Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

III. La population dans les faubourgs

Les rythmes démographiques faubouriens

Texte intégral

  • 1 Le défunt centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, UMR 5599 du CNRS organisa à Lyon, e (...)

1Depuis quelques années, les historiens, et pas seulement les spécialistes de la démographie historique, se sont penchés sur l’étude des rythmes urbains1. Révélateurs d’usages de l’espace, de pratiques sociales, ces rythmes nous permettent souvent d’appréhender les grandes respirations collectives de la vie en commun. En ce qui concerne de manière spécifique les rythmes démographiques, les faubourgs peuvent être étudiés de trois façons. Tout d’abord, il s’agira de comparer la croissance (ou décroissance urbaine) avec la situation des faubourgs. L’impact des crises démographiques urbaines dans les faubourgs pourra ensuite être mesuré. Enfin, il conviendra de déterminer une éventuelle originalité des rythmes mensuels faubouriens.

Des rythmes de croissance et de décroissance démographiques globalement synchroniques entre villes et faubourgs

  • 2 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dan (...)
  • 3 Certaines voix discordantes ont nuancé cette croissance généralisée des villes du royaume de Franc (...)
  • 4 AD de l’Isère, 2 C 510-535, Répartition de la capitation pour la ville de Grenoble, 1739, 1740, 17 (...)
  • 5 Les indigents étaient exemptés et la mention « pauvre » était indiquée dans le registre en face du (...)
  • 6 Apparaissent toutefois une partie de la noblesse de robe et des ecclésiastiques qui paient pour le (...)

2Les documents manquent pour comparer, sur une période pluriséculaire, les variations de population dans une ville et ses faubourgs. Le xviiie siècle, longtemps considéré par la communauté historique comme celui d’une envolée démographique généralisée des villes2, présente toutefois quelques données et déterminations nécessitant de revenir sur ce constat. Grâce à la multiplication des opérations de dénombrement de la population peuvent être étudiés aussi bien les rythmes de croissance ou de déclin3 des agglomérations que le rôle des faubourgs dans ces processus. Grenoble offre ainsi de merveilleux documents conservés aux Archives départementales de l’Isère, permettant d’étudier ces rythmes de croissance sur une période plus courte. Il s’agit d’une suite de recensements de capitation réalisés sur plus d’un demi-siècle4, entre 1739 et la Révolution française, permettant d’appréhender à intervalles irréguliers l’évolution du nombre de feux de la ville et de ses faubourgs. Ces recensements offraient tous la même présentation ; les recenseurs avaient en effet pris soin de toujours effectuer le même parcours dans la cité dauphinoise, afin de relever le nom des personnes imposables, qu’elles fussent réellement imposées ou exemptées en raison de leur indigence5. Habitation par habitation, ils notèrent scrupuleusement le nom des chefs de feu, indiquant pour chacun le montant de l’impôt perçu et, dans la plupart des cas, leur état. Certes, les rôles ne permettent pas de connaître l’ensemble de la population : les femmes mariées, les enfants, les domestiques, les nobles et les ecclésiastiques6 n’apparaissent pas ici.

3Toutefois, l’évolution du nombre des chefs de feu du tiers-état fournit quelques indications sur les grandes tendances démographiques de Grenoble au xviiie siècle. Seule difficulté d’importance : à partir de 1767 et jusqu’en 1769, le recenseur changea les règles du jeu et n’attribua plus systématiquement un numéro par chef de feu dans son registre. Désormais, un seul et même numéro pouvait renvoyer à plusieurs chefs de feu pauvres (de façon assez aléatoire, semble-t-il), ce qui oblige à lire intégralement les registres pour repérer tous les chefs de feu supplémentaires. Pour la seule ville de Grenoble en 1767, ce sont ainsi 165 numéros, correspondant désormais à plusieurs feux pauvres, qui ont dû être comptabilisés individuellement. Surtout, il a été décidé de réaliser une comparaison indiciaire entre l’évolution du nombre de feux de la ville de Grenoble et du faubourg Très-Cloître, à partir des résultats obtenus. Choisir comme base 100 l’année 1789 aurait relevé d’une démarche téléologique qui a été rapidement abandonnée. La base 100 choisie a donc été l’année 1739, date du premier recensement de capitation. L’objectif était ainsi de voir si, à partir de cette date, ce faubourg grossissait (ou déclinait) plus vite que la ville, étant entendu que l’évolution du nombre de chefs de feu dans une même agglomération donnait une bonne indication concernant les variations que connaissait probablement la population du tiers-état dans ces espaces.

Figure 13. Évolution indiciaire du nombre de chefs de feu dans Grenoble intra muros et dans le faubourg Très-Cloître de 1739 à 1789 (base 100 en 1739).

Figure 13. Évolution indiciaire du nombre de chefs de feu dans Grenoble intra muros et dans le faubourg Très-Cloître de 1739 à 1789 (base 100 en 1739).
  • 7 Faubourg le plus important de l’agglomération grenobloise, le faubourg Très-Cloître a une populati (...)
  • 8 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dan (...)

4Les résultats obtenus à l’issue de ce recensement laissent entrevoir deux points absolument essentiels concernant l’évolution de la population de Grenoble et de son faubourg au xviiie siècle. D’une part, un certain parallélisme existe entre l’évolution de la population intra muros et celle du faubourg Très-Cloître7. Lorsque la ville de Grenoble connaissait une chute du nombre des chefs de feu, celle-ci s’accompagnait presque systématiquement d’un repli démographique dans le faubourg, comme dans les périodes 1740-1749 et 1751-1756. D’autre part, les mouvements de hausse ou de baisse de population que pouvait connaître la ville de Grenoble avaient des répercussions plus brutales dans le faubourg Très-Cloître. Ce lien très fort existant entre la ville et son faubourg justifie l’idée selon laquelle l’évolution démographique des espaces suburbains était révélatrice de la prospérité d’une cité. De surcroît, le poids des faubourgs dans l’agglomération grenobloise resta globalement identique sur la période étudiée, étant stabilisé entre 10 % et 13 %. Au-delà de ces données, même si cela n’est pas le cœur de notre sujet, le cas de Grenoble permet quand même de prouver que toutes les villes du royaume de France n’ont pas forcément connu un accroissement démographique significatif au xviiie siècle, pas plus qu’un « envol des faubourgs8 », loin de là. Pourtant, au nom d’un modèle proclamé comme universel, appliqué surtout aux très grandes villes, plusieurs historiens avaient pu imaginer une telle situation à Grenoble, alors que la cité dauphinoise, en étant optimiste, connut seulement un léger frémissement de croissance démographique, en particulier dans ses petits faubourgs. Les mises en garde concernant ce modèle de croissance urbaine, répétées il y a peu, semblent donc pleinement justifiées. Les villes comme Grenoble sont-elles nombreuses ? Sans le vouloir, cet ouvrage est aussi l’occasion de relancer un débat qui semblait clos.

  • 9 AM d’Angers, CC 81-82, Rôles de répartition de la capitation, 1712-1713 ; CC 88, Rôles de répartit (...)
  • 10 En d’autres termes, Saint-Jacques et Saint-Laud.

5La ville d’Angers conserve également une série exceptionnelle de recensements de capitation9, qui n’ont jamais été exploités dans leur ensemble. Comme ceux de Grenoble, ils sont à même de nous renseigner sur la croissance de la ville et de ses faubourgs, même si les lacunes inhérentes à ce type de source doivent en permanence inciter à faire preuve d’esprit de nuance quant aux conclusions qui peuvent en être tirées. Tout d’abord, la magnifique série de recensements n’est exploitable que très partiellement. En effet, les modalités de rédaction des rôles changèrent au fil du temps, rendant impossible une comparaison sur toute la période (1712-1789), sauf à mobiliser une équipe complète de chercheurs sur plusieurs semaines. À partir des années 1770, la ville fut en effet réorganisée en nouveaux quartiers et compagnies de milices ; c’est cette nouvelle organisation qui servit de cadre pour tous les rôles établis à la fin du xviiie siècle, les habitations étant visiblement toujours recensées dans le même sens avec les mêmes numéros. Malheureusement, faute de temps, tous les rôles de capitation angevins n’ont pu être exploités. Ont donc été choisies certaines années permettant d’avoir des données régulières sur les deux dernières décennies de l’Ancien Régime (1771, 1773, 1776, 1780, 1783, 1786, 1788, 1789). En outre, chaque registre étant particulièrement volumineux et le décompte des feux étant effectué manuellement, seul un décompte partiel a été réalisé. D’une part, seuls quelques faubourgs ont été étudiés sur l’ensemble de la période : Saint-Samson, Saint-Michel, Bressigny, Gauvin et Saint-Lazare10. De même, seule une partie de la ville a été analysée, correspondant à la 9e compagnie (totalement urbaine) et à une partie de la 3e compagnie. Ces échantillons urbains et suburbains ne représentaient évidemment pas toute l’agglomération.

Figure 14. Évolution indiciaire du nombre de chefs de feu dans un secteur d’Angers et cinq faubourgs de 1770 à 1789 (base 100 en 1770).

Figure 14. Évolution indiciaire du nombre de chefs de feu dans un secteur d’Angers et cinq faubourgs de 1770 à 1789 (base 100 en 1770).

6L’évolution d’ensemble témoigne d’une diminution du nombre de feux aussi bien dans la zone urbaine d’échantillon que dans les faubourgs choisis. Si la baisse atteignait finalement 15 % en ville, elle se limitait alors à un peu plus de 8 % dans les faubourgs. Comme à Grenoble, la fin de l’Ancien Régime ne semble pas s’être traduite par une hausse du nombre de chefs de feu (et donc de la population) dans les secteurs concernés. Surtout, ce lien démographique fort unissant faubourgs et ville semble ici en partie confirmé, si l’on suppose que les résultats s’appliquaient à l’ensemble de l’agglomération. Quand ce déclin démographique commença-t-il ?

  • 11 Philippe Werth, Issoudun, op. cit., p. 58.
  • 12 Jacques-Joseph Expilly (abbé), Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de (...)
  • 13 Cette expression, utilisée par Jean-Pierre Bardet dans sa thèse sur Rouen, s’applique bien dans le (...)

7Ailleurs, quelques travaux nous permettent, essentiellement au xviiie siècle et sur des périodes très réduites, de confronter ces croissances urbaines et suburbaines. Dans son travail sur Issoudun, Philippe Werth a mentionné dans un tableau l’évolution démographique de cette cité berrichonne, distinguant chaque quartier de la ville et chaque faubourg11. Il ne s’agissait plus ici de feux mais bien d’habitants. Les résultats, présentés par l’auteur dans un tableau, ont permis de dresser un graphique comparatif de ces évolutions, de 1648 à 1787. La situation d’Issoudun présentait plusieurs similitudes avec le cas grenoblois. Excepté l’inversion des dynamiques démographiques de la population de la ville et des faubourgs dans les deux derniers tiers du xviiie siècle, conséquence directe du grand incendie de 165112, on constate un lien assez fort entre l’évolution de la population de la ville et celle de la population des faubourgs, excepté pour la fin du xviiesiècle et le début du xviiie siècle. Comme à Angers et Grenoble, ces résultats interpellent. D’une part, dans les cas présents, les faubourgs n’étaient visiblement pas autonomes d’un point de vue économique par rapport aux villes : de la prospérité de la ville dépendait probablement en grande partie la leur, justifiant l’idée d’ « intimité entre la ville et les faubourg13 ». D’autre part, lorsque la ville d’Issoudun amorça un redécollage démographique après 1710, celui-ci se fit sentir manifestement de façon beaucoup plus importante dans les faubourgs de l’agglomération berrichonne.

Figure 15. Évolution indiciaire de la population de la ville et des faubourgs d’Issoudun de 1648 à 1787.

Figure 15. Évolution indiciaire de la population de la ville et des faubourgs d’Issoudun de 1648 à 1787.
  • 14 Tim J. A. Le Goff, Vannes et sa région..., op. cit., p. 53.
  • 15 Lilian Herrmann, « Arbois à travers ses recensements », art. cité, p. 499.

8À Vannes, Tim J. A. Le Goff a également fourni quelques données concernant la ville et ses faubourgs au xviiie siècle14, tout comme Lilian Herrmann pour Arbois15. Dans la première ville, les résultats laissent entrevoir une chute du nombre des chefs de feu, tant dans la ville que les faubourgs, entre 1704 et 1783, selon des rythmes peu éloignés. Dans la deuxième ville, qui connut une forte croissance démographique dans la seconde moitié du xviiie siècle, le lien entre évolution de la population du faubourg et évolution de la population de la ville semble aussi confirmé.

Figure 16. Évolution indiciaire de la population de la ville et des faubourgs de Vannes au XVIIIe siècle d’après les chiffres donnés par Tim J. A. Le Goff (base 100 en 1704).

Figure 16. Évolution indiciaire de la population de la ville et des faubourgs de Vannes au XVIIIe siècle d’après les chiffres donnés par Tim J. A. Le Goff (base 100 en 1704).

Figure 17. Évolution indiciaire de la population de la ville et des faubourgs d’Arbois dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle d’après les chiffres donnés par Lilian Herrmann (base 100 en 1749).

Figure 17. Évolution indiciaire de la population de la ville et des faubourgs d’Arbois dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle d’après les chiffres donnés par Lilian Herrmann (base 100 en 1749).

9Outre les rôles de capitation ou les dénombrements, l’étude du nombre de baptêmes peut également nous renseigner sur ces rythmes d’évolution. Dans une ville comme Lyon, en l’absence de recensements de capitation, les registres paroissiaux figurent même parmi les sources privilégiées utilisées par Maurice Garden, pour tenter de mieux cerner la croissance démographique lyonnaise au xviiie siècle. Sans réaliser la mission impossible de saisir l’ensemble du mouvement des baptêmes dans toutes les paroisses lyonnaises, intra muros et extra muros, concentrons notre attention sur le cas de deux faubourgs, Vaise et la Guillotière, pour suivre sur une longue période de l’Ancien Régime l’évolution du nombre de baptêmes dans leurs paroisses. Leur simple étude est à même de nuancer tout ce qui vient d’être vu à Issoudun, Grenoble ou Angers.

Figure 18. Évolution du nombre de baptêmes dans le faubourg de Vaise (1598-1789).

Figure 18. Évolution du nombre de baptêmes dans le faubourg de Vaise (1598-1789).
  • 16 Olivier Zeller, « Comment les Lyonnais ont-ils été comptés ? », dans Fragments pour l’histoire de (...)

10Après la parution des travaux de Richard Gascon, Olivier Zeller et Maurice Garden, les informations ont longtemps manqué au sujet de la démographie lyonnaise du xviie siècle. Un article permet toutefois de faire le lien entre ces travaux et de mieux appréhender les mouvements de population durant l’ensemble de l’Ancien Régime16. Intra muros, la croissance du nombre d’habitants fut très rapide jusque vers 1690. La crise de 1690-1694, dans un contexte d’ensemble désastreux, provoqua un effondrement général des effectifs, qui ne se reconstituèrent que lentement. Le grand hiver de 1709 frappa alors et la population lyonnaise aurait ensuite stagné pour repartir fortement à la hausse à partir des années 1730-1740 et, surtout dans la période 1750-1780. Toutefois, il semble bien que les mouvements des baptêmes des faubourgs de Vaise et de la Guillotière aient été assez différents de ce qui pouvait être observé dans les paroisses intra muros.

Figure 19. Évolution du nombre de baptêmes dans le faubourg de la Guillotière (1580-1789).

Figure 19. Évolution du nombre de baptêmes dans le faubourg de la Guillotière (1580-1789).
  • 17 Le nombre annuel de baptêmes est multiplié par deux à Vaise et à la Guillotière entre 1750 et la R (...)

11En effet, aucun des deux faubourgs cités ne semble avoir connu une évolution démographique comparable à celle de la ville, loin de là. Au regard des variations des baptêmes, on serait même en droit de se demander si Vaise était bien aux portes de Lyon. Ce faubourg ne semble nullement affecté par les alternances de croissance et de déclin démographiques connues par la ville ; il traversa une grande partie de l’Ancien Régime de façon peu sereine, connaissant une chute quasi continue du nombre de baptêmes entre 1630 et 1750, avant de voir ceux-ci repartir fortement à la hausse : on comptait dans les années 1780 autant de naissances qu’au début du xviie siècle ! Vaise ne présenterait donc qu’un seul point commun avec la ville : celui d’un démarrage démographique important à partir des années 1750. Quant à la Guillotière, la situation y était, au premier regard, très différente de celle de la cité. De la fin du xvie siècle à la Révolution française, le nombre de baptêmes y augmenta presque régulièrement, passant de 50 naissances annuelles environ à plus de 200 en fin de période. Pourtant, une lecture plus fine du graphique amène à une analyse plus nuancée de la situation. En effet, le mouvement des baptêmes de la Guillotière présentait à la fois une forme de décalage chronologique avec celui de la ville, mais également des rythmes de croissance ou de déclin différents. Alors que le nombre de naissances dans les paroisses intra muros s’effondra à partir de 1690, une chute plus limitée eut lieu dans le faubourg, mais antérieurement (à partir des années 1670). De même, l’augmentation du nombre de baptêmes connue par Lyon à partir des années 1720-1730 précéda celle qui émergea au faubourg de la Guillotière à partir de 1750 environ, cette fois-ci selon un rythme de croissance plus important que dans la ville. Plus globalement, relevons enfin que des quatre villes étudiées (avec Angers, Grenoble et Issoudun), Lyon fut la seule à connaître une importante croissance démographique juste avant la Révolution française, et que les faubourgs y contribuèrent à un rythme forcément supérieur à celui de la ville17.

Les populations des faubourgs face aux graves crises démographiques urbaines : l’analyse du cas lyonnais (milieu du xviie-milieu du xviiie siècle)

  • 18 Sous l’Ancien Régime, Lyon disposait de cinq faubourgs principaux : Vaise, la Croix-Rousse, la Gui (...)
  • 19 Voir ainsi François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 87-89. François L (...)
  • 20 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 31.
  • 21 Si les chiffres varient énormément d’un historien à l’autre, la tendance générale ne peut être nié (...)
  • 22 Voir par exemple Jacques Dupâquier, La Population française aux xviie et xviiie siècles, op. cit.  (...)
  • 23 Ainsi, voir le travail déjà cité de Pierre Deyon, Amiens, capitale provinciale..., op. cit. Pour l (...)

12Lyon présente l’intérêt de conserver dans ses dépôts d’archives des registres paroissiaux de relativement bonne qualité, faubourgs compris18. Seul problème, et de taille : le faubourg de la Croix-Rousse ne constituait pas une paroisse propre, mais était rattaché aux paroisses de Saint-Pierre-Saint-Saturnin, Saint-Vincent et de la Platière. Il est donc vain d’espérer estimer clairement les nombres de baptêmes, mariages et sépultures de cet espace suburbain. Le cas croix-roussien mis à part, il est aisé de saisir l’ensemble des baptêmes, mariages et sépultures de la moitié du xviie siècle à la moitié du siècle suivant, pour les faubourgs de Vaise, la Guillotière, Saint-Just et Saint-Irénée. Ces faubourgs semblaient avoir par rapport au centre un poids démographique bien plus ténu que dans d’autres villes19. Pour Maurice Garden, les faubourgs représentaient ainsi vers 1700 environ 10 % de la population lyonnaise20. En tout cas, cette période est particulièrement digne d’intérêt d’un point de vue socio-démographique : elle correspond en effet à la fois à une période de l’histoire de France où les épidémies et les crises frumentaires pouvaient encore avoir de fortes répercussions dans la population, mais également à une période de forte reprise démographique. Lyon ne constituait d’ailleurs pas une exception par rapport aux évolutions d’ensemble du royaume21. Relevons enfin que cette période présente la spécificité d’être particulièrement bien connue des historiens, aussi bien grâce à des ouvrages de synthèse22 que grâce à des travaux de recherche portant sur des villes précises23.

13L’opération de saisie des baptêmes, mariages et sépultures s’est rapidement heurtée à plusieurs difficultés. La première est évidemment celle de la fiabilité des sources. Les registres paroissiaux n’offrent bien entendu pas tous la même qualité. Entrent en jeu la « conscience professionnelle » du curé, la précision des écrits, les oublis, mais également l’absence de tous ceux qui ne sont pas catholiques (même si ceux-ci sont très peu nombreux à Lyon au cours de la période étudiée...). Quant à l’enregistrement des mariages, celui-ci était généralement irrégulier et parfois très lacunaire avant le Code Louis, en 1670. De manière claire, les historiens s’accordent à penser que les registres paroissiaux, bien que précieux, sont lacunaires, notamment en milieu urbain. Un sous-enregistrement manifeste, en particulier de la mortalité, les caractérise. Cependant, nulle source ne peut être considérée comme parfaite. Soulignons en outre que parmi les faubourgs étudiés, deux d’entre eux présentaient un profil particulier : ils étaient même assimilables à de vrais quartiers urbains à la fin de l’Ancien Régime : Saint-Just, qui était à l’intérieur des murailles de la ville, mais séparé des autres habitations par des hectares de jardins et vergers, et Saint-Irénée, faubourg situé en dehors des murailles de la ville, mais qui disposait de ses propres fortifications. Autrement dit, la notion de faubourg continuait à être utilisée pour des espaces qui pouvaient pourtant être considérés comme de véritables quartiers de la ville de Lyon. C’est un paramètre à retenir dans l’exploitation des résultats. En tout cas, le caractère semi-rural et la taille assez réduite des faubourgs laissent augurer d’une meilleure tenue des registres paroissiaux qu’en milieu urbain.

  • 24 Il a été choisi de ne présenter ici que les courbes obtenues à partir de la réunion des tableaux d (...)

14La seconde difficulté est celle des années manquantes. Certains registres, ou parties de registres, ont aujourd’hui disparu ou sont illisibles, victimes de mauvaises conditions de conservation (humidité, champignons...) ou des rongeurs ; cela rend impossible la reconstitution d’une histoire démographique pour certaines périodes. Pour les seuls mariages, il manque ainsi les années 1629 à 1640, 1643, 1646 à 1648 dans les registres paroissiaux de la Guillotière, et presque toutes les années précédant 1674 dans ceux de Saint-Pierre de Vaise... Lorsque vinrent à manquer un ou plusieurs chiffres dans une série par ailleurs relativement complète, nous tentâmes de limiter les effets du manque de données par un calcul d’interpolation de moyennes, reposant sur le plus grand nombre possible de valeurs concernant les mois ou les années antérieures et postérieures : si les chiffres obtenus, bien entendu, ne sont qu’une approximation, ils peuvent toutefois donner une idée des tendances générales. Globalement, les résultats sont de bonne qualité, mais très surprenants24. Plusieurs conclusions peuvent être tirées de l’étude de ces ensembles de courbes, même si le cas du faubourg de la Guillotière, le plus important en nombre d’habitants, semble le plus riche d’enseignements.

Figure 20. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg de la Guillotière de 1665 à 1740.

Figure 20. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg de la Guillotière de 1665 à 1740.

Figure 21. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg de Vaise de 1675 à 1740.

Figure 21. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg de Vaise de 1675 à 1740.

Figure 22. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg de Saint-Irénée de 1671 à 1740.

Figure 22. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg de Saint-Irénée de 1671 à 1740.

Figure 23. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg Saint-Just de 1670 à 1740.

Figure 23. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg Saint-Just de 1670 à 1740.

15L’évolution générale des courbes de baptêmes dans chacun des faubourgs ne correspond en rien à ce à quoi on pouvait logiquement s’attendre. Dans les faubourgs de la Guillotière et de Saint-Just, deux phases peuvent être distinguées : la première, des années 1670 à la fin du xviie siècle, correspondit à une période de diminution du nombre de baptêmes, une vingtaine d’années avant la baisse constatée en ville. Un redressement de cette tendance s’opéra ensuite, puis les baptêmes atteignirent finalement en 1740, dans le faubourg de la Guillotière, un niveau comparable à celui qui avait été constaté vers 1670, et légèrement inférieur dans le cas de Saint-Just. L’évolution du nombre de ces baptêmes reflète grossièrement l’évolution de la population de ces faubourgs : en témoignent les courbes d’évolution du rapport entre baptêmes et mariages. La quinzaine d’années précédant la grande crise de 1693-1694 fut une période d’effondrement démographique larvé. Deux phases similaires peuvent être repérées dans les cas de Vaise et de Saint-Irénée, mais le renouvellement démographique s’effectua plus tardivement dans ces deux espaces (la crise de 1709 joue apparemment un rôle d’événement-charnière).

Figure 24. Évolutions indiciaires des baptêmes dans les faubourgs lyonnais de 1675 à 1740 (indice 100 en 1675).

Figure 24. Évolutions indiciaires des baptêmes dans les faubourgs lyonnais de 1675 à 1740 (indice 100 en 1675).

16L’évolution des chiffres de sépultures semble tout aussi déroutante, car il n’existe pas non plus une évolution type dans les faubourgs. Jusqu’aux années 1700, le faubourg de la Guillotière connut une diminution du nombre de ses sépultures, avant un redressement rapide, suivi d’une relative stabilisation. À Vaise, la courbe des sépultures s’effondra de façon incompréhensible à partir des années 1725. À Saint-Irénée, le nombre des décès chuta fortement entre 1688 et le début du xviiie siècle, tandis que le faubourg Saint-Just semblait présenter une tendance générale contraire ; le nombre des décès semble y avoir globalement augmenté entre 1690 et 1740. Autrement dit, durant cette période, la population atteignit son niveau le plus élevé dans les faubourgs autour de 1680, les années suivantes correspondant à la difficile fin de règne de Louis XIV. Mais les principales conclusions à tirer ne sont pas là.

Figure 25. Évolutions indiciaires des sépultures des faubourgs lyonnais de 1675 à 1740 (indice 100 en 1675).

Figure 25. Évolutions indiciaires des sépultures des faubourgs lyonnais de 1675 à 1740 (indice 100 en 1675).
  • 25 Ces deux villages se situent respectivement à proximité des faubourgs de Vaise et de La Guillotièr (...)
  • 26 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 113. L’auteur insistait déjà sur le « comporte (...)
  • 27 Françoise Bayard, Vivre à Lyon, op. cit., p. 199. L’auteur donne la liste des principales crises (...)

17Il semblait en effet se produire des microcrises dans chaque faubourg, très localisées, qui n’avaient d’équivalent ni dans la ville voisine, ni dans les villages voisins (comme Bron ou Saint-Germain-au-Mont-d’Or25), ni dans les autres faubourgs. Le cas particulier de la démographie du faubourg de la Guillotière avait déjà été souligné il y a une quarantaine d’années par Maurice Garden dans sa thèse26. Ces crises peuvent être véritablement qualifiées de singulières : elles ne ressemblaient en rien au modèle des crises démographiques jusqu’alors connues. En effet, chaque crise était généralement caractérisée par un pic de mortalité et un effondrement des naissances et des mariages. Puis, durant les années suivantes, un effet de rattrapage se produisait concernant les baptêmes et les mariages, ceux-ci connaissant alors une forte augmentation. Or nous ne retrouvons rien de tout cela dans le cas de la Guillotière : non seulement les crises démographiques que traverse ce faubourg (comme en 1675 ou 1719) n’avaient aucun équivalent connu à Lyon27, mais ces phénomènes ne donnaient lieu à aucun rattrapage en termes de naissances les années suivantes.

  • 28 Les courbes de l’évolution des moyennes mobiles des baptêmes de chacun des faubourgs en attestent.

18Ces crises étaient probablement liées à des épidémies extrêmement localisées qui n’affectaient ni la ville, ni les autres faubourgs, ni la campagne voisine. Quant aux mariages, leur nombre n’augmentait pas dans les faubourgs au cours de la période étudiée. La Guillotière connaissait une nuptialité stable durant cette période, Au contraire des autres faubourgs, dont le nombre d’unions chutait de manière bien plus nette, cette diminution de la nuptialité au cours de ces années reflétait, à peu de choses près, l’évolution du nombre de naissances. Enfin, la reprise démographique que connurent Lyon et ses faubourgs à partir des années 172028 eut lieu sans que trois des faubourgs (Vaise, la Guillotière et Saint-Irénée) ne soient concernés par une augmentation du nombre de mariages, alors que le nombre de baptêmes repartait paradoxalement à la hausse.

19Deux explications sont alors possibles. La plus vraisemblable serait que ces faubourgs connaissaient une modification de la structure par âge de leurs habitants : un grand nombre de jeunes couples déjà mariés serait venu s’installer dans ces faubourgs, où il aurait ensuite eu des enfants. Cette explication semble d’ailleurs confortée par la forte chute du rapport entre baptêmes et mariages dans les trois faubourgs. Une seconde explication, nettement moins crédible, voudrait que ces faubourgs aient connu une hausse subite de leur taux de fécondité. Aucun argument historique ne peut toutefois venir appuyer cette hypothèse, qui, semble-t-il, ne fut jamais attestée durant l’Ancien Régime.

  • 29 Les chiffres pour la ville de Lyon sont calculés à partir des relevés de l’abbé Expilly, cités par (...)

Figure 26. Évolution décennale du nombre des mariages de 1679 à 1638 (Lyon et faubourgs, indice 100 pour la décennie 1679-1688)29.

Figure 26. Évolution décennale du nombre des mariages de 1679 à 1638 (Lyon et faubourgs, indice 100 pour la décennie 1679-1688)29.
  • 30 Le Rhône servait en effet de limite entre les généralités de Lyon et de Grenoble.

20Par ailleurs, les faubourgs présentent d’autres évolutions démographiques, très différentes, durant cette période difficile de l’histoire lyonnaise. La population du faubourg de la Guillotière, qui était le plus nettement séparé de la ville (par la limite physique et administrative30 que représentait le Rhône), et par conséquent le plus « faubourien », semblait très peu ressentir les grandes crises qui affectaient Lyon. On ne peut d’ailleurs que constater l’effondrement spectaculaire et a priori incompréhensible de la mortalité dans ce faubourg lors de certaines grandes crises. Ainsi, alors que la crise de 1693-1694 engendra une explosion de la mortalité à Lyon, les registres paroissiaux de la Guillotière n’indiquent aucune évolution typique d’un temps de chute démographique. Non seulement le nombre de sépultures demeura faible, mais le taux de nuptialité restait complètement stable. Quant à l’augmentation du nombre de baptêmes à partir de 1695, elle sembla participer d’un mouvement de longue durée qui se poursuivit sur une quinzaine d’années. Aucun effet sur ces données démographiques ne fut davantage attesté lors de la crise du grand hiver 1709... On ne peut que constater, dans ce cas précis, la même incohérence. Dans le faubourg de Vaise, les grandes crises affectant Lyon, comme celle de 1693-1694 ou 1709, furent ressenties plus fortement, mais semblèrent tout de même avoir un effet plus limité qu’ailleurs, notamment au sein de l’espace intra muros et des faubourgs dont la structure était plus spécifiquement urbaine. Les pics de mortalité observés à ces dates eurent en effet une amplitude moins importante que dans les faubourgs Saint-Just et Saint-Irénée, dont la démographie ressemblait fortement à celle des quartiers urbains.

  • 31 Voir les courbes de baptêmes et de sépultures de ces deux villages dans les deux pages suivantes.

21Pourquoi le faubourg de la Guillotière semblait-il traverser les périodes de grande crise plutôt sereinement ? Cette question est probablement mal posée... En effet, si les habitants des faubourgs n’y mouraient pas, leur décès pouvait avoir lieu ailleurs. Il n’y a, par exemple, aucune raison de penser que le faubourg de la Guillotière resta une enclave protégée des crises, au moment où la ville ou les villages voisins (comme Bron et Saint-Germain-au-Mont-d’Or31) les subissaient violemment. Considérant les faubourgs comme des villages mitoyens de la ville, Jean-Claude Perrot avait avancé dans sa thèse l’idée que ceux-ci étaient protégés économiquement par leur caractère semi-rural. Son hypothèse semble contredite au regard de l’évolution des villages proches.

22Plusieurs hypothèses doivent donc être formulées pour tenter d’expliquer cette apparente immunité faubourienne. Il y a d’abord tout lieu de penser qu’une grande partie des habitants de la Guillotière, notamment les plus démunis, quittèrent leur faubourg pour se rendre dans la ville, afin de bénéficier notamment des secours apportés aux pauvres, que ce soit par l’intermédiaire de l’Aumône générale ou de l’Hôtel-Dieu. Il est donc très probable que beaucoup de ces personnes décédèrent et furent inhumées soit au sein de l’Hôtel-Dieu, soit dans des paroisses intra muros. Cela signifie-t-il que la mortalité urbaine en temps de crise a été surestimée dans certaines villes ? Si l’on peut tirer des conclusions similaires pour des villes où les faubourgs avaient un poids nettement supérieur à celui de la Guillotière, il s’agirait alors, ici, d’un poncif supplémentaire sur la dangerosité des villes à tempérer et nuancer... Enfin, un dernier argument peut être invoqué pour expliquer cette très faible mortalité en temps de crise : il est possible que les faubouriens de fraîche date soient retournés habiter leurs régions d’origine. Quoi qu’il en soit, il est certain que le faubourg, que l’on parle de la Guillotière, mais aussi de Vaise, n’était pas un lieu où les habitants des villages alentour venaient mourir.

Figure 27. Baptêmes et sépultures dans la paroisse de Bron de 1670 à 1740.

Figure 27. Baptêmes et sépultures dans la paroisse de Bron de 1670 à 1740.

23Relevons au passage que l’évolution des sépultures et des baptêmes des deux villages de Bron et de Saint-Germain-au-Mont-d’Or, permet de tirer au moins deux autres conclusions, qui intéressent directement notre sujet. Tout d’abord, l’évolution des baptêmes et des sépultures semblait plus heurtée dans les villages que dans les faubourgs, ce qui pourrait laisser supposer que l’immigration avait une influence et des conséquences plus grandes sur l’évolution démographique des faubourgs que sur celle des villages voisins (l’immigration aurait eu alors un effet correcteur). De surcroît, les crises que connaissait Lyon avaient une forte répercussion dans ces villages. Quand Lyon était malade, c’est probablement toute la périphérie qui toussait avec la ville, car la population des villages proches et des faubourgs semblait grosso modo diminuer et augmenter en même temps que la population intra muros.

Figure 28. Baptêmes et sépultures dans la paroisse de Saint-Germain-au-Mont-d’Or de 1670 à 1740.

Figure 28. Baptêmes et sépultures dans la paroisse de Saint-Germain-au-Mont-d’Or de 1670 à 1740.
  • 32 Jean-Baptiste de La Michaudière, dit Messance, Recherche sur la population des généralités d’Auver (...)
  • 33 Jacques-Joseph Expilly (abbé), Dictionnaire géographique…, op. cit., vol. 4, p. 275-319.

24Les registres paroissiaux présentent d’autres sources d’étonnement. Dans les faubourgs les plus ouverts sur les campagnes voisines (Vaise et la Guillotière), le solde naturel était très positif : le très fort excédent des baptêmes sur les sépultures observé dans ce cas précis ne correspond en rien à une démographie urbaine. Sur la période 1675-1740, l’accroissement naturel se serait élevé à 2 041 pour la Guillotière, 308 pour Saint-Pierre-de-Vaise, mais aussi à 630 pour Saint-Just. Seul le faubourg Saint-Irénée aurait présenté un solde naturel négatif, probablement parce qu’il était plus « urbain » que les autres (davantage que Vaise et la Guillotière en tout cas). Si les paroisses lyonnaises, nous disent Messance32 ou l’Abbé Expilly33, connaissaient (au moins pour la première moitié du xviiie siècle), une situation en apparence similaire d’accroissement naturel, les cas des paroisses faubouriennes étaient suffisamment différents pour être clairement distingués de ceux des paroisses intra muros.

  • 34 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 109-110.
  • 35 Ibid., p. 78. Pour l’auteur, « il faut attendre les années 1760-1770 pour voir se produire à Lyon u (...)

25En effet, cet accroissement naturel n’était pas une fausse réalité, comme il a parfois pu l’être dans la ville moderne. Maurice Garden avait ainsi souligné dans sa thèse que la mise en nourrice n’était presque pas pratiquée dans les faubourgs lyonnais34 (en particulier celui de la Guillotière), parce que ceux-ci avaient encore un fonctionnement rural marqué. Or, cette mise en nourrice et sa conséquence, une forte mortalité infantile, avaient été oubliées par les démographes du xviiie siècle qui avaient étudié la population lyonnaise35. Ainsi, ils avaient échoué à mettre en évidence que les paroisses urbaines étaient, pour reprendre l’expression de Maurice Garden, en « continuel déficit ». Cela signifie que l’accroissement naturel était un élément explicatif à considérer aussi sérieusement que l’immigration pour expliquer la croissance démographique des espaces faubouriens au début du xviiie siècle.

  • 36 Maurice Garden estimait toutefois que la natalité et la fécondité dans les faubourgs (notamment à (...)

26Enfin, le rapport entre le nombre de mariages et de baptêmes était quasiment identique dans les faubourgs et dans la ville ; il ne constituait donc pas une clé de lecture supplémentaire, apte à mesurer l’importance de la fécondité dans cet accroissement naturel36, – ce d’autant plus qu’il n’a pas été possible, faute de temps, de la calculer dans les faubourgs. Le seul élément visible dans ce tableau surprenant est la forte amplitude que ce rapport pouvait avoir selon les décennies choisies. Il a été déjà émis l’hypothèse que les faubourgs étaient certainement des espaces où des jeunes couples étaient venus s’installer en grand nombre dans les années 1729-1738. De manière plus globale, les faubourgs lyonnais étaient certainement des espaces où le renouvellement de population était très important, en tout cas durant certaines périodes très précises. Ces départs et ces arrivées de population (surtout de jeunes couples mariés) expliqueraient ainsi l’augmentation parfois spectaculaire du rapport entre nombre de baptêmes et nombre de mariages, ainsi que celle du nombre de naissances.

27En définitive, les faubourgs lyonnais présentent tant de différences d’un point de vue démographique qu’il paraît délicat de proposer une conclusion simple, susceptible d’être valable pour chacun d’entre eux. Les faubourgs lyonnais de la modernité furent des espaces atypiques dont les évolutions démographiques divergeaient : certains semblaient présenter des similitudes importantes avec la ville, d’autres (et c’est surtout le cas de la Guillotière) faisaient montre d’un profil original, incomparable avec les quartiers urbains ou les villages voisins. Cette situation des faubourgs lyonnais face aux crises démographiques pourrait gagner nettement en précision si trois paramètres, pour l’instant inconnus, étaient maîtrisés.

28Le premier de ces paramètres concerne le poids et les rythmes de l’immigration dans les faubourgs. En d’autres termes, des questions qui demeurent actuellement en suspens alimenteront dans quelques pages d’autres réflexions et interrogations. L’immigration de jeunes couples dans les faubourgs expliquait-elle effectivement les fortes augmentations du nombre des baptêmes à certaines périodes ? Si oui, d’où venaient ces jeunes couples ? Combien de temps résidaient-ils dans les faubourgs ? Y finissaient-ils leur existence ?

29Ainsi, la structure par âge des habitants, et son évolution au fil du temps, devraient également être connues. Cela pourrait déterminer si les faubourgs avaient montré un rajeunissement au cours des deux décennies suivant 1720. La structure par âge serait peut-être aussi susceptible d’expliquer certaines différences observées en ce qui concerne le nombre de décès, notamment lorsque les faubourgs abritaient moins de populations fragiles que la ville.

30Enfin, comment espérer traiter la démographie d’espaces relativement restreints en oubliant d’invoquer, pour certaines explications, les éléments fondamentaux que sont les paramètres sociaux ? Connaître plus précisément le niveau de vie des habitants des faubourgs ou l’âge des personnes décédées est une condition sine qua non pour espérer trouver les véritables causes des microcrises que connaissent tous les faubourgs.

31Faute de temps, ces paramètres n’ont pas pu être examinés. Le cas particulier du faubourg de la Guillotière, le plus riche d’enseignements, mais aussi d’interrogations, doit en tout cas pousser à des études similaires, dans d’autres lieux et à d’autres périodes. Il est quasiment certain que les chiffres de la crise de 1693-1694 dans certaines paroisses de la ville de Lyon et dans les hôpitaux ont dû être majorés par les décès de non Lyonnais. Cet état de fait peut s’avérer fondamental pour mieux comprendre la forte intensité des crises de certaines villes françaises, surtout lorsque celles-ci avaient des faubourgs présentant des poids démographiques bien supérieurs à ceux de Lyon.

Des rythmes mensuels rurbains

  • 37 Jacques Houdaille, « Un indicateur de la pratique religieuse : la célébration saisonnière des mari (...)
  • 38 Ibid., p. 453.

32De nombreux facteurs peuvent expliquer les variations saisonnières des baptêmes, mariages et sépultures, observées depuis longtemps dans les registres paroissiaux. Dus à la fatalité (crise frumentaire, guerre, anomalie climatique) ou à des choix personnels et collectifs de nature professionnelle, traditionnelle ou religieuse, ces rythmes saisonniers, fluctuant au fil du temps, sont une mine d’informations pour l’historien cherchant à mieux comprendre le fonctionnement ou la vulnérabilité des sociétés. Les dépouillements des registres paroissiaux menés par de nombreux démographes ces soixante dernières années ont souvent abouti aux mêmes conclusions, reprenant celles de l’enquête INED lancée à partir de 1959 par Louis Henry sur toute la France. Une saisonnalité urbaine et rurale a souvent pu être discernée, en particulier en ce qui concerne les baptêmes et les mariages, révélant par exemple le respect plus ou moins strict d’interdits religieux, mais également d’autres facteurs37. Jacques Houdaille, se fondant sur une partie des résultats de l’enquête INED, expliquait ainsi : « Au xviiie et au début du xixe siècles, le printemps est favorable aux conceptions en ville et à la campagne. » Il notait une différence entre France rurale et France urbaine, expliquant que « les conceptions de septembre, rares à la campagne, sont assez fréquentes en ville38 ».

  • 39 Jean-Pierre Bardet, Rouen, op. cit., vol. 1, p. 313-315.
  • 40 Ibid., p. 313 : « Jusqu’à la Révolution, le Carême est indiscutablement un temps de ralentissement (...)

33À Rouen, Jean-Pierre Bardet a également étudié les rythmes des conceptions aux xviie et au xviiie siècles39. Il en tira des conclusions qui concernaient aussi bien la ville que les faubourgs40, et semble-t-il, toutes les catégories sociales, incluant les calvinistes et les mères d’enfants illégitimes.

34L’intérêt serait donc ici de vérifier, en zone faubourienne, si ces rythmes étaient susceptibles de correspondre à ceux de la ville. Le cas lyonnais peut encore servir de base de comparaison. Vaise et la Guillotière offraient tout d’abord des profils relativement différents. Plus rural, le faubourg de la Guillotière était aussi plus peuplé. Ce faubourg présente, sur la période étudiée, une nette prédominance des naissances entre le mois d’octobre et le mois de mars, laissant supposer des conceptions plus nombreuses entre les mois de février et juillet. En d’autres termes, les conceptions dans le faubourg de la Guillotière au mois de septembre, généralement fortes en milieu urbain, étaient dans ce cas précis plutôt faibles au regard de la moyenne des naissances constatées 9 mois plus tard, en avril. À Vaise, les naissances étaient plus importantes entre décembre et mars, indiquant logiquement des conceptions plus nombreuses de mars à juin. En revanche, d’une manière similaire au faubourg de la Guillotière, le nombre relativement faible de naissances en avril laisse subodorer une chute du nombre des conceptions au mois de septembre.

Figure 29. Variation mensuelle du nombre moyen de baptêmes dans le faubourg de la Guillotière de 1580 à 1740.

Figure 29. Variation mensuelle du nombre moyen de baptêmes dans le faubourg de la Guillotière de 1580 à 1740.

35Outre ces spécificités, peut être relevée l’absence de creux pour les conceptions ayant eu lieu durant le Carême (comme l’absence de creux durant l’Avent), alors que ce rythme saisonnier pouvait être davantage présent dans les agglomérations du royaume de France. Finalement, l’idéal serait de comparer systématiquement les rythmes des villes et de leurs faubourgs dans un échantillon plus étoffé, afin de vérifier la fiabilité de l’hypothèse de modèles régionaux évoquée par Jacques Houdaille.

Figure 30. Variation mensuelle du nombre moyen de baptêmes dans le faubourg de Vaise de 1598 à 1740.

Figure 30. Variation mensuelle du nombre moyen de baptêmes dans le faubourg de Vaise de 1598 à 1740.

36Le rythme des mariages peut également apporter quelques éclaircissements sur la situation des faubourgs. Les démographes savent depuis longtemps désormais que certains mois étaient plutôt évités pour le mariage. En zone rurale, les périodes de forte activité agricole (récolte, foins, moissons…), généralement en été, n’étaient pas propices à l’union nuptiale. Partout, les injonctions religieuses aboutissaient à délaisser les périodes de l’Avent et du Carême.

37À Vaise et à la Guillotière, sur la période étudiée, des irrégularités flagrantes apparaissent concernant le choix de la période de mariage, mais elles ne sont ni surprenantes, ni particulièrement intéressantes. Relevons simplement dans ces espaces un respect des interdits religieux, expliquant la nette raréfaction des mariages en décembre et en mars. De fait, les pics observés en novembre et en début d’année ne peuvent être manifestement appréhendés qu’en tant que phénomènes de compensation du respect des interdits religieux, en l’occurrence par anticipation.

Figure 31. Variation mensuelle du nombre moyen de mariages dans le faubourg de la Guillotière de 1595 à 1740.

Figure 31. Variation mensuelle du nombre moyen de mariages dans le faubourg de la Guillotière de 1595 à 1740.

Figure 32. Variation mensuelle du nombre moyen de mariages dans le faubourg de Vaise de 1674 à 1740.

Figure 32. Variation mensuelle du nombre moyen de mariages dans le faubourg de Vaise de 1674 à 1740.
  • 41 Alfred Perrenoud, La Population de Genève, op. cit., p. 429.
  • 42 Jean-Pierre Bardet, Rouen, op. cit., vol. 1, p. 21.
  • 43 Guy Florenty, Une capitale provinciale et sa population : Nevers au xviiie siècle, Nevers, Atelier (...)

38Quant aux rythmes de la mortalité, force est de constater que nul ne s’est pour l’instant risqué à une synthèse, en raison de résultats fluctuant en fonction des lieux (régions, villes et parfois même quartiers), des classes d’âges, des groupes socioprofessionnels ou encore de la période concernée. En outre, les registres paroissiaux peuvent rapidement montrer des limites, en particulier dans les grandes villes, où les hôpitaux accueillaient nombre de personnes venant mourir en leur sein, faussant gravement toute étude statistique. Tout au plus peut-on mentionner quelques résultats obtenus par plusieurs historiens dans le cadre de travaux monographiques. Ainsi, Alfred Perrenoud détermina, dans le cas genevois, des minima de sépultures en juillet et novembre, tandis que les mois d’hiver et de fin d’été étaient caractérisés par des pics de mortalité41. Jean-Pierre Bardet, étudiant les registres paroissiaux par sondage sur les périodes 1711-1715 et 1742-1757, trouva des résultats en partie concordants42. Pour la première période étudiée, les pics se situaient lors des mois de septembre, d’octobre et de novembre, alors que ceux d’avril, mai et juin étaient ceux de l’affaissement. Sur sa deuxième période d’étude (1742-1757), les maxima étaient relevés en octobre, novembre et décembre. A contrario, les mois connaissant le moins de décès étaient ceux de mai et de juillet. Enfin, dans sa thèse consacrée à Nevers, Guy Florenty constata un affaissement du nombre moyen des sépultures en juin et juillet, et des maxima pour les mois de septembre et d’octobre43.

39La démographie de la Guillotière confirme quelques résultats typiquement constatés en zone urbaine. Le fort pic du mois de septembre est ici renforcé par un mois d’août également très meurtrier. Chose en revanche étonnante, sur une longue période de sept mois, de décembre à juin, les décès étaient en moyenne deux fois moins nombreux que durant le mois d’août ou le mois de septembre. En cela, le faubourg de la Guillotière se distinguait quelque peu, sur la même période, du village voisin de Bron, dans lequel la mortalité saisonnière concernait surtout septembre et octobre. De surcroît, un affaissement du nombre moyen de sépultures dans ce petit village pouvait être constaté de mai à juillet, alors qu’il n’en était rien à la Guillotière. Pour autant, ce n’est pas parce que le faubourg de la Guillotière se distinguait de ce village voisin que ses rythmes de mortalité concordaient forcément avec ceux de la ville.

Figure 33. Variation mensuelle du nombre moyen de sépultures dans le faubourg de la Guillotière de 1591 à 1740.

Figure 33. Variation mensuelle du nombre moyen de sépultures dans le faubourg de la Guillotière de 1591 à 1740.

Figure 34. Variation mensuelle du nombre moyen de sépultures dans le village de Bron de 1668 à 1740.

Figure 34. Variation mensuelle du nombre moyen de sépultures dans le village de Bron de 1668 à 1740.

40Situé, par rapport à la Guillotière, à l’opposé de l’agglomération lyonnaise, le faubourg de Vaise présente finalement des rythmes mortuaires assez proches de ce qui vient d’être étudié. Comme à la Guillotière, les mois d’août, de septembre et dans une moindre mesure d’octobre étaient les plus meurtriers. La comparaison de ces résultats avec ceux du village de Saint-Germain-au-Mont-d’Or, à proximité immédiate de Vaise, confirme ce qui avait été pressenti dans le cas de la Guillotière. Le petit village comportait en effet lui aussi un affaissement du nombre moyen de sépultures de mai à juillet, sans équivalent dans le faubourg. En outre, le mois d’août était également moins meurtrier dans le village que dans le faubourg.

Figure 35. Variation mensuelle du nombre de sépultures dans le faubourg de Vaise de 1675 à 1740.

Figure 35. Variation mensuelle du nombre de sépultures dans le faubourg de Vaise de 1675 à 1740.

41In fine, il sera toujours possible de s’interroger sur la pertinence d’une telle étude consacrée aux rythmes démographiques. Même en multipliant les études de cas, il est fort probable de trouver de multiples situations, contrastant avec le cas lyonnais. En tout cas, s’il n’est pas possible de définir ces rythmes faubouriens comme des rythmes véritablement urbains, relevons au moins la différence entre la situation observée dans les faubourgs et les constats effectués dans les villages voisins. Au-delà de cette constatation, une porte est ouverte et les premiers résultats présentés ici pourront toujours être utilisés dans le futur pour toute démarche comparatiste entre villes et faubourgs.

Notes

1 Le défunt centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, UMR 5599 du CNRS organisa à Lyon, en avril 2000, un colloque sur le thème des rythmes urbains, sous la direction d’Olivier Zeller.

2 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby, Histoire de la France urbaine, op. cit., vol. 3, p. 439-442.

3 Certaines voix discordantes ont nuancé cette croissance généralisée des villes du royaume de France au xviiie siècle. Voir Philip Benedict, « Was the Eighteenth Century an Era of Urbanization in France? », Journal of Interdisciplinary History, vol. 21, 1990-1991, p. 179-215. Antérieurement, Maurice Garden se faisait également plus nuancé, distinguant des cas très différents d’une ville à l’autre. Voir Maurice Garden, « L’intégration des nouveaux citadins dans la ville moderne, quelques questions », dans René Favier et al. (éd.), Un historien dans la ville, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008, p. 272. Une synthèse récente a été réalisée par Guy Saupin dans Les Villes en France à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, Belin, 2002, p. 18.

4 AD de l’Isère, 2 C 510-535, Répartition de la capitation pour la ville de Grenoble, 1739, 1740, 1742, 1743, 1749, 1751, 1753, 1754, 1755, 1756, 1757, 1758, 1761, 1762, 1763, 1764, 1765, 1766, 1767, 1768, 1769, 1770, 1772, 1773, 1783, 1789.

5 Les indigents étaient exemptés et la mention « pauvre » était indiquée dans le registre en face du nom.

6 Apparaissent toutefois une partie de la noblesse de robe et des ecclésiastiques qui paient pour leurs domestiques. Mentionnés dans des rubriques en fin de rôle, ils n’ont ici pas été comptabilisés, d’autant que leur lieu d’habitation (probablement Grenoble intra muros) n’est pas indiqué.

7 Faubourg le plus important de l’agglomération grenobloise, le faubourg Très-Cloître a une population suffisamment importante pour que les mouvements de population qu’il connaît puissent être comparés objectivement à ceux de la ville.

8 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby, Histoire de la France urbaine, op. cit., vol. 3, p. 439-440.

9 AM d’Angers, CC 81-82, Rôles de répartition de la capitation, 1712-1713 ; CC 88, Rôles de répartition de la capitation, 1715 ; CC 92-93, Rôles de répartition de la capitation, 1718 et 1720 ; CC 95-96, Rôles de répartition de la capitation, 1721-1722 ; CC 98, Rôles de répartition de la capitation, 1723 ; CC 100-106, Rôles de répartition de la capitation, 1725-1730 ; CC 108-119, Rôles de répartition de la capitation, 1731-1742 ; CC 122-124, Rôles de répartition de la capitation, 1743-1745 ; CC 126-172, Rôles de répartition de la capitation, 1746-1789.

10 En d’autres termes, Saint-Jacques et Saint-Laud.

11 Philippe Werth, Issoudun, op. cit., p. 58.

12 Jacques-Joseph Expilly (abbé), Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, 6 vol., Amsterdam / Paris, éditions Desaint & Saillant, 1768, vol. 3, p. 868.

13 Cette expression, utilisée par Jean-Pierre Bardet dans sa thèse sur Rouen, s’applique bien dans le cas présent (voir Jean-Pierre Bardet, Rouen…, op.cit., p. 80).

14 Tim J. A. Le Goff, Vannes et sa région..., op. cit., p. 53.

15 Lilian Herrmann, « Arbois à travers ses recensements », art. cité, p. 499.

16 Olivier Zeller, « Comment les Lyonnais ont-ils été comptés ? », dans Fragments pour l’histoire de Lyon : actes du colloque du bicentenaire de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, Lyon, 2008, p. 95-112.

17 Le nombre annuel de baptêmes est multiplié par deux à Vaise et à la Guillotière entre 1750 et la Révolution, ce qui induit probablement une augmentation de la population respective de ces faubourgs du même ordre environ, si l’on excepte de cet accroissement une très forte et très improbable modification de la nuptialité et de la fécondité faubouriennes. Bien évidemment, Lyon en plein développement ne doubla pas sa population à la même période.

18 Sous l’Ancien Régime, Lyon disposait de cinq faubourgs principaux : Vaise, la Croix-Rousse, la Guillotière, Saint-Just, et Saint-Irénée. Seuls les trois premiers étaient de véritables faubourgs durant la période qui nous intéresse, car ils étaient les seuls à avoir été clairement séparés de l’espace urbain et à n’avoir pas disposé de fortifications. Au cours du xviiie siècle émergèrent également des embryons de faubourgs de quelques dizaines de feux, rattachés cependant à des paroisses urbaines ou suburbaines : Serin (sur la rive gauche de la Saône, en face de Vaise), la Quarantaine (sur la rive droite du Rhône, au sud de Lyon), les Brotteaux (sur la rive gauche du Rhône, au nord de la Guillotière) et Saint-Clair (sur la rive droite du Rhône, au pied de la colline de la Croix-Rousse).

19 Voir ainsi François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 87-89. François Lebrun insiste sur la grande taille des faubourgs angevins, qui regroupent en 1769 « près du quart de la population proprement urbaine d’Angers, 4 688 habitants sur 21 567 ». Il est possible que le poids démographique de ces faubourgs fût déjà important au début du xviiie siècle, car la population de la ville semble avoir stagné entre ces deux dates.

20 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 31.

21 Si les chiffres varient énormément d’un historien à l’autre, la tendance générale ne peut être niée. Bernard Lepetit estime ainsi que la population lyonnaise passe de 97 000 à 114 000 habitants de 1700 à 1750 (Bernard Lepetit, Les Villes..., op. cit., p. 450). D’après Olivier Zeller, la population lyonnaise aurait atteint un maximum de 100 000 habitants environ à la fin des années 1680, pour s’effondrer à 80 000 habitants au début du xviiie siècle. Le redémarrage démographique connu par la ville à partir des années 1720 aurait ensuite permis de franchir à nouveau le seuil symbolique des 100 000 habitants dans les années 1750 (Voir Olivier Zeller, « Comment les Lyonnais ont-ils été comptés ? », art. cité).

22 Voir par exemple Jacques Dupâquier, La Population française aux xviie et xviiie siècles, op. cit. ; Jean-Pierre Bardet & Jacques Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, 2, De la Renaissance à 1789 : Paris, Presses universitaires de France, 1988, 4 vol. On peut également consulter Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby, Histoire de la France urbaine, op. cit., vol. 3, p. 30-44.

23 Ainsi, voir le travail déjà cité de Pierre Deyon, Amiens, capitale provinciale..., op. cit. Pour le cas lyonnais, un article déjà ancien sert toujours de référence : Richard Gascon & Claude Latta, « Une crise urbaine au xviie siècle : la crise de 1693-1694 à Lyon ; quelques aspects démographiques et sociaux », dans Cahiers d’histoire, vol. 8, nº 4, 1963, p. 371-404.

24 Il a été choisi de ne présenter ici que les courbes obtenues à partir de la réunion des tableaux de données pour chaque paroisse. Cette comparaison entre les courbes permet notamment de mieux saisir l’influence des crises, et surtout des retours à la normale.

25 Ces deux villages se situent respectivement à proximité des faubourgs de Vaise et de La Guillotière.

26 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 113. L’auteur insistait déjà sur le « comportement démographique particulier de cette paroisse d’outre-Rhône ».

27 Françoise Bayard, Vivre à Lyon, op. cit., p. 199. L’auteur donne la liste des principales crises frumentaires qui ont affecté Lyon. Pas davantage que la peste, ce n’est visiblement pas une crise frumentaire qui peut expliquer les pics de mortalité ces deux années.

28 Les courbes de l’évolution des moyennes mobiles des baptêmes de chacun des faubourgs en attestent.

29 Les chiffres pour la ville de Lyon sont calculés à partir des relevés de l’abbé Expilly, cités par Maurice Garden. Nous aurions évidemment souhaité travailler à partir d’une évolution quinquennale, qui aurait fourni de plus amples précisions.

30 Le Rhône servait en effet de limite entre les généralités de Lyon et de Grenoble.

31 Voir les courbes de baptêmes et de sépultures de ces deux villages dans les deux pages suivantes.

32 Jean-Baptiste de La Michaudière, dit Messance, Recherche sur la population des généralités d’Auvergne, de Lyon, de Rouen et de quelques provinces et villes du Royaume, avec des réflexions sur la valeur du bled tant en France qu’en Angleterre, depuis 1674 jusqu’en 1764, Paris, Durand, 1766, p. 130-132.

33 Jacques-Joseph Expilly (abbé), Dictionnaire géographique…, op. cit., vol. 4, p. 275-319.

34 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 109-110.

35 Ibid., p. 78. Pour l’auteur, « il faut attendre les années 1760-1770 pour voir se produire à Lyon un mouvement d’opinion » concernant la forte mortalité de la mise en nourrice.

36 Maurice Garden estimait toutefois que la natalité et la fécondité dans les faubourgs (notamment à la Guillotière) étaient plus élevées qu’en milieu urbain. (Voir Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit, p. 156.)

37 Jacques Houdaille, « Un indicateur de la pratique religieuse : la célébration saisonnière des mariages avant, pendant et après la Révolution française (1740-1829), Population, nº 2, 1978, p. 367-380. Voir également, du même auteur : « Mouvement saisonnier des conceptions en France de 1740 à 1829 », Population, nº2, 1979, p. 452-457.

38 Ibid., p. 453.

39 Jean-Pierre Bardet, Rouen, op. cit., vol. 1, p. 313-315.

40 Ibid., p. 313 : « Jusqu’à la Révolution, le Carême est indiscutablement un temps de ralentissement des conceptions. Cette constatation vérifiée pour toutes les zones de la ville est sans doute vraie pour toutes les classes sociales. »

41 Alfred Perrenoud, La Population de Genève, op. cit., p. 429.

42 Jean-Pierre Bardet, Rouen, op. cit., vol. 1, p. 21.

43 Guy Florenty, Une capitale provinciale et sa population : Nevers au xviiie siècle, Nevers, Atelier nivernais d’archives vivantes, 1991, p. 77.

Table des illustrations

Titre Figure 13. Évolution indiciaire du nombre de chefs de feu dans Grenoble intra muros et dans le faubourg Très-Cloître de 1739 à 1789 (base 100 en 1739).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 14. Évolution indiciaire du nombre de chefs de feu dans un secteur d’Angers et cinq faubourgs de 1770 à 1789 (base 100 en 1770).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Figure 15. Évolution indiciaire de la population de la ville et des faubourgs d’Issoudun de 1648 à 1787.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 16. Évolution indiciaire de la population de la ville et des faubourgs de Vannes au XVIIIe siècle d’après les chiffres donnés par Tim J. A. Le Goff (base 100 en 1704).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 17. Évolution indiciaire de la population de la ville et des faubourgs d’Arbois dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle d’après les chiffres donnés par Lilian Herrmann (base 100 en 1749).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 18. Évolution du nombre de baptêmes dans le faubourg de Vaise (1598-1789).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 19. Évolution du nombre de baptêmes dans le faubourg de la Guillotière (1580-1789).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 20. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg de la Guillotière de 1665 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 21. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg de Vaise de 1675 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 22. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg de Saint-Irénée de 1671 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Figure 23. Baptêmes, mariages et sépultures dans le faubourg Saint-Just de 1670 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Figure 24. Évolutions indiciaires des baptêmes dans les faubourgs lyonnais de 1675 à 1740 (indice 100 en 1675).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 25. Évolutions indiciaires des sépultures des faubourgs lyonnais de 1675 à 1740 (indice 100 en 1675).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 26. Évolution décennale du nombre des mariages de 1679 à 1638 (Lyon et faubourgs, indice 100 pour la décennie 1679-1688)29.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Figure 27. Baptêmes et sépultures dans la paroisse de Bron de 1670 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Figure 28. Baptêmes et sépultures dans la paroisse de Saint-Germain-au-Mont-d’Or de 1670 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 29. Variation mensuelle du nombre moyen de baptêmes dans le faubourg de la Guillotière de 1580 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Figure 30. Variation mensuelle du nombre moyen de baptêmes dans le faubourg de Vaise de 1598 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Figure 31. Variation mensuelle du nombre moyen de mariages dans le faubourg de la Guillotière de 1595 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 32. Variation mensuelle du nombre moyen de mariages dans le faubourg de Vaise de 1674 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Figure 33. Variation mensuelle du nombre moyen de sépultures dans le faubourg de la Guillotière de 1591 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Figure 34. Variation mensuelle du nombre moyen de sépultures dans le village de Bron de 1668 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 35. Variation mensuelle du nombre de sépultures dans le faubourg de Vaise de 1675 à 1740.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24897/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search