Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

I. L'ordre des mots : fait de langue ou fait de style ?

De la micro-grammaire au style : la postposition du sujet

Joëlle Gardes Tamine

Texte intégral

1Dans cet article, à la différence de Catherine Fuchs (voir ici même p. 27 et suiv.), je ne m’intéresserai qu’à l’ordre du sujet et du verbe dans une assertion, et en proposition principale, dans ce que j’appelle « unité minimale ». Je rappellerai les paramètres qui permettent d’en rendre compte mais je voudrais surtout proposer quelques réflexions sur le statut du style. J’aimerais une fois de plus suggérer que le style ne saurait se définir en termes d’écart, et qu’il se situe à l’articulation de la grammaire, sur laquelle il s’appuie, et de la rhétorique, qui le prolonge. C’est dans cette perspective que je poserai un certain nombre de principes théoriques concernant la grammaire d’une part et l’ordre des mots en français d’autre part, avant de m’interroger sur le passage de la phrase au texte (de la micro-à la macro-grammaire) et ses conséquences sur la place du sujet.

Présupposés et principes

2Je pose qu’il existe un niveau grammatical autonome. C’est une position qui ne va pas de soi, aujourd’hui pas plus qu’hier, avec le développement des grammaires textuelles et de la pragmatique, qui prônent une approche globale du discours et ne séparent pas les niveaux de l’analyse : le système s’identifie alors avec ses réalisations. À ces conceptions holistiques, je préfère une approche palier par palier, qui ne mêle pas des points de vue qui me paraissent, certes complémentaires, mais radicalement différents. Dans des termes empruntés à Jean-Claude Milner (1995), il me semble qu’il existe un réel de la langue indépendant et qu’il faut distinguer le « possible de langue », qui, pour être arbitraire, n’en est pas moins structuré, et le « possible matériel », où les facteurs contingents et extralinguistiques jouent un grand rôle. Le possible de langue peut se définir en termes de règles transversales, générales, qui ne dépendent pas d’une énonciation particulière. On peut en donner un exemple qui concerne précisément la position du sujet : celui des didascalies. Contrairement en effet à ce qu’affirment par exemple Flaux et Zaragoza (2002), ce ne sont pas les conditions d’énonciation, en l’occurrence génériques, qui permettent de rendre compte de la postposition du sujet dans ce type d’énoncés, puisqu’elle respecte les contraintes syntaxiques habituelles, comme la nécessité d’un verbe intransitif et d’un sujet qui ne soit pas clitique. Quant au « conditionnement de l’inversion nominale par le sens du verbe », c’est également une propriété très générale qui n’est pas liée aux didascalies. Si le verbe le plus fréquent qui y est utilisé est entrer, pour indiquer l’apparition d’un personnage, en quoi diffère-t-il de verbes tels que apparaître, monter ou même sortir, absent des didascalies, mais employé dans les descriptions avec le sens paradoxal de « surgir », de « se montrer » :

Les batteries flamboyèrent, la colline trembla, de toutes les bouches d’airain sortit un dernier vomissement de mitraille. (Hugo, Les Misérables)

3C’est dire que l’inversion du sujet met en jeu des caractéristiques lexicales générales que les textes actualisent sans doute de manière spécifique, mais en les respectant. C’est donc d’abord hors texte et hors emploi que le grammairien doit, selon moi, travailler ou, plus exactement, s’il ne peut se passer des corpus, il doit d’abord y rechercher ce qui n’est pas soumis à des conditions énonciatives particulières. S’il me semble obligatoire dans la description grammaticale de prendre en compte la deixis, définie par les trois coordonnées que sont moi, ici, maintenant, ce n’est pas la présence individuelle du locuteur en tant que tel qui importe, mais ce fondement abstrait et général de la parole : « alors que la présence du locuteur et de l’auditeur (ou du lecteur) est pertinente quand on considère l’événement de communication linguistique dans son ensemble, elle ne l’est pas dans le cadre de toute communication linguistique, et dans une étude de la structure du langage. » (Hjelmslev, 1968, p. 184-185)

  • 1 La même tentation, pour ne pas dire plus, de confondre l’étude du langage avec une ontologie se ret (...)

4Il me semble donc qu’il faut séparer la grammaire de la logique et de l’ontologie1. J’ai insisté ailleurs sur la nécessaire distinction des niveaux grammatical et logique à propos de la proposition et de la prédication (2004). Le niveau logique implique une théorie du jugement réunissant dans une proposition un thème et un prédicat liés par une relation de prédication :

Le jugement s’appelle aussi proposition, & il est aisé de voir qu’elle doit avoir deux termes : l’un, de qui l’on affirme, ou de qui l’on nie, lequel on appelle sujet ; & l’autre que l’on affirme, ou que l’on nie, lequel s’appelle attribut ou praedicatum. (Arnauld et Nicole, 1970, p. 156)

5Or il n’y a pas d’homologie entre cet acte de prédication et une structure grammaticale, même s’il existe des convergences. Ces faits sont bien connus (Touratier, 2003) mais ils n’empêchent pas un grand nombre de grammairiens de continuer à lier sujet grammatical et thème de la proposition. Pierre Le Goffic, par exemple, qui définit bien le sujet par le critère morpho-syntaxique de l’accord, ajoute pourtant qu’« étant le point de départ (logico-sémantique) de la relation prédicative, le sujet est normalement antéposé » (1993, p. 132). Il semble ainsi accorder à la logique plus ou au moins autant d’importance qu’à la syntaxe, puisque c’est par la logique qu’il explique l’ordre des mots.

  • 2 Je pourrais dire également une unité minimale formée d’un verbe et des éléments de sa valence, sauf (...)

6Je pense qu’il faut au contraire s’en tenir à une définition formelle du sujet, comme l’élément qui impose l’accord au verbe et le précède dans l’unité canonique, laquelle ne se confond pas avec la proposition, puisque celle-ci est d’origine logique. L’unité canonique se définit comme l’assertion minimale formée d’un verbe conjugué et des éléments qui lui sont syntaxiquement liés afin de former une unité caractérisée par sa complétude syntaxique2 et sa transversalité. Si « Grenouilles de sauter » ne peut constituer une telle unité, alors même qu’il s’agit d’une proposition au sens logique, c’est d’une part qu’elle dépend du texte (on ne la rencontre que dans un passage narratif), de conditions syntaxiques (elle doit être précédée d’un contexte auquel elle s’enchaîne, par exemple par une coordination), et que, d’autre part, elle ne peut servir de base à d’autres unités. Si l’on peut, à partir de l’unité minimale « Les grenouilles sautent », obtenir :

Je dis que les grenouilles sautent
Les grenouilles sautent-elles ?

7« Grenouilles de sauter » ne se prête pas à ces manipulations. Il existe donc des zones centrales dans la langue et des zones périphériques (infinitif de narration, phrases sans verbes…) soumises à des conditions textuelles : c’est un des points sur lesquels se mesure le fait de style, qui n’est pas à proprement parler un écart, mais une utilisation particulière des règles, lorsque des conditions spécifiques sont en jeu.

8Sur l’unité minimale s’exercent ensuite des opérations d’amplification, de modalisation, de topicalisation…, qui permettent de passer au texte. Toutes ces opérations sont grammaticales, même si elles sont le produit d’une intention dans une situation extralinguistique, et si le sens de l’énoncé ainsi obtenu est en définitive le résultat de facteurs linguistiques et non-linguistiques. Je reprends ici la distinction de Michele Prandi entre le domaine de la langue et celui d’un « monde ontologique autonome » (1992, p. 40 ; voir aussi Pellerey, 1993). Quand il s’agit d’interpréter les énoncés, il faut évidemment envisager l’articulation du linguistique et de l’ontologique, mais, pour cela, il faut d’abord les avoir séparés. Dans ce monde ontologique, je range ce qui concerne les conditions particulières de production et de réception du discours, tout comme ce qui concerne la référence et le problème de la vérité conçue comme adéquation du langage au réel. Que « Pierre pleure » ait ou non une référence actuelle dans la réalité, qu’il s’agisse de la vérité ou d’un mensonge ne me paraît pas relever de la description linguistique, ou en tout cas relever de considérations postérieures à la description grammaticale systématique de la phrase.

  • 3 L’ontologie est « double » : elle comprend des « réalités physiques » comme des réalités psychiques (...)

9Qu’il faille distinguer grammaire et ontologie3 implique également que, si la grammaire met en jeu des opérations de construction, celles-ci sont de pures hypothèses internes à la théorie et ne relèvent pas de considérations d’ordre cognitiviste. J’adopte sur ce point la perspective très claire d’Antoine Culioli (2000, t. I, p. 21 et suiv.) qui pose l’existence de trois niveaux distincts : le niveau 1 est celui des représentations mentales (cognitives) qui, dans l’état actuel des connaissances tout au moins, ne sont pas directement accessibles ; le niveau 2 est celui des représentations linguistiques, qui constituent les traces de l’activité du niveau 1 ; le niveau 3 est « le niveau de la construction explicite des représentations métalinguistiques ». Entre chacun de ces niveaux, les relations sont complexes et on ne peut aller directement de l’un à l’autre. On pourrait penser, d’autant que cela correspond souvent à une pratique observée en génétique textuelle, que les opérations d’amplification que je pose pour passer de l’unité grammaticale minimale aux unités textuelles sont des opérations concrètes : il n’en est rien, ou en tout cas, nous n’en savons rien, et, dans ma perspective, ce ne sont que des opérations internes à la description grammaticale. Rien ne me paraît autoriser le saut de la grammaire à la pensée, du niveau 1 au niveau 3. Étudiant « le fonctionnalisme linguistique et les enjeux cognitifs », Jacques François montre que l’ordre S V O est « en corrélation préférentielle mais non décisive avec les prépositions, l’ordre N-Génitif et l’ordre N-Adjectif (c’est-à-dire l’ordre tête-modificateur) » (2004, p. 112). Mais de là à affirmer qu’il s’agit d’universaux de type cognitif, il me semble qu’il y a un pas qu’il franchit un peu trop vite. Quant à la confusion des niveaux 2 et 3, elle est d’autant plus facile que la métalangue du niveau 3 n’est pas distincte de la langue du niveau 2. Pourtant, le niveau 3 ne propose qu’un langage de représentation (formalisé ou non) théoriquement indépendant : il comprend différents domaines (phonologique, syntaxique, lexical…) dont la grammaire étudie l’organisation spécifique et les interactions (voir Gardes Tamine, 2004).

10Si l’on envisage le niveau syntaxique, dont relève prioritairement la question de la place du sujet, il faut reconnaître l’existence de « deux dimensions indépendantes d’organisation syntaxique : la constituance et l’ordre » : « La structure en constituants enregistre essentiellement le mode de combinaison des unités (complémentation, adjonction, combinaison tête-sujet, etc.). Les domaines d’ordre enregistrent la réalisation linéaire finale des constituants. » (Bonami et Godard, 2001, p. 141)

11En ce qui concerne le sujet, la relation de constituance, qui se marque par l’accord (et correspond, selon les verbes, à des relations sémantiques diverses, telles que celles d’agent ou de patient), doit être dissociée de celle d’ordre, même si naturellement, il existe des liens entre eux, en tout cas dans l’unité canonique, dont l’ordre est fixe. Dans cette unité, en effet, en français, l’ordre est strict : le sujet précède le verbe (suivi par son ou ses compléments), soit S V (O). La construction du texte, le passage de l’unité grammaticale à l’unité textuelle, et donc de la micro-à la macro-grammaire, peut modifier cet ordre, alors même que la relation de constituance reste identique. Que les relations de constituance et d’ordre soient distinctes, un exemple bien connu suffit à le montrer, celui de la restriction, qui ne peut porter sur un groupe préverbal, mais seulement sur un groupe postverbal, quelle que soit sa fonction :

Dans la rue ne passent que des vélos.

Jean ne boit que du lait.

Jean ne boit que le soir.

12Un des arguments pour faire du verbe le pivot de l’unité grammaticale tient précisément à la différence de fonctionnement des groupes qui le précèdent et qui le suivent.

13Plusieurs paramètres sont à prendre en considération pour rendre compte de l’ordre des mots et de la place du sujet en particulier. On doit d’abord distinguer des zones, zones pré- et postverbale (Skårup, 1975). Une des propriétés de la zone préverbale en français est que, dans l’unité canonique (l’impératif qui relève d’une modalité n’est donc pas un contre-exemple), la zone préverbale ne peut rester vide, ce qui contraint le sujet à le précéder. Le deuxième facteur est constitué par les positions des éléments les uns par rapport aux autres. Si la position du sujet vis-à-vis du verbe dépend de la zone, comme on vient de le dire, celle de l’adjectif par rapport au substantif relève d’autres considérations, liées à leur poids accentuel et sémantique respectifs (voir ici même la communication de Jean-Michel Gouvard). Le dernier facteur peut être appelé place stylistique, plus précisément en poésie, place métrique, et en prose, place rhétorique. On sait par exemple que, pour la versification française, la place métrique la plus importante dans un vers de moins de huit syllabes est la fin, ne serait-ce que parce qu’elle est le lieu où se manifeste la rime. Dans un vers de plus de huit syllabes, comme le décasyllabe ou l’alexandrin, il faut également prendre en compte la césure. Dans les textes de prose, c’est encore la fin de la phrase et des groupes (les cola de la période) qui est marquée. Pensons à la clausule des discours, aux effets de chute, aux homéotéleutes :

C’est une chose surprenante que ce grand silence de Dieu parmi les désordres du genre humain. Tous les jours ses commandements sont méprisés, ses vérités blasphémées, les droits de son empire violés : et cependant son soleil ne s’éclipse pas sur les impies, la pluie arrose leurs champs, la terre ne s’ouvre pas sous leurs pieds ; il voit tout, et il dissimule ; il considère tout, et il se tait. (Bossuet, Sermon sur la prédication évangélique)

14L’exemple suivant, emprunté à Mallarmé, qui joue beaucoup de l’ordre des mots (Broquet, 1998), montre le lien entre la position du sujet et une place rhétorique privilégiée :

  • 4 Sylvain Broquet parle à ce propos de « mise en scène syntaxique ».

Ce n’est pas de sonorités élémentaires par les cuivres, les cordes, les bois, indéniablement, mais de l’intellectuelle parole à son apogée que doit avec plénitude et évidence, résulter, en tant que l’ensemble des rapports existant dans le tout, la Musique4. (Mallarmé, Crise de vers)

15La chute rythmique, associée à la postposition du sujet, donne à « la Musique » un poids particulièrement sensible.

16Ce n’est pas seulement, comme le montre ce dernier exemple, dans l’organisation sémantique et rhétorique que les places jouent un rôle non négligeable : elles participent également à la cohésion du texte et aux faits d’enchaînement (voir infra, p. 94). Il apparaît donc que les facteurs de micro-grammaire internes à la phrase et ceux de macro-grammaire, qui relèvent du texte, ne peuvent pas être dissociés, même si, méthodologiquement, ils doivent être distingués pour mieux être articulés. Et c’est dans ce passage de la phrase au texte que se construit le style.

Linversion dite stylistique du sujet

17C’est l’amplification de l’unité textuelle minimale qui rend possible la postposition du sujet dans l’assertion, ou plutôt une des deux catégories d’amplification. Elle prend en effet deux formes, l’intégration, qui s’applique aux groupes, comme les expansions du nom, adjectif, complément prépositionnel ou relative, et ne joue pas de rôle dans l’inversion du sujet et l’insertion, mécanisme qui rassemble les compléments de phrase (adverbiaux, circonstanciels…), les appositions et les apostrophes de la tradition (Gardes Tamine, 2004) :

Tout le monde, par excès de terreur, devenait brave.
(Flaubert, Salammbô)

Grands bois, vous m’effrayez comme des cathédrales.
(Baudelaire, « Obsession », Les Fleurs du mal)

Car saint Jean n’est pas mort, l’effrayant solitaire.
(Hugo, « Le cèdre », La Légende des siècles)

  • 5 Le cas des compléments de lieu constitue une transition entre les compléments de verbe et de phrase (...)

18C’est l’insertion qui est décisive pour la postposition du sujet. Deux traits permettent de rassembler les adverbiaux, appositions et apostrophes. En premier lieu, syntaxiquement, ils ne se rattachent à aucun constituant de l’unité grammaticale de base. C’est ce qui fait qu’ils ne peuvent être pronominalisés par un clitique5. L’apposition n’est un contre-exemple qu’en apparence, car, si on l’apparie à un des constituants de l’unité textuelle, c’est en vertu du lexique, et non de la syntaxe. C’est le lexique seul qui permet de distinguer l’adverbial de l’apposition dans les exemples suivants et de relier « Pierre » et « ce paresseux » :

Pierre, ce matin, a du mal à se lever.

Pierre, ce paresseux, a du mal à se lever.

19En second lieu, ces insertions, privées de tout ancrage syntaxique, ne sont attachées à aucune zone ni position de l’unité : elles sont librement placées et mobiles, ce qui signifie en particulier qu’elles peuvent apparaître en zone préverbale. Ce fait n’est pas sans conséquence sur la position du sujet puisque le remplissage de la zone préverbale lui permet de pouvoir passer après le verbe :

Quelques jours après, à Balbec, comme nous étions dans la salle de danse du casino, entrèrent la sœur et la cousine de Bloch. (Proust, Sodome et Gomorrhe)

20Ce sont, comme dans cet exemple, les insertions adverbiales (adverbes ou compléments de phrase) qui sont les plus nombreuses en tête d’unité mais une apposition qui occupe la zone préverbale permet également l’inversion du sujet :

Net ainsi qu’un jet égaré […], éclate pour moi ce calcul.
(Mallarmé, « La déclaration foraine »)

21L’absence dans les corpus d’apostrophe en tête d’unité accompagnée d’une inversion du sujet s’explique sans doute par des facteurs pragmatiques : l’apostrophe n’a guère d’affinité pour l’assertion, elle en a pour des actes de langage comme l’ordre, la question, qui s’accompagnent de modalités de la phrase. De ce point de vue, les deux assertions :

 ?Jacques, la sœur et la cousine de Bloch entrèrent.

 ?Jacques, entrèrent la sœur et la cousine de Bloch.

22sont aussi peu probables l’une que l’autre. Très souvent également, l’apostrophe s’accompagne d’un déictique, tu ou vous, lequel ne se prête pas à l’inversion du sujet.

23L’information n’est évidemment pas répartie de la même façon selon la position des insertions et donc éventuellement du sujet : des phénomènes de saillance, qu’on peut, si l’on veut, qualifier de stylistiques, se produiront mais ce n’est pas pour autant que l’inversion doit être dite « stylistique », car elle dépend d’abord de facteurs grammaticaux. C’est ainsi que, outre la nécessité pour la zone préverbale d’être remplie, le sujet ne doit pas être un clitique et le verbe ne doit pas présenter de complément. Ce sont là des contraintes syntaxiques bien connues : il faut cependant insister sur le fait que le style ne les ignore pas et se bâtit à partir d’elles.

24L’inversion respecte également des paramètres lexicaux, liés au verbe. Tous les verbes sans complément n’autorisent pas la postposition du sujet. Certains lui sont plus particulièrement favorables, comme les verbes d’état ou de changement d’état (souvent des verbes de mouvement qui traduisent le surgissement) :

En avant de chacune d’elles montaient deux colonnes, portant à leur chapiteau des cornes d’Ammon, ce qui formait une continuité des portiques tout autour du bassin. Au milieu, dans une île, s’élevait une maison pour le Suffète-de-la-mer. (Flaubert, Salammbô)

25Dans Salammbô, la liste de ces verbes qui apparaissent dans les descriptions n’est pas très longue, « apparaître », « se dresser », et de manière isolée « se balancer » ou « flotter » :

Dans des gamelles en bois de Tampanni flottaient, au milieu du safran, de grands morceaux de graisse.

26Dans les récits, il s’agit presque uniquement de « venir » :

Puis vint la cohue des bagages, des bêtes de sommes et des traînards.

27Chez un écrivain comme Marguerite Duras, dont l’écriture dite « blanche » est proche de la structure de l’unité canonique, les inversions du sujet sont rares mais il est remarquable que, quand elles se produisent, c’est précisément avec ce type de verbes :

À un moment donné de chaque jour ce désespoir se montrait. Et puis suivait l’impossibilité d’avancer encore, ou le sommeil […].
(Duras, L’Amant)

28Les verbes de surgissement ont une « valeur marquée de phrase présentationnelle » (Kerleroux et Marandin, 2001, p. 299). Et c’est justement ce qui se produit dans les didascalies, pour le verbe « entrer » (le plus fréquent), qui marque l’apparition d’un personnage :

Tous les assistants se découvrent et s’inclinent avec respect. Entre Cromwell, le chapeau sur la tête. (Hugo, Cromwell)

29Le verbe sortir, qui ne pourrait indiquer que la disparition d’un personnage hors de la scène, est donc naturellement absent des didascalies, alors qu’il est utilisé dans le texte narratif, avec le sens d’apparaître, comme dans cet exemple de Kerleroux et Marandin :

De la maison sortait un flot de clients.

30qui ne signifie pas qu’on ne voit plus les clients, mais au contraire qu’ils surgissent dans la rue. Dans cet extrait de Chateaubriand :

C’est de Metz que sortit, en 1792, la colonne engagée sous Thionville avec notre petit corps d’immigrés. (Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe)

31si l’on n’est plus dans le cadre d’une description, l’« inversion locative » (Kerleroux et Marandin) continue bien à marquer un surgissement, en l’occurrence plus précisément le début d’un épisode. On constate ainsi que l’inversion est liée aux fonctionnements textuels et en cela aussi, évidemment, elle participe à la construction du style sans que l’on puisse pour autant la qualifier de stylistique.

32D’unité textuelle à unité textuelle, l’ordre des mots, et partant, la position du sujet, participe également au processus d’enchaînement et de cohésion du texte. C’est le cas avec l’antéposition de « tel » en fonction d’attribut. Dans cet exemple, l’anaphore joue d’unité à unité :

Ce sont les tronçons divisés du serpent qui entoure la terre… Séparés par le fer, ils se rejoignent dans un hideux baiser cimenté par le sang des hommes. Telles furent les images qui se montrèrent tour à tour devant mes yeux. (Nerval, Aurélia)

33Dans l’exemple suivant, elle joue à l’intérieur d’une même unité, où « tel » reprend et résume des insertions appositives initiales :

Intercalé dans la haie, […] tout prêt pour le mois de Marie, dont il semblait faire partie déjà, tel brillait en souriant dans sa fraîche toilette rose l’arbuste catholique et délicieux. (Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs)

34C’est parfois avec la suite du texte que l’inversion renforce les liens anaphoriques :

Sous l’essieu pendait en draperie une grosse chaîne digne de Goliath forçat. Cette chaîne faisait songer […] aux mastodontes et aux mammons qu’elle eût pu atteler […]. (Hugo, Les Misérables)

35De ces placements du sujet peut résulter tout un montage textuel. Dans cet extrait :

Le pavillon de Melkarth, en pourpre fine, abritait une flamme de pétrole ; sur celui de Khamon, couleur d’hyacinthe, se dressait un phallus d’ivoire, bordé d’un cercle de pierreries. (Flaubert, Salammbô)

36les liens anaphoriques reposent évidemment en premier lieu sur le démonstratif « celui », mais la position du groupe adverbial, « sur celui de Khamon », dans la zone préverbale établit un écho entre les deux mentions des pavillons, chaque fois dans une place du texte sensible : bien qu’ayant chacun une fonction syntaxique différente, ils se répondent dans des places rhétoriques identiques. Quant au sujet du verbe « se dressait », dont l’inversion est autorisée par la syntaxe et le lexique, postposé au verbe, il s’efface derrière l’expression du mouvement. La sensation est première, avant que ne soit identifié son support. Enfin, l’inversion a pour conséquence que l’unité se termine sur les « pierreries », qui répondent à la « flamme » de l’unité précédente, si bien que les pavillons comme les symboles qu’ils comportent occupent des places semblables. Ainsi se dessinent des parallélismes et des figures, qui appartiennent autant à la grammaire qu’à la stylistique. C’est ainsi qu’apparaît un chiasme dans cet autre exemple de Salammbô, où les adverbiaux sont contigus, encadrés par les sujets :

[…] un champ de roses s’épanouissait sous des platanes ; de place en place sur des gazons, se balançaient des lis.

37J’ai déjà signalé le lien de l’inversion avec certains fonctionnements textuels locaux, comme la description où elle traduit la vivacité d’une impression, la présentation d’un détail du paysage. Il faut également prendre en considération le type de texte. La question des didascalies et du texte de théâtre a déjà été évoquée, celle de la poésie s’impose évidemment, puisque la poétique classique donne l’inversion comme un trait définitoire du poème. Le nombre des inversions autorisées y est plus large que dans la prose (Molino et Gardes Tamine, 1992) mais l’inversion du sujet obéit aux mêmes contraintes. On se contentera de signaler un fait particulier, qui rappelle l’apparente liberté de placement du verbe en tête d’unité dans les didascalies. Le début du poème de Supervielle, « Montevideo » (Gravitations) comporte deux inversions du sujet :

Je naissais, et par la fenêtre
Passait une fraîche calèche.

Le cocher réveillait l’aurore
D’un petit coup de fouet sonore.

Flottait un archipel nocturne
Encore sur le jour liquide.

38Elles impliquent l’une et l’autre un verbe de mouvement à effet de présentation. Or, si, dans la première, « par la fenêtre / Passait une fraîche calèche », la zone préverbale est remplie, elle ne l’est pas dans la seconde. Cependant, « Flottait un archipel nocturne » ne constitue pas un contre-exemple à la règle générale, pour peu que l’on remarque qu’il intervient à l’intérieur du poème, et non au début. Il faut donc élargir la notion de zone préverbale de l’unité grammaticale au texte. Ceci n’est possible qu’en poésie et dans les didascalies (on n’y rencontre pas non plus d’inversion du sujet à l’initiale absolue du texte) : l’important est de remarquer que le style, qui dépend donc de conditions génériques, se produit là encore dans la continuité de la grammaire, au prix d’un simple élargissement. Non pas écart, mais prolongement : le style est bien à l’articulation de la grammaire et de la rhétorique, ou de la pragmatique, comme on voudra appeler le fonctionnement en situation du texte : « le possible de langue contraint le possible matériel. Le style n’est pas un écart par rapport à ces règles, et sûrement pas une violation, mais tout au plus un jeu avec elles. » (Gardes Tamine, 2004, p. 220)

39Soumis à des contraintes de langue, orienté par le type de texte, le style est évidemment le résultat d’un engagement personnel. L’analyse de l’ordre des mots est une bonne entrée, en particulier pour analyser la syntaxe de la prose, qui échappe souvent à la description. Les prosateurs comme Chateaubriand ou Proust dont le style peut être qualifié de « périodique » en usent largement, comme dans ce paragraphe des Mémoires d’outre-tombe, cité in extenso :

On fit une partie de pêche. Le soleil approchait de son couchant. Sur le premier plan paraissaient des sassafras, des tulipiers, des catalpas et des chênes dont les rameaux étalaient des écheveaux de mousse blanche. Derrière ce premier plan s’élevait le plus charmant des arbres, le papayer qu’on eût pris pour un style d’argent ciselé, surmonté d’une urne corinthienne. Au troisième plan dominaient les baumiers, les magnolias et les liquidambars.

40Marmontel, dans ses Éléments de littérature, regrette que l’ordre des mots relativement rigide du français ne lui offre pas les possibilités d’« harmonie » que possèdent de ce point de vue les langues anciennes. L’inversion du sujet permet toutefois une liaison de membres de la période et un rythme, qui, dans l’exemple de Chateaubriand, repose sur le parallélisme : Préposition Déterminant Adjectif « plan » Verbe Sujet. En revanche, certains écrivains, qui pratiquent le style coupé ou qui privilégient l’écriture minimaliste, ne présentent pratiquement pas d’inversion du sujet. J’ai déjà cité le cas de Marguerite Duras, on peut également prendre celui de Camus :

Trois juges, deux en noir, le troisième en rouge, sont entrés avec des dossiers et ont marché très vite vers la tribune qui dominait la salle. L’homme en robe rouge s’est assis sur le fauteuil du milieu, a posé sa toque devant lui, essuyé son petit crâne chauve avec un mouchoir et déclaré que l’audience était ouverte. (Camus, L’Étranger)

41L’ordre des mots dans toutes ces unités respecte l’ordre canonique, sujet-verbe-complément-adverbial. Chacune semble se refermer sur elle-même. L’ensemble donne ainsi une impression de détachement, d’étrangeté. Ce n’est pas à dire que les inversions soient totalement absentes (on en relève quelques-unes en particulier dans des relatives), mais elles ne participent pas à la construction du texte comme chez Flaubert, Hugo ou Chateaubriand.

42Dans ce paragraphe descriptif de L’Amant de la Chine du Nord :

C’est une chambre à coucher coloniale. Mal éclairée. Pas de tables de chevet. Une seule ampoule au plafond. Les meubles, c’est un grand lit de fer à deux places, très haut, et une armoire à glace. Le lit est colonial, verni en noir, orné de boules de cuivre aux quatre coins du ciel de lit également noir. On dirait une cage. Le lit est enfermé jusqu’au sol dans une immense moustiquaire blanche, neigeuse. Pas d’oreiller mais des traversins durs, en crin. Pas de drap de dessus. Les pieds du lit trempent dans les récipients d’eau et de grésil qui les isolent de la calamité des colonies, les moustiques de la vie tropicale.

43la nudité des notations va de pair avec les détails isolés par la ponctuation, avec l’emploi de phrases sans verbe. Dans les rares unités verbales, l’ordre est S V et les adverbiaux sont postposés au verbe. Dans d’autres passages, c’est le présentatif « il y a » qui est employé massivement sans souci de variation, là où un romancier du xixe siècle aurait cherché à employer des verbes de mouvement à valeur locative, et à varier la place du sujet, lui-même plus précis qu’un pronom :

Il y a là des jeunes filles, une cinquantaine. Il y en a sur des bancs de jardin, sur les marches des couloirs circulaires, il y en a d’autres qui tournent en rond le long des bâtiments, deux par deux, à bavarder et à rire aux éclats, de tout et de n’importe quoi.

44On imagine cette réécriture :

Là se trouvent des jeunes filles, une cinquantaine. Sur des bancs de jardin, sur les marches des couloirs circulaires, sont assises les plus grandes, tandis que d’autres tournent en rond le long des bâtiments […].

45L’absence de recherche sur l’ordre des mots chez Marguerite Duras, comme chez Camus, traduit l’importance accordée au regard qui perçoit (le verbe « voir » est d’ailleurs très fréquent) plus qu’à la chose elle-même, alors qu’elle semble dotée d’une vie autonome chez un Flaubert ou un Chateaubriand (dans le même sens, on pense à l’utilisation massive des verbes pronominaux pour dynamiser les descriptions) :

La chaleur montait et je voyais dans la salle les assistants s’éventer avec des journaux. (Camus, L’Étranger)

De loin, j’ai aperçu sur le pas de la porte le vieux Salamano qui avait l’air agité. Quand nous nous sommes rapprochés, j’ai vu qu’il n’avait pas son chien. (Ibid.)

Ils regardent dehors.
Ils regardent l’océan de rizière de la Cochinchine. La plaine d’eau traversée par les petites routes droites et blanches des charrettes d’enfants. L’enfer de la chaleur immobile, monumental. À perte de vue la platitude fabuleuse et soyeuse du Delta. (Duras, L’Amant de la Chine du Nord)

46On débouche ainsi peu à peu sur le fonctionnement rhétorique et pragmatique du texte qui se construit dans la continuité du détail grammatical.

47Dans son Essai d’une philosophie du style, le philosophe Gilles-Gaston Granger définissait le style « comme modalité d’intégration de l’individuel dans un processus concret qui est travail » (1988, p. 8) et il refusait l’analyse par l’écart : « Nous ne dirons pas qu’une telle description est fausse, mais seulement qu’elle est insuffisante, et ne présente qu’un aspect extérieur de l’individuation stylistique. » (Ibid., p. 204) C’est dans une telle position que je souhaiterais m’inscrire. Le travail d’individuation, le cas de l’inversion du sujet montre qu’il se fait dans la construction du texte, à partir de règles fondamentales, lors du passage de la micro-grammaire à la macro-grammaire, et dans l’adaptation particulière d’une possibilité inscrite dans le système. Non pas écart, mais jeu spécifique avec la latitude offerte par les règles que chaque écriture, à sa manière, respecte.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arnauld A. et Nicole P., 1970 [1662], La Logique ou l’art de penser, Paris, Flammarion.

Bonami O. et Godard D., 2001, « Inversion du sujet, constituance et ordre des mots », dans J.-M. Marandin, Cahier Jean-Claude Milner, Lagrasse, Verdier, p. 117-174.

Broquet S., 1998, « Mallarmé et la poésie indienne », communication au colloque Mallarmé de Sens, 26-27 septembre 1998, inédit.

Charbonnel N., 1991, La Tâche aveugle, vol. I, Les Aventures de la métaphore, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Culioli A., 2000 [1990], Pour une linguistique de l’énonciation, t. I, Opérations et représentations, Paris, Ophrys.

Flaux N. et Zaragoza G., 2002, « L’inversion du sujet dans les didascalies », L’Information grammaticale, no°95, p. 31-37.

François J., 2004, « Le fonctionnalisme linguistique et les enjeux cognitifs », dans C. Fuchs (dir.), La Linguistique cognitive, Paris, Ophrys, p. 99-133.

Gardes Tamine J., 2003, « La place du sujet en français », dans J.-M. Merle (dir.), Le Sujet, Paris, Ophrys, coll. « Bibliothèque de faits de langues », p. 51-62.

—, 2004, Pour une grammaire de l’écrit, Paris, Belin.

Granger G.-G., 1988 [1969], Essai d’une philosophie du style, Paris, Odile Jacob.

Hjelmslev, L., 1968 [1943], Prolégomènes à une théorie du langage, suivi de La Structure fondamentale du langage, Paris, Minuit.

Kerleroux F. et Marandin J.-M., 2001, « L’ordre des mots », dans J.-M. Marandin, Cahier Jean-Claude Milner, Lagrasse, Verdier, p. 277-302.

Le Goffic P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette.

Milner J.-C., 1995, Introduction à une science du langage, Paris, Seuil, coll. « Points Essais ».

Molino J. et Gardes Tamine J., 1992 [1982], Introduction à l’analyse de la poésie, t. I, Vers et figures, Paris, PUF.

Pellerey R., 1993, La Théorie de la construction directe de la phrase. Analyse de la formation d’une idéologie linguistique, Paris, Larousse.

Prandi M., 1992, Grammaire philosophique des tropes, Paris, Minuit.

Skårup P., 1975, Les Premières zones de la proposition en ancien français. Essai de syntaxe de position, Copenhague, Akademisk Forlag, coll. « Études Romanes de l’université de Copenhague 6 ».

Touratier C., 2003, « Sujet et syntaxe », dans J.-M. Merle (dir.), Le Sujet, Paris, Ophrys, coll. « Bibliothèque de faits de langues », p. 41-50.

Notes

1 La même tentation, pour ne pas dire plus, de confondre l’étude du langage avec une ontologie se retrouve dans la rhétorique et en particulier dans l’analyse de la métaphore, comme le montre Nanine Charbonnel (1991, p. 41 et suiv.)

2 Je pourrais dire également une unité minimale formée d’un verbe et des éléments de sa valence, sauf qu’à la différence de Tesnière je considère que les verbes unipersonnels sont monovalents (à preuve on peut dire : « il pleut » et « les vérités pleuvent ») et qu’en français, il n’existe pas de verbe avalent.

3 L’ontologie est « double » : elle comprend des « réalités physiques » comme des réalités psychiques ou spirituelles (Charbonnel, 1991, p. 58).

4 Sylvain Broquet parle à ce propos de « mise en scène syntaxique ».

5 Le cas des compléments de lieu constitue une transition entre les compléments de verbe et de phrase, qui ne remet pas en cause le principe fondamental de leur distinction (Gardes Tamine, 2004, p. 118 et suiv.).

Auteur

Université de Paris IV

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search