Version classiqueVersion mobile

Aux marges des villes modernes

 | 
Yannick Jambon

Introduction

Texte intégral

Les faubourgs de la modernité, terrae incognitae

  • 1 Face à la Société française d’histoire urbaine (SFHU), les historiens ruralistes se sont regroupés (...)
  • 2 Les Éditions du Seuil ont ainsi publié au début des années 1980 une Histoire de la France rurale, (...)
  • 3 Les ruralistes disposent ainsi de deux revues : Ruralia (depuis 1995) et Histoires et sociétés rur (...)

1Quand l’historien s’intéresse à la ville moderne, il la définit bien souvent par opposition à l’espace rural. La ville, c’est avant tout un espace clos de remparts, donc fermé et clairement délimité, dans lequel des privilèges collectifs sont garantis aux habitants. Ceux-ci exercent majoritairement des activités liées à l’artisanat et au commerce, justifiant une agglomération de population relativement importante. Cette définition, restrictive mais commode, apparaît d’autant plus pertinente que l’histoire rurale et l’histoire urbaine constituent aujourd’hui deux champs de recherche bien distincts, ayant chacun leurs propres spécialistes1, problématiques, ouvrages de référence2 et revues3.

  • 4 L’étymologie du terme faubourg est sur ce point révélatrice : « Fau » vient du latin foris, qui si (...)
  • 5 Voir Histoire, économie et société, vol. 15, nº 3, 1996. Les articles les plus intéressants sont l (...)
  • 6 Ania Guini-Skliar, « Les carrières parisiennes aux frontières de la ville et de la campagne, xviie(...)
  • 7 Paul Delsalle, « Les faubourgs des villes comtoises et ceux de Poligny en particulier à l’époque d (...)
  • 8 Roger Gauchat, « Les faubourgs de Dijon du xviiie siècle à nos jours », dans Mémoires de la Commis (...)
  • 9 Henri Michel, « Aspects sociaux et économiques des faubourgs de Montpellier vers le milieu du xvii (...)
  • 10 Line Teisseyre-Sallmann, « Un indicateur du développement urbain : le lotissement des faubourgs de (...)

2Ce cloisonnement de la recherche historique explique peut-être pourquoi l’étude des faubourgs modernes a jusqu’alors été délaissée en France ; constituant des espaces intermédiaires entre la ville et la campagne, ils regroupent des populations parfois nombreuses, mais qui demeurent à l’extérieur des limites urbaines, le plus souvent matérialisées par les murailles4. Les faubourgs seraient donc, aux yeux des historiens, des enfants illégitimes nés des amours entre la ville et la campagne, des bâtards que nul ne veut reconnaître. Ils n’ont suscité pour l’instant que des travaux certes intéressants, mais très ponctuels. Ainsi, la revue Histoire, économie et société a consacré en 1996 un numéro spécial sur les « banlieues et faubourgs », du Moyen Âge à la période contemporaine, dans lequel toutefois peu de contributions concernent directement la modernité5. En décembre 2003 a également été publié un numéro spécial de la revue Histoire urbaine intitulé « Urbanité, ruralité ». Le thème des faubourgs n’était pas cette fois-ci l’objet principal des articles, mais l’un d’entre eux évoque tout de même le phénomène de la suburbanité dans l’Ancien Régime6. Enfin, la même année, Paul Delsalle s’est intéressé aux faubourgs des villes de Franche-Comté à l’époque de Charles Quint7. Son article est incontestablement un des plus stimulants sur le sujet. Moins riches mais plus anciens, les articles de Robert Gauchat8 sur Dijon et d’Henri Michel sur Montpellier9 ont eu le mérite d’étudier ces espaces sur une longue période, le premier privilégiant avant tout la période contemporaine. Quant à Line Teisseyre-Sallman, elle s’est intéressée au lotissement de parcelles agricoles dans les faubourgs de Nîmes à la fin du xviiie siècle10.

  • 11 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dan (...)
  • 12 Ibid., p. 439-441. 
  • 13 Jean Meyer & Jean-Pierre Poussou, Études sur les villes françaises : milieu du xviie siècle à la R (...)
  • 14 Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France, 1996
  • 15 François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 576 et 577.
  • 16 Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, Paris, Éditions du Seuil, 2003, 2 vol.
  • 17 Benoît Garnot, Les Villes en France aux xvie, xviie et xviiie siècles, Paris, Ophrys, 1994, p. 17. (...)
  • 18 Voir notamment le Bulletin du centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise : vil (...)

3De facto, la place des faubourgs dans l’historiographie française de la période moderne n’est, pour tout dire, qu’extrêmement ténue. La consultation d’ouvrages de référence révèle une profonde désaffection collective pour ce sujet. Dans l’Histoire de la France urbaine11, aucune place n’est réservée aux faubourgs en tant qu’objets d’étude. L’index de l’ouvrage ne renvoie qu’à quatre pages où cette notion est évoquée subrepticement. Trois pages mentionnent toutefois le rôle des faubourgs dans la croissance urbaine généralisée du xviiie siècle12. Jean-Pierre Poussou est peut-être l’un des seuls à attirer l’attention des chercheurs sur ces espaces, sans toutefois préciser ses pensées13. Le Dictionnaire de l’Ancien Régime14, sous la direction de Lucien Bély, ne contient lui non plus aucun article consacré aux faubourgs. Quant au Dictionnaire du Grand Siècle, dirigé par François Bluche, il ne donne que deux articles consacrés aux faubourgs Saint-Antoine et Saint-Germain, sans l’ambition toutefois de généraliser au-delà du cas parisien15. Même les publications les plus récentes et les plus actualisées sur le thème de la ville continuent malheureusement de négliger ce thème d’étude. Ainsi, L’Histoire de l’Europe urbaine16, publiée en novembre 2003, n’accorde qu’une place extrêmement réduite aux espaces suburbains. Enfin, une dernière catégorie d’ouvrages, dans un souci de vulgarisation, délivre des conclusions hâtives, en l’absence de travaux de fond17. Autrement dit, aucun travail universitaire d’importance au cours de ces dernières années n’a été consacré aux faubourgs des villes modernes, qu’il soit monographique ou d’ambition plus large. Plus globalement peut être constaté le désintérêt général pour l’ensemble des problématiques concernant les relations entre centre et périphéries dans l’historiographie française de la période moderne jusqu’aux années 2000, en exceptant évidemment de ce constat les relations entre ville et campagne proprement dites, qui connurent un grand succès à la fin des années 1970 et au début des années 198018.

  • 19 Un bon exemple est fourni par l’ouvrage de Raymonde Monnier, Le Faubourg Saint-Antoine (1789-1815)(...)
  • 20 Alain Thillay, Le Faubourg Saint-Antoine et ses « faux ouvriers » : liberté du travail à Paris aux (...)

4Lorsque des monographies portant sur les faubourgs existent, elles sont soit des travaux de vulgarisation relevant de « l’histoire de clocher » – sans dénigrement –, soit des études portant sur le rôle politique de leurs habitants, en particulier durant la Révolution française19. Un seul travail d’importance, à notre connaissance, s’intéresse clairement au particularisme faubourien dans une démarche comparatiste avec la ville : le livre d’Alain Thillay sur le faubourg Saint-Antoine à Paris, qui couvre les xviie et xviiie siècles20. Concernant toutefois le cas bien singulier de la capitale, ses conclusions ne peuvent en aucun cas s’appliquer à l’ensemble du royaume de France.

  • 21 Olivier Zeller, « La place des miséreux et des malades à Lyon, de l’Ancien Régime à nos jours », d (...)
  • 22 Peter & Jennifer Clark, « The Social Economy of the Canterbury Suburbs: the Evidence of the Census (...)
  • 23 Jeremy Boulton, Neighbourhood and Community: A London Suburb in the Seventeenth Century, Cambridge (...)
  • 24 Michael Aston & James Bond, The Landscape of Towns, Londres, Dent, 1976.
  • 25 David Pallisser (dir.), The Cambridge Urban History of Britain: 600-1540, dans Peter Clark, Martin (...)

5Dans d’autres pays, la thématique des faubourgs a suscité un peu plus d’intérêt. Chez les Anglo-Saxons, les faubourgs de la modernité (nommés suburbs, comme les banlieues) semblent un peu mieux considérés. Si des travaux existent sur le sujet, ils ne sont toutefois pas légion. Encore faut-il souligner que l’absence de murailles dans de nombreuses villes anglaises de la modernité était de nature à amoindrir la dichotomie sociospatiale entre cité et faubourgs21. Des travaux existent pourtant bien sur les faubourgs, mais sont généralement méconnus en France : Peter et Jennifer Clark rédigèrent par exemple un article très riche sur les suburbs de Canterbury au xvie siècle22, se fondant sur un recensement de 1563 bien connu outre-Manche. D’autres travaux, comme ceux de Jeremy Boulton23 sur Londres, ou de Michael Aston et de James Bond24 sur les liens entre villes et espaces surburbains, apportent des éclairages intéressants ; toutefois, ces ouvrages ne sont pas vraiment récents et ne retiennent pas les espaces suburbains comme unique objet d’étude. Ils constituent simplement des cadres géographiques dans lesquels s’inscrivent de plus larges problématiques. Quant à la volumineuse Cambridge Urban History of Britain25, elle accorde peu de place au thème des faubourgs.

  • 26 Annie Fourcaut, « Faire l’histoire de la banlieue parisienne », Christophe Charle et al. (éd.), La (...)

6Parmi les raisons possibles de cette désaffection, en particulier française, citons notamment la grande valeur symbolique attachée dans les imaginaires collectifs à la notion de faubourg. Celle-ci renvoie au monde des villes du xixe siècle, aux premiers temps de la misère et du combat ouvriers, souvent traités avec sympathie par la communauté historique au cours des années 1950 et 1960, dans un « climat intellectuel d’héroïsation de la classe ouvrière26 ». Apparaissant comme des espaces symboles de l’industrialisation, ils ont été bien souvent associés au creuset de la lutte de classes. Cette représentation a complètement effacé l’image ancienne, et, pourrait-on dire, originelle des faubourgs. Beaucoup de personnes, même parmi la communauté des historiens, sont incapables de donner une définition précise de ce terme à l’époque moderne, une définition fondamentalement différente de celle des quartiers ouvriers et populaires de l’âge industriel, rendus célèbres par les révoltes ouvrières que narrèrent les grands romanciers du xixe siècle. Ce fait a été rappelé avec justesse et pertinence par Alain Faure : « Les mots sont souvent de faux amis par lesquels on vous souffle ce qu’il faut penser et croire. » Le même auteur explique aussi le glissement sémantique du mot « faubourg » au xixe siècle, qui a semé une confusion durable dans les esprits les plus avertis :

  • 27 Alain Faure, « Un faubourg, des banlieues ou la déclinaison du rejet », dans Jean-Charles Depaule (...)

L’industrialisation et le peuplement ouvrier de la périphérie des villes auraient contaminé le mot, lui donnant son contenu péjoratif, avec derrière l’idée d’une menace pesant désormais sur l’ordre social et politique établi [...]. Ce sont donc les révolutions du xixe siècle qui auraient donné aux faubourgs, exacte préfiguration de nos actuelles « banlieues », leur réputation de lieux sinistres et terribles27

7Pour mieux étudier les faubourgs de l’Ancien Régime, il convient donc de laisser aux oubliettes leurs représentations collectives, trop fortement marquées par l’histoire contemporaine, et en particulier par les images de l’industrialisation. Dans le cas contraire, un double écueil anachronique et téléologique s’érigerait sur le chemin de la recherche, biaisant interprétations et analyses.

  • 28 Pierre Richelet, Dictionnaire françois contenant les mots et les choses..., Genève, Jean Herman Wi (...)
  • 29 Dictionnaire de l’Académie françoise dédié au Roy, 2 vol., Paris, Veuve Jean-Baptiste Coignard & J (...)
  • 30 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieu (...)

8À bien relire dans les dictionnaires de la modernité les définitions très imprécises données au faubourg, l’on constate aussi bien l’importance du glissement sémantique ayant affecté ce terme que la pluralité et la difficulté de sa définition. Le Dictionnaire françois contenant les mots et les choses de Pierre Richelet les définit comme des « maisons en forme de bourg, ou de village hors des portes d’une ville, où l’on passe ordinairement pour venir dans la ville28. » De façon similaire, le Dictionnaire de l’Académie française désigne le faubourg comme « un assemblage de maisons qui joint par dehors à l’enceinte d’une ville29 ». Le Dictionnaire de Trévoux, s’appuyant sur le Dictionnaire universel de Furetière30, précise qu’un faubourg désigne

  • 31 Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux [1704], vol. (...)

la partie d’une ville qui est au-delà de ses portes et de son enceinte, ou les bastimens qui sont sur les avenuës de la ville. On a déjà enfermé plusieurs fois les fausbourgs de Paris dans la ville. Les villes de guerre ne doivent point avoir de fauxbourgs. On disoit autrefois forsboug, comme qui diroit hors le bourg, ou hors de la ville, d’ou est venu ce mot par corruption31

  • 32 Denis Diderot & Jean D’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et d (...)

9Quant à l’Encyclopédie, elle propose une définition plus juridique : « C’est un terrein attenant une ville, & dont les habitans ont les mêmes priviléges & la même jurisdiction que ceux de la ville32. » En tout cas, aucun auteur ne se risquait alors à une quelconque tentative de définition démographique, sociale ou économique des espaces suburbains.

Des réflexions déjà affinées sur le sujet pour d’autres périodes et dans d’autres disciplines

  • 33 Robert Bedon (éd.), Suburbia : les faubourgs en Gaule romaine et dans les régions voisines, Caesar (...)
  • 34 Ce colloque s’est tenu du 29 février au 3 mars 2012 à Versailles.
  • 35 La Société française d’histoire urbaine a organisé une journée d’études le 20 janvier 2012 autour (...)
  • 36 Un colloque international intitulé « Extra muros : espaces suburbains au bas Moyen Âge et à l’époq (...)
  • 37 Parmi les travaux précurseurs, citons notamment : Annie Fourcault, Bobigny, banlieue rouge, Paris, (...)

10Depuis quelques années, la recherche historique semble plus active sur le sujet. La publication d’un travail collectif sur les faubourgs de l’Antiquité33 et l’organisation, en 2012, d’un colloque international sur les franges urbaines et confins territoriaux de la Gaule dans l’Empire34 tendent à prouver que les réflexions sur les marges spatiales de la ville suscitent actuellement un intérêt collectif transcendant les cloisonnements entre périodes historiques. Des journées d’études35 ou des colloques36, ouverts à des spécialistes de toutes périodes, se multiplient d’ailleurs sur ce sujet. En histoire contemporaine, les travaux sur les banlieues, formes contemporaines des faubourgs, sont de plus en plus nombreux37 : peut-être faut-il y voir une emprise de l’actualité sur les préoccupations des scientifiques et des maisons d’édition. Pour reprendre le mot de Lucien Febvre, l’historien est toujours « le fils de son temps ». Ses champs de recherche embrassent généralement les préoccupations politiques, économiques et sociales de son époque.

  • 38 Trois ouvrages de synthèse essentiels offrent un panorama global de la situation : Jean-Claude Boy (...)
  • 39 Bien que fréquemment utilisé à partir des années 1960, le concept fut pour la première fois déploy (...)
  • 40 Reginald Golledge, « Sydney’s Metropolitan Fringe: A Study in Urban-Rural Relations », Australian (...)
  • 41 Raymond Edward Pahl, Urbs in Rure: The Metropolitan Fringe of Hertfordshire, London School of Econ (...)
  • 42 Robin J. Pryor, « Defining the Rural Urban Fringe », Social Forces, nº 47, 1968, p. 202-215.
  • 43 Harold Carter, The Study of Urban Geography, Londres, Arnold, 1972, p. 288-296.
  • 44 Pierre George, « Les franges urbaines : les effets marginaux de l’urbanisation », Espace, populati (...)

11L’étude de la suburbanité, en géographie comme en sociologie, a constitué également ces dernières années un axe de recherche fondamental. Nombre de problématiques ont été formulées, puis éprouvées ; des modèles spatiaux ont été élaborés et critiqués38. Surtout, beaucoup des réflexions qui ont été alors menées peuvent être transposées dans le cas de la ville moderne. Le concept de frange urbaine (urban fringe en anglais) a souvent été utilisé par les géographes ou les sociologues pour désigner les marges de la ville, en particulier dans les pays anglo-saxons : il désigne généralement les espaces de transition entre la ville proprement dite et le paysage agro-rural qui l’entoure39. Dans les années 1960 et 1970, Reginald Golledge40, Raymond E. Pahl41, Robin J. Pryor42 ou Harold Carter43 ont chacun utilisé cette notion avec des objectifs bien différents, tendant à montrer les spécificités sociales, paysagères, économiques ou fonctionnelles de ces marges. En France, un géographe comme Pierre George a lui aussi manié ce concept pour éclairer l’évolution de l’agriculture périurbaine, en particulier à Paris44.

  • 45 Claude Chaline, Les Villes du monde arabe, Paris, Masson, 1989. Du même auteur, deux autres référe (...)
  • 46 Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville : xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du Seuil, « Poin (...)
  • 47 Marc Dumont & Dominique von der Mühll, « De la rue à la ville apaisée : l’éclairage comparé des ex (...)
  • 48 Alain Durand-Lasserve, L’Exclusion des pauvres dans les villes du Tiers-Monde, Paris, l’Harmattan, (...)
  • 49 Lyon apparaît ainsi comme un des exemples français les plus connus de planification suburbaine au (...)
  • 50 Voir par exemple l’article de l’historien médiéviste Étienne Hubert, « La construction de la ville (...)

12Au cours des quarante dernières années, les géographes se sont en particulier intéressés aux modalités de l’étalement urbain, essentiellement à partir d’exemples récents, datant tout au plus d’une quarantaine d’années, et concernant tous les continents. En général, leurs travaux ont distingué une extension planifiée d’une extension spontanée et incontrôlée. Dans le premier cas, mis en évidence par Claude Chaline pour Damas ou Le Caire45, et par Bernard Marchand pour Paris46, les géographes se sont appliqués à décrire et à expliquer les politiques de création de villes nouvelles et leur réussite (ou plus souvent leur échec), en mesurant l’ampleur de la croissance des banlieues, mais aussi parfois la formation des trames viaires en périphérie47. Dans le second cas, d’autres géographes ont démontré que l’urbanisation spontanée en périphérie des agglomérations, en particulier dans les villes du Sud, répondait finalement aux carences de logement dans certaines villes48. Or, pour la période moderne, les politiques de planification urbaine n’ont pas été véritablement étudiées jusqu’à présent, alors que certaines d’entre elles sont menées dès le xviiie siècle49. L’urbanisation spontanée connaît actuellement le même désintérêt chez les historiens, et rares sont ceux à s’y être intéressés, même rapidement50.

  • 51 L’exemple de Tokyo est particulièrement éclairant sur ce sujet. On peut consulter à ce propos Nata (...)
  • 52 Joël Garreau, Edge City: Life of the New Frontier, New York, Doubleday, 1991.
  • 53 Voir par exemple Christian Lefèvre & Jean-Marc Offner, Les Transports urbains en question : usages (...)

13Ce sujet n’a cependant pas épuisé toute l’inspiration des géographes français en matière d’étude urbaine. La thématique des relations entre centre et périphéries a également alimenté de nombreux travaux, concernant aussi bien les fonctions que les populations. Les géographes ont étudié, toujours pour une période très récente, le desserrement de certaines fonctions, c’est-à-dire leur déplacement du centre vers la périphérie, soit à cause d’une requalification du centre51, soit par volonté d’équilibrer le territoire urbain par le développement de nouveaux pôles52. En ce qui concerne les populations, les géographes se sont attachés ces dernières années à mesurer l’ampleur des migrations pendulaires, c’est-à-dire les déplacements de populations entre le centre et ses périphéries pour des raisons professionnelles ou ludiques. Ces travaux étaient souvent suscités par les difficultés que connaissent les villes en matière de transport. Ils ont donc été initialement utilisés pour préparer et justifier certains projets de transports publics (métropolitains, tramways...). Les géographes ont souvent exploité ces données, cherchant à expliquer l’existence des migrations pendulaires par l’éloignement croissant entre le lieu de travail et le lieu d’habitation53.

  • 54 Les géographes distinguent habituellement les notions de rénovation et de réhabilitation. Par réno (...)
  • 55 J. John Palen & Bruce London, Gentrification, Displacement and Neighbourhood Revitalization, New Y (...)
  • 56 Philip Ernest Ogden, London Docklands: the Challenge of Developpement, Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 57 Pour une vue d’ensemble du sujet, consulter Catherine Bidou-Zachariasen (dir.), Retours en ville : (...)
  • 58 Anne Clerval, Paris sans le peuple : la gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013.
  • 59 Jean-Yves Authier, L’Embourgeoisement des quartiers anciens centraux réhabilités : l’exemple du qu (...)

14Enfin, les géographes ont continué à étudier les mécanismes de la ségrégation sociospatiale, travaillant pour cela de concert avec des sociologues. Leurs études ont cette fois été réalisées selon une approche dynamique, pour répondre à deux questions : comment expliquer les politiques de rénovation ou de réhabilitation54 urbaines dans certaines villes ? Comment certaines politiques urbaines ont-elles permis de requalifier certains quartiers, au centre comme dans les périphéries ? S’appuyant aussi bien sur de célèbres exemples étrangers (Manhattan55, les docks de Londres56...) que sur des exemples français57 (Paris58 et Lyon59 notamment), ces travaux s’attachèrent à expliquer le retour au centre-ville de certaines populations aisées, qui vivaient auparavant dans des espaces suburbains. Ces mouvements aboutissent à une modification des structures sociales des quartiers centraux, appelée gentrification (ou élitisation, pour reprendre le concept francisé par les universitaires québécois).

  • 60 Un des ouvrages considérés comme les plus importants reste celui de Christian Bachmann & Nicole Le (...)
  • 61 Didier Lapeyronnie, Ghetto urbain : ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, (...)
  • 62 Voir à ce propos le livre d’Éric Charmes, La Vie périurbaine face à la menace des « gated communit (...)
  • 63 Christine Lelévrier, « La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concentration ? », (...)

15Les sociologues se sont par ailleurs intéressés aux espaces suburbains, en particulier aux banlieues des grandes villes françaises, qui se sont fortement développées après 1945. Eux aussi furent en partie guidés par l’actualité. Les différents auteurs cherchèrent à expliquer les causes de la violence aux marges de la ville, fortement médiatisée dans les années 199060, en développant par exemple la notion d’exclusion sociale61 ou en s’intéressant à la fragmentation de l’espace urbain62. Plus récemment, certains sociologues ont développé de nouveaux champs de recherche, dans lesquels l’espace suburbain est concerné : citons l’analyse des modes d’appropriation des espaces, ainsi que l’étude des effets des politiques de rénovation urbaine dans des quartiers périphériques d’habitat social63.

De la légitimité d’un cadre spatio-temporel d’étude élargi

  • 64 À partir de 1537 et durant l’ensemble du xvie siècle, l’assistance aux plus démunis, assurée par l (...)
  • 65 Ainsi à Paris avec les faubourgs Grenelle, Bercy ou Montmartre (1860), à Lyon avec les faubourgs d (...)
  • 66 Voir infra, le chapitre « L’identification des faubourgs : origines et espace vécu ».

16La période d’étude choisie est délibérément vaste. Allant du « beau » xvie siècle, période de croissance urbaine et de création (ou d’extension) des faubourgs, au tout début du xixe siècle, prélude de l’industrialisation et de profondes mutations urbaines (sociales, démographiques, économiques, architecturales...), celle-ci permet de saisir leurs évolutions conjoncturelles aussi bien que structurelles. Ces bornes chronologiques se justifient également par les changements de conception des citadins sur les espaces environnant la ville. En effet, c’est dans la première moitié du xvie siècle que se précise de manière progressive la rupture entre habitants de la ville, entre ceux « du dedans » et ceux « du dehors » ; cette scission se concrétise notamment par la mise en place de mesures discriminatoires à l’égard des personnes étrangères à la ville, dont les habitants des faubourgs. Ainsi, à Lyon, les dispositifs d’aide aux plus humbles deviennent extrêmement restrictifs64. Inversement, au début du xixe, les faubourgs apparaissent généralement comme des quartiers faisant partie intégrante des agglomérations, ce qui se vérifie dans de nombreux cas par leur rattachement administratif à la ville-centre au cours de ce siècle65. En outre, minoritaires furent les villes dans lesquelles les fortifications furent étendues après le xvie siècle66. Beaucoup des remparts des villes françaises modernes existent en fait depuis le xive ou le xve siècle, période où ils ont permis d’englober dans l’urbs nombre de faubourgs médiévaux. Autrement dit, la période moderne correspond, dans une majorité de cas, à la fixation des limites visibles des villes. En revanche, le début du xixe siècle correspond au moment où ces limites visibles disparaissent complètement, ou sont repoussées en périphérie, parallèlement à la mise en place de modifications administratives profondes, qui voient les statuts et privilèges des faubourgs évoluer ou disparaître.

17Le cadre spatial d’étude se justifie également assez facilement, même s’il prête à la polémique. Depuis des années, les travaux de thèse en France traitant de l’histoire urbaine moderne sont quasi exclusivement des monographies portant sur des villes ou un groupe de villes. Changer d’échelle et étudier un cadre suffisamment vaste (tel le royaume de France) permet de répondre à un grand nombre de questionnements. Un travail de recherche est tout autant (si ce n’est plus...) utile pour les problématiques qu’il pose et les pistes de recherche qu’il ouvre que pour les réponses, inévitablement partielles et provisoires, qu’il apporte.

  • 67 Jean-Pierre Poussou & Pierre Guillaume, Démographie historique, Paris, Armand Colin, 1970, p. 83 : (...)

18Dernière remarque d’importance : pour les exploitations de données statistiques, il a été décidé de se concentrer sur certaines villes de tailles différentes, dont les fonds d’archives sont particulièrement riches d’indications portant sur les faubourgs : Lyon, Grenoble, Toulouse, Angers, Orléans, Dijon, Romans-sur-Isère, Villeneuve-de-Berg et Angoulême. Ces villes présentent toutes des faubourgs de tailles différentes. Elles constituent en outre un échantillon de petites villes, de villes moyennes et de grandes villes, situées dans des régions très différentes du royaume de France. Leurs fonds d’archives ont été plus particulièrement explorés et des exploitations statistiques de sources, notamment de listes d’habitants (appelées rôles, recensements ou dénombrements), ont pu être menées pour bâtir un socle de connaissances quantitatives. Utilisées systématiquement, ces sources ne sont pas sans danger. Produits à une ère préstatistique, et avant l’existence d’une administration fiscale efficace et pointilleuse, les recensements d’Ancien Régime ont longtemps été rejetés par les historiens et les démographes pour leur manque de fiabilité67. Depuis plus de trente ans, de nombreux travaux ont pourtant démontré que leur apport pouvait être particulièrement précieux, toutes les listes nominatives ne présentant ni les mêmes défauts rédhibitoires, ni la même quantité d’informations. Toutes ces villes présentent en outre des profils singuliers, rendant leur comparaison judicieuse et pertinente.

19Lyon mérite d’être d’abord présentée, non pas pour son histoire propre mais pour ses faubourgs spécifiques. Elle dépassait les 100 000 habitants à la fin de l’Ancien Régime, et pouvait ainsi être qualifiée de grande ville à l’échelle du royaume. Ses faubourgs, très peu étendus au regard de l’espace intra muros et relativement peu peuplés (environ 10 % de la population au moment de la Révolution française), étaient pour certains coupés physiquement de la ville par les cours d’eau ou la topographie. En outre, certains de ces faubourgs se développèrent dans des territoires sur lesquels la ville n’avait quasiment aucune autorité, car ils relevaient de la province du Dauphiné voisine ou du Franc-Lyonnais, un pays bénéficiant de privilèges hérités de son ancienne localisation dans le duché de Savoie. Ces faubourgs constituaient une terre promise pour des populations généralement très attachées à leurs libertés.

20Grenoble était aussi une ville aux faubourgs peu nombreux (elle en comprenait trois : Saint-Joseph, Saint-Laurent et Très-Cloître) et très peu étendus. La capitale du Dauphiné, enserrée par les reliefs de Chartreuse, de Belledonne et du Vercors, ainsi que par deux cours d’eau impétueux provoquant de fréquentes inondations, a toujours eu sous l’Ancien Régime des faubourgs atones, ne connaissant pas de véritable décollage démographique. Ville de Parlement, centre économique avec des activités textiles en développement au xviiie siècle, Grenoble présente certaines archives fort intéressantes, notamment une série de rôles de capitation établis annuellement, indiquant l’identité des chefs de feu des faubourgs et de la ville dans la deuxième moitié du xviiie siècle.

21À l’inverse, Toulouse, Orléans et Angers présentaient sous l’Ancien Régime des espaces suburbains plus conséquents, développés souvent de façon précoce. Toulouse possédait ainsi un gros faubourg sur la rive opposée de la Garonne dès le Moyen Âge, mais également d’autres espaces suburbains autour des murailles. La ville présente également l’intérêt d’avoir eu la volonté de planifier les espaces faubouriens dans la deuxième moitié du xviiie siècle.

22Orléans possède la particularité d’avoir conservé relativement peu de documents de la période moderne, en raison des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Un recensement de la première capitation, datant de 1695, peut apporter des renseignements essentiels pour notre sujet. Relevons enfin qu’Angers, comme Toulouse ou Orléans, possédaient des faubourgs très nombreux à la fin de l’Ancien Régime : 9 pour Angers et Orléans, 7 pour Toulouse.

23Dijon, cité moyenne à l’échelle du royaume, et cependant ville de Parlement dominant la province de Bourgogne, possédait un profil relativement agricole, à l’instar d’autres localités situées dans des zones viticoles, comme Arbois ou Auxerre. De nombreux vignerons résidaient même intra muros. D’un point de vue paysager, ses maigres faubourgs s’apparentaient à des espaces intermédiaires entre villes et vignes.

24Romans a été choisie pour son particularisme faubourien. Située en Dauphiné à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Valence, au bord de l’Isère, cette ville ne possédait qu’un seul faubourg. En partie émancipé, ou du moins bataillant constamment, au cours de l’Ancien Régime, pour justifier de son indépendance à l’égard de la ville, ce faubourg prit même le nom de Bourg-de-Péage.

25Quant à la ville d’Angoulême, elle a été choisie en raison de la qualité de ses fonds d’archives, et de l’originalité de sa topographie, puisqu’elle fut construite sur un éperon rocheux dominant les espaces faubouriens, situés pour certains au bord de la Charente.

  • 68 Actuellement le sud du département de l’Ardèche.

26Enfin, de toutes les localités étudiées, Villeneuve-de-Berg était incontestablement la plus modeste. Il s’agissait d’une petite ville-marché située dans les montagnes du Vivarais68, dont une partie importante de la population résidait hors des fortifications médiévales. En dehors de la ville-centre proprement dite, peuplée de moins de 900 habitants, deux faubourgs (Basse-Rue et Notre-Dame) regroupaient près de 1 000 habitants. Un autre faubourg, plus modeste, était détaché de l’agglomération, à quelques centaines de mètres au sud-est. Du nom de Tournon, cet espace suburbain s’apparentait davantage en réalité à un village rattaché administrativement à la ville. Villeneuve-de-Berg n’a laissé que peu de traces durant la période moderne ; excentrée dans le Nord de la généralité du Languedoc, elle fut une terre d’affrontement entre catholiques et protestants au xviie siècle. Ses intéressants fonds d’archives permettent d’en savoir plus sur les faubourgs d’une petite ville de l’Ancien Régime.

27De nombreux autres fonds d’archives ont pu être sollicités de manière plus modeste, au cours de recherches ponctuelles portant sur les caractères spécifiques de certaines villes et de leurs faubourgs (à Clermont-Ferrand, Nîmes, Marseille, Caen, Rouen, Nantes, Bordeaux, Avignon, Valence...). L’on constatera sûrement que les villes d’un quart nord-est de la France (au nord d’une ligne Le Havre / Besançon) et que Paris ont été plutôt délaissées. En effet, devant l’ampleur des dépouillements, des villes ont dû être écartées. De plus, cette ligne de fracture Le Havre / Besançon correspondait aussi à une ligne de fracture numérique au début des années 2000 : les dépôts d’archives des villes du Nord de la France montraient alors un retard dans la numérisation de certains fonds (par exemple les registres paroissiaux, les cartes et les plans), ou mettaient à disposition des chercheurs certaines archives en ligne sur Internet moyennant finances... En définitive, la démarche retenue, bien qu’imparfaite, permet d’établir suffisamment de comparaisons pour dresser certains constats qui, s’ils ne sont pas des règles, peuvent avoir des valeurs d’ordre général.

*

28Étudier les faubourgs de la France moderne doit finalement permettre, à l’instar des recherches sur les espaces ruraux ou urbains, de déterminer les éléments d’une singularité pluridimensionnelle. En d’autres termes, en quoi les espaces suburbains se distinguaient-ils des villes et des campagnes dans la France d’Ancien Régime ? Répondre à cette question peut induire une multiplicité d’approches, étant donné l’ampleur du sujet. La démarche proposée découle d’une mise en perspective de ces espaces dans le temps long, à travers l’étude de trois thématiques rarement associées dans les productions historiques actuelles. Une première partie, très influencée par des problématiques géographiques, abordera les faubourgs en tant qu’espaces singuliers, tant du point de vue de leur organisation spatiale que de leur composition sociale. Dans un deuxième temps, l’on essaiera de définir quelques-uns des liens qui existaient entre les faubourgs et les espaces environnants (ville, autres faubourgs, etc.), en matière de sociabilité, d’investissement, de solidarité, voire de mobilité. In fine, en comparant les rythmes, la fécondité, la mortalité ou la taille des feux des espaces suburbains à ce qui est déjà bien connu pour les villes et les campagnes de la période moderne, l’on s’interrogera sur une éventuelle singularité faubourienne en matière de démographie.

Notes

1 Face à la Société française d’histoire urbaine (SFHU), les historiens ruralistes se sont regroupés dans deux associations dynamiques : l’ARF (Association des ruralistes français) sous la direction de Jean-Luc Mayaud, et l’AHSR (Association d’histoire des sociétés rurales) présidée par Jean-Marc Moriceau.

2 Les Éditions du Seuil ont ainsi publié au début des années 1980 une Histoire de la France rurale, et une Histoire de la France urbaine, dirigées par Georges Duby, chacune en cinq volumes.

3 Les ruralistes disposent ainsi de deux revues : Ruralia (depuis 1995) et Histoires et sociétés rurales (depuis 1994). Les historiens urbanistes disposent quant à eux de la revue Histoire urbaine précédemment évoquée, ainsi que de revues étrangères spécialisées publiant des articles en français (Città e Storia et Urban History).

4 L’étymologie du terme faubourg est sur ce point révélatrice : « Fau » vient du latin foris, qui signifie « hors de ».

5 Voir Histoire, économie et société, vol. 15, nº 3, 1996. Les articles les plus intéressants sont les suivants : François-Joseph Ruggiu, « Les liberties de Canterbury et de Chester au xviiie siècle », p. 367-380 ; Michel Bochaca, « Banlieues et détroits municipaux : les espaces suburbains soumis à la juridiction des communes du Bordelais (xiiie-xvie siècles) », p. 353-365. Notons qu’aucune contribution ne concerne précisément notre cadre spatial et chronologique d’étude.

6 Ania Guini-Skliar, « Les carrières parisiennes aux frontières de la ville et de la campagne, xviie-xviiie siècles », Histoire urbaine, nº 8, 2003, décembre, p. 41-56.

7 Paul Delsalle, « Les faubourgs des villes comtoises et ceux de Poligny en particulier à l’époque de Charles Quint », dans La Franche-Comté à la charnière du Moyen Âge et de la Renaissance, 1450-1550 : actes du colloque de Besançon (10-12 octobre 2002), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2004, p. 243-266.

8 Roger Gauchat, « Les faubourgs de Dijon du xviiie siècle à nos jours », dans Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, vol. 23, 1955, p. 280-343.

9 Henri Michel, « Aspects sociaux et économiques des faubourgs de Montpellier vers le milieu du xviiie siècle d’après une enquête fiscale », dans La Ville au xviiie siècle, Aix-en-Provence, Édisud, 1975, p. 161-171.

10 Line Teisseyre-Sallmann, « Un indicateur du développement urbain : le lotissement des faubourgs de Nîmes au xviiie siècle », Annales historiques de la Révolution française, nº 258, 1984, p. 457-478.

11 Emmanuel Le Roy Ladurie et al. (dir.), La Ville classique : de la Renaissance aux révolutions, dans Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, 5 vol., Paris, Éditions du Seuil, 1981, vol. 3.

12 Ibid., p. 439-441. 

13 Jean Meyer & Jean-Pierre Poussou, Études sur les villes françaises : milieu du xviie siècle à la Révolution Française, Paris, SEDES, « Regards sur l’histoire », 1995, p. 375 : « Il faut continuer à clarifier les notions de petites villes, de quartiers, de faubourgs, de banlieues. »

14 Lucien Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

15 François Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 576 et 577.

16 Jean-Luc Pinol (dir.), Histoire de l’Europe urbaine, Paris, Éditions du Seuil, 2003, 2 vol.

17 Benoît Garnot, Les Villes en France aux xvie, xviie et xviiie siècles, Paris, Ophrys, 1994, p. 17. L’auteur affirme de manière plutôt péremptoire : « Les villes sont presque toujours entourées de faubourgs, construits à l’extérieur des murs. Ils possèdent souvent des caractères éminemment ruraux, puisqu’ils abritent une majorité d’agriculteurs, surtout maraîchers et vignerons, qui contribuent à l’approvisionnement des citadins. »

18 Voir notamment le Bulletin du centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise : villes et campagne, xve-xxe siècles, nº 9, 1977.

19 Un bon exemple est fourni par l’ouvrage de Raymonde Monnier, Le Faubourg Saint-Antoine (1789-1815), Paris, Société des études robespierristes, 1981.

20 Alain Thillay, Le Faubourg Saint-Antoine et ses « faux ouvriers » : liberté du travail à Paris aux xviie et xviiie siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2002.

21 Olivier Zeller, « La place des miséreux et des malades à Lyon, de l’Ancien Régime à nos jours », dans Anne Gotman (dir.), Villes et hospitalité : les municipalités et leurs « étrangers », Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 80.

22 Peter & Jennifer Clark, « The Social Economy of the Canterbury Suburbs: the Evidence of the Census of 1563 », dans Alec Detsicas & Nigel Yates (dir.), Studies in Modern Kentish History, Maidstone, Kent Archaeogical Society, 1983, p. 65-86.

23 Jeremy Boulton, Neighbourhood and Community: A London Suburb in the Seventeenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

24 Michael Aston & James Bond, The Landscape of Towns, Londres, Dent, 1976.

25 David Pallisser (dir.), The Cambridge Urban History of Britain: 600-1540, dans Peter Clark, Martin Daunton & David M. Palliser, The Cambridge Urban History of Britain, 3 vol., Cambridge, Cambridge University Press, 2000 ; Peter Clark (dir.), The Cambridge Urban History of Britain: 1540-1840, vol. 2, op. cit.

26 Annie Fourcaut, « Faire l’histoire de la banlieue parisienne », Christophe Charle et al. (éd.), La France démocratique : mélanges offerts à Maurice Agulhon, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 42.

27 Alain Faure, « Un faubourg, des banlieues ou la déclinaison du rejet », dans Jean-Charles Depaule (dir.), Les Mots de la stigmatisation urbaine, Paris, Unesco / Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006, p. 8-39.

28 Pierre Richelet, Dictionnaire françois contenant les mots et les choses..., Genève, Jean Herman Widerhold, 1680, vol. 1, p. 327.

29 Dictionnaire de l’Académie françoise dédié au Roy, 2 vol., Paris, Veuve Jean-Baptiste Coignard & Jean-Baptiste Coignard, 1694, vol. 1, p. 441.

30 Antoine Furetière, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et des arts…, 3 vol., La Haye / Rotterdam, Arnout & Reinier Leers, 1690, vol. 2, p. 24.

31 Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux [1704], vol. 2, Trévoux, Florentin Delaulne, 1721, p. 1706.

32 Denis Diderot & Jean D’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers par une société de gens de lettres, Paris, Briasson / David / Le Breton / Durand, vol. 6, 1756, p. 443.

33 Robert Bedon (éd.), Suburbia : les faubourgs en Gaule romaine et dans les régions voisines, Caesarodunum, vol. 32, 2000.

34 Ce colloque s’est tenu du 29 février au 3 mars 2012 à Versailles.

35 La Société française d’histoire urbaine a organisé une journée d’études le 20 janvier 2012 autour du thème « Agrandir la ville : prévoir, administrer et organiser la croissance urbaine en Europe ».

36 Un colloque international intitulé « Extra muros : espaces suburbains au bas Moyen Âge et à l’époque moderne (xive-xviiie siècles) » a été organisé à Walferdange par l’Université du Luxembourg en février 2013.

37 Parmi les travaux précurseurs, citons notamment : Annie Fourcault, Bobigny, banlieue rouge, Paris, éditions ouvrières, 1986 ; sous la direction du même auteur, Un siècle de banlieue parisienne, 1859-1964 : guide de recherche, Paris, L’Harmattan, 1988 ; Guy Burgel (dir.), « Peuplements en banlieue », Villes en parallèles, nº 15-16, 1990, juin. Les travaux d’Alain Faure déploient une grande activité sur le sujet de la suburbanité. Citons Alain Faure (dir.), Les Premiers Banlieusards : aux origines des banlieues de Paris (1860-1940), Paris, Créaphis, 1991 ; « De l’urbain à l’urbain siècle du courant parisien de peuplement en banlieue (1880-1914) », Villes en parallèle, nº 15-16, 1990, juin, p. 152-170 ; « À l’aube des transports de masse : l’exemple des “trains ouvriers” de la banlieue de Paris (1883-1914) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 40, nº 2, 1993, avril-juin, p. 228-255.

38 Trois ouvrages de synthèse essentiels offrent un panorama global de la situation : Jean-Claude Boyer, Les Banlieues en France, territoires et sociétés, Paris, Armand Colin, 2000 ; Jean-Pierre Paulet, Les Banlieues françaises [2000], Paris, Ellipses, 2004 ; Hervé Vieillard-Baron, Les Banlieues, des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette, « Carré Géographie », 2011.

39 Bien que fréquemment utilisé à partir des années 1960, le concept fut pour la première fois déployé bien antérieurement par Thomas Lynn Smith dans son travail sur la population de Louisiane : The Population of Louisiana: its Composition and Changes, Louisiana Bulletin, nº 293, 1937.

40 Reginald Golledge, « Sydney’s Metropolitan Fringe: A Study in Urban-Rural Relations », Australian Geographer, vol. 7, nº 6, 1960, p. 243-255.

41 Raymond Edward Pahl, Urbs in Rure: The Metropolitan Fringe of Hertfordshire, London School of Economics and Political Science, Geographical papers, vol. 2, Wembley, S. Tinsley, 1965.

42 Robin J. Pryor, « Defining the Rural Urban Fringe », Social Forces, nº 47, 1968, p. 202-215.

43 Harold Carter, The Study of Urban Geography, Londres, Arnold, 1972, p. 288-296.

44 Pierre George, « Les franges urbaines : les effets marginaux de l’urbanisation », Espace, populations, sociétés, nº 3, 1989, p. 357-364.

45 Claude Chaline, Les Villes du monde arabe, Paris, Masson, 1989. Du même auteur, deux autres références peuvent être consultées : Urbanisme et développement : évaluation des schémas-directeurs d’Ankara, Le Caire, Rabat, Tunis, Paris, SEDES, 1989 ; « Damas ou les ambiguïtés de la planification urbaine », dans Jacqueline Beaujeu-Garnier & Bernard Dézert (dir.), La Grande Ville : enjeu du xxie siècle, hommage à Jean Bastié, Paris, Presses universitaires de France,1991, p. 243-254.

46 Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville : xixe-xxe siècles, Paris, Éditions du Seuil, « Points-Histoire », 1993.

47 Marc Dumont & Dominique von der Mühll, « De la rue à la ville apaisée : l’éclairage comparé des expériences péri / suburbaines suisses et françaises », dans Métropolis, « La rue, entre réseaux et territoires », nº 66-67, 2006-2007, p. 50-61.

48 Alain Durand-Lasserve, L’Exclusion des pauvres dans les villes du Tiers-Monde, Paris, l’Harmattan, 1986 ; Mario Polèse & Jeanne Wolfe (dir.), L’Urbanisation des pays en voie de développement, Paris, Economica, 1995.

49 Lyon apparaît ainsi comme un des exemples français les plus connus de planification suburbaine au xviiie siècle : sous l’impulsion de compagnies d’investisseurs soutenues par le corps de ville, deux espaces insalubres deviennent avant la Révolution des zones de création et d’extension de nouveaux quartiers : le sud de la Presqu’île et les Brotteaux, créés par les ingénieurs Perrache et Morand. Bordeaux peut aussi servir, dans ce domaine, de cas d’étude.

50 Voir par exemple l’article de l’historien médiéviste Étienne Hubert, « La construction de la ville, sur l’urbanisation dans l’Italie médiévale », Annales ESC, nº 1, 2004, janvier-février, p. 109-139.

51 L’exemple de Tokyo est particulièrement éclairant sur ce sujet. On peut consulter à ce propos Natacha Aveline, « Tokyo et ses projets urbains », Revue de géographie de Lyon, nº 72-2, 1997, p. 117-121 ; Jean-Christophe Falquet, « Shinjuku, l’environnement urbain d’un quartier d’affaires de Tokyo », Historiens et Géographes, nº 342, 1993, p. 247-258. Le quartier de Shinjuku, secteur auparavant dégradé, est devenu non seulement le siège d’un pôle de transport multimodal (ferroviaire et routier) mais également un quartier d’affaires extrêmement dynamique. En quelques années, Shinjuku est devenu ce que les géographes appellent un vice-centre. Notons enfin que les travaux entrepris dans ce quartier ont eu une forte influence sur les espaces situés à proximité (variation des prix des loyers, déménagements...).

52 Joël Garreau, Edge City: Life of the New Frontier, New York, Doubleday, 1991.

53 Voir par exemple Christian Lefèvre & Jean-Marc Offner, Les Transports urbains en question : usages, décisions, territoires, Paris, Celse, 1990.

54 Les géographes distinguent habituellement les notions de rénovation et de réhabilitation. Par rénovation, ils entendent la destruction de logements ou d’autres bâtiments, et leur remplacement par d’autres constructions totalement nouvelles. Le terme de réhabilitation désigne en revanche les travaux aboutissant à une amélioration des bâtiments (mises aux normes, installation de nouveaux équipements, par exemple des ascenseurs, ravalement des façades, isolation thermique...) ou à leur transformation (apparition de lofts à la place d’anciennes usines ou d’anciens entrepôts, installation de start-up dans de vieux immeubles du centre-ville...).

55 J. John Palen & Bruce London, Gentrification, Displacement and Neighbourhood Revitalization, New York, Albany, 1978.

56 Philip Ernest Ogden, London Docklands: the Challenge of Developpement, Cambridge, Cambridge University Press, 1992.

57 Pour une vue d’ensemble du sujet, consulter Catherine Bidou-Zachariasen (dir.), Retours en ville : des processus de « gentrification » urbaine aux politiques de revitalisation des centres, Paris, Descartes, 2003, 267 p. ; Jean-Yves Authier & Catherine Bidou-Zachariasen, « La gentrification urbaine », Espaces et sociétés, Érès, vol. 132-133, nº 1-2, 2008 ; Yankel Fijalkow & Edmond Préteceille (dir.), « Gentrification : discours et politiques », Sociétés Contemporaines, nº 63, 2006 ; Matthieu Giroud, « Mixité, contrôle social et gentrification », La Vie des idées, 3 novembre 2015.

58 Anne Clerval, Paris sans le peuple : la gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013.

59 Jean-Yves Authier, L’Embourgeoisement des quartiers anciens centraux réhabilités : l’exemple du quartier Saint-Georges à Lyon, Lyon, GRS, 1995.

60 Un des ouvrages considérés comme les plus importants reste celui de Christian Bachmann & Nicole Le Guennec, Violences urbaines : ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de politique de la ville (Paris, Albin Michel, 1998) ; citons également Michel Kokoreff, Sociologie des émeutes, Paris, Payot, 2008.

61 Didier Lapeyronnie, Ghetto urbain : ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 2008.

62 Voir à ce propos le livre d’Éric Charmes, La Vie périurbaine face à la menace des « gated communities » (Paris, L’Harmattan, 2005), ainsi que celui d’Éric Maurin, Le Ghetto français : enquête sur le séparatisme social (Paris, Éditions du Seuil, 2004).

63 Christine Lelévrier, « La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concentration ? », Espaces et sociétés, vol. 140-141, nº 1, 2010, p. 59-74 ; du même auteur, « Au nom de la “mixité sociale” : les effets paradoxaux des politiques de rénovation urbaine », Savoir / Agir, vol. 24, nº 2, 2013, p. 11-17.

64 À partir de 1537 et durant l’ensemble du xvie siècle, l’assistance aux plus démunis, assurée par l’Aumône générale depuis 1534, fut réservée à Lyon aux seuls natifs de la ville, les habitants des faubourgs étant classés parmi les étrangers. Ce siècle correspond donc au moment de l’époque moderne où les habitants des faubourgs de Lyon subirent le plus fortement le regard dépréciatif des habitants de la ville. Il y a tout lieu de penser que le cas lyonnais n’est pas exceptionnel, et qu’il reflète alors bien la situation dans la plupart des villes du royaume de France. En effet, comme l’explique Jean-Pierre Gutton dans sa thèse (La Société et les pauvres : l’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, Les Belles Lettres, 1971), l’exemple lyonnais de la création de l’Aumône générale fut suivi par les autres villes françaises au cours du xvie siècle.

65 Ainsi à Paris avec les faubourgs Grenelle, Bercy ou Montmartre (1860), à Lyon avec les faubourgs de la Croix-Rousse, de Vaise et de la Guillotière (1852).

66 Voir infra, le chapitre « L’identification des faubourgs : origines et espace vécu ».

67 Jean-Pierre Poussou & Pierre Guillaume, Démographie historique, Paris, Armand Colin, 1970, p. 83 : « Tout dénombrement fiscal est par nature partiel et sujet à la fraude, tellement était grand le souci des communautés d’échapper aux impositions, souci partagé par tous leurs membres. » On peut rétorquer aux auteurs trois types d’arguments. D’une part, pour certains impôts, comme la capitation, existaient des systèmes d’exemption pour les plus pauvres. Si fraude il y avait (ce qui était certainement le cas), le principal souci n’était alors pas de se cacher, mais de se faire passer pour plus pauvre que l’on était. En outre, il convient de ne pas idéaliser la société d’Ancien Régime et les solidarités qui pouvaient exister entre les habitants. Pour quelle raison des injustices fiscales nées de la fraude auraient-elles été mieux tolérées qu’aujourd’hui ? Enfin, les dénombrements fiscaux étaient très différents, réalisés dans de grandes villes comme de petites bourgades, par des recenseurs plus ou moins scrupuleux. Tout discours général à leur sujet est donc à rejeter.

68 Actuellement le sud du département de l’Ardèche.

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search