Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

II. Histoire des genres et débats esthétiques

Clartés de l’ellipse : ordre des mots, logique du texte dans La Princesse de Clèves

Delphine Reguig-Naya

Texte intégral

  • 1 Siouffi(1995).
  • 2 Paris, C. Blageart, 1683. Toutes nos références renverront à cette édition désormais abrégée par S (...)
  • 3 Arnauld et Lancelot (1993, p. 160). Cf. Bouhours (2003, p. 118) : « la langue Française est peut-ê (...)
  • 4 J.-P. Sermain (1999, p. 83) explique ainsi que, dans la culture classique : « L’un des pivots de l (...)
  • 5 Voir Vaugelas, Nouvelles remarques, Genève, Slatkine Reprints, 1972 [1690], p. 151-152 : « il faut (...)

1La querelle de La Princesse de Clèves illustre, avec netteté, cette rencontre si particulière au xviie siècle, entre la généralisation du questionnement linguistique et le développement d’une critique littéraire en voie de reconnaissance. L’invention littéraire se trouve alors encadrée par le souci constant de manier une langue dont la perfection se trouve sentie, précisément, comme une réalité littéraire. Dans ce cadre, la notion de clarté, considérée comme essentielle qualité de la « langue classique », occupe une place centrale. Dans l’« imaginaire linguistique » de l’époque, tel que Gilles Siouffi notamment a pu le reconstituer1, le mythe de l’ordre naturel des mots contribue à fonder l’idée de clarté. Du Plaisir, qui propose en 1683, dans ses Sentimens sur les lettres et sur l’Histoire avec des scrupules sur le stile2, une synthèse théorique des apports de la nouvelle esthétique romanesque — et y prend bien souvent, bien qu’implicitement, l’œuvre de Mme de La Fayette comme ouvrage de référence pour définir les caractéristiques de l’« Histoire » moderne —, se fait l’écho de cet impératif : « On ne peut jamais estre trop clair. Cette clarté ne peut estre produite que par un grand ordre […]. » (Sentimens, p. 271-272) Une telle aspiration à ordonner la langue exprime l’ambition d’une transparence de la langue à la pensée dans leur coïncidence réglée. On lit ainsi dans la Grammaire générale et raisonnée dite de Port-Royal que l’ordre naturel des mots se rencontre « lorsque toutes les parties du discours sont simplement exprimées, qu’il n’y a aucun mot de trop ni de trop peu, et qu’il est conforme à l’expression naturelle de nos pensées »3. Succession des idées et succession des mots se superposent rigoureusement par la vertu naturelle du français4. Vaugelas encourage même les répétitions, soulignant que le français « ne supprime rien », bien au contraire, car en vertu de la clarté, aucun maillon de la chaîne logique ne doit disparaître5.

  • 6 Fac-similé de l’édition de 1678, éd. J. Chupeau, Presses universitaires de Tours, 1972 ; toutes no (...)
  • 7 Conversations sur la critique de La Princesse de Clèves, fac-similé de l’édition de 1679, éd. F. W (...)

2Malgré la sûreté de ce dogme, les modalités précises d’une articulation entre le souci de maîtrise linguistique, manifeste dans la linéarité de la proposition, et l’ambition d’opérations intellectuelles tout aussi nettes, et nettement exprimées, restent à éclairer. Le traitement réservé au cas de l’ellipse dans la querelle qui salua la publication de La Princesse de Clèves, est exemplaire de certaines ambiguïtés portées par la notion datée de « clarté classique » et, par conséquent, renfermées par la catégorie plus large du « classicisme ». Certains lecteurs du roman entendent en effet montrer que l’harmonie esthétique et la force sémantique d’une phrase peuvent se produire à la faveur de la licence grammaticale. Valincour, dans la troisième de ses Lettres à Madame la Marquise *** sur le sujet de La Princesse de Clèves6, qui met en scène un grammairien, puis l’abbé de Charnes, dans ce qui fut sa réponse, les Conversations sur la critique de La Princesse de Clèves7, remarquent avec une grande acuité l’originalité de la « nouvelle » qui se distingue en particulier par son « écriture ». La Princesse de Clèves apparaît à point nommé pour s’intégrer dans une problématique qui prend l’œuvre pour terrain d’expérience, qui prend conscience que l’écrivain participe pleinement à la formation et l’affermissement de la langue.

  • 8 I. Landy-Houillon (1996, p. 286), citant G. Siouffi(1995, p. 167), remarque à quel point l’ellipse (...)

3Les critiques vont s’affronter sur une question qui affleure sans cesse, celle du statut de la langue pratiquée par le genre romanesque : peut-on, dans le contexte poétique de la « nouvelle », produire du sens en contrevenant à la norme de l’ordre naturel ? Les nécessités de la cohérence interne d’une œuvre suffisent-elles à affranchir cette même œuvre des normes régissant la langue qu’elle utilise ? Or, si la question d’une éventuelle liberté du locuteur paraît étrangère au « classicisme », l’examen de la nouvelle de 1678 propose de fait un travail stylistique dont la nature syntaxique fait signe vers un clivage majeur entre beauté et grammaticalité, singularité poétique et conformité réglée8.

  • 9 M. Laugaa souligne que Valincour « ne sépare pas l’histoire (et le système) de la langue, de l’œuv (...)

4À partir de l’axiome essentiel de la clarté, reconnu par les trois critiques, les démarches diffèrent et tout dépend ensuite des critères que l’on privilégie pour achever la reconnaissance de cette qualité dans les textes. Valincour, disciple de Vaugelas et de Bouhours, à qui les Lettres sont parfois attribuées, formule comme essentiel grief à l’égard du roman le fait que son auteur ordonne mal les mots dans le cadre de la phrase. La méthode de Valincour est celle d’un remarqueur pointant chaque détail défectueux et le ramenant à une règle définitivement établie suivant une technique de focalisation assez répétitive qui tend à fragmenter le texte en énoncés autonomes du point de vue de la correction grammaticale. C’est la nouveauté qui heurte et retient le critique à la lecture du roman : « cette phrase est une espece de langage tout nouveau, que je n’ay jamais veû ailleurs qu’içy9. » (Lettres, p. 363-364) Dans ce cadre, Valincour stigmatise l’ellipse comme principale atteinte à la clarté. Son agacement est sans limite pour le type d’écriture « furieusement abrégé » mis à l’œuvre dans le roman. La culture de l’implicite représente pour lui un défaut de science linguistique parce qu’elle conduit aux équivoques et à l’obscurité, faute contre la langue qui, par nature, doit permettre une communication aisée :

  • 10 Sauf indication contraire, ici et dans les citations suivantes les italiques sont de nous.
  • 11 Cf. Bouhours (2003, p. 518-519) : « Il seroit à souhaiter, poursuivit Eudoxe, que nous fussions co (...)

Il vient de rentrer tres-affligé ; mais je ne sçay s’il l’est davantage de l’opinion que Madame de Valentinois a sacrifié sa bague, que de la crainte de luy avoir déplu par sa colere. Cet opinion que Madame de Valentinois a sacrifié sa bague ne me semble pas trop François, & je n’aurois pas hesité à mettre de l’opinion qu’il a que Madame, & c. Je sçay bien que la briéveté dans l’expression est un des grands agrémens du langage ; mais il ne la faut pas outrer jusques au point de rendre les phrases obscures, & d’en retrancher ce qu’elles ont de necessaire. Sans cela, dit plaisamment Monsieur de Voiture, nous nous verrions bien-tost réduits au langage des Anges, ou au moins nous serions contraints de nous parler par figures. Enfin, je vous avoûë que affligé de l’opinion que Madame de Valentinois avoit sacrifié sa bague, me semble une façon de parler bien obscure : elle ressemble à ces personnes, qui pour en vouloir trop dire, ne disent rien, ou ne se font pas entendre10. (Lettres, p. 317-318)11

  • 12 Declercq (1999, p. 680). Dans le sillage de Bouhours, comme le souligne G. Siouffi(1995, p. 236), (...)

5C’est en perturbant l’ordre naturel des mots que, selon Valincour, le roman de Mme de La Fayette fauterait le plus gravement contre la langue et contre la beauté même. Car la nudité de la langue française fait sa beauté. Comme l’écrit Gilles Declercq en commentant Bouhours, « tandis que les autres langues sont contraintes à un effort contre nature d’inversion, de dérèglement, à une pratique du désordre pour devenir style, la langue française se fait style sans contrainte, suivant la pente naturelle que constitue son ordre syntaxique »12. Dans ce cadre, l’ellipse représente une infraction à l’égard de l’ordre naturel, à la fois ordre de la langue et ordre de la pensée, conçus dans une belle solidarité. L’ellipse perturbe la visibilité linguistique du fondement intellectuel de l’énoncé, gage de sa rationalité. Le procédé est condamné dans sa globalité :

Elle faisoit valoir à Estouteville de cacher leur intelligence. En vérité, continua-t-il avec une espece de chagrin qui me fit rire, voilà des laconismes que je ne puis souffrir. Encore une fois, il faut se parler par signes, ou bien se servir de tous les termes qui sont necessaires pour se faire entendre dans une langue, & ne pas leur vouloir faire signifier plus qu’ils ne peuvent. (Lettres, p. 321-322)

6En réduisant le signe à l’expression brève, le minimalisme éloquent de Mme de La Fayette s’oppose nettement aux préoccupations grammaticales qui atteignent le sens avant tout par la correction de l’expression : il apparaît comme un inachèvement.

  • 13 Ainsi les Conversations représentent-elles une étape capitale dans l’évolution que retrace J. Moli (...)
  • 14 H. Weinrich (1989, p. 229) souligne que le concept de clarté, s’il est bien devenu, avec Vaugelas, (...)
  • 15 « L’ellipse et la cohérence du texte narratif », article à paraître aux Presses de l’Université de (...)
  • 16 Voir sur ce point Siouffi(1995, p. 173) et Landy-Houillon (1986b, p. 58) : « La clarté pour les co (...)
  • 17 Charnes poursuit ainsi : « Il faut un sens exquis & relevé : Il faut avoir appris par une grande e (...)

7Le travail de Charnes, par sa forme (une réponse point par point à Valincour) et par ses critères, est presque symétrique à celui des Lettres. Charnes ne fonde pas la clarté sur la conformité à une règle. Pour lui, la netteté d’un énoncé provient de son efficacité sémantique, de sa fermeté logique13. Ainsi, bien qu’il s’attache encore à renverser les critiques de détails des Lettres, son approche vise moins à dégager un point isolé qu’un ensemble fonctionnel14. C’est pourquoi les énoncés fautifs à l’égard des règles que Valincour a pu relever sont ramenés à leur contexte, à l’ensemble qui leur donne sens et détermine leur construction : le point de vue choisi dépasse le cadre de la phrase pour celui d’un ensemble textuel et de sa raison narrative. Il s’agit alors de privilégier les facteurs sémantiques et pragmatiques sur les facteurs strictement syntaxiques pour déterminer l’ordre juste des mots du roman. C’est pourquoi il oppose fréquemment l’absurdité sémantique à l’aberration syntaxique. La clarté chez lui se réfléchit par la saisie de toutes les données que le texte fournit s’il est cohérent. C’est ainsi que l’argumentation de Charnes en vient à reconnaître une place centrale à l’ellipse dans la nouvelle poétique romanesque. On pourrait acclimater la définition que M. Bigot donne de l’ellipse et dire que le procédé est perçu ici comme un « opérateur de dépendance » : selon les termes de M. Bigot en effet, les énoncés elliptiques « isolent indûment un constituant en créant une dépendance au contexte »15. Pour Charnes en effet, la fiction narrative suscite une architecture mentale et imaginaire chez son lecteur, construction stimulée par l’énoncé elliptique qui en soutient paradoxalement la cohérence. L’ellipse appartient donc aux stratégies narratives qui sollicitent non seulement la mémoire du lecteur, mais aussi sa capacité à imaginer et à suppléer16. Le principe de cohérence sémantique, invoqué par Charnes, repose sur une exigence adressée à tout lecteur de l’œuvre, exigence de compréhension des principes qui gouvernent sa mimèsis. Du Plaisir confère un prolongement théorique à de telles considérations. S’il revendique toujours la référence de la raison, il fait de l’imagination le cœur d’un axiome sur l’écriture du français : « La raison naturelle nous montre un principe dans la Langue Françoise, & je croy pouvoir le marquer icy. Rien ne tombe dans l’imagination, qui ne puisse estre exprimé régulierement. » (Sentimens, p. 190) La correction grammaticale rencontre l’expression exacte de la fiction susceptible de clarté et de régularité dans sa singularité. C’est pourquoi Charnes fait entendre la médiocre opinion que les milieux mondains se faisaient alors des savants et leur refuse le droit de juger de la « Fable bien inventée et bien racontée » (Conversations, préface p. xiii-xiv) : « Pour bien juger de cette variété, & de la beauté de l’imitation qui fait le grand charme de ces fictions : Il faut estre autre chose que Grammairien. » (Ibid., p. xvii-xviii)17

  • 18 Voir aussi p. 294.

8Chez Valincour, l’écart par rapport à la norme est immédiatement analysé comme faute, même si parfois ce sont des « fautes qui donnent du plaisir » (Lettres, p. 23). Certes, en soulignant certaines équivoques, dues à un désordre ou à un défaut, le grammairien de la troisième lettre n’évite pas de remarquer que seuls des scrupules syntaxiques excessifs peuvent conduire à une incompréhension et qu’il est possible de prendre en compte la cohérence globale du texte pour la compréhension d’un passage ambigu « quoy-que le sens de l’histoire aide à deviner la pensée de l’Auteur » (ibid., p. 292-293)18. À l’inverse, pour Charnes, le « sens de l’histoire » et « la pensée de l’Auteur » déterminent et justifient des choix de langue spécifiques :

  • 19 Nous soulignons.

Mais ce qui fait la force & l’élégance d’un discours ne vient pas d’un jeu d’esprit, & n’est pas un jeu d’esprit, comme le Critique se le figure : Il vient de la profondeur de l’esprit de l’Auteur & de la grande estenduë de ses veuës, qui ne lui laissent rien omettre de tout ce qui peut toucher19. (Conversations, p. 188)

  • 20 Lettres, p. 311 : « Quand les femmes sont contentes de leur beauté, elles en ont une joye dont leu (...)
  • 21 Conversations, p. 308 : « L’Auteur a dit de Madame de Cleves. Elle trouva combien il estoit honteu (...)

9Pour Valincour, délicatesse et netteté, pensée et expression s’opposent comme le fond à la forme et leur discordance est fatale à la beauté20. Or, les Conversations dénoncent sans cesse un affaiblissement du texte de La Princesse de Clèves par les corrections, à visée concordante, de Valincour. Le terme de « force » est un leitmotiv qui scande les efforts répétés de Charnes pour légitimer un style dense et puissamment éloquent21. L’un des thèmes polémiques les plus récurrents chez Charnes est ainsi la défense de l’abréviation de l’expression que Valincour critique tant. À l’hypothèse railleuse d’un « langage des anges » ou d’une langue muette, Charnes répond par la plénitude de sens qui habite le texte de l’Auteur, sa « langue spirituelle » :

  • 22 Nous soulignons.

Elle ne vouloit point qu’il la quittat, & il lui sembloit qu’à force de s’attacher à lui, il la defendroit contre Monsieur de Nemours. Aprés avoir bien tourné cette phrase de tous les côtés, pour y trouver de l’irrégularité, le Grammairien conclut, que c’est comme si l’Auteur avoit dit, Il lui sembloit qu’il la défendroit contre le Duc de Nemours, à force de s’attacher à lui. Et cette derniere phrase estant justement le contraire de celle de l’Auteur, le Grammairien a raison de dire que la construction n’en vaut rien, & j’ajoûterai que le sens n’en vaut rien aussi ; mais qu’importe, puisque ce n’est ni la construction, ni le sens de l’Auteur, qui s’est fort nettement expliqué, & d’une maniere abregée, & qui lui est propre en cet endroit, comme par tout ailleurs. Il est vrai que cette briéveté n’est pas le fait du Grammairien. Il a peur que si l’on retranche ainsi des mots, lorsqu’on le peut, on ne se réduise enfin à parler le langage des Anges, ce qui seroit un grand mal-heur pour lui. Cette langue spirituelle ne seroit pas de sa juridiction, & il se trouveroit sans emploi : Mais pour ceux qui ne prétendent point à cette magistrature, ils n’y seront pas si difficiles ; & je suis seur qu’ils s’accommoderont de cette expression que le Grammairien reprend dans nostre Histoire, où il est dit au sujet du Roy Henry II. affligé de l’opinion que Madame de Valentinois avoit sacrifié sa bague, etc. Et en effet, elle n’est pas moins françoise, pour estre abregée22. (Conversations, p. 310-311)

  • 23 Arnauld et Nicole (1993, p. 226-227).
  • 24 Voir l’analyse de ce passage par Declercq (1992, p. 105).

10Le grammairien n’entend pas la signification de la syntaxe de la phrase, ni sa liaison poétique. Pour Charnes, le vide sémantique rencontre le plein syntaxique tandis que le recours à l’ellipse autorise un nouveau type de coïncidence indirecte entre le discours et la pensée qu’il exprime. Par sa pratique de l’ellipse, l’auteur de La Princesse de Clèves lie, par une nécessité logique et esthétique, l’expression de l’idée et sa vivacité spirituelle. Charnes met en effet en évidence le fait que la pensée elle-même est une forme et détermine la forme ordonnée de la langue. L’ellipse ainsi intellectuellement caractérisée présente en effet des affinités avec l’enthymème tel qu’il est défini par la Logique dite de Port-Royal : un syllogisme parfait dans l’esprit mais imparfait dans l’expression, où il densifie ses énoncés en les abrégeant, en supprimant une proposition évidente et « facilement suppléée par l’esprit de ceux à qui on parle »23. Plutôt que de mimer, dans la mesure du possible, la synthèse intellectuelle, les déductions laborieuses se modèlent au contraire sur la succession stricte des mots, sur la progression lente de la phrase24.

  • 25 Du Plaisir écrit à ce propos : « Cette sorte de breveté ne s’acquiert point, on ne la reçoit que d (...)
  • 26 Le roman illustre le phénomène que décrit G. Declercq (1999, p. 681) comme une superposition, « au (...)
  • 27 Arnauld et Lancelot (1993, p. 160-161).
  • 28 « Une passion violente ne permet jamais de dire tout ce que l’on voudrait dire. La langue est trop (...)
  • 29 Voir Dumarsais (1988, p. 350-351) : « L’ellipse fait bien voir la vérité de ce que nous avons dit (...)
  • 30 Institution oratoire, VIII, 3, 83 et 85-86, et IX, 2, 65 : l’emphasis « fait saisir une pensée plu (...)
  • 31 A. Michel (1982, p. 133-148) écrit à propos de l’ellipse chez Pascal : « À partir du moment où un (...)
  • 32 G. Philippe souligne que la grammaticalisation des discours sur la littérature, des interrogations (...)

11L’agréable langue « spirituelle » reposerait sur une inspiration linguistique qui saurait exactement trouver les mesures équilibrées de la justesse dans un domaine périlleux : « Mais aussi on pourroit aisément pecher dans cet article, par un discours trop concis. Souvent un mot osté, s’il ne détruit ou obscurcit le sens, fait un mauvais langage. » (Sentimens, p. 208) D’Horace à Barthes, cette hésitation et cette conscience d’une nécessaire réversibilité entre obscurité de la concision et désagrément de l’exhaustivité est traditionnelle25. L’ellipse a, pour sa défense, sa force expressive : « Il est facile d’abréger, […], en ne disant que la moitié des choses. La question est d’abreger & de tout exprimer, comme fait si bien l’Auteur […]. » (Conversations, p. 321) Mais pour relever le défi, l’argumentation de Charnes confère aux licences poétiques la nécessité de la règle, reléguant par le même geste l’application des règles grammaticales aux licences abusives. Car l’exigence de fidélité à la pensée peut conduire à considérer la langue elle-même comme un obstacle herméneutique à l’unification de la représentation intellectuelle et du discours. Le modèle de la clarté syntaxique se trouve ainsi puissamment concurrencé par un courant littéraire dans lequel La Princesse de Clèves s’inscrit et que la notion d’atticisme ne permet sans doute pas de recouvrir totalement26. L’« ordre le plus naturel » décrit par la Grammaire générale et raisonnée repose en effet sur une conception plus synthétique qu’analytique, plus abstraite que formelle, de la clarté : parce que « les hommes suivent souvent le plus le sens de leurs pensées, que les mots dont ils se servent pour les exprimer », ils ont ouvert la possibilité de « renverser l’ordre naturel » et ont introduit l’ellipse parmi les figures « qui sont comme autant d’irrégularités dans la Grammaire, quoiqu’elles soient quelquefois des perfections et des beautés dans la langue »27. Les ambiguïtés du « classicisme » se trouvent ainsi soulignées par le texte troué de son roman le plus emblématique. L’unique ouvrage théorique qui, au xviie siècle, s’attarde sur l’ellipse est La Rhétorique de Bernard Lamy qui la décrit comme la manifestation de la passion perturbant l’ordre de la langue28. Une telle configuration ne rend pas compte de l’usage de l’ellipse analysé dans La Princesse de Clèves, bien plus proche, dans son fonctionnement et ses effets, des principes logiques posés par les écrits port-royalistes. L’ellipse ne manifeste pas une défaillance de la maîtrise linguistique, cédant sous la vigueur irrationnelle du sentiment à transmettre au lecteur : elle ne se résume pas à un manque. L’ellipse autorise en revanche l’inscription de la pensée dans la langue et la mise en mouvement de la seconde par le dynamisme de la première. C’est en ces termes que le xviiie siècle achève la réhabilitation de l’ellipse chez Du Marsais ou Condillac29. L’écriture de La Princesse de Clèves permet de nuancer la définition de la « clarté classique » comme résultat d’une perfection syntaxique de la phrase. Le très dogmatique parallélisme logico-grammatical cède ici devant une interprétation intellectualiste de l’emphase rhétorique qui réunit, chez Quintilien30 et ses successeurs, la brevitas et l’energeia. L’actualisation ainsi menée de ce procédé satisfait, pour les lecteurs raisonnables du roman, l’intelligence et l’imagination ensemble ; elle conserve en effet à la construction fictionnelle son caractère d’entreprise rationnelle, sans renvoyer dos à dos les termes du couple passion et raison. Le style de La Princesse de Clèves expérimente le fait que la pensée, pour être logique, ne suit pas forcément un ordre successif, sans pour autant être dépourvue de forme. Plus que le dogme de l’ordre naturel de la langue, c’est finalement l’idée d’une linéarité de la pensée qui se trouve mise en débat par l’usage de l’ellipse dans le roman31. Cette interrogation conduit à refuser que la norme surdétermine la langue littéraire et n’entrave ainsi la possibilité d’un retour à la pensée32.

  • 33 Sentimens, p. 301-304. À ceux qui veulent s’essayer à l’écriture littéraire, Du Plaisir donne ce c (...)
  • 34 G. Genette (1966, p. 209-211) définit la figure « comme écart entre le signe et le sens, comme esp (...)

12Le roman de Mme de La Fayette présente une narration extrêmement dépouillée, choisissant pour thème central un drame sentimental assez banal, une « bagatelle »33, que le traitement et l’écriture densifient pourtant au point d’en faire une œuvre singulièrement forte ; car, comme le remarque Du Plaisir : « une bagatelle bien écrite n’est plus une bagatelle. » La vertu expressive du texte, défendue en particulier par Charnes, manifeste à quel point un choix de langue relève d’un choix de sens. La concordance s’établit alors entre une expression et une forme de pensée34 ; l’ellipse, perçue d’abord comme perturbation du processus par lequel le système de la langue rencontre dans l’esprit les catégories de la pensée, entend retrouver celle-ci dans une cogenèse idéale. La mise en question du dogme de l’ordre naturel dans la querelle de La Princesse de Clèves révèle l’existence d’un courant du « classicisme » hostile au formalisme et au littéralisme incarné dans la coïncidence normée de l’ordre des mots et de celui des idées. Cette préférence de l’esprit au détriment de la lettre induit des conséquences pratiques, sur l’écriture des textes, et théoriques, sur leur réception par ceux qui deviennent leurs critiques. La querelle marque de fait une tentative d’émancipation de la littérature par rapport au règne classique de la grammaire, l’invisibilité linguistique achevant la force de l’énoncé romanesque.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arnauld A. et Lancelot C., 1993 [1660], Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal (édition de 1846), Genève, Slatkine Reprints.

Arnauld A. et Nicole P., 1993, La Logique ou l’art de penser, P. Clair et F. Girbal (éd.), Paris, Vrin.

Barthes R., 2002, « Plaisir aux Classiques », dans Œuvres compètes, t. I, Éric Marty (éd.), Paris, Seuil, p. 57-67.

Bouhours D., 1715, La Manière de bien penser dans les ouvrages d’esprit, Paris, Michel Brunet, Quatrième discours, p. 518-519. Réédition : Brighton, Sussex reprints, 1971.

—, 2003 [1671], Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène, B. Beugnot et G. Declercq, Paris, Honoré Champion.

Condillac, 1947 [1775], Grammaire, dans Cours d’Études pour l’Instruction du Prince de Parme, coll. « Corpus général des Philosophes français », Presses universitaires de France.

Declercq G., 1992, L’Art d’argumenter, structures rhétoriques et littéraires, Paris, Éditions universitaires.

—, 1999, « La rhétorique classique entre évidence et sublime (1650-1675) », dans M. Fumaroli (dir.), Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne (1450-1950), Paris, Presses universitaires de France, p. 680.

Doiron N., 1996, « Le style obscur », Littératures classiques, no°28, p. 211-237.

Dumarsais, 1988, Des Tropes ou des différents sens, F. Douay-Soublin (éd.), Paris, Flammarion.

Faudemay A., 2001, Le Clair et l’obscur à l’âge classique, Genève, Slatkine.

Genette G., 1966, Figures I, Paris, Seuil.

Lamy B., 1998, La Rhétorique ou l’Art de parler, C. Noille-Clauzade (éd.), Paris, Honoré Champion.

Landy-Houillon I., 1986, « “Netteté” et “Ingéniosité” ou le clair-obscur en syntaxe », xviie siècle, no°152, p. 255-267.

—, 1996, « L’ellipse : une figure chez Madame de Sévigné », Littératures classiques, no°28, p. 285-294.

Le Guern M., 1983, « L’ellipse dans la tradition rhétorique française », Histoire, épistémologie, langage, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Michel. A, 1982, « Saint Augustin et la rhétorique pascalienne : la raison et la beauté dans l’“Apologie de la religion chrétienne” », xviie siècle, no°135.

Molino J., 1977, « Qu’est-ce que le style au xviie siècle ? », dans Critique et création littéraires en France au xviie siècle, Paris, CNRS, p. 337-356.

Mouchel C., 1999, « Les rhétoriques post-tridentines (1570-1600) : la fabrique d’une société chrétienne », dans Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne 1450-1950, M. Fumaroli (dir.), Paris, Presses universitaires de France.

Sermain J.-P., 1999, « La Culture de la langue française aux xviie et xviiie siècles : une introduction », dans Hans Jürgen Lüsebrink (dir.), Die Französische Kulturinterdisziplinäre Annäherungen, St Ingbert, Röhrig Universitätsverlag, p. 71-105.

Siouffi G., 1995, Le « Génie de la langue française » à l’âge classique. Recherches sur les structures imaginaires de la description linguistique de Vaugelas à Bouhours, thèse de doctorat nouveau régime, Paris IV.

Weinrich H., 1989, « Clarté du français ou clarté des Français ? », Conscience linguistique et lectures littéraires, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, p. 219-235.

Notes

1 Siouffi(1995).

2 Paris, C. Blageart, 1683. Toutes nos références renverront à cette édition désormais abrégée par Sentimens ; voir également l’édition moderne donnée récemment par C. Esmein au sein de l’anthologie intitulée Poétiques du roman, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 709 et suiv.

3 Arnauld et Lancelot (1993, p. 160). Cf. Bouhours (2003, p. 118) : « la langue Française est peut-être la seule, qui suive exactement l’ordre naturel, & qui exprime les pensées en la manière qu’elles naissent dans l’esprit. » I. Landy-Houillon (1986, p. 257) commente ce passage ainsi : « L’art de la syntaxe n’est que l’art de la suite dans les idées ».

4 J.-P. Sermain (1999, p. 83) explique ainsi que, dans la culture classique : « L’un des pivots de la confrontation des langues, et de la prétention du français, est la question de l’ordre des mots. Elle suppose que le discours est le reflet de la pensée, que la pensée est universelle, et qu’elle emprunte ensuite le truchement des mots. »

5 Voir Vaugelas, Nouvelles remarques, Genève, Slatkine Reprints, 1972 [1690], p. 151-152 : « il faut toujours se ressouvenir que nôtre langue aime grandement les répétitions des mots, lesquelles aussi contribuënt beaucoup à la clarté du langage, que la Langue Françoise affecte sur toutes les Langues du monde. Aussi pour l’ordinaire elle ne supprime rien : ce qui est toutefois une grande élégance parmi les Grecs & les Latins, qui engendre néanmoins bien souvent de l’obscurité et des équivoques. Mais la nôtre dit tout, & répète même des mots qui semblent inutiles, afin d’ôter toute occasion de douter de ce que l’on veut dire. »

6 Fac-similé de l’édition de 1678, éd. J. Chupeau, Presses universitaires de Tours, 1972 ; toutes nos références à cette œuvre renverront à cette édition notée Lettres. Voir aussi l’édition moderne des Lettres à Madame la Marquise *** sur le sujet de La Princesse de Clèves, par C. Montalbetti, Paris, Flammarion, 2001.

7 Conversations sur la critique de La Princesse de Clèves, fac-similé de l’édition de 1679, éd. F. Weil, Presses universitaires de Tours, 1973, p. 310. Toutes nos références renverront à cette édition notée Conversations.

8 I. Landy-Houillon (1996, p. 286), citant G. Siouffi(1995, p. 167), remarque à quel point l’ellipse nous introduit aux paradoxes de l’imaginaire linguistique de l’âge classique partagé entre l’idéal d’une langue qui « exprimerait de façon pleine tous les rapports grammaticaux et sémantiques qui s’exercent entre les mots et où l’ellipse ne semble pas avoir de place », et celui d’une langue « belle de ses irrégularités, de son agrammaticalité même », devenue objet esthétique. Cette hésitation permet à l’ellipse de conserver un statut équivoque, à la fois grammatical et rhétorique.

9 M. Laugaa souligne que Valincour « ne sépare pas l’histoire (et le système) de la langue, de l’œuvre, comme événement et comme manifestation de la Loi » (Lectures de Mme de Lafayette, Paris, Colin, 1971).

10 Sauf indication contraire, ici et dans les citations suivantes les italiques sont de nous.

11 Cf. Bouhours (2003, p. 518-519) : « Il seroit à souhaiter, poursuivit Eudoxe, que nous fussions comme les Anges, qui se communiquent leurs pensées sans le secours des paroles : mais n’estant pas de purs esprits, nous sommes contraints d’avoir recours au langage pour exprimer ce que nous pensons ; et telle pensée ne se peut entendre sans un certain nombre de mots : si vous en retranchez quelque chose, sous prétexte de rendre la pensée plus forte, vous tombez infailliblement dans l’obscurité. » Cf. La Bruyère, Les Caractères, « Des ouvrages de l’esprit », E. Bury (éd.), Paris, Le Livre de Poche, 1995, § 29.

12 Declercq (1999, p. 680). Dans le sillage de Bouhours, comme le souligne G. Siouffi(1995, p. 236), il ne peut y avoir de pensée sans ordre et « le seul ordre possible de nos pensées, c’est celui qu’offre notre langue. Sinon, l’idée même d’ordre n’aurait plus de sens. On ne saurait pas ce que c’est qu’un esprit qui pense s’il ne se portait pas vers différents objets de manière successive, et selon une succession tout à fait définissable. Un nom, un verbe, un complément, sont nécessaires à la pensée. »

13 Ainsi les Conversations représentent-elles une étape capitale dans l’évolution que retrace J. Molino (1977, p. 353) et qui affecte l’appréciation de la qualité du style au xviie siècle : « la qualité première de l’expression, ce n’est plus l’efficacité recherchée sur l’auditoire, c’est la fidélité à ce qui est dans la pensée de celui qui parle » ; le « naturel » se définit désormais comme la mimèsis de la pensée.

14 H. Weinrich (1989, p. 229) souligne que le concept de clarté, s’il est bien devenu, avec Vaugelas, un concept syntaxique qui veut que l’ordre des mots corresponde « à la succession naturelle des représentations dans la pensée », n’occulte cependant pas le fait que « l’information portée par la phrase ne peut être analysée comme la somme des significations des mots isolés ». Il rappelle que « le sens d’une phrase est plus que la somme des significations des mots ; il repose au contraire sur une subtile interdépendance entre tous les éléments sémantiques » car la « détermination réciproque des mots dans la phrase » est progressive et régressive ; « la phrase est donc une totalité et une configuration ». C’est bien à ce mouvement sémantique que Charnes est sensible dans la phrase de Mme de La Fayette.

15 « L’ellipse et la cohérence du texte narratif », article à paraître aux Presses de l’Université de Saint-Étienne. Merci à M. Bigot de m’en avoir permis la lecture.

16 Voir sur ce point Siouffi(1995, p. 173) et Landy-Houillon (1986b, p. 58) : « La clarté pour les continuateurs de Vaugelas exige la mise en œuvre de tout le matériel verbal nécessaire mis par la langue à la disposition du locuteur pour l’expression de sa pensée […]. Il s’ensuit une extension du texte dont la perception, à la différence de la perception instantanée du tableau, s’inscrit dans une durée allongée, sollicitant ainsi une participation, si modeste soit-elle, de la mémoire : c’est elle qu’il faut aider par un système bien compris de relais dont les “représentants” constituent le pivot essentiel. »

17 Charnes poursuit ainsi : « Il faut un sens exquis & relevé : Il faut avoir appris par une grande experience du monde à bien juger des bien-seances, & avoir étudié les passions que l’on représente. Ainsi quoi que j’aie un grand respect pour le sçavoir extraordinaire, s’il n’est accompagné de ces qualitez, je crois qu’il ne sert non plus, pour juger de ces sortes d’ouvrages, que les plus grands talens dans un métier pour juger d’un autre métier. »

18 Voir aussi p. 294.

19 Nous soulignons.

20 Lettres, p. 311 : « Quand les femmes sont contentes de leur beauté, elles en ont une joye dont leur Amant ne fait pas la plus grande partie. Je n’entens pas bien cette phrase. Je vois bien qu’il y a beaucoup de délicatesse dans la pensée, mais je ne trouve pas qu’il y ait autant de netteté dans l’expression. »

21 Conversations, p. 308 : « L’Auteur a dit de Madame de Cleves. Elle trouva combien il estoit honteux, & tc. Le Grammairien voudroit. Elle trouva qu’il estoit honteux. La difference de l’une à l’autre de ces expressions, dit Cleante, n’est que du plus au moins. Celle de l’Auteur est plus forte, & celle du Critique plus foible. »

22 Nous soulignons.

23 Arnauld et Nicole (1993, p. 226-227).

24 Voir l’analyse de ce passage par Declercq (1992, p. 105).

25 Du Plaisir écrit à ce propos : « Cette sorte de breveté ne s’acquiert point, on ne la reçoit que de la Nature, & elle consiste à rendre en peu de mots, le mesme sens que l’on rendroit dans un long espace. » (Sentimens, p. 206) Voir Doiron (1996), citant Horace, Art poétique, v. 40-41. Cf. Barthes (2002, t. I, p. 57) : « les Classiques, étant très concis, sont très obscurs. » Sur ce point, voir Faudemay (2001, p. 203) : « Être concis, et néanmoins être clair, être clair, et cependant rester concis, voilà ce que nous demandent Bouhours, Boileau et tant d’autres. » Tout est question de justesse de proportion, comme le dit Longin traduit par Boileau (Traité du Sublime, F. Goyet (éd.), Paris, Livre de Poche, 1995, p. 132-133).

26 Le roman illustre le phénomène que décrit G. Declercq (1999, p. 681) comme une superposition, « au sein de la grammaire », de « l’esthétique atticiste de la réticence » et de « la théorie syntaxique de l’économie expressive ».

27 Arnauld et Lancelot (1993, p. 160-161).

28 « Une passion violente ne permet jamais de dire tout ce que l’on voudrait dire. La langue est trop lente pour suivre la vitesse de ses mouvements : ainsi dans le discours d’un homme que la colère anime, l’on ne trouve qu’autant de mots que la langue en a pu prononcer dans la promptitude de la passion », (Lamy, 1998, p. 218). Les écrits port-royalistes ont davantage contribué, par la recommandation d’une expression transparente à force de densité intellectuelle, à l’éclaircissement et à l’élaboration de la notion de clarté. Ils ont en effet conduit à privilégier la « soustraction des signifiants », soustraction qui, « loin de réduire la charge des signifiés, ajoute au sens le poids du lacunaire », selon les expressions de M. Laugaa (ouvrage cité, p. 110). M. Le Guern (1983, t. IV, fasc. 1, p. 79-85) remarque par ailleurs que si Lamy est bien le premier à donner un statut rhétorique à l’ellipse, jusque-là cantonnée au domaine grammatical, il n’éclaire pas la relation qui peut exister entre l’ellipse grammaticale et l’ellipse rhétorique.

29 Voir Dumarsais (1988, p. 350-351) : « L’ellipse fait bien voir la vérité de ce que nous avons dit de la pensée au mot déclinaison et au mot construction. La pensée n’a qu’un instant, c’est un point de vue de l’esprit ; mais il faut des mots pour la faire passer dans l’esprit des autres : or on retranche souvent ceux qui peuvent être aisément suppléés, et c’est l’ellipse » ; Condillac (1947, p. 541).

30 Institution oratoire, VIII, 3, 83 et 85-86, et IX, 2, 65 : l’emphasis « fait saisir une pensée plus profonde que celle que les mots expriment par eux-mêmes » ; « Par une sorte de suggestion nous voulons faire entendre ce que nous ne disons pas — non pas nécessairement le contraire, comme dans l’ironie, mais un autre sens caché et que l’auditeur doit en quelque sorte découvrir », cité et traduit par C. Mouchel (1999, p. 470).

31 A. Michel (1982, p. 133-148) écrit à propos de l’ellipse chez Pascal : « À partir du moment où un auteur recherche et pratique l’ellipse, la question du sens se pose » ; pour Pascal (et sans doute pour quelques grands écrivains qui viennent juste après lui), « la clarté du langage, sa perspicuitas, n’est pas nécessairement analytique ».

32 G. Philippe souligne que la grammaticalisation des discours sur la littérature, des interrogations littéraires est liée à « l’idée d’une spécificité partielle ou complète du discours littéraire face aux discours non littéraires » (Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française, Paris, Gallimard, 2002 [1890-1940], p. 13). Cette conscience est particulièrement nette pour les lecteurs du genre romanesque s’émancipant de la « prose ornée » : « le sentiment que l’usage littéraire de la langue se caractérise par la construction indirecte de la signification semble bien expliquer que l’on s’intéresse soudain aux faits grammaticaux. Tant que la littérature était conçue, mutatis mutandis, comme de la prose ornée ou améliorée, les aspects syntaxiques des textes n’avaient pas à être pris en compte. » (Ibid., p. 155)

33 Sentimens, p. 301-304. À ceux qui veulent s’essayer à l’écriture littéraire, Du Plaisir donne ce conseil : « il leur suffira mesme de connoistre leur Langue, & ils peuvent s’assurer qu’une bagatelle bien écrite, n’est plus une bagatelle. »

34 G. Genette (1966, p. 209-211) définit la figure « comme écart entre le signe et le sens, comme espace intérieur du langage » : « Un signe ou une suite de signes linguistiques ne forment qu’une ligne, et cette forme linéaire est l’affaire des grammairiens. La forme rhétorique est une surface, celle que délimitent les deux lignes du signifiant présent et du signifiant absent » ; « Toute figure est traduisible, et porte sa traduction, visible en transparence, comme un filigrane, ou un palimpseste, sous son texte apparent. La rhétorique est liée à cette duplicité du langage. »

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search