Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

III. La population dans les faubourgs

Des structures socio-démographiques faubouriennes souvent originales

Texte intégral

1Parfois considérée de manière péjorative comme une science auxiliaire de l’histoire, la démographie est d’une grande utilité pour l’histoire sociale. Science à part entière permettant de mieux comprendre le temps présent et le fonctionnement des espaces, la démographie a été la pierre angulaire de nombre de travaux historiques, des années 1950 aux années 1980. Nécessitant un lourd et ingrat travail de saisie, elle a été progressivement abandonnée au cours des vingt dernières années par la communauté historique. Rares sont désormais les serviteurs de Clio faisant appel à elle ; surtout, ceux-ci sont souvent marginalisés, puisqu’une grande partie des historiens actuels ont fait le choix de tourner complètement le dos aux apports de la démographie. Pourtant, cette science permet à l’historien d’effectuer une véritable auscultation de son sujet d’étude, en particulier lorsqu’il travaille sur les espaces urbains. Dans le cas présent, elle a pour objectif de révéler une éventuelle singularité des faubourgs par rapport à la ville, en ciblant notamment les marqueurs des structures sociales urbaines : la domesticité, la taille des ménages, la structure par âge, le poids démograhique et socioprofessionnel des femmes, les naissances illégitimes et le nombre des veuves.

Domesticité et faubourgs

  • 1 Jean-Pierre Gutton, Domestiques et serviteurs dans l’Ancienne France, Paris, Aubier / Montaigne, 1 (...)
  • 2 Une bonne synthèse est constituée par l’ouvrage d’Antoinette Fauve-Chamoux et Ludmila Fialovà (dir (...)
  • 3 Claude Petitfrère, L’Œil du maître : maîtres et serviteurs de l’époque classique au romantisme [19 (...)

2Jean-Pierre Gutton le rappelait il y a quelques années : les sources fiscales, et en particulier les dénombrements, sont susceptibles d’améliorer sensiblement les connaissances historiques concernant le monde des domestiques : « Les listes de domestiques, qui, seules permettent une étude quantitative de ce groupe social, se rencontrent notamment dans les rôles de capitation1. » Leur importance numérique, leur statut, leur présence dans la quasi-totalité des milieux sociaux font d’eux un groupe qui, malgré son hétérogénéité en termes d’honneur, demeure un incontournable objet d’étude quand il s’agit d’évoquer les structures socio-économiques d’une ville. La démographie historique a bien entendu fourni de nombreuses études sur le sujet2. D’autres pistes de recherche ont amené ces dernières années des historiens à s’intéresser à ce monde des domestiques d’un œil nouveau3. Là n’est pas le cœur de notre démarche, qui se veut avant tout proche de l’histoire sociale et de la démographie historique.

3Comme pour d’autres chapitres, les recensements, dénombrements ou sources similaires ont été le miel essentiel de notre recherche. Olivier Zeller a bien montré comment ces sources ont été victimes à la fois d’un injuste dénigrement des historiens modernistes et d’un mauvais inventaire, beaucoup de merveilles restant à découvrir, en particulier dans les archives municipales. Ces documents présentent en tout cas un avantage de taille : ils permettent dans certains cas de comparer précisément la ville et ses faubourgs selon différents critères sociaux.

  • 4 Ces contributions étaient souvent dérisoires et la fraude perdait donc en partie de son sens pour (...)
  • 5 Voici quelques exemples : Edmond Esmonin, « Un recensement de la population de Grenoble en 1725 », (...)

4En particulier, certains recensements offraient des données assez précises sur la domesticité dans certaines villes et leurs faubourgs. Loin d’être aussi complets que les listes nominatives des xixe et xxe siècles, ces documents ne pouvaient tout de même pas trahir trop fortement la réalité en raison de la nécessité de percevoir de l’argent, ce qui apparaît comme une forme de gage concernant leur fiabilité. En particulier, les rôles de capitation, qui mentionnaient les noms de tous les chefs de feu imposables, indiquaient aussi dans certains cas le nombre de leurs domestiques, pour l’emploi desquels ils devaient contribuer fiscalement4. D’autres dénombrements servant également à la levée d’impôts peuvent posséder les mêmes qualités. Ces sources ont été souvent exploitées par les historiens, sans toutefois procéder systématiquement à une comparaison entre ville et faubourgs5. L’objectif a souvent été d’étudier une agglomération de façon globale, sans saisir une éventuelle nuance entre le centre et les zones suburbaines.

  • 6 Marcel Marion, Les Impôts directs sous l’ancien régime, principalement au xviiie siècle, Paris, Co (...)
  • 7 Lilian Herrmann, « Arbois au xviiie siècle... », art. cité.
  • 8 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais..., op. cit., p. 303.
  • 9 Jean Carrière, « La population d’Aix-en-Provence à la fin du xviie siècle », dans Annales de la fa (...)
  • 10 Marc-Antoine Chassaing, Les Structures sociales et démographiques…, op. cit., p. 188.
  • 11 Antoinette Fauve-Chamoux, « Pour une histoire européenne du service domestique à l’époque préindus (...)

5Les chiffres dont on dispose actuellement pour estimer le poids de la domesticité dans les villes sont concordants. Dans le rôle de la première capitation à Orléans, datant de 1695, la quasi-totalité des domestiques étaient recensés chez leurs maîtres, car ceux-ci devaient là encore payer les parts d’impôts de leur personnel6. Le clergé n’était pas exempt de cette obligation, bien qu’il ne fût pas imposé par la capitation : c’est la raison pour laquelle on trouve dans le rôle une rubrique distincte dont le titre est « domestiques de Messieurs les ecclésiastiques. » Cette source n’est pourtant pas exceptionnelle sur ce point. Le recensement lyonnais de 1597, le recensement de Pontoise en 1681 ou leurs équivalents d’Arbois au xviiie siècle (étudiés par Lilian Hermann7) fournissaient pour chaque domestique les noms, les spécialités et les régions d’origine. Le rôle de la première capitation orléanaise ne révèle pour chacun d’eux que leur qualification. Les chiffres obtenus après dépouillement semblent relativement fiables. L’effectif des domestiques recensés s’élève à 2 434 hommes et femmes, soit probablement aux alentours de 7,9 % de la population de l’agglomération. Cela n’est que très légèrement inférieur à la réalité de la domesticité telle qu’elle a pu être étudiée dans d’autres grandes villes, ce qui est de nature à rassurer quant à la fiabilité de cette source. En 1597, sur huit quartiers lyonnais étudiés par Olivier Zeller dans sa thèse, la part des domestiques dans l’ensemble de la population s’élevait à 12,8 %8. Jean Carrière estima, à partir du recensement de la première capitation aixoise, le poids de la domesticité à 8,1 % de la population de la ville9. Marc-Antoine Chassaing, étudiant le registre de la première capitation dijonnaise, détermina pour sa part que le monde des domestiques représentait même autour de 16 % de la population de la ville10. Ailleurs, des spécialistes de la question ont mis en évidence des résultats similaires11. Notons qu’Orléans renfermait un faible nombre de feux ayant une grande domesticité ; au contraire de Dijon ou d’Aix, Orléans n’était pas dotée d’un parlement, dont les membres employaient généralement beaucoup de « gens de maison ». Ce fait peut expliquer la légère faiblesse de cette proportion de la domesticité dans la cité ligérienne, en comparaison à d’autres villes françaises de taille moyenne.

6Toutes ces considérations méritent pourtant une analyse sociospatiale plus fine, de façon à déterminer si la domesticité dans les espaces faubouriens était comparable à celle qu’on recensait intra muros. Orléans peut donc servir de premier point d’appui, puisque le rôle de la première capitation de 1695 distinguait les imposés résidant en ville de ceux résidant dans les faubourgs.

Tableau 37.La domesticité dans la ville et les faubourgs d’Orléans (en 1695).

  Effectifs dans la ville Effectifs relatifs dans la ville Effectifs dans les faubourgs Effectifs relatifs dans les faubourgs Effectifs dans l’agglomération Effectifs relatifs dans l’agglomération
Domesticité masculine 815 3,7 % 187 2,2 % 1 002 3,2 %
Domesticité féminine 1 297 5,8 % 135 1,6 % 1 432 4,6 %
Ensemble de la domesticité 2 112 9,5 % 322 3,7 % 2 434 7,9 %

7L’étude de ce tableau permet de tirer deux conséquences. D’une part, de façon très nette, la proportion des domestiques par rapport au reste de la population était beaucoup plus faible dans les espaces faubouriens que dans la ville. Ce résultat, logiquement, n’est pas une surprise, puisque la domesticité est avant tout un marqueur urbain. Espaces sur bien des points mi-urbains et mi-ruraux, les faubourgs, bien souvent, n’abritaient pas certains groupes sociaux présents uniquement en ville, et grands employeurs de domestiques.

  • 12 Raffaella Sarti a montré que durant toute la période moderne, la domesticité féminine dominait à B (...)

8Cependant, la domesticité féminine apparaît sans surprise beaucoup plus forte dans l’agglomération que la domesticité masculine. Alors que toutes les études historiques mettent en évidence une prépondérance de la domesticité féminine12, ce phénomène ne se vérifiait que dans la ville intra muros, et pas du tout dans les faubourgs. Bien au contraire, le nombre de serviteurs féminins était très faible dans les faubourgs orléanais, pour ne pas dire chose exceptionnelle. Plus que la domesticité dans son ensemble, la domesticité féminine était un marqueur urbain pertinent. Pour cette raison, les faubourgs orléanais demeuraient bien des espaces peu pénétrés par l’urbanité.

  • 13 Une sous-estimation du nombre de domestiques a été maintes fois relevée concernant cette source. Vo (...)

9Toujours au sujet de la domesticité, le recensement déjà cité d’Angers en 1669 est moins précis que le recensement de la première capitation orléanaise. Par exemple, si le nombre de domestiques est bien noté pour chaque foyer, aucune indication n’est donnée concernant les qualifications ou le sexe, empêchant par là même une étude aussi fine que dans le cas d’Orléans. Cependant, il est également possible de réaliser une comparaison entre la ville et les principaux faubourgs d’Angers concernant la proportion de domestiques, même si les chiffres obtenus à l’issue du dépouillement sont à manier avec précaution13. Notons que si Angers possédait intra muros une proportion de domestiques élevée, la ville offrait des résultats pouvant globalement conforter la situation observée à Orléans.

Tableau 38. La domesticité dans la ville et les principaux faubourgs d’Angers (en 1769).

Lieux Nombre de domestiques Population autre Population totale (hommes, femmes, enfants et domestiques) Effectifs relatifs des domestiques par rapport à l’ensemble de la population
Ville d’Angers 2 729 15 444 18 173 15,0 %
Faubourg Saint-Michel 44 816 860 5,1 %
Faubourg Saint-Samson 14 417 431 3,3 %
Faubourg Saint-Jacques 31 482 513 6,0 %
Faubourg Gauvin 11 101 112 9,8 %
Faubourg Saint-Laud 69 633 702 9,8 %
Faubourg Saint-Lazare 9 367 376 2,4 %
Faubourg Bressigny 105 1 393 1 498 7,0 %

10Comme à Orléans, les domestiques à Angers étaient proportionnellement bien plus nombreux dans la ville intra muros que dans les faubourgs. D’ailleurs, relevons que de très nombreux serviteurs travaillant dans les espaces suburbains angevins étaient employés par les religieux des monastères, mais surtout par des aubergistes et des cabaretiers. Sans la présence des monastères, le contraste entre la ville et les faubourgs aurait été encore plus saisissant. Par contre, beaucoup moins nombreux étaient, en proportion, les domestiques travaillant au service d’artisans, alors que c’était un fait habituel en ville. Les grands employeurs de domestiques étaient donc surtout le clergé et le monde de l’hôtellerie. Dans le seul faubourg Bressigny, 8 domestiques travaillaient au service des religieuses de la Fidélité (dites du Bon Conseil), un pour un abbé et deux pour le curé ; 20 étaient au service d’aubergistes ou de cabaretiers, tandis que 8 étaient employés par des bourgeois, dans des fonctions allant probablement du service à la personne à un rôle de véritable factotum. Derrière la notion de domesticité se cachaient des métiers et des statuts fort différents, qui obligent toujours à considérer ce groupe social sous l’angle de l’hétérogénéité, aussi bien en termes d’honneur que d’aisance.

  • 14 AM de Dijon, L 177, Recensement de capitation des habitants de la ville de Dijon, 1695.
  • 15 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 17-22.

11D’autres villes, étudiées précédemment par différents historiens, peuvent servir de comparaison, au besoin en retravaillant les résultats proposés. À Dijon, le dépouillement du recensement de capitation réalisé dans le faubourg Saint-Nicolas montre la présence de 7 domestiques seulement pour un total de 325 habitants, soit environ 2 %14, c’est-à-dire bien moins que les 16 % trouvés par Marc-Antoine Chassaing pour l’ensemble de la ville, et également moins que les 6,1 % relevés dans le quartier Saint-Nicolas (noblesse et clergé non compris). À Pontoise, Jacques Dupâquier a établi une comparaison entre ville et faubourgs concernant de nombreux domaines (taille des ménages, répartition des catégories socioprofessionnelles, pyramide des âges...), mais a curieusement délaissé le monde de la domesticité, pour lequel les informations étaient nombreuses et variées (origine géographique, âge...). L’auteur ayant publié l’intégralité de ce recensement, mais ayant aussi délivré ci et là de manière éparse des indications concernant la domesticité de certains quartiers15, il a donc été possible de constituer, à partir de données brutes, un tableau comparatif, tout en corrigeant certaines erreurs de comptabilisation ou de calcul trouvées dans la publication. Au regard de la qualité du recensement de Pontoise, démontrée par Jacques Dupâquier, le tableau présenté ici révèle probablement bien la situation de la ville en 1781.

Tableau 39. La domesticité dans la ville et les principaux faubourgs de Pontoise (en 1781).

Espace concerné Nombre de domestiques Population totale Proportion
Ville haute 122 1 185 10,3 %
Ville basse 163 1 114 14,6 %
Quartier du pont 40 633 6,3 %
Quartier (ou faubourg) Notre-Dame 57 933 6,1 %
Faubourg Saint-Martin 11 276 4,0 %
Faubourg d’Ennery (ou de Gisors) 27 330 8,2 %
Faubourg de l’Hermitage 6 332 1,8 %
Ensemble de la ville 325 2 932 11,1 %
Ensemble des faubourgs 101 1 871 5,4 %
Ensemble de l’agglomération (ville et faubourgs) 426 4 803 8,9 %
  • 16 Ibid., p. 21.

12Comme à Angers et Orléans, la domesticité était proportionnellement plus importante dans la ville (11,1 %) que dans les faubourgs (5,4 %). Deux remarques peuvent compléter cette simple description. D’une part, le faubourg possédant la proportion la plus ténue de domestiques était aussi celui qui était quelque peu détaché de la ville, à savoir l’Hermitage. D’autre part, si l’analyse ne s’arrête pas aux résultats globaux, force est de constater qu’un faubourg (Ennery) possédait une proportion de domestiques plus élevée que le quartier du Pont, situé intra muros. Jacques Dupâquier explique cette importance du monde des domestiques par la prépondérance des activités agricoles et par la présence de cabaretiers, nécessitant un fort besoin de main-d’œuvre, et non pas par le niveau de vie plus élevé de ses habitants, ou par la présence éventuelle d’activités urbaines utilisant de nombreux serviteurs16. L’observation peut se répéter au Puy-en-Velay en 1695, où le faubourg Saint-Jacques abrite moins souvent des serviteurs que la ville intra muros, mais davantage d’entre eux que l’un de ses quartiers, « L’Île Martouret ».

  • 17 AD de Haute-Loire, 1C 1028, Capitation du Puy et du faubourg Saint-Jacques, 1695 (base de données (...)

Tableau 40. La domesticité dans la ville et le faubourg du Puy-en-Velay17 (en 1695).

Espace concerné Nombre de domestiques Population totale Proportion
Île de Pouzarot 155 1 872 8,3 %
Île des Farges 134 1 282 10,5 %
Île de Panassac 84 1 157 7,3 %
Île de Martouret 46 1 342 3,4 %
Île de la Saunerie 59 918 6,4 %
Île Saint-Gilles 102 1 241 8,2 %
Clergé (recensé à part) 16 229 7 %
Ensemble de la ville 596 8 041 7,4 %
Faubourg Saint-Jacques 5 102 4,9 %
Ensemble de l’agglomération (ville et faubourg) 601 8 143 7,4 %
  • 18 Mohamed El Kordi, Bayeux aux xviie et xviiie siècles : contribution à l’histoire urbaine de la Fra (...)

13À Bayeux, Mohamed El Kordi a aussi mentionné dans sa thèse le poids de la domesticité dans tous les espaces urbains et suburbains, sans procéder à une véritable comparaison18. Ses résultats ont été ici repris et ont servi de base à de nouveaux calculs comparatifs, permettant, avec force nuances, de valider tous les autres cas antérieurement présentés. Plus qu’ailleurs, les écarts étaient ici extrêmement visibles, au regard des moyennes intra et extra muros. Surtout, selon les paroisses considérées, aussi bien dans la ville que dans les faubourgs, les variations étaient particulièrement surprenantes. Ainsi, la domesticité était absente ou très faible dans trois des quatre paroisses de la ville (les moins peuplées, mais les plus populaires), et cependant très élevée à Saint-Sauveur (15,5 %), paroisse la plus riche et la plus peuplée. Finalement, les conclusions qui peuvent être tirées pour la ville de Bayeux en 1775 semblent se vérifier partout. Si, en moyenne, la proportion de domestiques était plus forte à l’intérieur des remparts, rien n’empêchait pourtant dans ce domaine la présence plus développée de serviteurs dans les faubourgs que des paroisses strictement urbaines.

Tableau 41. La domesticité dans la ville et les principaux faubourgs de Bayeux (en 1775).

Localisation Paroisses Domestiques Population totale Proportion des domestiques
Ville Saint-Malo 15 735 2,0 %
Ville Saint-Martin 1 417 0,2 %
Ville Saint-Ouen du Château 0 38 0 %
Ville Saint-Sauveur 192 1 246 15,4 %
Ville Ensemble des paroisses 208 2 436 8,5 %
Faubourgs La Poterie 16 240 6,7 %
Faubourgs Saint-André 0 173 0 %
Faubourgs Sainte-Madelaine 4 534 0,7 %
Faubourgs Saint-Exupère 20 897 2,2 %
Faubourgs Saint-Jean 41 1714 2,4 %
Faubourgs Saint-Laurent 16 556 2,9 %
Faubourgs Saint-Loup 42 676 6,2 %
Faubourgs Saint-Ouen-des-faubourgs 2 116 1,7 %
Faubourgs Saint-Patrice 82 1 232 6,7 %
Faubourgs Saint-Vigor-le-Petit 26 408 6,4 %
Faubourgs Ensemble des paroisses 249 6 546 3,8 %

14En cela, les faubourgs présentaient un profil atypique, ni urbain, ni rural. En effet, alors que la domesticité était quasiment absente dans la plupart des espaces ruraux, elle était très fréquemment présente dans les faubourgs, même en faible effectif. Surtout, l’importance de la proportion des domestiques dans un faubourg dépendait de la pénétration des activités et des métiers urbains en son sein. Plus le faubourg était économiquement urbanisé, plus la proportion de domestiques y était élevée.

Taille des ménages dans la ville et les faubourgs

  • 19 Peter Laslett (dir.), Household and Family in Past Time : Comparative Studies in Size and Structur (...)

15Depuis les années 1960, en particulier sous l’influence des travaux de l’Anglais Peter Laslett19, la taille des ménages a constitué une source d’interrogation récurrente pour de nombreux historiens. Révélatrice d’une forme de modernité, mais aussi indicatrice d’une amélioration du niveau de développement et parfois d’une distanciation à l’égard de certaines pratiques religieuses, la taille des ménages a été étudiée dans de nombreux travaux.

  • 20 Pierre angulaire de la démographie historique, la méthode « Fleury et Henry » ne peut être ici sol (...)

16Certaines sources se prêtent à l’étude de la taille des ménages, en particulier certains dénombrements et recensements, même si ces derniers doivent toujours être manipulés avec précaution, qu’ils concernent l’Ancien Régime, ou même la période contemporaine. Leur utilisation semble indéniablement plus judicieuse que les registres paroissiaux20. Là encore, le recensement de la population d’Angers en 1769 est d’un grand secours, même si, faute de temps, le dépouillement n’a pu se fonder sur la typologie établie par Peter Laslett. Il peut au moins permettre de comparer les tailles moyennes des foyers dans la ville et les faubourgs d’Angers.

  • 21 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 17. L’auteur précise que les faubo (...)

17Globalement, les feux faubouriens avaient une taille moyenne légèrement supérieure à celle des feux urbains. L’écart était même significatif, notamment dans les faubourgs Bressigny, Gauvin et Saint-Laud. Comme celui-ci ne s’explique pas par le poids de la domesticité, c’est donc bien ici au contraire une fécondité plus forte dans les faubourgs qui pourrait être en cause et / ou une stratégie de composition du groupe familial, qui n’était pas soumise aux mêmes contingences qu’en ville. En outre, le recensement ne fournit aucune information concernant la mise en nourrice. Or rien n’interdit de penser qu’Angers pouvait connaître une situation similaire à celle de Pontoise en 178121, cette mise en nourrice pratiquée par certaines familles urbaines pouvant faire augmenter la taille moyenne des feux dans les faubourgs, et diminuer celle qui caractérisait la ville.

Tableau 42. Taille des feux dans la ville et les principaux faubourgs d’Angers (en 1769).

Lieux Nombre d’habitants Nombre total de feux Taille moyenne des feux
Ville d’Angers 18 173 5 855 3,1
Faubourg Saint-Michel 860 282 3,0
Faubourg Saint-Samson 431 149 2,9
Faubourg Saint-Jacques 513 199 2,6
Faubourg Gauvin 112 33 3,4
Faubourg Saint-Laud 702 197 3,6
Faubourg Bressigny 1 498 428 3,5
Faubourg Saint-Lazare 376 122 3,1
Ensemble des faubourgs 4 492 1 410 3,2
  • 22 Peter Laslett (dir.), Household and Family in Past Time…, op. cit., p. 1-89.

18Plus facilement exploitable, le recensement de capitation de Dijon en 1695 a été l’occasion de comparer deux zones pour lesquelles les recenseurs (« Jean Clerget, conseiller et assesseur de monsieur le Vicomte mayeur de Dijon » et « monsieur Calon, eschevin ») furent très méticuleux. Lors de la visite, ils indiquèrent en effet pour chacun des feux toutes les personnes présentes : maris, femmes, enfants et domestiques (en précisant leur sexe), collatéraux. Il s’agit de la partie intra muros de la paroisse Saint-Nicolas, ainsi que le faubourg du même nom qui en dépendait. Au total, ce sont 1 626 personnes qui furent recensées avec minutie au sein de 484 feux, pour lesquels la typologie de Laslett22 a pu être utilisée.

Tableau 43. Les structures familiales au quartier et au faubourg Saint-Nicolas à Dijon en 1695 étudiées à l’aide de la typologie de Peter Laslett.

Types de feux selon Peter Laslett Effectifs dans le quartier Saint-Nicolas Effectifs relatifs dans le quartier Saint-Nicolas Fréquences par catégories Effectifs dans le faubourg Saint-Nicolas Effectifs relatifs dans le faubourg Saint-Nicolas Fréquences par catégories
1a (célibataire) 32 8 % 14 % 4 4 % 9 %
1b (veuf ou veuve) 25 6 % 5 5 %
2a (frères et sœurs) 3 1 % 3 % 1 1 % 1 %
2b (oncle-tante et neveu-nièce) 2 1 % 0 0 %
2c autres cohabitants (sans relation de parenté) 4 1 % 0 0 %
3a (couple sans enfant) 68 18 % 77 % 39 39 % 82 %
3b (couple avec enfant) 157 41 % 26 26 %
3c (veuf avec enfant) 13 3 % 3 3 %
3d (veuve avec enfant) 56 15 % 14 14 %
4a (ménage élargi à un ascendant) 12 3 % 6 % 2 2 % 5 %
4b (ménage élargi à un descendant ) 4 1 % 2 2 %
4c (ménage élargi à un collatéral) 6 2 % 0 0 %
4d (ménage avec plusieurs élargissements simultanés) 1 0 % 1 1 %
5a (ménage polynucléaire avec noyau secondaire ascendant) 0 0 % 1 % 0 0 % 2 %
5b (ménage polynucléaire avec noyau secondaire descendant) 2 1 % 1 1 %
5c (ménage polynucléaireavec noyau secondaire collatéral) 0 0 % 0 0 %
5d (Frérèche d’au moins 3 couples de frères et sœurs) 0 0 % 0 0 %
5e ménage polynucléaireavec plusieurs noyaux secondaires 0 0 % 1 1 %
  • 23 Voir supra, « De la possibilité de s’installer en ville depuis le faubourg », p. XX sqq.

19Plusieurs évidences apparaissent à la lecture de ce tableau, qui, même si elles n’avaient qu’une valeur locale, mériteraient d’être soulignées. La première est la forte proportion dans le faubourg de ménages de type 3a, c’est-à-dire de couples sans enfants. Près de 4 ménages sur 10 appartenaient à cette catégorie hors les murs, alors qu’ils étaient proportionnellement deux fois moins nombreux dans le quartier urbain Saint-Nicolas. A contrario, les faubourgs présentaient une proportion de jeunes couples avec enfants beaucoup plus faible que ce qui pouvait être observé intra muros. Était-ce lié à un âge plus tardif au mariage dans les faubourgs ou à la présence plus importante de jeunes adultes n’ayant pas atteint l’âge d’être parents ? Seule une étude approfondie de la situation dijonnaise pourrait permettre de répondre. Toutefois, on peut supposer que c’est plutôt la première hypothèse qui semble crédible, au regard des faibles mouvements migratoires semblant exister depuis les faubourgs vers la ville23. Enfin, notons que les ménages d’isolés (notamment les célibataires) étaient ici significativement plus nombreux dans le quartier Saint-Nicolas que dans le faubourg, à l’instar de ce qui pouvait exister au Puy-en-Velay en 1695.

Tableau 44. Les structures familiales au Puy-en-Velay et au faubourg Saint-Jacques en 1695 (typologie de Peter Laslett).

Types de feux selon Peter Laslett Fréquences absolues dans la ville (feux) Fréquences relatives intra muros Fréquences par catégories intra muros Fréquences absolues, faubourg Saint-Jacques Fréquences relatives, faubourg Saint-Jacques Fréquences par catégories Extra muros
1a 111 6,1 % 18,8 % 0 0 % 6 %
1b 229 12,7 % 2 6 %
2a 57 3,2 % 7,3 % 1 3 % 10 %
2b 17 0,9 % 0 0 %
2c 57 3,2 % 2 7 %
3a 265 14,7 % 65,5 % 6 19 % 77 %
3b 590 32,7 % 15 48 %
3c 81 4,5 % 1 3 %
3d 245 13,6 % 2 7 %
4a 68 3,8 % 7,5 % 0 0 % 7 %
4b 3 0,2 % 0 0 %
4c 53 2,9 % 2 7 %
4d 11 0,6 % 0 0 %
5a 0 0 % 0,9 % 0 0 % 0 %
5b 15 0,8 % 0 0 %
5c 0 0 % 0 0 %
5d 1 0,1 % 0 0 %
5e 0 0 % 0 0 %
  • 24 Voir Allan Sharlin, « Natural Decrease in Early Modern Cities: a reconsideration », Past and Prese (...)

20Là encore, plusieurs hypothèses sont possibles. La plus vraisemblable serait la présence plus massive de jeunes immigrants en ville, ayant besoin de davantage de temps pour se constituer un capital financier et un réseau de sociabilité. Cette nécessité était de nature à retarder leur âge moyen au mariage24. Une autre explication, plus incertaine, voudrait que les personnes isolées célibataires, qui étaient aux deux tiers des femmes, fussent venues en ville de manière temporaire afin de se constituer une dot, sans volonté durable de s’y installer, en exerçant des petits métiers sans qualification, comme ceux de lavandière ou de lingère. Toutefois, ce type de migrations temporaires, voire saisonnières, très courant au xixe siècle, n’a jamais vraiment été mis en évidence pour la période moderne, ce qui conduit à ne pas privilégier cette piste.

21Par ailleurs, les résultats fixant la taille moyenne des feux au sein du quartier et du faubourg Saint-Nicolas laissent apparaître une situation nuançant le cas angevin. Ici, à l’évidence, ce qui a été observé sur les bords de la Maine n’est pas conforté, en raison de structures sociales fondamentalement différentes à l’intérieur des remparts.

Tableau 45.Taille des feux dans le quartier et le faubourg Saint-Nicolas à Dijon (en 1695).

Lieux d’habitation Quartier Saint-Nicolas Faubourg Saint-Nicolas
Nombre de feux 385 99
Population (y compris les domestiques) 1 301 325
Taille moyenne des feux 3,4 3,3

22En effet, c’est dans le faubourg Saint-Nicolas que les feux étaient en moyenne les plus petits, même si l’écart avec ce qui pouvait être observé dans le quartier Saint-Nicolas était assez ténu. Relevons qu’à Dijon, la présence massive, à l’intérieur des remparts, de semi-ruraux, habitant certes la ville mais exerçant des activités agricoles, aurait pu laisser supposer l’existence de taux de fécondité plus élevés qu’à l’accoutumée, proches de ceux qui étaient observés en zone rurale. Or les 54 feux dirigés par des vignerons avaient une taille moyenne de 3,37 habitants ; ils ne contribuèrent qu’en partie à l’importance de la taille moyenne des feux dans leur quartier d’habitation, au contraire par exemple des 11 feux dirigés par des savetiers, en moyenne composés de 4,3 personnes.

  • 25 Voir supra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la secti (...)

23Dans d’autres agglomérations de taille plus réduite, des recensements ou dénombrements, plus imprécis, étaient de nature à fournir quelques autres points de comparaison. En particulier, le recensement réalisé en 1693 à Villeneuve-de-Berg, dit de la « disme sur le pied », précédemment cité et utilisé25, permet d’avoir une idée précise de la taille des foyers. Toutefois, comme le statut des personnes composant les feux n’est jamais précisé (adultes, enfants, domestiques...), cela a rendu impossible toute étude impliquant la typologie de Laslett.

Tableau 46.Taille des feux dans la ville et les principaux faubourgs de Villeneuve-de-Berg.

Lieux d’habitation Faubourg Basse-Rue Faubourg Notre-Dame Faubourg Tournon Ville Ensemble de l’agglomération
Nombre de feux 149 69 58 191 467
Population 623 337 334 867 2 161
Taille moyenne des feux 4,18 4,88 5,76 4,54 4,63

24À Villeneuve-de-Berg, les mêmes conclusions que celles qui ont été établies à Angers en 1769 peuvent être tirées, même si les tailles moyennes étaient ici bien plus élevées que dans la capitale de l’Anjou. En règle générale, les feux étaient de taille plus importante dans les faubourgs, où, cependant, des situations très différentes existaient d’un faubourg à l’autre. Le faubourg Basse-Rue, situé à proximité immédiate de la ville, possédait des feux plus petits en moyenne que tous les autres espaces. A contrario, le faubourg Tournon, excentré et séparé spatialement du reste de l’agglomération, avait des feux de taille bien plus importante.

  • 26 Mohamed El Kordi, Bayeux aux xviie et xviiie siècles, op. cit.
  • 27 Ibid., p. 67 et 165. L’auteur présente séparément les résultats d’un dénombrement datant de 1775 ( (...)
  • 28 René Le Mée, « La population de Senlis en 1765 », dans Jean-Pierre Bardet, François Lebrun & René (...)
  • 29 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit. L’étude de cette source ne représente (...)
  • 30 Ibid., p. 24.

25Rares sont les articles et ouvrages ayant ces dernières années présenté des résultats comparatifs concernant la taille moyenne des feux dans une ville et ses faubourgs, dans une démarche similaire à celle qui vient d’être menée, par exemple pour Villeneuve-de-Berg. Quelques travaux existent toutefois et peuvent être cités pour servir ici de point de comparaison. Le premier est encore une fois l’étude de Mohamed El Kordi, menée sur la ville de Bayeux26. Ouvrage très richement documenté, il offre la particularité de présenter toutes les données démographiques nécessaires pour mener une telle étude comparative sur la taille des feux dans la ville et les faubourgs, sans que celles-ci aient été croisées à un seul moment par l’auteur pour ce thème27. Le deuxième est un article de René Le Mée sur Senlis28, où l’auteur présente les résultats d’une source remarquable, à savoir un dénombrement datant de 1765. Toutefois, les tableaux d’exploitation de Le Mée présentent plusieurs erreurs de calculs, laissant supposer qu’il a peut-être repris les additions faites à l’époque sans les vérifier. Ces tableaux ont donc été corrigés pour servir ensuite de base à de nouveaux calculs concernant la taille moyenne des feux, puisque l’auteur, là encore, ne s’y était pas intéressé. Le dernier ouvrage est celui de Jacques Dupâquier sur Pontoise, déjà cité et utilisé au cours de notre travail29. Petit livre ayant connu une diffusion plus limitée, son travail contient pourtant une mine d’informations, en raison notamment de la grande qualité du recensement étudié, datant de 1781. L’auteur a pu ainsi considérer les ménages pontoisiens à l’aide de la typologie de Laslett30. En tout état de cause, les résultats concernant ces trois villes, présentés ici, renvoient à des réalités très différentes.

  • 31 L’arrivée de migrants, notamment en ville, pouvait créer un grand nombre de foyers de personnes iso (...)
  • 32 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 84 et 156.

26Tout d’abord, la lecture des tableaux suivants incite à la méfiance concernant toute tentative prématurée de généralisation. Il n’existait ainsi pas de règle, sous l’Ancien Régime, voulant que la taille moyenne d’un feu dans les faubourgs soit forcément plus grande que dans la ville. Tout dépendait probablement du profil socioprofessionnel des habitants de la ville et des faubourgs, de l’importance de l’immigration dans ces espaces31, ainsi que de certaines pratiques (mises en nourrice, cohabitation fréquente avec des parents proches ou éloignés...). Une tendance se dégage cependant, et confirme ce que les recensements d’Angers en 1769 et de Villeneuve-de-Berg en 1693 laissaient entrevoir, et que Maurice Garden, évoquant Lyon au xviiie siècle, avait suggéré en raison d’un taux de fécondité élevé dans les faubourgs32 : bien souvent, les espaces suburbains accueillaient des feux d’une taille moyenne supérieure à ceux de la ville. Simplement, comme toute apparence de loi dans les sciences sociales, celle-ci souffre de nombreuses exceptions. Elles sont au moins au nombre de trois.

Tableau 47. Taille des feux dans la ville et les principaux faubourgs de Bayeux en 1775.

Localisation Paroisses Nombre de feux Population totale Taille moyenne des feux
Ville Saint-Malo 185 735 3,97
Ville Saint-Martin 104 417 4,01
Ville Saint-Ouen du Château 15 38 2,53
Ville Saint-Sauveur 298 1 246 4,18
Ville Ensemble des paroisses 602 2 436 4,05
Faubourgs La Poterie 56 240 4,29
Faubourgs Saint-André 37 173 4,68
Faubourgs Sainte-Madelaine 143 534 3,73
Faubourgs Saint-Exupère 218 897 4,11
Faubourgs Saint-Jean 509 1 714 3,37
Faubourgs Saint-Laurent 157 556 3,54
Faubourgs Saint-Loup 203 676 3,33
Faubourgs Saint-Ouen-des-faubourgs 15 116 7,73
Faubourgs Saint-Patrice 368 1 232 3,35
Faubourgs Saint-Vigor-le-Petit 115 408 3,55
Faubourgs Ensemble des paroisses 1821 6 546 3,59

27D’une part, comme dans les cas de Dijon, de Villeneuve-de-Berg ou d’Angers, des spécificités locales pouvaient être observées, avec des tailles moyennes de feux plus ou moins importantes, aussi bien dans les villes que dans leurs faubourgs. Ainsi, à Pontoise, la taille moyenne des feux oscillait généralement entre 3 et 4 habitants, alors qu’à Senlis, la taille moyenne de feu la plus grande, dans le faubourg Saint-Étienne, s’élevait à 2,6 habitants. À Bayeux, où les faubourgs avaient en moyenne des feux plus réduits que ceux de la ville, les résultats d’ensemble étaient toutefois bien plus importants qu’à Angers ou Senlis, mais plus faibles qu’à Villeneuve-de-Berg. Finalement, tous les résultats présentés révèlent une forte influence des villes sur les faubourgs. La taille des feux des faubourgs n’était que rarement éloignée de celle des feux de la ville.

Tableau 48. Taille des feux dans la ville et les principaux faubourgs de Senlis (1765).

Catégories du recensement Nombre de feux Total de population recalculé Total de population donné par René Le Mée (pour indication) Taille moyenne des feux selon les nouveaux résultats
Clergé 101 227 236 2,2
Nobles et officiers 140 370 371 2,6
Quartier Notre-Dame 152 308 308 2,0
Quartier Saint-Rieul 197 400 400 2,0
Quartier Saint-Aignan 355 848 849 2,4
Quartier Saint-Pierre 326 736 754 2,3
Faubourg Villevert 143 323 323 2,3
Faubourg Sainte-Geneviève 187 403 403 2,2
Faubourg Saint-Martin 138 318 318 2,3
Faubourg Saint-Étienne 60 153 153 2,6
Total (ville et faubourgs) 1 799 4 086 4 115 2,3

28De surcroît, certains faubourgs atypiques présentaient des profils visiblement plus urbains que certains quartiers situés dans la ville-centre, car ils avaient des feux d’une taille moyenne relativement réduite. En d’autres termes, les cas des faubourgs Saint-Nicolas à Dijon, Saint-Jacques et Saint-Samson à Angers ou Basse-Rue à Villeneuve-de-Berg avaient des équivalents à Pontoise (faubourg Notre-Dame), à Senlis (faubourg Sainte-Geneviève) et à Bayeux (faubourg Saint-Vigor-le-Petit).

Tableau 49. Taille des feux dans la ville et les principaux faubourgs de Pontoise (en 1781).

Espace concerné Nombre de feux Population Taille moyenne des feux
Ville haute 393 1 185 3,02
Ville basse 373 1 114 2,99
Quartier du pont 179 633 3,54
Quartier (ou faubourg) Notre-Dame 290 933 3,22
Faubourg Saint-Martin 73 276 3,78
Faubourg d’Ennery (ou de Gisors) 89 330 3,71
Faubourg de l’Hermitage 91 332 3,65
Ensemble de la ville 945 2 932 3,10
Ensemble des faubourgs 543 1 878 3,46
Total 1 488 4 810 3,23
  • 33 Mohamed El Kordi, Bayeux aux xviie et xviiie siècles, op. cit., p. 35 et 36. 116 habitants logeaie (...)

29Enfin, de grandes différences d’un faubourg à l’autre existaient au sein d’une même agglomération. À Angers, alors que la taille moyenne des feux du faubourg Saint-Jacques était de 2,6 personnes, elle s’élevait à 3,6 personnes dans le faubourg Saint-Laud. Un tel écart corrobore ce qui pouvait être notamment observé à Bayeux. Près de cette ville, alors que 6 des 10 faubourgs abritaient des feux de moins de 4 personnes en moyenne, la zone de Saint-Ouen-des-faubourgs affichait une taille moyenne des feux record, supérieure à 7 habitants. Le niveau de vie moyen est peut-être un paramètre à ne pas négliger pour expliquer ces surprenantes variations. Ainsi, était-ce vraiment un hasard si Saint-Ouen-des-faubourgs, à Bayeux, était à la fois le lieu où l’entassement dans les maisons était le plus important en 1774 et où la population était la plus pauvre33 ?

30Comme dans de nombreux autres domaines, rien ne permet donc ici de systématiser un contraste démographique qui opposerait les faubourgs à la ville. Au-delà, c’est donc bien l’hétérogénéité du monde faubourien qui est une nouvelle fois mise en valeur. Confirmation est faite que la généralisation à partir des résultats concernant un faubourg n’a pas plus de valeur à l’échelle du royaume de France qu’à l’échelle d’une agglomération. D’autres marqueurs d’urbanité doivent donc être recherchés dans les faubourgs.

Approches de la structure par âge dans les faubourgs

  • 34 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 37-46.

31Comparer les structures par âge dans une ville et ses faubourgs s’avère nécessaire. Autant la méthode permettant de retrouver la taille des feux d’une agglomération ou le nombre de domestiques présents ne nécessite pas un grand investissement de temps et ne pose pas de difficulté particulière, autant recréer la pyramide des âges d’un espace sous l’Ancien Régime apparaît chose particulièrement complexe, car elle repose sur le croisement de sources nominatives incomplètes et de registres paroissiaux. Rares sont les sources de la période moderne suffisamment complètes pour permettre une étude non chronophage et relativement exacte. Jacques Dupâquier, dans son étude sur Pontoise, a ainsi pu créer des pyramides des âges pour la population de la ville de Pontoise et de ses faubourgs, car le recensement sur lequel il s’est fondé indiquait pour chaque habitant son âge (réel ou peut-être plus probablement estimé). Ses résultats ne laissent pas apparaître de différences fondamentales entre la population de Pontoise et des faubourgs, quand est abordée la question des classes d’âge34. Les espaces suburbains présentaient cependant la double particularité d’avoir des adultes mariés un peu plus âgés en moyenne, et une proportion des plus jeunes un peu plus forte. Trop rares, les sources comme le recensement de Pontoise ne peuvent être sollicitées ici en guise de comparaison. En effet, aucune n’existe malheureusement dans les villes choisies pour notre échantillon.

  • 35 Mohamed El Kordi, Bayeux, op. cit., p. 155.

32Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, plus nombreux ont été les recensements ayant pour objectif de comptabiliser la population, soit pour des raisons fiscales, soit pour préparer le logement des troupes royales. Dans ces listes nominatives, les enfants de moins de 8 ans ont parfois été distingués de ceux de plus de 8 ans. Mohamed El Kordi avait déjà utilisé un recensement de ce type dans sa thèse35, sans chercher à mesurer le poids de la catégorie d’âge des moins de huit ans par rapport au reste de la population. Dans le cas de la ville d’Angers, le recensement de 1769 fournit les clés pour mener une étude comparative avec le cas bayeusain.

Tableau 50. La présence des enfants de moins de 8 ans dans la ville et les principaux faubourgs d’Angers (1769).

Lieux Population totale (hommes, femmes, enfants et domestiques) Effectifs des enfants de moins de 8 ans Effectifs relatifs des enfants de moins de 8 ans
Ville d'Angers 18 173 2 334 12,84 %
Faubourg Saint-Michel 860 232 26,98 %
Faubourg Saint-Samson 431 117 27,15 %
Faubourg Saint-Jacques 513 72 14,04 %
Faubourg Gauvin 112 13 11,61 %
Faubourg Saint-Laud 702 85 12,11 %
Faubourg Saint-Lazare 376 88 23,40 %
Faubourg Bressigny 1 498 241 16,09 %
Ensemble des faubourgs 4 492 848 18,88 %

33Finalement, ce type d’exploitation des données concernant les enfants de moins de 8 ans renseigne à la fois sur la présence de jeunes enfants, mais aussi sur celle de nombreux jeunes couples qui en étaient les parents. La proportion moyenne de jeunes enfants apparaît manifestement plus importante dans les faubourgs que dans la ville. Ce n’est toutefois pas l’enseignement principal de ce tableau. Relevons surtout que les faubourgs Saint-Michel, Saint-Lazare et Saint-Samson, les plus pauvres de l’agglomération d’après les recenseurs, étaient ceux qui avaient aussi les proportions de jeunes enfants les plus importantes. Comme dans tous les autres domaines de comparaison étudiés ressortent encore et toujours les mêmes conclusions. Certains faubourgs d’Angers pouvaient présenter une proportion d’enfants en bas âge similaire à ce qu’on pouvait observer en ville. En outre, d’un faubourg à l’autre, la part des plus jeunes pouvait être multipliée par 2,5, laissant imaginer des structures par âge très variables entre tous ces espaces.

Tableau 51. La présence des enfants de moins de 8 ans dans la ville et les principaux faubourgs de Bayeux (en 1775).

Localisation Paroisses Population totale Nombre d’enfants de moins de 8 ans Fréquence relative des enfants de moins de 8 ans
Ville Saint-Malo 735 293 40 %
Ville Saint-Martin 417 140 34 %
Ville Saint-Ouen-du-Château 38 0 0 %
Ville Saint-Sauveur 1 246 484 39 %
Ville Ensemble des paroisses 2 436 917 38 %
Faubourgs La Poterie 240 96 40 %
Faubourgs Saint-André 173 80 46 %
Faubourgs Sainte-Madelaine 534 168 31 %
Faubourgs Saint-Exupère 897 414 46 %
Faubourgs Saint-Jean 1 714 558 33 %
Faubourgs Saint-Laurent 556 177 32 %
Faubourgs Saint-Loup 676 186 28 %
Faubourgs Saint-Ouen-des-faubourgs 116 49 42 %
Faubourgs Saint-Patrice 1 232 281 23 %
Faubourgs Saint-Vigor-le-Petit 408 136 33 %
Faubourgs Ensemble des paroisses 6 546 2 145 33 %
  • 36 Relevons tout de même que les trois paroisses ayant le plus de jeunes enfants en proportion étaien (...)

34À Bayeux, en 1775, la situation semblait bien différente du cas angevin. D’un point de vue général, la principale différence tenait au fait que les faubourgs avaient une proportion de jeunes enfants plus faible que la ville36. Pourtant, comme à Angers, les variations d’un faubourg à l’autre, mais aussi d’un quartier à l’autre, étaient fortes. Notons également que l’agglomération de Bayeux comportait une proportion de jeunes enfants bien plus importante qu’Angers à la même période. En d’autres termes, un fait démographique qui caractérisait une ville était bel et bien susceptible de se retrouver là encore dans les espaces faubouriens, même si cela impliquait quelques nuances. C’est également le cas de la présence des feux féminins.

La place des femmes dans les faubourgs

  • 37 Antoinette Fauve-Chamoux, « Le surplus urbain des femmes en France préindustrielle et le rôle de l (...)
  • 38 Bruno Bernard, Mâcon à la fin de l’Ancien Régime : étude socio-démographique (1761-1785), mémoire (...)
  • 39 Marc-Antoine Chassaing, Les Structures sociales et démographiques…, op. cit., p. 143.
  • 40 Olivier Zeller, « Pour une étude socio-démographique des petites villes : l’exemple de Belley en 1 (...)
  • 41 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 42.
  • 42 Mohamed El Kordi, Bayeux, op. cit., p. 154.
  • 43 Le terme « enfants » est ici doublement problématique. En effet, outre l’absence d’indication conce (...)

35De longue date, les historiens se sont intéressés dans les études démographiques à la place des femmes, en partie influencés par la gender history. En ce sens, presque toutes les études convergent : la surféminité est depuis longtemps connue pour être un des caractères principaux des populations urbaines d’Ancien Régime37, et ce quelle que soit la taille de la ville. À Mâcon, l’étude de Bruno Bernard estimait le taux de féminité de la population à 52,76 % en 177438, ce chiffre recoupant les 55,5 % obtenus par Marc-Antoine Chassaing à Dijon39 ou les 51,7 % d’Olivier Zeller à Belley40. À Pontoise, Jacques Dupâquier estime ce taux de féminité à 54 %41 en 1781, et, à Bayeux, il atteignait même les 58 %42. Cependant, ce taux est souvent difficile à établir, car les préposés aux recensements de l’Ancien Régime n’avaient pas comme principale préoccupation de mettre au point la liste des habitants en fonction d’un critère de sexe. Dans le cas d’Angers, le recensement n’offre pas la possibilité de déterminer ce taux de féminité, ni pour la ville, ni pour les faubourgs. Seuls les adultes sont concernés, car le document n’indique pas le sexe des domestiques et des enfants recensés43.

36Dans le cas de la ville de Dijon, le recensement de capitation de 1695, dépouillé pour le quartier et le faubourg Saint-Nicolas fournit pour tous les habitants le sexe, ce qui permet de procéder à une comparaison, laquelle ne peut certes pas être étendue à l’ensemble de l’agglomération.

Tableau 52. Taux de féminité dans le quartier et le faubourg Saint-Nicolas a Dijon en1695.

Catégories Effectifs du quartier Saint-Nicolas Effectifs relatifs du quartier Saint-Nicolas Effectifs du faubourg Saint-Nicolas Effectifs relatifs du faubourg Saint-Nicolas
Effectif des hommes 277 21,3 % 79 24,3 %
Effectif des garçons 289 22,2 % 68 20,9 %
Effectif des domestiques hommes 38 2,9 % 4 1,2 %
Total des individus de sexe masculin 604 46,4 % 151 46,5 %
Effectif des femmes 382 29,4 % 97 29,8 %
Effectif des filles 273 21,0 % 74 22,8 %
Effectif des domestiques femmes 42 3,2 % 3 0,9 %
Total des individus de sexe féminin 697 53,6 % 174 53,5 %

37Malgré les disparités concernant le poids de la domesticité, force est de constater la grande similitude concernant le taux de féminité dans le quartier intra muros et le faubourg. Les deux espaces n’avaient pas de différence profonde à cet égard.

  • 44 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 42-43.

38À Pontoise, Jacques Dupâquier a eu la chance d’exploiter une source beaucoup plus complète. Elle lui a permis de connaître l’âge et le sexe d’une grande partie des habitants de plus de 17 ans (sauf les domestiques) de la ville et des faubourgs de Pontoise44.

Tableau 53. Taux de féminité dans la ville et les faubourgs de Pontoise pour les habitants de plus de 17 ans (en 1781).

Lieux Effectifs des hommes Effectifs des femmes Effectifs relatifs des hommes Effectifs relatifs des femmes
Ville de Pontoise 766 911 45,7 % 54,3 %
Faubourgs de Pontoise 523 560 48,3 % 51,7 %
Ensemble de l’agglomération 1289 1471 46,7 % 53,3 %

39Si les femmes étaient manifestement plus nombreuses en proportion dans l’ensemble de l’agglomération, il convient de distinguer tout de même la situation dans les espaces faubouriens pontoisiens, puisque la surreprésentation des femmes y était un peu moins nette. Cela dit, comme à Dijon, les faubourgs ne se distinguaient pas fondamentalement de la ville en ce qui concerne le taux de féminité. Ce type de source est toutefois suffisamment rare pour avoir incité les historiens et démographes à mieux connaître la place des femmes à travers d’autres critères que le taux de féminité.

  • 45 Est considéré comme feu féminin tout feu (ou foyer) dont le chef est une femme.
  • 46 Olivier Zeller, « Espaces féminins et formes ségrégatives dans les villes d’Ancien Régime », dans (...)
  • 47 Olivier Zeller, « Les femmes dans la ville, le recensement de Bourg-en-Bresse en 1636 », Cahiers d’ (...)
  • 48 Bruno Bernard, Mâcon à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., vol. 1, p. 148.
  • 49 Olivier Zeller, « Espaces féminins... », op. cit., p. 308.

40Un autre sujet d’intérêt pour les recherches historiques a donc été l’étude du poids des feux féminins45 dans la ville, rendue plus facile par l’existence de très nombreux rôles de taille et de capitation, impôts payés par chaque chef de feu (du moins pour le tiers-état). Souvent, les études à caractère démographique se sont contentées de calculer cette proportion sans chercher à réaliser une comparaison entre ville et faubourgs. Les résultats obtenus indiquent généralement dans les espaces urbains, au sens large du terme, une proportion de feux féminins comprise entre 20 % et 30 % de l’ensemble des feux, qui concordent avec les calculs d’Olivier Zeller pour Beaujeu (20 %)46 ou pour Bourg-en-Bresse (23,8 %)47, ainsi qu’avec ceux de Bruno Bernard pour Mâcon (20,74 %)48 ou de Marc-Antoine Chassaing pour Dijon (29,1 %)49.

  • 50 Alfred Perrenoud, La Population de Genève du xvie siècle au début du xixe siècle : étude démograph (...)
  • 51 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais..., op. cit., p. 160.
  • 52 Olivier Zeller, « Espaces féminins... », op. cit., p. 310-311.

41L’étude de la répartition des feux féminins dans l’espace a stimulé les réflexions. Plusieurs hypothèses ont d’abord été avancées par des historiens, comme Alfred Perrenoud ou Olivier Zeller, évoquant une corrélation entre feux féminins et pauvreté. Pour l’historien genevois, « l’excédent féminin joue le rôle d’un révélateur des contrastes sociaux. Les femmes sont proportionnellement plus nombreuses là où le degré d’aisance est le plus élevé50 ». Inversement, Olivier Zeller avait pour sa part démontré que les feux féminins lyonnais étaient surtout localisés dans les quartiers pauvres51. Par la suite il remit cependant en cause l’idée d’une quelconque corrélation de ségrégation horizontale des feux féminins, une ségrégation verticale étant par contre possible52.

Tableau 54. Les feux féminins dans la ville et les faubourgs d’Orléans en 1695.

Zones Effectifs des feux féminins Fréquences relatives des feux féminins
Orléans intra muros 1 588 28 %
Saint-Jean 7 14 %
Saint-Laurent 23 22 %
Saint-Marceau 46 19 %
Saint-Marceau rue basse 33 22 %
Bannier 78 19 %
Portereau-de-Tutelle 56 16 %
Saint-Marc 50 19 %
Saint-Vincent 49 24 %
Madeleine 18 34 %
Bourgogne 22 24 %
Ensemble des faubourgs 382 20 %
Ensemble de l’agglomération 1970 26 %
  • 53 Bruno Bernard, Mâcon à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., vol. 2, p. 329.

42À Orléans, à l’instar des faubourgs mâconnais étudiés par Bruno Bernard53, les espaces périphériques abritaient en proportion, pour la plupart d’entre eux, moins de feux féminins que la ville intra muros. Surtout, comme dans de nombreux autres domaines, l’appartenance à un faubourg n’induisait pas une uniformité dans le poids des feux féminins. Le faubourg Madeleine était par exemple le seul à posséder nettement plus de feux féminins que la ville. Plus globalement peuvent être constatées les importantes variations du poids des feux féminins, selon un rapport pouvant s’élever à 2,4. Ces variations s’observaient également entre des faubourgs présentant les mêmes profils socio-économiques, notamment ceux qui avaient une dominante rurale (Saint-Jean, Saint-Vincent, Saint-Marc...).

  • 54 Voir supra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la secti (...)

43Selon les exemples choisis, l’une ou l’autre des hypothèses concernant un lien entre feux féminins et taux de pauvreté est confortée. D’une part, la totalité des faubourgs, où les indigents étaient plus faiblement représentés que dans la ville54, renfermait également une proportion de feux féminins plus faible qu’Orléans intra muros. Ce fait validait ainsi les conclusions d’Alfred Perrenoud. D’autre part, en choisissant une échelle plus petite, la micro-géographie sociale des faubourgs confortait la seconde hypothèse émise par Olivier Zeller dans sa thèse, celle d’une non-concordance entre niveau de vie et présence accrue des feux féminins. Prenons les exemples de Saint-Marceau rue basse et de Saint-Jean. Dans le premier faubourg, le taux de pauvreté s’élevait à 19 % et les feux féminins représentaient 22 % de l’ensemble des feux. Dans le second, alors que les feux féminins étaient proportionnellement moins nombreux (14 % de l’ensemble des feux), le taux d’indigence était nettement supérieur (29 %). Autrement dit, il n’y avait aucune corrélation claire à Orléans entre le lieu de résidence des feux féminins et le niveau de richesse de l’entité géographique concernée, justifiant les dernières réflexions d’Olivier Zeller.

44À Grenoble, le recensement de capitation de 1751 permet également de comparer le poids des feux féminins dans la ville et ses faubourgs, même si les résultats sont quelque peu faussés par l’absence, dans cette source, des feux de la noblesse et du clergé. Dans l’agglomération grenobloise plus qu’ailleurs, les feux féminins étaient en nombre particulièrement faible. Qui plus est, en dehors des murailles, ils étaient d’autant moins abondants que le faubourg en question présentait un profil rural. C’est ainsi que le faubourg Très-Cloître, où l’étude des catégories socioprofessionnelles révélait le plus de similarités avec des quartiers intra muros, possédait en proportion légèrement plus de feux féminins que le faubourg Saint-Joseph, dans lequel les travailleurs agricoles étaient plus nombreux, et nettement plus que les autres faubourgs s’apparentant carrément à de petits villages ruraux.

Tableau 55. Les feux féminins dans la ville et les faubourgs de Grenoble en 1751.

Lieux Nombre de feux féminins Nombre total de feux Fréquences relatives des feux féminins
Faubourg Très-Cloître 22 161 14 %
Faubourg Saint-Joseph 9 83 11 %
Autres faubourgs 12 149 8 %
Grenoble ville 563 2917 19 %
Ensemble de l’agglomération 606 3310 18 %
  • 55 Notamment comme fileuses ou dévideuses.

45Dans la ville et les faubourgs d’Angers, la fréquence relative des feux féminins était anormalement élevée par rapport aux villes françaises étudiées par d’autres historiens. L’anomalie concernait d’ailleurs tout autant la ville que les faubourgs. Ville dans laquelle le textile occupait une place importante, Angers était en mesure d’offrir de nombreux emplois à des femmes seules55, en particulier dans certains espaces faubouriens accueillant par exemple des manufactures, comme le faubourg Saint-Michel. De ce fait, les faubourgs les plus éloignés des zones d’activités textiles, comme Gauvin et Saint-Lazare, à l’est de la Doutre, avaient des proportions de feux féminins plus faibles. Toutefois, par rapport à ce qui pouvait être observé alors dans d’autres villes, ces proportions demeuraient relativement élevées.

Tableau 56. Les feux féminins dans la ville et les faubourgs d’Angers (en 1769).

Lieux Nombre de feux féminins Nombre total de feux Fréquences relatives des feux féminins
Ville d’Angers 2 294 5 855 39 %
Faubourg Saint-Michel 101 282 36 %
Faubourg Saint-Samson 45 148 30 %
Faubourg Saint-Jacques 79 199 40 %
Faubourg Gauvin 10 33 30 %
Faubourg Saint-Laud 80 197 41 %
Faubourg Bressigny 155 428 36 %
Faubourg Saint-Lazare 35 122 29 %

46À Romans et Bourg-de-Péage, qui formaient une agglomération plus modeste scindée par l’Isère, la situation était plus originale. Le faubourg présentait relativement peu de feux féminins au regard de la situation observée en ville. Probablement, le peu d’emplois pouvant être proposés à des femmes seules les dissuadait de s’y installer. À Bourg-de-Péage, la proportion de travailleurs journaliers atteignait de rares sommets en 1706, laissant supposer une certaine forme d’atonie économique, peu favorable à la présence de ces feux féminins. Pourtant, le fait que d’autres faubourgs et d’autres villes eussent possédé à l’époque à la fois peu de journaliers, peu de feux féminins, mais des emplois textiles assez nombreux, incite plutôt à penser que les usages sociaux (tolérance de la communauté vis-à-vis de feux féminins célibataires, rapidité du remariage des veuves, pratique de la corésidence entre sœurs...) étaient les véritables critères expliquant ces variations importantes.

Tableau 57. Poids des feux féminins à Romans et Bourg-de-Péage (1696 / 1706).

Espace concerné Nombre de feux féminins Nombre de feux masculins Nombre total de feux Poids relatif des feux féminins
Romans 359 886 1245 28,8 %
Bourg-de-Péage 43 268 311 13,8 %
Ensemble de l’agglomération 402 1 154 1556 25,8 %

47Quant à Villeneuve-de-Berg, ville encore plus modeste que Bourg-de-Péage, la proportion des feux féminins y était encore plus faible que dans tous les autres cas étudiés. Si, comme à Orléans ou Grenoble, les feux féminins étaient plus nombreux dans la ville qu’extra-muros, leur poids relatif variait énormément d’un espace à l’autre. La ville, ne possédant que 15 % de feux féminins, en avait ainsi relativement deux fois plus que le faubourg Tournon.

Tableau 58. Poids des feux féminins dans la ville et les faubourgs de Villeneuve-de-Berg en 1693.

Lieux Nombre de feux féminins Nombre total de feux Fréquences relatives des feux féminins
Faubourg Basse-rue 18 149 12 %
Faubourg Notre-Dame 9 69 13 %
Faubourg Tournon 4 58 7 %
Ville 29 191 15 %
Ensemble de l’agglomération 60 467 13 %
  • 56 AD de Haute-Loire, 1C 1028, Capitation du Puy..., archive citée.

48La capitation du Vivarais de 1695 offre un exemple similaire pour une ville plus importante ; les feux féminins se concentrent en ville, sans qu’un mécanisme de ségrégation professionnelle puisse être invoqué56. Au faubourg Saint-Jacques comme au Puy, leur chef est le plus souvent une « denteleuse » ou une veuve.

Tableau 59. Poids des feux féminins dans la ville et le faubourg du Puy-en-Velay en 1695.

Lieux Nombre de feux féminins Nombre total de feux Fréquences relatives des feux féminins
Faubourg Saint-Jacques 6 32 19 %
Ville 793 2 334 34 %
Ensemble de l’agglomération 799 2 366 33,8 %

49En définitive, dans une majorité de cas, les feux féminins étaient proportionnellement moins présents dans les faubourgs qu’intra muros. Cette constatation n’a toutefois pas force de loi, tant en raison de l’existence de nombreux contre-exemples de faubourgs, abritant de fortes proportions de feux féminins, que de particularismes locaux, voyant l’ensemble d’une agglomération, ville comme espace suburbain, se distinguer des autres par une présence plus faible ou plus forte de ce type de feu. Est-ce à dire qu’il aurait existé des profils régionaux pour lesquels la présence des feux féminins était plus ou moins bien tolérée et / ou pratiquée, aussi bien dans la ville que dans les faubourgs ? Seule la multiplication des études de cas permettra dans l’avenir de trancher.

Deux révélateurs démographiques de possibilités de marginalisation sociale : le poids important des veuves et des naissances illégitimes

  • 57 Voir notamment Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001.

50Plus encore que celle des feux féminins, l’étude des veuves est particulièrement éclairante. Plusieurs travaux ces dernières années ont démontré que leur situation était souvent précaire57, quand bien même le veuvage était synonyme d’émancipation juridique, induisant par là même une certaine forme d’autonomie. Ayant parfois du mal à se remarier, notamment pour les plus âgées, les veuves pouvaient certes compter, pour les plus pauvres d’entre elles, sur la solidarité familiale et le secours des institutions d’assistance. Il n’en demeure pas moins que selon Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, entre un quart et un tiers des veuves vivaient très difficilement. Le cas des veuves a donc été ici scruté dans une approche comparatiste entre villes et faubourgs, sans tenir compte d’un éventuel lien entre veuvage et pauvreté, pour lequel les travaux doivent encore être multipliés afin d’avoir une vue d’ensemble.

51Les résultats présentés dans le tableau suivant donnent quelques simples statistiques concernant la répartition des veuves chefs de feu, dans certaines villes du royaume de France et leurs faubourgs, à la fin du xviie siècle et au xviiie siècle. Tous les cas de figure pouvaient être observés, puisque d’une agglomération à l’autre, les veuves pouvaient être plus nombreuses proportionnellement en ville que dans les faubourgs, ou réciproquement. Comme dans beaucoup de domaines, les faubourgs ne pouvaient se voir appliquer une règle qui les aurait distingués de facto des villes.

Tableau 60. Proportion des veuves parmi les chefs de feu de quelques agglomérations françaises durant l’Ancien Régime.

Villes et faubourgs Nombre de chefs de feu Nombre de veuves Proportion de veuves par rapport à l’ensemble des chefs de feu
Villeneuve-de-Berg en 1693 191 14 7,3 %
Faubourgs de Villeneuve-de-Berg en 1693 276 16 5,8 %
Orléans en 1695 5 576 1183 21,2 %
Faubourgs d'Orléans en 1695 1 926 326 16,9 %
Romans en 1695 1 245 277 22,2 %
Bourg-de-Péage en 1706 311 29 9,3 %
Ville de Grenoble en 1751 2 801 399 14,2 %
Faubourgs de Grenoble en 1751 238 42 17,6 %
Angers en 1768 5 792 928 16,0 %
Faubourgs d'Angers en 1768 1 409 253 18,0 %
  • 58 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie évoque cette possibilité dans sa thèse (Être veuve…, op. cit., p. 20 (...)

52À une échelle plus fine, au sein d’une même agglomération, les faubourgs pouvaient aussi fortement se distinguer les uns des autres par des proportions de veuves chefs de feu très variables. À Angers, dans le faubourg Saint-Michel, accueillant pourtant la « Manufacture Royale de Toiles et Voiles », pourvoyeuse d’emplois féminins, les veuves ne représentaient que 14,9 % de l’ensemble des chefs de feu, et plus spécifiquement 41 % de tous les feux féminins. A contrario, dans les faubourgs Saint-Lazare, Saint-Jacques et Gauvin, situés sur la rive droite de la Maine, le taux de veuves parmi les chefs de feu avoisinait les 20 % ou les dépassait. Un dernier point pourrait attirer l’attention à Angers. Les trois faubourgs qui viennent d’être cités étaient aussi les trois espaces où la part des veuves parmi les chefs de feu féminins était la plus élevée. Il s’agissait probablement là d’un hasard ou d’un élément sans véritable importance. En tout cas, plus globalement, il apparaît bien délicat de déterminer les raisons qui expliquaient toutes ces différences. Deux hypothèses peuvent être envisagées. Le faible taux de veuves observé dans certains lieux tenait peut-être à un déplacement forcé de celles-ci à la mort de leur mari, dont le métier justifiait à lui seul le choix de résidence (par exemple, celui du faubourg Saint-Michel à Angers pour les perreyeurs). Inversement, là où l’artisanat et le négoce étaient plus importants, les femmes, reprenant l’activité de leur défunt mari, auraient eu, en toute logique, plus intérêt à rester. La seconde hypothèse tiendrait à l’existence de coutumes attribuant une forme de droit d’habitation, conférant à la veuve le droit de continuer à loger dans la maison qu’elle partageait avec son mari58. Rien n’a pu pour l’instant être trouvé dans les archives pour étayer cette seconde hypothèse.

Tableau 61. Proportion des veuves parmi les chefs de feu de la ville et des faubourgs d’angers (en 1769).

Villes et faubourgs Nombre de veuves Nombre de chefs de feu Proportion de veuves par rapport à l’ensemble des chefs de feu
Ville d’Angers 928 5 788 16,0 %
Faubourg Saint-Michel 42 282 14,9 %
Faubourg Saint-Samson 24 148 16,2 %
Faubourg Saint-Jacques 41 199 20,6 %
Faubourg Gauvin 8 33 24 %
Faubourg Saint-Laud 35 197 17,8 %
Faubourg Bressigny 79 428 18,5 %
Faubourg Saint-Lazare 24 122 19,7 %
  • 59 Alain Lottin, « Naissances illégitimes et filles-mères à Lille au xviiie siècle », Revue d’histoir (...)
  • 60 Yves Blayo, « La proportion de naissances illégitimes en France de 1740 à 1829 », Population, vol. (...)
  • 61 En effet, l’absence de baptême pour un enfant au xviiie siècle est encore difficilement imaginable
  • 62 Notamment l’arrivée massive ou non de jeunes filles venant de la campagne.
  • 63 AM de Lyon, 1 GG 267, Baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Saint-Pierre de Vaise, 17 (...)
  • 64 AM de Lyon, 1 GG 267, archive citée, folio 144, acte nº 3817. L’enfant Jean-Baptiste, baptisé le 1 (...)

53De façon plus convaincante, la proportion des naissances illégitimes peut être aussi un révélateur plus pertinent d’une certaine forme de fragilité sociale, certaines filles-mères subissant l’opprobre public ou éprouvant des difficultés à se marier par la suite. Au-delà de ces dimensions, ces naissances illégitimes révélaient tout autant une distanciation à l’égard des préceptes religieux (et, en particulier, le développement de relations extraconjugales) que les difficultés auxquelles étaient confrontées de plus en plus de jeunes femmes seules et abusées à la fin du xviiie siècle. Plusieurs travaux ont évoqué ces dernières décennies ce phénomène, essentiellement en milieu urbain59. Surtout, dans les années 1970, une grande enquête menée par l’INED à partir des registres paroissiaux d’Ancien Régime avait permis de montrer le nombre de plus en plus important de ces naissances illégitimes après 1740, notamment dans les grandes villes60. Les chiffres concernant Lyon ayant été publiés dans cette enquête, il a été possible de mener une comparaison avec le faubourg de Vaise concernant la seconde moitié du xviiie siècle. Avant même de présenter ces résultats, il convient immédiatement de rappeler les limites de cette démarche. D’une part, il est évident que l’attitude du curé de Vaise pouvait être de nature à fausser complètement les résultats. En effet, il fut capable d’annuler un baptême, parce que la mère de l’enfant s’était présentée dans l’église avec un homme qu’elle avait fait passer pour son mari. Une telle attitude a peut-être conduit à certains abandons d’enfants en ville ou au choix de paroisses dirigées par des prêtres plus conciliants pour les baptêmes61. D’autre part, traiter d’un seul faubourg n’est en rien révélateur d’une réalité faubourienne, même dans le cas lyonnais. La taille du faubourg, l’importance et l’origine des mouvements migratoires en son sein62 ou encore le type d’activités présentes pouvaient certainement influer de manière très différente sur le nombre de naissances illégitimes. Enfin, dans certains actes de baptême litigieux, un père absent était mentionné, qu’on pouvait toutefois supposer imaginaire ou peu concerné par la naissance de sa progéniture. Dans ce cas précis, on doit s’en remettre à l’appréciation personnelle de l’historien qui discerne les naissances illégitimes supposées. Par exemple, le choix a été fait de considérer une naissance comme illégitime lorsqu’une mère déclarait que le père existait bel et bien, mais qu’il était soldat, originaire d’une autre ville et reparti hors de Lyon63, ou lorsque celui-ci était un marchand originaire du Jura et domicilié à Dôle64.

Tableau 62. Naissances illégitimes dans le faubourg de Vaise à Lyon de 1740 à 1789.

Période Nombre de baptêmes à Vaise Effectifs des naissances illégitimes à Vaise Proportion des naissances illégitimes à Vaise Proportion estimée des naissances illégitimes à Lyona
1740-1749 310 3 1,0 % 4,2 %
1750-1759 332 3 0,9 % 10,8 %
1760-1769 399 7 1,8 % 6,9 %
1770-1779 454 1 0,2 % 8,8 %
1780-1789 593 2 0,3 % 8,2 %
a. Yves Blayo, « La proportion... », art. cité, p. 68.

54Même si les résultats doivent être pris avec circonspection, il convient de remarquer que les naissances illégitimes étaient apparemment très peu fréquentes dans le faubourg de Vaise, même à la toute fin du xviiie siècle, tant par rapport à ce qui était observé à Lyon que dans d’autres villes. Plusieurs hypothèses pouvaient alors être avancées, certaines étant moins convaincantes que d’autres.

  • 65 L’expression est de Philippe Guignet (Le Pouvoir dans la ville…, op. cit., p. 440).
  • 66 Olivier Zeller, « La ville moderne », dans Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, op. cit., (...)

55La première, qui est également la plus crédible, consisterait à voir dans le faubourg de Vaise un espace de taille beaucoup plus réduite que la ville, avec un turn over de la population plus faible, et à l’intérieur duquel aucune forme d’anonymat n’aurait été garantie, favorisant le maintien d’un contrôle social très influencé par des préceptes religieux et moraux. En d’autres termes, si, concernant les activités présentes, le faubourg n’était en rien comparable à un village, il en était par contre assez proche du point de vue du fonctionnement sociétal, car il condamnait fortement les relations sexuelles prénuptiales par une forme de « censure morale65 ». La deuxième explication pourrait tenir à la très faible présence de certaines jeunes femmes célibataires, pouvant potentiellement devenir mères sans l’avoir souhaité. Le profil de ces jeunes femmes était le plus souvent celui d’immigrées rurales de fraîche date, de condition sociale très modeste66. Cette population n’apparaît malheureusement que très rarement dans les archives, en particulier dans les listes nominatives. Enfin, la troisième hypothèse voudrait que des jeunes filles-mères des faubourgs aillent massivement accoucher en ville, tout particulièrement à l’Hôtel-Dieu.

  • 67 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 27.
  • 68 Mohamed El Kordi, Bayeux..., op. cit., p. 92.

56Rares sont les travaux historiques à avoir tenté, pour la période moderne, de distinguer ces naissances illégitimes intra et extra muros. Il faut dire que le travail de dépouillement est long et ingrat. Maurice Garden rappelait d’ailleurs dans sa thèse l’immensité de la tâche consistant, pour un chercheur isolé, à dépouiller les registres paroissiaux d’une grande agglomération67. Mohamed El Kordi, dans son travail portant sur Bayeux, s’est pourtant prêté à l’exercice, ce qui peut servir de comparaison avec le cas lyonnais. Les résultats du chercheur portent à la fois sur les xviie et xviiie siècles68. Dans le cas bayeusin, rien ne permet de valider les conclusions observées pour le cas lyonnais. D’un faubourg à l’autre, les naissances illégitimes pouvaient être plus fortes ou plus faibles extra muros que dans la ville ; l’auteur n’a pas cherché à expliquer ces différences facilement observables. Il semble toutefois que les faubourgs les plus peuplés fussent aussi ceux où les naissances illégitimes étaient les plus fréquentes en termes relatifs, ce qui ne contredit pas ce qui a pu être observé dans le faubourg de Vaise à Lyon.

Notes

1 Jean-Pierre Gutton, Domestiques et serviteurs dans l’Ancienne France, Paris, Aubier / Montaigne, 1979, p. 247.

2 Une bonne synthèse est constituée par l’ouvrage d’Antoinette Fauve-Chamoux et Ludmila Fialovà (dir.), Le Phénomène de la domesticité en Europe : xvie-xxe siècles, Prague, Acta demographica, vol. 13, 1997.

3 Claude Petitfrère, L’Œil du maître : maîtres et serviteurs de l’époque classique au romantisme [1986], Bruxelles, éditions Complexe, 2006. 

4 Ces contributions étaient souvent dérisoires et la fraude perdait donc en partie de son sens pour les employeurs de domestiques.

5 Voici quelques exemples : Edmond Esmonin, « Un recensement de la population de Grenoble en 1725 », Cahiers d’histoire, nº 3, 1957, p. 243-278 ; Olivier Zeller, « Pour une étude socio-démographique des petites villes : l’exemple de Belley en 1695 », Population, vol. 53, nº 1-2, 1998, p. 327-358 ; Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit. Ce dernier ouvrage est un des seuls à vraiment mettre en évidence les spécificités démographiques et sociales de la ville et des faubourgs.

6 Marcel Marion, Les Impôts directs sous l’ancien régime, principalement au xviiie siècle, Paris, Cornély, 1910, p. 245. Un arrêt du Conseil royal du 4 juin 1695 indique : « Les sommes pour lesquelles les valets, servantes et domestiques, seront employés à la capitation, seront payées par leurs maîtres et maîtresses. »

7 Lilian Herrmann, « Arbois au xviiie siècle... », art. cité.

8 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais..., op. cit., p. 303.

9 Jean Carrière, « La population d’Aix-en-Provence à la fin du xviie siècle », dans Annales de la faculté d’Aix-en-Provence, 1958, cité dans Jean-Pierre Gutton, Domestiques et serviteurs…, op. cit., p. 44.

10 Marc-Antoine Chassaing, Les Structures sociales et démographiques…, op. cit., p. 188.

11 Antoinette Fauve-Chamoux, « Pour une histoire européenne du service domestique à l’époque préindustrielle », Antoinette Fauve-Chamoux & Ludmila Fialovà (dir.), Le Phénomène de la domesticité en Europe : xvie-xxe siècles, op. cit., p. 57-73.

12 Raffaella Sarti a montré que durant toute la période moderne, la domesticité féminine dominait à Bologne (58,2 %) dans des proportions quasi identiques à celles du recensement de capitation d’Orléans (58,8 %). Voir Raffaella Sarti, « Notes in the Feminization of Domestic Service: Bologne as a Case Study (xviiith-xixth Centuries) », Antoinette Fauve-Chamoux & Ludmila Fialovà (dir.), Le Phénomène de la domesticité en Europe, op. cit., p. 145. À Arbois, Lilian Herrmann a obtenu après calcul un taux de féminité plus élevé parmi les serviteurs, se situant autour de 78 % entre 1756 et 1789 (Lilian Herrmann, « Arbois à travers ses recensements », art. cité, p. 498).

13 Une sous-estimation du nombre de domestiques a été maintes fois relevée concernant cette source. Voir François Lebrun, « Angers sous l’Ancien Régime, introduction à l’étude démographique de la population », dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, nº 1, 1974, p. 151-166 ; Jacques Maillard, Le Pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, op. cit., vol. 1, p. 169-173. ; Paul Delsalle, La Recherche historique en archives : xvie, xviie, xviiie siècles, Paris, Ophrys, 1996, p. 114-115. Une autre difficulté se pose. Le recensement mentionne en effet, outre la catégorie « domestiques », une colonne « facteurs et compagnons ». Si le danger existe de voir répertoriés dans cette colonne de jeunes hommes ou femmes étant davantage des orphelins recueillis que de véritables domestiques, la logique conduit toutefois à comptabiliser toutes ces personnes dans le monde de la domesticité.

14 AM de Dijon, L 177, Recensement de capitation des habitants de la ville de Dijon, 1695.

15 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 17-22.

16 Ibid., p. 21.

17 AD de Haute-Loire, 1C 1028, Capitation du Puy et du faubourg Saint-Jacques, 1695 (base de données de 2 366 entrées). Cette base de données a été réalisée par Marie-Laure Martelet dans le cadre d’un mémoire de maîtrise (Voir Marie-Laure Martelet, Socio-démographie d’une petite ville du xviie siècle : le recensement de première capitation du Puy-en-Velay, mémoire de maîtrise sous la direction d’Olivier Zeller, Lyon, Centre Pierre Léon / Université Lyon 2, 2000). Qu’elle soit ici remerciée de l’utilisation de son travail.

18 Mohamed El Kordi, Bayeux aux xviie et xviiie siècles : contribution à l’histoire urbaine de la France, Paris, Mouton, 1970, p. 155.

19 Peter Laslett (dir.), Household and Family in Past Time : Comparative Studies in Size and Structure of the Domestic Group over the Last Three Centuries in England, Serbia, Japan and North America, with Further Materials from Western Europe, Londres, Cambridge University Press, 1972.

20 Pierre angulaire de la démographie historique, la méthode « Fleury et Henry » ne peut être ici sollicitée (Louis Henry & Michel Fleury, Des registres paroissiaux à l’histoire de la population : manuel de dépouillement et d’exploitation de l’état civil ancien, Paris, Institut national d’études démographiques, 1956). En effet, les seuls registres paroissiaux ne peuvent permettre de reconstituer des ménages complexes, mais seulement les familles. Ipso facto, ces sources ne délivrent aucun renseignement sur les collatéraux ou les ascendants qui pouvaient faire partie d’un ménage élargi.

21 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 17. L’auteur précise que les faubourgs avaient le quasi-monopole des enfants en nourrice (25 sur 29).

22 Peter Laslett (dir.), Household and Family in Past Time…, op. cit., p. 1-89.

23 Voir supra, « De la possibilité de s’installer en ville depuis le faubourg », p. XX sqq.

24 Voir Allan Sharlin, « Natural Decrease in Early Modern Cities: a reconsideration », Past and Present, nº 79, 1978, p. 126-138. Du même auteur, « Debate: Natural Decrease in Early Modern Cities », Past and Present, nº 92, 1981, p. 169-180.

25 Voir supra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la section « La diversité des niveaux de vie et des privilèges », p. XX sqq.

26 Mohamed El Kordi, Bayeux aux xviie et xviiie siècles, op. cit.

27 Ibid., p. 67 et 165. L’auteur présente séparément les résultats d’un dénombrement datant de 1775 (AM de Bayeux, BB 45-49), d’abord dans le cadre d’une étude des catégories socioprofessionnelles, puis pour suivre l’évolution de la population de l’agglomération.

28 René Le Mée, « La population de Senlis en 1765 », dans Jean-Pierre Bardet, François Lebrun & René Le Mée (éd.), Mesurer et comprendre : mélanges offerts à Jacques Dupâquier, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 347-360.

29 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit. L’étude de cette source ne représente que 65 pages. Le reste de l’ouvrage consiste en la publication intégrale de la retranscription du document.

30 Ibid., p. 24.

31 L’arrivée de migrants, notamment en ville, pouvait créer un grand nombre de foyers de personnes isolées, le temps pour elles de se marier, ou plus rarement d’accumuler un peu d’argent avant un retour dans la région d’origine.

32 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 84 et 156.

33 Mohamed El Kordi, Bayeux aux xviie et xviiie siècles, op. cit., p. 35 et 36. 116 habitants logeaient en 1774 dans 7 maisons, soit une moyenne de 16,5 personnes par habitation : c’était bien plus que tous les autres lieux de l’agglomération bayeusaine.

34 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 37-46.

35 Mohamed El Kordi, Bayeux, op. cit., p. 155.

36 Relevons tout de même que les trois paroisses ayant le plus de jeunes enfants en proportion étaient faubouriennes.

37 Antoinette Fauve-Chamoux, « Le surplus urbain des femmes en France préindustrielle et le rôle de la domesticité », Population, vol. 53, nº 1-2, 1998, p. 359-377.

38 Bruno Bernard, Mâcon à la fin de l’Ancien Régime : étude socio-démographique (1761-1785), mémoire de maîtrise sous la direction d’Olivier Zeller, Lyon, Université Lumière Lyon 2 / Centre Pierre Léon, 1997, vol. 2, p. 324.

39 Marc-Antoine Chassaing, Les Structures sociales et démographiques…, op. cit., p. 143.

40 Olivier Zeller, « Pour une étude socio-démographique des petites villes : l’exemple de Belley en 1695 », Population, vol. 1-2, 1998, p. 354.

41 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 42.

42 Mohamed El Kordi, Bayeux, op. cit., p. 154.

43 Le terme « enfants » est ici doublement problématique. En effet, outre l’absence d’indication concernant le sexe, la limite d’âge supérieure des individus recensés dans la catégorie « enfant au-dessus de 8 ans » n’est pas indiquée. En d’autres termes, des adultes restés « en puissance de père » sont très certainement présents parmi ces « enfants ».

44 Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens..., op. cit., p. 42-43.

45 Est considéré comme feu féminin tout feu (ou foyer) dont le chef est une femme.

46 Olivier Zeller, « Espaces féminins et formes ségrégatives dans les villes d’Ancien Régime », dans Annie Bleton-Ruget, Marcel Pacaut & Michel Rubellin (dir.), Regards croisés sur l’œuvre de Georges Duby : femmes et féodalité, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000, p. 301-312.

47 Olivier Zeller, « Les femmes dans la ville, le recensement de Bourg-en-Bresse en 1636 », Cahiers d’histoire, nº 2, 1991, p. 15-38.

48 Bruno Bernard, Mâcon à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., vol. 1, p. 148.

49 Olivier Zeller, « Espaces féminins... », op. cit., p. 308.

50 Alfred Perrenoud, La Population de Genève du xvie siècle au début du xixe siècle : étude démographique, Structures et mouvements, 1, Genève, éditions de la société d’histoire et d’archéologie de Genève, 1979, p. 75.

51 Olivier Zeller, Les Recensements lyonnais..., op. cit., p. 160.

52 Olivier Zeller, « Espaces féminins... », op. cit., p. 310-311.

53 Bruno Bernard, Mâcon à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., vol. 2, p. 329.

54 Voir supra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la section « La diversité des niveaux de vie et des privilèges », p. XX sqq.

55 Notamment comme fileuses ou dévideuses.

56 AD de Haute-Loire, 1C 1028, Capitation du Puy..., archive citée.

57 Voir notamment Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001.

58 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie évoque cette possibilité dans sa thèse (Être veuve…, op. cit., p. 206).

59 Alain Lottin, « Naissances illégitimes et filles-mères à Lille au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, nº 8, 1970, p. 278-299 ; Jacques Depauw, « Amour illégitime et société à Nantes au xviiie siècle », Annales ESC, 1972, p. 1155-1182 ; Jean-Pierre Bardet, Rouen aux xviie et xviiie siècles…, op. cit., vol. 1, p. 320-330 ; Philippe Guignet, Le Pouvoir dans la ville…, op. cit., p. 441 ; Daniel Paul, Paysans du Bourbonnais : une société rurale face au changement, 1750-1880, Clermont-Ferrand, Presses de l’université Blaise Pascal, 2006, p. 266-273.

60 Yves Blayo, « La proportion de naissances illégitimes en France de 1740 à 1829 », Population, vol. 30, hors-série, 1975, p. 65-70.

61 En effet, l’absence de baptême pour un enfant au xviiie siècle est encore difficilement imaginable.

62 Notamment l’arrivée massive ou non de jeunes filles venant de la campagne.

63 AM de Lyon, 1 GG 267, Baptêmes, mariages et sépultures de la paroisse de Saint-Pierre de Vaise, 1773-1792, folio nº 722, acte nº 1879.

64 AM de Lyon, 1 GG 267, archive citée, folio 144, acte nº 3817. L’enfant Jean-Baptiste, baptisé le 18 octobre 1772, est « donné à Joseph Reymon, négociant à Dôle ».

65 L’expression est de Philippe Guignet (Le Pouvoir dans la ville…, op. cit., p. 440).

66 Olivier Zeller, « La ville moderne », dans Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, op. cit., p. 756.

67 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 27.

68 Mohamed El Kordi, Bayeux..., op. cit., p. 92.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search