Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

I. Les spécificités sociales et spatiales de territoires en marge de la ville

L’identification des faubourgs : origines et espace vécu

Texte intégral

1L’identification des objets géographiques que constituent les faubourgs sous-entend de déterminer les éléments qui permettaient de les désigner comme tels durant la période moderne. Il s’agit donc de créer une définition à partir d’un objet géographique disparu, sans verser dans l’anachronisme ou la téléologie. La carte d’identité que l’historien se doit alors de reconstituer peut s’appuyer sur des éléments concrets et divers. Comment identifier les particularités faubouriennes ? La question de l’origine de ces espaces (et ainsi de leur croissance), du regard que les contemporains y attachaient sera donc abordée, afin d’appréhender l’espace vécu faubourien, déterminé notamment par les usages qu’en avaient les hommes de l’Ancien Régime et la représentation qu’ils s’en faisaient.

Le bas Moyen Âge, pouponnière de la plupart des faubourgs modernes

2Les faubourgs, aussi peu développés, voire inexistants fussent-ils pour certains historiens au moment de la « crise » urbaine du début du Moyen Âge, existaient pourtant dans de nombreuses villes européennes de l’Antiquité.

  • 1 Xavier Lafon, Jean-Yves Marc & Maurice Sartre, « La ville antique », dans Jean-Luc Pinol, Histoire (...)
  • 2 Évoquant les cas de Crotone et de Locres, Xavier Lafon, Jean-Yves Marc et Maurice Sartre expliquen (...)
  • 3 Xavier Lafon, Jean-Yves Marc & Maurice Sartre, « La ville antique », dans Jean-Luc Pinol, ibid.

3Toutes les sources, même les plus anciennes, semblent accréditer l’idée selon laquelle les espaces faubouriens sont consubstantiels aux espaces urbains, hors période de crise profonde. Dès l’Antiquité, chaque ville faisant preuve d’un minimum de dynamisme économique et démographique voyait croître en périphérie de ses fortifications des espaces suburbains. Dans la Grèce classique, les enceintes n’entravaient aucunement le développement de faubourgs, et ce, semble-t-il, dès le viie siècle avant J.-C. À Athènes, des faubourgs comme ceux de l’Académie ou de Colonne1 regroupaient des céramistes, dont l’activité n’était plus désirée en ville. Dans d’autres villes moins importantes, des espaces bâtis existaient au-delà des enceintes, quand bien même l’espace intra muros était loin d’être saturé2. Alexandrie possédait également plusieurs faubourgs, comme ceux de Canopé et Necropolis, qui accueillaient des nécropoles comme dans beaucoup de villes grecques ou romaines, et par là même contribuaient « à une séparation définitive et nette entre le monde des vivants et celui des morts3 ».

  • 4 Robert Bedon (éd.), Suburbia..., op. cit.

4Si ces réalités furent pendant longtemps niées, ignorées ou oubliées par une pléthore de travaux historiques, elles sont désormais reconnues par de nombreux spécialistes, au premier rang desquels figurent les historiens de l’Antiquité4. Pour autant, les faubourgs, comme les villes, ont la capacité de se déconstruire au fil du temps. Ce n’est donc certainement pas durant l’Antiquité que l’historien doit chercher une quelconque filiation ancestrale des faubourgs de la modernité. Les clefs de déchiffrage sont à chercher plusieurs siècles plus tard, car la fin de l’Antiquité correspondit à un bouleversement sans précédent, modifiant en profondeur les armatures et les semis urbains dans une grande partie de l’Europe : nombre d’espaces urbains déclinèrent, rétrécirent, voire disparurent alors complètement, au profit de nouvelles implantations plus modestes et plus adaptées à une réalité politique et économique émancipée de la tutelle de l’Empire romain. De par leur situation périphérique, les faubourgs disparurent souvent purement et simplement, d’autant plus que les grandes invasions rendirent indispensable le refuge des habitants derrière des fortifications. De ce fait, la question de l’origine des faubourgs des villes modernes se pose avec d’autant plus d’intérêt.

5Les villes de la France d’Ancien Régime ne sont bien évidemment pas des créations ex nihilo : elles s’inscrivent dans une évolution pluriséculaire et les faubourgs en font partie intégrante.

  • 5 Le terme de faubourg ne semble apparaître qu’au xiie siècle ; par contre, nombre d’espaces suburba (...)
  • 6 Patrick Boucheron, Denis Menjot & Marc Boone, « La ville médiévale » dans Jean-Luc Pinol (dir.), H (...)
  • 7 Stéphane Lebecq, « Le devenir économique de la cité antique et le début de la cité médiévale (ve-i (...)
  • 8 Patrick Boucheron, Denis Menjot & Marc Boone, « La ville médiévale » dans Jean-Luc Pinol (dir.), H (...)

6La plupart des faubourgs existant dans les villes de la France d’Ancien Régime semblent trouver leur origine (autant matérielle que toponymique5) au milieu du Moyen Âge, à une période que les historiens qualifient de nouvel essor urbain. Durant le haut Moyen Âge, c’est l’ensemble de l’Europe qui semble avoir connu une véritable atonie urbaine6, même si quelques nuances ont été apportées ces dernières années à cette présentation peut-être un peu trop simplificatrice7. Les villes qui purent éviter cette récession (ou plutôt parfois cette pause) furent assez peu nombreuses (Lutèce-Paris ou York sont les exemples les plus fréquemment cités), mais leur existence permet de justifier l’idée selon laquelle « la désurbanisation ne résume pas l’histoire des cités haut-médiévales ». Cette phrase limpide, extraite de l’Histoire de l’Europe urbaine8, va à contre-courant d’une idée longtemps retenue par les historiens spécialistes du haut Moyen Âge, celle d’une crise urbaine généralisée en Europe, voyant disparaître ou se réduire à une peau de chagrin toutes les grandes civitates de l’Antiquité. L’exemple de Rome a probablement beaucoup joué sur les esprits pour conforter cette vision uniforme de déclin universel.

  • 9 Simone Roux, Le Monde des villes au Moyen Âge : xie-xve siècles, Paris, Hachette, 2004, p. 37-42

7En tout état de cause, nul ne met en doute la réalité d’un redémarrage urbain au bas Moyen Âge, que d’aucuns ont qualifié de « floraison urbaine », et qui a en fait marqué de manière assez irrégulière le développement du phénomène urbain jusqu’à nos jours. C’est au cœur de cette période que la très grande majorité des faubourgs des villes modernes en France trouvent leurs origines. Le contexte démographique fut primordial : cette croissance urbaine multiforme, concernant tout aussi bien l’extension que la création de foyers urbains, n’était que la résonance d’une augmentation généralisée de la population, et la preuve des liens étroits existant entre villes et campagne9.

  • 10 Patrick Boucheron, Denis Menjot & Marc Boone, « La Ville médiévale », dans Jean-Luc Pinol (dir.), (...)
  • 11 Jean Guilaine & Daniel Fabre (dir.), Histoire de Carcassonne, Toulouse, Privat, 2001, p. 60.

8Dans ce processus fondamental de revitalisation urbaine, cette lame de fond que représenta la renaissance des villes, les faubourgs jouèrent un rôle décisif, étant alors souvent désignés sous le vocable de suburbium10. Au haut Moyen Âge d’abord, les faubourgs permirent le développement de structures urbaines bicéphales, séparées entre ville haute (ou castrum) et ville basse (ou bourg). De nombreuses villes connurent ce processus dans lequel l’extension au-delà de la cité passait par l’éclosion et la croissance de faubourgs. À Carcassonne, l’extension en dehors de la cité passa dans un premier temps, jusqu’au milieu du xiiie siècle, par le développement de faubourgs11. De très nombreuses villes (Saint-Flour, Le Puy-en-Velay, Castres...) virent ainsi leurs fonctions se séparer spatialement à la même période, les pouvoirs politiques et religieux demeurant dans le cœur de la cité tandis que les activités économiques, essentiellement artisanales et commerciales, prospéraient en dehors des fortifications.

  • 12 André Pelletier & Jacques Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon, Le Coteau, Horvath, p. 321.
  • 13 Jean-Clément Martin, « L’évacuation et les “lignes de pont” », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Atlas h (...)
  • 14 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1982, p. 56 ; Voir également Bernard Ga (...)
  • 15 Jean-Louis Biget (dir.), Histoire d’Albi, Toulouse, Privat, 2000, p. 89.
  • 16 Michel Taillefer (dir.), Nouvelle Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 2002, p. 68-71.
  • 17 François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 34.
  • 18 Jacques Michaud & André Cabanis (dir.), Histoire de Narbonne, Toulouse, Privat, 1981, p. 180-181.
  • 19 Jean-Pierre Rocher (dir.), Histoire d’Auxerre des origines à nos jours, Le Coteau, Horvath, 1984, (...)
  • 20 Jacques Le Goff, « Apostolat mendiant et fait urbain dans la France médiévale, l’implantation géog (...)
  • 21 Ludovic Vitet, Histoire de Dieppe, Paris, Charles Gosselin, 1844, p. 49. Jusqu’à ce qu’un pont fût (...)
  • 22 Pierre Goujon (dir.), Histoire de Mâcon, Toulouse, Privat, 2000, p. 48. Le faubourg Saint-Laurent (...)
  • 23 Louis Perouas (dir.), Histoire de Limoges, Toulouse, Privat, 1989, p. 84-90 et p. 132.

9Par ailleurs, des faubourgs purent aussi se développer selon d’autres modalités à partir du bas Moyen Âge. La création d’un pont dans des villes situées sur une rive de cours d’eau entraîna bien souvent la création d’un faubourg sur l’autre rive (ce fut le cas pour la Guillotière à Lyon12, pour le faubourg Saint-Laurent à Grenoble, Belle-Croix de Madeleine à Nantes13, Saint-Sever sur la rive gauche de la Seine à Rouen14). Dans d’autres cas, les faubourgs prirent forme en se développant autour de points de fixation, comme des monastères. À Albi, l’essor des faubourgs de Ronel, de Vigan et de Verdusse fut suscité par l’installation de couvents de mendiants15. Toulouse, avec le monastère Saint-Sernin16, Bordeaux, avec le monastère des Chartrons au xiiie siècle, Angers, avec le monastère des Carmes dans le faubourg Saint-Laud à partir de 128317, Narbonne avec l’église Saint-Paul18, ou même Auxerre, avec la création de l’abbaye de Saint-Julien au viie siècle19 (laquelle explique l’essor du faubourg Saint-Martin) illustrent également cette réalité, dont Jacques Le Goff a déjà maintes fois souligné l’importance dans l’urbanisation de la France médiévale20. Mais, comme bien souvent dans les sciences humaines, cette constatation géographique et historique n’a pas force de loi ; dans d’autres cas, le développement du faubourg sur la rive opposée d’un cours d’eau précéda largement la construction d’un pont, comme à Dieppe21 ou à Mâcon22. À Limoges, les faubourgs Boucherie et Manigne jouèrent un rôle plus original. Par leur extension, ils assurèrent la coalescence urbaine des deux sites de Limoges, la cité et le château, sur la rive droite de la Vienne23.

  • 24 Par exemple, après le siège dont elle est victime en 1240, Carcassonne reconstruit une ville basse (...)

10Dès lors, ces faubourgs nés au Moyen Âge connurent deux destins différents. D’une part, certains d’entre eux ne restèrent pas des faubourgs très longtemps : ils furent eux-mêmes encerclés de murailles, devenant rapidement des espaces totalement urbains24. Ce fut le sort classique des bourgs développés à proximité des castra ou cités, mais également de nombreux faubourgs s’étant développés en dehors des murailles de « villes monocéphales » (faubourg Bourgogne à Orléans, premier faubourg Très-Cloître à Grenoble, faubourg Saint-Sernin à Toulouse...). Un point essentiel mérite à ce propos d’être souligné. Soit ces espaces nouvellement digérés par la ville, bien qu’étant devenus des espaces complètement urbains, continuèrent à être appelés faubourgs, tantôt il se créa peu de temps après un nouveau faubourg, juste au-delà des murailles nouvellement construites, appelé à exister au moins jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

  • 25 Il s’agit alors de villes connaissant un essor spectaculaire en raison de la présence de mines ou (...)

11L’autre destin de ces faubourgs, bien plus fréquent, fut de conserver leur statut jusqu’à la fin de la période moderne. En définitive, le panorama de la genèse des faubourgs est donc simple ; une première génération, très nombreuse, semble être née entre le milieu et la fin du Moyen Âge ; une deuxième génération, bien plus maigre, naquit durant la période moderne, uniquement dans des cas bien précis cependant25. En d’autres termes, c’est au bas Moyen Âge que se situe la clé de l’existence des faubourgs modernes. Beaucoup des faubourgs existant au xviiie siècle existaient déjà aux xiie, xiiie, xive siècles, ou encore au xve siècle, à partir duquel beaucoup de villes françaises, laminées par la guerre de Cent Ans, n’eurent plus forcément la capacité financière d’investir beaucoup d’argent dans l’extension des murailles.

  • 26 Gilbert Gardès, Lyon, l’art et la ville, 2 vol., Paris, CNRS éditions, 1988, vol. 1, p. 35-42.
  • 27 Association Sauvegarde du patrimoine romanais-péageois, Romans-sur-Isère et Bourg-de-Péage de A à (...)
  • 28 La dernière enceinte (la plus grande) est construite à Orléans entre 1485 et 1555.
  • 29 Pierre Gras (dir), Histoire de Dijon, Toulouse, Privat, 1987, p. 109-111.
  • 30 François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 14 et 27-30.
  • 31 Bernard Désert (dir.), Histoire de Caen, Toulouse, Privat, 1981, p. 78-79.
  • 32 AD de l’Isère, 1 Fi 1406, Plan de Grenoble avec ses nouvelles fortifications, par Savoye, 1640 ; V (...)
  • 33 René Taverneaux, Histoire de Nancy, Toulouse, Privat, 1987, p. 135. À la fin du xvie siècle, de no (...)
  • 34 François-Yves Le Moigne (dir.), Histoire de Metz, Toulouse, Privat, 1986, p. 265 et p. 278-281. À (...)
  • 35 En 1646, l’archevêque de la ville reçut des lettres patentes l’autorisant « à faire enclore dans l (...)
  • 36 L’incorporation de faubourgs intervient dans la première moitié du xviie siècle.
  • 37 En 1603-1605, au sud de la ville, une partie du faubourg Notre-Dame fut annexée par des enceintes. (...)
  • 38 Sous l’impulsion d’Arnoul, intendant des galères, et grâce à des lettres patentes de 1666, la supe (...)
  • 39 En 1681, Vauban intégra à l’intérieur des murailles le faubourg des Blanqueries.

12À Lyon26, à Romans27, à Orléans28, à Dijon29, à Angers30 ou encore à Caen31, le tracé des remparts fut définitivement fixé au plus tard vers 1550, et parfois bien avant, même si cela n’empêcha pas une consolidation ultérieure par la construction de bastions. La fin ou le recul de certains périls militaires (notamment la guerre de Cent Ans) rendit aussi moins utile la présence de ces fortifications, qui, dans beaucoup de villes, gardèrent avant tout au xviie et au xviiie siècles des fonctions éminemment symboliques, fiscales ou juridiques. Elles matérialisaient davantage la rupture entre le « dedans » et le « dehors » qu’une protection efficace, au moment où l’artillerie connaissait des progrès décisifs sur le continent européen. Plus rares furent probablement les villes françaises à connaître une réelle extension de leurs remparts durant la période moderne : peuvent être citées Grenoble32 et Nancy33 pour la fin du xvie siècle, Metz34, Aix35, Tours36, Lille37, Marseille38 ou Perpignan39 pour le xviie siècle. Relevons que ces dernières villes demeurèrent plutôt des exceptions à la règle, les remparts souffrant alors plus généralement d’un manque d’entretien chronique. Ces cités avaient pour la plupart en commun d’être proches des frontières, et donc plus exposées aux attaques étrangères. Dans la majorité des cas, beaucoup de ces fortifications furent progressivement détruites à partir de la fin du xviie siècle, pour être remplacées par des promenades et des places.

  • 40 Joseph Girard, Évocation du vieil Avignon, Paris, Éditions de Minuit, 1972, p. 362-363.

13Reste un cas à évoquer : celui des faubourgs développés par volonté politique, pour concurrencer une ville. Villeneuve-lès-Avignon représenta ainsi, à partir de la fin du xiiie siècle, un poste avancé pour le roi de France, face à une ville qui lui échappait : Avignon. En 1292, Philippe le Bel accorda une charte de franchises à tous ceux qui venaient s’établir dans ce faubourg. Il fit également tracer une nouvelle voirie, avec des rues rectilignes desservant le marché et l’église. Ceci lui assura plusieurs siècles de prospérité, renforcée en outre par l’arrivée des papes à proximité40.

14En définitive, les espaces identifiés comme les faubourgs modernes ont constitué des marges urbaines du Moyen Âge jusqu’au xixe siècle, pendant lequel l’extension considérable des villes conduisit à repousser leurs frontières administratives, mais aussi mentales. La construction de nouvelles fortifications plus éloignées du centre-ville durant l’époque contemporaine traduit en cela l’obsolescence de la limite symbolique, matérialisée par les murailles médiévales ou leurs avatars.

De la nécessaire existence des faubourgs : un espace de relégation urbaine plus qu’une réserve foncière

15Il est d’ailleurs un fait qui justifie le postulat d’une consubstantialité des faubourgs aux villes : même la plupart des cités créées durant la période moderne (Charleville, Lorient, Le Havre etc.), semblent avoir possédé des faubourgs quelques années seulement après leur fondation. Pour quelle raison une ville moderne possédait-elle, en dehors de ses remparts, des excroissances dont elle n’avait pas, le plus souvent, planifié la création et le développement ? Jamais cette question n’a été posée franchement par la communauté des historiens modernistes. Les tentatives de réponses n’ont pu être alors que partielles. Elles ont bien souvent insisté sur le caractère naturel et presque systématique de l’existence de ces espaces. C’était passer sous silence les multiples raisons qui pouvaient expliquer leur émergence ou leur développement, notamment celles qui en faisaient des espaces de relégation sociale et économique.

  • 41 Jacques Soustelle, Les Aztèques à la veille de la conquête espagnole : la vie quotidienne, Paris, (...)
  • 42 André Raymond, « L’installation des Andalous à Tunis au xviie siècle, un second quartier dans Bab (...)
  • 43 Brigitte Marino, « Minorités religieuses, populations sédentarisées et “étrangers” dans le faubour (...)
  • 44 Gaston Deverdun, Histoire de Marrakech, des origines à 1912, 2 vol., Rabat, Éditions techniques no (...)

16Notons tout d’abord que l’existence des faubourgs n’est pas une spécificité typiquement française, ni européenne, héritée de la culture urbaine gréco-romaine. C’est un fait remarquable et étonnant pour des historiens européanocentristes, mais d’autres grandes cités de civilisations différentes semblent également avoir connu ce type d’espaces suburbains à la même période. Tenochtitlan dans l’Empire aztèque41, les grandes villes du monde arabe (Tunis42, Damas43 ou Marrakech44) en possédaient manifestement toutes. Allons plus loin  : quelle que soit la période considérée avant la période moderne, et quelle que soit également la taille de la ville, la présence de faubourgs semble avoir été très fréquente.

17En tenant compte de ces paramètres, qui font du faubourg un espace ne pouvant être caractérisé par une civilisation, une première hypothèse peut alors en expliquer l’existence. Elle consiste à considérer les faubourgs comme des lieux de redéversement urbain. Cette définition par défaut fait du faubourg un espace choisi malgré eux par ses habitants. Dans le contexte social de l’Ancien Régime, ce choix par défaut pourrait aussi bien s’expliquer par des raisons d’honneur, de statut social, de dignité que de richesse.

  • 45 Pierre Goubert rappelait déjà il y a quelques années cette « présence des prés, des vignes, de vas (...)
  • 46 Au sujet des villes de Blois, d’Orléans et de Tours, les réflexions du géographe Yves Babonaux, qu (...)
  • 47 De nombreux plans de Lyon sous l’Ancien Régime montrent bien la présence de ces espaces non bâtis (...)
  • 48 AD des Bouches-du-Rhône, 1 Fi 976, Plan et enceintes de Marseille en l’an 1597. Le plan montre que (...)
  • 49 AM de Rennes, 1 Fi 42, Plan de Rennes, ville capitale de Bretagne et siège du Parlement, 1616, fac (...)
  • 50 Hugues Broustail, Structures immobilières et propriétaires à Caen en 1643 : esquisse de géographie (...)
  • 51 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dan (...)

18Cette hypothèse supposerait que le développement des faubourgs était une réponse à l’entassement urbain et aux prix élevés des loyers et de l’immobilier. Pourtant, force est de constater que l’étude des plans de très nombreuses villes de la France de l’Ancien Régime révèle que les faubourgs ont pu exister alors même que l’espace intra muros était loin d’être saturé45. Dans de nombreuses villes de la vallée ligérienne46, à Lyon47, ou encore à Marseille48, les faubourgs se développèrent, alors qu’une partie non négligeable de la ville était composée de vergers, de jardins, de prés, de vignes, ou encore de terrains en friche. À Rennes, le plan de D’Argentré de 1616 montre encore des pâturages à l’intérieur de la ville, sur lesquels paissait du bétail49. Même lorsqu’il restait de nombreux espaces à bâtir à l’intérieur des murs, les faubourgs grandirent malgré tout, laissant entrevoir une grande complexité quant à leur origine. Pour ce qui est du prix de l’immobilier et des loyers, les faubourgs semblaient présenter des opportunités évidentes. À Caen, en 1653, il a été démontré que les valeurs fiscales des habitations dans les faubourgs étaient nettement inférieures à celles qui se situaient intra muros. Le travail réalisé en maîtrise par Henri Broustail50, dont les résultats principaux sont présentés dans l’Histoire de la France urbaine, montre clairement qu’au sein même des faubourgs, les habitations les plus proches des fortifications avaient une valeur fiscale moyenne supérieure aux édifices plus éloignés51.

  • 52 AM de Lyon, CC 332, Taxes et impositions extraordinaires, 1694-1785 (dont les taxes du « pied dans (...)
  • 53 Le terme « traitant » désigne une personne qui a passé un traité avec le roi de France, généraleme (...)

19À Lyon, l’étude des valeurs mobilières de certaines habitations à partir de la taxe dite « du pied dans l’eau » semble aller dans le même sens. Deux taxes de ce type furent levées à Lyon en 1695 et en 172852. La première vit le jour après l’édit de décembre 1693 et les arrêts du conseil rendus sur avis de l’intendant Bérulle, le 22 mai et 7 décembre 1694, puis le 15 novembre 1695 ; les « isles et islots, édifices, droits et maisons » plongeant leurs fondations dans les cours d’eau navigables, qui relevaient du domaine royal, furent frappés d’une taxe « du pied dans l’eau » se montant à 51 808 livres. En ce qui concernait Lyon et le faubourg de Vaise, situé sur la rive droite de la Saône, en amont du centre-ville, la répartition des taxes fut réalisée par le conseiller en sénéchaussée et siège présidial Louis Dugas. Ancien prévôt des marchands, il présentait le profil idéal pour effectuer au mieux cette répartition. La somme cumulait 47 100 livres de taxe, 4 508 de frais d’estimation et de toisé des maisons, ainsi que 200 livres correspondant aux intérêts des sommes au traitant53 de la cour de Beauval.

20Le 4 avril 1713, un édit bursal décida que les propriétaires de maisons au pied dans l’eau devraient à nouveau verser une taxe égale à la moitié de celle qui avait été levée en 1694. Le rôle de cette opération fut arrêté au Conseil le 28 novembre 1713 ; malheureusement pour les historiens, celui-ci fut perdu. À la majorité de Louis XV, l’opération de « confirmation » liée aux droits d’avènement du roi, entraînant la levée d’une nouvelle taxe du « pied dans l’eau », fut ordonnée par la déclaration royale du 27 septembre 1723. Ce ne fut qu’en 1728, grâce au rôle actif de l’intendant Poulletier, que cette taxe put enfin être à nouveau levée. Par voie d’affiches, on invita les propriétaires à présenter leurs titres et leurs baux à loyer. Le rôle établi le 8 juin 1728 par le président de la Cour des monnaies Laurent Dugas comporte 250 rubriques avec le nom, l’adresse et la cote de chaque propriétaire. La quittance finale du 22 septembre 1730, qui énumère les cotes et les noms de tous les taxés recevant quitus ne comporte cependant plus que 205 contribuables, ce qui suggère le succès de tentatives individuelles d’exemption, en particulier pour de forts montants. Il n’en reste pas moins que l’historien peut se permettre d’exploiter cette source pour tenter de mettre en évidence d’éventuels processus de ségrégation sociale.

21Les résultats obtenus montrent de manière évidente que les valeurs mobilières des habitations situées dans les faubourgs étaient très nettement inférieures à celles qui se situaient dans la ville. Si la taille des bâtisses pouvait être un facteur déterminant pour estimer la valeur de ces habitations, les différences sont si importantes que l’on peut avancer, sans se tromper, que la résidence dans le faubourg de Vaise impliquait la minoration de cette taxe, probablement en raison d’une vision dépréciée de cet espace.

  • 54 Les cotes, exprimées dans les sources en livres, sols et deniers, ont dû être converties en valeur (...)

Tableau 1. La taxe du « pied dans l’eau » en 1695 et en 1728 : présentation comparée des cotes décimales54 moyennes (exprimées en livres) dans la ville de Lyon et le faubourg de Vaise.

   Maisons situées intra muros Maisons situées dans le faubourg de Vaise Ensemble des maisons
Effectifs en 1695 238 37 275
Effectifs en 1728 235 15 250
Cote décimale moyenne en 1695 212,27 26,9 187,33
Cote décimale moyenne en 1728 201,32 32,2 191

Tableau 2. La taxe du « pied dans l’eau » en 1695 : présentation des cotes décimales moyennes (exprimées en livres) en fonction des rues de la ville de Lyon.

Lieu Effectifs Cote moyenne
Rue Pierre-Scize 33 80,8
Rue de la Roche 16 82,3
Rue de Bourgneuf 17 79,8
Rue du Puits du sel 33 143,3
Rue de Flandres 30 335,1
Au Change 11 462,4
Rue Saint-Jean 6 254,9
Rue Porte-Froc (près du Palais) 1 103,2
À la Croix du Sablet 21 103,4
Rue Saint-Georges 11 41,7
Rue de la Pêcherie 37 386,5
Rue Mercière 12 392,0
En Bellecour 10 204,5

22En outre, l’étude des valeurs mobilières réalisée de manière plus fine pour l’année 1695 montre que les cotes moyennes les plus faibles intra muros concernaient les rues les plus proches des remparts (Saint-Georges au sud sur la rive droite de la Saône, rues de Bourgneuf, Pierre-Scize et de la Roche au nord de la ville). Il existait clairement une sorte de tropisme fiscal, générant une augmentation de la valeur des taxes au fur et à mesure que l’on se rapprochait du cœur de ville.

Tableau 3. La taxe du « pied dans l’eau » en 1728 : présentation des cotes décimales moyennes (exprimées en livres) en fonction des rues de la ville de Lyon.

Lieu Effectifs Cote moyenne
Au bord du Rhône 1 181,0
Au Change 2 318,0
Au pied du pont de Pierre 3 484,3
Bourgneuf 15 89,1
Porte-Froc 1 454,0
quai Villeroy 10 411,8
Rue de Flandres 28 336,3
Rue de l’Arsenal 11 210,2
Rue de la Pêcherie 25 203,4
Rue de la Roche 8 99,1
Rue des Prêtres 16 69,9
Rue du Puits du Sel 32 168,2
Rue Pierre-Scize 46 101,4
Rue Saint-Georges 14 97,2
Rue Saint-Jean 8 351,6
Sur le pont de Pierre 15 419,3

23Dans cette optique, les faubourgs comportaient donc des logements très peu valorisés. En 1728, les mêmes différences s’observent. Seules la rue des Prêtres et les rues précédemment citées avaient une cote moyenne inférieure à 100 livres. Pour autant, les habitations situées dans ces rues gardaient, en 1695 comme en 1728, une valeur mobilière estimée nettement supérieure à celles du faubourg de Vaise. Moins imposés, et donc de façon quasi certaine moins chers, les logements des faubourgs pouvaient également apparaître comme des opportunités pour les faibles revenus.

  • 55 Xavier Lafon, Jean-Yves Marc & Maurice Sartre, « La ville antique », dans Jean-Luc Pinol, Histoire (...)
  • 56 AM de Lyon, BB 149, Délibérations consulaires, 1613, folio 106 verso.
  • 57 Il s’agit de Saint-Irénée, un petit faubourg lyonnais, qui, lui, n’est alors pas ceint de muraille (...)

24Plus globalement, les faubourgs purent être souvent considérés comme les lieux de rejet de certains groupes professionnels ou de certaines activités devenus indésirables en ville. Ce phénomène, existant déjà durant l’Antiquité gréco-romaine55, était toujours présent dans la France d’Ancien Régime, et avait souvent les mêmes causes et finalités. L’expulsion de ces activités hors du centre-ville s’expliquait généralement soit par manque de place, soit par mesure d’hygiène, de santé publique ou de salubrité, soit par volonté de rejeter les nuisances loin des habitants, en particulier les plus aisés. En 1613, les chanoines de l’église collégiale de Saint-Just (un faux faubourg de Lyon, puisqu’il est protégé par des murailles) se plaignirent « de la grande incommodité qu’apporte à leurs esglise et à celle des religieux minimes, et principallement lors de la célébration journallière du service divin, le marché des bestes bovines et aultres » qui se tient « à la place dite de la Croix de Colle56 ». Devenu gênant dans cet espace intra muros, ce marché aux bestiaux fut déplacé dans une « autre place capable de tenir lesdits marché, scavoir qui est hors les portes de la ville dans le bourg néantmoings de Sainct Hyrénée57 [...] tant à cause des hurlements desdictes bestes que des bruits et tintamarres ». Par cette décision, les chanoines de Saint-Just obtinrent que leur faubourg fût mieux traité par les autorités lyonnaises que celui de Saint-Irénée.

  • 58 Philippe Wolff (dir.), Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 1994, p. 160.
  • 59 AM de Nantes, DD 289, Rues et places.
  • 60 Michel Béziers, Histoire sommaire de la ville de Bayeux, Caen, Manoury, 1773, p. 33-34.
  • 61 Léon Ménard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes [1744-1758], 7 vol (...)
  • 62 Le Dictionnaire de l’Académie française, à partir de sa sixième édition, indique la définition sui (...)
  • 63 Arthur-Jean-Claude Bertrand, « L’activité des tanneries et des mégisseries du Vivarais vers la fin (...)
  • 64 Ibid., p. 403.
  • 65 Françoise Piponnier, « Les Dijonnais et l’eau à la fin du Moyen Âge », dans Mélanges de l’École fr (...)
  • 66 Michel Cart et al., Charleville-Mézières, Paris, Bonneton, 1991, p. 83.
  • 67 Bernard Gallinato, Les Corporations à Bordeaux à la fin de l’Ancien Régime : vie et mort d’un mode (...)
  • 68 AD de Seine-Maritime, 1 BP 1193, Requête des habitants du faubourg Saint-Sever à l’encontre des ma (...)

25L’exemple lyonnais n’est pas unique, bien au contraire. D’autres cités de la France moderne connurent des processus identiques. À Toulouse, à partir de la fin du Moyen Âge et durant toute la période moderne, les marchés aux cuirs et peaux qui se tenaient place Montaygon et rue d’Alfaro furent transférés dans les faubourgs, sur la plainte au roi des habitants s’offusquant de l’odeur de cette foire58. À Nantes, les foires se tinrent systématiquement en périphérie : d’abord sur la place de Bretagne, puis, à partir de 1752, sur la place de Viarme59. À Bayeux, les deux marchés hebdomadaires du mardi et du samedi, ainsi que les quatre foires annuelles prenaient place dans les faubourgs60. Cependant, les foires n’avaient pas l’apanage des nuisances. À Nîmes, en 1721, l’intendant interdit le tirage des cocons à soie dans la ville « pour éviter l’infection que pouvait causer cette sorte de travail61 », mais les syndics obtinrent de pratiquer cette activité dans les faubourgs. Les activités du cuir (mégisserie, tannerie, chamoiserie...), se localisant certes près des cours d’eau, se développèrent plus facilement hors les murs en raison des odeurs putrides qu’elles dégageaient62. À Annonay, place forte de la tannerie ardéchoise à la fin du xviiie siècle63, les quinze tanneries de l’agglomération étaient situées majoritairement dans les faubourgs de la Cance et de la Valette64. À Dijon, dès la fin du Moyen Âge et durant une bonne partie de l’Ancien Régime, les tanneurs exerçaient presque tous leur profession hors les murs, dans le faubourg d’Ouche65. La situation était identique dans les faubourgs de Saint-Julien et du pont de Pierre au xviie siècle à Mézières66. À Bordeaux, Bernard Gallinato a bien montré comment le faubourg Saint-Seurin accueillait au xviiie siècle toutes les activités dangereuses pour la salubrité publique, comme une fabrique de poudre, des teintureries ou une fabrique d’amidon67. À Rouen, l’installation de manufactures de vitriol provoqua de graves nuisances dans le faubourg Saint-Sever, ainsi que la colère des habitants68. Il ne faudrait pas non plus oublier les établissements de santé qui, eux aussi, s’implantent massivement durant la période moderne dans les faubourgs, souvent au départ en raison des mêmes préoccupations sanitaires, visant à sanctuariser le territoire de l’urbs.

  • 69 À Lyon, La « rue de la quarantaine » est aujourd’hui localisée dans le 5e arrondissement, sur la r (...)
  • 70 Denise Turrel, Bourg-en-Bresse au xvie siècle : les hommes et la ville, Paris, Société de démograp (...)
  • 71 Voir ce qu’en dit Jean-Pierre Gutton, dans La Société et les pauvres : l’exemple de la généralité (...)
  • 72 Joseph Vingtrinier, La Peste à Lyon : la chapelle de Saint-Roch à Choulans, Lyon, Mougin-Rusand, 1 (...)
  • 73 Ibid., p. 14 et 21.
  • 74 Étienne Dagier, Histoire chronologique de l’Hôpital général et Grand Hôtel-Dieu de Lyon depuis sa (...)

26Ainsi, les faubourgs purent, sous l’Ancien Régime, rendre service à certaines villes en accueillant des activités sanitaires ou hospitalières dont la présence n’était plus ou pas souhaitée intra muros. De nombreux toponymes, tels ceux de « quarantaine », le rappellent aux voyageurs arpentant aujourd’hui certaines rues de Lyon ou de Villefranche-sur-Saône69. La peur permanente des épidémies et contagions (peste, lèpre...) conduisit de nombreuses villes à placer extra muros les établissements de santé accueillant les malades, ou ceux qu’on supposait tels. Par exemple, à Bourg-en-Bresse, la Maladière était située au sud de la ville et accueillait les pestiférés70. Quant aux léproseries lyonnaises de Balmont et de la Madeleine, elles étaient localisées dès le xvie siècle dans les faubourgs de Vaise et de la Guillotière71. D’autres exemples, toujours lyonnais, peuvent étayer cet argument. Les pestiférés furent d’abord reclus au sud de la ville à la fin du xve siècle dans l’hôpital Saint-Laurent, ainsi qu’à l’hôpital Saint-Thomas quelques années plus tard72. Vite débordés, ces hôpitaux, construits grâce à l’argent de riches mécènes, furent complétés par l’hôpital de la Quarantaine, volonté du consulat lyonnais. En conséquence, les pestiférés furent parfois parqués, en cas de grosses épidémies à la fin du xvie siècle et au début du xviie siècle, dans des cabanes construites dans des prés, au sud des remparts d’Ainay73. L’accueil des pauvres passants témoignait d’une vision similaire des espaces suburbains, sorte de cordon sanitaire de protection. Toujours à Lyon, le 8 septembre 1652, décision fut prise de délocaliser l’accueil des indigents secourus par l’Hôtel-Dieu de l’intérieur de la ville vers le faubourg de la Guillotière. Cette délibération n’est jamais citée en tant que telle par les spécialistes de la question, car les travaux récents d’historiens reprennent systématiquement les conclusions de travaux d’érudits du xixe siècle, et notamment celui d’Étienne Dagier74. Or, à partir de ce jour, les recteurs, à la demande du « sieur Ferrus, l’un des sieurs commissaires députez pour le fait de la santé de ceste ville » opérèrent une sélection entre les passants sains et les passants « soupçonnez de [...] maladie contagieuse », au lieu de fermer l’accès aux droits pour les passants lorsqu’une menace d’épidémie de peste se précisait, comme cela avait lieu aupravant :

  • 75 AHCL, Hôtel-Dieu, E39, Registre de délibérations et de mandats du bureau de l’Hôtel-Dieu de Lyon, (...)

Le sieur Ferrus, l’un des sieurs commissaires deputez pour le faict de la santé de ceste ville ayant représenté que après plusieurs propositions faictes tant au Consulat que au bureau dudit hostel dieu pour destourner à ce que le mal contagieux ne s’introduise dans icelluy par la fréquentation des pauvres passans qui y peuvent venir des provinces de Daulphiné, Languedoc, et Provence où il y a beaucoup de villes et villages atteintz et soubçonnez de ladite maladie, lesquelz ledit Hostel Dieu est obligé de recevoir et loger, on auroit arresté de faire visitter aux fauxbourgs de ladite ville par des chirurgiens à ce cognoissant et députez à cet effect tous les pauvres malades qui se présenteront auxdits fauxbourgs pour venir audit hostel dieu. Lesquels n’y seront receus sans avoir le billet desdits chirurgiens, comme ils n’ont aucun mal contagieux, au bas duquel l’un desdits sieurs recteurs bailleroyt le sien adressant pour recevoir lesdits pauvres malades ainsy qu’il se pratique ordinairement ; et quant aux pauvres passants, au lieu de les envoyer audit hostel dieu pour les recevoir et loger ainsy qu’en accoutumé, on les feroit conduire au fauxbourgs de la Guillottière en une maison que lesdits sieurs commissaires de la santé ont loué pour servir de quarantyne et parfumage à ceux qui viennent sans billet de santé et sont soupçonnez de ladite maladie contagieuse. Et pour suppléer et ayder à la dépence extraordinaire que lesdits passants peulvent causer, messieurs les prévost des marchands et eschevins auroyent verballement promis de faire payer en deniers communs, dons et octroys de ladite ville, la somme de deux cents livres par moys75.

27A priori, la décision de déplacer l’accueil des pauvres passants à l’extérieur de la ville, en l’occurrence dans le faubourg de la Guillotière, fut probablement la conséquence d’une demande des commissaires de la santé de Lyon. En effet, si les recteurs de l’Hôtel-Dieu acceptaient de recevoir les pauvres passants à la Guillotière, c’était uniquement au motif que le surcoût engendré par cette décision était en partie supporté par le consulat, qui payait « deux cents livres par moys ». Le faubourg fut alors incontestablement traité comme un espace de seconde zone par les élites lyonnaises, une zone-tampon idéale pour installer un centre de transit des voyageurs.

  • 76 AM de Grenoble, GG 278, Épidémies, 1533-1612 ; GG 279, Épidémies, 1628-1631 ; GG 280, Épidémies, 1 (...)
  • 77 Vital Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 134.
  • 78 Jean Merley (dir.), Histoire de Saint-Étienne, Toulouse, Privat, 1990, p. 49.
  • 79 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 216.
  • 80 Le plan de Jacques Gomboust, datant de 1655 et conservé aux archives départementales de Seine-Mari (...)
  • 81 Marcel Delafosse, Histoire de La Rochelle, Toulouse, Privat, 1985, p. 211.

28Dans d’autres villes, le faubourg prit aussi une fonction de véritable cordon sanitaire, destiné à protéger la ville des épidémies et des pathologies indésirables. À Grenoble, les pestiférés étaient dirigés au xvie et au début du xviie siècles soit dans l’hôpital de l’île, au milieu du Drac, ou dans l’hôpital Saint-Laurent-les-Vignes, situé hors les murs, dont la direction était confiée aux « pères de la mort76 ». Toujours à Grenoble, la construction d’un hôpital fut lancée à l’ouest de la ville, en dehors des remparts, en 1627 ; cet hôpital fut achevé en 163877. À Saint-Étienne, l’hôpital fut transféré dès le xvie siècle extra muros, sur la rive droite du Furan78. À Rouen, l’Hôtel-Dieu fut bâti dans le faubourg Cauchoise en 1758, marquant ainsi autant des préoccupations hygiénistes qu’une volonté municipale de mieux utiliser les possibilités spatiales offertes par les faubourgs79. Surtout, la ville prolongea ici une vieille tradition, puisque dès la première moitié du xviie siècle, les deux plus gros « hospitaux pour la peste » (l’hôpital Saint-Roch et l’Hôpital Saint-Louis) se trouvaient à l’ouest de la ville, au sud du faubourg Cauchoise80. Dans l’agglomération de la Rochelle, c’est le faubourg Saint-Eloy qui accueillait un hôpital destiné à enfermer les miséreux à partir de 166281.

  • 82 Dominique Varry, « Une géographie de l’illicite : les espaces du livre à Lyon au temps des Lumière (...)
  • 83 De nombreuses archives notariales révèlent l’existence de plusieurs contrats d’exploitation pour c (...)
  • 84 AD du Calvados, 8E 4147, Minute notariale de Vaucelles, folio 24 recto et verso. Le 28 février 167 (...)
  • 85 AM de Lyon, FF 0638, Procès soutenus par la ville, justice de la Guillotière, 1664-1789. Le port s (...)
  • 86 AM d’Angers, II 13, Recensement de la ville d’Angers, État des numéros de toutes les maisons, sans (...)
  • 87 Jean Comby, L’Évolution urbaine de l’agglomération d’Angoulême, thèse de doctorat, Poitiers, Unive (...)
  • 88 AM Lyon, BB 338, Délibérations consulaires, 1770, folio 6.

29Par ailleurs, les faubourgs ont pu constituer un lieu d’entrepôt ou de décharge. Quelques études récentes nous le rappelaient ponctuellement82, mais l’exploration des fonds d’archives est de nature à le confirmer. À Caen, si le faubourg de Vaucelles fut connu pour abriter des carrières83, il servait aussi parfois à entreposer de la pierre84. D’autres faubourgs purent avoir des rôles identiques. À Lyon, la place du Plâtre, située à l’extrémité orientale du pont du Rhône dans le faubourg de la Guillotière, servait d’entrepôt pour le bois85. À Angers, en 1769, un recensement indique que plusieurs bâtisses des faubourgs étaient exclusivement utilisées comme « magasin » ou « cellier » par leurs propriétaires86. À Angoulême, le faubourg de l’Houmeau semblait aussi avoir ce rôle d’entrepôt pout toutes sortes de marchandises87. Parfois, ce sont les déchets de la ville qui étaient déversés dans les faubourgs. À Lyon, en 1770, le nommé Jean-Étienne Laboré, en charge de la vidange des latrines, dut verser le produit de celles-ci dans le faubourg de la Guillotière88. L’on pourrait toutefois supposer qu’une partie de la vidange des latrines pouvait être utilisée pour le maraîchage, très présent dans le faubourg. Gardons en mémoire que ces fonctions d’entrepôt et de décharge ne généraient que de faibles activités ; elles n’induisaient pas automatiquement l’installation de nouveaux feux dans les faubourgs.

  • 89 Le rôle du pouvoir royal n’est évidemment pas non plus à négliger.
  • 90 Olivier Zeller, « La pollution par les cimetières urbains : pratiques funéraires et discours médic (...)
  • 91 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 217 ; Voir également Bernard Gauthiez, « Rou (...)
  • 92 AM de Rennes, DD 351, Titres concernant le cimetière de la ville de Rennes, 1785-1789.
  • 93 François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 89. Entre 1780 et 1785, les (...)
  • 94 AM d’Angoulême, DD3, Documents divers, 1731, an III.
  • 95 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dan (...)

30De la même manière, l’expulsion des cimetières hors des villes, qui eut lieu au xviie et au xviiie siècles dans de nombreuses cités, s’explique davantage par des préoccupations hygiénistes que par un changement des mentalités. Opérées par les municipalités, ces expulsions visaient à séparer les vivants des morts89. À Lyon, en 1777, un intense débat sur la localisation des cimetières fut abondamment relayé par un discours médical inspiré par l’aérisme et la théorie des miasmes ; il révélait les préoccupations des édiles municipaux et de la population à l’égard des cimetières et du danger de leurs dégagements gazeux90. Au cours du xviiie siècle, des villes comme Rouen91, Rennes92 ou Angers93 ont connu ces processus d’éviction des cimetières urbains vers les faubourgs. À Angoulême, après avoir fait visiter, à la demande du pouvoir royal, les douze cimetières de l’agglomération par des « médecins, chirurgiens et deux experts » et constaté « les inconvéniants qui pourroient en résulter pour la salubrité de l’air », les échevins décidèrent en juillet 1781 la création d’un nouveau grand cimetière commun pour la somme de 3 000 livres, au pied septentrional des remparts94. À Paris, c’est un arrêt du parlement en date de juin 1765 qui autorisa l’expulsion de tous les cimetières hors les murs à partir de janvier 1766, notamment vers les anciennes carrières de la Tombe-Issoire : cette opération, qui dura vingt ans environ, aboutit au déplacement de millions de cadavres et ossements95.

  • 96 Le 17 janvier 1562, l’édit de janvier (dit de Saint-Germain) rend le culte public des réformés lég (...)
  • 97 On pourra consulter Didier Boisson, « La place et le rôle des protestants dans les villes français (...)
  • 98 BNF, Ms. fr. 15879, fol. 161 : archive citée par Jérémie Foa dans sa thèse, Le Tour de la Paix : m (...)
  • 99 AD du Calvados, C 1516, Cimetières protestants.
  • 100 Eugène & Émile Haag, La France protestante, ou vies des protestants français, qui se sont fait un (...)
  • 101 Jean Meyer (dir.), Histoire de Rennes [1972], Toulouse, Privat, 1984, p. 204.
  • 102 Jean Comby, L’Évolution urbaine de l’agglomération d’Angoulême, op. cit., p. 69. Toutefois, nombre (...)
  • 103 Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georg (...)
  • 104 AD de l’Ardèche, 1 Mi 150, Louis Chomel Le Béat, Annales de la ville d’Annonay en Vivarés contenan (...)
  • 105 Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon, Lyon, Masson, 1952, vol. 2, p. 105. La communauté protestant (...)
  • 106 Alain Thillay, Le Faubourg Saint-Antoine, op. cit., p. 173-177.
  • 107 BM de Grenoble, R 10809, Peter France, La Réforme et les guerres de religion à Grenoble, mémoire d (...)
  • 108 Stéphane Gal, ibid., p. 186.

31Outre certains métiers ou certaines activités, les faubourgs ont également pu être des lieux de rejet des minorités religieuses. Dans de nombreuses villes de France, les faubourgs des villes modernes ont parfois accueilli massivement des protestants, à partir du moment où leur culte était uniquement autorisé en dehors des murs par l’édit d’Amboise, puis par l’édit de Saint-Germain96. Des travaux récents97 ont démontré l’existence de regroupements de protestants en marge de la ville à Lyon, à Bordeaux, à Limoges ou à Paris au xvie ou au xviie siècle, aboutissant rarement à la constitution d’espaces intégralement huguenots. D’autres exemples sont à même de confirmer cela. En Bretagne, les Protestants se virent accorder le droit de culte dans les faubourgs de Nantes, du Croisic, de Hennebont, de Morlaix, de Dinan, de Lannion, de Ploërmel98. À Cherbourg, un cimetière protestant se développa dans une zone faubourienne au xvie siècle, avant d’être rasé par la suite pour laisser place au « chantier de la construction des cônes99 ». Quant à l’édit de Nantes, il ne mit pas fin au mouvement. À Dieppe, un temple protestant fut installé entre 1601 et 1606 dans le faubourg de la Barre100, avant d’être détruit par une tempête. À Rennes, au début du xviie siècle, l’application de l’édit de Nantes entraîna l’obligation pour les Protestants de pratiquer leur culte dans le faubourg de la route de Redon, au temple de Cleuné101. À Angoulême, au xviie siècle, les protestants étaient semble-t-il regroupés dans le faubourg de l’Houmeau, où ils travaillaient dans la papeterie et le négoce. Ils possédaient un temple au « Pont de Touvre » qui fut rasé en 1685 à la suite de l’édit de Fontainebleau102. Cependant, dans ces cas postérieurs à l’édit de Nantes, il est difficile de discerner de possibles logiques communautaires, qui expliqueraient un regroupement souhaité par cette minorité. Au xviiie siècle, la ville de Nîmes offre ainsi un autre bon exemple illustrant ces rassemblements communautaires. Les faubourgs qui se développèrent accueillirent majoritairement les ouvriers catholiques et leurs lieux de culte, tandis que le centre-ville demeurait l’espace privilégié des protestants103. À Annonay, un témoignage de 1618 explique que le faubourg de la Recluzière était une zone sous forte influence des protestants104. À Lyon, si les protestants habitaient dans la ville, ils souhaitèrent sans succès établir un temple dans un faubourg en 1655, alors que le consulat avait imposé pour leur culte des localités plus éloignées du centre, comme Oullins, puis Saint-Romain au Mont d’Or105. Quant à Paris, Alain Thillay a bien montré que le faubourg Saint-Antoine (tout comme le faubourg Saint-Germain) pouvait être un refuge pour les artisans protestants au xviie siècle, en raison de clauses de catholicité nécessaires à l’exercice de certains métiers intra muros106. Toutefois, il convient de ne pas généraliser à l’excès. À Grenoble, en 1560, bien qu’ils formassent une minorité n’excédant pas les 17,6 %107, les chefs de feu protestants résidaient presque tous à l’intérieur de la ville. Pourtant, c’est bien dans le faubourg Très-Cloître qu’ils se regroupaient pour la pratique de leur culte108.

  • 109 René Taverneaux, Histoire de Nancy, op. cit., p. 244 ; En 1726, les Juifs furent rassemblés dans l (...)
  • 110 René Moulinas, Les Juifs du Pape en France : les communautés d’Avignon et du comtat Venaissin au x (...)
  • 111 Sylvain Gagnière et al., Histoire d’Avignon, Millau, Édisud, 1979, p. 208 et 332.
  • 112 Ibid., p. 360.
  • 113 Pour ces raisons, les petits villages situés à moins de 5 km de Strasbourg devaient donc partielle (...)
  • 114 Roland Oberlé, Juifs d’Alsace et Alsaciens : heurs et malheurs d’une cohabitation au xviie et au x (...)

32En ce qui concerne les Juifs, la situation semble beaucoup plus nuancée. Ils furent souvent contraints de se regrouper dans des ghettos intra muros sur le modèle vénitien, par exemple à Metz, à Nancy109, ou à Avignon, dont les fameuses carrières ont été déjà bien étudiées110. Si les carrières avignonnaises (de même que les quartiers juifs messins et nancéiens) ne se situent pas hors les murs, elles peuvent pourtant être apparentées à des faubourgs intra muros, au moins d’un point de vue fonctionnel et symbolique. Dans la cité des papes, dès le Moyen Âge, les Juifs furent reclus dans un quartier fermé dont les portes étaient closes chaque soir. En l’absence de terrains disponibles sur la rive gauche du Rhône en raison des inondations, les Juifs étaient donc accueillis dans la ville, mais dans un espace qui les obligeait à franchir une porte pour entrer symboliquement dans le territoire commun de l’urbs111. Pour autant, leur présence était indispensable et constamment préservée par les élites avignonnaises112. À Metz et à Nancy, les quartiers juifs naquirent de l’impossibilité de développer des habitations en dehors de la ville, en raison de l’exposition aux ravages militaires, fréquents dans cette zone frontalière. Ils purent, dans d’autres espaces, être contraints à vivre reclus en dehors des villes, souvent à la demande des responsables ecclésiastiques locaux. En Alsace, où leur communauté était importante, les Juifs se regroupèrent hors les murs dans la plupart des grandes villes. À Strasbourg, expulsés de la cité et de ses possessions depuis 1389, les Juifs s’établirent en général dans les espaces suburbains ruraux situés à quelques kilomètres de la ville, principalement à Bischheim, le seul faubourg de la ville, celui d’Adelshoffen, ayant été rasé pour des raisons de sécurité. On peut même parler de ceinture juive autour de Strasbourg, au-delà cependant de l’espace traditionnel des faubourgs, dans les villages situés un peu plus loin, comme Lingolsheim, Fegersheim ou Wolfisheim. En effet, à la fin du Moyen Âge, Strasbourg ne possédait pas de faubourgs proprement dits, essentiellement en raison de la présence de nombreuses zones marécageuses ou facilement inondables à ses portes113. Notons que cette population juive ne se déplaça pas ensuite dans Strasbourg ou dans les faubourgs créés ultérieurement. Toutefois, les liens de ces populations juives avec Strasbourg demeurèrent importants jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Par exemple, 17 134 Juifs sont passés par le péage de la porte de Pierre pour la seule année 1780, s’acquittant au passage d’un péage corporel114.

33En définitive, rejets, refoulements, exclusions participèrent sans nul doute à la croissance faubourienne. Des mécanismes ségrégatifs ont conduit logiquement à exclure du centre-ville aussi bien certaines catégories sociales défavorisées, certaines communautés, que des activités devenues indésirables. Pour autant, l’on ne doit pas se contenter d’appréhender les faubourgs à l’aune de cette approche misérabiliste. Si les faubourgs ont constitué des espaces de relégation, ils ne doivent pas être appréhendés uniquement à partir de ce rôle qu’ils ont eu pour les villes auxquelles ils étaient rattachés. 

Les faubourgs modernes, créateurs de nouvelles polarités

34L’historien se doit d’avoir plusieurs qualités lorsqu’il exploite ses sources. L’esprit de nuance est indéniablement l’une des plus importantes. Considérer les faubourgs uniquement comme des lieux d’exclusion serait particulièrement réducteur. Parfois dynamiques et attractifs, ils pouvaient être des espaces d’ambitions et de projets. En quoi les faubourgs ont-ils pu constituer des espaces recherchés de par leur proximité avec la ville ? Les atouts potientiels des faubourgs étaient nombreux. S’y regrouper en communauté était chose aisée ; y développer certaines activités était judicieux, en raison d’un climat économique propice (proximité d’un grand marché urbain, infrastructures de transport nombreuses, terrains disponibles à moindre coût, libertés juridiques et fiscales).

35Le faubourg pouvait indéniablement faciliter des regroupements communautaires, en fonction d’une région d’origine, voire de convictions religieuses. Il n’était plus alors un ghetto, mais un lieu de regroupement volontaire. La distinction entre les deux processus était parfois ténue, mais réelle. Parfois, les deux logiques pouvaient même se superposer.

  • 115 AD de l’Ardèche, E 81, archives municipales déposées de Villeneuve-de-Berg, CC 22, Rôles de contri (...)

36Dans le Vivarais, terre de fortes tensions religieuses entre « huguenots » et « papistes », une dichotomie spatio-confessionnelle peut être mise en valeur. Les archives départementales de l’Ardèche possèdent des sources riches et complémentaires115, notamment concernant la ville de Villeneuve-de-Berg. Nous disposons en effet pour l’année 1678 de deux listes des chefs de feu : l’une indique l’ensemble des chefs de feu de la ville et des faubourgs, l’autre indique uniquement la liste des chefs de feu catholiques assujettis à un impôt spécifique levé « pour les réparations de l’église Saint-Louis ». Cette ville était marquée, encore en 1678, par une légère supériorité numérique des protestants. Sur l’ensemble de la ville et des faubourgs, les protestants représentaient en effet 58 % de l’ensemble des feux à cette date. Si l’équilibre entre les deux communautés semble évident dans la ville et le petit faubourg Notre-Dame, on constate en revanche que les protestants étaient nettement majoritaires dans le faubourg Basse-Rue.

Tableau 4. Répartition des feux protestants et catholiques à Villeneuve-de-Berg en 1678 dans la ville et les faubourgs.

   Ville Basse rue Tournon Notre-Dame Ensemble (ville et faubourgs)
Nombre total de feux 182 170 42 62 456
Nombre de feux catholiques 91 70 0 32 193
Proportion de feux catholiques 50 % 41 % 0 % 52 % 42 %
Proportion de feux protestants 50 % 59 % 100 % 48 % 58 %
  • 116 Albert Grimaud, Histoire de Villeneuve-de-Berg, ancienne bastide royale, Aubenas, Habouzit, 1942, (...)

37En revanche, dans le faubourg Tournon, situé à quelques centaines de mètres au sud-ouest de la ville, les catholiques étaient, d’après les archives, absents ; les 42 chefs de feu auraient donc tous été protestants. Ce regroupement des réformés dans ce faubourg semble plutôt s’expliquer par un regroupement volontaire, étant donné l’équilibre constaté intra muros. Ceci se justifie d’autant plus que les protestants de Villeneuve-de-Berg n’avaient plus de lieu de culte officiel dans la ville, malgré leurs multiples doléances auprès du roi. Quant aux élites protestantes résidant dans la ville, nombre d’entre elles abjurèrent dans les années 1680 sous la pression des dragonnades. Le faubourg Tournon, le plus éloigné de tous les faubourgs, pouvait donc apporter une discrétion que recherchait cette communauté116.

  • 117 AD du Calvados, C 1516, archive citée.

38À Caen, un mémoire révèle l’identité de « tous les fabriquands, ouvriers et tainturiers qui sont, ou qui ont esté de la religion prétendue réformée, dans cette généralité », durant l’année 1700. 60 des 62 chefs de feu mentionnés dans ce mémoire habitaient dans les faubourgs de Caen, ou des paroisses suburbaines très voisines de Caen117. Le mémoire souligne également le rôle économique déterminant de ces protestants : ils étaient « presque tous fabriquands et maistres peigneurs ». Ainsi, les Massieu père et fils, qualifiés d’« honnestes », faisaient vivre plus de 500 personnes dans leur manufacture d’indiennes. Pour ces protestants, participant activement à l’économie caennaise et dotés pour certains de revenus confortables, la résidence dans les faubourgs n’était pas liée à l’indigence. Les résultats d’ensemble paraissent assez éloquents. 2 « fabriquands, ouvriers et tainturiers » protestants résidaient dans la ville, contre 7 dans le faubourg de Vaucelles, 20 dans le faubourg Labé (rue de Bretagne), 19 dans le faubourg Saint-Julien, 7 dans la maladrerie, et 7 dans les paroisses de Beuville, Perier et Saint-Pierre.

Tableau 5. Les lieux de résidence des protestants dans la généralité de Caen en 1700.

Lieu de résidence des 62 protestants recensés en 1700 dans la généralité de Caen Effectifs
Faubourg de Vaucelles 7
Faubourg Labé rue de Bretagne 20
Faubourg Saint-Julien 19
La maladrerie 7
Paroisse de Beuville 1
Paroisse de Perier 1
Paroisse Saint-Pierre 5
Caen ville 2
  • 118 Anne Zink, « Communautés et corps social, les juifs à Saint-Esprit-lès-Bayonne du xviie au début d (...)
  • 119 AM de Lyon, 14 II 019 3, Jean-Antoine Morand (travaux), Brotteaux (maisons particulières). Fonds p (...)

39À Bayonne, le faubourg de Saint-Esprit-lès-Bayonne abritait de la même façon au cours du xviiie siècle des Juifs séfarades, descendants des Marranes chassés de la péninsule ibérique118. D’origine portugaise, ceux-ci étaient souvent marchands, et issus de familles s’étant implantées dans ce quartier au xviie siècle. Ils étaient bien intégrés dans la vie de la cité, et leur installation dans le faubourg répondait à la volonté de développer une solidarité communautaire, mais également d’être à proximité du trafic commercial de l’Adour. Dans les années précédant la Révolution française, des processus similaires furent à l’œuvre, dans un contexte toutefois différent ; l’heure était désormais à l’émancipation progressive des protestants, symbolisée en cela par l’édit de tolérance du 29 novembre 1787, signé par le roi Louis XVI. Ce sont alors les réformés qui, peu nombreux, profitèrent des faubourgs pour tenter de se regrouper plus facilement. À Lyon, Jean-Baptiste Brun signa un bail le 21 juin 1785 avec l’architecte Jean-Antoine Morand dans le quartier des Brotteaux, au nom de la compagnie des négociants protestants. Cette compagnie décida en fait d’établir un temple dans cette maison appartenant à l’architecte Morand119, créateur du quartier.

  • 120 Voir infra, «  À partir du xviiie siècle : des faubourgs parfois planifiés ».

40En effet, les faubourgs purent être incontestablement des espaces attractifs pour certaines catégories de population et certaines activités, en dehors de préoccupations religieuses et / ou communautaires. Cette définition positive bat en brèche le discours misérabiliste décrivant souvent ces espaces. Le faubourg put d’abord fournir un cadre de vie plus agréable, plus sain et moins bruyant que la ville proprement dite. Il était surtout, dans certains cas, synonyme d’opportunité, permettant d’acquérir des logements de meilleure qualité que ceux du centre-ville, souvent à un prix bien inférieur. Le cas nantais recoupe ces affirmations. Selon Thomas Corneille, le faubourg du Marché à Nantes était très réputé et attirait une population plutôt aisée120. Loin d’être un espace repoussoir, il semble même avoir été un quartier huppé, recherché par une partie du monde du négoce.

  • 121 Pierre Goubert & Daniel Roche, Les Français et l’Ancien Régime, 1, op. cit., p. 54. Cette expressi (...)
  • 122 AD du Loiret, 2 Mi 148, Rôle de la première capitation orléanaise.
  • 123 Un petit port existait sur la rive opposée, qui était cependant bien plus modeste, d’où le nom de (...)
  • 124 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle [1970], Paris, Flammarion, 1975, p. 177-178.
  • 125 Maurice Garden précise : « Ce monde des ouvriers des transports est cependant difficile à décrire. (...)
  • 126 Jean Comby, L’Évolution urbaine de l’agglomération d’Angoulême, op. cit., p. 68-69.
  • 127 AM d’Angers, II 13, archive citée.
  • 128 AD de l’Isère, 2 C 515, Répartition de la capitation pour la ville de Grenoble, 1751 (exploitation (...)

41À d’autres habitants, le faubourg put offrir la possibilité de résider à proximité immédiate de leur lieu de travail. Dans une civilisation où les déplacements des hommes et des marchandises se faisaient au « rythme du piéton121 », la proximité entre le lieu de résidence et celui d’embauche était évidemment déterminant, même si ce critère doit être relativisé en fonction des rythmes de vie spécifiques à l’Ancien Régime. À Orléans par exemple, en 1695, 104 des 353 chefs de feu du faubourg Portereau-de-Tudelle (soit 29,4 %) exerçaient une activité liée à la présence du port sur la Loire (batelier, marinier, marchands voituriers par eau)122. Or, l’activité principale du port d’Orléans se localisait sur la rive droite du fleuve123, tandis que le faubourg était situé sur la rive gauche... Étudiant Lyon au xviiie siècle, Maurice Garden a également montré la présence de nombreux voituriers par terre et par eau dans le faubourg de la Guillotière124, espace où l’absence de réglementation faisait naître un eldorado pour tous ceux voulant tirer profit de l’important trafic empruntant ou traversant le Rhône125. À Angoulême, l’expansion du trafic sur la Charente au xviie siècle donna une belle impulsion à la croissance du faubourg de l’Houmeau, offrant à de nombreux rouleurs, voituriers, charrons, cabaretiers, aubergistes, postillons ou gabariers les moyens d’exercer leur métier, grâce à l’activité du port, autour duquel se regroupaient leurs habitations, en contrebas, dominées par la ville sur son éperon rocheux126. À Angers, certains faubourgs présentaient également des profils socioprofessionnels très marqués127. Le faubourg Saint-Michel, situé à l’extrémité orientale de la ville, avait l’avantage de se localiser à proximité de nombreuses carrières d’ardoise, dont celles de Trélazé. Ce n’est donc pas une surprise d’y retrouver en très grand nombre les « perrayeurs », en d’autres termes les ouvriers chargés de débiter les gros blocs d’ardoise en plaques. D’après le recensement établi dans la ville d’Angers en 1769, ces perrayeurs représentaient 37 chefs de feu sur un total de 286, soit près de 13 %. Le petit faubourg de la vallée Saint-Samson, qui regroupait uniquement 147 feux, présentait un avantage géographique indéniable : il était localisé à mi-distance entre une manufacture royale de cordons bleus et une autre de toiles et voiles. Fort logiquement, les personnes travaillant dans le secteur textile étaient en nombre : 34 chefs de feu, soit environ 23 %, travaillaient comme filassier, fileuse, fabricant de bas, faiseur de bas, tisseur ou tisserand. À Grenoble, en 1751, 58 des 155 chefs de feu (soit plus de 37 %) du faubourg Très-Cloître travaillaient dans le secteur textile128. Dans ces cas précis, l’activité faisait le faubourg plus que l’inverse.

  • 129 Charles-François Vergnaud-Romagnesi, Histoire de la ville d’Orléans [1830], Orléans, éditions de l (...)
  • 130 Voir Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel de la France, contenant la description géog (...)
  • 131 Françoise Boquillon, Catherine Guyon & François Roth, Nancy, du bourg cadastral à la communauté ur (...)
  • 132 AD de Meurthe-et-Moselle, C 57, Pépinière royale de Nancy du 30 décembre 1765. Les archives de ce (...)
  • 133 AD du Puy de Dôme, C 198, Pépinières, 1722-1726. L’intendant ne demande à ses subdélégués que d’ap (...)
  • 134 AD du Puy de Dôme, C 200, Pépinières, 1726-1731.
  • 135 AM d’Angoulême, MAP2T4, nº 31, Reproduction d’un plan d’Angoulême, vers 1760.
  • 136 AM de Lyon, 1 S 103, Plan de Vaise avec les quartiers de Pierre-Scize, de Serin et de Fourvière, p (...)
  • 137 Cette communauté religieuse est localisée dans le monastère des Deux-Amants, dans le quartier de l (...)
  • 138 AD du Rhône, 1 C 24, Pépinière royale, organisation, personnel, 1767-1789.

42En outre, les espaces faubouriens purent offrir la possibilité d’avoir certaines terres à cultiver, ainsi que de gros marchés urbains et de gros réservoirs de main-d’œuvre à proximité. À Orléans, la fantastique prospérité des pépinières royales, à partir de 1723, reposa sur le dynamisme de trois faubourgs (Saint-Marc, Saint-Vincent et Saint-Marceau). Situés au nord-est et au sud de la ville, ils participèrent grandement, grâce à leurs pépinières, à valoriser l’image de la cité ligérienne au xviiie siècle, au moment où celle-ci déclinait dans la hiérarchie des grandes villes du royaume. L’importance de leur production fut évoquée avec nostalgie – et sans doute un peu d’exagération – par les élites orléanaises au xixe siècle, et notamment par Charles-François Vergnaud-Romagnési129, certains y voyant les dernières traces d’un âge d’or révolu. Des pépinières similaires existèrent aussi près d’autres villes de France, comme à Nancy. En 1765, le roi de Pologne Stanislas permit la réalisation d’une pépinière royale le long des remparts de la ville130. Mort un an plus tard, Stanislas vit son projet poursuivi par Louis XV131. Cette pépinière était découpée en 16 carreaux d’essences variées, avec 15 000 ormes, 12 000 frênes, 5 000 tilleuls, 6 000 marronniers, 12 000 noyers, eux-mêmes entourés d’une ceinture de charmilles (60 000 plants). Elle était organisée selon une trame d’allées rectilignes132. À partir des années 1720, les principales villes d’Auvergne (Clermont, Riom, Brioude, Issoire, Saint-Flour et Aurillac) accueillirent elles aussi dans leurs faubourgs, ou à proximité immédiate, des pépinières royales133. Certaines d’entre elles, notamment à Aurillac et à Saint-Flour, périclitèrent cependant rapidement et furent supprimées134. Le bilan d’ensemble demeura satisfaisant avec, en 1727, 10 500 ormes, 43 712 noyers, 13 000 châtaigniers et 36 450 autres arbres plantés ; au total, plus de 100 000 arbres ont donc pris racine dans la proximité immédiate des villes auvergnates en une poignée d’années. À Angoulême, des pépinières s’étaient développées au sud-est de la ville, d’après un plan datant des années 1760135. À Lyon, une pépinière royale fut aussi créée dans le faubourg de Vaise avant la Révolution136. Installée à partir de 1778 sur un terrain appartenant aux religieuses de Sainte-Élisabeth137, cette pépinière a connu une croissance rapide, sous l’impulsion de l’intendant Jean-Antoine Terray. Un « État des arbres contenus dans la pépinière royale du faubourg de Vaise », datant de 1784, nous permet de savoir précisément sa composition138, peu de temps après son lancement. Outre les arbres fruitiers, destinés à des particuliers, la pépinière comptait aussi de nombreux arbres, dont les archives nous apprennent qu’ils étaient précommandés pour l’ornementation de routes (comme la route Lyon-Grenoble) ou de promenades : sycomores, platanes, ormeaux, tilleuls... Enfin, une partie de ces arbres était réservée à la construction et la menuiserie. Au total, ce sont donc près de 60 000 arbres qui furent plantés rapidement dans le faubourg de Vaise.

Tableau 6. État des arbres contenus dans la pépinière royale du faubourg de Vaise en novembre 1784.

Espèces d’arbres « bons à lever » « à rester en pépinière »
Poiriers 700 0
Cerisiers 410 0
Pêchers 110 0
Pruniers 400 0
Abricotiers 8 0
Pommiers 1 530 0
Amandiers 200 0
Peupliers d’Italie 1 700 850
Tilleuls 30 6 000
Mûriers greffés 800 900
Mûriers ordinaires 0 500
Sycomores 4 250 2 750
Platanes 200 150
Ormeaux 750 5 820
Frênes 3 300 3 000
Noyers 100 8 400
Hêtres 0 2 000
Châtaigniers 0 6 800
Marronniers d’Inde 0 6 400
Chênes 0 1 300
Érables 100 100
Total 14 588 44 970
  • 139 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris / La Haye, Mouton, 1 (...)

43Pour certains habitants, résider dans les faubourgs pouvait aussi permettre de posséder un petit lopin de terre, et donc d’assurer ainsi une forme d’autoconsommation. Jean-Claude Perrot expliqua dans sa thèse que le polymorphisme économique des faubourgs leur assurait une forme d’immunité économique en cas de crise frumentaire, dans le sens où une forme d’économie vivrière pouvait plus facilement coexister avec une économie d’échange139.

  • 140 Daniel Roche, Le Peuple de Paris : essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier  (...)
  • 141 Alain Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles…, op. cit., vol. 2, p. 841-842. L’auteur a trav (...)

44Il faut également souligner que les faubourgs étaient généralement bâtis dans des espaces hautement stratégiques d’un point de vue économique. Par exemple, leur situation le long des voies principales menant aux villes était propice au développement d’activités spécifiques, liées au passage incessant de voyageurs et de marchandises. Auberges, garnis, cabarets et entrepôts peuvent pulluler à foison dans de nombreux faubourgs de grandes villes, surtout au xviiie siècle, comme en témoignent de nombreux récits de l’époque. Beaucoup d’historiens ont, de longue date, également mis en évidence cette spécificité des faubourgs. À Paris, Daniel Roche évoqua en 1981 « des densités cabaretières élevées » pour les faubourgs populaires140. Benoît Garnot, dans sa thèse sur Chartres, a lui aussi démontré la présence de plus de la moitié des 22 cabarets de l’agglomération hors les murs, en particulier dans le faubourg occidental nommé Saint-Jean. De même, Alain Croix a montré un « suréquipement des quartiers populaires des faubourgs » de Nantes en cabarets, pour l’année 1575141.

Tableau 7. L’équipement des quartiers de Nantes en cabarets pour l’année 1575 (d’après le travail d’Alain Croix).

Quartier Nombre de cabarets Pourcentage de cabarets par rapport à l’ensemble de l’agglomération Pourcentage de la population de l’agglomération
Faubourg de la Fosse 13 16 % 13,1 %
Faubourg de Bignon-Lestard 6 7 % 4,1 %
Faubourg du Marchis 21 26 % 14,4 %
Faubourgs de Saint-Clément et Richebourg 13 16 % 9,6 %
Saint-Jacques 0 0 % 10 %
Les Ponts 0 0 % 7,8 %
Ville intra muros 29 35 % 41 %
Total 82 100 % 100 %
  • 142 AM d’Angers, II 13, archive citée.

45Toutefois, il convient de ne pas généraliser à l’excès. Le cas angevin rappelle à lui seul la prudence dont doit faire preuve l’historien. Les chiffres présentés dans le tableau suivant montrent à quel point il ne faut pas faire de systématisme lorsqu’on étudie les faubourgs, puisque tous ne constituaient pas une terre promise pour la vente de boissons ou l’hôtellerie destinée aux voyageurs142.

Tableau 8. Répartition des cabaretiers et des aubergistes dans la ville et les faubourgs d’Angers en 1769.

Faubourgs Nombre de cabaretiers et d’aubergistes Population totale (hommes, femmes et domestiques) Nombre de cabaretiers et d’aubergistes pour 1 000 habitants
Saint-Michel 5 860 5,8
Saint-Samson 10 431 23,2
Bressigny 21 1 498 14,0
Saint-Laud 7 702 10,0
Saint-Jacques 10 513 19,5
Saint-Lazare 5 376 13,3
Gauvin 5 112 44,6
Angers Ville 87 18 173 4,8
  • 143 AM d’Angers, 1 Fi 1576, Plan historique de la ville d’Angers, assujetti à ses accroissements, embe (...)

46Manifestement, de façon générale, les faubourgs d’Angers étaient mieux dotés en auberges et cabarets que la ville elle-même, même si cette constatation évidente doit être nuancée par le fait que l’on ne connaît pas la taille des établissements concernés. Pour autant, un faubourg n’était pas toujours plus favorable à l’installation de cabarets qu’une ville. Ainsi, l’équipement en cabarets du faubourg Saint-Michel était presque aussi faible que celui du centre-ville. Inversement, deux faubourgs constituaient à l’évidence des terres d’élections pour le métier de cabaretier : Saint-Samson et Gauvin. Le premier avait la chance de se trouver à proximité d’un manège (situé hors les murs), d’une salle de spectacle (collée aux remparts, mais à l’intérieur de la ville) et de deux mails (le mail romain et le grand mail)143. L’ensemble de ces équipements pouvait justifier de la prospérité cabaretière dans ce faubourg, puisque ce n’étaient certainement pas les 243 adultes et 14 domestiques présents qui assuraient à eux seuls la viabilité de ces commerces. C’est au contraire la proximité d’activités de sociabilité qui permettait de drainer vers Saint-Samson une clientèle manifestement urbaine.

Plan historique de la ville d’Angers, assujetti à ses accroissements, embellissements et projets, par Jean-Baptiste Dubois & Marc-Antoine Moithey, 1776.

Plan historique de la ville d’Angers, assujetti à ses accroissements, embellissements et projets, par Jean-Baptiste Dubois & Marc-Antoine Moithey, 1776.
  • 144 Anne-Marie Merand, « Vivre au-delà des ponts à Angers (1380-1499) : étude de la société angevine à (...)
  • 145 Félix & Thomas Platter, Félix Platter et Thomas Platter à Montpellier, 1552-1559 : notes de voyage (...)
  • 146 Élie Brackenhoffer, Voyage en France : 1643-1644, Henry Lehr (trad.), Nancy / Paris / Strasbourg, (...)
  • 147 AD de l’Isère, 2 C 515, Répartition de la capitation pour la ville de Grenoble, 1751.

47Quant au deuxième faubourg, minuscule (33 feux), la présence de trois cabaretiers et surtout de deux auberges (la Couronne d’or et la Tête noire) reposait sur une clientèle exogène. Situé près de la principale porte septentrionale de la ville débouchant sur la route de Nantes, Saint-Gauvin se trouvait également aux portes de la Doutre (quartier situé sur la rive droite de la Maine). Or, dans ce quartier, les religieux étaient très présents (abbayes du Ronceray, des Renfermés, des Carmélites, des Repenties, des Augustins...). Ces abbayes, notamment celle du Ronceray, exerçaient depuis la fin du Moyen Âge un fort contrôle social (économique et spirituel) dans cet espace de la Doutre144. La forte présence des cabarets et des auberges près de la porte s’expliquait aisément, à Angers comme ailleurs, par la fermeture des entrées, rendant l’accès à la ville impossible après la nuit tombée. Certains récits de voyages nous le rappellent. Lors de ses pérégrinations, Thomas Platter fut parfois contraint de dormir dans les faubourgs des villes, arrivant trop tardivement, une fois les portes closes145. Le même type de mésaventure fut aussi connu par Sébastien Brackenhoffer, par exemple à Nantes146. Toutefois, gardons toujours le même esprit de nuance. Ce que l’on semble retrouver dans de nombreuses villes ne faisait pas obligatoirement force de loi. Ainsi, le recensement de capitation de Grenoble en 1751 laisse entrevoir d’autres réalités. Dans le faubourg Très-Cloître, sur les 155 chefs de feu recensés figuraient uniquement deux hôtes et un cabaretier147. Cela signifie donc que la proportion de cabaretiers et d’aubergistes pour 1 000 habitants était sans nul doute, dans le cas présent, inférieure à 5.

  • 148 Daniel Joussé, L’État présent ou détail historique de la ville d’Orléans, Orléans, éditions Charle (...)
  • 149 Philippe Werth, Issoudun à la fin de l’Ancien Régime (1772-1789), Issoudun, Gaignault, 1983, p. 52
  • 150 Pierre Dubourg-Noves, Histoire d’Angoulême et de ses alentours, Toulouse, Privat, 1990, p. 173. Vo (...)
  • 151 Almanach historique ou calendrier d’Anjou, 1771, p. 98-105 (AD du Maine-et-Loire, PER 7 / 1771).
  • 152 Just Zinzerling (dit Jodocus Sincerus), Voyage dans la vieille France, 1612-1616 : avec un excursi (...)
  • 153 Élie Brackenhoffer, Voyage en France..., op. cit., p. 3.
  • 154 Denis Lottin, Recherches historiques sur la ville d’Orléans, 8 vol., Depuis Aurélien, l’an 274, ju (...)
  • 155 Annie Gay & Jacky Theurot (dir.), Histoire de Dôle, Toulouse, Privat, 2003, p. 166. Voir également (...)

48Par leur position idéale, proches de la ville mais aussi des principales pénétrantes, les faubourgs purent aussi être le berceau de nombreuses sociétés de transports, au premier rang desquels figurent, pour le transport du courrier et des colis, les messageries, et dans une moindre mesure les postes aux chevaux, auxquelles elles pouvaient être liées. Par exemple, à partir des années 1720 se développèrent de nombreuses messageries à Orléans, ville de grand passage. Daniel Joussé indiqua au milieu de ce siècle leur localisation dans sa ville148. Sur les 18 messageries alors présentes dans la cité ligérienne, 8 possédaient une adresse dans un cabaret des faubourgs, preuve que ceux-ci n’étaient pas a priori répulsifs pour le développement de ces sociétés de transport modernes, et également pour les voyageurs. À Issoudun, à la fin du xviiie siècle, le seul service de messagerie, qui transportait personnes, ballots et paquets encombrants jusqu’à Bourges et Châteauroux, était localisé dans l’hôtel de la Cloche, dans le faubourg Saint-Jean149. À Angoulême, en 1770, les messageries royales, situées dans le faubourg de l’Houmeau, permettaient d’envoyer une lettre à Paris en deux jours et demi150. À Angers, 31 messagers étaient en activité en 1771, selon l’almanach historique ou calendrier d’Anjou151 ; 16 avaient une adresse dans les faubourgs, dont 14 dans le seul faubourg Bressigny. À Tours, la poste aux chevaux était établie au xviie siècle dans une auberge nommée « l’Enseigne des trois Maures », dans le faubourg situé sur l’autre rive de la Loire152. À Chartres, la présence d’une poste aux chevaux fut attestée au milieu du xviie siècle ; elle demeura jusqu’au début du xixe siècle dans le faubourg du Grand Dauphin153. À Orléans, c’est le faubourg Portereau-de-Tudelle qui abritait la poste aux chevaux durant l’Ancien Régime154. À Dôle, une poste aux chevaux était également installée dans le faubourg oriental de la ville à la fin du xviiie siècle155.

  • 156 Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon, et des provinces de Lyonnois, Forez et Be (...)
  • 157 AD des Bouches-du-Rhône, C 4234, Postes et messageries, poste aux chevaux, organisation locale, et (...)
  • 158 Almanach historique de la province de Guienne pour l’année commune 1781, Bordeaux, Frères Labottie (...)
  • 159 Le sieur Dechuyes, Liste générale des courriers, postes, messagers, coches, carrosses, voituriers (...)
  • 160 Almanach royal, Paris, éditions Veuve d’Houry, 1736, p. 375-391. Les lieux principaux de départ ét (...)
  • 161 Il s’agit de M. Pascal, qui travaillait sur la route de Lyon. Voir Jean-Florent Baour, Almanach hi (...)

49Notons que, généralement, dans les très grandes villes du royaume, les infrastructures de transports se concentraient beaucoup moins dans les faubourgs. À Lyon, au milieu du xviiie siècle, les principaux bureaux de messageries, coches, diligences ou postes se trouvaient tous dans le centre-ville156 : le bureau général des postes était situé à l’hôtel Chevrières, place Saint-Jean, devant la cathédrale ; le bureau des carrosses à ressorts, coches d’eau, diligences et messageries pour Paris, la Bourgogne, la Champagne, la Franche-Comté, le Bourbonnais et l’Auvergne était localisé sur le quai Neufville ; le bureau général des coches et diligences du Rhône de Lyon à Avignon était sur le quai Saint-Antoine ; le bureau de la messagerie de Grenoble avait son adresse quai des Célestins, non loin de la place Bellecour ; le bureau de la messagerie royale du comté de Bourgogne (de Lyon à Strasbourg) était installé place des Terreaux, dans l’abbaye des Dames Saint-Pierre. Enfin, c’est sur le quai de Retz (actuel quai Jean Moulin) que s’étaient établis les bureaux des carrosses publics (appelés aussi carrosses de remises ou fiacres) et ceux des coches, carrosses et messageries de Lyon à Genève. À Marseille157 ou à Bordeaux158, c’est chose identique. À Paris, au milieu du xviie siècle, la quasi-totalité des « courriers, postes, messagers, coches, carrosses, voituriers et roulliers » était localisée en ville159. Au xviiie siècle, la situation n’avait guère changé selon l’almanach royal de 1736 ; les messageries, coches et carrosses à destination des villes de province étaient essentiellement localisés en ville160. À Toulouse, en 1782, un seul des neuf courriers de la ville avait son adresse hors les murs, dans le faubourg Saint-Michel161.

50De ces exemples, plusieurs leçons peuvent être tirées. D’une part, dans les petites villes jouant à une échelle régionale le rôle de « ville-marché » (au sens vidalien du terme), les faubourgs accueillirent très souvent les bureaux de messageries, de diligences ou de carrosses, voire les postes aux chevaux. En revanche, dans beaucoup de grandes villes, trop étendues, le faubourg perdait de son avantage stratégique, car il se situait trop loin du cœur économique de la ville.

  • 162 Voir les articles suivants ; Alain Thillay, « Le faubourg Saint-Antoine et la liberté du travail s (...)
  • 163 Steven Laurence Kaplan, « Les corporations, les “faux ouvriers” et le faubourg Saint-Antoine au xv (...)
  • 164 AN, S 4357, Contrats d’ensaisinement de l’abbaye Saint-Antoine, xviie-xviiie siècles ; archive cit (...)
  • 165 AN, S 1066B, Archevêché de Paris, dossier concernant le faubourg Saint-Antoine, archive citée par (...)
  • 166 AN, AD + 333, Lettres patentes en faveur des artisans du faubourg Saint-Antoine, 1657, archive cit (...)
  • 167 Steven Laurence Kaplan, La Fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p. 77-85 ; Alain Thillay, «  (...)

51Dans le même temps, les faubourgs ont aussi pu apparaître, sans anachronisme, comme des havres de liberté, en particulier dans les grandes villes où l’accès à certains métiers était très réglementé et reposait sur la cooptation. De nombreux régimes dérogatoires étaient mis en place en zone suburbaine, favorisant l’essor d’activités faisant directement concurrence à la ville proprement dite. Le cas parisien a été longuement étudié par Alain Thillay qui s’est intéressé au faubourg Saint-Antoine162, suivant en cela les travaux précurseurs de Steven Kaplan163. Apparu relativement tardivement (dans la première moitié du xviie siècle) autour de l’abbaye Saint-Antoine164, ce faubourg a rapidement bénéficié, en 1642, du régime de création des jurandes des faubourgs165, avant d’obtenir en 1657 par des lettres patentes du roi la liberté de travail166. Grâce à cela, de nombreux ébénistes, menuisiers, serruriers ou cordonniers purent s’installer et développer leurs activités artisanales, grâce à ces lettres patentes, incroyables pour l’époque. Ceux-ci, qualifiés de « faux ouvriers » par les communautés de métiers parisiennes (notamment les maîtres boutonniers), exerçaient une forme de concurrence déloyale. Même lorsque Turgot proposa d’abolir les communautés de métiers de Paris en janvier-février 1776 et de réorganiser les jurandes, le faubourg Saint-Antoine bénéficia d’un statu quo royal, en particulier parce qu’une fronde des communautés de métiers parisiennes obligea Turgot à faire machine arrière avant de donner sa démission167.

  • 168 Voir infra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la secti (...)

52À Lyon, la municipalité essaya à partir du milieu du xviie siècle de contrôler économiquement ses faubourgs, notamment celui de la Guillotière, dans lequel de nombreuses activités étaient alors en développement. En résulta une concurrence inéquitable que les échevins lyonnais ne cessèrent de dénoncer. La ville cherchait en effet alors à contrôler économiquement ses faubourgs. Au début du xviiie siècle, plusieurs années de négociations et de recours furent nécessaires pour atteindre partiellement cet objectif168. Là encore, la récupération des prérogatives judiciaires et policières sur le faubourg était motivée par des considérations essentiellement économiques. Le consulat craignait que les faubourgs fussent trop concurrentiels face aux activités présentes à l’intérieur des remparts.

  • 169 Jacques Combeau, Le Commerce du sel dans la seconde moitié du xviie siècle, entre Tonnay-Charente (...)
  • 170 Bernard Gallinato, Les Corporations à Bordeaux, p. 301 et 304. L’auteur explique que cette libert (...)

53À Angoulême, le corps de ville tenta, vigoureusement mais sans succès, de contrôler le commerce du sel arrivant par la Charente entre 1642 et 1711 ; cependant, les marchands du faubourg de l’Houmeau étaient suffisamment puissants pour maintenir leur liberté à l’égard de la tutelle politique, commerciale et fiscale de la ville169. À Bordeaux, le faubourg Saint-Seurin demeura durant l’Ancien Régime une sauveté, dans laquelle le régime des communautés de métiers était également méconnu170. Là encore, cela fut de nature à favoriser une concurrence peu équitable entre la ville et les espaces suburbains.

  • 171 AD de Seine-Maritime, C 147, Arts et métiers de Rouen, 1781-1789.
  • 172 AD de Seine-Maritime, C 147, archive citée.
  • 173 AM de Nantes, HH 168, Tailleurs, statuts et règlement, 1471-1781. Cette cote d’archives renferme n (...)
  • 174 AD du Rhône, 1C40, Statuts, délibérations des communautés d’arts et métiers, 1691-1789. À la fin d (...)

54Il ne faudrait cependant pas aboutir à une généralisation abusive de cette dissension opposant la ville à ses faubourgs. Dans la majorité des cités de l’Ancien Régime, les communautés de métiers regroupaient conjointement des artisans de la ville et des faubourgs. Un bon exemple est fourni par la ville de Rouen. Durant l’été 1756, un conflit assez violent (par la force et par le droit) opposa « la communauté des merciers de la ville de Rouen, fauxbourgs et banlieues », à celle « des passementiers et toiliers de la ville de Rouen, fauxbourgs et banlieues ». Né de l’importation abusive de toile de coton peinte par des passementiers et de leur interception par des marchands merciers, ce conflit témoigne que les divisions socioprofessionnelles étaient bien plus fortes que les divisions géographiques171. Dans la même ville, « une minute du rôle des vingtièmes d’industrie que doit supporter la communauté des menuisiers, ébénistes, sculpteurs en bois, tourneurs, luthiers, layetiers, peigniers et coffretiers de la ville, fauxbourgs et banlieues de Rouen172 », précise l’origine de tous ces artisans ; le fait de résider extra muros n’était pas un frein à l’intégration au sein de ces communautés de métiers. À Caen ou à Nantes173, des communautés de métiers ignoraient également la limite des remparts, unissant artisans de la ville et des faubourgs. De manière significative, à la fin de l’Ancien Régime, même dans une ville comme Lyon, la plupart des communautés de métiers s’ouvrirent aux faubourgs174.

  • 175 Thomas Corneille, Dictionnaire universel, 3 vol., Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1708, vol. 1, p.  (...)
  • 176 Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Grand Dictionnaire géographique, historique et critique (...)
  • 177 AN, S 4357, Contrats d’ensaisinement de l’abbaye Saint-Antoine, xviie-xviiie siècles, archive cité (...)
  • 178 Stéphane Baumont (dir.), Histoire d’Agen, Toulouse, Privat, 1991, p. 197.
  • 179 Citons notamment le Plan historique de la ville d’Angers (AM d’Angers, 1 Fi 1576, archive citée), (...)
  • 180 AM de Toulouse, ii 683, Plan topographique de Toulouse et de ses environs, par Dupain-Triel et de (...)
  • 181 ABM, XL A 59, Plan géométral de la ville et faubourgs de Bordeaux avec tous les changements faits j (...)
  • 182 Archives départementales de l’Hérault, C 6948, Plan de la ville et citadelle de Montpellier et de (...)
  • 183 AM de Dijon, 4 Fi 29, Nouveau Plan de la ville et des environs de Dijon, par Beaurain, 1767. Un gr (...)

55À la période moderne se perpétua l’extension ou la création hors les murailles des monastères, dans une proportion toutefois moindre que ce qui pouvait être observé au Moyen Âge. Le rôle de la Contre-Réforme catholique fut évident, puisque la construction de ces monastères, pôles tant spirituel qu’économiques, avait notamment pour finalité de marquer religieusement l’espace. Là encore, quelle que soit la taille de la ville et quelle que soit la région concernée, de nombreux exemples témoignent de ce phénomène. À Aix-en-Provence, des couvents de minimes et de Chartreux étaient présents dans le seul faubourg de la cité provençale, la Bourgade175. À Châteauroux, un monastère des Capucins fut établi à partir de 1630 au faubourg de la porte aux Guesdons, tandis que les religieuses de la congrégation Notre-Dame étaient établies « aussi dans un autre faubourg176 ». À Paris, le faubourg de Saint-Antoine prit son essor à l’est de la capitale à partir du moment où l’abbaye s’y implanta, vers 1635177. À Agen, un investissement plus original du clergé mérite d’être souligné. À la fin du xviiie siècle, l’évêque Usson de Bonnac fit construire près de la porte Neuve un immense palais épiscopal par Leroy (un élève de Soufflot)178. À Angers, différents plans indiquaient la présence de monastères dans les faubourgs179. C’est aussi le cas dans d’autres villes comme à Toulouse180, à Bordeaux181, à Montpellier182 ou à Dijon183.

Plan géométral de la ville de Bordeaux et parties de ses faubourgs, par Jean Lattré, 1754.

Plan géométral de la ville de Bordeaux et parties de ses faubourgs, par Jean Lattré, 1754.

Plan géométral de la ville et faubourgs de Bordeaux avec tous les changements faits jusqu’à présent, atelier de M. Sarge, 1787.

Plan géométral de la ville et faubourgs de Bordeaux avec tous les changements faits jusqu’à présent, atelier de M. Sarge, 1787.

Plan de la ville et citadelle de Montpellier et de leurs environs, xviiie siècle.

Plan de la ville et citadelle de Montpellier et de leurs environs, xviiie siècle.

Nouveau plan de la ville et des environs de Dijon, par Beaurain, 1767.

Nouveau plan de la ville et des environs de Dijon, par Beaurain, 1767.
  • 184 Rappelons avant toute chose que le terme de manufacture est polysémique. Il est arrivé aux histori (...)

56Durant la fin de la période moderne, les faubourgs assurèrent aussi une partie de leur croissance grâce à l’essor des activités proto-industrielles. Force est de constater que nombre de ces espaces devinrent manifestement des lieux privilégiés d’investissements de l’État. En particulier, le colbertisme vit dans les espaces faubouriens, dès la fin du xviie siècle, un terreau privilégié pour sa politique de développement économique. De nombreux cas illustrent le fait que les manufactures184 royales, tout comme les premières grandes entreprises s’y sont implantées, d’abord ponctuellement au xviie siècle, puis massivement au siècle suivant.

  • 185 Charles Cuissard, Étude sur le commerce et l’industrie à Orléans avant 1789, Paris, Gallimard, 189 (...)
  • 186 Philippe Deschamps, « Histoire de la rive gauche », dans Connaître Rouen, Rouen, Amis des monument (...)
  • 187 AM de Lyon, BB 295, 2 Mi 05, film 137, Délibérations consulaires, 1731, folio 146 verso.
  • 188 AM de Lyon, BB 296, 2 Mi 05, film 137, archive citée, folio 141 verso.
  • 189 Si cet exemple ne suffisait pas, celui-ci de la construction d’un moulin à vent « de nouvelle inve (...)
  • 190 AM de Nantes, HH 43, Industries diverses à Nantes, 1681-1790.

57C’est ainsi qu’à Orléans, le faubourg Saint-Marceau accueillit une fabrique « de faïence de terre blanche purifiée185 ». À Rouen, presque toutes les faïenceries étaient établies au faubourg Saint-Sever186. À Lyon, dans le faubourg de la Guillotière, ce fut une verrerie royale qui s’installa en 1731. Les deux entrepreneurs verriers, messieurs de Charancé et Lagier, s’implantèrent même avec l’assentiment du consulat187. En effet, la municipalité lyonnaise organisa une cérémonie de bénédiction du four, coûtant 1 857 livres. Le prévôt des marchands et les échevins furent les parrains du four. Quant à la marraine, il s’agissait d’une aristocrate, Madame de la Ferrière, épouse du commandant de la province. La somme versée par le consulat couvrait « le présent offert à ladite dame » ainsi que le règlement « des voitures, des fanfares et autres indispensables en pareille occasion ». L’année suivante, le corps de ville manifesta de nouveau sa confiance en cette verrerie située dans le faubourg de la Guillotière, en versant 3 000 livres à leurs patrons « pour contribuer à une partie des frais de leur établissement, qui a réussi à la satisfaction du consulat, ce qui sera fort utile aux habitants de cette ville188 ». Le faubourg put donc être, pour le pouvoir politique lyonnais, un lieu d’avenir économique pour l’ensemble de l’agglomération189. Le faubourg apparut aussi, dans le cas des verreries et autres proto-industries potentiellement dangereuses, comme un lieu plus sûr. À Nantes, la verrerie royale du sieur Vansoul ne fut autorisée à s’installer qu’hors les murs, car à l’intérieur de l’enceinte, « la plupart des maisons anciennement bâties en bois et terrasses » étaient « trop susceptibles au feu pour les exposer au danger [...] des fourneaux d’une verrerie190 ». En conséquence, la verrerie s’installa à l’ouest de la ville, dans le faubourg de la Fosse.

  • 191 Cette fonderie de canons fut établie par Jean Maritz, ingénieur d’origine suisse, qui fit fortune (...)
  • 192 AM de Nantes, HH 43, archive citée.
  • 193 AM de Nantes, HH 43, archive citée.
  • 194 Jacqueline Routier, Briançon à travers l’histoire, Gap, Société d’études des Hautes-Alpes, 1981, p (...)

58Parmi les manufactures (terme étant ici synonyme de « proto-usine ») s’installant dans les faubourgs, certaines étaient alors à la pointe de la modernité, preuve s’il en est d’une véritable capacité d’attraction des espaces suburbains. Encore à Lyon, une fabrique de canons, très réputée, prospéra dans le faubourg de Vaise au milieu du xviiie siècle191. L’innovation fut aussi au cœur de la manufacture d’amidon du sieur Tatin, situé à l’ouest de la ville de Nantes, dans l’espace suburbain de l’Hermitage. Cette manufacture, qui bénéficiait d’un soutien royal, fut autorisée à s’installer par le bureau de l’Hôtel de Ville de Nantes en 1744192. La manufacture d’acier du sieur Jean-Baptiste Gaudin, toujours dans la capitale de Bretagne et située dans le quartier de Bel air, était également à la pointe de la technique193. À Briançon, la manufacture de cristal de roche au sud de la ville, à Sainte-Catherine, permit l’enrichissement de son créateur Antoine-Claire Morand194. Chaque année, la manufacture gagnait en moyenne près de 80 000 livres grâce à des commandes internationales.

  • 195 AM Angers, 1 Fi 1576, archive citée ; AD du Maine-et-Loire, 1 C 16, Toiles et Voiles, 1748-1787. L (...)
  • 196 Jacques Debal (dir.), Histoire d’Orléans et de son terroir, 2, xviie, xviiie et xixe siècles, Le C (...)
  • 197 Stéphane Baumont (dir.), Histoire d’Agen, op. cit., p. 174, 188 et 197.
  • 198 René Taverneaux, Histoire de Nancy, op. cit., p. 277.
  • 199 Pierre Dubourg-Noves, Histoire d’Angoulême et de ses alentours, Toulouse, Privat, 1990, p. 173.
  • 200 AD de Seine-Maritime, C 158, Manufactures dans la généralité de Rouen, 1762-1772.
  • 201 Nicolas Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier la géographie, où l’on donne une description exac (...)
  • 202 Voir le plan de François Cacault de 1756-1757 : Gilles Bienvenu (éd.), Plan de la ville de Nantes (...)
  • 203 AD de Seine-Maritime, Plan de Rouen par Jacques Gomboust en 1655, cartes et plans nº 1348.

59Plus globalement, nombre de faubourgs devinrent, à partir du xviiie siècle, des espaces spécialisés, préfigurant en cela l’industrialisation du xixe siècle. À Angers, des manufactures de toiles et voiles furent installées vers 1750 dans les faubourgs Saint-Michel et Bressigny195. À Orléans, en 1789, les différents faubourgs accueillaient 13 des 24 raffineries que comptait la cité ligérienne : trois dans le faubourg Portereau-de-Tudelle, deux dans le faubourg Saint-Marceau, deux dans le faubourg Saint-Laurent, quatre dans le faubourg Madeleine et trois dans le faubourg Bannier196. À Agen, le faubourg près de la Porte-Neuve accueillait au xviiie siècle une manufacture de toile à voile et une manufacture de toiles peintes, cette dernière obtenant le titre de manufacture royale en 1762 grâce à la qualité de sa production197. À Nancy, des manufactures royales (des « lainières ») se développèrent dans les faubourgs au cours du siècle des Lumières198, comme Angoulême put en avoir dans le faubourg de l’Houmeau dès le milieu du xviie siècle199. Dans celle de Saint-Thiébaut à Nancy, 400 ouvriers fabriquaient au xviiie siècle des draps, des étoffes, des molletons et des flanelles. Dans la même ville, 2 000 ouvriers travaillaient en 1789 dans une manufacture de draps et de serges, près de la porte Saint-Jean. À Rouen, le même dynamisme caractérisait l’immense manufacture royale du faubourg Saint-Sever, établie sur la rive gauche de la Seine au xviiie siècle. L’intendant Thiroux de Crosne ne tarissait pas d’éloges sur cette manufacture, spécialisée notamment dans la production de velours de soie et de coton. En 1772, il rédigea un « état du nombre des pièces d’étoffes, de coton et autres marchandises étrangères fabriquées dans les manufactures royales et autres200 ». Il souligna : « Cette manufacture se soutient toujours avec avantage. Elle entretient actuellement 180 métiers battans et occupe environ quinze cent fileuses dans les fauxbourgs et banlieues de Rouen. » Dans les villes portuaires, ce furent les corderies que l’on retrouvait prioritairement dans les faubourgs. Ainsi, une corderie prospérait dans le faubourg du Petit Veule à Dieppe au xviiie siècle201. À Nantes, une corderie royale longue de 250 mètres était installée en bord de Loire, entre les faubourgs de la Fosse et de Bignon. Gérée par les familles Brée et Bodichon, elle employait près de 1 200 ouvriers202. Enfin, à Rouen, une corderie était aussi mentionnée au xviie à l’est de la ville203.

60On pourrait ainsi multiplier les exemples à l’envi. À Beauvais, au tout début du xixe siècle, la description donnée par Charles Oudiette résume bien l’ensemble des exemples cités et démontre cette attractivité des espaces faubouriens :

  • 204 Charles Oudiette, Dictionnaire topographique des environs de Paris jusqu’à 20 lieues à la ronde de (...)

La manufacture de tapisseries, à l’instar des Gobelins, les tentures exceptées, établie par Colbert en 1664, y tient le premier rang ; et celle de tapis, le second. Elle rivalise avec celles de Chaillot et d’Aubusson. On y travaille en point de Hongrie et en point d’une nouvelle invention, qui joint à la solidité une ressemblance parfaite aux tapis veloutés les plus recherchés. Les autres manufactures et fabriques consistent en draps de différentes espèces, revêches, sommières, tricots, espagnolettes, ratines, molletons, vestipolines et flanelles ; en toiles peintes, en blanchisseries et en tanneries. Les draps, qui se fabriquent dans Beauvais et ses environs, reçoivent tous les apprêts dans cette ville, également renommée pour ses teintures. On y donne aussi le dernier apprêt aux belles toiles de Bulles, appelées mi-hollande. Dans la manufacture établie et possédée par M. Maurice Loignon, au faubourg Saint-Quentin, on fabrique des draps, des tricots et des flanelles propres à l’habillement des troupes ; elle contient aussi toutes les filatures nécessaires à la confection de ces étoffes. Cet établissement fournit à la ville de Beauvais une nouvelle branche d’industrie. Une autre manufacture, établie dans la ci-devant abbaye de Saint-Quentin, faubourg de ce nom, appartient à madame veuve Sallé. Cette fabrique réunit une filature de coton, le tissage, la blanchisserie et l’impression (Toiles peintes.). Au même faubourg sont aussi les manufactures de toiles peintes de M. Radel-Sallé, et de M. Gohier-Roger qui réunit la blanchisserie à son établissement. MM. Raneon et compagnie, sont propriétaires d’une filature de coton pour les tricots et cadis, qu’ils font fabriquer pour l’habillement des troupes. Enfin, au faubourg Saint-Jacques, M. Rival-Baron possède une blanchisserie. Le village de Saint-Just-des-Marais, près le faubourg Saint-Quentin, renferme une manufacture de toiles peintes, à M. Baron, neveu, et deux blanchisseries, l’une à M. Michel-des-Mazières; l’autre à M. Marceron. Dans le village de N.-D. du Thil, près des remparts, est aussi une manufacture de toiles peintes appartenant à M. Giroud204.

  • 205 Ibid., p. 466.

61Cette dernière manufacture était spécialisée dans la fabrication de mouchoirs, comme l’indique l’auteur dans la notice concernant Notre-Dame du Thil205.

  • 206 Voir supra, dans ce chapitre, la section « Le bas Moyen Âge, pouponnière de la plupart des faubour (...)
  • 207 Michel Béziers, Histoire sommaire de la ville de Bayeux, op. cit., p. 14.
  • 208 Isabelle Henry, Dumouriez, général de la Révolution (1739-1823): biographie, Paris, L’Harmattan, 2 (...)
  • 209 AM d’Angers, 1 Fi 1576, archive citée.
  • 210 Roland Andréani (dir.), Nouvelle Histoire de Nîmes, Toulouse, Privat, 2006, p. 152. Ces casernes s (...)
  • 211 Annie Gay & Jacky Theurot, Histoire de Dôle, op. cit., p. 163. Entre 1738 et 1743, des casernes so (...)
  • 212 Jean Sagnes (dir.), Histoire de Béziers, Toulouse, Privat, 2000, p. 182-184. À partir de 1695, Béz (...)
  • 213 Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel…, op. cit., vol. 4, p. 595. Cette caserne a été (...)
  • 214 Un plan indique également la présence d’une caserne : BNF, Cartes et plans, GeDD4121C145, Plan des (...)

62Toutefois, si cette présence des proto-industries est incontestable, elle ne constituait bien entendu en aucun cas une « loi » vérifiable dans tous les espaces faubouriens, certains gardant jusqu’à la Révolution un aspect et des fonctions essentiellement agricoles206. Retenons que lorsque certaines nuisances ou activités censées en provoquer furent expulsées hors les murs, elles devinrent également un noyau d’attraction économique dans le faubourg. Ce dont la ville ne voulait plus ou qu’elle ne pouvait plus accueillir était à même de créer de nouveaux points de fixations et de polarisation économiques. Un dernier exemple peut être fourni par l’expulsion des fonctions militaires. La création de casernes ou de camps d’entraînement était bien souvent synonyme pour la population d’une ville de la fin du fameux « logement des gens de guerre ». Dans les années 1770207, la mise en place, dans le cadre de la guerre d’indépendance des États-Unis, du champ de manœuvre militaire, dit camp de Vaussieux, situé aux portes de Bayeux dans le faubourg Saint-Patrice, fut révélatrice : ce camp put accueillir jusqu’à 30 000 soldats en manœuvre208. Ailleurs, c’était souvent des casernes militaires qui étaient installées dans les faubourgs, comme à Angers209 , Nîmes210 Dôle211, Béziers212, Nancy213 ou Montpellier214.

À partir du xviiie siècle : des faubourgs parfois planifiés

63Tous les éléments qui viennent d’être évoqués confortent l’idée que les faubourgs ont été d’abord les lieux privilégiés d’une urbanisation sauvage et anarchique, gérée tantôt par des acteurs privés, tantôt par la royauté ou les municipalités, sans souci toutefois d’une vision d’aménagement à long terme. Pourtant, à la fin de l’Ancien Régime, un basculement se produisit, au moment où le potentiel que représentaient ces espaces se fit plus évident. Les faubourgs purent alors être au cœur de certains objectifs de planification urbaine. Quels projets naquirent alors ? Selon les villes, l’ambition des planificateurs était aussi variable que la réussite, voire la viabilité des projets.

  • 215 Les articles de cette déclaration ont été plusieurs fois publiés. Voir par exemple Nicolas de La M (...)
  • 216 Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georg (...)

64Le 18 juillet 1724, la déclaration de Chantilly215 témoigna d’une forme d’inquiétude face au développement rapide des faubourgs au xviiie siècle. Concernant, certes, le développement parisien, elle avait conduit l’État à prononcer, en vain, l’interdiction de l’expansion des faubourgs216. Souvent, en province, les municipalités essayèrent d’une manière plus pragmatique d’accompagner cette extension en tentant de la contrôler, de la guider ou de la prévoir plutôt que de la freiner.

  • 217 AM de Lyon, 3 SMO 208 / 2, Projet d’un plan général de Lyon, et de son agrandissement, en forme ci (...)

65Assez rares furent finalement les exemples de faubourgs intégralement planifiés par les autorités municipales. Cela concernait généralement des grandes villes, disposant de suffisamment d’argent pour canaliser l’extension de l’espace bâti. Plusieurs exemples méritent toutefois d’être cités pour démontrer la réalité de ces opérations de planification, même lorsque celles-ci n’ont pas abouti, in fine. L’exemple des Brotteaux, à Lyon, est le plus instructif. L’architecte Jean-Antoine Morand présenta son « Projet d’un plan général de la ville de Lyon, et de son agrandissement en forme circulaire, dans les terrains des Brotteaux » en 1764 aux recteurs de l’Hôtel-Dieu, et en 1766 à « MM. les Prévôt et Échevins de la ville ». Son projet prévoyait la réalisation d’un nouveau quartier extra muros dans une zone humide et marécageuse, les Brotteaux, sur la rive gauche du Rhône, au nord d’un autre faubourg (la Guillotière). Ce quartier devait être relié par un nouveau pont franchissant le Rhône. Une trame viaire géométrique fut imaginée dans le nouveau faubourg par l’architecte, délimitant des lots à bâtir. Manifestement inspiré par le concept de « cité idéale » des philosophes grecs et de Léonard de Vinci, Morand espérait en fait que la construction de ce faubourg permettrait de faire de Lyon une ville ronde, centrée sur l’église Saint-Nizier217. Ce projet, d’abord rejeté par les recteurs de l’Hôtel-Dieu, fut finalement soutenu par le consulat lyonnais grâce à la force des arguments de Morand. Celui-ci expliqua que la ville était devenue trop petite et que la place manquait, notamment pour l’installation de manufactures.

Projet d’un plan général de Lyon, et de son agrandissement, en forme circulaire, dans les terrains des Brotteaux, par Jean-Antoine Morand, 1764.

Projet d’un plan général de Lyon, et de son agrandissement, en forme circulaire, dans les terrains des Brotteaux, par Jean-Antoine Morand, 1764.
  • 218 Yves Grafmeyer, Habiter Lyon : milieux et quartiers du centre-ville, Paris / Lyon, CNRS éditions / (...)

66Une quinzaine d’années plus tard, le résultat fut en partie une réussite. Un nouveau pont reliant la ville au faubourg fut construit. Il était géré par la compagnie du pont du Rhône. Parallèlement, les premières habitations sortirent de terre au sein de la parcelle du pré Morand. En revanche, tous les terrains ne furent pas bâtis et Morand se heurta rapidement à la frilosité des Lyonnais, peu enclins à s’établir en permanence dans un lieu aussi isolé. Si ceux-ci acceptaient volontiers de venir se promener dans ce nouveau quartier, peu d’entre eux décidèrent en effet de s’y installer, à cause de sa trop grande tranquillité, de l’insécurité nocturne ou des risques persistants de crue du Rhône. Comme dans d’autres lieux, la Révolution mit un coup d’arrêt au développement de ce faubourg, alors en pleine émergence. Le projet de Morand restait cependant visionnaire. C’est ce quartier des Brotteaux qui accueillit massivement par la suite, au xixe et au xxe siècles, la bourgeoisie lyonnaise de l’industrie et des affaires218.

  • 219 AM de Nantes, DD 232, Île Feydeau, 1721-1724.

67À Nantes, les contraintes du site de la ville, traversé par les bras de la Loire et l’Erdre, obligèrent assez tôt à se préoccuper des faubourgs, en raison des prix élevés de l’immobilier. La municipalité profita de la situation en lançant un projet d’aménagement de l’île Feydeau, puis, sur cette même île, du quartier de la Saulzaye. Le corps de ville trouva ici, plus facilement qu’à Lyon par exemple, des particuliers fortunés prêts à financer la majeure partie des travaux, dans l’espoir de profiter d’une belle plus-value dans un contexte de spéculation immobilière. Quatre-vingts actionnaires furent ainsi réunis sous l’impulsion du maire Gérard Mellier, qui joua ici un rôle primordial dans le réaménagement de l’île219. Après des débuts difficiles, la plupart des lots de l’île furent bâtis (au sein du quartier dit « Feydeau »), entre 1755 et 1770, selon une trame viaire orthogonale. Quant à la partie orientale de l’île, nommée la Saulzaye, elle fut réaménagée par la suite, entre les années 1780 et 1820.

  • 220 AM de Nantes, II 160, Quartiers Richebourg et Saint-Clément, Cours Saint-Pierre et Saint-André, xv (...)
  • 221 Pierre Lelièvre, Nantes au xviiie siècle : urbanisme et architecture, Paris, Picard, 1988, p. 114.

68D’autres projets virent le jour à Nantes, mais certains demeuraient inaboutis au moment de la Révolution française. Trois cas méritent d’être cités. À l’est, la construction d’une grande promenade, formée des cours Saint-André et Saint-Pierre, et située entre les anciens remparts et les faubourgs de Saint-Clément et de Richebourg, fut imaginée par l’architecte Ceineray220. Ce projet témoignait d’un certain manque d’ambition de la part de la municipalité ; mais encore faut-il souligner que ces aménagements étaient aussi freinés par l’opposition du clergé, gros propriétaire foncier dans ces deux faubourgs221. Les lots fonciers obtenus suite à l’arasement des murailles et à la construction des cours furent progressivement bâtis de logements jusqu’au milieu du xixe siècle.

  • 222 AM de Nantes, DD 225, Quartier Graslin, 1780-1789 et DD 228, Quartier Graslin, 1783-1791.

69La construction du quartier de Graslin doit aussi être citée. Situé près du quartier Saint-Nicolas, dont il devint le prolongement hors de la ville, il reposa sur la construction d’une place bordée d’immeubles et d’un théâtre. La municipalité ne fut pas cette fois-ci l’actrice principale de ces aménagements. Le premier rôle fut tenu par un dénommé Jean-Jacques Louis Graslin, qui donna son nom au quartier. Receveur général des fermes de Nantes, mais aussi homme d’esprit (il tenait salon dans sa maison), Graslin se fit surtout remarquer par ses actes. Tantôt chef d’entreprise (il créa une manufacture d’indiennes), spéculateur immobilier (il assécha des marais pour les lotir près de Savenay), il se lança en 1779 dans l’achat de terrains à l’est de la ville, hors les murs, pour les transformer en un nouveau quartier dont Arthur Young dit le plus grand bien lors de son passage à Nantes en 1788. Bénéficiant du soutien du consulat dans son projet222, Graslin se vit tout de même contraint de construire selon les normes imposées par l’ancien architecte voyer de la ville, Ceineray. À la Révolution, les travaux du quartier étaient déjà bien avancés et même, pour une partie des constructions, achevés.

  • 223 AD de Loire-Atlantique, C 332, Embellissement du quartier Saint-Clément, 1733-1789.

70Enfin, les faubourgs dont l’essor s’était fait anarchiquement purent également être remodelés par la municipalité nantaise, sur le modèle des transformations affectant plus généralement l’espace intra muros. Le faubourg Saint-Clément vit ainsi le voyer de la ville de Nantes déployer une intense activité au xviiie siècle : de nombreux alignements de bâtiments et des élargissements de rues furent ainsi opérés pour rendre cet espace plus fonctionnel223. Pour cela, des expropriations coûteuses furent nécessaires, après négociation avec les propriétaires lésés. Le manque d’espaces disponibles légitima ici encore de telles actions.

  • 224 AD de Seine-Maritime, C 215, Municipalités, édifices publics, Rouen, 1755-1764.
  • 225 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 216. Ce quartier était encore peu occupé à l (...)
  • 226 Bernard Gauthiez, « Rouen au xviiie siècle », art. cité, p. 80.

71À Rouen, la construction du nouveau faubourg Cauchoise fut l’occasion pour la municipalité de se doter d’un nouvel hôtel de ville à côté de la place du Vieux Marché, autorisant « les conseillers, maire et échevins à faire toutes les acquisitions des fonds et héritages situés au lieu indiqué pour son emplacement, suivant le plan qui en a été dressé224 ». En effet, dès 1749, les échevins avaient demandé à un architecte parisien d’origine rouennaise, Mathieu Le Carpentier, d’imaginer un plan intégrant la reconstruction de l’Hôtel de Ville dans un projet urbanistique ambitieux, à cheval sur la zone ouest de la ville et le faubourg. L’objectif était au départ de créer un quartier nouveau en dehors des remparts, dans une zone non bâtie, à l’ouest. Si le projet fut interrompu dans les années 1760 pour des raisons pécuniaires, une partie du faubourg se développa anarchiquement grâce à la vitalité de l’industrie. En outre, après le transfert de l’Hôtel-Dieu dans le faubourg Cauchoise en 1758, réalisé grâce à la destruction de 68 maisons, les planificateurs créèrent un damier presque régulier de rues larges225. À partir de 1778, le projet fut réactivé, « suivant un tracé tenant mieux compte de l’existant226 ». La rue de Crosne fut percée en 1780 pour faire le lien entre la place du Vieux-Marché et l’Hôtel-Dieu ; Elle fut rapidement bordée de magnifiques hôtels particuliers, formant une allée monumentale qui menait au faubourg Cauchoise.

  • 227 AD de Seine-Maritime, C 229, Municipalité et voirie urbaine, Rouen, 1757-1789.

72Relevons dans ce cas précis que le rôle de l’intendant fut prépondérant227. C’est lui qui joua à la fois la fonction de coordinateur et d’élément moteur du projet, même si la réalité de son application fut l’œuvre de l’échevinat rouennais.

  • 228 AD du Gard, JJ 7, Casernes de la ville de Nîmes, 1577-1746.
  • 229 Roland Andréani (dir.), Nouvelle Histoire de Nîmes, op. cit., p. 151.

73À Nîmes, la situation semble, au moins pour certains points, similaire à celle de la ville de Rouen. À partir de la fin du xviie siècle, la cité gardoise procéda à des actions ponctuelles, destinées autant à contrôler l’extension du territoire urbain qu’à stimuler la croissance des faubourgs. Alignements de maisons228, fossés comblés pour permettre la construction de deux avenues larges en lieu et place du rempart Nord229 (grand cours et petit cours) figurent parmi les principales actions d’aménagements réalisés aboutissant à une première transformation de la ville, qui cherchait manifestement à contrôler son étalement.

  • 230 Ibid., p. 160.
  • 231 AD du Gard, LL 39, Délibérations des consuls, 1751-1757. Dix ans après leur lancement, le consulat (...)
  • 232 AD du Gard, LL 38, Délibérations des consuls, 1747-1750.
  • 233 Roland Andréani (dir.), Nouvelle Histoire de Nîmes, op. cit., p. 168.
  • 234 Ibid., p. 172.
  • 235 AD du Gard, LL 46, Délibérations des consuls, 1783-1786.

74Mais ces aménagements au coup par coup n’étaient qu’un pis-aller, dans l’attente d’actions d’ampleur qui nécessiteraient davantage de moyens financiers. Dans les années 1740 fut d’abord lancé le lotissement du faubourg Richelieu selon un plan orthogonal230, à l’est de la ville, près des casernes. Puis, entre 1747 et 1749, d’autres travaux ambitieux furent lancés par le consulat ; réalisés sous l’égide de l’architecte Mareschal, ceux-ci ne furent jamais achevés, faute d’argent231. Fondé sur la construction d’un faubourg le long du quai de la Fontaine232 à l’ouest de la ville, mais aussi d’un escalier monumental traversant un jardin public adossé à la colline et menant à une terrasse avec balustrade233, le projet de Mareschal voyait clairement dans les espaces extra muros une possibilité de mettre en valeur l’urbs. Le plan le plus impressionnant demeura en 1785 le plan Raymond, qui prévoyait la suppression des remparts, le redécoupage des îlots d’habitation, la création d’espaces d’agrément et surtout « la fin de la dichotomie entre ville et faubourgs234 ». L’objectif était de permettre la « citadinisation » des faubourgs. Pour cela, les remparts furent démolis et permirent la création de plusieurs cours et rues reliant entre elles 8 places235, connectés au grand et petit cours.

  • 236 Jean-Paul Volle & Mireille Lacave, « La fin du Moyen Âge : des guerres de religion à la ville clas (...)
  • 237 AD de l’Hérault, C 7931, Place du Peyrou, 1686-1700 ; C 7932, Place du Peyrou, 1685-1729.

75Ce souci de mieux relier les villes à leurs faubourgs conduisit d’autres municipalités à aménager des places servant de jonction entre centre et espaces suburbains. À Montpellier, la création de la place du Peyrou en 1691, à l’ouest de la ville, servit de point d’appui pour l’essor des faubourgs Saint-Jacques et Saint-Guillem qui l’enserrent236. L’intendant, monsieur de Basville, joua un rôle actif dans la réalisation de ces travaux, très précoces au regard des autres villes237. L’accès à ce secteur depuis la ville se faisait par le franchissement d’un arc de triomphe construit par D’Aviler (1691-1693). Cette place extra muros apparaissait comme un belvédère dominant l’ouest de la ville.

  • 238 Robert Étienne (dir.), Histoire de Bordeaux, Toulouse, Privat, 2001, p. 244-245 ; Jean-Pierre Pous (...)
  • 239 ABM, XL A 39, Plan géométral de la ville de Bordeaux et parties de ses faubourgs, par Jean Lattré, (...)
  • 240 ABM, DD 25, Difficultés entre l’intendant Tourny et les Jurats, 1743-1774.

76À Bordeaux, Louis Urbain Aubert, marquis de Tourny et intendant de la province de Guyenne, rédigea le 15 février 1744 « Les projets que je forme pour embellir les dedans et les dehors de la ville de Bordeaux ». Le marquis prévoyait la construction d’un plan d’allées (devenues aujourd’hui les allées Tourny) faisant le circuit de la ville, liant ensemble une série de places créées au niveau des portes principales238. Ces différentes places avaient manifestement pour finalité de coudre les tissus urbains de la ville à ceux de ses faubourgs239. Si le projet a pu susciter des tensions entre l’intendant et la Jurade, notamment en ce qui concerne les financements et les ventes d’emplacements240, il put ici être mené à terme en raison de la volonté indéfectible du marquis de Tourny, qui le porta à bout de bras.

  • 241 AD des Bouches du Rhône, C 3867, Marseille, Voirie, Projet de construction d’un faubourg hors de l (...)
  • 242 Les archives indiquent qu’il est devenu riche en « ayant formé une compagnie opulente ».

77Durant la même période, certains projets fort ambitieux ne purent être réalisés. À Marseille, un projet de développement d’un faubourg, le long de la route en direction d’Aix, émergea dans l’esprit d’un promoteur au cours des années 1770241. Celui-ci, nommé Benavent242 et habitant à Paris, envisageait dès 1772 de construire un faubourg de « mille maisons de commerce connu et désigné sous le nom de Louis Quinze » hors la porte d’Aix. Il proposa d’avancer la somme de cinq millions de livres au roi pour obtenir « cette permission et des privilèges et prérogatives que sa majesté accordera aux négociants étrangers qui viendront occuper les maisons du faubourg lesquels seront déclarés naturalisés françois ». Ce projet parut pour beaucoup aussi bien pharaonique que peu viable économiquement. Benavent multiplia pourtant les actions de lobbying auprès des ministres et les courriers, notamment à l’attention du contrôleur général des finances et de l’intendant de Provence. Pourtant, l’idée ne vit pas le jour, car ni la royauté, ni la municipalité de Marseille n’y trouvèrent un intérêt. Dans ses argumentaires, Benavent promit pourtant monts et merveilles à tous. Un mémoire présenté au contrôleur général des finances en rappelle les principaux points :

Il a démontré que la population, l’agriculture et le commerce trouveront un accroissement réel dans cet établissement, qu’il y aura dans le port deux mille vaisseaux marchands de plus qu’il y en a actuellement, et trente mille matelots d’augmentation, qui dans un tems de guerre, seront utiles pour les vaisseaux du Roy, les droits de ferme et la consommation de denrées augmentera. Il entrera dans la ville de Marseille en l’espace de cinq années dix mille sujets qui n’y sont pas ainsi que cent millions en espèces, et environ six cents millions de crédits dont tous les états se ressentiront sans compter cinq à six branches de commerce très considérable qui n’existent pas dans cette ville qui deviendra sans nul doute la plus commerçante de l’Europe. Elle ne jouit pas à présent de cet avantage, puisque dans les tems malheureux, elle a été toujours en discrédit, parce que le nombre des négociants y est trop borné.

  • 243 AD des Bouches du Rhône, C 3867, archive citée. Terray explique la chose suivante : « Sans entrer (...)

78Face à ces arguments, les échevins marseillais et l’intendant de Provence gardèrent une ligne de conduite similaire et restèrent inflexibles. Il faut dire que ce projet, qualifié de « chimère » par les échevins marseillais, présentait plusieurs sources d’inquiétude. La méthode de Benavent déplut tout d’abord. Annonçant aux échevins que son projet « était sous les yeux des ministres », se permettant d’écrire directement au contrôleur général ou à l’intendant de Provence, en ne manquant jamais de rappeler dans ses courriers que son projet « se trouv[ait] du goût de tous les ministres, notamment du duc d’Aiguillon » qui l’« honor[ait] de ses bontés », Il fit montre à bien des égards d’une attitude vexatoire. Dans la réalité, dès octobre 1772, le contrôleur général Terray enterra ce projet. Il le rappela dans une lettre à son intendant d’Aix (Monsieur de Monthion), face à la multiplication des rumeurs dans la ville de Marseille sur la création de ce faubourg. Terray mentionna aussi l’attitude suspecte de Benavent et le contrat peu équitable qu’il voulait passer avec le roi243. En outre, ce projet restait davantage celui d’un promoteur sans scrupule que d’un architecte ou d’un urbaniste. Aucun plan n’a, semble-t-il, été envoyé par Benavent à ses différents interlocuteurs (comme l’avait fait Morand à Lyon), pas plus qu’un mémoire expliquant la finalité urbanistique de ses conceptions (comme l’avait fait Tourny à Bordeaux).

Plan de la ville de Toulouse, par Joseph Marie de Saget, 1777.

Plan de la ville de Toulouse, par Joseph Marie de Saget, 1777.
  • 244 Il s’agit du Projet pour le commerce et pour les embellissements de Toulouse lu dans une séance de (...)
  • 245 Ce Grand-Rond est aussi appelé « Boulingrin », version francisée du terme anglais « bowling green  (...)
  • 246 AM de Toulouse, DD 222, Esplanade, aujourd’hui Grand-rond, 1752 ; DD 223, Esplanade, aujourd’hui G (...)
  • 247 Robert Marconis, « Toulouse, l’embellissement de la ville », dans Jean-Luc Pinol, Atlas historique (...)
  • 248 Durant la révolution, l’ingénieur des Pont-et-Chaussées Le Masson proposa un Plan d’aménagement du (...)
  • 249 À Grenoble, l’ingénieur Martin Bouchet propose ainsi en 1787 la construction d’un faubourg sur l’î (...)

79Le cas marseillais n’était pas unique. À Toulouse, un projet d’aménagement des faubourgs connut lui-aussi un échec, mais plus relatif. En 1752, l’urbaniste Louis de Mondran présenta devant l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse un projet ambitieux, qui prévoyait l’aménagement d’un nouveau quartier extra muros prolongeant le quartier parlementaire Saint-Étienne244. L’objectif était d’organiser ce nouveau quartier autour d’un jardin ovale, devenu aujourd’hui le « Grand-Rond245 ». Ce jardin permettait de faire rayonner cinq promenades plantées d’arbres, d’une largeur de 30 toises (54 mètres environ). Des achats et échanges de terrain, de maisons et de granges eurent lieu dès 1752, à la demande du capitoulat qui souhaitait au départ construire une simple promenade dans cette zone246. Si la trame viaire nouvelle et les plantations d’arbres furent bien réalisées à partir de 1757, des problèmes pécuniaires empêchèrent le développement du bâti d’habitation247. Ne demeurait donc à la Révolution qu’un ensemble de voies bordées d’arbres, qui guideront cependant l’urbanisation de cette zone au xixe siècle. Des jalons furent donc posés pour un mitage cohérent de l’espace suburbain oriental de Toulouse, un peu à l’image de ce que le faubourg Saint-Sever de Rouen put connaître248. Dans d’autres villes de France, des projets émergèrent également dans les esprits d’ingénieurs, sans que ceux-ci rencontrent le moindre écho (ou presque) auprès des autorités municipales ou des intendants249.

Le regard des contemporains : voyageurs et géographes

  • 250  Dans les thèses de Maurice Garden ou René Favier, ces descriptions de contemporains ont même joué (...)
  • 251 Claude Petitfrère, Images et imaginaires de la ville à l’époque moderne, Tours, Maison des Science (...)
  • 252 Bernard Lepetit, « L’évolution de la notion de ville d’après les tableaux et descriptions géograph (...)

80Devenu un passage quasi incontournable pour nombre de travaux historiques250, le travail sur les « représentations », bien que riche251, n’est pas sans danger252, loin s’en faut, qu’il prenne source dans les dictionnaires ou dans les récits de voyages. De nombreux auteurs de dictionnaires géographiques ont la fâcheuse habitude de recopier les uns sur les autres ; trouver plusieurs fois des notices similaires n’est donc absolument pas la preuve d’un discours dominant sur un sujet. Les récits de voyageurs sont également porteurs d’un regard biaisé  : ils ne retransmettent jamais véritablement les représentations datant de l’époque moderne, et ce sont tout au plus celles de certaines élites qui sont développées. En d’autres termes, le risque est grand de se laisser abuser par un effet de sources, et de considérer certaines visions comme collectives, alors qu’elles sont strictement individuelles, ou qu’elles reflètent, dans le meilleur des cas, celles d’un groupe minoritaire, qui seul avait la possibilité de laisser des traces écrites.

81La lecture des différents dictionnaires géographiques, publiés essentiellement aux xviie et xviiie siècles, s’avère en outre décevante. Force est de constater que ceux-ci ne considéraient pas les faubourgs comme des espaces méritant à eux seuls une notice. Lorsqu’ils étaient évoqués, c’était pour mieux décrire de grandes villes françaises ou pour mentionner une particularité, une originalité qui les distinguait du commun des espaces faubouriens.

  • 253 Thomas Corneille, Dictionnaire universel, op. cit., vol. 2, p. 537.
  • 254 Ibid., vol. 1, p. 419 : « De l’autre côté du port est la belle église de Notre-dame de Recouvrance (...)
  • 255 Ibid., vol. 2, p. 227.
  • 256 Ibid., vol. 2, p. 685.
  • 257 Ibid., vol. 3, p. 627.

82Le Dictionnaire de Thomas Corneille ne mentionnait ainsi brièvement l’existence de faubourgs que lorsqu’il décrivait certaines villes, comme Lyon253 ou Brest254, mais ne prit pas la peine de les décrire lorsqu’ils étaient de taille très réduite comme à Grenoble255. Quelques faubourgs étaient à peine mieux détaillés, comme ceux de Nantes, qui, au nombre de quatre, présentaient pour certains des signes d’urbanité. Il était ainsi expliqué, en une description sommaire, que « celuy du Marché a ses portes et ses murailles, avec des places, de grands palais, des rues toutes entières remplies de maisons de riches marchands et de belles églises, entre lesquelles celle des Jésuites se distingue256 ». Il en allait de même concernant les faubourgs de Tours, qui trouvaient grâce auprès de l’auteur. Celui-ci signalait que « la plus grande rue commence au faubourg Saint-Pierre-des-Corps, qui est enfermé présentement dans la ville, où de nouvelles murailles ont été bâties avec d’autres fortifications de grand circuit, qui renferment presque tous les faubourgs257 ». Toutefois, ces faubourgs n’étaient plus désormais des quartiers de la ville, en dépit du maintien de leur ancienne dénomination. Quant aux faubourgs de Bordeaux, de Bourges, de Toulon, ou de Valenciennes, ils n’étaient même pas évoqués.

  • 258 Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Grand Dictionnaire…, op.cit., vol. 1, p. 293.
  • 259 Ibid., vol. 1, partie 3, p. 89. Dans ce faubourg se concentre toute l’activité du négoce de vin. E (...)

83Pour d’autres auteurs, comme Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, les critères permettant d’évoquer l’existence d’espaces suburbains semblaient quasiment identiques ; la taille importante ou des monuments exceptionnels étaient indispensables pour parler d’un faubourg, mais ces arguments, parfois, ne suffisaient même pas. Dans le cas d’Annecy, Bruzen de la Martinière mentionnait par exemple qu’il y avait « quatre portes à cette ville, outre celle du château », précisant qu’ « elles communiqu[ai]ent à quatre fauxbourgs, dont trois sont assez considérables ; celui du Bœuf, celui du Sépulchre et celui de la Perrière. Le fauxbourg du Bœuf tire son nom d’un temple des payens qui y adoroient un bœuf258 ». À Bordeaux, comme d’autres auteurs, il expliquait que « le faubourg des Chartreux, ou faubourg du port, eft fans doute l’un des plus beaux qu’il y ait en Europe, par fon étendue & par la magnificence de fes bâtimens259 ». À Nantes, il insistait sur le fait que l’ 

  • 260 Ibid., vol. 4, p. 476.

On compte plus de cent mille habitants, tant dans la ville que dans les fauxbourgs. Ils sont au nombre de quatre : Saint-Clément, le Marché, la Foffe et Pillemil. Celui de la Foffe est près du port, & habité par de riches marchands. La bourfe est proche le port au vin ; on y a construit un très-bel édifice , c’est le siège de la juftice concernant les affaires du commerce. Il y a un grand quai, le long duquel on voit de belles maifons & de grands magazins260

  • 261 Ibid., vol. 1, p. 272.
  • 262 Ibid., vol. 1, p. 282.
  • 263 Ibid., vol. 4, p. 693-696.
  • 264 Ibid., vol. 4, p. 115-118.

84En revanche, rien n’est dit précisément sur les faubourgs d’Angers, si ce n’est que ceux-ci rassemblaient 4 des 12 paroisses de l’agglomération261. Dans la notice d’Angoulême262, comme dans celles d’Orléans263 ou de Marseille264, les faubourgs n’étaient absolument pas évoqués par l’auteur.

  • 265 François Des Rues, Description contenant toutes les singularités des plus célèbres villes et place (...)
  • 266 Ibid., p. 621-624.
  • 267 Ibid., p. 123-129.
  • 268 Ibid., p. 299-319.
  • 269 Ibid., p. 508-514.
  • 270 Ibid., p. 270 ; L’auteur indique que « l’on void encor les ruines d’un amphitheatre nommé Grohan, (...)
  • 271 Ibid., p. 271. Il y a dans le faubourg Saint-Laud « une Eglife canoniale, dans laquelle eft une be (...)

85François Des Rues, lui, n’évoqua les faubourgs que lorsque ceux-ci abritaient des ruines de l’Antiquité ou revêtaient une importance religieuse, par la conservation de reliques, d’églises ou de monastères remarquables. C’est ainsi que les faubourgs lyonnais265, bordelais266, orléanais267, rouennais268 ou dijonnais269 ne furent pas évoqués un seul instant par l’auteur. Par contre, pour la ville d’Angers, les faubourgs de Bressigny270 et de Saint-Laud271 furent bien décrits ; ce sont, chez François Des Rues, des exceptions.

  • 272 Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel…, op. cit., vol. 1, p. 119-126.
  • 273 Ibid., p. 338-344.
  • 274 Ibid., vol. 1, p. 147-153.
  • 275 Ibid., p. 35-56. Dans le cas lyonnais, l’auteur mentionne simplement l’existence de quatre faubour (...)
  • 276 Ibid., p. 16-23.
  • 277 Ibid., vol. 5, p. 564-586.
  • 278 Ibid., vol. 4, p. 334-345.
  • 279 Ibid., vol. 1, p. 486-500.
  • 280 Il s’agit du faubourg Saint-Seurin.

86L’étude du dictionnaire de Mathieu-Robert De Hesseln montre également que le faubourg n’est cité que lorsqu’il présente des qualités, notamment architecturales. En règle générale, cet auteur ne se référait pas aux faubourgs comme à des espaces méritant à eux seuls des informations particulières. À Amiens272, Angers273 Angoulême274, Lyon275, Orléans276, Rennes277 ou Marseille278, les faubourgs n’ont pas du tout pas été décrits. Par contre, à Bordeaux279, ville dotée de grands faubourgs, Mathieu-Robert de Hesseln fut beaucoup plus loquace. Il expliqua notamment que « le fauxbourg des Chartreux, qu’on appelle aussi le fauxbourg du Port, est un des plus magnifiques qu’il y ait en Europe, tant pour l’étendue que pour la somptuosité des bâtiments ». Il mentionne également le « fauxbourg de Saint-Surin280 » où il y a « une collégiale du même nom : ce chapitre, après celui de la cathédrale, est le plus considérable du pays ». Enfin, évoquant les différentes places de la cité girondine, Mathieu-Robert de Hesseln expliqua :

La plus belle est sans contredit la place royale que la ville de Bordeaux fit faire en 1733 dans le fauxbourg de Chapeau-Rouge, sur les desseins et sous la conduite de M. Gabriel, premier architecte du roi, & qui est ornée de bâtiments magnifiques. C’est au milieu de cette place que la ville a fait élever à ses frais une statue équestre du roi en bronze, de 14 à 15 pieds de haut sans le piédestal. La statue est l’œuvre de M. Le Moine, de l’académie royale de peinture & de sculpture ; ce sculpteur célèbre a représenté le roi avec l’habillement de l’héros de l’Antiquité, & tenant un bâton de commandement. 

  • 281 Ibid., vol. 1, p. 376-383.

87À Bayonne281, le faubourg Saint-Esprit eut aussi droit à une description détaillée, probablement parce qu’à l’époque, on y comptait

5 800 personnes de tout âge et tout sexe, dont 2 300 chrétiens et 3 500 juifs. Les premiers sont presque tous artisans, qui, sans être maîtres de la ville, ont la liberté de travailler dans le fauxbourg où ils demeurent, & d’ouvrir des boutiques. Les juifs sont tous négociants ou marchands de toutes sortes d’étoffes. Ils y jouissent d’une liberté entière, et de beaucoup de franchises, ce qui facilite beaucoup leur commerce, qui est très considérable. 

88Outre ces éléments, Mathieu-Robert de Hesseln accorda surtout une importance prioritaire aux bâtiments et institutions religieux (commanderie et collégiale de l’ordre de Malte, église collégiale) ainsi qu’aux éléments d’urbanisme remarquables. C’est ainsi qu’il expliqua que « la place du fauxbourg Saint Esprit est ornée d’une fontaine qui fournit la plus grande partie de l’eau que l’on boit dans la ville ». Pour Nantes, l’auteur se montra également très précis, accordant à chaque faubourg une description de quelques lignes. Il se montre particulièrement disert concernant le faubourg de la Fosse :

  • 282 Ibid., vol. 4, p. 608.

Le quartier de la Foffe eft fans contredit le plus riche, le plus étendu & le plus peuplé de tous les fauxbourgs de Nantes : il eft habité depuis environ un fiècle & demi par les plus fameux négocians et marchands, exceptés ceux qui fe font établis depuis peu dans l’île Feydeau282.

  • 283 Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle F (...)
  • 284 Ibid., vol. 1, p. 588.
  • 285 Ibid., vol. 2, p. 361.
  • 286 Ibid., vol. 1, p. 109-110.
  • 287 Ibid., vol. 1, p. 1035-1040.
  • 288 Ibid., vol. 2, p. 515.
  • 289 Ibid., vol. 2, p. 715-716.
  • 290 Ibid., vol. 2, p. 775-776. L’auteur mentionne simplement des monastères situés dans les faubourgs.
  • 291 Ibid., vol. 2, p. 900-903
  • 292 Ibid., vol. 3, p. 665-667.

89Claude-Marie Saugrain n’accorda de l’importance que dans de rares cas aux faubourgs des grandes villes du royaume de France. Son dictionnaire est peut-être le moins intéressant de tous à ce sujet. À l’entrée Bordeaux, l’auteur se contenta à la fin de la notice de mentionner que « le fauxbourg du Chartron ou des Chartreux eft le plus beau & le plus étendu qu’ait aucune ville de l’Europe283. » La notice sur Caen précisait que la ville normande « a deux grands faubourgs sur les coteaux voisins284 ». À Lyon, il expliqua que la ville a « quatre grands faubourgs », en soulignant la particularité de « celui de S.-Juft ou S.-Irénée, fur le chemin de Montbrifon, lequel jouit des mêmes privilèges que la Ville & est fujet aux mêmes charges285 ». À Angers286, Dijon287, Marseille288, Montpellier289, Nantes290, Orléans291 ou Toulouse292, les faubourgs ne furent même pas décrits, alors que dans certaines de ces cités, leur taille pouvait être parfois importante.

  • 293 Parfois, les auteurs de dictionnaires avouent eux-mêmes tirer les informations de leurs confrères  (...)

90Pousser plus loin une telle étude n’a pas grand sens. En effet, les dictionnaires des géographes sont globalement tous rédigés de la même façon : tous fournissent une énumération des qualités que présentent les villes et provinces du royaume (architecture, monuments, places, économie, commerce...). D’un livre à l’autre, il est possible de retrouver des descriptions similaires, voire des phrases identiques, ce qui laisse à penser qu’il y eut des plagiats, au moins partiels, entre auteurs, ou bien que ceux-ci travaillèrent à partir des mêmes documents293. Par conséquent, toute tentative d’exploitation statistique est ici rendue caduque. En outre, l’ensemble de ces écrits ne traduit évidemment pas le regard réel des habitants de la modernité, mais la vision d’une élite sur un espace idéalisé, la ville, en fonction de laquelle les faubourgs sont systématiquement définis par comparaison (lorsqu’ils sont mentionnés). Par-dessus tout, les auteurs ne s’intéressèrent vraiment aux faubourgs que lorsque ceux-ci présentaient des signes d’urbanité manifeste : intérêt architectural, dynamisme économique ou encore rayonnement religieux.

91Quant au regard des voyageurs de l’époque moderne, leur étude s’avère a priori plus intéressante. La rédaction d’un récit de voyage était généralement moins codifiée et offrait moins de possibilités de plagiat. De cette originalité, on serait donc à même d’espérer davantage de remarques pertinentes sur les espaces faubouriens. Pourtant, les descriptions des voyageurs ne semblèrent accorder de place aux faubourgs des villes françaises que dans certains cas très précis. Il fallait que ceux-ci présentassent une originalité méritant d’être mentionnée pour espérer voir leurs noms apparaître dans ces écrits. Sans chercher à être exhaustif, onze récits de voyages, parmi les plus intéressants, ont été étudiés.

  • 294 Olivier Zeller, « En tournée avec un fermier général : le journal de voyage de Jacques-Joseph Brac (...)
  • 295 Olivier Zeller, Les Brac, une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la Troisième Répub (...)

92Le premier d’entre eux, celui du fermier général lyonnais Jacques-Joseph Brac de la Perrière, retrace son voyage à travers les villes suivantes : Orléans, Blois, Amboise, Tours, Châtellerault, Poitiers, Niort, La Rochelle, Rochefort, Bordeaux, Bayonne. Il ne mentionna qu’à cinq reprises la présence des faubourgs dans les villes qu’il traversa294. Très intéressé par l’architecture et les paysages (aussi bien urbains que ruraux), il s’étonna de la taille des faubourgs qu’il traversait, alors même que dans sa ville, le faubourg de la Guillotière n’était probablement pas moins étendu. Pour entrer dans certaines villes situées le long d’un cours d’eau (Tours, Amboise, Orléans), le passage par le faubourg était indispensable. C’est surtout dans sa description du quartier des Chartrons de Bordeaux que Jacques-Joseph Brac de la Perrière fut le plus précis, car ce dernier présentait un profil social bien différent de ceux des faubourgs lyonnais, majoritairement populaires : « D’abord se présente le fauxbourg de Chartron qui est très long, peu large, riche par les négociants qui y demeurent et très bien bâti295. »

  • 296 Félix & Thomas Platter, Félix Platter et Thomas Platter à Montpellier, 1552-1559, 1595-1599 : note (...)

93Félix et Thomas Platter, lorsqu’ils mentionnaient (rarement) la présence de faubourgs, insistaient aussi généralement sur leurs qualités. Par exemple, traversant la ville de Narbonne, Thomas Platter explique qu’elle « est précédée d’un faubourg, où sont les meilleures auberges, parce que les portes de la place se ferment tôt et s’ouvrent tard296 ».

  • 297 Sébastien Locatelli, Voyage de France : mœurs et coutumes françaises (1664-1665), présenté par Ado (...)
  • 298 Ibid., p. 37.
  • 299 Ibid., p. 117.

94Sébastien Locatelli n’évoqua les faubourgs que lorsqu’ils étaient de grande taille. À Chambéry, il prit « un logement dans le faubourg, qui par sa longueur, le nombre de ses boutiques et de ses habitants, ferait bien une ville à lui seul297 ». Arrivant à Lyon, il évoque « un long faubourg nommé la Guillotière298 », sans donner toutefois plus de précisions. Quant à Paris, Locatelli fit allusion aux « trois faubourgs réunis à la ville par le Cardinal Mazarin » quelques années auparavant, et se dit très impressionné par le faubourg Saint-Germain, « plus grand à lui seul que Bologne299 ».

  • 300 Jean-Aymar Piganiol de La Force, Nouveau Voyage en France [1740], Paris, éditions Théodore Legras, (...)
  • 301 Ibid., vol. 2, p. 76.
  • 302 Ibid., vol. 1, p. 218.

95Quant à Jean-Aymar Piganiol de la Force, il fut manifestement intéressé par les faubourgs, car il mentionna régulièrement ceux-ci dans son récit de voyage. Son approche était toutefois plus proche des auteurs de dictionnaires, puisqu’il ne se contentait pas de décrire ce qu’il voyait et de livrer ses impressions de voyage ; il rédigeait en outre un véritable travail d’érudition. À Orléans, il mentionna « un magnifique pont de pierre, large & long » qui « traverse la Loire et conduit à un fauxbourg, le Portereau300 ». À Montpellier, il s’extasia sur la place du Peyrou, « une promenade hors la ville. C’eft une des plus belles places du Royaume, par fa situation & par la vue étendue qu’elle donne de tous côtés, tant sur la mer que sur les Pyrénées & montagnes voisines301 ». À Corbeil, il expliqua que « le fauxbourg, qui est au-delà du pont, a une fituation charmante fur un côteau rempli de jardins302 ». De manière générale, il évoqua, au moins brièvement, les faubourgs dans une majorité des villes qu’il traversa (Blois, Lyon, Vannes...)

  • 303 Maihows (Docteur), Voyage en France, en Italie et aux îsles de l’Archipel : ou Lettres écrites de (...)

96Le docteur Maihows, voyageur anglais en France au milieu du xviiie siècle, délivrait pour sa part des descriptions d’une rare indigence sur les villes qu’il traversait, se contentant de donner son avis sur les bâtiments religieux visités303. À Roanne, à Lyon, à Avignon ou à Marseille, il ne prit jamais la peine de décrire les faubourgs. Il essaya tout au plus de relater à sa façon des anecdotes qu’il avait pu glaner ici ou là concernant les villes qu’il parcourait.

97Son compatriote Arthur Young, en bon anglais et féru d’agronomie, chercha avant tout au cours de ses voyages à comparer la France avec son pays (concernant la nourriture, la courtoisie des habitants, la qualité des auberges...) ou à décrire des innovations ou des retards agricoles. De ce fait, les descriptions de villes et surtout de faubourgs étaient assez rares dans ses récits. À deux reprises uniquement, il mentionna des faubourgs. À Bordeaux, il écrivit son étonnement de la planification urbaine en cours :

  • 304 Arthur Young, Voyages en France dans les années 1787, 1788 et 1789, Paris, Union générales d’éditi (...)

Dans tous les faubourgs, on trouve de nouvelles rues, d’autres sont tracées et en partie bâties. On y trouve en général des maisons petites et moyennes, pour les commerçants d’une classe inférieure. Toutes sont en pierre blanche, et, une fois terminées, ajoutent beaucoup à la beauté de la ville304

  • 305 Ibid., p. 94.

98Quelques jours plus tard, rendant visite à un ami, le marquis de Guerchy, Arthur Young se vit proposer de visiter la foire de Guibray dans un faubourg de Falaise, car c’était « la seconde foire de France305 ».

  • 306 Jérôme Lippomano, « Voyage de Jérôme Lippomano, ambassadeur de Venise en France en 1577 », dans Ni (...)
  • 307 Ibid., p. 303.

99Au xvie siècle, le secrétaire du Vénitien Jérôme Lippomano, ambassadeur en France, a laissé quelques descriptions de villes, dans lesquelles il évoqua rarement des espaces suburbains. Avant tout intéressé par la relation des principaux événements des guerres de religion, il témoigna de peu d’intérêt pour l’urbanisme. Ce n’est qu’au détour de certaines phrases que l’on peut recueillir certaines informations. De passage à Orléans, il témoignait de sa surprise, expliquant que les faubourgs étaient « plus grands que la ville306 », tout comme à Blois307. Pour le reste, son récit est d’une grande indigence pour notre sujet.

  • 308 Mehmed Efendi, Le Paradis des infidèles, un ambassadeur ottoman en France sous la Régence, Julien (...)

100Mehmed Efendi, ambassadeur ottoman se rendant en France en 1720, relata pour sa part l’ensemble de son trajet, l’aller puis le retour, depuis la ville de Sète jusqu’à Paris. Très succinct sur la description des villes qu’il traversait pour rejoindre Paris (Toulouse, Bordeaux, Poitiers, Blois, Orléans...) il ne mentionna les faubourgs que de manière allusive. Il évoqua ainsi rapidement celui de Saint-Marceau à Orléans : « La Loire coule entre la ville et le faubourg. Après avoir traversé le faubourg, je passai la rivière sur un pont et j’entrai dans la ville308. » Par contre, concernant le voyage retour, lors duquel il traversa Dijon, Bourg-en-Bresse, Lyon, Vienne, Nîmes ou Montpellier, sa plume ne décrivit jamais l’existence de faubourgs, quand bien même il donna son avis sur les qualités architecturales d’une cité. Ses écrits sont donc eux aussi peu intéressants sur notre sujet.

  • 309 Élie Brackenhoffer, Voyage en France…, op. cit., p. 3.
  • 310 Ibid., p. 103.
  • 311 Ibid., p. 85.

101Élie Brackenhoffer est à peine plus prolixe que les autres voyageurs concernant les faubourgs. À Chartres, il se contenta de mentionner qu’il logeait dans un faubourg (le Grand Dauphin309), tout comme à Saintes310. Il fut plus précis cependant concernant les espaces suburbains de Nantes, pour bien mettre en évidence que l’un d’entre eux était le poumon économique de l’agglomération311 :

À toutes les portes, il y a des faubourgs, qui se prolongent loin. Le plus important se nomme la Fosse ; Il est au bord de la Loire, à l’endroit où abordent les grands vaisseaux et autres bateaux, qui remontent ou descendent le fleuve. Les plus grands ne vont pas jusqu’à la ville, mais s’arrêtent à 4 milles en aval. Les négociants les plus importants demeurent à la Fosse, ils ont de splendides maisons comme il n’y en a pas de pareilles dans la ville. Et c’est là que se fait le plus grand trafic, on a commencé à y bâtir en 1644 une belle Bourse. C’est un joli et élégant édifice, tout en pierres de taille, et décoré le mieux du monde de rinceaux et autres ornements. Il est près du fleuve, et quand il sera achevé, il sera un des plus beaux monuments de la ville. 

  • 312 Just Zinzerling (dit Jodocus Sincerus), Voyage dans la vieille France, 1612-1616…, op. cit., p. 59 (...)
  • 313 Ibid., p. 60.
  • 314 Ibid., p. 76.
  • 315 Ibid., p. 91.
  • 316 Ibid., p. 107.
  • 317 Ibid., p. 112.
  • 318 Ibid., p. 116.
  • 319 Ibid., p. 266.

102Soucieux de transmettre de solides indications à ses compatriotes, le récit de Just Zinzerling était quant à lui particulièrement riche en anecdotes, notamment concernant les faubourgs. À Orléans, il mentionna ainsi le faubourg de Portereau, indiquant que « celui-ci est vaste et élégant, et renferme plusieurs hôtelleries pour l’usage des paysans qui apportent des denrées de la Sologne312 ». Il expliqua aussi qu’ « on fait aux environs [de la ville] des promenades charmantes au milieu des vignobles, qui sont coupés de jardins et de plaines fertiles313 ». À Bourges, le voyageur évoqua le faubourg de Saint-Privat, dans lequel « il y a une source gazeuse où, pendant l’été ; tu verras tous les matins une grande affluence de gens venir chercher la santé. On dit que ces eaux sont favorables surtout à ceux qui souffrent de la pierre314 ». Dans les faubourgs de Moulins « mais principalement dans celui qui tire son nom du couvent des Carmélites », vivaient « un grand nombre d’artisans qui fabriquent des couteaux et des ciseaux d’une excellence reconnue315 ». À Châteaudun, « les faubourgs sont étendus et renferment des maisons plus belles que celles de la ville316 ». À Tours, Just Zinzerling soulignait que « les faubourgs sont beaux et grands ; l’un d’eux, situé au-delà de la Loire, est relié à la ville par un pont élégant. Il faut habiter celui qui touche le fleuve317 ». Toujours dans la vallée ligérienne, il évoquait les « élégants faubourgs318 » de Saumur. À Lyon, le faubourg de la Guillotière était selon lui connu pour abriter « un grand nombre d’auberges et de cabarets, qui ont presque tous des jardinets et des vergers, remplis de buveurs dans la belle saison319 ». Par contre, il ne sembla pas impressionné, comme le furent ultérieurement les voyageurs du xviiie siècle, par les faubourgs de Nantes et de Bordeaux, encore peu développés à l’époque.

  • 320 Jacques-Louis Ménétra, Journal de ma vie [1982], Daniel Roche (éd.), Paris, Albin Michel, 1998, p. (...)
  • 321 Ibid., p. 65.
  • 322 Ibid., p. 75.
  • 323 Ibid., p. 128.

103De tous les voyageurs, c’est cependant Jacques-Louis Ménétra qui est le plus loquace sur les faubourgs, car il semble, au fil de son périple, y trouver un terrain propice à ses grivoiseries. À Bordeaux, le compagnon vitrier chercha et trouva des prostituées au-delà des murs, près du Château Trompette320. Dans la même ville, il se promena dans les « allées de Tourny » avant de se battre avec un autre promeneur. À Nantes, il passe une partie de son temps libre dans le faubourg de la Fosse où, après avoir essayé d’embrasser une limonadière par défi, il se trouva à nouveau mêlé à une altercation physique321. À Toulouse, Ménétra se promena le dimanche hors les murs, dans le faubourg Saint-Michel322. Ce fut encore l’occasion pour lui de nouer une relation avec une femme. À Lyon, il participa, au cours d’une grande fête compagnonnique, à un banquet organisé « du côté de la Guillotière323 ».

  • 324 Bernard Lepetit, Les Villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 68-6 (...)

104Bernard Lepetit avait montré comment la description des villes dans les ouvrages de géographie et de voyage répondait à un triptyque reposant sur les trois critères d’urbanisme, de sociabilité et d’architecture324. Les faubourgs ne semblent pas déroger à cette règle dans les présentations que nous avons consultées, même si dans certains cas, plutôt rares, ce fut leur originalité qui leur permit d’être mentionnés.

105Au-delà de ces exemples, la façon dont ils sont décrits et identifiés révèle des fonctions multiples assignées aux faubourgs par les hommes de l’Ancien Régime. Espaces d’opportunités, mais aussi de déclassement voire de refoulement, les faubourgs n’étaient généralement pas vus comme de véritables territoires urbains, en dépit d’une existence et de relations avec la ville souvent pluriséculaires. Un changement d’appréhension de ces espaces se produisit toutefois au xviiie siècle, car les frontières mentales et physiques de nombreuses villes furent repoussées bien au-delà des remparts, en raison d’une forte croissance démographique et d’un étalement urbain significatif.

Notes

1 Xavier Lafon, Jean-Yves Marc & Maurice Sartre, « La ville antique », dans Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, 2 vol., De l’Antiquité au xviiie siècle : genèse des villes européennes, op. cit., vol. 1, p. 82.

2 Évoquant les cas de Crotone et de Locres, Xavier Lafon, Jean-Yves Marc et Maurice Sartre expliquent que le mur de fortification de ces villes « ne constitue jamais une limite contraignante au développement urbain », même lorsque des réserves foncières non bâties existent encore à l’intérieur de l’enceinte. Voir à ce propos Xavier Lafon, Jean-Yves Marc & Maurice Sartre, « La ville antique », dans Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, 2 vol., De l’Antiquité au xviiie siècle : genèse des villes européennes, op. cit., vol. 1, p. 93.

3 Xavier Lafon, Jean-Yves Marc & Maurice Sartre, « La ville antique », dans Jean-Luc Pinol, ibid.

4 Robert Bedon (éd.), Suburbia..., op. cit.

5 Le terme de faubourg ne semble apparaître qu’au xiie siècle ; par contre, nombre d’espaces suburbains existant avant cette période ont un nom dès leur création qui les distingue de la ville. Voir Alain Faure, « Un faubourg, des banlieues ou la déclinaison du rejet », art. cité, p. 8-9.

6 Patrick Boucheron, Denis Menjot & Marc Boone, « La ville médiévale » dans Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, 2 vol., De l’Antiquité au xviiie siècle : genèse des villes européennes, op. cit., vol. 1, p. 298-305.

7 Stéphane Lebecq, « Le devenir économique de la cité antique et le début de la cité médiévale (ve-ixe siècles) », dans Claude Lepelley (éd.), La Fin de la cité antique et le début de la cité médiévale (fin iiie-avènement de Charlemagne), Bari, Edipuglia, 1996, p. 287-307. Voir également Stéphane Lebecq, Les Origines franques : ve-ixe siècles, Paris, Éditions du Seuil, 1990.

8 Patrick Boucheron, Denis Menjot & Marc Boone, « La ville médiévale » dans Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, De l’Antiquité au xviiie siècle : genèse des villes européennes, op. cit., vol. 1, p. 305.

9 Simone Roux, Le Monde des villes au Moyen Âge : xie-xve siècles, Paris, Hachette, 2004, p. 37-42

10 Patrick Boucheron, Denis Menjot & Marc Boone, « La Ville médiévale », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, De l’Antiquité au xviiie siècle : genèse des villes européennes, op. cit., vol. 1, p. 369.

11 Jean Guilaine & Daniel Fabre (dir.), Histoire de Carcassonne, Toulouse, Privat, 2001, p. 60.

12 André Pelletier & Jacques Rossiaud (dir.), Histoire de Lyon, Le Coteau, Horvath, p. 321.

13 Jean-Clément Martin, « L’évacuation et les “lignes de pont” », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Atlas historique des villes de France, Paris, Hachette / Centre de cultura contemporània de Barcelona, 1996, p. 288.

14 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1982, p. 56 ; Voir également Bernard Gauthiez, « De l’Antiquité à la ville normande », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 72. La construction d’un pont de pierre sur la Seine au xiie siècle joue un rôle décisif pour permettre l’essor du faubourg Saint-Sever.

15 Jean-Louis Biget (dir.), Histoire d’Albi, Toulouse, Privat, 2000, p. 89.

16 Michel Taillefer (dir.), Nouvelle Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 2002, p. 68-71.

17 François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 34.

18 Jacques Michaud & André Cabanis (dir.), Histoire de Narbonne, Toulouse, Privat, 1981, p. 180-181.

19 Jean-Pierre Rocher (dir.), Histoire d’Auxerre des origines à nos jours, Le Coteau, Horvath, 1984, p. 74.

20 Jacques Le Goff, « Apostolat mendiant et fait urbain dans la France médiévale, l’implantation géographique et sociologique des ordres mendiants (xiiie-xve siècles) », dans Annales ESC, vol. 23, nº 2, 1968, p. 335-352 ; « État de l’enquête sur “ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale” », dans Annales ESC, vol. 25, nº 4, 1970, p. 924-946 ; « France du Nord et France du Midi dans l’implantation des ordres mendiants au xiiie siècle, dans Cahiers de Fanjeaux, vol. 8, 1973, p. 133-140.

21 Ludovic Vitet, Histoire de Dieppe, Paris, Charles Gosselin, 1844, p. 49. Jusqu’à ce qu’un pont fût créé entre 1511 et 1520 pour relier Dieppe à son faubourg le plus important (le Pollet), des échanges importants étaient alors assurés par un bateau passeur.

22 Pierre Goujon (dir.), Histoire de Mâcon, Toulouse, Privat, 2000, p. 48. Le faubourg Saint-Laurent se développe au haut Moyen Âge, avant l’existence du pont, le long de la ligne de transbordement.

23 Louis Perouas (dir.), Histoire de Limoges, Toulouse, Privat, 1989, p. 84-90 et p. 132.

24 Par exemple, après le siège dont elle est victime en 1240, Carcassonne reconstruit une ville basse ceinte de murailles, en lieu et place des faubourgs dévastés existant en contrebas de la cité. Si la cité « se voit confirmer dans son rôle militaire [...], la ville basse au contraire va se consacrer à la production et aux échanges ». Voir à ce propos Jean Guilaine & Daniel Fabre (dir.), Histoire de Carcassonne, op .cit., p. 60-61.

25 Il s’agit alors de villes connaissant un essor spectaculaire en raison de la présence de mines ou de proto-industries dynamiques (Saint-Étienne, Decazeville, Angoulême...). Les faubourgs des villes créées durant la période moderne (Versailles, Charleville, Lorient, Le Havre...) appartiennent bien évidemment à la même catégorie.

26 Gilbert Gardès, Lyon, l’art et la ville, 2 vol., Paris, CNRS éditions, 1988, vol. 1, p. 35-42.

27 Association Sauvegarde du patrimoine romanais-péageois, Romans-sur-Isère et Bourg-de-Péage de A à Z, Bourg-les-Valence, Jalin, 1992, p. 45. La première pierre du rempart qui ceint Romans jusqu’au xixe siècle est posée en 1358.

28 La dernière enceinte (la plus grande) est construite à Orléans entre 1485 et 1555.

29 Pierre Gras (dir), Histoire de Dijon, Toulouse, Privat, 1987, p. 109-111.

30 François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 14 et 27-30.

31 Bernard Désert (dir.), Histoire de Caen, Toulouse, Privat, 1981, p. 78-79.

32 AD de l’Isère, 1 Fi 1406, Plan de Grenoble avec ses nouvelles fortifications, par Savoye, 1640 ; Vital Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, Toulouse, Privat, 1976, p. 121-124. En 1593, Lesdiguières décida de doter la ville de nouvelles fortifications, englobant le faubourg Très-Cloître. Quelques années après la construction de ces nouvelles murailles, un nouveau faubourg Très-Cloître apparut, sans pour autant que l’ensemble de l’espace intra muros fût bâti.

33 René Taverneaux, Histoire de Nancy, Toulouse, Privat, 1987, p. 135. À la fin du xvie siècle, de nouvelles fortifications furent construites. Les deux faubourgs de la ville connurent alors un destin très différent : Saint-Nicolas fut sauvegardé tandis que Saint-Thiébaut fut rasé, pour mieux se reformer quelques années plus tard au-delà des remparts.

34 François-Yves Le Moigne (dir.), Histoire de Metz, Toulouse, Privat, 1986, p. 265 et p. 278-281. À Metz, on relève l’absence de faubourgs, suite à la construction de nouvelles fortifications dans les années 1670. En revanche, la « périurbanisation » se fit sous une autre forme : elle donna lieu à la prolifération d’habitations dans le glacis défensif. En outre, la croissance de la population à la fin du xviie siècle et au xviiie siècle se fit uniquement intra muros, engendrant des densités parfois considérables.

35 En 1646, l’archevêque de la ville reçut des lettres patentes l’autorisant « à faire enclore dans la ville le faubourg Saint-Jean, le jardin et les prés de l’archevêché, depuis le boulevard jusqu’à la porte des Augustins, et à faire, à ces fins, les fossés, murailles, portes et pont-levis, tours, tourelles ».

36 L’incorporation de faubourgs intervient dans la première moitié du xviie siècle.

37 En 1603-1605, au sud de la ville, une partie du faubourg Notre-Dame fut annexée par des enceintes. En 1617-1622, le faubourg de Courtrai fut à son tour annexé. Voir Philippe Guignet, « Une ville active, dévote et fidèle à ses princes naturels », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 98. Voir également Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, op. cit., vol. 3, p. 33.

38 Sous l’impulsion d’Arnoul, intendant des galères, et grâce à des lettres patentes de 1666, la superficie intra muros passa de 67 ha à 195 ha, englobant la majorité des 700 habitations qui s’étaient développées dans les faubourgs. Les travaux, entamés en 1677, furent achevés en 1694. Voir Édouard Baratier, Histoire de Marseille, Toulouse, Privat, 1973, p. 163-165, ainsi que Jean-Marc Chancel, « La rupture baroque : tracés types et ordre monumental », dans Jean-Luc Pinol (dir.), Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 180.

39 En 1681, Vauban intégra à l’intérieur des murailles le faubourg des Blanqueries.

40 Joseph Girard, Évocation du vieil Avignon, Paris, Éditions de Minuit, 1972, p. 362-363.

41 Jacques Soustelle, Les Aztèques à la veille de la conquête espagnole : la vie quotidienne, Paris, Hachette, 1955, p. 38. L’auteur évoque des localités dans la périphérie immédiate de la capitale aztèque (Azcapotzalco, Chapultepec, Coyoacán...). Celles-ci étaient alors sous la tutelle politique de Tenochtitlan, de même que certaines communautés périurbaines françaises pouvaient dépendre des banlieues juridiques de grandes villes à la fin du Moyen Âge.

42 André Raymond, « L’installation des Andalous à Tunis au xviie siècle, un second quartier dans Bab Suwayqa ? », dans Kmar Bendana, Katia Boissevain & Delphine Cavallo (dir.), Biographies et récits de vie, Alfa, Maghreb et Sciences sociales, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005, p. 151-155.

43 Brigitte Marino, « Minorités religieuses, populations sédentarisées et “étrangers” dans le faubourg du Mīdān à Damas aux xviiie et xixe siècle », dans Jacques Bottin & Donatella Calabi (éd.), Les Étrangers dans la ville : minorités et espaces urbains du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999, p. 41-52.

44 Gaston Deverdun, Histoire de Marrakech, des origines à 1912, 2 vol., Rabat, Éditions techniques nord-africaines, 1959-1966, vol. 1, p. 418-419. Durant l’époque moderne, l’espace à l’extérieur des remparts n’abrite pas des faubourgs populaires, mais de nombreuses propriétés royales et princières, dont l’une, la Menara, sert à recevoir les ambassadeurs.

45 Pierre Goubert rappelait déjà il y a quelques années cette « présence des prés, des vignes, de vastes jardins enclos, parfois de véritables champs », donnant aux villes « une couleur semi-campagnarde ». Voir à ce propos Pierre Goubert & Daniel Roche, Les Français et l’Ancien Régime, 1, La Société et l’État, Paris, Armand Colin, 1984, 2 vol., p. 183.

46 Au sujet des villes de Blois, d’Orléans et de Tours, les réflexions du géographe Yves Babonaux, qui insiste sur l’emprise du clergé dans ces villes, sont éclairantes. Ces possessions foncières n’étaient pas toutes bâties durant l’Ancien Régime (Voir Yves Babonaux, Villes et régions de la Loire moyenne : Touraine, Blésois, Orléanais ; fondements et perspectives géographiques, Paris, SABRI, 1966, p. 383-384).

47 De nombreux plans de Lyon sous l’Ancien Régime montrent bien la présence de ces espaces non bâtis à l’intérieur des murs, en particulier sur les pentes de Croix-Rousse et de Fourvière. Les plans de Claude Séraucourt en 1735 (AN, NII Rhône 2) ou de Gabriel Roche en 1789 (AM de Lyon, 1 S 103) en sont la parfaite illustration.

48 AD des Bouches-du-Rhône, 1 Fi 976, Plan et enceintes de Marseille en l’an 1597. Le plan montre que le centre de la ville, très vallonné, n’est garni que de prés et de moulins.

49 AM de Rennes, 1 Fi 42, Plan de Rennes, ville capitale de Bretagne et siège du Parlement, 1616, fac-similé d’un plan qui se trouve dans Bertrand d’Argentré, L’Histoire de Bretaigne [1582], Paris, Nicolas Buon, 3e édition, 1618. Ce plan est cité par Alain Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles : la vie, la mort, la foi, 2 vol., Paris, Maloine, 1980, vol. 1, p. 131.

50 Hugues Broustail, Structures immobilières et propriétaires à Caen en 1643 : esquisse de géographie sociale urbaine, mémoire de maîtrise sous la direction d’Hugues Neveux, Caen, Université de Caen, 1981.

51 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, vol. 3, op. cit., p. 209.

52 AM de Lyon, CC 332, Taxes et impositions extraordinaires, 1694-1785 (dont les taxes du « pied dans l’eau » de 1695 et de 1728).

53 Le terme « traitant » désigne une personne qui a passé un traité avec le roi de France, généralement pour la perception d'un impôt. Le traitant devait avancer une certaine somme d’argent au roi, avant de se rembourser par la collecte d’un impôt.

54 Les cotes, exprimées dans les sources en livres, sols et deniers, ont dû être converties en valeur décimale pour permettre les calculs de moyenne. Pour ce faire, l’ancienne cote établie a été transformée de la façon suivante : Nouvelle cote décimale en livres = livres + (sols / 20) + (deniers / 140).

55 Xavier Lafon, Jean-Yves Marc & Maurice Sartre, « La ville antique », dans Jean-Luc Pinol, Histoire de l’Europe urbaine, 2 vol., De l’Antiquité au xviiie siècle : genèse des villes européennes, vol. 1, op. cit., p. 82.

56 AM de Lyon, BB 149, Délibérations consulaires, 1613, folio 106 verso.

57 Il s’agit de Saint-Irénée, un petit faubourg lyonnais, qui, lui, n’est alors pas ceint de murailles.

58 Philippe Wolff (dir.), Histoire de Toulouse, Toulouse, Privat, 1994, p. 160.

59 AM de Nantes, DD 289, Rues et places.

60 Michel Béziers, Histoire sommaire de la ville de Bayeux, Caen, Manoury, 1773, p. 33-34.

61 Léon Ménard, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes [1744-1758], 7 vol., Paris, éditions Clavel-Ballivet, 1874, vol. 6, p. 446-447.

62 Le Dictionnaire de l’Académie française, à partir de sa sixième édition, indique la définition suivante pour le mot tannerie : « TANNERIE. s. f. : Lieu où l’on tanne les cuirs. Établir une tannerie. Il y a plusieurs tanneries dans ce faubourg. » Voir à ce propos le Dictionnaire de l’Académie française [1694], 2 vol., Paris, Firmin-Didot frères, 6e édition, 1835, vol. 2, p. 814.

63 Arthur-Jean-Claude Bertrand, « L’activité des tanneries et des mégisseries du Vivarais vers la fin du xviiie siècle », dans Revue de géographie alpine, vol. 26, nº 2, 1938, p. 401-416.

64 Ibid., p. 403.

65 Françoise Piponnier, « Les Dijonnais et l’eau à la fin du Moyen Âge », dans Mélanges de l’École française de Rome, vol. 104, nº 2, 1992, p. 489-490. Il existe toujours actuellement un quartier des tanneurs à Dijon, près de l’Ouche, rappelant l’existence de ces activités de travail du cuir jusqu’au xixe siècle.

66 Michel Cart et al., Charleville-Mézières, Paris, Bonneton, 1991, p. 83.

67 Bernard Gallinato, Les Corporations à Bordeaux à la fin de l’Ancien Régime : vie et mort d’un mode d’organisation du travail, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 1992, p. 304.

68 AD de Seine-Maritime, 1 BP 1193, Requête des habitants du faubourg Saint-Sever à l’encontre des manufactures de vitriol, 30 avril 1784 : « Les manufactures de vitriol qui s’établissent dans ce fauxbourg joint à la ville le rende inhabitable depuis quelques mois entrautres un sieur Bevillea commencé à y établir une manufacture que l’on dit être de pierre de vitriol. »

69 À Lyon, La « rue de la quarantaine » est aujourd’hui localisée dans le 5e arrondissement, sur la rive droite de la Saône (au sud des anciens remparts méridionaux). Son homologue caladoise se situe quant à elle à l’est de la ville.

70 Denise Turrel, Bourg-en-Bresse au xvie siècle : les hommes et la ville, Paris, Société de démographie historique, 1986, p. 67-69.

71 Voir ce qu’en dit Jean-Pierre Gutton, dans La Société et les pauvres : l’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, op. cit., p. 280-281.

72 Joseph Vingtrinier, La Peste à Lyon : la chapelle de Saint-Roch à Choulans, Lyon, Mougin-Rusand, 1901, p. 10.

73 Ibid., p. 14 et 21.

74 Étienne Dagier, Histoire chronologique de l’Hôpital général et Grand Hôtel-Dieu de Lyon depuis sa fondation, 2 vol., Lyon, Rusand, 1830, vol. 1, p. 392-395.

75 AHCL, Hôtel-Dieu, E39, Registre de délibérations et de mandats du bureau de l’Hôtel-Dieu de Lyon, 1649-1653. Voir également le document suivant : AM de Lyon, BB 206, Registre de délibérations consulaires, fº 367. Il s’agit d’une délibération du consulat lyonnais entérinant cet accord entre la municipalité et l’Hôtel-Dieu, le 3 septembre 1652, en raison « de la maladie contagieuse » des « pauvres passants venant du Languedoc ».

76 AM de Grenoble, GG 278, Épidémies, 1533-1612 ; GG 279, Épidémies, 1628-1631 ; GG 280, Épidémies, 1630-1659.

77 Vital Chomel (dir.), Histoire de Grenoble, op. cit., p. 134.

78 Jean Merley (dir.), Histoire de Saint-Étienne, Toulouse, Privat, 1990, p. 49.

79 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 216.

80 Le plan de Jacques Gomboust, datant de 1655 et conservé aux archives départementales de Seine-Maritime (cartes et plans, nº 1342), témoigne bien de l’emprise foncière de ces établissements.

81 Marcel Delafosse, Histoire de La Rochelle, Toulouse, Privat, 1985, p. 211.

82 Dominique Varry, « Une géographie de l’illicite : les espaces du livre à Lyon au temps des Lumières », La lettre clandestine, « Anonymat et clandestinité aux xviie et xviiie siècles », nº 8, 1999, p. 127-128. L’auteur évoque de nombreux dépôts de livres clandestins dans les faubourgs au xviiie siècle, en particulier à la Guillotière et à la Croix-Rousse.

83 De nombreuses archives notariales révèlent l’existence de plusieurs contrats d’exploitation pour ces carrières. Voir par exemple pour les AD du Calvados ; 8E 8460 (folios 287, 340, 404, pour l’année 1652), 8E 8461 (folios 255, 325, 366, pour l’année 1653) ou 8E 4129 (folios 61 et 139, pour l’année 1654).

84 AD du Calvados, 8E 4147, Minute notariale de Vaucelles, folio 24 recto et verso. Le 28 février 1675, François Jemblet, « adjudicataire du poigneux de Vaucelles, appartenant au trésor paroissial, cède et délaisse à Jacques Jouenne, Jacques Fouasse, Jacques Hebert, Charles Varin, Pierre Le Thuit, Michel Garsalle et Jean Guillebert, carriers bourgeois du lieu [...] les droits d’adjudication dudit poigneux, pour cinq ans ».

85 AM de Lyon, FF 0638, Procès soutenus par la ville, justice de la Guillotière, 1664-1789. Le port situé à la Guillotière près du Pont du Rhône était même surnommé le « port aux bois ». Le consulat de la capitale des Gaules interdisait même aux Lyonnais, le mardi 21 août 1736, d’entreposer leurs « fagots et autres bois à brûler » en ville et les oblige par ordonnance « de faire transporter ces dépôts au faubourg de la Guillotière pour éloigner les chances d’incendie auxquelles de pareils amas de combustibles n’exposaient que trop souvent ». Voir AM de Lyon, BB 301, Registre de délibérations consulaires, 1736, folio 117 (rº et vº).

86 AM d’Angers, II 13, Recensement de la ville d’Angers, État des numéros de toutes les maisons, sans réserve, de la ville et faubourgs d’Angers, dressé en l’exécution de l’article III, du titre V de l’ordonnance du roi, du premier mars 1768, 1769. Dans le faubourg Bressigny, la veuve Desportes utilise ainsi la maison cotée nº 1797 comme buanderie, de même que le sieur Touchaleaume (maison cotée nº 1842). Dans le faubourg Saint-Michel, « messieurs de la Manufacture » (de toile et voile) se servent eux de la maison cotée 190 comme d’une buanderie pour leur activité. Il y a bien d’autres exemples.

87 Jean Comby, L’Évolution urbaine de l’agglomération d’Angoulême, thèse de doctorat, Poitiers, Université de Poitiers, 1967, p. 67.

88 AM Lyon, BB 338, Délibérations consulaires, 1770, folio 6.

89 Le rôle du pouvoir royal n’est évidemment pas non plus à négliger.

90 Olivier Zeller, « La pollution par les cimetières urbains : pratiques funéraires et discours médical à Lyon en 1777 », Histoire urbaine, nº 5, 2002, p. 67-83. Voir également AM de Lyon, AA 131, (consultable sous forme de microfilm sous la cote 2 Mi 27), Correspondance envoyée par la commune, registre de copies de lettres envoyées par le Consulat à diverses autorités, 1760-1773 (folios 115 vº, 116 vº, 117 rº et vº). Le consulat s’inquiéta en effet des problèmes de salubrité inhérents à la pratique de l’inhumation intra urbaine. Il sollicita donc et obtint le soutien de l’archevêque en 1763, dans cette procédure d’expulsion des cimetières du centre-ville.

91 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 217 ; Voir également Bernard Gauthiez, « Rouen au xviiie siècle », dans Jean-Luc Pinol, (dir.), Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 80. En 1780, quatre nouveaux cimetières sont créés dans les faubourgs, « pour pallier l’insuffisance de cimetières paroissiaux du centre, que l’on supprime ».

92 AM de Rennes, DD 351, Titres concernant le cimetière de la ville de Rennes, 1785-1789.

93 François Lebrun (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 89. Entre 1780 et 1785, les cimetières d’Angers sont remplacés par trois nouveaux cimetières extra muros.

94 AM d’Angoulême, DD3, Documents divers, 1731, an III.

95 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, op. cit., vol. 3, p. 459. Voir également Jacqueline Thibaut-Payen, Les morts, l’Église et l’État, dans le ressort du Parlement de Paris aux xviie et xviiie siècles, Paris, Fernand Lanore, 1977, p. 224. La carrière de la Tombe-Issoire ne fut ainsi bénie que le 7 avril 1786 par le vicaire général Asseline.

96 Le 17 janvier 1562, l’édit de janvier (dit de Saint-Germain) rend le culte public des réformés légal, de jour, sans arme, mais au dehors de la ville. Le 19 mars 1563, l’édit d’Amboise est plus précis : il restreint la liberté de culte aux faubourgs d’une seule ville par bailliage ou sénéchaussée. Enfin, le 8 août 1570, l’édit de Saint-Germain annule les principales dispositions de l’édit de Saint-Maur, ce qui permet aux protestants de recouvrer la liberté de culte dans les faubourgs de deux villes par bailliage ou sénéchaussée.

97 On pourra consulter Didier Boisson, « La place et le rôle des protestants dans les villes françaises », dans Jean-Pierre Poussou (dir.), Les Sociétés urbaines au xviie siècle, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2007, p. 221-233 ; Yves Krumenacker, Des Protestants au siècle des Lumières : le modèle lyonnais, Paris, Honoré Champion, 2002. Citons également, du même auteur, « Les Minorités protestantes dans les grandes villes françaises de l’époque moderne », dans Analele Universităţii Bucureşti, 2008, p. 101-114, ainsi que le livre de Michel Cassan, Le Temps des guerres de Religion : le cas du Limousin, vers 1530-vers 1630, Paris, Publisud, 1996, p. 231 (Ce dernier évoque le faubourg Manigne de Limoges comme un « bastion protestant »).

98 BNF, Ms. fr. 15879, fol. 161 : archive citée par Jérémie Foa dans sa thèse, Le Tour de la Paix : missions et commissions d’application des édits de pacification sous le règne de Charles IX (1560-1574), thèse de doctorat sous la direction d’Olivier Christin, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 2008, p. 501. Voir également Jérémie Foa, « “Ils mirent Jésus-Christ aux fauxbourgs” : remarques sur la contribution des guerres de religion à la naissance d’un “espace privé” » dans Histoire urbaine, vol. 7, 2002, p. 129-143.

99 AD du Calvados, C 1516, Cimetières protestants.

100 Eugène & Émile Haag, La France protestante, ou vies des protestants français, qui se sont fait un nom dans l’histoire, Paris, Sandoz & Fischbacher, 1877, p. 228. Voir également Ludovic Vitet, Histoire de Dieppe, op. cit., p. 142-143.

101 Jean Meyer (dir.), Histoire de Rennes [1972], Toulouse, Privat, 1984, p. 204.

102 Jean Comby, L’Évolution urbaine de l’agglomération d’Angoulême, op. cit., p. 69. Toutefois, nombre de ces protestants, papetiers notamment, semblent avoir quitté le faubourg au moment de la révocation de l’édit de Nantes. Étienne Munier, ingénieur des ponts-et-chaussées, écrit à la fin de l’Ancien Régime : « Le commerce du papier est déchu de l’état florissant où il étoit jadis en Angoumois, on comptoit alors soixante & dix cuves sur les différentes rivières des environs d’Angoulême ; il n’en reste plus que vingt-huit à trente, ce qui annonce une réduction de plus de moitié. C’est à la révocation de l’édit de Nantes que l’on peut attribuer cette perte. La plupart des fabricans passèrent chez l’Étranger. » (Étienne Munier, L’Angoumois à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Bruno Sépulcre, 1981, p. 85.)

103 Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, op. cit., vol. 3, p. 440.

104 AD de l’Ardèche, 1 Mi 150, Louis Chomel Le Béat, Annales de la ville d’Annonay en Vivarés contenant tout ce qui s’y est passé de plus remarquable depuis son commencement jusqu’à cette année 1765, p. 345 : « Le faubourg de la Récluzière était presque tout entier composé de maisons de religionnaires, lorsque M. Neron (chanoine) était obligé de porter le corps sacré de Notre Seigneur à quelque malade il était obligé de le porter en secret et dans une boette dans sa poche de crainte de s’exposer aux insultes des hérétiques. »

105 Arthur Kleinclausz, Histoire de Lyon, Lyon, Masson, 1952, vol. 2, p. 105. La communauté protestante de Lyon possédait par ailleurs dans les années 1620 des terrains dans le faubourg de Vaise, mais le consulat s’était fermement opposé à ce qu’ils y construisent un temple (AM de Lyon, BB 176, Délibérations municipales, 1629, folio 191.)

106 Alain Thillay, Le Faubourg Saint-Antoine, op. cit., p. 173-177.

107 BM de Grenoble, R 10809, Peter France, La Réforme et les guerres de religion à Grenoble, mémoire d’études supérieures d’histoire, Grenoble, Université de Grenoble, 1959, cité par Stéphane Gal, Grenoble au temps de la Ligue : étude politique sociale et religieuse d’une cité en crise (vers 1562-vers 1598), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2000, p. 186-190.

108 Stéphane Gal, ibid., p. 186.

109 René Taverneaux, Histoire de Nancy, op. cit., p. 244 ; En 1726, les Juifs furent rassemblés dans la rue Saint-François, le long du rempart.

110 René Moulinas, Les Juifs du Pape en France : les communautés d’Avignon et du comtat Venaissin au xviie et au xviiie siècles, Toulouse, Privat, 1981. 

111 Sylvain Gagnière et al., Histoire d’Avignon, Millau, Édisud, 1979, p. 208 et 332.

112 Ibid., p. 360.

113 Pour ces raisons, les petits villages situés à moins de 5 km de Strasbourg devaient donc partiellement remplir les fonctions traditionnelles d’un faubourg.

114 Roland Oberlé, Juifs d’Alsace et Alsaciens : heurs et malheurs d’une cohabitation au xviie et au xviiie siècle, Strasbourg, Ligne à suivre, 2003, p. 56-57.

115 AD de l’Ardèche, E 81, archives municipales déposées de Villeneuve-de-Berg, CC 22, Rôles de contributions diverses, 1670-1697.

116 Albert Grimaud, Histoire de Villeneuve-de-Berg, ancienne bastide royale, Aubenas, Habouzit, 1942, p. 198-199. Le temple protestant fut détruit en 1621. À partir de cette date, les protestants furent obligés de pratiquer leur culte clandestinement.

117 AD du Calvados, C 1516, archive citée.

118 Anne Zink, « Communautés et corps social, les juifs à Saint-Esprit-lès-Bayonne du xviie au début du xixe siècle », dans Jacques Bottin & Donatella Calabi (dir.), Les Étrangers dans la ville..., op. cit., 1999, p. 313-328.

119 AM de Lyon, 14 II 019 3, Jean-Antoine Morand (travaux), Brotteaux (maisons particulières). Fonds privé.

120 Voir infra, «  À partir du xviiie siècle : des faubourgs parfois planifiés ».

121 Pierre Goubert & Daniel Roche, Les Français et l’Ancien Régime, 1, op. cit., p. 54. Cette expression est de Pierre Goubert.

122 AD du Loiret, 2 Mi 148, Rôle de la première capitation orléanaise.

123 Un petit port existait sur la rive opposée, qui était cependant bien plus modeste, d’où le nom de « Portereau » (petit port) donné au faubourg.

124 Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle [1970], Paris, Flammarion, 1975, p. 177-178.

125 Maurice Garden précise : « Ce monde des ouvriers des transports est cependant difficile à décrire. Le métier de voiturier est resté libre ; n’importe qui peut l’exercer. Aussi coexistent de véritables entreprises de transports, de gros « marchands voituriers » sur la rivière – le fleuve –, de petites entreprises artisanales, qui sont limitées à une personne, propriétaire d’une charrette ou d’une plate sur la rivière, et une main d’œuvre nombreuse, souvent temporaire, proche des journaliers. » (Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, ibid., p. 177.)

126 Jean Comby, L’Évolution urbaine de l’agglomération d’Angoulême, op. cit., p. 68-69.

127 AM d’Angers, II 13, archive citée.

128 AD de l’Isère, 2 C 515, Répartition de la capitation pour la ville de Grenoble, 1751 (exploitation personnelle du rôle). 23 chefs de feu sont notamment peigneurs de chanvre ou ouvriers peigneurs.

129 Charles-François Vergnaud-Romagnesi, Histoire de la ville d’Orléans [1830], Orléans, éditions de la tour Gile, 1996, p. 611. L’auteur estimait « le nombre de pieds d’arbres vendus à Orléans année commune [...] à plus de deux cents mille ».

130 Voir Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel de la France, contenant la description géographique et historique des provinces, villes, bourgs et lieux remarquables du Royaume, Paris, éditions Veuve Desaint, 1771, vol. 4, in-8º, p. 595. L’auteur l’évoque seulement six ans après sa création.

131 Françoise Boquillon, Catherine Guyon & François Roth, Nancy, du bourg cadastral à la communauté urbaine : 1000 ans d’histoire, les événements, les lieux, les hommes, Nancy, éditions place Stanislas, 2008, p. 156.

132 AD de Meurthe-et-Moselle, C 57, Pépinière royale de Nancy du 30 décembre 1765. Les archives de ce département ont mis en ligne sur leur site internet quelques documents extraits de cette cote. Parallèlement, c’est aussi un des rares dépôts d’archives à proposer une consultation en ligne de ses fonds d’archives, moyennant finances...

133 AD du Puy de Dôme, C 198, Pépinières, 1722-1726. L’intendant ne demande à ses subdélégués que d’appliquer la décision prise par le conseil du roi le 3 mai 1720 enjoignant « aux propriétaires des terres aboutissant aux grands chemins d’y planter des ormes, hestres, chataigniers, arbres fruitiers ou autres arbres suivant la nature du terrain ».

134 AD du Puy de Dôme, C 200, Pépinières, 1726-1731.

135 AM d’Angoulême, MAP2T4, nº 31, Reproduction d’un plan d’Angoulême, vers 1760.

136 AM de Lyon, 1 S 103, Plan de Vaise avec les quartiers de Pierre-Scize, de Serin et de Fourvière, par Gabriel Roche, 1789.

137 Cette communauté religieuse est localisée dans le monastère des Deux-Amants, dans le quartier de l’Observance.

138 AD du Rhône, 1 C 24, Pépinière royale, organisation, personnel, 1767-1789.

139 Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris / La Haye, Mouton, 1975, vol. 2, p. 623.

140 Daniel Roche, Le Peuple de Paris : essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier / Montaigne, 1981, p. 258. L’auteur indique que le faubourg Saint-Antoine comprenait environ 500 débits de boissons en 1792. Il y en avait autour de 800 au faubourg Saint-Marcel. Quant à la rue des Martyrs, aux Porcherons, elle comportait 58 maisons, dont 25 étaient des cabarets.

141 Alain Croix, La Bretagne aux xvie et xviie siècles…, op. cit., vol. 2, p. 841-842. L’auteur a travaillé à partir de l’archive suivante : AM de Nantes, BB 13, Délibérations consulaires, folio 2.

142 AM d’Angers, II 13, archive citée.

143 AM d’Angers, 1 Fi 1576, Plan historique de la ville d’Angers, assujetti à ses accroissements, embellissements et projets, par Jean-Baptiste Dubois & Marc-Antoine Moithey, 1776. Ce plan indique la localisation précise de cette salle de spectacle ainsi que des mails.

144 Anne-Marie Merand, « Vivre au-delà des ponts à Angers (1380-1499) : étude de la société angevine à partir des censiers de l’abbaye du Ronceray », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, vol. 111, nº 2, 2004, p. 7-28.

145 Félix & Thomas Platter, Félix Platter et Thomas Platter à Montpellier, 1552-1559 : notes de voyages de deux étudiants bâlois publiées d’après les manuscrits originaux appartenant à la Bibliothèque de l’université de Bâle..., Montpellier, Camille Coulet, 1892, p. 379. Un exemple parmi d’autres, concernant l’arrivée de Félix Platter à Montpellier : « Les portes de Montpellier étaient déjà fermées à mon arrivée, je couchai dans le faubourg du Pila Saint-Gély, à l’auberge du Marteau. »

146 Élie Brackenhoffer, Voyage en France : 1643-1644, Henry Lehr (trad.), Nancy / Paris / Strasbourg, éditions Berger-Levrault, 1925, p. 83 : « Nous pensions bien gagner la ville au bon moment, mais ce fut en vain, et en raison de violent vent contraire, nous ne pûmes y arriver avant 8 heures ; nous trouvâmes les portes déjà fermées, et il fallut nous loger au faubourg de Richebourg, dans une piteuse auberge Aux quatre fils Aymon. »

147 AD de l’Isère, 2 C 515, Répartition de la capitation pour la ville de Grenoble, 1751.

148 Daniel Joussé, L’État présent ou détail historique de la ville d’Orléans, Orléans, éditions Charles Jacob, 1752, p. 120-122.

149 Philippe Werth, Issoudun à la fin de l’Ancien Régime (1772-1789), Issoudun, Gaignault, 1983, p. 52.

150 Pierre Dubourg-Noves, Histoire d’Angoulême et de ses alentours, Toulouse, Privat, 1990, p. 173. Voir également AM d’Angoulême, 2 S 22, Tableau politique et historique des principaux États, Corps, Communautés, Offices, Administrations, Gouvernements et Jurisdictions d’Angoulême pour l’année bissextile 1788, Angoulême, Pierre Bargeas, p. 111. Cette source nous indique que toutes les diligences et messageries logeaient « au fauxbourg de l’Houmeau à la poste aux chevaux ».

151 Almanach historique ou calendrier d’Anjou, 1771, p. 98-105 (AD du Maine-et-Loire, PER 7 / 1771).

152 Just Zinzerling (dit Jodocus Sincerus), Voyage dans la vieille France, 1612-1616 : avec un excursion en Angleterre, en Belgique, en Hollande, en Suisse et en Savoie, Paris / Lyon, Dentu / Vanier / Meton / Librairie nouvelle, 1859, p. 112.

153 Élie Brackenhoffer, Voyage en France..., op. cit., p. 3.

154 Denis Lottin, Recherches historiques sur la ville d’Orléans, 8 vol., Depuis Aurélien, l’an 274, jusqu’en 1789, dédiées a ses concitoyens, 1, Orléans, Alexandre Jacob puis Jean-Baptiste Niel, 1836-1845, p. 352.

155 Annie Gay & Jacky Theurot (dir.), Histoire de Dôle, Toulouse, Privat, 2003, p. 166. Voir également Michel Paris, « Dôle à la veille de la Révolution », dans Maurice Gresset (dir.), 1789, la Franche-Comté à la veille de la Révolution, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 1988, p. 90.

156 Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon, et des provinces de Lyonnois, Forez et Beaujolois, Lyon, Delaroche, 1749, p. 163-175.

157 AD des Bouches-du-Rhône, C 4234, Postes et messageries, poste aux chevaux, organisation locale, etc., Marseille, 1759-1781 ; la poste était tenue en centre-ville dans les années 1770 et 1780, rue de la poste, par la veuve Avon, qui était perçue comme une rivale par les voituriers de Marseille, estimant qu’elle exerçait une concurrence déloyale. Ayant poursuivi l’activité de son mari, elle consacrait une partie de son temps et des chevaux disponibles aux « voyages de particuliers le samedy à la campagne ou dans la ville », sans verser les droits afférents à cette communauté de métier. Cette poste était située selon les archives à côté du poids à farine, près du couvent des filles de la pureté, en plein centre-ville (AM de Marseille, DD 107, Dossiers des rues, 1609-1792).

158 Almanach historique de la province de Guienne pour l’année commune 1781, Bordeaux, Frères Labottiere, 1781, p. 230-252 (ABM, 4 CA 22, 1781). Toutes les activités de transport régional ou suprarégional étaient concentrées à proximité de l’hypercentre. Le directeur de la poste aux lettres, M. Laville, habitait au Chapeau-Rouge. Les courriers royaux pour Paris étaient localisés rue Sainte-Catherine, près du marché Royal et près de la nouvelle comédie. Les courriers de Bayonne logeaient rue Sainte-Catherine, ceux de Toulouse rue du poisson salé et près des Cordeliers, ceux de La Rochelle rue de la Vieille Corderie. Quant aux rouliers, ils étaient situés rue Sainte-Catherine, au chai des farines et aux fossés du Chapeau-Rouge. Les diligences et carrosses avaient leurs bureaux rue de l’intendance.

159 Le sieur Dechuyes, Liste générale des courriers, postes, messagers, coches, carrosses, voituriers et roulliers de France avec leurs logemens, les jours qu’ils partent de cette ville et arrivent. Dressé par ordre alphabétique pour la commodité du public, Paris, éditions Jean Promé, 1654, 34 p. 

160 Almanach royal, Paris, éditions Veuve d’Houry, 1736, p. 375-391. Les lieux principaux de départ étaient le quai de la Tournelle, la rue Contrescarpe, la rue de la Verrerie, rue Pavée et rue Montorgueil.

161 Il s’agit de M. Pascal, qui travaillait sur la route de Lyon. Voir Jean-Florent Baour, Almanach historique de la ville de Toulouse, avec des augmentations et des changements considérables pour l’année 1782, Toulouse, Jean-Florent Baour, 1782, p. 252-254.

162 Voir les articles suivants ; Alain Thillay, « Le faubourg Saint-Antoine et la liberté du travail sous l’Ancien Régime » (Histoire, économie et société, vol. 11, nº 2, 1992, p. 217-236) ; Alain Thillay, « Les artisans étrangers au faubourg Saint-Antoine à Paris (1650-1793) », dans Jacques Bottin & Donatella Calabi (éd.), Les Étrangers dans la ville..., op. cit., p. 261-269 ; Voir également l’ouvrage du même auteur, Le Faubourg Saint-Antoine et ses « faux ouvriers », op. cit.

163 Steven Laurence Kaplan, « Les corporations, les “faux ouvriers” et le faubourg Saint-Antoine au xviiie siècle », Annales ESC, vol. 43, nº 2, 1988, p. 353-378.

164 AN, S 4357, Contrats d’ensaisinement de l’abbaye Saint-Antoine, xviie-xviiie siècles ; archive citée par Alain Thillay, « Les artisans étrangers... », p. 262.

165 AN, S 1066B, Archevêché de Paris, dossier concernant le faubourg Saint-Antoine, archive citée par Alain Thillay, « Les artisans étrangers... », p. 262.

166 AN, AD + 333, Lettres patentes en faveur des artisans du faubourg Saint-Antoine, 1657, archive citée par Alain Thillay, « Les artisans étrangers... », p. 262.

167 Steven Laurence Kaplan, La Fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p. 77-85 ; Alain Thillay, « Les artisans étrangers... », p. 262.

168 Voir infra, dans le chapitre « Les marqueurs de la profonde hétérogénéité faubourienne », la section « La diversité des niveaux de vie et des privilèges ».

169 Jacques Combeau, Le Commerce du sel dans la seconde moitié du xviie siècle, entre Tonnay-Charente et port de l’Houmeau, Ruelle, Route des tonneaux et des canons, 2007, p. 11-18.

170 Bernard Gallinato, Les Corporations à Bordeaux, p. 301 et 304. L’auteur explique que cette liberté attira un nombre considérable de personnes : le faubourg Saint-Seurin passa ainsi de 600 habitants environ en 1650 à 18 600 en 1789.

171 AD de Seine-Maritime, C 147, Arts et métiers de Rouen, 1781-1789.

172 AD de Seine-Maritime, C 147, archive citée.

173 AM de Nantes, HH 168, Tailleurs, statuts et règlement, 1471-1781. Cette cote d’archives renferme notamment un mémoire nommé Confrairie, statuts, et privilèges des maîtres tailleurs de la ville, fauxbourgs et banlieues de Nantes (Nantes, Augustin-Jean Malassis, 1779). Les archives nous indiquent par ailleurs que la communauté des tailleurs n’était pas la seule à s’étendre hors les murs.

174 AD du Rhône, 1C40, Statuts, délibérations des communautés d’arts et métiers, 1691-1789. À la fin du xviiie siècle, plusieurs communautés de métiers intégraient des habitants des faubourgs : celle des drapiers, merciers, quincaillers, marchands de soie en détail et toiliers, de même que celle des ferblantiers, plombiers et couvreurs ou celle des apprêteurs aux étoffes de soie, calandreurs, cylindreurs et dégraisseurs. Il semble que cette extension se soit faite naturellement, sous l’impulsion des échevins lyonnais.

175 Thomas Corneille, Dictionnaire universel, 3 vol., Paris, Jean-Baptiste Coignard, 1708, vol. 1, p. 52.

176 Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Grand Dictionnaire géographique, historique et critique [1737-1741], 6 vol., La Haye / Amsterdam / Rotterdam, éditions Gosse / De Hondt / Uitwert / Changuion / Beman, 1768, vol. 2, p. 356.

177 AN, S 4357, Contrats d’ensaisinement de l’abbaye Saint-Antoine, xviie-xviiie siècles, archive citée par Alain Thillay, « Les artisans étrangers... », art. cité, p. 262.

178 Stéphane Baumont (dir.), Histoire d’Agen, Toulouse, Privat, 1991, p. 197.

179 Citons notamment le Plan historique de la ville d’Angers (AM d’Angers, 1 Fi 1576, archive citée), qui cartographie la ville en 1776 et révèle l’existence de monastères de Récollets et de Jacobins dans le faubourg Saint-Laud, de Bénédictines dans le faubourg Bressigny, de Sœurs de la providence dans le faubourg Saint-Jacques.

180 AM de Toulouse, ii 683, Plan topographique de Toulouse et de ses environs, par Dupain-Triel et de La Lande, 1772. Ce plan indique par exemple la présence de deux monastères (des Récollets et des Carmes déchaussés) dans le faubourg Saint-Michel ; un monastère des pères minimes est également construit dans le faubourg Arnaud Bernard.

181 ABM, XL A 59, Plan géométral de la ville et faubourgs de Bordeaux avec tous les changements faits jusqu’à présent, atelier de M. Sarge, 1787. Dans ce plan, deux monastères étaient bâtis dans le faubourg Saint-Seurin (couvent Sainte-Catherine, Grand séminaire). La grande majorité des communautés masculines et féminines était ici localisée dans la ville.

182 Archives départementales de l’Hérault, C 6948, Plan de la ville et citadelle de Montpellier et de leurs ses environs, xviiie siècle. Un monastère de Récollets est attesté dans le faubourg du Pila Saint-Gély ; Au sud de la ville, c’est un monastère de Cordeliers qui est présent dans le faubourg de Lattes.

183 AM de Dijon, 4 Fi 29, Nouveau Plan de la ville et des environs de Dijon, par Beaurain, 1767. Un grand monastère (des Capucins) est bâti dans le faubourg Saint-Nicolas.

184 Rappelons avant toute chose que le terme de manufacture est polysémique. Il est arrivé aux historiens de ne considérer sous ce terme qu’un ensemble de petits artisans travaillant tous dans le même secteur d’activité. Or, une manufacture pouvait déjà être une usine au sens contemporain du terme.

185 Charles Cuissard, Étude sur le commerce et l’industrie à Orléans avant 1789, Paris, Gallimard, 1897, p. 239.

186 Philippe Deschamps, « Histoire de la rive gauche », dans Connaître Rouen, Rouen, Amis des monuments rouennais, 1973, p. 8.

187 AM de Lyon, BB 295, 2 Mi 05, film 137, Délibérations consulaires, 1731, folio 146 verso.

188 AM de Lyon, BB 296, 2 Mi 05, film 137, archive citée, folio 141 verso.

189 Si cet exemple ne suffisait pas, celui-ci de la construction d’un moulin à vent « de nouvelle invention », par ordre du consulat du 22 mai 1738 dans le faubourg de la Guillotière, place du Plâtre, viendrait convaincre les plus sceptiques : il témoigne alors de ce changement de mentalité de l’échevinat lyonnais. (BB 303, Délibérations municipales, 1738, fº 71).

190 AM de Nantes, HH 43, Industries diverses à Nantes, 1681-1790.

191 Cette fonderie de canons fut établie par Jean Maritz, ingénieur d’origine suisse, qui fit fortune en fournissant des canons au roi de France. Ces canons étaient réputés pour leur grande qualité. La réussite économique de Jean Maritz fut saluée par le consulat qui le nomma bourgeois quelques années plus tard, en 1765 (AM de Lyon, AA 018, 2 Mi 44, Film 9, Privilèges et droits de la ville, in-folio, folio 205 verso).

192 AM de Nantes, HH 43, archive citée.

193 AM de Nantes, HH 43, archive citée.

194 Jacqueline Routier, Briançon à travers l’histoire, Gap, Société d’études des Hautes-Alpes, 1981, p. 221-222.

195 AM Angers, 1 Fi 1576, archive citée ; AD du Maine-et-Loire, 1 C 16, Toiles et Voiles, 1748-1787. La manufacture royale de toiles et voiles, créée en 1750, connaissait une belle prospérité peu de temps après sa création. Dans une requête présentée au roi, ses propriétaires proposaient « incessamment de porter à 180 le nombre de leurs métiers battants, qui est présentement de 130, dans un vaste enclos qu’ils ont acheté dès 1750, où ils ont fait construire à grands frais les bâtiments que demande une entreprise de cette importance ».

196 Jacques Debal (dir.), Histoire d’Orléans et de son terroir, 2, xviie, xviiie et xixe siècles, Le Coteau, Horvath, 1982, 3 vol., p. 78.

197 Stéphane Baumont (dir.), Histoire d’Agen, op. cit., p. 174, 188 et 197.

198 René Taverneaux, Histoire de Nancy, op. cit., p. 277.

199 Pierre Dubourg-Noves, Histoire d’Angoulême et de ses alentours, Toulouse, Privat, 1990, p. 173.

200 AD de Seine-Maritime, C 158, Manufactures dans la généralité de Rouen, 1762-1772.

201 Nicolas Lenglet du Fresnoy, Méthode pour étudier la géographie, où l’on donne une description exacte de l’univers, formée sur les observations de l’académie royale des sciences, & sur les auteurs originaux [1718], Paris, Tilliard, 4e édition, 1768, vol. 5, p. 110.

202 Voir le plan de François Cacault de 1756-1757 : Gilles Bienvenu (éd.), Plan de la ville de Nantes et de ses faubourgs, 1756-1757, de François Cacault, Nantes, Mémo / Archives municipales de Nantes, 1995, 4 planches de 50 x 60 cm imprimées, notice 4 pages couleurs. Voir aussi Ange Guépin & Pierre Hawke, Histoire de Nantes, Nantes, éditions Prosper Sebire, 2e édition, 1839, p. 378.

203 AD de Seine-Maritime, Plan de Rouen par Jacques Gomboust en 1655, cartes et plans nº 1348.

204 Charles Oudiette, Dictionnaire topographique des environs de Paris jusqu’à 20 lieues à la ronde de cette capitale [1807], Paris, Charles Oudiette, 1817, 2e édition revue, corrigée et considérablement augmentée, p. 53-54. Ce livre date du tout début du xixe siècle, mais il permet d’imaginer à peu de choses près l’intense activité présente dans les faubourgs de Beauvais à la fin de l’Ancien Régime.

205 Ibid., p. 466.

206 Voir supra, dans ce chapitre, la section « Le bas Moyen Âge, pouponnière de la plupart des faubourgs modernes ».

207 Michel Béziers, Histoire sommaire de la ville de Bayeux, op. cit., p. 14.

208 Isabelle Henry, Dumouriez, général de la Révolution (1739-1823): biographie, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 228.

209 AM d’Angers, 1 Fi 1576, archive citée.

210 Roland Andréani (dir.), Nouvelle Histoire de Nîmes, Toulouse, Privat, 2006, p. 152. Ces casernes s’inscrivaient dans un plan plus global de lotissement des faubourgs, pour lequel elles devaient jouer le rôle de point de fixation. Localisées près de la porte d’Uzès, elles sont aussi situées à l’extérieur des murs pour éviter, selon l’ingénieur Gauthier (en charge de leur construction), de devenir un foyer d’infection épidémique pour le reste de la ville. Voir à ce propos AD du Gard, E dépôt 36 (archives municipales de Nîmes déposées), JJ 5, Casernes de la ville de Nîmes, 1695-1785.

211 Annie Gay & Jacky Theurot, Histoire de Dôle, op. cit., p. 163. Entre 1738 et 1743, des casernes sont construites à l’ouest de la ville. L’ensemble formé par ces bâtiments militaires prend le nom de place d’armes.

212 Jean Sagnes (dir.), Histoire de Béziers, Toulouse, Privat, 2000, p. 182-184. À partir de 1695, Béziers a des casernes extra muros près de l’Orb.

213 Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel…, op. cit., vol. 4, p. 595. Cette caserne a été créée selon l’auteur en 1764, près de la porte Sainte-Catherine.

214 Un plan indique également la présence d’une caserne : BNF, Cartes et plans, GeDD4121C145, Plan des fortifications et des environs de Montpellier, 1772.

215 Les articles de cette déclaration ont été plusieurs fois publiés. Voir par exemple Nicolas de La Mare & Anne Le Cler du Brillet, Traité de la police, où l’on trouvera l’histoire de son établissement, les fonctions et les prérogatives de ses magistrats ; toutes les loix et tous les réglemens qui la concernent ; on y a joint une description historique et topographique de Paris, & huit Plans gravez, qui representent son ancien État, & ses divers accroissemens, avec un recueil de tous les statuts et réglemens des six corps des marchands, & de toutes les Communautez des Arts & Métiers… [1705], 4 vol., De la voirie : de tout ce qui y dépend ou qui y a quelque rapport, Paris, Chez M. Brunet, 2e édition augmentée, 1738, vol. 4, p. 419-421.

216 Emmanuel Le Roy Ladurie (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, op. cit., vol. 3, p. 440.

217 AM de Lyon, 3 SMO 208 / 2, Projet d’un plan général de Lyon, et de son agrandissement, en forme circulaire, dans les terrains des Brotteaux, par Jean-Antoine Morand, 1764.

218 Yves Grafmeyer, Habiter Lyon : milieux et quartiers du centre-ville, Paris / Lyon, CNRS éditions / Presses universitaires de Lyon, 1991.

219 AM de Nantes, DD 232, Île Feydeau, 1721-1724.

220 AM de Nantes, II 160, Quartiers Richebourg et Saint-Clément, Cours Saint-Pierre et Saint-André, xviiie siècle.

221 Pierre Lelièvre, Nantes au xviiie siècle : urbanisme et architecture, Paris, Picard, 1988, p. 114.

222 AM de Nantes, DD 225, Quartier Graslin, 1780-1789 et DD 228, Quartier Graslin, 1783-1791.

223 AD de Loire-Atlantique, C 332, Embellissement du quartier Saint-Clément, 1733-1789.

224 AD de Seine-Maritime, C 215, Municipalités, édifices publics, Rouen, 1755-1764.

225 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, op. cit., p. 216. Ce quartier était encore peu occupé à la veille de la Révolution.

226 Bernard Gauthiez, « Rouen au xviiie siècle », art. cité, p. 80.

227 AD de Seine-Maritime, C 229, Municipalité et voirie urbaine, Rouen, 1757-1789.

228 AD du Gard, JJ 7, Casernes de la ville de Nîmes, 1577-1746.

229 Roland Andréani (dir.), Nouvelle Histoire de Nîmes, op. cit., p. 151.

230 Ibid., p. 160.

231 AD du Gard, LL 39, Délibérations des consuls, 1751-1757. Dix ans après leur lancement, le consulat éprouva, selon les registres de délibérations consulaires, les pires difficultés à régler toutes ses dettes pour ces travaux pharaoniques. Il sollicita d’ailleurs du roi, via l’intendance du Languedoc, l’autorisation de s’endetter de 157 000 livres supplémentaires en 1755 (voir AD de l’Hérault, C 4044, La Fontaine de Nîmes, 1753-1756).

232 AD du Gard, LL 38, Délibérations des consuls, 1747-1750.

233 Roland Andréani (dir.), Nouvelle Histoire de Nîmes, op. cit., p. 168.

234 Ibid., p. 172.

235 AD du Gard, LL 46, Délibérations des consuls, 1783-1786.

236 Jean-Paul Volle & Mireille Lacave, « La fin du Moyen Âge : des guerres de religion à la ville classique » dans Jean-Luc Pinol, Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 210.

237 AD de l’Hérault, C 7931, Place du Peyrou, 1686-1700 ; C 7932, Place du Peyrou, 1685-1729.

238 Robert Étienne (dir.), Histoire de Bordeaux, Toulouse, Privat, 2001, p. 244-245 ; Jean-Pierre Poussou, « La construction du Bordeaux classique », dans Jean-Luc Pinol, Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 264.

239 ABM, XL A 39, Plan géométral de la ville de Bordeaux et parties de ses faubourgs, par Jean Lattré, 1754 ; XL A 59, archive citée.

240 ABM, DD 25, Difficultés entre l’intendant Tourny et les Jurats, 1743-1774.

241 AD des Bouches du Rhône, C 3867, Marseille, Voirie, Projet de construction d’un faubourg hors de la porte d’Aix, 1772-1788.

242 Les archives indiquent qu’il est devenu riche en « ayant formé une compagnie opulente ».

243 AD des Bouches du Rhône, C 3867, archive citée. Terray explique la chose suivante : « Sans entrer dans aucune discution sur les inconvéniens qu’il présente au fonds, je me contenterai de vous faire remarquer que les différentes concessions que demande l’entrepreneur, jointes à la liberté de prendre dans l’isle de Corse tous les bois de charpente et de menuiserie qui seroient nécessaires pour la construction de mille maisons, pourroient être d’une valeur plus considérable que le prix offert pour le privilège, de sorte que l’aménagement seroit fait en grande partie aux dépens du Roi pour le profit de l’entrepreneur. »

244 Il s’agit du Projet pour le commerce et pour les embellissements de Toulouse lu dans une séance de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture par un des membres de cette académie, imprimé en 1754 (BM de Toulouse, mf 1167).

245 Ce Grand-Rond est aussi appelé « Boulingrin », version francisée du terme anglais « bowling green ». Voir à ce propos le Plan de la ville de Toulouse, par Joseph Marie de Saget, 1777 (Archives municipales de Toulouse, ii 686).

246 AM de Toulouse, DD 222, Esplanade, aujourd’hui Grand-rond, 1752 ; DD 223, Esplanade, aujourd’hui Grand-rond, 1752 ; DD 225, Esplanade, travaux, alignement, 1758-1789. Le capitoulat, suite à l’acceptation du projet de Louis de Mondran le 17 décembre 1751, procéda à une quarantaine d’achats (en fait des expropriations). Peu d’entre eux semblent avoir donné lieu à des contestations de propriétaires, preuve que les compensations financières accordées aux propriétaires devant notaires étaient sinon conséquentes, du moins suffisantes.

247 Robert Marconis, « Toulouse, l’embellissement de la ville », dans Jean-Luc Pinol, Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 238-239. Robert Marconis, qui ne travaille pas directement à partir d’archives, mais d’autres travaux, fait preuve de quelques imprécisions (notamment chronologiques) dans sa présentation.

248 Durant la révolution, l’ingénieur des Pont-et-Chaussées Le Masson proposa un Plan d’aménagement du quartier de Saint-Sever, dont seule une partie fut réalisée. Toutefois, la création de certaines nouvelles avenues guida l’urbanisation au siècle suivant. On peut consulter à ce propos Bernard Gauthiez, « Rouen au xviiie siècle », dans Jean-Luc Pinol, (dir.), Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 80-81. Voir également BNF, Ge A 1194, Plan d’aménagement du quartier de Saint-Sever : projet d’embellissement de la ville de Rouen, Le Masson, an IV.

249 À Grenoble, l’ingénieur Martin Bouchet propose ainsi en 1787 la construction d’un faubourg sur l’île Verte ; celui-ci aurait participé à limiter les crues de l’Isère, tout en jouant un rôle dans la défense militaire de la ville. Voir BM de Grenoble, R 7208, Bouchet (ingénieur), Rapport sur le projet de diguer la rivière d’Isère depuis la Gache jusqu’à l’embouchure du Drac, en passant ou en dedans ou en dehors de la ville de Grenoble, 20 mai 1787.

250  Dans les thèses de Maurice Garden ou René Favier, ces descriptions de contemporains ont même joué un rôle liminaire. Voir Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais, op. cit., p. 3-5 ; René Favier, Les Villes du Dauphiné au xviie et xviiie siècles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993, p. 16-36.

251 Claude Petitfrère, Images et imaginaires de la ville à l’époque moderne, Tours, Maison des Sciences de la Ville / Université François Rabelais, 1998. Cet ouvrage est le fruit d’un colloque ayant montré l’ampleur de l’utilité de ces sources.

252 Bernard Lepetit, « L’évolution de la notion de ville d’après les tableaux et descriptions géographiques de la France (1650-1850) », dans Urbi, nº 2, 1979, décembre, p. XICX-CVII. Voir également Christine Lamarre, « La ville des géographes français de l’époque moderne, xviie et xviiie siècles », dans Genèses, nº 33, 1998, décembre, « Les mots de la ville », p. 4-27.

253 Thomas Corneille, Dictionnaire universel, op. cit., vol. 2, p. 537.

254 Ibid., vol. 1, p. 419 : « De l’autre côté du port est la belle église de Notre-dame de Recouvrance, dans un faubourg aussi grand que la moitié de la ville ».

255 Ibid., vol. 2, p. 227.

256 Ibid., vol. 2, p. 685.

257 Ibid., vol. 3, p. 627.

258 Antoine-Augustin Bruzen de la Martinière, Grand Dictionnaire…, op.cit., vol. 1, p. 293.

259 Ibid., vol. 1, partie 3, p. 89. Dans ce faubourg se concentre toute l’activité du négoce de vin. En 1781, 23 des 36 grands courtiers royaux y résident, ainsi que 23 des 39 courtiers en vin brevetés par la ville pour Bordeaux et sa campagne. Voir à ce propos l’Almanach historique de la province de Guienne, op. cit., p. 191-194.

260 Ibid., vol. 4, p. 476.

261 Ibid., vol. 1, p. 272.

262 Ibid., vol. 1, p. 282.

263 Ibid., vol. 4, p. 693-696.

264 Ibid., vol. 4, p. 115-118.

265 François Des Rues, Description contenant toutes les singularités des plus célèbres villes et places remarquables du Royaume de France, Rouen, éditions David Geffroy, 1604, in-12º, p. 534-542.

266 Ibid., p. 621-624.

267 Ibid., p. 123-129.

268 Ibid., p. 299-319.

269 Ibid., p. 508-514.

270 Ibid., p. 270 ; L’auteur indique que « l’on void encor les ruines d’un amphitheatre nommé Grohan, bafti par les Romains ».

271 Ibid., p. 271. Il y a dans le faubourg Saint-Laud « une Eglife canoniale, dans laquelle eft une belle & riche croix d’argent doré, ornée de pierres précieuses : dans laquelle eft enchaffé un morceau du bois de la vraye Croix en laquelle noftre Seigneur fut crucifié ».

272 Mathieu-Robert de Hesseln, Dictionnaire universel…, op. cit., vol. 1, p. 119-126.

273 Ibid., p. 338-344.

274 Ibid., vol. 1, p. 147-153.

275 Ibid., p. 35-56. Dans le cas lyonnais, l’auteur mentionne simplement l’existence de quatre faubourgs.

276 Ibid., p. 16-23.

277 Ibid., vol. 5, p. 564-586.

278 Ibid., vol. 4, p. 334-345.

279 Ibid., vol. 1, p. 486-500.

280 Il s’agit du faubourg Saint-Seurin.

281 Ibid., vol. 1, p. 376-383.

282 Ibid., vol. 4, p. 608.

283 Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, traitant de tout ce qui y a rapport, Paris, éditions Saugrain / Prault, 1726, p. 466.

284 Ibid., vol. 1, p. 588.

285 Ibid., vol. 2, p. 361.

286 Ibid., vol. 1, p. 109-110.

287 Ibid., vol. 1, p. 1035-1040.

288 Ibid., vol. 2, p. 515.

289 Ibid., vol. 2, p. 715-716.

290 Ibid., vol. 2, p. 775-776. L’auteur mentionne simplement des monastères situés dans les faubourgs.

291 Ibid., vol. 2, p. 900-903

292 Ibid., vol. 3, p. 665-667.

293 Parfois, les auteurs de dictionnaires avouent eux-mêmes tirer les informations de leurs confrères ; le dictionnaire de La Martinière fait ainsi souvent référence aux travaux de Jean-Aymar Piganiol de la Force.

294 Olivier Zeller, « En tournée avec un fermier général : le journal de voyage de Jacques-Joseph Brac de la Perrière (1757) », dans Par monts et par vaux, migrations et voyages : actes du VIIIe colloque du festival d’histoire de Montbrison, Montbrison, Ville de Montbrison, 2001, p. 419-436.

295 Olivier Zeller, Les Brac, une famille consulaire lyonnaise de l’Ancien Régime à la Troisième République : racines, alliances, fortune, 4 vol., Historique et documents, 1750-1826, Lyon, association famille Brac de La Perrière, 1995, vol. 4, p. 505.

296 Félix & Thomas Platter, Félix Platter et Thomas Platter à Montpellier, 1552-1559, 1595-1599 : notes de voyages de deux étudiants bâlois…, op. cit., p. 404.

297 Sébastien Locatelli, Voyage de France : mœurs et coutumes françaises (1664-1665), présenté par Adolphe Vautier, Paris, éditions Alphonse Picard & fils, 1905, p. 25. Il s’agit ici du faubourg de Montmélian, situé au sud-est de la ville.

298 Ibid., p. 37.

299 Ibid., p. 117.

300 Jean-Aymar Piganiol de La Force, Nouveau Voyage en France [1740], Paris, éditions Théodore Legras, 1780, vol. 1, p. 170.

301 Ibid., vol. 2, p. 76.

302 Ibid., vol. 1, p. 218.

303 Maihows (Docteur), Voyage en France, en Italie et aux îsles de l’Archipel : ou Lettres écrites de plusieurs endroits de l’Europe et du Levant en 1750, avec les observations de l’auteur sur les diverses productions de la nature et de l’art, 4 vol., Paris, Charpentier, vol. 1, 1763, in 12º.

304 Arthur Young, Voyages en France dans les années 1787, 1788 et 1789, Paris, Union générales d’édition, « 10 / 18 », 1970, p. 64. Peu de temps avant Arthur Young, Louis-Alexandre de la Rochefoucauld (un homonyme de l’auteur des célèbres maximes) expliquait pour sa part que « le faubourgs des Chartrons, qui est au-delà du faubourg trompette, est un des plus beaux faubourgs d’Europe. Il a une lieue d’étendue sur le bord de la Garonne ». (Cité dans Robert Étienne (dir.), Histoire de Bordeaux, op. cit., p. 242-244.)

305 Ibid., p. 94.

306 Jérôme Lippomano, « Voyage de Jérôme Lippomano, ambassadeur de Venise en France en 1577 », dans Niccolò Tommaseo, Relation des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France au xvie siècle, 2 vol., Paris, Imprimerie nationale, in-4º, vol. 2, 1838, p. 299.

307 Ibid., p. 303.

308 Mehmed Efendi, Le Paradis des infidèles, un ambassadeur ottoman en France sous la Régence, Julien Claude Galland (trad.), Gilles Veinstein (éd.), Paris, François Maspero, 1981, p. 88.

309 Élie Brackenhoffer, Voyage en France…, op. cit., p. 3.

310 Ibid., p. 103.

311 Ibid., p. 85.

312 Just Zinzerling (dit Jodocus Sincerus), Voyage dans la vieille France, 1612-1616…, op. cit., p. 59-60.

313 Ibid., p. 60.

314 Ibid., p. 76.

315 Ibid., p. 91.

316 Ibid., p. 107.

317 Ibid., p. 112.

318 Ibid., p. 116.

319 Ibid., p. 266.

320 Jacques-Louis Ménétra, Journal de ma vie [1982], Daniel Roche (éd.), Paris, Albin Michel, 1998, p. 67.

321 Ibid., p. 65.

322 Ibid., p. 75.

323 Ibid., p. 128.

324 Bernard Lepetit, Les Villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 68-69.

Table des illustrations

Titre Plan historique de la ville d’Angers, assujetti à ses accroissements, embellissements et projets, par Jean-Baptiste Dubois & Marc-Antoine Moithey, 1776.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre Plan géométral de la ville de Bordeaux et parties de ses faubourgs, par Jean Lattré, 1754.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Plan géométral de la ville et faubourgs de Bordeaux avec tous les changements faits jusqu’à présent, atelier de M. Sarge, 1787.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Plan de la ville et citadelle de Montpellier et de leurs environs, xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24864/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5M
Titre Nouveau plan de la ville et des environs de Dijon, par Beaurain, 1767.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24864/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0M
Titre Projet d’un plan général de Lyon, et de son agrandissement, en forme circulaire, dans les terrains des Brotteaux, par Jean-Antoine Morand, 1764.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24864/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Plan de la ville de Toulouse, par Joseph Marie de Saget, 1777.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/24864/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2M

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search