Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

II. Histoire des genres et débats esthétiques

La chronologie des événements et son organisation syntaxique dans quelques romans de la Renaissance

Pascale Mounier

Texte intégral

  • 1 Notre thèse, Le Roman humaniste : un genre novateur français. 1532-1564 (Paris, Champion, coll. «  (...)
  • 2 Les éditions qui vont nous servir de référence pour l’étude sont Pantagruel et Gargantua, Œuvres c (...)

1À la différence de la nouvelle ou du conte, un genre comme le À roman a par nature pour objet de faire s’écouler du temps. La question de l’expression de la temporalité s’y pose donc de façon cruciale et complexe. On peut l’aborder sous l’angle de la transcription verbale de la chronologie des faits survenant dans l’histoire, autrement dit de la portée des choix d’intégration syntagmatique de l’information temporelle. Cela suppose de confronter la façon dont se succèdent les événements dans la diégèse à celle dont s’organisent les constituants du discours dans la phrase et d’une phrase à l’autre — aux niveaux intra- et interphrastiques. Pourquoi ne pas analyser le problème à une époque qui voit renaître et se diversifier la production romanesque nationale1 ? On peut ainsi sélectionner quelques romans publiés entre 1532 et 1560 : quatre récits totalement innovants — Pantagruel (1532 ?) et Gargantua (1535 ?) de François Rabelais, les Angoysses douloureuses qui procedent d’Amours (1538) d’Hélisenne de Crenne et Alector (1560) de Barthélemy Aneau — et une traduction très libre d’un texte espagnol — Le Premier livre de Amadis de Gaule (1540) d’Herberay des Essars2. D’un point de vue thématico-générique, les œuvres relèvent aussi bien du récit de formation, du roman sentimental, du récit du parcours d’un sage civilisateur et d’un enfant-coq que du roman de chevalerie.

  • 3 Voir l’exemple qu’en donne C. Marchello-Nizia (1997, p. 429). Voir aussi Poirion (1971, t. II, p.  (...)
  • 4 Pour les efforts d’Érasme, de Mélanchton et de Georges de Trébizonde en ce sens, voir Lecointe (19 (...)
  • 5 Voir Lorian (1973, p. 21) ; au sujet de la prose de type oral, voir p. 261. L’ouvrage constitue l’ (...)
  • 6 D. Denis et A. Sancier-Château (1994, p. 420), en font une « unité linguistique constituée par un (...)
  • 7 Voir l’introduction de P. Caron (1998, p. 11-16).
  • 8 Bruneau (1951, p. 281).
  • 9 C’est ce que confirment P. Caron et J. Baudry (1998), pour qui il s’agit d’« abandonner l’illusion (...)
  • 10 A. Lorian (1973, p. 139-270) analyse les différents aspects de ce qu’il appelle la « phrase imbriq (...)

2Le choix d’un tel corpus conditionne de deux manières l’étude. D’abord, la pratique de la prose en français préclassique se situe à un état intermédiaire dans l’histoire de la langue. Le Moyen Âge a expérimenté l’écriture non versifiée dans les textes homilétiques et les romans et a cherché à l’orner par les tours et les figures de l’éloquence latine. Cela a conduit à la création d’un style à la fois emphatique et à la progression sinueuse3. Si, à la Renaissance, la prose reste le parent pauvre de la théorie littéraire, des rhétoriciens tentent de l’« illustrer » par l’imitation plus directe du modèle de l’oratio cicéronienne4. De leur côté, les traducteurs de l’histoire latine ou de romans anciens ou étrangers, comme Claude de Seyssel, Herberay et Jacques Amyot, et des conteurs comme Lemaire de Belges s’essaient à une langue savante, marquée par des latinismes lexicaux et syntaxiques. Un style narratif humaniste apparaît donc, qui se détache progressivement des habitudes antérieures d’organisation du discours5. Ensuite, la définition moderne de la « phrase » ne s’applique pas aux textes de l’époque6. De fait, non seulement l’ordre classique sujet-verbe-objet n’est pas alors acquis, mais la place des constituants n’est pas non plus motivée par leur fonction : mobiles, les groupes n’ont qu’une cohésion sémantico-syntaxique limitée7. Faut-il alors se rallier à l’idée de Charles Bruneau, pour qui la phrase française, sous prétexte qu’elle ne possède pas de structure logique, n’existe pas à la fin du siècle8, ou admettre une définition diachronique des cadres du discours ? Si la phrase ne se présente pas alors comme une entité grammaticale, il existe toutefois des formes de relations — sémantiques et rythmiques — qui rendent solidaires des ensembles de mots et qui peuvent constituer un cadre d’analyse9. La phrase des romans de la Renaissance s’éloigne ainsi de la phrase filandreuse de la prose médiévale, caractérisée par l’ajout successif de chevilles de liaison et par un emploi lâche des subordonnées : elle se définit par une recherche de l’imbrication des syntagmes et de l’harmonie10.

  • 11 Voir la distinction de G. Genette entre l’« histoire » et le « récit » (1972, p. 72).
  • 12 Voir Lorian (1973, p. 129-130).

3L’étude de l’articulation de l’ordre de l’histoire et de celui de la phrase narrative11 implique de prendre en compte ces données. La syntaxe du xvie siècle admet des bouleversements qui peuvent nous paraître expressifs mais qui ne l’étaient pas à l’époque12 ; elle traduit également un besoin constant d’établissement de rapports entre les idées exprimées. Du coup, pour rendre compte des faits, le discours narratif a tendance non seulement à souligner les enchaînements chronologiques, mais aussi à faire correspondre progression syntagmatique et succession des procès. Il est cependant des cas où la convergence entre l’ordonnancement des événements et l’organisation phrastique cesse. Cela se produit quand une certaine subjectivité pèse sur le récit : une conscience élabore une reconstruction du déroulement des faits ou bien se livre à une analyse de celui-ci.

Accord de la chronologie et de la syntaxe : les moyens d’agencer la succession des faits

  • 13 N. Fournier (1996, p. 336) parle de l’« effet mimétique » de l’ordre des mots : la syntaxe « repro (...)

4Quels sont les moyens que possède la phrase romanesque de la Renaissance pour transcrire fidèlement l’évolution des événements ? Il s’avère que les mécanismes qu’elle utilise pour adapter la hiérarchie grammaticale à la linéarité chronologique sont largement artificiels et qu’ils conduisent à la multiplication des indications temporelles. Cette organisation « mimétique »13 du discours n’en répond pas moins à un idéal, celui d’un effacement du récit devant l’histoire.

Les conjonctions de coordination

5La conjonction de coordination qui permet de marquer à la fois la succession temporelle et la relance énonciative est « et ». Cheville ancienne, cette copule relie aussi bien des propositions que des phrases. Dans l’extrait suivant, elle est un outil de liaison inter-puis intraphrastique :

Et tant chemina qu’il arriva en son chasteau, et le voyant le petit gars approcher courut au devant, et luy vint saulter au col. (Amadis…, t. I, chap. iii, p. 31)

6La phrase avançant au fur et à mesure que les actions sont présentées, chaque séquence constitue un nouvel acte de parole. L’énonciation épouse lourdement mais parfaitement la chronologie de l’énoncé.

Les adverbes, groupes prépositionnels et gérondifs

7Les circonstants à valeur temporelle concernés sont ceux qui ont un fonctionnement extraprédicatif. Ils sont supprimables et mobiles et donnent un cadre temporel au procès. Il est remarquable qu’ils soient nombreux et qu’ils apparaissent systématiquement en tête de phrase, preuve de leur double fonction d’organisation — de la temporalité et du discours. Les adverbes « Ce pendent », « Finablement » et « Puis » peuvent ainsi ouvrir trois phrases successives :

  • 14 Sauf indication contraire, ici et dans les citations suivantes, les italiques sont de nous.

Ce pendent les mestaiers, qui là auprès challoient les noiz, accoururent avec leurs grandes gaules et frapperent sus ces fouaciers comme sus seigle verd. […] Finablement les aconceurent, et ousterent de leurs fouaces environ quatre ou cinq douzeines […]. Puis les fouaciers ayderent à monter Marquet, qui estoit villainement blessé, et retournerent à Lerné […]14. (Gargantua, chap. xxv, p. 74-75)

8Il en va de même pour des groupes prépositionnels qui, placés en position thématique, construisent le cadre de référence du procès :

En celle heure partit le bon homme Gallet, et passé le gué demanda au meusnier, de l’estat de Picrochole […]. Au lendemain matin, se transporta avecques la trompette à la porte du chasteau […]. (Gargantua, chap. xxx, p. 85)

9Les deux syntagmes ont une valeur anaphorique, ce qui leur donne aussi un rôle syntaxico-sémantique clé.

10Le gérondif est également utilisé, toujours pour désigner une action simultanée par rapport à l’action principale :

Et le lendemain me levay assez matin (ce que n’estoit ma coustume) et en m’habillant vins ouvrir la fenestre, et en regardant à l’aultre part de la rue, je veis ung jeune homme, aussi regardant à sa fenestre […]. (Angoysses…, partie I, p. 102)

11À nouveau, ils sont souvent antéposés et peuvent posséder un élément anaphorique.

Les pronoms relatifs

  • 15 Cet emploi singulier, beaucoup moins fréquent aujourd’hui, est signalé par Lorian (1973, p. 223). (...)

12Par le fait qu’elle est, au contraire, toujours postposée à son antécédent, la proposition relative non substantive a tendance à être utilisée pour présenter le procès qui succède à celui de la proposition principale15. Des relatives en cascade peuvent même fonctionner librement les unes par rapport aux autres ou avec des propositions indépendantes, de manière à transcrire une longue succession d’actions :

Ce que feirent ces deux preudhommes, qui se destournarent vers la tombe. Et le bon archier posa son arc et son carquois sur la pierre avec une bouteille plene de bon vin, d’ond il beut le premier en une tasse d’argent qu’il avoit, puis en presenta à Franc-Gal, qui le receut de bon cœur et beut à luy, estans ces deux bons vieillards assis sur les avantmarches du sepulcre, et mangerent un peu de pain blanc avec une aile de Phaisan rosti et giroflé que l’Archier avoit tué le jour precedent, et en avoit apporté une partie dans une petite serviette blanche pour sa refection sur les champs, comme il avoit coustume de faire ordinairement quand il alloit à la chasse, puys beurent encore chescun une fois. (Alector, chap. viii, p. 64)

  • 16 B. Combettes (1998, p. 139-156) explique qu’à l’époque les relatives ont un rôle de prédication su (...)

13L’information se déploie ici dans tous les types de propositions : il y a moins une coordination asymétrique entre « qui le receut… » et « et mangerent un peu de… » qu’une atténuation des niveaux de premier et de second plans syntaxiques. Les relatives introduites par « Ce que », « qui se destournarent », « d’ond’et « qui le receut » prennent ainsi une valeur prédicative16. Le pronom a lui-même moins un fonctionnement de subordonnant que de coordonnant. C’est ce qu’atteste l’emploi de « Ce que » qui, loin d’être un pur adverbe de liaison, a une valeur anaphorique vague : il crée un lien entre les phrases et donne le contenu de l’événement.

  • 17 Voir Glatigny (1998, p. 92) : « […] avec lequel, sujet, on est en présence d’une information nouve (...)

14À la différence de qui, lequel + substantif ouvre toujours une relative prédicative17. Si son emploi comme marqueur d’enchaînement des actions est ancien, il perdure largement sur la période :

En ce temps regnoit en la grand Bretaigne ung roy nommé Falangris, lequel mourant sans enfans, laissa heritier ung sien frere (non moins prudent en ses affaires que chevaleureux et adroict aux armes) nommé Lisuart, lequel s’estoit marié (n’avoit pas long temps) avecque Brisene fille du roy de Dannemarc, la plus belle dame qui se trouvast lors en tout le Septentrion […]. (Amadis…, chap. iv, p. 42)

15On aperçoit ici une des dérives possibles de son utilisation. Alors que le conteur veut préciser le nom du roi qui règne au moment où naissent les héros d’Amadis — Lisuart — ainsi que son mariage, il présente son ascendance. Mais l’organisation des faits par lequel conduit à une incohérence dans la datation absolue ; « En ce temps », qui renvoie à une période lointaine, entre en conflit avec « n’avoit pas longtemps », moment de l’action principale. La règle de la restitution chronologique et linéaire des événements conduit donc à des erreurs.

Les conjonctions de subordination

16Parmi les propositions subordonnées, celles qui ont une valeur temporelle sont aptes à mimer l’ordre des faits dans le déroulement du discours. Les premières sont les plus fréquentes :

Et quand l’heure de partir fut venue, au lieu desiré nous transportasmes. Et tout subit que le portier eut la voix de nostre conducteur entendu, assez promptement la porte ouvrit. […]. Et ce pendant qu’il proferoit telz motz, dedans la porte nous entrasmes […]. (Angoysses…, partie III, p. 453)

  • 18 Cela est confirmé par les différents exemples de subordination chronologique que donnent A. Lorian (...)

17Employées à l’initiale, les conjonctions lancent le thème de la phrase ; renforcées par un « Et » de relance, elles font avancer la chronologie. Il est notable que, dans les cinq romans, une affinité soit repérable entre la valeur de la subordonnée et sa position par rapport à la principale : les temporelles marquant la simultanéité ou la postériorité — dans ce cas, elles évoquent un événement antérieur au procès de celle-ci — sont en position préverbale, tandis que celles qui indiquent l’antériorité — donc une nouvelle action — sont plutôt postposées au verbe de la principale18.

  • 19 A. Blinkenberg (1928, partie I, p. 224-225), montre la proximité de deux constructions : Il le vit (...)
  • 20 A. Lorian (1973, p. 147), note ainsi que des « articulations comme de sorte que […] semblent en ré (...)

18Si en français moderne la différence n’est pas toujours nette entre subordination et coordination19, cela n’est vrai que d’un point de vue logique. Syntaxiquement, un décrochement se fait bien sentir par la subordination du second au premier plan de l’organisation du discours. Dans le corpus, au contraire, la fonction de subordonnant de certaines conjonctions est fortement atténuée par la valeur de prédication de la subordonnée. C’est le cas pour celles de conséquence20, qui tendent à amener une information non secondaire :

Ainsi, en terrible tourment d’esprit et de corps, avec impudique mouvemens de membres et propos d’infamie non accoustumez et contrenaturelz, criant horriblement de fois à autre, et en mortelle voix appellant Mammon, finalement mourut la miserable Thanaise, restant, après la mort, tant hideuse et horrible au regard que on n’eut rien en plus grand haste que de l’ensevelir et l’apporter à un sepulcre ès fins d’un champ appartenant à la maison paternelle, au long du grand chemin où nous sommes, et bien près du lieu. (Alector, chap. viii, p. 63-64)

19Il y a ici un seul verbe d’action conjugué — « mourut » —, qui est placé au centre de la phrase. La corrélation « tant… que » amène le procès suivant : l’enterrement de la jeune femme. Ce type de subordonnant constitue une nouvelle variante syntaxique de la coordination propre à la phrase des humanistes.

Les participes

20Le participe peut avoir un fonctionnement similaire à celui de ce type de subordonnées. Dans une proposition participiale, il présente un procès soit simultané, soit antérieur par rapport à celui de la principale. Dans tous les cas, il apparaît en tête de phrase et a un fonctionnement très autonome :

Ce faict et bergiers et bergieres firent chere lye avecques ces fouaces et beaulx raisins […]. (Gargantua, chap. xxv, p. 75)

  • 21 Cas noté par G. Gougenheim (1994, p. 139).

21La valeur résultative du participe passé se combinant à la valeur anaphorique du démonstratif, la proposition a une valeur de postériorité : elle reprend les informations données par le contexte de gauche. Parfois, le pronom personnel peut avoir une forme tonique et servir de sujet à la fois à la participiale et à la principale21 :

Eux venuz à la porte requirent parler à Picrochole de par Grandgousier. (Gargantua, chap. xxxii, p. 90)

  • 22 Voir Brunot (1967, t. II, p. 465-468).
  • 23 B. Combettes (1998, p. 143) confirme que quand « le participe présent ne marque plus une simultané (...)

22Ce type d’emploi, hérité du latin22, est relayé par celui du participe en position d’épithète détachée. Dans l’extrait d’Alector qui commence par « Ainsi, en terrible tourment… », les deux participes se rapportent au sujet de la principale — « la miserable Thanaise » — et ont une forte valeur prédicative. Ils sont l’équivalent d’un passé simple, permettant d’évoquer les affres de la mourante puis l’aspect de son cadavre ; en outre, il n’y a pas de simultanéité entre « mourut » et « criant » ou « restant », ce que confirme le complément « après la mort ». Alors qu’il a habituellement une valeur de prédication seconde, le procès placé en apposition accède au premier plan du récit23. Grâce aux participes et à la conjonction de conséquence, un résumé chronologique énorme est donc permis dans une phrase avec un seul verbe conjugué.

23Par conséquent, dans les romans envisagés, les outils exprimant la chronologie de l’histoire et organisant syntaxiquement le récit sont variés. Cela se traduit par l’apparition bien plus importante de précisions temporelles que d’indications spatiales à l’attaque des phrases et des propositions. Si quelques subordonnées présentent en tête de phrase des faits postérieurs à l’action principale ou, en position postverbale, des faits qui lui sont antérieurs, l’ordre des mots reproduit le plus souvent la succession des événements. Cette organisation artificiellement concomitante de la pensée et du discours n’évite pas toujours la lourdeur ni l’enchevêtrement de la prose chevaleresque médiévale…

L’ordre des événements reconstruit par la pensée des personnages

24Le déroulement du discours cesse de suivre celui des actions quand une conscience vient en exposer les motivations. La focalisation narrative a alors une incidence sur l’organisation syntagmatique des constituants. Dans les romans de la Renaissance, le récit, tout attaché qu’il soit à exposer les différentes étapes du déroulement de l’histoire, glisse ainsi souvent d’une présentation objective à une présentation subjective de la chronologie. La progression des événements peut, d’abord, être conditionnée par la vision que ceux qu’ils concernent en ont. L’énonciation fait valoir sa logique sur celle de l’énoncé : les faits deviennent secondaires par rapport aux causes de leur enchaînement et à leur impact émotionnel.

La focalisation du récit sur une conscience

25Un exemple de la façon dont le point de vue d’un personnage peut faire perdre à la phrase le fil des événements est donné par un passage d’Amadis où Oriane, qui aime et est aimée du héros et a été élevée avec lui en Écosse, apprend qu’elle doit retourner auprès de son père en Gaule. Elle est à la fois heureuse du retour d’Amadis à la cour et affligée de devoir partir :

Or n’en estoit l’infante Oriane en souspeçon parce qu’elle sçavoit veritablement que c’estoit son Damoysel de la mer. Ce neantmoins elle fut si ennuyée des nouvelles qu’elle avoir receues par ceste damoyselle de Dannemarc, qu’elle ne povoit bonnement à qui s’en plaindre : car le Roy son pere luy mandoit par elle, qu’elle donnast ordre à se tenir preste pour retourner vers luy, aussi tost que les ambassades qu’il envoiroit pour ceste affaire seroient despeschées du Roy d’Escoce. Certainement plus luy estoit agreable la demeure en ce pais ja accoustumé, qu’en celuy où force luy estoit s’acheminer : non seulement pour y avoir esté nourrie, mais pource qu’il luy sembloit que s’esloignant de ceste contrée, elle s’esloignoit de celluy à qui elle avoit entiere affection, et que desormais il luy seroit difficile d’en sçavoir nouvelles, pour le moins si aiséement que si elle demeuroit en Escoce. (Amadis…, chap. viii, p. 81)

26L’enchaînement des phrases retranscrit la complexité de ses sentiments. Les adverbes « Or », « Ce neantmoins » et « Certainement », non intégrés aux énoncés, et les conjonctions à valeur causale « parce que », « car », « pour » et « pource que… et que… » font primer l’organisation des pensées sur celle de la temporalité. Les procès principaux portent ainsi sur la psychologie d’Oriane — « estoit… en souspeçon », « sçavoit », « fut… ennuyée », « luy estoit agreable », « il luy sembloit » ; ce qui l’a engendrée — les « nouvelles qu’elle avoit receues » et le commandement du roi — vient ensuite. Le déroulement des phrases est déconnecté de la chronologie et aux compléments de temps et de conséquence font place ceux de cause, de comparaison et de condition.

  • 24 Voir Angoysses…, partie I, p. 161.

27Dans la première partie des Angoysses…, la temporalité passe aussi souvent au second plan du récit. C’est ce qu’atteste le passage où Hélisenne, se trouvant dans un tribunal, est admirée par un groupe d’hommes ; elle s’en flatte mais regrette de ne pas trouver son amant dans les lieux24. Si quelques actions font s’écouler le temps de l’histoire — « je les escoutoys », « Je feuz longtemps à regarder », « quand je fuz […], commencay à me plaindre et lamenter » —, celles-ci sont, pour l’essentiel, intériorisées — « Je faignoys de regarder […] mais […] », qui oppose l’action apparente à l’action réelle, « mon esperit estoit tout transporté », « m’en vouluz retourner ». Non seulement le départ du personnage est motivé par ses émotions, mais les faits sont surtout d’ordre émotionnel ; leur enchaînement tumultueux est rendu par les conjonctions et adverbes de discours et, à nouveau, par des termes introduisant une cause. Il est, en outre, notable que, dans la proposition « Je feuz long temps à regarder », l’adverbe de durée n’apparaisse pas en tête.

Effets de polyfocalisation

28La souplesse de la phrase imbriquée permet le changement de point de vue narratif dans un court espace textuel. Cette particularité de la prose narrative de la Renaissance est largement exploitée dans les cinq romans. Une triple focalisation marque ainsi la restitution d’une scène nocturne des Angoysses… :

Ainsi doncques estoye contraincte d’endurer et souffrir toutes ces fatigues, estant privée de la veue de mon amy, lequel estoit esmerveillé de ce qu’il ne me voyt [sic] plus, mais ce nonobstant il ne voulut imposer fin à l’amoureuse poursuyte, mais continua par plusieurs et diverses foys de venir avec chantres, dont entre les aultres je recongnoissoye sa voix. (Angoysses…, partie I, p. 137)

29À la logique d’Hélisenne — elle souffre car elle ne peut voir son amant —, succèdent celle de son amant — il ne la voit plus mais continue à lui envoyer des musiciens pour la courtiser — et à nouveau celle de l’héroïne — elle reconnaît sa voix dans le groupe des chanteurs. La transcription syntaxique du changement de point de vue se fait par une relative, dont le pronom est en coréférence totale avec l’antécédent « mon amy », puis par une relative qui sélectionne une partie de la référence de l’antécédent — « dont entre les autres ». Du coup, on ne sait plus du tout comment s’organisent temporellement les faits, d’ailleurs intégrés à un récit itératif ; il n’y a ni datation absolue ni datation relative.

  • 25 Voir Alector, chap. xxv, p. 183-184.

30Les effets de polyfocalisation peuvent être plus complexes encore, en particulier dans Alector. Au début du combat du jeune homme contre le serpent des arènes, les assistants et son père, qui le reconnaît, sont apeurés25. Une longue phrase restitue un jeu entre de multiples regards. Après la description de l’apparence de l’écuyer par le narrateur, le commentaire sur sa beauté, introduit par « Au demourant », est attribué au public, qui en ressent de la pitié — « d’ond » a valeur de cause et d’anaphore conceptuelle. Après les réactions d’Alector, signalées par l’adverbe adversatif « toutesfois » suivi du pronom représentant masculin-singulier, la conjonction « Or » introduit la sortie du « dragon », motivée par le fait que c’est le jour où il s’adonne à son anthropophagie — « Parquoy » précède « à celle heure. À l’effet de son aspect sur les spectateurs puis sur Alector — « qui… fors que… Alector » —, succèdent les actions du serpent et l’évocation de sa psychologie — « bien pensant » ; le retour aux émotions des spectateurs et le passage à celles de Franc-Gal se font par une comparative — « comme aussi bien… » — et par une relative — « entre lesquelz ». Le but de l’agencement du récit dans ce passage est ainsi de produire chez le lecteur une attente de l’action, différée par l’évocation de l’état affectif des combattants et du public.

31Dans un récit focalisé, la mise en avant de l’énonciation se double donc de la désorganisation syntaxique des faits dans l’énoncé. La succession des événements cède ici le pas à l’intellection des faits par les personnages. Cela n’empêche pas les caractéristiques sous-génériques des textes d’influer sur le mode de reconstruction de la temporalité : alors que, dans Alector, la mise en suspens de l’action sert à exciter la curiosité du lecteur, dans les Angoysses…, l’essentiel se produit sur la scène psychologique ; Amadis constitue un cas intermédiaire, la restitution des pensées et celle des événements y possédant une importance égale.

Le point de vue du narrateur sur l’organisation syntaxico-temporelle

32Le narrateur, ensuite, peut donner son analyse de l’enchaînement des faits. Certes, quand il cède l’initiative de l’organisation du discours à plusieurs personnages, il montre déjà son emprise sur celui-ci. Mais l’énonciation ne contamine plus seulement alors la présentation de l’ordre des procès : le primat de la logique sur la chronologie se traduit par une réflexion sur la progression de l’histoire. Dans le corpus, ce commentaire s’oriente dans deux directions : l’instance narrative cherche soit à édifier le lecteur en tirant une leçon de la succession des faits, soit à l’inviter à mettre à distance, par l’humour, la tournure que prennent les événements.

Une vision didactique

  • 26 Voir Angoysses…, partie II, p. 237-238.

33Dans un passage des Angoysses…26, l’amant d’Hélisenne présente celui qui va être son compagnon de voyage, Quézinstra. Après avoir énuméré les qualités du jeune homme, le narrateur construit un argumentaire pour montrer que, malgré la noblesse de ses sentiments, le personnage a eu un destin malheureux. Son manque de chance s’est traduit par le fait qu’il a été chassé de la maison paternelle, événement évoqué à la fois au début et à la fin du passage (« de la maison paternelle avoit esté expulsé », « il fut banny et expulsé »). Entre ces deux mentions, sont exposés les raisons du renvoi (« et ce qui en fut occasion, fut », « par ce que », « car ») et le rôle du mécontentement de la belle-mère dans le dénouement (« Mais », « parquoy » et « et pour ce »). La visée de l’ensemble du propos est formulée explicitement à deux reprises : par l’expression gnomique « fortune qui le plus souvent les maulvais exalte, et les bons deprime » et par la comparaison de Quézinstra à des personnages mythologiques.

34À la fin du combat d’Alector contre le serpent, la manière dont est présentée la succession des événements est aussi le support d’une leçon. Si la première phrase conjugue les différents moyens de restitution mimétique de l’ordre des procès, la suivante fait attendre longtemps l’évocation du raidissement de l’animal :

Adonc Alector alaigré, voyant descouvert son ventre blanc qui n’avoit point d’esquailles, luy enfondra l’espée dedans, un pied au dessoubz de la gorge, et poursuyvant sa poincte le fendit jusques à l’ombilic, tellement que, avec le sang, le venin, la sanie et les intestins, sortit du ventre de ce devorateur serpent le corps d’un homme tout descharné, que deux jours devant il avoit englouti, les os seulement restant comme en anatomie seche, avec quelques pieces d’habillemens froissez et sanguinolens, à la grande horreur de tous les regardans. Et le serpent, peu paravant terreur de toute une ville, qui tant avoit fait de tours obliques et tortueux, et tant donné de coups de queüe veneneuse et tant mangé de gens, alors vincu, tué et effondré, et contrainct à vuyder ce qu’il avoit devoré, et à telle fin mené par un jeune adolescent, feit mort ce que jamais en sa vie il n’avoit faict : c’est qu’il s’estendit tout droict de son long comme une colomne couchée, tenant en son estendue assez long espace des Arenes. (Alector, chap. xxv, p. 188)

  • 27 A. Lorian (1973, p. 93), confirme que la prose narrative de la Renaissance fait de nombreux emprun (...)

35La proposition « il s’estendit tout droict de son long » est préparée par un rappel du passé de l’animal (« peu paravant… », « qui tant avoit faict… »), tandis qu’un sens sylleptique est suggéré pour les syntagmes « tours obliques et tortueux » et « coups de queüe veneneuse ». L’effet d’attente de l’événement se dote d’une visée intellective : il s’agit, pour le lecteur, de comprendre que s’étendre tout droit signifie « revenir dans le droit chemin ». L’énoncé répétitif de la mise à mort du serpent (« le serpent… alors vincu, tué et effondré, et contrainct à vuyder ce qu’il avoit devoré ») a ainsi pour but d’exposer son symbolisme : un jeune écuyer a détruit l’emblème du mal, a lavé par son geste la souillure de la cité. Le passage s’inscrit clairement dans le style de l’exemplum27.

Une vision humoristique

36Le poids de la subjectivité de celui qui prend en charge le récit sur le déroulement des faits peut également se manifester par de l’amusement. C’est ce qui se produit dans le récit des premiers ébats amoureux d’Amadis et d’Oriane. Les événements sont présentés selon une double focalisation :

Ainsi demeura Amadis seul avec sa dame, tant plein de grand aise (pour le bien qu’elle luy avoit octroyé, qui estoit la perfection de ce qu’il eust sceu desirer) qu’il ne povoit oster l’œil de dessus elle en se desarmant, qui le faisoit faillir, et tant plus il avoit de haste, et moins il s’avançoit. Mais en fin estant en pourpoinct, et à son aise, si ses mains avoient esté lentes en leur office de le desarmer, tout le reste de ses membres ne l’estoit poinct : car il n’y avoit celuy qui ne fust en son devoir. Le cueur estoit ravy en pensées, l’œil en contemplation de l’infinie beaulté, la bouche au baiser, et les bras à l’embrasser : et de tous n’en y avoit qu’un seul mal content, sinon les yeux qui eussent voulu estre en aussi grand nombre qu’il y a d’estoilles au ciel pour mieulx la regarder : car ilz ne pensoient suffire à assez clairement veoir chose si divine. Ilz estoient en peine aussi de ce qu’ilz ne voyoient poinct leur lumiere : car la princesse les tenoit clos, tant pour ne sembler avoir sans raison parler de dormir, que pour la discrete honte que son grand plaisir luy apportoit, ne luy permettant oser veoir hardiement ce qu’elle aymoit le plus en ce monde. Et pour ceste mesme occasion, tenoit les bras negligemment estendus comme endormie, et avoit pour le chault laissé sa gorge descouverte, et monstroit deux petites boules d’albastre vif, le plus blanc et le plus doulcement respirant que nature feit jamais. Lors oublia Amadis son accoustumée discretion, et à la charge d’estre importun, il lascha la bride à ses desirs, si avantageusement, que quelque priere et foible resistance que feist Oriane, elle ne se sceut exempter de sçavoir par espreuve, le bien et le mal joinct [sic] ensemble qui rend les filles femmes. (Amadis…, chap. xxxvi, p. 402)

37Le narrateur manifeste sa propre vision de la scène en soulignant la contradiction entre les actions et les sentiments de chacun des personnages. Tout en donnant des précisions sur l’empressement d’Amadis (« si ses mains…, tout le reste… »), il se moque de la maladresse du chevalier (« et tant plus il avoit de haste, et moins il s’avançoit ») et du désir gêné d’Oriane (« la discrete honte […] ne luy permettant oser veoir hardiement ce qu’elle aymoit le plus en ce monde »). Après cela, le rythme narratif s’accélère : l’acte de dépucelage est présenté rapidement et de manière abstraite (« [Amadis] lascha la bride à ses desirs », « Oriane […] ne se sceut exempter de sçavoir par espreuve, le bien et le mal joinct ensemble qui rend les filles femmes »). Le tour des leçons réapparaît donc, mais pour être appliqué à un référent sexuel…

  • 28 Voir Pantagruel, chap. ii, p. 222-223.

38L’humour peut s’exercer sur autre chose que sur les motivations psychologiques de l’enchaînement des faits : sur la sacralité même conférée à la chronologie. C’est ce qui se produit constamment dans la prose rabelaisienne. Au début de Pantagruel, après avoir évoqué la naissance du héros, le narrateur suspend la restitution des événements par un développement incongru sur le nom qu’a reçu l’enfant28. L’explication semble d’abord prendre un caractère narratif (« pour entendre pleinement la cause […], Vous noterez qu’en icelle année […] »), mais elle se convertit en long exposé de la situation de sécheresse du pays à l’époque de la venue au monde de l’enfant. Le syntagme prépositionnel initial pose ainsi le cadre d’un procès qui ne sera pas formulé, comme le signale l’usage constant de l’imparfait, avant la fin du chapitre ! On apprend alors qu’une eau salée est sortie miraculeusement de terre, que les gens en ont bu et que, de ce fait, ils ont eu une très grande soif. On a ensuite la leçon d’étymologie tant attendue : Pantagruel signifie « tout assoiffé ». Jusque-là, ce qui est dit ne sert à rien, ni d’un point de vue chronologique, ni d’un point de vue symbolique, comme l’attestent la référence mythique à « Helye » et la référence erronée à Homère — c’est Plutarque commentant Homère qui a inventé le terme Alibantes. Les précisions temporelles incongrues (« XXXVI. moys, troys sepmaines, quatre jours, treze heures, et quelque peu dadvantaige ») témoignent du piétinement du récit et de la liberté prise par un conteur facétieux par rapport à la double exigence de la restitution fidèle de la chronologie et de la moralisation de la fable.

39Que ce soit par une reconstruction didactique du déroulement de l’histoire ou par un ralentissement du rythme narratif au profit d’une moquerie de l’attitude des personnages ou d’une parodie des récits qui se soumettent à la logique temporelle, les narrateurs mettent donc ici en avant leur ethos. Manifestant leur contrôle sur le récit, ils sollicitent le lecteur pour qu’il entérine leur analyse de la succession des faits ou, au contraire, pour le dissuader de croire qu’ils vont donner un sens à celle-ci. Ils l’invitent ainsi à se forger sa propre pensée de l’histoire.

  • 29 Selon A. Lorian (1973, p. 142), la « phrase enchevêtrée » et l’« agencement complexe » des phrases (...)
  • 30 Voir la distinction de Genette (1972, p. 186), entre le « récit d’événements » et le « récit de pa (...)

40La manière dont s’opère l’intégration syntagmatique de l’écoulement du temps dans quelques récits romanesques du xvie siècle exploite ainsi toutes les possibilités offertes par le principe accumulatif de la phrase en français préclassique. Les alternatives positionnelles permises par le fonctionnement de la prose tendent à juxtaposer ou à enchâsser les propositions de manière non seulement à évoquer tous les procès, qu’ils soient essentiels ou secondaires, mais aussi à les mettre sur le même plan informatif. Cette manipulation syntaxique conduit à deux types d’organisation discursive. D’un côté, il s’agit de restituer fidèlement, par toutes sortes de moyens, l’organisation des événements dans le temps. De l’autre, le déroulement de l’histoire est rendu intelligible par une conscience qui peut à l’occasion prendre ses distances par rapport au besoin de chronologie ou de logique dans l’organisation des faits29. L’enquête montre, par ailleurs, que l’expression de la subjectivité dans le discours narratif ne se réduit ni au travail du lexique, ni à la restitution des paroles des personnages30. Les phénomènes de modification de l’ordre des mots liés à l’énonciation sont bien plus divers que les seules variantes emphatiques de la phrase linéaire recensées par les grammaires…

Bibliographie

Références bibliographiques

Blinkenberg A., 1928, L’Ordre des mots en français moderne, Copenhague, Munksgaard.

Bruneau C., 1951, « La phrase des traducteurs au xvie siècle », dans Mélanges d’histoire littéraire de la Renaissance offerts à Henri Chamard, Paris, Nizet, p. 275-284.

Brunot F., 1967 [1909], Le Seizième siècle, dans Histoire de la langue française des origines à nos jours, 13 tomes, Paris, Armand Colin, t. III.

Caron P. et Baudry J., 1998, Problèmes de cohésion syntaxique de 1550 à 1720, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Combettes B., 1998, « De la cohérence textuelle aux règles syntaxiques : le cas des constructions détachées », dans J. Baudry et P. Caron (dir.), Problèmes de cohésion syntaxique de 1550 à 1720, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Denis D. et Sancier-Château A., 1994, Grammaire du français, Paris, Le Livre de poche, coll. « Les Usuels de poche ».

Fournier N., 1996, « Style et syntaxe : l’exemple de la place du sujet dans la phrase classique », Le Style au xviie siècle, Littératures classiques, no°28, p. 311-339.

—, 1998, Grammaire du français classique, Paris, Belin.

Genette G., 1972, Figures III, Paris, Seuil.

Glatigny M., 1998, « Cohésion et emploi des relatifs à la charnière des xvie et xviie siècles », dans J. Baudry et P. Caron (dir.), Problèmes de cohésion syntaxique de 1550 à 1720, Limoges, Presses universitaires de Limoges, p. 77-98.

Gougenheim G., 1994 [1974], Grammaire de la langue française du seizième siècle, Paris, Picard.

Lecointe J., 1993, L’Idéal et la différence. La perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Droz, coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance ».

Lorian A., 1973, Tendances stylistiques dans la prose narrative française du xvie siècle, Paris, Klincksieck.

Marchello-Nizia C., 1997, La Langue française aux xive et xve siècles, Paris, Nathan, coll. « Université ».

Poirion D., 1971, Littérature française, Moyen Âge, Paris, Arthaud, coll. « Littérature française ».

Seguin P., 2003, « Enchaînement et usage du point », dans B. Combettes (dir.), Évolution et variation en français préclassique, Paris, Honoré Champion, p. 69-137.

Notes

1 Notre thèse, Le Roman humaniste : un genre novateur français. 1532-1564 (Paris, Champion, coll. « Bibliothèque littéraire de la Renaissance », 2007), est consacrée à l’étude de l’émergence, à la Renaissance, de romans français qui n’ont pas de modèle étranger ; elle met en avant leurs principales caractéristiques génériques, narratologiques et esthétiques.

2 Les éditions qui vont nous servir de référence pour l’étude sont Pantagruel et Gargantua, Œuvres complètes de Rabelais, M. Huchon (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1994 ; Les Angoysses douloureuses..., C. de Buzon (éd.), Paris, Champion, 1997 ; Alector, ou Le Coq, 2 tomes, M.-M. Fontaine (éd.), Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 1996 ; et Le Premier livre de Amadis de Gaule, 2 tomes, rééd. Y. Giraud, Paris, Nizet, 1986 [1re éd. H. Vaganay, 1918].

3 Voir l’exemple qu’en donne C. Marchello-Nizia (1997, p. 429). Voir aussi Poirion (1971, t. II, p. 143) : « Les termes de référence (ledit, icelle) rendus nécessaires par la confusion des phrases, la tendance à diviser en deux termes synonymes la désignation d’une action, d’un fait ou d’une idée (« je vueil et commande »), le vocabulaire savant de couleur aristotélicienne ou scolastique, tout cela alourdit l’expression, et suggère une lecture lente, bredouillante ou pompeuse. »

4 Pour les efforts d’Érasme, de Mélanchton et de Georges de Trébizonde en ce sens, voir Lecointe (1993, p. 605-618).

5 Voir Lorian (1973, p. 21) ; au sujet de la prose de type oral, voir p. 261. L’ouvrage constitue l’unique synthèse disponible à ce jour sur l’apport de la Renaissance à l’écriture narrative. L’auteur estime qu’après 1550 la prose française a complètement assimilé la syntaxe latine en l’adaptant à ses principes historiques de fonctionnement. Cette datation reste approximative : le seul des romans envisagés écrit après cette date est Alector ; or il n’est pas très éloigné, dans sa formulation, de la prose mixte des quatre autres textes.

6 D. Denis et A. Sancier-Château (1994, p. 420), en font une « unité linguistique constituée par un ensemble d’éléments sémantiquement compatibles, syntaxiquement ordonnés autour d’un verbe, véhiculant une proposition douée de sens, et dotée d’une unité mélodique ».

7 Voir l’introduction de P. Caron (1998, p. 11-16).

8 Bruneau (1951, p. 281).

9 C’est ce que confirment P. Caron et J. Baudry (1998), pour qui il s’agit d’« abandonner l’illusion d’une progression [dans l’histoire de la langue], à l’avantage d’un pur changement dans l’économie des moyens de cohésion », et P. Seguin (2003), qui décrit plusieurs modèles de phrases utilisés entre 1550 et 1640.

10 A. Lorian (1973, p. 139-270) analyse les différents aspects de ce qu’il appelle la « phrase imbriquée ». Il dégage deux formes d’imbrication : analytique et synthétique. La première consiste dans la précision « excessivement explicite » des relations entre les constituants du discours, par l’usage de la coordination, de la subordination et de la corrélation, tandis que la seconde recherche la densité par l’emboîtement des énoncés, grâce à la mise en facteur commun du verbe, à la proposition participiale et à l’emploi du participe conjoint au groupe nominal.

11 Voir la distinction de G. Genette entre l’« histoire » et le « récit » (1972, p. 72).

12 Voir Lorian (1973, p. 129-130).

13 N. Fournier (1996, p. 336) parle de l’« effet mimétique » de l’ordre des mots : la syntaxe « reproduit l’ordre même d’apparition des événements ».

14 Sauf indication contraire, ici et dans les citations suivantes, les italiques sont de nous.

15 Cet emploi singulier, beaucoup moins fréquent aujourd’hui, est signalé par Lorian (1973, p. 223). Celui-ci constate d’autres valeurs circonstancielles de la relative : « certains types de relatives renferment […] une idée accessoire circonstancielle, par exemple celle du temps, de la cause, de l’hypothèse, etc. »

16 B. Combettes (1998, p. 139-156) explique qu’à l’époque les relatives ont un rôle de prédication sur le référent du pronom. Dès lors, « la subordination — et, plus particulièrement, la subordination relative — vient […] souvent se combiner avec la prédication seconde » (p. 145). On peut aller plus loin : la relative présente le premier plan de l’action.

17 Voir Glatigny (1998, p. 92) : « […] avec lequel, sujet, on est en présence d’une information nouvelle qui ne s’inscrit pas dans la suite logique de ce qui précède. Le relatif a alors surtout une valeur anaphorique ; en cela, certes, il est tourné vers l’avant ; mais s’il évoque comme thème un être connu du locuteur, c’est pour lui donner comme rhème un contenu qui ouvre sur un domaine nouveau. »

18 Cela est confirmé par les différents exemples de subordination chronologique que donnent A. Lorian (1973, p. 166-171) et G. Gougenheim (1994, p. 189-193).

19 A. Blinkenberg (1928, partie I, p. 224-225), montre la proximité de deux constructions : Il le vit et se sauva., Aussitôt qu’il l’eut vu, il se sauva. Il en conclut que, souvent, « l’explication de l’ordre des propositions subordonnées par rapport aux propositions principales ne diffère pas de celle qu’il faudrait chercher à l’ordre des propositions principales entre elles ».

20 A. Lorian (1973, p. 147), note ainsi que des « articulations comme de sorte que […] semblent en réalité coordonner ».

21 Cas noté par G. Gougenheim (1994, p. 139).

22 Voir Brunot (1967, t. II, p. 465-468).

23 B. Combettes (1998, p. 143) confirme que quand « le participe présent ne marque plus une simultanéité », il « relève du premier plan, en marquant une succession, une progression chronologique, dans l’énumération des prédicats ». N. Fournier (1998, p. 309) constate la survivance de cet emploi dans « la prose narrative de la première moitié du xviie siècle ».

24 Voir Angoysses…, partie I, p. 161.

25 Voir Alector, chap. xxv, p. 183-184.

26 Voir Angoysses…, partie II, p. 237-238.

27 A. Lorian (1973, p. 93), confirme que la prose narrative de la Renaissance fait de nombreux emprunts à la « littérature des leçons ».

28 Voir Pantagruel, chap. ii, p. 222-223.

29 Selon A. Lorian (1973, p. 142), la « phrase enchevêtrée » et l’« agencement complexe » des phrases dans la prose de la Renaissance proviennent d’un « besoin profond » de « chronologie » et de logique, « qui exige qu’on établisse — à la rigueur, qu’on invente — des rapports entre les faits ».

30 Voir la distinction de Genette (1972, p. 186), entre le « récit d’événements » et le « récit de paroles », qui implique un compte rendu des discours des personnages.

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search