Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des mots, des pratiques et des risques

 | 
Rommel Mendès-Leite

II. VIH et sida

Sens et contexte dans les recherches sur les (homo)sexualités et le sida : réflexions sur le sexe anal1

Rommel Mendès-Leite

Texte intégral

  • 1 Première édition parue en 2003 dans l’ouvrage dirigé par Christophe Broqua, France Lert et Yves So (...)
  • 2 « Être humain signifie vivre dans un monde. C’est-à-dire vivre dans une réalité ordonnée, qui donn (...)

To be human means to live in a world. That is to live in a reality whom is ordered and that gives meaning to the business of living. It is a fundamental characteristic of human existence.2. (Berger, Berger & Kellner, 1973, p. 63.)Les silences de nos sciences sociales peuvent être révélateurs d’un processus d’occultation des aspects indésirables de notre société. (Bezerra de Menezes, 1983, traduction de l’auteur.)

1Paradoxalement, si la prévention du sida a contribué au développement des recherches en sciences sociales sur les sexualités en général et en particulier sur les homosexualités masculines, elle a également exercé une influence importante sur la manière dont ces recherches ont été menées, c’est-à-dire surtout dans un souci de santé publique (voire même d’épidémiologie).

2Indéniablement, de nombreux travaux en sciences sociales sur le sida ont, depuis le début de l’épidémie, élargi le champ de nos connaissances sur les comportements et les pratiques sexuelles des hommes entre eux. Ils ont ainsi permis d’étoffer notre connaissance sur différents aspects des homosexualités. Toutefois, ainsi que l’affirme Michel Bozon :

Dans la sexualité humaine, l’activité des corps n’est pas affaire d’instinct mais d’apprentissage social. L’imbrication des actes sexuels et des significations qu’ils revêtent est pourtant rarement analysée. (1999, résumé de l’article.)

3Les polémiques qui animent les recherches en sciences sociales portant sur l’homosexualité renvoient souvent à des cadres de référence différents, se traduisant par un clivage entre deux catégories de chercheurs : d’une part, ceux qui définissent avant tout le sida comme un problème de santé publique et, d’autre part, ceux qui l’envisagent également dans le contexte socioculturel plus large des représentations, des compétences psychosociales et des comportements sexuels et sociaux, sans oublier les conditions sociales, économiques, politiques... Cette dernière approche se développe parallèlement aux études sur les homosexuels et les lesbiennes, qui ont graduellement privilégié le contexte – la réalité construite, représentée et vécue – ainsi que la construction des sexualités, des genres et des identités. Cette prise en compte du contexte et de l’importance du sens constitue l’une des contributions majeures aux études en sciences sociales sur les sexualités et sur le sida. Les chercheurs adoptant une démarche contextuelle sont plutôt issus eux-mêmes des études sur les sexualités – et surtout sur les homosexuels ou les lesbiennes –, privilégiant l’interdisciplinarité ou des approches anthropologiques et psychosociales, des méthodologies issues de certaines écoles sociologiques comme l’interactionnisme symbolique ou encore des courants intellectuels comme le constructionnisme social, le féminisme ou les gender studies.

4Il est néanmoins clair que les études sur les sexualités effectuées à la lumière de l’épidémie du sida n’abordent pas le sujet de la même manière que les études sur les sexualités tout court, et a fortiori sur les homosexualités. Ainsi, la prise en charge des études en sciences sociales dans le champ du sida a pour corollaire une certaine (re)médicalisation des sexualités. Ce phénomène peut en cacher un autre : un appauvrissement des recherches où il n’est question que de compter (approche quantitative) ou de décrire (optique qualitative) des actes ou comportements sexuels avec ou sans préservatif plutôt que d’analyser des phénomènes sociaux où la sexualité s’insère dans une problématisation complexe et dans un contexte plus large. Cette situation intervient notamment lorsque ces recherches sont produites dans un cadre utilitariste, comme cela arrive souvent dans un contexte d’urgence, dont l’épidémie du sida est un exemple. Comme l’affirme Dannecker :

Comme il est inhérent à presque toutes les études sur la prévention d’analyser de façon étroite le comportement sexuel, on a presque l’impression que le but même de la sexualité est d’éviter les risques de contagion et non pas de parvenir au plaisir sexuel. (2000, p. 4.)

5Nous sommes convaincus que la prise en compte du sens et du contexte est indispensable dans les recherches en sciences sociales sur les (homo)sexualités, y compris dans le cadre de la prévention du sida. Pour démontrer cela, nous avons choisi d’analyser ici une question qui a très rarement donné lieu à des questionnements sur le sens qui lui est attribué par ceux qui la pratiquent : la pénétration anale.

  • 3 Par exemple, la mise en commun des données recueillies dans huit pays européens lors de recherches (...)

6Bien évidemment, elle ne concerne pas uniquement les homosexuels masculins, pas plus qu’elle ne concerne l’ensemble des hommes à pratiques ou identités homo- ou bisexuelles (Halperin et al., 2002). Néanmoins, des études réalisées au cours de la dernière décennie montrent l’importance de cette pratique sexuelle pour de nombreux homosexuels3.

7De fait, la pénétration anale, pratique sexuelle condamnée depuis fort longtemps, a souvent été associée à la sexualité entre hommes, contribuant aussi à leur stigmatisation. Sa pratique, réelle ou supposée, contribue et parfois même fonde l’assignation sociale des individus à une orientation homosexuelle. C’est le cas dans les discours scientifiques depuis au moins la seconde moitié du xixe siècle, quand une société sécularisée, capitaliste et urbaine fonde « objectivement » des catégories d’individus définis par leurs pratiques sexuelles « spécifiques ». La pénétration anale comme pratique contribue ainsi à l’incorporation progressive de ces catégories sexuelles dans les mentalités, mais également à l’émergence d’une identité, d’un style de vie homosexuel et même d’un sentiment d’appartenance à une minorité (un milieu, une communauté, un art de vivre) (de Busscher, 1994).

8Le sens donné au coït anal est également un élément important dans le système normatif qui organise le sens commun des sociétés occidentales, où l’on s’attend à une certaine adéquation entre l’orientation sexuelle (hétéro-, homo- ou bisexuelle) et les pratiques et rôles sexuels. Ainsi, le stéréotype consacré veut que, dans l’homosexualité masculine, la sodomie soit la pratique sexuelle « par excellence ». Longtemps, et parfois toujours, interdite, l’imaginaire social la représente comme étant presque « obligatoire » lors d’un rapport sexuel entre hommes. Cela prend toutefois des sens singuliers dans le contexte propre à chaque société. Le rôle sexuel (pénétrant ou pénétré) et le comportement sexuel (actif ou passif) adoptés par l’individu lors du coït anal peuvent être des facteurs d’extrême importance pour son assignation à telle ou telle catégorie sociosexuelle. Nous le montrerons dans la suite de cet article.

  • 4 Peut-être la pénétration vaginale serait-elle ainsi perçue si le sida s’était d’abord diffusé majo (...)

9Dans le contexte de l’épidémie du sida, la pénétration anale est considérée comme étant la principale pratique sexuelle à risque de transmission du VIH4. Certaines politiques de prévention nationales, comme celle des Pays-Bas, ont même initialement « conseillé aux homosexuels de s’abstenir de pénétration [anale], considérée comme trop dangereuse même avec préservatif » (Duyvendak & Koopmans, 1991, p. 201). Toutefois, l’idée s’est rapidement imposée de façon consensuelle qu’il serait beaucoup plus réaliste et productif de conseiller l’utilisation du préservatif.

  • 5 Le texte original indiquait « dans quatre pays différents (Brésil, Norvège, Pays-Bas et France) ». (...)

10Ces différentes questions sont très significatives de l’importance du sens et du contexte dans les recherches sur les (homo)sexualités et nous essayerons de les articuler dans le présent article. Tout d’abord nous allons montrer rapidement quels sont les principaux critères pris en compte par les discours scientifiques occidentaux contemporains pour définir les différentes orientations sexuelles. Ensuite, grâce à des études réalisées dans différents pays5, nous montrerons comment les rôles (supposés ou réels) joués par des hommes lors du coït anal peuvent servir de base pour l’assignation sociale de leur comportement sexuel et de leur orientation sexuelle, ainsi que de leur sexe social (genre). Nous ferons également état des liens qui peuvent être établis par les discours du sens commun entre les sens donnés à la pénétration anale et la construction des identités (homo)sexuelles, ou encore entre le rôle des perceptions individuelles et sociales des pratiques sexuelles dans l’épanouissement de la sexualité et dans la prévention du sida.

Les différents discours scientifiques sur l’orientation sexuelle

  • 6 Sur l’approche constructionniste, voir Mendès-Leite, 2003 a ; 2003 b.

11D’un point de vue constructionniste6, on peut affirmer que la notion d’orientation sexuelle est une construction savante des sociétés occidentales modernes. Le classement des personnes dans des catégories selon le sexe de l’individu qui est l’objet de leurs désirs sexuels n’est apparu dans les discours scientifiques que très tardivement, probablement dans la deuxième moitié du xixe siècle (Foucault, 1976 ; Giami Alain, 1999 ; Weeks, 1977). Les termes hétérosexuel et homosexuel n’ont pris leur sens commun que dans le premier quart du xxe siècle (Katz, 1995).

12Ces définitions permettent, en effet, le développement, l’amplification et la pérennisation d’une sociabilité masculine particulière marquant, de manière plus ou moins forte, le paysage urbain. Elles constituent l’un des facteurs essentiels qui ont conduit à l’apparition d’une identité homosexuelle. Cette construction sociale de l’homosexualité contemporaine n’est possible que dans une dialectique où le système normatif de la société reprend à son compte les catégories dites de l’orientation sexuelle : hétérosexuel, homosexuel et plus rarement bisexuel. Un déplacement a alors lieu : on passe d’un système où certaines pratiques sexuelles sont prohibées à un système où elles sont catégorisées « scientifiquement » et où des individus les pratiquant sont classés et peuvent également être stigmatisés.

13En principe, ces classifications renvoient au sexe (mâle ou femelle) et au genre (masculin ou féminin) des individus et de ceux qui les attirent sexuellement. À partir de l’étude de différentes cultures, occidentales ou non, Mathieu (1991) propose une typologie où apparaissent trois manières d’envisager les rapports entre sexe et genre : a) l’un et l’autre doivent se recouvrir totalement ; b) le sexe social prime sur le sexe biologique, mais lui demeure lié ; c) la bipartition sociale du genre est contestée et le sexe biologique considéré comme en partie construit. Dans chaque cas, l’articulation entre homo-, bi- et hétérosexualité prend un sens différent.

14Stein (1999) attire l’attention sur le fait que le terme d’orientation sexuelle est préférable à celui de préférence sexuelle, très utilisé durant les années 1970, car ce dernier présuppose l’existence d’un choix. Toutefois, la notion d’orientation sexuelle pose également problème dans la mesure où elle peut impliquer que le désir sexuel est le résultat des traits de caractère de la personne, caractéristiques qui sont peut-être innées et immuables. Stein a également établi une typologie des diverses manières de définir l’orientation sexuelle, mais elle ne concerne que les discours scientifiques occidentaux. Ces derniers se divisent en deux groupes : le premier comporte les éléments pris en compte pour établir la définition ; le second fait référence aux différents niveaux ou dimensions qui les intègrent.

15Dans le premier groupe, il existe trois différentes approches. L’approche comportementaliste considère l’orientation sexuelle comme étant déterminée par le sexe de la personne avec qui l’individu a des rapports sexuels. De ce point de vue, c’est le premier rapport qui va définir l’orientation sexuelle, qui devra toujours être cohérente avec le comportement sexuel de la personne. Or les recherches actuelles montrent que ce point est assez problématique. En effet la sexualité de l’individu ne correspond pas toujours à l’orientation sexuelle qu’il affiche (Mendès-Leite, 1988). D’autres scientifiques préfèrent privilégier la perception que chacun possède de sa propre orientation sexuelle (approche d’auto-identification), la « cohérence » avec les comportements sexuels n’étant pas primordiale. Une autre approche, dispositionnelle, établit que la définition de l’orientation sexuelle doit prendre en compte les désirs mais aussi les fantasmes sexuels de l’individu. En conséquence, elle présuppose la prise en compte des comportements sexuels qu’on serait disposé à engager dans une situation idéale donnée. Certains auteurs de référence pour la recherche en sciences sociales sur les sexualités, dont Kinsey et ses collaborateurs (1948 ; 1953, 1954), ont adopté un tel point de vue.

16Le second groupe, celui des approches dites dimensionnelles, comporte également trois types de définitions de l’orientation sexuelle. L’approche binaire n’admet que deux orientations possibles : l’hétérosexualité et l’homosexualité. Elle est adoptée par la plupart des discours scientifiques et politiques, comme par un certain sens commun. L’approche bipolaire aborde l’orientation sexuelle comme un continuum : entre les deux pôles représentés par l’hétérosexualité exclusive et par l’homosexualité exclusive existent des situations et des conditions qui font basculer vers l’un ou l’autre extrême ou qui parviennent à créer un équilibre entre les deux. Adoptée entre autres par Kinsey (1948 ; 1953, 1954) dans ses analyses, cette définition implique la prise en compte de la bisexualité, mais reste toutefois à un niveau unidimensionnel où il est question seulement du sexe.

17D’autres approches ont une vision plutôt multidimensionnelle, qui prend en compte à la fois le sexe et le genre. Parfois elles restent bidimensionnelles : le genre est considéré à un niveau parallèle à celui du sexe. Les études de Bem (1974), celles de Spence et de ses collaborateurs (1974) ou encore celles de Storms (1980) vont dans ce sens. Pour d’autres scientifiques, plusieurs dimensions composent l’orientation sexuelle, comme dans les études de Klein et de ses collaborateurs sur les bisexuels (1985) ou celles de Money (1988) sur les « transgenres » et les « intersexués ».

  • 7 Ici se trouvait, dans l’article original, une section intitulée « Les discours du sens du commun s (...)

18Ces différentes stratégies de compréhension de l’orientation sexuelle ont une conséquence directe sur les différentes enquêtes quantitatives qui servent de base pour établir le nombre d’individus composant les différentes catégories sexuelles (Lhomond & Michaels, 2000), ce qui n’est pas sans conséquences quant au statut politique des groupes minoritaires (Lhomond, 1997). Par exemple, en termes de santé publique, une vision binaire de l’orientation sexuelle ne donne qu’un pâle reflet de la complexité de la sexualité humaine, ce qui peut avoir des répercussions importantes dans la prévention du sida (McWhirter et al., 1990 ; Mendès-Leite & Deschamps, 1997).7

Inhibitions, improvisations et transformations érotiques des jeunes gays norvégiens

19Anne-Lise Middelthon (2002) a effectué sa recherche en Norvège, entre 1994 et 1996. Elle a utilisé une combinaison de plusieurs techniques qualitatives dont la principale était celle des interviews répétées, durant une période de 12 à 24 mois, auprès de 20 jeunes hommes gays (au total, 82 interviews ont été réalisées). L’échantillon a été limité à des gays identitaires ayant déjà eu des rapports sexuels avec au moins un partenaire. À l’exception de deux, tous les interviewés ont été recrutés parmi les employés et les volontaires du NGHC (Comité norvégien pour la santé gay), ce qui à notre avis constitue un fort biais méthodologique. L’auteur précise que l’échantillon comprend aussi bien des jeunes fréquentant les bars gays que des jeunes homosexuels « hors milieu ».

20Ce qui intéresse Middelthon, ce sont surtout les modèles culturels et sociaux qui amènent les jeunes homosexuels à percevoir l’acte d’être pénétré comme étant à l’origine d’un désir conflictuel. Ainsi, elle constate que

des jeunes gays font état aussi bien de désir que de peur quand il est question d’être pénétré analement. Dans la culture norvégienne actuelle, ces hommes associent fréquemment cet acte à une perte de dignité et de masculinité. Étroitement lié à cela, l’acte d’être pénétré analement joue un rôle important dans la perception de soi du jeune homme. Toutefois, certains jeunes norvégiens ont développé ou adopté des stratégies visant à acquérir une certaine expérience : expérimenter du plaisir d’une manière physiologique sans risques, satisfaisante du point de vue émotionnel et culturellement innovante (2002, p. 181 ; nous traduisons).

21L’auteur nous rappelle que si les sociétés dans lesquelles vivent les jeunes gays leur fournissent des images et des symboles concernant la pénétration anale, il n’existe pas de modèle spécifiquement gay selon lequel cette forme de sexualité peut être décrite, analysée et explorée. Cette absence est fragilisante pour les jeunes gays et joue un rôle important dans leurs difficultés à se représenter la pénétration anale d’une manière positive ou moins conflictuelle.

22Dans cette société, les questions du rôle (« insertif » ou « réceptif ») et du comportement (« actif » ou « passif ») précis lors du rapport anal restent très importantes. L’acte de se faire pénétrer est culturellement associé à une certaine « passivité », perçue comme féminisante et dégradante. Cela peut être ressenti par un jeune homme comme indicatif, voire comme constitutif de ce qu’il « est », comme si le passage à l’acte – à cet acte spécifique – représentait soit une prise de conscience profonde de son « vrai » moi (self constitutive), comme une espèce de dévoilement de sa « véritable nature homosexuelle », soit une espèce de rite de passage, une « sortie du placard » vers l’acceptation de la construction de son identité homosexuelle (self disclosive).

23Parmi les jeunes norvégiens rencontrés par Middelthon, la distinction entre le rôle sexuel « réceptif » et le rôle sexuel « insertif » lors de la pratique de la pénétration anale n’est pas sans ambiguïté. Dans leurs discours, la différenciation est certes claire quand il s’agit de distinguer entre celui qui introduit sa verge et celui qui reçoit le sperme. Mais le terme « réceptif » est également utilisé pour désigner celui qui a reçu un don de soi de l’autre, matérialisé par l’accès à l’intimité de son corps. Ainsi, l’individu qui a le comportement « actif » est désigné aussi bien comme étant celui qui exerce le rôle « insertif » – puisqu’il a pénétré l’autre avec son pénis – que le rôle « réceptif », dans le sens où il est dépositaire (il reçoit) la confiance de son partenaire. Citons pour exemple les propos ambigus de Hans, l’un des garçons interviewés, qui affirme avoir tenu le rôle « actif » puisque c’est lui qui a pris l’initiative de se faire pénétrer : « je l’ai fait s’allonger sur le dos et je me suis assis sur son pénis ». Les termes « dominé » ou « dominant » sont également ambivalents au sens où ils décrivent parfois ceux qui maîtrisent et ceux qui subissent la situation plutôt que le « pénétrant » ou le « pénétré », comme dans l’exemple que nous venons d’évoquer. D’ailleurs, cette ambiguïté est parfois utilisée à dessein par les jeunes interviewés dans le but d’éviter de préciser un rôle sexuel (réceptif) qu’ils ont du mal à admettre.

24Dans les récits des jeunes gays norvégiens rencontrés apparaissent quatre stratégies adoptées pour faire face aux difficultés associées au fait d’être pénétré analement. Ces quatre stratégies, ni exhaustives ni exclusives, sont : (a) le passage à l’acte ; (b) la sélection minutieuse des partenaires ; (c) le choix soucieux de la position à adopter lors du rapport sexuel ; (d) le déplacement de l’acte vers « l’ordre de la nature ». Middelthon explique avoir mis en avant ces stratégies

parce qu’elles montrent que les jeunes hommes arrivent aussi bien à résoudre leurs conflits qu’à vivre leurs désirs et images antagonistes avec créativité. Ces stratégies leur offrent des manières viables et sûres d’acquérir de l’expérience et d’éprouver du plaisir (2002, p. 182).

25La première stratégie relève de représentations concernant les émotions perçues comme étant liées à la pénétration anale : le désir, l’excitation, le don de soi, la peur, la douleur, la honte, la souillure... Le passage à l’acte serait facilité ou rendu difficile selon le sens que lui donnera le jeune homme par le biais des sentiments et sensations auxquels il l’associe. Ainsi se sentir désiré et vouloir exprimer son désir, allié à l’excitation et à la confiance ou peut-être même à la passion et au don de soi, va créer un contexte favorable au vécu de cette expérience dans le plaisir. Il n’en sera pas de même si la peur et la honte amènent des sensations contradictoires ou, encore pire, si elles sont plus fortes.

26La seconde stratégie est liée au choix du partenaire. Pour certains, la pénétration n’est possible qu’avec des partenaires qui leur inspirent l’amour, quelques-uns la réservant même à « l’homme de leur vie ». Pour d’autres, plus pragmatiques, il faut simplement quelqu’un qui éveille en eux du désir mais également de la confiance. Ils considèrent cela comme indispensable pour être suffisamment détendus pour se « laisser aller » et pouvoir ainsi profiter avec plaisir de la rencontre sexuelle. Pour certains, être pénétré apporte un sentiment de protection, d’assurance, et correspond à un don de soi supposant une pleine confiance dans l’autre. Pour nombre d’entre eux il est fondamental d’être sûr de pouvoir contrôler l’accès d’autrui à leur corps. Quelques-uns pensent que leur corps les protège instinctivement en se refusant « naturellement » à certaines pratiques lorsque le partenaire n’inspire pas assez de confiance : l’anus, ressenti comme ayant un « comportement autonome », peut être alors représenté comme étant « provocateur » ou « protecteur ».

27Les positions du corps lors du rapport sexuel sont considérées comme importantes pour ressentir du plaisir et peuvent renvoyer à des sentiments d’humiliation ou de protection. Les choisir consciemment constitue la troisième des stratégies adoptées.

28La position en face-à-face est la préférée. Vraisemblablement parce que voir l’autre dans les yeux est ressenti comme plus communicatif et personnel, en même temps que comme un contrôle possible de la situation. Pour certains, il est nécessaire de pratiquer l’alternance des rôles pour ne pas se sentir humilié et inférieur à son partenaire : par cet échange de positions l’humiliation est « restaurée » ou « réparée ».

29Bien des jeunes rencontrés par Middelthon ne connaissaient pas l’existence de la prostate et encore moins son rôle comme possible source de plaisir. Outre le fait que cela a attiré leur attention sur les avantages de connaître leur corps, cette donnée est devenue un argument pour que les jeunes hommes justifient leur envie de pratiquer la pénétration anale en la « naturalisant » et en légitimant ainsi leur désir et le plaisir éprouvé en se faisant pénétrer. Ce déplacement du plaisir anal vers « l’ordre de la nature » a été également favorisé par le constat que cette pratique fait aussi partie du répertoire hétérosexuel. Pour Middelthon, cette stratégie montre d’une part la demande, voire le besoin ressenti par certaines personnes de « naturaliser » leurs désirs et pratiques sexuelles. D’autre part, cette quête de justification et de légitimation par une analogie avec les scripts hétérosexuels révèle que ces derniers sont toujours « la » référence, en l’absence d’un répertoire sexuel homosexuel légitimé par la société élargie ; la sexualité homosexuelle est représentée comme une simple « variation » de la sexualité hétérosexuelle. En revanche, les trois premières stratégies sont, d’une certaine manière, utilisées pour déconstruire les discours sur la « naturalisation » de l’identité par le biais de certains actes. Elles peuvent également favoriser la représentation du sexe anal comme médiateur d’égalité et de respect plutôt que de domination et d’humiliation.

Le sens de la pénétration anale aux Pays-Bas à l’époque du sida

  • 8 Au moment de la rédaction de l’article, les auteurs étaient en train de finir leur troisième cycle (...)

30L’étude des chercheurs néerlandais Onno de Zwart, Théo Sandfort et Marty van Kerkhof (1995) fait appel à la « théorie des scripts sexuels » de John Gagnon et William Simon et, d’un point de vue méthodologique, à l’approche de la grounded theory d’Anselm Strauss. Elle a été organisée en quatre cycles de recueil de données, d’analyse et de réflexion. Lors des deux premiers cycles, 41 hommes ont été interviewés. Sur la base de ces interviews, les chercheurs ont défini et développé les concepts qui leur ont semblé centraux dans la structuration des récits sur les rapports anaux. À partir de cette analyse, de nouvelles questions ont été formulées et utilisées lors de 10 autres interviews. Les interviews ont servi de base pour l’élaboration d’un modèle descriptif prenant en considération les décisions prises par les hommes de l’échantillon pendant leurs rapports anaux. Finalement, lors du quatrième cycle de recherche, ce modèle a été utilisé pour 20 autres entretiens8.

31Les hommes rencontrés, âgés de 18 à 63 ans, ont été recrutés par l’intermédiaire de plusieurs journaux et revues gay ainsi que par la méthode dite « boule de neige ». Ils ont été classés en deux catégories, selon que leur sexualité a commencé avant ou après le début de l’épidémie du sida. L’importance de la pénétration anale dans la vie sexuelle des personnes recrutées était variable, ainsi que le rôle préférablement adopté lors des rapports sexuels. Des hommes n’ayant pas pratiqué le sexe anal ou ayant arrêté cette pratique ont été également interviewés.

32Deux notions centrales émergent de l’analyse des données : la flexibilité et la temporalité. Il est clair pour les chercheurs que les décisions prises lors des rapports anaux par les hommes interviewés ne sont pas standardisées mais varient dans le temps et selon le partenaire. Le sens donné à la pénétration change, y compris avec le même partenaire, parce qu’il est le résultat de l’interaction spécifique qui est établie lors de chaque rencontre sexuelle. Dans le même ordre d’idées, la préférence pour tel ou tel rôle (insertif ou réceptif) lors du rapport, ainsi que l’importance de la pénétration pour la vie sexuelle ne sont pas nécessairement les mêmes selon la phase de la carrière sexuelle de chaque individu.

33Les chercheurs néerlandais centrent leurs analyses sur trois éléments qui leur semblent structurer la pénétration anale : (a) la tension entre le besoin de contrôle et l’envie de se laisser aller (the wish to surrender) ; (b) le rôle important d’autrui ; (c) l’influence du pouvoir.

34La possibilité de se laisser aller est un élément fondamental de l’expérience sexuelle des hommes rencontrés. Mais, paradoxalement, cette sensation ne semble possible que quand l’individu a l’impression de contrôler la situation. L’épidémie de sida a augmenté la tension entre deux besoins parfois ressentis comme contradictoires : contrôler la situation et se relaxer.

35Les interviewés ont fait état de quatre conditions pour se sentir en mesure de réduire cette tension. La première est la confiance établie entre les partenaires, qui ne présuppose pas forcément qu’ils se connaissent de longue date. La deuxième, corollaire de la précédente, est l’assurance que rien ne va leur arriver qui soit contraire à leur volonté. Troisième préalable : s’accorder sur les préférences de chacun en termes de rôles à jouer lors du rapport sexuel. À ces conditions « traditionnelles » une autre vient s’ajouter depuis l’arrivée de l’épidémie du sida : le besoin de s’assurer que les risques inhérents à la relation sexuelle ne dépasseront pas les limites qu’on s’impose.

36La rencontre sexuelle étant avant tout une interaction entre au moins deux personnes, le rôle d’autrui sera fondamental. Par exemple, les hommes de l’échantillon précisent que la pénétration n’est pas forcément le but premier d’une interaction sexuelle : elle n’arrivera justement qu’en fonction du rapport qui s’établira entre les partenaires. Et l’Autre peut exercer de plusieurs manières une influence importante dans le choix du rôle sexuel qui sera adopté par chacun des partenaires. La première option est liée à la perception de son identité sexuelle ou de son apparence physique : ainsi certains homosexuels peuvent se sentir plus excités du fait d’avoir des rapports sexuels avec des « hétérosexuels » ; pour d’autres la taille du pénis peut stimuler la préférence pour tel ou tel rôle. Une deuxième option consiste à abandonner ou non sa propre préférence en fonction de celle d’autrui. La troisième en découle : qui sera prioritaire dans l’obtention du plaisir ? Cela n’est pas perçu comme une dichotomie mais plutôt comme une escale où il existe plusieurs possibilités : son propre plaisir découle du plaisir qu’on donne à autrui ; le plaisir est partagé équitablement par tous les deux ; on se concentre sur le plaisir d’Autrui au détriment de sa propre jouissance (ce qui peut être également une autre façon de jouir).

37La possibilité d’échanger les rôles (réciprocité et alternance) est représentée comme l’un des plus grands atouts du sexe anal. Cela peut être un idéal pas toujours réalisé, mais aussi une habitude à satisfaire pour qu’un rapport sexuel soit perçu comme satisfaisant. Dans ce dernier cas, l’alternance peut être considérée comme une norme à suivre en accord avec l’idée que les rapports sexuels doivent être équitables pour tous les partenaires. Les chercheurs ont constaté la nécessité de distinguer entre l’alternance des rôles lors d’une interaction sexuelle spécifique et celle qui apparaît durant une « carrière sexuelle ». Si jouer toujours le même rôle tout au long d’une carrière sexuelle est plutôt rare, l’alternance des rôles lors du même rapport sexuel l’est également.

38Les hommes interviewés ont fait part de deux obstacles majeurs pour que cette réciprocité (alternance) soit envisageable : d’une part, la peur d’avoir mal en se faisant pénétrer – crainte existant surtout chez ceux qui préfèrent le rôle « actif » – et, d’autre part, des obstacles spécifiques à des situations particulières, comme celles où l’excitation est liée aux jeux de pouvoir. Dans ces structures, la question du pouvoir peut constituer une gêne pour la réciprocité mais n’est pas forcément une contradiction ou un obstacle. En fait, la relation de pouvoir peut à la fois structurer et donner du sens au sexe anal. Mais les rôles dans les jeux de pouvoir peuvent être également flexibles en fonction des partenaires. Être dominant ou soumis ne signifie pas nécessairement prendre toujours l’initiative ou ne pas contrôler la situation. Les rôles sexuels sont en réalité le plus souvent construits en interaction entre les partenaires. Il est néanmoins vrai qu’à chaque rôle et à certaines positions lors de la pénétration sont parfois associés de manière contrastée des stéréotypes de virilité, voire d’agressivité, qui sont liés à la recherche fantasmatique d’excitation.

  • 9 Ici se trouvait, dans l’article original, une section intitulée « Le point de vue des appelants de (...)

39Lors de l’analyse du discours des interviewés sur les jeux de pouvoir lors de pénétrations anales, les chercheurs ont remarqué que les prises de risques vis-à-vis du VIH sont plutôt rares. Ils proposent l’hypothèse selon laquelle les jeux avec le pouvoir sont des situations qui sont structurées par des règles qui organisent non seulement la relation de pouvoir, et y compris la possibilité, pour le dominé, de mettre fin à une action, mais aussi la limitation des prises de risques9.

Le sens de la pénétration anale

  • 10 Des auteurs comme Foucault (1976) considèrent qu’une identité homosexuelle, dans le sens contempor (...)

40Depuis l’apparition relativement récente de l’identité homosexuelle10, le « classement » des individus assignés par les discours scientifiques à telle ou telle catégorie sociosexuelle est basé sur le sexe biologique de l’individu et son « adéquation » avec celui de la personne qui est l’objet de ses désirs sexuels. Il est néanmoins vrai que certaines pratiques sexuelles – notamment la sodomie – ont continué à servir de « critère » pour l’assignation des individus à certaines catégories sociosexuelles par d’autres discours, notamment, mais non exclusivement, ceux du sens commun. Le coït anal supposé ou réel continue ainsi à servir de base à la stigmatisation voire à la condamnation des homosexuels. De la sorte, il continue également à être perçu et vécu dans le malaise et dans la culpabilité par nombre de ceux qui le pratiquent.

  • 11 Chauncey Jr le montre fort bien dans son article sur la procédure qui a suivi une enquête faite en (...)

41Plusieurs systèmes de classement sociosexuel peuvent coexister dans la même société, surtout quand elle possède une organisation socioculturelle complexe. De ce fait, les discours scientifiques ne remplacent pas toujours les autres formes d’assignation à des catégories sexuelles mais coexistent souvent avec elles. D’ailleurs, l’influence des critères scientifiques ne se fait pas toujours sentir d’une manière aussi décisive sur d’autres dispositifs classificatoires comme on peut le supposer11.

  • 12 Voir le chapitre « Genres et orientations sexuelles : une question d’apparences ? » [n.d.e.].

42La coexistence entre différents modèles de classement sociosexuels est démontrée par nos recherches sur les deux systèmes d’assignation sexuelle (« hiérarchique » et « égalitaire ») de la culture des sexualités brésilienne, qui montrent que les sens socialement donnés aux rôles adoptés lors de la pénétration anale peuvent être des éléments fondamentaux pour assigner l’individu à certaines catégories sociosexuelles : le genre, le comportement, l’orientation, voire même l’identité sexuelle12.

  • 13 Voir le chapitre « D’une norme à l’autre » [n.d.e.].
  • 14 Néanmoins assez souple pour les permettre également des relations sexuelles avec d’autres hommes.

43Ainsi, le « système hiérarchique » est directement lié à l’hétérosexisme et à la logique de la domination masculine, dans la mesure où il reproduit le schéma asymétrique (machiste) existant au sein des relations entre les sexes, qui se trouve érigé au rang de norme sociale. Malgré cette opposition en deux pôles – l’un dominant et l’autre dominé –, les genres, puisqu’ils sont culturellement définis d’une façon contrastée, sont représentés comme complémentaires, opérant ainsi leur mutuelle confirmation d’objets (Drumont, 1982). De cette manière se forme un paradigme social stéréotypé qui organise les représentations et les actions, en déterminant ce qui est attendu ou ce qui est exigé en fonction du genre de l’individu, de sorte que l’univers ne devient compréhensible – même en ses interprétations divergentes, comme dans le cas des systèmes « égalitaires » – qu’à l’intérieur de son optique. Présent dans de très nombreuses sociétés – même si fortement contesté dans certaines –, ce système est à notre avis l’une des sources de la stigmatisation et du malaise autour du « passif » sexuel. Ainsi, dans les études que nous avons exposées dans le présent article, le rôle « passif » est associé à un pôle inférieur ou dominé d’une relation asymétrique : au genre féminin au Brésil ; à une perte de masculinité et de dignité en Norvège ; d’une manière souhaitée, au rôle soumis ou masochiste dans les jeux de pouvoir aux Pays-Bas ; à un passage irréversible vers l’homosexualité pour les hommes français13 en quête d’une « protection »14 de leur identité hétérosexuelle.

44Les recherches norvégienne et néerlandaise ont été réalisées auprès de gays « identitaires », au contraire de celle réalisée à partir des comptes rendus d’appels téléphoniques à la Ligne azur française. Que ce soit dans un contexte identitaire ou non, la pénétration anale est perçue comme importante et relevant de diverses formes de pouvoir. C’est ainsi qu’elle sert de base à l’assignation de l’individu dans certaines catégories sociosexuelles. Vécue dans le malaise, à cause de son caractère socialement stigmatisant, elle est représentée comme déviante, anormale et dégradante. D’ailleurs, Middelthon (2002) nous rappelle que ce malaise est dû, entre autres, au manque d’un modèle de sexualité spécifiquement gay qui permettrait l’expérience de cette pratique sexuelle d’une manière moins conflictuelle, voire positive. Mais il est également vrai que les risques de contamination par le VIH qu’elle comporte viennent ajouter une cause supplémentaire à ce malaise et à la peur.

  • 15 Il est vrai également que la « naturalisation » de la sodomie reste un argument utilisé dans une d (...)

45Nous pouvons pourtant argumenter que, si les rapports sexuels sont perçus socialement (et a fortiori individuellement) à travers des significations construites historiquement et culturellement, celles-ci ne sont pas immuables. Le caractère relationnel des sexualités apporte un atout supplémentaire à leur malléabilité, comportant simultanément la possibilité de transformations aussi bien au niveau socioculturel qu’au niveau de la perception et de la représentation de soi. Ce que viennent confirmer les stratégies mises en place par les jeunes norvégiens pour les aider à vivre le coït anal « passif » d’une manière plus épanouie, ou encore l’accent mis par les gays néerlandais sur la flexibilité des rôles et de leur sens en fonction de chaque interaction. Ces deux exemples montrent différentes manières de déconstruire des représentations sociales négatives associées à une pratique sexuelle longtemps considérée comme « contre-nature » ; envisager cette pratique comme une construction sociale nous permet justement de l’extraire de l’ordre de la « nature », argument souvent utilisé pour légitimer différentes formes de relations asymétriques et d’oppression15.

46Il nous semble que l’un des atouts majeurs de ce type d’approche est de pouvoir démontrer aux hommes à pratiques homosexuelles (et a fortiori à identité homosexuelle) qu’il est possible de changer les représentations sociales et individuelles et en conséquence de vivre autrement (positivement) des pratiques, des rôles, des situations et des comportements sexuels qui sont dénigrés non seulement par la société, mais également par les personnes les adoptant elles-mêmes. Il est beaucoup plus évident de prendre soin de soi-même et d’autrui dans le plaisir et le bien-être que dans la souffrance et dans la honte. Il s’agit là d’un raisonnement semblable à celui qui a choisi de privilégier, dans une politique large de citoyenneté et de santé publique, l’affirmation des identités homosexuelles pour créer un terrain favorable à la prévention de l’épidémie de sida.

  • 16 Signalons une exception : la parution du dossier « Actif, passif : le match de l’été », dans la li (...)
  • 17 Par exemple, sur les rôles de « butch » et de « fem ».

47Nous pouvons nous demander dans quelle mesure les discours contemporains sur l’égalité des sexes et un certain militantisme gay politically correct n’ont pas contribué indirectement à voiler l’importance des discussions sur les comportements et rôles sexuels dans l’homosexualité masculine, au risque d’occulter la possibilité de dépasser la dichotomie « actif » / « passif »16. Les discussions et les publications féministes et lesbiennes ont depuis longtemps interrogé les rôles de genre (masculin, féminin, ambivalent) et sexuels (actif, passif, indifférent) dans les sexualités entre femmes17. En tout cas, ce genre de débat peut être plus facilement réalisable au sein des sociétés disposant des cultures des sexualités à tendance égalitaire, comme celles des classes moyennes urbaines des grandes villes de l’Europe occidentale. Dans celles bien plus hiérarchisées, l’asymétrie peut conduire les individus à rester davantage figés dans le carcan des rôles et des comportements sexuels dichotomiques et en principe représentés comme étanches.

  • 18 La circulaire française DGS-DH-DRT 98/228 du 9 avril 1998 affirme qu’il existe une différence nett (...)
  • 19 D’ailleurs, c’est à partir de ce constat qu’une étude nord-américaine a essayé de tester l’accepta (...)

48Cette rhétorique des rôles asymétriques et hiérarchisés lors des rapports de pénétration anale peut avoir également des conséquences pour la prévention du sida. Pensons à la représentation qui veut que les individus jouant le rôle insertif lors de cette pratique sexuelle courent moins de risque de se faire contaminer par le VIH. Même si elle est scientifiquement fondée18, une telle perception vient renforcer la logique des relations asymétriques à la base de la domination masculine, en même temps qu’elle y puise sa « légitimité » symbolique. Indépendamment de son statut de vérité scientifique, ce type d’argument peut constituer une entrave de plus à la mise en œuvre du safer sex. Il peut être à l’origine d’une protection imaginaire (Mendès-Leite, 1995) supplémentaire et doublement dangereuse : d’une part, elle peut donner au partenaire « actif » un sentiment de (pseudo) protection intégrale aux risques potentiels de contamination ; d’autre part, cette assurance, ainsi renforcée, peut rendre plus difficile la négociation du préservatif par le partenaire « passif ». N’oublions pas que diverses études montrent qu’en général ce sont les individus « réceptifs » (hommes ou femmes) qui prennent l’initiative de proposer un préservatif19.

49Une autre conséquence, possible corollaire de la précédente, est liée au besoin de confiance dans le partenaire insertif, en général nécessaire pour que l’individu réceptif puisse se sentir sexuellement satisfait. Cette question est évoquée aussi bien par l’étude norvégienne que par la recherche néerlandaise. Or ces mêmes études montrent que, parmi les facteurs qui motivent les individus réceptifs à choisir ce rôle spécifique lors d’une interaction sexuelle donnée, la perception de l’autre partenaire comme étant quelqu’un de plus valorisé socialement figure en bonne place. Dans la plupart des cas, ce sont des signes ayant trait à la perception de la masculinité qui sont évoqués (Carballo-Diéguez et al., 2002). Or ce besoin de confiance et d’abandon, ressenti comme important, fondamental même, pour l’épanouissement sexuel, peut constituer un risque important en termes de prévention, surtout lors des rapports occasionnels. S’il est vrai que les discours de prévention ne peuvent pas mettre l’accent sur la méfiance entre les partenaires, il est important de continuer à renforcer le rôle de la responsabilité réciproque, même s’il peut être mis en difficulté par la question de l’asymétrie des risques selon le rôle adopté lors d’un rapport de pénétration.

  • 20 Nos connaissances linguistiques nous ont obligés à restreindre cette recherche aux seules langues (...)

50Notre recensement des publications en sciences sociales sur la thématique de la pénétration anale chez les homosexuels masculins montre que les études où la question du sens donné à cette pratique est abordée de manière centrale20 sont plutôt une exception. Ce nombre restreint d’ouvrages sur la question est en soi très significatif.

51Il nous incite à déplacer notre intérêt d’une simple catégorisation des individus et de leurs comportements vers une compréhension des usages, des contextes et des sens individuels et sociaux de ces comportements et pratiques.

52C’est avec ce genre d’apport que la recherche compréhensive en sciences sociales peut contribuer au développement de la promotion de la santé – y compris de la prévention du sida – dans le champ des homosexualités.

Bibliographie

Bem Sandra (1974), « The Measurement of Psychological Androgyny », Journal of Consulting and Clinical Psychology, vol. 42, nº 2, p. 155-162.

Berger Peter, Berger Brigitte & Kellner Hansfried (1973), The Homeless Mind: Modernization and Consciousness, New York, Random House.

Bezerra de Menezes Eduardo Diathay (1983), « Prefacio », dans Zaíra Ary, Domesticidade: cativeiro feminino?, Rio de Janeiro, Achiamé / Centro da mulher brasileira.

Bochow Michael et al. (1994), « Sexual Behaviour of Gay and Bisexual Men in Eight European Countries », Aids Care, vol. 6, nº 5, p. 533-549.

Bozon Michel (1999), « Les significations sociales des actes sexuels », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 128, « Sur la sexualité », p. 3-23.

Carballo-Diéguez Alex et al. (2002), « Looking for a Tall, Dark, Macho Man... Sexual-Role Behavior Variations According to Partner Characteristics in Latino Gay and Bisexual Men », résumé de communication, XIVth International Aids Conference, Barcelone (publié en 2004 sous forme d’article dans la revue Culture, Health & Sexuality, vol. 6, nº 2, p. 159-171).

Chamaret Sophie (1999), « Préservatif féminin et pénétration anale masculine », Transcriptases, nº 75, p. 12-13.

Chauncey George Jr. (1994), « Fraternité chrétienne ou perversion sexuelle ? Les identités homosexuelles et la construction des catégories sexuelles après la Première Guerre mondiale », dans Rommel Mendès-Leite (dir.), Sodomites, invertis, homosexuels : perspectives historiques, Lille, Cahiers Gai-Kitsch-Camp, p. 125-154.

Dannecker Martin (2000), « Contre le déni du désir sexuel », Infothèque sida, vol. 1, p. 4-10.

Busscher Pierre-Olivier de (1994), « Sexualités urbaines », dans Rommel Mendès-Leite (dir.), Sodomites, invertis, homosexuels : perspectives historiques, Lille, Cahiers Gai-Kitsch-Camp, p. 81-85.

Drumont Mary (1982), « O machismo como sistema de representaçoes idéologicas reciprocas », dans Madel Luz (dir.), O lugar da mulher, Rio de Janeiro, Graal.

Duyvendak Jan Willem & Koopmans Ruud (1991), « Résister au sida : destin et influence du mouvement homosexuel », dans Rommel Mendès-Leite, Michael Pollak & Jacques Van Dem Borghe (dir.), Homosexualités et sida, Lille, Cahiers Gai-Kistch-Camp, p. 421-438.

Foucault Michel (1976), Histoire de la sexualité, 1. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Giami Alain (1999), « Cent ans d’hétérosexualité », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 128, « Sur la sexualité », p. 38-45.

Halperin Daniel et al. (2002), « High Level of HIV-1 Infection from Anal Intercourse: A Neglected Risk Factor in Heterosexual AIDS Prevention », résumé de communication, XIVth International Aids Conference, Barcelone.

Katz Jonathan (1995), The Invention of Heterosexuality, New York, Dutton.

Kinsey Alfred et al. (1953, 1954), Le Comportement sexuel de la femme, Robert M. Yerkes & George W. Corner (préf.), Pierre Jacquemart et al. (trad.), Paris, Amiot-Dumont.

Kinsey Alfred et al. (1948), Le Comportement sexuel de l’homme, Alan Gregg (préf.), Eugène Bestaux et al. (trad.), Paris, Éditions du Pavois.

Klein Fritz et al. (1985), « Sexual Orientation: A Multi-Variable Dynamic Process », Journal of Homosexuality, vol. 11, nº 1-2, p. 35-42.

Lhomond Brigitte (1997), « Le sens de la mesure : le nombre d’homosexuel/les dans les enquêtes sur les comportements sexuels et le statut de groupe minoritaire », Sociologie et Sociétés, vol. 29, nº 1, p. 61-69.

Lhomond Brigitte & Michaels Stuart (2000), « Homosexualité / hétérosexualité dans les enquêtes sur les comportements sexuels en France et aux USA », Journal des Anthropologues, vol. 82-83, « Anthropologie des sexualités », p. 91-111.

Mathieu Nicole-Claude (1991), L’Anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-Femmes.

McWhirter David et al. (1990), Homosexuality / Heterosexuality: Concepts of Sexual Orientation, New York, Oxford University Press.

Mendès-Leite Rommel (2003 a), « Essentialisme / constructionnisme », dans Louis-Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie, Paris, Presses universitaires de France, p. 148-149.

Mendès-Leite Rommel (2003 b), « Constructionnisme / essentialisme », dans Didier Éribon & Arnaud Lerch (dir.), Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Frédéric Haboury (coord.), Paris, Larousse, p. 129.

Mendès-Leite Rommel (1995), « Identité et altérité : protections imaginaires et symboliques face au sida », Gradhiva, nº 18, p. 93-103.

Mendès-Leite Rommel (1988), « Les apparences en jeu », Sociétés, nº 17, « Entre hommes, entre femmes », p. 7-11.

Mendès-Leite Rommel & Deschamps Catherine (1997), « Des mots, des pratiques et des risques : la gestion différenciée de la parole et de la prévention du VIH chez des hommes à comportements bisexuels en France », Sociologie et Sociétés, vol. 29, nº 1, p. 99-111.

Middelthon Anne-Lise (2002), « Being Anally Penetrated: Erotic Inhibitions, Improvizations and Transformations », Sexualities, vol. 5, nº 2, p. 181-200.

Money John (1988), Gay, Straight and In-Between: The Sexology of Erotic Orientation, New York, Oxford University Press.

Rey Michel (1991), « Naissance d’une minorité », dans Georges Duby (dir.), Amour et sexualité en Occident, Paris, Éditions du Seuil, p. 309-316.

Spence Janet, Helmreich Robert & Stapp Joy (1974), « The Personal Attributes Questionnaire: A Measure of Sex-Role Stereotypes and Masculinity and Femininity », Journal Supplement Abstract Service. American Psychological Association, vol. 32.

Stein Edward (1999), The Mismeasure of Desire: The Science, Theory, and Ethics of Sexual Orientation, New York, Oxford University Press.

Storms Michael (1980), « Theories of Sexual Orientation », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 38, nº 5, p. 783-792.

Trumbach Randolph (1987), « Sodomitical Subcultures, Sodomitical Roles, and the Gender Revolution of the Eighteenth Century: The Recent Historiography », dans Robert P. MacCubbin (éd.), ‘Tis nature’s Fault: Unauthorized Sexualy during the Enlightenment, Cambridge, Cambridge University Press, p. 109-121.

Van der Meer Theo (1989), « The Persecution of Sodomites in Eighteenth Century Amsterdam: Changing Perceptions of Sodomy », dans Kent Gerard & Gert Hekma (dir.), The Pursuit of Sodomy: Male Homosexuality in Renaissance and Enlightenment Europe, New York, Haworth Press, p. 263-310.

Weeks Jeffrey (1977), Coming Out: Homosexual Politics in Britain from the Nineteenth Century to the Present, Londres, Quartet.

Zwart Onno de, Sandfort Théo & van Kerkhof Marty (1995), « The Structure and Meaning of Anal Sex among Gay Men », dans Dorothee Friedrich & Wolfgang Heckmann (dir.), Aids in Europe: The Behavioural Aspect, 2. Risk Behaviour and Its Determinants, Berlin, Sigma, p. 107-114.

Notes

1 Première édition parue en 2003 dans l’ouvrage dirigé par Christophe Broqua, France Lert et Yves Souteyrand, Homosexualités au temps du sida : tensions sociales et identitaires (Paris, Éditions EDK / ANRS, p. 199-220).

2 « Être humain signifie vivre dans un monde. C’est-à-dire vivre dans une réalité ordonnée, qui donne sens à la vie. C’est une caractéristique fondamentale de l’existence. » (Notre traduction [n.d.e].)

3 Par exemple, la mise en commun des données recueillies dans huit pays européens lors de recherches auprès d’hommes homosexuels a montré que les trois quarts des Danois, Allemands, Autrichiens, Suisses et Britanniques participant à ces enquêtes pratiquent le sexe anal dans un rôle insertif, réceptif ou dans les deux rôles (Bochow et al., 1994).

4 Peut-être la pénétration vaginale serait-elle ainsi perçue si le sida s’était d’abord diffusé majoritairement chez les hétérosexuels.

5 Le texte original indiquait « dans quatre pays différents (Brésil, Norvège, Pays-Bas et France) ». Nous avons modifié ce passage en raison de coupes effectuées dans la suite de l’article. En effet, les résultats des études réalisées au Brésil et en France, et les questions qu’ils soulèvent, se retrouvent ailleurs dans cette anthologie (« Genres et orientations sexuelles : une question d’apparences ? », pour le Brésil ; et « D’une norme à l’autre ? De quelques conséquences de l’assignation sexuelle », pour la France) [n.d.e.].

6 Sur l’approche constructionniste, voir Mendès-Leite, 2003 a ; 2003 b.

7 Ici se trouvait, dans l’article original, une section intitulée « Les discours du sens du commun sur l’orientation sexuelle : une question de genre », consacrée à une étude effectuée au Brésil, qu’il nous a semblé préférable de ne pas maintenir [n.d.e.].

8 Au moment de la rédaction de l’article, les auteurs étaient en train de finir leur troisième cycle de recherche.

9 Ici se trouvait, dans l’article original, une section intitulée « Le point de vue des appelants de la “Ligne azur” française : une pratique homosexualisante », portant sur une enquêt qui fait déjà l'objet de l'article « L'Homme, son miroir et les femmes », présenté dans cet ouvrage. Il ne nous a donc pas paru nécessaire de maintenir cette section [n.d.e.].

10 Des auteurs comme Foucault (1976) considèrent qu’une identité homosexuelle, dans le sens contemporain du terme, est apparue au xixe siècle. Certains historiens, notamment Rey (1991), Trumbach (1987) et Van der Meer (1989), situent ce phénomène un siècle plus tôt.

11 Chauncey Jr le montre fort bien dans son article sur la procédure qui a suivi une enquête faite en 1919 dans la base navale d’entraînement de Newport (États-Unis) révélant l’existence quasiment au grand jour d’un nombre très important de marins homosexuels. « Au cœur de la controverse provoquée et révélée par l’enquête de Newport, nous trouvons donc une confrontation entre plusieurs systèmes de définitions, ainsi qu’une série de conflits sur les limites entre homosocialité et homosexualité dans les relations masculines, et sur les normes permettant de juger la masculinité des hommes. » (1994, p. 154.)

12 Voir le chapitre « Genres et orientations sexuelles : une question d’apparences ? » [n.d.e.].

13 Voir le chapitre « D’une norme à l’autre » [n.d.e.].

14 Néanmoins assez souple pour les permettre également des relations sexuelles avec d’autres hommes.

15 Il est vrai également que la « naturalisation » de la sodomie reste un argument utilisé dans une dérive essentialiste pour justifier sa « légitimité ». C’est le cas de certains jeunes norvégiens, qui utilisent le rôle de la prostate comme source physiologique de plaisir (Middelthon, 2002).

16 Signalons une exception : la parution du dossier « Actif, passif : le match de l’été », dans la livraison juillet-août 2002 de la revue gay Têtu.

17 Par exemple, sur les rôles de « butch » et de « fem ».

18 La circulaire française DGS-DH-DRT 98/228 du 9 avril 1998 affirme qu’il existe une différence nette entre le taux de risques encourus lors d’une pénétration anale insertive (de 0,03 % à 0,09 %) et ceux lors d’une pénétration anale réceptive (0,5 % à 3,2 %). La même circulaire affirme également un écart lors des rapports de pénétration vaginale : le taux est le même que pour la pénétration anale dans un rapport insertif, mais il passe à une fourchette comprise entre 0,05 % et 0,15 % pour un rapport réceptif, ce qui est sensiblement moins élevé que pour la pénétration anale.

19 D’ailleurs, c’est à partir de ce constat qu’une étude nord-américaine a essayé de tester l’acceptabilité des préservatifs féminins par des gays de San Francisco lors de leurs rapports anaux réceptifs, sans pour autant arriver à de résultats vraiment satisfaisants (Chamaret, 1999).

20 Nos connaissances linguistiques nous ont obligés à restreindre cette recherche aux seules langues que nous sommes capables de comprendre : le français, l’anglais, l’espagnol, le portugais et l’italien.

Auteur

Rommel Mendès-Leite, anthropologue et enseignant-chercheur à l’Institut de psychologie de l’Université Lumière Lyon 2, a fondé en 2011 la collection « Sexualités » des Presses universitaires de Lyon. Il a été l’auteur de nombreuses ­publications, notamment : Bisexualité : le dernier tabou (avec Catherine Deschamps et Bruno Proth, 1996, Calmann-Lévy), Chroniques socio-anthropologiques au temps du sida (avec Bruno Proth et Pierre-Olivier de Busscher, 2000, L’Harmattan) et Vivre avec le VIH (avec Maks Banens, 2006, Calmann-Lévy). Sa disparition brutale en janvier 2016 a profondément ému tant le milieu de la recherche que le milieu militant LGBT.

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site