Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

II. Les faubourgs dans l’espace : les différentes relations avec la ville et les espaces environnants

Présentation

Texte intégral

1Les faubourgs avaient leur logique propre d’organisation. Dans la première partie, il a été démontré que leur structure sociale et leur morphologie spatiale singulières en faisaient des espaces souvent hybrides et transitoires, ne pouvant dans de nombreux cas être assimilés ni à des espaces urbains, ni à des espaces ruraux. Pour autant, cette particularité ne nous renseigne pas sur leurs rapports avec la ville autour de laquelle ils se sont développés et avec les espaces voisins, faubourgs ou villages environnants. Pour mieux appréhender ces relations, multiplier les sources et les approches est indispensable, d’autant plus que ce type de rapports laissait peu de traces durant l’époque moderne, celle-ci relevant encore de l’ère préstatistique. Comment les archives nous renseignent-elles sur l’enclavement de ces espaces ou, à l’inverse, sur leur insertion dans des échanges avec les espaces voisins ?

2S’interroger sur ces relations, c’est tenter de déterminer si des barrières, outre celles que matérialisaient les fortifications (qu’elles soient sociales, culturelles ou autres), séparaient les habitants des faubourgs de ceux de la ville. Au-delà, c’est aussi chercher à comprendre la nature des liens unissant les habitants des faubourgs à ceux des espaces environnants, tout comme les tensions qui pouvaient éventuellement se créer entre eux.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search