Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Chaires et l’esprit

 | 
Boris Klein

Préface

Sophie Roux

Texte intégral

1Les Chaires et l’esprit : organisation et transmission des savoirs au sein d’une université germanique au xviie siècle est la version remaniée de la deuxième partie d’une thèse que Boris Klein a réalisée en 2011, à l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction d’Olivier Christin, qui s’intitule La Transmission des savoirs au sein des universités luthériennes germaniques à l’époque de la confessionnalisation : le cas de Helmstedt (xvie-xviie siècles). Écrire la préface de cet ouvrage aussi érudit que novateur n’est pas une chose facile pour une historienne des sciences et de la philosophie qui, si elle s’est parfois aventurée aux frontières de ces domaines, est sans doute restée plus marquée par ses origines disciplinaires qu’elle ne l’aurait voulu.

2Les historiens des sciences et de la philosophie, dont je suis par formation, citent souvent la longue lettre qu’en mars 1678 Leibniz écrivit à Hermann Conring (1606-1681) pour lui présenter la manière dont il concevait le rapport entre philosophie ancienne et philosophie nouvelle ainsi que ses réflexions en matière de théorie de la connaissance. Ils se réfèrent alors à cette lettre comme à un témoignage de l’état de la pensée de Leibniz et la traitent comme ils traiteraient un memorandum qu’il aurait écrit pour lui-même. Ce faisant, ils négligent la personnalité intellectuelle de Conring et les raisons pour lesquelles Leibniz s’adressait à lui plutôt qu’à un autre, les livres qu’il avait écrits, l’université de Helmstedt où il commença ses études pour y mener ensuite une brillante carrière de professeur de médecine et de science politique, tout en acquérant la réputation de fondateur de l’histoire du droit allemand. De manière similaire, si nous connaissons Günther Christoph Schellhammer (1649-1716), ce n’est pas parce que, gendre de Conring, il occupa la chaire de pathologie de l’université de Helmstedt, mais seulement parce que, alors qu’il était professeur à Kiel, il s’engagea avec Johann Christoph Sturm (1635-1703) dans une querelle sur la notion de nature, et que cette querelle donna l’occasion à Leibniz d’écrire son De ipsa natura (1698). Schellhammer tient alors lieu de cause occasionnelle de la pensée leibnizienne, et il semble d’autant moins intéressant à étudier en lui-même que, dans la querelle en question, il s’était fait le champion d’un aristotélisme rétrograde contre un Sturm qui défendait la nouvelle philosophie de la nature promue par Boyle. Les exemples de Christoph Schrader (1601-1680) et de son fils Friedrich (1657-1704) – le premier étant professeur de rhétorique, mais aussi bibliothécaire de l’université et inspecteur général des écoles du duché de Brunswick-Wolfenbüttel, et le second professeur de médecine et de physique – iraient dans le même sens : eux aussi sont évoqués par les historiens des sciences et de la philosophie seulement à l’occasion de leur correspondance avec Leibniz. Contre cette histoire où les idées se promènent en toute liberté pour s’accrocher de temps à autre à quelque grand nom qui leur assurera dans le meilleur des cas une survie provisoire, Les Chaires et l’esprit nous propose une histoire de l’université de Helmstedt, depuis sa fondation en 1576 jusqu’à la fin du xviie siècle, qui est originale à plusieurs égards.

3L’histoire proposée par Boris Klein est tout d’abord singulière par son objet. Depuis une trentaine d’années, l’histoire des sciences et l’histoire de la philosophie ont eu l’occasion de mettre à mal le préjugé selon lequel les sciences et la philosophie nouvelles seraient nées en dehors des universités et des collèges de plein exercice, voire contre elles. Mais, ce faisant, elles se sont le plus souvent focalisées sur des universités exceptionnelles par leur ancienneté, par leur taille ou par leur statut symbolique, comme les universités de Bologne et de Modène, de Paris, d’Oxford ou de Wittenberg, ou encore sur l’institution singulière que constitua le réseau des collèges jésuites. L’originalité de l’ouvrage est, du point de vue de son objet, de se concentrer sur une petite université luthérienne qui eut une durée de vie très limitée : après avoir connu ses heures de gloire de 1576 à la fin du xviie siècle, la concurrence des universités voisines de Kiel, de Halle et surtout de Göttingen, fondées respectivement en 1665, en 1693 et en 1737, la fit lentement décliner tout au long du xviiie siècle jusqu’à sa dissolution à la fin de la période napoléonienne.

4Néanmoins, si une telle histoire va bien plus loin que des monographies savantes résultant de la compilation de sources secondaires connues et de l’application de méthodes éprouvées, c’est parce que Boris Klein s’appuie sur un ensemble de sources extrêmement diversifiées, dont certaines n’avaient pas encore été systématiquement exploitées jusque-là : les statuts de l’université, les archives administratives permettant de reconstituer les visites de contrôle, les actes notariaux et les décisions du tribunal académique, les legs privés de certains professeurs, mais surtout – là est la plus grande originalité – les rapports d’activité trimestriels que devait rédiger rétrospectivement chaque professeur pour l’administration princière, le prince héritier du duché de Brunswick-Wolfenbüttel étant à la fois recteur et chancelier de l’université. Les Chaires et l’esprit est le premier ouvrage à étudier systématiquement ces rapports d’activité trimestriels entre 1652, date à laquelle ces rapports devinrent obligatoires à l’université de Helmstedt – même si certains professeurs en vue comme le théologien Georg Calixt (1586-1656) ou le juriste Johann Eichel von Rautenkron (1621-1688) en vinrent à s’en dispenser – et les années 1690, qui marquèrent le début de son déclin.

5De cette originalité des sources découle une troisième et dernière forme d’originalité, qui est celle de l’approche choisie. Grâce aux rapports d’activité que l’administration welfe exigeait de ses professeurs, Boris Klein peut en effet reconstituer une histoire détaillée des différentes chaires à l’intérieur des quatre grandes facultés traditionnelles : théologie, droit, médecine et philosophie. Il y a là, bien entendu, un moyen de se détacher de la prégnance qu’exerce sur nous, sans que nous y pensions, les disciplines telles qu’elles existent aujourd’hui. Ce détachement est d’autant plus nécessaire que les universités des époques moderne et médiévale, étant structurées en fonction des enseignants et non en fonction des domaines de savoir, excluaient toute spécialisation, un professeur pouvant détenir deux chaires ou passer d’une chaire à une autre dans des domaines qui nous paraissent très différents. Ainsi en fut-il de Conring qui détint en même temps une chaire de médecine et de science politique, de Friedrich Schrader qui fut à la fois professeur de médecine et de philosophie ou de Heinrich Meibom (1638-1700) qui ajouta à sa chaire de médecine une chaire d’histoire. Mais cette approche par les chaires permet surtout de saisir les professeurs dans leur travail pour ainsi dire quotidien.

6Comme je l’ai remarqué pour commencer, les historiens des sciences et de la philosophie qui s’intéressent aux contenus intellectuels ont tendance à négliger les contextes dans lesquels ces contenus sont apparus. Mais je ne crois pas pour autant que ceux qui étudient ces contextes dans la perspective d’une histoire sociale aient toujours été capables de saisir ces contenus : ce qui les a le plus souvent intéressés, c’est de procéder à des comptages de cohortes d’étudiants, d’établir des comparaisons des salaires des professeurs des différentes facultés, de proposer des statistiques concernant les différentes nations, les différentes catégories sociales présentes dans une université, les distances entre les lieux de naissance et les lieux de scolarisation, etc. Données intéressantes assurément, mais qui m’ont toujours laissée sur ma faim : après les avoir parcourues, on n’en sait pas beaucoup plus du travail accompli dans les universités que n’en sauront sur nos propres travaux ces historiens qui, dans quelques siècles, n’auraient à disposition que nos feuilles de salaire, la proportion entre le nombre de courriels envoyés et le nombre de courriels reçus, la liste des regroupements d’université et des initiatives d’excellence, etc. Si ces données ne sont pas complètement absentes du présent ouvrage, son grand mérite est de proposer une autre forme d’histoire sociale qui, grâce aux rapports d’activité des professeurs, nous apprend beaucoup de choses à propos des savoirs qui étaient enseignés, des méthodes qui furent choisies, des aménagements dans l’économie des chaires que provoqua l’introduction de nouveaux savoirs, de la manière dont les rapports de hiérarchie entre différents savoirs et différentes chaires se déplacèrent.

7Examinant successivement, dans le cas de chaque faculté, les normes, éventuellement contradictoires, inscrites dans les textes officiels, les pratiques individuelles que révèlent les carrières des différents professeurs et les contenus d’enseignement propres à chaque chaire, Boris Klein nous montre ainsi le triomphe de l’irénisme calixtien et l’introduction de l’histoire ecclésiastique dans la faculté de théologie, mais aussi la manière dont la caste fermée des professeurs de droit, non contents de former les futurs fonctionnaires du duché, assurèrent des missions d’expertise juridique dans l’Empire et de conseil auprès des princes au point d’en venir à s’assimiler à la noblesse. Il présente également la succession de deux générations dans une faculté de médecine pourtant unie par la figure tutélaire de Conring comme par d’innombrables alliances matrimoniales – la première génération, celle de Jacob Tappe (1603-1680) et de Valentin Heinrich Vogler (1622-1677), défendant la tradition héritée des anciens, la seconde génération au contraire, celle de Heinrich Meibom, de Schellhammer et de Friedrich Schrader déjà évoqués, s’ouvrant aux innovations. Quant à la faculté des arts, désormais faculté de philosophie, l’impulsion de Melanchthon (1497-1560) fit que, tout en restant officiellement la faculté inférieure, elle se révéla décisive comme institution charnière entre l’enseignement pré-universitaire et les études universitaires dans les trois facultés supérieures. Dès la première génération, celle de Johann Caselius (1533-1613) et de Cornelius Martini (1568-1621), contrairement à ce qui était autrefois de rigueur, les professeurs y restèrent bien au-delà de leur début de carrière, avec une réputation et un salaire qui n’avaient rien à envier aux professeurs des autres facultés. Bien plus, elle abritait les chaires les plus nombreuses et les plus diverses, de sorte que c’est en son sein que se firent les innovations les plus marquantes. Si les chaires dominées par les facultés supérieures, comme celles de langues anciennes et de métaphysique, innovèrent peu, il n’en est pas de même ailleurs. La chaire d’histoire et de poésie, sous l’impulsion de Christian Eberhart (1619-1678) puis de Meibom, qui occupait déjà une chaire de médecine, en viendra à être uniquement consacrée à l’histoire et ira jusqu’à inclure l’histoire contemporaine pour légitimer l’existence de l’Empire et des dynasties régnantes. La chaire de science politique créée sur mesure pour Conring lui survivra. Finalement, c’est via la chaire de mathématiques et l’enseignement de Paul Heigel (1640-1690) que seront introduites les sciences nouvelles.

8Mais, si Les Chaires et l’esprit est un ouvrage saisissant, ce n’est pas seulement pour ce qu’il apprendra à son lecteur sur les chaires d’une université dont il n’avait probablement jamais entendu parler. C’est aussi, peut-être surtout, pour le modèle qu’il propose en matière d’écriture de l’histoire. Rappelant à la fin de son introduction quelles ont été les démarches qui l’ont sinon inspiré, du moins marqué – en Allemagne, celle de Martin Mulsow et de Marian Füssel, en France, celle de Pierre Bourdieu –, Boris Klein conclut : « On ne s’étonnera pas des proximités avec ces modèles théoriques que la présente étude [...] ne s’est cependant jamais donné comme projet d’illustrer. Profondément empirique [...], l’approche est aussi essentiellement expérimentale. » On comprend ce que veut dire « empirique » à propos d’une histoire dont le principal ressort est l’exploitation méticuleuse de sources qui n’avaient jamais été utilisées aussi systématiquement. Mais à quoi peut bien se référer l’adjectif « expérimental » ? Il ne peut à l’évidence s’agir de tester une hypothèse préalablement constituée, comme on le ferait dans les sciences de la nature. Il s’agit bien plutôt de pratiquer la forme de l’essai, telle qu’elle avait été exploitée par les expérimentateurs du xviie siècle contre les faiseurs de systèmes. Un essai, c’est la mise en œuvre d’une expérience contrôlée, mais qui reste locale et se garde d’une généralité trop bruyamment revendiquée ou trop vite acquise. C’est aussi une tentative pour comprendre les trajectoires d’individus qui agissent dans un monde faisant place à une certaine contingence, à un espace de possibles dans lequel, si tout n’est pas permis, tout n’est pas pour autant donné d’un coup. Sans paradoxe aucun, ce qui permet à cette forme de contingence d’apparaître dans les interstices de l’histoire des chaires de Helmstedt, c’est la systématicité de l’enquête menée grâce aux rapports d’activité. Dans le cadre d’une construction rigoureuse (les quatre facultés et leurs chaires, la confrontation des normes, des trajectoires individuelles et des contenus d’enseignement), Boris Klein ménage ainsi continuellement des changements de perspective et des effets de surprise, qui en viennent à donner le sentiment qu’il y a une intrigue constituée par des personnages qui auraient pu agir différemment ou se révéler autres qu’ils n’ont finalement été. Sous sa plume, on voit se faire une histoire qui, si elle est par son époque indéniablement lointaine, se fait complètement actuelle en s’écrivant au plus près des sources.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site