venir, c’est finalement von Felde qui le remplace et fait son entrée au sein du groupe des professeurs ordinaires de philosophie278. Dans les catalogues imprimés pour la période 1639-1652, Johann von Felde annonce alternativement des cours d’arithmétique, de géométrie, d’astronomie et même de géographie. Malheureusement, les archives ne permettent pas de reconstituer précisément son activité et sa progression, mais quelques indications confirment la diversité des sujets et des disciplines qu’il aborde successivement279. À la fin de l’été 1652, il donne ainsi visiblement des cours de géographie, consacrés en particulier aux différents climats, puis dans les mois suivants, il explique aux étudiants comment construire des cartes des différentes parties de l’Europe, notamment de l’espace germanique. À partir du mois de janvier 1653, il change de thème et se tourne vers l’astronomie : sans plus de précision, il mentionne le fait qu’il a observé les étoiles, puis qu’il a fait des démonstrations à partir d’Euclide. Il se tourne ensuite pendant un an vers la géométrie, avant d’aborder l’optique pendant l’été 1654. Étrangement, von Felde disparaît des archives après l’été 1654, avant de s’effacer des catalogues imprimés quelques mois plus tard280. S’il semble avoir renoncé officiellement à sa chaire en 1658281, rien ne permet de saisir les motifs de ce départ après deux décennies d’activité. S’est-il attiré des inimitiés pour avoir organisé des cours privés de droit peu après la publication de son commentaire sur Grotius282 – lui, le mathématicien, se posant comme le premier enseignant à traiter à Helmstedt du droit naturel ? Quoi qu’il en soit, l’enseignement des mathématiques cesse vraisemblablement à partir de 1654 et jusqu’à son remplacement en 1658.

  • 283 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 123-124.
  • 284 Ibid.

103Le successeur de von Felde, Sigismond Hosemann, est comme lui un homme qui a effectué l’essentiel de ses études à Wittenberg avant de gagner Helmstedt, où il obtient son doctorat ès philosophie en 1655283. Profitant du retrait de von Felde, non encore officiellement entériné, il propose alors aux étudiants des cours privés de mathématiques284. Assurant une sorte d’intérim, il s’impose comme le successeur évident de von Felde, ce qu’il devient effectivement le 3 mars 1658. Bien que davantage intéressé par la théologie, Hosemann a fait le choix d’une stratégie payante, puisqu’il débute une carrière de professeur ordinaire avant même d’avoir atteint l’âge de 30 ans.

  • 285 NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°67, 72-74 ; Nr. 2492 f°68, 70-72 ; Nr. 2493 f°68-72 ; Nr. 2494 f°55-57 ; HA (...)
  • 286 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 124. Hosemann décède à Gifhorn en 1701.

104Au-delà du manque constant de détails qui empêche de saisir la manière concrète dont Hosemann progresse à l’intérieur de chaque série de cours, ni sur quel(s) ouvrage(s) éventuel(s) il s’appuie, son activité telle qu’elle se laisse reconstituer grâce aux sources manuscrites soulève plusieurs interrogations285. D’abord, aucune logique ne semble présider aux changements de disciplines ni aucun souci d’équilibre : Hosemann va et vient, passant de l’arithmétique à la géométrie, l’astronomie, l’horographie ou l’optique, sans qu’il soit possible de déceler des cycles épousant des périodes. Il n’est pas possible non plus de se faire une idée du niveau réel des cours, afin de savoir s’il s’adresse à des étudiants débutants ou bien avancés – ni s’il distingue ses cours en fonction de ces deux types de publics. À sa décharge, Hosemann semble soucieux de respecter les statuts et il passe effectivement en revue toutes les disciplines attachées à sa chaire, ce qui explique sans doute en partie qu’il ne puisse s’attarder plus de six mois sur un même thème, au risque sinon de négliger une des disciplines pendant plusieurs années. Enfin, la question se pose presque, face à de tels enchaînements, de savoir si Hosemann ne s’adapte pas en fait en permanence à la demande des étudiants : ce seraient alors les besoins immédiats d’un auditoire changeant qui expliqueraient les aléas de la progression. Sans livrer davantage d’indices sur sa pratique, Hosemann, comme von Felde avant lui, décide de mettre fin prématurément à sa carrière d’enseignant en avril 1666 pour devenir superintendant à Gifhorn, petite ville située à une vingtaine de kilomètres au nord de Brunswick286. Là encore, les raisons qui ont poussé le titulaire de la chaire de mathématiques à abandonner la ville et sa carrière ne sont pas claires.

Paul Heigel

  • 287 Voir supra, le chapitre traitant de la faculté de théologie.
  • 288 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 106-107.

105Le successeur de Hosemann n’est autre que le jeune et brillant Paul Heigel, dont il a déjà été longuement question dans cette étude au moment de traiter de la faculté de théologie. Rappelons seulement que, né en 1640 à Nuremberg, Heigel a suivi les cours du célèbre mathématicien d’Iéna, Erhard Weigel, avant de se rendre à Helmstedt en 1660287. En 1666, ses talents de mathématicien le désignent, malgré son jeune âge, comme le nouvel enseignant dans cette discipline. La chaire de physique étant vacante, Heigel se voit de plus confier cet enseignement supplémentaire, sans pour autant cumuler officiellement les deux chaires288. Jusqu’à sa mort en 1690, il conserve une chaire au sein de la faculté de philosophie et il rédige régulièrement des comptes rendus qui sont presque tous conservés. Enfin, rappelons que Heigel poursuit des études de théologie, en parallèle de son enseignement, et qu’il parvient à devenir professeur extraordinaire en 1673, puis professeur ordinaire en 1679 au sein de la faculté supérieure. C’est autour de ses évolutions de carrière que peut s’ordonner la présentation de son activité en tant qu’enseignant de mathématiques.

  • 289 CL 1666B f°4v°.
  • 290 NSA, 37 Alt Nr. 2500 f°75-78 ; Nr. 2501 f°68-77 ; Nr. 2502 f°60-68.

106Durant une première phase, de 1666 à 1673, Heigel se consacre donc uniquement aux mathématiques et à la physique. Un bref regard sur son activité pendant ses sept premières années en tant que professeur de mathématiques permet de dresser de lui un portrait semblable à celui déjà évoqué dans le chapitre consacré à la théologie : particulièrement intelligent et rigoureux, Heigel se dépense sans compter et maîtrise parfaitement l’art d’enchaîner des matières très diverses. Aucune impression ici d’un flottement dans la progression, encouragé par la multiplicité des questions à traiter. Face à l’étendue et à la diversité des savoirs attachés à sa chaire, il instaure d’emblée un système dual, appuyé sur les cours privés : ainsi, il commence par annoncer dans sa première notice imprimée des cours publics sur la géographie et des cours privés sur l’astronomie289. Si les informations précises concernant ses cours privés sont rares et lacunaires, on devine, grâce à quelques occurrences dans les archives, qu’il a effectivement procédé de la sorte pendant des années, menant toujours de front deux séries de cours en privé et en public et veillant à assurer une alternance, afin que tous les thèmes soient traités à un moment de façon publique. Outre cette combinaison entre cours publics et privés, Heigel ménage des transitions logiques entre les disciplines qu’il aborde, jouant sur la façon dont elles se nourrissent mutuellement290 : choisissant de débuter en juin 1666 par la géographie, il explique d’abord la manière de calculer longitude et latitude, puis il présente et décrit différentes cartes de l’Europe et des autres continents. À la fin de l’été 1667, il passe à l’étude de l’astronomie, ce qui l’amène à poser la question de la régularité des horloges, et donc à évoquer la mécanique. Mêlant ensuite arithmétique, géométrie et mécanique, il aboutit à la présentation des grands principes de l’architecture militaire. Durant plusieurs mois au début de 1668, il emmène alors ses étudiants dans les champs hors de la ville pour effectuer des calculs géométriques en plein air, à partir de problèmes concrets – il s’agit notamment de tracer au sol des polygones de la taille de fortifications éventuelles, prétexte à revenir ensuite en cours sur les principes de la trigonométrie d’après Euclide. Pédagogue avisé, il apparaît donc soucieux de susciter l’intérêt de son auditoire en problématisant ses approches et en enchaînant les cours théoriques avec des exercices pratiques. Ajoutons qu’au début de chaque nouvelle série de cours, il prend soin de délimiter le domaine de la science qu’il aborde, ainsi que son vocabulaire propre.

  • 291 NSA, 37 Alt Nr. 2502 f°68.
  • 292 NSA, 37 Alt Nr. 2504 f°49-56 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4169 (I) f°251, 270, 308, 325 ; NSA, 37 Alt Nr (...)
  • 293 NSA, 37 Alt Nr. 2505 f°56-60 ; Nr. 2506 f°41.
  • 294 Voir Steven Shapin & Simon Schaffer, Leviathan et la pompe à air : Hobbes et Boyle entre science e (...)

107Mais plus encore, c’est son insistance sur l’expérimentation et l’observation, ainsi que l’importance accordée aux évolutions les plus récentes de la science, qui retiennent l’attention. Après avoir montré à ses étudiants comment observer Vénus et la Lune à l’aide d’une lunette astronomique (« tubus opticus ») en septembre 1668291, Heigel profite ainsi du déroulement d’une éclipse le 25 octobre de la même année pour se lancer dans une série de cours sur l’astronomie. Une nouvelle fois, il mêle habilement des leçons de géométrie et d’arithmétique avec des explications techniques sur la manière dont sont construits et fonctionnent les télescopes. Tout au long des mois de janvier à mars 1669, il poursuit en traitant des taches du soleil, puis du mouvement et de l’aspect des planètes connues : en fonction des conditions météorologiques, il donne rendez-vous le soir aux étudiants qui le souhaitent pour observer les phénomènes évoqués la journée dans son cours. Le mouvement d’une comète est prétexte à des exercices sur la notion de parallaxe, les planètes à l’exposé de problèmes de géométrie des sphères. Dans les derniers mois de l’année 1669 enfin, il revient à son point de départ, en montrant comment il est possible de prévoir la date des éclipses – ce qui lui permet aussi d’évoquer les principes du comput ecclésiastique. Jusqu’à l’été 1673 ensuite, il se consacre en priorité à des cours d’optique, évoquant la géométrie ou l’astronomie uniquement en lien avec cette discipline292. Insistons sur ce point : au moment même où un autre professeur de mathématiques, Newton, se penche sur la construction des télescopes et les problèmes d’optique, avant de parvenir plus tard à formuler sa théorie de la gravitation, Heigel propose à ses étudiants des cours en prise avec les dernières avancées de la science – et il est inutile de chercher la trace de Ptolémée ou d’Aristote dans ses cours, l’astronomie ici se fonde sur Copernic et Galilée. Une autre série de cours, de mai à décembre 1671, semble aussi s’inspirer de récents travaux réalisés en Angleterre293. Durant plus d’un semestre, Heigel se consacre en effet à l’hydrotechnique : suivant toujours la même méthode, il commence par présenter l’objet et l’intérêt de cette science, puis il définit les termes essentiels, avant de décrire plusieurs expériences concrètes et tenter d’amener ses étudiants à dégager des hypothèses ou des conclusions. Évoquant ensuite les différents types de machines hydrauliques, il termine en présentant les mécanismes de fonctionnement du thermomètre et du baromètre. Après Newton, c’est à Robert Boyle, qui jette à cette époque les bases de la mécanique expérimentale, que l’on ne peut s’empêcher de songer ici. Rien évidemment n’est certain, mais la proximité de Heigel avec Leibniz suggère que ce dernier a pu l’influencer, du moins lui faire connaître les avancées les plus récentes en matière d’optique, de physique ou d’astronomie294.

108Enfin, la finesse de Heigel se manifeste également dans la façon dont il parvient à respecter les prescriptions des statuts tout en impulsant des évolutions majeures. S’il traite méthodiquement de toutes les disciplines attachées à sa chaire, l’originalité dont il fait preuve en organisant des exercices à l’extérieur des salles de cours, ou encore certains problèmes abordés, montrent assez la pente nouvelle que Heigel donne à l’enseignement de la chaire de mathématiques : la question du comput ecclésiastique l’occupe moins d’un mois, tandis qu’il insiste très longuement sur le calcul de coordonnées géographiques, le tracé de fortifications et de lignes de tir ou la mise au point de pompes et de machines hydrauliques. Loin de former des ailes qui permettent à l’esprit de mieux contempler le ciel, les mathématiques répondent ici à un besoin plus terre à terre : celui de former des navigateurs, des artilleurs, des architectes et des ingénieurs.

  • 295 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 106.
  • 296 NSA, 37 Alt Nr. 2506 f°140 ; Nr. 2507 f°55, 51-54 ; Nr. 2508 f°100-101, 40, 35, 38, 34 ; Nr. 2509 (...)
  • 297 NSA, 37 Alt Nr. 2509 f°28 (janvier-mars 1678).

109Tout juste trentenaire et fraîchement marié à la fille d’un juge au tribunal de Wolfenbüttel, Heigel n’a eu besoin que de quelques années pour impressionner par ses capacités et son dévouement295. Chargé pour la première fois d’occuper la fonction de vice-recteur au début de 1673, il obtient une chaire extraordinaire de théologie quelques mois plus tard, promotion qui sonne comme la promesse de figurer à terme parmi les ordinaires de la faculté supérieure. En attendant une telle éventualité, Heigel cumule les deux chaires et poursuit son activité de professeur de mathématiques et de physique où, de la fin de 1673 jusqu’au début de l’hiver 1679-1680296, rien de nouveau n’apparaît par rapport à la période précédente. Heigel ne change pas sa manière de procéder et garde les mêmes contenus, traitant essentiellement de géométrie et d’astronomie. Quand il parle à nouveau de mécanique, il s’intéresse, comme précédemment, très longuement à l’hydrotechnique et à toutes les machines permettant de maîtriser la pression et l’écoulement de l’eau. À cette occasion, il évoque la question de la gravité, comparant la façon de chuter de plusieurs corps de poids différents297. Toujours aussi méthodique et assidu, Heigel ne semble absolument pas perturbé par la charge supplémentaire que représentent ses cours de théologie. En 1679 pourtant, sa nouvelle promotion entraîne une réorganisation qui affecte la chaire de mathématiques.

  • 298 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 107.
  • 299 CL 1679B.
  • 300 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 251-252.
  • 301 Pour ses cours entre 1679 et 1690, voir : NSA, 37 Alt Nr. 2509 f°105a ; Nr. 2510 f°32-35, 37 ; Nr. (...)

110À la fin de l’année 1679, la carrière de Heigel connaît en effet une nouvelle avancée : comme attendu, il obtient une chaire ordinaire de théologie en septembre ; quelques mois plus tard, en 1680, il est nommé en outre inspecteur général des écoles du duché, succédant à Christophe Schrader298. Dès lors, Heigel est contraint d’effectuer de nombreuses tournées d’inspections et de se consacrer prioritairement à l’enseignement de la théologie : sans être sacrifiées, les mathématiques passent néanmoins au second plan de ses préoccupations, même s’il ne renonce pas à sa chaire. Pour compenser ce retrait partiel, les autorités ont pris les devants. Ainsi, en septembre 1679, simultanément à la nomination de Heigel comme professeur de théologie, une dixième chaire ordinaire est créée au sein de la faculté de philosophie pour accueillir un second mathématicien299. Le nouveau collègue qui partage dès lors l’enseignement de mathématiques avec Heigel, Christophe Tobias Wiedeburg, est le jeune frère d’un autre professeur, Henri Wiedeburg300. Arrivé à Helmstedt vers 1668, Christophe Tobias a assisté aux cours de mathématiques de Heigel et continue sans doute de suivre ses cours de théologie, tout en devenant son collègue et en assurant un second enseignement de mathématiques à ses côtés. En digne disciple de son maître et collègue, Wiedeburg se montre extrêmement actif et assidu. De plus, sa façon de concevoir son enseignement, tant dans les contenus que dans l’enchaînement des sujets, rappelle fortement la pratique de Heigel301. Répétant comme enseignant les cours auxquels il a assisté en tant qu’étudiant à peine quelques années plus tôt, Wiedeburg insiste sur l’optique et l’astronomie, sans oublier la mécanique – et bien évidemment, il multiplie les sorties pour pratiquer des exercices ou des observations, soucieux de toujours montrer la façon dont les mathématiques peuvent être appliquées concrètement.

  • 302 Voir les cours de Heigel pendant la même période (1679-1690) : NSA, 37 Alt Nr. 2509 f°95 ; Nr. 251 (...)

111Les deux hommes font preuve, jusqu’au décès de Heigel en 1690, d’une grande capacité de travail en commun et de coordination, comme le montre la mise en parallèle de leurs cours302. Comme attendu, Heigel, malgré toute son énergie, n’a pu assurer régulièrement ses cours de mathématiques une fois nommé professeur de théologie et inspecteur des écoles. Aussi, les deux hommes ne profitent-ils pas du dédoublement de la chaire pour instaurer un fonctionnement inspiré de celui de Wittenberg, soit un partage entre un enseignement pour débutants et un autre destiné aux étudiants plus avancés : bien au contraire, la création d’une seconde chaire est l’occasion pour eux de collaborer et de s’épauler afin de garantir la continuité de l’enseignement tel que Heigel l’a pensé et assumé seul dans les années précédentes. Dès ses premiers cours, Wiedeburg veille par exemple à rappeler comment les mathématiques peuvent servir en astronomie, pour faciliter la tâche à son collègue qui s’est lancé dans de complexes dissertations sur les mouvements des planètes. À mesure que Heigel est moins présent, Wiedeburg prend la relève, jouant, comme le faisait Heigel avant lui, sur les possibilités offertes par les cours privés, en marge des cours publics. Au fil du temps, son ancien maître finit par ne revenir aux mathématiques que pour, à son tour, se mettre au service de Wiedeburg : initiant les étudiants aux rudiments de la géométrie ou bien encore à la manipulation des instruments d’astronomie, Heigel se consacre à des sujets qui l’intéressent probablement, mais il allège et facilite surtout l’enseignement de son collègue. Parfaitement d’accord entre eux, les deux hommes s’entendent pour ne pas diviser la charge attachée autrefois à l’unique chaire de mathématiques, mais pour l’assumer à deux – les étudiants, selon toute vraisemblance, suivant les cours des deux professeurs en même temps.

112Les rédacteurs des statuts de 1576 ont laissé planer d’étranges incertitudes autour de l’enseignement des mathématiques – et créé des conditions difficiles. Présenté comme essentiel et jamais absent de l’offre des cours, cet enseignement recouvre en fait un vaste éventail de sujets, qui constituent pour nos conceptions contemporaines autant de disciplines à part entière. Parallèlement, ces mêmes rédacteurs semblent avoir eu à l’esprit le modèle instauré en 1536 à Wittenberg, où ce même ensemble de disciplines se voyait partagé entre deux professeurs ordinaires. Or, à Helmstedt, le dédoublement de la chaire n’a été effectif que plus d’un siècle après la fondation, et ce, pour pallier l’absentéisme d’un des deux mathématiciens, surchargé d’activités annexes. Un autre constat suscite cependant l’étonnement : pendant plus d’un siècle, l’unique chaire de mathématiques a été occupée par des hommes qui ont tous été formés ailleurs qu’à Helmstedt. Dans la seconde partie du xviie siècle, les deux premiers titulaires sont des produits de l’université de Wittenberg, tandis que le troisième, Heigel, a été formé à Iéna. Étrangement, l’Academia Julia ne parvient pas à produire ses propres mathématiciens, ni même à les garder : de façon assez peu commune, von Felde et Hosemann quittent leurs fonctions après quelques années pour changer de lieu, mais aussi de carrière. Tout se passe comme si, au-delà des itinéraires personnels, un malaise entourait l’enseignement des mathématiques : au fil des années, les titulaires semblent s’apercevoir de la trop grande diversité des matières à traiter avec un public hétérogène, mais surtout de l’absence de perspective de carrière. Dans les faits, la chaire de mathématiques est, pour un enseignant, le dernier des tremplins vers les facultés supérieures, tandis que les connaissances et la confrontation avec les évolutions récentes de la science qu’elle réclame font peser sur elle de lourdes exigences.

  • 303 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 252.

113Aussi, l’installation de Heigel sur cette chaire a marqué un tournant majeur, sans doute l’un des plus importants subis par la faculté tout entière dans la seconde moitié du siècle. Avec cet homme d’une remarquable énergie et d’une grande intelligence, la chaire est refaçonnée, sans pour autant que les statuts ne soient contredits. Heigel fait entrer les évolutions et les débats contemporains dans son enseignement, insistant sur l’importance de l’optique et surtout de l’observation et de l’expérimentation. Toutefois, ce qui change également avec Heigel, c’est la mission assignée à l’enseignement : désormais, il s’agit avant tout de souligner les applications concrètes des mathématiques, donc de former des ingénieurs, des architectes ou des militaires. L’évolution est capitale, puisqu’elle permet à l’université de ne plus être seulement un conservatoire des savoirs anciens et théoriques, mais un lieu répondant aux besoins de formation professionnelle d’une partie des élites bourgeoises, ainsi qu’à la demande de l’État. Parfaitement dans l’air du temps, Heigel connaît d’ailleurs un immense succès, puisque sa nomination comme professeur ordinaire de théologie est immédiatement associée à la création d’une deuxième chaire de mathématiques, dont le seul but est de garantir la continuité des pratiques qu’il a instaurées. La suite de sa carrière rend compte de l’importance de l’évolution, lorsqu’au début des années 1680, il devient celui qui succède à Schrader comme inspecteur scolaire. Désormais, c’est un mathématicien, un scientifique formant avant tout des hommes de terrain, qui contrôle l’enseignement pré-universitaire et assure le rôle de pivot entre ce dernier et l’université. En outre, la suite de sa carrière comme théologien donne le ton : le professeur de mathématiques gère désormais un domaine dont l’importance et le prestige ont crû, et occuper cette chaire est devenu le moyen de gravir les échelons d’une belle carrière. Heigel, professeur ordinaire de théologie, est mort trop jeune en 1690 : son disciple Christophe Tobias Wiedeburg, en revanche, devient à son tour professeur ordinaire de théologie en 1697 et meurt vingt ans plus tard en doyen de la première faculté303.

*

114Lorsque s’achève la guerre de Trente Ans, les théologiens irénistes qui règnent désormais au sein de l’université, soutenus par le pouvoir princier, veillent à ce que la faculté inférieure renaisse sous les auspices de l’idéal melanchthonien. La chose est d’autant plus aisée que les statuts, mais surtout une tradition puissante forgée par le cercle humaniste de Caselius et Martini au moment du premier « âge d’or » de l’institution, soutiennent la reconstruction d’une faculté de philosophie obéissant au modèle forgé à Wittenberg par le réformateur et ami de Luther. Avec à sa tête le grand Christophe Schrader, la faculté inférieure joue pleinement son rôle d’accueil des étudiants débutants, de charnière entre l’enseignement secondaire et supérieur, en même temps qu’elle met en avant l’apprentissage des disciplines philologiques. Symbolisé par le recours aux manuels des glorieux anciens de l’Academia Julia comme Martini ou Hornejus, ou encore par la place importante occupée par les ouvrages d’Aristote, ce retour aux sources guide les pas de presque tous les professeurs ordinaires au milieu du siècle.

115Avec une rapidité surprenante, l’organisation et les contenus des enseignements évoluent pourtant, au point que, derrière la façade de la référence aux statuts, le modèle est bousculé, voire en partie abandonné. Qu’on ne se trompe pas cependant : la faculté inférieure ne s’émancipe guère dans la seconde partie du xviie siècle, et elle ne cesse pas d’être la « servante de la théologie », mais aussi du droit – de même qu’elle demeure le point de départ presque obligé des carrières des enseignants. Incontestablement, les deux premières facultés imposent leur marque et leurs exigences, satellisant la plupart des chaires de philosophie. Quant à la médecine, elle demeure en retrait, ne parvenant pas même à faire clairement entrer dans son orbite la chaire de physique, ce qui confirme son rang subalterne et sa faible influence sur le fonctionnement de l’institution. Ce qui change en revanche très vite, ce sont les besoins et les demandes des deux premières facultés : par un effet de miroir, l’évolution des chaires de philosophie renvoie ainsi l’image de ce que deviennent la théologie et le droit dans la seconde partie du siècle. Ainsi, l’étude des langues anciennes perd son esprit hérité de l’humanisme pour se concentrer sur l’essentiel et devenir le lieu de l’exégèse biblique. Parallèlement, la maîtrise de l’art de la dispute devient un objectif primordial, tant pour les « théologiens combattants » férus de controverse que pour les juristes. La logique gagne en importance, tandis que l’éthique et la métaphysique deviennent respectivement les premières étapes vers les études juridiques et théologiques. Le lien de soumission de la faculté de philosophie aux intérêts des deux premières facultés ne s’arrête pas là. Dans le dernier tiers du siècle, elle devient le lieu hébergeant les enseignements qui préparent aux études en théologie et en droit, mais aussi ceux qui les complètent. La chaire de politique, puis celle d’histoire, vidée de la poésie, forment progressivement un bloc qui peut être considéré comme une annexe de la faculté de droit : celle-ci se concentrant sur le droit romain, l’enseignement des réalités propres à l’Empire, nécessaires aux juristes et serviteurs de l’État, devient une charge confiée aux enseignants de philosophie.

116Néanmoins, l’évolution de la faculté de philosophie n’est pas le simple reflet des changements survenus dans les étages supérieurs de l’institution. Des forces extérieures pèsent aussi sur elle, qui contribuent à bouleverser certaines chaires et à installer de nouvelles formes, surtout de nouveaux contenus dans l’enseignement. Avec une souplesse et une réactivité remarquables, la faculté inférieure s’appuie sur les chaires existantes pour proposer un enseignement pratique, notamment dans le domaine des sciences appliquées – la chaire de mathématiques, qui finit par se dédoubler, fournissant ici l’exemple le plus achevé d’une prise en compte des demandes en matière de formation professionnelle. Répondant aux exigences de la bourgeoisie urbaine en plein essor, mais aussi à celles de l’État, la faculté de philosophie diversifie son offre de cours et rend son fonctionnement plus complexe. D’une certaine manière, elle rassemble trois lieux de formation en un, les frontières passant parfois à l’intérieur même de certaines chaires : première étape préparant la suite des études, elle héberge aussi des pans de l’enseignement du droit et de la théologie, tout en devenant, dans certains domaines, une école supérieure et technique.

Notes

1 Die Statuten, ici p. 43.

2 Sur tous ces aspects, voir une fois encore Jens Bruning, Innovation in Forschung und Lehre..., op. cit., notamment p. 169-180. S’il se penche surtout sur les années 1680-1740, l’ouvrage contient des mises au point sur la période antérieure.

3 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 33-35. Voir également Walter Friedensburg, Geschichte der Universität Wittenberg, Halle, Niemeyer, 1917, p. 90-112, 137 et suiv.

4 Le rôle décisif de Melanchthon est souligné par Friedrich Paulsen, dans Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit., vol. 1, p. 212-214. Voir également Theodor Mahlmann, « Die Bezeichnung Melanchthon als Praeceptor Germaniae auf ihre Herkunft geprüft. Auch ein Beitrag zum Melanchthon-Jahr », dans Udo Sträter (dir.), Melanchthonbild und Melanchthonrezeption in der Lutherischen Orthodoxie und im Pietismus (Referate des dritten Wittenberger Symposiums zur Erforschung der Lutherischen Orthodoxie), Wittenberg, Hans Lufft, 1999, p. 135-226,

5 Entre les deux dates, la fondation de l’université de Marbourg en 1527-1529 fournit aussi à Melanchthon la possibilité de mettre en pratique ces idées. Voir H. Boockmann, Wissen und Widerstand..., op. cit., p. 153 et suiv. ; F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit., vol. 1, p. 233 et suiv.

6 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 54-56.

7 Sur la transversalité de l’enseignement de Melanchthon, voir F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit., vol. 1, p. 231 ; H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 43, 56.

8 F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit., vol. 1, p. 223.

9 Ibid., vol. 1, p. 233.

10 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 43-45. Plus largement, sur le développement des écoles dans les pays protestants, voir F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit., vol. 1, p. 276-325.

11 F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit., p. 274-275 et surtout p. 344. Pour l’auteur, ce mouvement n’aboutit à la séparation véritable de l’université et de l’enseignement secondaire qu’au xixe siècle.

12 Sur les cours de théologie de Melanchthon et la rédaction des Loci Communes, voir H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 33-34. Sur le jugement de Luther qui considérait ce livre comme le meilleur au monde après la Bible, voir ibid., p. 163.

13 C’est l’hypothèse avancée par Heinz Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 143-144.

14 Le premier titulaire de la chaire d’histoire et de poésie à Helmstedt, Henri Meibom, fut ainsi couronné « poeta laureatus » par l’empereur Rudolph II à Prague en 1590 (S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 153). Sur la pratique impériale consistant à distinguer les poètes, voir Albert Schirrmeister, Triumph des Dichters: Gekrönte Intellektuelle im 16. Jahrhundert, Cologne / Weimar / Vienne, Böhlau, 2003.

15 Il semble qu’il ait perçu à partir de 1536 la somme de 200 gulden par an de salaire fixe, soit le même montant que Luther. Voir Ludwig Koch, Philipp Melanchthon’s schola privata, Gotha, Perthes, 1859, p. 3-5 ; H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 41.

16 Pour la grille des salaires en 1620, voir NSA, 37 Alt. Nr. 1084 f°54-57.

17 L. Koch, Philipp Melanchthon’s schola privata, op. cit., p. 126-127 ; Werner Schultheiß, « Ebner, Erasmus », NDB, vol. 4, 1959, p. 263 et suiv.

18 Ebner est notamment présent en janvier 1576 à Riddagshausen lorsque débute le travail de rédaction des statuts de l’université. Voir M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 49.

19 Sur David Chytraeus (1531-1600), voir notamment Peter Baumgart, « David Chyträus und die Gründung der Universität Helmstedt », Braunschweigisches Jahrbuch, nº 42, 1961, p. 36-82 ; Ernst Wolf, « Chytraeus, David », NDB, vol. 3, 1957, p. 254 ; TRE, vol. 8, p. 88-90.

20 Voir l’introduction de P. Baumgart et E. Pitz, dans Die Statuten, p. 39-43. Sur 530 articles, presque la moitié (241) concerne la seule faculté de philosophie. Il s’agit des articles 172 à 413 (p. 116-168). Sur l’influence de Melanchthon dans les statuts de Helmstedt et le poids de la philosophie dans le texte, voir aussi Inge Mager, « Melanchtons Impulse für das evangelische Theologiestudium. Verdeutlicht am Verlauf der Wittenberger Universitätsreform und am Beispiel der Helmstedter Universitätstatuten », dans U. Sträter (dir.), Melanchthonbild und Melanchthonrezeption..., op. cit., p. 105-126, notamment p. 119 et suiv.

21 Die Statuten, p. 39-40.

22 Ibid. Les auteurs rapprochent fort justement certains passages des grands textes de Melanchthon sur l’organisation des études. Voir également I. Mager, « Melanchtons Impulse... », art. cité.

23 Die Statuten, p. 116 (§ 173) ; voir aussi les analyses de F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 9-10.

24 Die Statuten, p. 39-40 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 9.

25 Die Statuten, p. 121 (§ 198 et suiv.) et p. 41-42.

26 Ibid., p. 162-164 (§ 370-380).

27 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 13.

28 Pour les articles sur l’utilité de la géographie, dont l’enseignement est confié au titulaire de la chaire de mathématiques, voir Die Statuten, p. 141-144 (§ 280-291, notamment § 283). La musique est évoquée encore plus longuement, sans être rattachée à une chaire précise (ibid., p. 159-169, § 359-369).

29 Pour ce qui concerne l’hébreu, voir M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 137-139. Pour l’histoire et la poésie, voir ibid., p. 145-151 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 35 et suiv. Henri Meibom (1555-1625) a été nommé professeur d’histoire et de poésie en 1583 (S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 153-154).

30 Ces cas précis sont évoqués plus loin dans ce chapitre. La métaphysique, appuyée sur l’ouvrage du même nom d’Aristote, avait fait l’objet d’une sévère condamnation de la part de Luther. C’était Martini qui, le premier parmi tous les professeurs du monde luthérien, avait réintroduit son enseignement à Helmstedt en 1599, sans toutefois que la discipline ne dispose d’une chaire à part entière (S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 151).

31 Die Statuten, p. 164 (§ 381).

32 Die Statuten, p. 121 (§ 197).

33 Friedrich Koldewey, dans Geschichte der klassischen Philologie... (op. cit., p. 16), évoque la tension entre les exigences des statuts en termes de maîtrise du grec et le faible niveau de beaucoup d’étudiants, même très avancés.

34 Die Statuten, p. 166 (§ 398).

35 Pour les rapports manuscrits, il s’agit toujours des fonds des archives de Basse-Saxe à Wolfenbüttel (NSA) et ceux des archives de Hanovre (HA).

36 Die Statuten, p. 117 (§ 177), 125-127 (§ 213-220) et 162 (§ 370). Voir aussi F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 14-15.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 22-23. La chaire de grammaire disparaît avec le décès de son dernier titulaire, Simon Mencius, en 1606.

39 Die Statuten, p. 139-141 (§ 263-271). Les statuts de 1576 précisent même que deux des quatre heures de cours hebdomadaires du rhéteur doivent obligatoirement être consacrées au De Oratio de Cicéron, cet enseignement ne devant par ailleurs jamais cesser au sein de l’université. En ce qui concerne Melanchthon, il a publié plusieurs manuels de rhétorique, dont Elementorum rhetorices libri duo en 1531. Voir F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 18-19 ; et J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., vol. 1, p. 144-147.

40 Die Statuten, p. 163 (§ 374).

41 J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., vol. 1, p. 146-147.

42 En français, voir bien sûr la longue monographie que lui a consacré J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., notamment vol. 1, p. 127-144. Pour un rappel des origines et du parcours de Schrader, en allemand, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 212-213 ; Paul Zimmermann, « Schrader, Christoph », ADB, vol. 32, 1891, p. 422-425.

43 Sur la stabilité de Schrader au sein de la faculté inférieure, voir les remarques de J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., vol. 1 p. 139-140.

44 Voir ...ibid., vol. 1, p. 158-184 ; et F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 69-80.

45 J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., vol. 1, p. 163-165 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 72.

46 J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., vol. 1, p. 175 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 76. Schrader s’appuie sur l’ouvrage de l’historien Johannes Sleidan.

47 Voir les rapports manuscrits pour les semestres d’été 1670 et d’hiver 1670-1671 : NSA, 37 Alt Nr. 2504 f°99-103 ; Nr. 2505 f°102.

48 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 212-213.

49 Ibid., p. 125-126 ; voir également F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 80-81.

50 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 53 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 81-83.

51 Pour les rapports concernant la période jusqu’à la fin du semestre d’hiver 1689-1690, voir, dans l’ordre chronologique : NSA, 37 Alt Nr. 2516 f°34-36 ; Nr. 2517 f°45-48 ; Nr. 2518 f°39-42 ; Nr. 208 H1 f°4, 104 ; Nr. 208 H2 f°4, 40, 90 ; Nr. 208 H3 f°31.

52 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 82.

53 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 53.

54 Ibid.

55 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 88-90.

56 Die Statuten, p. 133-137 (§ 245-262).

57 Ibid., p. 163 (§ 373).

58 Ibid., p. 134 (§ 247-248). La collection des œuvres d’Aristote se rapportant à la logique – terme que le philosophe n’a jamais employé – est souvent désignée par le terme Organon ; voir David Ross, Aristote, op. cit., p. 27-85. En 1547, Melanchthon avait fait paraître la troisième version de son manuel sur la dialectique, qui connut un grand succès ; voir Philippe Melanchthon, Erotemata dialectices, continentia fere integram artem ita scripta, ut juventuti utiliter proponi possit, Witebergae, Lufft, 1547, in-8°.

59 Die Statuten, p. 134 (§ 248). Jodocus Willich, (1501-1552) fut professeur de rhétorique à l’université de Francfort-sur-l’Oder. Voir Jodocus Willich, Erotemata in rhetoricen ad Alexandrum, quae hodie Aristoteli vulgo adscribitur..., Argentorati, Machaeropoeus, 1561, in-8°. Pour sa biographie complète, voir Robert Schwartze, « Willich, Jodocus », ADB, vol. 43, 1898, p. 278-282.

60 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 129.

61 Ibid., p. 120.

62 Pour l’ensemble des comptes rendus disponibles, voir, dans l’ordre chronologique : HA, Cal. Bri. 4168 f°624 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°93-95, 78-80, 139 ; HA Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°253-254 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°10-11, 14.

63 Notons au passage que son prédécesseur Kinderling avait, lui aussi, présidé plusieurs disputes sur la métaphysique dans les années précédentes ; voir Andreas Kinderling, Disputatio Metaphysica De Compositione Ex Essentia Et Subsistentia..., Helmestadi, Muller, 1649, in-4°, 6f° ; et du même auteur, Assertiones Metaphysicae De Vero et Falso..., Helmestadi, Muller, 1651, in-4°, 6f°.

64 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 84 ; voir ce qui a été dit plus haut à propos de son enseignement dans la faculté de théologie.

65 Pour les rapports concernant cette période, voir, dans l’ordre chronologique : NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°32-41 ; Nr. 2492 f°41-52 ; Nr. 2493 f°43-47 ; Nr. 2494 f°32 ; HA, Cal. Bri. Nr. 4168 f°353 ; NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°36, 33-35 ; Nr. 2496 f°38-46 ; Nr. 2497 f°59-64 ; Nr. 2498 f°46-57 ; Nr. 2499 f°17-19 ; Nr. 204 H3 f°10-12 ; Nr. 2499 f°20-22 ; Nr. 2500 f°40-51 ; Nr. 2501 f°35-44 ; Nr. 2502 f°44-55 ; Nr. 2503 f°31-42 ; Nr. 2504 f°37-48 ; Nr. 2505 f°41-52 ; Nr. 2506 f°29-40, 125-136 ; Nr. 2507 f°46-48, 41-45.

66 Andreas Fröling, De Natura, Divisione, Origine, Et Progressu Philosophiae, Cumprimis Aristotelicae, Variis Item Philosophorum Sectis Exercitatio..., Helmestadi, Heitmuller, 1658, in-4°, 37 f°. Il s’agit du texte d’une dispute tenue en mai 1658 sous la présidence de Fröling. Pour la mention du texte dans les archives, voir NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°32.

67 Cornelius Martini, De Analysi Logica Tractatus, In quo Multis illustribus exemplis ostenditur quid sit analysis Logica & quanta eius in omni omnino disputatione ac veritatis inquisitione necessitas, Helmestadi, Rabe / Lucius, 1619, in-8° ; Conrad Hornejus, Compendium Dialecticae : succinctum & perbreve, In usum adolescentiae quae his studiis primum imbuitur..., Helmestadi, Rabe / Lucius, 1623, in-8°. À propos de la vision qu’avait Martini des traités sur la logique d’Aristote, voir Ulrike Zeuch, « Aristotelismus an der Universität Helmstedt », dans J. Bruning & U. Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen..., op. cit., p. 232-239.

68 C. Martini, De Analysi Logica Tractatus...., op. cit.

69 Bartholomeo Viotti, mort en 1568, fut médecin et professeur à Turin. À propos de son ouvrage datant de 1560, voir notamment André Robinet, Aux sources de l’esprit cartésien, l’axe La Ramée-Descartes : de la « Dialectique » de 1555 aux « Regulae », Paris, Vrin, 1996, p. 90. Pour la réédition dirigée par Fröling, voir Bartolommeo Viotti, De Demonstratione Libri Quinque, ante hos centum annos Parisiis primum editi... emendatiores in lucem producti Studio Et Auspiciis Andreae Frölingii Logices In Acad. Iulia Prof. Publici, Helmestadi, Heitmuller, 1661, in-4°. Dans sa longue préface à l’ouvrage, Fröling prend soin de rendre hommage à Melanchthon, par ailleurs attaqué par Viotti ; cette même préface est suivie d’un court texte de Conring justifiant le travail de Fröling.

70 NSA, 37 Alt Nr. 2492 f°47.

71 U. Zeuch, « Aristotelismus an der Universität Helmstedt », art. cité, p. 237.

72 Andreas Fröling, Disputatio Metaphysica De Principio Et Principiato, Quam... Praeside Andrea Frölingio Logices Professore Ordinario... In Illustri Iulia Publico examini submittit Joann Enckhusen..., Helmestadi, Typographeum Calixtinum / Taeger, 1658, in-4°, 10f°.

73 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 84. Précisons qu’en raison des coûts liés à l’obtention d’un titre comme le doctorat, il n’était pas rare que celle-ci soit postérieure à une nomination.

74 Ibid., p. 253.

75 Ibid.

76 Pour les rapports couvrant la période 1675-1681, voir NSA, 37 Alt Nr. 2507 f°188 ; Nr. 2508 f°131, 74 ; Nr. 205 H5 f°117 ; Nr. 2508 f°129-130, 73-74, 72 ; Nr. 2509 f°54, 51, 53, 106 ; Nr. 205 H7 f°33 ; Nr. 2509 f°104 ; Nr. 2510 f°38, 34, 36, 29-31 ; Nr. 2511 f°95.

77 Voir notamment les mentions des cours privés où Wiedeburg entraîne ses étudiants à la dispute à partir de thèmes métaphysiques : NSA, 37 Alt Nr. 2508 f°74, 129-130.

78 NSA, 37 Alt Nr. 2514 f°45, 88, 117 ; Nr. 2515 f°27, 38, 71 ; Nr. 207 H1 f°123 ; Nr. 2516 f°114.

79 NSA, 37 Alt Nr. 2516 f°119, 122, 5 ; Nr. 2517 f°139.

80 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°142, 148.

81 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 167. Niemeier cumule la logique et la métaphysique dès 1690, et il obtient son doctorat de théologie en 1693.

82 U. Zeuch, « Aristotelismus an der Universität Helmstedt », art. cité, p. 237.

83 Voir la section consacrée au déclin de l’exégèse dans le chapitre sur la théologie.

84 Die Statuten, p. 127-130 (§ 221-233). L’article 372 (p. 122) institue quant à lui une chaire ordinaire de grec, en troisième position au sein de la faculté. Voir aussi F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 15-17.

85 Die Statuten, p. 128 (§ 224).

86 Ibid., p. 129 (§ 227) ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 16.

87 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 46-47.

88 Rudolf Diephold (1572-1626) a suivi Caselius à Helmstedt. Christophe Heidmann (1582-1627) a été nommé professeur de rhétorique en 1612. Voir S. Ahrens, op. cit., p. 62 et 106.

89 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 34 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 102-104.

90 Voir, dans l’ordre chronologique : HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°615-618 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°52-53, 69, 82-83, 54-56 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°243-248. Il s’est penché sur le livre IX de l’Iliade entre octobre 1652 et septembre 1653.

91 Programma In Funere Clarissimi Excellentissimique Viri..., Helmestadi, Muller, 1655, in-4°, 4f°.

92 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 120-121 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 104-106.

93 NSA, 37 Alt Nr. 376 f°263r/v°. De la main de Hornejus, la lettre est datée du 24 octobre 1650 à Rinteln.

94 NSA, 37 Alt Nr. 376 f°285-288 ; il s’agit d’une lettre officielle en date du 30 novembre 1650.

95 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 121.

96 D’après la grille des salaires de 1650, le professeur d’histoire reçoit 200 thalers de salaire par an, soit cinquante de moins que le professeur de grec. Voir NSA, 37 Alt. Nr. 13 f°96-106.

97 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 121.

98 Voir, dans l’ordre chronologique : NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°82-83 ; Nr. 2491 f°60-62, 65-66, 63-64 ; Nr. 2492 f°69, 65-67 ; Nr. 2493 f°63-67 ; Nr. 2494 f°52 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°352 ; NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°53-54 ; Nr. 2496 f°70-79 ; Nr. 2497 f°79-85 ; Nr. 2498 f°76-87 ; Nr. 2499 f°45-48 ; Nr. 204 H3 f°16-18 ; Nr. 2499 f°49-51 ; Nr. 2500 f°79-88 ; Nr. 2501 f°78-89 ; Nr. 2502 f°72-76.

99 Basile de Césarée ou Basile le Grand (329-379), un des Pères de l’Église et l’auteur de lettres et homélies, notamment d’un texte destiné aux jeunes étudiants sur l’intérêt des lettres grecques. Une édition de ce texte est parue à Helmstedt en 1660, sans doute sous la direction de Hornejus : Basilii Magni Oratio Ad Adolescentes : Quomodo Ex Graecis Litteris Utilitatem Capiant, Helmestadi, Muller, 1660, in-4°.

100 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 105.

101 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 209 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 106-110.

102 Voir NSA, 37 Alt Nr. 2503 f°92-96 ; Nr. 2504 f°94 ; Nr. 204 H5 f°175-176, 154 ; Nr. 2504 f°89-91, 95-97, 93 ; Nr. 2505 f°90-99 ; Nr. 2506 f°61 ; Nr. 205 H1 f°96-98 ; Nr. 2506 f°62-63, 155 ; Nr. 205 H3 f°49 ; Nr. 2506 f°157-158 ; Nr. 2507 f°74, 72-73, 71, 170, 169 ; Nr. 2508 f°118 ; Nr. 205 H5 f°100 ; Nr. 2508 f°117, 64 ; Nr. 205 H6 f°31, 51 ; Nr. 2508 f°63 ; Nr. 2509 f°46, 44-45, 100, 99, 98 ; Nr. 2510 f°22, 21 ; Nr. 205 H7 f°115 ; Nr. 2510 f°55, 20 ; Nr. 2511 f°91, 89, 92-93, 90 ; Nr. 2512 f°12, 40-41, 66, 104 ; Nr. 206 H4 f°16-17 ; Nr. 2513 f°31-33, 63-65, 91-93 ; Nr. 2514 f°9, 48, 112-114 ; Nr. 2515 f°16, 41, 72 ; Nr. 207 H1 f°126 ; Nr ; 2516 f°108-110, 6 ; Nr. 207 H3 f°28 ; Nr. 2517 f°131-133 ; Nr. 2518 f°123-126 ; Nr. 208 H1 f°11, 94 ; Nr. 208 H2 f°25, 49, 82 ; Nr. 2519 f°95.

103 Die Statuten, p. 130-133 (§ 234-244). Voir également A. Ben-Tov, « Helmstedter Hebraisten », op. cit., p. 224-231.

104 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 14. Voir ce qui a été dit plus haut dans le chapitre consacré à la théologie.

105 Ibid. Voir supra.

106 Voir supra,

107 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 117.

108 Pour ses rapports, voir, dans l’ordre chronologique : HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°635-639 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°33-34, 128-130, 30-37 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°263-268 ; Nr. 4168 f°127, 132, 175, 191-196.

109 Sur l’ouvrage évoqué et la méthode décrite, voir ce qui a été dit plus haut dans le chapitre sur la théologie.

110 Sylvester Tappe, Grab- und Ehren-Seule, Zum ewigen Ehren-Gedächtniss des Gerechten... Johannis Hilperti..., Hildesheim, Ebel, 1680, in-4°.

111 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 90-92.

112 M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 157-159.

113 Ibid. ; voir aussi Die Statuten, p. 164 (§ 379).

114 M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 159. Pour la biographie de Günther (1532-1615), voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 94-95.

115 Pour ce qui concerne ce conflit entre professeurs de philosophie et théologiens, voir le chapitre consacré à la théologie, note 5.

116 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 150-151. Voir, entre autres, Cornelius Martini, Metaphysica, Commentatio Compendiose, Succincte, Et Perspicue, comprehendes universam Metaphysices doctrinam..., Argentorati, Carolus, 1605, in-12° ; Disputationum Metaphysicarum Quarta..., Helmestadi, Lucius, 1607, in-4°, 6 f°. Pour une vue plus globale sur l’importance d’Aristote à Helmstedt et les références par les professeurs à ses écrits sur la métaphysique, voir U. Zeuch, « Aristotelismus an der Universität Helmstedt », art. cité.

117 Les grilles des salaires pour 1637 et 1650 montrent qu’il n’existe pas, à ces dates, de chaire ordinaire de métaphysique. Limité à huit au départ, le nombre des chaires de philosophie englobe en outre la chaire d’hébreu, non comptabilisée dans les statuts comme une chaire de la faculté inférieure. Voir NSA, 37 Alt. Nr. 30 f° 165 et Nr. 30 f° 165.

118 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 194.

119 Voir supra, le chapitre consacré à cette faculté. Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 193-194.

120 Sur les vingt-sept semestres pendant lesquels Rixner a été en charge de la métaphysique, les archives ne permettent d’en reconstituer entièrement que quinze, et aucune période de plus de trois ans ne peut être analysée sans lacune. Voir, dans l’ordre chronologique : HA, Cal. Br. 21 Nr. 4168 f°363 ; NSA, 37 Alt Nr. 2496 f°116, 118-123 ; Nr. 2497 f°117-118, 120-125 ; Nr. 2498 f°129-140 ; Nr. 2499 f°67-69 ; Nr. 204 H3 f°2-3 ; Nr. 2500 f°107-109 ; Nr. 204 H3 f°99 ; Nr. 2500 f°110-117 ; Nr. 2501 f°111-114 ; HA, Cal. Br. Nr. 4169 (I) f°129, 137, 143 ; NSA, 37 Alt Nr. 2501 f°115-116 ; Nr. 2502 f°101-109 ; Nr. 2503 f°75-77 ; Nr. 204 H4 f°174-177 ; Nr. 204 H5 f°41-43, 81 ; Nr. 2503 f°78 ; Nr. 2504 f°71-79 ; Nr. 2505 f°79-85 ; Nr. 2506 f°52-55.

121 NSA, 37 Alt Nr. 204 H3 f°2-3 (SS 1665) ; Nr. 2500 f°116-117 ; Nr. 2501 f°111-113 (WS 1666-67).

122 La métaphysique est ici considérée dans son sens aristotélicien ; voir D. Ross, Aristote, op. cit., p. 215-262.

123 Voir notamment NSA, 37 Alt Nr. 2497 f°123-125 ; Nr. 2498 f°129-131, 138-140.

124 Daniel Stahl (1589-1654) a enseigné la logique et la métaphysique de 1623 à sa mort à Iéna, où Rixner a étudié de 1653 à 1655. Rixner ne mentionne pas précisément l’ouvrage auquel il se réfère, mais il pourrait s’agir du manuel pensé pour être utilisé en cours : Daniel Stahl, Metaphysicae Compendium, Contractum & in XXIV tabellas ab autore ipso redactum, Francofurti, Beyerus, 1652, in-2°, à moins qu’il ne s’agisse, comme le suggère une abréviation dans un rapport de 1664, de l’ouvrage posthume qui venait alors de paraître : Daniel Stahl, Institutiones Metaphysicae..., Ienae, Sengenwaldus, 1664, in-8°, 603 p. Voir NSA, 37 Alt Nr. 2498 f°132-137. Pour sa biographie, voir Otto Liebmann, « Stahl, Daniel », ADB, vol. 35, 1893, p. 392. Pour le second auteur cité plusieurs fois, il s’agit vraisemblablement d’Andreas Prückner, né en 1610, théologien et professeur dans un Gymnasium, auteur d’un Compendium Metaphysicum..., Jenae, Birckner, 1649, in-12°.

125 Rixner fait ainsi plusieurs fois référence à ce qui doit être l’ouvrage consacré par Hornejus à la métaphysique et édité de façon posthume en 1662, peut-être par Rixner lui-même : Conrad Hornejus, Compendium Metaphysices..., Helmestadi, Muller, 1662, in-4°.

126 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 194.

127 Pour ses rapports en tant que professeur de métaphysique, voir NSA, 37 Alt Nr. 2507 f°103-105, 97-102, 94-96, 190.

128 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 167-168 ; G. Frank, « Niemeier, Johann Barthold », ADB, vol. 23, 1886, p. 676-677.

129 Pour les premières années, de 1675 à 1682, voir NSA, 37 Alt Nr. 2507 f°162 ; Nr. 2508 f°109, 108, 110, 49-50, 48, 47 ; Nr. 2509 f°37, 36, 52, 91, 93, 92 ; Nr. 2510 f°94, 13, 12 ; Nr. 2511 f°84, 81-83, 80 ; Nr. 2512 f°8, 36, 62.

130 Ces remarques et celles qui suivent s’appuient sur l’examen de la période 1682-1686 : NSA, 37 Alt Nr. 2512 f°100 ; Nr. 2513 f°15, 27, 59, 118 ; Nr. 2514 f°7, 44, 118 ; Nr. 2515 f°26, 37, 68, 116 ; Nr ; 2516 f°80-83.

131 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 90-94.

132 Ibid., p. 94-100.

133 Ibid.

134 Philipp Melanchthon, Initia Doctrinae Physicae dictata in Academia Witebergensi, Wittenberg, Lufft, 1549, in-8° ; Robert Stupperich, « Eber, Paul », NDB, vol. 4, 1959, p. 225.

135 Voir Martin Roebel, Humanistische Medizin und Kryptocalvinismus: Leben und medizinisches Werk des Wittenberger Medizinprofessors Caspar Peucer (1525-1602), Fribourg, Centaurus, 2012 ; Philipp Melanchthon, Liber de anima, Witebergae, Seitz, 1553, in-8°, 169 f°.

136 Die Statuten, p. 164 (§ 378).

137 Ibid., p. 153-156 (§ 333-346).

138 Ibid., p. 154 (§ 338) et p. 164 (§ 379).

139 HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°625-626.

140 Voir ce qui a été dit plus haut à propos de la chaire de logique.

141 Pour les rapports concernant les années 1652-1656, voir HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°607, 608, 610 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°44-45, 41-43, 84-86, 46-51 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°237-242 ; Nr. 4168 f°104, 128, 133, 139, 145, 147, 157, 164, 173-174, 178-181, 183-184, 190, 195-198, 201-203, 206-208, 212-215, 217-219.

142 Ses derniers rapports pour les mois de janvier à mars 1664 se limitent à quelques lignes seulement ; voir NSA, 37 Alt Nr. 2498 f°100-102 ; et S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 129.

143 Les rapports couvrant la période allant de mai 1658 à la fin du mois d’août 1659 constituent un bon exemple ; voir NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°75-77, 80-85 ; Nr. 2492 f°73-81. Pour les années 1659-1663, voir NSA, 37 Alt Nr. 2492 f°82-84 ; Nr. 2493 f°73-84 ; Nr. 2494 f°98-99 ; HA, Cal. Bri. Nr. 4168 f°351 ; NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°100 ; Nr. 2496 f°92-100 ; Nr. 2497 f°95-103.

144 Voir sur ce point la notice le concernant dans le catalogue imprimé pour le semestre d’hiver 1664-1665 : CL 1664B, f°4v° ; voir également S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 129.

145 Voir ce qui est dit plus loin dans ce chapitre, dans le passage consacré à la chaire de mathématiques.

146 Voir ce qui a été dit plus haut à son sujet, dans le chapitre consacré à la théologie

147 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 49.

148 Il est possible de distinguer deux périodes, avant et après le début du semestre d’hiver 1676-1677. Pour le premier cycle, voir NSA, 37 Alt Nr. 2507 f°25, 23-24, 22, 128, 127, 129, 126 ; Nr. 2508 f°85-86. Pour le second, voir NSA, 37 Alt Nr. 2508 f°13, 12, 21, 14 ; Nr. 2509 f°14, 12-13, 11 ; Nr. 205 H7 f°6, 32 ; Nr. 2509 f°70 ; Nr. 2510 f°57-59, 56 ; Nr. 2511 f°35, 32-33, 31 ; Nr. 2512 f°10, 101 ; Nr. 2513 f°19.

149 À titre d’exemple, il s’absente plus de trois mois durant l’été 1676 pour se rendre dans la station thermale de Bad Pyrmont et un mois entier en janvier 1679 en raison du froid (NSA, 37 Alt Nr. 2508 f°86 ; Nr. 205 H7 f°6).

150 NSA, 37 Alt Nr. 2508 f°86.

151 NSA, 37 Alt Nr. 205 H7 f°32.

152 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 49.

153 NSA, 37 Alt Nr. 2513 f°124-125 : Schrader mentionne dans son premier rapport en tant que professeur de physique qu’il a débuté ses cours en novembre 1683. En ce qui concerne sa biographie et son activité de professeur de médecine, voir ce qui a été dit dans le chapitre précédent.

154 Il est possible de distinguer deux cycles d’environ trois ans, avant et après janvier 1677. Pour le premier, voir NSA, 37 Alt Nr. 2513 f°124-125 ; Nr. 2514 f°15-16, 38-39, 75-76 ; Nr. 206 H5 f°142-143 ; Nr. 207 H1 f°3-4 ; Nr. 2515 f°34-35, 61-62, 120-122 ; Nr. 2516 f°94-95, 98-99, 102-103 ; pour le second, voir NSA, 37 Alt Nr. 2516 f°106-107 ; Nr. 2517 f°116-117, 120-123, 126-127 ; Nr. 2518 f°11, 113-116, 119-120 ; Nr. 208 H1 f°14-15, 102 ; Nr. 208 H2 f°12-13, 41-42.

155 Friedrich Schrader, De Admiranda Naturae In Operibus Suis Subtilitate Oratio..., Helmestadi, Hamm, 1684, in-4°, 11 f°.

156 NSA, 37 Alt Nr. 2515 f°120-122.

157 NSA, 37 Alt Nr. 2518 f°113-116 (physique) et f°111-112, 117-118 (médecine).

158 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 90-94.

159 Philipp Melanchthon, In Ethica Aristotelis Commentarius, Witebergae, Clug, 1529, in-8°, 39 f° ; et, du même auteur, Commentarii in primum, secundum, tertium & quintum ethicorum... in Aristotelis aliquot libros Politicos Commentaria, Argentinae, Albertus, 1535, in-8°, 136 f°. Voir aussi Günter Franck (éd.), Philipp Melanchthon, Ethicae doctrinae elementa et enarratio libri quinti Ethicorum, Stuttgart / Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 2008.

160 Die Statuten, p. 148-150 (§ 310-319) et 164 (§ 377).

161 Pour tout ce qui concerne Eichel et la faculté de droit, voir le chapitre consacré à ce domaine. Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 66-67.

162 Ibid.

163 Sur l’ouvrage d’Aristote, voir David Ross, Aristote, op. cit., p. 263-328. Pour les rapports d’Eichel, voir HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°611-614, 629 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°103, 142, 28 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°261-262

164 NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°31-32.

165 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 183-184.

166 NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°87 ; Nr. 2492 f°85-87 ; Nr. 2493 f°85-87 ; Nr. 2494 f°91 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°348.

167 Pour le reste des rapports manuscrits de Rachelius, voir, dans l’ordre chronologique : NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°92-93 ; Nr. 2496 f°106-111, 113 ; Nr. 2497 f°108-116 ; Nr. 2498 f°119-128 ; Nr. 2499 f°66.

168 Notons que Rachelius fait publier un ouvrage de commentaires sur l’œuvre de Cicéron quelques années plus tard, peut-être inspiré par ses remarques faites en cours. Voir Marcus Tullius Cicero, De Officiis libri tres Et il illos Samuelis Racheli et in nova Holsatorum academia juris naturae & gentium commnentarius..., Francofurti / Kiloni, Gerlach & Beckenstein, 1668, in-8°.

169 NSA, 37 Alt Nr. 2497 f°111-113.

170 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 238.

171 NSA, 37 Alt Nr. 2499 f°97-100 ; Nr. 2500 f°164-171, 173-175 ; Nr. 2501 f°162, 165-173 ; Nr. 2502 f°154-165 ; Nr. 2503 f°104-115 ; Nr. 2504 f°122-130 ; Nr. 2505 f°119-121.

172 NSA, 37 Alt Nr. 2504 f°124.

173 NSA, 37 Alt Nr. 2500 f°175. Balthasar Cellarius, Politica Succincta, Ex Aristotele potissimum eruta, Ac ad Praesentem Imperii Romani Statum pluribus in locis accomodata, cuius Synopsin Et Delineationem generalem Tabella praefixa exhibet..., Ienae, Reiffenbergerus, 1641, in-12°.

174 NSA, 37 Alt Nr. 2505 f°122-128 ; Nr. 2506 f°75-84, 172-183 ; Nr. 2507 f°87-89.

175 NSA, 37 Alt Nr. 2507 f°81-86, 80 ; Nr. 205 H5 f°5-7 ; Nr. 2507 f°178-183, 175-177 ; Nr. 2508 f°126, 124-125, 71.

176 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 238.

177 NSA, 37 Alt Nr. 205 H6 f°80.

178 Voir supra ce qui a été dit sur ces deux personnages dans le chapitre consacré au droit.

179 NSA, 37 Alt Nr. 2509 f°74 ; Nr. 205 H7 f°35 ; Nr. 2509 f°73 ; Nr. 205 H7 f°63 ; Nr. 2510 f°64-65 ; Nr. 2511 f°40-41 ; Nr. 2512 f°7.

180 NSA, 37 Alt Nr. 2512 f°35, 45, 61, 70, 97 ; Nr. 206 H4 f°6 ; Nr. 2513 f°25, 54, 119 ; Nr. 2514 f°6, 42-43, 119 ; Nr. 2515 f°11, 36, 59-60, 117 ; Nr. 2516 f°37, 39-40, 43, 45-46 ; Nr. 2517 f°50-55, 58 ; Nr. 2518 f°49, 44-45, 48 ; Nr. 208 H1 f°22-23.

181 NSA, 37 Alt Nr. 2512 f°35, 45, 61, 70.

182 NSA, 37 Alt Nr. 2513 f°119 ; Nr. 2514 f°6.

183 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°58 ; Nr. 2518 f°49.

184 Pour ce qui concerne l’histoire, voir Die Statuten, p. 150-153 (§ 320-332) et 163 (§ 376). La poésie est évoquée plus loin : ibid., p. 156-159 (§ 347-358) et 162 (§ 371).

185 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 19-20.

186 Eoban Koch ou Helius Eobanus Hessus (1488-1540) fut sans doute le poète allemand de langue latine le plus brillant et le plus prolifique du xvie siècle ; voir Rudolf Vierhaus (dir.), DBE, vol. 4, p. 799-800 ; et Hans Rupprich, « Eobanus Hessus, Helius », NDB, vol. 4, 1959, p. 543-545.

187 H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 251-255.

188 Ibid.

189 Die Statuten, p. 152 (§ 330). L’article suivant (§ 331) se réfère implicitement à la vision de l’histoire défendue par l’ouvrage de Carion. Voir supra, le chapitre sur la théologie (n. 165 et 166).

190 Pour Heinz Scheible, dans Melanchthon, eine Biographie (op. cit., p. 252), c’est Melanchthon qui qualifiait souvent l’histoire de « magistra vitae », dans un esprit très humaniste. Voir Reinhart Koselleck, « Historia Magistra Vitae: Über die Auflösung des Topos im Horizont neuzeitlich bewegter Geschichte », dans Vergangene Zukunft: zur Semantik geschichtlicher. Zeiten, Francfort, Suhrkamp, 1984, p. 38-66.

191 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 153-154.

192 Reiner (ou Reinhard) Reineccius (ou Reineke) (1541-1595) a suivi très jeune les cours de Martin Meibom, père d’Henri Meibom l’Ancien, à l’école de Lemgo. Étudiant à Marbourg, Wittenberg, Iéna et Leipzig, il est nommé professeur d’histoire à Francfort-sur-l’Oder en 1578. Passé au service du duc de Brunswick-Wolfenbüttel, Reineccius consacre l’essentiel de ses travaux à l’établissement des généalogies des grandes familles de l’Antiquité grecque et orientale. Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 185-186 ; Paul Zimmermann, « Reineccius, Reiner », ADB, vol. 28, 1889, p. 17-19. Voir également M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 145-151. En outre, la personnalité, les idées et la méthode de Reineccius font l’objet d’une longue et éclairante analyse de la part d’Anthony Grafton, dans What was History ?...(op. cit., p. 123-188).

193 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 21 et 151.

194 M. Maaser, Humanismus und Landesherrschaft..., op. cit., p. 147-149 ; Gottfried Zimmermann, « Die acht Klosterchroniken des Helmstedter Historikers Heinrich Meibom », Jahrbuch der Gesellschaft für Niedersächsische Kirchengeschichte, nº 74, 1976, p. 53-63.

195 Dans l’ordre chronologique (1652-1655) : HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°630-634 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°96-98, 136-138, 117-119 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°255-260 ; Nr. 4168 f°105-107, 110, 112, 125, 136.

196 NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°136-138.

197 CL 1653A, f°3r°.

198 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 64 ; F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 119-120.

199 Ibid.

200 À propos de Lorenz Scheurl (1558-1613) et de son fils Henri-Julius (Heinrich Julius) (1600-1651) qui furent tous les deux professeurs, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 203-204.

201 HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°229, 234, 236 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°79-81.

202 Historien du iiie ou ive siècle apr. J.-C., Justin (ou Junianus Justinus) a compilé des passages de Trogue Pompée, contemporain d’Auguste. Voir la traduction, en anglais, de l’ouvrage de Justin par John Yardley, avec les notes de Waldemar Heckel : Justin, Epitome of the Philippic history of Pompeius Trogus: Alexander the Great, Oxford, Clarendon Press, 1997, vol. 1, livres XI-XII.

203 NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°81. Il est probable que les cartes soient tirées d’un ouvrage néerlandais en cinq tomes, dont les deux premiers étaient présents dans la bibliothèque de l’université : Jan Jansson, Novus Atlas, Sive Theatrum Orbis Terrarum..., Amstelodami, Janssonius, 1649, in-2°, 112f°. Le premier tome contient à lui seul plus d’une centaine de cartes gravées sur cuivre au format in-2°.

204 Il s’appuie, dans certains cours privés de géographie, sur un ouvrage de Cluver, sans doute son introduction à la géographie, dont une réédition a été publiée à Wolfenbüttel justement en 1661 : Philipp Cluver, Introductio In Vniversam Geographiam tam Veterem, quam Novam, Guelpherbyti, Buno / Bismarck, in-4° ; voir précisément : NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°28 et Nr. 2496 f°25.

205 NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°29, 22, 24, 26-29, 19-21 ; Nr. 2492 f°29-34 ; Nr. 2493 f°32-33.

206 La première édition du premier volume date de 1642, celle du second de 1645 : Christoph Schrader, Tabulae Chronologicae A Prima Rerum Origine Ad C. Iulii Caesaris Monarchiam, Helmestadi, Muller, 1642, in-2°, 10f° ; Tabulae Chronologicae A Nato Christo Ad Annum MDC, Helmestadi, Muller, 1645, in-2°, 8f°. De nombreuses rééditions suivent jusqu’en 1765 ; voir F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 78 ; J.-L. Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire..., op. cit., vol. 1, p. 181.

207 NSA, 37 Alt Nr. 2493 f°37-39 ; Christianus Eberhart, De Electione Caroli V. Imperatoris Historia : Cum aliis huius argumenti scriptis..., Helmestadi, Muller / in Typographeo Calixtino, 1660, in-4°. L’ouvrage est un recueil qui rassemble différents textes traitant de l’élection impériale, en particulier celle de Charles Quint.

208 Les rapports d’Eberhart permettent de suivre précisément son activité ; voir notamment : NSA, 37 Alt Nr. 2493 f°35-39 ; Nr. 2494 f°25-29 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°350 ; NSA, 37 Alt Nr. 2496 f°25-36 ; Nr. 2497 f°41-49 ; Nr. 2498 f°29-38 ; Nr. 204 H3 f°13-15 ; Nr. 2499 f°11 ; Nr. 204 H3 f°100 ; Nr. 2500 f°20-28.

209 Sous la colonne « varia », ce sont pour l’essentiel les faits marquants de l’histoire musulmane qui sont mentionnés.

210 NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°25, 27-29 ; Nr. 2496 f°25-27. Pendant plus d’un semestre en 1661-1662, Eberhart étudie l’ouvrage de Sleidan paru pour la première fois en 1556 : Johannes Sleidanus, De Quatuor Summis Imperii libri tres, Argentorati, Rihel, 1556, in-8°, 181f°. Plusieurs fois réédité, l’ouvrage a notamment été publié dans une version révisée par Henri Meibom à Wittenberg en 1613. Sans doute Eberhart utilise-t-il dans ses cours la réédition, récente alors, de cette version de Meibom, qui se trouvait également en possession de la bibliothèque : Johannis Sleidani De Quatuor Summis imperiis libri tres ab Henrico Meibomio olim materiarum sedibus illustrati nunc denuo revisi..., Wittebergae, Berger / Röhner, 1658. Enfin, notons que se trouvait également à Helmstedt une édition en allemand de l’ouvrage, mais il est peu probable qu’Eberhart l’ait directement utilisée en cours : Johanni Sleidani Vier Monarchien... hiebevor aus dem Lateinischen Teutsch übersetzet, anietzo aber von neuen übersehen, hin und wieder erweitert, und biß auf das 1658ste Jahr vermehret durch Gabriel Tzschimmern, Dreßden, Löfflers / Iéna, Sengenwald, 1659, in-12°.

211 Voir notamment les passages des rapports où Eberhart évoque sa méthode : NSA, 37 Alt Nr. 2496 f°34-36 ; Nr. 2497 f°41-43 ; Nr. 2498 f°31. Le verbe dictare revient à maintes reprises dans les descriptions de son activité.

212 NSA, 37 Alt Nr. 2493 f°32-34.

213 NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°25-26, HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°350 et NSA, 37 Alt Nr. 2496 f°28-33.

214 NSA, 37 Alt Nr. 204 H3 f°13-15 ; Nr. 2499 f°11.

215 NSA, 37 Alt Nr. 2498 f°36-38 ; Nr. 204 H3 f°13-15.

216 NSA, 37 Alt Nr. 204 H3 f°100 ; Nr. 2500 f°20-22 ; Nr. 2500 f°23-28.

217 NSA, 37 Alt Nr. 2500 f°29-31 ; Nr. 2501 f°13-24 ; Nr. 2502 f°24-33 ; Nr. 2503 f°27-30 ; Nr. 2504 f°19-25, 36 ; Nr. 2505 f°19-20, 22, 21 ; Nr. 2506 f°19.

218 Voir les mentions dans les archives pour les années 1670-1672 : NSA, 37 Alt Nr. 2504 f°20, 36 ; Nr. 2505 f°19-22 ; Nr. 2506 f°19. Voir également les annonces dans les catalogues imprimés : CL 1670A f°4r° ; CL 1670B f°3v° ; CL 1671A f°3v°.

219 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 120.

220 A. Grafton, What was History ?..., op. cit., p. 147-163.

221 NSA, 37 Alt Nr. 2506 f°20-21.

222 NSA, 37 Alt Nr. 2506 f°22, 107-110 ; Nr. 2507 f°32-35, 137-140 ; Nr. 2508 f°94-95.

223 A. Grafton, What was History ?..., op. cit., p. 163. L’auteur évoque la façon dont Chytraeus et Conring notamment ont été sensibles à l’approche généalogique de l’histoire, et comment celle-ci a servi de base à la nouvelle historiographie développée au siècle suivant à Göttingen.

224 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 69 ; voir aussi supra, le chapitre consacré au droit.

225 CL 1678A f°3v°.

226 CL 1678B f°4r°.

227 Ibid.

228 Voir la section qui lui est consacrée dans le chapitre sur la faculté de médecine.

229 F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 120-121.

230 CL 1679A f°4v°.

231 Dans l’ordre chronologique : NSA, 37 Alt Nr. 205 H7 f°36, 59, 67, 82, 109 ; Nr. 2510 f°2 ; Nr. 2511 f°66, 74-75, 68-69 ; Nr. 2512 f°3-4, 33-34, 59-60, 98-99 ; Nr. 206 H4 f°11-12 ; Nr. 2513 f°120-121 ; Nr. 2514 f°2-3, 40-41.

232 NSA, 37 Alt Nr. 2514 f°120-121 ; Nr. 2515 f°31, 66-67, Nr. 2515 f°118-119 ; Nr. 2516 f°67-68 ; Nr. 207 H2 f°47-48 ; Nr. 2516 f°70-71 ; Nr. 2517 f°79, 82-83, 87 ; Nr. 2518 f°72-73, 77-80, 84-85 ; Nr. 208 H1 f°5-6, 98-99 ; Nr ; 208 H2 f°14-15, 44-45, 102-103 ; Nr. 2519 f°53-54.

233 S’il ne donne pas d’indications précises, Meibom s’appuie certainement sur les travaux de son grand-père, qu’il reprend et publie dans les années suivantes en trois volumes : Rerum Germanicarum Tomi III, Helmestadi, Hamm, 1688. Voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 155 ; et F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 121.

234 La référence à l’Histoire Auguste lorsqu’il traite de l’Antiquité au cours du second cycle suggère assez clairement qu’il se passe alors des Tabulae.

235 Sur Johann Lüders ou Lüder (1592-1633), voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 148-149. Voir également la grille des salaires de 1620 : NSA, 37 Alt. Nr. 1084 f°54-57.

236 Pour la grille de 1650, voir NSA, 37 Alt. Nr. 13 f°96-106. Le catalogue imprimé annonçant les cours pour le semestre d’été 1655 est le premier dans lequel Conring apparaît deux fois ; voir CL 1655A f°3v°-4r°.

237 CL 1653A f°3v°.

238 Voir son rapport manuscrit, non daté mais classé avec les rapports concernant l’été 1653, où Conring affirme avoir remplacé la médecine par l’enseignement de la politique : NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°87 ; voir également HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°232-233 (SS 1654).

239 Voir supra. De nombreux travaux ont été consacrés à Conring, dont ceux de M. Stolleis (dir.), Hermann Conring (1606-1681), Beiträge zu Leben und Werk, op. cit. ; « Zur Bedeutung der Juristischen Fakultät... », art. cité, p. 190-197. Voir également Constantin Fasolt, « Hermann Conring and the Republic of Letters », dans H. Jaumann (dir.), Die europäische Gelehrtenrepublik..., op. cit., p. 141-153 ; Alberto Jori, Hermann Conring (1606-1681), der Begründer der deutschen Rechtsgeschichte, Tübingen, Medien-Verlag Köhler, 2006 ; Sina Rauschenbach, « Zwischen Aristoteles und Bacon: Die Begründung der akademischen Statistik an der Helmstedter Universität », dans J. Bruning & U. Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen..., op. cit., p. 198-203.

240 Voir les travaux mentionnés dans la note précédente.

241 Hermann Conring, De Origine Iuris Germanici Commentarius Historicus..., Helmestadi, Muller, 1643, in-4°, 165 p. ; De Finibus Imperii Germanici Libri Duo..., Helmestadi, Muller, 1654, in-4°.

242 HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°597 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°146 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4168 f°598, 602 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°87 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°232-233 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H2 f°93.

243 NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°18, 17 ; Nr. 2492 f°22-29 ; Nr. 2493 f°28-31 ; Nr. 2494 f°22.

244 Ibid. Conring fait d’abord paraître une réédition en 1660, suivie d’un ouvrage de commentaire l’année suivante. Voir Niccolo Machiavelli, Nicolai Machiavelli Princeps Aliaque Nonnulla ex Italico Latine nunc demum partim versa, partim infinitis locis sensus melioris ergo castigata, Helmestadi, Muller, 1660, in-4° ; Hermann Conring, Animadversiones Politicae In Nicolai Machiavelli Librum de Principe, Helmestadi, Muller, 1661, in-4°.

245 NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°22. Jacob Lampe ou Lampadius (1593-1649) appartient au groupe des principaux penseurs et enseignants du droit au xviie siècle. Il a été le maître de Conring avant de devenir son ami et correspondant. Voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 139-140 ; Richard Dietrich, « Lampadius, Jakob », NDB, vol. 13, 1982, p. 454-456 ; Adolf Köcher, « Lampadius, Jacob », ADB, vol. 17, 1883, p. 574-578. En ce qui concerne l’ouvrage sur lequel s’appuie Conring et dans lequel Lampadius défend ses idées, voir Jacob Lampadius, Tractatus De Republica Romano-Germanica..., Helmestadi, Rixner, 1640, in-12°.

246 NSA, 37 Alt Nr. 2494 f°23. Conring était un opposant aux théories mercantilistes aboutissant à la constitution de monopoles. Très tôt, il a également insisté sur l’importance de l’or pour la stabilité des systèmes monétaires. Voir Harry Breslau, « Conring, Hermann », ADB, vol. 4, 1876, p. 446-451.

247 NSA, 37 Alt Nr. 1496 f°22-24 ; Nr. 2497 f°36-38.

248 Ibid. Il traite notamment à son domicile du fonctionnement des pays fédérés.

249 Hermann Conring, De Origine Iuris Germanici Liber Unus Adiecta sunt opuscula eiusdem argumenti varia, nova, & quaedam vetera, Helmestadi, Muller, 1665, in-4° ; il s’agit alors de la troisième édition de l’ouvrage.

250 Aristoteles, Politicorum Libri Octo, Oberto Gifanio ICto interprete, Cum proemio H. Conringii & in politica Aristotelis introductione, Helmestadi, Rixner, 1637, in-8° ; Aristoteles, Politicorum Libri Superstites, Editio Nova Cura Hermanni Conringii..., Helmestadi, Muller, 1656, in-4°. Sur le sujet, voir F. Koldewey, Geschichte der klassischen Philologie..., op. cit., p. 137-139. Sur le rapport de Conring à Aristote, voir également U. Zeuch, « Aristotelismus an der Universität Helmstedt », art. cité, p. 237-238. Notons au passage que Conring, en s’appuyant sur des arguments philologiques, prétendait que les livres VII et VIII auraient dû se trouver à la suite du livre III ; cette vision est encore celle de la plupart des critiques contemporains d’Aristote ; voir notamment D. Ross, Aristote, op. cit., p. 329-331.

251 NSA, 37 Alt Nr. 2500 f°13-14, 18 ; Nr. 2501 f°12, 20 ; HA, Cal. Br. 21 Nr. 4169 (I) f°178, 198, 208 ; NSA, 37 Alt Nr. 2502 f°21-23 ; Nr. 2503 f°15-17 ; Nr. 204 H5 f°119 ; HA, Cal. Br. 21 Nr. 4169 (I) f°248.

252 HA, Cal. Br. 21 Nr. 4169 (I) f°178, 198, 208.

253 NSA, 37 Alt Nr. 2505 f°16-18 ; Nr. 2506 f°15-17.

254 NSA, 37 Alt Nr. 2506 f°18, 103-104, 106, 105 ; Nr. 2507 f°31, 30, 136, 134-135, 133 ; Nr. 2508 f°92, 89-91.

255 NSA, 37 Alt Nr. 2508 f°18-19 ; Nr. 2509 f°16-18 (datation incertaine), f°71-72 ; Nr. 205 H7 f°11, 30 ; Nr ; 2510 f°60-61 ; Nr. 206 H1 f°11.

256 NSA, 37 Alt Nr. 2505 f°18. En décembre 1672, il consacre plusieurs cours à la circulation de l’or et de l’argent en Europe.

257 De nombreuses disputes sont organisées sur la question de la guerre, notamment dans les derniers mois de l’année 1669 : NSA, 37 Alt Nr. 204 H5 f°119.

258 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 248 ; August Ritter von Eisenhart, « Werlhof, Johann », ADB, vol. 42, 1897, p. 15-16.

259 Johann Werlhof, Dissertatio Politica De Maritimis Commerciis, Quam Praeside... Hermanno Conringio..., Helmestadi, Muller, 1680, in-4°.

260 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 248.

261 NSA, 37 Alt Nr. 2516 f°112-113 ; Nr. 2517 f°134.

262 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°135-136.

263 NSA, 37 Alt Nr. 2517 f°137 ; Nr. 2518 f°127.

264 NSA, 37 Alt Nr. 2518 f°128-130 ; Nr. 208 H1 f°16, 105 ; Nr. 208 H2 f°5, 39.

265 Les réflexions qui suivent s’appuient sur le parallèle entre les cours décrits et l’analyse de la Politique d’Aristote par D. Ross, Aristote, op. cit., p. 331-377.

266 De manière symptomatique, August Ritter von Eisenhart commet une erreur de terminologie dans sa biographie de Werlhoff : évoquant sa nomination en 1686, il précise que Werlhoff a alors obtenu la « chaire de droit public » (« Werlhof, Johann », art. cité, p. 16). Nul doute que cette confusion correspond à la perception que les contemporains eux-mêmes avaient de cette chaire.

267 Die Statuten, p. 139-141 (§ 272-279).

268 Ibid.

269 Ibid., p. 144-148 (§ 292-309).

270 Pour la géographie en particulier, voir ibid., p. 141-144 (§ 280-291).

271 Ibid., p. 140 (§ 276). Voir le commentaire des éditeurs : ibid., p. 140, n. 161. À propos des débats sur l’utilité et le statut des mathématiques au xvie siècle, voir Antonella Romano, La Contre-réforme mathématique : constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance, 1540-1640, Rome, École française de Rome, 1999, p. 153-178.

272 Après la réorganisation de 1536, la faculté de philosophie de Wittenberg possède deux chaires distinctes ; voir H. Scheible, Melanchthon, eine Biographie, op. cit., p. 54-56.

273 Le programme d’étude décrit peut être comparé à celui développé au milieu du xvie siècle par des jésuites comme Jérôme Nadal, lequel s’appuie sur Euclide, Ptolémée mais aussi des contemporains pour bâtir un programme tourné vers la géométrie, l’arithmétique et l’astronomie ; voir A. Romano, La Contre-réforme mathématique..., op. cit., p. 51-62.

274 Die Statuten, p. 141 (§ 277). Pour les trois premiers auteurs cités, il s’agit de mathématiciens du xvie siècle dont les manuels étaient particulièrement répandus à l’époque de la rédaction des statuts : voir les remarques et explications des éditeurs des statuts, p. 141, n. 162-165. Les livres VII à IX constituent traditionnellement un ensemble et sont surnommés « Livres Arithmétiques », car ils sont consacrés à la théorie des nombres. Voir Euclide, Les Éléments, 4 vol., Paris, Presses universitaires de France, 1990, notamment l’« Introduction générale » par Maurice Caveing, vol. 1, p. 13-148, ici p. 18-20.

275 Erasmus Reinhold (1511-1553) obtient la chaire de mathématiques supérieure à Wittenberg en 1536. Séduit par les idées de Copernic, il publie des tables de calculs astronomiques désignées sous le nom de Tabulae Prutenicae en 1551, lesquelles servent de référence à la majorité des astronomes jusqu’à Kepler (Andreas Kühne, « Reinhold, Erasmus », NDB, vol. 21, 2003, p. 367-368). En français, voir notamment Bruno Morando & Denis Savoie, « Étude de la théorie du Soleil des Tables Pruténiques », Revue d’histoire des sciences, vol. 49, nº 4, 1996, p. 543-567.

276 Die Statuten, p. 163 (§ 375).

277 Pour sa biographie, voir S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 76-77.

278 Ibid.

279 Voir, dans l’ordre chronologique : HA, Cal. Br. 21 Nr. 4168 f°620-621, 619, 627-628 ; NSA, 37 Alt Nr. 204 H1 f°145, 81, 143-144, 91-92 ; HA, Cal. Br. 21 Nr. 4162 f°249-252.

280 Pour sa dernière notice, voir CL 1655A f°4r°.

281 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 76. Jusqu’à son décès en 1692, von Felde vit retiré dans sa propriété près de Halle.

282 HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4162 f°252. Notons que son ouvrage a été imprimé à Amsterdam, et non à Helmstedt : Johann von Felden, Annotata in Hug. Grotium De Iure Belli et Pacis, Amstelodami, Jodocus Janssonius, 1653, in-12°.

283 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 123-124.

284 Ibid.

285 NSA, 37 Alt Nr. 2491 f°67, 72-74 ; Nr. 2492 f°68, 70-72 ; Nr. 2493 f°68-72 ; Nr. 2494 f°55-57 ; HA, Cal. Br. 21 Nr. 4168 f°354 ; NSA, 37 Alt Nr. 2496 f°80-89 ; Nr. 2497 f°86-94 ; Nr. 2498 f°88-99 ; Nr. 2499 f°52-58 ; Nr. 204 H3 f°7-9.

286 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 124. Hosemann décède à Gifhorn en 1701.

287 Voir supra, le chapitre traitant de la faculté de théologie.

288 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 106-107.

289 CL 1666B f°4v°.

290 NSA, 37 Alt Nr. 2500 f°75-78 ; Nr. 2501 f°68-77 ; Nr. 2502 f°60-68.

291 NSA, 37 Alt Nr. 2502 f°68.

292 NSA, 37 Alt Nr. 2504 f°49-56 ; HA, Cal. Bri. 21 Nr. 4169 (I) f°251, 270, 308, 325 ; NSA, 37 Alt Nr. 2505 f°53-55 ; Nr. 2506 f°42-44, 137-139.

293 NSA, 37 Alt Nr. 2505 f°56-60 ; Nr. 2506 f°41.

294 Voir Steven Shapin & Simon Schaffer, Leviathan et la pompe à air : Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte, 1993, notamment p. 203, où les auteurs évoquent la participation de Leibnitz aux débats qui secouaient alors le monde scientifique anglais au début des années 1670.

295 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 106.

296 NSA, 37 Alt Nr. 2506 f°140 ; Nr. 2507 f°55, 51-54 ; Nr. 2508 f°100-101, 40, 35, 38, 34 ; Nr. 2509 f°28.

297 NSA, 37 Alt Nr. 2509 f°28 (janvier-mars 1678).

298 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 107.

299 CL 1679B.

300 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 251-252.

301 Pour ses cours entre 1679 et 1690, voir : NSA, 37 Alt Nr. 2509 f°105a ; Nr. 2510 f°32-35, 37 ; Nr. 2511 f°96-101 ; Nr. 2512 f°5-6, 32, 57-58, 95-96 ; Nr. 2513 f°17-18, 23-24, 55-56, 122-123 ; Nr. 2514 f°4-5, 36-37, 71-72, 124-125 ; Nr. 2515 f°14-15, 32-33, 64-65 ; Nr. 207 H1 f°117-118 ; Nr. 2516 f°115-118, 120-121, 3-4 ; Nr. 2517 f°140-141, 144-147, 149-150 ; Nr. 2518 f°131-132, 134-135, 137-138, 141-142 ; Nr. 208 H1 f°7-8, 100-101 ; Nr. 208 H2 f°11, 43, 101 ; Nr. 2519 f°106.

302 Voir les cours de Heigel pendant la même période (1679-1690) : NSA, 37 Alt Nr. 2509 f°95 ; Nr. 2510 f°75-78, 80-81 ; Nr. 2511 f°55-56, 59-61 ; Nr. 2512 f°13, 24-25, 42, 50, 67, 81-82 ; Nr. 206 H3 f°72, 84 ; Nr. 206 H4 f°18, 32 ; Nr. 2516 f°116 ; Nr. 2513 f°34, 66, 90, 22 ; Nr. 2514 f°10, 49 ; Nr. 206 H5 f°56, 86, 127 ; Nr. 2514 f°111 ; Nr. 2515 f°23, 42, 73, 113 ; Nr. 2516 f°55, 58, 61, 64 ; Nr. 2517 f°68, 73, 76 ; Nr. 2518 f°62, 65-66, 71 ; Nr. 208 H1 f°12, 93 ; Nr. 208 H2 f°24, 56, 107 ; Nr. 2519 f°47.

303 S. Ahrens, Die Lehrkräfte..., op. cit., p. 252.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site