Version classiqueVersion mobile

Les Chaires et l’esprit

 | 
Boris Klein

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ingmar Bergman, Entretiens privés, Paris, Gallimard, 1997, p. 53.

« Instant décisif » et « décision irrévocable », ça paraît plausible. Mais si on y regarde de près, cet instant-là n’est nullement décisif : cela fait bien longtemps que les sentiments et les idées – consciemment ou non – s’accumulent dans la même direction. L’explosion est un fait qui s’enracine dans le passé, loin, bien loin dans l’obscurité.
Ingmar Bergman1

  • 2 L’anecdote est citée et développée par Franz Schultheis, « Un inconscient universitaire fait homme (...)

1La défaite de 1870 fut un choc qui ébranla profondément les institutions et les esprits français. Au-delà de l’humiliation, la nécessité de préparer la revanche stimula, dans les années suivantes, la volonté de comprendre et d’expliquer un effondrement aussi inattendu, un tel retournement de la supériorité nationale en faveur d’un voisin mal connu. Toutes les forces furent mobilisées pour servir l’analyse des causes de l’échec, et même celles des hommes qui allaient quelques années plus tard, avec l’affaire Dreyfus, être désignés par le terme d’« intellectuels ». C’est ainsi qu’en 1885, un jeune professeur de lycée de Saint-Quentin, Émile Durkheim, est envoyé en Allemagne, avec pour mission de fréquenter les universités du pays, afin de percer le mystère de la supériorité de l’ennemi dans les domaines de la science et de l’enseignement2. Soucieux d’accomplir la mission que le gouvernement français lui a confiée, Durkheim entame alors une pérégrination d’un an au sein de plusieurs établissements allemands. Minutieusement, il mène une enquête de terrain qui prend en compte l’organisation institutionnelle des universités, mais aussi le fonctionnement pédagogique quotidien. Interrogeant, discutant, méditant, il collecte un fonds immense d’informations, sans jamais négliger les détails qui s’offrent à son œil d’ethnologue et de sociologue. Les notes qu’il prend témoignent cependant de ce qui le surprend le plus : l’offre de cours très large, le pouvoir presque sans limite des professeurs ordinaires ou encore les phénomènes de concurrence entre enseignants et entre établissements choquent son regard de Français, pour qui souvent, en définitive, un monde aussi exotique manque tout de même de centralisation.

2Aujourd’hui, et alors que les universités françaises ont adopté volens nolens une initiative d’excellence qui s’inspire directement de ce qui a été réalisé quelques années plus tôt en Allemagne, les notes d’un Durkheim agent secret soulignent l’inertie de certaines traditions et de certaines rivalités dans le monde universitaire. Mais son enquête, qui cherche à multiplier et à croiser les approches et les points de vue, en s’intéressant autant aux aspects structurels que culturels ou purement pratiques, ne vaut pas seulement par cet étrange sentiment d’une répétition ou d’un bégaiement de l’histoire. Elle doit surtout retenir ici notre attention pour l’affirmation implicite sur laquelle elle repose : comme l’immense majorité de ses contemporains, et pas seulement français, Durkheim considère qu’un bouleversement spécifique a touché les universités allemandes et les a amenées à devenir des armes puissantes au service de la supériorité du nouvel Empire wilhelmien. Au début du xixe siècle, au sortir de plusieurs siècles de décadence, l’institution pluriséculaire et européenne qu’est l’université aurait subi une transformation dans le monde protestant germanique, qui l’a écartée de la voie suivie par ses semblables ailleurs en Europe.

  • 3 Sur la spécificité et l’importance de ce tournant, voir notamment l’ouvrage de Peter Watson, The G (...)

3Il faut rendre justice à cette idée amplement partagée à la fin du xixe siècle et reconnaître qu’elle repose sur des constats encore recevables aujourd’hui. À Berlin, et à la suite d’une autre défaite, d’une autre invasion traumatisante, les réformes de Humboldt ont en effet donné l’impulsion à de profonds changements dans l’organisation universitaire et la transmission des savoirs en général au sein de l’espace germanique protestant3. La structure du séminaire, la figure de l’enseignant-chercheur, la diffusion de revues spécialisées dans les différentes disciplines, tous ces attributs aujourd’hui inséparables de l’idée et du fonctionnement des universités, partout en Occident et dans le monde, sont des inventions du xixe siècle allemand.

  • 4 Sur ces termes et le contexte spécifique de cette période, voir Martin Heckel, Deutschland im konf (...)

4Pourtant, il serait trop simple de ne considérer que la coupure introduite par les réformes humboldtiennes et de lire l’histoire des bouleversements institutionnels et pédagogiques qui ont formé nos propres conceptions contemporaines avec le xixe siècle comme seul point de départ. Si le monde protestant germanique, sous l’impulsion d’un État, suivi par d’autres, a forgé un nouveau modèle, s’il s’est éloigné de l’idée européenne d’université, il ne l’a pas fait d’un seul coup, dans une rupture que rien n’annonçait ni ne préparait. Pour pénétrer les prémices et les conditions qui ont rendu la transformation possible, pour saisir les origines historiques lointaines de la révolution humboldtienne, il a fallu, à la manière de Durkheim, mener une enquête de terrain et chercher à retrouver ce qui avait constitué le moment décisif ou originel de cette histoire singulière qui, dans le monde germanique, lie université, État territorial et protestantisme : le temps de la confessionnalisation et de la territorialisation, entre le dernier tiers du xvie et la fin du xviie siècle4.

  • 5 Boris Klein, TS.

5C’est donc avec l’ambition de comprendre ce qui est peut-être une sorte de « Sonderweg », une voie particulière de l’Université allemande et protestante, en tout cas de m’interroger sur la pertinence d’un inconscient académique qui l’invoque souvent que je me suis lancé, non pas dans une histoire générale de l’Université dans le Saint Empire à l’époque moderne, ce qui aurait excédé les forces d’un chercheur isolé, mais dans l’étude d’un établissement à la fois singulier et représentatif, la petite université luthérienne de Helmstedt. L’aboutissement de ce travail fut une monographie qui, dépassant la seule description ordonnée d’une institution, tentait de montrer les liens pouvant être faits entre les savoirs transmis, les pratiques d’enseignement et les problématiques plus larges qui essaient de replacer l’université dans le contexte politique et social particulier de l’époque moderne5. Loin de vouloir restituer l’intégralité de ce long mémoire, le présent ouvrage s’est donné pour objectif d’en montrer le cœur, dans une version synthétisée et surtout réordonnée. En espérant faciliter l’accès aux résultats les plus originaux fondés sur la lecture d’archives manuscrites, l’idée est aussi de proposer une réflexion sur le poids des contenus enseignés et de leur évolution dans l’histoire plus large des transformations souvent silencieuses du monde universitaire.

6Pour rendre cet exposé compréhensible, il est cependant nécessaire d’effectuer une série de détours. D’abord, il importe de présenter l’objet historique que constitue l’université de Helmstedt et d’expliciter les raisons de son intérêt. Mais pour mieux situer exactement l’étude, une double contextualisation s’impose aussi : après avoir rappelé les origines et l’évolution de l’institution universitaire du Moyen Âge à l’époque moderne, il faut évoquer brièvement les grands axes et problèmes autour desquels la recherche s’est organisée dans ce domaine. Une fois l’enquête resituée clairement, ses choix méthodologiques et son organisation feront l’objet d’une ultime explication.

D’un objet

  • 6 Pour un résumé de l’histoire de l’université, voir Jens Bruning, « Die Reformuniversität Helmstedt (...)
  • 7 La « querelle de Hofmann » et son importance pour l’histoire de l’université sont évoquées plus lo (...)
  • 8 U. Alschner, Universitätsbesuch in Helmstedt, 1576-1810, op. cit., p. 107-111.
  • 9 Le terme d’« irénisme » renvoie ici à un courant théologique spécifique au sein du luthéranisme, d (...)
  • 10 U. Alschner, Universitätsbesuch in Helmstedt, 1576-1810, op. cit., p. 113-115 et 156-159. Sur la f (...)

7Fondée en 1576 par le luthérien Julius, duc de Brunswick-Wolfenbüttel, la petite université de Helmstedt a connu un succès foudroyant au tournant des xvie-xviie siècles6. Si elle s’est illustrée alors par des querelles internes entre tenants d’un luthéranisme orthodoxe et certains professeurs de philosophie7, elle a su s’imposer dans le paysage universitaire germanique et rayonner bien au-delà des frontières des États welfes. Perturbée par la guerre de Trente Ans, l’Academia Julia a su retrouver la voie du succès après un redémarrage difficile, marqué par deux visites officielles, suivies de deux décrets en 1637 et 16508. Devenue le bastion de l’irénisme luthérien face aux grands centres d’Iéna et de Wittenberg9, elle héberge, dans les décennies qui suivent la guerre, plusieurs figures marquantes, comme le théologien Georges Calixte ou le juriste et médecin Hermann Conring. Victime à la fin du siècle de la concurrence de Halle, fondée en 1693, puis surtout de celle de sa voisine Göttingen, l’université de Helmstedt connaît un déclin irréversible au siècle des Lumières, avant de fermer définitivement ses portes en 181010. Ainsi, sa naissance et sa période d’épanouissement couvrent exactement un moment peu exploré par la recherche et qui concentrera l’attention : le xviie siècle, surtout dans sa seconde partie, au moment où l’Empire et toutes ses institutions se relèvent progressivement du terrible conflit de la guerre de Trente Ans.

  • 11 Voir Stefan Wallentin, Fürstliche Normen und akademische « Observanzen »: Die Verfassung der Unive (...)
  • 12 S’il existe des traces de comptes rendus rédigés par les professeurs dans d’autres universités, il (...)
  • 13 Il s’agit des archives conservées à Hanovre (Niedersächsisches Hauptstaatsarchiv Hannover) dans la (...)

8Mais le choix de concentrer l’attention sur cette seule université trouve aussi une justification dans l’existence de sources originales extrêmement riches et encore peu exploitées. Située en Basse-Saxe dans l’ancien duché de Brunswick, l’université de Helmstedt a en effet laissé après sa disparition d’innombrables archives, à côté des fonds constitués par les archives d’État des anciennes principautés welfes. Comme pour la plupart des autres universités allemandes de la période moderne, il existe donc des sources de différents types, dont certaines ont retenu plus spécialement l’attention. D’abord, les archives relatives aux visites officielles et aux décrets qui ont suivi, les fonds provenant des services administratifs de l’université, ou encore les documents personnels des professeurs ont permis ponctuellement de clarifier certains points précis11. Mais surtout, la quantité sans équivalent de rapports d’activité rédigés par les professeurs, à la fin de chaque trimestre, a permis de constituer le socle de cette étude12. Utilisés ponctuellement par les chercheurs s’intéressant à une discipline ou à un personnage, ils font ici, pour la première fois, l’objet d’une présentation et d’un traitement global pour la période allant de 1652 à 1690 : c’est à cette première date, en effet, que la procédure exigeant des rapports de la part des professeurs s’est systématisée, tandis que le début des années 1690 marque un changement de génération, et surtout la fin d’une période faste pour l’institution. Dispersés dans plusieurs fonds différents à Hanovre et à Wolfenbüttel, les rapports des enseignants pour cette période ont été rassemblés et croisés systématiquement afin de reconstituer des séries chronologiques aussi complètes que possible pour chaque professeur ordinaire13. Ces informations ont ensuite été mises en rapport avec la division officielle des facultés en chaires différenciées, ce qui a rendu possible la description de ces dernières et de leur évolution sur quatre décennies, de la fin de la guerre de Trente Ans à la fondation de l’université de Halle.

  • 14 La pratique était répandue dans les universités de l’Empire. Voir les deux articles d’Ulrich Rasch (...)
  • 15 Ces catalogues imprimés sont désormais accessibles en ligne : http://uni-helmstedt.hab.de (décembr (...)

9Pour compléter ces archives nombreuses et souvent inédites, des sources imprimées ont été utilisées, et en premier lieu les catalogues imprimés et diffusés par l’université pour annoncer les cours que chaque professeur prévoyait de donner lors du prochain semestre14. Comme pour la majorité des autres universités allemandes de l’époque moderne, il existe pour Helmstedt un grand nombre de ces catalogues, dont la plupart ont été numérisés et mis en ligne récemment grâce au programme de recherche sur l’université financé par la bibliothèque de Wolfenbüttel15. Enfin, les ouvrages publiés ou utilisés par les professeurs étudiés ont également fait l’objet de consultation en fonction des nécessités ; l’ancienne bibliothèque de l’université ayant été en grande partie récupérée par la bibliothèque de Wolfenbüttel après 1810, il a en outre été possible d’enquêter sur la présence de ces ouvrages à Helmstedt à l’époque et sur leur disponibilité pour les étudiants.

Un état des lieux

10Deux obstacles se sont immédiatement dressés devant le projet d’explorer le plus concrètement possible le fonctionnement de cette institution, et surtout la manière dont s’opérait la transmission des savoirs.

11Le premier, depuis longtemps souligné par l’historiographie, tient au relatif désintérêt dont la période située entre l’effervescence des découvertes de la Renaissance et l’éclat des Lumières a longtemps pâti : portée par l’importance des enjeux militaires, diplomatiques ou encore démographiques de ce moment tragique dans l’histoire de l’Empire que constitua la guerre de Trente Ans et ses contrecoups, l’historiographie n’en a guère privilégié les aspects culturels, scientifiques ou artistiques, laissant subsister des béances considérables dans la bibliographie aujourd’hui disponible. Tout indiquait pourtant que quelque chose de décisif s’était bien joué là, dans l’histoire des universités et du savoir également, alors que prenait corps ce que l’on a justement qualifié de « cultures confessionnelles » satellisant la fracture religieuse dans une multiplicité d’espaces sociaux. L’un des objectifs que devait se donner mon enquête était donc de comprendre la place occupée par les universités et les universitaires dans ce processus de longue haleine, et de saisir en quoi ils en furent les sujets ou les objets.

12Un second obstacle à la poursuite de ce projet, plus redoutable encore, tenait à la définition même des réalités scientifiques, politiques et sociologiques sur lesquelles je souhaitais me pencher, et aux outils méthodologiques que je pouvais solliciter. Dans leur grande majorité, les études consacrées aux universités de l’époque moderne ont en effet privilégié des approches qui les éloignaient des questions que je souhaitais explorer ou du moins, ne pouvaient totalement y répondre. Pour mesurer cet écart entre les interrogations au cœur de mon enquête – la place des universités protestantes dans la naissance des cultures confessionnelles, la transformation des savoirs, de leur hiérarchie et de leurs formes de transmission à l’âge de la science classique, la constitution moderne des disciplines – et ce que la bibliographie pouvait offrir comme ressources et comme méthode, il faut rappeler de quel passé proviennent les universités germaniques à l’époque moderne, et comment les travaux d’historiens ont approché leur réalité.

L’idée d’université dans le monde germanique, des origines à l’époque moderne

  • 16 Les remarques qui suivent se fondent essentiellement sur le rappel historique effectué par Émile D (...)

13Avant de désigner des réalités différentes, le terme d’université a longtemps renvoyé à un même phénomène, profondément inscrit dans l’histoire et la culture européennes par le biais de ses racines médiévales. C’est à Paris, sans doute entre les années 1150 et 1180, que les différents maîtres enseignant dans les écoles de la ville s’unissent pour former une corporation, suivant ainsi le mouvement des autres métiers16. La première « Universitas magistrorum et scolarum » désigne un groupement professionnel dont les membres enseignent ou étudient diverses disciplines, et qui ne possède aucun bâtiment. Le terme d’université n’est donc pas à rattacher à l’idée d’établissement scolaire, encore moins à la notion d’universalité qui serait liée aux savoirs dispensés ou à un idéal originel. Association de personnes qui entendent s’unir pour se protéger, notamment contre la volonté de contrôle des pouvoirs religieux locaux, l’université primitive se cherche une tutelle, et la trouve dès le xiiie siècle dans la personne du pape. Rapidement, les grades et les permissions d’enseigner délivrés à Paris sont reconnus valables dans toute l’Europe, tandis que des écoles universelles désignées souvent par le terme de « studium generale » sont fondées sur le modèle de celle de Paris, parfois en ne délivrant un enseignement que dans une seule discipline, comme la médecine à Montpellier. Un autre modèle, non pas concurrent mais différent de celui de Paris, se développe même en Italie du nord : à Bologne en effet, les enseignants ne professent que le droit, et leurs étudiants, souvent des ecclésiastiques d’un certain âge pourvus de bénéfices, constituent une corporation distincte de celle des maîtres qui finit par dominer cette dernière – après l’université des maîtres, c’est l’université des étudiants qui prend forme, soulignant encore plus la nature purement associative et juridique de la notion originelle d’université.

  • 17 Stephen d’Irsay, Histoire des universités françaises et étrangères des origines à nos jours, Paris (...)
  • 18 Ibid., p. 197-198.

14Dès ces premières décennies, puis tout au long des xiiie et xive siècles, les puissants s’intéressent à l’existence de ces corporations enseignantes, comprenant l’intérêt de posséder sur leur sol des lieux de formation supérieure. La tutelle de la papauté et l’indépendance juridique des universités ne sont pourtant déjà plus négociables : un souverain désirant héberger une telle institution doit obtenir des privilèges du Saint-Siège, qui ne les accorde qu’après avoir obtenu les garanties que la future université disposera de sources de revenus suffisantes, et que des statuts assureront son existence juridique particulière17. Ces privilèges, que la langue ancienne nomme aussi des « libertés », expliquent l’emploi récurrent de la notion de « libertés académiques » dans les textes : les universités médiévales et modernes sont libres en effet, non pas au sens où elles sont le lieu d’exercice d’une capacité de réfléchir et d’agir sans frein, mais en tant qu’elles constituent sur le plan juridique des corporations dont les membres relèvent tous d’une juridiction spéciale, faisant figure d’« État dans l’État18 ». Notons toutefois un point intéressant : au nom toujours du fait que l’enseignement constitue la chose commune à toute la chrétienté, son autre chef, l’empereur, revendique également le pouvoir d’instituer un studium generale – à côté des bulles papales, quelques brefs impériaux donnent ainsi naissance à des universités.

  • 19 Pour tout ce qui concerne le développement des universités dans les territoires germaniques, voir (...)
  • 20 Chiffres donnés par S. d’Irsay, Histoire des universités..., op. cit., p. 219.
  • 21 W.E.J. Weber, Geschichte der europäischen Universität, op. cit., p. 85-86 ; Jacques Verger, « Grun (...)

15Première entre toutes, l’université de Paris n’a pas tardé à servir de matrice à d’autres institutions ailleurs en Europe. Dès 1386, le comte palatin Ruprecht, aidé d’un professeur venu de la capitale française, établit à Heidelberg la première université sur le sol allemand19. Sans surprise, la nouvelle fondation est placée sous la tutelle du diocèse, mais reçoit des privilèges du souverain pontife. La constitution qui règle son fonctionnement est rédigée suivant le modèle parisien. Cette première initiative, qui vise d’abord à éviter la nécessité d’un long voyage en France aux étudiants allemands, exprime déjà ce que sont les studia generalia fondés dans l’Empire : des universités dirigées par les enseignants, représentés par un recteur, mais qui naissent par la volonté d’un prince ou d’un pouvoir municipal fort, et non d’un mouvement spontané des maîtres. Très vite après le geste de Ruprecht, d’autres fondations suivent : en 1388, la riche bourgeoisie marchande de Cologne obtient la permission du pape de fonder son université, qu’elle confie aux dominicains. Après Erfurt (1389), Leipzig voit le jour en 1409, puis Rostock (1419), Greifswald (1456), Ingolstadt (1472), Tübingen et Mayence (1477), Wittenberg (1502) et Francfort-sur-l’Oder (1506), pour ne citer que les principales universités. À l’aube du xvie siècle, les foyers de vie universitaire déploient déjà un dense réseau sur l’étendue de l’espace germanique. Certes, l’importance de ces institutions reste modeste : à la fin du xve siècle, Paris et Bologne regroupent peut-être chacune 6 000 étudiants et Oxford 3 000, alors qu’en tête des universités allemandes, Leipzig n’atteint que péniblement le nombre de 2 00020. En revanche, le nombre des fondations, reflet direct de l’éclatement politique de l’espace germanique, est particulièrement élevé, de même que leur proximité les unes par rapport aux autres. Dans ce contexte, les universités allemandes commencent dès le xve siècle à limiter le nombre des places de professeurs, afin de garantir des revenus suffisants à chacun21. Bien plus tôt qu’ailleurs en Europe, les professeurs ordinaires, c’est-à-dire les titulaires d’une chaire, s’élèvent au-dessus des autres enseignants et s’approprient la gestion de l’institution – à l’université des maîtres, dirigée par l’ensemble des enseignants sur le modèle parisien, succède progressivement l’université des ordinaires.

  • 22 Paul F. Grendler, « The Universities of the Renaissance and the Reformation », Renaissance Quarter (...)
  • 23 W.E.J. Weber, Geschichte der europäischen Universität, op. cit., p. 29 et suiv.
  • 24 Friedrich Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts auf den deutschen Schulen und Universitäte (...)

16Du modèle parisien et des traditions médiévales, les nombreuses institutions installées sur le sol allemand ont également repris le détail de l’organisation et les méthodes d’enseignement. Le recteur, désigné par les enseignants et choisi parmi eux, dirige et représente l’institution pendant un laps de temps déterminé. En dessous, les doyens dirigent chacun une des quatre facultés, subdivisions essentielles attachées à des domaines d’études : dernière dans l’ordre de préséance, la faculté des arts ou de philosophie prépare les étudiants à la poursuite de leur formation dans l’une des trois autres facultés, à savoir la médecine, le droit ou la théologie, cette dernière possédant un prestige supérieur aux autres facultés, et un droit de regard et de contrôle sur leurs activités22. Les professeurs ordinaires, souvent distingués selon leur ancienneté au sein de l’institution plus que par leur âge, délivrent quatre heures de cours hebdomadaires les jours dits « ordinaires » – lundi, mardi, jeudi, vendredi. Leurs « lectiones publicae » demeurent généralement des lectures au sens propre du terme, des ouvrages clefs étant lus et commentés méthodiquement23. La maîtrise de l’art d’argumenter et de réfuter est considérée dans cet univers comme la fin ultime de l’enseignement, en même temps que son moyen de contrôle. En d’autres termes, l’exercice de la dispute joue un rôle prépondérant, autant dans l’apprentissage quotidien que dans l’obtention des grades : la défense d’une thèse contre un adversaire, par le biais de la constitution de chaînes d’arguments, doit prouver la capacité à bien raisonner et à bien s’exprimer. L’enseignement, quelles que soient les disciplines, suit ainsi un schéma simple, que l’on peut résumer en trois mots : praeceptum, exemplum, imitatio. Le professeur expose d’abord des préceptes tirés d’un ouvrage, puis les éclaire à l’aide de la lecture commentée d’un auteur de référence ; à l’étudiant enfin de montrer sa capacité à imiter, soit les discours anciens eux-mêmes, soit l’enchaînement pratiqué par le professeur24. Bien entendu, cette forme de pédagogie s’adapte parfaitement à la pluridisciplinarité exigée des professeurs et des élèves.

17Fondées autour des enseignants et non des savoirs, les universités ont en effet un fonctionnement qui exclut toute idée de spécialisation. Pour les professeurs, l’enjeu est de gagner en pouvoir et en revenus en changeant de faculté, une chaire ordinaire de théologie constituant la fin rêvée de toute carrière bien menée. En chemin, il n’est d’ailleurs pas interdit d’être simultanément, si l’occasion se présente, professeur de rhétorique et de médecine, ou bien encore d’étudier la théologie tout en étant déjà enseignant au sein de la faculté des arts. Dès lors, la spécialisation apparaît dans un tel système comme une incongruité, presque comme un renoncement aux « règles du jeu » académiques.

  • 25 Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, 2. Von der Reformation zur Französische (...)

18Longtemps et aux yeux des contemporains de l’époque moderne, l’organisation autour de la division en quatre facultés a figuré parmi les éléments de définition d’une université25. Ces valeurs et cette structure reflètent bien d’ailleurs la nature de ce type d’institution et les attentes qui les entourent. En somme, la mission des universités est de transmettre aussi fidèlement que possible des savoirs anciens ; l’invention, l’innovation ne sont pas des buts, mais bien plutôt des travers à éviter. Et pour s’en préserver, les formes mêmes de la transmission conservent une structure simple et généralisée. Quant à ceux qui sont chargés de cette transmission, leur carrière, loin de tout souci de spécialisation et d’aventure intellectuelle, s’organise à la manière de celle des chanoines.

  • 26 Pour une vue globale sur l’influence de l’humanisme sur les universités européennes en général, vo (...)
  • 27 H. Boockmann, Wissen und Widerstand..., op. cit., p. 141-142 ; Joseph S. Freedman, « Philosophy in (...)
  • 28 Voir Heinz Scheible, Melanchthon, eine Biographie, Munich, Beck, 1997, p. 13-32. Tenu le 29 août 1 (...)

19Si ce modèle subsiste et conserve la plupart de ses traits constitutifs, le début de l’époque moderne constitue pourtant un tournant : à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, le paysage universitaire germanique est bouleversé et subit le choc de puissantes forces, qui agissent profondément sur les conditions de possibilité de l’enseignement, mais aussi du fonctionnement des universités. En premier lieu bien sûr, il y a l’humanisme, ce courant de pensée dont l’influence touche les établissements universitaires26. L’antique division entre trivium et quadrivium qui structure l’enseignement au sein des facultés des arts est remise en cause : certaines disciplines comme la musique disparaissent, tandis que d’autres apparaissent, comme l’hébreu ou l’histoire27. Volonté de retour à une langue latine épurée, rejet de la glose scolastique et de l’exercice de la dispute, les grandes idées humanistes éprouvent les esprits de ceux qui enseignent et étudient, poussent à l’évolution. Certains savants et professeurs incarnent résolument ce nouvel esprit : Reuchlin bien sûr, ou encore le vieux théologien Pallas Spangel à Heidelberg plaident pour une pédagogie nouvelle et plus douce, fondée sur les langues anciennes. Longtemps hébergé chez ces deux hommes, le jeune Schwarzerdt suit avidement leur enseignement et décide de traduire son nom : devenu Melanchthon (« terre noire »), sa réputation d’helléniste lui vaut d’être appelé en 1518 à Wittenberg, où il séduit immédiatement ses nouveaux collègues avec son discours inaugural attaquant la scolastique – au passage, des formules fortes semblent, déjà, tracer les contours d’un programme : réhabiliter le grec et les mathématiques pour sauver la théologie, mettre en avant l’histoire, ne pas imposer un auteur au-dessus des autres, mais extraire et exposer le meilleur contenu chez chacun des Anciens28.

  • 29 Le terme de « Réforme » désigne ici l’idéal, l’ensemble des aspirations profondes, formulées au co (...)
  • 30 Arno Seifert, « Das höhere Schulwesen, Universitäten und Gymnasien », dans Notker Hammerstein (dir (...)

20Mais ce changement n’est qu’à peine entamé lorsqu’une seconde secousse, bien plus violente, sort du ventre même du monde universitaire et le déstabilise : la Réforme, et en premier lieu la réformation portée à partir de 1517 par le professeur Luther et ses collègues de Wittenberg, remettent en cause les règles et l’équilibre en vigueur depuis le xiiie siècle29. Les contenus enseignés, d’abord bien sûr en théologie, sont révisés là où les idées nouvelles s’imposent. Mais surtout, le lien direct et profond avec la papauté est rompu, la tunique sans couture du monde universitaire européen est déchirée, l’empereur devenant désormais pour les réformés l’unique source de légitimation possible des établissements supérieurs, tandis que l’espace géographique des enseignants et étudiants se restreint à celui de leur confession30. Confessionnalisation, mais aussi territorialisation : à l’image des nouvelles Églises, les universités dans le monde protestant s’identifient et se lient désormais au destin d’un prince et d’un État. En toute logique, le paysage universitaire germanique se recompose et se rééquilibre en même temps qu’il se divise. À côté des universités qui se réforment comme Wittenberg, Leipzig ou Francfort-sur-l’Oder, d’autres sont fondées par des princes luthériens : Marbourg dès 1527, suivie par Iéna (1557) et Helmstedt (1576) – liste à laquelle il est possible d’ajouter Königsberg, fondée en 1544 mais ne disposant pas officiellement de privilèges impériaux du fait de sa situation en dehors de l’Empire.

  • 31 Hermann Hofmeister, « Die Gründung der Universität Helmstedt », dans Zeitschrift des Historischen (...)
  • 32 Peter Baumgart & Ernst Pitz (éd.), Die Statuten der Universität Helmstedt, Göttingen, Vandenhoeck (...)
  • 33 Sur ces festivités, voir Richard Kirwan, Empowerment and Representation at the University in Early (...)

21Propulsés sur le devant de la scène, les princes qui ont choisi le camp réformé se retrouvent face à une nouvelle responsabilité : celle de financer et de mener une politique éducative, ce qui implique de faire vivre et de contrôler les institutions universitaires, habituées jusque-là à s’insérer dans un vaste espace et à dépendre d’une tutelle romaine lointaine et peu contraignante. La fondation de l’université de Helmstedt illustre ce changement d’échelle, en même temps que de contexte et de fonctionnement institutionnel31. Décidé à faire basculer sa principauté dans le luthéranisme, le duc Julius de Brunswick-Wolfenbüttel considère, au début des années 1570, qu’il lui faut absolument posséder sur ses terres une institution capable de former les cadres qui lui manquent. Ayant obtenu les privilèges impériaux indispensables, il veille au contenu des statuts, rédigés à la hâte par quelques experts afin de régler tous les détails de l’organisation et du fonctionnement concret de l’institution32. Si ces 530 articles en latin s’inscrivent largement dans la ligne du fonctionnement des autres universités protestantes, elles-mêmes héritières des institutions médiévales, ils contiennent néanmoins une innovation de taille : dans le même esprit qui fait du souverain le chef de l’Église territoriale, le prince héritier du duché se voit confier la double charge de recteur et de chancelier. En d’autres termes, la famille régnante confisque tous les leviers commandant le fonctionnement de l’université, la gestion des affaires courantes étant simplement confiée au vice-recteur, un professeur désigné pour six mois par ses collègues. Nommée d’après son fondateur, l’Academia Julia est inaugurée le 15 octobre 1576, jour anniversaire du prince héritier et premier recteur33.

  • 34 Dans le cas de Helmstedt, c’est là, bien sûr, l’origine des archives évoquées plus haut. Pour plus (...)
  • 35 Voir les réflexions des historiens allemands sur la notion de « Familienuniversität » ou « univers (...)
  • 36 Ces aspects font l’objet de développements dans TS, p. 547-641. Voir aussi Boris Klein, « Leçons p (...)

22Pour les professeurs ordinaires, privés désormais de tout réel pouvoir de décision au sein d’une institution nouvelle comme l’université de Helmstedt, l’évolution est inéluctable : de membres d’une corporation fière de son autonomie, ils sont appelés à se muer en serviteurs de l’État, soumis à ses missions et à son contrôle étroit. Au fil des ans d’ailleurs, les visites de contrôle ne suffisent plus à l’administration ducale, qui cherche à serrer la bride de ses fonctionnaires, et finit par les soumettre à l’obligation individuelle de rendre compte par écrit des activités pour lesquelles ils sont payés34. Mais plus généralement au sein du nouveau monde universitaire luthérien, ces mêmes enseignants sont soumis à une autre évolution, de nature sociologique. Comme les clercs, ils adoptent le mariage et deviennent pères de famille : à l’échelle des modestes cités qui hébergent les universités, un groupe émerge, formé des familles d’universitaires liées par une solide endogamie – pour ne pas dire la famille universitaire, qui étend son emprise sur l’institution et développe un modèle cohérent de reproduction et d’appropriation des charges35. Accessoirement, ce mouvement porte aussi avec lui la possibilité d’une nouvelle économie : chefs de famille, les professeurs possèdent souvent de vastes demeures, où peuvent être hébergés des étudiants et où sont dispensés des cours privés36.

23Au cœur de ces bouleversements amenés par la Réforme, le rôle d’un homme fut décisif : pour une large part, l’œuvre de réconciliation, d’adaptation du luthéranisme au modèle institutionnel et pédagogique des universités fut en effet portée par Melanchthon. Sans sacrifier à la mythologie des grands hommes, il faut insister sur l’impact qu’eurent les actions et les textes de celui qui fut surnommé « le précepteur de l’Allemagne » pour forger un nouvel idéal, construire un modèle pédagogique, que ses propres disciples se chargèrent ensuite de répandre au sein des nombreuses institutions qu’ils fondèrent ou dominèrent. Avant même que la guerre de Trente Ans n’étende ses ravages et ne fige les frontières confessionnelles, le monde luthérien à peine né a donc déjà imposé de nouvelles conditions, forgé un nouveau contexte à l’intérieur duquel les universités sont contraintes de s’adapter. Bien avant de donner naissance aux établissements comme Halle (1693) et Göttingen (1737), fers de lance d’une rénovation profonde au siècle des Lumières et pionniers des réformes du siècle suivant, le monde protestant germanique a transformé, réinventé en partie, l’institution pluriséculaire des universités, instaurant une première rupture majeure au cours des années 1520-1680.

Tendances historiographiques

  • 37 Voir les remarques à ce sujet de R. Kirwan, Empowerment and Representation..., op. cit., dont l’ét (...)
  • 38 Roger Chartier & Jacques Revel, « Université et société dans l’Europe moderne : position des probl (...)
  • 39 Voir la mise au point effectuée dans Boris Klein, TS, « Introduction », p. 31-35, reprise en parti (...)
  • 40 Voir notamment l’ouvrage de Georg Kaufmann, Die Geschichte der deutschen Universitäten, 2 vol., St (...)
  • 41 F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit. Une même démarche caractérise l’ouvr (...)
  • 42 Pour s’en tenir au seul cas de l’université de Helmstedt, citons les travaux déjà anciens de Franz (...)

24Institutions profondément et anciennement enracinées dans le sol européen, les universités ont fait depuis longtemps l’objet de recherches historiques. Mieux encore : en tant que gardiennes et médiatrices des savoirs, elles se sont préoccupées elles-mêmes, presque dès leur origine, d’établir et de diffuser leur propre histoire37. Sans remonter à ces débuts lointains, l’historiographie des universités repose en Europe sur une tradition ancienne38. En Allemagne plus particulièrement, il faut noter toutefois la plus grande place et l’intérêt plus précoce qu’en France pour l’histoire des universités en général39. Sans doute fiers et fascinés par le succès de leur propre modèle au xixe siècle, les historiens allemands ont très tôt tenté de dresser de vastes synthèses, en insistant sur la dimension institutionnelle et le dépérissement caractéristique de l’ère moderne, comme pour mieux souligner le caractère brillant et novateur du modèle humboldtien40. Ce qui tranche néanmoins, dès le xixe siècle, dans l’approche des historiens allemands par rapport aux travaux de leurs collègues européens, c’est la plus forte attention accordée aux pratiques d’enseignement. La somme impressionnante publiée par Friedrich Paulsen, quoique datant de 1919, demeure ainsi, aujourd’hui encore, un ouvrage de référence qui non seulement retrace l’histoire générale des établissements d’enseignement et bien sûr des universités, mais qui de surcroît, s’attache à montrer les évolutions dans les contenus et les pratiques pédagogiques41. Autre spécificité allemande contemporaine de ces travaux : en marge des grandes synthèses embrassant l’ensemble des territoires de l’aire germanique et plusieurs siècles de chronologie, la plupart des universités ont veillé à produire des études sur leur propre histoire, soutenues par une tradition aussi ancienne que les établissements eux-mêmes et par les multiples cérémonies officielles et autres jubilés. Historiens locaux et archivistes ont ainsi fait paraître de très nombreux ouvrages sur les institutions dont ils étaient les produits et les compatriotes42. Il n’en reste pas moins que, peut-être moins sensible au poids du Moyen Âge et plus attentive à la pédagogie, l’historiographie allemande est demeurée, quelle que soit l’échelle qu’elle adoptait, largement tributaire d’une approche institutionnelle, jusqu’à ce que de nouvelles pistes soient défrichées dans les années 1970.

  • 43 Peter Baumgart, « Universitätsautonomie und Landesherrliche Gewalt im späten 16. Jahrhundert », Ze (...)
  • 44 Voir les deux grands ouvrages qui s’inscrivent dans ce renouvellement : Crista Berg (dir.), Handbu (...)

25Deux historiens, Peter Baumgart et Notker Hammerstein, incarnent, parmi d’autres, le tournant pris par l’étude des universités et de l’enseignement dans ces années en Allemagne43. En interrogeant les liens entre les institutions universitaires et les États modernes en construction, ainsi que la façon dont les premières avaient été marquées par l’humanisme ou les Lumières, ces auteurs ont jeté les bases d’une histoire plus thématique et comparative. Surtout, ils ont redonné une place aux universités de l’ère moderne dans l’histoire plus vaste allant des origines à l’époque contemporaine, soulignant notamment l’importance des xvie et xviiie siècles. La dynamique impulsée par ce genre d’études et l’intérêt renouvelé pour l’histoire des universités et de la transmission des savoirs s’expriment ainsi à travers les grands ouvrages publiés au cours des années 1990, qui dressent le bilan de plus de deux décennies d’intenses recherches : citons notamment les six volumes du Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte pour l’Allemagne, et surtout la synthèse à l’échelle européenne dirigée par Walter Rüegg44.

  • 45 R. Stichweh, Der frühmoderne Staat..., op. cit.
  • 46 Marian Füssel : Gelehrtenkultur als symbolische Praxis: Rang, Ritual und Konflikt an der Universit (...)
  • 47 William Clark, Academic Charisma and the Origins of the Research University, Chicago, The Universi (...)

26Au cours des dernières années, l’élan donné par ces études ne s’est pas essoufflé. Si l’on considère les recherches menées sur l’espace germanique à l’époque moderne, trois chercheurs, entre autres, ont repris les questionnements posés dans les dernières décennies et ouvert simultanément de nouvelles voies. D’abord, les travaux de Rudolf Stichweh ont prolongé les réflexions sur les relations entre État moderne et universités, en insistant sur le poids des groupes sociaux concernés45. Plus récemment, les travaux de Marian Füssel ont fondé un nouveau type d’approche : considérant les cérémonies et les rituels au sein des universités à l’époque moderne, l’auteur a pu montrer comment les conflits symboliques soulignaient les hiérarchies et oppositions au sein de la corporation universitaire, ainsi que la façon dont cette dernière envisageait ses rapports et sa position vis-à-vis des détenteurs du pouvoir politique46. Enfin et surtout, les travaux de William Clark ont apporté une contribution extrêmement originale : s’appuyant sur l’analyse faite par Max Weber des sources de l’autorité, l’auteur interroge la façon dont l’autorité des professeurs a évolué dans sa définition au cours de l’époque moderne, et comment le modèle de l’université fondée sur la recherche a émergé en Allemagne au xixe siècle47. Étudiant les pratiques académiques grâce à des sources variées, William Clark montre notamment combien les universités allemandes, à la fin de l’époque moderne, étaient marquées par le poids de la concurrence et par l’étroite surveillance des bureaucraties étatiques. L’intérêt plus précis de ses recherches est de lier l’étude du contexte politique, le jeu des différents groupes sociaux et les manières concrètes d’organiser les enseignements et les examens.

  • 48 Jean-Luc Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire en Allemagne au sortir de la guerre de Tr (...)
  • 49 J. Bruning & U. Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen..., op. cit. Notons qu’un vaste programme de (...)

27Enfin, si l’on s’en tient à la seule université de Helmstedt, il faut souligner qu’elle a fait l’objet en français de quelques développements dans un travail universitaire ancien qui s’est penché sur le parcours d’un professeur au xviie siècle48. De manière bien plus intéressante, un ouvrage collectif récent, au sein duquel tous les principaux spécialistes actuels ont appliqué à son cas les problématiques actuelles, a relancé l’intérêt pour cette institution défunte – mais sans s’inscrire précisément dans nos pistes de réflexion49.

  • 50 À titre d’exemple, mentionnons les travaux autour de Helmstedt de Michaela Triebs, Die medizinisch (...)
  • 51 Anthony Grafton, What was History? The Art of History in Early Modern Europe, Princeton, Princeton (...)
  • 52 Notons que l’ouvrage de J. Bruning, Innovation..., op. cit., postérieur à notre étude, a tenté de (...)

28Ce résumé succinct permet de souligner les lacunes, du moins les zones encore peu explorées de l’historiographie portant sur les universités et la transmission des savoirs. Ainsi, les auteurs intéressés par l’histoire des dispositifs d’enseignement et par la pédagogie se sont penchés avant tout sur le fonctionnement de quelques exercices ou examens fortement ancrés dans les pratiques : les ouvrages imprimés reproduisant des disputes tenues par les étudiants en vue d’obtenir un important diplôme ont fait l’objet de quelques recherches, centrées sur la fréquence de ces exercices et la nature des sujets soulevés50. En revanche, l’histoire des contenus enseignés n’a été que peu traitée par les historiens, en dehors de ce qui concerne leur propre discipline. La façon de concevoir l’histoire, ou bien la façon dont l’histoire a pu servir de méthode de classement et de présentation des savoirs a effectivement fait l’objet d’analyses précises, comme celles d’Anthony Grafton ou de Paul Nelles51. Pour le reste, les historiens s’en remettent bien souvent aux travaux de recherches des spécialistes des disciplines concernées, la théologie, le droit ou la médecine, qui sont prises en charge ponctuellement à partir des productions des universitaires de l’époque52. Aussi érudites et sérieuses qu’elles soient, ces études ne dressent pourtant jamais un tableau complet des enseignements dans une ou plusieurs universités, et les segments qu’elles tracent ne recoupent que très mal les grandes lignes esquissées par les historiens et sociologues.

29Il faut l’admettre, la difficulté est de taille lorsqu’il s’agit d’observer en détail l’évolution des contenus enseignés dans toutes les disciplines représentées à l’époque moderne au sein des universités : au-delà des connaissances de base nécessaires, l’objet se dérobe bien souvent et ne se plie guère à l’application de nos catégories. Car le véritable problème est bien entendu celui du sens et des limites que nous donnons aujourd’hui aux disciplines telles que nous les pratiquons, et telles qu’elles sont consacrées par l’organisation des établissements scolaires et universitaires. La projection de catégories contemporaines sur un monde structuré sur des bases totalement différentes est par essence une option vouée à l’échec. En revanche, une analyse systématique et détaillée de l’ensemble des contenus enseignés concrètement, et non pas seulement des productions imprimées du monde universitaire moderne, peut être faite, de même que le lien entre ces contenus, les pratiques d’enseignement et les problématiques contemporaines qui essaient de replacer l’université dans le contexte politique et social particulier de l’époque moderne.

Écrire une histoire sociale de la transmission des savoirs

De l’enquête à la mise en récit

30Pour empirique qu’elle soit, l’enquête historique s’inscrit dans un dispositif appuyé sur des choix méthodologiques précis. Au lieu des disciplines telles que nous les entendons ou telles qu’elles pouvaient être évoquées par les contemporains, ce sont les chaires ordinaires de chaque faculté qui servent de cadres à la description : à travers leur histoire et celle de leurs titulaires, il s’agit de saisir les changements qui ont pu toucher les contenus transmis, les méthodes et la place de chaque enseignement dans la hiérarchie d’ensemble. Cette approche suppose en permanence un jeu de confrontations à plusieurs échelles : décrites individuellement dans leur fonctionnement et leur évolution, les chaires sont simultanément mises en regard les unes des autres à l’intérieur du cadre plus vaste et défini de leur faculté, puis enfin à l’intérieur du cadre formé par l’ensemble des chaires de l’université.

31À son premier niveau, celui des chaires, l’enquête se doit nécessairement d’être systématique, ce qui impose la répétition d’une structure narrative construite en croisant plusieurs fils : trois lignes mélodiques, et au moins autant de formes de silence doivent s’harmoniser au sein de chaque récit, de chaque mise au point sur une chaire.

32D’abord, il faut entendre la voix des rédacteurs des statuts de l’université de Helmstedt à la fin du xvie siècle, se pencher sur les contours qu’ils ont donnés aux différentes chaires : à chacune en effet correspondait une mission, des contenus, en même temps qu’une position au sein d’une hiérarchie. Conscients de la gravité de leur sujet et des tours que jouent le temps et les générations successives, ces rédacteurs ont aussi voulu pénétrer leurs injonctions d’un esprit particulier pour les rendre plus pérennes, et il faut donc aussi sonder l’implicite ou l’évidence non dite derrière la lettre du texte.

33À ces exigences et à ces normes répondent les actes, presque un siècle plus tard, des enseignants chargés de les mettre en œuvre, après qu’une guerre et de profonds changements, notamment dans les sciences, ont passé. L’objectif est de s’approcher suffisamment de ce que ces hommes ont été, d’explorer leurs origines, leurs liens familiaux, leurs goûts, leurs attentes. En clair, il faut se pencher sur leurs biographies, délimiter le groupe social qu’ils forment ou dont ils se distinguent, pour saisir les ambitions et les stratégies qu’ils développent, et voir ainsi ce dont il faut être pourvu pour s’approprier tel domaine du savoir, et comment cette appropriation pèse sur ce dernier. Là encore, les sources ne permettent pas toujours de sonder jusqu’au cœur la psychologie et les motivations profondes des individus, mais il peut être suffisant de parvenir au dessin d’un profil – ou de s’en remettre à des hypothèses.

34Enfin, pour décrire précisément la pratique de ces hommes dans la seconde partie du xviie siècle, il y a, on l’a dit, les notices qu’ils rédigeaient avant chaque semestre dans les catalogues imprimés chargés d’annoncer et de diffuser, dans un ordre et un latin parfait, ce qui allait être accompli en cours. Supports publicitaires, catalogues de velléités, ces livrets sont bien sûr à traiter avec précaution, même s’ils peuvent parfois s’avérer assez riches en informations sur les ouvrages utilisés, ou encore sur la position relative des hommes et des savoirs au sein de l’institution. Mais pour trouver un appui plus solide, mieux vaut chercher les reflets de ces annonces dans les rapports trimestriels rétrospectifs rédigés par chaque professeur. On objectera que ces derniers rendaient bien compte de ce qu’ils voulaient et que l’intrusion permanente d’une bureaucratie tatillonne jusqu’au cœur de leur métier devait assez leur peser pour nourrir une mauvaise volonté, si ce n’est même une volonté de dissimulation ou de falsification. Certes, et on ajoutera même que, chez d’autres, l’occasion d’un tel contact direct avec l’administration princière n’a pas manqué de susciter des entreprises de séduction ou d’autopromotion. Mais au-delà des rapports complexes et multiples des individus à la procédure, au-delà même des silences souvent riches de sens, ces incroyables archives conservent toujours le moyen d’exprimer une signification, de fournir le moyen de saisir sur le vif une évolution apparemment bénigne. Plus prosaïquement surtout, elles permettent d’introduire le temps dans l’appréhension des pratiques d’enseignement : donnée précieuse lorsqu’il s’agit de la durée passée à expliquer une notion ou à commenter un paragraphe, l’usage du temps se révèle aussi à travers la répétition, ou les tentatives conservatrices d’abolition de son passage.

Articuler érudition et histoire sociale

35Les articles d’une constitution qui se veut éternelle, les vies qui veulent s’épanouir en carrière réussie, les annonces et rapports qui taisent, survalorisent ou parfois concèdent sans s’en apercevoir, voilà ce qui est entrechoqué, comparé, croisé, pour produire des récits capables ensuite de se faire écho les uns aux autres. Car la reconstitution ordonnée aboutissant à une description érudite n’est pas la fin ultime de l’enquête : le traitement intégral des cours et des carrières sur presque un demi-siècle n’est que la condition pour faire apparaître les jeux et les forces qui informent la matière des chaires, décidant, à l’intérieur de celles-ci, des contours changeants des frontières disciplinaires. Pour saisir ces vecteurs, il fallait donc articuler l’entreprise de reconstitution à un questionnement inspiré de la sociologie, et s’inscrire dans une histoire sociale des savoirs et de leur transmission.

  • 53 Voir notamment Martin Mulsow & Marcello Stamm (dir.), Konstellationsforschung, Francfort, Suhrkamp (...)
  • 54 M. Mulsow, « Qu’est-ce qu’une constellation philosophique ?... », art. cité, p. 82-88.

36Ici, il faut rappeler que les recherches françaises et allemandes se sont montrées particulièrement fécondes au cours des dernières décennies en inventions et réflexions théoriques sur les moyens de caractériser les jeux d’acteurs et les systèmes sociaux au cœur des évolutions scientifiques ou philosophiques. L’histoire des idées comme celle des institutions savantes peuvent s’appuyer sur des schèmes et outils conceptuels capables de dégager de nouvelles lectures, et des discussions fécondes ont lieu en Allemagne autour de chercheurs comme Martin Mulsow ou Marian Füssel53. Deux sources, qui ont influencé la présente étude sans pour autant commander sa mise en œuvre, méritent d’être mentionnées. D’abord, il faut évoquer les recherches et réflexions autour de la notion de « constellation », particulièrement dynamiques en Allemagne dans le domaine de l’histoire des idées. Certains aspects du présent travail feront peut-être songer à des éléments constitutifs des études de constellation54 : la proposition consistant à délimiter des ensembles denses de personnes, mais aussi de théories, en s’appuyant sur des sources variées ; le parti pris de replacer les renouvellements intellectuels au sein de champs de forces complexes ; le souci, enfin, de tenir compte des interactions entre les différents horizons des acteurs, tout en restant sensible à la notion de possibilité. Pour autant, l’enquête n’entre pas dans le programme défini par ces études, et l’enjeu n’est pas même d’en démontrer la validité dans le cas considéré. D’ailleurs, les professeurs qui focalisent l’attention constituent d’abord un ensemble de collègues soumis à une même procédure à l’intérieur d’une institution – il s’en faut de beaucoup qu’ils forment un groupe cohérent ou interagissent tous ensemble. Mais surtout, il n’est pas question de chercher à comprendre ici l’émergence d’un courant de pensée ou d’une théorie pédagogique – et l’enquête ne se donne pas les moyens, d’ailleurs problématiques, de maîtriser les multiples sources nécessaires pour cerner toutes les formes d’interactions entre les acteurs. À titre d’exemple, les étudiants ne sont évoqués que très ponctuellement, les archives ne permettant pas de connaître suffisamment la manière dont ils agissaient et réagissaient en cours ; quant à l’oralité, elle n’est analysée que dans la mesure où elle est constitutive des pratiques reconstituées, là encore faute d’appuis assez fermes.

  • 55 Notons au passage que Marian Füssel a confronté de façon stimulante les principes des études de co (...)
  • 56 De nombreux articles de Marian Füssel apportent des éléments importants à la réflexion sur l’usage (...)

37À dire vrai, ce sont d’autres travaux, plus anciens et mieux connus en France, ceux de Pierre Bourdieu, qui ont joué un rôle plus important55. La décision d’approcher l’histoire des facultés par celle des chaires relève en grande partie de cette inspiration : l’idée de reconstituer les tentatives d’appropriation et de patrimonialisation de ces chaires, par des hommes dotés de différentes formes de capital, sous-tend en partie l’approche – du moins celle-ci émane-t-elle du désir de mettre à l’épreuve le fonctionnement d’une telle lecture, et de tester son efficacité à justifier l’évolution de l’organisation des savoirs et des contenus afférents aux disciplines. Pour autant, le vocabulaire spécifique au sociologue n’est pas employé, les descriptions ne s’articulant jamais explicitement autour des notions de champ, d’habitus ou de capital, culturel et symbolique. Il y a à l’origine de ce choix moins une pudeur ou une hésitation qu’un constat : la possibilité de transférer le système d’appréhension du monde social propre à Pierre Bourdieu vers l’époque moderne fait encore l’objet de débats dans le monde des historiens56, tandis que les termes qu’il a forgés sont trop souvent l’objet d’usages isolés, abusifs et appauvrissants. Bien qu’attaché à la vision anthropologique de Pierre Bourdieu et convaincu par sa démarche et ses nombreuses analogies, j’ai préféré cependant ne pas marquer d’emblée cette étude du sceau de son approche, au risque de souligner ses limites lorsque l’enquête dépend de pareilles sources – et de compliquer l’exposé d’un débat sous-jacent. La dette pourtant est évidente et la réflexion, je l’espère, relancée sur la traduction possible de cette étude en un langage plus conceptualisé.

  • 57 Pierre Bourdieu, « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire en Allemagne et en France », (...)

38Ainsi, on ne s’étonnera pas des proximités avec ces modèles théoriques que la présente étude, insistons là-dessus, ne s’est cependant jamais donné comme projet d’illustrer. Profondément empirique, jusqu’à son utilisation mesurée des concepts, l’approche est aussi essentiellement expérimentale. Ces présupposés sont peu nombreux et assumés. D’abord, il y a l’idée que les notions d’influence ou de liberté totale d’un acteur rationnel sont dépassées, que le biographisme ne peut servir d’attache. À l’inverse, il y a la ferme conviction que l’attention doit se concentrer sur les formes de rupture les moins facilement visibles, sur les aléas et les rouages anodins, sur les glissements lents davantage que sur d’hypothétiques jaillissements produits d’une rationalité qui serait consciente de ses effets et que l’on peut, pour reprendre les termes de Pierre Bourdieu, « rendre raison des actions et des œuvres les plus extraordinaires sans les réduire à la causalité obscure des structures et sans pour autant sacrifier à la mythologie du “grand homme”, cet “asile de l’ignorance”, comme aurait dit encore Spinoza57 ». Des va-et-vient permanents et méticuleux entre les récits et entre les échelles, mais aussi entre la matière reconstituée et les questionnaires sociologiques fournissent en définitive le rythme et l’énergie de la construction.

39Bien entendu, il a fallu imposer un ordre à la présentation des résultats de cette enquête : par souci de simplicité, la succession des quatre chapitres épouse les préséances en vigueur à l’époque, ce qui aboutit à examiner la faculté de théologie, puis celle de droit, celle de médecine et enfin celle de philosophie. À l’intérieur de chaque chapitre cependant, l’ordre des chaires répond à un classement subjectif, qui se veut une première manière d’interpréter les évolutions visibles. Ce dernier entend aussi adoucir la raideur et la prétention exhaustive du mémoire original : le lecteur qui souhaiterait ponctuellement s’informer davantage est invité à s’y reporter.

Notes

1 Ingmar Bergman, Entretiens privés, Paris, Gallimard, 1997, p. 53.

2 L’anecdote est citée et développée par Franz Schultheis, « Un inconscient universitaire fait homme : le Privatdozent », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 135, nº 1, 2000, p. 58-62. Il se fonde sur un texte de Durkheim écrit après son expérience allemande : Émile Durkheim, « La philosophie dans les universités allemandes », dans Textes, 3. Fonctions sociales et institutions, Paris, Éditions de Minuit, 1975, p. 437-486.

3 Sur la spécificité et l’importance de ce tournant, voir notamment l’ouvrage de Peter Watson, The German Genius: Europe’s Third Renaissance, The Second Scientific Revolution, and the Twentieth Century, New York, Harper Collins, 2010, en particulier p. 225 et suiv.

4 Sur ces termes et le contexte spécifique de cette période, voir Martin Heckel, Deutschland im konfessionellen Zeitalter, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1983 ; Heinz Schilling (dir.), Die reformierte Konfessionalisierung in Deutschland. Das Problem der « Zweiten Reformation »: Wissenschaftliches Symposion des Vereins für Reformationsgeschichte, Gütersloh, G. Mohn, 1986 ; Anton Schindling & Walter Ziegler (dir.), Die Territorien des Reichs im Zeitalter der Reformation und der Konfessionalisierung: Land und Konfession, 1500-1650, 3 vol., Münster, Aschendorff, 1989-1991 ; en français, voir plus particulièrement Gérald Chaix, « La confessionnalisation. Note critique », Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, nº 148, 2002, p. 851-865.

5 Boris Klein, TS.

6 Pour un résumé de l’histoire de l’université, voir Jens Bruning, « Die Reformuniversität Helmstedt, 1576-1810 », dans Jens Bruning & Ulrike Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen, die Reformuniversität Helmstedt, 1576-1810, Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, 2010, p. 24-37 ; Jens Bruning, Innovation in Forschung und Lehre, Die Philosophische Fakultät der Universität Helmstedt in der Frühaufklärung, 1680-1740, Wiesbaden, Harrassowitz, 2012, p. 31-58. Voir aussi les développements dans TS, p. 49-107, avec les références bibliographiques. Citons, entre autres, Peter Baumgart, « Die Gründung der Universität Helmstedt », dans Peter Baumgart & Notker Hammerstein (dir.), Beiträge zum Problem deutscher Universitätsgründungen der frühen Neuzeit, Nendeln, KTO Press, 1978, p. 217-242 ; Uwe Alschner, Universitätsbesuch in Helmstedt, 1576-1810, Brunswick, Geschichtsverein, 1998 ; Michael Maaser, Humanismus und Landesherrschaft: Herzog Julius (1528-1589) und die Universität Helmstedt, Stuttgart, Franz Steiner, 2010.

7 La « querelle de Hofmann » et son importance pour l’histoire de l’université sont évoquées plus loin, dans le chapitre consacré à la faculté de théologie (note 5).

8 U. Alschner, Universitätsbesuch in Helmstedt, 1576-1810, op. cit., p. 107-111.

9 Le terme d’« irénisme » renvoie ici à un courant théologique spécifique au sein du luthéranisme, dont le chef de file fut Georges Calixte. Pour plus de précision, voir infra, le chapitre sur la théologie (note 9).

10 U. Alschner, Universitätsbesuch in Helmstedt, 1576-1810, op. cit., p. 113-115 et 156-159. Sur la fin de l’université, voir Paul Zimmermann, « Die Aufhebung der Universität Helmstedt », Braunschweigisches Magazin, nº 11, 1910, p. 125-142 ; J. Bruning, « Die Reformuniversität Helmstedt... », art. cité, p. 36-37. Sur le double tournant qu’ont représenté les fondations de Halle, puis de Göttingen, voir notamment Notker Hammerstein, « Jurisprudenz und Historie in Halle », dans Wolfenbütteler Studien zur Aufklärung (Band. 15): Halle, Aufklärung und Pietismus, Heidelberg, Lambert Schneider Verlag, 1989, p. 239-253 ; Notker Hammerstein, « Göttingen: Eine deutsche Universität im Zeitalter der Aufklärung », dans Alexander Patschovsky & Horst Rabe (dir.), Die Universität in Alteuropa, Constance, Universitätsverlag, 1994, p. 169-182.

11 Voir Stefan Wallentin, Fürstliche Normen und akademische « Observanzen »: Die Verfassung der Universität Jena, 1630-1730, Cologne / Weimar / Vienne, Böhlau, 2009, notamment l’introduction où l’auteur évoque l’intérêt des sources provenant des visites officielles, ici à Iéna (p. 31-44). Bien connues grâce aux travaux anciens de P. Zimmermann, « Die Aufhebung... » (art. cité), les biographies des professeurs ont été regroupées dans un ouvrage récent : Sabine Ahrens, Die Lehrkräfte der Universität Helmstedt (1576-1810), Helmstedt, Kreismuseen, 2004. Parce qu’il prend en compte toutes les sources disponibles pour chaque personnage, cet ouvrage est utilisé comme référence principale tout au long de l’étude.

12 S’il existe des traces de comptes rendus rédigés par les professeurs dans d’autres universités, il n’y a qu’à Helmstedt que les enseignants ont livré une telle quantité de rapports. Sur ce type de sources et leur utilisation, voir l’étude de Jan Schröder, « Vorlesungsverzeichnisse als rechtsgeschichtliche Quelle », dans Michaël Stolleis (dir.), Die Bedeutung der Wörter, Studien zur europäischen Rechtsgeschichte: Festschrift für Sten Gagner zum 70. Geburtstag, Munich, Beck, 1991, p. 383-401. Voir aussi Franziska Jüttner & Kristina Steyer, « Professoren in der Pflicht. Vorlesungsverzeichnisse und Rechenschaftsberichte », dans J. Bruning & U. Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen..., op. cit., p. 98-105.

13 Il s’agit des archives conservées à Hanovre (Niedersächsisches Hauptstaatsarchiv Hannover) dans la section Cal. Bri. 21, série Nr. 4162, 4168, 4169 (vol. 1), et à Wolfenbüttel (Niedersächsisches Staatsarchiv, désormais : NSA) dans la section 37 Alt. Nr. 2489-2520 et Nr. 204-208.

14 La pratique était répandue dans les universités de l’Empire. Voir les deux articles d’Ulrich Rasche, « Über Jenaer Vorlesungsverzeichnisse des 16. bis 19. Jahrhunderts », dans Thomas Bach, Jonas Maatsch & Ulrich Rasche (dir.), « Gelehrte » Wissenschaft: Das Vorlesungsprogramm der Universität Jena um 1800, Stuttgart, Franz Steiner, 2008, p. 13-43 ; « Seit wann und warum gibt es Vorlesungenverzeichnisse an den deutschen Universitäten? », Zeitschrift für historische Forschung, 2009/3, nº 36, p. 445-478 ; J. Bruning, Innovation in Forschung und Lehre..., op. cit., p. 70-85.

15 Ces catalogues imprimés sont désormais accessibles en ligne : http://uni-helmstedt.hab.de (décembre 2016) ; voir l’« Avertissement » en début d’ouvrage.

16 Les remarques qui suivent se fondent essentiellement sur le rappel historique effectué par Émile Durkheim, L’Évolution pédagogique en France [1938], Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 77-117. Voir également Hartmut Boockmann, Wissen und Widerstand, Geschichte der deutschen Universität, Berlin, Siedler Verlag, 1999, p. 46-73 ; Wolfgang E.J. Weber, Geschichte der europäischen Universität, Stuttgart, Kohlhammer, 2002, p. 15-70.

17 Stephen d’Irsay, Histoire des universités françaises et étrangères des origines à nos jours, Paris, Auguste Picard, 1933, p. 200. L’auteur y détaille les garanties que dut fournir le margrave de Misnie en 1409 afin d’obtenir les privilèges nécessaires à la fondation de l’université de Leipzig.

18 Ibid., p. 197-198.

19 Pour tout ce qui concerne le développement des universités dans les territoires germaniques, voir à nouveau S. d’Irsay, Histoire des universités..., op. cit. ; H. Boockmann, Wissen und Widerstand..., op. cit. ; W.E.J. Weber, Geschichte der europäischen Universität, op. cit.

20 Chiffres donnés par S. d’Irsay, Histoire des universités..., op. cit., p. 219.

21 W.E.J. Weber, Geschichte der europäischen Universität, op. cit., p. 85-86 ; Jacques Verger, « Grundlagen », dans Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, 1. Mittelalter, Munich, Beck, 1993, p. 49-80.

22 Paul F. Grendler, « The Universities of the Renaissance and the Reformation », Renaissance Quarterly, vol. LVII, nº 1, 2004, p. 1-42, ici p. 4-8. L’auteur insiste sur le fait qu’au début de l’époque moderne, plus de deux tiers en moyenne des étudiants et des professeurs des universités allemandes fréquentent les facultés des arts et de théologie, cette dernière influençant notablement les autres enseignements.

23 W.E.J. Weber, Geschichte der europäischen Universität, op. cit., p. 29 et suiv.

24 Friedrich Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts auf den deutschen Schulen und Universitäten vom Ausgang des Mittelalters bis zur Gegenwart, mit besonderer Rücksicht auf den klassischen Unterricht, Leipzig, Veit, 1919, vol. 1, p. 345.

25 Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, 2. Von der Reformation zur Französischen Revolution (1500-1800), Munich, Beck, 1996, p. 51.

26 Pour une vue globale sur l’influence de l’humanisme sur les universités européennes en général, voir Walter Rüegg, « Themen, Probleme, Erkenntnisse », dans Geschichte der Universität in Europa, 2. Von der Reformation..., op. cit., p. 21-52, 46 et suiv. Pour l’Allemagne en particulier, voir F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit., p. 78-150 ; James H. Overfield, Humanism and Scholasticism in Late Medieval Germany, Princeton, Princeton University Press, 1984 ; H. Boockmann, Wissen und Widerstand..., op. cit., p. 140-164. Plus largement, voir aussi l’article récent et en français d’Axelle Chassagnette, « Les concepts de Renaissance et d’humanisme en Allemagne : quelques remarques sur la (non-) définition d’un champ d’étude dans la recherche contemporaine en histoire », Revue de l’Institut français d’histoire en Allemagne, vol. 2, 2010, p. 164-179.

27 H. Boockmann, Wissen und Widerstand..., op. cit., p. 141-142 ; Joseph S. Freedman, « Philosophy instruction within the institutional framework of central european schools and universities during the reformation era », History of University, 1985, vol. 5, p. 117-166.

28 Voir Heinz Scheible, Melanchthon, eine Biographie, Munich, Beck, 1997, p. 13-32. Tenu le 29 août 1518, le discours inaugural de Melanchthon lui permet de développer ses idées en matière de pédagogie ; il s’intitule : De corrigendis adolescientiae studiis. Voir Gottlieb Bretschneider (éd.), Philippi Melanthonis Opera quae supersunt omnia, 28 vol., Halle, Schwetschke, 1834, vol. 11, p. 15-25.

29 Le terme de « Réforme » désigne ici l’idéal, l’ensemble des aspirations profondes, formulées au contact de valeurs nouvelles, qui préexiste au protestantisme ; les différentes mises en œuvre de cet idéal sont quant à elles qualifiées de « réformation », qu’elles soient luthérienne, calviniste ou catholique. Voir Thierry Waneggfelen, « Réforme, réformation, protestantisme : une clarification nécessaire », dans John Miller (dir.), L’Europe protestante aux xvie et xviie siècles, op. cit., p. 31-54.

30 Arno Seifert, « Das höhere Schulwesen, Universitäten und Gymnasien », dans Notker Hammerstein (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte: 15-17. Jahrhundert – Von der Renaissance und der Reformation bis zum Ende der Glaubenskämpfe, Munich, Beck, 1996, vol. 1, p. 197-374, ici p. 278 et suiv. ; Rudolf Stichweh, Der frühmoderne Staat und die europäische Universität: Zur Interaktion von Politik und Erziehungssystem im Proze ihrer Ausdifferenzierung (16.-18. Jahrhundert), Francfort, Suhrkamp, 1991, p. 173 et suiv.

31 Hermann Hofmeister, « Die Gründung der Universität Helmstedt », dans Zeitschrift des Historischen Vereins für Niedersachsen, Hanovre, s. e., 1904, p. 127-198 ; P. Baumgart, « Die Gründung... », art. cité ; et, du même auteur : « Universitätsgründungen im konfessionellen Zeitalter: Würzburg und Helmstedt », dans P. Baumgart & N. Hammerstein (dir.), Beiträge zum Problem..., op. cit., p. 191-215 ; Brage Bei der Wieden, « Was der Herzog erhoffte: die Gründung der Universität Helmstedt », dans J. Bruning & U. Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen..., op. cit., p. 38-45.

32 Peter Baumgart & Ernst Pitz (éd.), Die Statuten der Universität Helmstedt, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1963 [désormais désigné par : Die Statuten].

33 Sur ces festivités, voir Richard Kirwan, Empowerment and Representation at the University in Early Modern Germany: Helmstedt and Würzburg, 1576-1634, Wiesbaden, Harrassowitz, 2009, notamment p. 31-61.

34 Dans le cas de Helmstedt, c’est là, bien sûr, l’origine des archives évoquées plus haut. Pour plus de détail sur la mise en place de la procédure, voir TS, chap. 2, p. 109-144.

35 Voir les réflexions des historiens allemands sur la notion de « Familienuniversität » ou « université familiale ». L’étude pionnière dans ce domaine fut celle de Friedrich Wilhelm Euler sur l’université de Bâle : « Entstehung und Entwicklung deutscher Gelehrtengeschlechter », dans Hellmuth Rössler & Günther Franz (dir.), Universität und Gelehrtenstand 1400-1800, Limburg, C.A. Starke Verlag, 1970, p. 183-232. Voir aussi Matthias Asche sur Rostock : « Über den Nutzen von Landesuniversitäten in der Frühen Neuzeit: Leistungen und Grenzen der protestantischen “Familienuniversität” », dans Peter Herde & Anton Schindling (dir.), Universität Würzburg und Wissenschaft in der Frühen Neuzeit, Würzbourg, Schöningh, 1998, p. 133-149 et sur Helmstedt : « Helmstedter Professorenprofile 1576 bis 1810: Skizzen zur Kollektivbiographie einer mitteldeutschen Universität », dans J. Bruning & U. Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen..., op. cit., p. 114-119 ; Julian Kümmerle, « Absinkendes Niveau, fehlende Kritik und geringe Leistung? Familienuniversitäten und Universitätsfamilien im Alten Reich », dans Daniela Siebe (dir.), « Orte der Gelahrtheit »: Personen, Prozesse und Reformen an protestantischen deutschen Universitäten des Alten Reiches, Stuttgart, Steiner, 2008, p. 143-157 ; Julian Kümmerle, « Konfessionalität und Gelehrtenkultur im Generationsverband: Protestantische Theologen und Juristenfamilien im Alten Reich, in Frankreich und der Schweiz », dans Thomas Kaufmann, Anselm Schubert & Kaspar von Greyerz (dir.), Frühneuzeitliche Konfessionskulturen, Gütersloh, Gütersloher Verlagshaus, 2008, p. 69-97. Enfin, voir l’ouvrage récent d’Elizabeth Harding, Der Gelehrte im Haus, Ehe, Familie und Haushalt in der Standeskultur der frühneuzeitlichen Universität Helmstedt, Wiesbaden, Harrassowitz, 2014.

36 Ces aspects font l’objet de développements dans TS, p. 547-641. Voir aussi Boris Klein, « Leçons privées : à propos de l’importance et de la fonction des Privatvorlesungen au sein des universités allemandes au xviie siècle », Revue de synthèse, vol. 131, 6e série, nº 2, 2010.

37 Voir les remarques à ce sujet de R. Kirwan, Empowerment and Representation..., op. cit., dont l’étude s’appuie sur les ouvrages d’histoire des universités contemporains de leur fondation : p. 11-14.

38 Roger Chartier & Jacques Revel, « Université et société dans l’Europe moderne : position des problèmes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 25, 1978, p. 353-374. Plus récemment, voir les différentes contributions dans le Bulletin de l’Association des historiens modernistes des universités françaises intitulé « Les universités en Europe (1450-1814) », 2013, notamment la mise au point de Dominique Julia, « L’historiographie des universités françaises à l’époque moderne », p. 13-54.

39 Voir la mise au point effectuée dans Boris Klein, TS, « Introduction », p. 31-35, reprise en partie ici. Voir aussi la présentation historiographique postérieure de Jean-Luc Le Cam, « Les universités du Saint Empire à l’époque moderne : problématiques, concepts, tendances historiographiques », Bulletin de l’Association des historiens modernistes des universités françaises, « Les universités en Europe (1450-1814) », p. 265-345.

40 Voir notamment l’ouvrage de Georg Kaufmann, Die Geschichte der deutschen Universitäten, 2 vol., Stuttgart, Cotta, 1888-1896. Notons que les historiens et archivistes allemands ont également plus précocement prêté attention aux sources constituées par les registres d’inscriptions : voir la célèbre publication dans ce domaine de Friedrich Eulenburg, « Die Frequenz der deutschen Universitäten von ihrer Gründung bis zur Gegenwart », Abhandlungen der Philologisch-Historischen Klasse der Königl. Sächsischen Gesellschaft der Wissenschaft, vol. XXIV, nº 2, 1904.

41 F. Paulsen, Geschichte des gelehrten Unterrichts..., op. cit. Une même démarche caractérise l’ouvrage encore plus ancien mais très documenté d’un théologien : Friedrich August Gottreu Tholuck, Das akademische Leben des 17. Jahrhunderts mit besonderer Beziehung auf die protestantischen theologischen Fakultäten Deutschlands, Halle, Anton, 1853.

42 Pour s’en tenir au seul cas de l’université de Helmstedt, citons les travaux déjà anciens de Franz Häberlin, Geschichte der ehemaligen Hochschule Julia Carolina zu Helmstedt, Helmstedt, Richter, 1876 ; H. Hofmeister, « Die Gründung der Universität Helmstedt », art. cité ; et « Die Universität Helmstedt zur Zeit des Dreißigjährigen Krieges », Zeitschrift des Historischen Vereins für Niedersachsen, 1907. Paul Zimmermann, longtemps archiviste à Wolfenbüttel, a quant à lui classé les archives de l’université et dressé un grand nombre de biographies de professeurs : Album Academiae Helmstadiensis. Band I: Album Academiae Juliae. Abteilung 1: Studenten, Professoren, etc. der Universität Helmstedt von 1574-1636. Voran geht ein Verzeichnis der Schüler und Lehrer des Pädagogium Illustre in Gandersheim 1572-74, Hanovre, Selbstverlag der Historischen Komm., 1926. Notons que cette tradition des études monographiques a perduré tout au long du xxe siècle : citons, entre autres, Hansmartin Decker-Hauff (dir.), 500 Jahre Eberhard-Karls Universität Tübingen. Beiträge zur Geschichte der Universität Tübingen, Tübingen, Attempto, 1977 ; Bernhart Jähnig (dir.), 450 Jahre Universität Königsberg: Beiträge zur Wissenschaftsgeschichte des Preussenlandes, Marbourg, N.G. Elwert Verlag, 2001 ; Peter Moraw & Volker Press (dir.), Academia gissensis, Beiträge zur älteren Giessener Universitätsgeschichte zum 375 jährigen Jubiläum dargebracht vom Historischen Institut der Justus-Liebig-Universität Giessen, Marbourg, N.G. Elwert Verlag, 1982 ; Eike Wolgast, Die Universität Heidelberg, 1386-1986, Berlin / Heidelberg, Springer, 1986.

43 Peter Baumgart, « Universitätsautonomie und Landesherrliche Gewalt im späten 16. Jahrhundert », Zeitschrift für Historische Forschung, vol. 1, 1974, p. 25-53 ; Peter Baumgart, « Die soziale und wirtschaftliche Stellung der Helmstedter Universitätsprofessoren am Ausgang des 16. Jahrhunderts », dans Anita Mächler (dir.), Historische Studien zu Politik, Verfassung und Gesellschaft: Festschrift für Richard Dietrich zum 65. Geburtstag, Berne, Herbert Lang, 1976. Voir surtout l’ouvrage que Baumgart a dirigé avec Notker Hammerstein : Beiträge zum Problem..., op. cit. Ce dernier est également l’auteur de : Jus und Historie: ein Beitrag zur Geschichte des historischen Denkens an deutschen Universitäten im späten 17. und 18. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1972 ; de « Neue Wege der Universitätsgeschichtsschreibung ? », Zeitschrift für Historische Forschung, vol. 5, 1978, p. 449-463 ; et de « Universitäten, Territorialstaaten, Gelehrte Räte », dans Roman Schur (dir.), Die Rolle der Juristen bei der Entstehung des modernen Staates, Berlin, Duncker & Humblot, 1986.

44 Voir les deux grands ouvrages qui s’inscrivent dans ce renouvellement : Crista Berg (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, 6 vol., Munich, Beck, 1987-2005 (le premier volume de la série, portant sur la période allant de la Renaissance au xviie siècle, a été coordonné par Notker Hammerstein) ; Walter Rüegg (dir.), Geschichte der Universität in Europa, 3 vol., Munich, Beck, 1992-2004.

45 R. Stichweh, Der frühmoderne Staat..., op. cit.

46 Marian Füssel : Gelehrtenkultur als symbolische Praxis: Rang, Ritual und Konflikt an der Universität der Frühen Neuzeit, Darmstadt, WBG, 2006 ; « Akademische Lebenswelt und gelehrter Habitus: Zur Alltagsgeschichte des deutschen Professors im 17. und 18. Jahrhundert », Jahrbuch für Universitätsgeschichte, vol. 10, 2007, p. 35-51 ; « The Conflict of the Faculties: Hierarchies, Values and Social Practices in Early Modern German Universities », History of Universities, vol. XXV/2, 2011, p. 80-110. De nombreux autres articles au cours de la dernière décennie ont fait de M. Füssel un des historiens les plus importants en Allemagne dans ce domaine aujourd’hui.

47 William Clark, Academic Charisma and the Origins of the Research University, Chicago, The University of Chicago Press, 2006. Voir également son article très intéressant paru en français : « Parades académiques, contribution à l’économie politique des livrets universitaires », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 135, décembre 2000, p. 7-24.

48 Jean-Luc Le Cam, Politique, contrôle et réalité scolaire en Allemagne au sortir de la guerre de Trente Ans : la politique scolaire d’Auguste le Jeune de Brunswick-Wolfenbüttel et l’inspecteur Christoph Schrader, 1635-1666/80, 2 vol., Wiesbaden, Harrassowitz, 1996 ; cette thèse suit une approche très descriptive et se concentre sur un individu.

49 J. Bruning & U. Gleixner (dir.), Das Athen der Welfen..., op. cit. Notons qu’un vaste programme de recherche soutenu par la bibliothèque Herzog August de Wolfenbüttel a été lancé autour de l’histoire de l’université de Helmstedt, débouchant sur la construction d’un site Internet (http://uni-helmstedt.hab.de). Soulignons la parution récente de deux ouvrages déjà évoqués, J. Bruning, Innovation..., op. cit., et E. Harding, Der Gelehrte..., op. cit.

50 À titre d’exemple, mentionnons les travaux autour de Helmstedt de Michaela Triebs, Die medizinische Facultät der Universität Helmstedt (1576-1810), Wiesbaden, Harrassowitz, 1995, qui s’appuient sur les sujets de disputes en médecine ; ou ceux de William Ashford Kelly, The Theological faculty at Helmstedt: An outline of its intellectual development as mirrored in its dissertations, thèse de doctorat, Glasgow, University of Strathclyde, 1991.

51 Anthony Grafton, What was History? The Art of History in Early Modern Europe, Princeton, Princeton University Press, 2007 ; Paul Nelles, « Historia Litteraria at Helmstedt: Books, Professors and Students in the Early Enlightenment University », dans Helmut Zedelmaier & Martin Mulsow (dir.), Die Praktiken der Gelehrsamkeit in der Frühen Neuzeit, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 2001, p. 147-176. Dans un registre différent, citons aussi les travaux sur la géographie à l’époque moderne dans l’Empire d’Axelle Chassagnette : « Gedruckte Karten Kursachsens in der zweiten Hälfte des 16 Jahrhunderts: die Darstellung der Geschichte und des Territoriums im Spiegel der gelehrten Kartographie », dans Johannes Helmrath, Albert Schirrmeister & Stefan Schlelein (dir.), Historiographie des Humanismus: literarische Verfahren, soziale Praxis, geschichtliche Räume, Berlin, De Gruyter, 2013, p. 251-274 ; et « Mettre en carte : fonctions pratiques, intellectuelles et sociales de la cartographie allemande au xvie siècle », dans Isabelle Pantin & Gérald Péoux (dir.), Mise en forme des savoirs à la Renaissance : à la croisée des idées, des techniques et des publics, Paris, Armand Colin, 2013.

52 Notons que l’ouvrage de J. Bruning, Innovation..., op. cit., postérieur à notre étude, a tenté de faire une description de l’ensemble des enseignements au sein de la faculté de philosophie de Helmstedt, mais pour la période débutant en 1680 et surtout à partir de sources imprimées.

53 Voir notamment Martin Mulsow & Marcello Stamm (dir.), Konstellationsforschung, Francfort, Suhrkamp, 2005 ; Martin Mulsow, « Qu’est-ce qu’une constellation philosophique ? Propositions pour une analyse des réseaux intellectuels », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2009/1, 64e année, p. 81-109. Pour le second auteur, déjà évoqué plus haut, voir aussi Marian Füssel & Ingo Trüter, « Das gelehrte Feld der Vormoderne: Möglichkeiten und Grenzen von Feldanalysen in der Geschichtswissenschaft », dans Stefan Bernhard & Christian Schmidt-Wellenburg (dir.), Feldanalyse als Forschungsprogramm, 1. Der Programmatische Kern, Wiesbaden, Springer, 2012, p. 321-344. Dans un autre registre, voir également l’approche développée en France par Sophie Roux, L’Essai de logique de Mariotte : archéologie des idées d’un savant ordinaire, Paris, Classiques Garnier, 2011 (notamment p. 224-230).

54 M. Mulsow, « Qu’est-ce qu’une constellation philosophique ?... », art. cité, p. 82-88.

55 Notons au passage que Marian Füssel a confronté de façon stimulante les principes des études de constellation et la sociologie de Pierre Bourdieu : « Intellektuelle Felder: Zu den Differenzen von Bourdieus Wissenssoziologie und der Konstellationsforschung », dans M. Mulsow & M. Stamm (dir.), Konstellationsforschung, op. cit., p. 188-206, notamment p. 203-206.

56 De nombreux articles de Marian Füssel apportent des éléments importants à la réflexion sur l’usage de la sociologie de Pierre Bourdieu en histoire moderne ; voir, entre autres, deux articles de M. Füssel et I. Trüter : « Das gelehrte Feld der Vormoderne... », art. cité, p. 333-339 ; « Die zwei Körper des Professors, zur Geschichte des akademischen Habitus in der Frühen Neuzeit », dans Horst Carl & Friedrich Lenger (dir.), Universalität in der Provinz, die vormoderne Landesuniversität zwischen korporativer Autonomie, staatlicher Abhängigkeit und gelehrten Lebenswelten, Darmstadt, Hessische Historische Kommission, 2009, p. 209-232. Voir aussi le bilan que je dresse dans Boris Klein, « Des raisons pratiques pour un usage de Pierre Bourdieu en histoire moderne », dans Catherine Leclercq, Wenceslas Lizé & Hélène Stevens (dir.), Bourdieu et les sciences sociales : réceptions et usages, Paris, La Dispute, 2015, p. 265-281.

57 Pierre Bourdieu, « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire en Allemagne et en France », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 106-107, mars 1995, p. 108-122, ici p. 121.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search