Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

II. Les faubourgs dans l’espace : les différentes relations avec la ville et les espaces environnants

Les migrations entre la ville et les faubourgs

Texte intégral

1Le terme de migrations utilisé dans ce chapitre ne concerne bien évidemment pas des déplacements de longue distance, parfois internationaux. Se faisant sur de courts trajets, ces déplacements ne revêtaient pas forcément un caractère définitif. En effet, ces migrations, parfois saisonnières, ponctuelles ou même quotidiennes, trouvaient racine dans des préoccupations diverses, au premier rang desquelles figuraient les motifs professionnels. Surtout, la prédominance naturelle de la ville sur les faubourgs qu’elle fit naître ne doit pas faire oublier la possibilité de déplacements pouvant se faire aussi bien de la périphérie vers le centre que vice-versa. Quelles étaient la réalité et la diversité de ces flux de population ?

L’énigme des migrations pendulaires

  • 1 Par cette expression, les géographes désignent les déplacements quotidiens domicile-travail des po (...)
  • 2 Relevons que la comptabilisation des déplacements pouvait également répondre ponctuellement à des (...)
  • 3 Thierry Argant, « L’approvisionnement en viande de boucherie de la ville de Lyon à l’époque modern (...)
  • 4 Voir notamment AM de Lyon, CC 3857 et 3858, Entrée du bétail, 1543 ; CC 4380, Suroctroy pour le vi (...)
  • 5 Parmi les plus actifs, citons les dénommés Anthoine Protin, Claude Brotoz ou encore Jehan François (...)

2L’absence réelle (ou supposée telle) de certaines sources a souvent conduit la communauté historique à réduire d’elle-même le champ de ses recherches dans de multiples domaines. En d’autres termes, ce sont les sources qui ont conditionné la recherche, en particulier en ce qui concerne les études monographiques, annihilant de facto certaines problématiques qui auraient légitimement dû être posées. Les exemples de thèmes de recherche en friche, pour l’histoire moderne, sont donc nombreux. Le cas des migrations pendulaires1 a pour l’instant été complètement ignoré des historiens. Révélatrices des relations entre centre et périphérie, les migrations pendulaires étaient pourtant évidentes sous l’Ancien Régime. Cette carence s’explique facilement par le caractère très lacunaire des fonds d’archives, puisque la période moderne relève de l’ère préstatistique, et que la comptabilisation des déplacements ne pouvait guère avoir qu’un intérêt fiscal2, ignorant de ce fait de nombreuses mobilités. En fait, extrêmement rares sont les sources fiscales où fut comptabilisé l’ensemble des entrées et sorties quotidiennes aux portes des villes, avec l’origine des individus. En outre, les transports étant très lents, il apparaît logique d’imaginer une société d’Ancien Régime où la majeure partie de la population résidait à proximité de son lieu de travail. Thierry Argant, travaillant pour sa thèse sur l’approvisionnement en viande de la ville de Lyon, a trouvé des documents exceptionnels qu’il a exploités de façon assez approfondie. Ses résultats ont été présentés dans un article récent3. Ces sources nous renseignent avant tout sur l’entrée de bétail en ville, en particulier celui qui transitait par la porte du Rhône4. En 1543, seules certaines personnes accompagnant les animaux virent leur origine géographique consignée dans le registre ; il s’agissait probablement de maquignons. Cependant, le fait que l’on retrouve de manière systématique les mêmes noms sans mention d’origine5, à des intervalles assez proches (parfois plusieurs jours d’affilée) laisse supposer que ces personnes étaient soit des habitants de la ville venus chercher le bétail dans le faubourg de la Guillotière, soit des habitants du faubourg achetant du bétail en provenance des villages proches pour le revendre ensuite en ville, ce qui suggère ainsi fortement l’existence de migrations pendulaires entre ville, faubourg et campagne.

  • 6 René Favier, « Les transformations du marché de la viande à Grenoble au xviiie siècle », Histoire, (...)
  • 7 AD de l’Isère, 2 C 217, Octrois de Grenoble, Porte Très-Cloître, recette des bestiaux, 1767-1772.
  • 8 AD de l’Isère, 2 C 206, Octrois de Grenoble, Porte de Bonne, recette des bestiaux, 1767-1773.
  • 9 Ainsi, en ce qui concerne la porte Très-Cloître, les charcutiers Piot et Trouilloux, ou le chamois (...)

3À Grenoble, des sources similaires à celles de Lyon, mais plus mal tenues, existent pour la fin du xviiie siècle. Déjà étudiées par René Favier6, elles mentionnent les entrées et sorties de bétail pour les portes Très-Cloître7 et de Bonne8, qui faisaient le lien entre la ville et ses deux principaux faubourgs. Rares sont les informations fiables pouvant être tirées de ces documents. Relevons d’abord que les entrées de bétail avaient lieu de façon assez irrégulière ; il pouvait parfois se passer deux, voire trois semaines (hors période de carême) sans qu’aucun mouvement de bête ne soit mentionné. En outre, ce sont souvent les mêmes noms et professions qui furent notés dans le cahier et qui revinrent avec régularité9 ; presque toutes les personnes mentionnées présentaient la particularité d’être des habitants des faubourgs. Par ailleurs, comme ces mobilités étaient beaucoup moins fréquentes à Grenoble que dans le cas lyonnais, il convient ici de ne pas parler de migrations pendulaires.

  • 10 Almanach historique et astronomique de la ville de Lyon, op. cit., p. 259.
  • 11 AD du Rhône, 11 G 511, Registres des voitures et carrioles de la Guillotière, 1781-1788. Cette sou (...)
  • 12 Odette Hamart, « L’éclairage public à Angoulême (fin du xviiie siècle, début du xxe siècle, art. c (...)

4D’autres indices peuvent également nous renseigner sur ces éventuelles migrations pendulaires. L’almanach historique de la ville de Lyon mentionne ainsi les tarifs fixés par une ordonnance de police du 7 décembre 178110. Chaque station d’arrivée et de départ dans les faubourgs est notée, prouvant tout à la fois la réalité de ces déplacements, mais aussi la volonté de la municipalité de les organiser. En outre, un « registre des voitures et carrioles de la Guillotière », datant de la fin du xviiie siècle, révèle la présence de 17 personnes habitant le faubourg ou des villages limitrophes, assurant sans aucun doute des liaisons entre la ville et la périphérie chaque jour11. Ailleurs, comme à Angoulême, les sources mettent souvent en exergue l’intensité de la circulation à l’intérieur de ces faubourgs, y compris la nuit ; les déplacements diurnes entre le centre et la périphérie étaient manifestement concernés par l’importance de ce trafic12.

  • 13 Cela ne signifiait évidemment pas l’absence d’élevage dans les faubourgs. Le recensement de Pontoi (...)
  • 14 Concernant Lyon, outre l’arrivée de bêtes venant des Monts du Lyonnais dès le xvie siècle, évoquée (...)
  • 15 À Bourg-de-Péage, 76 des 311 chefs de feu (soit près d’un quart) étaient journaliers en 1706.

5C’est surtout la très forte présence des personnes se reconnaissant comme jardiniers et journaliers dans de nombreux faubourgs qui laisse supposer l’existence quasi quotidienne de ces déplacements. D’une part, la présence de nombreux jardiniers suggère que les faubourgs étaient inclus dans le premier cercle d’une ceinture agricole enserrant les villes, assurant essentiellement les cultures dites délicates13, un second cercle, plus large, étant plus concentré sur l’élevage14. D’autre part, il est logique d’imaginer les journaliers15 allant chercher du travail là où il s’offrait en plus grande quantité, c’est-à-dire en ville.

  • 16 De nombreuses sources y font allusion. Un exemple tiré d’un mémoire (BM de Lyon, fonds Coste, 1157 (...)
  • 17 Aux AM de Lyon, un document coté CC 3877 permet de savoir en 1550 quelle est la part du vin que le (...)

6La réalité de ces mobilités quotidiennes semble incontestable, même si elles concernaient tout autant des déplacements professionnels que des nécessités de consommation16. Les quantifier apparaît toutefois très difficile. Rares sont les sources fiscales de qualité qui peuvent permettre de déterminer précisément quelles quantités de marchandises les habitants des faubourgs pouvaient vendre ou acheter à l’intérieur de la ville17. Quant aux déplacements définitifs, notamment ceux qui permettaient à des habitants des faubourgs de s’installer en ville, ils ne sont pas forcément plus faciles à déterminer.

De la possibilité de s’installer en ville depuis le faubourg

  • 18 Les registres d’accès à la bourgeoisie, comme les nommées, peuvent être utilisés, mais ils ne conc (...)
  • 19 Richard Gascon, qui a dépouillé les registres d’entrée de l’Hôtel-Dieu de 1534 à 1630, a voulu ain (...)
  • 20 Voir Jean-Pierre Poussou & Pierre Guillaume, Démographie historique, op. cit., p. 87. Jean-Pierre  (...)

7Saisir et quantifier dans leur globalité les réseaux d’immigration est, encore aujourd’hui, chose relativement difficile, voire impossible. D’une part, peu de sources sont directement exploitables, et, surtout, fiables18. De nombreux historiens, et pas des moindres, ont essayé de cerner les contours de l’immigration en se fondant sur des sources qui ne pouvaient véritablement être exploitées sans être recoupées19. Cela leur valut de sévères critiques20. D’autre part, l’immigration clandestine échappe de manière durable aux statistiques. Or celle-ci semble avoir aussi existé au xvie siècle, à une période où les conditions pour s’installer en ville étaient en général plus restrictives, en raison notamment d’un contexte de guerres civiles et de crises frumentaires tendant à jeter l’opprobre sur tous ceux qui pouvaient être considérés comme étrangers. Même si les sources restent souvent muettes sur ce sujet, force est de constater que dans une ville comme Lyon, les faubourgs ressemblaient au xvie siècle à ce que peuvent représenter, aujourd’hui, les espaces proches de Ceuta pour les immigrés souhaitant s’installer en Europe. C’est du moins ce que semblent indiquer les archives des Hospices civils de Lyon, en particulier pour le faubourg de la Guillotière, à partir duquel des personnes étrangères à la ville entraient dans la cité par bateau, notamment celles qui arrivaient en grand nombre de la Savoie.

  • 21 Catherine Clément-Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes de la frontière franc (...)
  • 22 Sylvie Aprile & Emmanuelle Retaillaud-Bajac (dir.), Clandestinités urbaines : les citadins et les (...)

8Quelques travaux ont tenté de travailler sur le contrôle des processus migratoires, en particulier dans les villes situées près des frontières21. Toutefois, l’arrivée de migrants clandestins en ville a généré peu de documents, ce qui n’a pas permis de mesurer l’ampleur de ce phénomène et d’en déterminer les modalités. Par ailleurs, un colloque tenu il y a peu sur le thème de la clandestinité n’a pas vraiment apporté d’éclairage sur ces migrants clandestins, les diverses études concernant l’Ancien Régime ne se fondant sur aucune donnée statistique22.

  • 23 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 258.
  • 24 AHCL, AG, E6, archive citée, p. 304.
  • 25 AHCL, AG, E6, archive citée, p. 356.
  • 26 AHCL, AG, E9, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1557-1559, p. 315- (...)
  • 27 AHCL, AG, E9, archive citée, p. 315-316. Il est indiqué que les « hosteliers, manans et habitans d (...)

9Lyon au xvie siècle fournit un cadre d’étude stimulant, même si cette période n’est pas la plus riche en matière d’archives. À cette époque, la cité rhodanienne était aux portes des États de Savoie-Piémont, jusqu’au rattachement en 1601 de la Bresse et du Bugey au royaume de France par le traité de Lyon. La construction du pont de la Guillotière au xie siècle ne signifia pas, pour beaucoup de Lyonnais, l’abandon d’autres moyens plus traditionnels de traversée du Rhône. Maurice Garden l’a bien montré : les professionnels offrant la traversée du fleuve en barque ou bateau (nommés bateliers, pontaniers, reveyrants ou voituriers par eau) demeurèrent nombreux dans le faubourg de la Guillotière, même au xviiie siècle23. Quelques fragments d’archives soulignent le rôle de ces professionnels de la traversée du Rhône dans l’immigration savoyarde à Lyon au xvie siècle, contre laquelle les membres de la gouvernance urbaine manifestaient régulièrement des formes d’hostilité. Ainsi, dans une délibération du bureau de l’Aumône générale datant du 2 novembre 1543 furent dénoncés « plusieurs voituriers qui en Rosne et en venant en ceste ville » qui avaient transporté « grand nombre de pauvres du pays de Savoie24 » depuis le faubourg de la Guillotière, jouant en cela un rôle de passeurs. Mais les recteurs de l’Aumône générale ne prirent aucune décision de répression contre ces voituriers par eau, chargeant simplement les bedeaux de veiller aux éventuelles fraudes. De même, le 27 mars 1544, trois « reveyrans sur le Rosne » furent réprimandés par le bureau pour avoir fait rentrer « tous les jours des pauvres dans la ville25 ». En mai 1559, les recteurs de l’Aumône générale furent même obligés d’enrichir les statuts de leur institution de règlements spécifiques, interdisant aux bateliers de faire rentrer des étrangers en ville : les « pontaniers et autres reverans sur les rivieres de Saone et de Rosne » ne devaient pas « mectre sur leurs bateaulx, beches aucun pauvres invallides et mendians pour entrer dans la ville par ruse sur peine du fouët26 ». Après l’adoption de cette ordonnance, les recteurs se donnèrent le droit de traîner en justice les contrevenants. Par exemple, les recteurs engagèrent des poursuites contre un batelier du Rhône qui avait fait entrer environ « soixante pauvres invallides estrangers ». Les recteurs dictèrent leur loi, dans la même ordonnance, aux habitants des faubourgs, alors qu’ils considéraient cette population comme étrangère et qu’elle ne pouvait espérer bénéficier de l’assistance de l’Aumône générale27.

10Dans la plupart des autres villes de France, les entrées dans la cité semblèrent avoir posé moins de problème, sauf quand la frontière de l’urbs coïncidait avec une frontière étatique, ou en était proche. Il fallait aussi que la ville fût assez grande pour permettre cette forme d’immigration.

  • 28 Voir Olivier Zeller, « La ville moderne », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbain (...)

11À propos de l’immigration permanente et se déroulant « légalement » (c’est-à-dire en l’absence d’une politique de restriction totale des courants migratoires de la part des autorités urbaines28), rien n’a été pour l’instant tranché quant au rôle précis des faubourgs. Il y a quarante ans, Maurice Garden rappelait en ces termes les éléments du débat :

  • 29 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 48.

L’image traditionnelle retenue par les historiens des sociétés urbaines est celle de l’arrivée d’un « prolétariat » dans les faubourgs et de la fixation progressive de ce prolétariat par une sorte de première « promotion » sociale. Ce schéma ne correspond que très imparfaitement au cas lyonnais. […] C’est une hypothèse souvent formulée, en particulier par Ernest Labrousse, mais qui ne s’applique qu’imparfaitement à Lyon. Bien peu de fils de journaliers des faubourgs deviennent ouvriers en soie dans la ville même. [...] Sans doute les faubourgs de la Guillotière, et à un moindre degré ceux de Vaise et de la Croix-Rousse [...] répondent un peu à cette définition de la banlieue, lieu de concentration des habitants nouveaux, qui font ici une première étape avant l’accès à la ville proprement dite. [...] Il est pourtant rare de trouver un habitant de Vaise, même temporaire, qui devienne habitant de Lyon. Il n’y a pas passage de la condition d’homme du faubourg à celle d’homme de la ville29

  • 30 Bernard Leblon (dir.), Le Livre des Gitans de Perpignan, Paris, l’Harmattan, 2003, p. 30. Perpigna (...)

12Si les travaux d’Ernest Labrousse ont avancé, peut-être prématurément, que les faubourgs pouvaient être une sorte d’espace de transition migratoire entre la campagne et la ville, aucun travail n’a, à notre connaissance, tenté de répondre de manière directe et globale à cette problématique ; quelques études l’abordent de manière indirecte30. Certains historiens ont toutefois démontré que les espaces faubouriens pouvaient servir, au moins ponctuellement pour certains, de sas d’entrée en ville, face aux difficultés d’intégration sociale, professionnelle ou familiale. Dans le cas de grandes villes, où les communautés de métiers n’exerçaient pas leur autorité sur les espaces suburbains, comme à Bordeaux, le faubourg devenait alors un choix par défaut et de transition pour certains artisans. Bernard Gallinato a mis en évidence de nombreux cas de personnes venant s’installer dans les faubourgs pour pouvoir exercer le métier de leur choix, après avoir été rejetées par les communautés de métiers de la ville. L’auteur explique ainsi :

  • 31 Bernard Gallinato, Les Corporations à Bordeaux à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 304.

Venus parfois de très loin pour trouver un emploi, les nouveaux venus s’installent finalement à Saint-Seurin, après avoir été rejetés par une corporation bordelaise. André Narigues, garçon cordonnier, veut tenir boutique à Saint-Seurin car « il n’a pas de quoi se faire recevoir à Bordeaux »31.

  • 32 Voir en particulier Érick Noël, « Les Indiens en France au xviiie siècle », dans Jacques Weber (di (...)

13Notons en outre le cas particulier des grandes villes de la façade atlantique, qui mérite également d’être évoqué. Dans les grands ports français de l’Ouest existait en effet à partir du xviiie siècle une immigration de marins venant des colonies, notamment des Indiens. Ces flux migratoires ont été bien étudiés par des travaux récents32. À Nantes, 160 des 195 personnes de couleur baptisées (adultes) entre 1740 et la Révolution française le furent dans la paroisse Saint-Nicolas, qui englobait un quartier intra muros, mais aussi et surtout le faubourg de la Fosse, structuré autour d’un quai. Celui-ci était non seulement le siège de l’activité des négociants, mais aussi le lieu de débarquement d’une grande partie des bateaux arrivant à Nantes.

14En l’absence de travaux de référence, la nécessité de chercher une réponse dans une ville moyenne s’est très vite imposée. L’utilisation de bases de données est peut-être à même, plusieurs décennies après le débat, de confirmer ou d’infirmer, du moins partiellement, les arguments des uns ou des autres, à partir des exemples grenoblois et angoumoisin. Pour ce faire, deux sources ont été privilégiées.

  • 33 Il fallut en tout saisir dans un logiciel de tableur informatique plus de 9 500 lignes de saisie h (...)
  • 34 Les membres de communautés religieuses, qui, certes, sont parfois nombreux, s’avèrent peu mobiles (...)
  • 35 Relevons également les erreurs possibles de lecture pendant la saisie.
  • 36 Voici quelques exemples surprenants de changements d’orthographe (et même, parfois, de syllabes). (...)

15La première source est celle de recensements de capitation. Ceux-ci ont le défaut principal de ne traiter que des chefs de feu. En d’autres termes, en cas de stratégie de migration lignagère, l’historien reste aveugle. Toutefois, ce type de source peut permettre de saisir si les mouvements des chefs de feu des faubourgs vers la ville, essentiellement des hommes, sont souvent attestés ou ne surviennent qu’en quantité négligeable. Au-delà de ces dimensions, ces documents peuvent être un moyen de mesurer l’ampleur du turn over de la population faubourienne et de la comparer avec celle de la population intra muros. La ville de Grenoble dispose d’une série de recensements de capitation remarquables, mentionnant rue par rue, dans la ville et les faubourgs, le nom des chefs de feu soumis à l’impôt, ainsi que leur état. L’objectif a été de savoir si des chefs de feu recensés dans le faubourg Très-Cloître en 1751 pouvaient franchir les murailles et s’installer ensuite dans la ville, ou s’ils restaient en majorité dans ce quartier. Les sondages ont visé à retrouver ces chefs de feu cinq ans, puis dix ans plus tard. L’idéal aurait été bien entendu de considérer une période plus longue, avec des intervalles de saisie plus réduits que les cinq années choisies ici. Malheureusement, l’ampleur du travail pour la saisie informatique de trois années de ces recensements est considérable33. Bien entendu, les chefs de feu concernés n’appartiennent ni au clergé, ni à la haute noblesse, abonnés à cet impôt et donc absents des rôles. Cela n’a que peu d’incidence sur les résultats, puisque cette population n’est a priori présente que de façon marginale dans les faubourgs34. Les dangers inhérents à l’exploitation sont nombreux. Outre les tentatives d’échapper à l’impôt de la part de certains contribuables, les erreurs, omissions, manques de soin ou négligences des rédacteurs du rôle sont autant d’obstacles difficiles à surmonter pour l’historien35. L’orthographe approximative de certains noms, fluctuante selon les rôles, put parfois être contournée par une recherche par état ou métier des individus présents en 175136. Dès lors, pour chaque chef de feu présent dans le faubourg en 1751, plusieurs indications possibles ont été mentionnées pour les années 1756 et 1761. La mention « décédé » indique que la femme du chef de feu de 1751 a été retrouvée ultérieurement dans les registres avec la mention « veuve », le plus souvent dans le faubourg même ou la rue dans laquelle son mari résidait. La mention « disparu » signifie qu’il n’a pas été possible de retrouver ce chef de feu ni dans le faubourg, ni dans la ville de Grenoble, ce qui suggère soit un départ, soit un mariage, soit un décès, événements que l’étude chronophage des registres paroissiaux grenoblois aurait pu permettre de préciser. Enfin, les mentions « faubourg Très-Cloître » ou les noms de rue indiquent le lieu de résidence ultérieur du chef de feu.

16Du travail de saisie effectué à partir des trois rôles de capitation grenoblois ressortent au moins trois évidences. Tout d’abord, les migrations du faubourg Très-Cloître vers la ville semblaient pour les chefs de feu quantité négligeable. Cela ne signifie pas qu’elles étaient impossibles, des stratégies lignagères étant ici indécelables statistiquement par ces archives. En ce sens, les réflexions de Maurice Garden concernant les faubourgs lyonnais au xviiie siècle trouvent à Grenoble un écho concordant, du moins pour les adultes chefs de feu. Le faubourg Très-Cloître n’était pas, au xviiie siècle, un sas d’entrée pour des individus ayant une stratégie d’immigration individuelle.

Tableau 29. La mobilité des chefs de feu du faubourg Très-Cloître (1751 à 1761).

Situation des chefs de feu du faubourg Très-Cloître de 1751 dans les recensements ultérieurs Effectifs en 1756 Effectifs relatifs en 1756 Effectifs en 1761 Effectifs relatifs en 1761
Décédé 5 3,1 % 13 8,1 %
Disparu 76 47,2 % 80 49,7 %
Résidant toujours Faubourg Très-Cloître 79 49,1 % 67 41,6 %
Habite rue derrière les Ursules dans Grenoble 1 0,6 % 1 0,6 %
Total 161 100 % 161 100 %
  • 37 Abel Poitrineau Remues d’hommes : les migrations montagnardes en France, xviie-xviiie siècles [198 (...)

17En outre, le faubourg Très-Cloître semblait habité par deux catégories de population. D’une part, certains chefs de feu semblaient résider durablement en ce lieu, y exerçant un métier nécessitant une qualification. Lorsque ces chefs de feu étaient des hommes et qu’ils décédaient, leurs femmes continuaient à vivre dans le faubourg en perpétuant l’ancienne activité de leurs époux. Majoritaires dans le faubourg, leur trace ou celle de leurs descendants se retrouve dans les recensements de 1756 et 1761. Une autre catégorie de population semble clairement flottante. Gens sans qualification, certains présentent la particularité de disparaître des registres en 1756 et de réapparaître en 1761. Deux types d’hypothèses sont à même d’expliquer ces mouvements de va-et-vient. La première est qu’au gré des difficultés économiques et des fluctuations d’offres d’emploi proposées à Grenoble et à proximité, certaines personnes quittaient ou rejoignaient sans doute le faubourg par opportunité, faisant preuve d’une mobilité professionnelle de survie. Cela peut être éventuellement corroboré par la variation de taille surprenante du faubourg au cours de la décennie considérée. La seconde hypothèse tiendrait plutôt à des migrations saisonnières, que l’on ne peut valider ou invalider en raison de l’absence d’informations concernant les dates précises auxquelles ces rôles de capitation ont été établis. Cette seconde hypothèse, rejoignant par exemple les travaux d’Abel Poitrineau, semble plus convaincante37.

  • 38 Plusieurs veuves de la rue Saint-Louis habitent ainsi à des adresses différentes de celles qui éta (...)

18In fine, et c’est là la troisième et principale leçon à retenir, le turn over à l’intérieur des faubourgs ne semble guère plus faible que celui qui s’observe dans certaines rues de la ville de Grenoble étudiées à titre de comparaison, même si l’intervalle d’étude de cinq ans ne permet pas de mettre en évidence certains déplacements suivis de décès ayant eu lieu entre-temps38. En outre, le turn over au sein d’un quartier pouvait dépendre tout autant de phénomènes migratoires que de la structure par âge du lieu. En d’autres termes, les mobilités pouvaient être numériquement importantes lorsqu’un territoire était vu comme une étape par plusieurs de ses habitants, ou lorsque celui-ci abritait une population majoritairement âgée, et donc plus soumise à la mortalité. 96 chefs de feu recensés en 1751 dans les rues Marchande et Saint-Louis ont été « suivis » en 1756 et 1761, à l’instar de ceux étudiés dans le faubourg Très-Cloître.

19Les habitants des rues Marchande et Saint-Louis se déplaçaient apparemment avec plus de facilité dans la ville sur la période concernée (du moins leur trace a-t-elle été plus aisément retrouvée). Cela signifie que le faubourg Très-Cloître ne pouvait être assimilé à un village citadin, en raison d’un brassage de population qui apparaissait clairement urbain, et de la présence d’une population flottante, inconnue ou presque des espaces ruraux. Le faubourg se présentait comme un espace qui n’était ni un sas, ni un lieu rassemblant des habitants dont l’unique but aurait été de s’installer, in fine, à l’intérieur des murailles. En outre, le taux de renouvellement des chefs de feu tous les cinq ans était, certes, un peu plus élevé en ville que dans le faubourg, mais il apparaît difficile de procéder à quelque généralisation que ce soit à partir du peu d’exemples étudiés.

Tableau 30. La mobilité des chefs de feu des rues Marchande et Saint-Louis à Grenoble (1751 à 1761).

Situation des chefs de feu des rues Saint-Louis et Marchande de 1751 dans les recensements ultérieurs Effectifs en 1756 Effectifs relatifs en 1756 Effectifs en 1761 Effectifs relatifs en 1761
Décédé 8 8 % 11 11 %
Disparu 35 36 % 45 47 %
Résidant toujours dans la même rue 40 42 % 28 29 %
Place Dauphine 1 1 % 2 2 %
Place Notre-Dame 1 1 % 0 0 %
Rue Chenoise 1 1 % 1 1 %
Rue Créquy 1 1 % 1 1 %
Rue de Bonne 1 1 % 1 1 %
Rue des Clercs 0 0 % 1 1 %
Rue du Chapelet 0 0 % 1 1 %
Rue de Sault 1 1 % 0 0 %
Rue du Vieux Pont 1 1 % 0 0 %
Rue Montorge 2 2 % 2 2 %
Rue Neuve 2 2 % 1 1 %
Rue Perrière du côté des vignes 1 1 % 0 0 %
Rue Saint-Jacques 1 1 % 1 1 %
Rue Très-Cloître 0 0 % 1 1 %
Total 96 100 % 96 100 %
  • 39 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 213. L’auteur estime par sondage que 95 % en (...)
  • 40 Maurice Garden, Un historien dans la ville, René Favier & Laurence Fontaine (éd.), Patrice Bourdel (...)

20La seconde méthode utilisée a consisté dans l’exploitation de registres paroissiaux. Lorsque le curé était suffisamment méticuleux et précis (c’était le cas souvent dans la deuxième partie du xviiie siècle) et lorsque ces registres eurent le bonheur de traverser le temps jusqu’à nous, il arriva que l’on puisse connaître l’origine des mariés, et même, plus rarement, celle des décédés. Moins riches en informations que les contrats de mariage étudiés par Maurice Garden39, les registres paroissiaux ont l’avantage de concerner tous les mariés (du moins catholiques), mais ils ont aussi l’inconvénient de ne pas permettre de connaître les étapes d’une migration40. Un problème de taille se posait toutefois. Il fallait pouvoir étudier une agglomération dans laquelle les faubourgs constituaient des paroisses spécifiques, indépendantes de la ville. Autre condition sine qua non, le choix devait concerner une ville de taille assez réduite pour ne pas limiter l’étude à un quartier ou à quelques quartiers, au risque de prendre pour un cas général ce qui ne pouvait être qu’un cas particulier. Angoulême constitue à ce sujet une cité particulièrement intéressante, d’autant plus que les paroisses intra muros ne sont pas d’une taille à freiner les velléités de dépouillement. Par conséquent, la démarche était prometteuse. Par rapport à l’étude des registres de capitation, il était peut-être possible de discerner d’éventuelles stratégies lignagères, en ce sens que les actes de mariage peuvent révéler l’arrivée récente de jeunes individus en ville, passés du statut d’enfants dans les faubourgs à celui de chefs de feu ou d’épouses de chefs de feu en ville.

  • 41 La démarche n’est pas sans risque, mais d’autres s’y sont frotté avant nous avec succès. Voir Jean (...)
  • 42 Plus de quinze mentions apparaissent ainsi formulées par les curés. Catherine Louise de Broyance, (...)

21À cet effet, l’ensemble des actes de mariage réalisés dans les paroisses d’Angoulême intra muros durant les années 1768, 1769 et 1770 a été dépouillé. Ces années présentent l’avantage d’être complètes pour toutes les paroisses de la ville, mais aussi de délivrer des informations précises, puisque les curés qui officiaient alors étaient très scrupuleux. Si le fait de se marier dans une paroisse n’induisait pas toujours d’y résider par la suite, on peut tout de même supposer que cela fut le cas alors41 ; les curés mentionnèrent en effet pour plusieurs mariés l’ancienneté de résidence dans la paroisse, quand ceux-ci étaient fraîchement arrivés42. Encore une fois, l’idéal aurait été de pouvoir dépouiller le plus d’actes de baptême possibles sur des périodes plus étendues. Face à l’impossibilité de mener seul un tel travail, l’historien doit alors se contenter d’entrouvrir une porte par la méthode du sondage, laissant la possibilité de confirmations ou de réfutations ultérieures par des travaux de plus grande ampleur. 120 mariages ont été célébrés dans Angoulême intra muros durant la période 1768-1770 et ont servi d’échantillons. Bien évidemment, les résultats obtenus ne correspondent peut-être absolument pas à ce qui pouvait être observé quelques décennies plus tôt. La valeur d’une telle exploitation par sondage est donc avant tout indicative. Force est de constater que l’installation de jeunes gens nés dans les faubourgs à l’intérieur de la ville n’était pas, durant ces années, quelque chose d’incongru.

Figure 10. L’origine des mariés dans Angoulême intra muros d’après les registres paroissiaux (1768-1770).

Figure 10. L’origine des mariés dans Angoulême intra muros d’après les registres paroissiaux (1768-1770).
  • 43 Les faubourgs devaient représenter autour de 51 % de la population de l’agglomération angoumoisine (...)

22Sur la période concernée, les résultats obtenus laissent entrevoir une réalité qui a été maintes fois démontrée : la ville se nourrit avant tout des apports extérieurs pour sa croissance. De ce fait, l’arrivée massive de jeunes hommes originaires de paroisses extérieures à l’agglomération, qu’ils soient de Saintonge, de Charente ou de contrées plus lointaines, n’indique nullement ici un quelconque rôle de sas des faubourgs. En outre, dans cette agglomération où l’ensemble des faubourgs pesait alors autant démographiquement que le centre-ville43, les jeunes hommes mariés originaires des zones suburbaines étaient presque aussi nombreux que ceux qui venaient des paroisses urbaines, dans les mariages célébrés intra muros. C’est la preuve, cette fois-ci, de l’absence de vraie rupture socio-spatiale entre la ville et ses faubourgs.

Figure 11. L’origine des mariées dans Angoulême intra muros d’après les registres paroissiaux (1768-1770).

Figure 11. L’origine des mariées dans Angoulême intra muros d’après les registres paroissiaux (1768-1770).

23Pour les jeunes femmes, l’origine faubourienne était proportionnellement un peu moins importante que pour les jeunes hommes dans l’échantillon étudié. La mobilité masculine, alors plus importante que la féminine, était à l’évidence la principale raison expliquant ce déséquilibre, et non les effectifs. C’était aussi cette plus faible mobilité féminine qui engendrait très certainement une émigration lointaine plus ténue des jeunes filles d’Angoulême, rendant leur proportion plus élevée.

24Les résultats obtenus à partir des années 1768, 1769 et 1770 laissent aussi apparaître de surprenantes disparités en fonction des paroisses angoumoisines. En effet, certaines paroisses urbaines étaient visiblement propices à l’accueil de nombreux habitants des faubourgs, pour la plupart jeunes et de toutes conditions. Ainsi, au sein de la plus grande paroisse de la ville (Saint-André), les jeunes hommes mariés étaient pour près d’un quart (24 %) originaires des faubourgs d’Angoulême.

25Il convient bien entendu de ne pas ériger le cas angoumoisin en règle générale. Ici, les faubourgs représentaient au sein de l’agglomération un poids démographique plus important que dans nombre de cités du royaume de France. En outre, ce qui s’observait dans la deuxième moitié du xviiie siècle n’existait peut-être pas dans les décennies antérieures. Par contre, il serait étonnant qu’Angoulême ait été un cas unique dans la France du xviiie siècle. L’intérêt d’une étude comme celle-ci est au moins de nature à confirmer que l’hypothèse émise il y a près de cinquante ans par Ernest Labrousse concernant le rôle de sas des faubourgs pouvait, dans certains cas, se justifier totalement, du moins pour des migrants très jeunes, dans l’optique de stratégies lignagères et dans le cas de villes moyennes possédant des faubourgs assez étendus. Seule la multiplication d’études de cas permettra de mettre un terme définitif à ce débat, dans lequel la position de Maurice Garden semble, pour l’instant, plutôt confortée.

  • 44 AM de Toulouse, FF 539, Registre des étrangers, 19 novembre 1779-17 janvier 1783. Sont considérées (...)
  • 45 Figurent d’ailleurs au sein du registre quelques billets remplis par les aubergistes, ayant traver (...)
  • 46 AM de Toulouse, FF 539, archive citée, exploitée sous la forme d’une base de données de 403 entrée (...)
  • 47 AM de Toulouse, FF 539, archive citée. Ainsi, le 31 janvier 1780, parmi les personnes hébergées ch (...)

26L’immigration, qu’elle soit de courte, moyenne ou longue durée, a pu aussi laisser des traces spécifiques dans les archives, en particulier concernant le contrôle des étrangers arrivant en ville et logeant dans des auberges ou garnis. Ce type de surveillance, répandu semble-t-il dans les villes du sud du royaume de France sous l’Ancien Régime, reposait en partie sur la bonne volonté des professionnels de l’hôtellerie qui étaient sollicités pour le suivi parfois quotidien de l’arrivée des étrangers. À Toulouse, parmi les nombreux documents exceptionnels conservés aux archives municipales, figure un recensement des étrangers entre 1779 et 178344. Celui-ci indique précisément où étaient localisés les personnes étrangères arrivant dans la ville, puisque chaque aubergiste était tenu de communiquer leurs noms et origines aux autorités locales45 ; même si aucune certitude n’existe quant aux fausses déclarations, négligences et oublis possibles, le registre peut toutefois permettre de dégager certaines tendances. Une exploitation partielle de ce document a été menée pour l’année 178046, afin de tenter de déterminer dans quels quartiers ou faubourgs de Toulouse les garnis et auberges qui accueillaient des étrangers étaient les plus nombreux et les plus actifs. Même si des indices peuvent laisser supposer qui pouvait être de passage et qui souhaitait s’installer durablement dans la ville47, la distinction n’a pas pu être établie durant la saisie, faute de certitudes. Dans tous les cas, quel que soit le type d’immigration concerné, la géographie sociale de l’entrée en ville était particulièrement étonnante. En effet, une nette majorité des immigrés, qu’ils soient temporaires ou de plus longue durée, entraient en ville par le faubourg Saint-Michel, situé au sud des remparts, sur la rive droite de la Garonne.

Figure 12. Modes et lieux d’hébergements des arrivants à Toulouse en 1780 logeant en auberge ou garni.

Figure 12. Modes et lieux d’hébergements des arrivants à Toulouse en 1780 logeant en auberge ou garni.

Tableau 31. Répartition des 1332 personnes logées à Toulouse en 1780 au sein d’auberges et de garnis.

Aubergistes Nombre de personnes accueillies en 1780
Auberge Giscard (Faubourg Saint-Michel) 457
Auberge Santurin (Faubourg Saint-Michel) 158
Auberge Jean Bavie (Faubourg Saint-Michel) 138
Auberge Campistron (Faubourg Saint-Michel) 90
Auberge François Dupont (en ville) 64
Autres auberges et garnis de la ville 235
Autres auberges et garnis du faubourg Saint-Michel 182
Autres auberges et garnis du faubourg Montaudran 5
Autres auberges et garnis du faubourg Saint-Étienne 3
Total 1 332
  • 48 La porte du château, interface entre la ville et le faubourg Saint-Michel, est distante d’environ  (...)

271 332 personnes étrangères seraient donc venues à Toulouse en 1780, selon ce registre. 1 131 auraient logé en auberge et 201 en garni. Un fait paraît très surprenant : il existait certaines adresses particulièrement prisées des immigrants et personnes de passage dans cette ville. De toute évidence, les principaux lieux d’hébergement étaient concentrés dans le faubourg Saint-Michel, à proximité du parlement toulousain, situé, lui, intra muros, à proximité de la porte du château. Une auberge paraît très active, celle du dénommé Giscard. Durant l’année 1780, celui-ci put accueillir jusqu’à 23 personnes le 22 août 1780, preuve de la grande capacité d’hébergement de son établissement. Cette seule auberge aurait donc reçu en 1780 un peu plus de 34 % des personnes venues à Toulouse. De façon plus générale, la prospérité des auberges et garnis du faubourg Saint-Michel (77 % de l’ensemble des personnes accueillies) tenait sans doute à la proximité du parlement, devant lequel de nombreuses personnes venaient plaider, mais aussi à la proximité du port Garaud, et à la facilité d’accès au centre-ville48. Est-ce à dire que la géographie des infrastructures toulousaines favorisait outre mesure le faubourg Saint-Michel par rapport à la ville, en termes d’activité hôtelière ?

  • 49 AM de Lyon, FF 042, Jugements de police, 1678-1697, pour le pont du Rhône ; FF 043, Jugements de p (...)
  • 50 Olivier Zeller & Susanne Rau, « Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon à la fin du xvi (...)
  • 51 Ibid., p. 118-120.
  • 52 Ibid., p. 126-127. Plus de la moitié des voyageurs serait membre du clergé, de la marchandise, de (...)
  • 53 Ibid., p. 118.
  • 54 Ibid., p. 130.

28Les archives de Lyon, qui présentent des sources quasi similaires pour la fin du xviie siècle49, peuvent permettre d’en savoir plus. Ces sources ont été dénichées et exploitées par Olivier Zeller et Susanne Rau50 ; elles sont sans conteste des documents intéressants, mais à manier avec précaution51. Sélectives socialement52, passant sous silence les entrées pourtant fort nombreuses pouvant se faire par voie d’eau53, elles donnaient quelques éléments sur les logements choisis par ces voyageurs, dont beaucoup étaient des notables ou des négociants qui n’étaient que de passage à Lyon. Or la situation de la ville était fort différente de celle de Toulouse. En effet, la cité rhodanienne ne disposait pas de parlement et ses principaux ports étaient situés intra muros. Selon les deux auteurs, les faubourgs semblaient jouer le rôle de sas pour les voyageurs arrivés trop tôt ou trop tard54. D’un point de vue global, le rôle des auberges des faubourgs était marginal dans l’accueil de ces migrants. Toutefois, on peut se demander si d’autres populations, socialement très différentes et ayant de toute évidence l’objectif de s’installer longtemps en ville, avaient les mêmes comportements envers leur hébergement d’accueil transitoire. Aucune autre source à Lyon ne permet de trancher de manière définitive sur ce point.

  • 55 AM de Dijon, I 172, Cahier des entrées de la porte Saint-Nicolas, 1765-1767.

29Enfin, les archives de Dijon révèlent une source également très intéressante. Il s’agit de registres d’entrée des étrangers datant de la fin du xviiie siècle, dans lesquels chaque arrivant déclinait son nom, sa qualité et le lieu où il dormirait ou souhaitait dormir. Par contre, aucune certitude n’existe ici pour savoir si ce registre a été rédigé grâce à des billets remplis par les aubergistes, comme à Toulouse ou à Lyon, ou bien sur la simple déclaration des arrivants se présentant à la porte. Le registre de la porte Saint-Nicolas, voie naturelle d’entrée à Dijon pour les voyageurs venant de l’Est, a été partiellement dépouillé55. Manifestement, tous les voyageurs étaient tenus de justifier de leur identité en entrant dans la ville, qu’ils fussent laboureurs, hommes de justice, soldats, marchands, négociants, artisans ou bourgeois. La grande diversité des statuts des voyageurs incite plus naturellement à la confiance que la source équivalente étudiée pour Lyon par Olivier Zeller et Susanne Rau. Dans le cas dijonnais, rien ne confirme non plus la situation observée à Toulouse en 1780. Les 507 migrants de l’échantillon d’étude choisi, entrés par la porte Saint-Nicolas entre le 15 octobre 1765 et le 28 février 1766, ne résidaient que très exceptionnellement dans les faubourgs. En 1695, le faubourg Saint-Nicolas, peuplé de 99 feux, n’abritait ni cabaretier ni aubergiste. Soixante-dix ans plus tard, on peut douter d’un fort développement de l’hôtellerie dans cette zone. Au contraire, le quartier Saint-Nicolas, situé intra muros, présentait déjà 5 chefs de feu hôtes ou cabaretiers en 1695. Cette tradition d’hôtellerie s’était apparemment maintenue, puisqu’au moins 29 % des étrangers de l’échantillon choisirent d’y résider. Le caractère répulsif du faubourg tenait probablement à trois critères : l’absence d’une tradition hôtelière, une offre suffisamment abondante en ville et une localisation trop excentrée par rapport aux pôles d’attraction (comme le parlement).

  • 56 L’étude s’est faite par sondage. La consultation de la suite du registre ne faisait pas apparaître (...)

Tableau 32. Lieux d’hébergement choisis par les étrangers entrés à Dijon par la porte Saint-Nicolas (15 octobre 1765-28 février 1766)56.

Lieux d’hébergement choisis Effectifs
En ville 598
Faubourg d’Ouche 5
Faubourg Saint-Nicolas 4
Total 607

30À trop vouloir présenter les faubourgs comme des portes d’entrées possibles de la ville, l’on pourrait presque finir par oublier que ceux-ci étaient également des portes de sorties pour les urbains... En ce sens, pour un habitant de la ville, se rendre dans les faubourgs était déjà l’occasion de quitter sa cité et certains de ses carcans.

Quand la ville va au faubourg : les différents usages d’un espace proche de l’urbs

31Pour un grand nombre de raisons, les faubourgs pouvaient attirer de manière temporaire une population venant de la ville, cherchant une liberté ou un cadre que leur cité n’offrait pas ou plus. Loin d’être des phénomènes anecdotiques, ces usages des faubourgs semblent avoir concerné une population nombreuse, durant l’ensemble de la période moderne. Pour quelles raisons précises des citadins se rendaient-ils à l’extérieur du territoire urbain ?

  • 57 Un exemple parmi d’autres : Richard Cleary, « Making Breathing Room: Public Gardens and City Plann (...)
  • 58 Vauxhall Revisited: Pleasure Gardens and Their Publics, 1660-1880, Londres, Paul Mellon Centre, 14 (...)
  • 59 Roland Andréani (dir.), Histoire de Nîmes, op. cit., p. 144.
  • 60 Jean-Paul Volle & Mireille Lacave, « La fin du Moyen Âge : des guerres de religion à la ville clas (...)
  • 61 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 213.

32Pour nombre d’habitants des grandes villes françaises au xviiie siècle, les faubourgs représentaient certainement avant tout des lieux agréables de promenade. Une intense activité historique a traité de ces promenades57, donnant lieu à deux colloques d’importance, l’un au Royaume-Uni, l’autre en Belgique58. La dixième conférence internationale d’histoire urbaine, qui s’est tenue à Gand en septembre 2010, a consacré une session au thème « Promenades, Pleasure Gardens and Parks in European Towns c. 1650-1900 ». Il est admis désormais que de nombreux cours furent aménagés au xviiie siècle, soit sur les anciens remparts, soit, et cela est souvent moins connu, directement dans les faubourgs. Dans certaines villes, les travaux d’aménagement commencèrent dès la deuxième moitié du xviie siècle. À Nîmes, une promenade (l’Esplanade) fut créée dès 1666 dans le faubourg de la Couronne59, au sud de la ville. Cette esplanade dominait l’espace suburbain méridional nîmois. À Montpellier, l’espace de promenade le plus apprécié au xviiie siècle était, semble-t-il, celui de la place du Peyrou. Cette place, qui était aussi un belvédère, a été construite à la fin du xviie siècle, entre les faubourgs Saint-Jacques et Saint-Guilhem, pour offrir un lieu de promenade, mais aussi un point de vue sur les campagnes environnantes et les Cévennes60. À Rouen, une grande promenade, le cours la Reine, existait depuis le milieu du xviie siècle, sur la rive gauche de la Seine, à l’est du Faubourg Saint-Sever et face à l’île Lacroix61.

  • 62 Jean-Pierre Rocher (dir.), Histoire d’Auxerre, op. cit., p. 225.
  • 63 Robert Étienne (dir.), Histoire de Bordeaux, op. cit., p. 245-246.
  • 64 Louis Perouas (dir.), Histoire de Limoges, op. cit., p. 146-147.
  • 65 AM d’Angoulême, DD1, Documents divers, 1532-1789.
  • 66 Pierre Lelièvre, Nantes au xviiie siècle : urbanisme et architecture, Paris, Picard, 1988, p. 113.
  • 67 AM de Nantes, II 157, Plans généraux, xviiie siècle.
  • 68 C’est ce que confirme le plan Mareschal, conservé au musée du Vieux Nîmes, datant de 1775.
  • 69 Annie Gay & Jacky Theurot, Histoire de Dôle, op. cit., p. 167.
  • 70 AM de Romans, 8Fi25, Plan de la ville de Romans-en-Dauphiné, 1789.
  • 71 AM de Romans, 1D1, Délibérations municipales, archive citée, p. 3-4.

33Ailleurs, c’est bien au xviiie siècle que les espaces de promenade furent le plus souvent aménagés. À Auxerre, ce furent les bourgeois de la ville qui, par une souscription, établirent une promenade sur les glacis, bordée de quatre rangées de tilleuls, à la fin des années 1730. Devant le succès de cette entreprise, le corps de ville décida en 1741 d’aménager une autre promenade extra muros de la porte Saint-Siméon à la porte d’Égleny62. À Bordeaux, un grand jardin public fut créé dans la deuxième moitié du xviiie siècle, entre les faubourgs des Chartrons et de Saint-Seurin. Pendant plusieurs années, jusqu’à la Révolution, des portiers sélectionnaient à l’entrée les personnes autorisées à le fréquenter ; les mendiants, ouvriers et autres domestiques ne pouvaient y accéder63. À Limoges, à partir des années 1760, une grande promenade bordée d’ormeaux relia, au nord de la ville, la place Tourny au couvent des Bénédictines64. À Angoulême, un cours planté d’arbres fut établi en 1782 « dans le canton du Parc de la ville d’Angoulême65 ». À Nantes, le seul grand lieu de promenade demeura, durant une bonne partie du xviiie siècle, un terrain vague formé de deux buttes dans le faubourg Saint-Clément66. À partir de la fin du xviiie siècle, suite au plan dressé par Ceineray, une grande promenade perpendiculaire à la Loire vint s’insérer à l’entrée des faubourgs de Richebourg et de Saint-Clément67. Le cas le plus éloquent demeure cependant la ville de Nîmes. La cité languedocienne ne cessa de développer des promenades au cours du xviiie siècle : la plus impressionnante fut celle qui partait des jardins de la Fontaine vers le sud, à l’ouest des faubourgs de la Bouquerie, de la Madeleine et Saint-Antoine68. Dans les petites villes, comme Dôle, les habitants avaient également le goût de la promenade. Au début du xviiie siècle, de nombreux espaces dédiés à cette activité furent aménagés hors les murs : le cours Masson à l’ouest de la ville (derrière les terrasses et la charmille du jardin Mailly), le jardin Philippe (enserré dans les bras du Doubs) ou le cours Saint-Maurice à l’est de la ville69. À Romans, autre ville de petite taille, la promenade s’effectuait, jusqu’à la Révolution, dans une allée longeant le rempart au nord de la ville, près de la porte de Jacquemard70. Le 13 février 1791, l’assemblée du conseil général de la commune de Romans décida la création d’une nouvelle promenade publique à proximité de la maison commune, hors les murs, sur un terrain de vigne71.

  • 72 Olivier Zeller, « En marge du privilège : petits spectacles et théâtre amateur à Lyon (1785-1787)  (...)
  • 73 Ibid., p. 88 : L’auteur explique que « hors de l’espace urbain, la salle peut devenir un lieu de s (...)
  • 74 Christian Taillard, Bordeaux à l’âge classique [1987], Mollat, Bordeaux, réimpr. 1997, p. 150.
  • 75 Les archives de Bordeaux Métropole renferment un grand dossier concernant la construction de ce th (...)
  • 76 Gérard Cholvy (dir.), Histoire de Montpellier, op. cit., p. 213.
  • 77 Olivier Zeller, « La vie théâtrale dans une ville moyenne, Bourg-en-Bresse à la fin de l’Ancien Ré (...)
  • 78 AM Angoulême, DD1, archive citée.
  • 79 AM d’Angoulême, 2 S 22, Tableau politique et historique des principaux États, Corps, Communautés, (...)
  • 80 AD du Gard, LL 47, Délibérations des consuls, 1786-1789.
  • 81 AD du Gard, FF 28, Police de la ville, 1769-1774. La principale salle de théâtre se trouvait au su (...)
  • 82 Roland Andréani (dir.), Histoire de Nîmes, op. cit., p. 167. Séguier, botaniste, astronome, archéo (...)
  • 83 Jacques Maillard, « Le théâtre à Angers au xviiie siècle », dans Revue d’histoire du Théâtre, nº 1 (...)
  • 84 AM de Grenoble, DD 119, Théâtre, 1720-1775.

34Le théâtre trouvait également dans les faubourgs un lieu d’épanouissement. Étudiant les petits spectacles et le théâtre amateur à Lyon entre 1785 et 1787, Olivier Zeller a mis en évidence l’existence de petits théâtres amateurs dans les faubourgs de la Croix-Rousse, de la Guillotière et des Brotteaux72. Situés hors les murs, ces derniers n’avaient alors pas à demander d’autorisation de représentation au directeur privilégié du Grand-Théâtre, dont l’accord était indispensable pour se produire dans la province. Ces salles auraient permis, selon l’auteur, à une partie aisée de la population lyonnaise de transgresser un système culturel dans lequel ils ne se reconnaissaient pas ou plus73. Dans nombre de villes cependant, la construction de théâtres dans les faubourgs répondit avant tout à un souci spatial. Le Grand-Théâtre de Bordeaux, inauguré le 7 avril 178074, fut ainsi construit hors les murs, parce que la municipalité avait besoin de place pour construire ce bâtiment, symbole de l’opulence et de la puissance de la cité75. À Montpellier, un théâtre fut édifié entre 1754 et 1756, selon les plans de l’architecte Mareschal, dans le faubourg de Lattes, non loin de la porte du même nom76. Dans les villes moyennes, où il n’existait pas une clientèle importante pour ce type de théâtre amateur, la situation n’était pas forcément différente. À Bourg-en-Bresse par exemple, la principale salle de théâtre fut édifiée en 1776 et 1777 ; elle était située au nord de la ville, extra muros. Pour autant, cette salle proposait des spectacles professionnels et recevait les bals des sociétés bourgeoises qui n’étaient pas marqués par des débordements, loin de là77. À Angoulême, le sieur Glace, négociant, sollicita le corps de ville et l’intendant de la généralité de Limoges ; il obtint en 1779 l’autorisation d’accueillir des spectacles de comédie78 dans la salle qu’il avait fait édifier, dans le tout nouveau parc d’Angoulême79, à partir de plans réalisés par le sieur de Bresme Desgagniers, « ancien élève des ponts-et-chaussées et contrôleur des travaux de la Charente ». À Nîmes fut autorisée la création d’une salle de spectacle près de la porte de la caserne le 27 mars 178880. Cette décision vint renforcer l’attrait culturel des faubourgs, qui hébergeaient déjà un petit théâtre, dans lequel la troupe d’acteurs faisait preuve de bien peu de discipline81, ainsi qu’un hôtel particulier dans la rue principale du faubourg des Carmes, abritant les collections particulières et la bibliothèque de Jean-François Séguier léguées à l’Académie82. Retenons une fois encore que tous ces exemples n’avaient pas valeur de loi, puisque certaines municipalités étaient prêtes à investir énormément d’argent, pour construire leur théâtre intra muros justement. À Angers, le Grand Théâtre fut construit en 1791 à l’intérieur des murs, sur l’actuelle place du Ralliement83. À Grenoble, le théâtre fut quant à lui construit à la fin des années 1760, près de la place Saint-André, en lieu et place du jeu de paume84. À Lyon, Soufflot érigea une nouvelle salle de spectacles sur l’emplacement des jardins de l’Hôtel de ville.

  • 85 AM de Lyon, 14 II 019 4, Jean-Antoine Morand : travaux (fonds privé). Ce même Cardinaly propose au (...)

35D’autres activités ludiques liées au monde du spectacle prospérèrent dans les faubourgs. Ainsi, dans les années 1777, dans le nouveau faubourg des Brotteaux à Lyon, un saltimbanque itinérant nommé Cardinaly proposait ses services pour animer le lieu de spectacles de marionnettes85. Il était rémunéré 36 livres par mois par la compagnie du pont de Saint-Clair, qui n’œuvrait pas par philanthropie, mais bien pour espérer augmenter la fréquentation sur l’ouvrage d’art récemment construit, et donc sa perception des droits de péage.

  • 86 AM de Lyon, 14 II 019 4, archive citée.
  • 87 AD du Calvados, C 2976, Agriculture, commerce, industrie ; Ballons à Caen (1783-1785).
  • 88 Jean Vartier, Histoire de Nancy, Paris, Mazarine, 1980, p. 174.
  • 89 AN, K 1202, nº 14, Relation des réjouissances pour la naissance de Monseigneur le Duc de Bretagne, (...)

36Les événements populaires de masse trouvaient aussi leur place au faubourg. À Lyon, c’est encore dans le faubourg des Brotteaux que le fameux « Ballon de Flesselles » s’éleva le 19 janvier 178486. Pour cet événement, la compagnie du pont de Saint-Clair ne lésina pas sur les moyens, avec la construction d’une grande enceinte et de gradins par Joseph Guittet, maître charpentier de Lyon. Si des préoccupations de sécurité obligèrent parfois à interdire le vol de ballon, notamment en raison des risques d’incendie ou de noyade (près des littoraux), l’intérêt du faubourg était souvent indiscutable ; à Caen, le ballon réalisé par le chapelier Duval fut financé par un système de souscription. Les généreux donateurs, originaires de Caen, purent assister au spectacle de l’envol du ballon aérostatique hors les murs, près de chez eux87. À Nancy, le spectacle fut le même, mais il fut payant. Le ballon s’envola au sud de la ville, depuis l’intérieur de la pépinière royale. Les 1er et 2 juillet 1787, les spectateurs nancéiens, ainsi que plusieurs milliers d’étrangers, purent assister au décollage du ballon de l’inventeur Blanchard, gonflé à l’« air méphitique ». Ils admirèrent également le saut en parachute réussi du chien de l’inventeur depuis la nacelle88. Il faut aussi citer les feux d’artifice qui, potentiellement dangereux, étaient souvent tirés dans les faubourgs, comme celui qui fut offert à Caen le dimanche 5 juillet 1704, en l’honneur de la naissance de Monseigneur le Duc de Bretagne89.

  • 90 AM de Lyon, 14 II 019 4, archive citée.
  • 91 ABM, XL A 59, Plan géométral de la ville et faubourgs de Bordeaux avec tous les changements faits j (...)
  • 92 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 253.
  • 93 Jean-Aymar Piganiol de la Force, Nouveau Voyage en France, op. cit., vol. 2, p. 145. « Les dehors (...)
  • 94 Just Zinzerling (dit Jodocus Sincerus), Voyage dans la vieille France, 1612-1616…, op. cit., p. 96 (...)

37À Lyon, un projet de cirque vit même le jour à la fin du xviiie siècle, puisque les archives de Jean-Antoine Morand comprennent des croquis et estampes, ainsi qu’un devis pour la construction d’une arène et d’un hangar pour animaux90. En revanche, nous n’avons pas de renseignements précis sur le succès réel de cette entreprise. À Bordeaux, un cirque était construit au nord des Chartrons ; il fut représenté sur un plan de la ville datant de 178791. Le plus souvent, des spectacles demandant moins de moyens financiers et d’aménagements avaient lieu. À Lyon, un nommé Padavany organisait ainsi des combats d’animaux dans le faubourg des Brotteaux, dans les années 1770-1780, tandis que les célèbres Franconi jouaient du tambour, debout sur un cheval au galop, dans leur cirque, « près du bassin ». Non loin, une académie d’équitation permettait aux jeunes Lyonnais de la bonne société de pratiquer cet art grâce à un manège spécialement conçu pour l’apprentissage équestre92. Jean-Aymar Piganiol de la Force mentionne un lieu fréquenté par les Strasbourgeois pour la commodité de pique-niques en périphérie de la ville93. À Nevers, Just Zinzerling évoque hors la ville « un petit bois où l’on a ménagé une place pour jouer à la paume ; cet endroit, nommé paille-maille, est fort commode pour qui veut éviter les chaleurs de l’été94 ».

  • 95 Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon, op. cit., vol. 2, p. 266-267.
  • 96 Ibid., p. 357-358.
  • 97 Roland Andréani (dir.), Histoire de Nîmes, op. cit., p. 178.
  • 98 Louis Perouas, Histoire de Limoges, op. cit., p. 176.
  • 99 François Lebrun, Histoire d’Angers, op. cit., p. 138-155.

38Au moment de la Révolution française, où émergèrent de nouvelles cérémonies populaires destinées à célébrer la nation et ses valeurs, les faubourgs prirent souvent une place primordiale. Les grandes fêtes patriotiques, nécessitant beaucoup de place, durent souvent se tenir hors les murs. Le cas très connu de la fête de la Fédération à Paris, le 14 juillet 1790, n’était pas un cas isolé. À Lyon, la fête de la Fédération du 30 mai 1790 se tint dans la plaine des Brotteaux. 50 000 hommes en armes se réunirent pour l’occasion autour d’un remblai supportant l’autel de la Patrie et une statue de la Liberté95. Après la révolte lyonnaise contre la Convention, les faubourgs gardèrent leur importance pour les nouveaux maîtres de la ville. Le 20 prairial, an II de la République, la fête de l’Être suprême, après avoir traversé la ville, conduisit plusieurs milliers de personnes à l’extérieur de la ville, toujours dans le faubourg des Brotteaux96. À Nîmes, c’est sur la place de l’Esplanade, au sud de la ville, que se tenaient tous les grands moments de la Révolution ; le 14 juillet 1790 s’y déroula aussi la fête de la Fédération avec une population nîmoise présente en masse, notamment mille dames en uniforme de la nation97. À Limoges, les grands événements de la Révolution (fête de la Fédération des gardes nationales le 9 mai 1790 et fête de la Fédération le 14 juillet 1790) se tinrent également extra muros, place Tourny98. À Angers, selon les mêmes modalités, l’espace symbolique des révolutionnaires était le faubourg Saint-Michel, dans lequel étaient rassemblés l’autel de la patrie, l’arbre de la liberté et le champ de Mars, lieu de toutes les émotions collectives99.

  • 100 Voir le Journal des Débats du 8 décembre 1831, cité par Fernand Rude, L’Insurrection lyonnaise de (...)
  • 101 Haim Burstin, Une révolution à l’œuvre : le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Paris, Champs Vallo (...)
  • 102 Par exemple pour le cas parisien, on peut consulter Arlette Farge & André Zysberg, « Les théâtres (...)
  • 103 Voir Françoise Bayard, « Les crimes de sang en Lyonnais et en Beaujolais aux xviie et xviiie siècl (...)
  • 104 AM de Lyon, FF 0732, archive citée.

39Dans les imaginaires collectifs, les faubourgs furent de longue date des lieux de débauche infréquentables. Cette réputation naquit de certains désordres sociaux observés au xixe siècle par les élites100, qui en auraient fait le terreau de tous les débordements possibles. Nombre d’historiens se chargèrent de le rappeler dans des manuels universitaires ou des monographies, parlant même parfois d’espaces criminels, sans toutefois se fonder sur des études précises101. Cette réputation n’était pas complètement sans fondement102, mais il convient de la relativiser au regard de ce que pouvait signifier la notion de criminalité sous l’Ancien Régime103. Il apparaît même nécessaire de rejeter le présupposé voulant que les faubourgs aient été de véritables coupe-gorge. Les quelques procès-verbaux concernant la justice de la Guillotière dans les années 1780 et conservés aux archives municipales de Lyon104 indiquent des affaires sans gravité, allant du vol sur cadavre, du vol réalisé par les créanciers contre leurs emprunteurs, à de la simple rapine (vol d’un jeu de hasard appelé Biribi, vol à l’étalage, vol de portefeuille...). En d’autres termes, les risques d’assassinat dans les faubourgs étaient largement aussi faibles qu’en ville.

  • 105 Daniel Roche, Le Peuple de Paris : essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier- (...)
  • 106 AM de Lyon, FF 0732, Police de la Guillotière, 1682-1788.
  • 107 AD du Rhône, 2 B 226, Tutelles, bénéfices d’âge et émancipations, enquêtes, ordonnances, xviiie si (...)
  • 108 AD de Loire-Atlantique, C 324, Salle de concert, 1751-1755.

40Des historiens ont maintes fois prouvé la réalité de cette transgression faubourienne sous l’Ancien Régime. Étudiant Paris, Daniel Roche a pu démontrer que nombre de rapports de police signalaient dans les faubourgs, dans les années 1760, la multiplication d’activités illicites transgressives105 (prostitution, multiplication de commerces illicites et de lieux d’ivresse grâce à la présence de cabarets vendant du vin franc de taxes...). Toutefois, son travail ne donne aucune précision chiffrée permettant d’avoir une idée plus précise de cette réalité. À Lyon, de nombreuses contraventions étaient dressées de manière régulière aux cabaretiers du faubourg de la Guillotière à la fin du xviiie siècle, pour avoir poursuivi leurs activités les dimanches et les jours de fête religieuse. Par exemple, le 3 juin 1781, jour de la Pentecôte, furent sanctionnés quatre cabaretiers (les sieurs Delorme, Crozet, Bourdin et Diran) chez qui des clients étaient attablés avec « bouteilles, vin, verres et pain106 ». Dans le faubourg de la Croix-Rousse, les mêmes infractions étaient observées. Par exemple, le 1er novembre 1742, plusieurs contraventions furent dressées à l’encontre de 5 cabaretiers du faubourg, parce que des inconnus buvaient dans leurs cabarets durant le service divin du jour de la Toussaint107. Ces inconnus n’étant pas identifiés par le greffier de la justice de la Croix-Rousse, tout laisse à supposer qu’ils étaient des citadins venus profiter des tavernes faubouriennes. La transgression pouvait parfois prendre d’autres formes. À Nantes, une interdiction fut même prononcée contre les concerts qui se donnaient dans une salle de la bourse en 1743, car ils étaient prétexte à des bals masqués108, preuve que la bourgeoisie utilisait aussi les faubourgs comme espace de liberté.

  • 109 AM de Lyon, 14 II 019 3, archive citée.
  • 110 Jérôme Royer, Histoire de la Franc-maçonnerie en Charente, Paris, Librairie Bruno Sepulchre, 1994, (...)
  • 111 Gérard Cholvy (dir.), Histoire de Montpellier, op. cit., p. 215.
  • 112 En effet, les sociabilités maçonniques ne restaient pas confinées à l’intérieur du temple ; les ab (...)

41De surcroît, situé parfois en dehors du dispositif de contrôle de la ville, le faubourg pouvait apparaître comme un espace où il était permis de faire tout ce que la ville n’autorisait pas. C’est ainsi que les faubourgs furent parfois associés à des lieux d’une relative tolérance. De nombreuses loges maçonniques purent prospérer au-delà des remparts. À Lyon, au xviiie siècle, de très nombreux ateliers du Grand Orient de France prirent racine dans les faubourgs des Brotteaux et de la Guillotière. Par exemple, en octobre 1784, Jean-Antoine Morand, en proie à des difficultés financières, vendit une partie de sa maison personnelle à un groupe de neuf personnes faisant partie de la loge « la Sagesse ». De même, en mars-avril 1786, la loge « la Bienfaisance » fit appel à Jean-Antoine Morand pour aménager son tout nouveau temple des Brotteaux109, situé à proximité immédiate de l’autre temple de la loge « la Sagesse ». D’autres exemples confirment cette présence maçonnique dans les faubourgs des villes françaises. À Angoulême, les loges « l’Unité des Cœurs », puis « l’Harmonie parfaite » se réunissaient dans un temple situé dans le quartier de la Madeleine, c’est-à-dire à l’extrémité nord-est du faubourg de l’Houmeau110. À Montpellier, l’activité maçonnique se concentrait aussi « dans les mêmes jardins enclos, situés dans les faubourgs111 ». D’une manière générale, le faubourg offrait à la fois la garantie d’une toute relative discrétion et des conditions foncières propices à la sociabilité maçonnique : des locaux suffisamment vastes pour être aménagés en temple, pour permettre la tenue des fêtes et des banquets, et organiser des activités ludiques112.

  • 113 AD du Gard, FF 27, archive citée. Les enfants, malgré les interdictions faites par les consuls, se (...)
  • 114 AD du Gard, LL 15, Délibérations des consuls, 1599-1604. Le papegai (ou papegay) consiste à tirer (...)
  • 115 AD du Gard, FF 22, Police de la ville, 1719-1730. De nombreuses personnes se retrouvaient pour joue (...)
  • 116 AD du Gard, FF 22, archive citée.
  • 117 Annie Gay & Jacky Theurot, Histoire de Dôle, op. cit., p. 167.
  • 118 AM de Lyon, BB 170, Délibérations municipales, 1626, folio 187. La compagnie des archers de l’arc- (...)
  • 119 AM de Romans, 8 Fi 25, archive citée.

42Les enfants et jeunes adultes (comme parfois les moins jeunes) trouvaient aussi dans les faubourgs un terrain propice à leurs jeux. Dans la seule ville de Nîmes, les activités interdites ou bruyantes pullulaient : batailles de pierres entre bandes d’enfants113, pratique de traditions alors interdites comme le tirage du papegai114, jeu de boules115, jeux de hasard, découpage des robes des promeneuses116... À Dôle, le papegai se pratiquait également hors les murs, entre le Doubs et le canal Saint-Martin117. À Lyon, c’est le faubourg de la Guillotière qui abrita pendant une majeure partie de l’Ancien Régime cette activité bruyante118. À Romans, c’était au nord de la ville, près du faubourg embryonnaire de la porte de Jacquemard, que les amateurs de coups de feu se rassemblaient119.

  • 120 Le seul travail d’ampleur, qui lie les études de Jacques Rossiaud pour le Moyen Âge à celles d’Ala (...)
  • 121 Jean Meyer (dir.), Histoire de Rennes, op. cit., p. 255-256.
  • 122 Anne Gosztola, La Prostitution et la police des mœurs au Mans au xviiie siècle, mémoire de maîtris (...)
  • 123 Dans d’autres villes également, les bourreaux logeaient extra muros, comme à Lyon dans le faubourg (...)
  • 124 Michel Taillefer (dir.), Histoire de Toulouse, op. cit., p. 262-263.
  • 125 ABM, FF 75, Filles publiques, Château Gaillard, 1514-1788.
  • 126 Pierre-François Aleil, « La prostitution à Clermont au xviiie siècle », dans Paul Viallaneix & Jea (...)
  • 127 Ibid., p. 480.
  • 128 Ibid. p. 482.
  • 129 Pierre Gras, Histoire de Dijon, op. cit., p. 206.
  • 130 AM de Lyon, I1 249, Police des mœurs, ordonnances, 1796-1868.
  • 131 Eliane Hensinger, « La prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle à Paris », dans Mappemo (...)

43La prostitution, activité prospérant a priori dans le calme, loin du contrôle policier ,mais aussi du contrôle social, aurait dû se développer logiquement dans les faubourgs. Pour autant, on est en droit de se demander si elle connaissait une plus grande prospérité qu’en ville. Les études manquent sur le sujet pour la période moderne120. Pour Rennes, une des seules études précises existant montre que la prostitution, comme la criminalité, concerne entre 1758 et 1796 la périphérie de la ville, notamment le faubourg l’Évêque121. Au Mans, les quelques cas de prostitution connus par les archives pour le xviiie siècle et ayant été traités en justice concernaient autant le centre-ville que les faubourgs122. À Toulouse, si la maison close officielle de la ville, affermée par la municipalité, était située jusqu’en 1525 hors de la porte Lacrosses (comme le logement du bourreau123), elle fut ensuite décalée rue du pré-Montardy, dans la ville elle-même. D’autres foyers de prostitution pullulèrent ailleurs dans l’agglomération toulousaine durant tout l’Ancien Régime, en particulier au xviiie siècle, mais pas plus dans les faubourgs que dans la ville124. Les fragments d’archives parvenus jusqu’à nous concernant la ville de Bordeaux n’indiquent qu’un seul cas de prostitution dans le faubourg Saint-Seurin, contre une douzaine en centre-ville125. À Clermont-Ferrand, malgré un problème heuristique récurrent, la situation est assez bien connue, grâce à un article de Pierre-François Aleil126. Au xviiie siècle, la prostitution était manifestement concentrée dans le centre-ville127. Les faubourgs, comme les espaces encore un peu plus éloignés du centre, accueillaient une prostitution destinée à des gens plus fortunés, mais dont l’activité était moins intense128. En outre, d’autres ouvrages mentionnent parfois brièvement l’existence de la prostitution hors les murs. À Dijon, les prostituées avaient pour habitude de conduire leurs clients dans les jardins des faubourgs, ceux-ci offrant plus de discrétion129. À Lyon, aucune enquête globale n’a été menée par les autorités pour le xviiie siècle. Tout au plus est-il possible de glaner quelques renseignements de façon éparse, par exemple à propos de l’existence d’un cabaret servant de maison close dans le faubourg de la Guillotière au tout début du xixe siècle, le long du chemin menant au quartier des Charpennes à Villeurbanne130. Finalement, il n’y a qu’à Paris où les données sont suffisamment fiables. Un article particulièrement intéressant, mais resté assez confidentiel, de par sa parutio, récente dans une revue géographique, nous donne des éléments capitaux à ce sujet131. Il présente en effet des cartes qui auraient dû être associées à la thèse d’Érica-Marie Benabou, mais qui n’ont pas été publiées. Or cette recherche était manifestement un des principaux apports de ce travail inachevé et paru de manière posthume. Les résultats ne montrent pas une prédominance des faubourgs dans ce domaine, certains vieux quartiers du centre-ville connaissant une forte activité de prostitution au xviiie siècle.

  • 132 Voir Olivier Zeller, « Géographie des troubles et découpage urbain à Lyon, xvie-xviiie siècles », (...)
  • 133 Vital Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 231.
  • 134 François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, op. cit. p. 138-155.

44En outre, dans certaines villes comme Lyon, Angers ou Grenoble se produisit une « périphérisation » des révoltes sociales au cours du xviiie siècle. Ce phénomène ne sembla toutefois pas général et ne fut en rien comparable à ce que les faubourgs du xixe siècle purent représenter. Les faubourgs lyonnais jouèrent ainsi un rôle décisif lors des deux principaux soulèvements connus par la ville au siècle des Lumières avant la Révolution française132. En 1744, les ouvriers en soie s’assemblèrent dans le faubourg de la Quarantaine, puis dans celui de la Guillotière, avant que l’émeute n’éclatât quelques jours plus tard. Lors de la sédition de 1786, le centre d’impulsion fut également dans les faubourgs, puisque les ouvriers s’y réunirent le lundi 7 août 1786 pour préparer leur soulèvement, avant de rentrer en ville le soir même par petits groupes et de déclencher l’émeute le lendemain. À Grenoble, les peigneurs en chanvre du faubourg Très-Cloître étaient particulièrement impliqués dans les événements révolutionnaires, surtout à partir de l’année 1792133. Ceux-ci formaient une sans-culotterie active, dans le cadre d’une association dite « des bonnets rouges » ou « des cardinaux ». Les ouvriers des carrières d’ardoises à Angers, nommés les « perreyeurs », jouèrent aussi un rôle actif dans la diffusion de la Révolution à Angers. Très nombreux dans le faubourg Saint-Michel, ils furent notamment à la tête des révoltes frumentaires en septembre 1790134.

  • 135 AD de Loire-Atlantique, C 78, Ferme du tabac, poursuites, 1713-1715.
  • 136 Quelques exemples : AM de Nantes, HH 266, les sieurs Piter Bouck et de Bec, détenteurs d’indiennes (...)
  • 137 AD du Puy de Dôme, C 1625, Correspondance de MM. Sadourny et Teilhard de Chabriez, procureur du ro (...)
  • 138 Anne Montenach, « Esquisse d’une économie de l’illicite : le marché parallèle de la viande à Lyon (...)
  • 139 AD du Puy de Dôme, C 1618, Contrebandiers, 1712-1720.
  • 140 AM de Marseille, CC 2004, Procès, 1765-1771 ; CC 2006, Procès, 1766-1768.
  • 141 Pierre Martin, « Le temps, les espaces de la fraude et les fraudeurs dans les villes portuaires en (...)
  • 142 En 1720, un nommé Antoine Grobié, dit Grintemps, originaire de la Côte Saint-André et cabaretier à (...)
  • 143 Un exemple parmi d’autres : en avril 1710, les commissaires de police Laurant et Boullioud dressèr (...)

45Enfin, les faubourgs semblèrent souvent s’apparenter à un terreau particulièrement fertile pour les fraudes et contrebandes en tout genre. Si les archives ne nous permettent de saisir que les fraudes avérées et sanctionnées, elles nous indiquent également que la situation idéale du faubourg (proximité d’un grand marché et éloignement, certes relatif, des regards indiscrets et des forces de police) en faisait une terre d’élection naturelle pour les pratiques malhonnêtes. À Nantes, un vaste trafic de tabac fut mis à jour en 1714 ; celui-ci consistait à revendre hors des circuits légaux cette denrée, saisie sur les navires par les commis pour la conservation des droits de la Ferme du tabac. Ces derniers, originaires en majorité du fossé Saint-Nicolas (c’est-à-dire le faubourg au-delà de la porte du même nom, appelé aussi la Fosse), utilisaient les services d’un receleur débitant de tabac, résidant dans un autre faubourg de la ville, à Saint-Clément135. Par ailleurs, les archives de la série HH, aux archives municipales de Nantes, mentionnent de nombreux cas de détention de marchandises prohibées dans les faubourgs ou les communes suburbaines comme Chantenay136. À Clermont, le faux-saunage prospérait dans le faubourg de Jaude, à l’ouest de la ville. En 1719, un nommé Antoine Morel, dit « Tombe-le-loup » fut interpellé en compagnie de faux-sauniers, accusés de transporter chez lui du sel chargé sur quatre chevaux. Propriétaire d’un cabaret nommé la « Croix-blanche » dans le faubourg de Jaude, il était soupçonné d’avoir utilisé son commerce pour des activités de recel du sel de contrebande137. À Lyon, Anne Montenach a bien montré comment les faubourgs, tirant profit de statuts juridiques ambigus, se révélaient être les véritables plaques tournantes du commerce illicite de la viande durant le Carême138. Toutefois, toute généralisation serait autant abusive que grossière. Les archives départementales du Puy de Dôme indiquent les identités et lieux de résidence des personnes incarcérées dans les prisons d’Auvergne en octobre 1720, à Riom, Clermont, Saint-Flour, Aurillac, Salers et Maringues. Sur ces 54 prisonniers, meurtriers, contrebandiers ou voleurs, aucun n’était inscrit comme résidant dans un faubourg. La majorité était originaire de petits villages auvergnats ou formée d’étrangers à la région139. À Marseille, les affaires de contrebande évoquées dans les archives étaient presque toujours l’œuvre d’habitants de Marseille, et jamais des faubourgs140. Dans d’autres villes portuaires, comme en Bretagne, les faubourgs n’étaient pas forcément les lieux privilégiés de fraude. Pierre Martin explique ainsi que d’autres lieux étaient naturellement bien plus adaptés à la contrebande de marchandises, comme à Quimperlé141. À Lyon, dans la plupart des affaires de contrebande connues concernant des produits manufacturés, si les marchandises saisies l’étaient parfois dans les faubourgs, il ne faut pas oublier que leur vente devait avoir lieu le plus souvent en ville et que les organisateurs de la fraude étaient sans conteste de véritables urbains142. Souvent, les cabaretiers faubouriens étaient parties prenantes de ces démarches illicites143. Ils disposaient en général des plus grandes habitations, permettant donc de conserver plus facilement les marchandises illégales. L’opportunité d’un gain d’argent rapide put aussi créer au sein d’un faubourg une contrebande massive. En septembre 1701, à Lyon, le consulat et le lieutenant de police adoptèrent une ordonnance interdisant aux habitants de

Veize, la Croix-Rousse, la Guillotière et Saint-Irénée, d’arrester dans les jours de marché, les charrettes, les chevaux & autres bêtes chargées de Bled & de farine, & d’en achepter sur quelque prétexte que ce soit, d’aller sur les chemins à la rencontre des voituriers, faire des achapts. 

  • 144 AM de Lyon, 5 Fi 00636, Ordonnance de police, affiche, 1701.

46L’ordonnance leur interdisait également « de faire voiturer & décharger les jours de marché le bled qu’ils auront recueillis dans leur domaine, ou dans leurs fermes, ou qu’ils auront achepté144 ». L’ordonnance étant prise dans une période où les stocks de blé n’étaient pas au plus bas, l’objectif était ici de lutter contre les pratiques de spéculation menées, en tentant de contrôler l’approvisionnement de la ville en céréales.

  • 145 AD de la Charente, 1 C 7, Papeteries, régimes divers, règlements de travail, troubles ouvriers, 175 (...)
  • 146 AD de la Charente, 1 C 7, archive citée.
  • 147 AM de Toulouse, FF 532, Registres de ronde du guet, 13 décembre 1636-4 septembre 1639. Par manque d (...)

47Si transgression il y avait, c’était peut-être aussi parce que certaines villes choisissaient, parfois délibérément, de ne pas gérer les infractions existant dans les faubourgs. À Angoulême, la faiblesse du contrôle policier, voire son absence dans ces quartiers, et notamment dans celui de l’Houmeau, fit naître des situations pour le moins étonnantes. Les compagnons de papeterie faisaient régner en effet leurs propres règles dans cet espace. Aux nouveaux ouvriers et compagnons venant travailler dans les moulins, ils imposaient une rétribution dite de « vin d’affutage et de bienvenue145 ». Les ouvriers et compagnons licenciés passaient dans les moulins percevoir quotidiennement ce qu’ils nommaient la « rente », mêlant argent, pain et vin. Celle-ci était en fait une extorsion illégale que la mauvaise réputation des ouvriers et compagnons aidait à exiger. Un cas de violence fut même signalé dans les archives contre un propriétaire de moulin récalcitrant à payer cet « impôt146 ». C’est Turgot, alors intendant de la province qui fut obligé d’intervenir dans ce no man’s land policier pour rétablir l’ordre en mai 1769. L’inexécution d’arrêts pris par le conseil de janvier 1739 et de septembre 1741, évoqués par Turgot, justifie l’hypothèse qu’une légèreté coupable caractérisait le règne la loi dans ce type d’espaces. Cependant, d’autres cités ne négligeaient pas la sécurité dans les faubourgs. À Toulouse, des sources exceptionnelles mentionnent quotidiennement les trajets effectués par les patrouilles du guet entre 1636 et 1639. Ces rondes, qui différaient chaque jour, sillonnaient autant la ville de Toulouse que ses faubourgs147. Que les faubourgs soient des lieux contrôlés policièrement ou pas, le degré de violence n’y était probablement pas très important. Loin d’être des coupe-gorge, les faubourgs toulousains, à l’image de ce qui se passait dans de nombreuses agglomérations, n’étaient pas vus comme des espaces puissamment répulsifs. Ceci explique sans doute pourquoi les faubourgs sont devenus au xviiie siècle, période de forte croissance urbaine, des espaces d’opportunité et d’investissement pour les citadins.

Des urbains à l’assaut des faubourgs au xviiie siècle

48Au moment où se produisit l’extension de certains faubourgs au xviiie siècle, la plupart des municipalités du royaume de France lorgnèrent sur les espaces au-delà des remparts. Toutefois, devançant parfois ces ambitions territoriales des municipalités, des particuliers purent investir massivement dans ces espaces. Quelle forme cet investissement prit-il ?

  • 148 AM Lyon, 4 WP 031 1, Rôle de contribution foncière, La Guillotière, 1791, registre.
  • 149 Cette contribution foncière correspond généralement à une somme comprise entre 17 % et 20 % du rev (...)

49Grâce à certaines archives, il est possible de retrouver les propriétaires de bâtiments dans les faubourgs de plusieurs villes de France. Dans le cas du faubourg lyonnais de la Guillotière, il existe une source très intéressante pour l’année 1791. Ces documents indiquent le nom de tous les « propriétaires, possesseurs et usufruitiers de domaines, terres, prés, bois de haute-futaie, bois, taillies, vignes, pacages, étangs, moulins, forges, fourneaux, maisons & généralement tous autres biens-fonds148 ». Outre l’identité des propriétaires, apparaissent leur lieu de résidence (la commune, et dans quelques cas la rue ou le quartier), ainsi que l’estimation du revenu de la propriété et la contribution foncière versée149. Cela permet d’avoir une idée nette du profil des propriétaires fonciers dans le faubourg, mais aussi de quantifier l’importance de l’investissement urbain en son sein.

Tableau 33. Origine géographique des propriétaires fonciers du faubourg de la Guillotière en 1791.

Origine des propriétaires Effectifs Effectifs relatifs
Bron 2 0,4 %
Brotteaux 3 0,5 %
Croix-Rousse 1 0,2 %
La Guillotière 435 76,6 %
Lyon 119 21,0 %
Moulin à vent 6 1,1 %
Saint-Alban 2 0,4 %
Total 568 100 %

50En 1791, les propriétaires fonciers de la Guillotière étaient très majoritairement des habitants du faubourg. Les Lyonnais ne représentaient alors qu’un propriétaire sur cinq. Cette proportion n’est probablement pas une conséquence du rachat des biens nationaux, mais plutôt d’une stratégie plus ancienne. En d’autres termes, le pouvoir de la terre, si important à cette époque, était encore dans les mains des habitants du faubourg, même si de nombreux Lyonnais commençaient à investir.

Tableau 34. Revenu annuel moyen estimé en 1791 et origine des propriétaires au faubourg de la Guillotière.

Origine des propriétaires Nombre de propriétaires Revenu estimé en livres Revenu moyen par propriétaire en livres
La Guillotière 435 113 915 261,9
Lyon 119 84 754,8 712,2

51Toutefois, le tableau 34 apporte quelques précisions quant aux investissements réalisés par les Lyonnais. Ceux-ci plaçaient manifestement leur argent dans des terrains de grandes dimensions. La différence est saisissante. Le revenu moyen d’une terre possédée par un Lyonnais aurait été à cette époque 2,7 fois supérieur au revenu moyen d’une terre possédée par un habitant du faubourg.

Tableau 35. Répartition des revenus annuels estimés des propriétaires fonciers dans le faubourg de la Guillotière selon le lieu de résidence en 1791.

Origine des propriétaires Revenu estimé < 50 livres 50 livres ≤ Revenu estimé<200 livres Revenu estimé ≥200 livres
Bron 1 1 0
Brotteaux 0 0 3
Croix-Rousse 1 0 0
La Guillotière 163 130 142
Lyon 20 27 72
Moulin à vent 4 2 0
Saint Alban 1 1 0
Total 190 161 217

52La répartition des revenus estimés des propriétés confirme bien cet état de fait. 5 propriétés de Lyonnais sur 10 dans le faubourg avaient un revenu estimé de plus de 200 livres et étaient donc de très grande taille, ou comportaient une bâtisse dont la valeur estimée était importante. A contrario, à peine plus d’un tiers des propriétés aux mains des habitants des faubourgs dépassaient ce seuil de 200 livres de revenu estimé. Si de nombreux habitants de la Guillotière étaient propriétaires, ils l’étaient avant tout de petits lopins ou de parcelles de taille moyenne.

  • 150 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 15-17.
  • 151 AM de Lyon, CC 185, Taxes perçues au nom du roi, 1788-1789.
  • 152 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 17. « Le quartier du Gourguillon comprend de (...)
  • 153 BM de Lyon, Ms 5887, Nouveau plan géométral de la ville, fauxbourgs et banlieues de Lyon, dressé p (...)
  • 154 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 16. Probablement bloquée par la très grave cr (...)

53Ces investissements massifs trouvaient probablement une explication dans le fort potentiel des espaces suburbains. Les faubourgs lyonnais demeuraient à la veille de la Révolution des espaces où les valeurs foncières étaient encore nettement plus faibles que dans les quartiers urbains. Dans sa thèse, Maurice Garden avait comparé la valeur des propriétés dans les quartiers de la ville, à partir d’un rôle de vingtièmes150. Par contre, son étude avait délaissé les faubourgs, pour lesquels des données étaient aussi disponibles sous la même cote d’archives151. Maurice Garden ne les avait pas utilisées, expliquant que tous les articles ne correspondaient pas forcément à des habitations, mais à de simples parcelles, comme dans le quartier du Gourguillon152. Un autre danger réside dans les copropriétés, très fréquentes sous l’Ancien Régime, mais qu’il est ici difficile de repérer. En fait, les registres de vingtièmes de 1789 peuvent tout de même être utilisés avec de multiples précautions. Le plan Bertrand indiquait ainsi en 1785 le nombre de maisons des faubourgs. Selon ce plan, le faubourg de la Guillotière aurait eu 517 maisons, ce qui n’était pas si éloigné des 548 cotes mentionnées dans les vingtièmes153. En outre, la présence de très faibles cotes n’indiquait pas forcément une propriété non bâtie. Ainsi, François Barret, jardinier et propriétaire d’une maison dans le faubourg de la Guillotière, fut exempté d’impôt « pour une maison de peu de valeur ». Ce fut aussi le cas de Maurice Charvolin, propriétaire de la maison nº 281. En tenant compte de ces éléments, une comparaison a donc été entreprise à partir des résultats de Maurice Garden et de nos dépouillements personnels, certes à une année d’écart, dans une conjoncture tendant à la hausse de l’immobilier154.

54Les résultats tirés du tableau 36 confirment un fait observé dans le fonctionnement de la taxe du « pied dans l’eau », levée quelques décennies auparavant dans la même ville de Lyon. La valeur moyenne des propriétés hors les murs était probablement sans rapport avec les prix pratiqués en ville. Preuve de cet état de fait, seules 4 propriétés dans les faubourgs acquittaient un vingtième estimé à plus de cent livres. En comparaison avec les vingtièmes estimés dans la plupart des paroisses urbaines, le décalage apparaît abyssal, laissant imaginer des faubourgs restés encore à l’abri de phénomènes de spéculation immobilière.

Tableau 36. Le nombre et la valeur moyenne des maisons dans 34 quartiers et 3 faubourgs de Lyon en 1788-1789.

Quartiers Nombre de propriétés Valeur moyenne de l’impôt
Ecclésiastiques Privées Livres Sols
Louis-le-Grand 1 198 326 19
Bellecordière 15 77 125  
Place Confort 5 76 139  
Port du Temple 7 77 255  
Rue Thomassin 6 109 87 8
Hôpital 8 83 95  
Plat d’argent 3 83 82  
Bonrencontre 11 136 109  
Puitspelu 8 81 120  
Rue Tupin 3 60 247  
Basse-Grenette 4 43 210  
Rue Buisson 15 95 214  
Haute Grenette 2 58 118  
Rue Neuve 13 89 175  
Saint-Nizier 6 73 285  
Rue Longue (Herberie) 8 69 267 3
La Pêcherie 4 62 121  
Rue Lanterne 11 70 160  
Saint-Pierre 8 59 189  
Le Plâtre 25 150 295  
Les Terreaux 21 96 261  
Le Griffon 13 150 225  
La Grand-Côte 19 235 107  
Saint-Vincent 29 179 80  
Pierre-Scize 16 151 33  
Port Saint-Paul 15 107 53  
La Grande Douane 3 78 83  
Boucherie Saint-Paul 8 41 92  
La Juiverie 26 66 69  
Le Change 7 53 144  
Les Trois-Maries 2 44 122  
Rue du Bœuf 8 45 100  
Porte-Froc 15 61 89  
Saint-Georges 22 175 41  
La Guillotière 19 648 11 1
Croix-Rousse 3 403 12 12
Vaise 0 135 20 10

55Restent plusieurs grandes interrogations en suspens : ces investissements lyonnais en zone périurbaine avaient-ils eu des équivalents dans d’autres agglomérations de France à l’époque ? Ces phénomènes d’investissement entraînèrent-ils des processus de spéculation immobilière ultérieurement ? Cet ouvrage n’apportera là encore aucune réponse ferme à ce type de questions que, peut-être, d’autres chercheurs auront la patience de creuser. Cet appétit à l’égard des espaces faubouriens fait en tout cas naître une autre interrogation, qui renvoie à leur capacité à résister de manière collective à la ville, ou tout simplement à essayer de vivre sans elle.

Vivre sans la ville ou contre elle : vers une conscience collective entre faubourgs

56La notion de faubourg renvoyant à des réalités si différentes dans tous les domaines, il peut apparaître relativement incongru de s’interroger sur une éventuelle conscience collective faubourienne, ou sur des solidarités de multiples natures pouvant naître entre les espaces périphériques d’une ville. Pourtant, si cette conscience faubourienne pouvait être mise en valeur, cela justifierait d’une force symbolique pour ces territoires. En d’autres termes, existe-t-il des indices tendant à faire du faubourg un territoire fortement approprié et clairement défini par ses habitants ?

57La coalescence des trames viaires des faubourgs peut par exemple être vue comme un révélateur de déplacements périphériques autour de la ville. Dans de nombreuses cités, l’étude des trames viaires suburbaines met en exergue certaines particularités qui, si elles ne font pas figure de loi, s’observent assez communément pour que l’historien en tire des conclusions de portée générale. Il semble en effet que les faubourgs aient été très souvent reliés entre eux par une trame viaire spécifique, formant une sorte de chemin périphérique autour des grandes agglomérations du royaume de France. Cette trame viaire, révélatrice de mobilités entre espaces faubouriens, fournit également d’autres indications concernant le trafic national, qui empruntait les grands axes reliant les villes du royaume, mais n’avait aucun intérêt à traverser le centre de grandes cités avant de rejoindre leur point d’arrivée définitif.

  • 155 AM de Toulouse, ii 583, Plan topographique de Toulouse et de ses environs, Dupain-Triel & de La Lan (...)
  • 156 AM d’Angers, 1 Fi 1575, Nouveau Plan de la ville d’Angers, enrichi de la carte des environs et de (...)
  • 157 ABM, XL A 59, Plan géométral de la ville et faubourgs de Bordeaux avec tous les changements faits (...)
  • 158 AD du Loiret, 2 Fi 83, Nouveau Plan d’Orléans augmenté de ses fauxbourgs [...] présenté à M. de Cyp (...)
  • 159 AM de Lyon, 3 S 277, Plan de Lion, ancienne colonie des Romains, par Ferdinand Delamonce & Charles (...)
  • 160 Frédéric Pluquet, Contes populaires, préjugés, patois, proverbes, noms de lieux de l’arrondissemen (...)

58Force est en effet de constater que ces liens routiers existaient entre les faubourgs presque partout à la périphérie des grandes villes, à l’intérieur desquelles la circulation était souvent malaisée. Des plans, notamment ceux de Toulouse155, Angers156, Bordeaux157, Orléans158 ou encore Lyon159 révèlent cette voirie périphérique, revêtant l’aspect d’un réseau de petits chemins. Dans des villes plus réduites, ce type de voirie put aussi exister. À Bayeux, ces chemins portaient le nom très explicite de « sengles160 ».

Nouveau plan de la ville d’Angers, enrichi de la carte de ses environs et de la perspective de la ville avec ses principales maisons, par L. Simon, 1736.

Nouveau plan de la ville d’Angers, enrichi de la carte de ses environs et de la perspective de la ville avec ses principales maisons, par L. Simon, 1736.

59Dans quelques rares villes, cette trame viaire fut créée ou renforcée par des plans d’urbanisme, comme à Bordeaux ou à Nîmes. On se servit alors du tracé des anciens remparts pour créer de larges axes de circulation périphériques. Ailleurs, et ceci constitua la majorité des cas, ces chemins se développèrent de manière spontanée, répondant à des besoins en déplacements en périphérie de la ville.

  • 161 AD du Rhône, 2 B 251, Curatelles, avis de parents, répudiations d’hoiries, cahiers de doléances, 17 (...)
  • 162 AD du Rhône, 2 B 251, ibid.

60On peut aussi se demander si des solidarités se firent jour entre les faubourgs pour contester l’hégémonie politique et économique de la ville. Au moment de la Révolution française, les cahiers de doléances ont souvent servi de résonance à certaines revendications très locales, généralement de nature fiscale. Même dans ce type de documents, les plaintes n’ont jamais laissé transparaître un sentiment d’injustice global, qui aurait été ressenti par les habitants des faubourgs. Dans leurs cahiers de doléances révolutionnaires, les habitants du faubourg de la Croix-Rousse ne mentionnèrent pas que des tensions purent exister avec la ville, même s’ils expliquèrent que le « Bourg de Cuire la Croix-Rousse [...] a des intérêts bien distincts et des prétentions bien opposées soit à celles de la ville de Lyon, soit à celles des autres communautés de la province du Lyonnais161 ». Ils réclamaient avant tout une nouvelle organisation politique, confiant du pouvoir à une assemblée nationale, le droit d’avoir « dans chaque paroisse de cent feux ou plus un maître d’école pour l’instruction gratuite des enfants162 », la suppression de certains impôts et des péages, mais aussi le maintien de leurs privilèges.

  • 163 BM de Lyon, 385856, Réponse de la municipalité du Bourg de la Guillotière, en Dauphiné, à la requê (...)

61À l’Assemblée nationale, les représentants du faubourg de la Guillotière ne cessèrent quant à eux de défendre leurs propres intérêts, en mentionnant toutefois le combat similaire mené par les habitants de la Croix-Rousse163 face aux tentatives de phagocytage de la municipalité lyonnaise. Toutefois, cela ne conduisit pas à une défense collective de ces faubourgs contre la ville, chacun défendant ses privilèges particuliers hérités de l’imbroglio administratif de l’Ancien Régime.

  • 164 AD de Maine-et-Loire, 1 B 161, Cahiers de doléances de la province d’Anjou, 1789.

62À Angers, les cahiers de doléances des faubourgs Saint-Laud et Saint-Samson, ainsi que de la paroisse Saint-Léonard, ne témoignent qu’exceptionnellement de traits de rancune contre la ville ou de revendications typiquement faubouriennes164. Par exemple, les doléances communes exprimées par les faubourgs Saint-Laud et Saint-Samson concernaient plutôt l’organisation politique du royaume, les besoins de sécurité (avec le renforcement de la maréchaussée) et les injustices sociales (système de la vénalité des offices, droits de pêche et de chasse...). Dans la paroisse Saint-Léonard (regroupant une partie des habitants de Pierre-Lise), on pointa du doigt le traitement réservé à certains criminels par la justice angevine, qui se servait des faubourgs pour exposer les cadavres des condamnés à mort. On réclama ainsi dans un article, au nom des habitants et de ceux de « Saint-Augustin et des villages voisins que les fourches patibulaires soient supprimées et que les cadavres des criminels soient enterrés ainsi qu’il se pratique dans la plupart des villes du Royaume, afin de prévenir aux accidents que la putréfaction et la vue de ces cadavres » pouvaient « occasionner aux habitants du canton, aux femmes enceintes, aux voyageurs, etc. » Excepté cela, aucune allusion à une quelconque souffrance faubourienne ne fut évoquée.

  • 165 Prosper Boissonnade (éd.), Cahiers de doléances de la sénéchaussée d’Angoulême et du siège royal d (...)
  • 166 Ibid., p. 87.

63À Angoulême, les cahiers de doléances furent l’occasion pour les habitants des faubourgs de donner un nouveau souffle à des revendications déjà formulées, plus souvent à destination du pouvoir royal que du consulat angoumoisin. Dans ces cahiers se côtoyaient comme ailleurs des doléances à propos des impôts et de leur fonctionnement, mais aussi quelques rares préoccupations très locales. Pourtant, ces revendications ne concernaient pas les faubourgs dans leur ensemble, mais des situations de danger ou d’injustice propres à chaque espace. Par exemple, les habitants du faubourg de l’Houmeau réclamèrent le déplacement du magasin des poudres hors du faubourg, par peur des risques d’explosion et d’incendie165. Les papetiers du même faubourg réclamèrent la liberté totale du commerce du papier et la suppression de la taxe spécifique qui les affectait166.

  • 167 AM de Lyon, BB 152, Registre de délibérations consulaires, 1616, folio 144 verso. Les registres de (...)

64Dans tous les cas étudiés par la littérature scientifique comme dans toutes les nombreuses archives consultées, aucun exemple de combat commun des faubourgs contre la ville n’est apparu clairement. Parfois, l’absence d’informations concernant un thème d’étude donne beaucoup d’indications. Qu’aucune archive, dans tous les dépôts consultés, n’indique distinctement des mouvements de protestation collectifs des faubourgs contre une ville témoigne d’un fonctionnement autonome des ces espaces faubouriens, capables, certes, de se mobiliser pour défendre leurs propres intérêts locaux, mais jamais au nom d’une quelconque solidarité faubourienne. Retenons également que, si des situations de tension existaient fortement entre un faubourg et une ville, celles-ci pouvaient être dépassées facilement en cas de grande difficulté. Des solidarités ponctuelles pouvaient par exemple naître entre une ville et ses faubourgs en cas de calamité, malgré des dissensions quasi perpétuelles. Ainsi, Lyon put venir de manière exceptionnelle au secours du faubourg de la Guillotière, soumis aux crues du Rhône en 1616, quand bien même les relations avec celui-ci n’étaient pas au beau fixe167.

*

65Les faubourgs virent donc leur intégration dans la ville acceptée ou rejetée en fonction des circonstances. Jamais totalement considérés comme des territoires urbains ou, au contraire, comme des lieux extérieurs à la ville, ces quartiers étaient en cela de véritables marges, des espaces de transition dans lesquels une partie seulement des habitants était intégrée à la vie urbaine. Les règles et lois de la ville ne s’y appliquaient que partiellement, faisant de ces espaces des terres de prédilection pour les activités transgressives. Cette urbanité partielle ne concernait pas que les relations sociales. Du point de vue de la démographie, les faubourgs n’étaient pas, dans la majeure partie, des cas de véritables territoires urbains.

Notes

1 Par cette expression, les géographes désignent les déplacements quotidiens domicile-travail des populations ; ceux-ci sont généralement concentrés en début de matinée et en début de soirée. Voir par exemple Brigitte Bacchini, « Les navettes des périurbains d’île-de-France », Population, 52e année, nº 2, 1997, mars-avril, p. 327-364 ou Sylvie Fanchette, « Les migrations pendulaires dans le centre et le sud du delta du Nil : migrations pendulaires et mobilité résidentielle », Urbanisation du monde arabe, nº 28, 1995, p. 353-379.

2 Relevons que la comptabilisation des déplacements pouvait également répondre ponctuellement à des impératifs policiers.

3 Thierry Argant, « L’approvisionnement en viande de boucherie de la ville de Lyon à l’époque moderne », Histoire urbaine, vol. 7, nº 1, 2003, p. 205-231.

4 Voir notamment AM de Lyon, CC 3857 et 3858, Entrée du bétail, 1543 ; CC 4380, Suroctroy pour le vin et le pied-fourché, entré dans la ville et fauxbourgs de Lion, non compris celuy de la Guillotière, 1698-1703 et 1708-1710.

5 Parmi les plus actifs, citons les dénommés Anthoine Protin, Claude Brotoz ou encore Jehan François.

6 René Favier, « Les transformations du marché de la viande à Grenoble au xviiie siècle », Histoire, Économie et Société, 13e année, nº 4, 1994, p. 583-603.

7 AD de l’Isère, 2 C 217, Octrois de Grenoble, Porte Très-Cloître, recette des bestiaux, 1767-1772.

8 AD de l’Isère, 2 C 206, Octrois de Grenoble, Porte de Bonne, recette des bestiaux, 1767-1773.

9 Ainsi, en ce qui concerne la porte Très-Cloître, les charcutiers Piot et Trouilloux, ou le chamoiseur Bertier figurent parmi les personnes franchissant le plus souvent la barrière des octrois avec des animaux.

10 Almanach historique et astronomique de la ville de Lyon, op. cit., p. 259.

11 AD du Rhône, 11 G 511, Registres des voitures et carrioles de la Guillotière, 1781-1788. Cette source a été découverte grâce au signalement fait par Maurice Garden dans sa thèse, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 269.

12 Odette Hamart, « L’éclairage public à Angoulême (fin du xviiie siècle, début du xxe siècle, art. cité, p. 325. Une pétition des habitants de l’Houmeau explique ainsi le 9 brumaire de l’an xii : « Il passe 210 voitures publiques qui partent et arrivent de 8 heures du soir jusqu’à 4 heures du matin, telles les courriers des malles de Paris, Bordeaux, Limoges, Saintes, les diligences et vélocipèdes. [...] Il passe considérablement de rouliers, courriers de dépêches du Gouvernement, de la Loterie et beaucoup de voitures particulières allant en poste, 100 à 150 chevaux couchent journellement audit faubourg. »

13 Cela ne signifiait évidemment pas l’absence d’élevage dans les faubourgs. Le recensement de Pontoise de 1781 mentionna ainsi dans les faubourgs un bétail important : 142 chevaux, 236 vaches, 42 porcs, 12 mulets, 136 bourriques (Voir Jacques Dupâquier, Pontoise et les Pontoisiens…, op. cit., p. 17).

14 Concernant Lyon, outre l’arrivée de bêtes venant des Monts du Lyonnais dès le xvie siècle, évoquée par Thierry Argant, un petit village comme Bron, situé à environ dix kilomètres à l’est de Lyon, frontalier du faubourg de la Guillotière, s’était spécialisé dans l’élevage ovin, mais sans doute uniquement à partir du début du xviiie siècle. Ne comptant que 200 habitants environ en 1739, Bron possédait un bétail nettement plus fourni. En ce qui concerne les seuls ovins, un document nous permet de savoir que 1 200 brebis et moutons étaient élevés dans les prés brondillants. AD du Rhône, Es 34e, Archives de la commune de Bron déposées, répartition des moutons et brebis entretenues dans la communauté, 1739.

15 À Bourg-de-Péage, 76 des 311 chefs de feu (soit près d’un quart) étaient journaliers en 1706.

16 De nombreuses sources y font allusion. Un exemple tiré d’un mémoire (BM de Lyon, fonds Coste, 115790, Mémoire sur délibéré pour Bathelemi Delphinay, Louis Parent, Ennemond Allard, etc., et autres habitants de la Guillotière, contre les employés à la barrière du pont du Rhône, Lyon, Bruyset, 1766, p. 2-3) explique ainsi : « Les soldats des portes sont autorisés à exiger des habitants de la Guillotière des sommes arbitraires sur toutes les denrées et marchandises qu’ils viennent acheter à la ville pour leur nourriture, habillement et usage de leur profession [...]. On fait payer aux habitants de la Guillotière deux, quatre, six sols, vingt, trente, plus ou moins, lorsqu’en revenant de la ville, ils emportent chez eux du lin, du chanvre, un pain de fromage, une bouteille d’huile, de la vaisselle de terre, & généralement toutes les choses nécessaires à leur nourriture & à l’entretien de leur ménage. »

17 Aux AM de Lyon, un document coté CC 3877 permet de savoir en 1550 quelle est la part du vin que les habitants du faubourg de la Guillotière font entrer en ville par le pont du Rhône . Il mentionne le vin entrant et le propriétaire (s’il est de la Guillotière, ce point est mentionné). Le même document existe à Grenoble. Malheureusement, pour les autres marchandises, rien de tel n’a pu être trouvé.

18 Les registres d’accès à la bourgeoisie, comme les nommées, peuvent être utilisés, mais ils ne concernent qu’une partie des immigrants. À Lyon, deux sondages effectués dans ces registres montrent le caractère extraordinaire de l’accès à la bourgeoisie pour des faubouriens (2 cas sur un total de 159 pour la période 1722-1736, un cas sur un total de 139 sur la période 1772-1780). Voir AM de Lyon, BB 445, Nommées, 1722-1745 ; BB 446, Nommées, 1763-1789.

19 Richard Gascon, qui a dépouillé les registres d’entrée de l’Hôtel-Dieu de 1534 à 1630, a voulu ainsi démontrer l’origine de l’immigration à Lyon au xvie siècle (Richard Gascon, Grand Commerce et vie urbaine au xvie siècle, Lyon et ses Marchands, Paris / La Haye, Mouton, 1971, p. 349 ; du même auteur, « Immigration et croissance urbaine au xvie siècle, l’exemple de Lyon (1529-1563) », dans Annales ESC, nº 4, 1970, juillet-août, p. 988-1001 et « La France du mouvement : les commerces et les villes », dans Pierre Chaunu & Richard Gascon, L’État et la ville, dans Fernand Braudel & Ernest Labrousse, Histoire économique et sociale de la France, 4 vol., 1450-1660, Paris, Presses universitaires de France, 1970, vol. 1, p. 231-467 et plus particulièrement p. 396-402.

20 Voir Jean-Pierre Poussou & Pierre Guillaume, Démographie historique, op. cit., p. 87. Jean-Pierre Poussou expliquait qu’il était difficile de cerner l’origine des immigrants à travers les registres de l’Hôtel-Dieu, puisque ceux-ci contenaient le nom des passants dont les origines géographiques pouvaient être sensiblement différentes de celles des « véritables immigrés » résidant à Lyon. L’auteur se demandait ainsi comment il était possible de « démêler les oiseaux de passage des véritables immigrants. »

21 Catherine Clément-Denys, Police et sécurité au xviiie siècle dans les villes de la frontière franco-belge, Paris, L’Harmattan, 2002 ; Vincent Denis & Vincent Milliot, « Police et identification dans la France des Lumières », Genèse, vol. 54, 2004, mars, p. 4-27 ; Marie-Claude Blanc-Chaléard et al. (dir.), Police et migrants : France, 1667-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001. 

22 Sylvie Aprile & Emmanuelle Retaillaud-Bajac (dir.), Clandestinités urbaines : les citadins et les territoires du secret (xvie-xxe), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008. 

23 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 258.

24 AHCL, AG, E6, archive citée, p. 304.

25 AHCL, AG, E6, archive citée, p. 356.

26 AHCL, AG, E9, Registre de délibérations du bureau de l’Aumône générale de Lyon, 1557-1559, p. 315-316.

27 AHCL, AG, E9, archive citée, p. 315-316. Il est indiqué que les « hosteliers, manans et habitans des faulxbourgs de ladicte ville » ne peuvent ainsi « loger plus hauct d’une nuict » les mendiants étrangers.

28 Voir Olivier Zeller, « La ville moderne », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, op. cit., p. 714-716. Les villes de la modernité régulaient les flux d’immigration en fonction de leurs besoins ponctuels, modulant notamment à la baisse ou à la hausse les taxes inhérentes à l’acquisition du statut de bourgeoisie.

29 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 48.

30 Bernard Leblon (dir.), Le Livre des Gitans de Perpignan, Paris, l’Harmattan, 2003, p. 30. Perpignan, située à la fin de l’Ancien Régime à proximité de la frontière espagnole, fournit un autre bon exemple. Appartenant à une communauté rejetée dans certaines régions d’Espagne, les Gitans s’installent dans le Roussillon à partir de 1790, en particulier dans la cité perpignanaise. Ils semblent d’abord avoir habité dans la périphérie de la ville, dans les quartiers du Vernet et le long de la Têt, avant de s’installer à l’intérieur des murs au début du xixe siècle.

31 Bernard Gallinato, Les Corporations à Bordeaux à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 304.

32 Voir en particulier Érick Noël, « Les Indiens en France au xviiie siècle », dans Jacques Weber (dir.), Les Relations entre la France et l’Inde de 1673 à nos jours, Paris, Les Indes savantes, 2002, p. 203-219 ; et, du même auteur, Être Noir en France au xviiie siècle, Paris, Tallandier, 2006, p. 129 et 280.

33 Il fallut en tout saisir dans un logiciel de tableur informatique plus de 9 500 lignes de saisie horizontales (une pour chaque chef de feu) comportant chacune 17 rubriques verticales. Encore faut-il souligner que seul le rôle de 1751 a été saisi en entier. Pour les rôles de 1756 et 1761, seuls les chefs de feu de la ville de Grenoble et du faubourg Très-Cloître ont été comptabilisés.

34 Les membres de communautés religieuses, qui, certes, sont parfois nombreux, s’avèrent peu mobiles et font généralement « carrière » dans les monastères.

35 Relevons également les erreurs possibles de lecture pendant la saisie.

36 Voici quelques exemples surprenants de changements d’orthographe (et même, parfois, de syllabes). Le dénommé Philippe Barceau, menuisier en 1751, est probablement la même personne que celle qui apparaît sous le nom de Philippe Barreçon cinq années plus tard. Alexandre Dherby, charron rue Saint-Louis en 1751, a son nom orthographié Dherbey dix ans plus tard. Étienne Vagnat, maçon résidant rue Saint-Louis en 1751, s’appellerait Vagnon en 1761...

37 Abel Poitrineau Remues d’hommes : les migrations montagnardes en France, xviie-xviiie siècles [1982], Paris, Aubier / Montaigne, 1983.

38 Plusieurs veuves de la rue Saint-Louis habitent ainsi à des adresses différentes de celles qui étaient les leurs cinq ans auparavant avec leurs maris (par exemple, la veuve de Pierre Rosset habite dans la rue Créquy en 1756, alors qu’elle habitait dans la rue Saint-Louis avec son mari). Il n’est pas possible de savoir si le déménagement a eu lieu avant le décès du chef de feu ou s’il a été provoqué par celui-ci.

39 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 213. L’auteur estime par sondage que 95 % environ des couples se mariant à Lyon au xviiie siècle passaient auparavant devant un notaire pour établir un contrat de mariage.

40 Maurice Garden, Un historien dans la ville, René Favier & Laurence Fontaine (éd.), Patrice Bourdelais & Olivier Faure (collab.), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2008, p. 242. La page en question est tirée d’une réédition d’un article plus ancien (« L’attraction de Lyon à la fin de l’Ancien Régime », Annales de démographie historique, 1970, p. 205-222).

41 La démarche n’est pas sans risque, mais d’autres s’y sont frotté avant nous avec succès. Voir Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle, op. cit., p. 536.

42 Plus de quinze mentions apparaissent ainsi formulées par les curés. Catherine Louise de Broyance, originaire de Brie et se mariant le 12 juin 1770, résidait alors dans la paroisse Saint-Antonin depuis cinq ans. Catherine Lutier, originaire du faubourg Saint-Martial, et mariée le 2 juillet 1768, habitait, elle, à Saint-Paul « depuis plus d’un an ».

43 Les faubourgs devaient représenter autour de 51 % de la population de l’agglomération angoumoisine à cette période. Voir supra, dans le chapitre « Les migrations entre la ville et les faubourgs », la section « De la possibilité de s’installer en ville depuis le faubourg », p. XX sqq.

44 AM de Toulouse, FF 539, Registre des étrangers, 19 novembre 1779-17 janvier 1783. Sont considérées comme étrangères toutes les personnes non originaires de Toulouse, qu’elles soient ou non du royaume de France.

45 Figurent d’ailleurs au sein du registre quelques billets remplis par les aubergistes, ayant traversé le temps, sur lesquels les identités et lieux d’origine des étrangers étaient mentionnés. Ces billets devaient être déposés dans une boîte ; une fois leur collecte réalisée, la municipalité classait rapidement toutes ces informations dans le registre dépouillé pour cette étude. Ainsi, le registre mentionne, pour le 13 mai 1780, que le nommé Cadeau, tenant garni rue Sainte-Claire, a remis tardivement son billet (AM de Toulouse, FF 539, archive citée, p. 22 : « remis à la boette le 13e may, le billet étant du 20 avril »). Ce fonctionnement du contrôle des étrangers était similaire à celui qui était en vigueur à cette époque à Lyon. Dans cette ville, sept boîtes étaient censées récupérer les bordereaux imprimés remplis par les hôteliers à la fin du xviiie siècle, collectés et retranscrits au sein de registres (Voir Olivier Zeller & Susanne Rau, « Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon à la fin du xviie siècle », dans Albrecht Burkardt, Commerce, voyage et expérience Religieuse : xvie-xviiie siècles, 2007, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 118).

46 AM de Toulouse, FF 539, archive citée, exploitée sous la forme d’une base de données de 403 entrées.

47 AM de Toulouse, FF 539, archive citée. Ainsi, le 31 janvier 1780, parmi les personnes hébergées chez l’aubergiste Giscard, François Laval, « matelot de Marseille » ou Jean Duler, « faisant danser un ours » et originaire de Parme en Italie, n’étaient probablement que de passage à Toulouse de par leurs activités ; il en était de même des nombreuses personnes qualifiées de « plaideurs » (simples particuliers ou professionnels de la justice), venant à Toulouse pour des raisons judiciaires. Au contraire, François Duplan, « forgeron de Gaillac », était plus probablement quant à lui un immigré réel, en raison de son métier, et surtout de la proximité de son origine géographique, tout comme Jean Cot, « peigneur de laine », originaire du village ariégeois de Saverdun et qui logeait en cet endroit avec sa femme et ses deux enfants.

48 La porte du château, interface entre la ville et le faubourg Saint-Michel, est distante d’environ 1,4 km à pied de la place du Capitole, soit une vingtaine de minutes de marche.

49 AM de Lyon, FF 042, Jugements de police, 1678-1697, pour le pont du Rhône ; FF 043, Jugements de police, 1688-1698, pour la porte de Vaise.

50 Olivier Zeller & Susanne Rau, « Police des voyageurs et hospitalité urbaine à Lyon à la fin du xviie siècle », art. cité, p. 113-143.

51 Ibid., p. 118-120.

52 Ibid., p. 126-127. Plus de la moitié des voyageurs serait membre du clergé, de la marchandise, de la noblesse titrée, des gens de justice et de finance.

53 Ibid., p. 118.

54 Ibid., p. 130.

55 AM de Dijon, I 172, Cahier des entrées de la porte Saint-Nicolas, 1765-1767.

56 L’étude s’est faite par sondage. La consultation de la suite du registre ne faisait pas apparaître un poids plus important des faubourgs dans l’accueil des voyageurs. Pour éviter une perte de temps inutile, il fut donc décidé de limiter l’étude du registre aux cinq premiers mois consignés.

57 Un exemple parmi d’autres : Richard Cleary, « Making Breathing Room: Public Gardens and City Planning in Eighteenth-Century France », dans John Dixon Hunt, Michel Conan & Claire Goldstein (dir.), Tradition and Innovation in French Garden Art: Chapters of a New History, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2002, p. 58-81.

58 Vauxhall Revisited: Pleasure Gardens and Their Publics, 1660-1880, Londres, Paul Mellon Centre, 14-16 juillet 2008 ; La Promenade au tournant des xviiie et xixe siècles, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 19 et 20 février 2009.

59 Roland Andréani (dir.), Histoire de Nîmes, op. cit., p. 144.

60 Jean-Paul Volle & Mireille Lacave, « La fin du Moyen Âge : des guerres de religion à la ville classique » dans Jean-Luc Pinol, Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 210.

61 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 213.

62 Jean-Pierre Rocher (dir.), Histoire d’Auxerre, op. cit., p. 225.

63 Robert Étienne (dir.), Histoire de Bordeaux, op. cit., p. 245-246.

64 Louis Perouas (dir.), Histoire de Limoges, op. cit., p. 146-147.

65 AM d’Angoulême, DD1, Documents divers, 1532-1789.

66 Pierre Lelièvre, Nantes au xviiie siècle : urbanisme et architecture, Paris, Picard, 1988, p. 113.

67 AM de Nantes, II 157, Plans généraux, xviiie siècle.

68 C’est ce que confirme le plan Mareschal, conservé au musée du Vieux Nîmes, datant de 1775.

69 Annie Gay & Jacky Theurot, Histoire de Dôle, op. cit., p. 167.

70 AM de Romans, 8Fi25, Plan de la ville de Romans-en-Dauphiné, 1789.

71 AM de Romans, 1D1, Délibérations municipales, archive citée, p. 3-4.

72 Olivier Zeller, « En marge du privilège : petits spectacles et théâtre amateur à Lyon (1785-1787) », Actes du 115e congrès national des sociétés savantes : Avignon, Histoire moderne et contemporaine, Paris, éditions du CTHS, 1990, p. 83-101.

73 Ibid., p. 88 : L’auteur explique que « hors de l’espace urbain, la salle peut devenir un lieu de sociabilité de la bourgeoisie libérale autour de quelques hardiesses de répertoire : échappant à la surveillance ordinaire, les “applications” et les “additions” deviennent particulièrement susceptibles de donner lieu à des manifestations d’opinions au sein d’un public choisi. Du reste, en franchissant la rampe, ces bourgeois lyonnais n’avaient-ils pas choisi de rompre avec leur statut de spectateurs passifs d’un théâtre inscrit dans un système de pouvoir qu’ils contestaient ? »

74 Christian Taillard, Bordeaux à l’âge classique [1987], Mollat, Bordeaux, réimpr. 1997, p. 150.

75 Les archives de Bordeaux Métropole renferment un grand dossier concernant la construction de ce théâtre : DD 36, Grand théâtre, 1768-1786 (construction, rôle des ouvriers...). Les indications montrant le prestige accordé à cette construction y sont nombreuses.

76 Gérard Cholvy (dir.), Histoire de Montpellier, op. cit., p. 213.

77 Olivier Zeller, « La vie théâtrale dans une ville moyenne, Bourg-en-Bresse à la fin de l’Ancien Régime », dans Nicole Commerçon & Pierre Goujon (dir.), Villes moyennes : espace, société, patrimoine, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1997, p. 301-303.

78 AM Angoulême, DD1, archive citée.

79 AM d’Angoulême, 2 S 22, Tableau politique et historique des principaux États, Corps, Communautés, Offices, Administrations, Gouvernements et Jurisdictions d’Angoulême pour l’année bissextile 1788, Angoulême, Pierre Bargeas, 1788, p. 48. « Le nouveau parc ou place d’Artois près les boulevarts, établi en 1775 par les bienfaits de Monseigneur le comte d’Artois, est situé le long des anciens murs de la ville ».

80 AD du Gard, LL 47, Délibérations des consuls, 1786-1789.

81 AD du Gard, FF 28, Police de la ville, 1769-1774. La principale salle de théâtre se trouvait au sud de la ville, coincée entre l’amphithéâtre et les remparts. Voir Roland Andréani (dir.), Histoire de Nîmes, op. cit., p. 175.

82 Roland Andréani (dir.), Histoire de Nîmes, op. cit., p. 167. Séguier, botaniste, astronome, archéologue, épigraphiste et numismate, fait construire cet hôtel particulier en 1772 et le lègue à la fin des années 1770, peu de temps avant sa mort en 1784.

83 Jacques Maillard, « Le théâtre à Angers au xviiie siècle », dans Revue d’histoire du Théâtre, nº 169, 1991, p. 107-118.

84 AM de Grenoble, DD 119, Théâtre, 1720-1775.

85 AM de Lyon, 14 II 019 4, Jean-Antoine Morand : travaux (fonds privé). Ce même Cardinaly propose aussi des feux d’artifice.

86 AM de Lyon, 14 II 019 4, archive citée.

87 AD du Calvados, C 2976, Agriculture, commerce, industrie ; Ballons à Caen (1783-1785).

88 Jean Vartier, Histoire de Nancy, Paris, Mazarine, 1980, p. 174.

89 AN, K 1202, nº 14, Relation des réjouissances pour la naissance de Monseigneur le Duc de Bretagne, le dimanche sixième juillet 1704.

90 AM de Lyon, 14 II 019 4, archive citée.

91 ABM, XL A 59, Plan géométral de la ville et faubourgs de Bordeaux avec tous les changements faits jusqu’à présent, atelier de M. Sarge, 1787.

92 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais…, op. cit., p. 253.

93 Jean-Aymar Piganiol de la Force, Nouveau Voyage en France, op. cit., vol. 2, p. 145. « Les dehors de cette ville font fort agréables & embellis par un grand nombre de maisons de campagne où l’on trouve de belles promenades. Celle que l’on appelle l’arbre verd eft fingulière, en ce que l’on peut placer en deffous de cet arbre plus de vingt tables à quatre couverts chacune. Plus de cents personnes peuvent y être commodément, & y danfer même en rond à la manière du pays. »

94 Just Zinzerling (dit Jodocus Sincerus), Voyage dans la vieille France, 1612-1616…, op. cit., p. 96-97.

95 Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon, op. cit., vol. 2, p. 266-267.

96 Ibid., p. 357-358.

97 Roland Andréani (dir.), Histoire de Nîmes, op. cit., p. 178.

98 Louis Perouas, Histoire de Limoges, op. cit., p. 176.

99 François Lebrun, Histoire d’Angers, op. cit., p. 138-155.

100 Voir le Journal des Débats du 8 décembre 1831, cité par Fernand Rude, L’Insurrection lyonnaise de novembre 1831, Paris, Anthropos, 1969, p. 563. Le journaliste Saint-Marc Girardin écrit cette phrase célèbre, juste après la révolte des canuts lyonnais : « Les barbares qui menacent la société ne sont pas dans le Caucase ni dans les steppes de Tartarie, ils sont dans les faubourgs de nos villes manufacturières. »

101 Haim Burstin, Une révolution à l’œuvre : le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Paris, Champs Vallon, 2005, p. 18. L’auteur se fonde principalement sur Louis-Sébastien Mercier pour dresser du faubourg Saint-Germain un tableau particulièrement inquiétant.

102 Par exemple pour le cas parisien, on peut consulter Arlette Farge & André Zysberg, « Les théâtres de la violence à Paris au xviiie siècle », Annales ESC, vol. 34, nº 5, 1979, p. 984-1015 (en particulier p. 989 et 991).

103 Voir Françoise Bayard, « Les crimes de sang en Lyonnais et en Beaujolais aux xviie et xviiie siècles », dans Benoît Garnot (dir.), Histoire de la criminalité de l’Antiquité au xxe siècle, Dijon, Publications de l’université de Bourgogne, 1972, p. 273-281. Ainsi, les Lyonnais et les Beaujolais qui comptaient plus de 500 000 habitants à la veille de la Révolution, ne connurent que 263 meurtres entre 1604 et 1790.

104 AM de Lyon, FF 0732, archive citée.

105 Daniel Roche, Le Peuple de Paris : essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier-Montaigne, p. 256-275.

106 AM de Lyon, FF 0732, Police de la Guillotière, 1682-1788.

107 AD du Rhône, 2 B 226, Tutelles, bénéfices d’âge et émancipations, enquêtes, ordonnances, xviiie siècle.

108 AD de Loire-Atlantique, C 324, Salle de concert, 1751-1755.

109 AM de Lyon, 14 II 019 3, archive citée.

110 Jérôme Royer, Histoire de la Franc-maçonnerie en Charente, Paris, Librairie Bruno Sepulchre, 1994, p. 121. « L’Unité des Cœurs » a été fondée vers 1760 et « la parfaite Harmonie » en 1780. Voir Denis Mamoz, Histoire de la Franc-maçonnerie à Angoulême, Angoulême, Mamoz, 1888, p. 39.

111 Gérard Cholvy (dir.), Histoire de Montpellier, op. cit., p. 215.

112 En effet, les sociabilités maçonniques ne restaient pas confinées à l’intérieur du temple ; les abords servaient de lieu de lecture et de jeu.

113 AD du Gard, FF 27, archive citée. Les enfants, malgré les interdictions faites par les consuls, se retrouvaient derrière la tour Magne à Nîmes, les dimanches de l’année 1765, pour s’affronter.

114 AD du Gard, LL 15, Délibérations des consuls, 1599-1604. Le papegai (ou papegay) consiste à tirer des coups d’arquebuse sur des cibles. En 1602, les jeunes Nîmois passèrent outre l’interdiction de cette tradition et partirent la pratiquer hors les murs. Dans de nombreuses villes, les pratiquants de ce loisir se regroupèrent dans des « compagnies de l’arquebuse ».

115 AD du Gard, FF 22, Police de la ville, 1719-1730. De nombreuses personnes se retrouvaient pour jouer aux boules près du faubourg de la Madeleine, même pendant les offices religieux, ce qui exaspérait le consulat.

116 AD du Gard, FF 22, archive citée.

117 Annie Gay & Jacky Theurot, Histoire de Dôle, op. cit., p. 167.

118 AM de Lyon, BB 170, Délibérations municipales, 1626, folio 187. La compagnie des archers de l’arc-en-main invite un membre du Consulat pour leur grande fête du premier dimanche de mai, dans le faubourg de la Guillotière. Il est assez rare de voir ce loisir pratiqué à l’intérieur des murs ; c’était pourtant le cas à Lyon à la fin de l’Ancien Régime, sur le quai d’Halincourt, juste avant la porte du même nom. Voir l’Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon, op. cit., p. 132. Le plan de Delamonce et d’Inselin (datant de 1750 environ) représenta le terrain de jeu de l’arquebuse.

119 AM de Romans, 8 Fi 25, archive citée.

120 Le seul travail d’ampleur, qui lie les études de Jacques Rossiaud pour le Moyen Âge à celles d’Alain Corbin pour le xixe siècle, est la thèse inachevée publiée posthume d’Érica-Marie Benabou, La Prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 1987. Par la suite, Olivier Zeller a réalisé une courte synthèse de différents travaux européens sur le sujet. Voir Olivier Zeller, « La ville moderne », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, op. cit., p. 582-690.

121 Jean Meyer (dir.), Histoire de Rennes, op. cit., p. 255-256.

122 Anne Gosztola, La Prostitution et la police des mœurs au Mans au xviiie siècle, mémoire de maîtrise publié sous la direction de Laurent Bourquin, Le Mans, Université du Mans, 2004, p. 97.

123 Dans d’autres villes également, les bourreaux logeaient extra muros, comme à Lyon dans le faubourg de la Guillotière (BB160, Registre de délibérations municipales, 1622, folio 202 ) ou à Grenoble dans une des îles du Drac (AM de Grenoble, DD 165, Maison du bourreau, 1722-1749).

124 Michel Taillefer (dir.), Histoire de Toulouse, op. cit., p. 262-263.

125 ABM, FF 75, Filles publiques, Château Gaillard, 1514-1788.

126 Pierre-François Aleil, « La prostitution à Clermont au xviiie siècle », dans Paul Viallaneix & Jean Ehrard (éd.), Aimer en France : 1760-1860, actes du colloque international de Clermont Ferrand, 2 vol., Clermont-Ferrand, Association des publications de la faculté des sciences humaines de Clermont-Ferrrand, 1980, vol. 2, p. 479-491.

127 Ibid., p. 480.

128 Ibid. p. 482.

129 Pierre Gras, Histoire de Dijon, op. cit., p. 206.

130 AM de Lyon, I1 249, Police des mœurs, ordonnances, 1796-1868.

131 Eliane Hensinger, « La prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle à Paris », dans Mappemonde, vol. 88, nº 2, 2007, p. 40-44.

132 Voir Olivier Zeller, « Géographie des troubles et découpage urbain à Lyon, xvie-xviiie siècles », dans Actes du 114e Congrès national des sociétés savantes, Paris, 1989 : les espaces révolutionnaires, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1990, p. 43-59.

133 Vital Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 231.

134 François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, op. cit. p. 138-155.

135 AD de Loire-Atlantique, C 78, Ferme du tabac, poursuites, 1713-1715.

136 Quelques exemples : AM de Nantes, HH 266, les sieurs Piter Bouck et de Bec, détenteurs d’indiennes prohibées dans le faubourg de Richebourg, chez la dame Ragon à la Fosse. De même, AM de Nantes, HH 267 : les frères Castel et Claude Turpin, habitant le faubourg du « Marchix » (Marché), pour « défaut d’avoir fait contremarquer des étoffes prohibées en France ».

137 AD du Puy de Dôme, C 1625, Correspondance de MM. Sadourny et Teilhard de Chabriez, procureur du roi aux gabelles, à Murat, avec l’intendant, au sujet de contrebandiers arrêtés et de faux sel saisi, 1723-1727.

138 Anne Montenach, « Esquisse d’une économie de l’illicite : le marché parallèle de la viande à Lyon pendant le Carême (1658-1714) », Crime, Histoire & Sociétés, vol. 5, nº 1, 2001, p. 7-25. L’auteur explique que « quelques bouchers et hôteliers des faubourgs profitent justement des avantages liés à leur implantation hors les murs – facilités d’approvisionnement, décharge des droits d’octroi, risques moins grands encourus face aux contrôles – pour poursuivre leur activité durant le temps du Carême, et ce parfois au vu et au su de tous. Certains bouchers de Vaise, la Croix-Rousse et la Guillotière tiennent ainsi impunément “boutique ouverte” où viennent s’approvisionner, selon des témoins, “quantité de personnes” de la ville. » Il précise aussi que « les bouchers de Vaise, la Croix-Rousse et la Guillotière acheminent ainsi nuitamment par la rivière des sacs de viande qu’ils font ensuite passer discrètement par dessus les murailles de la ville ». On peut consulter également, du même auteur, « Une économie de l’ombre ? La fraude dans le commerce alimentaire à Lyon au xviie siècle » dans Gérard Béaur, Hubert Bonin & Claire Lemercier, Fraude, contrefaçon et contrebande, de l’Antiquité à nos jours, Genève, Droz, 2006, p. 515-538.

139 AD du Puy de Dôme, C 1618, Contrebandiers, 1712-1720.

140 AM de Marseille, CC 2004, Procès, 1765-1771 ; CC 2006, Procès, 1766-1768.

141 Pierre Martin, « Le temps, les espaces de la fraude et les fraudeurs dans les villes portuaires en Bretagne sous l’Ancien Régime », dans Sylvie Aprile & Emmanuelle Retaillaud-Bajac (dir.), Clandestinités urbaines, op. cit., p. 217-234. L’auteur précise notamment p. 224 : « Les côtes de Bretagne sont découpées et de nombreuses petites anses deviennent les lieux privilégiés de cette contrebande. Les déchargements “à la sauvette” se généralisent là où la rivière forme un coude, ou dans de petites anses, à l’abri des regards indiscrets. À cela, il convient d’ajouter que les magasins et entrepôts de marchands jouxtent généralement les quais. Dès lors, le chemin est court pour acheminer des marchandises dans son arrière-cour ».

142 En 1720, un nommé Antoine Grobié, dit Grintemps, originaire de la Côte Saint-André et cabaretier à Lyon, est arrêté pour contrebande de marchandises (drogues d’Angleterre, mousselines, indiennes…). Bien qu’il cherchât constamment à se disculper lors de l’interrogatoire, des lettres trouvées chez lui montrèrent qu’il occupait une place centrale dans ce commerce. Il relata notamment au cours de l’interrogatoire l’arrivée de ces marchandises depuis la Savoie ou le Dauphiné, et leur entrée dans Lyon par le faubourg de la Guillotière avant le franchissement du Rhône et des murailles. Voir AD du Rhône, 5C12, Procès verbaux de saisie de marchandises de contrebande des commis de la douane de Lyon, 1663-1760.

143 Un exemple parmi d’autres : en avril 1710, les commissaires de police Laurant et Boullioud dressèrent un procès-verbal à deux cabaretiers de la Guillotière : Antoine Mouchard, tenant « le logis où pend l’enseigne du Soleil », et Jean-Baptiste Mayoud, tenant le logis « où pend l’enseigne de la Couronne ». Tous deux furent accusés d’avoir entreposé illégalement des grains chez eux. Voir AM de Lyon, 5 Fi 00620, Ordonnance de police, affiche, 1710.

144 AM de Lyon, 5 Fi 00636, Ordonnance de police, affiche, 1701.

145 AD de la Charente, 1 C 7, Papeteries, régimes divers, règlements de travail, troubles ouvriers, 1751-1788.

146 AD de la Charente, 1 C 7, archive citée.

147 AM de Toulouse, FF 532, Registres de ronde du guet, 13 décembre 1636-4 septembre 1639. Par manque de temps, il n’a pas été possible d’étudier statistiquement cette source. L’idéal aurait été de connaître la proportion de jours durant lesquels le guet a patrouillé dans au moins un faubourg.

148 AM Lyon, 4 WP 031 1, Rôle de contribution foncière, La Guillotière, 1791, registre.

149 Cette contribution foncière correspond généralement à une somme comprise entre 17 % et 20 % du revenu estimé.

150 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 15-17.

151 AM de Lyon, CC 185, Taxes perçues au nom du roi, 1788-1789.

152 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 17. « Le quartier du Gourguillon comprend des parcelles de terres et de domaines qui ne correspondent pas à des maisons les rôles des faubourgs contiennent 1 209 articles, mais le chiffre moyen de la contribution est presque aussi faible que dans le quartier de Gourguillon. Là encore, les 1 209 articles sont loin de correspondre à autant de maisons. »

153 BM de Lyon, Ms 5887, Nouveau plan géométral de la ville, fauxbourgs et banlieues de Lyon, dressé par Bertrand, 1785. Le plan ne semble pas comptabiliser les habitations des Brotteaux dans le faubourg de la Guillotière. En effet, l’auteur attribua des cotes pour les grosses propriétés, mais aucune ne semble avoir été attribuée à une habitation des Brotteaux. En outre, une partie de la différence entre les comptes de Bertrand et les registres de vingtièmes peut s’expliquer par la présence de copropriétés.

154 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 16. Probablement bloquée par la très grave crise de 1788, cette hausse n’était toutefois pas en mesure de complètement fausser la comparaison.

155 AM de Toulouse, ii 583, Plan topographique de Toulouse et de ses environs, Dupain-Triel & de La Lande, 1772. Le plan montre par exemple des chemins reliant les faubourgs Saint-Étienne et Arnaud-Bernard.

156 AM d’Angers, 1 Fi 1575, Nouveau Plan de la ville d’Angers, enrichi de la carte des environs et de la perspective de la ville avec ses principalles maisons, par L. Simon, 1736. De nombreux chemins périphériques sont représentés, comme celui qui reliait les faubourgs Saint-Laud et Bressigny ou les faubourgs Gauvin et de Reculée.

157 ABM, XL A 59, Plan géométral de la ville et faubourgs de Bordeaux avec tous les changements faits jusqu’à présent, atelier de M. Sarge, 1787. La trame viaire unissait fortement les faubourgs Saint-Seurin et des Chartrons par plusieurs petites rues.

158 AD du Loiret, 2 Fi 83, Nouveau Plan d’Orléans augmenté de ses fauxbourgs [...] présenté à M. de Cypierre [...], intendant [...] par Letourny, libraire à Orléans, 1778. Ce plan montre un ensemble de petits chemins reliant tous les faubourgs de la rive droite de la Loire.

159 AM de Lyon, 3 S 277, Plan de Lion, ancienne colonie des Romains, par Ferdinand Delamonce & Charles Inselin, vers 1750.

160 Frédéric Pluquet, Contes populaires, préjugés, patois, proverbes, noms de lieux de l’arrondissement de Bayeux, Rouen, Nicétas Periaux, 1834, p. 95 : « Sengles : petites rues qui formaient une ligne de circonvallation autour des faubourgs de Bayeux. On disait : les sengles de Saint-Patrice, les sengles de Saint-Floxel, etc. » Notons que la racine latine de sengle est cingula, ceinture.

161 AD du Rhône, 2 B 251, Curatelles, avis de parents, répudiations d’hoiries, cahiers de doléances, 1789-1790.

162 AD du Rhône, 2 B 251, ibid.

163 BM de Lyon, 385856, Réponse de la municipalité du Bourg de la Guillotière, en Dauphiné, à la requête de la municipalité de la ville de Lyon, du 18 Août 1788, et à l’arrêt sur requête, du 18 Octobre 1789, p. 25-26.

164 AD de Maine-et-Loire, 1 B 161, Cahiers de doléances de la province d’Anjou, 1789.

165 Prosper Boissonnade (éd.), Cahiers de doléances de la sénéchaussée d’Angoulême et du siège royal de Cognac pour les États généraux de 1789, Paris, Imprimerie nationale, 1907, p. 77

166 Ibid., p. 87.

167 AM de Lyon, BB 152, Registre de délibérations consulaires, 1616, folio 144 verso. Les registres de délibérations consulaires évoquent une « dépense faite pour soustraire au danger le plus éminent les habitants de la Guillotière, que menaçait une inondation du Rhône laquelle rivière, à cause des grandes pluyes, s’estoit, le jour et la feste Saint Michiel et les deux jours du mois de septembre dernier 1616, sy extrêmement débordée et hors de ses limites, plus que de souvenance d’homme vivant » (1er septembre 1616).

Table des illustrations

Titre Figure 10. L’origine des mariés dans Angoulême intra muros d’après les registres paroissiaux (1768-1770).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Figure 11. L’origine des mariées dans Angoulême intra muros d’après les registres paroissiaux (1768-1770).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 12. Modes et lieux d’hébergements des arrivants à Toulouse en 1780 logeant en auberge ou garni.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Nouveau plan de la ville d’Angers, enrichi de la carte de ses environs et de la perspective de la ville avec ses principales maisons, par L. Simon, 1736.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24885/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1017k

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search