Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Chaires et l’esprit

 | 
Boris Klein

Chapitre 3 
La médecine, ou l’art humaniste de concilier antique et moderne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’au début de l’époque moderne, l’étude de la médecine est très peu considérée, voire négligée, au sein des universités situées au nord des Alpes. Héritières et continuatrices de Salerne, les universités italiennes de Bologne et de Padoue constituent les principaux centres européens dans ce domaine, concurrencés seulement par Paris et Montpellier1. Ce n’est que progressivement que les universités germaniques, sous la pression de nouvelles élites davantage soucieuses de leur santé, prennent conscience qu’il leur faut offrir une solide formation dans cette discipline et éviter ainsi aux aspirants médecins la nécessité d’un long voyage d’étude en Italie ou en France. Tübingen d’abord, puis Leyde, aux marges de l’Empire, haussent au xvie siècle la réputation de leur faculté de médecine. Ailleurs, la discipline s’affirme lentement, mais demeure toujours loin derrière la théologie et le droit en termes de préséance et de nombre de chaires consacrées2. La médecine pourtant affiche une ...

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540