Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

II. Histoire des genres et débats esthétiques

Le nom divin et l’ordre de la phrase chez Bossuet : aspects d’une stylistique positionnelle

Nicolas Laurent

Texte intégral

  • 1 Toutes nos références aux sermons de Bossuet renvoient à l’édition fournie par C. Cagnat-Debœuf (B (...)

1Le terme de « discernement » fournit assurément l’étymon spirituel des sermons du Carême du Louvre de Bossuet. Il cristallise une dynamique d’écriture qui promeut la catégorie nominale et qui exploite le continuum existant entre les noms communs concrets, souvent associés à la représentation de la diversité du monde et de ces « temps de mélange » évoqués dans le Sermon sur la Providence (p. 120)1, les noms communs abstraits, plus fréquents dans les énoncés ayant pour objet des vérités conceptuelles et destinés à fonder une morale, et les noms propres enfin, qui explicitent le contenu d’une « pédagogie divine » (Le Brun, 2002, p. 7). Cet étagement lexical discerne naturellement, in fine, les noms divins.

2Cette importance accordée aux noms divins implique-t-elle, dans la phrase de Bossuet, un traitement particulier ? L’énonciation de « Dieu » ou de l’un des autres noms de Dieu (« le Seigneur », « l’Éternel », « le Très-Haut », « mon Roi », etc.) sélectionne-t-elle des configurations linguistiques spécifiques ? Quelles sont les propriétés positionnelles d’« un nom si auguste » (Sermon pour la fête de l’Annonciation de la Sainte Vierge, p. 162) ? Nous voudrions proposer dans ce qui suit quelques éléments d’une réflexion grammaticale et stylistique sur les modes de figuration engagés à travers la position du nom divin référant à Dieu le Père (nous avons dû exclure du corpus les noms de Jésus, qui n’ont pas le même comportement linguistique). Il s’agit plus exactement, dans le cadre imparti, de décrire certains emplois de certaines formes caractéristiques de la pratique de Bossuet en 1662.

3Notre épistémologie du style promeut une fonction représentationnelle, et non communicationnelle (c’est-à-dire rhétorique) du fait de style. La puissance de figuration de l’écriture sermonnaire de Bossuet — qui constitue pour nous, « tardifs » (Molinié, 1996, p. 69), sa littérarité — assujettit la fonction rhétorique à la structure de symbolisation. Et le stylisticien a en charge l’étude de cette objectivation du mouvement par lequel la dicibilité d’un non-verbal est comme posée, pesée, discutée ou conquise. C’est ce rapport-là, d’ordre sémiotique, qui, en dernière instance, fonde le style, non le rapport intersubjectif analysé en aval par la rhétorique. C’est là que peut s’appréhender pour une part le style de Bossuet, fût-ce dans le paradoxe d’une simple syntaxe d’expression pour reprendre une expression de Guillaume ou d’une hypernorme médiatisant la loi de Dieu. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille ignorer les déterminations énonciatives ou, plus largement, pragmatiques, d’un « discours ». En l’occurrence, l’énoncé sermonnaire est, fondamentalement, délibératif, agissant pour obtenir la conversion du Roi et de la cour. Mais la rhétorique ne fournit qu’un contexte du style, une orientation fonctionnelle, extrinsèque, et vers le sujet : le fait de style, de soi, n’améliore pas la communication de l’objet qu’il représente.

La réinvention stylistique de la norme

  • 2 Vaugelas, Remarques sur la langue française, Paris, Veuve Jean Camusat, 1647, remarque « De la net (...)
  • 3 Arnauld et Lancelot, Grammaire générale et raisonnée, Paris, 1660, seconde partie, chap. xxiv, « D (...)

4Beaucoup de phrases de Bossuet comportant un nom divin ne présentent pas un ordre des mots marqué : « Dieu veut que nous vivions au milieu du temps dans une attente perpétuelle de l’éternité. » (Sermon sur la Providence, p. 116) L’énoncé de la loi divine se déploie normalement, sans écart syntaxique, et clairement, nettement. De facture « classique », il respecte l’idéal d’une « expression claire et nette »2 de la pensée, celle-ci s’appuyant sur une conception particulière du génie de la langue française qui suivrait « l’ordre le plus naturel et le plus désembarrassé »3. Cette clarté « française » confère à l’énoncé une transparence, une intelligibilité, une vertu de communicabilité rhétorique évidemment nécessaires dans le cadre de la pratique sermonnaire. Une telle correction formelle et fonctionnelle laisse-t-elle la place à l’appréhension d’un jeu de figuration plus spécifiquement stylistique ?

5Si l’on accepte l’idée que le style réactive dans le discours et rend sensible la fonction sémiotique en l’attachant à des signes complexes, on est forcé de constater que, bien que la séquence considérée ne se signale pas, de ce point de vue, comme écart, l’ordre des mots a valeur stylistique. La nominalisation opérée par la conjonction « que » subordonne le sujet humain, « nous », au sujet divin, « Dieu », placé à l’initiale de la phrase. Le sujet humain est regardé à travers le vouloir du sujet divin regardant. L’expression de la soumission en constitue une abstraction sensible et la signifie dans ses modalités propres.

6Ce type d’énoncé renvoie plus généralement à la vision d’un monde fortement hiérarchisé, dirigé par la Providence — vision que cristallise en effet le polysème « ordre » qui peut renvoyer aussi à l’ordonnancement de la Création, comme le révèle la suite de la citation :

Dieu veut que nous vivions au milieu du temps dans une attente perpétuelle de l’éternité ; il nous introduit dans le monde, où il nous fait paraître un ordre admirable pour montrer que son ouvrage est conduit avec sagesse, où il laisse de dessein formé quelque désordre apparent pour montrer qu’il n’y a pas mis encore la dernière main. (Idem)

7La stylistique de l’ordre des mots chez un écrivain comme Bossuet suppose donc l’existence d’un ordre proprement stylistique de la phrase, c’est-à-dire d’un ordre intimement associé à une fonction représentationnelle, imageant d’un « ordre » non-linguistique, métaphysique. La figuralité de l’énoncé n’est pas dans sa déliaison provisoire, mais dans la remotivation, la réinvention d’une norme grammaticale de liaison comme mode de figuration.

8On remarquera par ailleurs que l’utilisation de la cadence majeure dans la phrase analysée manifeste un souci formel qui ne saurait s’expliquer uniquement par les exigences rhétoriques relatives au nombre oratoire. Cette cadence constitue un puissant facteur d’intégration de l’énoncé, mais selon un « ordre » qui n’est pas proprement linguistique. La succession des deux syntagmes prépositionnels « au milieu du temps » et « dans une attente perpétuelle de l’éternité », tout en renforçant formellement l’unité du prédicat verbal dont la tête est constituée par le verbe « vivions », exemplifie le contenu de sens, comme l’indique la variation sur la sémantèse prépositionnelle (« au milieu de » au milieu de la phrase vs « dans »).

  • 4 Nous proposons de distinguer : a) la commensurabilité sémiologique, qui concerne les relations int (...)

9Le style rend commensurable ce qui est hétérogène — il inscrit donc aussi l’hétérogène dans ce qui se mesure du discours. Une telle commensurabilité qui affecte les différents niveaux de réalisation sémiologique, sémiotique et sémantico-référentiel4 du discours lie intimement l’ordre des mots et l’ordre divin — commandement ou ordonnancement — dans l’« ordre » de la phrase.

De quelques propriétés positionnelles du nom divin

  • 5 Le nom divin n’est que rarement complément de l’adjectif.

10Qu’en est-il, plus précisément, des propriétés positionnelles du nom divin au sein de ce qui ressemble à une hypernorme ? Nous entendons par « propriétés positionnelles » les propriétés relatives à la position syntaxique mais aussi à la position formelle (ou place) dans la phrase. Les relations entre ces deux « positions » dépendent du statut énonciatif du nom. La place du nom divin en fonction d’apostrophe est, par définition, indépendante de toute position syntaxique. En emploi délocutif, le nom divin voit sa place dépendre de sa position syntaxique. Il peut être en fonction primaire (nous l’appellerons désormais « nom divin primaire ») ou en fonction secondaire, participant à la caractérisation (indirecte) d’un autre nom ou d’un élément convalent d’un nom (comme dans « la volonté de Dieu »)5. Le « nom divin secondaire » n’apparaît jamais dans les apostrophes du Carême du Louvre. Le prédicateur ne s’adresse pas à « la souveraineté » ou à « la volonté » de Dieu : c’est Dieu même qui est invoqué, sans la médiation d’une idée subordonnante.

Le nom divin en emploi allocutif

  • 6 Sur ce point, voir notre étude sur la « Stylistique de l’énonciation sermonnaire » (Laurent, 2006)

11Le nom divin primaire exerce régulièrement la fonction d’apostrophe dans la phrase sermonnaire. Il possède une potentialité allocutive que le contexte renforce souvent par le jeu d’une transformation allocutive in praesentia. Il est fréquent que le processus de déictisation, qui est au cœur de l’énonciation sermonnaire, aboutisse à un dédoublement par lequel le discours sur Dieu devient un discours adressé à Dieu, développant une logique graduelle dans la (re)présentation propriale6. Le nom divin s’émancipe alors des contraintes syntaxiques pour instancier directement son référent, et acquiert une liberté de place qu’il n’a évidemment pas en emploi délocutif.

12Le plus souvent, toutefois, le nom divin allocutif figure en début d’énoncé. Il est renforcé par l’interjection « ô » et précède une modalité non assertive, exclamative ou interrogative. Il intervient comme une sorte de jalon énonciatif dans un processus de verbalisation progressive de l’indicible : « Ô Seigneur, que vous me pressez ! » (Sermon du mauvais Riche, p. 103) s’exclame le mauvais Riche dans l’hypotypose « empress[ée] » (ibid., p. 102) de son jugement. L’apostrophe divine est plus rarement placée en milieu de phrase, et elle reste exceptionnelle en fin de phrase. Dans ce dernier cas de figure, elle se présente sous la forme d’un nom propre modifié — phénomène morphologique relativement marqué pour les noms divins référant à Dieu le Père : « Qu’est-ce donc que ma substance, ô grand Dieu ? » (Sermon sur la Mort, p. 151). La place finale semble appeler une apostrophe qui ait aussi valeur prédicative, comme s’il était de son ressort de participer à l’explicitation du sens fondamental de la phrase, de lui donner forme : « ma substance » n’est rien face à la « grand[eur] » de Dieu. L’apostrophe condense ainsi le parcours dynamique de la phrase en ouvrant la représentation prédicative à la présentation allocutive du « grand Dieu ».

Le nom divin en emploi délocutif

13Le nom divin délocutif dans les sermons du Carême du Louvre peut être en position primaire ou secondaire, comme le montre la variation stylistique suivante qui met en évidence l’accès de « Dieu » seul à la fonction sujet, à partir d’une construction caractérisante (« la volonté de Dieu ») :

Ceux donc qui ne découvrent rien sur la terre qui puisse leur faire loi doivent être d’autant plus préparés à la recevoir d’en haut. S’ils font la volonté de Dieu, je ne craindrai point de le dire, non seulement leurs sujets, mais Dieu même s’étudiera à faire la leur. (Sermon pour la Purification de la Vierge, p. 72)

14La norme contextuelle établit un repoussoir grammatical qui favorise l’expression de la puissance agentielle de « Dieu ».

Le nom divin primaire

15Le nom divin primaire constitue essentiellement, chez Bossuet, un argument du verbe. Les trois fonctions les mieux représentées dans le Carême du Louvre sont, dans l’ordre décroissant : sujet, objet indirect (ou second) — introduit par la préposition « à » — et objet direct. Plus rarement, il entre dans des constructions locatives dépendant étroitement du verbe — et introduites par « devant » —, est attribut, complément d’agent ou circonstant. Nous voudrions insister, dans ce qui suit, sur deux variations positionnelles que le jeu des normes générale (grammaticale) et génétique (contextuelle) invite à considérer. La première fait du complément d’objet indirect une variante stylistique du sujet ; la seconde relève plus directement de la catégorie de la voix et concerne le rapport établi entre le sujet et le complément d’agent — variation qui n’affecte que sporadiquement la représentation de Dieu le Père.

16L’étude statistique le révèle : Bossuet institue le nom divin primaire dans deux positions syntaxiques majeures, sujet et objet indirect. Ces deux positions renvoient à deux modes d’expression symétriques du rapport existant entre Dieu et la créature. Soit Dieu est agent, et il est le plus souvent sujet d’un verbe transitif dénotant un processus dynamique orienté vers la créature. Soit il est le « destinataire » d’un processus exigé de la créature, et il est objet indirect, régime de la préposition « à ». On opposera ainsi « Dieu vous promet son secours » et l’injonction « surmontez-vous quelquefois pour vous assujettir à Dieu et à la raison » dans le premier point du Sermon sur l’efficacité de la Pénitence (p. 187 puis 184). L’ordre de la linéarisation est significatif, comme le montre la variation énonciative affectant ces deux propositions : la modalité volitive ne fait que refléter, dans l’énonciation, le contenu énoncé, l’assujettissement « à » Dieu.

17Il faut voir dans cette préposition prospective la cristallisation de la pragmatique sermonnaire : le prédicateur dit à ses allocutaires leur nécessaire soumission à Dieu. L’adresse royale qui conclut le Sermon du mauvais Riche exploite ainsi le sémantisme de ce morphème syncatégorématique :

Sire, Votre Majesté aime ce plaisir ; elle en a donné des marques sensibles, qui seront suivies de plus grands effets. C’est aux sujets à attendre, et c’est aux rois à agir ; eux-mêmes ne peuvent pas tout ce qu’ils veulent, mais ils rendront compte à Dieu de ce qu’ils peuvent. C’est tout ce qu’on peut dire à Votre Majesté. Il faut dire le reste à Dieu, et le prier humblement de découvrir à un si grand roi les moyens de satisfaire à l’obligation de sa conscience, de mettre le comble à sa gloire et de poser l’appui le plus nécessaire de son salut éternel. (p. 110)

18L’« obligation » a le caractère de la préposition. Son omniprésence structurante a valeur énonciative : elle est la trace grammaticale d’un discours intersubjectif, adressé à la personne royale. Il est remarquable que l’image linguistique de celle-ci oscille entre allocution et délocution : in fine, c’est l’exophore divine, mais non déictique, (« Dieu »), qui impose ses repères, « absorbant » la singularité historique dans la représentation de l’éternité. L’ultime préposition « de » — qui rattache le syntagme « son salut éternel » au nom « appui » là où la préposition « à » eût indiqué une incidence au superlatif « le plus nécessaire » — signale d’ailleurs une résolution de la tension (portée par « à ») au moment où la communication sermonnaire s’efface. La forme ainsi créée accompagne et exemplifie dans le discours la transcendance incommensurable de Dieu.

  • 7 Sur la diathèse, voir les études éclairantes de B. Pottier (1992, p. 134-153).

19Le prédicateur recherche en fait une adéquation forte entre la dimension linéaire de l’axe syntagmatique, nécessairement prospectif, et le sens même de la phrase, qui projette une transcendance. Ce phénomène explique que le nom divin agent soit rétif à la fonction complément d’agent ainsi qu’à la préposition rétrospective « de » introduisant l’objet indirect d’un verbe hyponyme de « recevoir ». Fondamentalement, le nom divin agent est sujet. Quand il est objet indirect, il signifie à qui doit être rendu le culte, à qui s’adressent les prières du fidèle, à qui il faut rendre des comptes. Naturellement, le destinataire est toujours, au fond, l’origine. La coexistence, formant système, de ces deux schémas renvoie à deux parcours à la fois complémentaires et concurrents, l’inversion diathétique7 ne se produisant pas, ici, au niveau grammatical, entre l’actif et le passif, mais au niveau lexical, entre deux types de verbes sémantiquement différenciés.

20La place du nom divin primaire en position de sujet est déterminée par l’orientation thétique du discours sur Dieu. Il est presque toujours antéposé au verbe dans des énoncés de modalité assertive. Aucun adverbe modalisant placé à l’initiale de la phrase qui entraîne une inversion complexe du type « Aussi Dieu vous promet-il son secours ». Les cas d’inversion (simple) sont donc rarissimes, limités à l’incise lexicalisée « dit le Seigneur » (p. 103, 143, 220) dont est mimée une fois la syntaxe dans une subordonnée régie par le présentatif voici : « Voici ce qu’a dit le Seigneur à Cyrus, mon oint » (p. 235), au tour lexicalisé « Vive l’Éternel ! » (p. 149 et 176), et à l’interrogation directe partielle qui semble constituer contextuellement un hapax : « La sagesse humaine demande souvent : ‘‘Qu’est venu faire un Dieu sur la terre ?’’ » (Sermon pour la fête de l’Annonciation de la Sainte Vierge, p. 164). Si cette interrogation est conforme à la norme grammaticale, elle n’en est pas moins stylistiquement marquée, relativement à la norme contextuelle, d’une part, à une norme sémiotique d’autre part. L’utilisation de la modalité interrogative permet en effet à Bossuet de faire descendre le nom divin dans l’ordre de la phrase, mimant le mystère par lequel « un Dieu descend pour se faire aimer » (p. 166). Le Nom s’incarne « sur la terre ». Le nom propre modifié « un Dieu » exploite d’ailleurs le sémantisme de l’article indéfini, qui semble cumuler deux valeurs, exemplaire (« un être tel que Dieu ») et stylistique : « un Dieu », à mi-chemin d’un statut proprial et d’un statut de nom commun, figure le mystère de l’Incarnation au point qu’il y a possibilité d’une double référence, au Père et au Fils.

21La puissance agentielle d’« un Dieu » se réalise donc, exemplairement, à travers la fonction sujet. Le nom divin est exceptionnellement complément d’agent. Quand elle se produit, la transformation passive sert à médiatiser un point de vue interne, une subjectivation du procès : « comme [l’homme] a été établi par son Créateur pour une condition plus heureuse, ce qui se fait dans les autres n’a point de conséquence pour lui, et n’adoucit point ses disgrâces. » (Sermon pour la Purification de la Vierge, p. 57) Elle peut surtout participer à une stylisation du « délaissement » divin : « Mais l’attache aveugle à la créature au préjudice du Créateur a mérité à notre Sauveur un supplice bien plus terrible : c’est d’avoir été délaissé de Dieu. » (Sermon sur la Passion de Notre-Seigneur, p. 258) Cet énoncé est marqué par un principe d’inversion sémiologique, qui répond à l’exigence de figuration d’un « supplice ». L’inversion diathétique s’associe à une cadence mineure qui régit le mode de succession des propositions et des noms propres de Dieu le Père (« le Créateur »/« Dieu »). C’est bien la représentation pathétique d’un « désordre » qui « porte séparation d’avec Dieu » (p. 257). Le nom divin primaire complément d’agent constitue donc un écart, et cet écart a vocation représentationnelle.

Le nom divin secondaire

22Les syntagmes du type « la volonté de Dieu » n’ont pas exactement les mêmes propriétés positionnelles que le nom divin primaire. Si le nom « Dieu » est, tendanciellement, du côté du sujet, « la volonté de Dieu » est, plutôt, du côté de l’objet direct. L’étude statistique du corpus fait apparaître ensuite les fonctions sujet et objet indirect. Ces variations confirment, semble-t-il, certaines des remarques déjà formulées : le nom divin non-subordonné à un nom commun qui en particularise la représentation est étroitement associé à la fonction sujet, qui est syntaxiquement la plus propre à dire la puissance d’action de Dieu.

23Il est clair, cependant, que cet assujettissement du nom divin à un autre constituant lui confère des propriétés figuratives nouvelles : « Telle est la complaisance qu’exige de nous la souveraineté de notre Dieu, un accord, un consentement, un acquiescement éternel, un oui éternel, pour ainsi parler, non de notre bouche, mais de notre cœur, pour ses volontés adorables. » (Sermon pour la fête de l’Annonciation de la Sainte Vierge, p. 171) Le syntagme sujet « la souveraineté de notre Dieu », qui extrait et nominalise un attribut divin (vs « notre Dieu souverain »), est, en raison de son volume syllabique, postposé au verbe de la relative, tandis que « notre Dieu » eût été volontiers antéposé (« la complaisance que notre Dieu exige de nous »), comme dans la phrase qui propose en amont, formant chiasme : « il faut apprendre d’un Dieu quelle complaisance un Dieu mérite. » (Idem) La recherche stylistique de Bossuet vise, là encore, à rendre commensurables l’orientation prospective de l’axe syntagmatique et le sens même de l’énoncé : l’ordre des mots concrétise le mouvement vers le nom divin et vers son énonciation intime, figure l’« acquiescement » à la volonté de Dieu. Ce n’est donc pas le volume du sujet qui a déterminé sa place, relativement marquée dans Le Carême du Louvre, mais c’est le sens même de la phrase qui a déterminé son volume et, corrélativement, sa place.

Le tropisme verbal du nom divin

24Les exemples l’indiquent : le nom divin — en particulier le nom divin primaire délocutif — est étroitement associé au verbe, et cette association constitue, à n’en pas douter, une structure prégnante de la phrase sermonnaire. En dehors des cas où la grammaire exige la présence devant le verbe d’un complément clitique ou du discordantiel de la négation ne, il est rare que le nom divin en position de sujet soit séparé du verbe par un autre constituant. Quand un tel phénomène se produit, il permet généralement de mettre en valeur un attribut divin : « Dieu, dans la profondeur de ses miséricordes, laisse quelquefois dans ses serviteurs des désirs imparfaits du mal, pour les enraciner dans l’humilité » (Sermon sur l’intégrité de la Pénitence, p. 214) ou de styliser le contenu énoncé : « Dieu, séparant encore une fois la lumière d’avec les ténèbres, mettra, par un dernier jugement, la justice et l’impiété dans les places qui leur sont dues. » (Sermon sur la Providence, p. 117) Dans cette dernière phrase, l’apposition participiale mime la séparation par laquelle s’opère le « dernier jugement ». Quand le nom divin est en position d’objet indirect, la règle locale de contiguïté verbale semble se vérifier : le prédicateur adopte « quand il faut tout à fait se donner à Dieu » (Sermon sur l’efficacité de la Pénitence, p. 187-188), contre la formulation « quand il faut se donner tout à fait à Dieu ». Parallèlement, « un roi sage, un roi capitaine, victorieux, intrépide, expérimenté, confesse à Dieu humblement » — et non « humblement à Dieu » — « que c’est lui qui soumet ses peuples sous sa puissance » (Sermon sur les devoirs des Rois, p. 235). La règle de cadence majeure favorise naturellement l’installation du nom divin, doté d’un faible volume syllabique, en position immédiatement post-verbale. Mais il faut souligner que lorsqu’un verbe trivalent régit deux actants non pronominaux, et que ces deux actants sont isovolumétriques, le nom divin a tendance à suivre le verbe : « C’est, Messieurs, la douleur de la pénitence qui couvre à Dieu nos péchés. » (Sermon sur l’intégrité de la Pénitence, p. 218) La grammaire du nom divin est une grammaire verbale, et ce comportement syntaxique révèle un tropisme verbal du nom de « Dieu ». Assurément, Dieu est action, dynamisme, présence, et les propriétés positionnelles de son nom en font une synthèse de nom et de verbe, de sujet et de prédicat.

  • 8 . Antonomase bien particulière, en ce qu’elle ne présente pas l’article défini prototypique (« le S (...)
  • 9 . Le vaste problème de la sémantique du nom propre (signification ou sens) a donné lieu à de nombre (...)

25La phrase de Bossuet apparaît ainsi comme un parcours diathétiquement orienté de la créature vers Dieu ou de Dieu vers la créature. Le mode de formation même du nom divin implique d’ailleurs en synchronie un parcours individualisant qui met en relief le référent sélectionné par antonomase. Ce parcours peut être thématisé dans le discours et donner lieu à des remotivations : « [l’amour] est […], ainsi que j’ai dit, en quelque sorte le dieu du cœur, ou plutôt il en est l’idole qui usurpe l’empire de Dieu. » (Sermon pour la fête de l’Annonciation de la Sainte-Vierge, p. 165) L’antonomase lexicalisée « Dieu »8 conserve au moins partiellement le signifié intensionnel du nom commun dont elle dérive et, dans ce contexte sermonnaire, c’est bien plutôt dieu qui devient nom (commun) accidentel, désignant cette « idole », ce double mondain qui doit « se soumett[re] lui-même à Dieu » (idem). Mais la remotivation du nom divin ne signale pas toujours une dissociation. Ce que peut, au contraire, viser le prédicateur, c’est la superposition de deux modes de référence se situant à deux saisies différentes du continuum proprial. Ainsi, la détermination du nom divin « vous êtes donc ‘‘le Dieu de mon cœur’’ » (idem), qui résout l’antithèse précédente de Dieu et du dieu, est homonymique de la détermination du dieu non proprial et stylise formellement la venue de l’incommensurable dans le monde précaire et mesuré de la créature. Toutes ces déterminations convergent vers l’établissement d’une sémantique du nom divin9, dialectique et graduelle, voire scalaire — car le nom du « premier Être » (p. 118) isole aussi son référent en intensifiant ses propriétés.

26C’est là que peut être évaluée une part du travail stylistique de Bossuet, qui vise à accorder au mouvement de la phrase et à la mise en « ordre » qu’elle suppose le mouvement par lequel la vérité du ciel se manifeste. Double parcours de la phrase et du nom, où s’élabore la représentation, toujours partielle, d’« une puissance souveraine » (p. 163), de l’« ordre […] du saint amour » (idem) qui attire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Gary-Prieur M.-N., 1994, Grammaire du nom propre, Paris, Presses universitaires de France.

Jenny L., 1990, La Parole singulière, Paris, Belin.

Jonasson K., 1994, Le Nom propre : Constructions et interprétations, Bruxelles, Duculot.

Laurent N., 2006, « Stylistique de l’énonciation sermonnaire : sur Le Carême du Louvre de Bossuet », Le Temps des beaux sermons, Cahiers du GADGES, no°3, Université Jean Moulin-Lyon 3, p. 139-150.

Le Brun J., 2002, « La spiritualité d’un prédicateur : Le Carême du Louvre », Littératures classiques, no°46, p. 5-15.

Leroy S., 2004, Le Nom propre en français, Paris, Ophrys.

Molinié G., 1996, « Style et littérarité », Littératures classiques, Le Style au xviie siècle, no°28, p. 69-74.

Pottier B., 1992, Sémantique générale, Paris, Presses universitaires de France.

Vaxelaire J.-L., 2005, Les Noms propres : une analyse lexicologique et historique, Paris, Honoré Champion.

Wilmet M., 2003, Grammaire critique du français, 3e éd., Bruxelles, Duculot.

Notes

1 Toutes nos références aux sermons de Bossuet renvoient à l’édition fournie par C. Cagnat-Debœuf (Bossuet, Sermons. Le Carême du Louvre, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2001).

2 Vaugelas, Remarques sur la langue française, Paris, Veuve Jean Camusat, 1647, remarque « De la netteté du style » (édition en fac-similé de J. Streicher, Genève, Droz, 1934, p. 577).

3 Arnauld et Lancelot, Grammaire générale et raisonnée, Paris, 1660, seconde partie, chap. xxiv, « De la syntaxe, ou construction des mots ensemble ».

4 Nous proposons de distinguer : a) la commensurabilité sémiologique, qui concerne les relations internes aux éléments représentants eux-mêmes ; b) la commensurabilité sémiotique, qui concerne les relations établies entre les éléments représentants et les éléments représentés ; et c) la commensurabilité sémantico-référentielle, qui concerne les éléments représentés.

5 Le nom divin n’est que rarement complément de l’adjectif.

6 Sur ce point, voir notre étude sur la « Stylistique de l’énonciation sermonnaire » (Laurent, 2006).

7 Sur la diathèse, voir les études éclairantes de B. Pottier (1992, p. 134-153).

8 . Antonomase bien particulière, en ce qu’elle ne présente pas l’article défini prototypique (« le Seigneur », l’Éternel »…).

9 . Le vaste problème de la sémantique du nom propre (signification ou sens) a donné lieu à de nombreuses hypothèses et à de fortes controverses. Parmi divers états de la question, et à l’intérieur d’un dossier bibliographique considérable, on retiendra Jonasson (1994, p. 113 et suiv.), Gary-Prieur (1994, p. 11 et suiv.), Wilmet (2003), Leroy (2004, p. 97-124) et Vaxelaire (2005).

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search