Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

I. L'ordre des mots : fait de langue ou fait de style ?

Remarques sur la syntaxe des épithètes dans les textes poétiques

Jean-Michel Gouvard

Texte intégral

De riants coteaux et de noirs sapins : principaux aspects de la description traditionnelle

1Commençons par relire ces quelques vers extraits du « Lac » de Lamartine (v. 49-56) :

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

Qu’il soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux !

2Dans le cadre d’une approche syntaxique et stylistique traditionnelle, les syntagmes « tes riants coteaux » et « ces noirs sapins » sont au moins remarquables, et, au mieux, caractéristiques d’une écriture dite « poétique ». Remarquables, ils le sont en ceci que chacun d’entre eux enfreint une « règle » censée régir la syntaxe des adjectifs épithètes.

3La première veut que les adjectifs dérivés de participes présents soient pour la plupart postposés au nom. Cette corrélation morphosyntaxique est supposée ne connaître que des exceptions circonscrites, qui sont le plus souvent elles-mêmes régulées. Sont concernés :

  • le composé soi-disant, dont le statut adjectival est discutable, puisqu’il est aujourd’hui le plus souvent invariable et commute avec des adverbes ;
  • des termes comme puissant, dont la forme n’est plus perçue comme un participe en français contemporain.

4Il se trouve toutefois de « vraies » exceptions, comme brillant, cinglant ou émouvant, pour lesquelles il n’existe guère d’explication qui fasse l’unanimité pour motiver leur antéposition : on parlera d’un brillant élève ou d’un élève brillant sans qu’il y ait modification de la signification lexicale de l’adjectif. L’épithète riant n’étant concerné par aucun de ces cas de figure, son emploi devant le nom, dans « tes riants coteaux », semble constituer une anomalie syntaxique.

5De même, les adjectifs de couleur sont réputés être toujours post-posés au nom. Dans cette perspective, ils sont parfois rapprochés d’autres termes qui expriment une qualité physique, comme claire, ovale, pointu, rond, etc., eux aussi postposés. C’est donc cette « règle » qu’enfreindrait l’épithète noir dans « ces noirs sapins ».

6Dans le cadre d’une stylistique de l’écart, on voit immédiatement le profit que l’on peut tirer de telles observations. Ces antépositions constituent un déplacement par rapport à la norme, et elles sont donc significatives de « quelque chose ». Ce quelque chose est au moins un indice de littérarité. C’est par exemple la position défendue par Grevisse, qui affirme que « la langue littéraire se distingue souvent en antéposant des adjectifs que l’usage ordinaire met après le nom » (1986, p. 537), avant de citer de nombreux exemples d’antépositions qui empruntent aussi bien à la prose qu’à la poésie. Mais il est encore plus usuel d’y voir un indice, plus étroit, de poéticité : ce serait en effet en poésie que l’on rencontrerait surtout de telles inversions. Cette thèse est par exemple au cœur des travaux de Jean Cohen sur la Structure du langage poétique (1963), dont l’influence prégnante au sein de l’université française, malgré la critique qu’en donna Gérard Genette (1969), s’explique sans doute par sa double filiation avec les études structurales et statistiques, qui étaient alors en plein essor.

7La valeur sémantique qui est attachée à l’inversion dite « poétique » de l’adjectif épithète est interprétée diversement selon les auteurs. Une première attitude, fréquemment observée, revient à considérer que, la règle étant la postposition, l’adjectif est mis en relief s’il est antéposé. L’écriture poétique serait ainsi une écriture qui privilégierait la qualification plutôt que la dénomination, la dimension taxinomique de cette dernière procédure étant plus propre au roman, ou encore à des productions écrites non-littéraires.

8Cette analyse en terme de « mise en relief » est souvent couplée avec celle visant les adjectifs à place variable. Ceux-ci étant plus souvent postposés qu’antéposés (Wilmet, 1980), la postposition est considérée, pour tous les adjectifs à place variable, comme le cas de figure « non-marqué », et l’antéposition comme le cas « marqué ». Placer l’épithète devant le nom s’interprète dès lors comme une marque linguistique du sujet, tandis que l’opération inverse serait plus « objective » (Waugh, 1977 ; Forsgren, 1978).

9Cette approche a été rendue d’autant plus crédible que quelques adjectifs, combinés avec certains noms, offrent une différence de sens notable selon qu’ils sont postposés ou antéposés, l’antéposition supposant à chaque fois un jugement de valeur, et non pas la postposition. Il s’agit des paires bien connues que forment un sale gosse vs un gosse sale, un grand homme vs un homme grand, un petit poète vs un poète petit, un sacré endroit vs un endroit sacré, etc.

10Transposé aux deux cas de figure qui nous occupent, le raisonnement qui précède conduit à analyser l’antéposition du participe présent et de l’adjectif de couleur comme des indices reflétant l’inscription du sujet dans son propre discours, et font de l’écriture dite « poétique » une écriture qui serait plus subjective que les autres, puisque les antépositions y sont ou seraient plus nombreuses qu’ailleurs. On pondérerait toutefois l’analyse qui précède par deux considérations.

11S’agissant de « riants coteaux », l’inversion porte sur une fin de vers. En conséquence, la tournure tes coteaux riants est impossible, puisqu’il convient de préserver la rime coteaux : eaux. Il n’en va pas de même de « ces noirs sapins », où la construction par antéposition n’aurait aucune incidence sur l’économie du vers : *Et dans ces sapins noirs, et dans ces rocs sauvages. La recherche de la rime est ainsi parfois invoquée, de même que la nécessité de se préserver de l’hiatus ou de permettre ou non l’élision d’un « e » posttonique, pour expliquer certaines inversions, dont celles portant sur l’épithète. Selon les auteurs, la place donnée à ces « gênes exquises » est plus ou moins prépondérante. D’un côté, on estime que ce serait faire insulte au génie de Lamartine que de postuler qu’il a été contraint d’antéposer riants pour la rime et seulement pour la rime, et que sa volonté première était bel et bien d’antéposer l’adjectif. D’un autre côté, on considère que le poète recourt à l’antéposition comme il recourt par ailleurs à telle ou telle « licence poétique » que la tradition met à sa disposition, afin de gérer au mieux les contraintes qu’imposent les règles de la versification. Souvent, et c’est l’attitude qui me semble la plus pertinente, les deux dimensions sont à prendre en compte, mais il va de soi qu’en accordant une place à la versification, et en traitant donc l’antéposition comme une forme symbolique propre au discours poétique, on réduit quelque peu la portée de sa valeur sémantique intrinsèque. À ce titre, on peut estimer que riants est pourvu d’un moindre potentiel de mise en valeur et/ou de subjectivisation que noirs, dans la mesure où sa distribution est aussi motivée par la recherche de la rime.

12Enfin, l’on rapproche souvent l’antéposition des adjectifs de couleur dans les textes poétiques des épithètes de nature, telles que blanche neige, blanche hermine, blanche main, noirs pensers, vertes prairies, et des épithètes de caractère, telles que bouillant Achille, sage Nestor, sage Anténor, auguste Atride, blonde Iseut, etc. (de nos jours, l’épithète de caractère est souvent confondue avec l’épithète de nature). Ces notions, qui relèvent plutôt de la rhétorique que de la grammaire, s’appliquent à une suite [Adjectif + Nom] où la qualification dénote une qualité essentielle de la chose dénommée et, d’un certain point de vue, est presque redondante avec le sémantisme du nom. Dans le cadre d’une sémantique du prototype, par exemple (voir Kleiber, 1990 ; Dubois, 1991), la neige est par définition [+ blanche], les prairies [+ vertes], etc., comme le montre la possibilité de construire des séquences telles que la blanche neige est noire de boue ou les vertes prairies jaunissent au soleil ; alors que les enchaînements inverses, où la qualification est accidentelle et non plus essentielle, ne sont guère recevables : ? ?la neige blanche est noire de boue ou ? ?les prairies vertes jaunissent au soleil.

13L’antéposition des adjectifs de couleur en poésie serait ainsi une « espèce » d’épithète de nature qui, si elle n’est pas lexicalisée, reposerait toutefois sur un principe similaire de redondance sémantique, par extraction d’un trait prototypique. Ce faisant, le poète approcherait de cette visée ontologique qui lui est souvent prêtée, à savoir l’expression de l’essence même des choses de ce monde, dont il serait à la fois l’interprète et le révélateur. Notons que cette finalité n’est pas incompatible avec la recherche d’une voix singulière, du moins dans le cadre de la conception romantique de la poésie qui caractérise la modernité : c’est en recherchant sa voix propre que le poète est censé atteindre à quelque révélation essentielle (Gouvard, 2001, p. 67-88).

L’« épithète » comme amplification par adjonction intégrative

14L’approche décrite pages 101-104 soulève de nombreux problèmes. Le premier d’entre eux tient au fait qu’elle postule qu’il existerait en français une « règle » ou une « contrainte » syntaxique régissant les adjectifs de couleur, laquelle stipulerait que ceux-ci se placent après le nom. Or les théoriciens sont loin de s’accorder sur ce point, pour les raisons les plus diverses, à commencer par le fait que cette pseudo-règle ou contrainte n’est pas toujours formée correctement, relativement à un cadre théorique spécifique. Pour mieux illustrer mon propos, je reprendrai ici les propositions développées par Joëlle Gardes Tamine dans Pour une grammaire de l’écrit (2004).

15Sa description syntaxique s’appuie sur la notion d’unité textuelle minimale (désormais UTM). Une UTM est l’actualisation, sous une forme linguistique quelconque, d’une unité grammaticale minimale de construction, baptisée l’un. L’un n’est qu’une « unité abstraite, métalinguistique, qui n’est […] pas représentée telle quelle dans les textes ». Elle est « le résultat d’une élaboration qui a conduit des unités virtuelles à une construction qui les actualise », mais elle demeure « à la frontière entre le texte et ce qui l’a précédé, entre le prélinguistique et le textuel » (2004, p. 69). « Chacune des catégories définies dans l’UN est ensuite remplie par des variables lexicales » (ibid., p. 70), et cette opération permet d’actualiser une UTM.

16Les UTM ainsi produites sont « conformes au modèle de l’UN et […] elles n’actualisent que ce qui est indispensable à leur constitution » (ibid., p. 71), de telle sorte que la forme prototypique en est une proposition de structure N0 V W, « où N0 représente le sujet grammatical, V le verbe et W la séquence de compléments » (ibid., p. 73). Ainsi que le note elle-même l’auteure, « l’UTM est rarement représentée en dehors des exemples de grammaire puisque, d’une façon certaine, si elle est l’unité textuelle minimale, elle échappe aux contraintes textuelles. C’est […] une sorte d’introuvable que quelques écrivains, à l’écriture dite blanche, utilisent parfois » (ibid., p. 76). En conséquence, toute description grammaticale du texte écrit doit consister à déterminer et inventorier les opérations qui permettent d’enrichir l’UTM.

17Parmi ces opérations, « la principale est l’amplification », laquelle se définit comme une procédure de « développement d’une unité textuelle ». Certaines amplifications consistent à introduire dans l’UTM des « unités qui ne se rattachent syntaxiquement à aucun élément de cette UT ». Ce procédé dit « d’insertion » rend compte, par exemple, de certains compléments de phrase dits « circonstanciels » et des appositions. À l’inverse, d’autres amplifications reviennent à placer un élément sous la dépendance syntaxique d’un des constituants de l’UT. C’est le cas de la fonction épithète, qui nous intéresse ici : « le fait d’ajouter un adjectif épithète dans un groupe nominal place l’adjectif sous la dépendance du substantif tête de groupe, ce que marque en particulier l’accord en nombre et en genre ». Ce type d’amplification est appelé « adjonction intégrative », et s’oppose au lien grammaticalement « plus souple » (ibid., p. 77) propre à l’insertion.

18Dans le cadre de cette approche, « il n’existe pas de contrainte d’ordre », de telle sorte que « l’adjectif peut figurer avant ou après le substantif. Sa position est théoriquement indifférente » (ibid., p. 222) et ce, quelle que soit sa signification, y compris s’il entre, par exemple, dans la catégorie des adjectifs de couleur. Ceci ne signifie pas que Joëlle Gardes Tamine rejette les données statistiques qui établissent que ces derniers sont effectivement très souvent postposés (Forsgren, 1978 ; Wilmet, 1980). Mais, étant donné que la construction épithète est décrite comme résultant d’une opération d’amplification par adjonction intégrative, l’objet inséré ne saurait porter en lui-même une telle propriété : ce sont les zones d’intégration potentielle de cet objet qui se voient associer des contraintes. Encore ne s’agit-il pas de contraintes « syntaxiques » au sens propre du terme.

19En effet, Joëlle Gardes Tamine fait observer que l’adjectif reçoit un statut prosodique très différent selon qu’il apparaît dans la zone pré-ou postsubstantivale. Selon elle, un adjectif postposé porte l’accent de « fin de groupe », tandis que, s’il est antéposé, il « ne peut être accentué » (ibid.). Je ne serai pas aussi radical dans le traitement des aspects prosodiques, dans la mesure où les travaux récents sur la prosodie du français (Hirst et Di Cristo, 1998 ; Rossi, 1999 ; Di Cristo, 1999 et 2003) ont montré que celle-ci offrait des proéminences accentuelles de différents ordres et degrés, selon la tonalité, l’allongement vocalique, l’intensité, etc. Or, dans cette perspective, que je ne peux présenter ici en détails (voir Gouvard, 2005), on ne saurait affirmer que l’adjectif antéposé n’est pas ou n’est jamais accentué : au contraire, sa dernière voyelle pleine présente le plus souvent une proéminence accentuelle par rapport aux syllabes antécédentes. Toutefois, cette proéminence accentuelle est presque toujours moindre que celle ponctuant la dernière voyelle pleine d’un adjectif postposé, puisque celle-ci apparaît en général à la fin d’un mot prosodique ou d’une unité intonative. En conséquence, s’il est erroné d’avancer que l’adjectif antéposé « ne peut être accentué », il n’en demeure pas moins qu’il porte le plus souvent un accent plus faible que celui qui vient ponctuer la finale du même adjectif dans ses emplois postposés. Ne jouissant pas du même effet de soulignement prosodique, il produit donc une moindre « valeur impressive », pour reprendre une expression de Gardes Tamine (ibid.), ou, pour le dire autrement, il bénéficie d’une moindre focalisation.

20Joëlle Gardes Tamine explique ainsi les différences d’interprétation que l’on observe entre deux constructions inverses comme « une vague réponse » et « une réponse vague », où « vague » se laisse paraphraser par « une sorte de réponse » ou « une espèce de réponse » dans le premier cas, et par « une réponse imprécise/une réponse floue » dans le second cas (je modifie ici un exemple qu’elle donne p. 223).

Les adjectifs de couleur chez Lamartine

21Comme toute théorie, celle de Joëlle Gardes Tamine nécessiterait sans doute quelques ajustements, pour rendre compte de certains phénomènes. J’ai moi-même suggéré ci-dessus que la description des phénomènes prosodiques pouvait être affinée. Cependant, elle a le mérite de renverser la perspective, et de nous amener à adopter un point de vue apparemment paradoxal, du moins par rapport au discours stylistico-grammatical que l’on tient en général sur le sujet (voir p. 101-104) : l’adjectif n’est pas mis en valeur du fait de l’antéposition, il est au contraire sémantiquement affaibli, et c’est ce qui engendre les effets d’interprétation spécifiques que l’on observe fréquemment avec ce type de constructions. Il reste cependant à questionner la nature exacte de cette « valeur impressive » ou de ce « vague » qui vient de lui être attaché comme conséquence de son placement dans la zone prénominale.

22Je commencerai par une première observation. Parmi les exemples qu’elle donne pour étayer son point de vue, Joëlle Gardes Tamine mentionne la distribution des adjectifs de couleur dans les poésies de Mallarmé. Elle note que, « d’une manière générale, Mallarmé se conforme aux tendances habituelles de la langue. Les adjectifs de couleur sont généralement postposés » (ibid., p. 223). Puis elle apporte un correctif à cette première considération : « Blanc et noir, cependant, sont pratiquement toujours antéposés : un blanc jet d’eau (Soupir), ce blanc flamboiement (Tristesse d’été), quelque noir mélange (Tombeau d’Edgar Poe), ses noires traînées (L’Azur), etc. », avant de proposer l’explication suivante du phénomène : « C’est que le couple de ces adjectifs antonymes se charge facilement de valeurs symboliques qui les privent de leur sens concret ». (ibid.)

23Il m’a paru intéressant de comparer ces données avec celles qu’offre l’œuvre de Lamartine, dont nous avons cité un extrait au début de cette étude. Pour ce faire, j’ai arrêté une liste non exhaustive d’adjectifs de couleur, en cherchant à varier leurs formes et leurs provenances. Ont été retenus : beige, blanc, bleu, brun, gris, jaune, marron, mauve, noir, ocre, orange, rose, rouge, vert, violet. C’est bien entendu en toute conscience que « beige » et « ocre », qui ne renvoient pas à une « couleur » au sens propre du terme, ont été insérés dans la liste : il s’agissait de les comparer, le cas échéant, aux distributions affectant des termes prototypiques comme « noir » ou « rouge ».

  • 1 Paris, Hachette, 1915 [1820].
  • 2 Paris, Gallimard, 1963 [1830].
  • 3 2 tomes, Paris, Droz, 1943 et 1946 [1830-1836].
  • 4 Paris, Hachette, 1915 [1834].
  • 5 Paris, 1861 [1835].
  • 6 Paris, Gallimard, 1963 [1836].
  • 7 Paris, Gallimard, 1963 [1838].
  • 8 Paris, M. Levy, 1857 [1849].
  • 9 Paris, Garnier, 1960 [1849].
  • 10 Paris, Gallimard, 1963 [1850].
  • 11 Paris, 1863 [1851].
  • 12 Paris, Hachette, Furne, Jouvet, 1888 [1851].
  • 13 Paris, 1859 [1859].

24J’ai étudié sur la base Frantext (version non-catégorisée) la distribution de ces quinze termes dans l’ensemble de l’œuvre numérisée, soit les volumes suivants : Méditations poétiques1 ; Harmonies poétiques et religieuses2 ; Correspondance générale3 ; Des destinées de la poésie4 ; Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient (1832-1833) ou Notes d’un voyageur5 ; Jocelyn6 ; La Chute d’un ange7 ; Les Confidences8 ; Raphaël9 ; Toussaint Louverture10 ; Le Tailleur de pierre de Saint-Point11 ; Les Nouvelles confidences12 ; Cours familier de littérature : 40e Entretien : littérature villageoise : apparition d’un poëme épique en Provence13.

25Pour chaque item, j’ai relevé la distribution de chaque variable morphologique isolément (par exemple, blanc, blancs, blanche et blanches pour « blanc »), avant de cumuler les résultats. J’ai toutefois écarté les adjectifs de couleur composés comme gris-bleu, gris cendré, gris-blanc, jaune-gris, vert-gris, vert pâle, vert-jaune, etc., qui apparaissent toujours après le nom, et les toponymes incluant un adjectif de couleur, où celui-ci est toujours postposé, comme la Mer Rouge ou le Mont Blanc. En revanche, j’ai conservé les syntagmes de structure [Nom + Adjectif] susceptibles d’être analysés comme des noms communs composés, conformément à un principe propre à ce type d’enquête qui fait que, sauf à se fixer une liste externe — fournie par exemple par un dictionnaire —, l’enquêteur ne saurait décider du plus ou moins grand degré de lexicalisation de certaines constructions. En effet, si « vin rouge » ou « chêne vert » sont à coup sûr des composés dans la première moitié du xixe siècle, que penser de la série « pain blanc », « cheveu blanc », « marbre blanc » et « cygne blanc », où l’association avec un stéréotype n’est pas nécessairement corrélée avec un niveau de lexicalisation comparable à celui des termes précités ? Ces exclusions n’ont de toute façon qu’une incidence négligeable sur les chiffres, à partir du moment où l’on manipule des centaines d’occurrences, comme c’est le cas ici, et dans la mesure où l’on boit peu de « vin rouge » chez Lamartine (en fait une seule fois ; on reprend toutefois du « vin blanc » à cinq reprises…).

26Sur le plan syntaxique, j’ai également éliminé du corpus d’étude les adjectifs qui comportaient des compléments, comme par exemple « blanc » dans « Souvent, les pieds meurtris, le front blanc de sueurs » (Harmonies poétiques et religieuses, « Épître à M. de Sainte-Beuve », 1830), et ceux qui étaient intégrés dans des tournures comparatives, comme par exemple « blanc », toujours, dans « tu ne courras plus libre dans le désert comme le vent d’Égypte, tu ne fendras plus du poitrail l’eau du Jourdain, qui rafraîchissait ton poil aussi blanc que ton écume » (Souvenirs, impressions, pensées et paysages pendant un voyage en Orient (1832-1833), « Jéricho », 1835). Dans ces deux types de configuration, l’adjectif est presque toujours postposé, et je souhaitais éviter d’intégrer dans mes données des occurrences conditionnées par un facteur externe, autre que l’effet sémantique induit par le simple positionnement dans les zones pré- et postsubstantivales.

27Au final, j’ai relevé 1572 épithètes anté- ou postposées, distribuées comme indiqué dans le tableau ci-dessous :

Distribution des adjectifs de couleur chez Lamartine

Distribution des adjectifs de couleur chez Lamartine

28La première colonne mentionne l’adjectif de couleur étudié, sans distinction de ses variations morphologiques. Les majuscules (blanc, bleu, etc.), permettent de différencier ces mentions de celles notant les variantes morphologiques, lesquelles sont énumérées en minuscules dans la deuxième colonne (blanc, blancs, blanche, blanches, etc.). La troisième colonne cumule l’ensemble des occurrences pour chacune de ces formes. Les mentions « total » qui terminent chaque série morphologique indiquent que, sur cette ligne, sont additionnés les résultats de toutes les variations propres à la série considérée. Les colonnes 4 et 5 donnent respectivement les quantités et les proportions (en %) pour les adjectifs antéposés ; les colonnes 6 et 7 portent les mêmes indications pour les adjectifs postposés. La dernière colonne indique quel est le rapport postposés/antéposés (noté rpt p/a) : elle mentionne donc combien l’on trouve de postpositions pour une antéposition. Par exemple, le chiffre « 12,44 » de la première ligne signifie qu’il y a une occurrence de blanc antéposé pour (environ) douze occurrences de blanc postposé. Beige, marron, mauve et ocre ne figurent pas dans le tableau, car ils ne sont jamais employés comme épithètes dans notre corpus d’étude.

29Sur les 1572 adjectifs de couleur étudiés, 230, soit un peu moins de 15 % d’entre eux, sont antéposés, ce qui revient à dire que l’on rencontre en moyenne une épithète antéposée pour six autres qui sont postposées. Cette tendance globale doit cependant être pondérée par l’examen des distributions propres à chaque adjectif. On repère ainsi immédiatement deux sous-ensembles.

30Le premier regroupe les adjectifs qui sont nettement au-dessus de cette moyenne. Il s’agit de bleu, brun, gris, jaune, orange, rose, rouge, violet. On y distinguera trois cas de figure.

31Orange, rose et violet, qui sont plus ou moins représentés (de 1 à 42 occurrences), ne sont jamais antéposés.

32Gris et rouge, qui sont très bien représentés avec, respectivement, 95 et 101 occurrences, n’offrent que de rares antépositions :

33- gris :

(a) comme Eumée dans la grise Ithaque (Les Nouvelles confidences, Livre premier, 1851)
(b) les grises montagnes des Alpines (Cours familier de littérature : 40e Entretien, 1859)

34- rouge :

(a) Les uns gouttes de feu tombaient en rouge pluie. (La Chute d’un ange, Quatorzième vision, 1838)
(b) [elle] se noue autour des hanches un rouge cotillon. (Cours familier de littérature : 40e Entretien, 1859)

35soit une épithète placée avant le nom pour quarante à cinquante autres placées après.

36À côté des adjectifs qui ne sont jamais ou très rarement antéposés, il peut être pertinent d’isoler ceux qui, sans l’être fréquemment, le sont cependant une à deux fois plus souvent. Dans notre corpus d’étude, il s’agit de bleu et jaune, qui connaissent une antéposition pour quinze à vingt postpositions. Les proportions sont significatives, dans la mesure où ces deux adjectifs offrent des dizaines d’occurrences, bleu en totalisant même près de 200. Et la seule forme bleu va jusqu’à approcher la moyenne du corpus, avec une antéposition pour 7,5 postpositions. Il s’agit cependant d’un biais, induit par la récurrence dans l’œuvre de Lamartine de l’expression bleu firmament, laquelle est instanciée dans 7 des 9 occurrences de bleu antéposé. Sa fréquence semble s’expliquer, au moins en partie, par son opposition avec ciel bleu, qui apparaît 11 fois, et toujours suivant l’ordre [Nom + Adjectif].

37On peut rapprocher de bleu et jaune l’adjectif brun, mais il ne connaît en tout que deux antépositions :

(a) Le barde aux bruns cheveux, sous la nuit étoilée (Les Confidences, Livre sixième, 1849)
(b) vous apercevez les brunes loures (Cours familier de littérature : 40e Entretien, 1859)

38et, avec un aussi petit nombre d’occurrences, le rapport p/a n’est pas significatif.

39L’autre sous-ensemble réunit les adjectifs qui sont en dessous de la moyenne générale du corpus d’étude. Il s’agit de blanc, noir et vert. Blanc connaît 1 antéposition pour 5 postpositions, noir 1 pour 4 et vert 1 pour 2. Le nombre particulièrement élevé d’antépositions pour l’épithète vert s’explique en partie par la récurrence des motifs végétaux, mais cela n’enlève rien au fait que cet adjectif est bel et bien, dans l’œuvre de Lamartine, celui qui est placé le plus souvent dans la zone prénominale.

40L’étude des distributions des adjectifs de couleur chez notre poète invite à nuancer l’approche du phénomène, par rapport à l’interprétation qu’en propose Joëlle Gardes Tamine à partir du corpus mallarméen. Il est confirmé que les adjectifs de couleur ne se distribuent pas à gauche du nom parce que ce sont des adjectifs de couleur. Si tel était le cas, chaque lexie aurait dû connaître des distributions dans les zones pré- et postnominales à peu près identiques. Cependant, plutôt que d’opposer une classe regroupant des adjectifs qui seraient « généralement postposés » (Gardes Tamine, 2004, p. 223), à une autre, plus restreinte, qui réunirait quelques adjectifs fréquemment antéposés, il semble préférable de rendre compte des données distributionnelles en terme de degrés : certains adjectifs ne sont jamais antéposés ou presque (dans notre corpus d’étude, il s’agit de orange, rose et violet) ; d’autres le sont dans 2 à 3 % des cas (comme gris et rouge), fréquence qui peut être qualifiée intuitivement de « rare » ou d’« exceptionnelle » ; d’autres le sont dans 6 % des cas environ (comme bleu, jaune et brun), ce qui constitue une fréquence encore relativement « faible », mais deux à trois fois plus élevée que pour les précédents ; et d’autres enfin connaissent une antéposition dans 20 à 30 % des cas (comme blanc, noir et vert), ce qui, cette fois-ci, peut être qualifié de fréquence « élevée ».

41Si l’on admet qu’il y a ainsi des variations de fréquence dans les antépositions des épithètes, et qu’un adjectif est susceptible de passer d’un groupe à l’autre selon les auteurs, la plus grande fréquence de blanc et noir dans l’œuvre de Mallarmé, sur laquelle Joëlle Gardes Tamine attirait notre attention, ne saurait s’expliquer par le fait que « ces deux adjectifs antonymes se charge[nt] facilement de valeurs symboliques » (ibid.). Il faudrait en effet postuler que vert est doué d’une même propriété ; or on voit mal quelles données factuelles viendraient soutenir pareille hypothèse, et permettraient de démontrer que vert est « plus » symbolique que rouge ou bleu, par exemple, ou « autant » que noir et blanc.

Les couleurs de la poésie

42Le problème rencontré tient à la conception même du symbolisme (Gouvard, 2006). Pour considérer qu’un terme, comme un adjectif de couleur, est susceptible d’être interprété symboliquement, il existe grosso modo deux analyses possibles.

43L’une consiste à admettre qu’un « symbole » est une représentation sémantique particulière, et qu’elle peut, au même titre que sa signification usuelle, être attachée à un terme. Par exemple, noir se verra attaché sa signification standard, « qui a la propriété d’être noir », et un certain nombre de « valeurs symboliques », comme par exemple : « qui marque le deuil », « qui fait penser à la mort », « qui porte malheur », etc. Ces valeurs constituent des objets sémantiques autonomes, et peuvent éventuellement être rattachées à d’autres signes linguistiques : « qui porte malheur » est susceptible d’être attribué à des termes comme « chat », « échelle », « miroir », « araignée », etc.

44L’autre analyse, développée dans le cadre de la pragmatique cognitive postgricéenne, par Sperber et Wilson (1989 ; voir aussi Sperber, 1974 et 1996), consiste à poser qu’un terme est interprété « symboliquement » non pas parce qu’il « porte » ou « signifie » ou « connote » une quelconque « valeur symbolique », mais parce qu’il est présenté dans le discours de telle manière que le destinataire du message cherchera nécessairement à en donner une interprétation qui dépasse la simple convocation de sa signification usuelle. Ce n’est donc pas le mot en lui-même qui est « symbolique », mais l’interprétation que l’on en donne, suite à une modalité discursive spécifique.

45En nous plaçant dans le cadre de cette théorie, il devient plus facile de donner une description des procédures d’interprétation de l’épithète qui s’accorde avec les données observées. Nous avons vu qu’un adjectif de couleur placé dans la zone prénominale était affaibli aussi bien sur le plan prosodique que sémantique (p. 107-113). Nous avons vu également que, selon Gardes Tamine, ce double effacement tend à priver les adjectifs concernés de « leur sens concret » (Gardes Tamine, 2004, p. 223), c’est-à-dire de leur signification usuelle (voir p. 104-107). Pour étayer son point de vue, l’auteure établit une analogie avec les épithètes de nature — dont nous avons déjà indiqué qu’elle se rencontrait chez de nombreux auteurs (voir p. 101-104) —, en citant les expressions verte prairie et blanche colombe, et en leur appliquant l’analyse qu’en donne Culioli (2000, p. 59 et suiv.) : « L’adjectif fonctionne ici comme un modalisateur. En termes culioliens, il pointe vers “l’attracteur” de la notion de prairie, ou de colombe, vers son centre même, c’est-à-dire vers “une représentation abstraite et absolue” de l’objet. » (Ibid.) Nous retrouvons dans cette analyse l’idée que l’adjectif antéposé semble construire, avec le nom qu’il qualifie, une entité à la fois plus homogène et plus « abstraite » (et, donc, plus « symbolique ») que ne le serait le même nom avec le même adjectif postposé.

46S’il fallait synthétiser ces intuitions, nous dirions que le syntagme avec une épithète antéposée renvoie plutôt à un « type » qu’à une représentation singulière, à l’inverse de la construction où l’adjectif est postposé au nom. Pour le montrer, il suffit d’intégrer les expressions visées dans des phrases qui explicitent un accès perceptuel à l’information (sur ce point, voir Vogeleer, 1992 et 1994 ; Gouvard, 1998, p. 125-146 ; Delvenne, Michaux et Dominicy, 2005, p. 46) :

(1a) Au détour d’un chemin, j’ai vu une espèce de prairie verte.
(1b) ?*Au détour d’un chemin, j’ai vu une espèce de verte prairie.

(2a) Par la fenêtre, j’ai aperçu une sorte de colombe blanche.
(2b) ?*Par la fenêtre, j’ai aperçu une sorte de blanche colombe.

(3a) Au bout du sentier, je suis tombé sur une masse de sapins noirs.
(3b) *Au bout du sentier, je suis tombé sur une masse de noirs sapins.

47Les syntagmes avec une épithète antéposée ne s’accommodent pas ou très mal de la concaténation avec un verbe de perception visuelle modalisé par une locution déterminative ayant une valeur d’identificateur ou de quantificateur, car l’objet visé dans un tel contexte doit être une entité particulière, et non ce que nous avons appelé ci-dessus un « type ».

48Pour préciser ce que nous entendons par ce terme, nous nous appuierons sur la récente étude consacrée à la figure du « musulman » dans les témoignages de rescapés des camps nazis, par Delvenne, Michaux et Dominicy (2005). Dans leur chapitre portant sur la catégorisation, ces trois chercheurs analysent les propriétés sémantiques de noms qui se comportent exactement comme les syntagmes [Adjectif de couleur + Nom] auxquels nous nous intéressons. Hormis le terme « musulman », qui fait l’objet de leur travail, ils mentionnent par exemple « silhouette » ou « passant » :

(4a) ?*Au détour d’une rue, j’ai vu une sorte de silhouette se diriger vers moi.
(4b) ?*Au détour d’une rue, j’ai vu une sorte de passant se diriger vers moi.

49Il en va de même de termes comme « arbitre », « cocu », « bon » ou « méchant », c’est-à-dire de noms qui, bien qu’ils soient grammaticalement communs, renvoient à des catégories générales plutôt qu’à des entités particulières :

(5a) ?*Du fond du terrain, j’ai vu une sorte d’arbitre se diriger vers moi.
(5b) *Au détour d’une rue, j’ai vu une sorte de bon se diriger vers moi.

50On peut également rapprocher de ces noms grammaticalement communs certains noms propres comme « Marius » ou « Valère », qui renvoient à des stéréotypes culturels et non à des personnes particulières :

(6a) ?*Au détour d’une rue, j’ai vu une sorte de Marius se diriger vers moi.
(6b) ?*Au détour d’une rue, j’ai vu une sorte de Fanny se diriger vers moi.

51Afin de rendre compte de ces particularités, les auteurs ont avancé l’idée que les termes susmentionnés, et tous ceux susceptibles de manifester les mêmes propriétés distributionnelles, servent à dénommer une entité qui, dans le champ de notre expérience, est assimilée à un « type », et non pas à un prototype, contrairement à un nom commun. En effet, le nom commun ordinaire se voit attacher une représentation conceptuelle qui a pour finalité première de dénommer toutes les entités qui, dans le champ de notre expérience, nous semblent constituer des exemplaires de ce concept, moyennant quelques variations par rapport au prototype que nous avons mémorisé. Or, ce que montrent les manipulations qui précèdent, c’est que les termes considérés, qu’ils soient noms communs (« silhouette », « arbitre », « bon », etc.) ou noms propres (« Marius », « Fanny », etc.), ne s’accommodent pas de telles variations. La désignation est ici beaucoup plus rigide, tout comme elle l’est avec un nom propre, qui, lorsqu’il ne renvoie pas à un « type », comme par exemple les prénoms Paul ou Annie, ne peut lui aussi s’intégrer à une phrase perceptuelle médiatisée par un identificateur ou un quantificateur :

(7a) ?*Au détour d’une rue, j’ai vu une sorte de Paul se diriger vers moi.
(7b) ?*Au détour d’une rue, je suis tombé sur un attroupement d’Annie.

52Alors que le nom commun sert à dénommer les différents exemplaires d’un concept, le nom propre et les termes susmentionnés servent donc à désigner les différentes occurrences d’une même représentation (voir Gouvard, 1998 et 2000). Toutefois, pour les noms propres, il s’agit des occurrences d’un individu singulier, alors que pour la classe dont il est ici question, il s’agit des occurrences d’un « type » relativement abstrait, qui n’est pas attaché à un seul individu, mais « attachable », en quelque sorte, à toute entité que nous estimons incarner ce type.

53En conclusion, nous avancerons donc l’idée que, lorsqu’un adjectif de couleur est antéposé, il tend à former avec le nom qu’il qualifie une expression linguistique qui renvoie à un « type », et que cette expression permet de désigner les occurrences de ce type, plutôt que de dénommer les exemplaires d’un concept qui lui serait attaché. Noir, blanc, vert ou tout autre adjectif fréquemment antéposé dans un texte de poésie n’occupe pas préférentiellement cette position parce qu’il est « plus symbolique » qu’un autre : s’il est placé dans la zone prénominale, c’est afin d’être interprété avec le nom qu’il qualifie comme renvoyant à un type plutôt qu’à une entité particulière, et il sera interprété comme tel quelle que soit sa couleur, du fait même d’occuper cette position.

54Il resterait à préciser pourquoi la représentation « typique » attachée aux syntagmes [Adjectif de couleur + Nom] produit à l’évidence un effet « poétique », mais ce point fera l’objet d’un développement ultérieur (voir Dominicy, 1990, 1993, 1999 et 2002 ; Gouvard, 1995, 1996, 2000 et 2001, p. 119-123).

Bibliographie

Références bibliographiques

Cohen J., 1963, Structure du langage poétique, Paris, Flammarion.

Culioli A., 2000, Pour une linguistique de l’énonciation, vol. I, Opération et représentations, Gap/Paris, Ophrys.

Delvenne S., Michaux C. et Dominicy M., 2005, Oralités. Catégoriser l’impensable : la figure du « musulman » dans les témoignages de rescapés des camps nazis, Bruxelles, Université libre de Bruxelles.

Di Cristo A., 1999, « Le cadre accentuel du français contemporain : essai de modélisation », Langues, no°2-3, p. 184-205, et no°2-4, p. 258-267.

—, 2003, « De la métrique et du rythme de la parole ordinaire », dans É. Bordas (dir.), Rythme de la prose, SEMEN, no°16, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, p. 25-43.

Dominicy M., 1990, « Prolégomènes à une théorie générale de l’évocation », dans M. Vanhelleputte (dir.), Sémantique textuelle et évocation, Louvain, Peeters, p. 9-37.

—, 1993, « Description, définition, évocation. Réflexion préliminaires », dans D. Acke (dir.), Mimésis. Théorie et pratique de la description littéraire, Louvain, Peeters, p. 43-55.

—, 1999, « Les stéréotypes et la contagion des idées », Langue française, no°123, p. 105-124.

—, 2002, « Évocation directe et évocation indirecte. Comment narrer en poésie ? », Degrés, no°111, p. c1-c25.

Dubois D. (dir.), 1991, Sémantique et cognition. Catégories, prototypes, typicalité, Paris, Éditions du CNRS.

Forsgren M., 1978, La Place de l’épithète en français contemporain. Étude quantitative et sémantique, Stockholm, Almqvist et Wiksell.

Gardes Tamine J., 2004, Pour une grammaire de l’écrit, Paris, Belin.

Genette G., 1969, « Langage poétique et poétique du langage », Figures II, Paris, Seuil.

Grevisse A., 1986, Le Bon usage, version remaniée par A. Goose, Paris/Gembloux, Duculot.

Gouvard J.-M., 1995, « Les énoncés métaphoriques », Critique, vol. 51, no°574, p. 180-202.

—, 1996, « Évocation poétique et poétique de l’évocation : Âme, te souvient-il… », L’École des Lettres, no°14, Paris, L’École/L’École des loisirs, p. 191-203.

—, 1998, La Pragmatique. Outils pour l’analyse littéraire, Paris, Armand Colin.

—, 2000, « Poétique des noms propres », dans J.-M. Gouvard et S. Murphy (dir.), Verlaine à la loupe, Paris, Champion, p. 159-184.

—, 2001, L’Analyse de la poésie, Paris, Presses universitaires de France.

—, 2005, « Prolégomènes à une étude prosodique des proverbes », Cahiers de grammaire, Toulouse, Presses du Mirail, p. 53-64.

—, 2006, « Du symbolisme en poésie ou comment expliquer Les Fleurs de Mallarmé », dans R. Bourkhis (dir.), L’Explication de texte, Paris, Armand Colin, p. 171-183.

Hirst D. et Di Cristo A., 1998, Intonation systems : a survey of twenty languages, Cambridge, University Press.

Kleiber G., 1990, La Sémantique du prototype. Catégories et sens lexical, Paris, Presses universitaires de France.

Rossi M., 1999, L’Intonation. Le système du français : description et modélisation, Paris, Ophrys.

Sperber D., 1974, Du symbolisme en général, Paris, Hermann.

—, 1996, La Contagion des idées, Paris, Odile Jacob. Sperber D. et Wilson D., 1989, La Pertinence. Pragmatique et cognition, Paris, Minuit.

Vogeleer S., 1992, « La relation point de vue et son application aux phrases existentielles initiales », dans W. de Mulder, F. Schuerewegen et L. Tasmowski (dir.), Énonciation et parti pris, Amsterdam, Rodopi, p. 349-355.

—, 1994, « L’accès perceptuel à l’information : à propos des expressions un homme arrive — on voit arriver un homme », Langue française, no°102, p. 69-83.

Waugh L., 1977, A semantic analysis of word order. Position of the adjective in French, Leiden, Brill.

Wilmet M., 1980, « Antéposition et postposition de l’épithète qualitative en français contemporain : matériaux », Travaux de Linguistique, no°7, p. 179-201.

Notes

1 Paris, Hachette, 1915 [1820].

2 Paris, Gallimard, 1963 [1830].

3 2 tomes, Paris, Droz, 1943 et 1946 [1830-1836].

4 Paris, Hachette, 1915 [1834].

5 Paris, 1861 [1835].

6 Paris, Gallimard, 1963 [1836].

7 Paris, Gallimard, 1963 [1838].

8 Paris, M. Levy, 1857 [1849].

9 Paris, Garnier, 1960 [1849].

10 Paris, Gallimard, 1963 [1850].

11 Paris, 1863 [1851].

12 Paris, Hachette, Furne, Jouvet, 1888 [1851].

13 Paris, 1859 [1859].

Table des illustrations

Titre Distribution des adjectifs de couleur chez Lamartine
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search