Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

I. L'ordre des mots : fait de langue ou fait de style ?

Est-ce que de Baal le zèle vous transporte ? Aspects de la métaposition dans l’alexandrin classique

Jean-François Jeandillou

Texte intégral

  • 1 Beaudouin (2002, p. 257). L’auteur signale clairement les limites du programme informatique — le « (...)

Cette particularité syntaxique du vers, si elle n’est pas expliquée, peut rendre la lecture des pièces classiques ardue1.

  • 2 Cette morpho-phonologie « métrico-métrique » a été théorisée par Cornulier (1982, p. 143-154, et 1 (...)

1Sous un rapport strictement métrique, la distribution des mots dans le vers classique est surdéterminée par une série de contraintes imposant en particulier que la dernière position comptable d’un hémistiche ou d’un vers simple corresponde à une syllabe accentuable, généralement placée en fin de (sous-)groupe syntactique2. À cette convention s’ajoutent celles de l’hiatus, qui influe sur les contiguïtés, et de la rime, dont la systématique joue un rôle crucial dans la sélection et la disposition des terminus.

2Sous un rapport plus largement poétique, la distribution des mots dans le vers classique est volontiers appréciée au vu de son expressivité. Définies par contraste avec un ordre présumé régulier dans la prose, les diverses antépositions ou inversions contribuent censément à la mise en valeur des termes, quant à leur euphonie et plus encore à leurs effets de sens. Ce qui est précontraint par la métrique se trouve agréé au nom de l’esthétique, la traditionnelle notion de licence n’ayant du reste pas d’autre validité : est permis au poète cela même que le prosateur s’interdit, dans la mesure où l’agencement linéaire du propos, venant se couler dans un moule rigide au prix d’entorses tolérées, n’en est que plus richement évocatoire. Ainsi l’inversion des éléments de la phrase a-t-elle pour « but », si l’on en croit Martinon (1962, p. 64), « de faire mieux ressortir la pensée à l’expression de laquelle ils concourent, et de la présenter sous une forme plus touchante ou plus pittoresque ».

  • 3 La définition de la Poétique selon Milner (1982, p. 283) — « théorie qui établit les critères par (...)
  • 4 « Qu’est-ce qu’un arbre perché ? L’on ne dit pas : sur un arbre perché ; l’on dit : perché sur un (...)

3Une telle évaluation ne saurait être pleinement pertinente que s’il y a libre choix de l’ordonnancement, l’éventuelle vertu signifiante de tel tour dépendant de la possibilité de s’en dispenser, donc de maintenir l’ordo rectus. Pour autant, l’expressivité des formes poétiques n’a pas à être calculée par différence avec celle des usages standard, dont la prose (et laquelle ?) offrirait le parangon. Une fois reconnue la part exacte des règles inhérentes à tel genre littéraire, il n’est guère judicieux de confronter un texte qui les respecte par nécessité avec un autre qui n’a nullement à s’y soumettre3 : ladite confrontation ne trouve son bien-fondé qu’à mettre en rapport des énoncés qui, différemment organisés, se plient aux mêmes impératifs génériques. Pour ce qui est du texte versifié, dans la plupart des cas l’ordre adopté n’entre pas en concurrence réelle avec un autre, puisque lui seul n’enfreint aucune des obligations métriques : si sur un arbre perché ne s’oppose pas à perché sur un arbre, si donc l’antéposition du syntagme prépositionnel n’est pas plus poétiquement suggestive que sa postposition, c’est parce que l’ordre progressif ne permet pas d’occuper les six positions numéraires après la césure du décasyllabe4. Il n’en va pas de même pour la séquence qui lui fait écho peu après : par l’odeur alléché s’avère réversible, le décompte restant semblable dans alléché par l’odeur. Mais avant de postuler une mise en valeur de l’un (par l’odeur ?) ou l’autre (alléché ?) des éléments intervertis, encore faut-il admettre que l’homéotéleute perché/alléché s’impose drastiquement, à l’encontre d’un ordre aussi normal qu’inutilisable dans ce contexte. Sans doute le parallélisme entre les deux tours sur un arbre perché/par l’odeur alléché vient-il à merveille illustrer la fonction poétique — comprise comme projection des équivalences sur l’axe syntagmatique —, mais il s’agit là de relations formelles (fussent-elles significatives) qui résultent au premier chef des procédés de versification.

  • 5 Un premier état de cette recherche a été prépublié dans Poétique, no°145, février 2006, p. 83-97. (...)

4Délaissant donc sans vergogne la teneur sémantique des multiples déplacements qu’induit l’écriture métrique, je limiterai ici mon investigation au seul problème des compléments prépositionnels du verbe, de l’adjectif ou du nom5. À la différence des compléments de phrases, par essence mobiles (en tant que circonstants, notamment) quel que soit le type de discours où ils figurent, ces trois sortes de syntagmes (SP) demeurent étroitement liés à leur tête, même quand ils la précédent à plus ou moins longue distance. La diversité des cas de figure selon les époques, les genres, les mètres et les auteurs rend assurément délicate toute systématisation. Afin de poser quelques jalons indicatifs, j’examinerai restrictivement les configurations propres à l’alexandrin classique en retenant pour corpus privilégié — et comme échantillon représentatif — celui de Racine dans Athalie (1690).

5Tandis que l’ordre progressif, conforme à la syntaxe usuelle, instaure une nette dépendance du second hémistiche (H2) par rapport au premier (H1) :

Déplorable héritier / de ces rois triomphants/

6le renversement sous l’aspect /sp/+ tête établit une tension spéciale en plaçant H1, par anticipation, sous la rection du segment qui le suit :

/D’un ramas d’étrangers/ lindiscrète fureur

  • 6 Quoi qu’en dise l’auteur (« De la Renaissance à nos jours, aucun auteur de traité de versification (...)

7Coïncidant banalement avec la frontière de groupes dans le premier cas (héritier de), la partition césurale se trouve affermie dans le second puisqu’elle sépare deux termes contigus, mais sans continuité sémantico-syntaxique (d’étrangers l’indiscrète). Mieux encore, elle assure une disjonction radicale entre la fin du syntagme nominal (à gauche) et son début (à droite) : ainsi chahutée, la linéarité linguistique fait se succéder des unités disposées à rebours, dont le voisinage même devient constitutif d’une structure métrique solidement édifiée. Comme l’a noté Ronat (1986)6, ce phénomène — à bon droit baptisé métaposition — présente un double avantage fonctionnel :

  • d’une part, il renforce la dépendance entre hémistiches par la manifestation inversée de leur hiérarchie (laquelle demeure toutefois inchangée, en structure profonde). C’est donc d’un conflit entre les places effectivement occupées, à la surface du texte, et les positions respectives des éléments, au plan théorique7, que naît cette dynamique singulière.
  • D’autre part, le glissement à gauche dote d’une tonicité supérieure le mot tête qui, privé de son complément subséquent, en porte néanmoins trace. Autrement dit, l’absence du groupe désormais antéposé, la place vide qu’il laisse, accuserait l’accentuation en fin de vers.

8À ce double titre, la métaposition ne se réduit nullement à une simple inversion (telle celle qui peut affecter l’adjectif épithète, ou encore le couple sujet-verbe dans certains emplois). Logiquement tributaire du noyau qu’il détermine, le complément prépositionnel se trouve non seulement recontextualisé mais aussi décroché par rapport à son rang hiérarchique. À l’extraction latérale s’en ajoute une autre, verticale, en sorte que l’ordre sous-jacent se voit à la fois bousculé et potentiellement transgressé :

9Avant d’examiner les principales combinaisons auxquelles donne lieu ce mécanisme, il convient de recenser quelques-unes des restrictions distributionnelles dont il s’accommode. Rappelons tout d’abord que ce qui vaut pour le SP n’a pas d’équivalent pour une proposition subordonnée. Les alexandrins :

Je vous rends le dépôt /que vous m’avez commis/
Remets-lui le bandeau /dont tu couvris ses yeux/

  • 8 La jonction/ démarcation assurée par les relatifs n’est toutefois pas étrangère à la métaposition. (...)

10ne sont aucunement réversibles (*/Que vous m’avez commis/ je vous rends le dépôt  ; */Dont tu couvris ses yeux/remets-lui le bandeau), la relative n’ayant pas l’autonomie suffisante pour remonter à gauche du nom, qu’elle détermine pourtant à la manière d’un SP8. Impliquée par la grammaire, la postposition des phrases enchâssées n’est jamais contredite par la versification. Le morphème prépositionnel déclenche au contraire une dynamique cataphorique dès lors qu’il bascule — avec le syntagme y afférent — avant son point d’ancrage, que celui-ci soit nominal, verbal ou adjectival :

/Du pillage du temple/ épargnez-moi l’horreur
Puis-je voir /d’assassins/ le temple se remplir
/De votre aïeul David/ , Joas, rendez-vous digne

  • 9 D’autres contraintes seraient à préciser : l’élément métaposé ne peut évidemment s’extraire — sauf (...)

11Le texte versifié actualise ainsi une propriété vectorielle qui, laissée disponible (in posse) par le système linguistique, reste largement sous-exploitée dans l’usage ordinaire du discours. Tout ce que la langue permet n’est pas autorisé par la métrique ; mais rien de ce que la métrique impose n’est interdit par la langue9.

12Cet effet d’annonce ou d’appel, qui oriente la lecture par son rôle suspensif en laissant attendre un rattachement différé, les diverses prépositions le suscitent pareillement :

/Pour le sang de ses rois/ vous savez son amour
Et même /contre Dieu/ lève son bras perfide
/Par les traits de Jéhu/ je vis percer le père
/Dans l’horreur du tombeau/ viendra la replonger
Ta fourbe /à cet enfant/, traître, sera funeste

13Il est clair que les syntagmes prépositionnels attachés à un verbe ou à un adjectif ont par nature une mobilité plus grande que les compléments du nom. Ces derniers ne se laissent guère décaler que dans un cadre métrique, les autres ne sont pas incompatibles avec un énoncé prosaïque, où ils instaurent une thématisation plus ou moins anodine. Mais telle n’est pas en l’occurrence la vertu de la métaposition, comme en témoigne l’absence constante de ponctuation : la phrase ne donnant pas lieu à dislocation (avec reprise pronominale), ces SP ne sont nullement mis en emphase. La figure n’ayant rien de rhétorique, ce serait surinterpréter (donc mésinterpréter) l’ordre des mots que de voir dans /De son joug importun/ délivrons les mortels une insistance plus nette (et portant sur quel composant ?) que dans délivrons les mortels /de son joug importun/. Racine n’est pas Queneau, et n’a point écrit : De son joug importun, délivrons-z’en les mortels…

14À défaut de spéculer sur le détail de telles nuances, on remarquera que la métaposition racinienne semble a priori non récursive, un SP2 inséré dans un SP1 ne pouvant se déplacer :

Dernier né / des enfants / du triste Ochosias//
vs * //Du triste Ochosias // dernier né / des enfants/

15En revanche, rien n’empêche l’extraction du SP1 entier (accompagné de son SP2) :

/Pour le sang /de ses rois// vous voyez sa tendresse
/Par les mains /d’Athalie// un temple fut construit
/De l’honneur / des Hébreux// autrefois si jaloux

  • 10 Comme dans ce vers de Voltaire : Je n’ai pu de mon fils consentir à la mort, cité par Quicherat (1 (...)

16L’intelligibilité du propos (bien plus qu’un parti pris d’élégance) conditionne ces restrictions, car la double métaposition compromettrait à l’excès les corrélations pertinentes (*//Des Hébreux/ de l’honneur/ autrefois si jaloux). Selon l’heureuse formule de La Harpe, « l’oreille est trop déroutée » quand il y a « concours de deux particules »10. Mais le risque de brouillage est nul en cas de métapositions dissociées, aussi sont-elles courantes dans des vers successifs :

Lévites, /de vos sons/ prêtez-moi les accords,
Et /de ses mouvements/ secondez les transports.

17ou au sein d’un même vers, auquel cas elles associent des syntagmes soit à une tête unique mise en commun, soit à des têtes distinctes (les prépositions l’étant aussi, au besoin) :

Je vois /d’Ochosias/ et le port et le geste
/D’armes/ et /d’ennemis/ je suis environnée
et tous, /devant l’autel/ / avec ordre/ introduits
/Vers ces lieux/ /à grands pas/ /pour vous perdre/ savance

18De telles accumulations font apparaître une caractéristique notable. Le SP en de figure toujours au premier rang, quelle que soit et où que soit sa tête,

/De Joad/ /contre moi/ je sais les injustices

/De David/ /à ses yeux/ le nom est favorable

/De sa suite/ /avec vous/ qu’elle règle le nombre

/De leurs champs/ /dans leurs mains/ portant les nouveaux fruits

19en sorte que sont bannies les séquences du type : Contre moi de Joad, Avec vous de sa suite, Dans leurs mains de leurs champs, qui pourtant respecteraient la mesure. Les autres séquelles de SP ne semblent pas aussi fixement réglées : Vers ces lieux à grands pas n’interdit pas, en principe, À grands pas vers ces lieux, et la postposition en préserverait d’ailleurs la libre permutation. En pareil cas, le traitement privilégié du syntagme en de le situe systématiquement au plus loin de sa base, alors qu’on l’y croirait volontiers plus fermement arrimé. Mais peut-être cette dépendance particulière — sémantiquement moins chargée, elle est essentiellement relationnelle — autorise-t-elle justement la mise à distance, en préservant l’intégrité des transferts et en évitant le risque d’ambiguïté (À ses yeux de David…).

  • 11 Les métapositions internes à un seul hémistiche seront envisagées plus loin. Voici le codage adopt (...)

20De façon générale, la métaposition se signale par l’affectation variable des places qu’elle engendre. Les SP en question peuvent être tantôt contigus à leur tête (dans un même hémistiche ou non), tantôt séparés par un ou plusieurs éléments, surtout si l’opération s’effectue d’un vers à l’autre. Une recension globale des écarts ainsi créés ne serait guère instructive en soi, car ils sont fonction de la nature des têtes et bien sûr des volumes syllabiques. Afin d’apprécier leur incidence sur l’armature du vers entier, je donnerai un aperçu des schémas récurrents qu’ils illustrent11.

211. La distribution de loin majoritaire met en relation H1b et H2b, selon le modèle :

Eh bien, /de cette impie/ a-t-on puni l’audace
Sait aussi /des méchants/ arrêter les complots
Venez : /de l’huile sainte/ il faut vous consacrer
Et /d’une égale horreur/ nos cœurs étaient frappés

22Si l’on tente de rétablir l’ordo rectus, les vers conformés de la sorte deviennent souvent irrécupérables métriquement, par excès de volume (la rime féminine suscitant par exemple une syllabe /∂/ indue, lors de la conversion : Eh bien, a-t-on puni l’audac e de cette impie), par intrusion d’un hiatus (Sait aussi#arrêter) ou par non-respect de la césure (Et nos cœurs étaient frap-pés). Quelques-uns restent toutefois réversibles, au prix d’un changement de rime :

Mais pourquoi/de Jéhu/refuser le secours
↔ Mais pourquoi refuser le secours/de Jéhu/

23On peut considérer comme des variantes le rattachement d’un SP à plusieurs têtes,

Il devint /des Hébreux/ l’espérance et l’oracle
Et /d’oracles menteurs/ s’appuie et s’autorise

24l’articulation de plusieurs métapositions mono ou polycéphales, qui accroît la tension entre les composants,

/De Jacob/ /avec Dieu/ confirmer l’alliance
/De vous/ et /de Joad/ je reconnais l’esprit

Et tous, /devant l’autel/ /avec ordre/ introduits
Venez /du diadème/ /à leurs yeux/ vous couvrir

/Vers ces lieux/ /à grands pas/ /pour vous perdre/ s’avance

/De David/ /à ses yeux/ le nom est favorable

/De mon père/ /sur eux/ les bienfaitsrepandus

  • 12 Les sections H1b-H2b sont ici occupées par deux métapositions intriquées. D’où l’effet de chiasme, (...)

/De Cédron/ /avec lui/ traversant le torrent
/De leur sang/ /par sa mort/ faire cesser les cris12

25mais aussi l’occupation de l’un des hémistiches, voire des deux, par un syntagme homogène. Soit donc H1-H2b,

/Du Dieu que nous servons/ tel est l’ordre éternel
/De son amour pour toi/ ton Dieu s’est dépouille
/Du mérite éclatant/ cette reine jalouse

26H1b-H2 — jamais réversible (quoique symétrique du précédent) en raison du déséquilibre entre les parties corrélatives —,

Pour réparer /des ans/ l’irréparable outrage
Vous gardiez /de David/ quelque trésor secret

27et le majestueux H1-H2,

/De notre sainte loi/ le livre redoutable
/D’un ramas d’étrangers/ l’indiscrète fureur

28toutes ces structures ayant pour point commun d’occuper conjointement la fin (au moins) de chaque hémistiche.

292. Une seconde classe réunit les schémas où l’une seulement des deux fins d’hémistiche est investie par l’élément métaposé (en H1/H1b) ou bien par son ancrage (H2/H2b). Soit donc, par ordre de fréquence, H1b-H2a,

Lieu terrible ou /de Dieu/ la majesté repose
Et même /contre Dieu/ lève son bras perfide

30H1a-H2b — qui place aux antipodes du vers les deux unités associées. La partie droite de H1 est le plus souvent réservée à une apostrophe, selon un ordre manifestement préféré à celui de la classe précédente (H1b-H2b), pourtant possible en pareil cas (Abner, de votre cœur) —,

/De votre cœur/, Abner, je connais l’equite
/De tant de maux/, Abner, détournons la menace

31S’y ajoutent l’assez rare H1-H2a — qui introduit, entre le SP métaposé et sa base (contiguë), une disparité sans doute trop forte pour être généralisable. Il est réversible à condition de permuter l’entier des deux hémistiches, quand la rime est masculine —,

/De vos songes menteurs/ l’imposture est visible
/Dans l’infidèle sang/ baignez-vous sans horreur

32et, cas non seulement rarissime dans l’alexandrin classique mais unique dans Athalie, H1a-H2 :

  • 13 Aussi peu coutumier du H1a, Boileau use exclusivement de ce même tour en pareil cas : « De pèlerin (...)

/De ses parents/, dit-on, rebut infortune13

33Même en laissant de côté la contrainte d’homophonie rimique, peu de ces vers sont modifiables. L’ordre progressif peut contrevenir à la métrique pour des raisons (morpho-phonologiques) déjà évoquées, mais aussi quand il entraîne des décalages syntagmatiques par rapport à la césure, lesquels (rejets internes) sont normalement proscrits :

  • 14 Exempte de rejet, la permutation *Ont annoncé /au peuple/ le fils /d’Ochosias/ est également exclu (...)

Voudrait que /de David/ la maison fût éteinte
*Voudrait que la maison /de David/ fût éteinte
/D’Ochosias/ / au peuple/ ont annoncé le fils
*Ont annoncé le fils /d’Ochosias/ /au peuple/14

  • 15 Chaque suite H1 ou H2 étant susceptible de se fractionner, par coordination ou juxtaposition, tous (...)
  • 16 Loc. cit., p. 30. Cette topique, étayée par la grammaire générative et transformationnelle, se fon (...)

34Inutile d’entrer dans le détail statistique ni d’affiner cette typologie15, pour vérifier la règle énoncée par Mitsou Ronat : « S’il y a inversion, l’un des deux membres du syntagme doit se trouver à la fin de l’un des deux segments métriques16. » Autrement dit, en face de :

/Vers ces lieux/ /a grands pas/ /pour vous perdre/ s’avance

/De David/ /à ses yeux/ le nom est favorable

Ce lévite /à Baal/ prête son ministère

/De tant de maux/, Abner, détournons la menace

/De pèlerins/, dit-on, une troupe grossière

35H1a-H2a ne se rencontre nulle part :

*/Vers ces lieux/, cher Joad, s’avance l’ennemi
*/De David/, on le sait, le nom est révéré
*/A Baal/ cet enfant prête son ministère
*/De tant de maux/, Abner, la menace persiste
*/De pèlerins/, dit-on, une troupe est entrée

36De tels vers ne se conforment plus au patron fondamental de l’alexandrin classique, malgré leur peu de différence apparente avec les données attestées par ailleurs. L’agencement bigarré des deux hémistiches est exclusif d’un type spécifique, qui ne ferait pas peser la métaposition sur l’une au moins de leurs lisières droites : une coïncidence accentuelle est prescrite — tacitement — avec le SP détaché et/ou sa tête.

37Cette gradation fonctionnelle (« métrico-phono-syntaxique ») des « marquages » amène Ronat à conclure que « les constructions qui ne marquent pas le vers n’existent pas » (p. 34). Il n’est donc pas d’inversion qui ne soit motivée d’un point de vue proprement formel. Néanmoins, les occurrences ne sont pas rares de l’ordre progressif : pourquoi donc n’ont-elles pas été marquées, elles aussi, chaque fois que cela pouvait se faire à moindres frais ?

déplorable héritier /de ces rois triomphants/
↔ /De ces rois triomphants/ déplorable héritier
Je plains le triste sort /d’un enfant tel que vous/
↔ /D’un enfant tel que vous/ je plains le triste sort
Japprochai par degrés /de l’oreille des rois/
↔ /De l’oreille des rois/ japprochai par degrés

  • 17 Athalie n’en offre qu’une occurrence, qui s’explique par l’élision : « /Loin du monde/ élevé, de t (...)

38Ronat ne pose pas directement le problème mais interprète la quasi-absence de métaposition interne à H1 par le fait que « les poètes préféraient les constructions les plus fortement marquées » (p. 35). Loin de « renforcer la ‘‘poéticité’’ du vers, [pour] le distinguer encore davantage de la prose », ce tour n’apporte aucun bénéfice métrique, dans la plupart des cas17, et n’est donc pas retenu :

Couvrant /d’un zèle faux/ votre ressentiment
Tu cachas /dans mon sein/ cette tendre victime
 ?/D’un zèle faux/ couvrant votre ressentiment
 ?/Dans mon sein/ tu cachas cette tendre victime

39Dans le décompte syllabique et les équilibrages métrico-syntaxiques, rien ne changerait en effet si le poète avait écrit D’un zèle faux couvrant, Dans mon sein tu cachas ; il n’y en aurait pas moins démarcation par rapport à un ordre progressif. Si Racine n’a pas fait ce choix, sans doute est-ce parce qu’il n’intervient qu’en tant que de besoin, et non pour souligner des structures a contrario. D’autant que la tonicité accrue de la césure viendrait alors concurrencer à outrance la discrimination de la fin du vers.

  • 18 Seules l’apostrophe, ou encore l’incise et certaines constructions détachées, la déterminent pour (...)

40De même n’a pas lieu la remontée en début de vers d’une cellule dont la tête se situe en H 2, quand rien ne l’impose au plan du signifiant18. L’occupation des deux fins d’hémistiche est à l’évidence jugée plus satisfaisante :

On verra/de David/ lhéritier détestable
 ?/De David/on verra lhéritier détestable
Aurait-il/de la reine/attiré la colère
?/De la reine/aurait-il attiré la colère

41Évaluée à une fréquence de 30 %, la métaposition interne à H2 se révèle au contraire profitable, non seulement à la tonicité, mais surtout aux correspondances rimiques :

Mais où sont ces honneurs /a David/ tant promis (rime avec fils)
Vous cachez des trésors /par David/ amasses (connaissez)
Regarde tous ces rois /de ta gloire/ étonnes (prosternés)

  • 19 L’esclavage de la rime, qui « ne doit qu’obéir », est une hypocrite pétition de principe largement (...)
  • 20 Beaudouin (2002, p. 262). Molino et Tamine le décrivent semblablement comme « le résultat, instabl (...)

42Le gain est en l’occurrence non négligeable qui favorise une homophonie19, alors que le même processus en H1 demeure sans effet. Nombre d’indices témoignent donc d’un conditionnement sine qua non : quel que soit le souci du marquage, ce dernier le cède en tout état de cause aux nécessités du calibrage, et ne s’exprime plus guère dès que celles-ci sont satisfaites. À juste titre, Beaudouin voit dans la métaposition un outil d’aide à la production du texte plutôt qu’un moyen d’influer sur sa réception : offrant « simplement un degré de liberté » dans l’écriture des vers, il facilite l’indispensable « concordance entre segments métriques et syntagmes de langue »20.

43Eu égard à ce relatif « jeu dans le système », seul pourrait être dûment qualifié de licence le choix d’un tour rétrograde quand il n’est contraint par aucun impératif (ni la syllabation, ni le rythme, ni la rime ne le rendant justifiable). Athalie, au vrai, n’en présente rigoureusement aucun qui ne soit inamovible. Et si l’on veut prôner, à la suite de Martinon (1962, p. 64), que l’inversion sert à convertir le vers « en image, à lui donner de la force, de la précision, de l’élégance, de la grâce et de l’harmonie », on ne pourra le faire qu’après avoir constaté l’absolue impossibilité d’éviter ladite inversion, sauf à récrire de proche en proche tous les alexandrins de la période classique. Il y a toujours au moins un critère dirimant qui commande la métaposition ; sinon, elle n’est jamais réalisée. Que cet alibi fasse sens au rebours de la prose, c’est là une conséquence contingente et passablement contestable.

  • 21 Il serait opportun de comparer l’accentuation, voire la courbe mélodique, des ordres progressif et (...)

44Fondée sur une même dialectique, la proscription systématique du H1a-H2a paraît en outre due à la perturbation intempestive que provoquerait le maintien d’une dépendance cataphorique en deçà des frontières de l’hémistiche. Faute de distinguer le rang 12, la tonicité supérieure de la tête — */De tant de maux/, Abner, la menace /…/ persiste vs Depuis trois jours, Abner, la menace persiste — vient alors troubler le clivage orthodoxe du mètre, que le SP ne peut, de son côté, signaler à la césure. Comme il n’épouse plus (fût-ce partiellement) l’architecture métrique, ce double dévoiement prosodique21 devient disruptif, précisément pour ce qu’il est trop (et mal) marqué. La considérable commodité générative qu’apporte la métaposition reste en somme tributaire d’un élémentaire principe de précaution : afin de ne pas fausser le repérage cognitif de l’alexandrin, force est de s’adosser (sans vraiment l’exhiber) à son armature intangible.

45D’un vers à l’autre, ce mode de connexion à retardement peut sembler moins rigidement délimité. Pourtant, la réversibilité reste là aussi empêchée quand la phrase ne supporterait pas sans péril une telle permutation :

Déjà /de sa naissance/ et /de votre dessein/

On commence, seigneur, à percer le mystère !

46L’adverbe déjà, en H1a, rendrait ici peu acceptable un ordre progressif « se traînant sur des béquilles » (comme dit La Harpe, cité par Quicherat, note 10). C’est parfois l’éloignement du sujet et du verbe que la métaposition réduit utilement :

/De cette fleur si tendre et sitôt moissonnée/,
Tout Juda, comme vous, plaignant la destinée,
Avec ses frères morts le crut enveloppé.

47La métrique a sa part également, à ce niveau, dès que les deux vers ne riment pas — dessein et mystère, ci-dessus, font couple séparément dans deux distiques —, ou que se fait jour un risque de rejet/enjambement externe :

/[Du temple], orné partout de festons magnifiques/,
Le peuple saint en foule inondait les portiques.

48Seuls seraient en vérité réversibles quelques distiques construits… selon l’ordre prosaïque. Or Racine se garde bien d’y introduire un marquage gratuit :

Faut-il, Abner, faut-il vous rappeler le cours
/Des prodiges fameux accomplis en nos jours/ ?
Le ciel même peut-il réparer les ruines
/De cet arbre séché jusque dans ses racines/ ?

49Procédé ancillaire s’il en fut, la métaposition se met au service des contraintes métriques et c’est de leur complexe entrelacement qu’elle découle, faute de mieux. Voilà pourquoi je terminerai par l’examen du problème singulier que pose l’interdiction expresse des séquences/SP/+ sn, dans certains contextes. L’antéposition immédiate d’un syntagme prépositionnel attaché à un verbe ou à un adjectif apporte une souplesse bienvenue dans la sélection du mot rime et la rectification des voisinages induits par l’ordo rectus :

Lorsque la troisième heure/aux prières/ rappelle vs

(*heure rappelle)

Et la flamme du ciel/sur l’autel/ descendue

(*descendue sur)

Conforme à son aïeul, /à son père/ semblable

(*père)

  • 22 Scarron, Virgile travesti. On sait que Boileau reprochait à Bouillon les expressions « rudes et fo (...)

50Or cet aménagement ne s’applique pas au complément de nom, dans le style voulu élevé. Usuel dans les mètres courts de genre bouffon — Des Troyens la fatale peste, Des Dieux l’illustre messager, Du grand Palamède l’histoire22 —, il est banni ailleurs sauf si un terme distinct sépare le SP de sa tête. Ainsi dans les octosyllabes du chœur d’Athalie : De tes pieds baisent la poussière, De vos aïeux n’arma le zèle.

  • 23 Il va de soi que ce critère — tout comme les diverses configurations de métapositions — vaut aussi (...)

51Une pareille proscription/exception n’est cependant plus requise dans un mètre composé (c’est-à-dire césuré, au-delà de huit syllabes) si la frontière médiane passe entre le SP et son ancrage. Instaurant par là une parfaite contiguïté, les alexandrins23 s’alignent sur des schémas rencontrés précédemment :

H1b-H2a

Avant que/de Mathan/ le complot soit formé

H1b-H2

Laissons-là/de Joad/ laudace téméraire

H1-H2

/D’un ramas d’étrangers/ lindiscrète fureur

H1-H2a

/Des cruels Tyriens/ la trompette qui sonne

  • 24 L’unique contre-exemple des vers 1 405-1 406 n’est qu’apparent : « Que, sévère aux méchants, et /d (...)

52Comment donc expliquer que de Mathan le complot soit licite s’il chevauche deux hémistiches, mais non s’il se loge tout entier dans l’un d’eux ? Ou encore, comment comprendre que tous les SP déterminatifs d’un nom suivent l’ordre direct quand ils n’occupent, avec leur base, qu’un seul sous-vers24,

Et la chaleur /des jours/ et la fraîcheur/des nuits/
*Et /des jours/ la chaleur et /des nuits/ la fraîcheur
David m’est en horreur, et les fils /de ce roi/
*David m’est en horreur, et /de ce roi/ les fils

  • 25 Pour des « oreilles délicates et exercées […], deux substantifs rapprochés forment un hémistiche d (...)

53alors que tel n’est pas le cas des SP liés à un verbe ou à un adjectif ? Risquons une hypothèse : l’interdit — sans rapport avec l’euphonie ou quelque réquisit analogue25 — frappe précisément ceux des groupes qui, d’un point de vue sémantico-syntaxique, sont les plus dépendants et les plus régulièrement postposés dans l’usage ordinaire ; ceux aussi qui s’éloignent plus que les autres par métaposition (De leurs champs dans leurs mains portant les nouveaux fruits ; Des mers pour eux il entr’ouvrit les eaux…).

54Les autres SP sont en revanche plus mobiles en prose, où ils peuvent être aisément thématisés (à ses amis on peut tout dire, c’est pour vous que je suis inquiet) ou permutés (parler à quelqu’un de quelque chose) selon leur masse volumétrique. Leur antéposition immédiate, en vers, tirerait donc parti d’une autonomie relative dont ne jouit pas l’expansion du groupe nominal : /de Mathan/ le complot est à cet égard moins nettement charpenté que /aux prières/ rappelle , /pour vous perdre/ s’avance , /de ses prêtres/ suivi , /sur l’autel/ descendue , /par David/ amassés ou /à son père/ semblable … C’est pourquoi l’économie de la versification impose soit un terme disjonctif entre SP et sn — /De l’orphelin/il est le père (Esther, v. 996) —, soit une coupe métrique qui vienne frapper d’un accent d’intensité la syllabe finale du syntagme antéposé, pour le rééquilibrer :

Avant que/de Mathan/ le complot soit formé
Est-ce que/de Baal/ le zèle vous transporte

  • 26 Nul doute qu’elle se dote par là d’une puissance prédicative qui sinon lui fait défaut. Voir Vaill (...)

55Le changement de mesure, et la balise rythmique afférente, est à la fois nécessaire et suffisant pour assurer la perceptibilité optimale d’un voisinage trop peu différentiel. De façon invisible mais hautement sensible, cette touche abstraite scinde une suite linguistique qui par elle-même ne fait pas le poids26.

56Dans un mètre simple, ce recours n’est pas envisageable : faute de césure, aucun contrefort ne peut appuyer l’inversion abrupte /SP/ + SN. Structurellement trop fragile, elle est éliminée du style soutenu et son emploi dans le vers trivial apparaît effectivement licencieux parce qu’il force la syntaxe au lieu de la soutenir, sans rémunérer le défaut de la langue.

57La passi-on serait-elle plus ardente que la triviale passion, les facti-eux plus rebelles que les vulgaires factieux ? La diérèse étant de rigueur dans le mètre comme la synérèse est d’usage en prose, la langue du vers brille moins par des écarts marqués, et lourds de sens, que par un rigoureux respect de sa propre norme. Pas plus pathétique en soi qu’une diérèse, la métaposition en constitue l’un des modes d’actualisation rentable et inévitable, quoique artificiel.

  • 27 Lire Gouvard (2000), qui nonobstant ne traite pas directement de métaposition.

58À supposer que les auteurs du Grand Siècle — Racine comme Boileau, Corneille comme Molière ou La Fontaine — aient pu se passer d’un tel compromis, l’auraient-ils fait sans état d’âme ou s’ils eussent redouté un déficit esthétique ? On sait en tout cas que l’assouplissement progressif, dès les années 1850, du clivage césural d’abord, puis des autres interdits traditionnels27, est allé de pair avec la disparition de ce dé-montage syntaxique. Ainsi sa survivance a-t-elle pris valeur d’archaïsme en versification moderne, et versé dans la préciosité jusqu’au fil d’une prose précisément dite poétique ou même artiste. Pour n’être plus obligée mais délibérément choisie, cette technique d’écriture a dès lors fait office d’ornement stylistique : l’âge classique était bien révolu.

Bibliographie

Références bibliographiques

Beaudouin V., 2002, Mètre et rythmes du vers classique : Corneille et Racine, Paris, Honoré Champion.

Boileau N., 1966 [1669], Dissertation sur la Joconde, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 307-324.

Cornulier B. de, 1982, Théorie du vers : Rimbaud, Verlaine, Mallarmé, Paris, Seuil.

—, 1995, Art poëtique. Notions et problèmes de métrique, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Elwert T., 1993 [1965], Traité de versification française, Paris, Klincksieck.

Garrette R., 1995, La Phrase de Racine : étude stylistique et stylométrique, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Gouvard J.-M., 2000, Critique du vers, Paris, Honoré Champion.

Jeandillou J.-F., 2005a, « La rime féminine : paroles et musique », dans M. Murat et J. Dangel (dir.), Poétique de la rime, Paris, Honoré Champion, p. 253-274.

—, 2005b, « “L’art des transports de l’âme est un faible interprète“ : l’ordre des mots dans les élégies d’André Chénier », L’Information grammaticale, no°107, p. 48-52.

Lote G., 1988, Histoire du vers français, Aix-en-Provence, Publications de l’Université, t. IV.

Martinon P., 1962, Dictionnaire des rimes françaises, Paris, Larousse.

Milner J.-C., 1982, « Réflexions sur le fonctionnement du vers français », Ordres et raisons de langue, Paris, Seuil, p. 283-301.

—, 1989, Introduction à une science du langage, Paris, Seuil.

Milner J.-C. et Regnault F., 1987, Dire le vers, Paris, Seuil.

Molino J. et Tamine J., 1982, Introduction à l’analyse linguistique de la poésie, t. I, Paris, Presses universitaires de France.

Morier H., 1998 [1961], Dictionnaire de poétique et de rhétorique, 5e éd., Paris, Presses universitaires de France.

Quicherat L., 1882 [1838], Petit traité de versification française, 8e éd., Paris, Hachette.

Ronat M., 1986 [1975], « Métrico-phono-syntaxe : le vers français alexandrin », Recherches linguistiques à Vincennes, no°14-15, Université Paris VIII, p. 15-43.

Rousseau J.-J., 1969, Œuvres complètes, t. IV, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Vaillant A., 2005, « Pour une poétique du vers syllabique », Poétique, no°143, p. 259-281.

Wirtz J., 2005, « Roussel et la césure », SEMEN, no°19 (« L’ordre des mots »), LASELDI/Université de Franche-Comté, p. 159-178.

Notes

1 Beaudouin (2002, p. 257). L’auteur signale clairement les limites du programme informatique — le « métromètre » — mis au point pour l’étude statistique de son corpus : il n’est pas indifférent que la métaposition constitue « la source principale des erreurs syntaxiques » commises par cet analyseur automatique.

2 Cette morpho-phonologie « métrico-métrique » a été théorisée par Cornulier (1982, p. 143-154, et 1995, p. 81 et suiv.). Sur les aménagements du dispositif (disjonction semi-auxiliaire/verbe ou nom/épithète), voir entre autres Elwert (1965), Morier (1998, p. 594-596) ou Molino et Tamine (1982, p. 128 et suiv.).

3 La définition de la Poétique selon Milner (1982, p. 283) — « théorie qui établit les critères par lesquels, pour une langue donnée, certaines séquences se distinguent comme poétiques dans l’ensemble des séquences possibles » — se fonde sur le postulat inverse, également retenu par Ronat (1986). Concevoir la langue du vers comme le produit d’un filtrage, c’est néanmoins la confronter sans cesse à ce qu’elle n’est pas (un système engendrant des séquences non poétiques), donc tenir pour marqué (ou poétique) ce qui n’est que réglé de façon impérieuse. De même, analyser un lipogramme perecquien comme l’agencement de signifiants triés sur le volet obligerait à restituer une version latente (non lipogrammatique) aussi dépourvue d’existence (fût-elle préalable) que de raison d’être, au vu des critères de codification textuelle.

4 « Qu’est-ce qu’un arbre perché ? L’on ne dit pas : sur un arbre perché ; l’on dit : perché sur un arbre. Par conséquent il faut parler des inversions de la poésie ; il faut dire ce que c’est que prose et que vers », affirmait Rousseau dans le second livre de l’Émile (1969, p. 353).

5 Un premier état de cette recherche a été prépublié dans Poétique, no°145, février 2006, p. 83-97. D’autres analyses concernant l’alexandrin post-classique d’André Chénier ont paru dans notre article de 2005.

6 Quoi qu’en dise l’auteur (« De la Renaissance à nos jours, aucun auteur de traité de versification, d’Art Poétique, de stylistique, ne s’est véritablement intéressé au problème posé par l’existence d’inversions dans le vers classique »), le mécanisme était finement glosé dès le xviiie siècle (sous le nom de transposition), par le Père du Cerceau en particulier : « Pour que la césure soit légitime, et que le vers puisse être coupé en deux parties, il ne suffit pas qu’on coupe une phrase en deux morceaux qui réellement n’en font qu’un, mais il faut qu’on tourne la phrase de telle manière qu’elle présente, en quelque sorte, deux phrases. » (Réflexions sur la poésie française, 1742, cité par Lote, 1988, p. 82)

7 Comme la question de « l’ordre des mots n’est rien d’autre que le système des places », selon Milner (1989, p. 382), ce type de transformation relève de la stylistique plutôt que de la syntaxe (concernée, elle, par le système des positions). Il est dommage que Garrette (1995) ait ignoré un paramètre pourtant si décisif dans l’écriture de Racine et de ses pairs.

8 La jonction/ démarcation assurée par les relatifs n’est toutefois pas étrangère à la métaposition. Hormis qui (sujet à sa place), ces pronoms sont automatiquement métaposés par rapport, non à l’antécédent, mais au terme qui les gouverne : l’enfant /que/ tu connais , /auquel/ je pense , /pour qui/ l’on s’inquiète , /dont/ j’ignore le nom .

9 D’autres contraintes seraient à préciser : l’élément métaposé ne peut évidemment s’extraire — sauf par facétie ludique — d’une locution figée ou d’une construction à verbe support (*De course il aperçut un superbe cheval ; *De la graine aussitôt notre héros en prit…), ni venir disjoindre des constituants a priori non séparables (clitique + Vb/N, N + Adj…). Pour cause d’amphibologie, il n’outrepasse qu’exceptionnellement le cadre de la proposition, subordonnée spécialement : « J’entends /à haute voix/ tout mon camp qui m’appelle ». Là encore, ces invariants concernent plus la langue même que l’ordre des mots construit par le texte, lequel n’est jamais agrammatical.

10 Comme dans ce vers de Voltaire : Je n’ai pu de mon fils consentir à la mort, cité par Quicherat (1882, chap. ix, p. 60), qui réprouve cette « même faute » sous la plume de Corneille : Daigne d’un Vinnius se réduire à la fille.

11 Les métapositions internes à un seul hémistiche seront envisagées plus loin. Voici le codage adopté : H1 ou H2 = premier ou second hémistiche ; Ha ou Hb = première ou dernière section (quelle qu’en soit la quantité proportionnelle et le statut syntaxique) de l’hémistiche. Par exemple : H1b = dernière section du premier hémistiche. Le rectangle long figure par ailleurs H et le court Ha ou Hb ; les hachures correspondent, vers la droite au segment métaposé (protensif), vers la gauche à sa tête (rétensive) ; le quadrilatère blanc indique un tronçon étranger à la métaposition.

12 Les sections H1b-H2b sont ici occupées par deux métapositions intriquées. D’où l’effet de chiasme, tout différent du schéma croisé qui précède, mais non moins acrobatique.

13 Aussi peu coutumier du H1a, Boileau use exclusivement de ce même tour en pareil cas : « De pèlerins, dit-on, une troupe grossière. » (Art poétique, III, v. 80)

14 Exempte de rejet, la permutation *Ont annoncé /au peuple/ le fils /d’Ochosias/ est également exclue, pour cause d’hiatus (annoncé# au) et de césure épique (avec apocope peuple le).

15 Chaque suite H1 ou H2 étant susceptible de se fractionner, par coordination ou juxtaposition, tous les cas de figure ne sont donc pas réalisés dans Athalie ; mais les dédoublements en question ne modifieraient pas la cohérence des appariements qui se dessine ici. Pour cette même raison, ont été négligées quelques variables peu productives — Tantôt /à cette reine/ il vous peint (redoutable) ; Qu’ /à la fureur du glaive/ on le livre (avec elle) ; Et /du temple/ (bientôt) on permettra l’entrée  ; Ah !/de nos bras/(sans doute) elle vient l’ arracher , — qui encastrent l’une des unités segmentales au sein de H : l’essentiel est que son corollaire reste en position finale.

16 Loc. cit., p. 30. Cette topique, étayée par la grammaire générative et transformationnelle, se fonde sur les observations de Jacques Roubaud et sur un dépouillement de quelque 25 000 vers.

17 Athalie n’en offre qu’une occurrence, qui s’explique par l’élision : « /Loin du monde/ élevé, de tous les dons des cieux //Il est orné dès sa naissance » vs Élevé loin du monde, de tous les dons des cieux…

18 Seules l’apostrophe, ou encore l’incise et certaines constructions détachées, la déterminent pour des raisons moins métriques, semble-t-il, que syntaxiques et prosodiques : /De votre cœur/, Abner, je connais l’équité  ; /De votre nom/, Joas, je puis donc vous nommer  ; /De ses parents/, dit-on, rebut infortuné.

19 L’esclavage de la rime, qui « ne doit qu’obéir », est une hypocrite pétition de principe largement contredite par l’observation objective des faits. Boileau même se soumet tout le premier aux dictats de cette borne ultime — « Dans ce rude métier où mon esprit se tue, // En vain, pour la trouver, je travaille et je sue » (Satire II, v. 13-14) — qui exerce une pression non seulement rétroactive, sur l’agencement local du vers, mais plus globale aussi sur celle du texte, déjà fermement corseté par ailleurs. Cette soupape qu’est la métaposition n’assure rien d’autre que l’échappement d’une parole autrement intenable : « La cadence aussitôt, la rime, la césure, // La riche expression, la nombreuse mesure, // Sorcières dont l’amour sait d’abord les charmer,// De fatigues sans fin viennent les consumer. » (Épître XI, v. 73-76)

20 Beaudouin (2002, p. 262). Molino et Tamine le décrivent semblablement comme « le résultat, instable et changeant, de l’ajustement » entre deux séries d’exigences parfois contradictoires : métriques d’une part, linguistiques d’autre part (1982, p. 128).

21 Il serait opportun de comparer l’accentuation, voire la courbe mélodique, des ordres progressif et régressif : Le roi /de ce pays/ fut un cruel tyran vs Le roi /de son pays/ fut le libérateur . H1 étant homogène dans un cas, hétérogène dans l’autre, la diction devrait susciter des intensités, des durées et des hauteurs distinctes non seulement sur la finale pays mais aussi sur roi. Plus que de déclamation (phonétique), il s’agit là d’une dimension constitutive de la textualité, sinon de l’art oratoire. Milner et Regnault (1987) l’ont regrettablement passée sous silence.

22 Scarron, Virgile travesti. On sait que Boileau reprochait à Bouillon les expressions « rudes et forcées » dans son adaptation française de l’Arioste. L’octosyllabe « étoit du monde la merveille » fait l’objet d’un commentaire aussi cinglant que laconique : « cette transposition ne se peut souffrir. » (1966, p. 321-322)

23 Il va de soi que ce critère — tout comme les diverses configurations de métapositions — vaut aussi pour les décasyllabes : Que /du Seigneur/ la voix se fasse entendre ; Et /du méchant/ l’abord contagieux, etc.

24 L’unique contre-exemple des vers 1 405-1 406 n’est qu’apparent : « Que, sévère aux méchants, et /des bons/ le refuge, // Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge. » Apposé au pronom sujet vous, le groupe nominal n’a pas de fonction majeure dans la phrase (ni sujet, ni objet, ni attribut). Sa construction détachée, sa coordination en chiasme avec sévère aux méchants, et l’impossibilité de l’ordre progressif autorisent par exception une métaposition qui serait irréalisable autrement : *Mais des bons le refuge est toujours précieux, *Il fut notre sauveur et des bons le refuge… Comparable est aussi, à ce titre, le vers 1 304 de Phèdre : « Les dieux même, les dieux, de l’Olympe habitants. »

25 Pour des « oreilles délicates et exercées […], deux substantifs rapprochés forment un hémistiche d’une dureté choquante », affirmait La Harpe (d’après Quicherat, 1882, p. 59). Au demeurant, les poètes renaissants usaient librement de ce tour — « Et loin d’oisiveté, des vices la nourrice » (Du Bellay, « Hymne à la surdité », Divers Jeux rustiques) — que l’on verra reparaître dès 1820 chez Lamartine : « Descends-tu pour me révéler // Des mondes le divin mystère ? » (Méditations poétiques, IV, v. 21-22)

26 Nul doute qu’elle se dote par là d’une puissance prédicative qui sinon lui fait défaut. Voir Vaillant (2005). Mais cet effet de sens, contraint par une prosodie dirimante, n’en reste pas moins un épiphénomène.

27 Lire Gouvard (2000), qui nonobstant ne traite pas directement de métaposition.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2499/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 17k

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search